Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Première partie. Les formes du savoir médical en question

Ambroise Paré lecteur critique et parerméneute1

Guylaine Pineau

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

En 1575, dans l’avertissement Au Lecteur qui ouvre ses Œuvres, Ambroise Paré déclare qu’en matière de chirurgie, « l’ame gist en l’experience »2. Et sur ce point, personne ne peut rivaliser avec lui : il évoque ses trois années de travail à l’Hôtel-Dieu de Paris où il a pu voir « tout ce qui peut estre d’alteration et maladie au corps humain », avant d’être appelé sur les champs de bataille où il a rencontré toutes les blessures possibles. L’argument de l’expérience donne à l’écriture sa légitimité et revalorise la pratique, alors que les médecins de la Renaissance opposent souvent leur statut d’intellectuels à celui des chirurgiens qu’ils considèrent, en insistant sur le sens étymologique commun à ces deux appellatifs, comme de simples « manœuvres » chargés d’exécuter leurs ordres sans les comprendre. Paré réinterprète l’opposition entre théorie et pratique : « feuilleter des livres, gazouiller et caqueter en une chaire » ne sert à rien « si la main ne besongne »3. Pourtant, quelqu...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540