Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport et santé

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 2. « Échanges Franco-Allemands – Fribourg »

Walfried König

Texte intégral

Intervention de Walfried KÖNIG,
Professeur à l’Université du Sport de Cologne,
Ancien Directeur des Sports de Rhénanie-Westphalie

« Sport-santé : le cas de l’Allemagne »

1Chers amis,

2En citant Alphonse de Lamartine La Marseillaise de la Paix, 1841, je constate que vous venez de traverser l’un de « ces points qu’un peuple à l’autre étend comme une main », et j’en suis heureux. Votre grand écrivain exprime dans le même poème son espoir : « Le monde en s’éclairant s’élève à l’unité »…

3Il est vrai, le monde entier n’est pas encore arrivé à ce point, mais votre visite prouve que du moins nos deux peuples se sont déjà rapprochés d’une telle unité éclairée.

4Pour moi, cette rencontre est un moment tout à fait précieux. C’est ici à Fribourg, et même dans la maison voisine, que j’ai commencé en 1958 mes études universitaires qui précédaient une carrière professionnelle à la fin de laquelle l’UNCU m’a invité à travailler avec vous tous, ici réunis, ce qui finalement a conduit à cette visite. Donc, une vaste boucle se ferme aujourd’hui, dans les meilleures conditions.

5J’ai accepté de décrire à grands traits la situation du sport-santé en Allemagne. Comme nous sommes pressés, j’ai raccourci mon texte (je n’ai qu’une demi-heure), il s’agit donc d’une indication sommaire mais Madame Schmidt, dans quelques instants, et naturellement la partie pratique de la visite concrétiseront le sujet.

6D’abord un bref regard en arrière : en 1959, le Deutscher Sportband (DSB) a proclamé la « 2e voie dans le sport », la 1ère voie étant le sport classique de compétition organisé par et dans les clubs sportifs et les fédérations. Dix années plus tard, en 1969, la puissante confédération norvégienne du sport réussit, après une longue lutte avec les fédérations, à inviter les confédérations nationales européennes du sport, les comités olympiques et les organismes étatiques à une conférence internationale sous le thème central du « Trim ».

7Ce mot signifie : créer une bonne condition physique et une bonne santé. Il résulte de cette conférence que le DSB va développer à partir de 1970 la « Trimm Action », une campagne nationale qui sera poursuivie pendant des dizaines d’années, changeant de groupe cible et de thème central tous les trois ou quatre ans. Et plus le siècle avançait, plus les sujets centraux concernaient le sport-santé. Je ne veux pas oublier que le Conseil de l’Europe publiait en 1975-1976 la « Charte Européenne du Sport pour tous », invitant tous les citoyens des pays membres à faire du sport.

8En même temps, des autorités publiques, quelques Länder en Allemagne et beaucoup de communes commençaient à développer une politique de sport pour (vraiment !) tous, particulièrement pour ceux qui n’avaient jamais franchi le seuil d’un club sportif, et un nombre croissant de clubs, les grands clubs plus que les autres associations sportives, transformaient leur base d’orientation, leur conception aussi bien que leurs objectifs.

9Le poids de l’entraînement pour la compétition fut diminué au profit d’autres valeurs : sport pour le bien-être, pour la santé corporelle, psychique et sociale. Ceci n’était pas le résultat de quelques idées nouvelles, mais une réaction aux changements profonds de la société. Et les fédérations et les clubs n’étaient pas les seuls qui s’apercevaient des nouveaux besoins de la population et des chances commerciales. À partir des années 1980, ils voyaient surgir sur le marché des activités physiques deux concurrents : d’un côté les établissements commerciaux (studios, centres de fitness, etc.) et de l’autre côté les caisses de sécurité sociale, de secours en cas de maladie et les assurances et mutuelles. Les uns avaient découvert leurs chances économiques, et les autres les possibilités de diminuer à long terme leurs dépenses en profitant du sport comme instrument de prévention. Pour les caisses – il y en avait presque 300, aujourd’hui encore 240 – le profil sportif était et est encore aussi un facteur intéressant dans la concurrence interne qui opère entre les différentes caisses. En résumant, on peut dire que 25 ans après l’apparition des tendances nouvelles, le but « santé » jouait un rôle élevé parmi les objectifs des organisations du sport, et le sport avait trouvé une place dans toute politique de santé.

10Mais les caisses de secours en cas de maladie exagéraient. Elles élargissaient tellement leurs activités que les clubs et fédérations protestaient contre ce développement à leurs dépens. Et la politique a réagi ; on peut différencier plusieurs aspects de la réaction. D’un côté, en 1989, la promotion financière des mesures de prévention fut introduite dans le catalogue des obligations des caisses de secours en cas de maladie, ce qui leur rendit possible de subventionner par exemple le travail des clubs sportifs ; de l’autre côté, leurs propres activités d’offrir des programmes sportifs furent restreintes, et leurs dépenses en faveur du sport furent limitées. Actuellement, il s’agit de 2,53 € par an et par membre que les caisses ont le droit de dépenser pour les APS de caractère préventif, une somme à laquelle il faut ajouter les coûts du « sport sur ordonnance », qui résultent des mesures de réhabilitation et du sport des handicapés. Les règlements se trouvent dans le « Sozialgesetzbuch V », § 20, qui entre-temps a été réformé plusieurs fois, concernant la prévention, et dans le « Sozialgesetzbuch IX », § 44, également réformé et précisé par un accord élaboré et adopté par les caisses et les organisations sportives, concernant la réhabilitation.

11Depuis la réforme de 1996, la loi demande que les acteurs, c’est-à-dire dans notre sujet les associations et les fédérations sportives, garantissent une certaine qualité des cours subventionnés par les caisses. C’est pourquoi les partenaires étaient obligés de développer tout un catalogue de mesures pour le « management de qualité ». Du côté sportif, ce fut la tâche naturelle du DSB grâce à sa fonction d’organisation faîtière, et parmi les fédérations qui forment le DSB en commun avec les « Landessportbünde », c’était avant tout le Deutscher Turner-Bund (DTB) qui travaillait avec la plus grande intensité sur cette matière, et un peu moins le Deuscher Schwimm Verband. Le résultat des travaux est consigné dans les sceaux « Sport pro Gesundheit » et « Pluspunkt Gesundheit ». Les caisses de leur côté ont défini les types d’activités qu’elles attendent des clubs demandant des subventions.

12Il est évident qu’il doit s’agir d’offres d’EPS qui semblent être aptes à prévenir et à réduire les risques de santé.

13C’est pourquoi le contenu du cours sportif qui veut être reconnu, labellisé dans l’action « Sport pro Gesundheit », doit correspondre aux besoins spécifiques d’un groupe cible bien défini. C’est le premier des critères de qualité des organisations mentionnées.

14D’autres critères sont les suivants :

  • une direction des cours assurée par des personnes spécifiquement qualifiées ;

  • une certaine structure du cours, concernant la durée, la régularité, le nombre de participants ;

  • un examen médical avant l’entrée dans le cours ;

  • l’accompagnement du cours sportif par d’autres activités du club en faveur de la santé, par exemple information sur l’alimentation, l’organisation d’autres offres pour le temps libre des adhérents ;

  • des contacts avec les médecins locaux, les écoles, les jardins d’enfants, les entreprises, l’administration municipale, etc.

15Le club qui souhaite s’orner du sceau (du label) « Sport pro Gesundheit » doit présenter sa proposition, sa candidature à sa fédération (DTB, DSV) ou au Landessportbünd (LSB), et il doit être prêt à permettre des visites de contrôle. En cas de succès, il reçoit le sceau qui est le symbole de la reconnaissance pour une durée de deux années qui naturellement peut être prolongée.

16Actuellement, à peu près 12 000 sceaux ont été conférés aux clubs ce qui prouve que les organisations sportives et leurs partenaires se servent de cet instrument avec beaucoup de diligence.

17Entre-temps, le DSB et le DTB ont développé des manuels pour aider les clubs, des manuels pour la formation des entraîneurs, pour le contenu des cours, etc. Mais il s’agit d’un challenge qui demande un travail permanent. Beaucoup d’autres clubs parmi les 90 000 qui existent doivent entre « gagnés » pour une participation, ce qui devrait être facilité par le fait que des milliers d’entre eux offrent déjà des cours sport-santé de bonne qualité sans s’être efforcé de recevoir le sceau « Sport pro Gesundheit ». Le LSB de Rhénanie du Nord-Westphalie par exemple vient de publier un petit livre avec 16 000 cours sport-santé répertoriés existant dans ce Land, un chiffre qui augmente sans cesse sur la base d’un programme commun du gouvernement et du LSB qui s’étend jusqu’à 2015 (LSB = CROS).

18Ce programme s’adresse, par exemple, aux jardins d’enfants où il faut trouver les enfants obèses et les intéresser au sport, mais aussi au 3e âge (les seniors), où il s’agit de diminuer le risque de chute. Et entre ces deux groupes, il y a tous les autres. Je souligne que ce n’est qu’un exemple, un seul parmi des milliers qui mériteraient d’être mentionnés : on peut noter 19 offres, à l’échelle d’un seul club, contre les problèmes de colonne vertébrale.

19Il y a tant d’autres activités et mesures que je ne peux en mentionner que de manière succincte, par exemple :

  • le gouvernement fédéral a adopté une loi de prévention, dans laquelle les clubs sportifs sont acceptés comme porteurs d’activités préventives. Malheureusement, à ce jour, l’adoption par le parlement n’a pas été faite ;

  • le sport-santé est devenu un sujet central des sciences ; le nombre de publications de résultats de recherche croît jour après jour ;

  • et les organisations sportives faîtières, elles aussi, publient dans leurs journaux et magazines des résultats scientifiques et de bons modèles à diffuser.

20En dépit de ce développement et de toutes ces actions et de tous ces programmes, nous n’avons jamais eu en Allemagne tant de malades, tant d’obèses, tant de diabétiques (8 millions), et tant de personnes reconnues comme étant handicapées.

21Je regarde cette situation paradoxale avec le même étonnement qui caractérise cette petite histoire racontée par Jean Giraudoux : « J’ai un ami obèse qui ne supporterait pas d’aller en troisième de Paris à Rouen, et qui va dans ce corps de quatrième classe de sa naissance à sa mort ». Mais je partage aussi l’espoir de Giraudoux lorsqu’il dit : « Il y a des épidémies de tout ordre ; le goût du sport est une épidémie de santé ». Espérons que cette épidémie saisisse tout le monde dans nos deux pays et que ce que le club Freiburger Turnerschaft vous présente aujourd’hui soit contagieux.

22Je vous remercie de votre attention.

23Après une allocution de bienvenue prononcée par M. Walter Hasper, Secrétaire Général du club, la visite des installations sportives et un échange autour de diverses questions-réponses, il a été permis aux visiteurs de mesurer la part faite au sein du club à « la santé par le sport », avec des solutions aussi diversifiées qu’innovantes. En fonction des étapes successives qui ont marqué la problématique de la santé par le sport au niveau national, exposées par Walfried König, il nous a paru utile de reproduire un témoignage local datant du milieu des années 1990, moment charnière dans la prise en considération de la santé par le sport en Allemagne et temps fort de la vie du club qui fêtait alors le 150e anniversaire de sa fondation.

  • 1 Témoignage tiré de la plaquette du cent-cinquantenaire du club : 150 Jahre Freiburger Turnerschaft (...)

Contribution de Günther Giselbrecht1
Le Freiburger Turnerschaft au milieu des années 1990

Freizeitsport - gesundheitssport. Neue Bewegungskultur in der FT 18442

  • 2 En 1994, le club regroupe 22 sections sportives, accueille environ une centaine de groupes de « spo (...)

24Angesichts des stolzen Alters des Vereins im Jubiläumsjahr ercheint die Geschichte des Freizeitsports in der FT 1844 vergleichsweise jung, obgleich auch sie bereits vor mehr als einem Vierteljahrhundert begann. Der Verein bewies mit der Einrichtung der ersten abteilungsübergreifenden/unbhängigen Breitensportgruppen für Kinder und Erwachsene 1967 – seiner Zeit weit voraus – ein sicheres Gespür für die künftige Entwicklung des Sports. Die Umbenennung des Vereinsgeländes in den FT-Sportpark setzte auch ein äußeres Zeichen für eine öffnende Wende, hin zu neuen Motiven des Sporttreibens wie Spaß und Fitneß, basicrend auf einem individuellen Leistungsverständnis. Bereits damals wurden durch die besondere Akzentuierung des Angebots Bewegungserziehung, Vielfalt und Gesundheit in den Mittelpunkt der Bemühungen gestellt, was bis heute Gültigkeit behielt. Längst sind die modernen Sportgruppen aus den Anfängen „ Tradition” geworden und bilden heute die solide Grundlage für eine stetige Weiterentwicklung.

25Der rasanten Dynamik der Veränderungen im Freizeitsport begegnete die Vereinsführung mit zwei richtungsweisenden Projekten : mit der Linie ‘83, einem Grundsatzpapier für Modernisierungsmaßnahmen struktureller und inhaltlicher Natur, legten die Verantwortlichen in Abstimmung mit den Mitgliedern, die am Meinungsbildungsprozeß beteiligt waren, die Basis für noch mehr Attraktivitat, Effek tivität und Professionalität im gemeinsamen Bemühen um eine erfolgreiche Zukunft des Vereins.

261988 wurde durch die 1. Gesundheitswoche der FT 1844 – beispiellos in der deutschen Vereinslandschaft – ein neues Kapitel in bezug auf zielgruppenorientierte Angebote aufgeschlagen : Der Verein öffnete sich weit über die Forderung des Begriffs „ Sport für alle” hinaus, um heute, ausgelöst durch die damalige Großveranstaltung Gesundheit und Sport, ein hochdifferenziertes Spektrum im Bereich Prävention und Rehabilitation offerieren zu können.

27Die engagierte Vorreiterrolle des Vereins in der Gesundheits- und Bewegungserziehung, in der Übernahme von gesellschafts- und sozialpolitischen Aufgaben also, läßt sich am deutlichsten anhand der Sondereinrichtungen erlautern :

28Die Freiburger Turnerschaft von 1844 e.V. unterhält seit 1973 den 1. Sportkindergarten in der BRD.

291987 folgte der Spieltreff, ein vergleichbares Betreuungsmodell für 2-bis 3jährige.

30Seit 1992 befindet sich mit dem FT-Schülerhort für 6-bis 10jährige die erste Einrichtung dieser Art in einem modernen Sportverein.

31Komplettiert werden diese festen Erziehungseinrichtungen durch ein dichtes Netz von hochwertigen Bewegungsangeboten für Kinder, die in der Regel sportartübergreifend angelegt sind und erst mit zunehmendem Alter eine eventuelle Spezialisierung fördern (siehe Schaubild). Ein zentraler Ansatzpunkt auch von KidS, der neuen FT-Kindersportschule : Das in sich geschlossene sportpädagogische Modell bringt 5-bis 10jährigen Kindern die Welt des Sports näher – behutsam und spannend, effektiv und phantasievoll zugleich. Ein Rahmenlehrplan, drei verschiedene Klassenstufen, hauptamtliche Sportpädagogen, sportärztliche und sozialpädagogische Betreuung der Kinder und die Elternberatung sichern ein hohes Lernniveau innerhalb und außerhalb des Unterrichts.

32Immer mehr Menschen suchen in Bewegung und Sport neben Gesundheit und Fitneß weitere Sinndimensionen, die allesamt auf ein ausgewogeneres körper-seelisches Gleichgewicht ausgerichtet sind : Immer mehr Mitglieder – auch neue FT-Mitglieder – finden diese in einem stetig wachsenden Angebotsbereich des Vereins, der eine Art neue Bewegungskultur repräsentiert und in dessen Mittelpunkt eine verbesserte Körperwahrnehmung und ein intensiveres Bewegungsgefühl durch mehr Bewegungsqualität und Entspannungsfähigkeit stehen. Das Erlernen neuer Bewegungsformen und das rechtzeitige Erkennen von ungünstigen Bewegungsabläufen oder Haltungen verhelfen zu einem besseren Körperbewußtsein und ganzheitlichen Wohlempfinden. Die große Palette reicht von bereits bekannteren Richtungen wie Yoga, Tai-Chi und Feldenkrais bis hin zu noch recht fremden Formen wie Qigong oder Capoeira.

33Die große Vielfalt war und ist ein Markenzeichen des modernen Großvereins, wie der Freiburger Turnerschaft von 1844 e.V. Sportliche Angebote für alle wichtigen Lebens- und Interessenlagen sind eine notwendige Grundlage für die Vision einer bewegteren Gesellschaft, in der Sport und Bewegung von der schönsten Nebensache der Welt in eine angemessene, zentralere Position aufsteigen.

Notes

1 Témoignage tiré de la plaquette du cent-cinquantenaire du club : 150 Jahre Freiburger Turnerschaft von 1844 e.V., 1994, 96 p. Voir p. 30.

2 En 1994, le club regroupe 22 sections sportives, accueille environ une centaine de groupes de « sport loisir », et propose près de 300 offres de cours. Il assure plus de mille heures de sport par semaine, dont 480 heures bénéficiant d’un encadrement

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540