Version classiqueVersion mobile

Le Sport, l’Université, la Société

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 4. « En finir avec les espérances déçues ! » (table ronde)

Michel Lenguin

Texte intégral

Présentation par Michel LENGUIN,
Bordeaux EC et Vice-Président de l’UNCU

1Le moment est venu d’engager une table ronde qui marquera une étape supplémentaire dans le déroulement de cette USE. Quelles sont les solutions d’avenir qui peuvent être esquissées pour articuler du mieux possible le Sport, l’Université, la Société ?

2Je présenterai les invités au fur et à mesure qu’ils auront à prendre la parole.

3Nous allons d’abord entrer au sein des universités, dites anciennes, celle de la Sorbonne bien sûr, puis celles de Pau et des Pays de l’Adour et de Limoges, dans un premier temps.

4Je voudrais interroger Monsieur André Hervier le vice-président de Paris I-Sorbonne, et lui demander s’il souscrit au thème qui nous réunit pour cette table ronde : est-il temps d’en finir avec les espérances déçues !

André HERVIER,
Vice-Président de l’Université Paris 1-Sorbonne

  • 1 Rapport du Comité National d’Évaluation : Le sport à l’Université : la pratique du sport par les é (...)

5La seule légitimité pour moi à intervenir aujourd’hui, c’est peut-être celle d’avoir été un des experts du rapport du CNE sur « Le sport à l’université » réalisé en 1998 et publié en 19991.

6Dans cette perspective, on pourrait recenser les recommandations de ce rapport du CNE, prendre la mesure dans laquelle elles ont été appliquées presque dix ans après et éventuellement chercher les raisons pour lesquelles elles n’ont pas été suivies quand elles ne l’ont pas été. Je n’ai pas fait cette analyse, mais j’ai l’intuition, comme vous je pense, que la conclusion serait la suivante : ici ou là, des choses ont pu se faire, mais globalement, on n’a pas fondamentalement avancé.

7La raison majeure, et le rapport insistait dessus, est évidemment que les moyens n’ont quasiment pas progressé. Les équipements font toujours autant cruellement défaut – à Paris, nous en savons quelque chose !

8L’inscription de projets d’équipements sportifs dans les CPER, comme le recommandait le rapport, est restée en général un vœu pieux. Quand les universités parviennent exceptionnellement à y inscrire un projet immobilier, c’est généralement sans espace pour le sport. Il faudrait aussi, évidemment, parler des postes.

9Les installations, c’est le point fondamental parce que ce défaut d’équipements bloque à l’évidence tout le reste. Aussi, je crois que si l’on veut avancer, il faut inverser l’ordre des choses dans notre tête : ne pas demander ou attendre des équipements pour faire plus de choses, mais faire bouger les autres choses en particulier les mentalités, pour débloquer la question des moyens.

10Il se trouve que j’ai coordonné les énergies qui vont aboutir à la création du GIP « Pôle parisien du sport universitaire » dont l’annonce a été faite ici même en juin lors des Assises du sport universitaire parisien. C’est précisément un outil qui devrait nous permettre d’agir et sur les mentalités et sur les moyens.

11Si je reviens rétrospectivement sur cette expérience de création du GIP, c’est parce qu’elle est très symptomatique des difficultés déjà signalées par le rapport et montre que celles-ci sont toujours les mêmes. J’en vois au moins six.

121. L’initiative a été prise ici, à la CIUP, qui, dans son contrat, avait inscrit l’objectif de concourir à la formation d’une structure de coordination du sport universitaire parisien. La CIUP gère l’un des deux centres sportifs universitaires de Paris.

13Il est très intéressant d’observer que le directeur du CROUS précédant l’actuelle directrice qui gère l’autre centre sportif universitaire parisien, Jean Sarrailh, avait eu lui aussi un projet de création d’une telle structure.

14Ce que j’en conclus, c’est que les gestionnaires des équipements sportifs eux-mêmes ont besoin d’une politique sportive à laquelle adosser leur propre politique de gestion et d’utilisation des équipements et que cette politique fait défaut : au mieux, à Paris, on a des politiques d’établissement, – et encore –, dont la coordination ne va pas de soi.

15Je parle de la politique, pas de l’utilisation des équipements qui est bien coordonnée par les directeurs de SUAPS.

16Il n’y a pas de politique sportive universitaire de site qui, à Paris, ait le niveau pertinent.

172. Pourquoi me suis-je mêlé à cette affaire ? Par intérêt personnel bien sûr, mais aussi parce que, fort de mon passage au CNE, je trouvais qu’il fallait que cette politique coordonnée ne soit pas initiée par le biais des moyens, mais au contraire qu’elle soit initiée par le haut, par les présidents des universités eux-mêmes en relation avec les directeurs des organismes gestionnaires.

18Après discussion avec les acteurs de la Cité et de mon université j’ai donc écrit un texte contenant quelques pistes pour montrer l’intérêt de créer une structure commune, et j’ai fait la proposition de la création d’un GIP avec l’accord et l’appui sans faille de mon président, Monsieur Hénin qui a mis ce texte au milieu de la table du Collège des Présidents des Universités Parisiennes. Les dits présidents en ont discuté en fin de réunion en quelques minutes, et ont trouvé l’idée intéressante dans son principe. Point.

19Puis ils ont transmis le texte pour avis à leur directeur de SUAPS.

203. Les directeurs de SUAPS ont cherché à me rencontrer. En soi, c’était une très bonne chose et nous avons bien travaillé ensemble par la suite.

21Mais la première chose qu’ils ont dite, avec des gants, parce qu’ils étaient convaincus comme nous tous de l’intérêt du projet, c’est leur mécontentement de ne pas avoir été consultés « avant ».

22J’ai beaucoup de respect pour ces collègues qui travaillent beaucoup et qui ont un vrai sens du service public, mais je crois que ce n’est pas leur faire injure que de leur dire que ce n’est pas à eux d’arrêter la politique sportive de l’établissement, même s’ils doivent évidemment être consultés, même si elle ne peut pas être faite contre eux.

23Les directeurs de SUAPS sont, comme je le disais, des gens compétents et dévoués : ce qu’ils pouvaient faire, ils l’ont déjà fait.

24S’ils ont tendance à prendre en charge implicitement ou explicitement cette tâche de définition des politiques sportives des universités, c’est à cause de la plus ou moins grande vacuité des instances dirigeantes des universités, de même que, si nous avons écrit un texte en commun et travaillé ensemble, c’est parce que les présidents ne l’ont pas fait.

25Mais ce n’est pas normal : cette définition commune minimale devait être le fait des présidents et de leurs équipes politiques.

26Par défaut de politique sportive, la politique est définie par ceux qui la mettent en œuvre sur le terrain.

274. Après l’élaboration de ce texte commun et son acceptation par les présidents, mon président me demande de présenter le projet devant le CEVU et le Conseil d’Administration de notre université, pour qu’il soit en mesure de signer une convention officiellement.

28Je présente le texte dans ces deux instances dans un silence qui manifestait un certain intérêt chez les uns, de la politesse chez les autres, et puis rien. Pas une question. Pas une seule intervention. Pas une réflexion d’un étudiant demandant un complément d’information. Ça, ça ne va pas ! Sauf s’il est personnellement motivé, le président ne va pas se mettre la définition d’une politique de plus sur le dos si ses conseils ne mettent pas la pression sur lui et si, finalement, son directeur de SUAPS se débrouille sans lui.

29Si je regarde en arrière, depuis dix ans que je siège au CA de mon université, et que je suis les travaux du CEVU, les questions de sport n’ont jamais été à l’ordre du jour. Tout juste ont-elles été évoquées lors des votes des maquettes de diplômes, notamment sous la pression de Roger Bambuck lorsqu’il siégeait dans notre Conseil. Et moi-même, je n’ai jamais fait en sorte qu’elles le soient !

30Pas de discussion sur le haut niveau, sur le jeudi après-midi, sur les priorités, etc. Et pourtant, mon président préside lui-même les conseils des sports de l’université, montrant ainsi que ces questions sont importantes à ses yeux.

31Il faut donc forcer les instances à admettre, comme le recommandait le rapport du CNE, que le sport soit considéré « comme un élément à part entière de la formation de tout étudiant ».

325. Au cours de nos discussions dans le groupe des directeurs de SUAPS parisiens, deux points ont fait vraiment débat et méritent d’être soulignés.

33Le premier concerne l’ouverture sur le sport civil. Le rapport du CNE recommandait « de prendre en compte la pratique des étudiants dans leur vie universitaire ». Ceci concerne les sportifs de haut niveau qui bénéficient de la dispense de pratique. Le dispositif a été étendu dans la plupart des universités aux sportifs inscrits sur des listes régionales : l’idée est d’étendre le dispositif à tout étudiant qui s’entraîne régulièrement.

34S’il faut encadrer ce dispositif, l’idée serait de passer des conventions avec des clubs qui le souhaiteraient pour valider la pratique en club des étudiants sous conditions : participation aux compétitions universitaires, qualité de l’encadrement, assiduité dans le club, etc., avec, par exemple, un complément théorique (sur l’éthique du sport, notamment ?) dispensé à l’université. Apparemment, c’est plus ou moins fait de manière limitée, mais de très fortes réserves ont été exprimées quant à son extension lorsque nous avons abordé cette question au niveau des directeurs de SUAPS de Paris.

35En premier lieu, devraient être concernés les clubs universitaires, ce qui renvoie au point suivant.

366. Le rapport recommandait de simplifier les structures. Ici, la recommandation a été suivie puisque les délégués généraux de la CIUP, Monsieur Ronceray, puis Madame Tarsot-Gillery et le directeur des sports, Alain Braun, ont suscité un rapprochement entre l’AS CIUP et le PUC.

37Il ne m’appartient pas de faire le point sur cette fusion. Mais à l’évidence, elle est difficile. Il y a manifestement des tensions entre les deux logiques du sport universitaire et du sport civil, et le rapprochement ne va pas de soi.

38Le rapport recommandait également de favoriser la continuité entre les structures, notamment par le jeu de la continuité des services des enseignants d’EPS, ce que, pour notre part, nous n’avons pas hésité à faire d’une manière modeste et contrôlée.

39Précisément, l’intégration du PUC dans le GIP n’est vraiment pas allée de soi et a fait l’objet de longs débats. Elle a finalement été acceptée, mais avec beaucoup de réticences et sous condition que nous ayons une franche discussion avec le PUC. Conflit de logique entre le sport universitaire et le sport civil, disais-je, logique de sélection contre logique d’intégration, logique de résultat contre logique de formation, logique de gestion contre logique de gratuité, etc.

40Ouvrons une parenthèse. Avant de continuer sur le GIP, je voudrais pointer une autre recommandation du rapport : intégrer le fait que le sport est devenu un domaine d’activité économique intéressant tous les champs de formation et de savoir. Recommandation double :

  • Le Sport comme objet d’études indépendamment des « métiers du sport » proprement dits, c’est-à-dire indépendamment des STAPS. Ici, mon sentiment est qu’il y a eu de réelles avancées dans les domaines du droit du sport, du management du sport, de la médecine du sport, etc. Il faut encore avancer avec des modules philosophie du sport, histoire du sport, etc.
  • Le Sport comme objet de recherche. Dans mon université, il y a depuis un an un séminaire sur l’Économie du sport qui fonctionne apparemment très bien. Cependant, vu la place que prend le sport dans la vie sociale, vu l’évolution du sport lui-même, il y a urgence à ce que les universitaires contribuent à penser le Sport pour la Société, et ce qu’ils ont à dire ne peut certainement pas faire double emploi avec ce que peuvent en dire les journalistes, les professionnels du sport ou ceux qui y sont engagés.

41Fermons la parenthèse.

42On voit donc, comme on pouvait le pressentir, que les recommandations, pourtant de base, du rapport n’ont guère été mises en œuvre.

43Je voudrais maintenant me tourner vers l’avenir. Un GIP, pour quoi faire ? Comme je le disais au début, il faut agir sur les mentalités, forcer la définition d’une politique sportive et, sur cette base, obtenir des moyens. Le GIP concernera potentiellement 230 000 personnes, ce qui devrait permettre de transformer des questions technico-administratives bilatérales en questions de politique globale !

44Si l’objectif est de favoriser la pratique sportive des étudiants, faut-il pour autant favoriser le développement du sport universitaire ?

45Promouvoir le sport universitaire n’a de sens que si le sport universitaire a quelque chose de spécifique.

46Première intuition : d’un certain point de vue, le sport, c’est le sport. Il va des activités libres de loisir au sport de haut niveau, en passant par les activités physiques et sportives intégrées dans les cursus, etc. En même temps, deuxième intuition, le Tour de France n’est pas le même sport que l’activité libre de freesbee collectif qui a été proposée à une époque dans mon université, activité dont j’ai fini par être convaincu qu’elle pouvait être aussi du sport !

47Ces deux intuitions contradictoires peuvent-elles être conciliées ?

48L’idée qui me permet de les penser en même temps, de penser le sport dans son unité et dans sa diversité est que toutes les pratiques sportives sont porteuses des mêmes valeurs et des mêmes objectifs. Ce qui les différencie, c’est qu’elles ne font pas à ces valeurs et à ces objectifs, la même place ; elles ne leur accordent pas la même pondération relative ; de sorte que ces valeurs et objectifs ont un « profil » propre à chacune des pratiques.

49Je n’ai pas encore réfléchi à ce que sont les valeurs et objectifs du sport. Supposons en première approximation que l’on ait trois objectifs : La valorisation de soi, la santé, le plaisir, chacun pouvant être décliné en sous-objectifs. Prenons pour exemple la comparaison entre ce que pourrait être le profil du sport de haut niveau et celui du sport universitaire. Supposons que nous ayons 10 points à répartir entre les objectifs.

50Cela pourrait donner :

Sport de haut niveau

Sport universitaire

Valorisation de soi

6

2

Santé

2

4

Plaisir

2

4

51On pourrait établir un tableau du même genre (moins fantaisiste) pour les valeurs et bien entendu aller beaucoup plus loin dans le détail.

52A priori et sans préjuger des résultats d’un travail éventuel à venir, la spécificité, de degré et non de nature, du sport universitaire pourrait résider entre autres dans les éléments suivants :

53Vertu intégratrice versus individualisme.

54Valeur universaliste du sport vs exclusion des moins performants ou des publics minoritaires.

55Valeur relative vs valeur absolue de la performance et des résultats.

56Gratuité des performances et résultats vs rémunération par les honneurs ou la reconnaissance, ou par de l’argent.

57Côté ludique vs « très sérieux » ou « professionnel » de la compétition.

58Le corps comme fin vs comme moyen… Etc.

59Supposons que cette idée tienne, en quoi permet-elle de justifier la promotion du sport universitaire ?

60Mon impression est que le spectre des valeurs et des objectifs est en train de se déformer en faisant plus de place aux valeurs mieux portées par le sport de haut niveau et le sport spectacle, au détriment des autres valeurs et objectifs. Promouvoir le sport universitaire, c’est promouvoir les valeurs et les objectifs du sport en général, mais c’est aussi promouvoir les valeurs et objectifs qui sont mieux pris en charge par le sport universitaire, et c’est donc maintenir un certain équilibre entre les valeurs et les objectifs du sport en général.

61Je cite l’avant-propos du rapport :

  • 2 Rapport du CNE, p. 7.

Il apparaît qu’à une époque où le sport, qui joue un rôle de plus en plus important dans le monde socio-économique, est confronté à certaines dérives au travers de l’argent, du dopage et de la violence, l’université a un rôle majeur à jouer.
Elle doit répondre à l’attente des étudiants en matière de pratique des activités physiques et sportives, mais aussi être une référence dans tous les problèmes du sport relevant de la culture et de l’éthique. Il appartient donc aux universités de mettre en place une véritable politique sportive en considérant le sport comme un volet de la formation de l’étudiant.2

62Ce que j’en tire pour dégager quelques grands axes de ce que pourrait être une politique sportive pour les universités : je pense qu’elle amène tout naturellement à ne pas opposer le développement du sport civil et le développement du sport universitaire. Promouvoir l’un, c’est promouvoir l’autre.

63Si l’on se donne comme objectif idéal que tous les étudiants aient une pratique sportive, imaginer qu’ils pourraient avoir cette pratique à l’intérieur de l’université supposerait que les moyens soient multipliés par cinq, ce qui n’est pas envisageable, même à moyen terme.

64Le sport dans la ville s’est plus développé et se développe sans doute plus vite que le sport universitaire. Il faut en prendre acte et en tenir compte dans la définition de nos politiques sportives universitaires :

  • ne pas doublonner les pratiques réelles de ceux qui en ont une à l’extérieur,
  • s’occuper prioritairement de ceux qui n’ont pas de pratique à l’extérieur,
  • s’occuper prioritairement de ceux pour qui il est plus difficile d’en avoir (les personnes en situation de handicap, par exemple),
  • privilégier la formation et réfléchir à la suggestion du rapport : on constate, dans les activités proposées par les SUAPS, que nombre d’entre elles sont des activités de loisir et de détente pour lesquelles on peut se poser la question de l’encadrement. Est-il nécessaire que les animations qui relèvent des loisirs soient encadrées par des enseignants ? Des moniteurs extérieurs (brevets d’État, professeurs de sport – pour lesquels il faudra trouver des débouchés – ou étudiants) sont compétents pour encadrer, à moindre coût, ce type d’activité. Pour faire en sorte que le sport soit naturellement considéré comme un enseignement, il convient de proposer une définition resserrée et exigeante du sport et de la formation par le sport3.

65Mais il faut développer le sport universitaire comme antidote aux dérives du sport civil :

  • Amener à la compétition universitaire les étudiants qui ont une pratique à l’extérieur parce que l’esprit des compétitions universitaires n’est pas celui des compétitions civiles ;
  • Insister sur la formation qui ne se dispense pas ailleurs (modules théoriques), en particulier insister sur les aspects relevant de l’éthique du sport.

66Le thème de la table ronde est : « En finir avec les espérances déçues, en finir avec des attentes déçues ».

67Oui, l’expert que j’ai été est déçu de voir que l’on avance sans doute, mais à un rythme qui n’est pas à la hauteur des besoins.

68Celui que je suis encore, qui participe au travail préparatoire à la création du GIP, n’est pas déçu : s’il n’est pas étonné d’avoir eu à affronter de manière collective toutes les pesanteurs dont on vient de parler, il est assez enthousiaste de voir émerger un outil qui devrait nous rendre, ici, à Paris, plus efficaces.

69Mais je crains que, dans presque 10 ans, il ne soit encore déçu !

Présentation par Michel LENGUIN

70Monsieur Jean-Michel Uhaldeborde a l’insigne chance d’être président des Pays de l’Adour, doublée de celle d’être Bayonnais et Basque ; nous allons lui donner la parole en tant que président de la jeune Université de Pau.

71Hier, lors de l’évocation du Rapport Fabre, la question de la dynamique locale et de la situation particulière des universités a été posée. Deux participants évoquant les cas de l’Université de Reims, puis de celle de Rouen, ont parlé de situations simples ayant permis, ne serait-ce que momentanément, la réussite d’une synergie entre les composantes du sport universitaire, institutions et milieu associatif. Tout à l’heure, Monsieur André Hervier a indiqué que des avancées étaient perceptibles mais que l’on n’avançait pas à un rythme qui soit à la hauteur des besoins…

72Je pose donc les trois questions suivantes à Monsieur Uhaldeborde. Que se passe-t-il à Pau ou à Bayonne ? Les nouveaux sites universitaires sont-ils mieux armés pour développer des liens entre la société locale et le monde sportif associatif ? Le mot « méfiance » a été hier prononcé concernant l’attitude de certaines universités par rapport au monde associatif : qu’en est-il concrètement ?

Jean-Michel UHALDEBORDE,
Président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

73Cette Université de Pau et des Pays de l’Adour, dont je suis l’actuel président, est pluridisciplinaire (hors santé), plurisite (sur la côte Basque, Pau, Tarbes et Mont-de-Marsan) et elle compte environ 12 000 étudiants. C’est une jeune université puisqu’elle est née de la Loi Faure en 1970. Antérieurement, les structures d’enseignement supérieur paloises étaient dans le giron et sous la dépendance des facultés bordelaises.

74Je me bornerai à quelques commentaires sur la relation entre le Club Universitaire et l’Université de Pau. La jeunesse n’est pas toujours signe de sagesse, c’est évident, c’est plutôt une période turbulente.

75Entre le Service des sports de l’Université (le SUAPS) et les deux clubs universitaires (un sur Pau : Club Universitaire Palois, et l’autre sur la côte Basque : le Bayonne UC) les relations sont historiquement fondées sur des querelles de personnes. Quelques rancunes subsistent et compliquent encore les choses.

76Le responsable du Club Universitaire Palois actuel, Jean-François Gilles, était le directeur du SUAPS pendant des années, ce qui peut aujourd’hui faciliter les relations. Mais des tensions persistent toujours, les griefs venant plutôt des collègues du SUAPS vis-à-vis du Club Universitaire Palois, entraînant des conflits de conception et de « frontières » interuniversitaires. Dans notre pays, pourtant, le concept de la frontière est plutôt flou.

77La jeunesse d’une université sur des territoires n’est donc pas une garantie de sérénité. Je compare avec Bordeaux où j’ai passé, depuis le début de mes études, près de 30 ans. Le Bordeaux Étudiants Club en était le fleuron ; on se référait tout le temps au BEC. Il y avait une tradition universitaire. À l’inverse, on est sur des territoires, que ce soit la côte Basque ou le Béarn, où il n’y a pas de tradition universitaire. Donc le terrain était à peu près vierge mais, immédiatement, on a vu se manifester une opposition de personnes.

78Je ne suis donc pas sûr que la jeunesse d’une organisation, les hommes étant ce qu’ils sont, garantisse la marche et la cohabitation dans une bonne intelligence des projets sportifs.

79En revanche, je voudrais élargir un peu le propos et rebondir sur l’observation que Michel Lenguin a prêtée à Ernest Gibert ; il a parlé de « valse hésitation » dans les relations qu’entretient l’Université avec le monde sportif, que ce soit le Club Universitaire ou les territoires déjà organisés avec les clubs sportifs importants. Je voudrais prolonger l’image de la danse. On est, parfois, dans le registre du tango, c’est-à-dire un pas en avant deux pas en arrière. Je pense ici, particulièrement aux relations qu’entretient l’Université avec les clubs sportifs professionnels de Rugby. Puisque là, on est engagé bien sûr dans les compétitions. René Viguera a entraîné l’Équipe de Rugby de l’UPPA et l’a amenée jusqu’au titre de championne d’Europe. C’est vrai que l’on a noué des relations avec les clubs professionnels, que ce soit le Biarritz Olympique Pays Basque ou l’Aviron Bayonnais, pour accompagner les sportifs de haut niveau, même s’ils n’ont pas toujours le statut officiel de sportif de haut niveau. Pour que les joueurs participent aux compétitions universitaires, non pas « lorsque la bise fut venue » mais lorsque arrive la période des phases finales, la relation devient plus compliquée. Les clubs professionnels veulent protéger leurs joueurs qui, de ce fait, ne sont plus disponibles pour participer aux compétitions universitaires.

80En revanche, une autre figure de la danse évoquée par Michel Lenguin il y a un instant me paraît aussi importante, c’est celle de la farandole. C’est sur ce mode que l’on entretient les relations avec les collectivités territoriales ou des institutions du monde sportif pour réaliser des équipements sportifs universitaires. C’est le deuxième temps du tango.

81Nos collègues du SUAPS sont très fiers que, dans le cadre du contrat quadriennal précédent (2003-2006), l’Université ait soutenu le projet d’extension d’une surface artificielle d’escalade, qui correspondait aux attentes de la société. Cette surface artificielle d’escalade, une des plus importantes en France, remarquable par ses caractéristiques (15 m de haut, 1 350 m2) a pu être réalisée parce qu’une relation de confiance s’est nouée à la fois dans le tour de table des financeurs et des utilisateurs potentiels. Dans cette farandole, l’Université a donné le coup d’envoi, le Conseil Régional est venu la rejoindre, le Conseil Général, la Communauté d’Agglomération, le CNDS et, pour l’exploitation de la salle, les associations. Mais c’est là que j’ai redécouvert de nouveaux conflits au sein du monde associatif, entre le CNDF (c’était la Fédération Française) et le Club Alpin Français, et donc les difficultés que l’on aura. Alors que l’on a réussi cet équipement, ce sont à nouveau des conflits de personnes sur la gestion et l’animation de la salle qui perturbent la danse. Mais nous trouverons un terrain d’entente sans « dévisser ».

82Autre illustration, nous avons réalisé également sur la côte Basque, en relation avec les collectivités territoriales et principalement la Ville de Bayonne, une salle dédiée au handball et à la musculation ouverte aux associations et autorisant des compétitions.

83Ainsi, vu de l’Université de Pau, je ne suis pas certain que le sport universitaire ait pu tirer tout le profit de l’appel d’air pour ses propositions d’une société où le culte de la performance, la vénération du corps et la quête du bien-être sont dominants.

84En résumé, ce qui me frappe à chaque fois, ce sont ces tensions entre personnes ou groupes qui se revendiquent tous de la même éthique sportive (« l’important c’est de participer »). Au lieu d’avoir des valeurs d’enjeux collectifs, de solidarité, on retrouve très rapidement les conflits de personnes. Comme quoi l’esprit sportif doit encore toujours gagner, y compris ceux qui animent le mouvement sportif, et bien sûr les universitaires, parce qu’être président d’université, c’est aussi du sport par moments.

Présentation par Michel LENGUIN

85Nous allons continuer notre tour de table, et je vais immédiatement donner la parole à Monsieur Alain Arvin-Bérod. C’est un philosophe de formation et de vocation, pourrais-je dire, et c’est en cette qualité qu’il a été invité pour contribuer à la table ronde de cette Université Sportive d’Été. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui nous plongent aux racines du sport moderne et de l’olympisme. Alain Arvin-Bérod est d’ailleurs membre de plusieurs institutions internationales qui s’emploient à analyser ces faits de société et de civilisation.

Alain ARVIN-BEROD,
Philosophe, Membre de l’Académie Nationale Olympique Française et de l’International Society of Olympic Historians

86Je vais esquisser quelques pistes par rapport à la problématique que vous avez posée. Je ne vais pas partir ni du Sport, ni de l’Université. Je trouve que le point commun c’est la Société dont votre président a dit dans une formule teintée d’humour, « je t’attends, moi non plus ». Je suis plutôt du genre à monter dans le train même si la destination n’est pas forcément la mienne, mais je pense que c’est le plus sûr moyen de rencontrer les autres. Or, la problématique de ce matin, c’est plutôt pour l’Université de rencontrer la Société.

87Pour qu’il y ait une existence sociale de cette Université et de ce Sport, il faut quand même que ce dernier rencontre la Société. Je ne serai pas de ceux qui énoncent des définitions du sport, qu’elles soient resserrées ou pas. Je m’en excuse par rapport aux interventions d’hier et d’aujourd’hui, mais je ne suis pas tenté par la hiérarchie des valeurs à l’intérieur du sport. Je suis plutôt tenté par la réponse que l’on peut donner à cette inspiration fantastique qui nous a fait passer en quelques décennies d’une conception dans laquelle j’ai été « élevé » et à laquelle je suis toujours attaché, dont la figure emblématique a été évidemment Nelson Paillou, à la réalité du sport d’aujourd’hui.

88Cette thématique se résume au sport humaniste. J’ai été éduqué dans la culture du sport humaniste et cela reste un attachement fort. Je pense qu’aujourd’hui, la société est une « humanité sportive » au sens où le sport est devenu autant un choix qu’une nécessité et qu’il faut accepter de voir que désormais, trois sports font le sport sans aucune hiérarchie : la compétition, la récréation et la prévention.

89Le sport n’est pas naturellement social s’il est associatif. Il n’est pas naturellement exploitant ou exploiteur s’il est commercial et il n’est pas hors de l’économie en étant un service public. Dans ces trois secteurs d’activités sociales, vous avez à la fois des associations dans la compétition comme des clubs privés. Dans la récréation, vous avez bien évidemment des activités marchandes et dans la prévention, vous avez aussi des activités de caractère service public, mais vous avez aussi des activités commerciales.

90D’un point de vue universitaire ou sportif, il est souhaitable de regarder le sport comme une forme du contrat social. Il faut prendre acte que la question de la primauté des décideurs entre les trois secteurs décisifs que sont le secteur public, le secteur privé et le secteur associatif ne se pose pas selon un modèle fixe. Si nous faisons par exemple des projections sur le mode en prenant les équipements sportifs, le rapport entre ces trois acteurs a changé. À partir des années 1970, l’effort d’investissement dans les équipements sportifs a été le fait majoritaire des collectivités locales, communes en tête. Il est clair que les équipements sportifs, qu’ils soient universitaires ou non, ne pourront plus être financés comme ils l’ont été depuis les années 1970 par les seules collectivités locales. Aujourd’hui, 77 % du parc des équipements sportifs est encore propriété municipale. Il est impensable d’imaginer qu’un plan de développement des équipements sportifs en 2007 reposerait exclusivement sur des collectivités locales. Les élus locaux eux-mêmes, et c’est un problème pour les sportifs comme pour les universitaires, passent des accords avec des entreprises pour réaliser ces structures. Mais cette innovation a aussi des incidences sur la gestion des équipements et le « sport humaniste ».

91L’idée que je suggère à votre réflexion, c’est de traiter le sport comme une forme du contrat social pour aller vers l’explicitation et l’écriture, à la fois théorisée et pratique : le dessein d’un contrat d’un sport équitable adapté à cette nouvelle donne historique.

92Qu’est-ce que j’entends par « sport équitable » ? Ce n’est pas un sport où il n’y aurait plus de perdant et que des vainqueurs, une course dans le style de celle d’Alice aux pays des merveilles par exemple, où tout le monde participe donc tout le monde gagne ! Cela veut dire qu’il faut aller vers l’élaboration, la systématisation de contrat sous les formes territoriales et dans lesquelles les trois acteurs doivent être présents : les acteurs publics (l’État et les collectivités), les acteurs privés (les entreprises et les médias) et les associations.

93Il y a des pratiques sportives mais je serais tenté de dire qu’il n’y a pas de « sport premier ».

94Le sport premier, qu’est-ce ? Le sport à l’inspiration d’un Rousseau ? Un sport naturel qui aurait permis de laïciser la conception religieuse liée à la formation de la jeunesse ? Aujourd’hui, il est de bon ton de souligner les risques, les dérives, les récupérations, etc. Mais ceci est vrai depuis ses origines. Ma remarque ne vise pas à relativiser la gravité des atteintes à l’éthique dans le Sport et la Société. Il y a un phénomène d’individualisation de la pratique sportive qui est tout a fait remarquable en France et en Europe. Cela ne signifie pas la disparition des valeurs de solidarité, mais leur reformatage social. Ainsi, il n’est pas besoin d’être dans un club pour faire du sport ou pour faire de la compétition, ni d’en être à la marge pour le plaisir.

95La question n’est pas de savoir si c’est l’association sportive adhérente au CNOSF ou celle qui ne l’est pas qui est la plus importante, y compris pour le sport universitaire. Le sport est à ce point individualisé et socialisé qu’il est devenu une composante de la vie personnelle et collective de la naissance à la mort. La prise en compte de ce mouvement a des conséquences sur notre représentation et sur notre gestion de la pratique sportive.

96Le deuxième point qui devrait être questionné ici, me semble-t-il, c’est la relation sport/professionnalisme. Le phénomène a été craint, puis décrié avant d’être célébré jusqu’à l’excès.

97Avec François Alaphilippe, j’ai un voisin qui en parlera beaucoup mieux que moi puisque c’est lui qui fut le président du CoSMoS (Conseil Social du Mouvement Sportif) et qui a initié cette Convention Collective Nationale du Sport, fruit précieux du dialogue social autour du sport et de ses professions. Ainsi, en relisant avec attention le rapport sur le sport et l’économie, à l’instigation de Nelson Paillou, fait il y a vingt ans au Conseil Économique et Social, on mesure mieux à quel point nous devons accepter les évolutions avant de leur opposer d’inamovibles certitudes la plupart du temps datées… Nelson Paillou défendait la conception d’un sport humaniste et il citait deux exemples du sport professionnel le contestant ou le menaçant, selon lui et ses pairs. Il citait deux hommes devenus des stars professionnelles pour illustrer ses craintes dans deux sports particulièrement professionnalisés, le football et le tennis. Il s’agissait de Michel Platini et de Yannick Noah.

98Michel Platini a été effectivement parmi les professionnels les mieux payés du football en Europe à ce moment-là. Il a pourtant été désigné pour porter la Flamme Olympique à Albertville en 1992 au dernier relais. Michel Platini, aujourd’hui, est le représentant d’un football européen qui se bat pour la spécificité du sport, qui se bat pour la dimension sociale du football, qui se bat pour réformer un Championnat Européen dont certains voudraient, y compris certains clubs huppés français, faire une Ligue fermée à l’américaine où, comme chacun le sait, il y a un droit d’entrée et jamais de montée ni de relégation. Le parcours de cet athlète professionnel devenu dirigeant est remarquable à ce niveau. Je n’ai pas vu une solidarité affichée chez les tenants du sport humaniste, comme si l’aire sportive d’où venait cet engagement n’était pas la bonne, la seule sur laquelle souffle le bon air, un air respirable. Et pourtant, nous avons bel et bien le leader du football européen défendant une conception sociale d’un sport trop décrié ou adulé !

99Yannick Noah a eu son propre parcours de compétiteur exemplaire avant d’être entraîneur des équipes de France masculine et féminine, chanteur mais aussi partenaire loyal et sincère d’engagements humanitaires.

100Il me semble que si l’on veut vraiment ne pas fonctionner sur le mode « je t’attends, moi non plus », je crois préférable de monter dans le train et de rencontrer les autres, car en les rencontrant c’est le monde en train de changer que l’on côtoie de près. Je ne tire pas forcément la sonnette d’alarme à chaque fois que le paysage a changé parce qu’à la prochaine gare peut-être qu’il y aura des rendez-vous qui seront fructueux. C’est ce que je pense pour le sport universitaire et surtout pour la relation nouvelle à instaurer entre l’Université et les trois acteurs public(s), privé(s) et associatif(s). L’avenir n’est pas un point fixe vers lequel on s’achemine. Il se déplace, tandis qu’on va de l’avant, avec la société et son temps.

Présentation par Michel LENGUIN

101Nous allons maintenant donner la parole à Monsieur François Alaphilippe. Avec lui, nous retournons au cœur de l’Université, mais je rappelerai également qu’il a longtemps officié au sein de la société sportive. Je lui donne immédiatement la parole.

François ALAPHILIPPE,
Professeur à l’Université de Limoges, Ancien Président du CoSMoS, Ancien Secrétaire Général du CNOSF, Ancien Président de la Fédération Française de Cyclisme

102Je suis professeur de droit privé à la Faculté de droit et des sciences économiques de Limoges, dans une université qui me paraît ressembler beaucoup à celle de Pau, et par la taille, et par la pluridisciplinarité.

103Cela ne me donne pas pour autant qualité pour parler au nom de mon université, ni même pour détailler la situation du sport universitaire en Limousin, avec lequel je n’ai, faute de temps, que des contacts bien trop épisodiques. Je ne l’ai pas caché à Robert Denel lorsqu’il m’a convié à vous faire cette petite visite ; mais il a considéré que ça ne me dispenserait pas de vous dire quelques mots au passage : ce que je ferai avec plaisir, mais aussi avec beaucoup de modestie et en comptant sur l’indulgence que me laisse espérer la cordialité de votre accueil.

104C’est que je ne suis pas sûr d’être capable de vous livrer de quoi illustrer de manière pertinente, dans ses multiples dimensions, le thème de réflexion sous lequel est placée cette table ronde : « Sport, Université, Société » ; des espérances déçues, des attentes déçues : contradiction entre le(s) discours et leur(s) mise(s) en pratique(s).

1051. Sur le terrain du sport universitaire proprement dit, mon expérience est courte et les quelques souvenirs qu’elle me laisse – tous de qualité, je vous assure – ne prêtent guère à de longs commentaires, qu’ils soient ceux d’un ancien pratiquant ou, comme on dit, d’un ancien responsable de « composante » d’une université.

106Quand j’étais étudiant – à Limoges, déjà –, où n’existait à l’époque qu’une école de droit rattachée à la Faculté de Poitiers, il m’est arrivé d’être un peu coureur cycliste (beaucoup plus qu’étudiant en droit – pendant, en tout cas, quelques années) et de participer à des championnats universitaires. Dans cette époque lointaine, j’avais ainsi eu l’occasion de mesurer, sans vraiment m’en préoccuper – nouvel aveu –, que les rapports entre le sport civil et le sport universitaire n’étaient pas toujours étroits. Il est vrai que, dans ma discipline surtout, l’activité sportive universitaire n’était pas très dense ; il n’y avait guère que les 3 jours annuellement consacrés aux championnats nationaux : pas vraiment de risques de friction entre les structures du sport dit « civil » et celles du sport universitaire, lesquelles, il faut bien le reconnaître, étaient fort légères et s’activaient surtout du côté des « sports-co » – foot et hand, principalement – ; encore avaient-elles, si je me souviens bien, plus de difficultés pour constituer des équipes que pour construire un calendrier.

107Vous voyez qu’en tant que pratiquant du sport universitaire, mon expérience, en vérité, est bien mince… Jetons un voile pudique sur ce passé glorieux, comme disait l’avocat du sapeur Camembert…

108Quinze ans plus tard, revenu en poste à Limoges, nanti des sacrements universitaires, j’ai vécu, moi aussi, ce qu’évoquait à l’instant le président de l’Université de Pau : la période où se discutait la question du « jeudi après-midi sportif », qui est toujours un tantinet tourmentée quand elle n’est pas totalement ignorée par certains. Comme doyen de ma faculté, j’ai vécu aussi ces conseils d’université où se discutait la question de savoir comment valoriser la participation aux activités du SUAPS : si on allait pouvoir donner une note aux étudiants, intégrer cette note dans leur note d’examen, comment, à quel niveau. J’entends encore un professeur de droit romain, très solennel, faire la déclaration suivante : « Mais enfin, parce que tel étudiant aura “récupéré” quelques points en allant courir le jeudi après-midi au lieu de faire du droit romain, comment pourrait-il mériter son diplôme ? Vous n’y pensez pas ! ». Sur le coup j’avais eu envie de lui répondre : « S’il n’a pas envie d’être professeur de droit romain, autant qu’il fasse un peu de sport, ça lui ouvrira des horizons » ; je me suis borné à dire que les deux exercices n’étaient pas aussi radicalement incompatibles qu’il semblait le penser.

109Voici, d’ailleurs, une anecdote qui date à peu près de la même époque. Notre jeune université avait, depuis quelques années déjà, conclu une convention avec l’Université de Birmingham en vue d’échanges d’étudiants juristes ou économistes. C’était bien avant « Erasmus ». Les jeunes anglais venaient régulièrement ; nous en recevions une promotion tous les ans. Mais c’était une toute autre affaire pour faire bouger les jeunes Limousins. Des années étaient passées sans que nous ne parvenions à remplir notre part du contrat.

110Nous sommes mis d’accord avec le doyen de la Faculté de Birmingham pour proposer aux étudiants un tournois de football. Match aller, à Limoges, c’était facile : nous avions déjà sur place l’équipe d’Angleterre ! Match retour à Birmingham : on a loué un bus avec le SUAPS et une association d’étudiants ; déplacement de l’équipe avec ses supporters : pendant les années qui ont suivi, il y a eu pléthore de candidats pour aller étudier le droit à Birmingham !

111Affaire bien modeste, j’en conviens ; elle montre néanmoins que le monde universitaire aurait bien tort de considérer comme une pièce rapportée la pratique sportive qui peut contribuer à servir ses objectifs mêmes…

1122. … et réciproquement : ce qui m’amène sur un terrain plus vaste, celui des rapports « Sport / Université / Société » à propos duquel je peux trouver quelques expériences un peu moins pauvres et un peu plus récentes. À peine plus, puisque l’histoire commence au lendemain de la loi Mazeaud sur le sport (1975). Rassurez-vous, je ferai court.

113À cette époque, après un parcours extérieur d’une quinzaine d’années consacré aux sacrements universitaires, j’étais revenu en poste à la Faculté de Limoges, où j’avais retrouvé mon collègue et ami Jean-Pierre Karaquillo, « grand footeux devant l’éternel » ; quelques mois plus tard, arrivait à son tour un jeune agrégé de sciences économiques, Wladimir Andreff, également passionné par le sport. Juste ce qu’il fallait pour créer un « Centre de droit et d’économie du sport ». À Nice, Pierre Collomb nous avait devancés de quelques mois, mais sur le seul registre juridique.

114Les collègues plus anciens – heureusement, peu nombreux – auxquels nous avons présenté notre idée l’avaient accueillie avec une sympathie étonnée : « Vous allez faire du droit et de l’économie en survêtement, comme c’est original ! ». Autant dire qu’il a fallu se débrouiller avec les moyens du bord. Depuis, les concurrences sont apparues en nombre, surtout dans la toute dernière période : certaines s’improvisent, d’autres moins ; d’autres, encore, s’affirment, et c’est très bien comme cela. Que les questions de droit et d’économie commencent à pulluler dans le domaine sportif, c’était couru d’avance.

115Je ne peux que reprendre à mon compte ce qu’a dit tout à l’heure Alain Arvin-Bérod : le sport ouvre un champ neuf – et libre – à la réflexion. Il offre aux connaissances et aux imaginations l’occasion de se rendre utiles. Ici, l’Université est en première ligne, car elle est un lieu où l’esprit critique va de pair avec une tradition de liberté (tant mieux, s’il en vient aussi d’ailleurs !).

116En tout cas, c’était notre approche ; une double chance l’a soutenue :

  • la première : bien connaître le mouvement sportif et ses dirigeants, chacun dans notre fédération (ce qui nous a valu très vite de travailler en prise directe avec les institutions sportives, notamment le tout jeune CNOSF présidé par Claude Collard) ;
  • la deuxième : que le champ du droit soit particulièrement nourri en la matière puisque le sport met en présence deux systèmes juridiques : le sien propre, universel, et dont tous les ressortissants sont volontaires ; et celui, national, des États souverains sur leur territoire. On dirait sans doute trop en voulant opposer les deux systèmes l’un à l’autre : ce n’est pas « droit contre droit » ; mais tout de même, s’agissant de définir l’articulation entre eux, l’enjeu politique est fort : c’est celui de l’autonomie du sport. C’est cette autonomie que revendiquait le philosophe Bernard Jeu, lui aussi universitaire et dirigeant sportif ; c’est également vers elle que, pour les mêmes raisons, vont nos sensibilités ; mais l’autonomie ne se proclame pas : elle se gagne ou elle se perd. Aussi, nos positions sont-elles toujours allées dans le sens de ce qui affirmait l’identité du mouvement sportif et l’autorité de ses institutions.

117Pourtant, nous n’avons pas toujours été suivis. Je me souviens qu’au début des années 1980, à l’issue d’une réflexion organisée par le CNOSF et à laquelle avaient participé de nombreux présidents de fédération, nous avions fortement suggéré au mouvement sportif de se préoccuper de ses systèmes disciplinaires qui laissaient beaucoup à désirer (quelle perte d’autorité, pour une fédération, lorsque, même justifiée au fond, une sanction disciplinaire prononcée par elle se trouvait annulée en justice parce que les principes élémentaires de procédure avaient été totalement ignorés !). Personne n’a même essayé de bouger. Conséquence : quelques années plus tard est venu un décret imposant à tous un règlement-type pour pallier des faiblesses auxquelles personne n’avait voulu remédier.

118Petite déception encore, plus récemment, à la suite des États généraux du sport (2001), où les représentants du mouvement sportif avaient réussi à convaincre de l’intérêt – qui n’était que bon sens – de remplacer par un minimum de dispositions obligatoires les statuts-type imposés depuis 1984 aux fédérations sollicitant un agrément de l’État : symbolique retour vers un peu plus de liberté d’organisation. Il faut croire que le collier de la tutelle administrative marquait vraiment les échines ; car, au lendemain de la loi qui l’avait « enregistré », le nouveau principe provoqua quelques vertiges : au point que le décret relatif à l’agrément des fédérations dut s’accompagner, en annexe, d’un modèle complet de statuts dont seuls certains articles étaient obligatoires.

119Comme quoi, passés les discours où chacun affirme hautement ses prétentions sur la « gouvernance du sport », l’esprit d’autonomie révèle vite ses limites dans la pratique.

120« Plus diseux que faiseux » dit-on dans la lointaine province…

121Quelques mots encore sur des expériences vécues, cette fois en tant que dirigeant. Je voudrais, en effet, évoquer trois dossiers juridiques plutôt complexes, trois défis qui m’ont personnellement bien occupé ces dernières années :

  • d’abord, le montage de la conciliation, au retour des JO de Barcelone, et pour lequel j’ai dû très tôt « passer la main », ne pouvant cumuler l’activité de conciliateur avec le secrétariat général du CNOSF – séparation des pouvoirs oblige – ; depuis, ce mécanisme, qui avait eu quelque peine à se faire accepter, a bien trouvé sa place, au point qu’il est question très sérieusement de le compléter par un système d’arbitrage (le conciliateur ne fait que proposer une solution au litige ; l’arbitre tranche). La réussite, ici, est due à la grande qualité des conciliateurs (avocats, magistrats et juges administratifs et universitaires : tous professionnels du droit intervenant à titre bénévole) ;
  • ensuite, la reconstruction intégrale d’une fédération, que des difficultés internes avaient pratiquement conduite à l’anéantissement. En deux années, de 1998 à 2000, la reconstruction institutionnelle a été achevée grâce au soutien actif de l’ensemble du mouvement sportif et à la participation obtenue du ministère chargé des sports sur le fondement d’une convention conclue avec le CNOSF. Depuis, cette fédération a connu une progression régulière à tous égards.

122La seule ombre au tableau vient de ce que le CNOSF s’est ensuite laissé convaincre par l’autorité de tutelle d’utiliser le même dispositif technique à l’encontre d’une autre fédération, dans le but évident de réduire à merci son équipe dirigeante. La démarche, certes, n’était pas dénuée d’arguments juridiques : la suite a heureusement démontré son insignifiance…

123- Dernier dossier que j’évoquerai en quelques mots – Alain Arvin-Bérod y a fait une perfide allusion –, celui de la convention collective nationale du sport. Ce dossier a duré plus de 10 ans – je veux dire pour parvenir à la signature par l’ensemble des partenaires sociaux (côté salariés : CFDT, CFTC, CGC, CGT, CGT-FO, CNES, FNASS, UNSA ; côté employeurs : CNEA et CoSMoS), et à l’extension par le ministère chargé du travail ; et – je l’espère – il est loin d’être clos. Mais nous nous y étions pris bien tard, faute, pour les dirigeants du sport français, d’avoir fait preuve de la conviction suffisante pour lancer les opérations au début des années 1990 ; du coup, il aura fallu 3 ans pour négocier le champ de la CCNS, c’est-à-dire tailler une place identifiée pour le secteur du sport (et le résultat n’est pas parfait : il a fallu négocier !). Certains, ici, qui sont allés au feu dès la première heure – n’est-ce pas Robert ? – s’en souviennent certainement.

124Avec ces quelques exemples rapidement évoqués, nous sommes bien dans la société et dans la place qu’y occupe le sport. Ne croyez pas que nous sommes si éloignés de l’Université : bien au contraire.

125Sur l’ensemble de ces dossiers – le troisième surtout –, nous n’aurions pas progressé sans la détermination de l’équipe que nous formions, diverse mais très soudée : j’en garde des souvenirs très forts. Mais ce qui nous a aidés aussi à faire passer le message auprès des fédérations qui n’étaient pas prêtes à « sauter dans la charrette de la négociation collective », c’est le fait qu’un certain nombre de jeunes juristes du sport se trouvaient un peu partout, dans les fédérations ou ailleurs, et qu’ils ont pu faire passer un langage commun sur le sujet et contribuer à éveiller les esprits. Il se trouve que, parmi eux, figuraient d’anciens étudiants de ma faculté. Nous ne défendions pas tous les mêmes intérêts ; je dirai même que certains nous en ont fait voir…

126Leur rendre hommage ici, en passant, et à tous, c’est quelque part rendre hommage à ce que l’Université peut apporter au sport – en tout cas sur un terrain que je connais un peu.

127Merci d’avoir été aussi patients…

Présentation par Michel LENGUIN

128Poursuivons notre tour de table. Jusqu’à présent, nous avons entendu le point de vue des hauts responsables de l’Université. Il importe maintenant d’entendre aussi les étudiants et les associations étudiantes. Je donne la parole à Monsieur Szeftel, qui représente l’UNEF.

Intervention de Gabriel SZEFTEL,
Représentant de l’UNEF, Élu au CNESER

129Ces dernières années, l’UNEF était peu portée sur les questions du sport universitaire et de la filière STAPS, et c’est notamment au travers des problèmes qu’a connus cette filière avec la question de la baisse des postes aux concours, la question du passage au LMD qui s’est traduit dans de nombreuses universités par la non reconnaissance au niveau MASTER de la filière STAPS, que nous avons réintroduit un travail sur ces questions-là.

130Pour les perspectives, nous avons rencontré très récemment Madame Bachelot, ministre de la Santé, de la jeunesse et des sports, pour discuter de la question du sport universitaire, des installations, des équipements ; ce qui n’a malheureusement pas eu une très grande portée.

131Dans mon propos, je souhaite d’abord vous donner quelques éléments sur la place du sport à l’université, et de son importance vis-à-vis de la société toute entière ; ensuite, essayer de dresser les problèmes rencontrés aujourd’hui, qui sont liés, à mon sens, à un manque de reconnaissance de la pratique sportive à l’université, qui nécessite à la fois un changement profond des mentalités, une révolution des moyens consacrés à la pratique sportive et une collaboration des différentes structures.

132Pour les étudiants, le sport universitaire a l’avantage de porter des valeurs qui s’éloignent et qui le différencient du sport business, tel qu’on peut appréhender ce dernier d’une façon générale et par l’actualité des médias, c’est-à-dire des valeurs d’humanisme et de respect. Bien entendu, des valeurs que porte le sport universitaire et de la place de celui-ci dépend évidemment son rayonnement dans le sport en général. Nous sommes favorables à un développement du sport universitaire, pour que les valeurs qu’il porte puissent irriguer l’ensemble de la société.

133Le sport universitaire a également une vocation propre auprès des étudiants. C’est la formation qualifiante, pour les étudiants en STAPS, c’est une pratique de loisirs récréative, mais c’est aussi la dimension santé qui nous intéresse ; une dimension également peu connue et difficilement quantifiable de réussite aux études. En effet, il faut se poser la question de savoir si les étudiants qui ont une pratique sportive connaissent des taux de réussite plus élevés aux examens que les autres étudiants.

134La vocation du sport universitaire, c’est évidemment d’irriguer le reste de la société de ses valeurs et créer aussi une dynamique puisque si l’on parle d’un nouvel élan pour la pratique sportive universitaire, cela peut aussi susciter une dynamique locale dans des villes universitaires où il existe une forte pratique sportive, qui va entraîner les jeunes, les étudiants, l’ensemble de la population dans une pratique sportive et des valeurs d’humanisme et de solidarité.

135Comment donner un nouvel élan à la pratique sportive universitaire ? Cela passe évidemment par une reconnaissance accrue du sport universitaire, un changement des mentalités et un accroissement des moyens, avec notamment la question des SUAPS qui sont, à mon sens, au cœur d’un nouvel élan que l’on pourrait donner à la pratique sportive.

136Le changement des mentalités à l’université vis-à-vis de la pratique sportive, c’est déjà la place matérielle, visible, des équipements sportifs sur un campus. Selon qu’il y a plus ou moins d’installations sportives sur un campus, la mentalité enseignante, étudiante, de la direction des universités est différente vis-à-vis du sport. Je viens de l’Université Paris X Nanterre où il existe des équipements sportifs assez développés et cela participe évidemment au changement des mentalités pour être plus favorable vis-à-vis du sport.

137Changer les mentalités, c’est aussi changer les discours, que ce soit du côté des étudiants, du côté des enseignants ou des équipes de direction de l’université. On peut penser, on peut réfléchir, être très brillant, porter l’excellence, avec sa tête et sans ses jambes. C’est un discours que l’on entend assez régulièrement, d’où les moyens concentrés sur les laboratoires de recherche, sur les questions pédagogiques… Et la pratique sportive est évidemment délaissée. Il est difficile de combattre ces discours. C’est donc un changement de mentalité à opérer et faire passer l’idée que la pratique sportive est aussi un facteur de réussite aux études pour les étudiants. C’est aussi l’émancipation personnelle des étudiants dans la pratique sportive qui doit être considérée.

138Ce changement des mentalités doit s’opérer aussi au niveau du débat universitaire. Où débat-on, à l’université, de la politique sportive de l’Université ? Les conseils de SUAPS définissent la politique sportive du SUAPS, qui passe ensuite en conseil d’administration où c’est généralement un point qui ne fait pas vraiment débat et où est ratifié globalement ce que dit le conseil du SUAPS. Il n’y a donc pas de débat véritable, d’enjeux posés, de perspectives données.

139Un changement des mentalités, c’est donc aussi déplacer le débat sur la politique sportive de l’Université. Bien sûr, le conseil du SUAPS a son rôle à jouer dans des débats préliminaires et pour définir une stratégie, mais au sein des conseils d’administration qui sont amenés à être l’exécutif propre et restreint de l’Université, il est nécessaire qu’il y ait une véritable discussion sur le bilan, les enjeux et les perspectives à donner à la politique sportive, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Au sein de ces conseils d’administration, figurent des personnalités extérieures, comme des représentants des activités économiques et sociales, des collectivités territoriales… Donc, là aussi, si on pose des enjeux et des débats dans ces conseils d’administration, cela permet de mieux les associer à la politique universitaire et de rechercher des financements.

140C’est aussi une discussion au niveau du contrat quadriennal de l’Université. Le financement des universités, jusqu’à aujourd’hui, c’était principalement la dotation globale de fonctionnement délivrée par le ministère et, de façon minoritaire, le contrat quadriennal qui est signé tous les quatre ans entre l’Université et l’État sur des projets bien spécifiques. Demain, avec l’adoption de la nouvelle loi, c’est ce contrat quadriennal qui va représenter l’essentiel des financements de l’État pour les universités et il faut évidemment qu’au niveau de ce contrat quadriennal soient discutés et fixés des objectifs de la politique sportive de l’Université.

141Changer les mentalités, c’est aussi généraliser et rendre obligatoire des unités d’enseignement de pratique sportive. Sur les 85 universités, les situations sont très diverses entre certaines qui ont généralisé l’unité d’enseignement obligatoire de la pratique sportive, et d’autres qui l’ont intégrée de façon optionnelle. Nous sommes bien entendu favorables à une généralisation et au caractère obligatoire de ces unités d’enseignement de la pratique sportive. Qui dit unités d’enseignement obligatoires de la pratique sportive dit évidemment changement des mentalités et reconnaissance de la pratique sportive à l’université. Le souci, c’est que, évidemment, pour mettre en place ces unités d’enseignement pour l’ensemble des étudiants d’université, il faut des installations sportives et des personnels qui puissent répondre à cette demande en augmentation. C’est ce qui m’amène à poser la question bien entendu des moyens consacrés aujourd’hui à la politique et à la pratique sportive des universités.

142Dans la nouvelle loi qui vient d’être adoptée, y a-t-il des perspectives de changement pour la question de la pratique sportive, son développement, son financement ? Malheureusement, je ne pense pas et on va même reculer. Aujourd’hui, un peu moins de 20 % des étudiants ont une pratique sportive à l’université, contre une estimation de 70 % d’étudiants qui souhaiteraient avoir une pratique sportive régulière.

143Dans les 20 % d’étudiants qui ont une pratique sportive, la très grande majorité est composée d’étudiants en STAPS qui ont donc une pratique sportive de formation qualifiante.

144La situation en termes de financements et de moyens aujourd’hui, pour les SUAPS, c’est un peu moins de 60 millions d’euros, dont deux tiers sont consacrés à la masse salariale et un tiers au fonctionnement et à l’équipement sportif. Le constat est simple : une insuffisance évidemment des moyens consacrés aux installations sportives, et une insuffisance des personnels qui sont des personnels encadrants des activités sportives – des titulaires professeurs d’EPS et beaucoup de vacataires. S’ajoute à cela la situation sociale des étudiants qui empêche le développement d’une pratique sportive : bon nombre d’étudiants sont aussi salariés pour subvenir à leurs besoins, donc ce ne sont pas les étudiants qui abandonnent le sport pour se consacrer aux études, mais ce sont souvent des étudiants qui sacrifient le sport à l’université pour la nécessité d’un job, et parfois des étudiants qui abandonnent les études parce qu’ils n’ont pas les moyens de les suivre. Donc, évidemment, dans cette situation sociale, la pratique sportive qui n’est pas valorisée perd de son importance et les étudiants vont l’abandonner parce qu’elle ne correspond pas non plus aux emplois du temps. C’est aussi le problème de la diversité de la pratique sportive : elle peut être soit une pratique des étudiants en STAPS, soit une formation qualifiante, mais également une pratique récréative, une pratique personnelle et, souvent, pour les SUAPS qui peinent à organiser l’activité sportive, c’est aussi la difficulté de répondre à l’ensemble de ces pratiques et de leurs attentes respectives. On ne répond effectivement pas de la même façon à des étudiants en STAPS qu’à des étudiants qui vivent une pratique récréative.

145Quelques pistes de réflexion en termes de changement pour les années à venir.

146La place du contrat quadriennal, qui sera demain la principale source de financement des universités. Les enjeux et la politique sportive doivent être discutés dans ce contrat quadriennal. Malheureusement, dans un article de la nouvelle loi qui vient d’être adoptée, il est mentionné que ce contrat sert au financement des activités de « formation et de documentation ». Cela reprend les formules juridiques traditionnelles qui existaient auparavant.

147Nous avons eu une bataille des amendements avant la présentation du texte à l’assemblée pour faire rajouter au contrat quadriennal le financement de la pratique sportive et des SUAPS. Cela n’a pas été retenu ; pourtant, c’est bien là que se joue l’enjeu du financement des SUAPS. Nous sommes favorables à un objectif de 1,5 % du budget de l’université qui soit consacré à la pratique sportive. Si on n’encadre pas et s’il n’y a pas une contrainte, d’expérience je ne mise pas sur les individus qui, naturellement, dans les universités et les directions universitaires, vont se diriger vers un financement accru de la pratique sportive. Aujourd’hui, c’est seulement 0,3 % à 0,7 % du budget des universités qui sont consacrés au SUAPS et à la pratique sportive.

148Ce qui peut faire débat entre l’UNEF et certains de ses partenaires syndicaux sur le sport et les STAPS, c’est la question de l’instauration d’un droit de sport, au même titre que le droit de bibliothèque universitaire ou le droit consacré au FSDIE (Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes) qui finance les projets culturels des associations étudiantes. Nous n’y sommes pas favorables puisque ce serait déléguer au portefeuille étudiant le financement de cette pratique sportive. Nous voulons réaffirmer plutôt la responsabilité de l’Université, comme opérateur public de l’État, dans le financement de cette pratique sportive, via les contrats quadriennaux. C’est de la responsabilité de l’État que de financer le développement du sport universitaire.

149En matière de vie étudiante, il existe un outil qu’est le Contrat Plan État Région, signé entre les Régions et l’État. Il finance aujourd’hui, notamment pour ce qui est de la vie étudiante, une partie du logement étudiant, mais également bon nombre de bourses pour les étudiants dans les filières paramédicales. Donc, dans ce CPER, beaucoup d’argent est consacré à la vie étudiante. Nous souhaitons, dans nos discussions avec les Universités et aussi les Régions, avoir une action pour accroître le financement d’installations sportives universitaires. C’est un instrument de financement des équipements sportifs intéressants de passer par ces CPER pour financer et mettre des collectivités territoriales à contribution dans le financement de ces équipements sportifs et le développement de la pratique sportive.

150Les valeurs qui animent le sport universitaire ont vocation à irriguer l’ensemble de la société et de la pratique sportive en général. Pour cela, il faut donner un nouvel élan à cette pratique sportive. Pour nous, UNEF, au-delà d’autres acteurs qui sont en présence, c’est le rôle des SUAPS au sein de l’université qui doit être déterminant sur deux éléments. C’est la question du financement mais également la question de la volonté politique. Ce sont ces deux éléments-là qui sont et seront déterminants pour lancer une politique volontariste en matière de pratique sportive.

Présentation par Michel LENGUIN

151Roger Bambuck remplit toutes les conditions requises pour pouvoir s’exprimer : ancien athlète de très haut niveau et co-recordman du monde dans la discipline reine de l’athlétisme – le 100 mètres – il fut également directeur des sports à Épinay-sur-Seine, ministre de la Jeunesse et des Sports et aujourd’hui inspecteur général de l’Éducation nationale après avoir dirigé un important GDR Sport au CNRS.

Roger BAMBUCK,
Ancien athlète de très haut niveau, Ancien Directeur des Sports, Ancien
Ministre de la Jeunesse et des sports

152Effectivement, j’ai créé au sein du CNRS un Groupement Coordonné de Recherche sur le Sport avec de nombreux chercheurs du CNRS, et c’était la première fois que le CNRS s’intéressait dans son ensemble à cette question du sport, avec un large éventail de disciplines, et en tant qu’objet et comme moyen de recherche. La mobilisation a été très active et cela a fort bien fonctionné.

153Je ne suis pas universitaire, je n’ai jamais fréquenté les clubs universitaires. Je ne suis donc pas forcément très compétent, mais Monsieur Hervier a fait jaillir quelques éléments de ma mémoire. C’est vrai qu’au moment où l’on présentait les maquettes de diplômes, il y avait de la place pour y inclure du sport sans pour autant perdre toute l’identité de l’Université ou dénaturer des formations et des diplômes universitaires.

154Je voudrais simplement dire à Monsieur Alaphilippe que l’on peut être aussi professeur de droit romain et sportif, voire même sportif de haut niveau. Je pense qu’il ne me démentira pas sur ce point.

155Après ce que j’ai entendu dans cette Université Sportive d’Été, je pourrais vous dire : « rien de nouveau » depuis que je participe à des débats sur le sport, mais j’ai envie de vous mettre en difficulté, non pas sur le plan extérieur, mais par rapport à l’extérieur.

156Vous avez parfaitement raison, Monsieur Hervier, dans ce que vous avez dit tout à l’heure, relativement à l’intérieur, au « monde » universitaire, et c’est une tâche dans laquelle je vous encourage d’aller. Mais à l’extérieur, les gens ne nous voient pas du tout comme cela et si nous voulons changer quelque chose dans la perception du sport à l’université, il faut valoriser ce sport.

157Tant que l’on reconnaîtra la réussite d’un individu essentiellement à ses diplômes, sur sa seule capacité à engranger des connaissances pour éventuellement les transformer en savoir, et que l’on ne mettra pas à l’intérieur un peu d’ouverture dans la reconnaissance, un élément de curriculum vitae sportif comme cela se fait ailleurs, nous parlerons toujours dans le vide.

158Or, tous les pays avec lesquels nous sommes en concurrence reconnaissent cette dimension. Si la France ne le fait pas, nous ne nous trouverons jamais au niveau des autres nations. Nous aurons peine à les convaincre et à jouer avec eu le jeu de la concurrence.

159Faire du sport à l’université va multiplier par dix les investissements. Beaucoup de présidents d’université, qui avaient la chance d’avoir un foncier important et qui ont voulu installer des équipements sportifs sur leur campus universitaire, se sont vus opposer le fait que l’Université allait faire de la concurrence déloyale à tous les clubs sportifs, à toutes les entreprises commerciales du style « gymnase club » qui voient un marché captif leur échapper. En effet, ces entreprises proposent ou affichent leurs produits dans un campus universitaire et font énormément d’affaires. Si l’habitude est constituée d’aller dans les gymnases clubs, l’ex-étudiant continue à les fréquenter quand il n’est plus étudiant. Ce sera plus net encore pour les ex-étudiantes.

160Vous avez parlé également d’humanisme, mais les gens se moquent totalement de l’humanisme qui pourrait exister à l’intérieur du sport…

161J’ai été attentif au propos de Monsieur Uhaldeborde, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. On pourrait effectivement se dire que la situation locale est différente selon que l’on considère une grande université multiséculaire, une université forte de son prestige historique d’une part, et d’autre part une université nouvelle comme celle de Pau, qui taille sa place, implantée de surcroît sur des territoires qui sentent bon le terroir, la convivialité, la bonne chère, le rugby et la danse… Il a bien insisté sur « les conflits de personnes », qui contredisent les enjeux affichés dans les discours. C’est dire la généralité de la question à laquelle il faut apporter une solution durable.

162Personnellement, je vais m’arrêter simplement à la dimension éducative du sport. Le CNOSF évoque souvent cette dimension éducative du sport, et je m’en réjouis beaucoup parce que, qui dit éducation, dit aussi métissage, dit aussi qu’il faut que l’on comprenne qu’il y a de la triche, qu’il y a une volonté de jouer avec les règles, alors que l’ensemble du mouvement sportif est inscrit dans une sorte de recherche de pureté qui fait que si vous osez dire que vous allez contourner la règle, que vous allez amener un élément nouveau, qui va perturber. Alors, on vous dit non, selon un esprit de pureté tel que prôné par Nelson Paillou.

163Éducation dit métissage. C’est quoi, le métissage ? Ce n’est pas la perte de son identité comme on l’entend régulièrement. C’est au contraire confirmer que nous avons tous une part de chacun en nous, une part de différence en nous. Je reprends votre exemple sur le tango, un pas en avant, deux pas en arrière. C’est quoi le tango ? C’est danser, prendre de la joie et du plaisir, mais en même temps, c’est avoir de la tristesse en soi. Le tango, c’est danser, faire des choses apparemment futiles mais avec une difficulté, en prenant en compte l’âme et non pas en regardant simplement une gestuelle physique.

164La première chose que je voudrais vous dire, c’est qu’il faut sortir de cette pureté, admettre que le sport est complexe, sortir aussi de cette sorte de magie que l’on donne au sport. On l’a entendu au xixe siècle, au xxe et on l’entend encore au xxie siècle : « Vous avez un enfant turbulent, faites-lui faire du sport » ; cela n’a aucun sens, aucune signification. J’enrage quand j’entends les médias nous parler des « valeurs qui sont dans le sport », comme si elles ne se trouvaient pas ailleurs. Ensuite, on donne le sentiment que le sport crée aussi des valeurs. Le sport ne crée aucune valeur. Les valeurs sont dans la société, mais l’avantage du sport, c’est qu’il est inscrit dans une démarche éducative. On fait l’apprentissage des valeurs, on apprend à leur donner du sens, à leur donner une finalité. Monsieur Laporte sera un très bon ministre des sports, probablement, s’il comprend que le sport est éducatif, s’il comprend que le professionnalisme n’est pas à rejeter parce qu’il est hors de la sphère de pureté, mais que l’on doit en tenir compte. En le faisant, on défriche des terrains pour l’emploi, pour la connaissance du sport, pour la dimension sociale du sport.

165Il ne s’agit pas de conclure, comme trop souvent les dirigeants sportifs le font, en disant : « Vous ne nous aimez pas. » Lors d’un match de football à Épinay-sur-Seine, suite à un incident dans les vestiaires du club, l’adjoint au maire responsable des sports s’était déplacé et avait dit aux dirigeants qu’il ne voulait pas de bagarres à l’occasion des matchs de football. Vous croyez que les dirigeants se seraient appuyés sur cette prise de position forte ? Non, au contraire, et ils ont dit que l’adjoint au maire ne connaissait rien au football, qu’il ne les aimait pas et qu’il souhaitait supprimer la section football.

166Pour revenir au sport universitaire et au sport à l’université, il s’agit du deuxième point sur lequel je souhaite insister, c’est vraiment une gageure. Étant donné que le sport a des aspects différents, la stratégie de l’évitement est ce que l’on nous oppose à chaque fois que l’on ne veut pas faire. Quand vous faites une proposition à l’Université, elle vous dit qu’elle ne s’occupe pas du sport de haut niveau et de la reconversion des sportifs de haut niveau. Comme s’il y avait tellement de sportifs de haut niveau qui venaient à l’université ! Si vous parlez de santé, elle vous dit que les étudiants n’ont pas suffisamment de temps pour étudier, qu’il ne faut pas leur proposer autre chose. À chaque fois, elle a une stratégie d’évitement. Si vous voulez réussir, il est impératif, comme l’a dit Monsieur Hervier, d’avoir vraiment une prise de position politique hiérarchique. Le président d’université, avec son conseil d’administration restreint, doit donner cette place au sport. Voilà ce que le sport doit apporter à son université, à ses étudiants, etc. À ce moment-là, on peut commencer à travailler et donner au SUAPS, qui lui aussi a un rôle, un positionnement clair et précis. La difficulté du SUAPS est qu’il n’est pas positionné du tout. De la même manière – et Monsieur Hervier a totalement raison – on ne peut pas mettre sur les épaules des SUAPS toute l’offre de pratique de sport qui sera nécessaire pour satisfaire aux attentes des étudiants, donc il faut faire appel aux clubs universitaires ou à l’extérieur. Et ainsi on crée des emplois qui sont plus structurés. Et on reste dans le domaine du service public si l’Université maintient son droit de regard sur ce qui est proposé à ses étudiants.

167Troisième point, la recherche. En ce qui concerne la partie recherche et connaissance du sport, je trouve que le sport est une bonne entrée en matière pour toutes les disciplines scientifiques et universitaires. Lors des différents colloques que nous avons organisés au CNRS, nous voulions montrer cela, pour apprendre à connaître le sport, tester les matériaux, entrer dans l’inconnu – le sport propose des situations totalement inédites, y compris pour le droit. Le droit du sport, on le voit se construire. Et je me tourne à nouveau vers Monsieur Alaphilippe. Il faut que l’Université s’approprie ce sport, non pas comme elle le fait maintenant, comme un élément de futilité, un domaine très secondaire, mais en élément premier qui lui permettra de rentrer dans tous les champs de compétences qui sont les siens.

168Voilà les quelques aspects sur lesquels je souhaitais insister dans le cadre de cette table ronde. Je parlais de magie tout à l’heure. Il faut se garder de ce côté opérationnel que l’on veut donner au sport pour promouvoir l’Université. Il ne suffit pas de produire de l’offre, il faut expliquer, montrer, en disant : « Vous êtes dans un monde différent, ici, à l’Université, mais vous êtes aussi dans la globalité du monde. » Il faut avoir une attitude faite de complémentarité. Par exemple, « que peut amener le sport en plus, de complémentaire, sans pour autant faire perdre à l’Université son identité ? ».

169Regardez notre système scolaire ; des politiques se développent d’une manière extraordinaire autour de la lutte contre l’obésité, contre les mauvaises habitudes alimentaires, par exemple. Et, comme par hasard, l’éducation physique n’est pas à la tête de cette lutte. Tout est dans « l’intellect ». Mais que signifie ce découpage arbitraire ? Or, l’éducation physique est d’une importance majeure, à cet égard. Et par rapport à ce que l’éducation physique peut faire, le sport n’y est pas préparé, parce que l’enfant obèse ne prendra jamais une licence dans un club. Mais là encore, nous devons jouer sur la complémentarité et non sur les oppositions. Car de bonnes habitudes contractées en faveur d’une activité sportive régulière à l’école, au lycée, à l’université, sont un passeport de meilleure santé pour sa propre vie d’adulte.

170L’intervention de Monsieur Arvin-Berod sur le contrat social m’a plu, parce que, avant d’élaborer un contrat, on a besoin de se parler et de se dire les choses. La durée de vie de ce contrat est très longue si on se parle réellement et franchement. On fait quelque chose ensemble pour que le potentiel de l’un et celui de l’autre puissent participer à quelque chose de différent que la simple addition. Vous serez au cœur de la discussion parce que le Mouvement Olympique ne conçoit un contrat que s’il se fait autour de sa propre vision, et de la société, et du sport. Il bouge doucement. Le Mouvement Olympique, vis-à-vis du professionnalisme, a fait un pas de géant à un moment donné, mais à l’opposé il n’a pas valorisé suffisamment la partie désintéressée de la pratique sportive, laissant à penser que seule la pratique professionnelle peut donner accès au sport de haut niveau.

Débat

Michel LENGUIN

171Je tiens à remercier l’ensemble des personnalités, en tribune, qui ont permis de clarifier des questions d’actualité essentielles, en pointant les décalages, les contradictions qui apparaissent entre les discours et leur mise en pratique. Chacun a porté un regard lucide, sans la moindre autosatisfaction, et indiqué des orientations à envisager, des défis à relever. Merci à tous. Je vous propose maintenant d’engager le débat.

Jean-Michel UHALDEBORDE

172Pour rassurer Monsieur Bambuck, je crois que le monde universitaire a quand même bougé, avec, là aussi, une image dans la société, qui n’a pas toujours été brillante : le développement des STAPS dans un certain nombre d’IUT, autour du sport. Partant de là, comme il y a des enseignants chercheurs, il y a donc aussi de la recherche. Mes collègues de Tarbes ont monté le laboratoire d’analyse de la performance sportive qui permet d’ailleurs de faire un lien entre l’Université et la Société puisqu’ils travaillent bien évidemment avec les clubs sportifs. Je crois que c’est une entrée intéressante sur la relation Université / Société par le biais du Sport.

173Deuxièmement, je prends la question du sport comme la question de la culture, sur le même registre. Au fond, je suis pour « l’Univercité » et tout ce que l’on essaie de faire, c’est bien sûr en relation, en symbiose, en synergie avec la Cité.

174Dans l’Université de Pau, il n’y a pas de barrières, mais un vrai mur invisible. C’est aussi par le biais du sport et de la culture que l’on peut introduire ces éléments de porosité, de transfert, de voyage.

175Troisièmement, je crois que c’est effectivement au président de porter, de donner le tempo et de s’impliquer véritablement. Il trouvera ensuite les relais. Chaque année, j’impose que ce soit le service de médecine préventive, le service culture, le service du sport qui, par ailleurs, dans l’établissement, sont parfois conçus comme les « danseuses » du président, parce qu’ils ne sont pas au cœur de métiers, là où il faudrait mettre tous les moyens, que le Conseil d’Administration écoute et débatte.

176Désormais, ce seront les équipes qui auront véritablement des politiques à définir et le moment de vérité sera sans doute là.

Simone FEDEE

177Je suis directrice du SUAPS aux Antilles-Guyane et je voudrais surtout m’adresser à André Hervier.

178Vous avez dit que la politique sportive doit être impulsée par les présidents ; par contre, vous vous êtes étonné de voir que la base était offusquée de ne pas avoir été consultée. Donc, je voudrais connaître votre propre positionnement par rapport à cette attitude, surtout quand on parle de contrat social, de concertation, de communication. Si cette politique est impulsée par les présidents, au niveau de la CPU, avez-vous quelquefois évoqué la place du sport à l’université ? Quelle place celle-ci occupe-t-elle dans vos regroupements fréquents pour impulser cette politique qui doit partir d’en haut ?

179J’ai senti qu’au niveau de l’Université, depuis des années que je la côtoie, l’on travaille toujours dans une mono discipline, on évite d’ailleurs la transversalité, alors qu’au niveau du sport, cela ne nous pose aucun problème. On peut travailler en économie du sport, on peut travailler sur les associations type loi 1901 avec les collègues de droit, on peut travailler sur la dynamique de groupe avec des enseignants des sciences de l’éducation, etc.

180Le facteur intégration avec la mobilité des étudiants, et bien sûr les étudiants étrangers, c’est vraiment au sein du sport qu’on la trouve. Donc, il faut voir le Sport comme une complémentarité au sein de cette Université, et pas du tout comme une suprématie d’une discipline par rapport à l’autre. Évitons de retomber encore, comme dans le primaire et le secondaire, sur l’appréciation catégorielle des matières. Il faut arrêter de penser qu’il existe à l’université des disciplines majeures et des disciplines mineures.

181Si l’on pouvait réellement travailler sur cette « passerelle » et cette « complémentarité », qui reviennent souvent dans nos échanges, cela nous aiderait beaucoup.

André HERVIER

182Mon idée est que les présidents doivent impulser et porter une politique sportive. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils doivent être des dictateurs. Ils ont des conseils qui n’abordent pas ou peu, en tout cas dans mon université, les questions de politique sportive. Évidemment, cela vient du fait qu’en deçà, dans le monde universitaire, c’est-à-dire les enseignants-chercheurs, les enseignants et les étudiants eux-mêmes ne portent pas ces questions et ne les font pas remonter.

183Mon idée, ce n’est pas du tout que la politique doit être définie par le président. Elle doit être impulsée et portée par le président, parce que c’est lui l’instance politique, qui est visible par rapport à l’extérieur et c’est lui qui est comptable de la politique qu’il a définie et assignée à l’établissement.

184Ce que je crois observer, mais ce n’est pas seulement vrai pour le sport, c’est que ce n’est pas aux unités de définir elles-mêmes leur propre politique mais s’il y a un établissement, c’est évidemment l’établissement qui, en dernière instance, arrête, définit, porte et assume la responsabilité de la politique.

185Quand j’étais au CA et au CEVU, il n’y avait pas une seule question d’étudiant sur le sport, ce qui me confond énormément quand on sait que l’Université Paris 1 regroupe 42 000 étudiants.

Jean-Michel MARTIN

186Un auteur comme Bernard Jeu, que tout le monde connaît, écrit bien que l’histoire nous montre que les sports ont existé, et sont devenus les jeux du cirque. Qu’est-ce qui leur a succédé ? C’est essentiellement la prédominance du dogme, puisque la religion derrière a, d’une certaine manière, occulté les pratiques corporelles.

187Aujourd’hui, on constate que nous avons un sport qui, petit à petit, prend le même chemin puisque les jeux du cirque sont déjà en place, sont déjà presque une réalité et, partout dans le monde, on se rend compte que le dogme prend de la place de manière significative. On peut faire également une lecture un peu différente de Bernard Jeu quand il rappelle que le sport est un outil de socialisation, mais de socialisation dans un sens où la démocratie fonctionne dans notre société aujourd’hui ; peut-on défendre ces valeurs ? Je parle ici de valeurs qui ne sont pas celles du sport en tant que tel, mais il n’empêche que l’Université est quand même aujourd’hui un des lieux de défense de l’humanisme, et quand je dis humanisme, c’est la démocratie.

188Il me semble que la lecture citoyenne de Bernard Jeu permet quand même d’agir en tant que citoyen qui conduit le train, et qui ne monte pas seulement dans le train.

André HERVIER

189Heureusement que la lecture de Bernard Jeu reste ouverte, depuis qu’il nous a légué tout ce patrimoine que constituent ses excellents ouvrages. Pour ma part, je n’ai pas une vision fataliste de l’évolution du sport à partir de ce qu’il en dit.

190Par rapport à l’échange de ce matin, l’intérêt de l’association est effectivement la prise en charge par les citoyens eux-mêmes, qui légitiment leur action, et dans la mesure où ils respectent les règles de la démocratie, les modes électifs, ils ont un apport citoyen au fonctionnement républicain d’une société.

191Mais il n’y a pas que là qu’on peut observer ces aspects. Il existe des associations qui n’ont pas de finalité de compétition mais qui ont aussi les mêmes modes électifs. Le sport appartient aux sportifs, oui, mais quand je prends comme exemple les handicapés, il est évident que s’ils ne s’étaient pas organisés eux-mêmes, ce n’est pas le mouvement sportif qui l’aurait fait. C’est pour cela que je dis qu’il faut revenir à l’initiative individuelle, aux principes républicains, mais qu’il faut faire aussi confiance. Parce que si l’on avait attendu que le mouvement olympique ou le mouvement sportif reconnaisse les handicapés dans leur pratique, je ne pense pas que l’on aurait aujourd’hui des Jeux Paralympiques. C’est une création continue, comme disait Bernard Jeu. Je suis partant, pour regarder ce qui est en train de se créer aujourd’hui et il n’est pas question de le regarder à travers une seule grille de lecture puisque ce qui est nouveau, en toute logique, je ne sais pas comment le juger. J’ai beaucoup aimé ce qu’a dit le ministre Roger Bambuck : « Le sport, c’est aussi un voyage vers l’inconnu. » Il n’y a pas que de l’inconnu, mais il faut accepter de rencontrer l’inconnu et les autres notamment, qui sont aussi une part de notre inconnu parfois.

Michel LENGUIN

192De nombreuses associations prennent tout de même des initiatives, créent, innovent… Elles ne restent pas statiques et ne font pas que gérer la compétition du sport. On connaît des associations sportives qui prennent même des initiatives en dehors du sport. De ce fait, il me paraît difficile d’enfermer les acteurs du sport et les associations dans une sorte de prisme réducteur.

Intervention

193Comme Jean-Michel Martin, j’ai constaté qu’il y avait un espace entre le sport à l’intérieur de l’Université et les personnalités extérieures qui voyaient le sport à partir du monde sportif. Par contre, pour ma part, je vois beaucoup de liens sur la méthode. André Hervier a exposé un grand projet. Les directeurs de SUAPS sont un peu opposés sur la méthode.

194Le problème est de savoir, à propos du Sport, comment faire accepter un grand projet à l’intérieur de l’Université et, de l’autre côté, de savoir comment ce grand projet accepté à l’intérieur de l’Université peut être accepté par la Cité.

195Le principe du contrat social, que propose Alain Arvin-Berod, est tout à fait intéressant à mon avis, et cela pose tout le problème de la méthode.

196Par exemple, André Hervier nous dit s’être trouvé confronté, dans son Conseil d’Administration, au silence des étudiants. Peut-être que la méthode n’était pas la bonne, en venant simplement, avec l’aval du président d’université, présenter un projet dans une grande assemblée. Par contre, en rencontrant tout le monde, association après association, pour expliquer les difficultés, le pourquoi du comment, on avance. Dans un deuxième temps, il faut réunir toutes les associations pour confronter les points de vue. Dans un troisième temps, réunir de nouveau les associations en présence du président, et ensuite consulter les personnalités importantes du Conseil d’Administration. À ce moment-là, le projet passe dans la discussion et à l’unanimité.

197Là, je pense que les directeurs de SUAPS sont à même de jouer ce rôle de messagers auprès des différentes composantes de l’Université, parce que le président n’a pas le temps de s’y employer. Les directeurs de SUAPS sont très à l’écoute de leur président. Il faut aussi que le Conseil d’Administration soit entièrement concerné par cette politique et qu’il l’ait pas seulement approuvée mais fait sienne.

198On passe ensuite à la deuxième étape du contrat social dans ce pôle universitaire qui est un beau projet. Ce contrat social me paraît très important pour concerner encore plus de monde et faire en sorte qu’il y ait cette reconnaissance du monde universitaire dont parlait Roger Bambuck. C’est-à-dire réussir à communiquer sur ce qu’est le Sport à l’intérieur de l’Université en se rapprochant de la Cité.

199Ce sont donc surtout les questions autour de la méthode à adopter qui m’ont intéressé ce matin, et qui me donnent l’impression que l’on tient là une clé pour l’avenir.

André HERVIER

200J’ai dit que les directeurs de SUAPS travaillaient bien, mais j’en ai assez de voir que, finalement, la politique qui est conduite ne l’est pas explicitement, en tant que telle, et qu’elle n’est pas portée par un responsable.

201Si vous voulez prolonger cette remarque, vous pouvez observer que la CPU par exemple n’a, à ma connaissance, pas traité les questions de sport universitaire.

202On leur demande de se prononcer. À un moment donné, c’est à elle de faire remonter les réflexions des directeurs de SUAPS, d’interroger les équipes politiques et de définir la politique qu’il est possible de conduire. Manifestement, cela n’a pas été fait. Cela veut donc dire que cette politique sportive universitaire est toujours implicite. Ce sont les gens sur le terrain qui la mettent en œuvre d’une manière non transparente et non explicite.

203Si l’on veut avancer, par rapport à l’importance des besoins et par rapport à la nécessité de faire reconnaître le sport comme un élément éducatif à part entière dans la formation des étudiants, il faut prendre les moyens.

Alain BRAUN

204Je voudrais revenir, peut-être sous un autre angle, par rapport à l’intervention de Monsieur Arvin-Bérod, qui a évoqué Michel Platini et Yannick Noah.

205Ces personnalités-là, ce sont des Robins des Bois ou des extraterrestres dans le milieu sportif actuel. J’aurais tendance à dire que nous sommes, dans nos propres débats, des extraterrestres par rapport à la direction du mouvement sportif actuel. Ce que je dis là est une affirmation, quasiment un postulat. Ce n’est pas du tout une formulation interrogative.

206Je prends un exemple très concret qui concerne le repère relatif aux équipements sportifs. André Hervier faisait référence au potentiel de 250 000 étudiants susceptibles de faire du sport dans Paris. Si l’Université veut construire une installation sportive à Paris, elle ne peut pas avoir le financement CNDS Équipement parce que c’est une structure d’État. Cela a été évoqué dans nos travaux de l’USE, et cela me paraît extrêmement choquant. On peut y arriver tout de même et l’on en a fait la preuve ici, l’année dernière, par la création d’une grande salle d’escrime.

207On peut y arriver par la rencontre miraculeuse entre l’Université, qui a un projet avec la Cité universitaire, par l’intermédiaire du PUC. Tout ceci était prêt depuis dix ans ! Il a fallu attendre d’avoir un champion olympique pour que cet équipement se réalise. Je trouve qu’il existe là un problème fondamental. Ce miracle ne se reproduira pas tous les jours.

208J’en arrive à la notion, évoquée précédemment, de l’aspect démocratique ascendant et de l’aspect politique auquel j’ai fait référence hier. Il y a une forte importance du choix du politique entre le sport que l’on pratique et le sport que l’on regarde. D’où une nécessité d’action par rapport au Comité Olympique et aux Fédérations.

209Je terminerai sur un élément évoqué par André Hervier. C’est la notion de recherche sur les sports. J’aurai tendance à dire que l’on aura fait un pas décisif le jour où le Comité Olympique aura passé commande à l’Université, et en collaboration avec elle, pour déclencher des recherches sur le panorama complet des pratiques sportives, et pas seulement sur le panorama des deux médailles que la France a obtenues au Championnat du Monde d’Athlétisme !

Roger BAMBUCK

210Je veux bien que l’on tape sur les fédérations concernant la recherche, mais est-ce que les universitaires s’intéressent pour leur part à ce que dit le mouvement sportif ? Nous sommes dans une situation malheureusement classique où deux mondes doivent travailler ensemble, mais ne se parlent pas et ne se comprennent pas.

211J’ai rencontré Monsieur Serandour quand j’étais au CNRS. Il m’avait dit que la recherche l’intéressait. Comment fait-on pour se parler ? Les universitaires, qui doivent concevoir des concepts propres à leur monde, se moquent de la performance sportive. Les fédérations sont des transformateurs du résultat de la recherche. Vous croyez que ce sont les universitaires qui vont créer des métiers pour transformer les résultats de la recherche en produits finis ? Il existe un certain nombre d’intervenants tout au long de la chaîne, et si tous ces gens-là ne peuvent pas parler ensemble, cela ne sert strictement à rien.

Jean-Michel MARTIN

212J’ai travaillé dans un laboratoire où l’on s’occupait de performance et je crois que nous avons eu de vraies et saines relations avec le mouvement sportif. Quand on est chercheur à propos d’un matériau indispensable, par exemple, on est obligé de chercher avec quelque chose de concret. Il faut connaître et comprendre les attentes des intéressés : athlètes, entraîneurs, etc. Je suis donc quelque peu étonné que vous disiez que, dans les universités, les chercheurs n’ont jamais rien à faire de la performance.

Roger BAMBUCK

213Bien sûr, je n’ignore pas ce qui se fait dans tel ou tel contexte. Mais ces exemples ne doivent pas cacher le déficit d’efficacité et de connaissance qui caractérise de nombreux aspects du sport, faute d’une explicitation d’objectifs communs et d’intérêts partagés. Vous avez été au courant, sans doute, de tous les travaux menés en matière de sciences cognitives, sur les sports collectifs, etc. Il y a deux manières de regarder cela : l’entraîneur de l’équipe se dit que, grâce à ces travaux-là, il va mieux connaître le fonctionnement des individus à l’intérieur d’une équipe et qu’il aura de meilleurs résultats. Le scientifique se dit qu’il va étudier les relations entre les individus pour les comprendre et les généraliser ailleurs. C’est cela qui engendre des difficultés de compréhension entre les uns et les autres, parce que les objectifs ne sont pas les mêmes. L’entraîneur a besoin de résultats, le chercheur n’est pas attaché à ce type de résultats. Il faut une passerelle, que les fédérations pourraient très bien constituer. C’est dans ce sens que je dis qu’elles peuvent être des transformateurs des résultats de la recherche, plutôt que des initiateurs de recherche.

214J’ai rencontré des personnes qui étaient soi-disant dans la recherche du sport, et qui m’ont posé la question suivante : « Comment faire pour mesurer la vitesse d’une balle de ping pong ? ». C’est une question d’ingénieur, et non de chercheur. Ce qui intéresse le chercheur, c’est : « Quel usage faire de cette mesure-là ? ». Or, cette question cruciale n’est pas posée.

215Enfin, l’Université a les moyens d’entendre le monde du sport. Vous avez entendu parler des expertises collectives ou des expertises collégiales. Un président d’université a besoin d’expertises collectives. Il a besoin qu’on l’aide à bien poser sa question, et, quand il l’a posée, on lui donne une réponse simple et claire qu’il peut utiliser pour élaborer sa stratégie, sa politique, sa tactique.

216(…)

217Madame Fedee, vous parliez tout à l’heure de la non consultation des SUAPS. Réalisez-vous, si on vous demande à l’UAG d’élaborer une politique du sport à l’université, la difficulté dans laquelle vous serez ? Vous avez trois sites à faire fonctionner ensemble. Techniquement, vous ferez des choses, mais chaque étudiant entrant à l’UAG ne sait pas ce qu’il fera de ce sport-là.

Ernest GIBERT

218J’appartiens aux deux mondes. J’ai été président d’université et je n’en déduis pas que je sais tout ce qui se passe dans l’université, ni ce qu’il faudrait faire. J’ai aussi été chercheur, sans être absolument persuadé que la performance doit être la première notion à prendre en cause mais je sais, pour avoir observé mes collègues, qu’elle n’est jamais absente de leur esprit.

219J’ai ressenti, au début de cette table ronde, une délimitation nette entre les deux partis et, avec le temps, j’éprouve une sorte de malaise parce que l’incompréhension me paraît de plus en plus grande, et peut-être même, à certains égards, cultivée.

220Nous devons lever cette incompréhension. Tout le monde doit comprendre que l’Université a changé mais, c’est vrai, elle ne sait pas le montrer. On le voit bien d’ailleurs à l’intérieur sur le rôle, d’où doivent venir les idées, d’où doit venir la décision. La politique de l’Université, et notamment pour ce qui est du Sport – qui est un des éléments importants d’une politique d’université et qui va au-delà d’une conception étroite de la vie étudiante et qui se fait dans les conseils – l’équipe de direction met en œuvre la politique des conseils sur la base, effectivement assez souvent, de ce qu’elle a impulsé. Et je connais peu d’exemples où cela puisse se faire sans qu’il y ait au moins des consultations préalables avec les intéressés, ceux avec lesquels on devra travailler, sur qui on devra s’appuyer pour la mettre en œuvre.

221Le monde de l’Université n’est pas parfait, celui du Sport non plus, mais je crois que l’un et l’autre cultivent une espèce de coquetterie pour feindre de s’ignorer. Si l’on veut que le Sport et l’Université – pas stricto sensu le sport à l’université, ni le sport universitaire, mais de ce que le Sport et l’Université collaborant ensemble peuvent mettre au service de la Société – aillent bien plus loin que ce que nous allons faire, il faut que les rapports changent et que les idées reçues se dissipent. La vérité n’est pas d’un côté ou de l’autre, alors arrêtons de caricaturer la position des universités – elles valent beaucoup mieux que ce qu’on en dit – et arrêtons de penser que le monde du sport est complètement obtus. Il lui arrive de ne pas vouloir entendre, parce que ce n’est pas son intérêt d’écouter. Je crois que nous n’avancerons pas si nous continuons de fonctionner sur ce modèle-là. La raison d’être principale de cette 25e Université Sportive d’Été est de faire qu’il y ait un échange. Cet échange est biaisé parce que nous sommes ici en présence de gens passionnés, engagés. Nous nous connaissons tous et n’avons donc pas besoin de nous convaincre. Pourtant, faisons un effort pour ne pas caricaturer la position de l’autre, sinon nous ne pourrons pas avancer.

222Il y a, dans les universités, des forces qui bougent ; c’est cela qu’il faut encourager pour ce qui concerne le sport notamment. Nous avons besoin d’interlocuteurs que nous comprendrons et qui nous comprendront, en dehors de l’université qui n’est pas un autre monde, pour faire avancer les choses. Et cela ne pourra se faire qu’avec l’écoute et le soutien du politique.

Alain ARVIN-BEROD

223Les désaccords ou les points de vue différents ne signifient pas des incompréhensions. Nous essayons, à partir d’analyses pas forcément partagées, de rendre compte d’une réalité où l’on pourrait, où l’on devrait travailler ensemble.

224L’idée de traiter le Sport dans la Société permet d’intégrer les autres acteurs. L’Université elle-même y a son propre intérêt. Certains des diplômes auxquels elle prépare intéressent le sport intégré à la société, son administration, sa gestion, dans toutes ses déclinaisons : du tourisme et de la mise en valeur des territoires, à l’excellence du haut niveau et en passant par l’éducation… Évidemment, les autres acteurs se positionnent. Différentes institutions interviennent. Il peut y avoir des compétitions, des logiques concurrentielles, mais aussi des incompréhensions. On essaie donc d’avancer la proposition selon laquelle il s’agit de définir les modalités qui permettraient que des acteurs se retrouvent, et notamment l’Université, pour faire avancer le Sport dans la Société.

Robert DENEL

225On aborde la Société, uniquement sous l’angle des institutions dans la société. Je voudrais aborder la Cité et les citoyens de la société. Dans mon esprit, « Sport, Université, Société », ce n’était pas régler les problèmes au niveau national, mais déjà prendre des choses là où l’Université se trouve, là où la Cité se trouve, là où les Citoyens se trouvent. Tout ce qui a été dit par rapport aux institutions qui représentent la société est tout à fait intéressant.

226Au niveau de la cité, les citoyens d’une ville ne se trompent pas. J’ai une université qui a la chance de s’investir effectivement dans la cité par l’intermédiaire du club universitaire. Nous réunissons 11 000 membres et il faut malheureusement en refuser tous les ans. Pourquoi cet attractivité du club ? Parce que ses membres et ceux qui font la démarche de venir pour s’inscrire savent bien que ce qui est apporté par l’Université, ils ne le trouvent pas ailleurs. Les universitaires, le matériel humain de l’université analysent les besoins et apportent des solutions que d’autres ne sont pas capables d’apporter. Je pense que cet aspect-là est négligé. À l’échelle locale, l’Université a un rôle culturel vis-à-vis de toutes les catégories de la population, à toutes fins que cela peut comporter dans le sport. Est-ce que le mouvement sportif, les clubs sportifs sont capables de répondre à toutes les demandes de pratiques nouvelles, formulées ou non, non révélées, qui sont considérables ? Je n’en suis pas certain, et j’ajouterai aussitôt que nous qui sommes capables d’anticiper et de répondre à des demandes spécifiques, qui le faisons depuis plusieurs années quelquefois, ne sommes pas à même de faire valoir cet éventail de compétences.

227L’Université peut créer des réponses correspondant aux nouveaux besoins de la population en matière de pratiques où elle est mieux armée que d’autres pour y répondre.

Gabriel SZEFTEL, UNEF

228Je pense qu’il y a un quand même un problème important sur la situation sociale des étudiants. Qui dit affiliation, dit pratique sportive, et il faut pour cela du temps, de l’argent.

229Les militants de l’UNEF sont des étudiants, cela prend du temps parce que nous sommes peu nombreux. On demande beaucoup à nos militants. Ils sont parfois aussi salariés. Derrière tout cela, l’espace « loisirs », si on place la pratique sportive dans cet espace, est très faible. Il y a aussi évidemment un problème de publicité, de publicisation de l’activité sportive, les moyens accordés à l’université. Il existe, dans certaines universités, des plaquettes d’information sur la pratique sportive qui sont délivrées à tous les étudiants de première année, au même titre que le déroulé de leur année, etc. Il existe aussi des « journées sport » qui sont organisées comme par exemple le « Forum des Associations », consacré à l’ensemble des associations de l’université, au cœur du campus. Effectivement, on souhaiterait y voir aussi le SUAPS, et que celui-ci vienne lui aussi faire la publicité de ses activités.

230Il y a donc un problème de publicité et un problème de la situation sociale des étudiants, sans oublier les questions d’emploi du temps qui ne permettent pas non plus une activité sportive développée.

231Si l’on regarde l’évolution historique de l’affiliation aux associations sportives, si on met le déclin en parallèle avec le déclin global que nous connaissons aussi au niveau de l’affiliation associative ou syndicale, c’est aussi un recul global de l’action collective et de l’activité collective qui a lieu dans les universités, qui touche l’ensemble de la société et notamment les étudiants.

Alain BRAUN

232En ce qui concerne la cotisation, elle est votée par les comités directeurs des associations. S’il y avait un plus grand militantisme, peut-être que les cotisations seraient un peu plus limitées.

Gérard MESSIN,
Besançon UC, ex Vice-Président de l’Université, Chargé de mission à la valorisation de la recherche

233Je voudrais faire un parallèle entre notre problème actuel, pour cette USE, entre le Sport et l’Université, et celui que nous avons réglé il y a quelques temps à l’Université. Je veux parler de la valorisation de la recherche.

234Nous avons pu brillamment évoluer puisque cela s’est terminé par la loi Allègre, qui autorise maintenant les universités à embaucher des contractuels et les universités se sont beaucoup développées, avec des moyens financiers assez extraordinaires pour leurs laboratoires de recherche, grâce aux contrats industriels qui permettent justement de pouvoir faire de la recherche fondamentale. Il y avait donc deux mondes qui s’ignoraient auparavant, celui du monde économique et celui des universitaires ; aucun lien n’existait entre les deux. Cependant, les économies ont fait que pour pouvoir faire de la recherche, on est obligé de se « prostituer » pour avoir des contrats de recherche appliquée. Tous les moyens, maintenant, arrivent sur la place universitaire. On monte grâce aux concours de la Région, des collectivités territoriales, des parcs scientifiques et des instituts de valorisation dans différentes disciplines ; et je me demande pourquoi, dans le domaine du sport, on ne pourrait pas faire la même chose. On en est parfaitement capable. J’attends cela au-delà de la Cité, qui est aussi un des principaux acteurs et qui ignore souvent le club universitaire, ou qui ne veut pas que le club universitaire devienne aussi le club de la cité car la Ville a ses propres clubs qu’elle veut financer. Les clubs universitaires sont ouverts à la cité, ils sont un point clé. C’est donc le moment idéal de se servir de nos clubs universitaires comme points d’entrée, point de liaison, point de collaboration, qui nous feront évoluer et qui montreront tout ce que l’on peut faire dans le domaine de la recherche, pourquoi pas dans celui du sport, monter des structures nouvelles qui pourront être financées par toutes les collectivités ; et nous aurons finalement quelque chose d’évolutif.

235Nous avons, avec la nouvelle loi qui va sortir, des objectifs de plus en plus financiers dans l’Université. Dans mon université, on sait aussi qu’il y a une chute du nombre d’étudiants à l’heure actuelle. Après avoir atteint 24 000 étudiants, nous sommes descendus à 20 000, ce qui fait tout de même 4 000 personnes de moins qui investissent une petite ville comme Besançon où il y a 130 000 habitants. 20 000 étudiants, 2 000 personnels, l’université est donc pour la cité un très gros employeur qui est un rouage essentiel dans le fonctionnement de la Ville. Le Conseil Municipal, dans lequel siègent maintenant quelques universitaires, est en train de voir que finalement on a tout intérêt à développer l’université, à maintenir ses effectifs, à préserver sa capacité à apporter des choses concrètes. Les élus locaux sont donc en train de se dire que s’il y avait un club universitaire qui donne une image attractive de la ville sur le plan sportif, les étudiants viendraient peut-être plus nombreux à Besançon. La ville est réputée en hand-ball. Même le club de hand-ball, composé de tous les universitaires que vous connaissez, appartient à la Ville ! Pourquoi ne pas transformer ce club en club universitaire ?

236Nous sommes donc dans une position cruciale pour engager le dialogue avec la Ville. Elle a besoin de nous et nous avons besoin d’elle.

Roger BAMBUCK

237Monsieur Gibert, je me tourne vers vous pour dissiper vos inquiétudes et un certain agacement. Nous avons dit des choses de poids aujourd’hui. La dernière intervention l’illustre bien.

238Pour arriver au résultat de cette valorisation de la recherche, afin de montrer aux entreprises qu’elles ont un rôle particulier pour transformer le travail que font les scientifiques à l’intérieur des laboratoires, il a fallu énormément de temps, malgré les initiatives passées. Nous devons prendre patience pour que ce processus puisse avoir la même efficacité dans le monde du sport. Il existe des effets de captation de propriété. Le monde du sport dit que le sport lui appartient et que tout individu qui n’est pas dans ce monde-là est exclu.

239J’avais réuni l’ensemble des présidents de fédérations et l’ensemble des présidents d’universités de la région parisienne pour débattre du thème « La recherche et le sport ».

240Un président de grande fédération sportive m’avait dit, en cette occasion, que le sport appartenait aux fédérations…

241J’ai également eu droit à la réaction d’un éminent chercheur des sciences du sport, qui m’avait dit que cela faisait plusieurs années qu’il travaillait dans le sport.

242Si tel est le cas, et si ces considérations sont répandues, alors c’est qu’il y a effectivement un problème à résoudre.

243Votre thème d’Université d’Été doit arriver à ce que les uns et les autres comprennent ce qu’ils font mutuellement, pour ne pas se substituer l’un à l’autre ou bien considérer que les uns n’ont pas besoin des autres. Les fédérations n’ont pas à faire de la recherche, pas plus que les chercheurs n’ont à mettre en place des politiques de sport. Certains individus font les deux, vous en êtes un exemple, mais cela reste exceptionnel. Les présidents de fédérations, les scientifiques et les politiques doivent être « apprivoisés ».

244Si l’Université et le Sport ne se rapprochent pas, ce n’est pas la peine de parler de démocratie. Une seule offre subsistera : l’offre pécuniaire.

245Bien sûr, cela se fera dans la douleur parce que nous ne sommes pas habitués à cette solution, et aussi parce que nous n’admettons pas d’être critiqués. Pourtant, il faudra le faire. Les politiques vont devoir arrêter de nous faire des offres de simplification.

Michel LENGUIN

246Nous laisserons le mot de la fin à Monsieur Bambuck, et je tiens à remercier les participants à cette table ronde ainsi que ceux et celles qui sont intervenus dans la salle. Merci à vous.

« Un enseignement pouvant doter les étudiants d’une sorte de clé d’accès à la santé » Quelques éléments de réponse à une question de société
Gilles Durand, président du Groupement National des Directeurs de SUAPS1
La santé n’apparaît pas ou très peu, comme objectif de cours ou comme finalité, dans les fiches de présentation des enseignements d’EPS dans l’enseignement supérieur, ceci aussi bien au niveau de la formation qualifiante (cours intégré et validé au sein du cursus universitaire de l’étudiant, actuellement au sein du LMD), qu’au niveau de la formation personnelle des étudiants : espace privilégié où ce dernier pratique une activité sportive avec l’aide d’un enseignant, dans le but d’atteindre des objectifs liés à la connaissance d’un sport, à la recherche d’un niveau de pratique devant le conduire soit au perfectionnement, soit à l’ autonomie.
Est-ce le paradoxe des enseignants d’EPS que de travailler vers des objectifs qui ne leur sont pas vraiment dévolus, et de laisser en friche les champs d’investigation pour lesquels ils semblent compétents et où on souhaiterait les voir intervenir ?
L’histoire de notre discipline peut constituer un premier élément de réponse. Au peu d’investissement des enseignants d’EPS des universités pour l’objectif « santé », cela pourrait être considéré comme un retour en arrière, par rapport à des buts de formation universitaire explicitement affichés depuis longtemps et toujours revendiqués aujourd’hui.
On peut aussi avancer une sorte de défiance de la part de notre profession à s’approprier ou plutôt à vouloir/devoir répondre trop rapidement et systématiquement à une mission qui mérite tout de même quelques éléments de réflexion. En tout cas, il nous faut dépasser cette formule générique qui consiste à répéter : « Sport = Santé ».
Est-on certain de cette relation positive entre le sport et la santé ? N’y aurait-il pas quelques restrictions à apporter au niveau du sport, de l’EPS, mais également au niveau de l’approche de ce phénomène qui nous paraît refléter une conception bien trop linéaire du lien entre ces deux termes ?
La santé renferme des paramètres physiques et physiologiques, certes, mais ce concept est également assimilé à des dimensions psychologiques, sociales… à tel point que lorsqu’on parle d’intégration ou d’adaptation des étudiants à l’université, on a parfois l’impression de se situer dans le domaine de la santé publique. Travailler sur la gestion maîtrisée du stress sur un site universitaire ou sur la connaissance des réactions du corps à l’effort physique participent de la santé autant que de l’éducation physique et sportive. Pour autant, on ne saurait nier, au nom de l’impératif de santé, la dimension récréative et culturelle du sport à l’université, le plaisir de pratiquer les sports… Il est indispensable de définir les domaines d’intervention et de spécifier des problématiques qui peuvent être, par ailleurs, complémentaires les unes des autres.
Plus que jamais, des articles insistent sur les risques liés à une sédentarité accrue, au renoncement à la marche ou à l’utilisation du vélo dans les déplacements quotidiens, sur les mauvaises habitudes alimentaires, etc. Les étudiants échappent-ils à ces constats alors qu’on sait que des « problèmes » de santé sont identifiables chez les élèves du primaire ou du collège ? L’université, point de passage obligé d’un grand nombre de jeunes, n’est-elle pas un lieu privilégié où se prépare la société de demain, avec des habitudes durablement acquises en matière de préservation et d’entretien de la meilleure santé possible ?
L’EPS à l’Université, la Santé et la Société sont à appréhender dans leurs relations réciproques.
Note
1. L’extrait proposé est tiré d’une note réalisée à l’invitation de l’Observatoire des activités physiques et des pratiques sportives du CNAPS (Conseil National des Activités Physiques et Sportives, Paris), avril 2005.

Notes

1 Rapport du Comité National d’Évaluation : Le sport à l’Université : la pratique du sport par les étudiants, 1999.

2 Rapport du CNE, p. 7.

3 Idem, p. 59.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search