Version classiqueVersion mobile

Sport et santé

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Quel sport aujourd’hui, en France, pour une bonne santé demain ? »

Quelques actions exemplaires

Claude Schneider

Texte intégral

Présentation par Claude SCHNEIDER,
Président du Strasbourg Université Club

1Les clubs universitaires ont souvent été précurseurs dans le domaine que nous envisageons. C’est vrai aussi du monde universitaire en général, du fait de la dynamique sport-santé définie par le ministère. En outre, quelques fédérations se sont également engagées dans ce créneau, qui est davantage un engagement de terrain.

2L’objectif pour nous aujourd’hui, après avoir travaillé pendant deux jours sur la théorie, est de prendre connaissance des initiatives et des exemples pratiques.

3Le premier exemple se rapporte à la démarche engagée au niveau du SIUAPS de l’Université de Strasbourg, par son directeur Guy Appere et toute son équipe, qui s’adresse au monde étudiant, dans la logique de permettre aux étudiants d’être le mieux possible dans leur peau.

4Le deuxième exemple, développé par Laëtitia Albert, Coach Athlétisme, salariée du Comité Départemental d’Athlétisme, nous donnera un aperçu de ce qu’une fédération unisports est à même de proposer dans ce domaine.

5Enfin, Anne Vuillemin nous parlera de formations qualifiantes pour effectivement entrer dans ce créneau sport-santé.

6Comme vous le savez, nous avions également invité Pascale Duché, Professeur à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Elle devait aborder l’aspect recherche, tel qu’il mérite d’être connu des initiateurs d’expériences de terrain relatives au « sport-santé ». Elle a eu un empêchement de dernière minute mais elle nous fera parvenir une note de synthèse.

Intervention de Guy APPÈRE,
Directeur du SUAPS, Université de Strasbourg

Le projet Sport Santé du SIUAPS de Strasbourg

7Ce projet repose sur :

  1. Un contexte
  2. Une mutualisation de compétences
  3. Un public étudiant

8Ces éléments nous ont permis de développer plusieurs axes.

9Le contexte relève d’une étude à différents niveaux :

10- Sur le plan national : GNDS 2006 (Groupement National des Directeurs des S(I)UAPS).

11Faire prendre conscience de l’impact positif de la pratique régulière d’une ou plusieurs activités sur le bien-être physique et psychique. « Le sport est une hygiène de vie » (Valérie Pécresse, 22/01/08).

12- Sur le plan interrégional : GRD-Est 2005 (Les Universités de Nancy-Metz-Dijon-Mulhouse-Franche Comté et Strasbourg).

13- Sur le Plan régional : le SIUAPS de Strasbourg 2001.

14Sur le plan national, le colloque du GNDS de Strasbourg de juin 2006 a permis d’aborder le sujet de façon suivante :

15Une approche à l’écoute d’un ensemble d’intervenants dans le cadre Sport-Santé.

  • Docteur Corinne Clarac, Directrice du Service Interuniversitaire de Médecine Préventive de Strasbourg
  • Docteur Martine Roegel, de la DRJS
  • Docteur Chaloun Vesaphong
  • Pascale Duché, Professeur des Universités
  • Un représentant des étudiants
  • Robert Resta, Directeur du SIUAPS de Lyon

Des enquêtes

161990 : enquête nationale sur 6 000 étudiants

171996 : Grenoble, le mal-être des étudiants

181999 : enquête nationale sur 14 500 étudiants

192000 : Lyon, baromètre santé en milieu universitaire

202001 : étude réalisée par la LMDE sur 5 084 étudiants

212005 : étude réalisée par la LMDE sur 60 000 étudiants.

Des Constats

22Les besoins de santé des étudiants se situent à différents niveaux :

  • Facteurs de stress et mal-être
  • Rupture avec la famille
  • Problèmes d’adaptation aux structures universitaires
  • Efforts financiers
  • Peur de l’échec
  • Mauvais choix de l’orientation.

23Climat psychologique des 1ères années de faculté de plus en plus élitistes et individualistes.

24En réponse à ce stress : des conduites additives de différentes natures :

  • Troubles du comportement alimentaire
  • Consommation de drogues licites et illicites

Sur le plan interrégional d’autres travaux ont été initiés

25• 2005 : Le regroupement de Nancy : Sport-Santé-Environnement

26• 2006 : Le regroupement de Mulhouse : La santé à l’école textile

27• 2008 : Université de Franche-Comté : Colloque Forme et bien-être à l’université (sur le plan national).

Au SIUAPS de Strasbourg

28Une action sur les 2 derniers plans quadriennaux.

29Se détendre : un besoin, une demande en constante évolution.

30Une mutualisation de compétences a réunies autour du projet de Strasbourg avec les partenaires suivants :

D’où des interrogations se sont dégagées Différents publics… des centres d’intérêts variés

D’où des interrogations se sont dégagées Différents publics… des centres d’intérêts variés

31* Comment engager une personne durablement dans une activité physique ?

32* Quelles sont les stratégies de promotion de santé qui permettent d’engager une personne durablement dans une activité physique ?

33* Quels sont les déterminants individuels qui permettent de s’engager durablement dans une activité physique ?

Nos propositions actuelles

34Ces propositions sont reliées à un ensemble de paramètres :

  1. Un ensemble d’activités physiques traditionnelles et spécifiques,
  2. Un programme en adéquation avec les exigences et les contraintes de l’année universitaire,
  3. Un programme individualisé et encadré,
  4. Une pratique libre et autonome,
  5. La gestion d’un grand nombre de demandes.

Trois axes de développement ont été dégagés L’évaluation des capacités physiques

Trois axes de développement ont été dégagés L’évaluation des capacités physiques

35Un programme annuel comprenant :

36Des activités physiques et ateliers :

  • Sophrologie
  • Yoga
  • Qi Gong
  • Feldenkraïs
  • Taï Chi
  • Atelier sommeil

37Des conférences et tables rondes : addictions, nutrition, etc.

38Des expositions : sport et dopage, diététique du sportif, mécanisme du stress.

39Des actions ponctuelles : Projet CROUS et Mutualité Française, projet Courses de Strasbourg, projet STAPS – SIUAPS.

40Participation au projet de lutte contre les addictions : en organisant toutes nos manifestations sportives sans alcool.

41Un programme dans le cadre de l’Université de Strasbourg

42Ce projet consiste d’une part à augmenter le nombre d’étudiants et personnels que nous pouvons accueillir, d’autre part à élargir notre offre de pratiques.

43Nous souhaitons agrandir nos locaux et les aménager de façon à ce qu’ils soient plus adaptés à l’offre actuelle.

Un programme annuel avec le Pass’sport santé à l’Université de Strasbourg

Un programme annuel avec le Pass’sport santé à l’Université de Strasbourg

Intervention de Laëtitia ALBERT,
Coach Athlé Santé du Comité du Bas-Rhin d’Athlétisme

44J’ai plusieurs missions. La première est de développer l’athlétisme sur le territoire. Pour cela, je m’investis dans des projets avec les écoles, je donne des cours d’athlétisme dans les écoles primaires, par le biais d’un projet « Cunégonde » qui est une animation d’athlétisme à travers le jeu, où je fais découvrir les sauts, les lancers et courses aux enfants des écoles primaires.

45Je me suis lancée aussi dans les courses de Strasbourg en montant des projets d’athlétisme, j’ai fait découvrir le lancer du vortex, mis en place des ateliers sauts et courses.

46Mon deuxième objectif est de développer le sport-santé, avec les actions « athlé santé » dont je vous parlerai tout à l’heure.

47Enfin, évaluer la santé des jeunes qui passent par l’Athlétest.

Comment devient-on coach athlé ?

48Le pré-requis est d’être titulaire de la licence STAPS ou d’un BEES (Brevet d’État d’Éducateur Sportif) d’Athlétisme, à la suite de quoi on est formé par la Fédération Française d’Athlétisme sur deux stages qui vont durer entre dix et quinze jours. La Fédération nous propose différents menus (les activités athlé santé, la communication, la démarche commerciale, l’étude de marché, etc.).

49Il faut également être soutenu par un « club » d’athlétisme et qu’à la suite de la formation Coach Athlé on ait un emploi assuré. La Fédération ne forme plus si l’on n’est pas soutenu dans les conditions qui viennent d’être précisées.

50Dans les différentes activités athlé santé :

  • la marche nordique, qui est une marche dynamique avec deux bâtons ;
  • l’accompagnement running, donc la course à pied. Je propose de faire des courses avec des objectifs différents. Certaines personnes souhaitent faire de la course sur route, améliorer leur chrono, donc je fais un planning d’entraînement pour qu’elles réussissent. D’autres personnes viennent simplement pour la forme, le bien-être. Si une personne souhaite perdre du poids, je lui proposerai un entraînement spécialisé ;
  • la condition physique, qui comprend tout le travail de renforcement musculaire pour obtenir une meilleure condition physique générale. Je travaille beaucoup avec plots, lattes, medecine ball, fit ball… Pour le moment, il n’est pas facile d’avoir une salle sur Strasbourg, donc l’an dernier je n’avais qu’une seule personne, âgée de 65 ans et cela s’est très bien passé. J’attends de trouver les moyens pour pouvoir réellement mettre cette activité en place.

51Mon rôle est d’adapter les séances sur différents créneaux :

  • pour les personnes « actives » : le lundi soir et le samedi matin
  • pour les personnes retraitées : le vendredi matin
  • pour les seniors ++ (plus de 70 ans ayant des problèmes pour marcher, des problèmes de hanches, d’épaules, de genoux) : séance très souple tournée davantage sur la gymnastique
  • pour les personnes « salariées » : j’ai été contactée par deux entreprises qui souhaitent mettre en place des créneaux pour leurs salariés entre 12h et 14h.

52Pour faire vivre ces créneaux, il est nécessaire d’apporter des nouveautés à chaque séance. J’organise des sorties une fois par mois dans les Vosges. J’organise également des rencontres avec tous les groupes que j’ai tous les deux mois. Ensuite, je vais proposer dans l’année six week-ends détente : j’ai réussi à avoir un contrat avec Plombières-les-Bains qui propose des tarifs spécifiques sur le samedi après-midi, et le dimanche il y aura des séances de marche nordique.

53Pour dresser un petit bilan de ces actions athlé santé :

54La marche nordique est l’activité qui fonctionne le mieux et comprend 50-60 personnes et une dizaine de coureurs. La tranche d’âge la plus représentée est 40-65 ans.

55Pourquoi cette activité fonctionne bien ? Parce que les personnes retrouvent la convivialité, du bien-être, elles peuvent faire des rencontres. Le fait de marcher à deux bâtons rend l’effort moins traumatisant.

56D’autre part, il existe des créneaux adaptés et des tarifs intéressants. Les gens ont le choix en payant soit à l’année, soit au trimestre, soit à la séance. Mais pour le moment, il n’y a que des personnes qui payent à la séance en choisissant un carnet de 10 séances pour 50 euros et viennent quand elles veulent. Le seul souci est que je sois prévenue de leur venue pour savoir à peu près le nombre de personnes qu’il y aura. Au début, je fournis les bâtons en leur demandant d’en acheter au bout de quelques mois.

Qu’est-ce que l’Athlétest ?

57C’est un outil d’évaluation de la forme et de la condition physique. Il permet la promotion de l’activité physique. Il est ludique, simple et facile à mettre en place. Il nécessite peu de matériel : quelques plots, des chronomètres, des décamètres…

58L’Athlétest a été développé par la Ligue Nord-Pas de Calais et fonctionne très bien là-bas puisque plus de 12 000 personnes ont été testées.

59Il y a neuf tests physiques en tout, qui sont basés sur les cinq grandes qualités physiques, à savoir la force, la vitesse, l’endurance, la souplesse et la coordination.

60Ces neuf tests doivent être faits dans l’ordre suivant :

  • 1er test : pendant trois minutes, on fait des allers-retours sur 20 mètres, à la suite de quoi on aura une distance, ce qui donnera une certaine note.
  • 2e test : test en croix, il s’agit de sauter devant, derrière, à gauche, à droite en trente secondes, sachant que l’on compte à chaque fois le nombre de croix, et si on se trompe dans la coordination, on repart de là où on s’est arrêté.
  • 3e test : test des cinq sauts pieds joints. Il faut bien suivre des protocoles de départ et enchaîner cinq sauts pieds joints.
  • 4e test : saut en longueur sans élan/
  • 5e test : cinq foulées bondissantes.
  • 6e test : enchaîner 4 x 10 mètres en aller-retour.
  • 7e test : sprint sur 30 mètres.
  • 8e test : pompes avec les genoux au sol.
  • 9e test : test de souplesse, il faut descendre et essayer de toucher ses pieds.

61Les résultats sont rentrés informatiquement et cela va donner une sorte de toile d’araignée. Chaque test a un certain nombre de points : plus la toile sera grande, plus les conditions seront bonnes.

Pourquoi développer l’Athlétest dans le Bas-Rhin ?

62Comme vous savez tous, la santé est un phénomène d’actualité, via de nombreux messages à la télévision : « manger cinq fruits et légumes par jour », « manger équilibré », « pratiquer une activité physique régulière ». De plus, l’Alsace est la deuxième région où le surpoids est important chez les enfants.

63C’est donc pour cela que nous avons décidé de monter ce projet. Nous allons en fait relier l’Athlétest avec les actions athlé santé.

64Je vais essayer de faire passer l’Athlétest aux élèves des collèges. Pour ceux qui vont le passer, il faudrait un suivi au niveau du collège. Par exemple, ceux qui ont une bonne condition physique devraient intégrer l’UNSS le mercredi après-midi. L’objectif est donc de monter des projets pour que les enfants se rendent compte qu’ils ont une mauvaise condition physique et qu’il faut faire quelque chose.

65Ensuite, pour les populations adultes, nous avons le projet de proposer l’Athlétest aux entreprises qui sont d’accord et, à la suite, leur proposer les activités athlé santé.

Intervention d’Anne VUILLEMIN,
Nancy-Université Faculté de Médecine, École de Santé Publique, Faculté du Sport

Un exemple de formation qualifiante

66Je suis responsable d’un parcours de formation « Activités corporelles, Santé et Société » dans le master que je vais vous présenter. J’exerce une activité d’enseignement à la Faculté du Sport, et une activité de recherche à la Faculté de Médecine (École de Santé Publique). J’ai une formation initiale en STAPS complétée par une formation à la recherche dans le domaine de la santé publique et de l’épidémiologie.

67Le master Proj&Ter est un master transdisciplinaire dont la co-habilitation est placée sous l’autorité de l’Établissement Public de Coopération Scientifique Nancy-Université, qui regroupe les trois universités nancéiennes (Université Henri Poincaré, Université de Nancy 2, Institut National Polytechnique de Lorraine).

68Je me positionne à un niveau particulier qui est celui du Master, je ne reviendrai donc pas sur les formations qui existent à un niveau Licence, et plus basées sur l’intervention en activité physique et/ou sportive. Nous nous adressons à des étudiants qui souhaitent une formation complémentaire de niveau Bac + 5 et qui deviendront cadres.

69Ce master est un peu particulier puisqu’il n’est pas rattaché à une discipline. Les objectifs professionnels de la mention Proj&Ter sont de former des chefs de projets d’initiative publique et privée, quel que soit leur domaine d’intervention, que ce soit le sport, la santé, le développement local, le développement transfrontalier, l’urbanisme. Le chef de projets en territoires est avant tout un cadre doté d’une compétence en matière de méthodologie du projet.

70Pourquoi la formation de chef de projet ? Trois raisons sont évoquées :

  • Les étudiants doivent être capables de comprendre le dialogue qui existe entre les différents acteurs d’un projet, cela fait appel à des notions de processus de gouvernance, c’est-à-dire du décentrement de la prise de décisions, puisqu’on s’oriente de plus en plus vers une multiplication des lieux de décision et des acteurs de décision, qui complexifie le dialogue, la communication.
  • La notion de projet complexe, projet où il y a de l’environnement incertain, différent du projet industriel où tout est cadré et tout s’enchaîne. Nous sommes là dans un contexte d’organisation d’une manifestation X ou Y sportive, de santé, où des événements vont venir contrecarrer la planification et qu’il faudra forcément prendre en compte pour rebondir. Cela fait appel aussi à la notion d’éthique de projet.
  • Les chefs de projet doivent connaître le champ dans lequel ils interviennent mais ils doivent aussi être capables de dépasser la seule expertise de leur champ pour faciliter la conduite souvent interdisciplinaire des projets. Il y a une connotation plus spécifique activité physique santé dans ce master au travers du parcours « Activités corporelles, Santé et Société ».

71Ce qu’il me semble nécessaire de souligner, c’est que les étudiants ne doivent pas être hyper spécialisés dans leur champ, mais doivent être capables d’avoir une ouverture sur les autres champs et je crois que c’est fondamental dans le domaine de l’activité physique car c’est un concept très transversal. Par exemple, la capacité à offrir des environnements favorables à la pratique fait appel aux notions de politiques publiques, d’urbanisme, de développement durable, de santé, il faut comprendre le langage des médecins, des professionnels de l’activité physique : il ne faut donc pas être uniquement centré sur le sport et son champ sportif.

72Le diplôme est constitué d’une mention qui s’intitule « Conduite de projet et développement des territoires » qui reprend les concepts clés de la formation. Cette mention s’organise en spécialités, dont une plus spécifiquement STAPS qui s’intitule « Conduite de Projets en Sport, Santé et Société ». Une deuxième spécialité est « Formation, Animation, Développement Territorial et Transfrontalier », qui est plutôt une science de l’éducation. Enfin, une spécialité « Ingénierie Urbaine, Villes et Territoires » portée par une école d’ingénieurs de Nancy, qui participe aux enseignements sur la conduite de projet.

73Au sein de ces spécialités, il y a des parcours, dans lesquels les étudiants choisissent une orientation plus spécifique et, notamment, quand ils sont dans la spécialité « Conduite de Projets en Sport, Santé et Société ». Ils prennent soit une orientation « Management et Communication en Sport », soit une orientation « Activités corporelles, Santé et Société », axée sur la promotion de l’activité physique à des fins de santé.

74La mention du diplôme est une mention transversale aux trois universités de Nancy. Il n’est donc pas rattaché à une seule composante et correspond à trois disciplines :

  • STAPS
  • sciences de l’éducation
  • urbanisme et géographie.

75Quel que soit le champ d’application, le noyau dur de la formation est la méthodologie des projets. Souvent, les étudiants recherchent une formation disciplinaire, STAPS par exemple, et on a du mal à leur faire comprendre que pour nous, c’est l’inverse. L’acquisition d’une méthodologie est fondamentale et après, peu importe, ils pourront toujours se spécialiser dans un champ en fonction de leur formation antérieure.

76La notion de territoire est également importante et apparaît aussi dans le nom de la mention. Le territoire peut être varié dans sa définition et se réduire à un quartier ou s’étendre à l’échelon d’un pays ou de l’Europe. Il faudra définir la notion de territoire ; en fonction du projet à mettre en place, le territoire prendra différentes formes, selon le découpage que l’on en fera (exemples : territoires administratifs, territoires de santé…). L’intérêt est de montrer aux étudiants que le territoire peut se définir de différentes manières en fonction du projet que l’on a à mener.

77L’objectif de la formation est de donner un outil, un mode d’action aux étudiants pour qu’ils puissent intervenir sur des plans politiques, de management. Ce sont des actions sur des secteurs socio-économiques variés qui ne sont pas simples, lorsqu’il y a des inter-connexions entre les secteurs, ce qui est souvent le cas et de plus en plus. Ce sont des secteurs qui sont forcément influencés par des environnements spécifiques, que ce soit au niveau des ressources humaines, au niveau économique, au niveau de ce qui est disponible sur le territoire, de sa politique de développement. Il est donc assez complexe de faire comprendre aux étudiants que, finalement, il faut s’approprier le territoire sur lequel on est, il faut identifier les acteurs pour pouvoir mettre en place le projet.

78Le schéma général de la formation se fait sur deux années avec le Master 1 dans lequel les étudiants s’orientent en fonction de la spécialisation qu’ils veulent avoir par la suite, puis ils s’orientent vers les trois spécialités.

79Pour ce qui nous intéresse davantage, nous sommes dans la spécialité « Conduite de Projets en Sport, Santé et Société » avec deux parcours pour les étudiants, l’un orienté « Activités corporelles, Santé et Société » « Conduite de Projets en Sport, Santé et Société », et l’autre « Management et Communication en Sport ».

80Nous recrutons des étudiants qui peuvent venir de différentes formations, que ce soit STAPS, Sciences Humaines et Sociales, Sanitaires et Sociales. En effet, quel que soit son domaine d’action, on peut agir dans le domaine de l’activité physique et de la santé. On peut très bien intervenir, développer l’activité physique à la fois dans le milieu de la santé et dans le milieu du sport. Ce qui me chagrine, c’est que les étudiants se professionnalisent davantage dans le champ de la santé que dans celui du sport. Des étudiants sont recrutés par exemple dans les Comités Départementaux d’Éducation à la Santé comme chargés de projet prévention santé à la CRAM Alsace Moselle, ou comme responsables d’Activité Prévention et Promotion de la Santé à la Mutualité Française de Lorraine. Pour l’instant, il n’y a pas d’étudiants qui soient recrutés dans un milieu sportif pour faire de l’activité physique-santé. C’est ce que l’on observe ces dernières années au niveau de la professionnalisation des étudiants. Peut-être est-ce parce que les emplois à Bac+ 5 ne se situent pas partout ? Certains d’entre eux créent leur entreprise, leur structure pour vendre de la prestation « activité physique-santé ».

81L’intérêt de ce Master et la mission clé, c’est la transversalité, puisqu’il existe un partage des ressources entre les universités, entre les disciplines, il y a tout un module autour de la cartographie, des systèmes d’information géographique, d’analyse des données qui peuvent servir quel que soit le champ de prédilection. Quand vous voyez par exemple le travail que le ministère des Sports a mené autour des équipements sportifs et les cartographies qui peuvent être produit en fonction des territoires pour rendre lisibles les installations sportives selon les territoires, cela représente un outil formidable en terme de promotion de l’activité physique. Ces outils peuvent être utilisés à différentes fins, dans différents champs. Les étudiants partagent des ressources, ils travaillent ensemble puisque une partie de leurs cours sont en commun.

82Nous avons ensuite une unité d’enseignement sous forme d’ateliers, au sein desquels les étudiants travaillent et où des projets sont donnés par des structures. Par exemple, actuellement, une agence d’urbanisme sur l’agglomération souhaite développer et aménager le canal de la Meurthe en zone détente activités physiques. Des équipes de projet vont s’intéresser à cet aménagement du territoire sous l’angle d’un environnement favorable à la pratique dans un but de santé.

83Pour cela, on travaille avec une plate-forme de travail collaboratif. Les étudiants ont des accès facilités à Internet et un portail est dédié aux cours et aux travaux, avec un volet pédagogique comportant quelques unités d’enseignement en ligne : un volet projet où les étudiants ont leur bureau virtuel, et enfin un volet comportant les stages et les mémoires pour le suivi des travaux.

84On ne peut pas tout faire dans une même spécialité et, de ce fait, deux colorations sont données à la formation. Cependant, au sein de la même spécialité, des cours sont donnés en commun pour ce qui concerne les politiques publiques, politiques de santé, politiques sportives. Que l’on fasse du management-communication, ou de l’activité physique-santé, on doit forcément connaître les politiques menées et les institutions et les acteurs.

85Pour ce qui concerne plus spécifiquement la spécialité « Conduite de Projets en Sport, Santé et Société », l’idée est de former des chefs de projet capables de gérer, d’évaluer les activités physiques et sportives dans un but de santé, et qui devront également avoir une formation dans le domaine de la santé. Les étudiants qui viennent du champ sanitaire et social connaissent déjà la santé : les étudiants formés en STAPS, pour la plupart, ne la connaissent pas et il est nécessaire de reprendre certaines bases.

86Ensuite, le parcours « Activités Corporelles Santé et Société », dont je suis plus particulièrement responsable, concerne la prise en charge de l’activité dans un but de santé. L’étudiant peut très bien avoir comme objectif final de monter sa société, ou d’intégrer une structure sanitaire, une association, une collectivité territoriale. Nous n’avons pas une stratégie de formation qui est de former exclusivement des gens qui vont intégrer par exemple les collectivités territoriales.

87Le parcours « Activités Corporelles Santé et Société » est de favoriser le développement de ces pratiques dans un but de santé individuelle ou collective, c’est-à-dire soit la santé de la personne elle-même, soit la santé des populations.

88Cela fait déjà quelques années que nous menons cette stratégie et le contexte est très favorable aujourd’hui, mais il ne l’était pas forcément il y a quelques années. Ce sont les politiques de santé, les politiques sociales et les politiques sportives que l’on voit depuis quelques temps au travers, par exemple, du programme national nutrition et santé, du plan « Bien vieillir », ou d’autres initiatives qui n’ont pas toujours été couronnées de succès. Et puis il y a aussi le programme national de prévention et de santé publique par les activités physiques que l’on attend tous avec impatience et qui fait l’objet de nombreux travaux à l’heure actuelle.

89Le but dans ce parcours est de donner trois compétences principales, connaître et comprendre à la fois les champs de l’activité physique et du sanitaire et social, et coupler à cela une capacité de gérer, de manager, de conduire des projets. Les candidats à cette formation qui ont eu une formation en STAPS ou qui ont une « culture activité physique » sont particulièrement intéressants car ils ont vécu l’activité physique, ils la pratiquent, la connaissent bien et pas seulement sous la forme d’un sport de haut niveau mais aussi dans la gamme du sport pour tous. Ce qui est intéressant, c’est l’interface entre les domaines. Quand on discute avec des élus, ils nous disent qu’ils ont besoin de gens qui sont capables de mener des projets de A à Z. Ils ne veulent pas « saucissonner » les projets en donnant une partie à telle personne spécialisée dans les activités physiques, à telle autre personne spécialisée dans la santé. Il leur faut quelqu’un capable d’avoir une vision globale du projet et qui puisse le mener étape par étape en communiquant avec les différents acteurs.

90L’interface est donc à mon avis fondamentale. Je m’en suis rendue compte car peu de gens sont à l’interface des deux champs, à la fois de la santé et des activités physiques. On a encore du mal à partager nos champs et tant que l’on restera cloisonné, je crois que l’on n’y arrivera pas.

91Ensuite, il existe toute une batterie de compétences spécifiques que l’on espère développer par la formation, autour de la collaboration avec d’autres spécialistes. En effet, il n’est pas forcément évident, quand on sort du champ des activités physiques, de parler à des gens issus du milieu médical par exemple, et inversement.

92On essaye également de développer la capacité d’organiser des besoins sociaux et sanitaires, de prévoir l’évaluation des résultats, je pense que c’est une notion importante pour savoir si les actions menées sont à reproduire ou non, si elles ne le sont pas pourquoi, si elles sont à reproduire que faut-il refaire ou ne pas refaire.

93Les étudiants peuvent aussi être amenés à conseiller les élus quand ils ont des choix à faire. Quand il y a des stages dans les collectivités territoriales ou dans des communautés d’agglomération, les étudiants sont souvent partie prenante des conseils qu’ils peuvent donner aux élus qui vont prendre la décision finale.

94Ils sont là aussi pour proposer des instruments d’aide à la décision : des tableaux de bord, des planifications, établir une hiérarchie dans les priorités. On essaye aussi de les ouvrir vers l’Europe car les projets peuvent être amenés à prendre de l’ampleur.

95Les enseignements plus spécifiques dans le parcours « Activités Corporelles Santé et Société » portent sur les politiques et institutions, les actions de santé publique (promotion, prévention, éducation par l’activité physique), les effets de l’activité physique sur la santé chez le sujet sain et chez le sujet malade chronique, les produits d’activités physiques, comme par exemple les activités physiques chez l’enfant atteint d’un cancer, voire d’autres pathologies où l’activité physique est adaptée et pratiquée à l’hôpital, spécifiquement pour eux par des gens qui ont été formés en activités physiques adaptées. Ces interventions visent à montrer et analyser l’existant afin que les étudiants aient une vision générale du champ.

96Les débouchés potentiels : premiers constats :

97Chargé de projet en prévention et éducation à la santé, chef de projet en promotion d’activités physiques, toujours dans un but de santé, on peut être dans le loisir mais, derrière, c’est plutôt une structure sanitaire qui sera intéressée. Cela peut être des consultants externes qui sont simplement là pour conseiller, ou alors des chefs d’entreprise. Voilà ce que l’on a pu observer jusqu’à présent.

98Je vous remercie de votre attention.

Intervention de Pascale DUCHÉ,
Professeur à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

Une dimension Recherche

99Depuis plusieurs décennies, nous opposons les termes de sédentarité à l’inactivité physique, et d’activité physique au sport. Mais il faut considérer que ces concepts, bien différents, sont rassemblés sur un continuum en termes de dépense d’énergie ou de quantité de mouvement qui ont chacun des effets sur la santé des personnes.

100De nombreux travaux ont ainsi démontré l’effet bénéfique de l’activité physique et du sport (dans une certaine limite celle du « surentraînement ») et l’effet délétère de la sédentarité et de l’inactivité physique (Paffenbarger et alii, 1986). Il reste cependant de nombreuses recherches à développer dans des domaines aussi variés qu’importants, allant de l’épidémiologie à la recherche fondamentale visant à comprendre les mécanismes des effets directs et indirects de l’activité physique sur la santé (cf. expertise INSERM : « Activité physique – Contextes et effets sur la santé », mars 2008).

101L’évolution des modes de vie vers une sédentarité accrue associée à une nutrition inadaptée nécessite de mettre en œuvre de nouvelles stratégies afin de modifier les comportements. Les enfants d’aujourd’hui qui seront les adultes de demain, sont les héritiers de ces modes de vie délétères entraînant l’apparition et l’augmentation des troubles et pathologies métaboliques et cardio-vasculaires. Il est nécessaire d’éduquer à l’activité physique dès le plus jeune âge avant l’installation de comportements sédentaires, facteurs de risques du développement de ces pathologies (Sallis et Patrick, 1994). En effet, il est plus aisé de rester actif à l’âge adulte quand on a été un enfant actif, que de le devenir (Matton et alii, 2006).

102Les premiers résultats d’une étude longitudinale de trois ans portant sur la prévention du développement de la surcharge pondérale chez les jeunes enfants scolarisés de 6-8 ans fait état d’un effet très bénéfique de l’activité physique au cours des premiers mois (Lazaar et alii, 2007). La poursuite de la pratique physique à hauteur de 3 séances d’1 heure hebdomadaire est très complexe car difficile à pérenniser. Par conséquence, les effets de l’intervention sur les trois ans sont très divers et beaucoup moins marqués que ceux observés au début de l’étude.

103En conclusion, c’est une évidence de dire que l’activité physique a un effet positif sur la prévalence des pathologies métaboliques contemporaines (obésité, diabète de type 2 et syndrome métabolique). L’optimisation du niveau d’activité physique sur un continuum qui va de l’inactivité au surentraînement, nécessite encore de nombreuses recherches afin de déterminer les prescriptions d’activité physique spécifique à chaque population. Pour être efficace, l’activité physique doit être pérennisée et doit rester un stimulus : ceci représente un vrai défi pour les recherches de demain.

Débat

Claude SCHNEIDER

104L’Université unique de Strasbourg a été créée le 18 août dernier par décret. C’est un exemple de travail en commun de la part de différents acteurs, y compris du CROUS, sur les problématiques de Sport Santé.

Agnès LYLEIRE,
Faculté des Sciences du Sport de l’Université Lille 2

105Je m’étonnais que vous fassiez des tests de condition physique, de santé physique éventuellement avec une mesure de la VO2Max et je me demande dans quelle mesure le type de pratique proposé peut permettre d’améliorer ces qualités physiques.

Guy APPÉRÉ

106Il y a deux éléments dans votre question.

107Premièrement, le test de la condition physique accompagné d’un programme. Ceci est une option que nous prenons à Strasbourg dans les conditions que je vous ai présentées auparavant.

108Deuxièmement, est-ce qu’une pratique proposée peut améliorer les qualités physiques de l’étudiant ?

109Oui s’il suit le programme spécifique proposé sur huit semaines. Les résultats le prouvent.

110Si l’étudiant s’oriente uniquement vers la pratique d’une APS, nous n’avons pas de système de mesure de sa condition physique à ce niveau.

111Par contre, ce qui me semble intéressant, c’est que nous avons pu amener cet étudiant à une pratique sportive.

112Notre objectif est ensuite de le fidéliser.

Agnès LYLEIRE

113Je voulais savoir s’il y avait une réelle amélioration des qualités purement physiques. J’ai eu l’impression que vous proposiez avant tout des activités permettant une meilleure qualité de vie sur le plan psychique, déstressant et autres. Le déstress peut aussi venir d’une meilleure condition physique. Y avait-il d’autres évaluations de l’amélioration de la condition physique au travers des pratiques proposées ?

Guy APPÉRÉ

114Il y a une réelle amélioration des qualités physiques si l’étudiant suit le programme durant les huit semaines, les chiffres l’attestent.

115Concernant la gestion du stress, nous avons tout un ensemble d’activités qui sont proposées durant l’année : yoga, Feldenkrais, marche nordique, relaxation…

116Ce programme est établi en partenariat avec le SIMPPS de Strasbourg.

117Pour ces activités, nous ne procédons pas à une évaluation de l’amélioration de la condition physique.

Simone FÉDÉE

118Donc, huit semaines pour assurer la batterie de tests ?

Guy APPÉRÉ

119Non, les étudiants sont testés durant la première séance, puis il y a un programme qui est proposé et qui dure huit semaines.

Simone FÉDÉE

120Est-ce qu’il est purement subjectif de dire que l’on s’est rendu compte d’une amélioration, ne serait-ce que pour le stress par exemple, dans la qualité de concentration d’écoute qu’ils peuvent avoir dans les études, ou est-ce qu’il n’y a jamais eu au départ ce vers quoi on veut tendre et comment on va évaluer cette réponse finale que l’on attendait pour améliorer quelque chose en eux ?

121Peut-on chiffrer cela ? Peut-on l’estimer ?

Guy APPÉRÉ

122Tu abordes l’aspect qualitatif de notre programme.

123Ce retour, nous l’avons surtout avec le nombre d’inscrits, l’envie de continuer et la relation que peut établir l’enseignant avec les étudiants.

124Un exemple est révélateur. Notre collègue qui a la responsabilité de ce dossier a reçu plusieurs courriers de remerciements de la part des étudiants et personnels.

125Beaucoup de participants apprécient les conférences que nous organisons, ils trouvent qu’elles sont sources d’informations importantes et qu’ils « vivaient » jusque-là avec de fausses représentations.

Gérard LANCIAN,
Grenoble Université Club

126Comment s’articule cette activité avec les exigences inhérentes ou pas à la formation qualifiante qui s’inscrit dans la même idée puisque les étudiants, dans leur cursus, sont tenus d’effectuer de la pratique sportive ? En effet, le temps n’est pas extensible, les moyens non plus, comment faites-vous pour concilier les deux sur le même étudiant, qui est tenu de faire des choses pour sa formation qualifiante et qui aurait à gérer son stress, etc. ?

127Deuxièmement, vous avez fait des schémas de mutualisation de compétences, vous êtes à l’UNCU, un club sportif universitaire à Strasbourg, vous n’intégrez pas le club sportif, l’association au sein de cette mutualisation de compétences. Pourtant, il y a là des terrains d’expression et des compétences s’exercent, comment se fait-il que vous n’ayez pas, dans la synthèse que vous faites, cet élément-là ?

Guy APPÉRÉ

128Concernant la formation professionnelle qualifiante, parlez-vous des crédits ECTS et des notations ? À ce jour, nous ne notons pas une « condition physique », ni la « gestion du stress ». Je pense qu’il ne serait pas judicieux de donner une note à un étudiant qui apprend à gérer son stress.

129Concernant le schéma de mutualisation de compétences, il est un fait que le SUC n’apparaît pas à ce jour dans ce groupe.

130Par contre, nous travaillons ensemble sur un autre projet : les Courses de Strasbourg.

Gérard LANCIAN

131Donc, cet individu-là a double peine, à savoir que d’un côté, dans le cadre des activités mises en place, il doit gérer son stress et ses problèmes personnels : et que de l’autre côté, il doit s’intégrer dans le cursus normal pour répondre aux exigences de la formation qualifiante.

Guy APPÉRÉ

132Tout le monde au quotidien doit gérer son stress et ses problèmes personnels. Est-ce que, pour autant, nous devons dire que nous avons double peine ?

133Soyons plus optimistes, nous désirons pour notre part donner à l’étudiant des outils afin qu’il puisse mieux gérer son stress.

134Ces outils lui serviront durant toute sa vie.

Christian PELTIER,
Nantes Étudiant Club, Administrateur de l’UNCU

135Combien d’étudiants et avez-vous une évaluation du coût par étudiant ?

Guy APPÉRÉ

136Actuellement, il y a environ 100 étudiants inscrits dans ce programme.

137Pour les tests que l’on a passés l’année dernière en musculation, il y avait 1 137 candidats.

138En ce qui concerne le coût d’achat du matériel et de sa maintenance, il faut compter 30 000 euros.

Claude SCHNEIDER

139Nous avons vu que dans les Clubs Universitaires il y a une prise en compte de cette dynamique d’être en bonne santé, de bien manger.

140La Fédération d’Athlétisme s’est engouffrée dans ce créneau et a créé notamment cette notion de « coach santé ». Ce qui me semble important dans cette démarche, c’est l’Athlétest, avec une évaluation des réalités physiques de l’individu. Cela a été développé dans le département du Nord.

141Ensuite, cette notion de coach santé a été mise en place.

142(…)

Claude SCHNEIDER

143La Fédération Française d’Athlétisme et le Comité Départemental ont pris les devants et les personnes intéressées sont relativement nombreuses.

Christian PELTIER

144Quel est votre statut au sein de ce Comité Départemental d’Athlétisme ? Quel est le club qui vous soutient et que vous approvisionnez en licenciés ?

Laëtitia ALBERT

145J’ai un statut particulier, je n’ai pas de club. Je fais partie du Comité du Bas-Rhin d’Athlétisme. Ce que j’approvisionne, c’est le Comité. Pour le moment, nous touchons des subventions, ce qui finance mon poste. Ces subventions vont diminuer au fur et à mesure, ce sont donc les licenciés qui suivent mes séances qui vont pouvoir faire en sorte que je puisse toucher mon salaire en fin de mois.

146Vu que c’était difficile, parce que je n’ai pas de club, je suis en train de créer une association, l’« Association athlé santé loisirs 67 » que nous allons ensuite rattacher à la Fédération d’Athlétisme : donc toutes ses licences seront rattachées à la Fédération.

Agnès LYLEIRE

147Étant donné la population étudiée pour l’instant, est-ce que l’Athlétest, tel qu’il a été élaboré dans le Nord-Pas de Calais, est adapté à toutes les populations, puisque vous dites que cela peut convenir à tout type de personne, quels que soient l’âge et leur condition physique, même des personnes éventuellement déficientes ou modérément handicapées ?

Laëtitia ALBERT

148Le Nord-Pas de Calais s’est rendu compte que l’Athlétest que je vous ai présenté n’est pas forcément adapté à toutes populations. Ils sont en train d’élaborer un Athlétest spécifique enfants en plus bas âge et un spécial seniors. Donc, celui qui va sortir prochainement sera le test spécial senior, c’est-à-dire que tous les tests que je vous ai présentés vont se faire par exemple assis sur une chaise avec tout un travail d’équilibre, de coordination, etc.

Anne VUILLEMIN

149Quelles valeurs de référence prenez-vous pour interpréter les performances des personnes, quel que soit leur âge ?

Laëtitia ALBERT

150Le Nord-Pas de Calais a tout étudié. Il existe des courbes : avec les 12 000 personnes testées, ils ont pu mettre en place, des moyennes en fonction de l’âge et du sexe.

151Vous trouverez toutes les informations sur le site www.athletest.com.

Alain BRAUN

152Avez-vous la concurrence d’autres fédérations sur le créneau des pratiques sport-santé ?

Laëtitia ALBERT

153Au niveau sport-santé, ce qui me faisait peur, c’est que l’on me copie pour la marche nordique parce que, pour le moment, ce n’est pas trop répandu. Ceux qui sont en recherche me contactent.

154Pour un article paru en mars, certaines personnes qui avaient gardé l’article m’ont contactée en juillet.

155Si la marche nordique se développe réellement, il va falloir jouer de la concurrence.

Docteur Martine ROEGEL,
DRDJS Alsace

156Quelles sont les précautions sanitaires médicales en la matière, par rapport aux personnes que vous accueillez ? Je sais qu’elles ne sont pas automatiquement licenciées. Donc elles n’ont pas forcément de certificat médical.

Laëtitia ALBERT

157Je suis couverte par la Fédération d’Athlétisme au niveau des premières séances mais, par la suite, comme pour tout sport, les gens sont obligés de m’apporter un certificat médical de non contre-indication à la marche nordique ou à la course à pied. Par la suite, ils peuvent continuer les séances avec moi.

158Une personne est venue tester la marche nordique sur la première séance : elle m’a rappelée par la suite car son médecin lui a dit qu’il ne lui était pas possible de continuer en raison de problèmes de santé.

Docteur Martine ROEGEL

159J’espère que le certificat médical se trouve en amont des premières séances, même de test, surtout si l’on s’adresse à des seniors, car c’est une catégorie d’âge à risque potentiel.

160Je voulais connaître en fait le lien que vous avez avec le monde de la santé. Quand on parle de prévention de l’obésité, de lutte contre la sédentarité, de personnes qui ont des problèmes de genoux, d’arthrose, etc., nous sommes déjà dans un contexte qui est très médicalisé et il faut s’assurer en amont de toute contre-indication à la pratique d’activités physiques et sportives.

161Par rapport à la concurrence, la marche nordique n’appartenant pas à une fédération spécifique, elle est utilisée par d’autres fédérations également comme la FFEPGV et la FFEPMM.

Laëtitia ALBERT

162Il existait la Fédération Française de Marche Nordique qui n’a plus le droit d’exister. La Fédération Française d’Athlétisme est en train d’essayer de la récupérer.

163On peut exercer la marche nordique si on dispose de n’importe quel Brevet d’État, même de natation. C’est le problème. La seule chose qui diffère, c’est que quelqu’un qui va vouloir se former à la marche nordique sera obligé de passer par la Fédération Française d’Athlétisme une fois que la question sera réglée.

Claude SCHNEIDER

164Il est vrai qu’il existe un maître mot : interface ou interdisciplinarité, ce qui caractérise tout à fait sport-santé.

165Dans la table ronde qui va suivre, c’est bien cette interdisciplinarité qui a permis effectivement de monter le projet.

Intervenant

166Ma question s’adresse à Anne Vuillemin. Combien avez-vous d’étudiants par promotion depuis quatre ans sur le Master en général ?

Anne VUILLEMIN

167On avait 80 personnes en Master 1 et une quarantaine en Master 2 dans la spécialité « Conduite de Projets en Sport, Santé et Société ».

Guy APPÉRÉ

168Sur les 80 étudiants, combien d’entre eux ont trouvé un emploi et dans quelle spécialité ?

Anne VUILLEMIN

169Beaucoup ont trouvé des emplois suite à leur stage. Pour ce qui est du parcours « Activités Corporelles Santé et Société », ce sont le réseau des comités d’éducation pour la santé, l’Assurance Maladie ou les mutuelles. Trois étudiants ont créé une entreprise ou une association, avec des spécialisations autour des personnes malades ou de l’activité physique en entreprise. 80 % trouvent un emploi sur l’ensemble du Master. Ce ne sont pas des grosses promotions par parcours.

170J’avoue avoir du mal à recruter des étudiants STAPS qui me semblent un profil intéressant mais manifestement, ils n’adhèrent pas facilement à la méthodologie de projet et recherchent avant tout un master disciplinaire STAPS, ce qui n’est pas notre cas puisque notre formation est centrée sur la conduite de projets et le développement des territoires.

Claude SCHNEIDER

171Il nous faut conclure la table ronde. Je remercie tous ceux et celles qui ont contribué au débat. Pour ma part, ce que je retiendrai de nos échanges c’est qu’il existe des maîtres mots : interface, d’abord, tant on constate qu’il n’est pas possible d’opposer l’éclairage théorique savant et l’expérience pratique de terrain. Interdisciplinarité est l’autre mot qui me vient à l’esprit car, à l’évidence, on ne peut prétendre apporter des solutions intéressantes en se privant de cette dimension. Interface et interdisciplinarité caractérisent tout à fait la réalité du « sport santé ». Cette première table ronde a permis de voir comment des institutions, un service universitaire, une fédération, une « filière » de formation universitaire sont amenées à maîtriser ces aspects pour être crédibles.

172Dans la table ronde qui va suivre, nous allons pouvoir reprendre ces questions et les aborder in situ – questions et solutions apportées – à partir d’un exemple grand public : l’action « Mieux dans nos baskets ! Mieux dans notre assiette ! ».

Bibliographie

Bibliographie

Expertise INSERM, « Activité Physique – Contextes et effets sur la santé », Éditions INSERM, mars 2008.

Paffenbarger R.S. Jr., Hyde R.T., Wing A.L. et Hsieh C.C. (1986) “Physical activity, all-cause mortality, and longevity of college alumni”, N Engl J Med, 314 (10), p. 605-13.

Sallis J.F. et Patrick K. (1994), “Physical activity guidelines for adolescents : Consensus statement”, Pediatric Exercise Science, 6, p. 302-314.

Matton I., Thomis M., Wijndaele K., Duvigneaud N., Beunen G. et alii (2006), “Tracking of physical fitness and physical activity from youth to adulthood in females”, Med Sci Sports Exerc, 38, p. 1114-1120.

Lazaar N., Aucouturier J., Ratel S., Rance M., Meyer M. et Duché P. (2007), Effect of physical activity intervention on body composition in young children : influence of body mass index status and gender. Acta Pædiatrica, 96, p. 1315-1320.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search