Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sport, l’Université, la Société

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Sylvaine Tarsot-Gillery, Ernest Gibert, Jean-François Renault, Ernest Gibert et Jean-François Renault

Texte intégral

Photo 1 - Une des tribunes de la 25e Université Sportive d’Été.
De g. à d. : MM. Hervier, Uhaldeborde, Lenguin, Bambuck, Arvin-Bérod, Alaphilippe

Photo 2 - Le public de la 25e USE.

Étudiants et étudiantes, par Fortunat Strowski, de l’Institut1
« La Cité [internationale] universitaire, création nouvelle, est destinée à avoir une énorme influence. Elle donne la mesure d’un niveau de confort qui paraîtra bientôt nécessaire, mais elle ne tombera pas dans l’erreur des grandes fondations américaines ; la vie individuelle, la vie méditative et réfléchie n’y est pas défavorisée comme là-bas par la nudité trop ascétique des chambres. L’étudiant et l’étudiante ne sont pas contraints à descendre dans les grands salons communs.
D’autre part, la Cité universitaire ressuscite, en la tempérant, la vieille division des étudiants en nations. C’est chez elle que s’imposera d’abord la réorganisation corporative des étudiants.
(…)
Cependant, l’Université de Paris reste la plus cosmopolite du monde. Elle est la vraie Cité des Nations. Elle dépasse même dans ce cosmopolitisme New-York et Columbia-University. Cette supériorité lui vient de l’universalité de ses cours. Mais elle lui vient de Paris même.
(…)
Telle est actuellement la vie de l’étudiant, dans tous les pays qui participent à notre civilisation. Ce qu’elle offre de dramatique, c’est la contradiction qui la travaille et l’assombrit.
D’une part, un être jeune et neuf ; son cerveau s’ouvre à la science, en même temps que son cœur s’ouvre à toutes les puissances de la vie ; il éprouve en soi une généreuse impulsion. Il s’élance sans arrière-pensée vers la perfection de la vie. Mais, d’autre part, le monde actuel ne lui ouvrira une place que s’il a su la conquérir par une volonté de succès et par une habileté pratique. Il voudrait être un pur étudiant, et il est condamné à n’être qu’un jeune homme préparant sa carrière dans des conditions difficiles. »
Cit. p. 60 et p. 64
Note
1. Fortunat Strowski, Étudiants et étudiantes, Paris, Flammarion, 1935, 64 p., ill.
Fortunat Strowski (1866-1952) fut professeur de langue et de littérature françaises à la Faculté des Lettres de Bordeaux, éminent spécialiste de l’œuvre de Montaigne, et il également l’un des plus actifs vice-présidents du Bordeaux Étudiants Club. En décembre 1910, Fortunat Strowski fut appelé à la Sorbonne pour y poursuivre sa carrière universitaire.

Intervention de Sylviane TARSOT-GILLERY,
Déléguée Générale de la Cité Internationale Universitaire de Paris
Administratrice du Paris Université Club

1Bienvenue à la Cité Internationale Universitaire de Paris. Nous sommes dans la Fondation des États-Unis, l’une des 37 résidences de la Cité Internationale. C’est une fondation de droit privé dont les propriétaires sont les universités parisiennes. C’est un ensemble tout à fait singulier et original qui s’est constitué au fil du temps, qui a été créé en 1925 par la volonté publique, le ministre de l’Instruction publique de l’époque, par l’apport d’États étrangers, de mécènes français ou étrangers qui ont permis la réalisation de ces résidences avec, comme principe moteur, de permettre aux jeunes du monde entier, aux étudiants, aux chercheurs et aussi aux étudiants sportifs de venir se former à l’Université de Paris et d’y trouver les meilleures conditions de vie, de pouvoir se rencontrer, se connaître et développer un mode de vie fondé sur les principes de respect mutuel, de dialogue, d’échange et de rencontre.

2Nous perpétuons ces principes. Nous essayons de les faire vivre au quotidien aujourd’hui, au xxie siècle, par notre organisation et notre fonctionnement. Nous accueillons plus de 5 200 étudiants et chercheurs de plus de 130 nationalités. Dès le départ, la Cité Internationale Universitaire de Paris a été conçue, effectivement, comme un lieu de vie et pas simplement comme un lieu d’hébergement. Nous avons installé les étudiants en périphérie du quartier latin dans des espaces verts, qui sont restés des espaces boisés protégés, comportant tous les éléments logistiques, matériels, permettant de réussir un séjour académique et en particulier, en prévoyant des équipements sportifs importants.

3La Cité Internationale Universitaire de Paris est dotée d’installations tout à fait significatives pour la pratique du sport, avec une piscine, deux stades dont un stade de rugby, un gymnase et des salles de sport, et également à proximité immédiate d’un grand stade, le stade Charlety, et d’un grand club, le Paris Université Club.

4L’histoire de la Cité Internationale Universitaire de Paris en matière sportive est ancienne puisque les résidents ont toujours eu accès à ces installations sportives situées sur l’ensemble du campus. Évidemment, en tant que propriété des Universités de Paris, très naturellement les étudiants parisiens et les services des sports des universités ont trouvé là aussi un accès à des installations qui à Paris font cruellement défaut. Elles sont en tout cas insuffisantes par rapport à la population étudiante dans le sens le plus large.

5La Cité Internationale Universitaire de Paris a toujours eu des activités sportives, une association sportive qui, de manière pertinente, a réussi au début des années 2000 – et cela s’est concrétisé par un accord en 2004 – a associé son activité sportive au Paris Université Club, le seul grand club omnisports universitaire parisien. Nous avons donc fusionné nos activités avec des objectifs très précis pour développer la pratique sportive des étudiants à Paris, renforcer le caractère universitaire du PUC qu’il avait pu perdre un peu au fil du temps et donc surtout permettre aux étudiants sportifs de profiter de l’ouverture que peut apporter un grand club omnisports, de permettre aux étudiants de développer une pratique de compétition, voire de haut niveau, dans ce cadre de club sportif et de faciliter ensuite la conciliation sport et études, de permettre donc aussi de satisfaire les institutions sportives universitaires partenaires (les universités, les grandes écoles, l’UNCU, le CRSU, la FFSU), de faire en sorte donc que, en nous associant, nous puissions démultiplier l’offre d’activités et d’installations avec évidemment une problématique parisienne forte qui est cette pénurie d’installations par rapport au nombre d’étudiants qui vivent à Paris.

6Cette fusion a été positive par rapport à la pratique sportive des étudiants en général et, en tout cas, le PUC a pu voir augmenter le nombre de ses adhérents étudiants de façon significative (plus de 3 900 inscrits au PUC).

7En revanche, notre objectif en matière de compétition reste en deçà de nos ambitions. Il faut dire que cette fusion rencontre des inévitables difficultés de « mariage » avec des approches différentes des questions relatives à la pratique universitaire par rapport à l’attente des partenaires universitaires et enfin des cultures différentes, entre une culture de club et celle de la Cité Internationale qui a une autre histoire.

8Pour autant, ces objectifs restent notre feuille de route pour permettre le développement de la pratique des étudiants à Paris avec une problématique particulière qui nous a amenés à nous orienter en tant que Cité Internationale, tout en associant le PUC à une autre démarche : compte tenu de la situation particulière de Paris, faire en sorte que l’on dépasse le constat qui est assez triste du niveau de pratique sportive des étudiants parisiens, inférieur de très loin à la moyenne de la pratique sportive des étudiants dans le reste de la France. On a entrepris une démarche avec les services des sports des universités parisiennes, les présidents des universités parisiennes intra-muros et le CROUS pour essayer d’optimiser l’accès aux installations sportives à Paris ; trouver les moyens de favoriser ces pratiques sportives universitaires dans leur dimension de loisirs, mais aussi de compétition, de penser à des manifestations qui soient de nature à valoriser la pratique sportive des étudiants.

9Nous sommes donc en phase de créer un Groupement d’Intérêt Public entre les acteurs publics qui sont les universités parisiennes, le CROUS et la Cité pour avoir une approche coordonnée de la situation du sport universitaire parisien. Évidemment, les clubs dans cette problématique ont toute leur place, et en particulier le PUC. Notre préoccupation est effectivement celle de votre Université Sportive d’Été sur « Le Sport, l’Université et la Société ». La Cité, évidemment, est par nature au croisement de ces acteurs, de cette problématique. Nous n’en sommes pas à finir avec les espérances déçues. Nous essayons de ne pas avoir de déception dans nos espérances, nous les portons haut. J’espère que cette Université Sportive d’Été portera pleinement ses fruits, que l’on pourra de manière très utile entendre des expériences très différentes d’autres régions que la région parisienne qui est toujours un peu compliquée et dont on pourra ainsi, pour notre propre expérience, tirer tout le miel.

Intervention d’Ernest GIBERT,
Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires

10Le sujet choisi pour cette 25e Université Sportive d’Été paraît clair : « Le Sport, l’Université, la Société » ; l’objectif et, par conséquent, l’ambition ne sont pas cachés : « En finir avec les espérances déçues ! ». Dès lors, se demander pour débuter de quoi l’on parlera risque fort d’être compris comme l’indice d’une absence de préparation, ou bien encore comme un signe d’hésitation – voire de doute – sur le choix du thème retenu ou le moment choisi pour l’aborder. À moins qu’il ne s’agisse d’un de ces artifices, mélange plus ou moins d’innocence, de calcul et de provocation dont sont assez friands les universitaires.

11En réalité, il s’agit, au moment de démarrer, de se donner un instant de réflexion supplémentaire. À la manière de l’athlète qui se concentre au départ d’une course, du plongeur qui prend une longue inspiration avant d’aborder les profondeurs, il est nécessaire de marquer un temps qui rappelle le cap, permette d’avoir une conscience claire de l’objectif et de ses enjeux, d’exprimer sans ambiguïté la volonté de s’inscrire pour ce sujet dans une démarche constructive, d’affirmer nettement la volonté de rassembler pour agir.

12Oui, nous savons pourquoi nous avons choisi ce thème pour la 25e édition d’une Université Sportive d’Été dont la raison d’être n’est pas de se consacrer principalement aux questions qui concernent le sport universitaire puisque la diversité des sujets abordés lors des éditions précédentes en témoigne, la volonté de ses organisateurs, l’USJSF et l’UNCU, est de s’intéresser à tous les aspects de la vie du Sport considéré dans son acception la plus large.

13Nous n’avons pas la prétention à l’UNCU, en dépit de la longueur de notre histoire, de croire que nous disposons, pour parler de la relation entre Sport et Université, d’une légitimité particulière car nous estimons que la relation entre Sport et Université, entre Université et Sport, dépasse ses acteurs directs en raison de ses effets et de ses enjeux et concerne la Société dans son ensemble.

14Cependant, sur ce sujet, comme d’ailleurs sur plusieurs autres, nous ne souhaitons pas nous distraire de notre part de responsabilité. L’Université Sportive d’Été doit occuper sa place et tenir son rôle, non point en détournant la question « pourquoi nous ? » par une autre « pourquoi pas nous ? ». Parce que, sur le sujet qui nous réunit, les clubs universitaires sont en position de carrefour. Au demeurant, l’origine et l’originalité de l’USE la dotent d’un atout particulier qui neutralise les enjeux internes ou externes de pouvoir, puisque sa volonté est justement de ne pas être un instrument de pouvoir, ce qui ne signifie pas être sans capacité d’influence.

15Dans la réflexion sur la place de l’Université et sur celle du Sport dans la Société, sur l’intérêt et les formes de leurs associations, nous avons bien notre place. Pour modeste et atypique qu’elle soit, notre volonté d’engagement n’en demeure pas moins forte. Parce que nous souhaitons, comme bien d’autres je l’espère, que l’état des choses évolue, nous resterons déterminés tout en étant réalistes ; parce qu’on peut être fidèle à ses idées sans prétendre bêtement détenir la vérité, nous nous efforcerons, au cours de ces trois journées, d’être coopératifs et ouverts sans être consensuels à tout prix.

16Ceci posé en préliminaire, de quoi pouvons-nous parler qui n’ait déjà été dit et que pouvons-nous faire pour que le discours cède le pas à l’action, que l’irritation ne succède pas à l’incantation – à moins que cela ne soit l’inverse – pour que la réflexion puisse conduire à des propositions et, par conséquent, à des décisions ?

17À propos du Sport, comme sur l’Université, considérés isolément, ensemble ou dans leurs relations à la Société, tout a été dit ou presque, et il ne servirait à rien de contribuer ici à l’allongement des états des lieux. Le Sport a ses livres blancs, comme les propositions qu’ils contiennent. Sous des formes variées qui ne portent pas forcément le même nom, l’Université a aussi les siens où la lucidité de l’analyse l’emporte très souvent sur l’utilité des préconisations. Pour l’Université comme pour le Sport, le jugement est le même et peut se résumer parfaitement par la formule lapidaire de certains livrets scolaires : peut mieux faire, doit mieux faire.

18Partant de là, une première conclusion s’impose. Si nous voulons contribuer à faire avancer les choses, il vaut mieux renoncer définitivement à une illusion. L’Université et le Sport ne sont pas, comme feignent encore de le croire certains, au-dessus ou en dehors de la Société, mais dedans. Quelles que soient la noblesse et la beauté de ses missions, l’Université n’évolue pas en dehors du monde et il y a bien longtemps que les universitaires sont sortis de cette tour d’ivoire qui symbolise caricaturalement l’alma mater. Quant au Sport, il ne saurait être assimilé à une forme moderne de religion, pas plus qu’à un substitut de la guerre.

19Rien donc ne justifie que le Sport s’exonère, au nom de valeurs qui lui seraient spécifiques, des règles fondamentales qui régissent la Société, à commencer par le respect des principes généraux du droit.

20Pendant que nous y sommes, dissipons aussi un malentendu. Parler des rapports du Sport et de l’Université, ce n’est pas simplement parler du sport à l’université ou, plus largement, du sport universitaire, mais de ce que l’un par l’autre sont capables d’apporter à la Société en matière d’éducation, d’intégration, d’humanisme, de contribution à ses valeurs.

21Aujourd’hui, le Sport et l’Université, chacun pour ce qui le concerne comme dans les relations qui les unissent, sont à un moment clé de leur existence. À des degrés divers, non sans regrets ni réticences, l’Université et le Sport ont perçu la nécessité de se réformer. L’une (l’Université) et l’autre (le Sport) éprouvent de grandes difficultés pour le faire, notamment parce que la Société n’est pas au clair sur ce que pourrait être leur rôle et, parce qu’il faut bien le dire, l’une et l’autre sont souvent dépourvus lorsqu’il s’agit de repérer et de prendre en compte les grandes tendances de l’évolution de la Société.

22Au moment où ils sont l’objet de contestations fortes, alors que leur nature plus que leur raison d’être a profondément changé, et que – sans douter de son utilité – ils cherchent leur place au sein de la Société, l’Université et le Sport ont tendance à se regarder avec une certaine distance. Sans être entièrement fondés sur la méfiance, leurs rapports sont discontinus, ponctuels, sans qu’une véritable discussion, un véritable dialogue parvienne à s’installer entre les institutions qui ont la charge de les gouverner. Leurs rencontres sont d’ailleurs rares. L’ambition de l’Université Sportive d’Été était d’en fournir l’opportunité.

23Paradoxalement, le Sport et l’Université attendent à la fois trop et trop peu l’un de l’autre. Leurs rapports ne sont pas du style « je t’aime, moi non plus », leurs relations seraient plutôt du genre « je t’attends, moi aussi ». La Société serait bien inspirée, et notamment les politiques, de les aider à se décider.

24Pourtant, bien des points sont susceptibles de les rapprocher. Entre le Sport et l’Université, il existe en effet quelques éléments communs importants :

  • La contestation, la difficulté à maîtriser ses propres transformations, l’incertitude sur le positionnement au sein de la Société, l’inaptitude à dégager les grandes lignes d’une vision prospective caractérisent le monde du Sport comme celui de l’Université. À des degrés divers cependant, car la conscience de l’urgence à se remettre en cause et à se réformer semble – à l’heure actuelle – plus marquée d’un côté (celui de l’Université) que de l’autre (celui du Sport).
  • De son côté, le Sport traverse une crise grave, du fait – notamment – de l’oubli de ses valeurs fondatrices. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’être nostalgique, il ne s’agit plus de le penser tel qu’il fut, sous une forme restreinte et élitiste, à la fin du xixe siècle. Pourtant, sans revenir en arrière, ses dirigeants actuels seraient bien inspirés de reprendre à leur compte la devise de Pierre de Coubertin : « Voir plus loin, parler clair, agir ferme ».

25La mondialisation du sport, sa médiatisation, son caractère protéiforme résultant de l’extension continue de ses pratiques et de l’hétérogénéité croissante de ses pratiquants sont des réalités qu’il ne s’agit pas de remettre en question. Mais ses réalités ne justifient pas que l’éthique soit bafouée au profit d’intérêts médiocres et soit réduite à une portion éthique.

26Sur les transformations du sport, l’impact croissant de sa dimension économique, ses interrogations, ses éventuelles perspective d’avenir, les analyses sont multiples. En un quart de siècle, l’Université Sportive d’Été y a d’ailleurs contribué jusque et y compris au niveau des préconisations. Hélas, elle n’a jamais eu la force suffisante pour les transformer en décisions.

27Il reste que le Sport et la Société sont en mal de repères. Le Sport est malade de la Société ; inversement, la Société est malade du Sport.

28Le Sport est malade de la Société lorsqu’il transpose en son sein la violence, le contournement de la règle présenté comme une réussite, la tricherie et le dopage, une fascination pour l’argent qui autorise toutes les formes de détournements. Les exemples ne manquent pas, il en existe tous les jours, de tricherie des athlètes, de manipulations des entraîneurs, de connivences du corps médical, de petites lâchetés des dirigeants, de bestialité des supporters, et donc de faillite des éducateurs. Le tableau restera sombre tant que les uns et les autres se voileront les yeux, se contenteront de constater ou de dénoncer sans agir. Il est temps pour le Sport de passer des mots à l’action pour refuser l’inacceptable.

29Dans ces conditions, il n’est pas surprenant de constater que la Société soit malade du Sport. Car elle accepte trop souvent qu’il se place en dehors, ou au-dessus des lois. Parce qu’elle a trop tendance à le considérer comme une soupape de sécurité, voire de substitut aux conflits, ou encore de remède magique.

30La Société est malade du Sport parce que, sur bien des sujets, elle veut qu’il réponde à sa place à des questions qu’elle lui abandonne (sur les valeurs par exemple).

31Pour sa part, l’Université, pourtant souvent bardée de certitudes est, elle aussi, à la recherche de nouveaux repères. Elle s’interroge, aujourd’hui – sans douter de son existence – sur sa place dans la Société, sur ce que doit être son rôle, sur ce qu’elle peut attendre de la Société, sur ce qu’elle peut lui apporter. Au nom de la recherche d’une symétrie de forme abusive, il serait excessif d’affirmer que l’Université est malade de la Société ; même s’il est vrai qu’elle se trouve affectée dans son organisation et son fonctionnement par les crises qui la traversent. Dans l’autre sens, même si tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, la Société n’est pas malade de son Université même si elle est en droit d’en attendre bien davantage et de lui reprocher de ne pas remplir entièrement ses fonctions en matière de création et de diffusion des connaissances, d’insertion, d’intégration, d’élévation des esprits.

32Bien qu’elle soit, par sa nature éternelle, l’Université n’est pas encore sortie d’une longue période de doutes et son image, dans la Société, reste kaléidoscopique. La devise de Pierre de Coubertin : « Voir plus loin, parler clair, agir ferme » présente, pour elle, au moins autant d’utilité que pour d’autres.

33L’Université doit-elle suivre ou inspirer les transformations de la Société ? C’est une grande question qui passionne depuis longtemps les universitaires. C’est une question qui passionne moins les dirigeants du monde politique. Sur l’Université telle qu’elle devrait être ou l’Université telle qu’elle est, nous avons, les uns et les autres, l’habitude de gloser longuement. Faut-il hésiter entre une conception cornélienne ou une perception racinienne, sans pour autant parvenir à nous faire avancer ?

34Quant à l’idée, qui aurait pu un moment germer dans l’esprit des organisateurs de cette USE, selon laquelle, dans le panorama actuel, l’Université pourrait être l’une des seules instances encore susceptibles de prendre suffisamment de hauteur pour aider le Sport à vaincre les démons qui le mènent à sa perte, elle nécessitera d’être soigneusement justifiée, illustrée et étayée par des propositions concrètes qui restent encore à élaborer.

35L’idée saugrenue de sauver le Sport grâce à l’Université n’est ni de notre capacité ni dans notre esprit. Elle serait d’ailleurs à considérer avec méfiance si l’on prend en compte ce constat d’un polémiste du xixe siècle, Charles De Montalembert, selon lequel « l’Université sert merveilleusement cette tendance de l’État à tout ployer sous l’implacable niveau d’une stérile uniformité ». Ce n’est pas d’une uniformité dont nous avons besoin, c’est d’une diversité mieux coordonnée.

36Vous le voyez, il existe entre le Sport et l’Université des éléments de ressemblances qui sont susceptibles de conduire à des points de convergences.

37Le premier élément de ressemblance est de s’adresser à la jeunesse et, par conséquent, de devoir mettre au premier rang les préoccupations relatives à l’éducation. La recherche de l’excellence constitue un autre point commun. Elle amène à imaginer ce qui doit être mis en œuvre afin que chacune et chacun, pour ce qui le concerne individuellement mais aussi dans ses relations avec les autres, soit mis en situation d’utiliser toutes les forces de son potentiel. La notion de compétition, exprimée par la recherche de la performance, est présente dans le champ de l’université comme dans celui du sport. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’émulation n’a de sens que dans le respect d’un jeu dont les règles amènent à considérer le concurrent comme un partenaire et non comme un adversaire.

38Il existe sans doute d’autres points communs ; comme – par exemple –, celui qui tient au caractère très relatif de la notion de frontière, qu’elle soit spatiale ou disciplinaire. Surtout, la Société laisse bénéficier l’Université et le Sport, sans qu’ils soient pour autant autonomes, d’espaces de liberté qui les dotent d’une responsabilité particulière et qui devraient contribuer à l’ouverture de leurs esprits.

39On le voit, bien des éléments sont de nature à rapprocher l’Université et le Sport. Encore faut-il qu’ils acceptent d’en prendre clairement conscience que l’on ne s’enferme plus dans une vision idéalisée de l’Université, de la Société et du Sport.

40Admettons donc, une bonne fois pour toutes, avec Claude Lévi-Strauss qu’« aucune Société n’est parfaite. Toutes comportent par nature une impureté incompatible avec les normes qu’elles proclament, et qui se traduit concrètement par une certaine dose d’injustice, d’insensibilité, de cruauté ». Admettre ce constat, rechercher le mieux possible et non pas l’idéal, pour l’Université et pour le Sport, c’est la condition sine qua non pour en finir avec les espérances déçues. Cette vérité acceptée, ne tombons donc pas dans le piège ou dans la facilité qui consiste à dire, pour se défendre maladroitement, que le Sport et l’Université sont à l’image de la Société et que les travers que l’on rencontre chez l’un et l’autre sont ainsi justifiés. De l’un et de l’autre, la Société attend trop, elle les a trop idéalisés. De l’un et de l’autre, la Société reçoit trop peu. Ce n’est pas en demandant moins qu’elle recevra davantage.

41Pour nourrir des espérances nouvelles et afin d’éviter qu’elles n’entraînent d’autres désillusions, il convient que 4 conditions – au moins – soient satisfaites :

  • D’abord, que la Société identifie et reconnaisse ce qu’elle attend du Sport et de l’Université ; c’est le rôle du politique ;
  • que le Sport dise clairement ce qu’il veut être ; c’est la responsabilité de ses dirigeants ;
  • que l’Université prenne une conscience concrète de son rôle et des formes qu’il peut revêtir dans son interaction avec la Société ; c’est une question qui concerne tous les universitaires ;
  • enfin, qu’entre l’Université et le Sport qui ont déjà une longue histoire commune, les rapports soient construits sur la base d’une compréhension mutuelle afin que cessent les a priori et les malentendus. Pas plus que pour l’Université, le Sport ne doit être regardé comme une danseuse, et l’Université ne doit pas être considérée par le Sport à la manière d’un simple ornement. À moins que l’ambition soit de vouloir répondre à la définition que Georges Bernard Shaw donnait du chou-fleur : « Un chou-fleur, c’est un chou qui est passé par l’Université ».

42Ne nous trompons pas de débat, le temps est passé de regarder en arrière, de mesurer la contribution de chacun à l’aune de ce que l’autre ne faisait pas, de se demander qui – au sein des structures multiples qui recouvrent le sport universitaire, et que le Conseil National du Sport Universitaire n’est pas parvenu à transcender – était meilleur que l’autre, avait tort ou avait raison.

43Si nous souhaitons établir entre le Sport et l’Université une relation nouvelle enrichie à la hauteur de nos ambitions, il faut voir plus loin et différemment. La question est plus politique qu’institutionnelle ; même si des institutions sont indispensables à la conception et à la réalisation d’une politique. Nous ne militerons pas ici en faveur de nouvelles structures, mais en faveur de méthodes nouvelles.

44À quand la fin des espérances déçues, ou plutôt comment faire vivre des espérances nouvelles ? À l’évidence, il convient d’imaginer de nouvelles formes d’action, en se souvenant cependant qu’on ne part pas de rien. Sur ce point, la présentation de quelques expériences réussies, fondées sur l’idée d’ouverture, qui fait l’objet de la séquence de cet après-midi, permettra au moins de constater que le terrain n’est pas vierge et devrait contribuer à stimuler les imaginations engourdies. L’examen, dans un second temps, des écueils rencontrés ou des attentes déçues a pour but d’aider à mieux cerner les conditions de réussite de nouvelles initiatives.

45Une exigence s’impose. Si nous souhaitons répondre au défi d’une interaction mieux construite et plus forte entre Sport, Université et Société, il nous faut changer de démarche et réorienter notre vision : l’attitude doit devenir proactive et la vision prospective.

46Certes, pour reprendre une formule souvent employée, la prospective est un jeu avec le brouillard dans la découverte des sentiers de l’avenir. Elle ouvre de nouvelles pistes sans assurer de leur issue. Quant à la démarche proactive, qui est un jeu avec les turbulences, qui privilégie l’action aux dépens du discours, met au premier rang le projet plutôt que le constat, elle ne doit pas se traduire par une agitation irréfléchie.

47En matière de Sport et d’Université, dans leurs relations mutuelles, nous n’avons pas à rougir de ce qui a été fait jusqu’ici. Mais, pour avancer, nous devons changer d’orientation et, pour ce faire, arrêter de nous regarder, chasser les idées reçues, anticiper le changement de la Société, cesser de nous polariser sur les difficultés de l’instant car les marges de liberté et d’action n’apparaissent que lorsqu’on raisonne sur un horizon plus lointain. C’est dans cette voie que doit s’engager la 25e USE.

48Sans préjuger de ce que seront nos échanges, on peut – me semble-t-il – d’ores et déjà avancer l’idée que le développement de l’interaction entre Sport et Université au bénéfice de la Société passe :

  • par l’exploration de nouveaux champs d’action ;
  • par la collaboration avec de nouveaux partenaires ;
  • par le développement de nouvelles formes de partenariat.

49Les nouveaux champs d’action sont complémentaires, ou dans le prolongement de la conception restreinte de la pratique du Sport et des activités physiques et sportives à l’université. Certes, cette politique n’a rien perdu de son importance, de son intérêt, ni de sa valeur. Il convient donc de continuer à la cultiver. Mais la référence à des champs nouveaux, ou à l’extension de ceux existants, illustre l’idée et plus que l’idée, le fait – que dans l’université, par l’Université, le Sport est plus que du Sport.

50L’engagement, celui des étudiants en particulier, devient la notion centrale. S’exprimant par la voie de l’associativité notamment, il est facteur d’intégration au sein de l’université elle-même et dans les relations qu’elle entretient avec la Cité. Fondé sur des valeurs telles que l’altruisme et la solidarité, en créant du lien social, il doit permettre à l’Université et au Sport d’assurer cette responsabilité sociale supplémentaire qu’on attend d’eux aujourd’hui.

51Dans la liaison Sport-Université, l’éventail des partenaires s’étend bien au-delà de leurs représentants respectifs. Ceux-ci demeurent le noyau central, mais leurs projets ne pourront se déployer que s’ils sont capables de dialoguer et de construire avec les représentants d’autres institutions (collectivités territoriales, associations de diverses natures, acteurs du monde économique, médias,…). Il leur faut des lieux nouveaux pour se rencontrer. L’extension du nombre de partenaires n’est évidemment pas sans conséquences sur la nature des procédures de choix et sur la forme des processus de décision. La place et le rôle de l’État risquent fort de s’en trouver modifiés, en le faisant passer de la situation de donneur d’ordres à la position de grand « interacteur » des projets.

52La nécessité de développer de nouvelles formes de partenariats est la résultante évidente des deux tendances précédentes. Entre les acteurs évoqués, au moins pour une partie d’entre eux, la pratique du partenariat n’est pas une totale nouveauté. Mais les règles, comme les rôles, sont trop souvent figées. L’habitude ou la crainte l’emportent sur l’imagination.

53Ne pourrait-on faire preuve, sur certains dossiers, d’un peu plus de témérité ? Par exemple, en matière d’équipements sportifs où la pratique universitaire ne serait pas exclusive, ne pourrait-on pas envisager des solutions du type partenariat public/privé ? Ou encore, peut-on s’inspirer de l’exemple de la relation Université/entreprise dans la relation Sport/Université ?

54Sur chacune de ces dimensions, nous serions bien inspirés d’aller voir ce qui se passe ailleurs, au sein de l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur notamment, même si les formes d’organisation du Sport et/ou de l’Université n’y sont pas forcément comparables à la nôtre.

55Au fond, dans tout ce que je viens de dire, la nouveauté est bien relative. Cela ne fait que traduire l’ampleur du chemin à parcourir pour intégrer l’anticipation à l’action.

56En tant qu’universitaires, la balle est dans notre camp autant que dans celui des dirigeants du sport avant de la faire passer dans le camp du politique. Il est urgent de ne plus attendre pour agir. Nous ne sommes pas entièrement dépourvus de moyens ; trop souvent, ce sont la volonté et l’imagination qui nous manquent.

57Une opportunité se présente que nous ne devons pas laisser passer, avec la loi du 10 juillet 2007 relative aux Libertés et Responsabilités des Universités. Certes, sur les 51 articles de son dispositif, aucun ne concerne le rapport de l’Université au Sport, mais il n’y a pas lieu de le regretter car l’objectif général de la loi est de fixer un cadre d’action pour la réforme de l’enseignement supérieur. Là se situe notre chance. En conférant plus d’autonomie aux établissements dans la conception et le pilotage de leur politique générale, elle offre l’occasion de ramener, dans chaque université, le Sport au centre des préoccupations, de préciser son rôle et de définir sa place dans et en dehors de l’université.

58Sur le « quoi et comment faire, avec qui », voilà un thème de réflexion dont il est impératif de se saisir aujourd’hui.

59Afin de lancer les idées, pour en imaginer les contenus concrets, parce qu’elle réunit une bonne part de tous les acteurs concernés, l’USE est un espace de réflexion et de proposition propice. Le moment est donc venu de relancer, sous de nouvelles formes, le mouvement pour qu’entre le Sport, l’Université et la Société les relations soient clarifiées, mieux construites et plus ambitieuses.

60Pour ce faire, on ne pouvait rêver d’un meilleur lieu que celui qui nous reçoit ce matin. Au-delà des conditions exceptionnelles d’accueil, pour le sujet qui nous réunit, la Cité Internationale Universitaire de Paris est à la fois un symbole et un exemple.

61Née il y a plus de trois quarts de siècle de la volonté de favoriser les échanges entre étudiants ou enseignants chercheurs venus du monde entier, elle est l’illustration concrète de la richesse que représente la diversité des cultures. Inscrite dans l’espace de la ville, tous en conservant son identité, elle a su s’ouvrir pour ne pas fonctionner comme une Cité dans la Cité. L’intensité de sa vie culturelle en fait un espace privilégié de rencontres et d’échanges qui donne une autre image de l’Université. Il en est d’ailleurs de même du Sport, puisqu’elle a choisi de sauter le pas, ou plutôt le boulevard, par la fusion de son association sportive en 2004 avec un jeune centenaire, le PUC. Ce choix courageux d’une association plus étroite encore entre le Sport et l’Université mériterait d’être considéré avec plus d’attention.

62Pour d’autres qui sont aussi voisins, il semble que la traversée de boulevard apparaisse aussi difficile que le franchissement du Rubicon. L’absence du CNOSF, ce matin, le démontre. Sur le sujet qui nous rassemble, Nelson Paillou, lui, aurait su être présent. Il savait dépasser les clivages. Comme la CIUP d’ailleurs qui, faisant fides partis pris, a su mettre ensemble et réussir l’alliance entre acteurs publics et privés.

63Il n’est donc point de meilleur endroit que celui-ci pour semer les idées d’une espérance nouvelle. Alors, que celles et ceux qui aiment l’Université et le Sport se lèvent et osent dire en s’adressant à ceux qui nous gouvernent, à la manière du Polyeucte de Corneille : « J’apporte à vos beautés un cœur nouveau venu des universités. »

Intervention de Jean-François RENAULT,
Secrétaire Général de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France

Introduction par Ernest GIBERT,
Président de l’UNCU

64Depuis 26 ans, bien qu’il ne s’agisse que de la 25e édition, nous travaillons en collaboration étroite avec l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs. Nous sommes co-organisateurs.

65Jean-François Renault est ici, pas seulement pour représenter l’USJSF, mais parce que depuis le début, et aussi dans d’autres opérations comme les Assises Nationales du Sport, il a toujours été des nôtres.

66Si les universitaires restent entre eux, le monde risque de se rapetisser. Ils peuvent avoir de temps en temps des idées, mais ils ont besoin d’autres acteurs pour les faire vivre et pour les enrichir, et les médias, notamment les journalistes, sont de ceux-là.

Jean-François RENAULT

67L’interrogation posée par l’Université Sportive d’Été de cette année me paraît fondamentale parce que nous sommes, nous aussi, confrontés au surenchérissement du sport. Ce sont les médias qui sont les premiers responsables. Par exemple, pour les Jeux de Pékin de 2008, la chaîne américaine NBC – pour avoir l’exclusivité aux Jeux Olympiques – va dépenser 894 millions de dollars. Vous savez qu’en France, pour le football, Canal + dépense chaque année 600 millions d’euros pour un spectacle qui ne le vaut sûrement pas. Cela veut dire que la dichotomie entre les sports professionnels qui trouvent de l’argent dans les médias et les sports dits « amateurs » qui ne peuvent pas avoir accès aux médias, est de plus en plus profonde. Pour exemple, les Championnats du Monde de Judo de la semaine dernière avec le résultat que l’on sait pour l’Équipe de France, ont été diffusés entre 1h45 et 3h45 du matin sur SPORT +, c’est-à-dire sur une chaîne avec très peu d’accès. Un peu avant, les Championnats du Monde d’Aviron à Munich étaient diffusés simplement sur Eurosport, en résumé. La semaine prochaine auront lieu les Championnats du Monde d’Escrime – avec les résultats que l’on sait pour l’Équipe de France – et ils n’ont pour l’instant aucun canal de diffusion.

68Il existe aussi une dichotomie dans notre profession, entre ceux qui appartiennent à des médias qui payent et ceux qui appartiennent à des médias qui se débrouillent. Parmi les médias qui payent, aucun journaliste ne critique le spectacle, l’événement que sa chaîne a payé très cher pour retransmettre. Malheureusement, la plupart de nos confrères dans ces médias deviennent des bateleurs et ne sont plus des journalistes parce qu’ils ont perdu l’esprit critique.

69Les débats de l’Université Sportive d’Été me paraissent fondamentaux, à partir du moment où, justement, on a de plus en plus de mal (nous aussi dans notre profession, j’étais directeur adjoint de L’Équipe avant de prendre ma retraite l’année dernière) à faire valoir l’équité et l’équilibre. Si on manque d’équilibre dans l’organisation du sport en France, une des raisons est justement la problématique du sport universitaire parce qu’il y a beaucoup à faire pour regagner le terrain que l’on a perdu.

70Tout n’est pas perdu. La semaine dernière, nous avions une judoka championne du monde qui prépare une maîtrise en management des entreprises. La pratique du sport de haut niveau et la complémentarité avec des études de haut niveau sont encore possibles. On est loin de l’époque de Calmat ou de Boisse qui ont fait des spécialités en médecine, parce que cela devient trop ardu, mais il est encore possible d’avoir un équilibre entre les études et le sport de haut niveau.

71Les débats de ces trois jours vont permettre d’y apporter des suppléments analyse et, pourquoi pas, des solutions à approfondir.

Synthèse du débat
Le Sport, l’Université, la Société : de quoi parlons-nous ?

L’Université, aujourd’hui, est-elle apte à recevoir tous les étudiants qui veulent faire de la pratique sportive ?

72Le débat qui s’est engagé lors de la séance d’ouverture a permis d’insister sur quelques constats. Le pourcentage d’étudiants qui veulent pratiquer des activités physiques et sportives reste encore faible. Ceci est dû notamment au manque d’installations sportives et de moyens. Cependant, la construction d’équipements ne doit pas être uniquement réservée au monde qui fréquente l’université car ceci ne correspondrait pas à son rôle. Le sport est, certes, un moyen de créer du lien au sein de l’université, mais en relation avec l’extérieur.

73Un exemple est cité, celui de l’Université de Bourgogne, qui a mis à la disposition de la communauté urbaine un terrain sur le campus universitaire, le stade Colette Besson, utilisé par les étudiants bien entendu, mais également par l’ensemble de la population.

74Pour aider les sportifs à concilier pratique sportive et études supérieures, l’Université Paris 12 a exploré de nouveaux partenariats. En effet, elle a quitté le campus pour s’installer à la Cité Universitaire, loué des équipements sportifs vides pendant la journée, les hébergements, enclenché des formations sous le régime de l’apprentissage avec des acteurs économiques, engagé un partenariat avec d’autres universités sur d’autres diplômes. L’aboutissement de toutes ces démarches est un DUT préparé en trois ans, au lieu de deux, les après-midi étant libérés et consacrés à la pratique sportive.

Est-ce qu’un sportif de haut niveau peut être universitaire ?

75Le choix n’est pas – et ne doit pas rester – entre le fait d’être un athlète de haut niveau ou celui d’accomplir des études supérieures.

76En ce qui concerne les clubs universitaires, leur rôle est de permettre à celles et ceux qui le souhaitent d’accéder au haut niveau, tout en construisant pour ces athlètes des conditions qui leur permettent d’avancer, mais de manière assumée, sur le terrain des études.

77En ce qui concerne les fédérations, certaines d’entre elles, comme la Fédération Française de Judo par exemple, ont créé un nouveau centre intermédiaire entre les pôles régionaux et le pôle de l’INSEP : alliance entre la recherche d’une grande efficacité dans le résultat et dans la recherche du haut niveau.

78En ce qui concerne l’Université, plusieurs participants ont rappelé qu’elle se met également au service du désir de pratique sportive d’un bon niveau.

79En raison du fait que les fédérations ont imposé aux clubs, pour gravir les échelons, des exigences de formation (équipes juniors, cadets, minimes, benjamins) au risque de ne pas pouvoir monter de division, voire même d’être rétrogadé à un niveau inférieur, les clubs de type universitaires, militaires et corporatifs ont peu à peu cédé leur place à une municipalisation des clubs et du sport français.

80D’autre part, le rôle éducatif du sport, d’intégration et de prise de responsabilités est de plus en plus mis à mal en France par le professionnalisme et la marchandisation du sport.

81Depuis la loi Béraud, il est constaté en effet que les étudiants disposent de moins en moins de temps pour prendre des responsabilités dans le sport. Cet investissement associatif nécessaire à la responsabilisation de l’étudiant s’est un peu éteint notamment en raison du fait que l’organisation des cours ne leur permet plus de s’investir. Néanmoins, certains étudiants s’investissent en tant que dirigeants dans les clubs universitaires.

82L’exemple de l’Université de Montpellier est évoqué, où l’association sportive a été revitalisée par la constitution d’un Bureau complètement étudiant. Ce Bureau a bien fonctionné pendant quelques années, en parfaite autonomie, jusqu’au jour où l’année universitaire fut découpée de façon différente, rendant les étudiants de moins en moins disponibles.

Qu’est-ce que la société attend du sport universitaire ? qu’est-ce qu’elle attend du sport et de l’université ?

83La Société n’attend pas uniquement une recherche pour que les étudiants puissent pratiquer le sport ou atteindre le haut niveau. Elle attend également des sportifs universitaires qu’ils viennent alimenter l’éducation des jeunes dans les quartiers défavorisés.

84Au niveau de la santé, la Société attend de l’Université de la recherche en matière de dopage et de diététique, par exemple, en matière d’éducation physique, aussi bien pour les enfants que pour les adultes ou les personnes âgées.

85Au niveau de la politique étrangère, par exemple, les sportifs universitaires de Marseille ont été appelés au Congo pour restructurer le sport au sein de ce pays, aussi bien dans le cadre de l’économie du sport qu’au niveau des structures sportives et de l’encadrement des jeunes.

Quelle est l’utilité de l’université dans le domaine du sport ? quelles sont les innovations que doit mettre en œuvre l’université pour répondre à des besoins nouveaux de la société ?

86L’Université est capable d’y répondre, probablement par le relais de la médiation associative.

87« Les Universités doivent concourir, en tirant partie des moyens nouveaux de diffusion des connaissances, à l’éducation permanente, à l’usage de toutes les catégories de la population et à toutes fins qu’elle peut comporter. D’une manière générale, l’Enseignement Supérieur, ensemble des enseignements qui font suite aux études secondaires, concourt à la promotion culturelle de la société, et par là même à son évolution vers une responsabilité plus grande de chaque homme dans son propre destin » (extrait de la Loi d’Orientation d’Enseignement Supérieur).

88Parler des rapports du Sport et de l’Université, ce n’est pas simplement parler du sport à l’université ou, plus largement, du sport universitaire, mais de ce que l’un par l’autre sont capables d’apporter à la Société en matière d’éducation, d’intégration, d’humanisme, de contribution à ses valeurs.

89Il est nécessaire :

  1. que la Société exprime et reconnaisse ce qu’elle attend du Sport et de l’Université : c’est le rôle du politique ;
  2. que le Sport dise clairement ce qu’il veut être : c’est ici de la responsabilité de ses dirigeants ;
  3. que l’Université prenne une conscience concrète de son rôle et des formes qu’il peut revêtir dans son action avec la Société. C’est une question qui concerne tous les universitaires, mais pas seulement.

Table des illustrations

Légende Photo 1 - Une des tribunes de la 25e Université Sportive d’Été.De g. à d. : MM. Hervier, Uhaldeborde, Lenguin, Bambuck, Arvin-Bérod, Alaphilippe
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Photo 2 - Le public de la 25e USE.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540