Version classiqueVersion mobile

Le Sport, l’Université, la Société

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 2. « Des repères indispensables : Quelques témoignages et expériences »

Robert Denel

Texte intégral

Présentation par Robert DENEL,
Administrateur Général du Lille LC, Secrétaire Général de l’UNCU

1José Savoye a plusieurs casquettes, dont celle d’ancien président de l’Université Lille 2, et j’ajouterai qu’il a manifestement marqué fortement son passage à l’Université. C’est un président qui a décidé que la politique du sport universitaire était celle que l’on a lue tout à l’heure dans l’article 1 de la loi d’orientation, qui en a pris l’ensemble des facettes et qui les a mises en œuvre.

2Je souhaite qu’il nous explique comment il y est arrivé, quelles sont les difficultés qu’il a rencontrées et ce qu’il a tiré de cette expérience-là.

3À propos du Sport, comme sur l’Université considérée isolément, ensemble ou dans leur relation à la société, tout a été dit ou presque et il ne servirait à rien de contribuer ainsi à l’allongement de l’état des lieux.

4Pour l’Université, comme pour le Sport, le jugement est le même et peut se résumer parfaitement par la formule lapidaire de certains livrets scolaires « peut mieux faire, doit mieux faire ».

5Autre remarque : dissipons un malentendu. Je me permettrai de rappeler ce qui est formulé dans la synthèse des débats de la séance d’ouverture : « Parler des rapports du Sport et de l’Université, ce n’est pas simplement parler du sport à l’université ou, plus largement, du sport universitaire, mais de ce que l’un par l’autre sont capables d’apporter à la Société en matière d’éducation, d’intégration, d’humanisme, de contribution à ses valeurs. »

6Pour mener des expériences nouvelles, l’idée saugrenue de sauver le Sport grâce à l’Université n’est certainement pas dans notre esprit. En revanche, être innovant afin d’apporter des solutions nouvelles aux demandes de la Société, c’est probablement s’employer, non pas pour ou à sauver le sport, mais pour contribuer à développer le Sport dans sa totalité ou tout au moins dans sa pleine expression.

7Nous attendrons ensuite Jean-Luc Cayla. Celui-ci a été antérieurement chargé de cours dans un certain nombre d’universités, en tant que physiologiste, et il a changé d’orientation et de fonction pour être nommé directeur chez Lagardère Paris Racing.

8Il va nous expliquer en quoi consiste son action, en quoi elle peut avoir une interrelation avec l’Université et, inversement, en quoi l’Université a besoin du concours de Lagardère Paris Racing.

9Ces témoignages, ces expériences également, vont nous fournir des repères indispensables. Avec José Savoye, c’est le responsable universitaire engagé dans le sport à l’université qui envisage l’ouverture sur la Cité. Avec Jean-Luc Cayla, c’est l’initiative privée, susceptible d’intéresser l’Université et les étudiants.

Témoignage de José SAVOYE,
Ancien Président de l’Université Lille 2
Président de la Fédération Française du Sport Universitaire

10Pendant mes deux mandats à la tête de l’Université Lille 2, j’ai conduit une politique de développement du sport universitaire.

11Pour qu’il y ait une politique sportive à l’université, une des conditions absolument nécessaires est que le président de l’université ait une politique sportive. S’il s’en désintéresse ou la délègue, il ne peut pas véritablement y en avoir une. Or, soyons réalistes, il n’existe pas une majorité de présidents qui aient une politique sportive. Quand je suis revenu, il y a deux ans, devant la Commission Vie de l’Étudiant de la CPU, les collègues que j’avais devant moi, pour certains d’entre eux, ignoraient tout du sport universitaire et ignoraient que, par exemple, il existait un Conseil des Sports, etc.

12Or, les moyens matériels dépendent du président d’université. Lors du vote du budget, il est important de savoir si le président a prévu des lignes car la dotation des SUAPS est figée depuis 17 ans maintenant dans toutes les universités françaises. Donc, cela dépend de la politique de l’université que le président décide éventuellement, et persuade son Conseil, de dégager quelques crédits sur l’ensemble du budget de fonctionnement pour les activités physiques et sportives, pour la maintenance des installations, voire pour la création de nouvelles installations.

13C’est le président d’université aussi qui décide des horaires, des emplois du temps, des grilles et des exonérations. Il peut par exemple faire gagner beaucoup de temps en faisant passer une petite note, comme celle que j’avais faite passer à tous mes doyens en leur disant : « Vous êtes évidemment libres de faire la suggestion qui vous paraît la plus adaptée, je me permets simplement d’attirer votre attention sur le fait que tout sportif qui me demandera une dérogation pour avoir un partiel de rattrapage et qui me prouvera que ce partiel avait lieu le jour où il avait une compétition universitaire, obtiendra de ma part une dérogation. » On gagne donc du temps car les doyens savent qu’ils devront organiser une session particulière, un nouveau partiel, de façon à permettre cette pratique sans porter préjudice aux études.

14Dans le cadre de l’Agence d’Évaluation des Universités, j’ai évalué une université dont le président a demandé l’inscription au Contrat d’Établissement d’une ligne ou d’un chapitre en faveur des activités physiques et sportives. Il est même allé beaucoup plus loin en faisant inscrire trois heures de pratique sportive hebdomadaires pour l’ensemble des étudiants. Il a été rétorqué qu’il était impossible, avec les emplois du temps, de trouver trois heures pour faire du sport. J’ai répondu dans mon rapport : « Est-ce que les juristes s’interrogent sur la question de savoir comment on va réussir à caser trois heures hebdomadaires de droit constitutionnel, est-ce que les littéraires s’interrogent sur la question de savoir comment on va faire pour caser trois heures de littérature, est-ce que les scientifiques s’interrogent sur la question de savoir comment on va caser trois heures hebdomadaires de physique ? » Le seul problème est qu’il faut se mettre dans la tête une fois pour toutes que le sport fait partie intégrante de l’éducation. C’est ce que dit le législateur, il faut le vivre au quotidien, ce qui veut dire que le Conseil d’Administration, et pas seulement le CEVU, et le président doivent personnellement s’occuper de ce genre de choses. Bien sûr, ils doivent déléguer, ils ont des responsables, mais ils doivent s’y intéresser comme ils s’intéressent aux autres types d’activités.

15Le président a aussi un rôle important car il détermine le contenu des services et ce n’est pas à vous que j’apprendrai que cela peut être, dans certains cas, le « nerf de la guerre ».

16Tous les ans, c’est lui qui dirige les débats lorsque l’on demande des créations de postes. Je crois pouvoir vous dire qu’en deux mandats, le service du SUAPS a vu doubler le nombre de ses emplois et la Faculté des Sciences du Sport a toujours été correctement placée dans les demandes de création de postes et dans les demandes de moyens. Dans ce domaine, il y avait une tradition dans notre université. En effet, historiquement, le sport dans l’enseignement supérieur a été introduit à titre expérimental en 1960 à la Faculté de Droit de Lille. L’année suivante, en 1961, un deuxième professeur de sport a été nommé à la Faculté de Médecine de Lille et, aujourd’hui, les Facultés de Droit et de Médecine sont réunies au sein de la même Université qui est celle de Droit et Santé de Lille 2. Nous avons donc une petite expérience historique qui explique que nous avons été les premiers à faire apparaître le sport dans l’enseignement supérieur, et aujourd’hui nous essayons d’assumer cette responsabilité.

17Il faut donc une politique sportive à l’université, à partir du moment où l’on part du principe que cela fait partie intégrante de l’éducation, ce qui est l’une des missions essentielles de l’Université ; cela fait partie intégrante de la formation permanente, qui est une autre des missions de l’Université.

18De ce point de vue, la justification est simple. Il s’agit du sport santé, qui est une condition indispensable pour prévenir les ravages de la sédentarité, notamment chez les intellectuels. Il s’agit aussi des valeurs d’intégration sociale du sport et de l’ensemble des valeurs qui sont véhiculées par le sport. Notamment, l’une de ces valeurs est l’esprit de compétition, et vous savez qu’aujourd’hui le mot clé chez les recruteurs est de « recruter des gagnants ». Où peut-on, sans grands risques, affronter la compétition et se forger un esprit de gagnant, si ce n’est dans le sport universitaire, dès lors qu’il est clair qu’à l’université le sport est capital, comme moyen, il n’est pas une fin en lui-même, un moyen essentiel de notre finalité qui est d’éduquer complètement.

19C’est pour cela que la Fédération Française du Sport Universitaire a deux slogans :

  • La double excellence. Notre idéal à la FF Sport U est un prix de thèse « champion olympique ». Il y en a, je peux vous en citer, et je peux même vous citer des professeurs de l’Université Lille 2 qui sont des médaillés olympiques, qui sont des champions de France inamovibles universitaires, on ne les cite pas assez, on ne les cultive pas assez.
  • Champion pour la vie. Je ne veux pas polémiquer bien sûr avec le TeamLagardère qui vous parlera tout à l’heure du problème de la reconversion du sportif. Nous, à l’Université, on ne les reconvertit pas, c’est très exactement le contraire. La compétition à laquelle on les prépare, c’est à leur vie professionnelle et, pour y être prêts, ils doivent avoir fait de la compétition avant. L’université et les grandes écoles sont déjà un monde dans lequel on materne un peu trop l’étudiant et on ne le prépare pas vraiment à la vie professionnelle. Je vous cite un exemple : je suis un juriste de droit public et possède un cabinet privé d’avocats. Jusqu’au niveau du doctorat, j’ai des étudiants, je les prépare, je les forme, je suis gentil avec eux. On leur délivre leur diplôme ; quinze jours après ils arrivent dans un prétoire et ils tombent sur un adversaire qui n’a en tête qu’un seul objectif : les planter. Ils n’ont jamais eu en face d’eux quelqu’un qui les contredise, qui les stimule. Je pratique les méthodes actives avec mes étudiants, en les prévenant avant : « La première fois, je vous planterai, ce sera épouvantable ; la deuxième fois, vous vous rebellerez un peu plus ; la troisième fois, vous ne vous laisserez pas faire et la quatrième fois ce sera fini. C’est à partir de la quatrième fois que vous pourrez me dire que vous n’avez plus besoin de moi. » Un bon enseignant est quelqu’un qui se rend inutile parce que celui qu’il a formé n’a plus besoin de lui. Évidemment, c’est dur d’avoir une profession dans laquelle le critère de l’excellence est de se rendre inutile parce qu’on a suffisamment formé. Il faut s’y résoudre et la compétition conduit notamment à ce résultat.

20L’Université a donc ce rôle interne par le biais des valeurs du sport, mais elle a d’autres missions. Dans ce pays, elle vit dans une sorte de cocon, en dehors de la société et, au fond, de temps en temps, tel ou tel collègue est montré à la télévision, on le sort de son bocal, on le montre à la société en disant « on a quelques cerveaux chez nous », et c’est tout.

21L’Université a toute sa place dans la Cité ; une université qui n’est pas dans la cité, qui est déconnectée du réel, est une université qui ne remplit pas son rôle.

22Elle doit notamment avoir une politique culturelle, certes pour ses étudiants, mais pour l’ensemble de ses citoyens. C’est comme cela qu’elle va rayonner autour d’elle, et l’un des moyens de rayonner est aussi qu’elle ait une politique sportive au bénéfice de la Cité. L’un des moyens privilégiés de l’Université pour avoir un rayonnement sur la Cité est le club universitaire. J’ai toujours conçu le club universitaire comme la passerelle entre l’Université et la Cité. C’est une passerelle au niveau des adhérents, parce qu’il n’y a pas de club universitaire s’il n’y a pas un seul étudiant ou un seul enseignant ou un seul AITOS au sein du club. Bien sûr, il y a des adhérents universitaires et une grande partie des adhérents – souvent plus de 50 % – sont des membres du club universitaire provenant de la cité, qui sont souvent des gens ayant appartenu à la communauté universitaire, ayant aimé l’esprit universitaire et voulant perdurer. D’autres n’ont jamais eu l’occasion d’aller à l’université et découvrent ce qu’est le monde universitaire par le biais du club universitaire. Cette réalité est également très importante.

23Le club universitaire est ensuite le moyen pour l’université de mettre, quand elle en a – et, de ce point de vue, l’Université Lille 2 est privilégiée car elle possède trois stades, dont le dernier a été acheté sur ses deniers propres – ses installations à la disposition des jeunes des quartiers et de la cité, notamment pendant les vacances universitaires. À quoi ressembleraient des équipements fermés pendant trois mois de l’année ? Donc, depuis bien longtemps, les équipements sportifs de l’université sont mis à la disposition de la cité, mais pas n’importe comment, j’ai eu à m’en expliquer devant la Chambre Régionale des Comptes qui ne comprenait pas la convention que j’avais passée avec le Lille Université Club, sans aucun appel d’offres. Au fur et à mesure qu’il développait son point de vue, le président se rendait compte que j’avais l’air de plus en plus horrifié et, finalement, il s’est arrêté timidement en voulant savoir ce qui me choquait dans ses propos. Je lui ai répondu : « Monsieur le Président, vous ne voulez quand même pas que j’ouvre les installations sportives de l’université sans avoir aucun contact, aucun contrôle, aucune certitude sur ce qui s’y passe et sur les conditions dans lesquelles cela se passe. La plupart des clubs universitaires sont des enseignants de mon université, sont des gens du SUAPS, des gens du CSU, j’ai confiance en eux et je les connais. Ce sont des installations sur lesquelles ils exercent leur profession, ils ne vont pas les laisser être dégradées. Par ailleurs, ce sont des pédagogues avertis, donc en réalité je ne peux passer ma convention qu’avec eux. Si vous me dites de la passer avec quelqu’un d’autre, je ne la passerai avec personne. C’est clair. Donc, je passe une convention avec le club universitaire dont je me permets de vous faire observer qu’il paie un loyer à l’université. Quand il a de mauvaises passes, l’université l’aide, mais l’inverse est également vrai. »

24À l’Université Lille 2, nous avions même posé le principe suivant : chaque fois que nous augmentions, avec l’avis favorable et le vote unanime – c’est-à-dire étudiants compris – le fameux droit sportif qu’on nous dit illégal, l’augmentation du loyer du club universitaire allait de pair, pour que les choses soient en toute transparence et que tout le monde se rende compte que l’on faisait la même chose, ensemble, dans les mêmes conditions.

25À ce moment-là, il devient essentiel que le club universitaire fasse effectivement partie de la communauté universitaire. Le problème du sport universitaire qui est l’absence de lisibilité, tellement il y a d’intervenants, ne se pose pas tellement à Lille 2 parce que ce sont les mêmes personnes physiques. Que ce soit le SUAPS, le club universitaire, l’association sportive, le CRSU, etc., ce sont toujours les mêmes. Tout le monde vit en symbiose, tout le monde est attelé à la même charrue ; cela simplifie beaucoup de choses et nous faisons l’économie de nombreux débats que j’entends de temps en temps à la FF Sport U entre les différents intervenants. À partir du moment où on concourt tous à la même mission, il faut arrêter de dire « montre-moi ton maillot, montre-moi ton drapeau ». On fait tous la même chose et on va tous vers le même objectif. Pour remplir cet objectif, il faut travailler la main dans la main.

26Reste encore le problème du « comment développer des coopérations avec la Cité ? ». On a parlé du GIP que les universités parisiennes ont créé ou envisagent de créer, avec l’entrée de la collectivité locale. Ce n’est pas forcément facile le GIP est pratiquement la seule forme de coopération que le ministère des Finances accepte parce que c’est lourd, parce qu’il nous impose la comptabilité publique, parce qu’il y a un contrôleur d’État et un agent comptable. Mais, bien que lourde, c’est une structure de coopération. On parle beaucoup à l’heure actuelle, au ministère de l’Enseignement supérieur, de la coopération et de la mutualisation. Tout récemment, j’ai eu un certain nombre de questions, d’interrogations et de propositions. On parle énormément de mutualisation et de mise en commun de moyens avec les collectivités territoriales. Ces mises en commun peuvent se faire, non seulement au niveau de la création des équipements, mais également au niveau de la maintenance, de la gestion, au niveau des conventions d’utilisation et des répartitions d’horaires.

27Je suis très fier de vous dire que l’Olympique de Marseille et le PSG sont venus nous voir au stade auquel je-ne-sais par quelle aberration on a aujourd’hui donné mon nom et sur lequel nous étions alors les premiers en France à avoir installé le revêtement synthétique 3e génération. Les clubs professionnels de football sont venus le tester. Nous n’avions pas les moyens financiers de l’avoir, évidemment. En revanche, il peut être utile d’être juriste, cela ouvre des perspectives. Nous l’avons eu, non pas gratuitement bien sûr, mais au prix d’un équipement 1e génération. On nous a juste demandé, en contrepartie, de permettre que des démonstrations puissent avoir lieu sur ce terrain. Ce que l’on a accepté bien volontiers.

28Voilà l’expérience dont je voulais témoigner devant vous.

Témoignage de Jean-Luc CAYLA,
Directeur sportif du Lagardère Paris Racing

29Je vais d’abord éclaircir la situation concernant le TeamLagardère et le Lagardère Paris Racing, afin qu’il n’y ait pas de confusion.

30Le TeamLagardère a été mis en place dans l’objectif de répondre à des problématiques de sportifs de très haut niveau. C’est un centre d’expertise qui permet de fournir aux athlètes tous les moyens nécessaires à leur évaluation, à leur suivi, et à leur entraînement. Au TeamLagardère, des chercheurs, des médecins et des entraîneurs experts de très haut niveau conseillent et suivent les athlètes.

31Le Lagardère Paris Racing est un club omnisports. Nous avons récupéré la concession de la Croix Catelan en juillet 2006 et à partir de mars 2007, nous avons également récupéré le site de Eblé, anciens sites du Racing Club de France, et nous avons poursuivi l’activité de l’ensemble de ces sections.

32Ces deux entités sont distinctes mais collaborent complètement, en sachant que l’ensemble des sportifs de l’élite mondiale du Lagardère Paris Racing, c’est-à-dire tous les athlètes susceptibles de participer à des championnats du monde ou à des Jeux Olympiques, peuvent être suivis par le TeamLagardère.

33Voici maintenant les objectifs que nous sommes en train de développer, pour faire le lien très rapidement avec à la fois la Société et le rôle que peut y avoir l’Université.

34Il semble important de définir les différentes pratiques. Contrairement à ce que de nombreuses personnes pensent à cause du TeamLagardère qui s’occupe de la super élite, le Lagardère Paris Racing n’a pas pour vocation de se limiter à la compétition de haut niveau. Bien sûr, le haut niveau nous intéresse. Nous faisons d’ailleurs une petite distinction volontaire ; nous ne parlons pas du haut niveau mais plutôt des hauts niveaux. On a trop souvent tendance à oublier tous les sportifs qui n’accèdent pas à l’élite internationale, mais qui s’investissent dans le sport à 100 % et qui prennent parfois énormément de risques ; beaucoup d’entre eux abandonnent par exemple les études de manière très précoce pour accéder au niveau international. Nous prenons en compte de très nombreux critères.

35Le deuxième aspect qui nous intéresse, c’est le loisir. Il est très compliqué en général, dans les clubs, de mener les deux en même temps, mais c’est notre volonté d’y parvenir et nous nous y appliquons.

36Le troisième objectif correspond au sport santé et au sport adapté. Il s’agit de ce point de vue de développer l’ensemble des activités handisport, mais également de mettre en avant le sport à travers ses vertus thérapeutiques, la rééducation, la prévention, et la lutte contre les effets délétères de la sédentarité.

37Enfin, l’éducation physique, à la fois pour des enfants, ce qui se conçoit très facilement, mais également pour un certain nombre d’adultes qui peuvent s’adonner à de nombreuses activités physiques et mieux connaître leurs propres capacités et leurs limites physiques. Ils découvrent ces activités et, par là même, s’aperçoivent que le sport n’est pas toujours synonyme de compétition. Il est porteur de nombreux atouts, éducatifs et sociaux en particulier, et vecteur de bonne santé.

38Pour répondre à ces objectifs, il est intéressant de cerner un certain nombre de besoins. La pratique sportive impose forcément des structures : des stades, des piscines, des installations.

39Elle impose également l’encadrement. Si on s’adresse au très haut niveau, il faut des experts avec beaucoup d’expérience. Certains d’entre eux, en toute logique d’ailleurs, sont d’anciens athlètes.

40Il faut également prévoir un accompagnement. Il ne s’agit pas de préparer uniquement le sportif à son activité, il faut le suivre en permanence. Les liens entre entraîneur(s) et entraîné(s), entre entraînés eux-mêmes et les liens entre toutes ces personnes et le club, sont relativement forts et cet accompagnement dépasse très largement le domaine sportif.

41Ensuite, voyons quels sont les moyens mis en œuvre ? Pour remplir certaines missions, il est important de mettre les moyens nécessaires :

Les structures

42Il est très important, au niveau de l’organisation, d’avoir des structures de qualité si on veut à la fois faire du très haut niveau et du loisir. Ces structures doivent être bien organisées, pertinentes, cohérentes. Il n’est pas indispensable d’avoir des structures de très haut niveau pour des pratiques de loisir, mais il faut quand même répondre à un certain nombre d’impératifs.

43En ce qui concerne les sites, il est très important qu’ils soient disponibles et à proximité. Il est très compliqué pour un sportif d’avoir à gérer énormément de déplacements, encore plus s’il est scolarisé. Nous avons des sites qui servent pour les entraînements, mais aussi pour les stages.

44Par contre, en ce qui concerne les hébergements, nous avons beaucoup de difficultés pour traiter cette question. De nombreux sportifs montent sur la capitale pour rejoindre de grands clubs mais se heurtent à des problèmes quand il s’agit de leur hébergement. En cela, peut-être que l’Université peut s’avérer être un soutien important.

45Pour ce qui concerne le matériel enfin, il doit être complètement disponible et de qualité.

46Tout cela demande donc beaucoup de suivi et de coordination des efforts.

L’encadrement

47L’accompagnement de nos sportifs doit être adapté à leur type de pratique. Les besoins diffèrent considérablement selon que l’on s’intéresse au loisir, au sport santé ou au sport de compétition. Même si certains sont en commun, il est important de cerner ces besoins et d’y répondre de manière pertinente. Pour chacun de ces besoins, il faut un encadrement spécifique.

48En ce qui concerne l’élite mondiale, l’encadrement se doit d’avoir une dimension internationale. Nous réfléchissons donc à la possibilité d’organiser des échanges et de mettre en place une structure capable d’accueillir des athlètes venant de l’étranger, mais aussi à la possibilité de développer des relations pour que nos propres athlètes puissent intégrer d’autres structures. Dans le cadre des compétitions, certains de nos athlètes passent énormément de temps à voyager, jusqu’à dix mois par an. Évidemment, il s’agit là du plus haut niveau mondial.

L’évaluation

49Il est très compliqué aujourd’hui pour beaucoup de sportifs de faire des évaluations. Ils peuvent toujours aller dans le service d’exploration fonctionnelle d’un centre hospitalier mais les délais sont parfois assez importants pour faire un test, dont le résultat va correspondre à des valeurs scientifiques qui n’ont pas de sens pour eux, ni parfois pour leur entraîneur. L’interprétation des résultats sera difficile et pas toujours adaptée. Il y a donc un grand intérêt, de mon point de vue, d’avoir mis en place le TeamLagardère au sein duquel des experts scientifiques travaillent dans une optique sportive, c’est-à-dire qu’ils ne se limitent pas à un bilan médical mais transmettent des repères essentiels pour l’entraînement.

Le suivi

50Il comporte deux objectifs :

51Le premier est de s’assurer que tout se passe bien chez le sportif. Plusieurs d’entre eux se blessent parce qu’ils sont en surcharge d’entraînement voire en surentraînement. Certains indicateurs peuvent permettent de suivre l’athlète et de détecter toute surcharge excessive de manière précoce, et ainsi prévenir celle-ci en optimisant la récupération.

52Le deuxième objectif est le suivi longitudinal. C’est la volonté de prévenir efficacement tout risque de conduite déviante, le recours au dopage notamment. Nous pensons très sérieusement qu’aujourd’hui, sur l’entraînement, il existe un décalage parfois important. En d’autres termes, l’on constate souvent un fossé énorme entre le monde scientifique et le monde sportif. Ce décalage peut créer des incompréhensions, peut nuire à l’accessibilité de certaines connaissances scientifiques pour les intervenants du monde sportif, alors même que ces données sont essentielles à leurs activités. J’évoquais tout à l’heure des problématiques liées aux étirements. Il est vrai que si l’on a attribué beaucoup de vertus aux étirements, on observe depuis deux ou trois ans que de nombreuses personnes remettent en cause les étirements passifs avant l’activité. Il faut savoir que ces données-là ont été explorées scientifiquement depuis de très nombreuses années. L’amélioration de la communication entre ces deux univers peut donc permettre d’augmenter considérablement l’efficacité des entraînements et donc de réduire les risques d’erreurs.

53Les interactions avec l’Université sont donc d’une grande importance, tant sur l’exploration scientifique de l’efficience motrice que sur la communication de ces résultats vers le monde sportif, à travers des communications accessibles dédiées, et des formations spécifiques.

La formation de l’athlète

54Aujourd’hui, un athlète international peut être amené à voyager tellement dans l’année qu’il lui devient très difficile de suivre une formation. Son emploi du temps est complexe à gérer et parfois très chargé. Sur certaines périodes, des athlètes peuvent s’entraîner 6 à 7 heures dans la même journée et on comprend aisément qu’ils puissent difficilement se consacrer efficacement à des études.

55De plus, l’athlète, qui est généralement jeune, ne se projette pas dans un avenir autre que sportif et n’anticipe pratiquement jamais sur son avenir moins immédiat. Malheureusement, il peut se blesser et être contraint, du jour au lendemain, de passer à autre chose.

56Il faut également prendre en compte l’évolution du sport. Il se professionnalise de plus en plus, devient un métier et, parallèlement, réclame un engagement total de plus en plus précoce. Aujourd’hui, on se dédie au sport de haut niveau à partir de 10 ou 11 ans, voire même avant dans certains cas.

57L’évolution de l’athlète est un paramètre déterminant. Sur « les hauts niveaux », nos sportifs sont de très performants jeunes et n’accèdent jamais au très haut niveau adulte. Beaucoup d’entre eux se mettent en difficulté parce qu’ils abandonnent les études très tôt pour se consacrer complètement à leur entraînement.

58Un autre aspect à ne pas négliger et qui amplifie les points évoqués ci-dessus, concerne l’environnement du sportif et particulièrement ses parents. Si leur soutien est un facteur incontournable à leur réussite, beaucoup d’entre eux se réalisent à travers leur enfant et, comme ils manquent de repères, ils sont tellement persuadés du succès de « leur » projet sportif qu’ils en oublient les aléas et participent à leur prise de risque.

59Pour l’ensemble de ces remarques, il est essentiel d’inciter et d’aider le sportif à mener un double projet (sport et formation). Ceci est réalisé sous la responsabilité conjointe des établissements scolaires et universitaires mais aussi de l’organisation sportive. Une coordination efficace doit permettre la mise en place de programmes spécifiques permettant aux sportifs concernés de se consacrer pleinement à leur performance sportive tout en préparant leur reconversion. Aujourd’hui, si ce type d’approche est possible pour les athlètes référencés sur la liste ministérielle des sportifs de haut niveau, elle ne l’est pas assez pour ceux d’un niveau légèrement inférieur, ou trop jeunes.

Deuxième type de formation : la formation des entraîneurs eux-mêmes

60Dans ce domaine, l’Université a probablement un grand rôle à jouer. Aujourd’hui, il y a très peu d’entraîneurs suffisamment formés pour ne serait-ce qu’interpréter correctement des tests physiques. Il est souvent navrant de constater que la grande majorité d’entre eux ne suit aucune formation destinée à leur mise à niveau, alors même que les connaissances sur l’efficience motrice ne cessent d’évoluer. Comme nous l’avons vu précédemment, cela aboutit immanquablement à un décalage important entre le monde scientifique et la pratique de terrain. L’organisation de formations spécifiques (initiales et continues), ainsi que l’information spécifique, orientée et accessible, sont donc des éléments indispensables qu’il faut développer.

L’accompagnement par rapport à la formation

61Celui-ci concerne tous les niveaux de formation, études secondaires, études supérieures (grandes écoles et universités), et professionnalisation. L’objectif est d’anticiper l’avenir et de permettre la reconversion de nos sportifs. Il est important, pour toutes les raisons évoquées précédemment, que le sportif envisage sérieusement « l’après-sport ». Même si tout se passe très bien, cela s’arrête à un moment donné et il reste de nombreuses années derrière. Lorsque l’on est issu d’un sport très médiatisé, ce n’est pas trop inquiétant. Le sportif a souvent gagné beaucoup d’argent et développé de nombreuses relations. Mais il existe encore beaucoup de sports qui ne permettent pas de protéger leurs athlètes. Par exemple, je ne suis pas sûr que l’escrimeur qui a fini 14e aux Jeux Olympiques ait un avenir tout tracé. Il faut donc être vigilant et préparer ces sportifs à leur reconversion.

62Pour cela, nous sommes en train de développer de nombreuses relations avec les organisations concernées par la formation.

63Ensuite, pour faciliter la phase de reconversion, nous cherchons à fédérer le monde des entreprises afin qu’elles participent à la reconversion de nos sportifs. Bien entendu, en ce qui concerne le Lagardère Paris Racing, nous comptons sur le soutien du Groupe Lagardère mais aussi sur l’ensemble des entreprises partenaires. Elles peuvent nous aider, en organisant des stages de formation destinés à nos sportifs et éventuellement pour les intégrer ensuite totalement dans leurs activités.

La carrière sportive comprend diverses étapes

64Il s’agit de la détection, la formation, la réalisation (qui normalement correspond aux meilleures performances), la longévité (c’est-à-dire le maintien le plus longtemps possible du haut niveau), et la reconversion.

65À chaque étape, il peut y avoir une intervention, une aide ou un accompagnement, de manière à satisfaire des besoins de formation, toujours dans l’optique d’une préparation à la reconversion.

66Dans l’enseignement secondaire, on est davantage engagé sur une logique d’aménagement horaire pour permettre au sportif de pratiquer l’après-midi, en finissant vers 13 heures quand c’est un « sport études », un peu plus tard (vers 15 heures) quand c’est une démarche personnelle du chef d’établissement. Cela permet alors aux sportifs de mener de front leur scolarité et leur projet sportif. Malheureusement, il existe beaucoup de freins à l’organisation de ce type de dispositif que beaucoup pensent impossible. Pourtant, pour en avoir fait l’expérience avec un établissement proche de nos installations et sous la direction d’un ancien professeur d’EPS, cette organisation peut s’avérer fructueuse. Au lancement de ce projet, il avait fallu pratiquement forcer les professeurs à encadrer ces classes ; quelques années après, c’est l’inverse, les professeurs se battent pour les avoir tant les résultats sont surprenants. Le proviseur nous transmet donc sa volonté de développement futur. Pour l’instant, nous ne sommes que sur quelques élèves, mais cela se passe plutôt bien, à la fois parce que nous sommes vigilants et que nous n’envoyons pas n’importe qui.

67En ce qui concerne l’étape suivante, on peut envisager un suivi à distance avec un accompagnement au sein même du club, où des intervenants viennent pour faire des cours ou du soutien. C’est quelque chose que nous envisageons très sérieusement.

68Pour tout ce qui correspond à la formation professionnelle, de nombreux sportifs, au moment de leur reconversion, se rendent compte que finalement, en dehors de leur sport, ils ne savent pas trop quoi faire, et ces formations professionnelles permettent de leur donner des qualifications, de vrais rôles. Certains d’entre eux sont entraîneurs volontairement et, pendant leur carrière sportive, vont suivre un cursus de formation spécifique, mais il y en a quand même beaucoup qui deviennent entraîneurs par défaut.

69C’est à ce niveau que les écoles et les universités ont un rôle important à jouer. Il s’agit de laisser l’opportunité aux sportifs de se former sur ce qui les intéresse, et de tout faire pour leur faciliter l’accès à ces formations.

70Nous essayons d’agir sur chaque point, le dernier point étant plutôt la reconversion et l’insertion professionnelle avec la sollicitation d’établissements de l’enseignement supérieur, des entreprises partenaires, de celles que nous avons au sein de nos structures, éventuellement des institutions et des fédérations.

71Contrairement à ce que beaucoup de gens ont pu penser, notre initiative ne fait pas double emploi. Quand Lagardère s’est investi dans le sport, certaines fédérations ont commencé à « grincer des dents ». Soyons clair. L’idée n’est pas du tout d’être concurrent mais d’offrir un travail complémentaire et de travailler en collaboration, de manière à optimiser la prise en charge des sportifs. Cela passe évidemment à travers différentes notions. La dimension internationale est très importante, c’est pour cela qu’il y a amalgame avec le TeamLagardère. Ce qui est le plus médiatisé est le haut niveau, mais je précise à nouveau qu’il n’y a pas que cela qui nous intéresse. C’est le sport dans toutes ses acceptions qui oriente nos actions. Mon exposé visait à en apporter l’illustration.

Débat

Robert DENEL

72Remercions tout d’abord nos deux orateurs. Le débat est lancé. Qui veut prendre la parole ?

Jean-Marc MICHEL, USJSF

73J’aimerais avoir un complément d’information de la part de Monsieur Jean-Luc Caya. Je souhaiterais connaître les capacités d’accueil de l’une et de l’autre de vos structures, ainsi que le nombre de disciplines pratiquées.

74Enfin, si le TeamLagardère n’a pas les résultats sportifs escomptés, quid de son avenir ?

Jean-Luc CAYLA

75Les chiffres fluctuent entre 18 600 et 19 300 membres. Il faut savoir qu’une partie des membres ne s’inscrit pas forcément à l’année, certains viennent de manière saisonnière.

76Les sections sont au nombre de 14, donc notre approche omnisports est importante. Dans la moitié de ces sections, des pratiquants vont du débutant jusqu’au champion olympique, au champion du monde ; les autres sont en voie de développement.

77Nous travaillons également beaucoup avec les écoles ; les renouvellements sont donc permanents.

78Quant à votre seconde question, je ne suis pas vraiment le bon interlocuteur pour vous éclairer, mais je pense que son avenir va dans le sens d’un développement. Actuellement, le TeamLagardère s’est surtout développé autour de deux antennes que sont le tennis et l’athlétisme. Les résultats sont plutôt positifs.

Jean-Michel MARTIN

79Qu’est-ce qui, démocratiquement parlant, a fait que le Racing n’existe plus et que cela s’appelle maintenant « Lagardère Paris Racing » ? Quelle a été la démarche ?

Jean-Luc CAYLA

80À l’origine, nous voulions garder le nom de « Racing Club de France », mais cela a été refusé. On s’appuie très sérieusement sur ce qui s’est passé avant, on va essayer d’améliorer ce qui n’allait pas et d’optimiser ce qui allait bien. Nous avons simplement gardé les couleurs du Racing Club de France. Le nom du club est donc composé du nom de concessionnaire de la Croix Catelan (Arnaud Lagardère), de celui de la ville (Paris) et du lien historique Racing.

Véronique DALLE, Lille Université Club

81Quels types de financements avez-vous pour fonctionner ?

Jean-Luc CAYLA

82Les financements viennent en grande partie des adhérents, mais aussi du Groupe Lagardère et de ses partenaires. Comme toutes les associations, nous obtenons également des aides de la municipalité.

Robert DENEL

83Ces demandes d’information complémentaire étant satisfaites, je vous propose d’entrer dans le vif du sujet.

84La société est constituée d’institutions, de structures, mais aussi de citoyens. Nous avons défini un certain nombre d’objectifs et nous avons besoin de moyens pour obtenir des résultats.

85Les universités ou les établissements d’enseignement supérieur qui veulent pratiquer une politique d’ouverture ont-ils les moyens financiers à eux seuls pour y répondre ? Quels sont les partenaires et comment faire en sorte qu’ils contribuent à un même objectif ? Comment faire en sorte que cet objectif n’échappe pas à un certain nombre de règles, sans donner la part belle à l’université, qui pourtant devrait garder la maîtrise d’ouvrage, même s’il s’agit d’un établissement public ou d’une autre structure ?

86Les partenaires : doit-on les considérer tous ou faut-il procéder autrement ? Est-ce que des grandes sociétés, des grands partenaires économiques peuvent entrer dans ce processus ? Y a-t-il un danger ? Des précautions doivent-elles être prises ? Y a-t-il lieu de se prémunir contre d’éventuelles déviances que pourraient craindre certains ? Ce partenariat ne doit pas être qu’économique, mais il doit correspondre à un projet d’intérêt général ou d’intérêt collectif.

José SAVOYE

87À la première question « est-ce que l’Université a les moyens, seule, de sa politique sportive ? », la réponse doit être nuancée. L’Université doit, à mon avis, assumer seule les moyens de la politique sportive en direction des étudiants et de ses personnels. En revanche, lorsque sa politique sportive déborde de son cadre et s’inscrit dans le cadre de l’ouverture à la Cité, il est indispensable qu’elle trouve des partenaires. Et c’est ainsi que l’Université, par le biais du club universitaire, met ses installations sportives à la disposition de la Cité. Dans le cas d’un club universitaire de 11 000 adhérents, dont 2 000 étudiants, cela veut dire que les 9 000 non étudiants relèvent d’un certain nombre de collectivités locales de qui, par le biais de subventions ou autres, on peut déjà espérer un premier concours, ce qui n’est pas toujours facile.

88J’ai présidé longtemps une union aérienne où nous étions nombreux ; seulement, les membres provenaient des 89 communes de l’agglomération. Chaque maire de commune nous refoulait donc lorsque nous demandions des subventions, en raison du trop peu d’adhérents faisant partie de cette commune à notre union. Malheureusement, c’est toujours en terme de nombre que raisonnent les élus locaux.

89Premier type de partenariat : le partenariat public. Qu’on le veuille ou non, les universités sont des établissements publics et leurs partenaires naturels sont les autres personnes publiques, qu’il faut donc convaincre, et c’est pourquoi cela doit s’inscrire dans la politique de l’université. De plus en plus de collègues d’université se font élire dans les collectivités locales et chacun sait qu’ils deviennent des avocats naturels de l’université au sein de la collectivité locale ou de la collectivité territoriale.

90Ce que l’on fait sur le secteur public, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas en direction du secteur privé, car les cadres des entreprises privées sont, dans leur écrasante majorité, des gens diplômés des universités et des grandes écoles. De la même façon, ils devraient être – et certains le sont déjà – les avocats tout naturels des universités et des grandes écoles à l’intérieur de l’entreprise. On a déjà tenté des manifestations de ce type, comme les jeux mondiaux de l’entreprise il y a quelques années à Lille, mais nous sommes encore loin de l’état d’esprit qui règne par exemple aux États-Unis – de ce point de vue-là, l’initiative de TeamLagardère est intéressante – pour entraîner un changement de mentalité dans les entreprises.

91Il y a déjà plus de vingt ans qu’il existe dans les grandes entreprises américaines une salle de sport intégrée à l’entreprise, quand ce n’est pas un stade, et les membres de l’entreprise peuvent prendre, dans la limite d’une heure par jour, sur leur temps de travail, dès lors qu’ils prouvent qu’ils fréquentent la salle de sport. Des horloges pointeuses sont installées à l’entrée des salles de sport. Les patrons estiment qu’il est de l’intérêt de l’entreprise de préserver le capital que représente le bon fonctionnement de leurs employés et de leurs collaborateurs. L’un des moyens pour eux de bien fonctionner est de faire du sport.

92Je pense qu’avant que le chef d’entreprise français intègre ce raisonnement-là, il va se passer encore quelques lustres. Cela ne nous empêche pas, tout de même, d’y réfléchir.

93Ensuite, les entreprises françaises commencent – pour certaines d’entre elles, mais essentiellement en direction des grandes écoles et beaucoup moins des universités – à financer tel ou tel type de formation, quand elles considèrent que ce type de formation est négligé par l’école ou l’université, et qu’il doit cependant être proposé.

94Je vais vous donner une illustration. Sur toute la côte ouest des États-Unis, dans chaque université, le Japon a financé une chaire. Il existe ainsi une fondation importante. À l’époque, c’était plus d’un million de dollars par chaire de culture et civilisation orientale. Nous n’en sommes pas encore là mais nous commençons à voir l’introduction de cours – d’ailleurs, la professionnalisation des universités y va tout droit – qui doivent intéresser l’entreprise. D’autant que, dans nos conseils d’administration, il y a de plus en plus souvent de représentants de l’entreprise, et il devrait y en avoir peut-être encore plus avec la nouvelle loi. Cela fait hurler certains qui disent que l’on a une conception mercantile de l’université. Personnellement, je pense que, de façon beaucoup plus prosaïque, nous avons enfin une conception réaliste de l’université dont la vocation est, certes, de dispenser un savoir, mais aussi de fournir à ses étudiants un emploi leur permettant d’avoir une carrière professionnelle. Il faut prendre les moyens de remplir cette mission et, heureusement, est révolu le temps, qui n’est pas si éloigné, où l’on n’avait pas le droit de prononcer le mot « entreprise » à l’intérieur d’une université. Les grandes écoles ont toujours été un peu particulières de ce point de vue.

95Voilà une autre piste, mais il est vrai que l’on a quelques difficultés à intéresser l’entreprise du secteur privé au sport universitaire.

96La FF Sport U a énormément de mal à trouver des sponsors et quand on nous propose des contrats, on a presque envie de dire que nous ne demandons pas l’aumône.

97Le sport devient de plus en plus le domaine de l’argent, ce qui entraîne de nombreuses conséquences, qui ne sont pas toutes positives, vous vous en doutez… Mais il faut aussi comprendre que, dans ces conditions, l’argent qui va vers tel ou tel type d’activité ou telle ou telle forme de pratique sportive, ne va pas ailleurs car il n’est pas infini. Donc, à nous aussi de savoir montrer qu’il y a effectivement un retour sur investissement si on choisit d’investir dans le sport universitaire.

Robert DENEL

98Monsieur Cayla, voyez-vous les grandes entreprises entrer dans un dispositif de partenariat pour réaliser des objectifs visant à développer le rôle de l’université, vis-à-vis de ses étudiants mais aussi vis-à-vis de la société toute entière ?

Jean-Luc CAYLA

99Les entreprises partenaires peuvent, à mon avis, investir sur un certain nombre de formations, par le biais de la taxe professionnelle notamment, pour privilégier l’accès à des formations professionnelles ou l’accès à des grandes écoles, dans le cadre de partenariats avec des grandes écoles pour des sportifs. Pour l’université, directement, c’est un peu plus compliqué. J’imagine que les partenariats pouvant être mis en place sont davantage des partenariats d’image des activités sportives au sein de l’université.

Robert DENEL

100Je voudrais témoigner d’une interrogation qui est née de la situation récente, telle qu’elle se présente à Lille. À Lille, une certaine politique est mise en œuvre et récemment nous analysions les conditions matérielles dans lesquelles nous pourrions poursuivre cette action dans les années futures. Nous sommes obligés de refuser des inscriptions de personnes qui trouvent qu’il existe une réponse tout à fait intéressante, par le biais du club, de l’Université dans le domaine des pratiques.

101Au niveau des étudiants, la demande est de plus en plus forte. 2 500 étudiants sont inscrits en option sport et 5 000 étudiants font du sport obligatoire. La demande est explicite et la question est de savoir si nous pouvons y répondre seuls. On a bien vu que l’Université avait fait le maximum. Il est difficile de faire plus encore, à moins que de nouveaux moyens se dégagent.

102Compte tenu que, dans le cadre de sa politique d’ouverture, le club universitaire a été amené à côtoyer les forces vives de la cité et qu’il a contribué largement à la promotion de Lille, candidate aux Jeux Olympiques, il entretient des relations avec le monde de l’entreprise et la chambre de commerce. Dans une conversation récente, cette chambre de commerce, représentante du monde économique, disait : « On n’a pas le droit à Lille de perdre le savoir-faire que représente l’action de l’Université vis-à-vis des citoyens, y compris l’action du club universitaire ». Leurs responsables ne voyaient pas d’inconvénient à la construction de grands ensembles d’équipements sportifs à la mesure des enjeux évoqués par José Savoye.

103C’est une sérieuse interrogation pour nous, parce que ce ne sont pas des choses et des échelles de grandeur auxquelles on est habituellement confrontés.

José SAVOYE

104Lorsque l’Université Lille 2 a acheté le stade de l’ASPTT, le CHRU était d’accord pour l’acheter de moitié avec nous. Il s’agissait de réunir une somme de 9 millions. Mon agent comptable m’a alors dit que si j’étais certain qu’il s’agisse d’une bonne affaire, mieux valait être seul sur une bonne affaire qu’à deux. Nous avons donc acheté seuls.

Daniel BONZOMS

105J’ai apprécié l’exemple pris aux États-Unis concernant les entreprises qui donnent la possibilité à leurs employés de pratiquer une activité sportive pendant une heure, et cette demande d’extension aux entreprises françaises. Mais, nous-mêmes, sommes-nous capables dans le cadre de l’université, avec les personnels AITOS et les personnels enseignants, de donner la possibilité à ces personnels de faire cette pratique ?

106Pour ma part, à l’Université Montpellier 1, j’ai formulé cette proposition. Nos installations sportives ne sont pas tout à fait des équipements de proximité. Dès lors, ce n’est pas très facile de relever ce type de défi. Mais je crois que, d’une part les enseignants d’université n’osent pas trop se mettre en tenue de sport avec d’autres enseignants et des étudiants, et d’autre part il existe une crainte que certains employés prennent le prétexte de participer à des séances d’activité physique pour faire tout autre chose.... Effectivement, dans les entreprises, il y a une pointeuse, et peut-être faudrait-il en installer une dans les universités, pour s’assurer de l’assiduité des intéressés, ce qui serait une autre histoire.

107À Lille, dans votre université, avez-vous donné la possibilité à vos personnels de participer à des activités physiques de ce type ?

José SAVOYE

108Il existe des salles de sport en libre service dans plusieurs facultés et des activités physiques et sportives encadrées sont offertes au personnel.

Jean-Michel MARTIN

109Concernant votre préoccupation qui porte sur l’articulation entre l’argent et le sport, à ce que je sache aujourd’hui, les moyens de l’université sont des moyens issus des contribuables pour la majeure partie. Ce qui veut donc dire que ce « chef d’entreprise », qu’est le président d’université, a d’une certaine manière à rendre des comptes quant à la meilleure utilisation de l’argent dans le cadre de la formation de futurs citoyens. Cette utilisation se fait aujourd’hui dans le cadre que vous avez très bien décrit tout à l’heure, une structure, une deuxième, une troisième, une quatrième, etc., les unes et les autres côte à côte. Il faut s’imaginer ce qu’un étudiant peut faire comme activité formatrice pour sa situation de citoyen, quand il est inscrit au SUAPS, à l’UFR STAPS, à la FFSU, au club universitaire. Pour vous, sachant que le coût quand il s’agit d’un endroit ou d’un autre n’est pas le même, pour l’Université, pour le contribuable, quelle est la différence de nature en fonction de ces situations différentes, avec un coût différent ?

José SAVOYE

110Compte tenu de l’imbrication de ces structures différentes, je ne suis pas certain que l’on puisse véritablement individualiser les coûts.

111Je prends un exemple : dans tous les cas de figure, au moins sur Lille 2, que l’on agisse dans le cadre du club universitaire, du SUAPS, de la FFSU et donc de l’AS, on utilise les mêmes installations. Le coût est variable parce que, par exemple, c’est l’Université qui supporte l’essentiel sur son budget, mais elle reçoit de l’argent. Le club universitaire doit payer un loyer, la FFSU ne paie rien. Mais, pour autant, il y a un coût. Ce n’est pas parce qu’il n’est pas payé directement par la FFSU qu’il n’y a pas de coût. Cela veut simplement dire qu’il y a un coût global du service, que l’on ventile de façon assez empirique, au mieux des intérêts de l’Université. On a longtemps crié haut et fort que l’Université Lille 2 était la plus sportive de France et on rajoute tout doucement : au sens où c’est nous qui avons le plus gros budget de toutes les universités françaises. Celle qui arrive en deuxième position dispose de la moitié du budget.

112Comment faisons-nous ? Nous recevons la même dotation de l’État mais, au sein de l’Université Lille 2, il existe une culture qui fait que tout le monde est taxé. Les étudiants payent un droit sportif, le club universitaire paye un loyer, les services centraux de l’université versent une contribution pour alimenter le budget du SUAPS, les facultés sont prélevées aussi. Donc, tout le monde est taxé sur le budget pédagogique de fonctionnement de l’université. On verse une cotisation parce que l’on considère que cela fait partie de l’éducation et qu’en conséquence il est normal que l’on prélève de l’argent sur le budget pédagogique.

113Je vais évoquer l’une des idées que l’on essaye de vendre à l’heure actuelle. Dans la validation de la pratique sportive, l’un des obstacles de sa validation par les SUAPS c’est le manque de moyens, notamment en enseignants. J’ai proposé au ministère que les compétitions de la Fédération Française du Sport Universitaire puissent valoir validation. Prenez le système du tennis. En France, le système, extrêmement compliqué, géré par ordinateur. Aux États-Unis, les joueurs de tennis sont classés en fonction du niveau où ils perdent dans les compétitions qu’ils disputent. Ne pourrait-on pas dire que tout étudiant qui a participé à tel championnat académique ou à telle interrégion ou à tel championnat de France a automatiquement un bonus validé correspondant à tel nombre de points ? Cela me paraît relativement simple et le coût est nul.

Claude LABROUSSE, Grenoble UC

114La situation de Lille est un exemple pour les clubs universitaires, qui repose effectivement sur la tradition, la volonté des hommes et surtout sur la politique du président ou des différents présidents d’université qui se sont succédés.

115Cette réussite tient surtout au fait qu’il y a un « pilote dans l’avion », c’est-à-dire que quelqu’un décide. Malheureusement, ce n’est pas le cas partout. C’est un exemple formidable, mais que faudrait-il faire pour que cet exemple puisse être généralisé au niveau du territoire ?

116Or, jusqu’à présent et malgré les efforts louables de la CPU par exemple, cela n’a pas eu beaucoup d’effets, sauf à certains endroits, sur certains sites universitaires. C’est ponctuel et donc dû à la volonté des hommes, et non à l’organisation d’un système. Que faudrait-il pouvoir faire pour que cela fonctionne ailleurs et puisse se généraliser ?

Robert DENEL

117Il y a toujours un Conseil National du Sport Universitaire et, dans le texte concernant les missions de l’Université dans le monde du Sport, qui a été adopté à l’unanimité, cela figure intégralement. Le problème est qu’il n’existe aucune application.

José SAVOYE

118Le problème, ce n’est pas un système, parce que tous les systèmes du monde ne résoudront jamais cela. Le problème est effectivement un problème d’hommes.

119Au niveau de la CPU, quand Ernest Gibert était président de la commission Vie Étudiante, il a fait voter un texte en assemblée plénière. Si on appliquait ce texte, qui a été pris comme résolution par la Conférence des Présidents d’Université, nous n’aurions pas de problème. Tous les systèmes du monde ne vaudront jamais que ce que valent les hommes. C’est pour cela que la première cible est l’ensemble des présidents d’université. Ceux-ci doivent être entourés d’une équipe. Lille 2 n’est pas l’exception, d’autres universités fonctionnent de la même façon : Toulouse, Lyon, Grenoble, Rouen…

Ernest GIBERT

120Peu de présidents sont sensibles à l’importance du Sport dans l’Université et dans la relation avec la Cité, mais il y en a de plus en plus.

121Par le biais des projets d’établissements, on voit apparaître des orientations de politique générale de l’établissement qui sont liées au sport. Pour certains d’entre eux, on voit même apparaître une politique sportive qui est plus qu’en filigrane. Mais c’est évident qu’ils sont encore très peu nombreux.

122Il est vrai qu’en 2001, la Conférence des Présidents d’Universités a pris une position politique pour la première fois, mais les présidents changent et, par conséquent, les souvenirs s’altèrent.

123Arrêtez de faire référence aux lois antérieures. Vous pouvez penser ce que vous voulez de la loi du 10 août dernier, mais elle va se traduire, qu’on le regrette ou que l’on s’en satisfasse, par des conseils d’administration au sein desquels, et pas seulement en fonction de leur taille mais en raison de leur composition, on va pouvoir définir une véritable politique. Elle sera peut-être condamnable, c’est l’expérience qui permettra de le dire. Mais il y aura à la tête des établissements des présidents qui, avec une équipe, seront en mesure de présenter, de défendre et de faire vivre plus aisément qu’autrefois des orientations politiques. La balle est dans notre camp, c’est à nous de faire en sorte que, établissement par établissement, on arrive à remonter le mouvement.

124Cela va tout à fait dans le sens de ce qui a été fait à Lille 2, qui en effet était exemplaire. Et l’exemple a été repris par d’autres. Le contexte : la loi du 10 août offre un nouveau cadre, alors jouons dans le nouveau cadre et ne nous situons pas dans une réflexion en retrait.

José SAVOYE

125Je voudrais attirer votre attention sur le rôle des élus étudiants. Quelques statistiques sont à connaître. Dans les universités, même de pointe, la pratique sportive des étudiants dépasse rarement les 20 %. Dans les grandes écoles, c’est beaucoup plus. Il existe des universités où c’est malheureusement aux alentours de 3 %. 60 % des étudiants voudraient une pratique sportive à l’université. D’abord, c’est inquiétant que 40 % n’en éprouvent pas le besoin, mais que, d’une certaine façon, on vous dit : « Heureusement, parce que sur les 60 %, dans les meilleurs cas, un tiers seulement est satisfait. »

126J’ai été deux fois président d’université. J’ai rencontré à deux reprises l’ensemble de mes collègues à la CPU. Je ne connais pas un président d’université qui pourrait répondre « non » à une délégation de ses élus étudiants au conseil, qui viendrait dans son bureau en disant qu’ils souhaitent plus de moyens pour le sport à l’université. Aussi longtemps que l’on ne m’aura pas fait la démonstration contraire, je ne le croirai pas.

Christian PELTIER, Nantes Étudiants Club

127Pourquoi, aujourd’hui, le modèle présenté est un modèle d’université sportive, avec l’ensemble de ses composantes ? Il y aurait donc peut-être lieu d’ouvrir la réflexion et de baliser de nouvelles pistes sur les opportunités d’interrelation avec l’université. Je m’adresse ici à Jean-Luc Cayla. Sur le plan des moyens budgétaires notamment, le montant des cotisations et les profils sociologiques des membres adhérents quelle est la structuration des effectifs ?

Jean-Luc CAYLA

128Arnaud Lagardère avait pour objectif de développer au maximum l’activité sportive, à la fois le haut niveau mais également la pratique sportive sous tous ses aspects. L’idée était de supprimer tous les obstacles empêchant les gens d’accéder à cette pratique. 60 % des étudiants ne sont pas satisfaits, il serait intéressant de se pencher sur les raisons de cette insatisfaction et de réfléchir à des solutions.

129Est-ce un problème de structure, d’emploi du temps, d’encadrement, de finances ? L’ensemble de ces points nous intéresse énormément.

130En ce qui concerne les interrelations, elles me paraissent évidentes sur de nombreux points, à la fois parce que dans les universités il y a des clubs universitaires, mais je pense que certains clubs universitaires et certaines grandes écoles ont tout intérêt à se rapprocher d’associations sportives, de manière à partager des expériences, des compétences et également à échanger au niveau des pratiquants. Il y a des pratiquants universitaires et des pratiquants non universitaires, et je pense qu’à un moment donné le brassage de ces différents types de personnes peut enrichir l’ensemble.

131Ensuite, pour tout ce qui concerne la tarification, une grosse partie du financement des activités vient aussi des adhésions, évidemment. Sur un club de 19 000 membres, ce n’est pas négligeable.

132En ce qui concerne les tarifs, j’aurais tendance à dire que notre politique va vers l’ouverture. Nous facilitons l’accès pour un certain nombre de personnes et je crois que le tarif le plus bas est aux alentours de 100 € ; cela varie beaucoup en fonction des activités. Le tarif le plus élevé, qui va concerner relativement peu de personnes, est autour de 1 000 €. Certaines pratiques sont très compliquées à mettre en place, comme le pentathlon moderne par exemple.

Christian DENIS

133J’ai été autrefois entraîneur de haut niveau et j’ai fait des stages aux États-Unis, notamment à Santa Barbara. Déjà, à l’époque, des installations sportives portaient le nom de grandes compagnies américaines.

134Pensez-vous actuellement que de grandes compagnies françaises sont capables de se « marier » avec les universités, pour construire un laboratoire, une installation sportive ou faire fonctionner un service des sports d’université ?

Jean-Luc CAYLA

135Aujourd’hui, effectivement, cela n’apparaît pas très clairement. Je pense que des collaborations doivent se mettre en place de toute façon, que des échanges doivent s’organiser. Peut-on parler de privatisation de certaines universités ? Je ne pense pas que ce soit souhaitable.

Claude LABROUSSE

136Je voudrais des précisions complémentaires sur la structuration du club. Vous dites que c’est un club omnisport, mais est-ce un club omnisport pur et dur, c’est-à-dire que toutes les activités sont gérées de façon centrale, ou ont-elles chacune une certaine ou complète autonomie ?

Jean-Luc CAYLA

137Les deux systèmes existent chez nous également. Nous avons une politique de développement commune et chaque section dispose d’une très grande autonomie pour le développement de son activité. Les deux formules cohabitent très bien, en sachant que nous allons tous dans le même sens, les objectifs étant des objectifs de développement de la pratique sportive.

Claude LABROUSSE

138Dans nos clubs omnisports, il existe une direction centrale et chaque section a une autonomie limitée. Il existe un autre système : d’autres clubs sont organisés en fédération de clubs, c’est-à-dire que chaque sport est une entité club elle-même, donc association loi 1901, et répond simplement à des objectifs communs. Donc une politique commune, incontestablement, mais beaucoup plus difficile à contrôler.

139Vos sections ont-elles une personnalité juridique ?

Jean-Luc CAYLA

140Nos sections sont des associations loi 1901, donc pourvues d’une grande autonomie. Des élections s’organisent. Comme notre club comprend des athlètes qui participent aux Jeux Olympiques, l’organisation de ces élections se fait sur des périodes olympiques. Donc tous les quatre ans, il y a une élection pour la totalité des postes à pourvoir.

Jean-Marc MICHEL, USJSF

141Le fait que Lagardère, grand groupe français, ait préféré choisir un team et un club plutôt que de se rapprocher d’une université, c’est déjà en partie une réponse à donner, me semble-t-il. Je voudrais connaître le profil type du sportif qui peut avoir accès au TeamLagardère.

Jean-Luc CAYLA

142Cela se limite à la « top élite ». Par exemple, on a affaire à des sportifs qui, dans le tennis, sont classés dans les cent meilleurs mondiaux. Cela reste très limité.

Marcel PAPPO, Paris UC

143Une remarque sur la question précédente et la réticence de la collaboration qu’il peut y avoir entre public et privé. Je suis issu du monde de la santé. C’est une question qui s’est posée et qui, aujourd’hui, sans qu’on lui donne beaucoup de publicité, est en grande évolution puisque de nos jours il existe des contrats énormes entre les firmes par exemple pharmaceutiques et la recherche de l’INSERM ou du CNRS, ou même des CHRU. Donc, cela a bougé, et les premiers résultats ne sont pas en défaveur du monde de la santé publique. Il n’y a pas de dégâts, ce sont des pré-requis qui doivent être respectés, cela doit être transparent, sur un objectif admis par tous, sans objectif caché. C’est relativement simple. Quand on fait une recherche sur un médicament, on sait pour quelle pathologie, etc. Dans le monde de la santé, l’Université s’est considérablement ouverte au privé et tout le monde s’en porte très bien.

Ernest GIBERT

144Indépendamment de la loi du 10 août, il n’y a pas une université en France qui n’ait de contrat de recherche important avec le monde des entreprises.

145C’est une des raisons pour lesquelles hier matin, de manière allusive, je faisais semblant de demander si la relation Université-entreprise, sans qu’elle soit transposée nécessairement sous les mêmes formes, n’était pas une piste à explorer, qui n’est pas nouvelle puisqu’elle existe depuis de nombreuses années.

146Donc, non seulement il y a forcément un objet commun, mais également des modalités de mise en œuvre du projet et une évaluation commune, sur lesquels on se met d’accord.

147Maintenant, la question est de savoir si vous souhaitez ou non qu’on puisse le transposer au sport. Car hors de la thématique fixée pour notre Université d’Été, cela existe depuis très longtemps, cela fonctionne de manière indiscutablement satisfaisante pour les parties. Cela n’a donc rien d’une nouveauté et c’est ce qui fait, dans certains laboratoires, la partie la plus importante de leurs financements, et du financement des équipements lourds dont ils ont notamment besoin.

Robert DENEL

148Ce qui serait intéressant, c’est de savoir sous quelle forme cela se fait, en dehors du sport. Convention ? Contrat ? Il serait intéressant que nous ayons connaissance des différentes solutions qui, dans d’autres domaines ou d’autres disciplines, existent et ont donné satisfaction.

Roger OLAZCUAGA, Bordeaux EC, professeur d’université en sciences (Bordeaux 1)

149L’une des façons de faire apparaître ces financements est soit sous la forme de bourses données pour les jeunes chercheurs pendant trois ans, soit sur des crédits de fonctionnement pour une période donnée et qui sont susceptibles d’atteindre des sommes très élevées. Les engagements peuvent se faire avec des sociétés aussi diverses que Philips, Thomson, Peugeot, le CEA, etc. Je travaille dans un gros laboratoire du CNRS et 80 % du budget vient de contrats avec l’industrie.

Robert DENEL

150L’entreprise y trouve probablement un intérêt.

151Dans le projet sportif tel qu’on l’a défini, et dont on a dit qu’il était à développer, est-ce que le monde entrepreneurial y trouvera le même intérêt ? Il faut donc trouver les points sur lesquels il peut y avoir intérêt commun.

Alain BRAUN

152Peut-être que, dans l’évolution actuelle du sport dans la société, les déviations que l’on connaît dans un certain nombre de formes de pratique risquent d’affaiblir les images valorisantes ? Cela peut avoir un effet dissuasif.

153Mais rien n’est perdu d’avance. Le cyclisme est victime actuellement de cette contre image. Peut-être que les entreprises réussiront un jour à mettre en avant une image de formation et d’excellence que l’on peut trouver chez les étudiants des universités ?

154Je pense que dans les grandes écoles, cela se fait peut-être déjà. En outre, sur le cyclisme ou sur d’autres sports décriés, la recherche universitaire peut jouer un rôle déterminant.

Marcel PAPPO

155Il ne faut pas toujours envisager que le public c’est l’action et que le privé c’est l’argent. Si nous raisonnons ainsi, ce ne sera jamais un bon contrat. Un contrat, ce sont des moyens communs à mettre en pratique avec un objectif commun.

156J’ai travaillé longtemps dans un laboratoire d’industrie pharmaceutique dont les produits sont utilisés dans le dopage. Nous nous sommes rapprochés du monde du sport et avons été rejetés. Nous n’avons jamais réussi à faire quelque chose ensemble. Nous étions cependant très motivés pour participer, à la fois à la lutte contre le dopage et au bon maniement des produits.

157Il ne faut pas envisager un partenariat du type « les uns font, les autres payent ». C’est le mécénat. Quand on parle de contrats avec l’Université, ce sont des travaux en commun et cela doit sûrement pouvoir se faire dans le sport.

Gérard MESSIN, Besançon UC

158Combien y a-t-il de participants dans votre club qui appartiennent à la société Lagardère ? Ensuite, j’aurai une seconde question. Est-ce que le comité d’entreprise finance le club ?

Jean-Luc CAYLA

159Je ne connais pas le nombre de participants. Il y a probablement, parmi les licenciés, de nombreuses personnes qui travaillent pour une société qui appartient au groupe. Il n’y a pas de priorité, ni de tarif. Pour l’instant, les seules choses mises en place concernent essentiellement les salariés. Par exemple, un entraîneur de tennis qui jouerait au tennis, le pratiquerait dans le cadre de son activité professionnelle ou dans le cadre du maintien de son niveau. Donc, évidemment, il aura accès aux installations. Il n’y a pas du tout de priorité donnée aux salariés d’une société Lagardère pour accéder au club.

160Quand la concession a été attribuée à Arnaud Lagardère, 97 % des adhérents se sont réinscrits.

Alain BRAUN

161Il faut être conscient, dans les questionnements qui sont produits sur Lagardère Paris Racing, de la jeunesse de ce club. La seule chose dont je peux témoigner, c’est que sur le double projet des étudiants sportifs de haut niveau – et c’est vrai que j’ai été questionné un jour sur la question de l’hébergement, etc. – l’écoute a été immédiate.

Jean-Luc CAYLA

162Par rapport à tout ce qui concerne la formation, nous avons déjà entamé un certain nombre d’actions. Dans les jours qui viennent, notre première promotion Sciences Po se met en place avec un dispositif particulier : les sportifs qui suivront cette formation auront un tuteur, joignable par mail, par téléphone, et ils auront des devoirs à faire. Une quinzaine d’athlètes va suivre cette première session.

163En ce qui concerne les relations que l’on peut avoir avec le secondaire, de nombreuses choses ont été entreprises auparavant. Nous nous contentons donc de poursuivre ces relations et de les développer.

164Nous sommes également en train de mettre en place un partenariat avec des écoles d’ostéopathie. Il reste l’Université et nous allons maintenant nous engager dans cette démarche.

165Effectivement, il y a beaucoup de méconnaissance, de la part des sportifs, sur les possibilités offertes de suivre des études dans des conditions particulières. C’est un champ qu’il me reste à étudier et nous allons développer prochainement ce type de relation.

Véronique DALLE, Lille Université Club

166Dans votre club, utilisez-vous des ressources liées au mécénat de vos entreprises et utilisez-vous vos entreprises pour parrainer les actions que vous menez ?

Jean-Luc CAYLA

167Nous allons évidemment chercher à mutualiser l’ensemble. Il faut savoir que le TeamLagardère, comme Lagardère Paris Racing, comme la fondation Lagardère, font partie de l’activité mécénat du Groupe Lagardère.

Christian DENIS

168Vu de l’extérieur et à travers ce qu’en disent les journaux, j’ai l’impression qu’on assiste au débauchage d’un certain nombre d’entraîneurs, parmi les meilleurs, qui appartenaient aux Directions Techniques Nationales dans un certain nombre de sports, ou qui étaient en poste à l’INSEP, et qui rentrent dans le TeamLagardère.

169Pour un athlète, quel est son intérêt d’aller au TeamLagardère par rapport au fait d’être dans le giron de sa fédération nationale ? Existe-t-il un contrat d’image passé avec le sportif ou avez-vous simplement une action philanthropique d’aide au sport ?

Jean-Luc CAYLA

170Évidemment, le retour image est très important, notamment pour développer l’ensemble de nos activités.

171En ce qui concerne le TeamLagardère, la philosophie est de pouvoir offrir aux sportifs les meilleurs moyens possibles pour atteindre leur performance maximale. Donc, si un certain nombre d’entraîneurs, de scientifiques ou autres sont venus au TeamLagardère, c’est parce qu’on leur a permis, à travers cette structure, de mettre en place un certain nombre de choses qu’ils jugeaient importantes par rapport à l’activité sportive. Ce n’est pas forcément une démarche de débauche, mais c’est surtout le fait de pouvoir s’exprimer complètement.

Marcel PAPPO

172On parle depuis très longtemps de limiter le nombre des Conseillers Techniques Nationaux, des entraîneurs nationaux, des CTR, etc. Participez-vous à ce projet ?

Jean-Luc CAYLA

173Pas du tout. Comme je l’ai dit, nous nous inscrivons davantage dans une logique de collaboration avec les fédérations, pour travailler ensemble sur des projets communs. L’idée est d’aider les fédérations et les sportifs à s’exprimer au maximum. Si les fédérations sont très fortes, elles ont aussi certaines limites.

André HERVIER

174Je voudrais revenir sur la comparaison entre recherche et sport, pour apporter un peu de nuance.

175Il me semble que la recherche et le sport ne peuvent pas être exactement mis sur le même plan parce qu’en général la recherche a des résultats qui intéressent à la fois les universités et le monde qui la commandite. Pour le sport, c’est un peu plus lointain. Le résultat de la formation par le sport ou au sport est tout de même un résultat moins immédiat que celui d’une action de recherche.

176Il existe, à mon avis, trois niveaux de relation entre les deux. Le premier niveau, c’est la chaire ; quand une entreprise veut financer des recherches et de l’enseignement sur tel thème, elle finance une chaire.

177Le deuxième niveau est celui du partenariat, où l’on va déterminer des projets communs qui intéressent à la fois l’université et l’entreprise qui commandite. Ces projets peuvent être des projets de recherche avec un laboratoire de l’INSERM ou avec une université pour le mener à bien.

178Un troisième niveau se présente, en particulier avec la loi du 10 août, qui correspond à une évolution dans les modes de financement du monde universitaire, et qui est l’arrivée des fondations. En France, nous avions plutôt l’habitude d’avoir des financements de type étatique, public, et dans le monde anglo-saxon, aux États-Unis en particulier, il existe beaucoup de financements philanthropiques par les grandes entreprises. Il me semble que cette loi ouvre, beaucoup plus qu’auparavant, la possibilité de recevoir des fonds par l’intermédiaire par exemple d’une fondation. Là, l’entreprise qui va financer une université le fera pour des raisons de prise de position, pour des raisons d’image, pour soutenir une université dans son ensemble sans avoir forcément d’objectifs précis. C’est peut-être par cet intermédiaire-là que l’on pourrait réintroduire plus généralement la question du sport dans les universités, en tant que le sport contribue à donner une certaine image à une université. Comme cette loi va mettre relativement les universités en concurrence les unes avec les autres, il est évident que celle qui va commencer à développer une image d’université sportive fera probablement plus d’émules que par le passé.

179Nous avons beaucoup parlé des liens entre les universités et la recherche, en tant que la recherche a des résultats pratiques pour le monde du sport. La recherche universitaire n’est pas seulement un monde qui produit des résultats pratiques. Je pense que c’est aussi un monde dans lequel se forme une bonne partie de la conscience sociale. C’est par la recherche universitaire que l’homme sait ce qu’il se passe et prend conscience de ce qu’il fait lui-même. C’est complètement gratuit. Or, quand je parlais de l’urgence, pour les universitaires, de s’emparer du sport comme objet de recherche, c’est évidemment aussi à cela que je pensais. Finalement, quel est le sens, pour l’homme, de l’évolution du sport aujourd’hui ? Il me semble que, dans la suite des débats, nous avons oublié cet aspect.

Robert DENEL

180Ces remarques serviront de conclusion provisoire à nos échanges. Et je pense que les travaux de notre Université Sportive d’Été qui vont suivre nous permettront d’apporter des éléments de réponse aux interrogations qui viennent d’être formulées. Merci à tous.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search