Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport et santé

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Claude Schneider, Jean-Paul Schneider, Jean-Paul Savart, Philippe Maurer, Pierre Rochcongar, Yves Travaillot, Alain Braun, Jacob Kornbeck, Jean-Michel Martin et Agnès Lyleire

Texte intégral

Photo 1 - Ouverture de la 26e Université Sportive d’Été.
De g. à d. : MM. Jean-Paul Savart (USJSF), Claude Schneider (Président du SUC), Jean-Paul Schneider (Vice-Président de l’UNCU).

Photo 2 - De g. à d. : Dr Martine Roegel (DRJS), Patrice Feys (FFEPMM), Jean-Paul Savart (USJSF), l’animateur de la table ronde (caché), Pr Jean-Louis Schlienger (CHU Strasbourg), Dr. Gilbert Meyer, représentant de Sanofi-Aventis France.

Intervention de Claude SCHNEIDER,
Président du Strasbourg Université Club

1Nous sommes très heureux d’accueillir cette 26e Université Sportive d’Été à Strasbourg. Elle est organisée par l’Union Nationale des Clubs Universitaire et par l’Union des Journalistes de Sport en France.

2Nous avons également accueilli le stage Communication. En ce moment, six jeunes se forment à la communication sous la direction de Yann Hildwein et de Roger Pureur.

3Je tiens à remercier l’Union Nationale des Clubs Universitaires et l’Union des Journalistes de Sport en France d’avoir chargé le SUC d’organiser l’USE. C’est beaucoup d’honneur et c’est une marque de confiance. Je voulais également remercier, à titre personnel, l’UNCU de m’avoir permis de participer à l’élaboration du programme de l’USE 2008.

4Le Strasbourg Université Club est composé de 2 800 membres répartis dans 22 sections. Notre éthique est de vouloir répondre aux besoins sportifs des jeunes et des seniors ayant un intérêt bien distinct (compétition, loisirs, formation) dans des sports très différents (ex. : sports collectifs, arts martiaux, escrime, base-ball, ultimate…). Nous avons la chance d’être un des clubs de Strasbourg ayant eu des représentants aux Jeux Olympiques (Vincent Anstett et Solenne Mary en sabre).

5Le Strasbourg Université Club, c’est aussi un centre de loisirs sans hébergement pour les 6-18 ans. Nous essayons là également de répondre à la demande de la population strasbourgeoise en tenant compte des attentes sportives des jeunes.

6Je voudrais vous présenter le lieu où nous sommes actuellement : le Centre Européen de la Jeunesse (CEJ). C’est une structure faisant partie du Conseil de l’Europe, dont nous fêterons le 60e anniversaire en 2009. Le Centre Européen de la Jeunesse est le lieu de rencontre des jeunes des pays européens membres du Conseil de l’Europe. Avec la construction du nouveau bâtiment « l’Agora », le CEJ est en cours de restructuration, il sera encore davantage un lieu d’accueil pour les séminaires, les colloques et les stages pour les membres du Conseil de l’Europe.

7Le quartier européen comprend les bâtiments du Conseil de l’Europe (hémicycle, locaux administratifs, Agora, Palais des Droits de l’Homme) et le Parlement Européen.

8Conseil de l’Europe et Sport : quel est le lien ?

9Avant 2008, le sport faisait partie de la jeunesse. En juin 2008, un Accord Partiel Élargi sur le Sport (APES) a été signé par 26 pays sur les 48 ; ce qui permet au Conseil de l’Europe d’intervenir dans ce secteur. Le Conseil de l’Europe a une expérience législative en matière du sport. Nous savons tous que les travaux sur l’éthique, suite aux problèmes de violence et de dopage, ont trouvé leur épilogue par la Charte de l’Éthique qui a été reprise ensuite par les pays de l’Union Européenne.

10Les objectifs de l’APES :

  • la promotion du sport et de la valeur positive qu’il représente ;
  • la mise au point des normes internationales et l’établissement d’un cadre pour une plate-forme européenne de coopération intergouvernementale en matière de sport.

11Bienvenue à Strasbourg, bienvenue à l’USE.

Intervention de Jean-Paul SCHNEIDER,
Vice-Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires

12Le Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires, Ernest Gibert, ne pourra être des nôtres que ce soir, après l’extinction des feux de la rampe. C’est donc à moi qu’incombe, de manière tout à fait impromptue, la tâche, fort agréable du reste, de vous souhaiter la bienvenue à cette 26e Université Sportive d’Éte.

13Mais avant d’aller plus loin, je tiens à adresser les remerciements de l’Union Nationale des Clubs Universitaires au ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative pour l’aide qu’il nous a apportée dans l’organisation de cette manifestation. Au cours des dernières décennies, ce ministère a souvent changé de nom. Mais quel que fût son appellation, jamais, depuis maintenant plus de 25 ans, il ne nous a mesuré son soutien. Qu’il soit assuré que nous nous efforcerons de continuer à mériter la confiance qu’il n’a cessé de nous témoigner.

14Nos remerciements vont ensuite aux collectivités locales : Conseil Régional, Conseil Général, Ville de Strasbourg, qui nous ont aidés dans la préparation de ces journées et qui nous manifestent leur soutien par leur présence aujourd’hui parmi nous.

15Un grand merci également au Centre Européen pour la Jeunesse qui nous accueille dans ses locaux, alors qu’ils sont encore en plein chantier de rénovation. Beau symbole d’ailleurs pour l’UNCU que d’entreprendre ses travaux au milieu de corps de métiers qui s’affairent, elle qui a toujours affirmé sa vocation à ouvrir, par l’intermédiaire des Universités Sportives d’Été, des chantiers de réflexions et d’actions sur le sport.

16Et pour terminer cette litanie de remerciements, comment ne pas en adresser de chaleureux au Strasbourg Université Club, et en particulier à son Président Claude Schneider et à son Directeur Administratif Rémy Diebolt qui n’ont ménagé ni leurs peines ni leurs efforts pour que cette Université Sportive d’Été soit une réussite.

17Vous dire que nous sommes ravis que le tour de France des villes universitaires que poursuivent ces Universités Sportives depuis un quart de siècle nous amène aujourd’hui à Strasbourg relève de l’évidence. D’autant plus que cela nous donne l’occasion de nous réunir à l’ombre des institutions européennes. Contrairement à ce qu’affirmait Claude Schneider tout à l’heure, cela ne fait pas un an, mais de longues années que nous essayons d’entraîner le Conseil de l’Europe dans notre sillage ou que Bruxelles nous attire dans le sien. Rappelons par exemple l’USE de Lille en 1992, sur « Le Sport, l’Université, l’Europe », celle de Lyon en 1999, sur « Le Sport malade de ses contradictions, l’Europe médecin imaginaire ? », celles de Poitiers et de Marseille en 2000 et 2001, sur « L’Europe garante de l’éthique sportive ? », qui trouvèrent des prolongements dans une « Charte pour un sport éthique » reconnue par les plus hautes instances du CIO, dans un « Code éthique » élaboré par des journalistes sportifs européens, et dans la rédaction, par les enfants de dix pays européens accueillis en 2004 dans les centres de loisirs à dominante sportive, d’une « Déclaration du jeune sportif européen », véritable programme pour un sport moral défendu par les jeunes Européens.

18Ce passé suffit à expliquer le plaisir que nous éprouvons à poursuivre aujourd’hui nos travaux sur « Sport et Santé » à proximité immédiate du Parlement Européen, du Conseil de l’Europe et de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Et pourtant, en ce qui me concerne, je suis triplement gêné de devoir me faire le porte-parole de ce contentement. Tout d’abord parce que je suis moi-même Strasbourgeois, que j’habite à quelques encablures du lieu où nous sommes rassemblés et que ce plaisir d’être à Strasbourg, je le vis tout au long de l’année ou presque. Mon embarras porte aussi sur le fait de remercier le Strasbourg Université Club, puisque je suis moi-même membre de ce club et que j’avais bien l’intention de participer activement à la préparation de cette USE. Malheureusement, une maladie sérieuse m’en a complètement empêché ces derniers mois. Mes remerciements vont donc d’abord, vous le comprendrez, à tous ceux qui ont fait ce que je n’étais pas en état de faire. Gêné, je le suis enfin pour évoquer devant vous le thème retenu cette année qui a forcément des résonances particulières pour qui est en train de chercher à redonner du tonus à une santé quelque peu chancelante.

19Par sa défection, Ernest Gibert m’a décidément mis dans une situation bien inconfortable. Aussi serai-je bref dans les remarques introductives que je compte vous proposer.

20Le thème retenu, « Sport et Santé », présente ce caractère paradoxal de tout à la fois susciter les lieux communs les plus rebattus et les réflexions les plus inattendues, voire les plus novatrices. Depuis longtemps par exemple les bienfaits de l’activité physique pour la santé du corps ne sont plus à démontrer, n’en déplaise au célèbre « No sport » de Churchill. D’ailleurs, si ces bienfaits proclamés haut et fort connaissent des limites, celles-ci sont, elles aussi, constamment rappelées. Aussi ne dénombre-t-on plus les séminaires, colloques, journées d’études, publications ou rapports qui ont doctement débattu de ces problèmes sans forcément en enrichir ni les données ni les solutions.

21Les Clubs Universitaires vont-ils donc être condamnés à leur tour à s’engager dans ces avenues tracées d’avance où les clichés sont rois ? Ce n’est pas impossible. Tout au moins devrions-nous tout tenter pour éviter de tomber dans le piège. Les Clubs Universitaires ont derrière eux, pour les y aider, une histoire désormais plus que centenaire. Or, depuis leur origine ils ont affirmé que leur priorité, dans la promotion de l’activité sportive, était de toujours placer le souci de l’homme au cœur de cette activité et non d’installer le sport au cœur de l’activité humaine. Ce recentrage humaniste implique que le thème que nous abordons aujourd’hui ne saurait se réduire à la question simple « Quel rapport entre sport et santé ? », mais qu’il appelle plutôt cette double interrogation : « Quel sport pour quelle santé ? » ou encore « Quelle santé pour quel sport ? ».

22En d’autres termes, cela signifie qu’il est important que nous nous entendions bien sur le sens que nous voulons prêter aux termes que nous employons. Car s’il est évident que tous deux pratiquent une activité physique, il est tout aussi clair qu’on ne saurait mettre sur le même plan celui qui quotidiennement promène son chien et celui qui en piscine aligne sans fin, matin et soir, des longueurs de bassin. De même, la santé ne se mesure pas au seul état des muscles et de leurs réflexes, mais aussi à la sérénité de l’esprit, et, ajouterai-je, à la faculté de se sentir heureux. Ces clarifications sémantiques me paraissent indispensables si nous ne voulons pas à notre tour nous enferrer dans les contradictions ou dans les clichés.

23Car la question « Sport-Santé » risque certes d’appeler des solutions simplistes et dangereuses comme l’est par exemple la présentation d’un sport panacée pour la santé. Mais il faut bien prendre conscience aussi qu’elle ouvre la voie à un certain nombre de réponses techniques qui concernent par exemple le type d’exercice adapté à telle ou telle pathologie, ou les stratégies nutritionnelles, ou la forme des contrôles médicaux, voire les politiques de communication appliquées à la pratique du sport.

24Or, ces réponses purement techniques nous donnent, elles aussi, bonne conscience à bon compte si elles ne sont pas accompagnées, voire précédées de réponses morales. Car l’homme est un tout et la santé physique n’est rien si elle ne se double pas d’une santé mentale, morale et, risquons le mot, spirituelle. Et le sport n’est pas grand-chose s’il ne vise qu’à faire briller les muscles, à huiler les mécaniques, à remporter d’éphémères victoires ou à amasser des fortunes parfois tout aussi éphémères. Aussi suis-je convaincu que le sujet que nous avons choisi est loin d’être simple ou banal. Si l’USE 2008 s’engage résolument sur la voie d’une réflexion humaniste sur le sport et la santé, elle pourrait bien se transformer, selon le mot d’un auteur célèbre, en « un grain de levain qui fermente » aux suites pour l’instant encore indécises, mais dont le premier effet sera la mise en cause de la définition même du sport, de celle de la santé, et par voie de conséquence de celle de leurs rapports.

25Notre entreprise, vue sous cet angle, s’apparente à une véritable révolution copernicienne. Aussi peut-il paraître vain de vouloir en aborder tous ses aspects et toutes ses conséquences en deux jours seulement. Nous ne pourrons au mieux qu’ouvrir quelques fenêtres, indiquer quelques pistes à explorer. Raison de plus pour nous de sérier les questions qui se posent et de bien définir celles que nous avons l’intention d’aborder, sans jamais perdre de vue l’objectif qui doit rester premier pour les Clubs Universitaires : la promotion par le sport d’un homme équilibré, épanoui, heureux d’être libre et responsable.

26C’est le sens de bon nombre d’actions que par le passé nous avons entreprises. Tel est en effet l’esprit qui inspire les centres de loisirs à dominante sportive lancés il y a maintenant de nombreuses années. Tel est celui qui imprègne les manifestations en cours autour du souvenir de Colette Besson.

27Aujourd’hui aussi, ce n’est qu’à cette condition que nous pouvons espérer, comme le souhaite l’intitulé de notre sujet, sortir des contradictions qui si souvent stérilisent le débat et fragilisent les solutions proposées. C’est sur ce vœu, dont j’espère qu’il ne restera pas qu’un vœu pieux, que je déclare ouverte la 26e Université Sportive d’Été.

Intervention de Jean-Paul SAVART,
Union des Journalistes de Sport en France

28L’union fait et fera toujours la force des journalistes de sport en France, mais elle n’est plus syndicale. Au printemps dernier, pour son cinquantenaire, l’USJSF a officiellement, après des débats passionnés, choisi de retirer le premier « S » de son sigle qui marquait l’époque d’un combat aujourd’hui définitivement gagné.

29Il y a 50 ans, Félix Lévitan, pas encore patron du Tour de France mais déjà fonceur invétéré, avait lancé avec quelques confrères un grand mouvement syndical et professionnel pour la reconnaissance à part entière de sa profession de journaliste de sport tant décriée par les autres journalistes : ils voyaient dans le mot « sport » comme un sous-produit du journalisme. Le journaliste de sport, quand on lui accordait la reconnaissance de journaliste, n’avait alors pas droit au même salaire et aux mêmes avantages.

30L’histoire a de quoi surprendre les plus jeunes de nos confrères que les journalistes d’autres disciplines regardent aujourd’hui, souvent avec envie, tutoyer le firmament du sport et de ses étoiles hyper médiatisées. Et pourtant elle est vraie. Elle est racontée dans son dernier livre par un maître, en tout cas c’est le mien, Jacques Marchand, et je sais que c’est votre ami.

31Jacques Marchand m’a chargé de vous remettre son dernier ouvrage. Il ne le fait pas en mains propres car le poids de ses combats au fil de tant d’années est inscrit dans son corps, qui n’a pas pu supporter le voyage jusqu’à Strasbourg. Mais l’esprit du maître n’a rien perdu de sa vivacité. Il m’accompagne jusqu’ici et je sais qu’il vous imprègne aussi.

32Permettez-moi aussi de vous prier d’excuser l’absence d’un autre guide de cette USJSF devenue UJSF, son président actuel, Jean-Marc Michel, qui poursuit la tâche de Jacques dans le même esprit, avec la même pugnacité, mais court tant et si loin qu’il n’aura pas le temps de nous rejoindre ici physiquement. Toutefois, vous savez aussi qu’il est toujours à vos côtés. Il m’a demandé de vous le rappeler, mais était-ce bien utile ?

33Les relations qui unissent l’Union des Clubs Universitaires et l’Union des Journalistes de Sport de France sont du même tonneau que celles qui unissent le sport et le journalisme. Nous partageons la même passion et la même conscience. Nous avons la même conscience que le sport aujourd’hui est à la merci des marchands du temple. Les universitaires sont là pour lui permettre de raison garder et les journalistes pour rappeler cette raison au public. Ce combat contre la violence ou le dopage, si bien illustré cette année par le thème « Sport-Santé », n’est plus pour nous la défense syndicale d’une reconnaissance professionnelle aujourd’hui communément admise, mais un devoir de conscience.

34Pour l’accomplir, nous devons plus que jamais unir nos forces en gardant chacun notre spécificité. À vous la recherche parfois difficilement accessible au public dit grand. À nous sa vulgarisation. Nos écrits, nos paroles et nos images, simples mais pas simplistes, ne satisfont pas toujours votre esprit scientifique. Mais croyez que nous savons assez bien les manier – c’est notre métier – pour que la raison du sport le plus fort grandisse vraiment ce public qui n’est autre que vous et moi, unis dans un même besoin de connaissance de la vérité. C’est l’expression de la liberté.

35Le journaliste de sport se bat aujourd’hui pour accéder librement aux tribunes des stades et aux informations du monde sportif, qui souhaiterait n’être plus géré que par les argentiers de la communication (ce combat a déjà été perdu dans d’autres pays). Comme l’explique si bien Jacques Marchand, l’UJSF ne défend pas un privilège consenti à une profession, mais un droit accordé au public.

36L’UJSF, avec un « S » en moins, exige que les journalistes de sport puissent tout dire et tout écrire dans la presse, à condition de garantir que ce qu’ils disent et écrivent n’est pas n’importe quoi.

37L’Université d’Été conjointement organisée par nos deux unions, et le stage de formation pour les jeunes qui l’accompagne, constituent ce moment de réflexion qui permet de renforcer notre combat. Avec son « S » en moins, l’UJSF y reste solidement attachée.

Intervention de Philippe MAURER,
Député de Strasbourg

38Je vous souhaite la bienvenue non seulement à Strasbourg, mais également en Alsace, puisque c’est la capitale régionale. Vous franchirez aussi le Rhin pour aller rendre visite aux collègues qui sont situés dans la commune d’échange de Fribourg. Probablement que pour la majorité d’entre vous, ce n’est pas la première fois que vous venez à Strasbourg. Pour les autres, j’espère que vous serez ravis de découvrir notre Cité.

39En tout cas, nous sommes en plein cœur de l’actualité, d’une part parce que nous avons inauguré ce matin la Foire européenne. D’autre part, Strasbourg est à la fois le siège du Conseil de l’Europe et le siège du Parlement Européen. Pour le mois de septembre, ce dernier est momentanément indisponible car le plafond de l’hémicycle a regagné le parquet ! Malheureusement pour nous, les parlementaires siègeront à Bruxelles pour revenir dès le mois d’octobre puisque les entreprises sont en train de faire les réparations utiles.

40L’Alsace est bien connue pour l’ensemble de ses productions gastronomiques et culinaires, mais également pour sa valeur sportive, avec notamment des clubs emblématiques, que ce soit en basket-ball ou en football, par exemple. Le sport de masse en Alsace, la vie associative est l’un des fleurons de la vie locale puisque nous avons un nombre conséquent d’associations, ainsi qu’un nombre tout à fait important de personnes engagées dans la vie associative. La vie sportive occupe une place éminente dans cette vie associative et les manifestations populaires qui sont organisées prennent de l’ampleur. C’est très important parce que, bien souvent, on peut amener des sportifs et des pratiquants qui considèrent qu’ils sont là pour leurs loisirs, à d’autres expériences. On peut les amener ponctuellement à se soumettre soit à un chronomètre, soit à des compétitions qui ont lieu dans un cadre plus organisé. Je crois que l’ensemble de ce qui se discute pour le sport du xxie siècle, c’est à la fois les sports émergents et la question du sport loisir. On trouve là aussi une transition toute marquée entre ces manifestations sportives qui drainent beaucoup de gens et l’ambition de savoir comment faire pour les garder. Faut-il nécessairement considérer qu’il s’agit d’avoir chez soi ces pratiquants ou en tout cas de leur proposer des lieux, des sites, des manifestations pour qu’ils puissent se reconnaître, pratiquer, progresser à leur façon, à leur envie. Je crois que l’essentiel, finalement, c’est de faire du sport, et de pouvoir le faire dans de bonnes conditions. Le sport, c’est la vie et la santé qui l’accompagne.

41Je lisais, pas plus tard qu’hier, dans la presse régionale, que l’on n’avait jamais vraiment essayé de comptabiliser notamment la nature des accidents de santé, des accidents sportifs qui ont un impact direct sur le physique dans le cadre de la pratique sportive.

42Je crois donc que ces chantiers sont tout à fait conséquents. Je crois aussi que la pratique sportive du xxie siècle est tiraillée entre l’excellence, les records qui sont faits pour être battus et le nombre croissants de sportifs.

43Les Clubs Universitaires, bien entendu, prennent toute leur place. Ils continuent également de s’adresser à la population étudiante qui souhaite trouver une porte ouverte dans la vie sportive. Je peux vous assurer qu’à Strasbourg, ce sont des clubs tout à fait éminents qui comptent dans la vie de nos quartiers parce que le propre de chacun est de pouvoir, de 7 à 77 ans, se faire plaisir en pratiquant le sport qui lui convient. Ils participent également, de cette façon, à la vie en société parce que le sport est fédérateur et constitue un ferment d’unité, de rassemblement. Il permet aux jeunes de bouger, d’aller voir ailleurs ce qui s’y passe, tout en ayant le sens de l’apprentissage de la vie en société, de l’application des règles qui sont nécessaires pour fonctionner. Il apporte aussi le respect indispensable du sportif en face de l’adversaire, qui n’est pas un ennemi et qui mérite à la fois contrôle de soi et considération.

44Merci d’être ici à Strasbourg, merci à tous ceux qui ont travaillé à l’organisation de cette manifestation, et je suis certain en tout cas que de l’échange naissent les bonnes idées et que vous pourrez prolonger plus tard et ailleurs tout le travail que vous mènerez ce week-end à Strasbourg.

Présentation par Claude Schneider,
Président du Strasbourg Université Club

45Deux conférences introductives vont nous permettre d’appréhender la problématique générale de l’USE.

46La première traitera des liens qu’entretiennent Sport et Santé, principalement du point de vue de la science médicale. C’est le Professeur Pierre Rochcongar qui aura la parole. Le conférencier est Professeur au CHU de Rennes, Président de la Société Française de Médecine du Sport depuis 2006 après avoir présidé la Société Française de Traumatologie du Sport de 2003 à 2005. Il a participé à l’expertise collective INSERM Activité physique. Contextes et effets sur la santé, qui a livré son rapport en mars 2008. J’ajouterai que les spécialistes de football le connaissent bien car il fut médecin de l’équipe de France de football. Il est médecin en charge du suivi des sélections nationales de la FFF depuis 1988. Il interviendra en juin prochain sur le bilan du suivi biologique et cardiologique des footballeurs des clubs professionnels à l’occasion du 45e Congrès médical de la FFF.

47La seconde conférence envisagera la problématique Sport et Santé sous l’angle des sciences sociales, combinant sociologie, anthropologie et analyse de presse. Les pratiques corporelles de mise ou de remise en forme se sont imposées de façon spectaculaire à partir des années 1960. Elles constituent l’un des principaux terrains de recherche d’Yves Travaillot, Maître de conférences à l’IUFM d’Aquitaine. Il a publié des ouvrages et des articles relatifs à ce domaine. La contribution qu’il va nous proposer aujourd’hui est une étude des pratiques et des discours, ainsi que de leur périodisation. Elle nous permettra de voir comment est perçu l’impératif de « santé », tout au long des dernières décennies, comment celui-ci est tributaire de certains effets de mode et qui sont les pratiquants et pratiquantes mobilisé(e)s autour du souci du corps, et leurs attentes.

48D’ores et déjà, je remercie les deux conférenciers d’avoir accepté l’invitation des organisateurs de l’USE.

Activité physique et santé : réalité, enjeux et défis
L’activité physique est, à ce jour, un facteur reconnu de prévention, voire de soin, d’un grand nombre de pathologies (cardio-vasculaires, endocriniennes, mais aussi en rhumatologie, oncologie, gériatrie…). Une expertise collective de l’INSERM publiée en 2008 fait le point sur ce sujet. Pour être efficace, l’activité physique doit être pratiquée de façon régulière, à un niveau d’intensité suffisant, et au moins 3 heures par semaine. L’activité sportive représente un élément majeur mais les autres modes d’activité, à dépense énergétique importante, ne doivent pas être négligés (poste de travail, déplacements, activités de loisir type jardinage, tâches ménagères…).
Au cours des deux dernières décennies, nos sociétés sédentaires ont vu véritablement exploser la pratique sportive de loisir, mais aussi de compétition, à la recherche d’un bien-être physique et psychique, mais aussi de sensations parfois extrêmes, expliquant l’éclosion de nouveaux sports, hors encadrement, tout particulièrement chez les jeunes, parfois réalisés dans des conditions de pratiques à risques (environnement, fatigue). Nous touchons là un réel paradoxe, à savoir qu’il reste difficile de motiver certaines populations sédentaires et à risque de maladie chronique (d’où les campagnes d’information régulières), alors que d’autres catégories devraient adapter, voire freiner leurs pratiques sportives diverses et multiples pour éviter les complications et, en particulier, la blessure.
Parallèlement, on ne peut nier qu’une pratique sportive peut conduire à des traumatismes le plus souvent mineurs, liés à la répétition du geste ou à l’utilisation d’un matériel inadapté, correspondant à des pathologies de surmenage, proches de celles observées en médecine du travail. Celles-ci sont de mieux en mieux connues, et doivent être prévenues. Les traumatismes majeurs sont plus rarement rencontrés, mais peuvent représenter un coût non négligeable pour la société. Leur fréquence est variable selon le sport pratiqué.
Enfin, dans une année riche en événements sportifs internationaux, comment ne pas évoquer le dopage, phénomène majeur dont la pratique reste répandue et les techniques de plus en plus sophistiquées. Ce fléau touche toutes les catégories de pratiquants, mais plus particulièrement les sportifs de haut niveau. Les médecins du sport sont directement concernés, et des événements récents permettent d’affirmer qu’il y a aussi dans ce domaine des contradictions à lever. Comment remettre en cause la compétence et le sérieux de certains médecins ayant strictement respecté les règles déontologiques, au prétexte que des sportifs ont échoué et, parallèlement, laisser entendre que ces mêmes médecins participent coûte que coûte aux résultats, « la morale sportive étant immorale » !
C’est, à notre avis, à ces niveaux qu’il existe une contradiction potentielle, entre la notion de sport et celle de santé. Ce débat ne peut être tranché arbitrairement. Il nécessite une réflexion approfondie, en dehors de tout aspect passionnel, nécessitant une collaboration étroite entre les techniciens du sport, les médecins, les chercheurs, mais aussi les décideurs politiques. Il en va de l’avenir de nos sociétés, tout particulièrement en terme d’économie de santé.
Professeur Pierre Rochcongar
Unité de médecine du sport CHU Rennes
Président de la Société Française de Médecine du Sport

Conférence introductive par Pierre ROCHCONGAR,
Professeur des Universités, Unité de médecine du sport au CHU de Rennes
Président de la Société Française de Médecine du Sport

49Pour illustrer mon propos, j’utiliserai tout au long de cet exposé un certain nombre de tableaux photos et images. Il faut bien s’entendre sur la notion de sport et d’activité physique.

50L’activité physique va entraîner une dépense énergétique et va avoir des effets positifs sur la santé. On peut donc faire du sport, mais aussi se déplacer, faire du jardinage, faire du ménage, déménager… Tout cela constitue une activité physique. Je crois qu’il est important, quand on parle d’activité physique, d’inclure le sport et de ne pas uniquement limiter l’activité physique au sport.

51Ensuite, il faut s’accorder – mais ce sera peut-être un peu plus facile – sur ce qu’est la santé, même si cela a entraîné un certain nombre de débats au niveau national et international.

52Le Baron Pierre de Coubertin a écrit beaucoup de choses, dont certaines sont plus ou moins acceptables d’ailleurs quand on les relit quelques dizaines d’années après. Il disait notamment « que le sport est un culte volontaire et habituel de l’exercice musculaire intensif » – cette notion, ce qualificatif d’« intensif » pose déjà problème – « appuyé par le désir de progrès et pouvant aller jusqu’au risque ». En effet, on peut aller jusqu’au risque, on peut admettre le risque, cela peut être lié à la compétition elle-même. Par exemple, il peut y avoir des accidents en rugby, en football, en judo, etc. En tant que médecin, j’ai un véritable problème sur la notion d’« intensif » et sur celle de « risque ».

53Lorsqu’il s’exprimait, le Baron Pierre de Coubertin n’imaginait sans doute pas les effets collatéraux de la pratique sportive intensive, ni ceux de la médiatisation du sport.

54Si on se réfère au préambule de 1946 de la constitution de l’OMS, on peut lire que la santé est un état de complet bien-être physique, mais aussi mental, social, et donc cela signifie bien que la santé ne consiste pas uniquement en l’absence de maladie ou d’infirmité. On a bien quelque chose de beaucoup plus large et on ne peut pas limiter, en tant que médecin et médecin du sport, le problème de la santé au problème de la médecine. Ce serait complètement aberrant à mon avis.

55De même, les mots n’ont pas toujours un contenu identique dès lors qu’on les replace dans la durée. Alors, en fonction des institutions, des personnes, des circonstances, faire référence au sport ou à la santé cache bien des différences de sens et Monsieur Jean-Paul Schneider évoquait cela tout à l’heure, dans son propos d’ouverture. Jadis, il était difficile voire inimaginable d’aller faire du sport ou de consacrer autant de temps à une activité sportive. Les choses ont complètement évolué depuis les vingt ou trente dernières années et une reconnaissance de l’activité physique s’est imposée, qu’elles que soient les conditions et quel que soit le niveau social des intéressés.

56Nous avons participé pendant deux ans, avec Jean-Paul Callède et d’autres, à une expertise collective de l’INSERM, qui était très transversale. Cette expertise importante nous a permis de réfléchir et de faire un tour complet de la bibliographie scientifique récente, produite sur ce que représente justement l’activité physique et ce contexte de santé.

57On peut dire que la santé est directement dépendante du niveau d’activité physique. Cela ne se discute plus. Un faible niveau d’activité physique entraîne un faible niveau de bienfait sur la santé. Le fait de pratiquer beaucoup d’activité physique a-t-il encore des bienfaits sur la santé ? C’est une question que l’on est en droit de se poser.

58Une publication récente de 2006 est intéressante parce qu’elle touche tous les aspects, endocriniens, cardio-vasculaires, neurologiques. Les effets sont positifs quel que soit le sexe, quel que soit le groupe, quel que soit le handicap, quelle que soit l’ethnie. C’est donc un effet global ; vous pouvez constater que plus le niveau d’activité est élevé, plus votre niveau de bien-être est élevé. La relation est tout à fait indiscutable.

59Pour développer mon propos, j’ai pris quelques exemples concernant notamment l’appareil locomoteur que je connais un peu mieux que d’autres aspects. Une remarquable étude a été publiée en 2006. On parle toujours du risque cardio-vasculaire, du diabète, on parlera tout à l’heure de l’obésité, mais tous les appareils sont concernés, et notamment l’appareil locomoteur. En ce qui concerne l’arthrose, et malheureusement cela a été démontré, même si on est en bonne santé, à 60 ans nous avons tous au moins une articulation arthrosique. Si nous avons une activité physique, cela va avoir des effets très forts sur les symptômes, sur la force, sur la qualité de vie. On voit bien là aussi que l’activité physique est très positive.

60C’est vrai aussi pour certaines maladies comme les maladies rhumatismales, inflammatoires, en tenant compte bien sûr des épisodes inflammatoires qui interdisent la pratique du sport, mais en dehors desquels le sport est efficace sur la force et la qualité de vie.

61Même pour d’autres maladies qui sont moins communes mais très à la mode comme la fibromyalgie, l’activité physique a également des effets très positifs sur la santé. Cela a été démontré aussi sur certains cancers, le cancer du colon, le cancer du sein, et sur d’autres maladies ; des travaux récents ont même porté sur la maladie d’Alzheimer.

62Selon les conclusions de l’INSERM – qui me paraissent importantes –, il est communément admis que l’activité physique régulière est bonne pour la santé, mais il faut quand même tenir compte des paramètres individuels comme l’âge, le genre, l’état de santé, les déterminants psycho-sociologiques. Tous ces facteurs sont extrêmement importants. On ne peut donc pas faire de relation très simple entre sport santé et santé sport.

63Que faut-il recommander alors ? Il existe tout de même un certain nombre de points sur lesquels tous les spécialistes sont d’accord : au moins trente minutes d’activité, cinq jours par semaine de type aérobie (endurance) est bénéfique pour l’individu. Pour les sujets jeunes, ce sont des fréquences cardiaques à 140, 150, 160 pulsations par minute, avec une intensité modérée. Ou alors des exercices un peu plus intenses, limités alors à vingt minutes, trois jours par semaine, on sera à 70 ou 80 % de ses possibilités. On y ajoute maintenant, ce qui est important, des exercices de renforcement musculaire au moins deux fois par semaine. On a beaucoup parlé d’endurance jusqu’ici, des capacités aérobie comme marcher, courir, faire du vélo, nager, mais on a longtemps oublié les problèmes du maintien de la force et donc du risque de déconditionnement. Si des sujets âgés n’ont plus de force musculaire, ils sont déconditionnés.

64Ce que l’on n’a pas du tout réglé actuellement, par contre, c’est la double question suivante : quel type d’activité physique ? Et pour quels sujets ? C’est-à-dire en fonction du handicap au sens large. Certains sujets n’aiment pas courir, ni marcher. D’autres, s’ils sont un peu obèses, ne voudront pas nager parce qu’ils ne veulent pas se mettre en maillot de bain, etc.

65Nous avons donc une véritable réflexion à mener : à savoir quel type d’activité physique proposer, avec les spécialistes de l’activité physique – parce que ce n’est pas uniquement médical, je le répète – et en fonction du « handicap » de chacun.

66Dans mon service, pour les patients qui relèvent du cancer du colon par exemple, certains types d’activité physique ne leur seront pas conseillés dans un premier temps. De même pour le cancer du sein, certaines activités ne pourront parfois pas être pratiquées comme le tennis, le tennis de table, le tir à l’arc. C’est compréhensible.

67En France, il y a environ 15 millions de licenciés et environ 30 millions de pratiquants, tous types d’activité et tous sports confondus.

68L’INPES a publié en 2008 un rapport sur l’état de santé au niveau européen des jeunes entre 11 et 15 ans. La question a été posée pour savoir combien d’enfants, en pourcentage, faisaient une heure par jour et six jours par semaine d’activité physique (non pas uniquement de sport), c’est-à-dire aller à l’école en marchant, se déplacer, jouer dans la cour de récréation, et faire du sport. Une heure, c’est déjà peu. Chez les filles, c’est un tiers à 11 ans et moins de 20 % à 15 ans. Chez les garçons, un peu moins de la moitié à 11 ans et un tiers à 15 ans. Il y a donc là un véritable problème car entre 11 et 15 ans, plus de la moitié des jeunes ont diminué d’une heure par jour leur temps d’activité physique.

69Si on rajoute à cela la notion d’activité sédentaire, c’est-à-dire l’usage de la télévision, de l’ordinateur, des jeux vidéo, ce sont les garçons qui arrivent en tête, les chiffres augmentent avec l’âge et vers 13-15 ans les garçons passent en moyenne plus de six heures par jour à jouer à la console, à regarder la télévision et à utiliser l’ordinateur. Ce temps englobe nécessairement l’aspect scolaire et pas uniquement ce qui se passe à la maison.

Première partie de la réflexion : essayer de sortir des contradictions

70La première contradiction, c’est le problème des patients souffrant de maladies chroniques : l’enfant asthmatique, ou qui a des séquelles neurologiques, ou qui va éventuellement déclencher un diabète, c’est aussi le problème majeur de l’obésité, le problème du vieillissement, du déconditionnement. C’est le groupe qui, pour nous, est le plus important à motiver. Or, c’est celui qui est le plus difficile à motiver. Il n’est pas facile d’expliquer à des gens qui n’ont aucune activité physique depuis de nombreuses années, qu’en reprenant l’activité physique cela va aller mieux.

71L’autre problème, c’est l’adaptation de la ville, des déplacements. Comment expliquer à des enfants ou à des sujets en relative bonne santé d’aller à pied si l’on s’expose au danger, s’il faut traverser et risquer d’être renversé par une voiture ? L’idéal est d’avoir des espaces adaptés où l’on puisse faire du sport et se déplacer en toute sécurité.

72Deuxième niveau : avoir une pratique sportive diversifiée – et c’est une autre difficulté –, quels que soient le handicap et les conditions sociologiques.

73Bien sûr, pour des enfants en bonne santé, il s’agit d’avoir des clubs qui les acceptent et qui les prennent bien en charge ; mais aussi des clubs accueillants pour des enfants présentant des déficiences. Il y a le handicap physique mais aussi le handicap mental. Dans le cadre des Jeux Paralympiques, comme vous le savez sans doute, il y a encore des difficultés et des discussions pour que les handicapés mentaux puissent participer au même titre que les handicapés physiques.

74Troisième niveau : au travers des Jeux Olympiques, il y a tout ce que l’État veut porter, il y a tous les aspects sociologiques, politiques, voire économiques.

75Quel que soit le sport, on pense aux championnats du monde, d’Europe, aux championnats d’athlétisme, au tennis, au cyclisme. Ce type d’activités pour nous, médecins, pose tout de même deux problèmes. C’est l’intensité de certaines compétitions qui devient maintenant très importante, et surtout la fréquence de ces compétitions. Quand on voit des joueurs de tennis qui ont quitté Pékin et sont repartis en 48 heures pour disputer une compétition aux États-Unis, c’est quelque chose qui interpelle. J’ai participé personnellement à une étude sur le football au niveau européen qui a démontré que c’était la fréquence des matchs de haut niveau rapprochés, et non pas le nombre de matchs dans l’année, qui était un facteur de risques, de blessures et de contreperformance. Cela a été très bien montré lors de la Coupe du Monde en Corée et au Japon. Nous devons mener une vraie réflexion à ce propos.

76On sait bien aussi que la pratique du sport de haut niveau, comme cela a déjà été évoqué, mène quelquefois à la gloire mais conduit aussi, dans certains cas, à la désillusion, voire même à la déchéance.

77Que mon propos ne soit pas détourné. Il y a des sportifs et des sportives de haut niveau qui ont parfaitement réussi, et heureusement. Je ne suis pas en train de dire que le sport de haut niveau mène obligatoirement à des situations comme celle-là. Mais nous avons quand même l’obligation de la réflexion et de se dire qu’un certain nombre de sportifs de haut niveau vont avoir des difficultés à gérer leur carrière, et quelquefois à gérer leur post-carrière. C’est aussi un vrai sujet de réflexion du point de vue médical.

78Dans les quinze dernières années, on a vu exploser la pratique sportive et la pratique sportive très diversifiée. C’est la recherche du fun, du risque, c’est se faire plaisir, surtout pour les jeunes. Il y a plusieurs niveaux, là encore.

79D’abord, les sports que j’ai placés comme étant à risques, mais parfaitement encadrés : le saut à l’élastique, l’escalade, le motocyclisme, le bicross, les sports de combat et la plongée. Ce sont des sports pour lesquels nous n’avons pas tellement de problèmes parce qu’il existe des textes, du matériel adapté et un bon encadrement. Cette notion d’encadrement me paraît extrêmement importante.

80D’autres activités comme les raids, le marathon des sables, les trails et les triathlons sont quelquefois portées par de très belles images qui ont fait avancer la performance et la reconnaissance de soi. Mais dès lors que cela devient un phénomène de société, cela commence à poser un certain nombre de problèmes. Pour certaines compétitions par exemple, les compétiteurs sont limités au niveau de la quantité d’eau qu’ils peuvent emmener et, le soir, quand ils sont déshydratés, si leur état nécessite une perfusion, ils seront pénalisés en temps ! Avec ce type de pratique, nous avons passé le seuil de la relation sport-santé.

81Quant au trail du Mont Blanc, il fait environ 200 kilomètres, 17 000 mètres de dénivelé positif, 100 heures maximum. Du point de vue cardio-vasculaire, ce n’est pas très sollicitant et beaucoup de concurrents ressentent le besoin de se prouver des choses. Quelques talons d’Achille, genoux et hanches sont parfois en très mauvais état à l’issue de ce type d’épreuve.

82Ensuite, d’autres activités sont complètement hors normes et certains comportements peuvent devenir psychologiquement et physiquement déviants. C’est important de le souligner.

83En partant du patient qui a besoin d’une activité physique, on peut, en passant par le sport de haut niveau et la haute compétition, aboutir à des comportements totalement déviants.

84Le dopage n’est pas un phénomène récent. Lors du premier marathon, disputé à Londres, un des coureurs était déjà dopé. Certaines affaires ont été très importantes. Le cyclisme a beaucoup donné, mais tous les sports sont concernés et tous les niveaux de pratiques, tous les âges également.

85Il y a quinze jours, un patient de 68 ans, ancien athlète de haut niveau, qui était allé participer au championnat du monde d’athlétisme vétérans en Italie l’année dernière, m’a fait part de son effarement quand il a constaté dans le vestiaire le nombre de seringues qui traînaient.

86Une étude a été réalisée en Lorraine il y a une dizaine d’années auprès de 2 000 sportifs amateurs. Or, près de 10 % d’entre eux avaient reconnu la consommation de substances pour se doper. En premier lieu, on trouve des stimulants, 25 % de stupéfiants et, ce qui est surprenant, l’utilisation de corticoïdes chez des sportifs amateurs qui n’avaient aucun besoin de se traiter avec ce produit.

87C’est quand même le sport de haut niveau qui est le plus touché. En 1976, personne ne s’affolait de voir la morphologie de Kornelia Ender, nageuse de RDA. Il est vrai que quand on voit les photographies d’une nageuse actuelle par rapport à Kornelia Ender, on a quand même quelques doutes et on peut au moins regretter que le médecin qui s’occupait de Kornelia Ender ait été dans le sens des conduites déviantes que dans plutôt celui de la protection de la santé de cette nageuse. Si on voyait une morphologie comme celle-là maintenant, je pense qu’il y aurait très rapidement des articles dans la presse et une montée en puissance très rapide autour de la question du dopage, du partage des responsabilités, etc.

88Il y a un vrai problème de santé publique. Un certain nombre de sportifs, notamment dans le milieu du cyclisme, sont décédés entre 25 et 35 ans.

89Autour du dopage, existent des produits complémentaires pour combler les déficits, un peu d’anabolisants, mais surtout de l’anti-oxydant parce que c’est la mode. Grâce à cela, on va pouvoir vendre beaucoup de choses…

90Il y a eu l’affaire de la THG (Tétrahydrogestrinone) qui est un stéroïde dérivé du type progestérone. C’est une substance qui n’a jamais eu l’autorisation d’être mise sur le marché parce qu’elle est dangereuse. Sa découverte s’est faite sur dénonciation.

91Certains sportifs déclarent qu’ils ne pouvaient pas être dopés, qu’ils ont appris cela par hasard, vraiment « à l’insu de leur plein gré », selon la formule que vous connaissez. On leur donne des hormones de croissance, on leur prélève du sang, on le leur réinjecte, on leur injecte des anabolisants, de la testostérone et ils déclarent ensuite qu’ils n’étaient au courant de rien, qu’ils n’ont rien vu et rien senti. Cela fait peur.

92Ces problèmes de dopage vont devenir de plus en plus compliqués parce que la science avance aussi et on sait bien maintenant qu’en fonction du profil génétype des sujets, on est plus ou moins potentiellement capable de réussir tel ou tel type de performance, de force, de vitesse, d’endurance.

93Ainsi, tout récemment, il a été mis en évidence un gène particulier vis-à-vis de l’utilisation de la testostérone. Certains sportifs qui ont « bénéficié » d’injections de testostérone n’auront jamais dans leurs urines des taux élevés. Ils ont le droit puisque c’est leur potentiel génétique. Certaines ethnies, notamment en Chine et au Japon, ont sans doute ce potentiel génétique plus que d’autres.

94De la même façon, certains types de patients qui ont une surcharge en fer ont des gènes qui favorisent le transport de l’oxygène, qui augmentent le taux de globules rouges, et si on dose leurs hématocrites, il sera supérieur à 50 % et on ne va pas les condamner puisque ces résultats sont « normaux » pour ces sujets. Ils sont donc « favorisés ». Vous voyez les problèmes que cela pose, et qui sont particulièrement complexes à traiter.

95Des travaux récents datant de 2006 sur des souris transgéniques, surexprimant le gène de l’EPO, ont montré qu’au bout de six mois, ces souris qui avaient des performances supérieures au départ au niveau de l’endurance, commencent à avoir une baisse de la performance, des troubles neurologiques, une dégénérescence au niveau des reins et du foie. Cela fait vraiment peur et on peut se poser la question de savoir ce que vont devenir ces sportifs qui ont été « chargés » en EPO dans les quinze ou vingt années actuelles ou à venir.

96Il y a aussi tout le problème de la thérapie génique, avec tous ses facteurs de croissance. On a besoin de ces facteurs qui vont lutter contre les phénomènes inflammatoires, qui vont permettre le remodelage, la vascularisation. Ils sont utilisés en médecine, mais comment vont-ils être utilisés éventuellement chez des sportifs ? Et jusqu’où va-t-on aller ? C’est une vraie question.

97On a vu le débat au travers de l’affaire Oscar Pistorius. Ce sprinter est handicapé. Il a du matériel adapté, et du coup il améliore sa performance. A-t-il le droit de courir avec des « valides » ? La réponse a, pour l’instant, été « non ». On peut tous se poser la question d’un point de vue éthique. Mais on peut aussi se poser la question suivante : un jour ou l’autre, des gens se feront peut-être mettre des prothèses uniquement dans le but d’améliorer leurs performances.

Deuxième partie : apporter des solutions

98J’en suis incapable mais je voudrais simplement apporter des réflexions, dont la première, en tant que médecin, concerne le problème de l’aptitude au sport. En fonction des pays, les choses sont très différentes. En France, on ne pratique pas de sport en compétition si on n’a pas de licence obtenue après délivrance d’un certificat médical. Cela ne se passe pas du tout de cette manière dans d’autres pays.

99Ce qui à mes yeux est important, est que pour rédiger un certificat de non contre-indication, l’examen doit être sérieux et complet. Il faut condamner ce certificat que l’on signe au bord de la table, d’autant plus que c’est le seul moment où il y a une véritable visite, qui devrait être complète, pour tout Français. C’est un moment privilégié où l’on peut faire le point au travers de cette visite de prévention.

100Mais ceci étant, cela pose désormais des problèmes à cause du principe de précaution. Le médecin de famille qui signait sans aucun problème le certificat commence à se poser des questions. D’ailleurs, au moins l’un d’entre eux a été lourdement condamné. En effet, il a signé la licence d’une de ses patientes qui était myope, qui pratiquait la boxe, et elle a perdu un œil. Elle l’a attaqué devant les tribunaux et il a été condamné parce qu’il ne lui avait pas expliqué les risques potentiels de la pratique de la boxe quand on a un déficit visuel. D’où le problème de la formation des médecins du sport.

101Deuxième niveau, c’est la prescription d’activités physiques, ce qui est important pour nous, médecins. Les messages ne sont pas toujours faciles à faire passer. Vous expliquez à votre patient, qui est un peu en surpoids, qu’il doit faire du sport. Il s’inscrit dans une salle de sport, mais il commence par prendre l’escalator… Il faut réussir à prescrire, à conseiller l’activité physique en fonction du handicap.

102Je reprends l’exemple de l’appareil locomoteur, le problème de hanche, la coxarthrose qui est très fréquente. Que va-t-on pouvoir envisager ? Sans aucun doute, on pourra autoriser les pratiques de type natation, entretenir l’équilibre, la force sans contrainte et tous les exercices d’aérobie.

103La course à pied n’est pas indiquée pour les personnes en surpoids ayant une arthrose du genou. Le vélo oui, mais pas le vélo cross.

104Le tennis de table, oui tranquillement mais pas en compétition.

105D’autres sports seront déconseillés comme les sports de combat, les sports collectifs, la course avec un fort dénivelé, les sports de raquettes type squash. Nous sommes vraiment dans la prescription d’activités physiques, qui est une notion importante.

106Selon le Conseil de l’Europe, la définition de la blessure est très large. Il n’y a pas uniquement l’aspect médical, mais aussi les aspects sociologique et médico-économique. C’est une notion importante. Il faut s’entendre sur la définition de la blessure, entre la déclaration de la blessure et le fait qu’elle nécessite un traitement, que ce soit par un médecin, un kinésithérapeute ou une infirmière, et éventuellement le fait qu’elle entraîne un arrêt de sport. Il y a plusieurs niveaux dans la blessure et il faut pouvoir les définir.

107L’athlète au sens large, le sportif quel qu’il soit, est plus ou moins prédisposé à la blessure. Cela peut être lié à l’âge, à la souplesse, aux antécédents de blessures, à la morphologie. Il est exposé à des facteurs de risques extrinsèques, il va devenir sensible et un événement va déclencher la blessure. C’est là-dessus qu’il faut travailler ; ce n’est pas uniquement médical. Prenons l’exemple de deux petites filles qui ont reçu en cadeau pour l’une une patinette et pour l’autre une paire de patins à roulettes. La situation à risque pour les deux est la chute. L’une a la chance d’avoir reçu en même temps des genouillères, un casque et des gants ; l’autre n’a rien eu et, par manque de chance, c’est elle qui tombe et qui se blesse. On voit bien là que la démarche n’est pas uniquement médicale.

108Nous sommes confrontés à deux types de lésions majeures, soit les lésions aigues, soit les lésions de surmenage. Une étude récente de la CNAM concerne les lésions aigues, c’est-à-dire les gens qui sont arrivés aux urgences. On retrouve en premier le football, l’équitation et le ski.

109Tous les journaux parlent de cette enquête depuis quelques jours. Mais il faut toujours ramener ce type de blessure au nombre de pratiquants et au nombre d’heures de pratique. Dire qu’il y a le plus grand nombre de blessures en football et en ski, c’est vrai parce que c’est là qu’on trouve le plus grand nombre de pratiquants. Mais quel est le risque potentiel pour mille heures de pratique ? Cela devient intéressant et on n’a pas du tout le même résultat. Par exemple, en ce qui concerne les ligaments croisés, les femmes se blessent quatre fois plus que les hommes, le handball et le basket sont plus à risques que d’autres sports pour le même âge et le même sexe, pour ce type de blessure par exemple.

110Je vais terminer par la pratique du sport de haut niveau parce que, en tant que médecins, nous sommes forcément interpellés. C’est très compliqué ; c’est le club, la sélection, le centre de formation et nous sommes dans le cadre d’un staff médico-technique avec une prise en charge globale de l’athlète. Il faut reconnaître en toute honnêteté – et c’est tout à fait normal – que c’est le technicien, l’entraîneur qui est le chef du staff. Ensuite, le médecin est généralement responsable du staff médical avec les kinésithérapeutes, les podologues, les psychologues, les diététiciens, et tout ce qui tourne autour… C’est donc de plus en plus compliqué. Un autre intervenant joue un rôle important, je veux parler du préparateur physique qui est quelquefois très bien diplômé, et qui peut parfois interférer, notamment par rapport au joueur blessé, avec les médecins et les kinésithérapeutes. C’est un vrai sujet sur lequel il faudra bien débattre. C’est trop souvent le préparateur physique qui autorisera ou non le sportif à revenir sur le terrain après une blessure.

111Personnellement, je travaille dans mon service avec des psychologues, je crois que c’est très important mais il faut de vrais psychologues, des psychologues du sport qui connaissent parfaitement leur travail. Les psychologues sont donc nécessaires, mais pas dans n’importe quelles conditions.

112Certains dits « psychologues » ne sont pas toujours des psychologues. Je reprendrai les propos de Claire Carrier en 2004, l’année des Jeux Olympiques d’Athènes où un certain nombre de nos sportives et sportifs de haut niveau ont rencontré quelques difficultés : « En vampirisant la vie psychique des sportifs, certains intervenants en psychologie ne sont pas à leur place… ».

113Quand on se trouve au stade de haut niveau, que l’on soit l’entraîneur, le médecin, le kinésithérapeute ou le préparateur physique, il y a une charge psychologique très importante et il faut savoir en tenir compte.

114Les médecins, dans une structure comme celle-là, sont confrontés au problème déontologique, avec le respect des droits du malade (« Loi Kouchner ») et le respect du libre choix. Tout patient a le libre choix de son médecin, le sportif aussi, et s’y ajoute le problème du secret médical. Il doit être à mon avis au moins partagé entre le médecin, le staff médical et l’entraîneur. Certainement pas en y associant les dirigeants et les médias. En d’autres termes, il ne doit pas y avoir d’information directe du staff médical au niveau des médias. La seule personne qui peut s’exprimer est le sportif lui-même, seul ou éventuellement en présence du médecin ou du kinésithérapeute s’il l’a demandé. Les choses doivent être claires.

115On peut aussi être soumis à des problèmes d’éthique. Quand on voit, comme ici, sur cette photo, ce petit Chinois de 8 ou 9 ans qui fait de la gymnastique et l’état dans lequel il est mis par son entraîneur, je pense qu’en tant que médecins nous devrions réagir. Cela se passe aussi en France, dans certaines activités.

116Il y a le problème des urgences, la responsabilité médicale en fonction des règlements fédéraux. Désormais, on ne voit plus ces saignements majeurs en raison de la crainte du sida, de l’hépatite et autres. On ne rentre pas comme cela sur un terrain de rugby ou de football ; c’est l’arbitre qui décide. Ce sujet est loin d’être négligeable.

117Il y a eu cet été de vrais soucis. Le médecin de l’équipe d’athlétisme a refusé d’aller aux Jeux, et le médecin de l’Équipe de France de Football a été mis en difficulté en raison de la blessure d’un joueur de la sélection et des déclarations de ce même joueur. Ce médecin a depuis quitté la sélection.

118Le suivi longitudinal a posé aussi question en athlétisme. Le médecin qui s’en occupait a été « débarqué ». Son adresse Internet a été piratée, il a reçu des menaces téléphoniques de mort. On voit donc le positionnement clair d’un certain nombre de médecins chargés des équipes de haut niveau qui ont défendu l’éthique et qui ont respecté leurs pratiques.

119Et puis cet article de Axel Kahn, paru dans le journal Le Monde, m’a touché. À la question posée : « Que pensez-vous de ces médecins qui acceptent de doper ? », il répond que l’objectif de la médecine du sport est de créer de la performance, et que ceci est inhérent à la pratique du médecin du sport. Il dit enfin que la morale sportive est immorale. En tant que médecin responsable, je ne peux accepter cette analyse. Le respect du code de déontologie doit être notre objectif permanent. Il ne faut pas faire n’importe quoi, il n’est pas question de faire du rééquilibrage hormonal et, en effet, des déficits hormonaux, des signes de fatigue doivent être respectés. Or, un sportif, comme toute personne, est susceptible d’être fatigué, d’être blessé, et d’avoir le droit de se reposer et de se soigner.

120En conclusion, j’insisterai tout d’abord sur le point suivant : l’activité physique est un facteur déterminant majeur de la santé à tous les âges. Il y a donc indiscutablement un côté extrêmement positif de l’activité physique.

121La promotion de l’activité physique relève d’actions multi-sectorielles : c’est tout le secteur médical, les professeurs d’éducation physique, les techniciens du sport, les élus, les urbanistes. Tout le monde peut et doit participer à cette mobilisation.

122Il faut dans ce domaine réfléchir à mieux former les médecins à la prescription d’activités physiques en fonction du handicap pour permettre ensuite une prise en charge par les spécialistes de l’activité physique.

123Dernier point, il est vrai malheureusement que de temps en temps la pratique sportive intensive risque d’amener à des déviances, il ne faut pas occulter ce problème, et il faut impérativement lutter contre cela.

124Je vous remercie de votre attention.

Conférence introductive par Yves TRAVAILLOT,
Maître de Conférences à l’IUFM d’Aquitaine Université de Bordeaux

Sport, santé et apparence : vers un contrôle toujours plus important du corps (années 1960années 2000)

125« La santé parfaite » est devenue une véritable utopie des temps modernes, comme l’exprime bien Sfez en 1995. On peut aujourd’hui parler d’un « devoir de santé » s’exerçant sur chacun et qui exacerbe le souci du corps, les soins de soi et la volonté de mieux-être. Les émissions télévisées, les livres et les magazines consacrés à ces thématiques sont en nombre croissant. La maladie d’Alzheimer, le cancer, le tabagisme, la toxicomanie, le sida, l’obésité font l’objet d’une attention soutenue et de politiques volontaristes.

126Parallèlement, l’intérêt est grand pour la thématique sport-santé, ces deux secteurs étant actuellement réunis au sein du même ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative : le sport semble pouvoir être mis au service de la santé. Je prendrai quelques exemples propres à l’année 2008 :

  • La Fédération Française d’Éducation Physique et de Gymnastique Volontaire (la FFEPGV) se revendique « Fédération sport-santé » depuis le début des années 1990. Elle souhaite se faire reconnaître comme un auxiliaire de santé, un acteur de la prévention à travers le sport et lance il y a quelques années (2003) une campagne auprès de médecins avec comme slogan le « Sport par Ordonnance ». Il est précisé : « En définitive à travers cette campagne nous souhaitons sensibiliser les médecins à l’intérêt majeur que représente la pratique de l’activité physique et nous leur demandons de devenir un prescripteur de celle-ci et même, de rédiger des ordonnances en ces termes : Séances régulières d’activités physiques modérées et nous lui suggérons de préciser de les pratiquer dans les sections les plus proches de la FFEPGV ». Dans la continuité de ces revendications, elle organise au CNOSF en janvier 2008 un colloque sur le thème « Sport-Santé » avec par exemple comme interventions : « Les bénéfices cardio-vasculaires de l’activité physique », « Prévention métabolisme infantile et adulte par l’activité physique », « Quelle activité physique pour les publics Alzheimer ».
  • Suite à une commande ministérielle, l’INSERM publie en mars 2008 son rapport sur le thème « Activité physique. Contextes et effets sur la santé », auquel a participé le Professeur Rochcongar. Ce rapport vante les nombreux mérites de la pratique sportive (pour la prévention des maladies cardio- vasculaires, pour le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive, pour réduire le risque de développer un cancer du sein et du colon…), est-il mentionné.
  • En juin 2008, la Fédération Française d’Athlétisme (la FFA) organise un colloque à Lille portant sur la même thématique. Cette fédération souhaite se placer sur ce terrain, notamment avec son athlétest, qui permet d’évaluer la forme, et par l’intermédiaire de ses coachs Athlé Santé.
  • La Fédération Nationale des Offices Municipaux des Sports met en place, quant à elle, plusieurs journées de formation et d’information sur le thème « Sport et Santé ».
  • Aujourd’hui, l’UNCU s’interroge lors de son Université d’Été sur cette thématique sport-santé.
  • 1 Vigarello G., Le sain et le malsain. Santé et mieux-être depuis le Moyen-Âge, Paris, Le Seuil, 199 (...)

127Comme le rappellent le titre et le texte de présentation du thème de ce colloque strasbourgeois, si les relations entre sport et santé ont une histoire déjà ancienne, elles sont pourtant loin d’être claires. Je vais me focaliser sur les cinquante dernières années, durant lesquelles d’une part l’attention portée au corps, à la fois à son apparence et à sa santé, n’a cessé de progresser, et d’autre part le sport, ou les activités physiques en général, sont devenues un moyen privilégié au service de ce souci du corps. Au cours de cette période se diffuse « l’idée d’un corps susceptible de transformations sans fin »1, capable de se plier aux valeurs en cours de la conjoncture du moment.

128Même si le Dr Bellin du Coteau écrit en 1933 un ouvrage s’intitulant Le sport au secours de la santé, c’est véritablement dans la première moitié des années 1980, avec des prémices dans les années 1960 et 1970, que le sport est réellement considéré comme un moyen pouvant être mis au service de la santé et de l’apparence corporelle, ces deux facettes de l’intérêt pour le corps entretenant des relations ambiguës. Les relations sport-santé restent ensuite fortes, mais subissent de sensibles évolutions.

129Analysons à grands traits les années 1960 et 1970.

  • 2 Baudrillard J., La société de consommation, ses mythes, ses structures, Paris, Denoël, 1970.
  • 3 Berge Y., Vivre son corps, Paris, Le Seuil, 1975.
  • 4 Bertherat T., Le corps a ses raisons. Auto-guérison et anti-gymnastique, Paris, Le Seuil, 1976.

130Durant ces deux décennies sont prônées et se diffusent un certain nombre de valeurs considérées comme nouvelles : la liberté, l’autonomie, l’épanouissement, le bien-être. La thématique corporelle trouve une place de choix au sein de ces nouvelles revendications. Le regard sur le corps, ce nouvel « objet de salut »2, lieu d’identité personnelle et de conquête individuelle, évolue à travers sa « libération », tout particulièrement sexuelle grâce à des mesures d’ordre politique très forte (contraception, avortement), mais aussi à travers diverses thérapies à médiation corporelle. L’eutonie, la bioénergie, les massages, le yoga et un certain nombre d’autres gymnastiques dites douces ont pour but d’aider, grâce à un travail sur le corps, les individus névrosés par la société à retrouver la santé comprise comme un plus grand bien-être. Elles ne s’adressent pas au « corps productif » mais au « corps des sensations et des émotions », enfoui, blessé, atrophié, noué, cuirassé et qu’il faut retrouver et réhabiliter. De nombreux ouvrages et articles paraissent sur ce thème. Dans cette lignée, Yvonne Berge explique en 1975 qu’il faut Vivre son corps3 et chercher à éveiller la responsabilité de chacun envers son propre corps. Dans Le corps a ses raisons, publié en 1976, Thérèse Bertherat milite quant à elle pour une prise de conscience de son corps, « cette maison que vous n’habitez pas », à partir de mouvements basés sur la prise de conscience4. Cet ouvrage devient un succès de librairie avec 250 000 exemplaires vendus. Même si ces pratiques touchent essentiellement un public socialement favorisé, ce courant fortement psychologisé, en phase avec le contexte post-soixante-huitard, compte alors une audience respectable.

  • 5 Maisonneuve J., « Le corps et le corporéisme aujourd’hui », Revue Française de Sociologie, juillet (...)

131Cet attrait pour le corps (Jean Maisonneuve parle de l’émergence d’un véritable « corporéisme »5) débouche finalement sur un besoin croissant de s’occuper de son corps. Plus précisément, il se joue alors un renversement historique : tandis que se développe au cours des années 1960 une « véritable culture jeune » (avec des vêtements, une allure, des musiques… spécifiques), très rapidement, de plus en plus d’adultes (essentiellement d’abord ceux qui appartiennent aux catégories sociales les plus favorisées) veulent s’approprier les attributs de cette culture : la « contre-culture » jeune tend à devenir le nouveau modèle culturel. Dès lors, la prétendue libération va tendre à se transformer en contrôle permanent, voire en aliénation, penseront certains : paraître jeune sous-tend de nombreuses contraintes. Comme l’affichent les médias féminins (par exemple avec Twiggy, le filiforme et gracile mannequin à la mode au profil d’anorexique mentale, ou avec Jane Birkin) et à l’image du titre du nouveau magazine Maigrir-rester jeune (1974), il faut être mince : la minceur symbolise la jeunesse, la masse adipeuse progressant avec l’âge. Et tandis que le corps est de plus en plus dévoilé, notamment à l’occasion des vacances d’été à la mer, en pleine expansion, les efforts doivent s’exercer sur le corps lui-même : l’habit ne cache plus les imperfections.

132Dès lors, les propositions de régimes amaigrissants, tout particulièrement avant l’été, se multiplient. Parallèlement, un nombre toujours plus important de Français prend conscience du bienfait des exercices physiques. Très nombreux sont ceux, essentiellement des hommes, qui se retrouvent sur les routes ou dans les sous-bois pour courir, ou plutôt faire du jogging, ou pour faire du vélo. Dans le même temps, les gymnastiques et cultures physiques connaissent un réel engouement chez les femmes. Les effectifs de la Fédération Française d’Éducation Physique et de Gymnastique Volontaire (la FFEPGV) et de la Fédération Française d’Entraînement Physique et du Monde Moderne (la FFEPMM), fédérations qui s’occupent principalement de l’entretien du corps, progressent sensiblement (la FFEPGV passe d’un peu plus de 40 000 licenciés en 1970 à près de 240 000 en 1980, dont 94 % de femmes ayant pour principale motivation la recherche de la minceur). Dans les programmes beauté et santé des magazines commencent à apparaître des activités physiques. Un certain nombre de salles de mise en forme, réservées à une clientèle aisée, sont mises en place dans les grandes villes.

133Cette « culture hygiéniste du corps », de plus en plus présente dans la presse féminine, commence alors à être relayée par les pouvoirs publics à travers la campagne « Sports pour tous » déclenchée à partir de 1972. À l’image des « Parcours du cœur » et des slogans qui apparaîtront tels que « Sportez-vous bien », l’accès pour tous à la pratique physique semble porteur de bienfaits pour le corps. Le sport est associé à la santé et à la beauté du corps. Même si les sportifs, et même encore les sportives, en action sont peu présents dans les publicités, les corps en vogue dans les magazines et les corps sportifs, minces, jeunes et en bonne santé, tendent à ne plus faire qu’un.

  • 6 Ulmann J., La nature et l’éducation, Paris, Vrin, 1964.

134Comme l’indiquent les propos de Jacques Ulmann en 1964, « la santé n’offre pas de sens si elle ne va pas de pair avec l’affrontement de difficultés nouvelles »6. Cette conception dynamique, moins « prudente » et plus psychologique de la santé, qui se veut en adéquation avec la définition donnée dès 1946 par l’Organisation Mondiale de la Santé, s’appuie sur de nouveaux référents scientifiques (les sciences humaines) et conçoit l’individu dans sa totalité et dans ses relations à l’environnement. Elle se veut en parfaite adéquation avec la nouvelle conjoncture marquée par la croyance dans le progrès, la nécessité de compétitivité, de rendement, de dépassement, de prise d’initiatives, de faculté d’adaptation. Les valeurs attribuées au sport apparaissent proches de ce nouvel état d’esprit. Le rapprochement en cours entre sport et santé prendra tout son sens dans la décennie suivante.

  • 7 Le Breton D., « L’homme en miroir : le corps alter ego », in Corps, espaces et pratiques sportives (...)

135Au cours de la première moitié des années 1980, le corps, véritable « alter-ego » selon l’expression de David Le Breton7, continue d’être l’objet de toutes les attentions. Les magazines féminins lui consacrent toujours plus de place, à l’image de Elle, qui propose une nouvelle rubrique, « Le courrier du corps », et plus encore de la revue Vital, créée en octobre 1980 et très vite vendue à plus de 200 000 exemplaires, qui se donne pour mission de diffuser ce qu’elle appelle la nouvelle « culture du corps », apparue en Californie quelques années plus tôt.

136Une abondante littérature promeut alors une nouvelle idée : il faut être en forme. S’occuper de son corps, c’est faire en sorte qu’il soit en forme. Ce message devient rapidement l’obsession d’un nombre grandissant de Françaises et de Français. Être en forme, c’est tout à la fois être dans l’ère du temps, c’est être dynamique, actif, sûr de soi, bien dans son corps, en bonne santé. Dès lors, la forme devient un excellent argument de vente. Par exemple, le savon « donne la forme », la crème-douche « met en forme pour toute la journée ». Les stars s’affichent en forme. Les revues, quand elles parlent du corps, dissertent sur la forme. Finalement, un modèle normatif fort s’impose, un « look forme » apparaît, promu par l’ensemble des médias : le corps en forme n’est pas seulement mince, il doit être ferme et musclé. « Aujourd’hui, le muscle est roi. Objet de culte, synonyme de forme », peut-on lire.

  • 8 Ehrenberg A., Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

137Avec cet engouement se généralise l’appropriation d’activités physiques à des fins de transformations volontaires du corps. Plus que toutes les autres pratiques, les exercices physiques sont alors en parfaite adéquation avec l’idéal corporel véhiculé et deviennent incontournables : c’est par leur intermédiaire qu’il faut conquérir forme, beauté et santé. Dans un mouvement circulaire, ils contribuent même à diffuser les nouveaux idéaux, qui leur apportent en retour un accroissement d’audience : les corps forgés par la pratique physique symbolisent la forme et par là même la santé. Comme le souligne le sociologue Alain Ehrenberg dans son analyse de la société française des années 1980, « le sport […] symbolise l’image de l’individu autonome, soucieux de sa forme physique comme de son équilibre psychologique, qui gère son apparence physique, sa vie professionnelle ou son stress comme l’entrepreneur de sa propre vie »8. Sa présence se généralise dans tous les secteurs de la société. La majorité des discours à son sujet prend une teneur positive. Le « sportswear », symbole de dynamisme, de santé et de bonne humeur, est à la mode. Le corps sportif, chez les hommes comme chez les femmes, tend à devenir la nouvelle norme idéalisée.

  • 9 Irlinger P., Louveau C. et Metoudi M., Les pratiques sportives des Français, INSEP, Paris, 1987.

138Profitant et à la fois alimentant cet engouement, les pratiques de forme constituent un secteur commercialement très porteur, et tout particulièrement les gymnastiques d’entretien et de forme, qui se multiplient. Plusieurs millions d’individus, essentiellement des femmes, s’exercent devant l’émission télévisée « Gym-Tonic », diffusée pour la première fois en septembre 1982, et suivent les consignes des reines de l’aérobic, Véronique et Davina. Ils envahissent également les salles de mise en forme nouvellement créées ou les associations créées à cet effet. La presse toute entière rend compte de ce phénomène. L’enquête de l’INSEP portant sur les pratiques sportives des Français (pris dans un sens large), réalisée en 1985, confirme ces données : 26,3 % des enquêtés y déclarent avoir fait de la « culture physique », ce qui place cette activité au premier rang pour le nombre de pratiquants9.

139Au cours de cette période, la conquête du nouvel idéal corporel, le corps en forme et sportif, prend des proportions inconnues jusque-là. Il semble possible de modeler sans fin son corps, si l’on veut bien s’en donner la peine. La santé et la forme, qui apparaissent indéfiniment perfectibles, doivent devenir une préoccupation constante et méritent effort et travail, par le biais des gymnastiques essentiellement. Les dossiers « beauté-forme », constitués par les magazines féminins à la veille de l’été, sont de véritables programmes de travail. « Et surtout, ne vous reposez pas trop », est-il par exemple expliqué avant l’été… « Chaque femme a le corps qu’elle mérite. » « Il faut travailler durement, souffrir et transpirer, commente Jane Fonda dans son ouvrage promouvant sa méthode aérobique. Les cours sont durs. Très durs. Presque inhumains… Chaque mouvement doit être exécuté jusqu’à ce qu’il soit impossible de continuer… Si les exercices vous semblent faciles, c’est qu’ils ne sont pas efficaces. Transpirez, donnez-vous de la peine… Lorsque vous croyez ne plus pouvoir poursuivre l’exercice, faites-le encore deux fois ! » « Chaque corps est un projet idéal qui la plupart du temps n’aboutit pas. Faute de volonté… Votre corps est ce que vous voulez qu’il soit, reprennent Véronique et Davina ; il faut s’imposer un minimum de di-sci-pli-ne… Il faut vouloir et vouloir encore, et ne jamais renoncer… Bref, le chemin qui permet d’être bien dans sa peau et dans sa tête n’est évidemment pas celui de la facilité. » Le plaisir naît de l’effort, permis en aérobic par la cadence très rapide de la musique, entraînant une grande dépense énergétique. Cette acceptation de la douleur, qui met en exergue l’exercice physique, n’est pas sans rappeler l’« ultimisation » et le « jusqu’au-boutisme » du marathon et du triathlon, en plein essor au cours de cette période.

140Forme, beauté et santé doivent donc être conquis. Efforts et sueur en sont les moyens indispensables. Cela peut être mis en relation avec le « culte de la performance » qui s’exerce alors, décrit notamment par Ehrenberg : chacun est poussé à se prendre en charge, à se construire, se réaliser, à explorer ses limites et à chercher à les dépasser. Dans ce cadre, le corps est conçu comme le résultat d’une action délibérée, comme le produit d’un projet personnel. Les gymnastiques de forme sont d’ailleurs présentées comme un moyen privilégié au service de l’affirmation personnelle des femmes, et plus généralement de leur émancipation. Elles font partie d’un nouveau modèle de femmes épanouies, intégrées dans la société, collant aux valeurs de cette dernière : des femmes conquérantes, des femmes actives, libres, dynamiques : des « femmes-leaders », pour lesquelles « l’appellation “sexe faible” est dépassée ». Les jeunes cadres dynamiques, très en vogue et soucieux de leur image, s’emparent également de ce modèle.

141Cette évolution peut être mise en parallèle avec la Charte d’Ottawa sur la promotion de la santé, adoptée en 1986 par l’Organisation Mondiale de la Santé, qui conçoit la santé comme un processus, comme quelque chose de résolument dynamique. C’est à travers la notion de forme qu’est mise en exergue cette conception.

142Si la forme est une valeur cardinale de cette période, elle ne prend pas une seule définition. À la « forme tonique », que nous venons de décrire et qui est dominante dans la conjoncture de la première moitié des années 1980, s’ajoutent d’autres interprétations, plus confidentielles :

  • Prolongeant les réflexions menées depuis sa création, la FFEPGV développe et explicite sa propre conception de la forme : l’individu en forme connaît bien son corps, il s’est approprié les exercices permettant de gérer de manière continue cette forme selon ses besoins. Le mode d’intervention du formateur, proche de celui de l’enseignant d’EPS à l’école, apparaît alors capital ; il doit favoriser cette conquête de la gestion personnelle de son corps, facteur d’épanouissement. Dès lors, la pédagogie du modèle est proscrite. Une régulation continue et interactive entre celui qui apprend et celui qui le guide s’avère indispensable. La finalité est la conquête de l’autonomie, qui permettra à chacun de mieux se connaître, d’apprécier ses besoins et ainsi de s’accomplir individuellement. On peut parler de « forme gérée ».
  • Par ailleurs, dans la lignée des « gymnastiques douces » des années 1970 se diffuse l’idée d’une « forme sentie » basée sur un travail d’intériorisation, de conscientisation et de recherche de sensations corporelles, ou encore le principe d’une « forme vécue », notamment avec l’ostéopathe Pierre Pallardy : il s’agit de rechercher le bien-être et l’épanouissement personnel dans tous les domaines de la vie : l’amour, le repas, le travail, le repos… Être en forme, c’est « vivre sa forme », c’est « se sentir bien dans sa peau », c’est être réconcilié avec soi-même. C’est avant tout une question d’état d’esprit. Cela nécessite des efforts continus et réguliers, mais le rapport au plaisir est constamment souligné. Les exercices proposés sont plus lents, moins saccadés. Ils représentent une des composantes d’un programme beaucoup plus large permettant d’atteindre une meilleure hygiène de vie ouvrant l’accès au bien-être, à la santé et donc à la « grande forme ».
  • 10 Ehrenberg A., L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

143Dès le milieu des années 1980, les discours et les pratiques évoluent. La conjoncture économique et sociale entraîne une multiplication des inquiétudes. L’individu conquérant laisse la place à l’individu souffrant et plein d’incertitudes, explique Ehrenberg dans un nouvel ouvrage intitulé L’individu incertain10. Dans ce contexte, la notion de santé, souci premier de la majorité des Français, n’est plus éclipsée par celle de forme et devient directrice dans les offres de nombreux produits. Les magazines spécialisés dans ce domaine sont en nombre toujours plus important et connaissent un énorme succès (Santé Magazine, Top Santé).

  • 11 Fitoussi M., Le ras-le-bol des superwomen, Paris, Calmann-Lévy, 1987.
  • 12 Knibiehler Y., La révolution maternelle. Femmes, maternité, citoyenneté depuis 1945, Paris, Perrin (...)

144Parallèlement, les canons esthétiques évoluent sensiblement et se diversifient. Le corps féminin retrouve des rondeurs, le charme des arrondis mis en évidence par le Wonderbra et autre réhausseur de fesses est à nouveau encensé. Ces formes avantageuses, qui s’affichent dans la rue, sont mises en valeur par des balconnets, des dessous en dentelles ou des guêpières, qui effectuent un retour en force. Pour décrire cette évolution sont alors évoqués la « resexualisation » de la séduction et le « retour des vraies femmes », qui n’est autre, est-il expliqué, que « la liberté de n’être plus guerrière pour faire son chemin, d’exploiter sans complexe le propre de sa féminité, accueil, chaleur, générosité et tolérance » : tandis que le retour de l’intimité, du cocooning et du naturel sont valorisés, l’identité féminine, faite de douceur, de fragilité, de charme et de paix, est privilégiée. Michèle Fitoussi, journaliste à Elle, clame « le ras-le-bol des superwomen »11 et démonte point par point, à chaque page de son ouvrage, ce qui semblait quelques années auparavant incontournable. Ce discours est repris dans la presse féminine : « Finies les golden girls surmenées, place aux femmes équilibrées ». Comédiennes, mannequins et chanteuses font la une des magazines en posant ventre arrondi en avant : le temps de la grossesse, moment spécifique de féminité, n’est plus renié. Les femmes cadres de plus de quarante ans, « victimes de la société contraceptive », pour reprendre l’expression de l’historienne Yvonne Knibiehler12 et qui « n’avaient pas eu le temps » de faire des enfants, désirent fonder une famille. Le retour au foyer revêt à nouveau une valeur positive. La nature reprendrait le dessus, il n’est plus besoin de tenter de ressembler aux hommes. Sur la base de nouveaux « indices de (re)différenciation », tout se passe comme si chacun retrouvait son territoire.

145Avec ce recul de l’utilisation de la notion de forme, un certain nombre de pratiques et de valeurs sont en perte de vitesse. Les gymnastiques, qui incarnaient mieux que toutes les autres pratiques la recherche exacerbée de la forme, connaissent un recul sensible. Leur utilisation dans les programmes « beauté » et « santé » des magazines féminins diminue sensiblement ; leur présence n’y est plus systématique. L’audience de l’émission télévisée « Gymtonic » chute en peu de temps et disparaît des programmes, la fréquentation des salles de mise en forme baisse, ce qui entraîne la fermeture d’un certain nombre d’entre elles. Les effectifs de la FFEPGV subissent eux aussi un réel tassement. Concurrencé par d’autres solutions, les exercices physiques ne sont plus proposés comme la solution prioritaire en matière d’entretien du corps. Il semble possible grâce aux progrès scientifiques, qui sont relayés par les médias, de s’occuper de son corps et de le transformer sans être obligé de déployer des efforts considérables. L’alimentation scientifiquement étudiée, les produits cosmétiques, les appareils d’électrostimulation musculaire ou encore la chirurgie esthétique permettraient de (re)trouver sans effort une nouvelle silhouette. Le plaisir et la douceur sont à chaque fois privilégiés et mis en avant, la volonté et l’acharnement semblent moins utiles. La référence à la non-contrainte, largement diffusée dans la presse, devient constante, ce qui dessert l’utilisation des activités physiques et sportives.

146Ces évolutions obligent les promoteurs d’exercices physiques à s’adapter à ces nouvelles valeurs et à la demande qui en découle. Les gymnastiques, qui symbolisaient non seulement l’effort et l’énergie dépensée au service de son corps et de sa forme mais aussi les volontés de conquête féminine, se repositionnent à partir d’un nouveau discours et de nouvelles propositions. L’aérobic et la souffrance qu’elle nécessite sont vivement critiqués par ceux-là même qui en faisaient la promotion, pour mieux vanter les nouvelles méthodes présentées, qui se caractérisent par un net ralentissement du rythme des exercices et par une étroite surveillance médicale, garante de scientificité. À cela s’ajoute une multiplication des pratiques physiques utilisées. Le parcours de Jane Fonda est sur ce point un modèle d’adaptation. Dès 1985, elle met au point la « gymnastique-harmonie », plus lente et plus douce. Deux ans plus tard, sa nouvelle proposition est complètement dans le ton des transformations en cours : elle « tend à brûler les calories, à tonifier les muscles, plus efficacement que jamais, sans vous laisser à bout de souffle ! En effet, les dernières recherches dans ce domaine ont démontré que la graisse fond beaucoup mieux si l’on ne perd pas son souffle au cours des exercices ». Le changement de langage est éloquent, et c’est pour s’appuyer sur les connaissances scientifiques qui évoluent sans cesse que Jane Fonda a modifié sa méthode initiale. Elle s’oppose à « l’aérobic frénétique » et présente des cassettes vidéo de remise en forme adaptée à chacun, sur la base de gymnastique lente : le « programme minceur » de Jane Fonda est basé sur la douceur parce qu’« il n’y a rien de plus mauvais que l’abus de gymnastique ». Elle enregistre en même temps des cassettes sur les bienfaits de la marche. Cette nouvelle orientation est suivie par l’ensemble des autres promoteurs, qui mettent tous en avant la recherche de plaisir. De nombreux sports sont alors contaminés par ce nouvel état d’esprit, comme le montrent toutes les enquêtes récentes sur le sport.

147Plus généralement, pour une majorité de Français, être en bonne santé c’est « prendre plaisir à la vie » (Haut Comité de la santé publique, 1995). La douleur est de moins en moins acceptée. La péridurale, par exemple, qui évite la souffrance de l’accouchement, se généralise et entre dans les mœurs. La demande en médicaments anti-douleur s’accroît. Ces évolutions peuvent être mises en parallèle avec une transformation plus générale des mentalités. Tout se passe comme si la combinaison de différents facteurs, propre au début de la décennie 1980, et qui était en parfaite adéquation avec les pratiques de forme et les valeurs qu’elles incarnaient, tendait à se défaire. L’effondrement des marchés boursiers en 1987, qui est suivi de la chute de nombreux « golden boys », figures emblématiques de la réussite individuelle des années précédentes, auquel s’ajoute la crainte grandissante du chômage, poussent à opter pour une attitude plus défensive et moins arrogante. La fin du règne de la « mythologie entrepreneuriale », pour reprendre les termes utilisés par Ehrenberg, entraîne la diffusion de nouveaux maux, d’ordre psychologique (stress, mal être, anxiété…), encore aggravés par les problèmes d’exclusion et de désintégration des liens sociaux. Dès lors, la définition de la santé s’élargit plus encore aux versants psychologique et social. Être en bonne santé, c’est être épanoui, heureux, c’est se sentir bien au niveau physique, psychique et social.

148Dans ce cadre, l’individualisme conquérant, qui a fait de nombreux perdants, est jugé comme un facteur d’isolement, d’angoisse et de stress. La charité et la solidarité succèdent à la compétition, à l’image des Restos du Cœur et du Téléthon. Les associations à caractère humanitaire sont l’occasion de retrouver une certaine utilité sociale. La cellule familiale, garante de sécurité, est de nouveau largement plébiscitée. Replié sur lui-même et sa famille, chacun veut profiter de ses moments de loisirs, qui doivent lui faire oublier le marasme économique et les soucis quotidiens. Dans le même temps, les traditions et le retour à « l’authentique », pour le plaisir qu’ils procurent, sont largement prônés. Les pratiques d’hygiène, de l’alimentation aux exercices physiques, veulent favoriser, en adéquation avec ces valeurs, le bien-être personnel et la recherche du plaisir, gages de santé.

149Qu’en est-il aujourd’hui du rapport sport-santé ?

150En 1994, une enquête SOFRES affirme que plus d’un Français sur cinq entre 18 et 64 ans (22 %) effectue une activité physique d’entretien ou de mise en forme. Le même organisme de sondage en compte un sur quatre (25 %) en 2000 et 28 % en 2002. Une enquête IPSOS datant de janvier 2008 en dénombre 31 %. Les exercices physiques d’entretien du corps occupent désormais une place qu’il n’est plus possible d’ignorer parmi les pratiques d’hygiène et au sein de l’espace des pratiques de loisir sportif. Ils peuvent être analysés comme une « tendance lourde » des transformations et de la complexification qu’a connu le système sportif depuis les années 1970 (c’est ce que je tente de montrer dans mes travaux). Plus généralement, toutes les enquêtes récentes montrent que la santé est une des principales motivations dans la pratique de nombreux sports. Si les dangers du sport de haut niveau sont désormais connus de tous (ce qui n’empêche aucunement son attrait comme spectacle), le loisir sportif fait partie de l’arsenal des moyens permettant d’être en bonne santé.

  • 13 Queval I., Le corps aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2008.

151Comme l’explique Isabelle Quéval, « la norme du corps sain, mince et sportif demeure… la norme d’un corps contrôlé à l’aune du paradigme médico-sportif »13. Et ces injonctions sont d’autant plus fortes que le corps est devenu un capital à gérer, un support privilégié d’expression de soi, de reflet de soi, un véritable marqueur identitaire, la quête d’identité étant aujourd’hui un des problèmes essentiels pour bon nombre d’individus (l’individu, de moins en moins encadré par les grandes institutions, doit gérer sa liberté en se débrouillant seul). Autrement dit, le souci du corps participe au projet personnel d’existence, et la recherche de la santé et de la forme peut être comprise comme un travail sur soi que chacun s’impose et qui participe à ce projet. La pratique sportive prend tout son sens dans ce cadre.

152Plus précisément, les différentes interprétations de la notion de santé envisagées dans cet exposé coexistent aujourd’hui au niveau des motifs de pratique sportive. Par exemple, dans les salles de mise en forme sont proposés à la fois l’activité RPM (entraînement intense sur un vélo à une cadence infernale, surnommé également « killer-calories ») et les massages aux pierres chaudes ou aux huiles essentielles. Le but est dans les deux cas d’être en bonne santé, la définition de cette dernière différant sensiblement. Et un même individu pourra passer d’une définition à l’autre, à l’image de ce que lui demande et lui « fait subir » la société : il faut à la fois être efficace dans les situations de concurrence et dans la recherche de rendement au sein d’un environnement plus que jamais compétitif – la santé tonique semble pour cela à beaucoup indispensable –, et savoir se relâcher, décompresser, être bien dans son corps et dans sa tête, à travers des pratiques douces, « zen », notamment. On est là, me semble-t-il, au cœur du paradoxe de « l’individu hypermoderne » analysé par de nombreux sociologues actuellement : autrement dit, un « individu paradoxal » devant faire face et gérer de nombreuses contradictions (certains utilisent des coachs personnels pour s’en sortir).

153Il y a finalement à la fois recherche de santé et de bien-être dans le rendement (le bien-être au service d’une meilleure efficacité) et rendement dans la santé et le bien-être (le devoir de santé et de bien-être). La liberté de choix est au niveau des contraintes que l’on s’impose. On peut parler d’une véritable auto-surveillance par rapport à des normes que chacun a intériorisées, un même individu pouvant jouer sur différents tableaux.

154La pluralité et la diversité de l’offre – on peut parler d’un marché des pratiques de santé, de forme et de bien-être – démontrent et sont au service de cette demande diversifiée d’attention au corps et donc à soi.

Débat (extraits)

Alain BRAUN,
Paris Université Club, Administrateur de l’UNCU

155Yves Travaillot a mentionné la notion de changement de discours à travers le temps, ainsi que le fait qu’il n’était plus possible d’ignorer les pratiques d’entretien du corps, etc.

156Je m’interroge. Cette évolution n’est-elle pas due aussi au passage d’un certain empirisme sur des idées peut-être un peu philosophiques ou commerciales, qui évoluent ensuite sous l’influence de la recherche scientifique ?

157Je prendrai deux exemples.

158Dans mes anciennes lectures, j’ai lu à une époque que l’explosion du jogging aux États-Unis était due notamment à la parution d’ouvrages affirmant que si l’on l’était capable de courir un marathon, on ne risquait pas d’infarctus. Ensuite, des recherches ont démontré les origines des infarctus (hypertension, tabagisme, cholestérol, etc.).

159Deuxièmement, un rapport sur le sport a été publié dans les années 1980 émanant du Conseil de l’Europe, qui mentionnait quatre grandes parties dans le sport dont la partie économique, qui était déjà très explorée, et le sport du point de vue de la santé. Ce rapport disait qu’en fait rien n’était prouvé. Bref, la sensation d’un certain empirisme est une formule magique : « Le sport, c’est la santé ». Et jusqu’à quand a-t-il fallu attendre qu’il y ait effectivement des recherches ?

160Pour avoir assisté au colloque mentionné de la FFEPGV, en janvier dernier, j’ai l’impression qu’un long trajet a été parcouru dans la mise en évidence de ces rapports entre la pratique et la santé, ayant interféré aussi par rapport au diabète, etc. Je pense aussi à la société Novo Nordisk Pharmaceutique SAS qui s’est mise en cheville avec la Fédération Française d’Athlétisme pour favoriser la course à pied de façon modérée, etc.

161Est-ce une analyse qui vous paraît aberrante ou avez-vous un peu les mêmes impressions d’un énorme progrès récent ?

Yves TRAVAILLOT

162Ce que j’ai essayé de montrer, c’est que l’évolution des représentations sur les rapports sport-santé évolue avec le contexte. C’est pour cela que, très rapidement, dans un exposé de ce type, j’amène des éléments de contexte sur les représentations, l’évolution des mentalités, etc., et dans ce contexte il y a la science et les avancées scientifiques.

163Je pense que cela a été mentionné dans l’exposé précédent, mais ce qui m’a frappé, c’est que tous les promoteurs d’exercice physique réussissent toujours à trouver un médecin pour valoriser ce qu’ils défendent, parce que les médecins ne sont pas unanimes.

164Il y a l’effet d’une conjoncture, c’est-à-dire les travaux à un moment donné, et il y a également à trouver un médecin qui explique que l’on peut aller très loin dans l’intensité et que ce sera très bon pour la santé.

165Cela ne veut pas dire que tous les médecins pensent cela, mais à un moment donné, il y a derrière l’idée d’économie, il y a des livres à vendre, des produits à vendre, etc. On pourrait alors poser une question grave, à savoir quelle est l’éthique du scientifique quand il a quelque chose à vendre.

Pierre ROCHCONGAR

166Il ne faut pas confondre monde publicitaire et monde scientifique. On va toujours trouver des personnes qui se disent plus ou moins scientifiques, plus ou moins médecins, qui ne le sont pas toujours d’ailleurs, et qui vont défendre Jane Fonda ou que sais-je encore. Vous avez raison de le dire et de l’étudier parce que c’est la réalité du monde publicitaire.

167Puis, il y a le travail scientifique, il y a des publications, des travaux qui sont vérifiés, qui sont évolutifs. Les premières publications sont suédoises et norvégiennes. Les premiers travaux ont commencé à montrer que l’activité physique avait un effet bénéfique sur la physiologie d’abord et ensuite sur la protection de la santé.

168Quand j’ai commencé mes années de médecine, les cardiologues disaient que pour un infarctus il fallait rester au lit, que les lombalgiques devaient mettre un corset et ne pas faire de sport, les asthmatiques étaient interdits de sport et les souffles au cœur aussi, ils ne faisaient pas de service militaire.

169Je crois qu’il faut quand même bien faire la différence entre l’utilisation médiatique, publicitaire d’un certain nombre d’arguments, type Véronique et Davina, et de l’autre côté des publications scientifiques, des travaux scientifiques, qui ont quelquefois beaucoup plus de mal à passer dans le grand public.

170Il est vrai que nous avons un gros travail à faire à ce niveau-là, mais suffisamment de travaux montrent que l’activité physique modérée a un effet positif sur la santé.

Jacob KORNBECK,
Unité Sport à la Commission Européenne

171Faut-il vraiment chercher les causalités de ces transformations dans le développement des connaissances scientifiques, ou ne s’agit-il pas peut-être plutôt de transformations générales dans la société ?

172Ce qui m’a frappé dans votre intervention, Monsieur Travaillot, au moment où vous êtes arrivé à la fin des années 1980 – début des années 1990, vous avez parlé du retour des « vraies femmes » aux formes arrondies. Or, c’est au même moment que la pensée psycho-biologique devient acceptable, non pas qu’il y ait eu de recherche psycho-biologique auparavant, mais ce n’est qu’à ce moment-là que la société était mûre pour accepter la pensée psychobiologique. C’est à ce moment-là que l’on a eu des ouvrages comme ceux du couple australien, Les hommes sont de Mars, les femmes viennent de Vénus, qui ont fait un tabac dans beaucoup d’autres pays. Il est vrai que les connaissances scientifiques se développent, mais n’est-ce pas plutôt le développement de la société au sens général qui permet à ces connaissances d’avoir des répercussions dans des domaines qui affectent de nombreuses personnes ?

Yves TRAVAILLOT

173Je crois que vous reprenez ce que j’ai essayé de défendre, c’est-à-dire qu’un contexte plus large rend acceptable, par rapport aux mentalités et à l’air du temps, un certain nombre de connaissances scientifiques.

Jean-Michel MARTIN

174Dans une précédente Université Sportive d’Été, nous avions choisi comme thème « La femme et l’avenir du sport ». Est-ce que les hommes sont aussi dépendants des choix économiques de leur femme ? Votre démonstration est faite essentiellement à partir d’une recherche de documents s’adressant aux femmes. Je m’interroge. Est-ce que les hommes ont été sous la domination des femmes pendant toute cette période ? Est-ce que leur comportement a été conjoint ou pas ? Ont-ils eu d’autres aspirations ? C’est la triple question que je me pose.

Yves TRAVAILLOT

175Par rapport à notre sujet, sport-santé, je crois que les femmes vont entrer dans le sport et l’exercice physique dans une perspective d’utilité, alors que les hommes jouent, s’amusent, vont entrer en compétition. D’où le problème de la fameuse enquête de l’INSEP qui avait élargi la définition du sport, en s’appuyant sur l’idée que si on n’élargit pas aux pratiques non compétitives la notion de sport, effectivement il y a très peu de femmes. Faut-il l’appeler « sport » ou pas, peu importe, mais il est vrai que les femmes sont entrées dans l’activité physique à partir de cette notion de santé déclinée sous différentes formes.

176Actuellement, c’est assez récent, les catégories les plus aisées chez les hommes vont s’occuper de leur corps, de leur look. Les hommes et les femmes se retrouvent donc derrière la notion de santé lorsqu’ils font du sport. On peut parler de domination de la thématique sport-santé. On pourrait inverser le problème et parler de l’aliénation des femmes par rapport à ce désir de séduction ; elles font du sport pour que leur corps soit dans les formes souhaitées du moment. Elles n’y vont pas pour s’amuser.

Agnès LYLEIRE,
Faculté des Sciences du Sport de l’Université Lille 2

177Ma question est en direction de Monsieur Rochcongar. Elle concerne la formation des médecins et la connaissance qu’ils ont des pratiques physiques, et notamment des pratiques physiques adaptées, puisque je défends un peu mon domaine en tant que responsable de la filière Activités Physiques Adaptées de la Faculté.

178Je pense que l’on forme tout de même, à l’Université, des gens relativement compétents dans le domaine des Activités Physiques Adaptées et de la santé. Je me demande quelles sont les réelles compétences des médecins qui se disent médecins de médecine physique, ou médecins du sport. Ou y a-t-il dans leur formation actuellement de nouvelles choses qui leur permettent d’engager ces jeunes qui sortent de l’Université, au niveau des Facultés des Sciences du Sport, et qui ont des compétences dans certaines pratiques physiques adaptées et de santé.

Pierre ROCHCONGAR

179Je crois beaucoup à la complémentarité. Il y a des cursus universitaires où on apprend des choses, et je connais bien les STAPS pour y avoir beaucoup enseigné. Je considère qu’un spécialiste de STAPS, et surtout d’activités physiques adaptées, connaît parfaitement des choses qu’un médecin ne connaît pas. Je sais aussi qu’un médecin connaît un certain nombre de choses, par son cursus, qu’un spécialiste de STAPS ne connaît pas.

180C’est l’une des conclusions importantes de la récente expertise INSERM. C’est-à-dire qu’il faut une complémentarité et c’est ce que j’ai essayé de montrer dans mes documents. Pour prendre un exemple, je travaille avec des étudiants de STAPS et vois avec eux ce qu’est une arthrose de genou, une prothèse de genou. C’est un problème médical et ce n’est pas évident de le savoir. Ensuite, on travaille en complémentarité avec des spécialistes de STAPS qui prennent en charge les personnes, en s’appuyant sur leurs compétences et sur ce qu’ils ont appris pendant cinq ou six ans, sur le terrain, en fonction du handicap. Ce qui manque énormément en France, ce sont des lieux de formation des étudiants en médecine, mais c’est aussi une complémentarité entre les spécialités. Le jour où l’on aura compris cela, on avancera très vite et on aura quelque chose de positif.

Jean-Paul SCHNEIDER

181Je voudrais rebondir à la fois sur les interventions de Monsieur Kornbeck et de Monsieur Travaillot.

182À propos du contexte dans lequel se dessinent les mutations que Monsieur Travaillot a ébauchées, cela relève de l’histoire des mentalités, c’est évident, et cette histoire des mentalités a quelque chose de relativement difficile à saisir. Comme la dérive des continents, cela fonctionne très lentement et, par moments, il y a de brusques mutations.

183Je me suis demandé si ce nouveau culte du corps, auquel nous assistons depuis les années 60-70, n’est pas lié à un déclin assez sensible du dualisme spiritualiste s’accompagnant de la montée d’une explication humaniste et matérialiste de l’homme.

184La dernière fois que l’on a vu cette montée, c’était à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, et cela s’est accompagné du développement du libertinage. C’était une autre forme de culte du corps. Ici, c’est peut-être un peu la même chose à laquelle nous assistons, avec pourtant cette période de mutation que vous avez expliquée, le corps souffrant, le corps torturé, etc., qui semble hérité encore de certaines structures de la pensée spiritualiste, de la transcendance, il faut souffrir pour arriver à une meilleure vie. C’est très curieux, cette persistance de modèles de pensée qui se réappliquent et qui ont tort, je crois, de s’appeler « hypermodernes », alors qu’ils ne sont que la reproduction de choses que l’on a vues déjà dans des siècles antérieurs.

Yves TRAVAILLOT

185Je souscris à vos remarques. Georges Vigarello montre, dans ses travaux, l’évolution des mentalités et des représentations du corps. Des auteurs comme Le Breton et quelques autres ont travaillé sur ce culte du corps qui est apparu effectivement depuis les années 60 et plus encore dans les années 80. Au sein de cette grande tendance, il me semble que l’on peut noter des sous-périodes avec des évolutions, notamment dans les modèles d’excellence corporelle et donc dans les rapports au corps.

  • 1 Monteverdi Léa, « 3 questions à Bernard Andrieu », Le Journal du CNRS, no 218, mars 2008, p. 38.

Deux questions à Bernard Andrieu, Professeur en épistémologie du corps et des pratiques corporelles, membre du Laboratoire de philosophie, d’histoire et des sciences. Archives Henri Poincaré (CNRS-Université Nancy 2), à propos de son livre1.
Andrieu Bernard, Toucher. Se soigner par le corps (préface de David Le Breton), Paris, Les Belles Lettres (Coll. Médecine et sciences humaines), 2008, 285 p.
Un événement semble avoir décidé de l’écriture de ce livre consacré à l’étude d’un phénomène social très à la mode : les thérapies corporelles…
« La canicule de l’été 2003 : 70 000 morts en Europe, dont 20 000 en France… »
« Comment un tel abandon était-il possible dans une période où le narcissisme corporel occupe autant de temps dans la vie des gens ? Pour moi, la canicule fut le symptôme d’une crise sociale, le révélateur d’un investissement aveugle dans son corps au détriment du corps d’autrui. Cette constatation m’a décidé à plonger dans ces “parcours de santé” et à dresser l’inventaire de toutes ces pratiques corporelles qui semblaient apporter une telle satisfaction égotiste face à la désincarnation et à la virtualisation du lien social, et qui étaient utilisées la plupart du temps, d’ailleurs, sans discernement. »
Ces pratiques sont-elles une nouveauté ?
Non. C’est la qualité du toucher qui est nouvelle. Ces pratiques ne datent pas d’aujourd’hui et ne proviennent pas, comme on le croit, des Américains. Elles ont été inventées en Europe à partir de 1850 par des gens comme Moreno, Reich, Gindler… qui, réfugiés aux États-Unis face à l’antisémitisme, ont formé des écoles de thérapies corporelles, et c’est par leurs disciples qu’elles nous sont revenues dans les années 1970 lors de la « libération du corps » (libération sexuelle, drogue, engouement pour l’Orient, body-building, aérobic, fitness, relaxation, méthode Feldenkrais, Pilates, bioénergie orgastique…). Le corps est devenu alors un objet de toutes les investigations jusqu’à être considéré comme une machine libidinale ou seule comptait l’apparence, la beauté extérieure. En revanche, au début des années 1990, à la fois en réaction contre cette mécanisation du corps, contre le dogme psychanalytique de la cure verbale et, sans doute, face à l’hyper-technicité médicale, survient, à travers la diététique, le partage émotionnel et la recherche du contact vrai, ce que Michel Foucault appelle le « souci de soi » : le corps devient une totalité énergétique dans laquelle le sujet s’expérimente par le toucher dans des pratiques en partie hédonistes – s’émerger dans l’eau, être massé par quelqu’un d’autre que soi ou se masser soi-même, anti-gymnastique (tai-chi) – et en partie réellement thérapeutiques – packing (enveloppement), aromathérapie, sophrologie, rolfing, chiropractie, massages énergétiques (shiatsu, massage suédois), médecine ayurvédique, watsu…

Notes

1 Vigarello G., Le sain et le malsain. Santé et mieux-être depuis le Moyen-Âge, Paris, Le Seuil, 1993.

2 Baudrillard J., La société de consommation, ses mythes, ses structures, Paris, Denoël, 1970.

3 Berge Y., Vivre son corps, Paris, Le Seuil, 1975.

4 Bertherat T., Le corps a ses raisons. Auto-guérison et anti-gymnastique, Paris, Le Seuil, 1976.

5 Maisonneuve J., « Le corps et le corporéisme aujourd’hui », Revue Française de Sociologie, juillet-septembre 1976, p. 551-571.

6 Ulmann J., La nature et l’éducation, Paris, Vrin, 1964.

7 Le Breton D., « L’homme en miroir : le corps alter ego », in Corps, espaces et pratiques sportives. Sociologie des pratiques d’exercice corporel, Université des Sciences Humaines de Strasbourg - Laboratoire APS et Sciences Sociales UFR STAPS, 1991, p. 36-39.

8 Ehrenberg A., Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

9 Irlinger P., Louveau C. et Metoudi M., Les pratiques sportives des Français, INSEP, Paris, 1987.

10 Ehrenberg A., L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

11 Fitoussi M., Le ras-le-bol des superwomen, Paris, Calmann-Lévy, 1987.

12 Knibiehler Y., La révolution maternelle. Femmes, maternité, citoyenneté depuis 1945, Paris, Perrin, 1997.

13 Queval I., Le corps aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2008.

Notes de fin

1 Monteverdi Léa, « 3 questions à Bernard Andrieu », Le Journal du CNRS, no 218, mars 2008, p. 38.

Table des illustrations

Légende Photo 1 - Ouverture de la 26e Université Sportive d’Été.De g. à d. : MM. Jean-Paul Savart (USJSF), Claude Schneider (Président du SUC), Jean-Paul Schneider (Vice-Président de l’UNCU).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Photo 2 - De g. à d. : Dr Martine Roegel (DRJS), Patrice Feys (FFEPMM), Jean-Paul Savart (USJSF), l’animateur de la table ronde (caché), Pr Jean-Louis Schlienger (CHU Strasbourg), Dr. Gilbert Meyer, représentant de Sanofi-Aventis France.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteurs

Union des Journalistes de Sport en France

Député de Strasbourg

Professeur des Universités, Unité de médecine du sport au CHU de Rennes Président de la Société Française de Médecine du Sport

Maître de Conférences à l’IUFM d’Aquitaine Université de Bordeaux

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540