Version classiqueVersion mobile

Le Sport, l’Université, la Société

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 1. « Premier point sur la question »

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Présentation par Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue au CNRS, Administrateur de l’UNCU

1Nul plus que Claude-Louis Gallien n’est qualifié pour nous fournir une analyse non partisane sur les réalités et les perspectives relatives à l’éducation physique et sportive à l’université. Sa conférence introductive au thème de la présente USE le Sport, l’Université, la Société, va sans doute nous rassurer si besoin était sur la pertinence et l’actualité de la problématique. Elle va également nous permettre d’envisager des pistes à explorer et des solutions d’avenir.

2Claude-Louis Gallien est aujourd’hui professeur émérite à l’Université Paris V René Descartes. Il est vice-président du Comité National Olympique et Sportif Français. Au moment de l’ouverture protocolaire de notre USE, on a pu regretter l’absence de représentants du CNOSF. La chose est amplement réparée puisque nous allons bientôt entendre une personnalité marquante de cette institution. Claude-Louis Gallien est également le premier vice-président de la Fédération Internationale du Sport Universitaire. Rappelons également qu’il a occupé les fonctions de président général du Paris Université Club, de 1983 à 1995, prenant la suite de ses prestigieux prédécesseurs que furent les professeurs Paul Chailley-Bert, Michel Macheboeuf ou Jean Talbot. Claude-Louis Gallien en est également l’historien de talent, avec deux ouvrages importants : Charléty, la mémoire d’un stade, publié en 1994, et il vient de récidiver, assisté de Jean-Baptiste Rivaud, Didier Lamaison et Jean-Paul Menain, avec Le PUC, le « livre du centenaire », qui a été publié en 2006 aux éditions Atlantica.

3Ces études témoignent d’un attachement exigeant aux valeurs cardinales du sport scolaire et universitaire, tandis que se renouvellent les générations de jeunes, d’éducateurs et de dirigeants ; ce qui n’empêche pas de devoir s’adapter aux changements de la société et aux transformations de l’environnement sportif, sans déroger pour autant à la table des valeurs faisant que le sport est au service de la personne et non l’inverse. Ou plus précisément, que le sport se construit, se renouvelle et s’enrichit par tous ceux et celles qui l’envisagent comme tel, y compris les partenaires publics ou privés qui lui apportent des moyens indispensables à son épanouissement.

4Et quoi de plus important, dans la Cité, que le sport scolaire et universitaire, point de passage obligé – par principe – de la jeunesse de notre pays ? À l’articulation de ces trois composantes, des réussites et des échecs du passé se retrouvent-ils aujourd’hui ? Comment est-il possible de renforcer des liens positifs entre le Sport, l’Université et la Société ? Dans quelle mesure les échecs d’hier ou encore les rendez-vous manqués d’aujourd’hui peuvent être surmontés et permettront bientôt de dégager des perspectives prometteuses ? Ou bien faut-il faire porter l’analyse sur des « ruptures », des « mutations » qui obligent à inventer des solutions totalement nouvelles ?

Conférence introductive par Claude-Louis GALLIEN,
Professeur émérite à l’Université Paris Descartes
Vice-Président du CNOSF
Premier Vice-Président de la FISU

Éducation physique et sportive à l’université Réalités et perspectives

5Il est vrai que nous avons partagé beaucoup d’espérances et bien des déceptions. Mais peut-être est-ce parce que nous n’avons pas su toujours poser les bonnes questions que nous n’avons pas reçu les bonnes réponses… Il reste que l’éducation des jeunes est, plus que jamais, le principal défi que doit affronter notre société, et que le sport peut y jouer un rôle très important.

Réalité du projet de société : dans quel type de société vivons-nous actuellement ?

6Après la première guerre mondiale, les sociétés développées « modernes » se sont fondées sur deux systèmes politico-économiques majeurs :

  • le socialisme, dans les « démocraties » autocratiques de l’Est ;
  • le capitalisme dans les démocraties représentatives de l’Ouest.

7La période dite « post-moderne » (1970-1990) se caractérise par la relativisation des valeurs établies et le développement d’un social-libéralisme qui n’est rien d’autre qu’un nouvel avatar du capitalisme classique. La société « libérale » n’abandonne pas vraiment l’idée de se référer à des valeurs ou à des repères, mais elle est soumise à des offres multiples de repères alternatifs. En fait, le social-libéralisme post-moderne propose une sorte de « liberté négative » caractérisée par le rejet des contraintes individuelles, et qui engendre une tendance à la déréglementation et à l’abolition des codes chaque fois qu’elle n’est pas complétée par une « liberté positive » (sagesse ou éthique) empêchant que la liberté se transforme en abus de liberté.

  • 1 Francis Fukuyama, The end of history and the last man, New York, Free Press, 1992.

8La dernière décennie du xxe siècle, marquée par l’effondrement du bloc communiste, est celle de la « mondialisation », qui signe véritablement la fin de la modernité (et de la post-modernité)… et même, pour certains, la fin de l’histoire !1 La mondialisation n’est certes pas un phénomène nouveau ; c’est une tendance universelle qui s’est manifestée clairement au cours des trois derniers millénaires par la diffusion et le métissage des langues, des littératures, des musiques, des cultures, des sciences et des techniques, aussi bien que par les échanges de biens de consommation. Cependant, au début du xixe siècle, le monde s’est trouvé confronté à des changements plus radicaux. On parle désormais d’une « globalisation », qui se traduit en premier lieu par l’internationalisation de l’économie et la dissémination des conditions capitalistiques de marché, indissociablement liées à la progression des technologies de l’information et de la communication.

  • 2 Thomas L. Friedman, The Lexus and the Olive Tree, Ferrar, Staus and Giroux ed, New York, 1999. Tho (...)
  • 3 Christian Wopp, The future of university sports in the face of university and sports, FISU confere (...)
  • 4 Amartya Sen, Identity and violence : The Illusion of Destiny, W. W. Norton, New York, 2006. Amarty (...)

9La globalisation est un état de fait, qui se traduit par des avantages indiscutables. Cependant, il faut être attentif à ce qu’elle ne devienne pas une idéologie, permettant d’instrumentaliser les relations entre des globaliseurs et des globalisés. Lorsque le journaliste américain (lauréat du prix Pulitzer) Thomas Friedman2 soutient que la globalisation a permis – paradoxalement – d’aplanir le monde, il feint d’ignorer que ce monde « plat » est ressenti comme particulièrement escarpé, acrobatique et inconfortable par les pauvres de la planète. Dans le monde entier, des groupes humains importants et de nombreuses régions sont négligées par le marché global et, même dans les zones les plus favorisées, toutes les populations ne bénéficient pas dans une même mesure de la globalisation3. Il n’est donc pas surprenant que celle-ci provoque un accroissement des inégalités dans les conditions de vie, par le biais d’une distribution inéquitable des biens et l’émergence d’un nouvel ordre mondial4.

10Au niveau politique, une crise de la démocratie représentative affecte les pays riches, liée à une diminution de la confiance publique dans la volonté et la capacité du système à assumer les besoins sociaux, à la mise en place d’une organisation du travail différente et d’un nouveau mode de redistribution des bénéfices, enfin à la montée en puissance des grands groupes internationaux. Dans les pays moins développés, les systèmes politiques autocratiques et/ou théocratiques tendent encore à se renforcer. À tort ou à raison, la globalisation suscite l’inquiétude et déclenche un repli sur les identitarismes, les fondamentalismes, les intégrismes, les communautarismes et les nationalismes. Elle est perçue comme procédant d’un système supranational ploutocratique (gouvernement des riches, pour les riches), normalisant l’iniquité et faisant du profit une valeur éthique, dont on peut redouter qu’il devienne le « projet de société » pour le xxie siècle.

11Réalité du projet sportif : Le sport « moderne » est né en 1894 avec le nouvel Olympisme de Pierre de Frédy, baron de Coubertin. Organisé autour de la pratique compétitive, il est porteur d’une éthique spécifique ainsi que d’un projet éducatif et culturel.

12La période « post-moderne » correspond à une phase de rejet des contraintes au profit de la recherche des sensations. C’est aussi une période de forte croissance et de massification des pratiques sportives, durant laquelle la diversité des demandes submerge la rigidité de l’offre et bouscule le fixisme des institutions.

13Tout à la fois acteur et cible d’un processus post-moderne de relativisation morale et de mondialisation, l’olympisme coubertinien subit de plein fouet la pression de nouvelles exigences techniques, médiatiques, commerciales, financières, procédurières et idéologiques ; il se fragmente en une variété sans cesse renouvelée et diversifiée de pratiques et de cultures. Les valeurs attachées au sport, la place occupée par le sport dans la société, les attitudes vis-à-vis du sport, les politiques sportives, l’organisation du sport et tout ce qu’il est convenu de nommer l’« esprit sportif » vont être profondément affectées par ce phénomène. Même si le système coubertinien peut encore apparaître comme le concept sportif dominant, il montre cependant des signes de régression et il est sérieusement remis en cause au sein d’un ensemble « éclaté » en de multiples modèles :

14Modèles coubertiniens : Le système coubertinien s’est lui-même différencié pour donner naissance à des modèles qui, même s’ils revendiquent des spécificités marquées, font clairement référence au concept olympique traditionnel. Il s’agit de systèmes sportifs compétitifs, basés sur l’éducation, l’éthique et la santé :

  • le sport de base, structuré dans le cadre des clubs et des associations par le système fédéral olympique ;
  • le sport affinitaire ou spécialisé (handisport, scolaire, universitaire, d’entreprise, militaire, etc.), structuré dans le cadre de clubs et d’associations par des systèmes fédéraux non olympiques.

15Les Fédérations Nationales du Sport Universitaire (FNSU) et la Fédération Internationale du Sport Universitaire (FISU) font clairement partie de ce groupe qui fait référence au système coubertinien classique.

16Modèles néo-coubertiniens « pro-lympiques » : Il s’agit de modèles conceptuels du sport qui demeurent plus ou moins rattachés au système coubertinien classique, en ce qu’ils se fondent sur les notions de performance et de compétition, s’appuient sur des règles strictes et s’inscrivent dans un cadre institutionnel. Cependant, ces sports qualifiés parfois de « prolympiques » se distinguent des sports olympiques dans la mesure où ils donnent clairement la priorité à la notion de performance (dans les deux sens français et anglais du terme, d’exploit et de spectacle), s’appuient sur les affaires, les profits et la médiatisation, et s’abandonnent parfois à l’hyper médicalisation et au dopage. Ceci introduit aussi un contraste entre « sports riches » et « sports pauvres ». Au nombre de ces modèles, on mentionnera :

  • le sport d’élite (ou sport de haut niveau) ;
  • le sport professionnel (qui ne se confond pas toujours nécessairement avec le sport de haut niveau) ;
  • le sport spectacle, lié aux deux précédents et qui atteint ce résultat paradoxal de créer une catégorie nouvelle de « sportifs inactifs » (supporters, spectateurs des stades, téléspectateurs, lecteurs de journaux et de magazines).

17Modèles a-coubertiniens : D’autres modèles de concepts sportifs peuvent être appréhendés comme relevant carrément de « contre-cultures », ignorant ou rejetant le système olympique. Ils revendiquent souvent une pratique essentiellement individuelle échappant largement à l’institutionnalisation et à la réglementation ; on peut citer (mais la liste n’est pas exhaustive) :

  • le sport pour tous (souvent perçu comme devant être le sport de chacun), ou sport populaire, qui s’écarte des notions de performance et de compétition ;
  • le sport de masse, dont la vocation est de regrouper un très grand nombre de pratiquants de tous niveaux à l’occasion d’un évènement sportif, à caractère plus festif que compétitif ;
  • le sport-santé qui revendique une fonction thérapeutique ;
  • le sport de mise en forme (fitness) et d’entretien physique, et le sport de bien-être (wellness), permettant de se sentir à l’aise dans son corps, qui rejettent la notion de performance au profit de la notion de style de vie, d’esthétique corporelle, de relaxation, de bon état physique aussi bien qu’intellectuel ;
  • le sport de loisirs (ou sport de plaisance), lui même très multiforme,
  • le sport plaisir ou « fun », prioritairement ludique et libertaire5, revendiqué en particulier par la « génération de la glisse »6 ;
  • le sport extrême ou d’aventure, qui privilégie la performance à outrance et s’écarte des codifications institutionnelles ;
  • le sport de pleine nature, à connotations écologistes ;
  • le sport de rue, ou sport de proximité, compétitif mais déstructuré et presque exclusivement masculin ;
  • le sport dit « cosmétique », expressément préoccupé de l’esthétique corporelle et profondément égocentrique.

18Certains de ces modèles ont bien entendu toute leur place dans les pratiques sportives susceptibles d’être proposées aux étudiants dans le cadre d’activités physiques et sportives universitaires.

  • 7 Roberto Carneiro, Education through university sport, 7th FISU Forum proceedings, Lisbon, 2004.

19Réalité du projet éducatif : Depuis le milieu du xxe siècle, et dans l’ensemble du monde développé, la plupart des programmes académiques traditionnels se revendiquent de l’excellence et proposent aux étudiants non seulement un « savoir » mais aussi un « savoir faire ». Par ailleurs, un nombre croissant d’universités accorde une grande importance à la valorisation des compétences citoyennes7, basées sur les notions de « savoir être » et de « savoir social ». De fait, l’étudiant ne peut plus être considéré comme un « pot » qu’il faut bourrer de diplômes…

  • 8 Christian Wopp, op. cit. Maarten van Bottenburg, The bonding and bridging power of university spor (...)

Excellence (degré supérieur de compétence) : C’est une mission traditionnelle de l’Université que de garantir un niveau d’excellence dans tous les domaines du savoir, c’est aussi un impératif pour les enseignements supérieurs que d’assurer l’excellence dans le savoir-faire, le savoir être et le savoir social, de façon à permettre aux étudiants d’affronter un monde changeant, de plus en plus exigeant en matière de créativité, d’innovation, d’intelligence humaine individuelle et d’aptitude à gérer le lien social. Les jeunes ne devraient pas quitter l’université comme des quémandeurs à la recherche d’emplois, mais comme de précieux détenteurs de talents, activement recherchés par les entreprises !
Savoir (connaissances fondamentales) : Le raccourcissement de la durée de validité des connaissances de base conduit à la nécessité d’acquérir les savoirs classiques et les nouveaux savoirs plus rapidement que jamais. En fait, nous sommes en train de passer d’une société enseignante à une société éducatrice, dans laquelle l’acquisition des stratégies permettant d’avoir accès le plus rapidement possible à la connaissance et de réagir positivement face à des situations nouvelles est pratiquement plus importante que l’acquisition des connaissances elles-mêmes8. Cela signifie que les universités doivent aider les étudiants à développer leurs aptitudes à apprendre et raisonner, à penser sur un mode créatif, à prendre des décisions rapides et à résoudre les problèmes au moment même où ils se présentent.
Savoir-faire (connaissances pratiques) : Les programmes universitaires doivent permettre aux étudiants de développer des compétences professionnelles, en augmentant leurs capacités dans les domaines essentiels du management (gestion des ressources, communication, relations publiques et interpersonnelles, traitement de l’information, contrôle des systèmes, maîtrise des technologies).
Savoir être et savoir social (compétences individuelles et citoyennes) : Le développement de compétences transversales ou relationnelles, au nombre desquelles les qualités personnelles (sens des responsabilités, estime de soi, comportement individuel et public, compétences sociales et citoyennes), doit aussi être pris en considération et valorisé dans les programmes académiques.

20Cependant, il faut mettre l’accent sur le fait que les universités (et d’une façon générale les établissements d’enseignement supérieur) subissent de fortes pressions qui découlent de :

  • la relativisation post-moderne des valeurs établies, qui crée des aspirations plus marquées vers un développement personnel, culturel et social ;
  • la globalisation, qui crée des demandes croissantes vers les sciences économiques et le domaine des « affaires », ainsi que le besoin de formations ouvertes à court terme sur les marchés de l’emploi.

21Ces pressions aboutissent à créer des tensions reflétant les contradictions entre les tendances à la déréglementation et les concepts matérialistes d’une mondialisation étroitement liée aux règles du marché global : long terme ou court terme, culture multipolaire ou unipolaire, large ouverture ou sélection étroite, universalisme ou individualisme, spiritualité ou matérialisme, diversité ou uniformisation.

  • 9 Tom Garvin, The Sunday Business Post, Dublin, october 2005.

22Une question demeure aussi en suspens : la finalité des enseignements et de la recherche dans les universités doit-elle être essentiellement de nature « utilitaire », où doit-elle viser des objectifs plus diversifiés et plus larges, d’ordre culturel ? Le constat serait que : « La plupart des jeunes, actuellement, préfèrent s’inscrire dans les filières d’études économiques et commerciales » ; avec pour résultat que « l’Université produit aujourd’hui des cohortes de brillants barbares9 ! ». La réalité est sans doute plus complexe ; l’Université doit bien évidemment refléter les besoins, les contraintes et les préoccupations de la société, mais elle doit aussi aller plus loin que la simple préparation des étudiants à la vie professionnelle, en leur apportant une vision et une compréhension approfondies d’eux-mêmes et du monde dans lequel ils sont appelés à vivre.

23L’internationalisation des structures, des programmes et des diplômes, ainsi que la mobilité croissante des étudiants, intensifient la compétition entre les universités au niveau mondial. Chaque fois qu’ils ont la possibilité de choisir, les jeunes donnent, bien sûr, la préférence aux universités qui proposent les filières les plus attrayantes, ont une réputation bien établie d’excellence et disposent des équipements les plus performants. Chaque université s’efforce de disposer d’un maximum de moyens financiers, et de proposer les filières et les structures susceptibles d’attirer à elle – ou de conserver – les jeunes gens les plus talentueux, mais en fait deux types d’établissements sont à prendre en considération : les « universités d’élite » et les autres, dont certaines sont d’ailleurs de très bon niveau.

24On définit des « indicateurs d’excellence » qui permettent de classer les universités.

  • 10 Emily Flynn Vencat, « The race is on », Newsweek, 27 août 2007. Jacques Erard, L’UNIGE première un (...)

25Ces indicateurs, basés sur des critères portant sur la réputation générale, la recherche et l’enseignement, sont compensés par des « facteurs de pondération ». Le système peut être discuté mais constitue une base d’évaluation cohérente10.

26- Les différents classements publiés régulièrement depuis 5 ans (Shanghai Jiao Tong University ranking, Times Higher Education ranking, Newsweek Top 100 Global universities, G-factor International University Ranking, Webometrics) montrent que la plupart des universités d’élite sont établies aux États-Unis, en Europe et en Asie, et plus de 60 % d’entre elles sont américaines. Dix-sept des vingt universités considérées comme les meilleures dans le monde sont américaines. Les États-Unis investissent effectivement davantage que l’Europe et l’Asie dans la recherche, l’enseignement supérieur et le développement, et par ailleurs ils concentrent cet investissement sur un nombre beaucoup plus réduit d’établissements (on recense aux États-Unis « seulement » 250 universités d’excellence pour environ 3 300 établissements d’enseignement supérieur). Ambitieux et dynamique, le système universitaire des États-Unis est privatisé ou très largement autonome vis-à-vis des pouvoirs publics. Il s’intègre pleinement dans le mouvement de globalisation et met l’accent sur l’excellence dans les domaines des sciences « dures », des hautes technologies, de l’économie et des affaires ; il investit moins dans les sciences humaines et sociales. En fait, une grande partie des universités d’élite américaines pourraient être considérées comme de véritables « centres d’incubation » pour tout ce qui concerne le « business » ! Des systèmes analogues existent en Europe (Royaume-Uni) et se développent rapidement en Asie (Japon, Chine, Singapour).

27En Europe, les universités d’élite sont aussi nombreuses qu’aux États-Unis (plus de 200 dans les 500 meilleures universités mondiales) ; qu’elles soient rattachées à un statut public, autonomes ou privatisées, elles prétendent incarner la somme d’une culture humaniste générale et d’une culture scientifique. La vision européenne de l’« excellence », affirmée par le Protocole de Bologne, affiche une ouverture en direction d’une large diversité de domaines.

28Les universités ou grandes écoles françaises, avec une vingtaine d’établissements dans le « Top cent » européen, occupent une position assez moyenne dans les classements « d’excellence ».

29- Dans les pays développés d’Amérique, d’Europe et d’Australasie, les « autres » universités sont souvent généralistes, et leurs moyens relativement limités ne leurs permettent pas d’atteindre un réel niveau d’excellence dans toutes les filières qu’elles développent. Le système universitaire européen est largement dépendant des pouvoirs publics et encore fortement marqué par le relativisme post-moderne. Bien qu’il affiche une volonté d’ouverture au plus grand nombre et dans tous les domaines (ce qui génère un éparpillement des ressources), il se montre trop souvent paralysant parce que lourdement centralisateur. Le modèle européen se veut « diversifié » et vise aussi bien les formations scientifiques (mathématiques, médecine, droit) et technologiques, que les sciences humaines et sociales, les disciplines artistiques et culturelles. Quelques instituts s’attachent à développer les sciences économiques, vis-à-vis desquelles d’autres universités font preuve d’une sorte de snobisme dédaigneux.

30- Le système universitaire dans de nombreux pays émergents (Europe de l’Est, Asie, Afrique, Amérique du Sud) peut être assez contrasté. Un petit nombre d’universités de très bon niveau existe dans quelques uns de ces pays, mais d’une façon générale l’accent est mis sur des recherches appliquées et des formations permettant de déboucher à court terme sur l’emploi dans les domaines des sciences, des technologies et du commerce (MBA, ingénieurs, programmateurs, techniciens, vendeurs). Cette option présente des effets positifs dans la mesure où elle favorise la délocalisation des entreprises des pays développés vers les pays émergents (« Business Process Outsourcing » ou BPO), mais s’accompagne d’un phénomène négatif de « fuite des cerveaux » (« Brain Drain » ou BD) : les meilleurs diplômés, et aussi les meilleurs étudiants, s’ils en ont la possibilité, quittent leur pays pour rejoindre des universités d’excellence dans les pays développés, où ils s’établissent souvent définitivement. Dans une « économie de la connaissance », cette fuite des cerveaux contribue à accentuer durablement les inégalités au niveau planétaire.

31- Dans les pays en voie de développement du tiers-monde, les universités ne disposent que de faibles ressources ; leurs objectifs et leurs résultats demeurent nécessairement limités.

32Enfin, à l’ère de la télévision satellitaire, de l’Internet, des radios portatives et des téléphones cellulaires, la notion d’éducation dépasse très largement le cadre de l’école, de l’université ou de la cellule familiale. Les médias sont devenus les outils privilégiés d’une certaine forme d’éducation populaire, qui pourrait renforcer l’impact d’un système universitaire moderne et dynamique… mais aussi, si l’on y prend garde, contribuer à remplacer l’excellence par la médiocrité ! Ce potentiel éducatif des médias doit être pris en compte lors de la définition et de l’élaboration d’un projet universitaire.

33Réalité du sport à l’université : La situation actuelle de l’éducation physique et sportive dans le monde est bien entendu très variable, liée à des différences parfois extrêmes entre les contextes culturels, politiques et économiques. En dehors de la carence absolue qui caractérise de nombreux pays parmi les plus démunis, on peut identifier divers schémas, dont certains sont construits de façon à conforter le modèle politico-économique mondialiste dominant. Un dénominateur commun, cependant, est que les systèmes sociaux et éducatifs négligent assez largement le domaine des Activités Physiques et Sportives (APS), et que, lorsque celui-ci est pris en compte, les programmes sont basés sur le court terme et les besoins immédiats, sans qu’il y ait compréhension correcte des nécessités du long terme. C’est ainsi que, trop souvent, les missions confiées aux chercheurs en APS et aux professeurs d’EPS les confinent dans un rôle étriqué qui les isole de l’ensemble des équipes scientifiques ou pédagogiques, et que les moyens qui leurs sont affectés sont insuffisants.

34Le manque de moyens et le manque de considération induisent trop souvent :

35démotivation des chercheurs STAPS,

36démotivation des enseignants EPS,

37démotivation des bénévoles,

38démotivation des étudiants,

39essoufflement de la vie associative,

40la transformation des clubs universitaires en entreprises prestataires de services.

41Acquisition et création du savoir : Actuellement, un nombre relativement limité d’universités prend en compte l’éducation physique et sportive sous l’angle de l’acquisition et de la création des connaissances :

  • enseignement (et recherche) dans le cadre de programmes spécifiques (formations qualifiantes) destinés à former les enseignants en éducation physique et sportive, ainsi que divers types de professionnels du sport, et à concevoir et développer les concepts et les outils éducatifs de cette discipline (EPS et APS).
  • enseignements portant sur divers domaines optionnels liés aux activités physiques et sportives, dans le cadre de modules pluridisciplinaires facultatifs ou obligatoires intégrés aux programmes généraux de l’université, et qui peuvent être, suivant les cas, validés ou non validés par des notations ou des bonifications dans le cadre des examens ou d’un contrôle continu.

42Activités hors programmes : Dans la plupart des universités, cependant, les activités physiques et sportives sont essentiellement prises en compte comme éléments de la vie sociale des étudiants et sont gérées :

  • par un service spécifique (département chargé d’organiser la pratique volontaire des Activités Physiques et Sportives dans le cadre de l’université, en cohérence avec le projet socio-éducatif de l’établissement, et en fonction des moyens qui lui sont alloués ;
  • par l’association sportive de l’établissement, structure étudiante autonome ou structure de participation et d’interaction entre les étudiants et les services chargés des Activités Physiques et Sportives.

43La pratique sportive associative à l’université s’est d’abord essentiellement focalisée sur le concept coubertinien de la compétition. Par la suite, le sport universitaire a subi les influences et les tendances caractérisant l’évolution sociale, culturelle et économique de la société ; les départements APS et les associations sportives étudiantes ont été amenés à décliner de façon extensive des types très diversifiés de pratiques compétitives et non compétitives, éventuellement adaptées de certains modèles a-coubertiniens.

  • 11 Maarten van Bottenburg, op. cit.

44Dans le contexte actuel de l’université, les activités physiques et sportives offrent à l’étudiant la possibilité de se détendre, de rencontrer les autres, d’entretenir ou d’améliorer sa condition physique, d’acquérir de nouvelles connaissances, de pratiquer la compétition, d’organiser, d’encadrer ou d’arbitrer des rencontres sportives, de construire sa personnalité11. Ces activités peuvent donc se concevoir à différents niveaux, en fonction des aspirations et des possibilités de chacun : style de vie, activité récréative, activités d’entretien physique et de bien être, compétition.

Style de vie : L’approche des activités physiques et du sport à l’université peut être envisagée sous l’angle du « style de vie ». L’étudiant vise à donner de lui-même une image décontractée, saine, esthétique. Plus qu’une réelle pratique sportive, il recherche un rythme, un équilibre, une atmosphère, une attitude au sein de l’université ou de l’école, qui puissent se prolonger au-dehors. Ce style de vie offre aussi des occasions privilégiées de rencontre et de partage, favorisant la socialisation.
Activité récréative : Les activités physiques et le sport à l’université peuvent se concevoir comme des pratiques récréatives de loisir ou de délassement, à caractère essentiellement ludique. Dans ce type de pratique, les règles formelles trop contraignantes sont rejetées (elles sont éventuellement remplacées par des règles « de circonstance » spécialement aménagées dans le sens d’une grande souplesse), et les compétitions (lorsqu’elles existent) sont libres et improvisées. L’étudiant se satisfait d’élargir son champ d’activités sans pour autant adhérer à un contexte formalisé ou s’engager à une participation suivie et régulière.
Activité d’entretien physique, de bien être et de santé : Les activités physiques et le sport à l’université peuvent être envisagés comme des pratiques de confort, d’hygiène et de santé, permettant d’acquérir ou de maintenir une bonne forme physique, ou encore de gérer des situations de stress liées au contexte des études. L’étudiant s’astreint à une activité régulière, pratiquée au sein d’un groupe. Cette activité à finalité essentiellement individuelle peut toutefois se prolonger par un intérêt (plus ou moins concrétisé) pour des objectifs collectifs proposés par le groupe.
Activité de compétition : L’étudiant peut choisir de pratiquer le sport de compétition dans un contexte rigoureux, encadré par des règles officielles et contrôlé par des instances reconnues. Cette pratique peut s’inscrire dans le cadre universitaire, extra universitaire, ou les deux à la fois, et à divers niveaux : local, régional, interrégional, national, international. Comme dans le cas des activités d’entretien physique, l’étudiant s’astreint à une activité régulière, pratiquée au sein d’un groupe, et qui peut se décliner de plusieurs façons :
- Activité de compétition sur place à l’université (parfois en complément ou en remplacement d’une activité sportive extérieure), à finalité de valorisation personnelle, sans objectif « de groupe » ni sentiment d’« appartenance collective », et aspiration à atteindre un niveau reconnu (limité ou plus élevé).
- Activité avec recherche d’identification à un collectif de proximité (amphithéâtre, unité d’enseignement), et aspiration à accéder à un niveau reconnu, mais limité à un contexte très local.
- Activité avec identification à un collectif de dimension élargie (faculté, université) avec aspiration à atteindre un niveau reconnu au plan régional, interrégional, national, voire international.
- Activité d’élite : Le sport universitaire fait partie d’un ensemble de pratiques à haut niveau de performances, individuelles ou de groupe, dans lequel la réussite sportive et le spectacle peuvent représenter un objectif et/ou un moyen important pour des étudiants, mais pas nécessairement leur seule priorité.

45Épanouissement individuel et intégration à la collectivité : La pratique des activités physiques et sportives constitue certainement un facteur d’épanouissement et d’intégration pour les étudiants, en particulier lorsqu’elle s’effectue dans le contexte associatif.

46Au niveau de l’université, la pratique des activités physiques et sportives :

  • favorise l’intégration des jeunes issus de l’enseignement secondaire dans le monde, nouveau pour eux, de l’enseignement supérieur ;
  • favorise l’intégration (rencontre, échange, reconnaissance) des étudiants d’origines sociales et culturelles différentes, des étudiants issus de filières de formation différentes ou encore inscrits dans des cursus différents ou appartenant à des universités différentes. Elle pourrait constituer un outil puissant pour favoriser l’intégration des étudiants handicapés ;
  • favorise l’intégration (rencontre, échange, reconnaissance) d’étudiants ayant des passés sportifs différents ;
  • favorise l’intégration par la prise de conscience d’une parité complète entre les étudiantes et les étudiants dans tous les domaines d’activité ;
  • favorise l’intégration entre les enseignés et les enseignants.

47Enfin, le développement des activités physiques et sportives constitue un bon moyen pour l’Université de s’intégrer à la vie de la Cité. L’établissement d’un partenariat, la mise à disposition mutuelle d’équipements, les rencontres entre sportifs étudiants et non étudiants, les organisations communes d’évènements, sont autant d’occasions de faire disparaître les barrières artificielles qui séparent, encore trop souvent, le monde de la Cité de celui de l’Université.

48Au niveau de la Nation, les activités physiques et sportives ont tout naturellement leur place dans une formation universitaire qui prétend rassembler – c’est-à-dire intégrer – et tirer vers le haut. Dans de très nombreux pays, l’identité nationale s’est construite progressivement au fil des siècles – et continue de se construire – par un processus d’intégrations mutuelles, d’enrichissements et de recompositions. La notion d’intégration, s’agissant de ceux que l’on perçoit initialement comme « les autres », étrangers et différents, que les accidents de l’histoire ont conduit à s’établir dans une communauté nationale, est trop souvent appréhendée comme devant être une assimilation à sens unique. L’Université, c’est sa tradition et son honneur, propose un autre projet d’intégration, fondé sur la reconnaissance des différences, la connaissance du patrimoine scientifique, technique et culturel commun, et l’ouverture au plus grand nombre d’une formation qui vise au niveau de l’excellence et à l’universalité. Il s’agit d’une construction commune, toujours renouvelée et projetée vers l’avenir.

49L’intégration doit aussi se concevoir entre des pays qui se sentent liés par des liens géographiques, linguistiques ou culturels. Les universités sont l’un des creusets dans lesquels des organisations régionales ou continentales pourront construire une identité communautaire. À défaut d’une totale harmonisation, qui n’est pas nécessairement souhaitable, une mise en cohérence des structures et des programmes de l’enseignement supérieur au niveau d’organisations supranationales permettrait des échanges plus actifs et serait à l’évidence un facteur essentiel d’intégration entre les jeunes. La prise en compte de la pratique des activités physiques et du sport dans les formations dispensées par les établissements d’enseignement supérieur constitue un axe particulièrement consensuel et donc favorable au développement de cette mise en cohérence. Par ailleurs, le sport est aussi un domaine privilégié pour les échanges et les transferts de ressources humaines et technologiques entre les structures universitaires des pays qui ont vocation à se rassembler. L’éducation physique et sportive peut être un facteur d’enrichissement mutuel et de rapprochement, dans le contexte d’une politique de coopération universitaire supranationale.

50Les associations sportives étudiantes et la structure fédérale qui rassemble les associations sportives au niveau national (le FNSU) constituent le premier niveau d’intégration collective, au sein de l’université, entre des universités différentes et entre les universités et la Cité. Elles peuvent aussi jouer un rôle essentiel au niveau international dans la constitution d’ensembles régionaux ou continentaux (EUSA). La FISU occupe une position clé pour aider à la mise en place et au développement efficace de réseaux visant à promouvoir, au plan international, cette mission d’épanouissement individuel et d’intégration collective du sport universitaire.

51Perspectives pour « continuer l’histoire » : Ce qui est important pour préparer l’avenir dans le long terme, c’est de réduire les dimensions de l’incertitude en s’armant pour dominer le changement et l’orienter dans la direction souhaitée.

52Quel changement, et quelle direction ?

53Le grand défi proposé aux hommes du xxie siècle sera de donner du sens à la vie et d’apprendre à se comporter humainement dans une société matérialiste et hautement technologique. L’humanité ne saura répondre à ce défi que si l’éthique et l’éducation deviennent des éléments prioritaires de toute politique, et dans tous les domaines.

54Il est urgent de définir un nouveau « profil » de l’étudiant, adossé à un nouveau projet éducatif des universités. Le projet universitaire classique est encore essentiellement basé sur l’analyse et la logique, alors qu’il devrait donner la priorité aux compétences personnelles et aux talents, à la créativité et à l’innovation.

55Nouveau profil de l’étudiant : Il s’agit d’anticiper ce que sera le monde de demain et les qualités qu’il va réclamer, qui ne se limiteront pas à l’acquisition d’une extrême compétence dans des domaines spécialisés.

56Le profil recherché est celui de femmes et d’hommes aptes à réfléchir aux principes de l’action et capables d’en apprécier à l’avance les conséquences, de façon à acquérir rapidement une vision d’ensemble des situations. Ils devront être formés à comprendre différents points de vue, à saisir rapidement les éléments clés d’un dossier complexe, à en percevoir d’emblée les points faibles et les points forts. Il faudra des intelligences formées à l’argumentation, à la hiérarchisation des données, à la maîtrise assurée d’une expression écrite, orale et corporelle précise, forte et claire.

57Un tel profil se construit en particulier à travers les formations dispensées dans le cadre des sciences humaines et sociales, de l’éducation physique et du sport. Ces formations préparent à la rigueur de l’argumentation, à la netteté du discours, à la rapidité de la prise de décision, à la valorisation de l’effort. Par la culture dont elles se nourrissent, elles donnent à la pensée les moyens d’échapper à l’étroitesse de certains questionnements pour se porter d’emblée vers la compréhension des enjeux essentiels. De fait, elles ont vocation à rejoindre, et à compléter sur bien des points, les traits distinctifs d’une formation scientifique.

58Une fois acquis le principe de la nécessité d’un profil qui associe l’excellence de la compétence scientifique à la richesse de la formation culturelle, humaniste et sportive, reste à savoir comment le faire entrer dans la réalité des faits.

  • 12 Marie-France Calle, op. cit.

59Nouveau projet éducatif : Un grand nombre d’universités « d’élite » ou de grand renom, dans le monde entier, et quelques universités de bon niveau dans les pays émergents à ressources moyennes, ont structuré leur projet éducatif en le focalisant sur les sciences dures, les technologies, l’économie et les affaires ; par contraste, les sciences humaines et sociales sont souvent négligées parce qu’on présume qu’elles ne correspondent pas aux attentes du marché global (apporter du profit, des emplois, des biens de consommation et, en définitive, accroître la productivité et la croissance des compagnies). Dans les prochaines décennies, cependant, tout l’enjeu dans les secteurs innovants sera de créer en même temps le produit et le marché (c’est ainsi que, dans le domaine des biotechnologie ou des nanotechnologies dont on attend des innovations radicales susceptibles de bouleverser les marchés, on ne connaît encore ni les produits, ni les besoins qui vont structurer la demande finale !). Les sciences dures, les technologies et les sciences économiques ne peuvent, à elles seules répondre à cet impératif. Si les programmes universitaires ne s’intéressent pas assez aux sciences humaines et sociales, aux « talents » et aux compétences personnelles, nous risquons de passer à côté d’une future génération d’étudiants innovants et créatifs. Ce risque et ses conséquences devraient être pris en compte dans les pays développés, mais il serait aussi très important que les pays émergents prennent conscience de ce que le phénomène de délocalisation des emplois à leur profit (business process outsourcing ou BPO) commence déjà à se ralentir12, et qu’un phénomène inverse d’exportation des savoirs (« knowledge process outsourcing » ou KPO) et de la créativité lié à la production de concepts et de produits originaux (correspondant déjà au concept actuel d’économie informelle), serait davantage porteur d’avenir.

60D’autres universités d’élite ou de bon niveau, principalement en Europe, développent les sciences dures et les technologies dans une optique visant davantage à satisfaire la « curiosité scientifique » qu’à déboucher sur des retombées industrielles, mais insistent aussi sur les sciences humaines et sociales. Le risque est que ces universités qui ne s’intéressent pas suffisamment aux sciences appliquées et aux sciences économiques et commerciales (vis-à-vis desquelles elles font preuve d’un dédain assez malvenu) passent à côté d’une future génération d’étudiants dynamiques, compétitifs et entreprenants.

61Afin de préparer les besoins du futur, les universités devront se réorganiser autour de pôles d’excellence, prenant en compte la culture et l’innovation dans leurs projets et dans leurs programmes. La créativité repose sur des synthèses et des synergies ; innover, c’est être visionnaire et se montrer capable de recombiner les sciences dures, les technologies, l’économie et le commerce avec les sciences humaines, les sciences sociales, les talents et les compétences personnelles. Et le sport fait partie intégrante de ces « humanités » qui permettent de développer le meilleur des talents et des compétences personnelles.

62Quels moyens mettre en œuvre, en termes de programmes, d’encadrement, de tutorat, d’exigences dans la qualité de l’expression et du travail fourni, pour que les étudiants puissent acquérir une formation physique et intellectuelle d’excellence, dans une société où la tendance à l’uniformisation risque d’entraîner tout le monde vers le bas ? Il est indispensable de développer un modèle de formation généraliste et transdisciplinaire, qui privilégie les connaissances fondamentales, conditions de tous les apprentissages ultérieurs, et associe à l’approfondissement d’une discipline la familiarité avec de nombreuses autres filières, scientifiques, culturelles, littéraires, sportives et professionnelles. Il faut se libérer du carcan qui bride les innovations pédagogiques, la création de nouveaux enseignements et la mise en place de nouvelles méthodes de gestion des ressources humaines. Il faut rendre très présente la vie associative au sein de l’université et s’ouvrir sur l’international. Et le sport fait partie des activités les plus orientées vers la transdisciplinarité, l’innovation, la vie associative et l’ouverture aux contacts internationaux.

63Perspectives pour le sport à l’université : La diversité, qui caractérise la situation en matière de sport universitaire dans les différents pays, est sans doute préférable à l’uniformisation qui pourrait s’imposer dans un monde unipolaire. Elle pourrait même constituer une force en terme de créativité, s’il était possible de l’organiser et de l’optimiser dans le cadre d’une politique volontariste fondée sur deux principes fondamentaux :

64Ne pas sortir le sport de l’école - du collège - du lycée.

65Faire entrer pleinement le sport à l’université.

66À qui revient la responsabilité de définir – et de financer – cette politique ? Sur quelles bases ? Et comment concevoir sa mise en œuvre ?

67Responsabilités de l’Université : Il est de la compétence et de la responsabilité des chercheurs spécialisés dans le domaine des Activités Physiques et Sportives (APS), et des enseignants en EPS de concevoir la plate-forme théorique des connaissances et des pratiques constitutives des différents programmes en EPS, ainsi que d’en assurer le développement, l’évolution, la mise en œuvre et la validation. Il serait essentiel de former, dans le monde entier, des chercheurs et des théoriciens qui soient capables d’intégrer la science et la technologie dans le sport et dans les programmes d’EPS, de façon à lancer des ponts entre la recherche théorique et la réalité des faits, et à anticiper les besoins des individus et des sociétés en perpétuel changement. Nous devons, dès maintenant, former des pédagogues qui puissent déterminer eux-mêmes leurs propres perspectives, mais aussi jouer un rôle actif dans tous les champs éducatifs en étroite coopération avec l’ensemble des enseignants des autres disciplines universitaires, et avec tous les partenaires du monde associatif et sportif.

68L’intégration complète de l’éducation physique et du sport dans les programmes de l’enseignement supérieur est de nature à optimiser la formation des étudiants, dans le sens de l’efficacité, de la créativité et de l’innovation. La contribution qui pourrait être celle du sport universitaire au développement des universités est très étendue ; elle s’inscrit dans des domaines essentiels d’un projet universitaire « classique » dans la mesure où le sport universitaire est :

Une école du savoir – L’éducation physique et sportive, la participation active à la vie associative et l’engagement bénévole permettent aux étudiants d’acquérir une formation et une connaissance pratique dans des domaines aussi divers que le management et l’ingénierie du sport, l’organisation d’évènements, la gestion financière, l’administration, la législation et le droit, le contact avec les partenaires et avec le public, la communication ou encore les relations humaines et le « coaching »…
Une école du savoir-faire – La connaissance du phénomène sportif ainsi que l’expérience de l’équipe et de la compétition apportent un éclairage particulier sur les problèmes liés à la vie professionnelle et au développement, tels que l’optimisation de la productivité, la valorisation des ressources humaines, la compréhension des structures coopératives et des systèmes compétitifs.
Une école de savoir social – Le sport crée du lien social, favorise l’intégration et le dialogue, facilite les relations humaines, enseigne le respect des partenaires, des adversaires, des arbitres et de la règle. Il valorise la diversité et encourage les contacts interculturels.
Une école de savoir être – Le sport contribue à la construction de la personnalité et au développement individuel. Il implique le respect de l’intégrité du corps et de l’esprit. Il permet de développer le contrôle et l’estime de soi, d’acquérir le sens des responsabilités individuelles et collectives.
Une école de l’excellence – Le sport est porteur d’une image d’excellence. Des équipements et un encadrement performants, une gamme d’activités bien conçue, des équipes sportives de haut niveau peuvent contribuer à renforcer l’image d’une université. Enfin, le sport peut constituer un objectif ou un outil pour des recherches fondamentales ou appliquées dans les domaines de la pédagogie, de la physiologie ou de la médecine.
Une école de santé et de qualité de vie – Le sport permet d’acquérir et de préserver une bonne condition physique et mentale, une intelligence émotionnelle et un bon équilibre de la personnalité. Il a un impact positif sur le régime alimentaire et constitue la meilleure des préventions contre la maladie et les accidents.

69Mais le potentiel éducatif du sport universitaire va bien au-delà d’un projet « classique » de l’enseignement supérieur ; il offre une contribution majeure à un programme universitaire visant à se projeter dans la construction du futur, dans la mesure où il est avant tout :

  • 13 Sébastien Fleuriel, Le sport de haut niveau en france. Sociologie d’une catégorie de pensée, Greno (...)

Une école du travail et de l’effort – En sport, rien n’est donné, rien n’est jamais définitivement acquis, tout doit être gagné en permanence. Le sport met l’accent sur ce que le talent personnel doit au travail et à l’effort de l’individu et de l’équipe, dans le cadre d’une véritable production sociale13.
Une école de décideurs pugnaces et créatifs – Le sport exige une maîtrise constante des informations et des moyens disponibles, il développe la capacité à penser de façon innovante, la capacité à résoudre les problèmes, la capacité à tirer parti de la défaite aussi bien que de la victoire, la capacité à anticiper et à appréhender les risques. Le sport apprend à gérer des objectifs stratégiques à long terme. Le sport permet de maîtriser et de potentialiser de façon constructive toute la force des énergies et des émotions.

70Responsabilité de la Ville et de la Région : La logique du campus, très développée dans de nombreux pays, n’est pas bien acceptée en France. La Ville et/ou la Région devraient offrir une alternative heureuse à la « culture » du campus. Il serait essentiel de promouvoir les échanges entre l’Université et la Ville, en particulier en ce qui concerne les équipements et les pratiques sportives. Alors que se développe une économie de la connaissance, l’association de l’Université et de la Ville se traduirait par un enrichissement mutuel dont bénéficierait l’ensemble de la communauté.

71Responsabilités de l’État : Définir le rôle éducatif du sport dans une société du xxie siècle qui serait plus éthique, est de la responsabilité de l’État. Toute politique réaliste en la matière doit être envisagée sur la base d’une éducation physique et sportive pour tous.

72Nos systèmes éducatifs sont conçus pour proposer aux étudiants, qui seront les dirigeants de demain, des savoirs et éventuellement des savoir-faire qui doivent leur permettre de devenir des experts capables de produire des connaissances, des informations et des analyses logiques, mais pas nécessairement de devenir des décideurs. Or, dans tous les secteurs de la société du xxie siècle, ceux qui prétendront devenir des dirigeants devront acquérir, au delà du savoir et du savoir-faire, un savoir être, des compétences personnelles et des « talents » qui leur permettront de choisir les meilleures informations, les bonnes analyses et les outils de décision les plus efficaces. Ils devront aussi être en mesure d’anticiper et de contrôler les risques que la science, la technologie, la richesse des informations et des communications font peser sur les valeurs éthiques qui fondent la vie des hommes.

73Planifiée depuis l’école jusqu’à l’université, et considérée comme discipline académique à part entière, impliquant tous les jeunes, l’Éducation Physique et Sportive (EPS) pourrait être un élément essentiel d’une éducation permettant d’acquérir ce savoir être particulier, en jouant pleinement la carte de la mobilité géographique et thématique et en développant une autre gestion du temps et des programmes, modulaire et flexible.

74Dans ce contexte, l’EPS pourrait encore être élargie aux adultes hommes et femmes, valides ou handicapés, dans l’optique d’une indispensable formation continue, et proposée à une population croissante de personnes âgées qui devra apprendre à bien gérer un temps de vie nouveau.

75Il faut comprendre que l’objectif est double : former le plus grand nombre possible de citoyens épanouis et bien intégrés à la société permet aussi de créer la base la plus large en vue de la sélection et de la formation des sportifs capable d’évoluer au plus haut niveau en développant un projet scolaire, universitaire ou professionnel directement lié à leur projet sportif.

76Responsabilité de la Communauté Européenne : Inciter à l’excellence, suivant la résolution du Protocole de Bologne, devrait être une préoccupation de la présidence française de l’Europe en 2008.

77On peut suggérer l’accélération de la mise en réseau des universités européennes, le soutien à la mobilité géographique et thématique des étudiants, enseignants et chercheurs, le développement de programmes modulaires et flexibles permettant une gestion nouvelle du temps, intégrant l’éducation physique et sportive et la vie associative.

78Le développement d’universités virtuelles, permettant de développer des pôles d’excellence et même des centres « d’incubation », intégrant le sport universitaire compétitif de haut niveau, pourrait être encouragé.

79Responsabilité du mouvement sportif : Nous devons toujours avoir présent à l’esprit le fait que le projet olympique de Pierre de Coubertin comporte un volet éducatif, un volet éthique et un volet de santé qui sont, ou plutôt qui devraient, être incontournables. Le Congrès olympique de 2009 devrait revenir sur ces fondamentaux…

80Responsabilité du mouvement sportif universitaire : Le sport universitaire doit être une école de solidarité, de partage, d’échange, de respect, de tolérance et d’intégration. De ce point de vue, nous devons veiller à ce que certains des sous-produits qui peuvent corrompre le sport « prolympique », arrogance, violence, tricherie, dopage, individualisme, exclusion et intolérance, ne viennent pas aussi polluer le sport des étudiants. Il est important de préserver les valeurs positives du sport et de refuser de s’identifier à ce qu’il peut avoir de valeurs négatives.

81Qualité de vie : Une responsabilité qui devrait être partagée par tous, c’est la qualité de la vie des étudiants. Beaucoup d’étudiants dans la communauté européenne connaissent des conditions de vie difficile, qu’il s’agisse des amphithéâtres bondés, des transports inadaptés, des logements aléatoires et coûteux, de l’alimentation mal équilibrée. 21 % d’entre eux sont des consommateurs réguliers d’alcool, 28 % s’adonnent au tabagisme, 28 % sont accros au cannabis, 7 % consomment régulièrement d’autres drogues. C’est un signe de mal-être qu’on ne devrait pas ignorer.

82Une tâche fondamentale de l’Université aujourd’hui est d’ouvrir de nouvelles perspectives aux jeunes, de leur montrer la voie d’un nouvel élan, de leur offrir la possibilité de construire un système de société au lieu de le subir, de leur proposer les moyens de choisir leur propre époque, et non de refléter vaguement l’époque de ceux qui les ont précédé. Le sport universitaire peut être un outil efficace pour donner une dimension plus vaste et plus concrète à cette tâche.

83Faire entrer le sport dans l’Université, c’est aussi investir dans le bonheur.

Conférences et Forums de la FISU
Un héritage pour le sport universitaire
La Commission d’Étude du Sport Universitaire (CESU) a pour mission – parmi d’autres – de préparer l’organisation et d’assurer l’animation scientifique des conférences et des forums internationaux de la FISU.
Au cours des dix dernières années, de 1996 à 2006, cinq conférences et six forums se sont déroulés sous l’égide de la CESU : par ailleurs, trois forums des présidents d’universités ont été réunis à l’initiative de la FISU avec la participation active des membres de la CESU.
Les conférences de la FISU sont organisées tous les deux ans, en parallèle avec l’Universiade d’été. Les forums sont organisés tous les deux ans, en alternance avec les conférences. C’est ainsi que chaque année, la FISU est à l’origine d’un rassemblement académique international de grande ampleur, réunissant en moyenne 150 participants (enseignants, chercheurs et étudiants des universités ; dirigeants, cadres techniques, cadres médicaux du mouvement sportif), représentant une trentaine de pays.
Les thèmes abordés portent sur les sciences du sport, les sciences de l’éducation et les sciences sociales, dans leurs relations avec le sport universitaire. Le niveau scientifique des conférences plénières et des présentations (orales ou affichées) est élevé, de même que le niveau des débats et des discussions.
(…)
Plus de cinquante articles majeurs et plusieurs centaines de notes ont été publiées, de 1996 à 2006, dans les comptes rendus des comités d’organisation. Ils constituent un « héritage » de grande valeur, mis par la FISU à la disposition des instances responsables du sport universitaire du monde entier. La possibilité d’exploiter utilement ces documents n’est cependant pas toujours accessible à tous.
(…)
La conférence introductive à l’USE 2007, par le Professeur Claude-Louis Gallien, s’inspire de ces différents travaux, complétés chaque année, et disponibles sous la forme d’une synthèse actualisée.
« J’ai tenu le plus grand compte, lors de sa rédaction, des avis et des positions des membres de la CESU. Pour autant, elle n’engage que ma propre responsabilité et ne saurait en aucune façon être considérée comme un reflet des positions « “officielles” de la CESU ou de la FISU. » C.-L. Gallien

LOI n° 68-978 du 12 novembre 1968 d’orientation de l’enseignement supérieur1
(extrait)
L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
Titre 1er
Mission de l’enseignement supérieur.
Article 1er Les universités et les établissements auxquels les dispositions de la présente loi seront étendues ont pour mission fondamentale l’élaboration et la transmission de la connaissance, le développement de la recherche et la formation des hommes.
Les universités doivent s’attacher à porter au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès les formes supérieures de la culture et de la recherche et à en procurer l’accès à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité.
Elles doivent répondre aux besoins de la nation en lui fournissant des cadres dans tous les domaines et en participant au développement social et économique de chaque région. (…)
À l’égard des enseignants et des chercheurs, elles doivent assurer les moyens d’exercer leur activité d’enseignement et de recherche dans les conditions d’indépendance et de sérénité indispensables à la réflexion et à la création intellectuelle.
À l’égard des étudiants, elles doivent s’efforcer d’assurer les moyens de leur orientation et du meilleur choix de l’activité professionnelle à laquelle ils entendent se consacrer et leur dispenser à cet effet, non seulement les connaissances nécessaires, mais les éléments de la formation.
Elles facilitent les activités culturelles, sportives et sociales des étudiants, condition essentielle d’une formation équilibrée et complète.
Elles forment les maîtres de l’éducation nationale, veillent à l’unité générale de cette formation – sans préjudice de l’adaptation des diverses catégories d’enseignants à leurs tâches respectives – et permettent l’amélioration continue de la pédagogie et le renouvellement des connaissances et des méthodes.
L’enseignement supérieur doit être ouvert aux anciens étudiants ainsi qu’aux personnes qui n’ont pas eu la possibilité de poursuivre des études afin de leur permettre, selon leurs capacités, d’améliorer leurs chances de promotion ou de convertir leur activité professionnelle.
Les universités doivent concourir, notamment en tirant parti des moyens nouveaux de diffusion des connaissances, à l’éducation permanente à l’usage de toutes les catégories de la population et à toutes fins qu’elle peut comporter.
D’une manière générale, l’enseignement supérieur – ensemble des enseignements qui font suite aux études secondaires – concourt à la promotion culturelle de la société et par là même à son évolution vers une responsabilité plus grande de chaque homme dans son propre destin.
Note1. Journal officiel de la République française, 13 novembre 1968, p. 10579.

Notes

1 Francis Fukuyama, The end of history and the last man, New York, Free Press, 1992.

2 Thomas L. Friedman, The Lexus and the Olive Tree, Ferrar, Staus and Giroux ed, New York, 1999. Thomas L. Friedman, The Earth is Flat, a brief history of the 21st Century, Ferrar, Staus and Giroux, New York, 2005.

3 Christian Wopp, The future of university sports in the face of university and sports, FISU conference 23d Universiade proceedings, Izmir, 2005.

4 Amartya Sen, Identity and violence : The Illusion of Destiny, W. W. Norton, New York, 2006. Amartya Sen, « Mondialisation et justice sociale », Le Monde, 20 mai 2006.

5 Jerry Rubin, Do it – scenarios of the revolution, Simon & Schuster, New york, 1970.

6 Alain Loret, « Le sport a fait sa révolution culturelle », Le Monde, 2 août 2004, p. VIII.

7 Roberto Carneiro, Education through university sport, 7th FISU Forum proceedings, Lisbon, 2004.

8 Christian Wopp, op. cit. Maarten van Bottenburg, The bonding and bridging power of university sports, FISU conference 23d Universiade proceedings, Izmir, 2005.

9 Tom Garvin, The Sunday Business Post, Dublin, october 2005.

10 Emily Flynn Vencat, « The race is on », Newsweek, 27 août 2007. Jacques Erard, L’UNIGE première université généraliste d’Europe continentale selon le magazine Newsweek, Université de Genève, Presse Information Publications, août 2007. Secrétariat d’État à l’éducation et à la recherche SER, Les classements internationaux des hautes écoles universitaires, Analyse et prospective, Département fédéral de l’intérieur DFI, Confédération suisse, 2007. Marie-France Calle, « Quand les groupes rapatrient leurs activités délocalisées en Inde », Le Figaro, 1er juillet 2006.

11 Maarten van Bottenburg, op. cit.

12 Marie-France Calle, op. cit.

13 Sébastien Fleuriel, Le sport de haut niveau en france. Sociologie d’une catégorie de pensée, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2004.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search