Version classiqueVersion mobile

Le Sport, l’Université, la Société

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Des repères indispensables : quelques témoignages et expériences » (suite)

Christian Peltier

Texte intégral

Présentation par Christian PELTIER,
Secrétaire Général du Nantes Étudiants Club (NEC)
Administrateur de l’UNCU

1Pour comprendre cette interrelation, au moment de la préparation de l’USE, nous avons demandé à Jean Fabre de venir nous apporter son expérience, ses vues sur la question, aujourd’hui, et ce complément d’observation qui puisse nous permettre de comprendre cette articulation entre la Sport, l’Université, la Société…

2Devant l’impossibilité pour Jean Fabre de se joindre à notre rassemblement, et compte tenu de l’importance de son analyse sur les questions qui nous occupent, nous avons tout naturellement demandé à notre secrétaire général de l’UNCU, enseignant chercheur, Jean-Michel Martin, qu’il puisse se faire l’écho de son entretien avec Jean Fabre et qu’il nous présente également les acquis et les perspectives qui ont fait l’objet d’un document important, appelé communément le Rapport Fabre.

3Dans son analyse, Jean Fabre a mis l’accent sur un certain nombre de points de repère. Pour ma part, je suis amené à consulter des comptes rendus du Conseil National d’Évaluation sur les Universités, avec la question du sport à l’université, et ces différents textes montrent effectivement que les problématiques posées avaient été sinon abordées, tout au moins anticipées par Jean Fabre.

4Il est facile de parler des réussites, des ouvertures positives. Par contre, il est certainement plus difficile de parler des échecs, surtout quand il s’agit de les analyser pour dégager leurs lignes de faiblesse, les formes de frilosité et les pesanteurs qui les ont accompagnés.

5Pour cela, nous avons sollicité deux interlocuteurs, représentatifs de deux champs institutionnels particuliers : il s’agit, pour l’Université, de Jean Fabre, et pour la Collectivité territoriale, de Daniel Camilli.

6Daniel Camilli est un ancien directeur territorial des sports à Vénissieux, dans le Rhône. Il est président du comité départemental des OMS du Rhône et vice-président du comité régional des OMS du Rhône-Alpes. Il a eu l’avantage d’être intervenant formateur à l’UFR STAPS de Lyon et au CNFPT (Centre National de Formation des Personnels Territoriaux). Par son expérience au niveau local, il a pu articuler au quotidien le Sport, l’Université et la Société. Il nous fera part de cette histoire aux prolongements actuels.

7Hier, nous avons entendu le témoignage d’un ancien président d’université et président en exercice de la FFSU. Aujourd’hui, Jean-Michel Martin va se faire l’écho d’une analyse d’ensemble proposée dans le Rapport Fabre. Hier, nous avons eu une présentation de ce que peut proposer l’offre sportive privée. Tout à l’heure, il nous restera à considérer le point de vue de la collectivité locale, de la Cité, avec ses attentes précises vis-à-vis de l’Université. Monsieur Camilli nous fournira des repères indispensables pour comprendre un type de sollicitations de l’Université par la Cité.

8Dans un premier temps, je vous propose d’écouter Jean-Michel Martin, à propos du Rapport Fabre et des enseignements que l’on peut en tirer aujourd’hui.

Jean-Michel MARTIN,
Reims UC et Secrétaire Général adjoint de l’UNCU

Le rapport fabre : entre lecture rétrospective et actualité

9Je suis considéré comme un ancien combattant du sport universitaire. En effet, j’ai occupé, ou simultanément, ou successivement, des fonctions de secrétaire général de club, de directeur de SUAPS, de directeur d’UFR STAPS, de délégué régional FFSU, j’ai participé à la création du Groupement des Directeurs de SUAPS, à la création de la FNSU, j’ai été également membre du Comité Directeur de la FNSU, actuellement membre du Comité Directeur de l’UNCU. C’est sans doute ma « vieille expérience » qui a fait que l’on m’a poussé en tribune pour les raisons indiquées à l’instant par Christian Peltier.

10Présenter le Rapport Fabre n’est pas évident dans le sens où il est très fouillé dans ses analyses. C’est un document de qualité, et je vais essayer de faire un point sur les grandes lignes qui structurent l’étude et en dégageant la philosophie qui a été développée.

11Les années 1990 nous remettent en mémoire la montée des effectifs universitaires consécutifs à la volonté affirmée de François Mitterand dès son élection à la présidence de la République, en 1981.

12En 1990, Lionel Jospin, alors ministre d’État, ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse et des sports, demande à Jean Fabre de réaliser un audit et de faire des propositions afin de sortir le sport universitaire, englobants, la formation, les pratiques sportives et la recherche – d’une situation de stagnation – voire de régression.

13Le Rapport Fabre paraît en novembre 1991.

14Le contenu de cette commande n’est pas exactement celui que nous avons l’intention de développer dans cette USE, mais par certains côtés plusieurs aspects corroborent avec nos préoccupations.

15Lionel Jospin demande à Jean Fabre un rapport dont le contenu du courrier en date du 7 décembre 1989 porte sur :

  • une évaluation précise de la situation,
  • la remise en cause des structures et des moyens internes en place,
  • une amélioration de l’efficacité des enseignements dans le domaine,
  • la définition d’un projet capable de mobiliser la totalité des partenaires en lien avec les activités physiques et sportives universitaires,
  • le repositionnement des Activités Physiques et Sportives Universitaires dans le contexte plus général du développement du sport dans notre pays.

16Qui est Jean Fabre, l’auteur du rapport ? Voici sa carte de visite, en quelques mots :

  • docteur en mathématiques pures en 1966
  • professeur à l’École nationale de formation agronomique en 1970
  • inspecteur principal de mathématiques en 1989
  • international de rugby en 1963 et 1964
  • capitaine de l’Équipe de France en 1964
  • président du Stade Toulousain de 1980 à 1990
  • vice-président délégué de la FFR en 1991

17Si Jean Fabre est bien imprégné d’un sport français (le rugby) qui à l’époque, même pour le haut niveau, garde des valeurs humanistes, il n’en est pas de même pour ce qui concerne le fonctionnement des Activités Physiques et Sportives Universitaires. Il obtient des résultats assez inattendus pour lui, qui lui imposeront de reconsidérer fin 1990 ses idées premières sur la transformation concrète du sport à l’université.

L’analyse

18Le rapport commence par évoquer le sentiment de l’auteur sur les données du moment concernant l’évolution du sport dans la société.

Le Sport et l’argent

19Au centre des préoccupations de l’avenir du sport, il cite le problème majeur, selon lui, de la relation du sport et de l’argent.

20Le sport, pour développer ses techniques, pour améliorer ses performances, pour démocratiser ses pratiques, pour promouvoir son image en conservant ses valeurs, a besoin de plus en plus d’argent.

21D’autre part, dans la mutation profonde que traverse notre société, le sport constitue un enjeu économique extrêmement puissant car il se présente de plus en plus comme un produit d’une exceptionnelle polyvalence :

  • en raison de son audience nationale ou internationale, de sa médiatisation, il est certainement un des meilleurs vecteurs de communication au monde ;
  • en raison des valeurs humanistes qu’il génère, il permet de valoriser l’image de cette communication ;
  • il représente un potentiel de consommateurs hors normes :
  • comme ses pratiques sont associées à une image de forme physique, de jeunesse, de santé, de beauté, ce potentiel de consommateurs constitue une cible idéale pour développer des marchés.

22On transforme l’athlète en un porteur de logos et ce dernier reçoit même des cours pour s’adapter au langage et aux usages des communicateurs…

23Le sport bénéficie évidemment dans ce secteur de retombées financières conséquentes par l’intermédiaire du sponsoring, de la publicité et du mécénat. Ces budgets prennent une part de plus en plus grande dans la gestion de la plupart des clubs ou des fédérations, et posent le problème des rapports entre le pouvoir économique et le pouvoir sportif dans la conduite des affaires sportives.

24C’est ce qui permet à Jean Fabre de rappeler que le pouvoir sportif doit rester aux sportifs.

Le Sport aux Sportifs

25Le monde sportif est donc pris dans une spirale bousculant ses traditions, ses repères, ses valeurs… Soumis à diverses formes de pouvoir, le seul vrai combat qu’il doit mener est de rester maître de son destin. Ses responsables, « accrochés » aux valeurs humanistes les plaçant au seul service du sport, de l’athlète, de la jeunesse doivent s’adapter aux réalités incontournables d’un environnement politique, économique et médiatique. L’avenir est dans leurs mains, le sport doit rester aux sportifs.

26Le sport est à la croisée des chemins. Une fois encore, son avenir dépend autant de l’évolution de ses dirigeants que de la sensibilisation des éducateurs et du rôle essentiel qu’il doit jouer dans la jeunesse.

Le monde éducatif et le Sport

27Jean Fabre considère que le monde éducatif doit valoriser le formidable moyen éducatif que représente le sport, ce qui permettra aux jeunes d’adopter des jugements sains face à tous les problèmes qui polluent trop souvent le Sport, comme la violence, l’argent et le dopage.

28Dans cette optique, l’Université a un rôle déterminant à jouer. La mise en place d’une véritable politique sportive dans l’enseignement supérieur permettra en premier lieu d’améliorer la pratique sportive des étudiants, mais aussi, par son rayonnement, elle pourra situer le Sport dans une référence de culture et d’éthique, tout en apportant des solutions concrètes à des problèmes actuels.

29L’Université est peut-être même la seule structure capable d’orienter l’évolution future du sport dans une référence de culture et d’éthique. Ce serait d’ailleurs un juste retour des choses puisque chacun sait la part fondamentale prise par les universités et plus généralement par le monde éducatif, il y a de cela à peine un siècle, dans l’organisation associative du sport. Les valeurs humanistes étaient alors les seules références au bon fonctionnement des structures nouvellement créées, et le sport assumait simplement sa mission éducative, sociale et sociologique. Ce n’est que bien plus tard qu’il fut soumis à un poids de plus en plus contraignant et de plus en plus pressant des pouvoirs politique, économique et médiatique.

30Juste retour des choses, donc, si l’Université contribuait à établir un équilibre satisfaisant entre la mission première du Sport liée à ses valeurs traditionnelles d’éducation et de culture et le rôle de plus en plus grand qu’il joue dans un monde économique, dont il est devenu un des enjeux les plus puissants.

Audit sur la situation du Sport à l’Université

1° Le constat issu d’une étude très détaillée et riche

31Le constat fait par Jean Fabre découle de l’analyse de la situation qui a montré une grande diversité dans les structures, les méthodes et les pratiques, et fait apparaître divers types de problèmes, et conclut à un environnement peu favorable et des moyens insuffisants.

- liés aux moyens

32Manque d’installations, encadrement déficient donc une organisation délicate. Les moyens n’ont pas suivi la forte augmentation de la population étudiante.

- liés aux structures

33Nombreuses et cloisonnées, ce qui constitue un frein à leur dynamisme et les empêche d’appréhender les situations dans leur globalité. Leur coordination est difficile et la responsabilité est diluée.

- liés à l’organisation des études

34Parfois peu compatibles avec la pratique sportive (temps de travail, systèmes d’évaluation, pression du résultat) ; Pour ce qui concerne les enseignants non concernés directement par le sport, on constate une réelle difficulté à concevoir de façon concrète l’intégration du sport dans le cursus universitaire ou même dans la vie de l’étudiant. Il y a d’ailleurs bien souvent un déphasage entre le discours sur les mérites de la pratique sportive et les actes, où, dans une hiérarchisation des priorités, le sport arrive rarement à être imposé.

- liés aux mentalités

35En particulier pour les enseignants EPS (détachés du secondaire pour la plupart) soumis à deux (faux) problèmes traditionnels :

  • la position de l’EPS par rapport aux autres disciplines intellectuelles ;
  • la position d’un détaché du secondaire dans le supérieur.
- liés à l’environnement

36Le sport n’a pas sa place véritable, il est mal reconnu dans les faits même si on l’apprécie dans les esprits et s’il fait l’objet de magnifiques discours humanistes sur ses vertus.

37Pas assez réceptive au Sport, l’Université n’a pas su lui donner la place qui devrait être la sienne.

2° Premiers éléments d’appréciation

38En raison d’une volonté politique insuffisamment affichée, d’un manque de sensibilisation des responsables du monde de l’éducation, d’un milieu sportif soumis à ses propres problèmes et ayant de ce fait des difficultés pour intervenir efficacement en amont de son champ d’action, malgré les très nombreux discours humanistes rarement suivis d’effets, la pratique du sport à l’université n’a jamais eu la place qui doit être la sienne.

39À défaut d’un projet global, évoluant dans un contexte où le sport n’a pas une place prioritaire dans l’université, plusieurs structures ont été créées afin de gérer une situation qui n’est jamais appréhendée dans une cohérence d’ensemble. Ainsi, même si certains s’en défendent et si d’autres n’en sont pas conscients, une culture de pouvoir s’est développée au détriment d’une culture d’action c’est-à-dire que l’action et le dynamisme des hommes se trouvent souvent confrontés au cloisonnement des diverses structures (ceci n’empêche pas d’éprouver des sentiments admiratifs pour les hommes de terrain, en prise directe avec les difficultés, et dont certains sont de véritables soldats de l’impossible dans un contexte d’insuffisance notoire de moyens et d’équipements).

40Les pouvoirs publics doivent prendre en compte cette nouvelle approche et l’Université a un rôle majeur à jouer.

3° Jean Fabre propose donc une nouvelle politique du Sport à l’Université

41La mise en place de cette nouvelle politique fait suite au constat et se propose de répondre progressivement à un besoin dans un plan s’étalant sur quatre années, si l’on se fixe comme objectifs :

  1. d’arrêter la lente dégradation de la situation,
  2. d’améliorer la qualité de la pratique sportive,
  3. d’augmenter le pourcentage des pratiquants,
  4. de donner au Sport, dans l’Université, une autre dimension et une autre approche lui permettant de générer de nouvelles ressources pour continuer de s’améliorer en qualité et en quantité

42Alors, à partir des deux remarques suivantes, il envisage la philosophie de l’avenir, soit :

  • l’investissement financier de l’État est le garant de la politique volontariste, qu’il entend mener en la matière. C’est également la condition nécessaire pour introduire une nouvelle politique du sport à l’université, qui devrait permettre d’augmenter la pratique sportive, en qualité et en quantité, et en générant ses propres moyens. ;
  • le cadre proposé est l’Unité de Formation et de Recherche en Sport, créée dans chaque université, avec pour objectifs :
    1. prendre en charge tous les problèmes sportifs dans leur ensemble, créer une véritable dynamique sportive dans l’établissement,
    2. favoriser le rayonnement du sport,
    3. permettre aux sportifs de haut niveau, quels que soient leurs diplômes, d’accéder à l’université.

43Les principes retenus seront :

  1. établir un plan sur quatre ans de construction d’infrastructures et de création de postes ;
  2. placer toutes les structures intervenant sur le plan sportif à l’université dans un seul cadre, afin de leur permettre d’envisager les problèmes de façon globale en mobilisant toute leurs ressources ;
  3. créer les conditions pour que le sport à l’université soit mieux perçu de l’extérieur et plus mobilisateur à l’intérieur ;
  4. utiliser alors son image et son rayonnement pour générer des ressources qui lui permettront de jouer avec plus d’efficacité son rôle premier dans la formation et l’éducation de la jeunesse, en améliorant la pratique sportive des étudiants et en offrant aux sportifs de l’élite une future insertion sociale optimale et adaptée.

44Je ne citerai pas ici le détail précis des propositions qui, est-il besoin de le rappeler, bousculaient sérieusement les mentalités.

Remarques personnelles

45Incontestablement, le travail de Jean Fabre a marqué certains acteurs dans les universités.

46Des initiatives ont été développées. On peut pourtant constater que le secteur associatif et le service public n’ont pu s’associer, pour des raisons bien « franco-françaises » de reconnaissance des institutions. En revanche, des modifications des statuts internes au service public et au secteur associatif ont vu le jour.

47Citons deux exemples, les universités de Reims et de Rouen ont su créer une « structure de service public » pour la formation et la recherche. Le secteur associatif s’est constitué en une seule et même structure pour représenter l’Université dans le mouvement sportif.

48La notion de « guichet unique » pour les étudiants a été développée avec succès. L’UFR STAPS s’est organisée en deux départements, l’un consacré à la filière STAPS, l’autre à l’animation dite SUAPS, au bénéfice final de l’étudiant et pour une meilleure adéquation du service des personnels. L’Association a fait vivre en bonne harmonie deux secteurs, l’un consacré à la compétition corporative universitaire, l’autre aux activités d’ouverture et d’innovation du club universitaire.

49Pour l’étudiant, la perception du sport à l’université est plus claire. La pratique se développe harmonieusement et l’Université communique avec la Société.

50Cependant, l’environnement institutionnel, la loi des universités, l’ancrage des structures nationales, la gestion des équipements, le manque d’équipement et le corporatisme des intervenants ont eu raison de certains de ces développements.

51Là où le secteur associatif a eu la chance de pouvoir s’appuyer sur sa propre contribution en matière d’équipements sportifs, le système a pu résister. Là où les équipements sportifs universitaires ont été laissés à la seule gestion du service public, la volonté des hommes n’a pu faire face à l’étroitesse de vue des gestionnaires.

52L’Université est un des moteurs de la Société, Jean Fabre est un précurseur qui a voulu montrer la nécessité de son intervention dans le monde vivant du Sport.

53Un service public omnipotent, au détriment du secteur associatif ne pourra permettre d’atteindre cet objectif… Il s’agit de mettre en place les bons conventionnements entre les deux secteurs. Les règles de l’Université fonctionnent plutôt comme un frein, alors qu’elle a et aurait tout à gagner en devenant un moteur de cette vie associative ouverte.

54Des expériences nous permettent de voir que ce cheminement est de nature à redynamiser un secteur moribond.

Perspectives

55Pour conclure, j’évoquerai les suites données au rapport.

56Des événements politiques majeurs, qui sont survenus, n’ont pas permis le développement du projet.

57On peut pourtant se poser la question de savoir si les acteurs eux-mêmes, à l’intérieur de l’université autant que ceux du mouvement sportif, auraient majoritairement adhéré au projet. Des résistances se seraient manifestées chez certains, non pas par opposition à l’idée générale défendue dans le rapport, mais sans doute pour des raisons de sauvegarde de leurs « territoires » respectifs.

58En 2000, la Commission d’évaluation du sport à l’université rappelait que le Rapport Fabre conservait toute son actualité sur la mauvaise perception du sport à l’université, due particulièrement à l’éclatement des structures.

59En 2007, à l’exception de la baisse des effectifs étudiants, de la baisse des moyens, de la dégradation des relations entre les tenants des territoires et de l’absence totale d’intérêt du mouvement sportif pour le sport universitaire, il semble que rien n’ait fondamentalement changé.

60Au cours de l’entretien que j’ai eu avec Jean Fabre, j’ai bien compris que celui-ci avait été très déçu par cette fâcheuse habitude du monde universitaire à traiter tous les problèmes par des mots sans que ceux-ci aient une signification réelle dans les actes.

Témoignage de Daniel CAMILLI,
Ancien Directeur du Service des Sports de la ville de Vénissieux

61En 1966, après un passage comme enseignant d’EPS dans des établissements secondaires, j’ai intégré un poste de moniteur d’EPS municipal (la dénomination actuelle est ETAPS) à Vénissieux, banlieue ouvrière de l’est lyonnais (capitale du poids lourd, usine Berliet devenue RVI). La ville de Vénissieux a vu sa démographie passer de 35 000 habitants en 1966 à 78 000 au début des années 1980, pour se stabiliser à 60 000 habitants de nos jours. En ces années 1960, nous trouvions à Vénissieux 7 disciplines sportives et 4 installations (2 stades, 2 gymnases).

62L’Office Municipal du Sport (OMS) était animé par des dirigeants éclairés (élus locaux, instituteurs, enseignants d’EPS, chefs d’établissement, membres d’associations sportives) qui avaient une vue prospective de l’évolution diversifiée et humaniste des APS. Ces dirigeants avaient créé un club omnisports afin de susciter la pratique de nouvelles disciplines non encore implantées sur la cité. Simultanément, ces responsables ont sollicité le maire pour qu’il crée un poste d’éducateur sportif avec, comme premier objectif, la mise en œuvre d’un projet pour les enfants de 6 à 12 ans. Cette demande a retenu l’attention du maire car elle s’inscrivait dans l’évolution des politiques publiques de l’époque (culture, loisir de l’enfance). Le poste fut créé : je fus nommé. C’était en 1966… Et une feuille de route me fut tracée – oralement – par l’adjoint au sport et les dirigeants de l’OMS.

63Feuille de route relativement succincte dans son propos mais complexe dans sa commande : il s’agissait que la population ouvrière et en particulier les enfants d’ouvriers aient les mêmes droits que les enfants de familles aisées pour accéder à la pratique des disciplines sportives, même celles ayant une connotation dite « bourgeoise ».

64Il a donc fallu mettre en place, avec les clubs sportifs et le milieu scolaire, des dispositifs permettant d’une part que le sport soit en premier lieu un outil éducatif pour les plus jeunes, et d’autre part que le plus grand nombre puisse y accéder… afin de tendre ainsi au précepte cher à la fédération des OMS : le sport pour toutes et tous et au meilleur niveau possible pour chacune et chacun, et le sport, compagnon de toute une vie.

65Vaste chantier ! Inutile de préciser que le parcours ne fut pas linéaire. Mais s’il y eut des espérances déçues, les satisfactions et les réussites ont aussi souvent été au rendez-vous.

La mise en œuvre

66Pour répondre à cette demande et mettre en œuvre ce chantier, nous nous sommes inspirés des travaux de recherche de la FSGT (Fédération Sportive et Gymnique du Travail).

Centre d’Initiation Sportive et USEP (Union Sportive de l’Enseignement Primaire)

67Dès 1966, nous avons installé dans les quartiers des sections de CIS (Centre d’Initiation Sportive) au sein du club omnisports. Dès la première année, 150 enfants ont été initiés à des activités sportives n’existant pas encore sur la ville (handball, athlétisme, gymnastique, natation et plus tard, dans les années qui ont suivi, voile, escrime, tennis, roller, gym rythmique, école du cirque, etc.).

68Pour des raisons de cohérence de la politique du sport sur la ville, après deux années de fonctionnement, nous avons transféré ce dispositif à l’USEP, en accord bien sûr avec les instituteurs qui souscrivaient eux-mêmes à cette diversification des activités dans un but éducatif. Ce dispositif a été renforcé par l’emploi d’éducateurs sportifs qui émanaient des clubs car le souhait était de favoriser, entre autres, la relation club/école.

69Comme toute période d’initiation, celle-ci prend fin et, pour les enfants, il faut passer à une autre étape après l’USEP. Lorsque les enfants quittaient l’USEP, nous faisions avec eux une évaluation qualitative et un bilan pour connaître leur désir de continuer une pratique qui les aurait intéressés. Soit la discipline choisie existait sur la cité et nous les dirigions alors vers l’association concernée, soit elle n’existait pas et nous invitions les parents de ces élèves à des réunions spécifiques. Au cours de celles-ci, nous leur proposions de créer, pour leurs enfants, une section de la discipline concernée.

70La Ville mettait alors à disposition de ces nouveaux « dirigeants parents » un accompagnement humain et technique, matériel et financier. Et c’est ainsi que nous avons vu apparaître, dans les années 1970, des sections d’escrime, de tennis, de voile, d’athlétisme et bien d’autres encore qui sont devenues au fil du temps des clubs sportifs à part entière. Ils existent encore de nos jours et font preuve de vitalité. Cette approche a permis le développement et la diversification des pratiques de façon significative. Actuellement, les Vénissians peuvent choisir la pratique du sport qui les intéressent parmi plus de 40 disciplines.

Les Écoles de Sport

71Le souci de la municipalité et des dirigeants de l’OMS était d’éviter que ce dispositif de l’USEP soit considéré uniquement comme un vivier dans lequel certains dirigeants sportifs auraient eu la tentation de sélectionner les meilleurs pour renforcer leurs équipes en laissant les autres enfants sur la touche.

72Très rapidement, dès 1968, la Ville et l’OMS favorisent progressivement la mise en place des Écoles de Sport dans tous les clubs de la ville, bien sûr en accord avec leur président.

73Ces écoles permettent aux enfants de continuer une pratique sportive sans contrainte sélective.

74Une convention lie les clubs et la Ville, précisant que la commune s’engage à financer des vacations d’éducateurs sportifs professionnels et à mettre à disposition des équipements adaptés. Quant au président du club, il s’inscrit dans une mission éducative en favorisant une pratique de qualité, quel que soit le niveau de l’individu. Il n’écartera pas celui-ci arbitrairement de la structure, sous prétexte d’un manque de performance.

75Actuellement, plus de 1 600 enfants âgés de 6 à 12 ans fréquentent ces Écoles de Sport.

Les animations sportives « vacances et temps libre »

76En 1981, Vénissieux a été la première ville en France à être confrontée à des événements sociaux graves, sur le quartier des Minguettes. Des explosions sociales qui ont surpris l’ensemble du monde institutionnel.

77Malheureusement, au cours des années suivantes, d’autres villes de l’agglomération lyonnaise vont essuyer les mêmes « tempêtes ».

78En 1982, Vénissieux décide d’anticiper avant de subir une nouvelle explosion. Elle prend le parti d’organiser des activités pendant l’été pour limiter les violences faites aux biens (comme les voitures brûlées, les vitres cassées, les dégradations de bâtiments publics, etc.) Elle prend donc l’initiative de mettre sur pied un dispositif avec la collaboration des services de la Direction de la Jeunesse et des Sports afin de permettre aux jeunes des quartiers de s’occuper pendant leur temps libre.

79Face à l’explosion d’un phénomène d’insécurité que personne n’avait osé imaginer, ni donc encore moins prévoir, le service des sports, en relation avec d’autres services, est sollicité pour participer au pilotage de cette opération qui consiste à proposer des activités socio-éducatives. Mais la plupart de celles-ci s’avèrent inadaptées à la rugosité de la tâche.

80Pour appréhender ce vaste chantier, nous ne pouvions nous appuyer sur aucun savoir-faire pour répondre à ces comportements sociaux nouveaux ; aucune conférence ou colloque, ni aucune réflexion ne pouvait nous aider dans la construction de ce projet. Nous sommes donc partis de la conviction un peu courte et naïve que les gamins, une fois les règles apprises sur le terrain, les transfèreraient automatiquement dans un comportement civique.

81Nos objectifs étaient simples : lutter contre le désœuvrement et, à terme, favoriser une pratique sportive régulière, tout au long de l’année, dans un des clubs de la ville.

82C’était assez typique d’une approche « pédagogique » à tout crin : avec la force de la répétition, on pensait créer l’habitude. En ce qui concerne le désœuvrement, les résultats ont été probants pendant les temps d’activité qui leur étaient proposés ; par contre, le nombre de jeunes qui ont effectivement rejoint un club n’a été que d’une quinzaine sur 1 500 et la même proportion s’est malheureusement vérifiée les années suivantes. Avec leur politique sportive, les villes avaient cru pendant un temps détenir un levier efficace, une solution mécanique.

83Mais le sport n’est pas une vertu en soi.

84Cette « pensée magique » a perduré longtemps encore : en 1998, le succès de l’Équipe de France, lors de la Coupe du Monde de football, laissait espérer une fraternité « Black, Blanc, Beur », mais force est de constater que le racisme et la violence n’ont pas pour autant disparu. Encore un espoir déçu… Revenons à notre opération, baptisée « anti-rouille », lancée en 1982. Le mot composé faisait sens en référence à « rouille ». Et pourquoi « rouille », me direz-vous ? « Parce que l’on rouille à ne rien faire », disaient les jeunes au pied des tours, dans ces années-là. Des moyens humains et matériels importants furent mobilisés et, de plus, le ministère de l’Intérieur détacha six animateurs sportifs CRS à la direction des sports pour renforcer les équipes d’éducateurs sur le terrain. On doit avouer que ces fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont effectué et effectuent toujours, depuis plus de vingt ans, un travail remarquable en direction des jeunes, pendant les périodes estivales.

85Dans le programme de ce dispositif, on retrouvait des sports collectifs et des disciplines qui nécessitent des efforts d’apprentissage (équitation, voile). Cette organisation a permis de rassembler plus de 1 500 jeunes de 12 à 18 ans. Nous avons alors assisté à une déferlante en direction des activités sportives.

86Mais au fil de ce premier séjour, malgré un enthousiasme pour la découverte des disciplines, nous avons rapidement constaté une désaffection des sports faisant appel à une technicité complexe au profit du traditionnel sport footballistique, accessible instantanément. Il faut le dire, ce constat est assez déprimant dans la mesure où nous souhaitions que ces moments favorisent un élargissement de l’horizon de cette jeunesse, cette démarche d’ouverture s’inscrivant dans notre philosophie d’un sport éducatif.

87Il faut savoir que l’accueil des jeunes était gratuit, mais le « tout gratuit » a eu des aspects pervers, avec des effets boomerangs… car certains s’appropriaient les espaces sportifs au-delà de la période estivale. L’a priori du départ sur le « tout gratuit » s’avère donc contre-productif.

88Fort de cette réalité, le service des sports va innover, dès 1984, en installant alors un système de « chantiers » afin de développer une attitude responsable et citoyenne suscitant la réciprocité du « donnant-donnant ».

89Les jeunes devaient fournir un travail d’intérêt collectif pour avoir la possibilité d’accéder aux activités, ce qui se traduisait par un certain volume de travail à exécuter et tant que celui-ci n’était pas accompli, les jeunes n’obtenaient pas l’accès aux loisirs proposés.

90Malgré les grandes difficultés, les réponses données à cette situation sociale ont permis, au fil des ans, de limiter les excès de violence pendant ces temps de vacances.

91Cependant, les manifestations de violence incontrôlées révèlent la fragilité du système social et montrent les limites des seules actions « pompiers ». Quant à lui, le mouvement sportif n’est pas organisé ni armé pour résoudre, en lieu et place des pouvoirs publics, les dysfonctionnements sociaux. La prise d’initiative des collectivités appelle nécessairement un concours de l’État.

La création d’une Direction des Sports

92La montée en puissance de la démographie ainsi que le développement et la diversification des activités physiques et sportives sur la commune ont nécessité très rapidement la création d’une structure de gestion pour répondre aux besoins. Une Direction des Sports a donc été créée.

93Cette Direction s’articule en trois secteurs, un service administratif, un service logistique et un service animation.

94Le service administratif est chargé de formuler la conception et les propositions d’objectifs en matière de politique sportive. Il favorise également la mise en œuvre des projets de la politique du sport. Il manage les ressources humaines. Il gère le budget et il assure l’accueil et le secrétariat. Il coordonne un « projet sportif local » qui a été élaboré avec l’OMS, ayant pour objectif de déterminer les besoins à court, moyen et long termes de la ville.

95Le service logistique gère les équipements sportifs qui sont passés, dans la période qui nous concerne, de 4 à 32. Il est chargé d’organiser matériellement les grandes manifestations. Il instruit et suit les dossiers des travaux de maintenance et de rénovation. Il s’implique dans la conception des équipements nouveaux en partenariat avec les autres Directions de la ville concernées (services techniques, service financier, etc.). Il collabore également avec l’OMS.

96Le service animation assure l’organisation et le suivi des Écoles de Sport et de l’USEP, coordonne le personnel mis à disposition de l’éducation nationale dans le primaire. Pour ce secteur, les éducateurs sportifs impliqués dans le monde scolaire ne se substituent pas aux enseignants ; une de leurs missions est d’apporter une aide technique aux enseignants dans le cadre d’un projet pédagogique validé par l’inspecteur d’académie. Ce service est également chargé de gérer et d’animer les animations vacances et temps libre. Il met en œuvre, avec les organismes extérieurs, la formation du personnel effectuant des vacations pour l’ensemble des actions soutenues par la Ville (160 éducateurs concernés). Il pilote le volet de la politique sportive et éducative de la Ville définie par le « projet sportif local ». Par ailleurs, il participe aux grandes manifestations sportives telles que la Foulée Vénissianne, Sport Expo, ou encore les tournois internationaux (handball, basket, gym rythmique, cyclisme, etc.).

97Nous avons bien souligné la collaboration étroite qui existe entre la Ville et l’OMS, instance qui a vocation à favoriser la concertation entre les différents acteurs de la ville, concernés par les APS. L’OMS est par conséquent un organisme qui est une force de proposition. Par ailleurs, cet organisme a développé des services d’aide au monde associatif sportif en créant un centre de médecine du sport, une structure de conseil administratif, juridique et comptable, et une cellule d’aide à l’organisation événementielle.

Les relations et les collaborations extérieures

98Le président de l’OMS et quelques-uns de ses collaborateurs se sont investis au niveau de la Fédération Nationale des OMS pour participer aux travaux de réflexion conduits par cet organisme – notamment au niveau de la médecine du sport et de la défense de l’éducation physique et sportive à l’école – et, au début des années 1980, pour militer en faveur de la création de la filière Sport dans les collectivités territoriales.

99Cette dernière action de la FNOMS nous a conduits à avoir des contacts avec l’UFRAPS de Lyon pour évoquer les formations adaptées aux collectivités territoriales. Le directeur de l’époque, malgré les réticences de ses collègues qui souhaitaient conserver une vocation unique à l’UFRAPS, celle de la formation des enseignants d’EPS, a accepté, à la rentrée 1983, de tenter l’expérience en créant un enseignement en 3e et 4e années lié à la gestion du sport et des loisirs, mais il était très attentif aux débouchés professionnels possibles pour ses étudiants.

100En 1984, la FNOMS a organisé à Poitiers un colloque avec les représentants des ministères de l’Intérieur, de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des sports et de l’Association des Maires de France (l’AMF), sur la nécessité de créer des services des sports avec du personnel compétent en matière d’activités physiques et sportives, afin de permettre aux élus d’avoir des cadres qui les aident à la décision. Il faut savoir que dans la grille des emplois des APS de l’époque, il n’existait que des catégories C et B. Ce colloque a permis une maturation positive du problème, puisqu’en 1993 des emplois de catégorie A ont vu le jour, ce qui a permis à un grand nombre de villes d’intégrer du personnel correspondant aux besoins actuels.

101Pour exemple, dans la région lyonnaise, jusqu’à la fin des années 80, la majorité des services des sports étaient dirigés soit par un administratif, soit par un technicien. Actuellement, pratiquement toutes les villes de plus de 10 000 habitants emploient un ou plusieurs conseillers territoriaux des APS.

102Ce travail de longue haleine a été payant car, depuis trois ans, l’UFRAPS de Lyon a créé une filière « collectivités territoriales ».

103En guise de conclusion, et pour rester dans les limites de la thématique abordée aujourd’hui : « Quelques expériences et des ouvertures réussies », il me semble que c’est la Cité, autrement dit la Société, qui, confrontée à une mutation de la vie collective faisant apparaître « un problème de la jeunesse », s’est trouvée dans l’obligation d’apporter des réponses appropriées. L’activité sportive s’est imposée comme un outil pédagogique intéressant, supposant une compétence appropriée au niveau des acteurs impliqués dans cette action. Or, cette compétence, ces savoirs et savoir-faire ont nécessité de ne pas s’en tenir à un « empirisme court ». On s’est alors tourné vers l’Université en lui soumettant d’ailleurs des questionnements auxquels elle n’était pas préparée. Aujourd’hui, cette articulation entre la Cité, l’Université et les formations qualifiantes à l’action sportive de proximité va de soi. C’est une évidence. Mais à l’échelle de plus de deux décennies, il a fallu tout inventer, dans un dialogue constructif, et par-delà les réticences ou les préjugés. Des ouvertures réussies !

104Après ce bref panorama socio-historique, je reste bien sûr à votre disposition pour apporter les compléments d’informations que vous désireriez et je vous fais savoir que le livre Aux sports citoyens retrace cette aventure de quatre décennies. Ce livre a été rédigé par Alain Arvin-Bérod, suite aux entretiens que nous avons eus ensemble. Alain Arvin-Bérod que vous entendrez demain en matinée.

Débat

Christian PELTIER

105Nous avons identifié deux champs institutionnels particuliers : l’Université et la Collectivité Territoriale ; d’une part, l’Université et sa capacité d’ouverture sur la Société et, d’autre part, la Cité cherchant un appui, des compétences en se tournant vers l’Université. Nous allons engager le débat avec nos deux orateurs, mais il faudra également ouvrir la perspective et multiplier les témoignages. Que pouvons-nous présenter aujourd’hui comme capacité d’évolution, comme possibilité de changement ? Que pourrions-nous provoquer qui permettent d’optimiser les liens entre ces partenaires réels ou potentiels que sont l’Université, le Sport et la Cité ? Car c’est bien là que l’on nous attend. On nous demande de « prendre les armes » pour provoquer des changements de mentalité, des conditions d’expression « Au Sport Citoyen ! ». Des expériences se sont déroulées et des ouvertures ont été réalisées. Qu’en est-il aujourd’hui ? Qu’en sera-t-il dans les prochaines années ?

Walfried KÖNIG

106Monsieur Camilli, j’aimerais savoir quels rôles ont joué les écoles dans vos activités ? Comment avez-vous travaillé avec elles, parce que tous les jeunes que vous avez mentionnés sont dans les écoles, les collèges, les lycées ?

107Ensuite, par rapport à l’Université, avez-vous eu un support de la part des sociologues, des médecins, d’autres facultés universitaires, dans vos activités ?

Daniel CAMILLI

108En ce qui concerne la première question, j’ai soulevé le voile d’un certain nombre de nos actions, en mettant davantage l’accent sur les problèmes sociaux que nous avons eu à traiter.

109Dans le cas de notre logique d’une politique de l’activité physique et sportive sur la commune, nous prenons bien sûr en compte l’ensemble des acteurs, et en particulier le monde scolaire, dans un premier temps avec les écoles primaires.

110Nous avons travaillé avec les écoles primaires sur l’aspect de l’association sportive, l’« AS », qui se déroulait à l’époque le jeudi et qui est organisée maintenant chaque mercredi. Puis, dans le cadre du temps scolaire, nous avons mis en place, en fonction des projets pédagogiques de classes ou d’écoles, des soutiens à une pratique sportive choisie dans le cadre de ce projet pédagogique, sous forme de cycles. Nous ne nous substituons pas à l’enseignant. Un éducateur vient en renfort pour une action bien déterminée, dans un temps limité.

111En ce qui concerne le secondaire, nous avons renforcé l’action de l’UNSS en mettant à disposition des éducateurs sportifs auprès des enseignants d’éducation physique, ce qui a permis de renforcer la politique de l’UNSS sur la commune. Pour vous donner une idée : à peu près 25 % des jeunes collégiens et lycées de la ville avaient une activité UNSS le mercredi, tout cela en relation avec le monde associatif. Notre souci a été que les éducateurs soient un peu des « voltigeurs » entre ces structures scolaires ou périscolaires, et la structure associative. Notre rôle, au niveau de la ville, a été d’une part de favoriser tout ce relationnel et, d’autre part, de mettre des moyens à disposition.

112En ce qui concerne la deuxième question relative à l’Université, que peut-on retenir ? En 1984, avec le directeur de l’UFRAPS de l’époque, à Lyon, nous avons mis en place une filière liée à la gestion du loisir et du sport en général. Dans cette filière, on trouvait des modules relatifs à la collectivité territoriale. Dans ce volet de la collectivité territoriale, nous avons introduit dans les enseignements des interventions d’élus municipaux, d’architectes pour tout ce qui relevait de la conception des équipements, de médecins spécialistes de médecine du sport pour évoquer la politique de santé publique que nous mettions dans le domaine sportif sur la ville. Actuellement, il existe une filière spécifique « collectivités territoriales » où l’on retrouve toute cette palette d’intervenants ou d’enseignants pour que les étudiants aient une vue complète de ce qu’ils sont susceptibles de trouver sur la commune. Par nature, une collectivité territoriale se retrouve au carrefour de toutes ces logiques verticales – éducative, compétitive, de loisir, etc.

Christian PELTIER

113Cette nature pour la Ville d’être au carrefour de logiques du Sport, de la Jeunesse et de l’Éducation n’est-elle pas aussi due au fait que les relations entre l’école primaire et la mairie sont en général très étroites ? Est-ce que la même coopération se retrouve au niveau des collèges, des lycées ?

Daniel CAMILLI

114En ce qui concerne le primaire, les villes ont une compétence en matière d’équipements et non en matière d’animation pédagogique. C’est une volonté politique qui a été admise par l’Inspection Académique pour mettre en place ces structures. En ce qui concerne le secondaire, nous n’intervenions qu’au niveau de l’association sportive, et non pas dans le cadre de l’enseignement, parce que les professeurs d’éducation physique sont compétents pour assurer l’ensemble de ces enseignements, ce qui n’est pas toujours le cas au niveau du primaire. C’est pour cela qu’il y a eu cet apport, mais tout à fait facultatif.

Alain BRAUN

115Nous avons entendu deux exposés sur une description et une analyse extrêmement précises dans deux champs particuliers, au niveau d’une Collectivité locale et au niveau de l’Université.

116La démarche de Jean Fabre était extrêmement précise puisque tous les services des sports des universités avaient été destinataires de disquettes, d’enquêtes, etc. Il y a eu, de ce fait, un très bon équilibre dans la qualité du travail remis au ministre.

117J’ai aussi retenu, dans l’intervention de Daniel Camilli, qu’il ne fallait pas écarter, dans le constat, les jeunes par rapport à leur niveau de performance sportive.

118Jean-Michel Martin a fait référence à la structure du gouvernement en 1981, avec, entre autres, un ministre d’État en charge de l’Éducation nationale et de la jeunesse et sports. Donc, on peut imaginer que la composante éducative était sous-tendue.

119Dans les mêmes années, j’ai eu la chance d’assister à une rencontre entre le ministre de l’Éducation nationale et le ministre de la Jeunesse et des sports (Edwige Avice), pour essayer de rechercher une harmonisation des formations des cadres du sport. Je n’ai pas d’autres exemples de ce type de rencontre formelle.

120Je connais une expression qui dit que « la vallée et la montagne ne se rencontrent pas ». Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’elles ne se rencontrent toujours pas et qu’il s’agit bien d’une volonté politique. L’interrogation qui se pose pour moi aujourd’hui, c’est, avec le gouvernement en place actuellement, la mission dévolue au ministère de la Santé, de la jeunesse et des sports. Dans ce cas de figure, l’Éducation nationale – et par voie de conséquence l’Université – a-t-elle une légitimité pour intervenir dans le domaine du sport ?

121L’objectif de mettre la santé au cœur du sport est un élément extrêmement louable, mais on peut aussi s’interroger sur les différentes déviations, évoquées ce matin.

122La question, telle que je me la pose, est la suivante : « Ne faut-il pas essayer d’agir, d’un point de vue politique, pour retrouver cette forme d’unité qui rapproche l’éducation et le sport, ce qui n’empêche pas de penser l’éducation et la santé par le biais du sport ? »

Intervention

123Je voudrais revenir, par rapport à l’expérience de Vénissieux, sur le rôle plus précis de la Ville ou de la Commune en termes de communication et d’information sur ce projet, et aussi sur l’importance du soutien financier que cela représentait. Peut-on avoir une idée de l’engagement budgétaire décidé ? C’est un problème que l’on ne peut pas contourner.

Daniel CAMILLI

124Il y a plusieurs temps dans la question que vous posez.

125En 1966, le maire de l’époque n’avait pas le souci de communication. Son souci était l’objectif humaniste, ce qui n’est pas le cas maintenant. Le souci était de développer les activités en général, culturelles, sportives et socio éducatives pour le plus grand nombre. C’était une volonté déterminée, à partir de laquelle des moyens ont été dégagés pour mettre en place ces dispositifs. À l’époque, cela représentait environ 6 % du budget de la commune, ce qui est assez énorme quand on sait qu’une commune comme Vénissieux bénéficiait à l’époque de taxes locales et de taxes d’entreprises de façon assez conséquente, contrairement à ce qu’est la situation aujourd’hui. À l’époque, il y avait donc des ressources et une partie de ces ressources a été investie dans le social. Le seul souci de la Ville était la rentabilité sociale. Rétrospectivement, j’ai trouvé qu’elle ne communiquait pas suffisamment auprès de la population pour faire savoir ce qu’elle faisait et combien cela coûtait, pour éviter l’effet « tout nous est dû ».

Christian PELTIER

126Mon observation à l’adresse de la Ville porterait sur le « pas besoin de reconnaissance ». Or, Université et Club Universitaire, ne sommes-nous pas aujourd’hui dans cette réflexion du : Demain dans la société, quelle organisation ? Pour quel sport ? Quelle reconnaissance ?

Intervention (même)

127Ma question sur la communication n’était pas uniquement destinée à valoriser l’équipe municipale, mais pour savoir si la population avait bien été mise « sous pression », et si les parents, par exemple, avaient participé à ce type de programme, si c’était un projet réellement à l’échelon municipal, communal, etc.

Daniel CAMILLI

128Effectivement, il y a eu le souci d’une communication à travers les écoles. La communication était donc pratiquement individualisée. Chaque enfant avait des indications utiles pour rejoindre telle ou telle activité, les instituteurs étaient des relais très importants parce qu’ils participaient. Ils étaient militants. Maintenant, ce sont des professeurs d’école, avec toutes leurs qualités, mais sans le même esprit d’engagement militant. À travers tout cela, il y avait effectivement une communication de qualité, et les parents étaient plus disponibles que maintenant pour participer à des réunions. Notre grande force de la mise en place et du développement du nombre de disciplines sportives a été le fait de parents qui se sont investis comme dirigeants. C’était de la communication, des réunions, des rencontres, des échanges, et l’Office Municipal des Sports a été un outil très important pour favoriser cette concertation.

Intervention

129Avant d’essayer de dresser des ponts entre ces deux interventions qui paraissent éloignées, je souhaite poser une question à Monsieur Camilli et ensuite essayer de faire un prolongement au développement de Jean-Michel Martin.

130Monsieur Camilli, un aspect de votre intervention m’a beaucoup intéressé, c’est le « donnant donnant », c’est-à-dire que vous êtes passé d’un système de gratuité à un système de « donnant donnant ». Quelles en sont les alternatives ? Ensuite, qu’est-ce qui avait changé dans les relations entre les adultes et les jeunes ? Était-ce déterminant ? Le changement a-t-il été très important ?

Daniel CAMILLI

131La frontière n’est pas marquée entre le moment où l’on a mis en place ce système et son évaluation sur le comportement des jeunes adolescents.

132Notre volonté était de limiter l’assistanat et nous avons fait un passage en force. Nous avons pu voir que des jeunes prenaient conscience des consignes à respecter. Nous avons pu sentir que lorsqu’ils accédaient aux activités, leur attitude était différente. Le préfet, dans les années 1986 et 1987, a institué, sur toutes les activités du département, cette mise en place de chantiers de travaux d’intérêt public.

Intervention (même)

133Pour prolonger l’intervention de Jean-Michel Martin, maintenant, je pense que le Rapport Fabre n’a pas été qu’un rapport. Il y a quand même eu quelques expériences qui ont été mises en place, et il aurait été bien d’en parler.

134Je ferai quelques rappels. Vu de l’extérieur, si une expérience a été réussie, c’est bien celle de Rouen, il y en a peut-être d’autres. Des échecs ? Celui de Reims ou le cas d’Orléans, sans doute. Il me paraît important d’insister là-dessus. Cela n’a pas été qu’un rapport, mais aussi une réalité sur le terrain.

Jean-Michel MARTIN

135Effectivement, nous avions des situations simples à Reims ou à Rouen. Nous étions à l’époque dans des universités où il n’y avait pas d’UFR STAPS, mais uniquement un SUAPS, un club universitaire et des associations sportives. Ce qui veut dire que l’approche que l’on a faite, en plaçant l’association sportive et le club universitaire dans un seul ensemble pour avoir une communication avec l’extérieur, était relativement facile. Concernant l’intérieur de l’université, à Rouen comme à Reims, nous avons eu, à cette époque, la chance d’être gouvernés par des présidents d’université qui étaient favorables à une meilleure lisibilité de ce qui se passait dans l’université, tout simplement. Mais il est très clair que la guerre s’est quand même installée entre ceux qui étaient des bénévoles dans l’université pour développer le sport, et ceux qui étaient des professionnels dans l’université. D’un côté comme de l’autre, nous avons trouvé les mêmes freins. À Rouen, cela perdure, mais à Reims je peux dire que les enseignants de l’UFR, comme du SUAPS, et par modification des structures de la présidence d’université, ont fait en sorte d’exploser le système, parce qu’il n’était pas dans la norme. Or, il fallait être dans la norme. Nous avons même fait marche arrière. La volonté à Reims, comme à Rouen, était de promouvoir pour l’étudiant le principe du « guichet unique ». L’étudiant arrivait et savait immédiatement ce qu’il pouvait faire, où il pouvait aller, ce qu’il pouvait engager comme prise de responsabilités.

136Comme le dit Jean Fabre, le sport est un élément de communication énorme, et quand un territoire de l’université peut être à certains moments, en dehors des mains du président, « il y a le feu ». Ce domaine-là, s’il n’est pas sous contrôle de certains présidents, obligerait à « faire sauter le verrou ». Mais diviser pour mieux régner est malheureusement une réalité.

Christian PELTIER

137Je vous encourage à aller sur le site du CNE (Comité National d’Évaluation) où figure un certain nombre d’observations concernant l’Université de Reims. Il est effectivement dit que l’Université n’a pas eu réellement de politique, qu’elle s’est reposée sur le dynamisme et l’esprit d’initiative du responsable de l’ISTAPS, également responsable du club sportif universitaire du RUC. Certes donc, des convergences de volonté, d’imagination, d’opportunité avec des hommes et des femmes. Cet état des lieux, réalisé en 2001, a fait aussi apparaître des espérances qui ont été certainement déçues, mais qui recèlent par contre les ingrédients encore valables aujourd’hui pour s’engager, proposer, imaginer, innover.

Claude LABROUSSE

138Notre thème est très ambitieux. En effet, régler les problèmes de la société à travers le Sport et l’Université me paraît tout à fait démesuré par rapport à nos propres moyens. Je constate que si on veut participer à ce règlement, il faut d’abord régler nos problèmes internes. À l’intérieur de l’Université, c’est le désordre en matière de sport. Au fil des années, surtout depuis la loi d’orientation de 1968, plusieurs organisations ont été mises en place, les unes au-dessus des autres, sans vraiment tenir compte d’une politique générale. Dans le Rapport Fabre, si son auteur avait retenu l’idée – qui lui avait été soufflée – de fondre les différentes structures dans une autre structure et un autre type d’organisation, il aurait peut-être rencontré moins de résistance. Cet empilement, qui est aussi une juxtaposition, tant qu’il ou elle ne sera pas réglé(e) d’une façon ou d’une autre, va continuer de perdurer. Quand des structures existent côte à côte dans un même champ, elles se confrontent. En plus, les moyens ne sont pas extensibles et ils deviennent de plus en plus difficiles à réaliser, aussi bien en installations qu’en crédits.

139Finalement, on s’aperçoit que ces différentes structures ont un pouvoir à l’intérieur des universités parce qu’il n’y a pas de « pilote ». Tout au moins, disons que les universités n’ont pas pris le pouvoir au niveau du sport. C’est ce qui me rapproche de l’exposé de Daniel Camilli. Dans le cas de Vénissieux, une politique avait été mise en place, même simple, avec un pilote qui était la Commune, qui donnait les moyens, qui dirigeait. À l’Université, ce n’est pas du tout le cas, et tant que ce problème ne sera pas réglé, nous n’avancerons pas.

Christian PELTIER

140S’agissant d’objectifs, c’est donc la mise en œuvre de projets tant sportifs que d’animation qu’il nous faut cultiver. Avec cette loi du 10 août 2007, nous devons mémoriser ce en quoi nos clubs universitaires pourront être associés à la construction d’une politique de l’Université pour la pratique du sport.

Alain BRAUN

141Par rapport au pilote, je rappelle l’expérience qui est en train de se mettre en place sur Paris, où l’on essaye de faire en sorte que le pilote soit les présidents d’université, avec l’appui de la Ville.

Daniel BONZOMS

142Nous avons vu la difficulté de lier les deux présentations, ce qui me paraît logique puisque les écoles primaires sont de compétence communale et l’université de compétence d’État. Je vous livre quelques petites expériences rapides.

143J’étais au Conseil d’Administration de l’US Créteil au temps où Créteil a changé de majorité. Nous avons eu une poussée d’instituteurs militants politiques qui nous ont présenté un projet de mise en place de centres d’initiation à la pratique sportive, tels que vous avez pu le faire à Vénissieux. La principale résistance au départ venait des dirigeants sportifs, parce que leurs habitudes étaient bouleversées. La décision fondamentale de la municipalité a été d’apporter une dotation financière très large pour que cela puisse fonctionner. Elle a donc doté l’US Créteil d’une somme en subvention, pour créer ce centre d’initiation à la pratique sportive, plus importante que la dotation globale de l’US Créteil. Il a fallu que la mairie continue à financer largement cette expérience, mais c’est une décision politique avec, à la clé, des financements très importants.

144Deuxième expérience à Grabels, où j’étais conseiller municipal adjoint aux finances. Et là, il s’est agi d’aider les instituteurs dans leur enseignement du sport. Cela n’a pas été facile à mettre en place. Or, il y avait là encore une fois une volonté politique communale et une mise en œuvre financière relativement importante.

145Enfin, je suis tout à fait d’accord avec Claude Labrousse sur les blocages qui existent pour l’Université et sur la volonté politique qu’il faudrait exprimer afin de faire quelque chose de fort. Si on supprimait toutes ces structures, que ferait-on ? Que mettrait-on en place ? Avec quoi fonctionnerait-on ? À quoi servirait-il pour la société ?

Robert DENEL

146De l’exposé de Daniel Camilli, je retiens une démarche intéressante, que je connaissais, et je retiens également qu’en définitive, dans le sujet « Le

147Sport, l’Université, la Société », il y a deux choses. La première est que vous avez demandé à l’Université de remplir une mission de formation, qu’elle ne remplissait pas auparavant, permettant à des éducateurs territoriaux d’être plus performants. Par contre, l’Université n’a pas contribué, à mon avis, à la réussite totale du travail que vous avez fait. Un certain nombre d’enseignants-chercheurs ou d’étudiants et doctorants auraient pu évaluer l’impact de cette action et contribuer ainsi à ce que le travail soit reproduit, analysé, amélioré.

148Par rapport au sujet que nous avons à traiter, une expérience intéressante a été exposée mais, par rapport au problème de l’Université, il aurait été plus fécond encore que cette Université, volontairement ou à votre demande, s’investisse pour compléter le travail et éventuellement faire en sorte qu’il soit reproduit ailleurs après analyse. Pour moi, c’est un regret, par rapport au sujet d’aujourd’hui.

149La deuxième chose concerne ce qui se passe dans l’Université et dans les différentes structures universitaires. Contrairement à ce que j’ai entendu depuis ce matin, je considère que ce qui a été fait au fil des années – et cela remonte à très longtemps puisque la première activité sportive à l’université date de 1900 et même un peu avant, à Bordeaux, où des étudiants se sont pris en charge dès les années 1890 – ces étudiants n’ont cessé de demander, jusque dans les années 1960, à ce qu’un service public soit mis en place. Ce service public a été instauré à la demande du secteur associatif, il n’y en avait pas avant la loi d’orientation de 1969, pour avoir et gérer des équipements, aidé en cela par l’opération de construction des installations sportives scolaires universitaires de l’époque, après les Jeux de Rome. Je crois donc que la mise en place des SUAPS est parfaitement définie : ils servent à gérer les équipements, à ce qu’un service public s’occupe effectivement du sport à l’université.

150Les facultés sont utiles également, la faculté des sciences du sport permet de faire de la formation et de la recherche. En quoi est-ce gênant ? Pourquoi veut-on systématiquement opposer les structures qui se sont construites au fil du temps ?

151La vie associative n’est pas critiquable non plus. Reste le club universitaire, qui s’est posé la question de savoir à quoi il servait. Il est à l’origine du sport à l’université. Quel est le rôle que peuvent éventuellement jouer les clubs universitaires au travers de cette évolution, à laquelle ils ont largement contribué ? Les clubs universitaires ne sont plus des clubs étudiants, ce sont des clubs qui ont une assise universitaire, des attaches à l’université, des principes en correspondance avec l’Université, mais en réalité ce sont des clubs ouverts à l’extérieur. Dans la loi d’orientation, il est précisé qu’effectivement l’Université doit concourir à ce que toutes les catégories de la population puissent bénéficier de l’action universelle de l’Université, dans tous les domaines, notamment en matière de sport.

152En quoi tout cela pose-t-il problème ? Cela pose problème parce qu’il y a du corporatisme et qu’en définitive, au lieu de jouer la loi d’orientation dans son entier, on en prend une partie et l’on jette l’autre. Dans l’université, les mieux placés sont les fonctionnaires, les autres sont des bénévoles, donc accessoires, et même suspects. Il fut une époque, d’ailleurs, où la vie associative à l’université était suspecte.

153Je ne vois donc aucune raison à ce que les structures actuelles s’opposent. Je ne comprends pas pourquoi elles ne se mettent pas ensemble pour réaliser la totalité des missions qui sont confiées à l’enseignement supérieur de par la loi d’orientation. Je ne comprends pas pourquoi, dans ce Conseil National du Sport Universitaire, où tous les partenaires existent y compris Jeunesse et Sports et CNOSF, il n’y a pas eu plus de travail de réalisé et pourquoi n’ont pas été mises en application les dispositions votées à l’unanimité qui correspondent à ce que je viens de dire ? Je pense que des intérêts particuliers ont prédominé par rapport à l’intérêt général, et c’est inadmissible. Ce problème, nous devons le régler aujourd’hui.

Daniel CAMILLI

154Ce n’est pas forcément une ligne droite dans laquelle on doit s’engager. Dans tous les méandres que j’ai évoqués sur l’approche de la politique du sport à Vénissieux, et des relations que nous avons eues avec l’Université, via l’OMS, nous avons instauré un certain nombre de collaborations. Cependant, il y avait déjà des résistances à l’époque, et je rappellerai que bon nombre de professeurs d’éducation physique qui étaient enseignants à l’UFRAPS de Lyon freinaient pour qu’il n’y ait pas de formations autres que celles des « profs de gym ».

155Je suis donc allé voir l’un de mes amis qui étaient un fervent « freineur » pour lui dire que l’Université devait être capable d’ouvrir ses portes à des enseignements adaptés à l’ensemble du monde sportif d’une part, mais aussi à l’intention des collectivités territoriales. Cela a été un combat de longue haleine.

156Ensuite, nous avons eu affaire à l’Université pour la formation de nos 160 vacataires, ce fut un fiasco, imputable davantage à des individus qu’à la volonté de l’institution. Nous payions l’Université pour qu’elle forme nos vacataires, nous lui avions demandé de faire un travail adapté. Cela n’a pas fonctionné et fait donc partie des espoirs déçus.

157Nous ne désespérons pas. Il existe maintenant une filière Collectivités Territoriales. Des étudiants, dans mon service, sont venus faire des stages et, pour un bon nombre d’entre eux, sont devenus directeurs des sports.

158Les choses avancent peu à peu.

159Notre relation avec l’Université a été extrêmement positive dans son ensemble, malgré des espoirs ponctuellement déçus.

Claude LABROUSSE

160Je constate que chacun vit, côte à côte, certes, mais difficilement. Chacune de ces structures s’est organisée au niveau national et chaque organisation nationale renforce un peu l’indépendance des structures.

161Est-ce que l’addition de ce travail réalisé dans chacun des secteurs est optimale ? Je n’en ai pas l’impression.

162L’idée est de partir de l’étudiant en cherchant ce qu’il faut lui offrir, et on essaye de bâtir des systèmes avec ça.

163L’erreur de Jean Fabre a peut-être été de dire que la structure qui va amener le tout est l’UFR STAPS, mais, de par sa nature, l’UFR STAPS n’avait pas tous les atouts en main, et en particulier les possibilités d’ouverture que peuvent avoir d’autres structures. L’UFR STAPS est quand même une structure purement universitaire qui ne s’ouvre pas bien sur l’extérieur. Il fallait donc essayer de mettre ensemble un certain nombre de bonnes volontés afin de travailler dans le même sens. Il n’y a pas d’hégémonie de l’une ou l’autre de ces structures, le problème est que, tant qu’elles existent, il y aura des problèmes.

164Partir d’un idéal, c’est bien, mais il faut aussi rentrer dans le concret et voir comment cela se passe, chercher quelles stratégies mettre en place et voir si les stratégies qui ont été mises en place ne vont pas à l’encontre de cet idéal. Oui, elles vont complètement à l’encontre de ce que l’on souhaiterait pour que l’Université puisse jouer son rôle dans le sport tel qu’on pourrait le concevoir.

Christian DENIS

165Je pense que toutes les structures universitaires dont on parle sont conscientes que nous sommes arrivés à un carrefour, que les choses vont changer, et ces structures sont prêtes à évoluer.

166De par la loi d’orientation, on sait que les universités sont appelées à se regrouper. Il va y avoir des établissements publics qui vont regrouper des services communs, avec un président à leur tête. L’avenir, c’est une réflexion à intensifier dans cette direction-là, pour savoir comment on va collaborer, coopérer, de manière à ce qu’il y ait un peu plus de visibilité pour le sport universitaire, mais aussi un peu plus de réalité pour les étudiants. Ce n’est pas aussi facile à mettre en place que cela, suivant les endroits.

Robert DENEL

167Au fil de l’histoire, je voudrais vous rappeler une chose. On a joué la division. Les clubs universitaires ont été contactés, à un moment donné, par un certain recteur, pour que le sport universitaire soit dans les mains des clubs universitaires. On a refusé. Ensuite, il y a eu le Rapport Fabre qui voulait donner le sport universitaire aux UFR STAPS. C’était également une maladresse.

168La question est de savoir si chacun est utile. Cela me semble évident pour les facultés, pour le service public, pour les « AS », mais pour nous cela a pu poser problème. On a donc fait un effort de réflexion pour savoir si on devait disparaître. Les débats ont été houleux et violents, jusqu’au moment où l’on a décrété que l’on était utile et que l’on pouvait le prouver. Ce qui s’est fait à Vénissieux, nous le faisons au travers d’un certain nombre de structures associatives, clubs universitaires, et avec une chance inouïe, qui plus est, puisque nous avons un matériel humain à l’Université qui est d’une qualité extraordinaire. Nous faisons des choses extraordinaires par rapport à toutes les catégories de la population pour défendre des pratiques innovantes complètement en phase avec la demande actuelle.

169Dans la mesure où nous sommes utiles et que l’Université en tire un profit, nous devons nous rassembler.

170En ce qui concerne les équipements, le CNDS donne des moyens aux collectivités locales pour réaliser des équipements et l’Université n’a pas le droit d’en avoir alors qu’elle contribue largement à développer le sport dans une population la plus diversifiée possible. Comment se fait-il que l’on en arrive à cette situation ? Le CNOSF lui non plus ne nous soutient pas.

171Si on doit faire un effort sur cette idée « Sport, Université, Société », ce n’est pas en jouant l’opposition mais en montrant la complémentarité et l’utilité de chacun, et en faisant en sorte de décider d’un certain nombre de pistes à investir pour que nous allions dans le même sens. C’est vrai que pour l’instant, nous n’avons pas été très bons, malgré les efforts réalisés ici ou là.

172Je pense donc que chaque structure est utile, que l’Université a un rôle indispensable et important dans la société, et qu’elle pourrait jouer ce rôle beaucoup mieux qu’elle ne le fait actuellement.

Jean-Louis MICHEL

173J’ai été appelé par la commune de Beausoleil, à proximité de Nice. Cette commune a contacté l’Université de Nice parce qu’elle possède des installations sportives magnifiques des ressources financières importantes. Elle voulait développer ses activités sportives dans le cadre du Club Universitaire, mais également en partenariat avec l’Université.

174Le maire de Beausoleil a trouvé porte close au niveau de l’Université de Nice qui, disposant d’une UFR STAPS, n’était pas intéressée pour aller à Beausoleil, à 15 kilomètres.

175Ce genre d’« occasion manquée » est à peine croyable, lorsqu’on y réfléchit.

Simone FEDEE

176Aux Antilles, nous avons une seule université, mais répartie sur trois régions éclatées : la Martinique, la Guyane et la Guadeloupe. Donc, pour fédérer tout cela, alors que nous étions isolés de la FFSU, de l’UNCU, de tout le monde, nous nous sommes organisés avec ce qu’il y a autour de nous, le Brésil, etc. Je ne peux pas dire qu’il existe des velléités d’une hégémonie de l’un par rapport à l’autre. On a vraiment l’impression de s’être fédérés tous ensemble, d’utiliser toutes les énergies, et nous nous sentons bien dans cette communication. Quand je viens en métropole, je ressens beaucoup de tiraillements et pense, comme Robert Denel, que nous avons tout à y gagner en nous regroupant au lieu de jouer l’éclatement. C’est à nous de voir ensuite quelles sont les meilleures méthodes pour y arriver. Aux Antilles, nous avons vraiment fédéré le sport à l’université.

Daniel CAMILLI

177Effectivement, les expériences sont nombreuses et ce sont souvent des essais. Actuellement, avec l’Université de Lyon et le Comité Régional des OMS, en accord avec la Région, nous avons mis en place un Observatoire, qui vient de faire l’objet d’une communication du professeur d’université auquel on a demandé de coordonner ce travail. Cet Observatoire va déboucher vraisemblablement sur une plate-forme qui permettra, entre autres, de coordonner toutes les structures existantes en matière notamment de formation. J’ai été étonné de voir le nombre de structures de formation qui existent. (…) Dans le cadre de sa politique de mise en place des emplois tremplins, l’Université a réalisé un très gros travail, en collaboration avec la Région, le Comité Régional des OMS et le Comité Régional Olympique.

Walfried KÖNIG

178Monsieur Camilli, je ne peux que vous féliciter pour le succès de vos expériences. C’est justement la raison pour laquelle j’aimerais bien savoir s’il y a des institutions au niveau national qui s’y sont déjà intéressées.

179À mon avis, il n’y a presque aucune possibilité d’avoir encore de nouvelles idées, car tout existe déjà, mais ce qui manque partout dans nos pays, c’est la multiplication des bonnes expériences, et il y a là une lacune importante.

180Y a-t-il un mouvement de multiplication et de diffusion des innovations ?

181À la fin des années 1970 et au début des années 1980, j’ai été responsable du développement du Sport Pour Tous en Rhénanie-Westphalie, un Land de 18 millions d’habitants. J’ai vu bien souvent que des choses que l’on avait dans la tête existaient déjà, mais seulement dans une, deux ou trois villes. Pour passer à l’étape suivante, il s’agissait régulièrement d’une nécessité de développer un système de multiplication, en y ajoutant la formation.

Daniel CAMILLI

182Effectivement, il existe plusieurs structures, parmi lesquelles la Fédération Nationale des Offices Municipaux du Sport qui a pour vocation de favoriser la coordination des actions sur le plan transversal dans une commune. Elle se trouve à l’articulation des logiques verticales, des logiques sportives, des logiques éducatives et des logiques de loisir. Là, c’est la recherche des complémentarités. Pour la mise en œuvre sur le terrain, ce n’est jamais simple, sauf qu’il existe des multitudes d’initiatives qui ont des déperditions d’énergie. Comme disait notre ancien président de la FNOMS « jouons groupés pour essayer de marquer ».

Alain BRAUN

183À Paris, les Offices Municipaux du Sport se sont transformés en Offices du Mouvement Sportif, c’est-à-dire des structures… sans la Ville.

Christian PELTIER

184Je vous propose de nous en tenir là pour ce thème. Nous avons pu constater qu’il existe, ici où là, des expériences intéressantes, qui mériteraient d’être reprises ailleurs et généralisées. Ce qu’elles ont en commun, c’est d’une part d’être attentives aux sollicitations des uns par les autres et, d’autre part, de savoir marier les compétences de chacun : la Société, le Sport, l’Université. En outre, lorsque chacun de ces référents entend jouer une carte personnelle au sein de son périmètre de compétence, il affaiblit ses propres capacités et verse dans la routine. La Société, c’est la commune, avec ses habitants, ses associations, ses établissements scolaires et sa jeunesse, ses élus, etc., et une ouverture sur les autres collectivités territoriales, par exemple. Le Sport à l’Université, ce ne saurait être le fonds de commerce d’une seule structure, au détriment des autres, surtout s’il faut s’ouvrir sur la Cité. Et on l’a clairement compris dans les exemples présentés. C’est une obligation.

Le sport à l’université1
Avant-propos
Lorsque le Comité National d’Évaluation a décidé de mettre à son programme de travail « le sport à l’université : la pratique du sport par les étudiants », son objectif était d’apporter une réflexion sur l’aspect éducatif que représente le sport dans la formation de l’individu et la part que l’Université a le devoir d’y apporter.
Il n’entrait pas dans les intentions du Comité de procéder à l’évaluation stricto sensu de tel ou tel service universitaire des activités physiques et sportives (SUAPS) de telle université, et encore moins à l’évaluation exhaustive des SUAPS des universités françaises. L’état des lieux est bien connu à travers les rapports (comme le Rapport Fabre de 1991 dont les conclusions restent d’actualité) ou enquêtes (comme celles que le Groupement national des directeurs de S (I) UAPS entreprend régulièrement) déjà publiés. C’est pourquoi le Comité a préféré observer les diverses formes que peuvent prendre les structures en charge du sport universitaire, et enquêter sur les conditions de la pratique et les raisons de la non pratique du sport par les étudiants. Sur ces bases, le Comité a conduit une réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour que les universités puissent assurer leur mission de formation et d’éducation dans le domaine du sport.
Il apparaît qu’à une époque où le sport, qui joue un rôle de plus en plus important dans le monde socio-économique, est confronté à certaines dérives au travers de l’argent, du dopage et de la violence, l’Université a un rôle majeur à jouer. Elle doit répondre à l’attente des étudiants en matière de pratique des activités physiques et sportives, mais aussi être une référence dans tous les problèmes du sport relevant de la culture et de l’éthique. Il appartient donc aux universités de mettre en place une véritable politique sportive en considérant le sport comme un volet de la formation de l’étudiant.
Note
1. CNE, Le sport à l’université. La pratique du sport par les étudiants, Paris, 1999, rapport multigr., 72 p. Avant-propos, p. 7. Cette évaluation a été placée sous la responsabilité de Jean-Louis Aucouturier, président du Comité, Pierre Vialle, vice-président du Comité et Chantal Communel, membre du Comité, assistés de Jean-Loup Jolivet, délégué général.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search