Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Première partie. Les formes du savoir médical en question

Ambroise Paré lecteur critique et parerméneute1

Guylaine Pineau

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

En 1575, dans l’avertissement Au Lecteur qui ouvre ses Œuvres, Ambroise Paré déclare qu’en matière de chirurgie, « l’ame gist en l’experience »2. Et sur ce point, personne ne peut rivaliser avec lui : il évoque ses trois années de travail à l’Hôtel-Dieu de Paris où il a pu voir « tout ce qui peut estre d’alteration et maladie au corps humain », avant d’être appelé sur les champs de bataille où il a rencontré toutes les blessures possibles. L’argument de l’expérience donne à l’écriture sa légitimité et revalorise la pratique, alors que les médecins de la Renaissance opposent souvent leur statut d’intellectuels à celui des chirurgiens qu’ils considèrent, en insistant sur le sens étymologique commun à ces deux appellatifs, comme de simples « manœuvres » chargés d’exécuter leurs ordres sans les comprendre. Paré réinterprète l’opposition entre théorie et pratique : « feuilleter des livres, gazouiller et caqueter en une chaire » ne sert à rien « si la main ne besongne »3. Pourtant, quelqu...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540