Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport et santé

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 1. « Aujourd’hui, quel sport pour une bonne santé ? »

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Présentation par Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, CNRS

1Hier, nous avons entendu deux conférences qui ont établi pour nous un bilan panoramique de la problématique Sport et Santé. D’abord un éclairage d’ensemble, avec l’exposé du Professeur Pierre Rochcongar, au titre de la médecine du sport. Ce dernier a insisté sur les bienfaits, mais aussi sur les excès, les problèmes et quelques incertitudes quant à l’activité physique et sportive, qu’elle soit de haut niveau ou plus ordinaire.

2Cet éclairage a été complété par un aperçu également panoramique sur l’évolution de la représentation sociale du corps et des pratiques liées au souci de l’apparence, à l’activité physique et à la santé par notre collègue Yves Travaillot.

3Pour tenter une transition avec ces acquis et perspectives, on va aborder avec les deux intervenants d’aujourd’hui deux états des lieux, complémentaires l’un de l’autre, qui permettront d’analyser et de comprendre ce qu’est la pratique sportive en France aujourd’hui.

4Évidemment, il existe un indicateur incontournable actuellement. Il s’agit des fameuses 40 médailles, fixées comme objectif pour les JO de Pékin. Grâce à elles, on peut considérer que le sport français est en bonne santé. En deçà de 40 médailles, ou si le bronze et l’argent éclipsent l’or, doit-on considérer que le sport français est en mauvaise santé ? Faut-il aller au chevet de quelques disciplines comme l’athlétisme ? Faut-il parler de côte d’alerte et décréter la situation d’urgence pour d’autres ? Mais la bonne santé du sport, en France, en même temps, ce sont tous ces sportifs et sportives ordinaires qu’il importe de connaître au titre d’une sociologie générale.

5Nous allons entrer dans le vif du sujet avec un premier exposé qui sera celui de Patrick Mignon. Celui-ci est responsable du Laboratoire de Sociologie à l’INSEP. Il a été le maître artisan des dernières grandes enquêtes nationales traitant de la pratique des activités physiques et sportives françaises éditées conjointement par l’INSEP et le ministère des Sports. En même temps, il anime des séminaires en sciences sociales – « La performance sportive », « Le spectacle sportif » – à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Il a participé à l’expertise collective INSERM, en rédigeant plus particulièrement les chapitres relatifs à la pratique sportive. Peut-on conclure à une démocratisation progressive des pratiques sportives ? Y a-t-il des inégalités sociales ou autres qui perdurent ? Comment la santé est-elle envisagée, dans sa relation avec les APS, en fonction des tendances sociologiques repérées ?

6William Gasparini est connu des Strasbourgeois parce qu’il enseigne la sociologie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Il a produit un certain nombre de travaux sur l’organisation sportive, c’est pour cela que nous l’avons sollicité.

7Aujourd’hui, avec une équipe d’accueil qu’il dirige, il travaille plus particulièrement sur les problématiques de l’intégration par le sport et il est l’organisateur d’un prochain colloque (dans le cadre des journées d’études européennes) sur le thème « Le sport à l’épreuve de l’Université », qui se tiendra en novembre prochain à Strasbourg, avec la bénédiction de l’Université de Strasbourg et de l’Agence pour l’Éducation par le Sport.

8Dans le cadre de notre Université Sportive d’Été, William Gasparini va aborder la problématique pratique sportive et santé en se plaçant sous l’angle d’une sociologie des organisations et des modèles organisationnels de la pratique des activités physiques et sportives. Comment est envisagé l’aspect « santé » au niveau de tel ou tel groupement sportif ? Observe-t-on des changements en faveur de la prise en considération des questions de santé ? Doit-on identifier de sérieuses pesanteurs qui, en France, ne permettent pas de rivaliser d’ouverture d’esprit et d’innovation quand on considère la situation dans certains pays voisins ?

Intervention de Patrick MIGNON,
Responsable du Laboratoire de Sociologie du Sport, Institut National du Sport et de l’Éducation Physique (INSEP)

9Nous avons réalisé une enquête sur les pratiques sportives. Il existe une interrogation générale sur le monde des médailles, sur leurs significations et sur la relation entre le sport de haut niveau et le sport de masse.

Des pratiques sportives à l’activité physique

L’évolution des pratiques physiques et sportives à travers les sondages 1967-2005 : une grande variation dans les estimations

1967

INSEE

28 %

1979

SOFRES

30 %

1985

INSEP

73 %

1987

INSEE

48 %

1994

CREDOC

68 %

1997

BVA Équipe

44 %

2000

INSEP

83 %

2005

INPES

58 %

101er tableau : estimation existante aujourd’hui sur le taux d’activité physique et sportive en France.

11En 1967, première enquête réalisée par l’INSEE, qui prend plus ou moins en compte la question de la pratique physique et sportive. En 2005, enquête réalisée par l’INPES sur les activités physiques.

12Deux aspects :

  1. ce qu’on peut considérer comme étant une croissance de la pratique physique et sportive : 28 % en 1967, 58 % en 2005.
  2. difficulté à trouver le taux qui soit satisfaisant.

13Effectivement, on se pose la question de savoir si les enquêtes statistiques sont faites de la même manière et si elles prennent en compte les mêmes critères, afin d’expliquer les variations.

14Point de départ : les enquêtes traitées par l’INSEP depuis 1985 (1985, 1987, 2000 et 2003) sur les pratiques physiques et sportives, dont une spécifique sur les adolescents.

15Deux enquêtes ont été réalisées avec les mêmes consignes que celles de 1985 et de 2000, et portaient sur la population de 15 à 75 ans. Celle de 2003 portait sur les adolescents et jeunes de 2 à 17 ans.

16L’un des principes de l’enquête 1985 (et 2000), lesquels seront reconduits dans l’enquête qui normalement devrait revoir le jour en 2009, est de démarrer notre enquête par une question : « Dans les douze derniers mois, avez-vous pratiqué une activité physique ou sportive ? (sauf le cours d’éducation physique obligatoire pour les scolaires) ».

17L’ordre des questions a une importance fondamentale sur le type de réponse. Si vous posez une certaine question en premier, vous avez un type de réaction ; si vous la posez en 10, 15 ou 20e question, la réponse sera différente.

18Cette première interrogation était suivie par une autre question : « Êtes-vous sûr de n’avoir rien oublié parmi les activités physiques ou sportives ? », qui est une façon un peu détournée de relancer. Dans ce genre d’enquêtes, il est intéressant d’étudier les réponses qu’apportent les gens spontanément, puis dans un deuxième temps, après avoir insisté sur le fait de ne rien oublier.

19Cette enquête de 2000 donne des tendances générales :

  1. Massification de la pratique physique et/ou sportive : le terme « massification » indique que le chiffre augmente.
  2. Diversification des pratiques et des modalités de pratique : la palette des activités pratiquées s’est élargie. En 1967 par exemple, on pouvait considérer que l’activité physique se confondait avec des personnes impliquées dans des clubs sportifs ou associations sportives. En 2000, la pratique sportive n’est pas recouverte par l’adhésion à des clubs. Il existe même un décalage très fort entre les deux.
  3. Différenciation sociale des pratiques fortes : tout le monde ne pratique pas le même sport.
  4. Le poids de la situation socio-économique est fondamental. Conclusion basique : la situation socio-économique, le statut socioéconomique, le revenu, le nombre de diplômes, la position sociale et le type de profession ont un rôle considérable dans l’engagement d’une activité physique ou sportive.
  5. L’intégration, une condition nécessaire à la pratique sportive : ce n’est pas l’intégration au sens des politiques publiques mais au sens sociologique, c’est-à-dire quels sont les éléments qui permettent de marquer que les individus participent plus ou moins fortement à l’ensemble des institutions sociales. L’intégration, par exemple, au sens d’avoir un métier régulier, de s’être engagé plus profondément dans les activités les plus légitimes de la société, est une condition nécessaire à la pratique physique et sportive, et à sa longévité.
  6. Achèvement d’un cycle de croissance et relativisation du sport. Aujourd’hui, on est au bout d’un cycle de croissance du sport. Toutes les pratiques de loisirs ont augmenté entre 1960 à 2000. Aujourd’hui, on peut se poser la question d’une stagnation comme pour les pratiques culturelles qui n’ont pas bougé en 2000 par rapport aux années 1980. On a les mêmes taux et ce sont les mêmes catégories qui vont au musée et au cinéma. On peut se poser la question pour le sport et dire qu’il a trouvé sa place dans les pratiques de loisirs des individus. Comme il a trouvé sa place, une sorte de relativisation s’est installée, c’est-à-dire que cela n’a plus l’importance que cela pouvait avoir auparavant.

20Ce sont les conclusions générales que l’on peut tirer.

21Explorons en détail ces aspects.

La pyramide de la participation

22Le taux est décroissant au fur et à mesure qu’on essaye de mesurer un engagement.

En 2000

2383 % des personnes interrogées ont pratiqué au moins une fois dans l’année une APS (36 millions)

2460 % pratiquent au moins une fois par semaine (26 millions) ;

2534 % plus d’une fois par semaine (14 millions) ;

2623 % sont licenciés (11 millions) ;

2713 % participent à des compétitions (6 millions).

Les activités les plus populaires

  • Marches (festives et sportives) : 55 %, 20 millions
  • Natation-baignade : 38 %, 14 millions
  • Vélo : 34 %, 13 millions
  • Courses à pied : 17 %, 6 millions
  • Jeux de boules : 16 %, 6 millions
  • Gymnastiques : 14 %, 5 millions
  • Sports d’hiver : 13 %, 5 millions
  • Football : 13 %, 5 millions (la moitié est licenciée dans un club de football, l’autre moitié pratique en dehors de toute institution sportive.
  • Tennis : 10 %, 4 millions (1 million dans les fédérations, 3 millions hors institution sportive).

28Dans la marche, nous avons distingué d’un côté la marche générique et de l’autre le trekking, qui concernent des populations différentes. Les marcheurs génériques sont âgés, n’ont pas de diplôme, appartiennent à la catégorie populaire. Quant au trekking ou à la randonnée, les personnes sont plus jeunes, diplômées, la population est moins féminine. Ces distinctions rappellent toujours le fait que tout le monde marche, nage et pédale, mais pas de la même façon.

29Données générales :

  • les hommes pratiquent plus que les femmes ;
  • les jeunes entre 15 et 24 ans que les plus de 50 ans ;
  • les diplômés plus que les sans diplômes ;
  • les hauts revenus plus que les bas revenus, etc.

30Sexe, âge, diplôme et revenu font varier le portefeuille d’activités sportives, c’est-à-dire qu’un homme jeune, Bac +, avec des revenus réguliers importants, va pratiquer dans une même année plus d’activité sportive qu’une personne de sexe féminin, de plus de 50 ans, sans diplôme, avec des revenus faibles.

31C’est intéressant sur le plan de l’intégration : les conditions d’investissement au niveau sportif dépendent du nombre d’intégrations dans d’autres institutions et d’autres domaines sociaux.

32Sport et culture vont de pair : ceux qui courent sont ceux qui lisent ou qui sortent. On a comparé les questions culturelles de notre enquête à celles du ministère de la Culture : on s’est aperçu qu’il existait une forte corrélation entre le fait de pratiquer un sport et de fréquenter les musées. Le sport et la culture font partie des activités qui traduisent la possibilité de faire toutes les choses qui font du bien pour la tête, pour le corps. Par contre, ceux qui font beaucoup de sport ne font pas beaucoup de culture et ceux qui ne font pas de culture et pas de sport ne font rien du tout. Cette situation est extrêmement simplifiée.

Femmes et hommes dans le sport, Enquête 2000

Femmes et hommes dans le sport, Enquête 2000

La courbe des âges de la pratique, Enquête 2000

La courbe des âges de la pratique, Enquête 2000

La part des âges

331985 :

  • 12-34 ans : 90 % pratiquent une APS
  • 50-74 ans : 59 % pratiquent une APS

342000 :

  • 15-34 ans : 91 % pratiquent une APS
  • 50-74 ans : 73 % pratiquent une APS

Sportifs et sportives selon l’âge

Âge

Femmes

Hommes

15-29

86 %

90 %

30-39

80 %

88 %

40-49

73 %

85 %

50-59

64 %

75 %

60-69

48 %

72 %

70 et plus

22 %

44 %

Ensemble

64 %

79 %

Sport et statut socio-économique

Professions et catégories socio-professionnelles

1985

2000

Cadres, professions intellectuelles supérieues

91 %

92 %

Professions intermédiaires

85 %

92 %

Employés

73 %

86 %

Ouvriers

68 %

81 %

Étudiants-élèves

90 %

92 %

Le poids des revenus

Le poids des revenus

Relativisation du sport

3517 % de non-pratiquants radicaux. Ces 17 % sont reliés à des situations d’âge, de revenu, d’éloignement.

3620 % des sportifs sont des pratiquants occasionnels, il y a aussi effectivement des facteurs qui interviennent.

3756 % des pratiquants ne souhaitent pas en faire plus.

38Les « forces productives sportives » ont cessé de croître.

Les obstacles économiques à la pratique

  • Revenu familial disponible/coût du matériel et du droit d’accès
  • Maîtriser l’espace : ranger le matériel ; se déplacer pour pratiquer
  • Avoir des revenus pour avoir du temps : prendre des vacances ; utiliser au mieux le temps disponible ; « libérer » la femme.

L’activité physique : définitions

  • Dépense d’énergie
  • Distinguer activité = tout mouvement et exercice = mouvement corporel planifié et sport = activité et exercice dans le cadre d’une association et en vue de la compétition
  • Vie active : mode de vie qui intègre l’activité physique dans la vie quotidienne
  • Intensité : la quantité d’effort pour accomplir une activité physique
    • Activité physique modérée : porter des charges légères, accomplir des tâches domestiques, faire une promenade en vélo
    • Activité physique intense : bêcher, porter une charge lourde, faire un match de football.

L’activité physique conseillée

  • Variable selon l’âge
  • Adultes : 30 minutes d’activité physique modérée au moins cinq fois par semaine
  • Enfants et jeunes : 60 minutes d’activité physique modérée au moins cinq fois par semaine, plus des activités spécifiques de renforcement des os deux fois par semaine.

Mesurer l’activité physique

  • En Europe, 31 % des personnes âgées de plus de 15 ans ont une activité physique suffisante et 34 % des jeunes âgés de moins de 15 ans = font du sport ou une activité physique une fois par semaine
  • 40 % des Européens ont une activité physique insuffisante

39Estimation de la pratique sportive des jeunes (12-24 ans) : très grandes variations.

  • INSEP-MJS 2000 (15-24) = 91 %
  • INSEP-MJS 2003 (12-17) = 69 %
  • INSERM 1999 (11-19 ans) = 60 %
  • CFES 2000 (15-19 ans) = 80 %

40Il y a des variations ouvertes. Il y a des questions de dispositif de l’enquête : où est-ce que l’on pose la question ? Comment les personnes vont-elles apprécier l’interrogation ? Par exemple, l’enquête sur les adolescents n’a pas démarré avec les mêmes questions qu’en 2000.

Baisse de la pratique sportive des jeunes. Enquête INSEP-MJS 2003

Baisse de la pratique sportive des jeunes. Enquête INSEP-MJS 2003

41La pratique sportive notamment chez les 12-17 ans est extrêmement mouvante : beaucoup d’abandons, de réorientations, d’arrêts, de reprises, d’où une véritable interrogation statistique et sociale (que se passe-t-il ? que faut-il faire ?).

42Les filles ont une pratique physique et sportive moins importante que les garçons. Il y a un décrochage très net chez les filles à 14 ans.

L’activité physique des jeunes en France

Garçons

Filles

Ensemble

12 ans

78 %

68 %

73 %

13 ans

80 %

68 %

72 %

14 ans

72 %

63 %

69 %

15 ans

81 %

54 %

68 %

16 ans

75 %

55 %

65 %

17 ans

76 %

52 %

65 %

Les facteurs de la pratique

Diplôme des parents

Pratique

Sans

52 %

Brevet des collèges, CAP, BEP

65 %

Baccalauréat

75 %

BTS, DUT, DEUG, Licence, Maîtrise, Doctorat

83 %

Revenus du foyer

Moins de 1 070 €

58 %

de 1 070 à 1 830 €

61 %

de 1 830 à 2 745 €

71 %

2 745 € et plus

80 %

Rural

70 %

Moins de 100 000 habitants

73 %

Plus de 100 000 habitants

65 %

Les facteurs de la non-pratique

Garçons

Jamais7 %

Abandon14 %

Filles

13 %

26 %

Diplôme des parents

Sans

22 %

27 %

Brevet des collèges, CAP, BEP

11 %

25 %

Baccalauréat

9 %

17 %

BTS, DUT, DEUG, Licence, Maîtrise, Doctorat

6 %

12 %

Revenus des parents

Moins de 1 066 €

18 %

25 %

1 066 € à 1 830 €

15 %

24 %

1 830 € à 2 286 €

8 %

20 %

Plus de 2 286 €

9 %

12 %

Initiation, abandon, filière…

43Abandon ou changement de sport : garçon de milieu aisé ou moyen ou fille de milieu populaire.

44Ceux et celles qui ne reviennent pas : milieu ouvrier, au collège mais plus âgés, fille avec mère seule, temps contraint pour les filles, le rural protège les filles (ou les grandes agglomérations ont leurs poches de relégation des filles).

45Des sports qu’on abandonne : judo, équitation, athlétisme, danse, gymnastique mais qui font faire, pour les garçons, plus de sports.

46Des filières sportives : des sports qui habituent à l’engagement physique (judo, gym ou danse) ; la filière des sports collectifs.

47La précocité dommageable : les sports les plus abandonnés sont ceux que l’on commence très tôt.

48Causes d’abandon : trop d’exigence, lassitude, déception, coût et concurrences.

L’activité physique et les styles de vie. L’exemple britannique

  • 86 % des jeunes de 15 ans et moins ont une activité sportive en 2003 ;
  • La moitié des jeunes Britanniques effectue au moins 30 minutes d’activités physiques modérées, mais fragmentées ;
  • L’activité physique alterne avec des activités sédentaires (télévision, jeux) ;
  • L’activité physique commence à décliner dès l’âge de 10 ans, surtout chez les filles ;
  • Plus de 16 % des jeunes de 10-12 ans sont en surpoids ;
  • Le contenu et la forme (snacking) de la nutrition favorisent le surpoids.

49Le taux d’activité n’est pas suffisant ; en même temps, cette activité physique est très fragmentée, il y a donc problème en terme de son efficacité, les décrochages, les problèmes de surpoids. Un autre élément qui ressortait de l’enquête est le style de vie. La question de l’éducation physique s’intègre dans le style de vie. Celui-ci introduit le fait de jouer aux jeux vidéos ou de commencer en sortir en boîte. Il y a également le style de vie alimentaire qui va renvoyer à la régularité, aux relations entre l’activité des jeunes et l’activité domestique, aux repas collectifs, le type de nourriture, etc.

Débat

Jean-Paul Callède

50« Aujourd’hui, quel sport pour une bonne santé ? » Évidemment, derrière cette interrogation faussement simple, le sujet est vaste et complexe. Il permet de faire le lien avec ce que nous avons retenu hier et qui est consigné dans la synthèse proposée par le Professeur Rochcongar : « Pour être efficace, l’activité physique doit être pratiquée de façon régulière, à un niveau d’intensité suffisant, et au moins trois heures par semaine ». Cela fixe les idées. Si l’on se reporte à la note de synthèse, d’une dizaine de pages, diffusée par l’INSERM au moment de la remise officielle du rapport Activité physique, contextes et effets sur la santé, il est possible de détailler ces recommandations qui rejoignent celles formulées par d’autres instances spécialisées.

51« Pour les adultes de 18 à 65 ans, il est recommandé une activité physique de type aérobie (endurance) d’intensité modérée pendant une durée minimale de 30 minutes 5 jours par semaine ou une activité de type aérobie d’intensité élevée pendant une durée minimale de 20 minutes 3 jours par semaine. Cette activité physique peut faire l’objet d’activités combinées. Par exemple : marcher d’un bon pas pendant 30 minutes 2 fois par semaine et pratiquer le jogging pendant 20 minutes 2 autres jours de la semaine. » Des exercices de renforcement musculaire viennent compléter l’activité physique générale.

52« Chez l’enfant […] les conclusions de conférences de consensus récentes s’accordent aujourd’hui pour dire qu’un minimum de 60 minutes par jour d’activités physiques d’intensité modérée à élever est souhaitable chez les enfants, sous forme de sports, de jeux ou d’activités de la vie quotidienne. »

53« Chez l’adulte au-delà de 65 ans, les recommandations en termes de durée et fréquence apparaissent identiques à celles préconisées pour l’adulte jeune […]. Il faut ajouter des activités d’équilibre pour un maintien de la souplesse et la prévention des chutes […]. Les activités de la vie quotidienne d’intensités modérées à élevées durant au moins dix minutes (tâches ménagères, jardinage…) peuvent être comptabilisées pour atteindre le niveau recommandé »

54Vous pourrez retrouver ce document (Dossier de presse. Une expertise collective de l’Inserm, 1er avril 2008), ces indicateurs et leur commentaire détaillé en consultant le site de l’INSERM.

55L’information sociologique présentée par Patrick Mignon sur les pratiques sportives permet de mettre en perspective la pratique des activités physiques et sportives avec l’éventail de recommandations définies par les institutions de santé.

56Hier, le Professeur Rochcongar a bien montré que le lien entre sport et santé pouvait être distendu, pour employer un euphémisme, dans certaines conditions extrêmes ou excessives de pratique. Ce qui, nous disait-il, ne remet pas en cause qu’il puisse exister un lien cohérent entre pratique sportive et santé lorsque certaines conditions de la pratique sont réunies. Et l’exposé d’Yves Travaillot nous avait introduit dans l’univers des représentations collectives, avec leur traitement médiatique et l’impact social de leurs messages, effectif et efficace malgré les contradictions ou les contre-vérités scientifiques qu’il leur arrive parfois de véhiculer.

57Les enquêtes sociologiques commentées par Patrick Mignon sont particulièrement éclairantes. S’il existe un pourcentage important de personnes qui, par leur pratique régulière, sont en conformité avec les préconisations proposées, les non-pratiquants ou les pratiquants très occasionnels se trouvent placés sans nul doute très en deçà des niveaux d’exigence requis pour se maintenir « en bonne santé » et a fortiori pour l’améliorer. J’aurais tendance à comprendre les données fournies par les grandes enquêtes nationales de la façon suivante, par une « lecture en creux », pour ainsi dire :

58Pour le sociologue, « la bonne santé » est hypothéquée de quatre façons possibles, le cas échéant cumulées :

59À chaque fois que l’on identifie les non-actifs, les sédentaires absolus, c’est-à-dire les 17 % de non-actifs, leur « bonne santé » est hypothéquée.

60À ceux-là s’ajoutent les 20 % de personnes qui sont en deçà d’une activité conséquente, au sens qualitatif et quantitatif du terme, c’est-à-dire des activités occasionnelles et sans véritable régularité.

61Ces deux ensembles représentent un tiers de la population française, sans doute.

62On peut comprendre aussi le poids de certaines variables culturelles qui caractérise ce que Patrick Mignon a appelé « le style de vie », avec l’éducation familiale et/ou scolaire, mais aussi l’absence d’offre sportive locale adéquate. Je crois que les problèmes d’inégalité entre urbains et ruraux, entre hommes et femmes, les problèmes de décrochage des filles à l’adolescence renvoient pour partie à ces facteurs. Tôt ou tard, ce type de situation expose la « santé » de la personne.

63Il existe une quatrième façon d’hypothéquer la « santé » qui renvoie très directement à l’insuffisance de ressources économiques de la personne, qui bien sûr ne doit pas être totalement dissociée des raisons culturelles. Prenons l’exemple des retraités qui, plus que jamais, déplorent l’érosion de leur pouvoir d’achat. Cet aspect a un impact direct sur leur mode de vie.

64Il y a également « la bonne santé » qui peut être hypothéquée du fait d’un excès de pratique. Là, nous ne sommes plus dans la lecture en creux des données statistiques puisque c’est parmi les 2/3 de pratiquants sportifs ayant une activité plutôt régulière, et tout particulièrement ceux qui ont une activité intense ou ceux qui la délaissent brutalement, qu’on trouvera les sujets répondant à ce profil.

65Il est important de ne pas perdre de vue ceci parce que, lorsqu’il nous faudra envisager quelles solutions concrètes doivent être apportées sur le terrain, les données sociologiques – et les différentes façons d’hypothéquer sa « santé » ou « une bonne santé » potentielle – renvoient à des médiations institutionnelles, pédagogiques, éducatives, urbanistiques, etc., qu’il s’agira de repérer, d’optimiser ou de suggérer pour l’avenir.

André THÉVENON

66J’ai toujours admiré ceux qui définissent l’activité physique de façon quantitative, ou ceux qui sont satisfaits quand ils affirment que des personnes ont une activité physique « supérieure à la moyenne ». En réalité, c’est toujours plus compliqué. Je n’ai pas l’impression qu’à l’hôpital, les aides-soignants soient plus en forme, ou moins obèses, que les secrétaires. Or, si on fait le calcul de « vie active » ou d’« activité physique modérée », etc., les aides-soignants se situent dans une tranche « supérieure » par rapport aux secrétaires. Mais peut-on dire qu’il s’agit d’une situation plus « favorable », en termes de santé ? Par conséquent, n’y a-t-il pas un niveau de situation professionnelle critique qui conditionne la forme ?

Patrick MIGNON

67Le mode de style de vie est lié à des professions. Ces professions sont caractérisées par la sédentarité (ex. : travail sur ordinateur), ce qui entraîne le surpoids. Le travail sur ordinateur va de pair avec certaines structurations d’alimentation (le « snacking »). Le rythme est également important parce que des personnes travaillent de 14 h à 18 h, d’autres travaillent la nuit, ou effectuent un travail dit posté, etc. Tous ces éléments définissent des groupes spécifiques au niveau des modes d’organisation de la vie ordinaire. Leur vie ordinaire c’est ce qu’ils vont manger, ce qu’ils vont faire, quand ils vont s’arrêter, c’est la notion de fatigue, la notion de détente, etc.

68C’est beaucoup plus qualitatif et cela nous oblige à considérer différents corps professionnels dans leurs relations avec tout ce qui peut et va déterminer « la bonne santé ». L’activité physique en est une dimension. L’activité physique, à un certain niveau, est un aspect positif, mais cela ne suffit pas. Il faut la compléter avec une alimentation équilibrée, par exemple. Il faut connaître la pénibilité du travail professionnel, etc.

Jean-Paul CALLÈDE

69Voulez-vous dire, Monsieur Thévenon, qu’il peut y avoir une mauvaise interprétation de la « santé » si l’on se limite à définir l’activité par la dépense physique, et que c’est en tout cas un indicateur insuffisant ?

André THÉVENON

70Oui. L’activité physique au travail est considérée, pour beaucoup, comme un facteur préjudiciable pour la santé. Dans d’autres cas, ce ne sera pas aussi déterminant. Et il faudrait savoir aussi comment les personnes sont plus ou moins à même de s’adapter à leurs conditions de travail…

Jean-Paul CALLÈDE

71De même que le taux de mortalité pour certaines catégories socioprofessionnelles : les agriculteurs par exemple, sensés se dépenser physiquement de façon quotidienne, ne leur sont pas favorables si on le compare à l’espérance de vie d’autres catégories socio-professionnelles comme les enseignants qui, a priori, sont souvent considérés comme exerçant des métiers sédentaires.

Jacob KORNBECK

72Je voudrais connaître vos réflexions sur le problème méthodologique lié à la notion de « sport », et aux définitions qui sont susceptibles de varier en fonction des différentes cultures, des différentes langues, etc. Je me souviens de nos deux sondages avec un baromètre spécial sur le sport, « Eurobaromètre en 2003 », sur la participation des activités sportives et physiques. Le Portugal, par exemple, avait un taux de pratique sportive très bas mais un expert portugais nous a révélé aussi que les Portugais ne considèrent pas faire du sport quand ils font du vélo. Il faut savoir aussi que le niveau de l’obésité est très élevé au Portugal. Je crois tout de même que l’on peut supposer que les personnes font moins de sport qu’ils ne le prétendent. Mais il faut signaler une certaine faiblesse méthodologique qui risque d’apparaître si on demande tout simplement aux personnes : « Faites-vous du sport ? », « Faites-vous de l’activité physique ? ». Avez-vous déjà développé des réflexions sur la notion de « sport » telle que la comprennent des Français par rapport, par exemple, à celle des Allemands ?

Patrick MIGNON

73C’est une question du point de vue méthodologique qui est vraiment très compliquée, et je ne sais pas comment on peut la surmonter. Un exemple peut illustrer cela. Pourquoi a-t-on posé la question en introduisant l’expression « activité physique et sportive » ? On s’attendait notamment à ce que, pour certaines personnes, faire du sport veuille dire : « être inscrit dans un club », « aller à l’entraînement une fois par semaine », « participer à une rencontre sportive le week-end ». Il fallait donc utiliser une autre terminologie. Au risque probablement d’ouvrir la perspective au-delà de l’activité physique proprement dite. Par ailleurs :

  1. Il existe des jeunes qui font du football régulièrement toutes les semaines et qui ne sont pas inscrits dans un club.
  2. Si on demande à un agriculteur ou un chauffeur-livreur s’il fait du sport, il n’en fait peut-être pas, au sens restreint du terme, mais il vous répondra, sérieusement ou avec une pointe d’humour : « En fait, j’en fais toute la semaine ».

74Non pas pour connaître le niveau d’activité physique au sens de santé publique du terme, mais pour essayer d’apprécier l’activité physique faite volontairement par les individus, on a mentionné « activité physique » parce que l’on s’attendait à ce type de problème, qui est relativement insolvable.

75Le taux de réponse est différent quand une personne répond spontanément : « Je fais quelque chose », et quand on pose une seconde question, de relance, avec ceux qui disent alors : « Ah oui, je fais quelque chose ». Ils se disent : « Ah oui, effectivement, marcher une fois de temps en temps, aller à la chasse, à la pêche, vous comptez cela comme une activité physique, etc. ». Il existe en fait deux populations. Ceux qui disent qu’ils font du sport, ce sont des vrais sportifs ; et ceux qui pratiquent une vraie activité volontairement. On distingue ensuite ceux qui possèdent une licence de ceux qui n’en ont pas. Effectivement, on se heurte à ce type de problème que vous indiquez, et je ne pense pas que l’on puisse le surmonter.

76Les activités physiques ordinaires ne vont pas de pair avec l’activité sportive parce qu’il y a une question de temps, de calendrier. D’une façon générale, ce sont les urbains qui sont sportifs, c’est cela qui fait la force du sport. Alors, effectivement, nous constatons un type de décrochage entre des pays sans agriculture et très urbanisés et des pays où la condition agricole est très forte, et dans lesquels l’activité physique à un sens complètement différent. Et ensuite, on revient au style de vie. Un Portugais vivant dans une petite bourgade du Portugal, avec toutes les sollicitations en tant que membre de la collectivité, a un mode de vie alimentaire et un mode de vie de sociabilité qui ne va pas avec une activité physique saine telle qu’on voudrait la définir.

77Aujourd’hui, il faut être fort sur le terrain de sport et pas à table. Il ne faut pas faire d’excès de table, il faut choisir son terrain d’excellence…

William GASPARINI

78Je travaille beaucoup actuellement sur la comparaison européenne en matière d’activité physique et sportive, sur la question de l’intégration par le sport en Europe. Il existe une sorte d’idéologie de la comparaison. Les politiques, actuellement, utilisent beaucoup la comparaison européenne pour dire par exemple : « L’école est plus efficace dans d’autres pays d’Europe qu’en France » ou encore : « On fait beaucoup plus du sport en Angleterre ou dans les pays nordiques qu’en France ». Il faut être vigilant pour deux raisons :

  • soit on fait de la comparaison en reprenant les statistiques de chacun des pays, et là il y a souvent du patriotisme statistique ;
  • soit on monte un protocole d’enquête européen et on associe des chercheurs des différents pays européens, et là se pose le problème des concepts que l’on utilise, notamment le concept de sport, de la définition du sport.

79La deuxième solution est la meilleure.

80Vous citiez Eurobaromètre en 2003. Je connais très bien cette enquête initiée par la Commission Européenne. On ne fait pas souvent appel à des chercheurs universitaires pour monter les protocoles d’enquête, mais plutôt à des cabinets privés qui n’utilisent pas les mêmes définitions que les chercheurs universitaires européens. Se pose la question : lorsqu’on enquête sur le sport, fait-on du déclaratif ? Prend-t-on en compte les licenciés ? Prend-t-on en compte le nombre d’inscrits dans les salles de fitness ? Se pose une question de méthodologie que l’on rencontre dans toute enquête européenne. Je travaille davantage sur le modèle d’intégration par le sport et, déjà là, c’est très compliqué. C’est juste un élément de réponse pour avoir travaillé avec des collègues (allemands, polonais) sur l’activité physique dans les pays d’Europe. C’est très compliqué pour discuter entre nous sur ce que l’on entend par « pratique physique et sportive », en sachant que les modèles universitaires sont différents, les concepts sont différents et la place du sport dans la société est différente.

Jean-Paul CALLÈDE

81C’est vrai qu’il y a parfois du patriotisme statistique doublé de l’administration de grilles de lecture différentes et discutables, comme le notait à l’instant William Gasparini. Si l’on fait référence à la plaquette Physical activity and health in Europe. Evidence for action, publiée en 2006 ou 2007, un tableau récapitule, par pays de l’UE, la proportion d’adultes (les individus âgés de 15 ans et plus) ayant une activité physique jugée suffisante. On s’aperçoit que le Portugal est très bien placé, dans le peloton de tête avec la Finlande, le Danemark, l’Allemagne, tandis que la France est très loin derrière, faisant moins bien que l’Italie, l’Espagne et la Belgique… Ce serait intéressant de savoir comment est « produite » cette information.

Jacob KORNBECK

82Je voudrais remercier Messieurs Patrick Mignon et William Gasparini pour ces observations importantes et utiles, mais aussi pour la rédaction de futures spécifications pour de futurs marchés de ce type.

83Vous dites que : « Les entreprises privées et les bureaux d’études qui relèvent des données n’utilisent pas nécessairement les mêmes concepts » ; il est important pour nous de le savoir et de prendre les décisions qui s’imposent.

Jean-Paul CALLÈDE

84Cela renvoie d’une certaine façon à la comparabilité au niveau de cette grande enquête. Vous citiez tout à l’heure le cas du Portugal, nous avons invité ici, à plusieurs reprises, Madame Salomé Marivoet, collègue sociologue de Lisbonne, qui a conduit deux des trois enquêtes nationales portugaises sur la pratique sportive. Dans la dernière enquête, le taux était de l’ordre de 3,8 pratiquants sportifs sur 10. Il est vrai que cela place le Portugal dans une situation relativement modeste alors que, dans l’enquête que je citais tout à l’heure, le Portugal était au contraire bien placé, et au-dessus de la moyenne, exactement entre le Danemark et la Finlande, tandis que la Suède apparaît en dernière position… Quelquefois dans ces enquêtes comparatives à l’échelle européenne, les « bons élèves » de l’Europe ont tendance à bien se placer mais il y a aussi peut être, de façon plus générale, ce qu’un collègue de mon laboratoire de sociologie, Jean-Gustave Padioleau, appelle « l’impérialisme de l’Eurobaromètre » qui formate quelquefois des réalités sociales et culturelles très variables qui peuvent donner l’impression de ne pas correspondre à ce que nous croyons savoir des cultures nationales. S’agit-il d’une restitution objective ? Y a-t-il des risques de vices de forme, au niveau des enquêtes ? Ou s’agit-il de notre difficulté à nous défaire des préjugés et autres idées reçues ?

Patrick MIGNON

85Le facteur de risque le plus important pour ce type d’étude est notamment la clause inévitable de sous-traitance, où n’importe quel réseau, n’importe quel groupe de chercheurs universitaires va toujours insister sur les nécessités de pouvoir sous-traiter pour la partie qu’ils ne peuvent pas assumer eux-mêmes. Certains universitaires, juste après avoir eu le contrat dans les commissions, se sont présentés à Bruxelles pour avoir notre avis sur l’éthique du contrat de sous-traitance qu’ils pouvaient établir. On a répondu : « Non, on a un contrat avec vous, on ne veut pas entrer dans ce type de jeu ». À la fin, ils ont demandé au service juridique de leur propre université de les conseiller sur la façon de résoudre ces problèmes de sous-traitance. Même si nous sommes convaincus qu’ils ont un dossier fort, qu’ils nous ont bien impressionnés ; et c’est pour cela qu’ils ont décroché le contrat. Cela montre aussi très bien que, même eux, des universitaires de renom, n’imaginent pas pouvoir conduire seuls ce type d’enquête.

86C’est un élément qui est très difficile à cerner à travers les offres qui sont soumises dans le cadre d’un appel parce que ce n’est pas un élément qui est présenté de la manière la plus visible. Vous essayez évidemment de mettre en valeur vos propres compétences quand vous faites acte de candidature pour une offre, votre sous-traitance est quelque part, vous voulez être certain d’avoir le droit de sous-traiter mais ce n’est pas cela que vous allez décrire en détail dans la procédure envisagée. La sous-traitance vient toujours un peu comme une surprise, après coup. Il est important d’avoir une réflexion à ce propos, en amont et de façon désintéressée.

Jean-Paul CALLÈDE

87Il faut remercier Patrick Mignon d’avoir présenté ce que sont les grandes enquêtes statistiques réalisées dans le cadre du Laboratoire de Sociologie de l’INSEP avec l’aide du ministère. Il faut savoir qu’il existe au sein du ministère une Mission statistique compétente et efficace, qui publie un Bulletin de statistiques et d’études, auquel contribue Patrick, dont plusieurs numéros intéressent directement notre thématique d’aujourd’hui. En France, nous avons là un outillage statistique fiable et de première qualité.

88La parole est maintenant à William Gasparini pour son exposé. Après la statistique générale et les données quantitatives de la sociologie, nous allons visiter les cadres organisationnels de l’activité physique et sportive, essentiellement en France.

  • 1 Le Centre d’expertise collective de l’Inserm a assuré la coordination de cette expertise. Le Rappo (...)

INSERM, Expertise collective, Activité physique. Contextes et effets sur la santé, Paris, Les éditions Inserm, 2008, 811 p.1.
L’exercice physique est de moins en moins intégré aux activités de la vie quotidienne telles que le travail ou les déplacements. Les conséquences sanitaires de cette évolution des modes de vie vers une plus grande sédentarisation inquiètent les pouvoirs publics. Même si de plus en plus de personnes s’adonnent aux activités physiques ou sportives pendant leurs loisirs, la majorité de la population n’atteint pas le niveau d’activité physique hebdomadaire requis pour un effet bénéfique sur la santé.
À la demande du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, l’Inserm a réuni un groupe pluridisciplinaire d’experts afin de réaliser, selon la procédure d’expertise collective, une analyse des déterminants individuels et collectifs susceptibles de favoriser l’activité physique, une évaluation des effets de l’activité physique sur la santé, ainsi que l’analyse des contextes sociaux et environnementaux dans lesquels se sont développées les activités physiques et sportives au cours de l’histoire récente. Près de 2 000 articles ont constitué la base documentaire de l’expertise.
À l’issue de la synthèse des données, le groupe d’experts propose de promouvoir l’activité physique pour tous en insistant sur ses bienfaits pour la santé et de développer l’activité physique chez l’enfant et l’adolescent sous des formes ludiques intégrées au temps scolaire. Il souligne la nécessité d’adapter les recommandations d’exercice physique pour les patients atteints de pathologie chronique en fonction de leur état de santé.
La réalisation de ces recommandations ne peut se faire qu’avec l’aménagement de l’environnement (transports actifs, activités de jeux à l’école, activités sur les lieux de travail…). Des recherches sont cependant encore nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes physiologiques en jeu dans les effets de l’activité physique sur la santé et pour optimiser son action préventive. Il est important également de prévoir l’évaluation des actions de promotion entreprises à l’échelle nationale.

Intervention de William GASPARINI,
Professeur à l’Université Marc Bloch de Strasbourg,
Directeur de l’équipe de recherche en sciences sociales du sport (EA 1342)

La place de la santé. Cadres organisationnels, prises de conscience et pesanteurs

89Je remercie l’Union Nationale des Clubs Universitaires pour cette invitation. J’avais déjà participé à l’Université Sportive d’Été de Marseille et à la préparatoire à Poitiers.

90Bien qu’étant sociologue du sport, je ne suis pas spécialiste de la santé par le sport, mais de la sociologie des organisations sportives. C’est pour cette raison que Jean-Paul Callède m’a sollicité pour situer le sport santé dans un cadre organisationnel.

91Ces dernières années, je travaille aussi sur la question de l’intégration par le sport, l’intégration notamment des populations immigrées par l’activité sportive en France et en Europe. Mon travail de recherche est donc à la fois micro-sociologique puisqu’il porte sur les pratiques sportives dans les quartiers, et macro-sociologique car j’effectue actuellement une comparaison européenne.

92Avant d’aborder mon intervention, je voudrais aussi préciser que je suis un ancien sportif de haut niveau en volley-ball qui a été souvent blessé (entorses de la cheville notamment). Il a fallu que je gère mon capital-santé pour pouvoir continuer à faire de la compétition. Étant en même temps un « ancien » professeur d’EPS, je connais aussi l’activité physique et les inconvénients du sport intensif chez les enfants et les adolescents.

93C’est dire que cette thématique m’a accompagné pendant mon parcours de sociologue.

94D’autant plus qu’en 2003, j’avais organisé une Journée d’Étude à Strasbourg sur « la performance et la santé ». Patrick Mignon en a d’ailleurs fait partie. C’était une Journée d’Étude organisée avec le Centre d’Éthique Sociale de Strasbourg avec le Professeur Jean-François Collange, membre du Comité consultatif national d’éthique puisque l’on posait la question des dérives du corps performant et des pratiques à risques, notamment le dopage. Parmi les intervenants, figurait notamment Patrick Laure qui a beaucoup travaillé sur les conduites addictives, Patrick Mignon qui avait déjà présenté à l’époque son enquête et d’autres spécialistes (philosophes, sociologues, médecins et le Conseil de l’Europe).

95Je voudrais vous présenter aujourd’hui un programme de recherche qui tend à associer la sociologie des organisations et la santé.

96Dans un premier temps, je vais poser le problème.

97Dans un deuxième temps, je vais décrire l’espace du sport-santé organisé en France, montrer les enjeux et notamment les lignes de coopération ou de concurrence entre ces différents espaces.

98Je précise aussi que je ne vais pas vous parler des effets du sport sur la santé (thème abordé par les médecins) mais des structures qui encadrent le sport-santé en France, donc qui organisent le sport dans un but ou dans un objectif de santé, en accord avec les intérêts de leurs acteurs.

99On remarque en effet que la santé n’est pas un objectif prioritaire pour certaines organisations sportives, alors qu’elle l’est pour d’autres. Par exemple, pour le mouvement sportif, la santé n’est pas un objectif prioritaire sauf pour les sportifs eux-mêmes. Alors que pour d’autres organisations sportives, la santé est affichée comme objectif prioritaire. Ces préoccupations sanitaires peuvent déroger à un certain moment dans l’histoire du sport en France, lorsque la conjoncture est favorable et surtout lorsque les acteurs prennent conscience de l’intérêt d’avoir un objectif de santé lorsque la demande existe. Comme le montrent les sociologues, la demande en matière de santé n’est pas naturelle. Une demande sociale n’est jamais naturelle, elle se construit socialement. Selon les classes sociales, la pratique physique n’est pas la même et la demande en matière de santé non plus.

100D’autre part, cette demande se construit aussi politiquement puisque des politiques publiques de la santé par l’activité physique tout au long du xxe siècle se sont développées en France.

101Le sport est ainsi historiquement et idéologiquement associé aux notions de performance et de santé mais on remarque que la France s’est orientée davantage vers le sport de compétition que vers le sport de santé comme modèle de pratique. Ce virage a été pris dans les années 1960, à la différence d’autres pays, notamment les pays nordiques.

102Pourtant, historiquement la France avait les conditions nécessaires pour développer le sport-santé. Par exemple : l’éducation physique scolaire a longtemps eu comme objectif l’hygiène corporelle (le concept de santé est un concept moderne). L’hygiène corporelle était un objectif pour l’éducation physique scolaire dès la fin du xixe siècle jusqu’aux années 1930 selon le modèle de la gymnastique suédoise et l’influence des médecins.

  • 1 Hébert Georges (1875-1957), éducateur français, est le promoteur d’une méthode d’éducation physiqu (...)

103Dès que le sport a commencé à se développer en France au début du xxe siècle, les médecins ont alerté l’opinion : « La pratique du sport sans risque nécessite une éducation physique généralisée », notamment jusqu’à la fin de l’adolescence. C’est la position que l’on trouve par exemple dans l’ouvrage de Georges Hébert1, Le Sport contre l’Éducation physique, de 1925, dans lequel il conseille aux sportifs de bien préparer leur corps pour faire du sport, afin de ne pas nuire à leur santé. Certaines résistances idéologiques empêchaient l’introduction du sport à l’école jusqu’au milieu du xxe siècle (sauf dans les lycées privés bourgeois).

104C’est seulement sous le Gouvernement de Vichy, dans les années 1940, que l’on introduit officiellement le sport en éducation physique à l’école, avec un développement très important à partir des années 1960, à un moment où le modèle dominant de la pratique physique en France devient le modèle sportif. C’est sous l’effet de la politique « gaulliste » ou « gaullienne » et sous l’effet aussi du mouvement sportif qui a plus ou moins voulu développer le modèle de la compétition comme paradigme dominant, qui allait toucher l’ensemble des institutions qui proposaient du sport : l’entreprise (sports corpo), les clubs et l’école.

  • 2 Dumazedier Joffre, Sociologie empirique du loisir, Paris, Le Seuil, 1974, 269 p.

105Dans les périodes qui ont suivi la Première et la Seconde Guerre Mondiale, on constate que sport et santé ont souvent été associés. Dans les périodes de fin de guerre, on reconstruit l’État, on essaye de développer le sport-santé. Cependant, alors que sport et santé ont été associés en France, ils se dissocient à partir des années 1960 à mesure que l’on entre dans une « civilisation de loisir », pour reprendre l’expression de Joffre Dumazedier2 mais aussi à mesure que le sport de compétition devient le modèle dominant de la société en France et dans d’autres pays européens.

106En France, le sport et la santé prennent alors des chemins différents ; le sport étant associé à la compétition (l’esprit d’équipe, l’éthique sportive, la socialisation), alors que la santé est liée aux notions médicales ou de bien-être physique.

107Depuis les années 2000, on observe un retour au modèle du sport-santé en France sous l’effet de plusieurs facteurs :

  • l’augmentation de l’obésité constatée en France et en Europe,
  • l’effet des politiques européennes, notamment du Conseil de l’Europe qui influence les politiques françaises de santé publique,
  • la sédentarité.

108Un ensemble de facteurs engendre une nouvelle réflexion sur le concept de sport-santé, sous l’effet du vieillissement de la population aussi. Les pouvoirs publics et les organisations sportives reconnaissent que l’exercice physique peut être mis au service d’une politique de santé publique fondée sur la prévention et non pas seulement sur les soins.

109L’exercice physique refait donc un « retour en force » dans le monde des APS depuis les années 2000 dans le sport civil en général, en STAPS et en EPS. C’est ce que je vais tenter de développer à un niveau synchronique. La promotion, la protection de la santé, la prévention des risques corporels et des maladies deviennent des objectifs prioritaires. Le sport se pratique d’une part dans un cadre organisationnel qui reproduit la segmentation socio-économique de la société. À savoir que le sport-santé existe non seulement dans le secteur public (d’une part d’État et d’autre part territorial), mais aussi dans le secteur privé non marchand (le mouvement associatif) qui se segmente dans des modalités différentes et dans le secteur privé marchand (par exemple : les salles de fitness, de remise en forme ou les hôtels qui proposent de la thalassothérapie).

110Le sport-santé se développe dans ces 4 segments avec un jeu de concurrences ou d’alliances entre les différents secteurs et acteurs. En même temps, le sport-santé se développe dans un cadre informel, dans l’espace privé de la vie quotidienne, ce que l’on peut qualifier de pratiques auto-organisées du sport-santé. Nous avons donc d’une part le cadre organisé, et d’autre part le cadre auto-organisé où le sport-santé tend à se développer.

111Trois constats avant de décrire l’espace du sport-santé organisé :

  • Autant la première modalité de pratique, la pratique du sport-santé organisée est connue par les statistiques (on connaît le nombre et la qualité des pratiquants dans les salles de mise en forme et les clubs par l’intermédiaire d’enquêtes sociologiques), autant la deuxième, c’est-à-dire la pratique autonome, est beaucoup moins connue parce qu’elle est liée à des activités routinières souvent physiques et non sportives. Se pose le problème de la définition du sport dans les enquêtes. On ne connaît pas réellement les effets de cette activité physique, ni les effets du jardinage sur la santé ou de la marche (qui n’est pas de la marche sportive) ou de la cueillette des champignons… Toutes ces activités qui ne sont pas repérées comme sportives. On ne connaît pas les effets du bricolage dans la dépense énergétique, ni les effets des jeux que pratiquent les parents avec les enfants. Ce que l’on sait par contre, c’est que quelles que soient les modalités, les hommes pratiquent plus que les femmes, les jeunes davantage que les adultes, et les adultes davantage que les personnes âgées. Toutes les grandes enquêtes le confirment.
  • Comme pour la pratique sportive institutionnalisée, certaines catégories de la population sont exclues du sport-santé organisé (les chômeurs, les populations fragiles socialement, certaines catégories d’immigrés notamment les femmes, les classes populaires). Souvent, seules les populations solvables sont touchées par les campagnes de prévention, accèdent aux services du sport-santé, que ce soit des services publics ou des services privés marchands ou non marchands.
  • On constate des inégalités territoriales dans l’organisation du sport-santé et dans l’accès aux soins (avec des fermetures d’hôpitaux, pas de présence de médecins libéraux, etc.). Il y a aussi un manque d’initiative ou de prestation en matière de sport-santé dans les territoires ruraux en France (ex. : la Creuse, la Corse) ou d’autres territoires. Donc, il y a des inégalités territoriales dans l’organisation du sport-santé en France.

112Je vais maintenant tenter de détailler ces différents secteurs qui organisent le sport-santé, et voir ce qui relève d’abord des secteurs publics (secteur public d’État, secteur public territorial) ensuite du secteur privé non marchand (secteur associatif), et enfin du secteur privé marchand.

Le secteur public d’État

113Le ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, et l’Éducation Physique et Sportive proposent un certain nombre de dispositifs, affichés ou non, en matière de sport-santé. En ce qui concerne l’État, il suffit de regarder l’article premier de la Loi sur le Sport qui rappelle que : « Le développement des activités physiques et sportives incombe à l’État avec le mouvement sportif et avec le concours des collectivités territoriales, des entreprises et des institutions sociales ». Il est rappelé dans cet article que toutes les organisations sont tenues de développer les activités sportives. C’est à partir des années 2000 que la santé pour tous à travers le sport redevient l’objectif fort du ministère de la Jeunesse, et des Sports et notamment à partir de 2002 avec les États Généraux du Sport. Un groupe de travail sur le sport et la santé a mené des réflexions sur une politique de prévention par la santé mais les résultats sont assez faibles. Quelques lignes seulement sont écrites sur le sport-santé dans le rapport sur les États Généraux du Sport. De nombreuses intentions mais très peu de réalisations effectives. Je pense que cela va se développer puisque des propositions ont émergé en matière de formation et de suivi médical dans le cadre des États Généraux du Sport.

114Le ministère de la Jeunesse et des Sports, traditionnellement, vise un certain nombre de publics en matière de sport-santé, notamment le public traditionnel, les sportifs. Le ministère cerne le programme de santé à destination des sportifs, de lutte contre le dopage, contre les accidents du sport, la surveillance médicale. C’est le public cible traditionnel.

115Par contre, depuis quelques années, le ministère qui est devenu le ministère de la Santé vise des publics nouveaux notamment les jeunes, les adolescents et les adultes qui ne sont pas sportifs, afin de lutter contre l’obésité et le surpoids.

116Deuxième public plus récent pour ce ministère, c’est le troisième âge. Il existe des programmes spécifiques, comme par exemple le programme « Bien vieillir » qui est axé sur la prévention de la perte d’autonomie et qui met à contribution les Directions Régionales et Départementales de la Jeunesse et des Sports, qui participent à la sélection des projets régionaux comprenant les APS. Depuis 2006, une vaste campagne a été lancée sur le thème « du bienfait de la pratique physique et sportive » notamment en terme de santé, qui est énoncé et qui dépasse le seul pratiquant sportif. Donc, un public nouveau est touché à travers les campagnes. La promotion de la santé de masse est un objectif relativement récent, qui existait cependant mais peu de moyens étaient mis en œuvre pour atteindre ces objectifs.

117D’autres programmes ont été mis en place. En 2001, le ministère de la Santé a lancé le Programme National Nutrition Santé (PNNS). Le deuxième PNNS a été lancé en 2006 et il court jusqu’en 2010, avec un certain nombre d’objectifs :

  • la consommation d’au moins 5 fruits et légumes par jour,
  • la pratique d’au moins 30 minutes d’activité physique par jour.

118Ces campagnes ne sont pas uniquement destinées aux sportifs et sont ouvertes aux autres publics.

119Évidemment, le développement de la prévention par le sport a un objectif aussi économique. Roselyne Bachelot l’a rappelé : « Si l’ensemble de la population française pratiquait une activité physique modérée et régulière, les dépenses de santé pourraient diminuer de près de 20 % ». L’objectif n’est donc pas uniquement sanitaire, mais également économique.

120Dans ce secteur public d’État, l’éducation physique et sportive n’a pas pour objectif principal de développer la santé mais, depuis 1967, la santé fait partie officiellement des objectifs de l’éducation physique. Celle-ci, pourtant, a d’autres objectifs prioritaires :

  • développement des compétences motrices,
  • développement des compétences sociales,
  • accès à la culture sportive.

121L’éducation à la santé en fait partie même si je pense qu’elle n’est pas suffisamment développée en EPS. Et si l’éducation à la santé est développée en EPS, c’est surtout pour apprendre à des jeunes à gérer leur vie physique future. En leur apprenant à s’échauffer en EPS, faire des étirements, courir en endurance et gérer leurs efforts, c’est aussi pour qu’à la suite de leur scolarité ils puissent réutiliser leurs compétences acquises en EPS dans leur vie physique et sociale.

122En éducation physique, on devrait avoir logiquement une pratique sportive réflexive, c’est-à-dire qu’en éducation physique les élèves non seulement pratiquent mais parlent de leur pratique et « théorisent » à partir de leur pratique vécue. C’est le propre de l’éducation physique. L’éducation par la santé doit donc en faire partie. C’est pour cette raison qu’il existe souvent des projets interdisciplinaires avec les sciences biologiques et l’éducation physique pour amener une réflexion théorique de la pratique physique raisonnée, du corps en mouvement.

123À l’extérieur de la discipline EPS, mais toujours au sein de l’éducation nationale, des programmes de santé existent aussi. Exemple : à Strasbourg, le programme ICAPS (Intervention auprès des Collégiens centrée sur l’Activité Physique et la Sédentarité) a été mené auprès de 1 000 adolescents dans le Bas-Rhin par des chercheurs de l’Université Louis Pasteur, avec 4 collèges « tests » et 4 collèges « témoins ». Dans les 4 collèges « tests », les élèves ont suivi un programme poussé d’activité physique de lutte contre la sédentarité. En effet, ils pratiquaient, en plus de l’EPS, des activités sportives entre 12h et 14h. Ils étaient obligés de venir à l’école à pied ou en vélo. Ils avaient un suivi diététique, par l’intermédiaire d’un programme nutrition. Les parents ont été associés à cette démarche. Un vaste programme suivi sur 4 ans. Les collèges « témoins », quant à eux, n’avaient pas ce programme, ils étaient suivis par des tests. On a remarqué que la proportion des collégiens en surpoids des collèges « tests » avait diminué de 20 % par rapport aux collèges « témoins ». De plus, il a été remarqué une diminution du comportement sédentaire et du temps passé devant la télévision.

124Pourquoi cette expérience a été faite en Alsace ? Parce que c’est une région où il y a le plus fort taux d’obèsité et en surpoids en France. En effet, le taux d’enfants en surpoids est de 18 % en Alsace contre 14 % en moyenne nationale. Cette proportion s’élève à 22 % après 40 ans. Il en résulte une mortalité après 60 ans plus importante en Alsace que dans les autres régions. Cette situation est liée à des traditions culturelles, culinaires, à la proximité de l’Allemagne, mais les résultats diffèrent aussi selon les catégories socioprofessionnelles, les populations en surpoids étant plus importantes dans les classes populaires.

125Le secteur public d’État comprend aussi l’université. Il existe deux aspects en matière du sport-santé. Tout d’abord, le sport-santé à destination des étudiants dans le cadre des SIUAPS. C’est une offre sportive proposée aux étudiants. Une réflexion est menée actuellement sur la santé des étudiants de manière générale, notamment leur accès aux soins, très inégal suivant les origines sociales.

126La deuxième réflexion concerne l’accès des étudiants au sport dans les SIUAPS, à savoir quelles pratiques sont proposées dans les SIUAPS qui ne soient pas que de compétition mais également de remise en forme.

127Dans le cadre des UFR STAPS, une réflexion est également menée sur la santé. La santé est un domaine de formation et de recherche un peu traditionnel dans les UFR STAPS, davantage dans certaines UFR que dans d’autres. L’un des changements les plus récents a consisté à associer le secteur Activité Physique Adaptée (APA) à la santé. Le secteur APA est devenu le secteur santé APA. Il sera amené à se développer et les recherches seront de plus en plus nombreuses dans la santé, notamment dans le domaine des sciences sociales.

128Dans le secteur public, il y a évidemment l’échelon européen. Jacob Kornbeck parlait des résultats de l’enquête Eurobaromètre 2003, qui a montré que dans l’Union Européenne, un certain nombre de programmes en matière de sport-santé ont été mis en place. Ce que l’on remarque aussi en Europe et ce qui n’a peut-être pas été dit, c’est le déclin de l’activité physique avec l’âge, en tout cas à partir de l’adolescence ; on observe aussi un déclin important de l’endurance pour les garçons et les filles mais, par contre, une augmentation de la force abdominale en Europe. Les garçons font plutôt de la musculation. Ils sont plus actifs que les filles en Europe. Ce constat conduit les États européens à mettre en place des politiques de développement des activités physiques à destination des filles, notamment dans les quartiers défavorisés. Dans beaucoup de pays d’Europe, il y a de moins en moins d’heures obligatoires d’éducation physique, ce qui est paradoxal. En effet, on remarque des problèmes de santé et en même temps un déclin de l’éducation physique obligatoire. S’il y a ce déclin, c’est qu’en même temps on demande à des associations de prendre le relais dans le périscolaire. C’est une situation paradoxale : plus les besoins des populations en matière de santé augmentent, plus l’offre publique-diminue à cause des politiques européennes.

129Ce qui semble nouveau, c’est que dans le Livre blanc sur le sport a été mis en avant l’amélioration de la santé publique par l’activité physique et puis, semble-t-il, des recommandations européennes sur l’activité physique en tant que facteur de santé devraient être présentées pendant la présidence française de l’Union Européenne.

Le secteur privé non marchand

130Le deuxième secteur important est le secteur associatif qui est segmenté en deux parties :

  • Le mouvement sportif historique, constitué des fédérations sportives dirigeantes. Ces organisations développent des programmes de sport-santé à destination des sportifs eux-mêmes en accord avec le ministère de la Jeunesse et des Sports. Pourquoi ? Parce que le postulat est que « si on fait du sport, on est en bonne santé », à part le sportif qui fait de la pratique intensive, pouvant souffrir de traumatismes et d’accidents corporels. Ce premier segment ne développe pas spécifiquement des programmes de développement de sport-santé, en tout cas pour la masse, pour le public en général.
  • Par contre, le deuxième segment, depuis quelques années, qui inclut des groupements associatifs comme les fédérations multisports affinitaires, développe des programmes de sport-santé.

131Par exemple, la Fédération Française d’Éducation Physique de Gymnastique Volontaire est une Fédération non compétitive qui s’est engagée depuis les années 1990 dans une démarche « sport et santé » et a mis en place une politique préventive de lutte contre la sédentarité. La FFEPGV a pris l’initiative de créer une confédération européenne sport-santé qui organise chaque année des jeux européens « sport et santé ».

132Autre exemple, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), mais aussi la Fédération Française de l’Éducation Physique dans le Monde Moderne, se sont associées avec la première pour développer depuis 2003 un programme « sport et santé » dans le cadre d’un collectif interfédéral. Des tests d’évaluation de la condition physique pour les membres de ces fédérations ont été mis en place. Elles développent également des programmes de prévention des chutes, des programmes d’animation ou d’accompagnement thérapeutique pour des cardiaques, des enfants obèses, et des programmes d’éducation à la santé. Tout un programme de sport et santé est ainsi développé par ces fédérations.

133L’Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré (USEP) propose également des programmes d’éducation à la santé avec des associations scolaires, pour lutter contre l’obésité infantile : « Bien bouger pour mieux grandir ». Un autre programme, intitulé « La santé en jeu », du jeune citoyen sportif avec des rencontres inter-écoles et l’éducation à la santé, est développé par l’USEP.

Le secteur public territorial

134Ce secteur concerne les municipalités, les départements et les régions. Il est en plein développement dans cette optique de sport-santé.

135Depuis les années 1930, le contrôle médical des sportifs doit se faire à l’initiative des municipalités avec le soutien notamment des moyens financiers. Ce n’est pas l’État, ni le mouvement sportif, mais la FNOMS qui a d’abord développé le contrôle médical des sportifs.

136Progressivement, au cours des années 1960 à 1980, les petites villes puis les villes moyennes se sont dotées grâce aux programmes d’équipements sportifs qui n’auront pas comme objectif prioritaire la santé. Pourquoi ? Parce que le mouvement sportif exerce une pression pour que ces équipements soient à destination du sport de compétition et non du sport-santé. Les collectivités vont surtout subir cette pression du mouvement sportif pour permettre la pratique du sport de compétition (même si certaines collectivités ont créé des parcours de santé). Mais le modèle dominant reste quand même le sport de compétition. Il faudra développer les gymnases, les salles de sport avec les normes officielles pour permettre le sport de compétition ; c’est un héritage des années 1960 et de la politique sportive de cette époque. À Strasbourg, les piscines de Schiltigheim et Kibitzenau ne sont pas des piscines ludiques d’accès à l’aquagym ou à la santé, mais des piscines faites pour nager dans une optique de compétition.

137Depuis les années 1980, d’autres piscines se sont développées comme celle de Hautepierre, avec un concept plus ludique, qui permet à des familles de venir avec leurs enfants afin d’y pratiquer des activités physiques ludiques. Nous sommes un peu les héritiers de ces équipements. Actuellement, avec le développement des villes et la décentralisation, ce modèle se détache progressivement et des actions de sport-santé se développent. La Charte du Sport de la ville de Strasbourg comprend la santé comme objectif, les villes se dotent d’objectifs pour développer le sport-santé. Mais les moyens mis en œuvre sont faibles pour l’instant. Les dernières enquêtes montrent que les villes françaises développent encore peu de programmes de sport-santé. En effet, un quart des villes françaises s’intéressent au programme de sport-santé.

Le secteur privé marchand

138C’est le monde de l’entreprise qui comprend, quant à lui, des services sportifs et corporels dans un but de santé et de forme, proposés en réponse à des demandes solvables. La demande en matière de sport privé ou de fitness a surtout pour but de développer l’esthétique, l’apparence corporelle. Ces services sont proposés également dans un but de conquérir et de fidéliser ce public dans un souci de profit.

139Ces entreprises proposent des services sportifs spécifiques, c’est le cas des salles de remise en forme, de fitness qui existent dans toutes les grandes villes françaises, dans les villes moyennes voire même dans les petites villes. Certaines salles de fitness, de remise en forme ou d’esthétique proposent des activités physiques et de la thalassothérapie. À côté de cela, des entreprises non sportives proposent des activités dans le but de santé, les hôtels-clubs qui proposent de l’aquagym ou des massages pouvant être liés à la santé.

140C’est un secteur en plein développement. Il existe très peu d’enquêtes sur ce secteur privé du sport-santé. Dans certaines entreprises, des activités sportives sont aussi proposées aux salariés, comme par exemple Bouygues qui propose de l’échauffement aux ouvriers du bâtiment le matin avant le travail. J’évoque ici la santé physique, et non la santé mentale. Une réflexion est actuellement menée sur le stress au travail mais c’est un autre aspect que je ne développerai pas dans le cadre de mon intervention.

141Pour conclure, j’ai séparé les 4 secteurs pour bien présenter les aspects mais en réalité, il existe des complémentarités, des coopérations entre notamment le ministère de la Jeunesse et des Sports et le secteur associatif. En même temps, il existe aussi des concurrences puisque le secteur privé, lui, s’installe dans un marché concurrentiel où, si le secteur associatif ne propose pas de gymnastique volontaire, il prendra cette part du marché.

142Comme pour d’autres questions, comme le sport de haut niveau, il est nécessaire de privilégier la coopération plutôt que la concurrence. Dans le sport de haut niveau, il existe bien une coopération entre le mouvement sportif et l’État.

143Au-delà des structures bien entendu, la santé par les APS ne peut se développer, « ne peut prendre » que si les acteurs eux-mêmes se prennent en charge au-delà du cadre organisationnel, prennent en charge leurs propres activités de manière autonome. D’où l’importance de l’éducation à la santé dès le plus jeune âge et surtout auprès des populations et des publics défavorisés. En effet, c’est dans les quartiers populaires qu’il y a le plus de problèmes de sport-santé ; ce programme d’éducation à la santé doit se faire dans les écoles primaires, les collèges et tout au long de la vie dans le cadre de l’éducation permanente.

144Je vous remercie pour votre attention.

Synthèse du débat

145Suite à l’exposé de William Gasparini, qui a consisté notamment à évoquer la sociologie des organisations encadrant le sport-santé en France, les participants se sont interrogés sur la définition du concept de « sport », y compris dans ses rapports avec le concept ou la notion d’« activité physique ».

146Est-ce que le fait de porter un sac de commissions est considéré comme une activité physique ?

147De même, le concept « santé » est-ce :

  • former les combattants comme pendant la guerre ?
  • vivre le plus longtemps possible ?
  • contrer le stress de la vie quotidienne ?
  • avoir le corps conforme à un modèle esthétique ?

148Il est vrai que les termes « santé » et « sport » sont polysémiques. Ce sont aussi des « mots-valises », dans lesquels on est susceptible de ranger bien des choses…

149La santé est un concept assez moderne comportant de nombreux objectifs, d’où un problème de définition et de projet précis. La définition de la santé a également varié au fil des décennies.

150Durant l’entre-deux-guerres, par exemple, la santé avait un objectif de propagande idéologique, où on célébrait la santé par le sport des athlètes allemands qui participaient aux Jeux Olympiques de 1936.

151En France, dès 1945, l’éducation physique et la santé s’imposent comme des priorités nationales.

152En 1960, en France, la doctrine du sport a d’abord été centrée principalement sur la santé, et ensuite sur la compétition – et peut-être dans l’oubli de la santé – et la représentativité en raison du contexte de compétition économique qui devenait international. Il fallait que la France produise des champions sportifs capables de concurrencer les autres sportifs… Conjointement, à l’époque, l’avènement de la « civilisation du loisir » ouvre vers des formes nouvelles de pratique, l’évasion, la liberté, l’hédonisme et le souci du corps…

153Aujourd’hui, la question se pose alors de savoir pourquoi les fédérations s’engagent dans le champ de la santé :

  • est-ce pour pallier la chute du nombre de licences ?
  • est-ce pour obtenir des recettes supplémentaires qui serviront à payer davantage les déplacements des athlètes ?

154Les fédérations savent qu’elles auront des moyens financiers si elles suivent ces programmes nationaux.

155Pour autant, sont-elles les mieux placées pour répondre aux besoins qui se font jour, pour toutes les classes d’âge, dès lors qu’il s’agit de vaincre la sédentarité et de redécouvrir l’activité physique de détente et de convivialité ? Ce n’est pas certain. Ou plutôt, il s’agit de distinguer entre ce que peuvent proposer les fédérations unisports et les fédérations multisports et affinitaires.

156Si le ministère des Sports entend trouver des relais efficaces pour sensibiliser le plus grand nombre de personnes aux bienfaits d’une activité physique régulière, faut-il qu’il s’en remette au Mouvement Sportif qu’il a habituellement comme interlocuteur pour le sport de compétition ? De même, au niveau des collectivités territoriales, quels sont les contextes, les structures associatives, etc., qui doivent être sollicités et soutenus dans leurs initiatives ?

157Autre constat sujet à discussion : l’éducation à la santé n’est pas suffisamment développée en EPS. À Strasbourg, par exemple, dans le cadre du programme ICAPS (Intervention auprès des Collégiens centrée sur l’Activité Physique et la Sédentarité), l’activité physique a été développée pendant quatre ans et abandonnée…

158Il est ensuite fait référence à la campagne du Mouvement Sportif : « Le sport, c’est mieux dans un club ». Aucune notion qualitative n’entre en jeu dans cette approche, ce qui est en totale contradiction avec tout ce que l’on déclare sur la valeur du sport. Ces aspects seraient à réexaminer de façon méthodique.

159Outre la thalassothérapie, les salles de remise en forme, etc., de nouveaux concepts santé se développent dans le secteur privé marchand, s’inspirant directement de la culture orientale. Le concept du coach à domicile (très prisé aux États-Unis) se développe également en France, notamment dans les classes supérieures et les classes moyennes, consistant en une gestion mentale et physique du corps. D’une part, ces pratiques consommatoires individuelles s’opposent aux pratiques collectives en clubs, d’autre part, il peut y avoir une part de supercherie et d’effet de mode quant à leur efficacité véritable sur la santé de l’individu…

160Les définitions de la santé sont multiples. En effet, la santé n’est pas obligatoirement physique ou physiologique. Certaines personnes qui s’adonnent à la cueillette des champignons ou à la musique peuvent être en meilleure santé que d’autres qui font du sport. La notion de plaisir, importante pour se sentir bien, est alors évoquée.

161S’il fallait tenter une définition imagée de ce qu’est la « santé », les participants au débat ont semblé s’accorder autour de l’idée que la santé possède une sorte de centre de gravité incluant dimensions sociales, psychologiques et physiologiques.

Notes

1 Hébert Georges (1875-1957), éducateur français, est le promoteur d’une méthode d’éducation physique dite méthode naturelle visant à permettre un développement des aptitudes naturelles de l’individu tout en favorisant son éducation morale et sociale par la pratique du sport en groupe et par le contact avec la nature.

2 Dumazedier Joffre, Sociologie empirique du loisir, Paris, Le Seuil, 1974, 269 p.

Notes de fin

1 Le Centre d’expertise collective de l’Inserm a assuré la coordination de cette expertise. Le Rapport est complété par une plaquette : Synthèse et recommandations, Paris, Les éditions Inserm, 2008, 147 p.

Table des illustrations

Titre Femmes et hommes dans le sport, Enquête 2000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre La courbe des âges de la pratique, Enquête 2000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Le poids des revenus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Baisse de la pratique sportive des jeunes. Enquête INSEP-MJS 2003
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540