Version classiqueVersion mobile

Le Sport, l’Université, la Société

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture de l’université sportive d’été

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Avant de conclure… Un grand témoin

Présentation par Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue au CNRS, Administrateur de l’UNCU

1Pour cette ultime séquence de travail de l’USE, nous allons essayer d’ouvrir quelques perspectives supplémentaires. Dans un premier temps, nous entendrons une communication. Ensuite, nous aurons un temps d’échange et de débat.

2Walfried König va nous présenter ce qu’est la situation en Allemagne, en référence à la problématique : Le Sport, l’Université, la Société. Au-delà de nos frontières, outre-Rhin, a-t-on mieux réussi à résoudre l’équation qui nous occupe ? Se pose-t-elle d’ailleurs dans des termes analogues à ceux qui nous sont familiers en France ? Existe-t-il des facteurs de réussite spécifiques ou comparables ? Qu’en est-il des échecs et des incertitudes ?

3Walfried König est un habitué de nos Universités Sportives d’Été. Il nous apporte un précieux concours avec ses analyses, mais plus encore, peut-être, par sa connaissance de l’organisation du sport dans les différents pays de l’Europe de l’Ouest. Et aujourd’hui, il va nous présenter un ensemble de réflexions sur ce que lui inspire notre problématique : « Sport, Université et Société ».

4Ensuite, nous enchaînerons sur la clôture de l’Université proprement dite avec Jean-Marc Michel, pour l’USJSF, et Ernest Gibert, pour l’UNCU.

Les richesses du Sport Universitaire : différences et similitudes en Europe1
(…)
Du constat des différences…
(…)
… à celui des similitudes.
(…)
Sans prétendre épuiser l’éventail des ressemblances, cinq grands points communs semblent caractériser la situation actuelle du Sport Universitaire dans les douze pays de la CEE.
1) La pratique du Sport Universitaire n’est jamais à la hauteur de la demande, même si l’écart entre les deux varie d’un pays à l’autre. (…)
2) La deuxième similitude tient au constat d’un phénomène de mobilité croissante, justement souligné par Jean Camy, au sein de l’Europe du Sport Universitaire. (…)
3) Dans tous les pays de l’Europe, le Sport et l’Université cherchent à aller dans le sens du mouvement de la Société. (…) Cette tendance à l’échange et à l’ouverture paraît irréversible.
4) Tout ceci s’accompagne d’une certaine similitude, dans l’esprit et dans les objectifs visés (…).
5) Encore faut-il se faire reconnaître, et pour cela se faire connaître. Or, à peu près partout, le Sport Universitaire souffre d’un grave problème de communication. Il a parfois du mal à se faire entendre au sein même de l’Université. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, qu’il ne soit pas compris de la manière et avec la force que nous souhaiterions par l’ensemble de la société.
Ces quelques similitudes sont frappantes. Elles ne sont évidemment pas les seules à mériter d’être considérées. On pourrait, par exemple, évoquer la tendance des représentants du Sport Universitaire à pratiquer le nombrilisme, notamment lorsqu’ils traitent des problèmes de la recherche ou de la formation, en restant trop centrés ou repliés sur eux-mêmes. Nos débats, pourtant remarquables de tolérance sur ces sujets, n’ont pas toujours été exempts de ce type de déviations.
Ce défaut est plus touchant que grave s’il exprime une dernière perception ressentie par tous : l’impression que le Sport Universitaire est dans tous les pays de la CEE à une phase clé de son existence et à la recherche d’un nouveau cadre de référence. L’Europe peut-elle contribuer à l’éclairer ?
(…)
Note
1. Quelques éléments tirés de la synthèse de l’Université Sportive d’Été tenue à Lille, en 1992. Les Cahiers de l’USE no 7 : Le Sport, l’Université, l’Europe, ed. MSHA, 1993, 495 p. Voir p. 459 et suivantes.

Walfried KÖNIG,
Chargé de cours à l’Université du Sport de Cologne (Allemagne), Ancien Directeur de la Culture et du Sport de Rhénanie-Westphalie

Le sport, l’Université, la Société : une problématique allemande ?

5Je vais vous présenter un aperçu de la situation en Allemagne, en posant les questions suivantes :

  • Est-ce que les universités jouent un rôle dans le développement du sport ? Et si oui, lequel ?

  • Y a-t-il des liens réguliers, et même institutionnalisés, entre le Mouvement Sportif et les universités ?

  • Est-ce que les uns comme les autres se supportent pour répondre du mieux possible aux attentes de la Société, c’est-à-dire de la population générale et de ses représentants politiques ?

  • Y a-t-il des tendances promettant de nouvelles « ouvertures » (dans la double signification de ce mot) ?

6Dès le début, je dois souligner qu’une fédération comme l’UNCU n’existe pas en Allemagne. Les organisations que vous connaissez, par exemple la « Landeskonferenz für den Hochschulsport in Nordrhein-Westfelen » ou l’ADH (Allgemeiner Deutscher Hochschulsport-Verband) ne sont pas du tout comparables, pour trois raisons essentielles :

  • leur fonction est limitée à des activités en faveur du personnel des institutions de l’enseignement supérieur ;

  • elles n’ont pas de clubs comme base locale, mais des unités universitaires ;

  • et – ce qui est le plus important – je n’ai jamais eu l’impression qu’elles aient jamais accepté un rôle de combattants pour les valeurs éthiques du sport.

7Par ailleurs, ces organismes sont beaucoup trop faibles pour pouvoir exercer une influence, soit sur l’ensemble d’une université, soit sur les fédérations sportives.

8Donc, le rôle intermédiaire rempli par l’UNCU n’existe pas chez nous. Il existe deux mondes séparés, chacun étant indépendant de l’autre ; et les contacts entre eux sont rares. Comme j’ai siégé pendant plus de vingt ans dans une commission de la « Conférence des ministres des affaires culturelles », incluant les affaires scolaires et universitaires, la formation aussi bien que la recherche, et que l’un des devoirs de cette commission était de rencontrer de temps en temps les représentants du DSB (Deutscher Sportbund, devenu depuis 2006 le DOSB après la fusion avec le Comité Olympique National), je peux vous dire que de telles rencontres se passaient en moyenne tous les deux ans. Le sujet central était presque toujours la situation du sport scolaire, parfois la formation des professeurs d’éducation physique ou le sport des étudiants.

9Vous voyez : dans cette configuration, aucun trouble-fête, aucun conflit profond. L’un ne se mêle pas des affaires de l’autre, et il est vrai que chacun a suffisamment de problèmes dans sa propre maison. Tous ceux qui ont mentionné, depuis le début de cette Université Sportive d’Été, que les universités traversent une crise, ainsi que le sport, ont raison. Mais j’ai l’impression qu’il s’agit d’une crise permanente : on s’habitue. Et d’ailleurs, s’il y a effectivement un manque de personnel, d’argent, d’équipements, qui veut dans une telle situation se battre encore pour la valeur des valeurs ? Donc, on constate les phénomènes de commercialisation, de professionnalisation, de dépendance croissante de sponsors, d’entraînements précoces d’enfants. On est contre la tricherie, la violence et le dopage, mais tout cela ne touche pas l’ensemble des 70 universités et des 260 autres institutions de l’enseignement supérieur, si je laisse de côté la situation particulière de la seule université qui ne s’occupe que du sport (à Cologne). Les universités n’attendent rien du sport, et lui rien d’elles : on vit paisiblement côte à côte, quelques-uns se connaissent, on a quelques informations sur l’autre ; aucune espérance déçue, cela doit suffire… au moins pour la majorité.

10La Société sait qu’elle a besoin des deux ; c’est pourquoi elle les finance.

11Dans une telle situation, on n’a pas besoin d’un lieu qui lie, de manière officielle et durable, ces géants. Quand le DSB, il y a quelques années, a décidé que l’existence d’un groupe de scientifiques, qui devaient le conseiller, ne servait à rien, ceci était presque logique. Heureusement, on a compris entre-temps que c’était une erreur et que l’on a toujours besoin d’experts, même s’il s’agit de personnalités universitaires, ajouterons certains avec une pointe d’ironie. C’est pourquoi il y a dans un « comité pour le développement du sport », créé par le DOSB au cours des derniers mois, 8 professeurs universitaires parmi 12 personnalités représentant 10 institutions différentes. Mais il faut comprendre que c’est un engagement personnel d’individus qui ont été invités à fournir leurs connaissances et qu’ils ne sont pas les représentants de leurs universités. Cette différenciation nécessaire est décisive.

12L’exemple montre que certaines personnes, en nombre croissant, sont prêtes à bâtir des ponts, et à vrai dire je reconnais parmi elles plus d’universitaires déployant de tels efforts, que de dirigeants du monde sportif. L’explication est simple : tandis que les gens travaillant à l’université ont tous au moins un peu d’expérience sportive – grâce à l’école, au club local, aux médias, etc. – les expériences universitaires des dirigeants sportifs sont plutôt rares, ce qui devrait amener à la conséquence suivante : le premier pas en direction d’un élargissement des contacts devrait être fait par les universitaires intéressés et devrait permettre de fournir tout un éventail d’informations sur les travaux universitaires et sur les possibilités et les conditions d’une coopération. De l’autre côté, les clubs et les fédérations doivent apprendre à poser les questions précises pour lesquelles ils attendent des réponses. Est-ce facile ? Non, pas du tout. Pendant toute ma vie professionnelle, j’ai essayé de remplir une fonction d’intermédiaire. C’est pourquoi je connais les problèmes des deux côtés qui, souvent, semblent ne pas parler le même langage. On se heurte également à de la méfiance : ici la théorie, et là la pratique… une opposition fausse et superflue, mais quand même tenace. Qu’est-ce qui en résulte ? Il faut organiser des rencontres entre les partenaires potentiels, régulièrement, une année après l’autre, et il faut les envisager avant tout au niveau régional, mieux encore, au niveau local.

13Pour ne pas peindre un faux tableau de la situation en Allemagne, je dois ajouter quelques petites informations :

  • L’ADH et un regroupement de scientifiques sportifs (le Deutsche Vereinigung Sportwissenschaft) adhèrent au DOSB, mais leur voix est trop faible. Est-ce que ces organisations sont trop modestes ? Et cela seulement en Allemagne ? C’est ce que l’on peut croire, quand on parle avec le fonctionnaire responsable de cette matière au sein de la Commission Européenne, qui vient de me dire qu’il ne se rappelle aucune initiative, demande ou quoi que ce soit de ce genre, qui aurait été formulée par une telle organisation. Autrement dit : les universitaires et leurs organisations, avec une référence au sport, même la FISU, restent devant la porte de la politique sportive.

  • Le DOSB n’est pas contre les sciences sportives parce qu’il sait qu’il en profite. Il est même l’un des éditeurs d’une publication scientifique (Sportwissenschaft) qui présente des résultats quatre fois par an. Et, en plus, il organise chaque année un concours pour de jeunes scientifiques, le vainqueur duquel reçoit un prix renommé. On a aussi une « académie olympique » depuis bien des années, mais toutes ces activités n’engendrent aucun retentissement dans les fédérations, ligues et clubs. Les scientifiques engagés dans ces activités restent entre eux. Est-ce que cela veut dire que plus de 1 500 personnalités travaillant dans les facultés des sciences du sport ne font rien d’utile pour le sport ? Non, une telle opinion ne reflèterait pas la réalité, mais jusqu’ici je n’ai traité que l’influence directe sur les organisations sportives ; il faut ajouter qu’une influence indirecte se réalise en deux larges domaines : la formation et la recherche, celle-ci incluant des projets aux niveaux régional et local.

14Les universités forment traditionnellement, depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, les instituteurs et professeurs des établissements scolaires des différents cycles, et elles exercent ainsi une forte influence sur ce qui se passe dans l’éducation physique. Cette influence est renforcée par le fait que, souvent, des scientifiques sont invités par un ministère à contribuer au curriculum de l’éducation physique. Il en résulte aussi une influence sur le contenu du travail des clubs scolaires et – encore plus indirectement – des clubs extrascolaires.

15L’Université forme aussi les médecins, parmi eux ceux qui se spécialisent pour les problèmes des sportifs. De plus en plus, des spécialistes pour la prévention et la réhabilitation passent leurs études à l’université ; d’autres étudiants plaçant le centre de leurs études sur les sciences de l’entraînement, et un groupe croissant se décide pour l’économie ou le management. Quant aux quatre derniers groupes ci-dessus, il faut se rendre à l’évidence que ces branches de formation universitaire sont encore très jeunes, ce qui signifie que leur influence sur la vie des clubs, etc., ne devient visible que peu à peu. Derrière mon « etc. » se cachent beaucoup d’autres institutions, avant tout commerciales, qui ont débuté dans les années 1980-1990, et qui, dans beaucoup de communes, sont déjà devenues de véritables concurrents des clubs, ce qui signifie une autre influence indirecte sur leurs modalités et conditions de vie (ou de survie ?).

16Permettez-moi une remarque faite « à part » : si les clubs ne créent pas plus d’emplois pour les étudiants en sciences sportives, les entrepreneurs du sport commercialisé pourraient bientôt être plus intéressants pour les universités que les représentants du monde sportif classique !

17Pour en terminer avec le chapitre « formation », je ne cache pas que je n’arrive pas à comprendre les raisons qui empêchent les universités et les organisations sportives d’aller plus loin dans la reconnaissance mutuelle de diplômes, de certificats et de licences qu’elles ne le font actuellement. Il y a des exceptions liées à des personnages individuels, mais les systèmes ne s’ouvrent guère.

18Le deuxième grand domaine où les sciences exercent une influence indirecte sur l’évolution du sport est la recherche. Elle a livré, au cours du xxe siècle, tant de résultats pesant lourd en faveur de nouveaux développements, et même de progrès fantastiques, qu’il est impossible de les énumérer. Pensons à la médecine, aux sciences de l’entraînement, à la psychologie, aux résultats de la recherche pédagogique, etc. Et depuis les années 1980, on voit chez nous de plus en plus d’analyses qui envisagent les différents aspects du « monde sportif » avec une majorité de travaux à caractère sociologique et un nombre important de travaux sur des questions économiques. Ces analyses sont produites par des auteurs qui sont souvent des personnalités exerçant leur fonction professionnelle dans d’autres facultés spécialisées dans les sciences sociales et économiques. Une nouvelle tendance rend possible que, de plus en plus souvent, de telles productions viennent des facultés des sciences sportives qui disposent désormais de spécialistes. Ce qui n’était pas encore le cas au début des années 1990. Malheureusement, il y a encore trop souvent un manque de compréhension et de lisibilité ; il faut donc trouver les transformateurs des résultats de recherche pour que le sport puisse vraiment en profiter.

19Il convient de souligner que, plus que jamais, des scientifiques sont prêts à s’occuper des réalités concrètes concernant les besoins de la population, la situation complexe dans les communes et les conditions de vie des clubs sportifs. Il semble même qu’il s’agit d’une tendance internationale. Je tire cette conclusion d’une lecture de presque 200 synthèses de présentations qui ont été faites cette année, à l’occasion d’une conférence à Münster en Allemagne, intitulée « Local sport in Europe ».

20Le deuxième regard montre malheureusement que trop de projets présentés avaient un caractère très ponctuel, très détaillé, donc typique et, pour cette raison, moins utile qu’espéré. Les représentants des sciences sportives doivent aller plus loin suivant l’exemple avec lequel je souhaite finir mon intervention.

21Avant qu’il ne devînt réalisable, un changement de mentalité a été nécessaire, de caractère si fondamental que – jusqu’à la fin des années 1970 – il n’aurait pas été imaginable, parce qu’il y avait quelques idées traditionnelles qui semblaient inébranlables, par exemple :

  • l’État et les autorités territoriales n’ont pas le droit de se mêler du développement du sport ;

  • il n’y a aucun besoin de planifier l’évolution du sport.

22On a mis une dizaine d’années pour convaincre les organisations sportives les plus sceptiques que de nouvelles initiatives créées par les gouvernements des Länder n’avaient pas le but de les affaiblir, mais plutôt de les renforcer ; et que ces initiatives en faveur de groupes cibles de la population qui étaient restés au-dehors des clubs sportifs, résultaient d’un rang élevé que le sport, l’activité sportive exerçaient dans la politique sociale. Puis, à partir de 1985, après avoir reconnu que ces avancées n’étaient pas suffisantes, nous avons commencé à créer un nouveau système, celui d’une évolution planifiée et dirigée au niveau local, avec la participation des autorités régionales et locales, et celle des organismes sportifs. Les étapes devaient être logiquement un constat large et profond de tous les facteurs importants, comme les offres existantes, les installations et équipements, le personnel, les partenaires imaginables, etc., suivi d’un plan pour optimiser la situation et des mesures nécessaires. Le financement fut partagé entre les partis différents, mais la plus grande part était celle du Land et de la commune.

23Et l’Université, me direz-vous ? Elle a mis quinze autres années pour comprendre ce qui se passait, mais je suis heureux de pouvoir dire maintenant qu’entre-temps, des scientifiques d’au moins quatre universités (Osnabrück, Wuppertal, Cologne et Erlangen) ont découvert ce champ de travail et sont devenus des experts d’analyses, de planification et de la mise en marche des mesures nécessaires. Ce qu’ils font de concret correspond largement à ce que Monsieur Camilli a décrit pour sa région. C’est pourquoi je renonce à fournir plus de détails, à l’exception de la remarque que c’est chaque fois un large réseau d’institutions citoyennes et communales déjà existantes qui doivent être réunies, informées, animées et aidées. En tout cas, un nouveau ballon est sur le terrain, qui semble pouvoir animer les relations entre les universités et le monde sportif.

24Beaucoup d’autres activités – dont la description n’entre pas dans mon sujet aujourd’hui – ont été développées pour donner la meilleure réponse aux besoins croissants et, en même temps, changeants de la population, mais quant au rôle direct des universités, qui a été très faible dans ce mouvement, je dois conclure en disant : on pourrait être déçu mais on ne l’est pas, parce que l’on n’a pas eu d’espérances. Au contraire, nous acceptons la situation telle qu’elle est, et sommes satisfaits si, de temps en temps, le triangle « Sport – Société – Université » s’harmonise comme une figure appropriée de la coopération.

Débat

Jean-Paul CALLÈDE

25Grâce à Walfried König, nous avons une contextualisation précise de la réalité observable en Allemagne, par un éminent décideur de l’action culturelle et sportive. Une situation relativement apaisée en Allemagne, une situation qui paraît plutôt sous tension, en France, si l’on se réfère aussi à nos travaux des sessions précédentes. « Comment peut-on en finir avec certaines espérances déçues ? », pour reprendre l’interrogation de la table ronde d’hier. Peut-on envisager une solution, ou de nouvelles pistes, à la lumière de l’analyse proposée par Walfried König ? La parole est maintenant à la salle.

Daniel BONZOMS, Montpellier UC

26Nous avons vu que la volonté politique nationale est souvent donnée par des mots et pas forcément par des actes. Nous avons beaucoup de mal à faire passer l’idée du sport dans l’université et, à travers cela, dans son rayonnement sur la cité.

27Le niveau local paraît donc beaucoup mieux approprié. Nous avons vu qu’il était difficile d’investir ce niveau local dans le cadre des plans quadriennaux, parce qu’il y a beaucoup d’autres priorités, même dans les plans État et Région. Les sommes importantes sont réservées pour d’autres investissements.

28L’idée serait peut-être de réfléchir à une nouvelle forme de coopération entre les différents organismes rattachés à l’activité sportive universitaire – les SUAPS, les AS et les clubs universitaires en particulier – et leur demander de s’unir pour aller chercher les moyens de développer cette pratique d’activités sportives multiforme, protéiforme. Pour cela, il nous faut l’appui des présidents d’université et des étudiants. L’idée est donc de s’unir pour aller chercher des moyens et de réunir pour cela différentes institutions et différents partenaires qui pourraient rassembler des financements possibles. Parmi ces partenaires et institutions, figurent bien entendu les universités de la ville, mais également la Région et la Ville elle-même, lieu d’implantation des universités, très intéressée par ce développement. Et enfin, le tissu économique. Je pense qu’à travers l’Université et la Région, nous pouvons avoir des relations avec des entreprises économiques, susceptibles d’aider à la pratique sportive étudiante qui portent certaines valeurs.

29Ceci nous permettrait peut-être d’obtenir des crédits afin de réduire la cotisation pour chaque organisme et qui pourraient être gérés par un comité, une fondation, un Groupement d’Intérêt Public, à définir. Cette commission pourrait ainsi répartir cette manne espérée entre les différents partenaires, en fonction des projets et en fonction des résultats, et également alimenter des ressources en partie nationales qui seraient de nature à être réinvesties au niveau local, mais un mouvement national cohérent.

30Il y a peut-être là une idée à creuser, notre rôle dans le cadre de cette USE est de faire des propositions. C’en est une.

Alain BRAUN, CIUP, PUC

31Au niveau national, en France actuellement, la Société me paraît être représentée par l’État. L’État délègue, en matière de sport, au sens large, aux fédérations qui sont regroupées au sein du CNOSF, dont Claude-Louis Gallien est un vice-président. Au cours des jours précédents, nous avons pu constater que le Comité Olympique était principalement préoccupé par « une case ». Or, c’est quand même l’interlocuteur majeur de l’État.

32Le Comité Olympique, tel qu’il fonctionne actuellement, est-il légitime pour représenter les cases, et pas une case ? Pour représenter parfois l’UNCU dans des commissions qui existent – la Commission des Fédérations Affinitaires, la Commission des Fédérations scolaires et universitaires, je pense que tous les représentants de fédérations qui siègent dans ces commissions ont quand même toujours une très forte impression d’être sur un simple strapontin. La dernière en date, à laquelle j’ai assisté, portait sur le CNDS Équipement, pour lequel manifestement les fédérations affinitaires auront du mal à obtenir des crédits.

33J’aurais une première question qui s’adressera à Claude-Louis Gallien, puisqu’il est toujours parmi nous. Y a-t-il une réflexion sur la thématique que vous nous avez présentée, entre le sport et les sports ? Si oui, quelles sont les actions envisagées ?

34Ma deuxième question est formulée au plan local, et elle s’adressera au représentant de l’UNEF. Quand je siégeais au Conseil d’Administration de mon université, j’étais souvent assis à côté des élus étudiants, qui ont d’ailleurs très bien réussi dans leur carrière professionnelle pour la plupart d’entre eux, et qui doivent, je pense, une partie de cette réussite à ce militantisme. On ne peut pas accuser l’UNEF aujourd’hui de ne pas être une fédération d’étudiants qui ne soit pas militante. À la même époque, dans l’association sportive de mon université, les représentations étudiantes étaient très présentes, très engagées dans l’action vis-à-vis du sport à l’université.

35Hier, un ex-président d’université nous a dit que si des étudiants montent à l’assaut du président d’université, il est difficile de leur résister. Le constat aujourd’hui est que, dans les associations sportives parisiennes, il y a relativement peu d’étudiants militants et, de même, dans le club universitaire auquel j’appartiens, alors que nous regroupons 4 000 étudiants, nous constatons une dynamique assez faible.

Claude-Louis GALLIEN

36Je ne connais pas beaucoup de comités nationaux olympiques et sportifs, dont l’un des vice-présidents représente le sport universitaire et dont un membre du comité exécutif, président d’une commission, est le président de l’UNSS, c’est-à-dire le sport scolaire. Cela veut dire qu’il y a une représentation, au sein du Comité National Olympique et Sportif Français, qui n’a pas beaucoup d’équivalent dans le monde. La deuxième chose est de savoir ce que l’on peut faire. Je vais prendre un exemple très précis, que l’on a discuté cette semaine, qui correspond à ce qui était dit en particulier à propos du CNDS. Il se trouve que Jean-Louis Boujon, qui exprimait la vision et les préoccupations de sa commission, a attiré notre attention sur ses inquiétudes à propos du sport scolaire, mais on peut élargir aussi au sport à l’école, dans les collèges et les lycées. Son inquiétude serait que le sport scolaire, dans les collèges et les lycées, soit en quelque sorte délocalisé vers le privé, c’est-à-dire vers les clubs, vers le mouvement sportif. Quand j’ai clairement dit dans mon exposé : « ne pas faire sortir le sport de l’école », cela correspond à une préoccupation qui a été retenue par l’ensemble du comité exécutif du Comité Olympique, et je l’exprime ici en son nom.

37Deuxièmement, en ce qui concerne le CNDS, celui qui a le pouvoir est celui qui paye. D’abord, je ne pense pas que le CNOSF représente les fédérations, chaque fédération joue sa carte personnelle et le CNOSF essaie de synthétiser quand c’est possible. En tout cas, nous ne sommes pas d’accord pour prélever sur le CNDS le financement du sport sorti de l’école. Voilà le type de préoccupation que l’on peut avoir précisément. Chaque fédération a son propre contrat d’objectifs et, bien souvent, quand on essaye de généraliser ou de faire de la synergie, cela ne marche pas forcément contre les intérêts personnels.

Intervention

38Chacun à la tribune est convaincu que le Sport est important, à la fois à l’Université, à l’École et dans la Cité. On voudrait convaincre l’État et les collectivités territoriales de fournir les moyens d’aller plus loin. Je voudrais aussi convaincre les étudiants que l’acte de foi envers l’importance du sport, c’est aussi de participer au paiement.

39Je suis totalement d’accord avec Claude-Louis Gallien quand il dit que la vertu du sport est de donner du bonheur. Les études de Marie Choquet sur les conduites addictives des jeunes montrent d’une manière extraordinaire que lorsque l’on fait de l’activité physique et sportive, les conduites addictives diminuent d’une manière spectaculaire. Le phénomène se vérifie jusqu’à 6 heures de sport par semaine pour les garçons et 8 heures par semaines pour les filles. Ensuite, on rentre dans la compétition intensive et probablement dans les conduites de dopage. Le risque d’addiction se précise à nouveau.

40Nous sommes à l’Université dans ce créneau-là, de 2 heures à 8 heures de sport par semaine. Nous sommes dans le côté « bonheur ». Il est statistiquement prouvé que les étudiants qui font du sport réussissent mieux leurs études. L’écart est très important : la moyenne lissée, sur les neuf dernières années, est de 17 % supérieure pour ceux qui pratiquent le sport par rapport à ceux qui ne font pas de sport. Bien sûr, il y a des « points bonus » : 2 points pour ceux qui s’impliquent dans les cours de sport, 3 points pour ceux qui font de la compétition ; mais cela représente de 1,2 % à 1,5 % de la totalité des points mis en jeu, donc ce n’est rien du tout.

41Dans les services des sports, nous avons le souci de faire participer les présidents d’université au financement mais, quelquefois, la politique de l’université ne le permet pas et les Conseils ne nous donnent pas les moyens de le faire. Notre position est de faire pratiquer le sport aux étudiants en leur faisant payer le moins possible. Nous avons assisté cette année à un réel démantèlement, dans certaines universités, de l’activité sportive, parce que les étudiants sont allés jusqu’au bout d’une attitude « du tout ou rien » qui a fait que, n’ayant pas eu la participation financière de l’université, ils ont préféré accepter le démantèlement.

42Je voudrais faire réfléchir l’UNEF sur cette attitude. Est-ce que le « tout ou rien » est bien ou est-ce que l’attitude « essayons de faire participer les étudiants un peu » n’est pas préférable ?

43J’ai invité récemment le directeur de la Jeunesse et des sport, nous lui avons expliqué la manière dont on fonctionnait dans les universités. Il a voulu connaître le montant de la cotisation des sportifs. Dans mon université, elle est de 25 euros. Il nous affirmé qu’il ne pouvait pas nous aider, par rapport au mouvement sportif qui fait payer en moyenne 160 euros. Les étudiants sont déjà subventionnés par l’Université d’une manière très importante, on ne peut donc plus les aider.

44Nous avons une attitude forte d’aide envers les étudiants, et cette attitude de dire : « Si tout n’est pas gratuit, on ne fait rien » me gêne beaucoup, et je voudrais que les étudiants abandonnent cette position.

45Monsieur König, quels sont les droits d’inscription que payent en moyenne les étudiants allemands à l’université ?

Walfried KÖNIG

46Cela diffère selon les Länder. Un nouveau développement a eu lieu au cours des dernières années. Jusqu’à la fin des années 1990, chaque étudiant devait payer, par semestre, entre 100 et 150 euros pour s’inscrire à l’université, avec le droit de participer au sport universitaire. Depuis le nouveau développement, certaines universités demandent plus de 500 euros par semestre. C’est une situation très différenciée en Allemagne. Ce nouveau régime n’existe pas dans tous les Länder ; dans d’autres, les étudiants qui ont suivi des études pendant plus de cinq ans, doivent payer la somme de 500 euros.

47Le sport universitaire reçoit des subventions de la part du gouvernement, mais seulement entre 1 et 2 euros par étudiant pour une année. Le gouvernement évoque la présence de clubs multisports partout et les étudiants peuvent y pratiquer le sport. Personne ne croit que le sport universitaire a une mission particulière de remède, contre les maladies du sport par exemple. Il s’agit tout simplement d’une possibilité de pratiquer le sport au sein de l’université si l’on n’a pas, pour des raisons diverses, de possibilité de pratiquer dans un club multisports.

48Je pense que cette situation existe dans quasiment tous les pays européens, sauf en France. Cette espérance déçue, dont nous parlons actuellement, n’existe pas du tout dans les autres pays.

49Je connais ces questions depuis longtemps, j’ai rencontré des collègues d’autres pays pendant des années à l’Union Européenne et je vous affirme que les universités n’y jouent aucun rôle. Si on parle du développement du sport, personne ne mentionne les universités, sauf peut-être en ce qui concerne les résultats de recherches.

50Les seules exceptions que j’ai trouvées en m’occupant de ces analyses, et pour me documenter, c’étaient les universités de Prague, les universités polonaises et l’Académie sportive de Sophia. En effet, ces universités de l’ancien bloc communiste jouent un rôle un peu plus important que dans les pays de l’Ouest ou du Nord de l’Europe. Au regard du passé, c’était déjà ces universités qui formaient les entraîneurs des clubs et des fédérations. Il y avait donc un lien automatique entre les universités, les clubs et les fédérations ; et ce lien existe encore, bien qu’il s’affaiblisse.

51En ce qui concerne les valeurs, on y croit en Allemagne. En octobre, une conférence européenne sera organisée au sujet du fair-play et les organisateurs allemands ont dû trouver un intervenant capable de faire un discours sur la morale et les valeurs du sport. Ils ont même demandé au Saint-Siège d’envoyer un évêque !

Irène LAUTIER, Université Lille 2

52Depuis hier, j’ai constaté un grand absent dans toutes les propositions de collaboration et dans tous les partenaires que nous avons mentionnés autour du sport, c’est le ministère des Sports. Je suis donc étonnée que l’on n’ait jamais parlé de lui, du rôle qu’il peut ou ne pas avoir, et les incidences de cette position, ou de cette absence de position, par rapport aux incidences sur le sport universitaire.

Jean-Paul CALLÈDE

53Les co-organisateurs de l’Université Sportive d’Été avaient invité un représentant du ministère. Monsieur le Directeur Régional de la Jeunesse et des sports qui devait être présent vendredi, à la tribune, pour l’ouverture de l’USE, a eu un empêchement de dernière minute.

Gabriel SZEFTEL, UNEF

54Sur la question du financement de l’activité sportive et des SUAPS, nous ne sommes pas, pour ce qui est de l’UNEF, dans une politique du « tout ou rien ». Cela fait partie de notre démarche syndicale. Ce n’est pas parce que l’on n’obtient pas tout de suite les choses qu’il faut revoir les objectifs à la baisse. Nous continuons évidemment à demander que le financement relève d’un financement national. Le budget global pour les SUAPS est d’environ 60 millions. Nous comptons environ 18 % des 1,4 millions d’étudiants présents à l’université, ce qui fait une dépense par étudiant participant aux activités sportives autour de 250 euros, si on fait tout reposer sur les étudiants, mais ce n’est pas l’objectif que vous avez proposé. De toute façon, ce n’est pas dans la poche des étudiants que, économiquement, on peut puiser et faire reposer de façon viable l’activité et le financement de l’activité sportive.

55Si on vise un objectif de démocratisation de l’activité sportive et si l’on veut quitter le discours actuel « je paye, donc je pratique », donc « je paye, je consomme », la pratique sportive doit être envisagée comme bien public, au même titre que le financement d’une bibliothèque universitaire, que le financement des formations. Elle doit relever de ce même type de financements.

56Même une somme de 15 euros par an pour un étudiant, ce n’est pas rien, en regard de la situation sociale et c’est une évidence aujourd’hui, avec la représentation de la pratique sportive en général, que les 15 euros ne seront pas investis dans la pratique sportive. Donc, l’objectif est bien un financement viable, via les contrats quadriennaux ou les Contrats de Plan État Région et la participation de l’ensemble des collectivités territoriales.

Ernest GIBERT,
Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires

Synthèse et perspectives

57Cette 25e Université Sportive d’Été a été une réussite. Nous le devons évidemment à ceux qui l’ont supportée matériellement, éventuellement à ceux qui l’ont construite au fil des mois, et à tous ceux qui ont participé, qui ont exprimé leurs idées d’une manière franche et ouverte, même si ces idées ne nous convenaient pas, l’Université Sportive d’Été étant un espace d’échanges et de discussions. Nous sommes redevables de ce qu’ils sont venus nous apporter.

58Au terme de cette Université Sportive d’Été « Sport, Université, Société », on voit bien l’ampleur du chemin à parcourir pour que les choses changent ; et je crois que, les uns et les autres, il va falloir sérieusement nous bouger.

59Trois constats simples :

60Le premier, c’est que les uns et les autres nous avons énormément de mal à sortir de nos schémas de pensée, de nos angles de vision. Chacune et chacun considère le sport universitaire strictement en fonction de ce qu’il représente, de la position qu’il occupe. Alors, si nous croyons qu’en continuant comme nous le faisons, nous allons avoir la force de bouger les choses, nous sommes dans une grande illusion. Nous sommes très passionnés, nous croyons à ce que nous faisons, c’est peut-être ce qui explique que nous ne sachions pas tirer les leçons d’expériences passées où nous avons enregistré des échecs. Ne refaisons pas ce que nous avons tenté de faire il y a quinze ans par le biais d’un Conseil National du Sport Universitaire, puisque nous savons bien que du côté des diverses tutelles, tout a été fait pour qu’il ne se passe rien. Si nous voulons faire changer les choses, que le Sport et l’Université, dans leur relation, ne se résument pas au sport à l’université, au sport universitaire, alors voyons autrement qu’avec nos angles de vision restreints, bornés à nos institutions d’appartenance.

61Le deuxième est que nous sentons bien qu’il faut changer. J’ai entendu ce matin quelqu’un dire « il nous faut une boussole ». À quoi cela peut-il servir d’avoir une boussole si l’on ne sait pas quel est le cap que l’on veut prendre, si l’on n’est pas en mesure de dire clairement, en particulier à ceux dont c’est la mission d’organiser la vie de la société, c’est-à-dire à ceux qui nous gouvernent, vers quoi nous souhaitons avancer ?

62Or, en dehors de « donnez-nous plus de moyens pour faire ce que nous avons fait jusque là », je n’ai pas vu un cap fédérateur, basé sur des principes clairs, mais fondé sur des actions concrètes, qui ait été clairement établi.

63Le troisième : nous savons bien, les uns et les autres, que nous manquons de moyens, mais demandons-nous pour commencer si nous utilisons bien les moyens dont nous disposons. Est-ce que, dans l’usage de nos moyens, nous ne perdons pas de vue l’essentiel qui est le Sport et l’Université, lorsqu’on les associe, sont faits pour les étudiants, comme l’Université d’ailleurs, jusque y compris pour une partie de la recherche.

64La revendication individuelle sur l’insuffisance des moyens a connu les succès que l’on sait, alors si nous voulons plus de moyens, peut-être est-il indispensable de commencer par avoir un projet que nous pourrons défendre. Alors, ensuite, espérons-le, on nous entendra mieux ou moins mal, et en tout cas nous aurons des raisons de crier si les moyens dont on nous dote ne sont pas à la hauteur du projet. Là-dessus, je voudrais qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, j’ai pour ma part beaucoup d’estime pour les SUAPS et ceux qui y travaillent, mais que l’on n’oublie pas que le sport dans l’université et en dehors de l’université ne se limite pas aux SUAPS. Que l’on ne prenne pas les choses à l’envers. Les SUAPS, qui travaillent dans des conditions difficiles, où il y a beaucoup d’engagement, sont des services de l’université ; ce n’est donc pas là que doit se décider la politique, c’est là que peuvent naître des idées, c’est là que l’on peut mettre la politique en place comme dans d’autres institutions, mais le lieu sur lequel il faut agir, c’est celui des Conseils, à commencer par le Conseil d’Administration et, en effet, en intervenant auprès des équipes de direction.

65Les solutions viendront de l’ensemble de la communauté universitaire qui, au moment de la construction de son projet d’établissement par exemple, décide de mettre le sport au rang de ses préoccupations. Ce n’est pas le ministère qui va le décréter pour vous, c’est à vous de faire l’arbitrage. De même que l’on peut se plaindre des horaires d’enseignement, mais peut-être s’en plaindra-t-on moins quand on aura la sagesse de ne pas empiler les connaissances comme on fait un mille feuilles, en considérant que le sport vient au bout, en dehors.

66Pour ma part, je ne suis pas sûr que décréter le sport obligatoire dans les universités soit la bonne solution. Est-ce que l’on décrète que la culture est obligatoire ? Naturellement, il faut l’encourager, trop peu d’étudiants peuvent le pratiquer, il faut leur en donner la possibilité, mais ce n’est pas par décret ou par incantation que l’on va régler le problème. Alors, il faudrait que nous arrivions à construire un projet qui ait une cohérence, à la fois pour l’Université elle-même, qui montre manifestement qu’il y a un intérêt pour la Société, et que nous soyons en mesure de le défendre pour qu’enfin les moyens arrivent, et non l’inverse.

67Ce qui a été dit ce matin à propos du droit du sport, il est vrai que c’est une préoccupation, mais à ce petit jeu-là, on va jouer au ping-pong éternellement. Il y a des vieux sujets de fond. Ne vaut-il pas mieux avoir davantage de boursiers et que ceux dont les parents ont les moyens payent à l’université ? N’oublions pas que nous sommes en présence d’un système qui apporte une aide sociale davantage à ceux qui n’en ont pas besoin, qu’à ceux pour lesquels elle est nécessaire.

68Alors, je crois qu’au terme de ces trois jours, il n’y a pas lieu d’être pessimiste, d’être déçu, mais il faut être lucide. Nous avions choisi un grand sujet, par conséquent c’est un sujet compliqué. Si nous nous y prenons comme nous l’avons fait jusqu’ici, alors qu’en dépit des efforts, de la bonne volonté, des engagements des uns et des autres, nous n’avons pas obtenu les résultats espérés, ce n’est pas en continuant dans la même voie que les espérances ne se transformeront plus en illusions, il faut avec d’autres essayer de construire autre chose en s’appuyant sur des leviers. Nous en avons cité deux. Quand on a dit qu’un président d’université est sensible à une intervention très forte des étudiants auprès de lui pour faire valoir l’importance d’une question, cela ne voulait pas dire que la présidence est un château, et qu’en l’encerclant, on va obtenir ce qu’on veut… En revanche, quand les étudiants et d’autres de la collectivité universitaire sont capables de montrer l’importance d’un sujet et qu’il est suffisamment rassembleur, alors il est en effet de leur responsabilité de le faire entrer au premier rang des priorités.

69On a évoqué dans nos ultimes échanges, tout comme au début, la loi, non pas parce qu’elle est parfaite mais parce que, en effet, l’une des conséquences va être une place plus importante encore donnée à ce que l’on appelait le contrat quadriennal d’établissement et qui s’appelle désormais contrat pluriannuel, qui durera quand même vraisemblablement quatre ans. Ce sera l’instrument porteur des projets, donc si on n’y met pas le sport universitaire, il n’y a aucune chance pour que celui-ci soit pris en compte. Je ne vous dis pas que s’il est dedans, on en tirera toutes les satisfactions, mais, au sein de l’Université, c’est la voie d’entrée. En dehors de l’Université, il y en a aussi d’autres.

70Nous avons lancé le débat, peut-être pas sous toutes ses formes ; ça n’est qu’un début, ce sera un combat difficile, mais cela dépend d’abord de nous et, dans cette action, nous avons besoin de ceux qui savent, beaucoup mieux que nous, présenter auprès de la société les idées qui sont les nôtres. Les universitaires ont une incapacité congénitale à faire passer dans l’opinion publique leurs idées. Tout le monde a bien compris que, si depuis 25 ans, nous travaillons ensemble dans le cadre de l’Université Sportive d’Été avec l’USJSF, c’est parce que nous sommes persuadés que, sur les sujets que nous abordons, il faut d’autres éclairages que le nôtre. Au fond, quel meilleur éclairage pourrait-on avoir que celui de ceux dont la mission, en tout cas la profession, est d’essayer de comprendre la Société, de la montrer et de l’obliger à réfléchir ?

Intervention de Jean-Marc MICHEL,
Président de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France

71Je vais enchaîner sur les propos très volontaristes d’Ernest Gibert, assez facilement d’ailleurs, puisque je partage pleinement à la fois son analyse et sa volonté d’envisager et de préparer l’avenir.

72Je souhaite tout d’abord vous marquer l’intérêt de notre organisation, l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France, à participer à cette Université d’Été, avec l’UNCU. La création de ces Universités d’Été a été voulue par Jacques Marchand, que je salue au passage. Je sais qu’il s’est tenu au courant du bon déroulement de la présente USE. Il avait souhaité que cette Université d’Été se crée de la manière dont elle a fonctionné depuis ses débuts et aujourd’hui encore, tout simplement parce qu’il était convaincu que le Sport devait se regarder dans sa globalité. Il y a le sport à l’université et il y a le Sport dans sa forme générale, et les deux ne vont pas l’un sans l’autre ; il serait dommageable de négliger cette manière de voir.

73Nous en sommes rendus actuellement à une longue et fructueuse série de quelque 25 Universités d’Été, et je puis vous affirmer que l’USJSF, plus que jamais, après son Cinquantenaire, essaiera de prendre une part encore plus active à l’organisation de la 26e, parce que j’y crois profondément. Et j’essaierai de faire preuve de militantisme auprès de mes confrères pour qu’ils y portent un intérêt grandissant.

74Nous allons essayer de nous rencontrer plus souvent, nous allons essayer d’apporter une contribution plus efficace à ce rassemblement annuel qu’est l’Université d’Été ; c’est dire tout l’intérêt que j’y porte et je vous inviterai à venir partager notre Cinquantenaire, parce que, pour nous aussi, il est important à un moment donné – et il est toujours bien de choisir un anniversaire comme symbole – de faire le point. Pour avoir un regard sur le passé, un regard sans complaisance – et surtout pour nous permettre de mieux envisager l’avenir et, pourquoi pas, d’affirmer quelques ambitions dans un métier qu’il devient de plus en plus difficile de pratiquer.

75En effet, il ne vous aura pas échappé que, désormais, nos patrons multiplient des postes dans les rédactions qui sont ouverts à des consultants. Là aussi, nous avons beaucoup d’interrogations dans la mesure où le vécu du sportif devient primordial par rapport au savoir du journaliste… Est-ce à dire que c’est ce type de prestation sur le sport qu’attend la société actuelle ? Assurément non.

76Donc, je suis persuadé que les éléments de débat ne manqueront pas dans l’avenir, tant pour notre profession, tant pour le Sport en général, tant pour le sport à l’université, et je puis vous affirmer que nous prendrons une part prépondérante dans ces réflexions.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search