Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Handicaps, Sport, Intégration

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture de l’université sportive d’été

Jean-Paul Callède, Eric Firoud, Jean-Louis Michel, Sylvain Paillette, Robert Denel, Walfried König, Jean-Paul Schneider, Ernest Gibert, Stéphan Coll, Fabienne Lauzent et Christian Peltier

Texte intégral

Synthèse provisoire et perspectives, par Jean-Paul CALLÈDE
Sociologue au CNRS, MSHA

1Cette synthèse provisoire et les quelques perspectives qui vont être esquissées ne sont jamais qu’un bilan d’étape ainsi que l’a indiqué tout à l’heure Éric Firoud.

2C’est un exercice plutôt difficile. Les contributions des quatre séquences d’analyse, d’apports d’expériences et de discussions, si l’on compte la première matinée, avec la conférence introductive de Denis Poizat et le témoignage remarquable de notre ami Cyril Moré, montrent la complexité du terrain d’intervention qui est le nôtre ou qui pourrait l’être, au niveau de l’association sportive. Je crois qu’il y a toujours le risque de se montrer naïvement optimiste, réducteur ou désinvolte par maladresse, surtout s’agissant d’un thème traitant de la personne handicapée et des activités physiques et sportives. Or le thème abordé dans le cadre de cette Université d’Été est fondamental. Majeur pour une société qui, pour se définir comme telle, ne doit exclure personne ; fondamental également car on ne saurait se contenter de quelques propositions de circonstances, bien vite oubliées sitôt la fin de cette USE. Cependant, j’ai le sentiment que l’USE elle-même aura été un temps fort, partagé, studieux et convivial qui nous engage les uns et les autres pour les prochaines années.

3Quels axes convient-il de retenir, fût-ce à titre provisoire ? J’ai choisi de mettre l’accent sur quatre volets :

Le sens de la civilisation. le sens des valeurs

4Le premier volet reprend le premier temps de notre Université Sportive d’Été. Des éléments importants ont été formulés, explicités et commentés par Denis Poizat. On a retrouvé d’ailleurs comme un écho de cette analyse dans le témoignage de Cyril Moré, jusque dans la synthèse proposée par Michel Lenguin ; et ceci, sans la moindre connivence de coulisse entre les trois intéressés.

5Denis Poizat a rappelé les trois enjeux importants de notre problématique : enjeu de la justice, enjeu de l’abandon et de l’abondance, enjeu de l’esthétique. En se plaçant du point de vue de l’analyse méthodique, il a mobilisé une batterie de concepts intéressants et féconds. La recherche de l’équité, qui s’inscrit dans l’enjeu de la justice, est une conquête progressive qui, d’un point de vue historique, a pensé le « minimum » avant de permettre une juste appréciation des droits de chacun. Une « justice en situation » qui est passée par la réparation, la compensation et l’accessibilité. Mais lorsque l’on examine la diversité des situations de handicap, on s’aperçoit de la complexité des cheminements de la réflexion et de l’action. Tel chauffard sera déclaré responsable de l’accident qu’il a causé. Il sera tenu pour responsable devant la société et devant sa victime devenue handicapée, en termes de réparation et de compensation. Mais que garantit la société à sa victime, en termes d’accessibilité ? Jadis, à l’issue du Premier Conflit mondial, la société s’est efforcée de faire face à une situation sans précédent pour favoriser le retour à la vie active et sociale des soldats mutilés : une « réparation » impossible, sinon limitée à la compensation d’une rééducation physique élémentaire – on le sait grâce au Projet de règlement général d’Éducation physique mis au point au début des années 1920 –, compensation par de menues pensions et des emplois modestes réservés, accessibilité aux décorations décernées par la Nation plutôt qu’accessibilité et participation active à une société en reconstruction... Aujourd’hui, l’accessibilité semble résolue partout, ou en voie de résolution, pour qui sait observer les aménagements des trottoirs, en plans inclinés et en surfaces anti-dérapantes… Ces aménagements urbains nous font parfois oublier ce qui s’impose (rait) aussi, en termes de réparation et de compensation, d’accès au système d’éducation, aux loisirs, aux vacances. En outre, devenir handicapé par la faute d’autrui ou bien par le fait de soi-même n’ouvre pas au même éventail de solutions potentielles. Le handicap de naissance encore moins, et les parents concernés par ces épreuves douloureuses ne cessent d’interpeller la société, la puissance publique afin que soit proposées en termes de solidarité générale les bonnes réponses. Sans oublier que l’avancement en âge de l’intéressé – l’accès à la majorité – introduit également des ruptures et des désajustements pour des solutions souvent provisoires et conquises sur un fond d’indifférence collective...

6Cyril Moré, présenté par Ernest Gibert, nous a permis de partager une expérience personnelle plutôt exceptionnelle. Voilà un jeune qui est sportif de haut niveau, animé par la ferme intention d’enrichir son propre palmarès, qui est diplômé et qui exerce conjointement une profession qualifiée. En clair, il a déjà obtenu beaucoup plus que ce à quoi aspirent la plupart des jeunes de son âge. Sans doute y a-t-il eu des rencontres décisives avec des personnes qui lui ont permis, dans chacun de ses domaines de réalisation individuelle, d’aller de l’avant. Cependant, c’est sa capacité à « positiver » qui lui a permis de se construire, de prendre des initiatives et de se fixer des objectifs exigeants. Il nous a laissé entendre que le thème de la place du sportif handicapé dans la société n’a pas directement à voir avec le niveau d’excellence sportive. Peut-être est-ce vrai ? Mais sans doute a-t-il fallu que des champions handicapés s’imposent auprès du grand public pour que la question des activités physiques et sportives ordinaires soit envisagée. Les clubs, les associations sportives l’ont prise en considération et il faut se féliciter de cette évolution.

7Pour ma part, en écoutant d’abord l’Universitaire, avec son exigence de clarification conceptuelle et axiologique, en écoutant ensuite le Sportif lucide et entreprenant, avec son sens pratique, j’ai eu l’impression que la démarche respective de l’un et de l’autre était comme une illustration de mes « devoirs de vacances » du mois dernier. J’avais à analyser deux textes sur la praxéologie – ou science de l’action, une discipline qui a été théorisée jadis par l’un des fondateurs de la sociologie en France. Aujourd’hui, Pierre Parlebas a repris cette terminologie en lui adjoignant un adjectif : la praxéologie motrice – ou science de l’action motrice. Il s’agit d’un usage spécialisé. La plupart d’entre vous connaissent cet auteur qui enseigne la sociologie à l’Université Paris V-Sorbonne, soit dans les STAPS, soit par l’USE, puisque Pierre Parlebas avait été des nôtres à Bayonne, en 2000.

  • 1 Espinas A., (1844-1922), Les origines de la technologie, Paris, Alcan, 1897, 295 p. L’ouvrage repr (...)
  • 2 Durkheim E., (1858-1917), La division du travail social (1893) - Règles de la méthode sociologique (...)
  • 3 Praxéologie : science de l’action

8Mais revenons aux sources, à la praxéologie inventée par Alfred Espinas1, qui avait fait venir Émile Durkheim2 à Bordeaux en 1888 ; ce qui a permis la structuration initiale de la sociologie universitaire française dans cette ville. Ajoutons que la sociologie de Durkheim et des siens a triomphé de la praxéologie et de la sociologie d’Espinas, tombées dans l’oubli. Alors, pourquoi cet auteur nous intéresse-t-il ? Tout d’abord parce qu’il est l’inventeur de la praxéologie3. Je vais y revenir. Ensuite, il faut se souvenir qu’Alfred Espinas a apporté tout à la fois le soutien et la caution de l’Université à l’introduction des jeux et des sports dans les établissements scolaires, autour de 1890. Il est un des membres fondateurs de la Ligue girondine de l’Éducation physique trop souvent réduite au seul rôle du docteur Tissié. Il faut savoir aussi qu’en 1893, à Bordeaux, il a été le rapporteur général et le Président d’un colloque consacré au sport scolaire. Aujourd’hui, c’est totalement oublié. Pourtant, il faut savoir qu’une des racines profondes du Bordeaux Université Club, qui deviendra le Bordeaux Étudiants Club tient à cette initiative pédagogique. Le troisième élément important, c’est que, lorsque le doyen Esspinas a été appelé à la Sorbonne en 1894, il est toujours apparu comme l’une des grandes figures de l’autorité universitaire capable de parler des jeux et des sports à l’Université (soit dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur) et il a été entendu prioritairement par la commission parlementaire de 1899. On en a des échos dans le Journal de la Jeunesse et ses analyses n’ont pris que très peu de rides, à bien des égards.

9Mais l’aspect de l’œuvre d’Espinas sur laquelle je souhaite insister, que l’on peut mettre en perspective avec la problématique de Denis Poizat et/ou le témoignage du Cyril Moret, c’est la praxéologie, en particulier avec un premier article qui s’intitule : « Histoire de la technologie », publié en 1890. Vous allez comprendre comment on peut étroitement associer le « programme » intellectuel développé par Denis Poizat avec des analyses d’auteurs plus anciens.

10Dans ses éléments fondateurs d’une science de l’action, qui est aussi une histoire de la Technologie, l’auteur intègre deux tâches : d’une part, produire une histoire des arts et des techniques, d’autre part, produire une histoire des doctrines. Il limite ses investigations à la Grèce antique. Par analogie, on pourrait dire que le Pont du Gard et le musée du Pont du Gard, ici même, permettent de se faire une idée précise de l’état des arts utiles et des techniques, à un moment donnée de l’Antiquité gallo-romaine. Cette histoire des arts et des techniques. Alfred Espinas considère que l’on pourrait l’étendre aux jeux d’exercice et aux sports. Il évoque la fondation et le rayonnement des jeux Olympiques de la Grèce antique, la gymnastique et la danse empruntées aux Crétois, etc. Des arts utiles, on glisse progressivement vers des arts d’agrément.

11Conjointement, insiste Espinas, « il faut doubler cette histoire des techniques d’une histoire des doctrines ». Un peu comme si les doctrines étaient le reflet plus ou moins idéalisé, la projection de ce qu’est le savoir-faire pratique et de ce que sont les propres ambitions de l’homme. Peu à peu, de la Grèce archaïque à la Grèce classique, l’arbitraire des dieux et des déesses se fait moins présent. Des dieux secondaires, voire des demi-dieux prennent de l’importance. Ils possèdent des compétences plus spécialisées. Ils sont plus humains. Dans son élan civilisateur, Pélops, par exemple fonde les jeux Olympiques, indique Espinas. « Les arts et les doctrines enfantent des modes d’action moins imparfaits. » « L’existence des États repose sur la justice comme le bonheur des individus », souligne Espinas dans son article. On croirait entendre Denis Poizat. La technique libère l’homme et l’humanité qui existe en l’homme, qu’il s’agisse des arts utiles ou des arts d’agrément. Icare préfigure l’aviateur ou le spécialiste de deltaplane. Il est comme une illustration de la loi de Gabor, rappelée par notre conférencier, selon laquelle « ce qui est possible sera fait ». Fabriquer une prothèse (génie de la technique et de l’art utile) pour un handicapé, c’est tôt ou tard lui permettre de disputer une compétition de course, en athlétisme, ou de courir pour le simple plaisir de se mouvoir (génie et passion de l’art d’agrément). Ceci s’inscrit dans le même élan identifié par Espinas.

  • 4 Héphaïstos : Fils de Zeus et d’Héra, selon une version, mais aussi d’Héra qui le conçut seule, san (...)

12Quand on maîtrise bien la grille de lecture proposée par Espinas, différenciant et articulant tout à la fois techniques et doctrines, il n’est pas inutile de revisiter la mythologie grecque, afin de mieux comprendre ce qu’elle nous dit de la société d’alors, et de la place qu’elle occupe du point de vue des représentations collectives dans la société, au quotidien, au cours d’une longue période qui va de la Grèce la plus archaïque à la Grèce classique. Évoquons, par exemple, Héphaïstos4, ou Vulcain (son équivalent chez les Romains, puisque nous sommes au pied du Pont du Gard !) Héphaïstos/Vulcain est un dieu boiteux, qui s’est blessé à la réception de sa chute, après avoir été précipité de l’Olympe. Déchu ? Peut-être, mais désormais placé au contact direct des hommes. Il leur a appris la maîtrise des métaux, l’art de la forge et on le vénère comme le dieu des forgerons. Durkheim considérerait sans doute qu’il s’agit là d’un récit mythique, qui a sa place dans un Panthéon antique particulièrement encombré, caractéristique d’une société soumise au divin. Une analyse de la société par le « récit » ne saurait être scientifique. Durkheim, pour sa part, analyse la société en examinant la division du travail, la spécialisation progressive des tâches, etc. Plus une société évolue dans le sens de la complexité, et plus les individus sont spécialisés, non interchangeables et donc solidaires les uns des autres. La sociologie scientifique élabore une conceptualisation et des propositions générales pour expliquer le social.

13Quand on sait qu’Espinas note déjà qu’une société se transforme dans le sens de la complexité et de la différenciation des compétences, on peut s’interroger autrement sur la signification d’un dieu infirme et pourtant caractérisé par un savoir technique d’exception. Quand la société se limite à la petite communauté de chasseurs cueilleurs, devant être mobiles car les ressources en un lieu sont rares et s’épuisent rapidement, pour un individu boiteux, infirme, les chances de survivre longtemps sont minces. Dans certaines communautés, il est supprimé par le groupe qui le considère sans doute comme un fardeau impossible à supporter. D’autres communautés abandonnent les vieillards pour les mêmes raisons. Quand la société se sédentarise, l’individu handicapé, boiteux en l’occurrence peut s’employer à inventer, à innover dans le domaine de la technologie, afin de faire profiter les siens de ses propres compétences. Héphaïstos/Vulcain n’est que la projection idéalisée – à l’image d’un principe ou d’une doctrine, dirait Espinas – de ce qu’est la société à un moment de son développement. Projection divinisée d’une expérience collective réelle ? Anticipation d’un avenir proche ? La figure d’Héphaïstos est conjointement un progrès social qui se précise et comme une anticipation collective dans le processus de civilisation.

14De l’abandon à l’abondance, de l’esthétique du héros handicapé, qui ne saurait s’extraire de la norme commune, à une acceptation sociale des différences, qui n’a rien à voir avec la pitié… La grille de lecture proposée par le philosophe et sociologue Espinas mérite d’être utilisée car elle peut s’appliquer aux interrogations d’aujourd’hui.

  • 5 Artémis : Fille de Zeus et de Léto, sœur aînée et jumelle d’Apollon, née dans l’île de Délos. Dées (...)
  • 6 Cyclopes : ces êtres fabuleux, pourvus d’un œil unique au centre du front, apparaissent dans de no (...)

15On pourrait aussi rappeler qu’Artémis5 la Diane chasseresse des Romains possède dans son carquois des flèches aux pointes en argent qui ont été forgées par des sortes de cyclopes6. Le principe explicatif est le même. La compétence technologique, qui se double d’un handicap physique surmonté, permet à ces créatures passées maîtres dans l’art de forger, d’être pleinement utiles. Leur infirmité ne leur permettrait pas d’être efficaces au tir à l’arc, pour chasser du gibier par exemple. Finalement à travers la division du travail social, pour parler comme Alfred Espinas ou comme Émile Durkheim, il y a une place pour tout un chacun, dès lors que le progrès existe et qu’il est perçu comme tel. Les mythologies, les handicaps (boiter, être privé de la vue, d’un membre, etc.) nous racontent des choses très importantes, qui s’accordent aux propos des deux orateurs de la séance d’ouverture de l’USE.

16Avec la praxéologie développée par Espinas, c’est une façon originale de revisiter l’histoire de l’Antiquité grecque qui est proposée. En mettant l’accent sur les doctrines, d’une part, et les techniques, de l’autre, Alfred Espinas nous montre comment apparaissent et s’imposent certaines exigences au sein de la société.

17Cette perspective de l’héroïsme ordinaire à certains égards, on peut la mettre en perspective avec ce que Cyril Moré nous a dit : « finalement [son] engagement dans le sport, c’est aussi [sa] façon de concevoir le sens de la vie ». Chacun d’entre nous ne peut-il pas créer sa propre histoire ? Sans doute, et Cyril nous en apporte la preuve, mais pour ce faire, il faut au minimum un environnement favorable, c’est-à-dire de nature à ne pas décourager l’intéressé. Évidemment, là aussi, il y aurait un parallélisme à faire entre ce que nous dit Alfred Espinas du progrès, de la civilisation, de son niveau d’organisation, ou encore des doctrines (valeurs et idéaux) d’une société.

18Or dans ces modèles de société, qu’il s’agisse des sociétés de l’Antiquité grecque ou de notre propre société, il y a du juridique, de l’éthique, de l’éducation, des techniques, de la culture et de l’esthétique. Ces domaines doivent être lus au second degré, afin de vérifier, par exemple, si et comment une société est conforme dans ses actes à ce qu’elle défend dans ses discours et aspirations.

19Dans les quelques remarques liminaires qui ont précédé sa conférence, Denis Poizat nous a dit – mais ce point n’a pas été relayé dans le débat, et l’auteur ne l’a pas repris dans son texte fourni pour la publication des actes – : « Ce qui m’intéresse du point de vue de la recherche, c’est l’ensemble des problématiques de l’éducation. Et en particulier de l’éducation telle qu’elle peut-être organisée en dehors de l’école. Cette éducation en dehors de l’école peut se présenter soit sous la forme d’une éducation non formelle, soit concerner des formes très structurées d’éducation ».

20Je crois que les acteurs impliqués dans des clubs, présents parmi nous, ont beaucoup à apprendre de cette confrontation dialoguée avec le chercheur car ils sont porteurs de cette éducation-là.

Comprendre le handicap : des champs disciplinaires et des domaines spécialisés

21Le handicap se définit aussi à partir de champs scientifiques et disciplinaires divers. Comme autre apport théorique indispensable pour aborder correctement la problématique de l’USE, nous avons bénéficié d’abord de la contribution de Docteur Bernard Allemandou. Celui-ci nous a parlé plus précisément des handicapés mentaux.

22Pour appréhender la spécificité des handicaps, encore faut-il pouvoir disposer d’outils indispensables. Et lorsque ces outils sont disponibles, comment peuvent-ils être maitrisés dans le cadre des activités développées par les clubs et autres associations ?

23Le docteur Allemandou nous a quelque peu secoués dans nos propres certitudes. Certains clubs, dont les responsables sont parmi nous, ont développé depuis longtemps l’accueil des enfants trisomiques, des enfants socialement fragilisés, ayant tel ou tel handicap psychique ou sensoriel. Le pédopsychiatre a apporté une limitation à ce que Denis Poizat avait appelé la Loi de Gabor : « Ce qui est possible est ou sera fait ». Pour sa part, le docteur Allemandou, qui, rappelons-le, intervient en institution spécialisée, formule une mise en garde : « Les responsables de clubs ne doivent pas perdre de vue que l’on peut exercer sans nul doute une action bénéfique mais dans le cadre d’une certaine fenêtre d’intervention ». Le corollaire à la Loi de Gabor, ce serait peut-être – la proposition ne doit pas s’entendre comme une marque de pessimisme – un principe de réalité : « ce qui n’est pas possible ne sera pas vraiment fait ».

24Ceci signifie qu’on doit envisager que le club ne puisse pas avoir une action coextensive, pour ainsi dire, de ce que sont les diverses catégories de handicapés physiques ou de handicapés mentaux prises dans leur ensemble. La générosité ne suffit pas. L’accueil de ces nouveaux publics, au sein des associations sportives, ne peut pas se satisfaire de l’improvisation. Il faut concevoir un projet, mobiliser des compétences humaines, pédagogiques, disposer d’installations ou de matériels adéquats, etc. Et pour autant, insiste le docteur Allemandou, premier acquis majeur, la latitude d’action sera nécessairement limitée et délimitée au sein de la structure associative.

25En même temps, le conférencier nous a dit, à la lumière de sa propre expérience de médecin, de chercheur et de sportif, qu’il fallait établir une relation de pleine confiance avec la famille, avec l’institution spécialisée qui prend en charge l’enfant. Il a beaucoup insisté sur le travail en réseau(x), deuxième acquis majeur. Faire jouer aussi les relations interpersonnelles, est un atout à ne pas négliger. Bien sûr, cela peut paraître intéressé, a-t-il noté. Je pense que le troisième point fort, découlant du précédent, qui se dégage de l’analyse du pédopsychiatre spécialisé dans l’approche du handicap mental, c’est de se donner la capacité d’agir dans la proximité.

26À travers la classification normative qui a été reprise de façon magistrale par Jean-Paul Schneider dans sa synthèse destinée autant à informer les intervenants du jour sur les travaux de la veille que d’indiquer précisément où l’on en était par rapport au déroulement du programme de travail de l’USE, il nous a été permis de comprendre la complexité des situations.

27La question qui reste ouverte, c’est celle de l’éducabilité de l’enfant, expression reprise par Jean-Paul Schneider. Mais quelque part peut-être y a-t-il, même si c’est assez scandaleux de le penser, une certaine irréductibilité du handicap. Mais cela ne veut pas dire pour autant que la société n’a pas des devoirs vis-à-vis des personnes qui se trouvent dans cette situation. Pensons, par exemple aux handicapés mentaux. Sans faire ici de la sociologie fiction, si Alfred Espinas avait pu prolonger son analyse, examiner des sociétés plus proches de nous dans le temps, peut-être aurait-il pu montrer que le « fou du Roi » est une façon d’ironiser sur l’art de la politique, sur le pouvoir absolu d’essence divine et d’en nier l’évidence trompeuse. De même, à propos de « l’idiot du village », ne pourrait-on pas considérer qu’il a disparu avec la disparition des formes de la solidarité traditionnelle, ou plutôt qu’on a préféré l’enfermer pour qu’il ne renvoie pas à la société « nouvelle » l’image plus ou moins déformée de ses propres égarements ?

28La contribution très documentée proposée par Anne Marcellini nous a permis de franchir une étape supplémentaire. Handicaps, sport et intégration ont été pensés par le législateur d’abord en 1975 avec une loi d’orientation en faveur des personnes handicapées et plus récemment avec la nouvelle loi de 2005. Il faut noter, a souligné la conférencière, que ce sont les handicapés moteurs et sensoriels qui se sont regroupés à partir de la fin des années 1960 pour interpeller les pouvoirs publics. De ce constat, elle tire deux conclusions que nous pouvons adopter comme des principes d’action. C’est l’initiative inter-personnelle et associative qui est première. De fait, la puissance publique (l’État en l’occurrence) intervient secondairement. Les analyses socio-historiques publiées par le docteur Bernard Allemandou recoupent ce constat.

29L’État exerce une violence symbolique dans sa façon de décréter ce qui relève de l’intérêt général, de la justice et de l’équité. La société civile constituée en groupe(s) de pression(s) est de nature à modifier positivement la perception que peut avoir la puissance publique de son propre rôle.

30Ceci tend à montrer l’importance de la mise en œuvre d’une philosophie concrète de l’intégration des handicapés par l’expérience de la vie sportive associative. L’innovation s’invente dans la proximité, à la périphérie, au cœur de la vie associative. L’implication de l’État n’est jamais qu’une labellisation a posteriori. Il serait intéressant de vérifier dans quelle mesure les collectivités intermédiaires, par exemple les départements, ou encore l’inter-communalité peuvent accompagner des propositions locales innovantes afin d’en faciliter la pérennisation. Elles ont pour elles la proximité et le contact direct avec la dynamique associative en prise sur des terrains concrets.

31En gardant présente à l’esprit l’idée selon laquelle on ne peut pas improviser n’importe quoi, n’importe où, on retiendra le caractère opératoire de la typologie exposée par Anne Marcellini. Cette typologie peut se décliner à partir de deux modèles de base. Soit le club s’ouvre aux handicapés, pour tout ou partie de ses sections, sans rien modifier de ses habitudes de fonctionnement, soit il envisage d’accueillir des handicapés en fonction de différents espaces éducatifs repensés, aménagés à cet effet, qu’ils soient mixtes ou spécifiques, etc.

32Cette grille de lecture organisationnelle, qui est conjointement une grille d’action éducative, est un précieux outil d’aide à la décision, en termes d’atouts, d’inconvénients et peut-être d’incertitudes. À partir de ce référentiel, il devient possible pour une association d’évaluer des actions existantes, d’envisager de mettre en place une action nouvelle, voire même d’expliquer des échecs ou une déperdition d’efficacité en ce domaine.

33À ce propos, le débat avec la salle et des acteurs porteurs d’initiatives diverses a été particulièrement instructif. Il convient de s’y reporter.

34À nous aussi, je pense, d’explorer systématiquement cette réalité de la vie associative, avec les potentialités qu’elle recèle. À l’avenir, la dynamique interne du club méritera d’être revisitée grâce aux acquis de cette USE.

Les terrains de l’expérience sportive associative

35Parmi les participants de l’USE qui s’achève aujourd’hui, nombreux sont les acteurs associatifs impliqués dans l’accueil des handicapés, dans l’animation et l’encadrement d’activités physiques et sportives diverses. Certains s’y sont engagés depuis plusieurs années déjà. Le président Ernest Gibert l’a rappelé dans son exposé introductif. L’USE de Nîmes a été l’occasion d’entendre des avis autorisés, de prendre connaissance d’initiatives intéressantes et de participer aux échanges. Il s’agit d’identifier « ce qui peut nous faire progresser », dans le cadre d’une approche pragmatique et en fonction de propositions construites, avait-il annoncé dès l’ouverture de l’Université. Il a souligné aussi qu’il n’était pas question d’avoir des solutions à nous seuls.

36Éric Firoud, le président du SUN, est revenu à plusieurs reprises sur la possibilité de faire fructifier concrètement l’existant. « Nous sommes capables d’expérimenter, de mettre en place des projets. Peut-être sommes-nous moins aptes à les mettre en valeur parce qu’il est vrai que, quelque part, il y va de notre crédibilité. » « Peut-être vaut-il mieux être maladroit dans la capacité à valoriser l’existant, qu’astucieux dans l’annonce tapageuse de solutions en trompe-l’œil »…

37Pourtant, si l’on s’en tient au seul exemple du Lille Université Club, dont on a pu prendre connaissance grâce aux deux exposés synthétiques de Sylvain Paillette et du docteur André Thévenon, il est évident qu’un club comme le LUC n’en est plus à une phase de tâtonnement. Il s’agit d’une expérience novatrice, bien structurée et engagée dans la durée, articulant l’accueil des handicapés, leur accès aux activités physiques et sportives dans le cadre d’une intégration au sein d’une association.

38Bien des clubs sont déjà engagés dans l’accueil des handicapés. Cependant, un club ne peut pas agir seul. Il faut envisager une logique de coopération, de concertation et d’imbrication des compétences. En abordant la question sous cet angle, quels sont les partenariats à rechercher et à mettre en place ?

39Selon Robert Denel, la structuration fédérale n’est pas forcément une solution décisive. Bien sûr, il ne s’agit pas, pour un club de se mettre en porte à faux par rapport aux représentants de la Fédération Handisport. L’idée défendue par Robert Denel, c’est que la dimension fédérale n’est efficace, d’une façon générale, que dans une sorte de logique de proximité. « Il faut prendre soin de ne pas se faire piéger comme on peut le constater dans d’autres facettes du mouvement sportif », en particulier par ce qu’il identifie comme « l’aspiration verticale vers le haut niveau ». D’une certaine façon, nous avons des opérations mieux médiatisées mais qui, en même temps, sont la bonne conscience du mouvement sportif ; cela coûte cher et peut-être faut-il au contraire multiplier les solutions locales et territoriales. C’est une problématique qui mérite d’être discutée. Le club ne peut pas envisager d’opérer seul mais avec l’appui du mouvement sportif tel que ce dernier se décline à l’échelle locale dans ses composantes diverses. Mieux vaut assurer la dynamique – horizontale – de la proximité. La dynamique verticale propre à la logique fédérale risque de « délocaliser » des initiatives dont l’efficacité tient justement à la territorialisation de l’action. Se pose aussi – et se reposera – un point important, évoqué à plusieurs reprises : la question des moyens de transport et du déplacement des sportifs handicapés. Là aussi, la territorialisation de l’action est une solution plus adéquate pour résoudre la contrainte des déplacements.

40Un président de club de la région nîmoise a indiqué qu’il avait dû « jeter l’éponge » à un moment donné parce que la « problématique des transports » n’était pas résolue. Attention cependant à la tentation d’engager des équipes de sportifs handicapés dans les hautes compétitions parce que, plus on dispute des compétitions à un haut niveau, plus les frais de déplacements augmentent et plus les problèmes d’organisation matérielle sont complexes à régler. Peut-être faut-il songer à des solutions locales et décloisonnées impliquant tous ceux qui s’intéressent à telle ou telle activité sportive. Avec l’aide des Conseils Généraux, puisqu’on a vu que le Conseil Général était souvent, avec la commune, un interlocuteur pivot important. Peut-être faudra-t-il un jour revoir cette question des transports ? Peut-être que le recours à des sociétés privées de véhicules avec chauffeur conduit à une augmentation irraisonnable des coûts et des tarifications ? Peut-être faut-il réfléchir à des parcs de minibus adaptés qui seraient, soit directement à la disposition des associations les plus performantes dans ces domaines, soit traités à la demande comme un service public de transport. Après tout, si on transpose la question à la problématique de la culture, on s’aperçoit que les Conseils Généraux sont capables d’avoir un matériel scénique ou audio-visuel très sophistiqué qu’ils mettent à disposition des structures associatives. Pourquoi pas des véhicules adaptés ? Il faut revoir cette problématique qui « plombe » trop fortement la pratique sportive des handicapés.

41Cette question précise ouvre directement sur l’inventaire des partenariats. Le thème avait été entrevu avec l’approche d’Anne Marcellini. Il a été assez magistralement exposé par Sylvain Paillette et par l’exposé complémentaire du docteur Thévenon. L’un et l’autre ont su dégager ce qu’un club est susceptible de proposer à condition d’inscrire son action associative dans un maillage de partenariats de proximité. Je vous renvoie à leurs contributions qui ont déjà fait l’objet d’un document distribué aux participants.

42De la même façon, ce que Walfried König nous a présenté hier, concernant les initiatives engagées en Allemagne, correspond à des compléments indispensables pour un travail approfondi – et comparatif – de balisage des actions, des innovations et des résultats enregistrés. Il nous a présenté des aspects qui montrent le rôle décisif de la puissance publique. Peut-on, à cet égard, trouver des équivalents dans notre pays ?

Récapitulatif pour un schéma d’action locale

43Le dernier point annoncé au début de notre synthèse est de proposer, à titre provisoire, un schéma simplifié d’action locale, afin d’accueillir dans les clubs des handicapés qui souhaitent pratiquer une activité physique et sportive, participer à la vie collectivité du club et, pourquoi pas, y prendre leur part de responsabilité.

44Essayons de schématiser ce qui pourrait être considéré comme une grille opérationnelle des formes de partenariats, des liens et des liaisons qui existent ou doivent être.

45Le club est le premier élément du dispositif. Il est susceptible de s’ouvrir à :

  • l’accueil des personnes à mobilité physique réduite,
  • l’accueil de certains handicapés mentaux.

46Cet accueil permet de préciser deux aspects complémentaires :

47Les apports du club : en reprenant ce qui avait été dit au début de cette USE, rappelons que le club est une « famille », une forme caractérisée de sociabilité. Ensuite, sa cohésion repose sur tout un travail de transmission de la culture sportive et associative, de ses valeurs. Et, en même temps, le club est un espace d’initiatives qui permettent d’ouvrir des perspectives nouvelles.

48En même temps, les apports au club, lorsque l’on accueille des handicapés, sont un enrichissement en termes d’ouverture à la tolérance, d’une attention accrue portée à la personne. Cette attention accrue portée à toute personne est en conformité avec les valeurs affichées par le club. Divers types d’action sont envisageables : accueil spécifique, sections mixtes, autres initiatives.

49Ce point d’appui qu’est le club qui accueille des personnes handicapées, jeunes ou ayant dépassé l’âge de la jeunesse, quelquefois, ne peut pas exister sans l’accompagnement, en particulier des familles et des institutions dans lesquelles vivent certains jeunes handicapés (deuxième élément du dispositif). On a vu que Colette Andrusyszyn et d’autres témoins, du côté de Grenoble, insistaient sur cette importance de la famille pour l’accueil dans un club. Peut-être l’équipe soignante, dont nous a parlé Bernard Allemandou, est-elle sans doute à placer à ce niveau, aux côtés de l’intéressé et de la famille.

50Il y a les partenaires institutionnels nationaux, c’est-à-dire ceux qui sont capables de nous aider à monter des co-financements : d’une part, l’État, soit le pôle national Handicap et sport du CREPS de Bourges, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, voire même un cadre incitatif de type interministériel, d’autre part, les fédérations compétentes. Le partenariat avec des mutuelles peut être rattaché à ce niveau national. On tient là des formes de coopération et d’imbrication à prendre en considération.

51Il y a aussi les partenaires institutionnels de proximité (troisième élément du dispositif), c’est-à-dire ceux qui sont au contact direct des clubs : d’une part, les collectivités territoriales (commune, département, intercommunalité…), les services départementaux de la Jeunesse et des Sports ; d’autre part, les comités sportifs départementaux et régionaux, les CDOS et CROS. La question des véhicules de transport des personnes handicapées doit pouvoir trouver des solutions adéquates à ce niveau.

52Le quatrième acteur (et quatrième élément du dispositif), c’est l’Université, c’est-à-dire la capacité de formation, de qualification des personnes et des personnels, et de l’analyse de l’Université. L’Université ce sont les STAPS (et leur filière APA ou APSA), les centres hospitaliers universitaires, les IUT « carrière de l’animation », les instituts régionaux de formation des travailleurs sociaux.

53Ce savoir universitaire nous permet d’en savoir plus sur le sens de notre action ; peut-être d’améliorer notre propre engagement et implication. Mais en même temps, la compétence universitaire, pluridisciplinaire, c’est la capacité d’action, la capacité critique, la capacité à nous ramener aussi au principe de réalité. On l’a bien compris avec l’éclairage apporté par plusieurs intervenants : l’incontournable « complexité des situations de handicap »… C’est aussi la possibilité de se remettre en cause et la capacité à reformuler tel ou tel projet dès lors qu’il est quelque peu utopique ou irréaliste.

54Il faudrait évidemment améliorer ce schéma ; potentiellement, il préfigure une sorte de « cahier des charges » et de « contractualisation » engageant les différents partenaires.

55Sans doute ne faut-il pas oublier les médias. Ils doivent être replacés dans le schéma proposé. Jacques Marchand, qui a toujours été attentif à la diversité des médias, nous dirait volontiers qu’à côté des grands médias nationaux ou de la presse sportive spécialisée, il y a la presse quotidienne régionale qui rend compte des expériences locales. Il y a aussi les excellents supports que représentent les bulletins du sport scolaire, pour l’enseignement secondaire comme pour l’enseignement primaire. On peut y ajouter les bulletins de liaison des clubs. Il y a là toute une information importante qui ne doit jamais être négligée car elle contribue à l’éducation de chacun et en particulier à l’acceptation de l’image de « l’autre », surtout si celui-ci à quelque chose d’intimidant pour nous-même.

56C’est vrai que l’on a tendance à montrer les handicapés sportifs plutôt dans le domaine du sport de haut niveau et avec un certain « flou esthétique » pour reprendre l’expression de notre collègue de Valenciennes. C’est un peu comme si l’intention du photographe ou de l’auteur de l’article était de faire oublier le handicap. Évidemment, cela peut vouloir signifier aussi que le sport est une expression culturelle formidable qui permet de dépasser la différence ou les différences en construisant des appartenances et des communautés authentiques. Cependant, pour nous qui sommes des acteurs et des décideurs, il y a intérêt à ne jamais perdre de vue cette différence que constitue un handicap, au moins au départ. Et ceci, de manière à être assuré de développer au sein de l’association une action cohérente et efficace, qui favorisera l’appartenance de chacun à une même communauté sportive.

57Pour conclure, je rappellerai deux points. Selon le professeur Charles Gardou, « il faut désinsulariser le handicap ». Son propos a été rapporté par Denis Poizat dans sa conférence d’ouverture. Les clubs s’efforcent de contribuer à cette opération délicate, jamais gagnée d’avance. En conservant l’image maritime, je serai tenté d’ajouter que, dans l’immédiat, les clubs sont capables de composer des archipels fréquentés et fréquentables, en multipliant essentiellement un cabotage de liaisons : il faut jouer la carte de la proximité. De même les clubs sont-ils capables, d’édifier des ponts et des passerelles qui n’ont pas la majesté pluriséculaire du Pont du Gard mais qui ambitionnent cependant, eux aussi, d’acheminer la vie au cœur de la Cité.

58Il s’agit de montrer ce que le club est capable de réaliser par la maîtrise technique de l’art : à la fois arts d’agrément et arts utiles, quand il s’agit des sports et de l’éducation par le sport, qui sont comme autant de conquêtes de l’homme, de tous les hommes œuvrant à leur propre émancipation. Nous retrouvons sans difficulté la voie clairement dégagée jadis à Alfred Espinas.

59Second point : savoir se montrer offensif et être capable d’élaborer une résolution. Bernard Allemandou nous a rappelé ceci et Éric Firoud y a été particulièrement sensible. Se montrer offensif, être capable d’élaborer une résolution qui aura un caractère de principe directeur pour l’action entreprise et à venir, c’est aussi montrer que des rapports de force malheureusement redoublent toujours des rapports de sens. Les rapports de sens, c’est-ce que nous avons l’habitude de maîtriser et d’enrichir par l’entr’aide. Néanmoins, pour faire admettre cette logique du sens, dans notre société, encore faut-il ne pas subir des rapports de force et être capable sinon de les maîtriser tout du moins d’en ployer certaines composantes à des fins de justice sociale et d’équité.

60Or le même Alfred Espinas ne dit pas autre chose lorsqu’il montre comment la réussite pratique, la maîtrise des compétences techniques et l’exercice de la raison modifient dans le sens d’une amélioration positive les principes fondateurs et les doctrines qui éclairent la vie en société et le sens de la vie sociale pour toutes les personnes qui composent cette société.

L’intégration en marche
Gilles BUI-XUÂN1
Une étude de deux ans2, portant sur l’intégration par le sport a été menée sur l’ensemble du territoire. Les résultats montrent que cette intégration n’est plus aujourd’hui une utopie.
Cent douze établissements spécialisés de jeunes et 162 établissements d’adultes handicapés mentaux (14 110 personnes concernées) ont participé à cette étude, ainsi que 1 063 clubs sportifs ordinaires (204 466 adhérents).
L’activité physique et sportive est aujourd’hui largement développée dans la plupart des établissements spécialisés, même si elle est le plus souvent confinée au sein même des établissements. Il est à noter que plus de 20 % des pratiquants sportifs des établissements répondants adhèrent à la FFSA (3 fois plus qu’en clubs ordinaires).
L’étude en interne montre que 50 % des établissements d’adultes disent avoir des résidents qui participent à des activités en clubs ordinaires. De plus, 62,5 % des établissements de jeunes le disent également. Pourtant, 7 % seulement des personnes handicapées mentales issues des établissements spécialisés ont une pratique sportive en clubs ordinaires.
L’étude en externe montre, elle, que 331 clubs sportifs ordinaires sur 1 063, c’est-à-dire près du tiers, disent avoir des personnes en situation de handicap parmi leurs adhérents. Il faut toutefois noter que seulement 1 % des adhérents des clubs ordinaires sont handicapés (tous handicaps confondus). C’est à la fois peu au regard du pourcentage de personnes handicapées dans la population générale, mais ce n’est pas non plus négligeable.
Enfin, l’intégration concerne toujours deux fois plus de garçons que de filles.
Les obstacles
Il existe quatre grands types d’obstacles à l’intégration :
- Le poids des familles : leur attitude, souvent surprotectrice, enferme les enfants dans le cercle vicieux du déconditionnement et de la dépendance.
- L’hétérogénéité des qualifications des intervenants en activité physique et sportive des établissements. Mais l’absence parfois de qualification n’a d’égale que l’absence de formation en matière de handicap de la plupart des intervenants en clubs ordinaires.
- Le manque d’ambition des projets, qu’ils soient simplement pédagogiques ou d’établissements.
- Une orientation trop sportive de certains clubs, ne pouvant admettre en leur sein un public peu performant.
Les conduites à tenir
Elles doivent suivre trois pistes :
- Si le rapport au corps et au handicap doit être revalorisé, alors il s’agira de dynamiser ou de redynamiser les personnes handicapées dans les cadres appropriés de l’éducation physique et/ou de l’animation sportive, mais également dans la vie quotidienne.
- Le rapport à la compétence ne doit pas faire oublier de s’adresser aussi aux intervenants, qu’ils appartiennent aux établissements spécialisés ou aux clubs sportifs ordinaires. Pour ce faire, les offres de formation à l’intervention auprès de personnes handicapées devraient être multipliées.
- Quant au rapport à l’autonomie, on ne voit pas bien comment il pourrait être éduqué en dehors d’une mise en situation réelle, d’abord accompagnée puis progressivement indépendante, dans le cadre même des clubs ordinaires. (Sport adapté magazine, no 45, mars 2006, p. 20).
Note
1. Bui-Xuân G., Professeur des Universités, en sciences de l’Éducation, Université du Littoral Côte d’ Opale..
2. Il a fallu deux ans à la commission des études et recherches de la FFSA pour mener à son terme cette enquête à la fois qualitative et quantitative, qui a impliqué pas moins de sept Universités.

Débats

Éric FIROUD

61Nous sommes dans le sens de l’USE mais aussi dans le sens de la civilisation. Cette démarche progressiste dans laquelle tu nous situes nous permet de percevoir notre avenir. C’est de l’espoir dans ton analyse. Je pense que notre sujet est un sujet de départ ; il est vrai que ce challenge que nous avons choisi pour ce thème de l’USE, nous sommes en train de le relever. Nous allons commencer à réfléchir sérieusement aux résolutions car nous percevons notre rôle social.

Jean-Louis MICHEL, SMUC

62Au niveau des partenariats, nous n’avons pas parlé des IMP et des CAT. Ne pensez-vous pas qu’il y ait une piste, au niveau des handicapés, pour que les clubs travaillent avec ces institutions.

Jean-Paul CALLÈDE

63Je suis un peu le porte-parole, ou plutôt le simple rapporteur de ce que j’ai pensé entendre au cours de ces Journées. Ainsi, la question qui est proposée s’adresse aussi, et d’abord, à l’ensemble des participants.

64En insistant sur le fait que la « logique de la proximité » est revenue à plusieurs reprises, j’ai évoqué de façon un peu laconique peut-être le décloisonnement de la proximité. Et votre remarque est parfaitement fondée. Il me semble que, finalement, si on considère que, pour certains jeunes, il est bien de pratiquer des activités physiques – cela peut aller de l’éducation motrice individuelle selon les types de handicaps, à des activités de jeux ou de sports plus collectifs – peut-être faut-il améliorer, voire inventer des logiques de rencontre, des challenges – pour reprendre l’expression de notre collègue de Montpellier – dans la proximité, et essayer de bousculer un peu ce qu’il en est des situations observables qui ne sont pas satisfaisantes car trop cloisonnées.

65Certains le font, dans les Landes par exemple, où un collège a essayé de multiplier les rencontres avec d’autres établissements d’accueil de jeunes handicapés. Cela suppose bien entendu un travail préalable, mais les élèves n’y voient pas d’inconvénient. Bien sûr, c’est du scolaire, du médico-scolaire et de l’institutionnel, mais peut-être peut-on envisager de faire la même chose dans certaines conditions, et non pas substituer un championnat à un autre, ou chercher à augmenter le nombre de licences dans un club, etc. Je crois que ce sont des éléments qui, à mon avis, devront être repensés à l’avenir.

Sylvain PAILLETTE

66Juste pour compléter la réponse de Jean-Paul Callède, je pense que les clubs universitaires peuvent se positionner par rapport aux établissements spécialisés – c’est ce que j’avais évoqué dans la non exclusivité des établissements spécialisés – et peuvent servir de trait d’union entre une pratique organisée au sein du club, intégrant les personnes dans le club, et je pense que l’on peut faire appel et mobiliser les compétences à l’intérieur du club, et travailler justement avec ces établissements, en étant un trait d’union sans que les enfants soient mis en dehors de l’établissement en regard de leur âge.

67Ensuite, par rapport aux médias, il est vrai que la PQR est un média qui relate très bien l’action et tout ce qui se fait dans les clubs avec les personnes handicapées puisque, lorsqu’on regarde les corpus sur des événements comme par exemple les championnats du monde ou les jeux paralympiques sur lesquels je travaille, on s’aperçoit que le corpus de la PQR est au moins trois fois plus volumineux que celui de la PQN, et que la télévision est en train de faire des efforts, le service public joue bien son rôle à ce propos, mais il est vrai qu’il est difficile d’accéder aux grands médias, notamment la télévision. L’une des portes d’entrée au niveau média, c’est la PQR qui le fait relativement bien. C’est forcément difficile à développer.

Jean-Paul CALLÈDE

  • 7 Sophie Neupert, La championne de France handisports s’entraîne aux écuries de Rouillac. Un tandem (...)

68La PQR, en général, se décline pour un journal en plusieurs éditions très localisées, et je crois qu’en terme d’information, il y a des articles de qualité. J’ai fait photocopier un article paru sur le BEC, j’ai complété cette documentation avec un article sur un club de plongée et un troisième encore. Ils concernent la même zone géographique. Or les trois clubs présentés n’ont pas eu de difficulté pour bénéficier d’un article de qualité, dans le journal Sud Ouest7. Pour l’article sur le BEC, l’information est d’une grande précision quant au soutien qu’accorde la Fédération Handisport et à l’implication des étudiants en formation STAPS dans la filière APA.

69Je crois que, dans ce cas-là, on voit bien comment le club est quelque part une sorte d’organisme ressource, un pivot associatif et un lieu de vie sociale.

70Il y a au minimum 160 000 structures associatives en France, tournées vers les activités sportives. Je ne dis pas que toutes sont à même d’accueillir des handicapés, mais il est bien évident que c’est tout de même un point d’appui majeur au titre de l’action à conduire. En même temps, ce n’est pas une problématique isolée aujourd’hui. Christian Peltier a parlé de l’enjeu du club du 21ème siècle, un thème traité à l’occasion d’une USE antérieure, il y a quelques années. Il y a aussi tout ce que nous avons fait autour du sport, du club, des collectivités territoriales et de l’économie, avec la place que pourrait tenir l’économie sociale et solidaire dans cette perspective-là. Je ne suis pas certain que le modèle marchand soit quelque chose d’important pour notre problématique ; il serait à la mesure de ce que sont aujourd’hui les « quasi-monopoles » dans le transport des handicapés ou des personnes hospitalisées, c’est-à-dire conduisant plutôt à la surfacturation du service qu’à autre chose. En d’autres termes, il faut inventer d’autres partenariats, d’autres réseaux de partenariats, plus équitables à la fois pour les bénéficiaires potentiels que pour l’aide publique.

Robert DENEL

71Le rapport de synthèse a été magistralement fait par Jean-Paul Callède parce qu’il nous a même aidés à discerner des points positifs qui, dans la discussion, pouvaient être noyés par un certain nombre de propos descriptifs.

72Derrière un exposé comme celui-là, il peut y avoir quelques frustrations, notamment les siennes, puisque Jean-Paul, s’il a pu faire ce travail-là, s’est tu pendant les débats. Il a tracé très honnêtement ce qui a été dit mais il n’y a pas mis de sa personne et, pour terminer, j’aurais aimé le solliciter à nouveau en lui demandant s’il y a un point qu’il aurait aimé voir traiter durant ces trois jours.

Jean-Paul CALLÈDE

73À Bordeaux, à la Faculté des Sciences du sport, la filière APA, placée sous la direction de notre collègue Bernard Robert, comme l’a indiqué Bernard Allemandou, n’existe plus. J’y suis intervenu pendant trois ans dans les limites de mes compétences. J’ai participé à des soutenances de mémoires de stages. J’en ai dirigé quelques-uns également. De ce fait, je crois que l’USE actuelle est au cœur des vrais questions et des vrais enjeux.

74Au plan du déroulement de l’USE, je crois que, même si nous n’avons pas cherché à traiter de la totalité des handicaps, nous avons tout de même été capables de faire la part du handicap physique, du handicap mental, du handicap sensoriel et ce qui est peut-être de l’ordre du handicap social. Sans doute est-on passé un peu vite sur les handicapés potentiels que nous sommes, du fait du vieillissement de la population française qui nous guette à titre individuel, mais c’est encore une autre problématique, avec ses propres spécificités.

75Hier, nous avons eu quelques échos, autour de l’expérience de Lille, de ce que sont les problèmes de santé venant se greffer sur la problématique des activités physiques, mais nous avons bien vu que le club, avec sa sociabilité propre, est à même, non pas d’effacer le médical, mais de faire en sorte – y compris après des accidents de parcours de santé – que, d’une certaine façon, les personnes ayant à assumer un handicap puissent se maintenir dans un contexte ludique, convivial et culturel.

Walfried KONIG

76Je pense que nous avons eu une très belle description de la situation dans laquelle nous sommes arrivés, mais maintenant il s’agit de développer de nouvelles démarches pour faire des progrès en faveur des handicapés. C’est pourquoi je vais mentionner trois propositions.

77Premièrement, nous n’avons guère parlé de contacts entre club sportif et école, et je me demande s’il y a en France des écoles spécialisées pour enfants handicapés.

78Chez nous, j’ai constaté que les clubs et la fédération Handisport n’osent guère entrer dans les écoles pour lier des contacts avec les responsables, bien qu’il soit vraisemblablement très fructueux de développer ces contacts. Cela devrait déjà commencer par l’école maternelle, parce que beaucoup d’enfants handicapés le sont dès la naissance.

79Deuxièmement, je ne sais pas si l’UNCU a une information sur le nombre d’offres et sur le caractère des offres que les clubs appartenant à l’UNCU font aux handicapés. Il serait intéressant d’avoir un tel catalogue, avec le profil de ce qui est offert. Nous pourrions ainsi en tirer des conséquences, imaginer une nouvelle action de tous les clubs concernés.

80Troisièmement, il existe des maisons spécifiques pour les handicapés. Les clubs pourraient entrer en contact avec ces maisons. Si ceux qui y vivent ne peuvent pas venir dans le club, il reste possible que les entraîneurs du club y aillent. Le contact serait également fructueux.

Jean-Paul SCHNEIDER

81Il y a peut-être un aspect que Jean-Paul Callède a laissé de côté dans l’exposé du Docteur Allemandou, que, pour ma part, je considère comme important, même si un certain nombre d’entre nous considèrent que c’était hors du sujet. C’est vrai, mais j’ai l’impression que cela nous permet de le retrouver.

82C’est cette sorte de grand panorama historique qu’il avait fait au début et qui me paraissait quand même implicitement montrer comment la réflexion sur le handicap se coulait dans le moule d’une histoire des mentalités. Nous avons très bien vu comment nous passions ainsi d’un aspect quasi théologique de la réflexion à un aspect médico-pédagogique et finalement un aspect social. Cette évolution me paraît importante ; elle semble hors du sujet mais en fait elle nous y ramène. Elle nous y ramène parce qu’elle relativise aujourd’hui notre réflexion sur le handicap parce que, elle aussi, est déterminée par une histoire et surtout les mentalités d’aujourd’hui, la société d’aujourd’hui. Alors, je me demande si nous n’aurions pas intérêt, à un moment donné, mais c’est vrai que cela dépasse la question du handicap, dans les clubs sportifs à se poser la question de notre rapport aux mentalités, du rapport du club à son environnement, de façon justement à réaliser cette dynamisation du rapport du sens et du rapport du pouvoir. Il est évident que l’efficacité de notre discours à l’égard du pouvoir, à l’égard du rapport de force, dépendra en grande partie de notre pouvoir à analyser notre rapport à l’environnement.

Jean-Paul CALLÈDE

83Je suis d’accord avec cette manière de raisonner mais je n’ai pas voulu reprendre ce qui avait été fort bien développé par toi-même, et de la même façon que Danièle Nicaise avait bien mis l’accent sur ce qui lui semblait être les acquis de l’exposé d’Anne Marcellini en les détaillants minutieusement.

84Je pense que ce n’est pas hors sujet, ce que nous a proposé le Docteur Allemandou, parce que, quelque part, cela redouble ce que j’ai essayé de montrer. Au cours des décennies, il y a même un gros effort de laïcisation de la prise en considération du handicap, d’objectivation des attitudes et de rationalité de l’acte éducatif. Je crois que c’est ce vers quoi nous tendons parce que, d’une certaine façon, quand nous passerons du raisonnable au rationnel, c’est aussi ce qui permettra, me semble-t-il, de couper court aux conduites d’évitement ou aux simples logiques de discours et d’encouragements de certains partenaires potentiels, sollicités pour un soutien financier.

85Maintenant, en termes de mentalités, il est vrai qu’il faut considérer que nous avons là, peut-être, avec ce type de démarche, un des éclairages majeurs de la société sur elle-même et sur sa capacité civilisatrice, pour employer un des termes utilisés. Trouver des solutions sociales innovantes est une obligation, par delà les solutions techniques.

86Je pense également que la conférence introductive de Denis Poizat a été déterminante pour nous familiariser avec cette perspective.

Un intervenant

87Je voudrais revenir sur les propos concernant les enfants, les jeunes scolaires. En France, nous avons la chance que les enfants handicapés puissent venir maintenant dans les écoles ordinaires. Tous ne pourront pas y venir évidemment. Par contre, ce qui est très dommageable, c’est que ces enfants, dans les écoles, ne sont pas pris en charge au niveau sportif. Les enseignants de sport ne savent que faire de ces enfants. Il est très important de former les enseignants à des techniques propres à ces jeunes.

88Dans le département de l’Hérault, nous venons de mettre en place une équipe de professeurs d’éducation physique, qui ont le CQH Handisport, qui se déplacent dans des établissements scolaires (écoles et collèges) où se regroupent quelques élèves handicapés, à qui on donne des heures d’éducation sportive une ou deux fois dans le mois. C’est un début mais le gros problème est cet enseignement du sport aux enfants scolarisés.

Jean-Paul CALLÈDE

89Je crois que le fait d’écarter les enfants handicapés physiques de l’EPS, voire même des AS, dans certaines conditions, devrait relever quasiment de la faute professionnelle, aujourd’hui. Sans faire porter le poids des responsabilités sur les enseignants ou les chefs d’établissements, bien sûr.

90Si on examine le bulletin de l’Union du Sport Scolaire, la revue EPS, le bulletin de l’UFOLEP-USEP, etc., on trouve des initiatives novatrices et on doit bien pouvoir concrétiser ou généraliser les expériences qui sont conduites dans les structures présentées. Il faut se battre et être offensif sur ces questions jusqu’à obtenir gain de cause, sinon on se retrouve avec des jeunes stigmatisés qui, finalement, sont moins pris en charge au titre de l’activité physique et sportive, que ne le sont d’autres jeunes dans des situations ouvertes, dans certains quartiers, par exemple, même s’il s’agit de mettre en scène des catalogues d’animations sportives estivales.

Ernest GIBERT

91Je voudrais à la fois prolonger ce qui vient d’être dit et répondre en même temps aux questions posées par Walfried König, moins celle qui consiste à nous demander de faire en sorte que nous soyions en mesure de mieux faire connaître ce que nous faisons au sein des clubs universitaires, et peut-être nous faire connaître entre nous. Il faut mutualiser les échanges, mutualiser les expériences et le savoir-faire.

92Sur le fond, la loi de 2005 est sur ce point explicite, on fait ce que l’on peut. Il serait souhaitable que l’on fasse tout ce que l’on fait pour que les enfants, qui sont touchés par une forme de handicap, physique ou mental, soient intégrés dans les lieux d’enseignement, à commencer par l’enseignement primaire, secondaire et je voudrais rappeler au passage qu’il y a à peu près à l’heure actuelle 10 000 étudiantes et étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur. À ma connaissance, dans les IUFM, l’absence d’intérêt portée au sujet est absolument scandaleuse.

93Il existe depuis plusieurs années un dispositif, évoqué hier par un enseignant de l’UFR STAPS de Montpellier, qui est le dispositif « Handiscole », qui consiste donc à intégrer dans des classes spécialisées – mais malheureusement un certain nombre sont fermées – les enfants handicapés. Cela ne présente un intérêt que dans la mesure où les enseignants du primaire ou du secondaire qui les accueillent bénéficient déjà d’une formation. Il y a une chose qui n’est pas connue, qui montre bien le degré de suffisance de l’enseignement supérieur et l’absence de contacts entre le supérieur et les cycles qui le précèdent, il existe l’INS HEA, qui est l’Institut National Supérieur de formation et de recherche sur le Handicap et l’Enseignement Adapté, dont la mission, depuis une vingtaine d’années déjà, est de former les enseignants qui seront confrontés à ces élèves touchés par le handicap dans le secondaire et dans le supérieur. Vous savez que quelques points du CAPES concernent le handicap. Je n’ai jamais vu de réunion commune entre ceux qui appartiennent à cet institut et les UFR STAPS par exemple. La responsabilité revient à tout le monde, mais ici, il est temps plus que jamais de reconstruire les ponts.

94Je sais bien que le sport à l’école, le sport dans l’école est un sujet compliqué dont on débat perpétuellement depuis des dizaines d’années sans jamais avancer, mais au moins pourrait-on prendre le problème du handicap dans l’école et voir comment la pratique du sport dedans, et/ou en dehors, peut améliorer, sinon le handicap lui-même, du moins la sociabilité. L’un des points utiles de cette Université Sportive d’Été serait de faire en sorte que des liens se tissent entre ce qui fonctionne tout seul d’un côté – la formation des enseignants qui est une formation partielle mais qui n’est pas inexistante, sur laquelle il existe de nombreuses publications –, ceux qui essaient de former les enseignants qui sont sur le terrain et ceux qui sont dans les clubs. Ce n’est pas seulement une affaire de fédération, mais c’est une des choses que nous pourrions essayer de faire et cela répondrait en partie au souhait de Walfried König. C’est cette tendance qu’il faut favoriser, et non celle qui consisterait à enfermer les handicapés dans des ghettos et à essayer de leur livrer à domicile des prestations de nature sportive, un peu à la manière dont on va essayer de faire faire du sport dans les prisons.

Stéphan COLL

95Je reviens sur l’intégration des personnes handicapées à l’école, dans les activités sportives, parce que cela dépend aussi beaucoup des enseignants qui ne sont pas du tout formés pour faire face aux personnes handicapées dans le sport.

96J’ai eu la chance d’avoir une enseignante qui avait une culture sport très forte et sa façon de m’intégrer était la participation au jeu avec d’autres élèves, sans forcément me demander de réussir à faire du saut en hauteur, mais juste me permettre de participer au jeu. Je pense que c’est très important pour la personne handicapée.

97Je suis atteint de myopathie et les enfants qui en souffrent sont environ 10 000 dans les écoles. On peut faire du sport jusqu’à l’âge de 11 ou 12 ans. Pour cette tranche d’âge, il est important de faire du sport, mais le problème est que l’on ne sait pas où on peut en faire. Dans d’autres écoles, des enfants en fauteuil participent à des jeux de ballon pour ne pas rester en marge des cours sportifs. Évidemment, ce n’est pas vraiment du sport, mais cela permet de ne pas être à l’écart et de toucher au monde du sport.

98Cela fait quatorze ans que je n’ai pas fait de sport. Pour les personnes handicapées, ce n’est pas forcément la performance qui importe. Le sport en lui-même n’est pas vraiment un moteur de guérison. Une activité sportive, comme l’équitation, peut apporter un bien-être psychique qui donne un meilleur état physique.

Éric FIROUD

99Je regrette l’absence de certains partenaires économiques : les mutuelles et les fabricants. Localement, nous avons une entreprise importante de matériel médical et paramédical, Bastide, que j’ai rencontrée notamment lors d’un séminaire de travail sur le vieillissement avec la future université nîmoise. Je les perçois comme intéressés par ce qui se passe. Je regrette donc leur absence parce qu’ils auraient apporté leur point de vue, leur approche tout au moins philosophique du problème. J’ose espérer que notre thème va rebondir et nous permettre de les faire venir afin qu’ils nous apportent ce point de vue qui nous manque.

100Par contre, je ressens énormément de potentialité dans tout ce qui a été dit pendant cette Université Sportive d’Été, et des éléments majeurs pour avoir envie de faire quelque chose, pour ne pas en rester là. Il serait dommage d’en rester là, à la sortie de cette Université d’Été, qui est porteuse d’éléments concrets. Pour ma part, j’ai des propositions à faire.

101D’abord, faire un inventaire de tout ce qui se passe dans nos clubs. C’est une richesse extraordinaire. Le travail doit être fait pour cet inventaire, accompagné d’une analyse, et destiné à une diffusion élargie. Je sais aussi que Sylvain Paillette s’est engagé dans cette tâche, au titre de l’UNCU.

102Ensuite, le sujet est systémique, donc il faut vraiment travailler, voir quelles sont les relations au plus près du thème, mais aussi au plus loin du thème. Tout ce qui a été dit fait apparaître un champ d’investigation phénoménal. Nous avons le défaut de nous préoccuper de ce qui est proche, de ce qui nous paraît le plus visible. Peut-être faudrait-il avoir une réflexion sur tous les systèmes en relation avec la question que nous avons posée. Il y a certes les problèmes liés aux partenaires privilégiés et je crois qu’avec l’Université, maintenant, nous avons matière à discussion. L’Université, même si elle est un élément très important pour nous, est loin d’être la seule réponse à notre problématique, de même que les mutuelles, les collectivités, les partenaires économiques, etc. Nous devons aller partout.

103Au travers de nos discussions, nous avons abordé les problèmes liés au sponsoring. Il y a matière à renvoyer l’ascenseur dans la réflexion sur des partenaires tels que les mutualités françaises, etc. Je perçois beaucoup de force dans ce qui est dit.

104Enfin, Jean-Paul a dit qu’il fallait faire attention à ce que les ressources générées par ce travail en direction du handicap et de l’intégration soient utilisées de manière correcte, ne soient pas dévoyées.

105Voici comment je fonctionne avec « SUN Avenir ». Je reçois de l’argent des Conseils Généraux pour accomplir ma mission ; le budget est tout à fait lisible et inclut le travail que réalise le SUN Omnisports. C’est-à-dire que toute une partie du travail effectuée par le secrétariat, la comptabilité, les éducateurs, les transports, etc., est facturée au SUN Avenir, entre deux associations que nous gérons. Cela veut dire aussi que l’on pérennise l’emploi. Tous ces jeunes que nous employons, pour lesquels nous nous sommes engagés à trouver du travail, notre responsabilité est de réussir à trouver des ressources logiques. Nous produisons du travail. Là aussi, c’est une chance pour nos clubs. N’avoir qu’un seul type de ressources n’est pas suffisant. Cela fluctue.

106Nous nous sommes aperçus, il y a deux ans, que ce soit à Lille, à Montpellier ou à Nîmes, que lorsque l’on ne remplit pas un centre de vacances et de loisirs, on « plonge ». Cela veut dire que l’on ne maîtrise pas certaines des ressources de nos clubs. Par contre, si on s’engage dans une action carrée avec des partenaires, des conventions, etc., on peut apporter un équilibre pour nos clubs.

Jean-Paul CALLÈDE

107La façon dont le SUN – avec SUN Avenir – opère est une bonne illustration de ce qu’il est possible d’entreprendre.

108Il me paraît important d’insister également sur une ou deux expressions que vient d’utiliser Éric : « je ressens énormément de potentialité dans ce qui a été dit tout au long de cette Université Sportive d’Été » et, autre élément : « ce qui se passe dans nos clubs est une richesse extraordinaire ». Non pas tant d’une richesse extraordinaire, ce qui laisserait transparaître une certaine prétention, mais bien une richesse extraordinaire qui met l’accent sur l’apport d’un autrui qui peut revendiquer d’être pleinement chez lui dans le club.

109Essayons de concrétiser ce propos, en deux points

110Dans son exposé, Anne Marcellini a utilisé elle aussi des expressions particulièrement pertinentes. Le sport adapté est par définition « un espace protégé », par opposition au monde de la compétition sportive ordinaire, vécu dans ce cas comme un « monde de violence ». Elle a explicité également la notion d’« espace(s) intermédiaire(s) ». Des espaces « non spécialisés » et « protégés », en référence au sport adapté ; des espaces diversifiés, sécurisés et conviviaux, en référence au handisport, pourrait-on ajouter. Or l’association sportive bien comprise est un cadre organisationnel privilégié, où de telles qualités peuvent être réalisées. Cela suppose des moyens adéquats : compétences humaines en matière d’accueil, d’accompagnement de la personne (et/ou du groupe) et d’encadrement des activités, partenariats, conventionnements, aides financières…

111Le second point, complémentaire du précédent, tient à l’articulation entre ce que propose le club – ou qu’il est susceptible de proposer – et ce qu’est son environnement à la fois institutionnel (les partenaires déclarés ou potentiels) et social (on retrouvera ici les « mentalités », sous l’angle abordé par Jean-Paul Schneider, tout à l’heure).

112Dans notre société prédomine une sorte de processus de standardisation. Ma remarque ne se veut pas péjorative. Elle signifie simplement que, dans le contexte social, voire sociétal, des normes opèrent, qui visent à concilier « qualité » et « rentabilité », « action » et « efficacité », etc. Or nous avons bien compris, au fil des échanges générés par cette USE, que le handicap est multiple, changeant (de façon positive en termes d’adaptation et de conquêtes personnelles ; de façon négative lorsque le changement se traduit par une dégradation des facultés personnelles ou par des complications), avec des interférences sur la relation que la personne entretient avec son environnement.

113Certes le processus de standardisation est bénéfique. Historiquement, il a permis que des institutions (progressivement perfectionnées) puissent prendre en charge des personnes dites handicapées en les ouvrant à une certain horizon social. Je vous renvoie à l’exposé de Bernard Allemandou, par exemple. A contrario, on sait la détresse des parents pour lesquels rien n’est prévu ou plus rien n’est prévu, pour leur enfant handicapé, en matière d’établissement d’accueil. Cette lacune – institutionnelle – est catastrophique. De même, la standardisation du matériel d’équipement de la personne (ex : fauteuil) ou du matériel sportif adapté, maîtrisé par les industriels et autres fabricants, est indispensable pour envisager de rendre accessibles au plus grand nombre ces biens d’équipements.

114Pour autant, le processus de standardisation ne peut qu’engendrer son contraire. Il me semble que l’on rejoint ici l’esprit du propos de Denis Poizat considérant les enjeux des interrelations dynamiques entre Handicap, Sport et Intégration. Je m’explique. La vie quotidienne d’une personne, fût-elle handicapée, et plus encore celle d’un jeune (au moins par rapport à une personne très âgée), ne saurait se limiter à l’ordre institutionnel. Tout individu doit pouvoir accéder à des espaces d’épanouissement personnel, s’y impliquer et parfois contribuer à les enrichir. L’associations sportive est l’un de ces espaces.

115Or la démarche qui conduit à cette réalisation ne va pas sans susciter une méfiance, une résistance « institutionnelle. « Que vient faire ici le sport ? Un club sportif ?, ont interrogé des organismes qui estimaient sans doute être les seuls investis d’une légitimité à agir en faveur des personnes handicapées… Ceci ne va pas non plus sans déranger des habitudes au sein des services administratifs qui allouent les aides financières ou les subventions. Ils sont perturbés par certaines demande d’aide car ils conçoivent les normes et critères de qualité à l’image de ce qu’est leur propre service… Or, au travers des expériences relatées au cours de l’USE, nous avons pu constater que les expériences d’intégration en club sont très diversifiées, parfois atypiques, avec des effectifs variables, et que la qualité de l’expérience vécue ensemble, et restituée comme telle par les intéressé(e)s, y est primordiale. Cette construction ou reconstruction personnelle, qui s’appuie sur des médiations pédagogiques subtiles, échappe aux critères bureaucratiques. Ils sont, de ce point de vue, quasiment hors champ de référence.

116Dans ce cas, il ne s’agit pas de tenter de substituer un répertoire de normes (culturelles et conviviales) à un autre (celui des normes institutionnelles standardisées)… Pareille intention serait incongrue. Il s’agit, à l’opposé, de concevoir un véritable espace de redéfinition dialoguée des normes de l’action sociale et sportive, identifiable au réseau des partenaires impliqués (matérialisé dans le schéma de la page 169, à titre d’illustration provisoire). Cette opération ne semble indispensable car c’est le sens et la signification des actions innovantes, et leur pérennisation, qui sont en jeu.

Un intervenant

117J’avais deux craintes avant de venir ici. La première portait sur le thème parce que je n’y étais pas du tout sensibilisé. De ce point de vue-là, c’est une réussite parce que certaines de mes interrogations ont été éclaircies. La deuxième portait sur le côté concret de l’organisation où je me disais que peut-être il y aurait un peu trop d’avis d’universitaires et pas assez de professionnels. Je pense que c’est un bon point de départ et je pense qu’il serait bien d’avoir un retour, lors de prochains travaux, sur une démarche plus concrète, par rapport au handicap, à savoir comment analyser et appréhender toutes ces formes de handicap au sein du club sportif, de manière concrète par rapport aux différents partenaires, en les listant, et savoir comment mettre en place cette démarche d’intégration sous forme d’écrit, avec caractéristiques des handicaps, comment se faire aider, comment analyser les pièges, les contraintes, les difficultés, etc. Voilà une forme de méthode et de guide qui pourrait servir dans tous les clubs, à tous les niveaux.

Ernest GIBERT

118Comme toujours, quand on arrive au terme d’une Université d’Été, on comprend mieux pourquoi on a fait ce que l’on avait décidé de faire, on comprend mieux ce que l’on aurait pu faire, et je crois que, cette fois-ci, nous comprenons clairement ce qui doit être fait. Je veux dire par là que nous serions irresponsables, condamnables si nous ne prolongions pas en effet sur le terrain, mais sous des formes diverses, et avec des partenaires, ce travail qui n’est pas seulement de réflexion, que nous avons conduit ensemble. Il ne doit pas y avoir d’ambiguïté. Le sport ne doit pas être obligatoire. Notre volonté n’est pas d’affirmer que les personnes qui sont frappées – nous le serons tous un jour ou l’autre – par l’une des formes de handicap, doivent nécessairement faire du sport. Ce n’est pas nous qui dirons que le sport n’est pas bien ; notre vocation n’est pas d’imposer ou de généraliser. Il n’y a pas que le sport dans la vie, même s’il est important pour nous et constitue une partie essentielle de notre vie.

119Ce que nous avons dit sur la relation « handicap/sport/intégration », sans recherche de prééminence, ce que nous avons dit pour le sport, sur le sport, dans cette relation ternaire, vaut pour beaucoup d’autres activités. Il me semble que les enseignements que nous avons tirés valent aussi pour d’autres domaines, en particulier toutes les fois où ces domaines s’expriment au travers de la vie associative. Parce que ce n’est pas une activité en elle-même, qui est intégratrice, c’est le fait qu’elle puisse se développer avec d’autres, quelle que soit sa nature.

120Deuxième remarque : on le pressentait au début, le défi qui est offert aux clubs sportifs, ils ne doivent pas le relever seuls. C’est d’ailleurs un défi qui ne se relève pas seulement à l’intérieur du club, pendant la pratique elle-même. Ce qui se passe dans le club, ou en relation avec le club, doit être préparé. Or, pour le préparer, il est nécessaire qu’un contact étroit puisse s’établir entre les responsables du club, la personne qui souhaite participer à une activité sportive, quel que soit son degré de difficulté. Il faut donc qu’un lien s’établisse entre la personne intéressée, son entourage, sa famille, ceux qui, sur le plan médical – physique ou psychique – sont amenés à travailler avec elle, et la cellule associative qu’est le club sportif, pour que l’on prépare à la fois les conditions matérielles de son accueil et les conditions de sa participation à la vie dans le club. Ce n’est pas accueillir pour faire entrer, ce qui serait déjà mieux que rien, c’est accueillir pour faire avec, y compris, si les intéressés le souhaitent, pour participer à la vie de l’association. Il faut bien comprendre que la pratique du sport va au-delà de l’activité elle-même. Disant cela, je ne pense pas seulement à la troisième mi-temps mais, quel dommage, que dans de nombreux cas, les personnes handicapées – quelle que soit la nature du handicap – ne puissent pas toujours comme les autres, être présentes, s’intégrer à ce qui se fait après la pratique elle-même.

121Préparer une entrée, cela demande sans doute des ressources supplémentaires, peu de ressources cependant, mais cela nécessite que l’on soit au clair sur le réseau de relations entre les acteurs qui sont concernés, qui ne sont pas en nombre considérable, c’est faisable. Et d’ailleurs, dans le domaine de l’éducation, que l’on a souvent, à juste titre, critiqué, il existe des exemples réussis, en tous cas des actions qui tentent à s’installer, à se développer, pour mettre en lien, en synergie, les personnes concernées pour que la vie dans l’école soit enfin ouverte à ceux qui en étaient exclus – je sais bien qu’il faut des aides, à commencer par des aides humaines – et qu’en dehors de l’école ils ne se trouvent plus de nouveau enfermés dans l’univers à l’intérieur duquel on les avait cloisonnés.

122Peut-être pensez-vous que je m’écarte du sujet, c’est bien possible. Néanmoins, par expérience de ce qui se fait ailleurs, dans un milieu qui est parti très tard mais qui commence à se bouger, où les clivages et les conservatismes sont au moins aussi développés qu’ils le sont d’ailleurs dans le milieu du handicap ; c’est un des milieux les plus cruels entre les différentes associations qui ne se font pas de cadeaux. Mais, au fond, c’est assez réconfortant, c’est là comme c’est dans l’ensemble de la vie et de la société.

123À l’intérieur de ce milieu de l’éducation, il y a plus qu’un frémissement, il y a des actions qui sont en cours, qui ne sont peut-être pas suffisamment soutenues et que, sans les copier, nous devons avoir présentes à l’esprit. Parce que le club sportif ne peut pas ne pas se préoccuper de ce qui se passe dans le monde éducatif, non pas parce qu’il a une vocation innée à l’éducation, mais parce que la population qu’il reçoit – en tous cas celle sur laquelle il faudrait peut-être prioritairement faire porter les efforts aujourd’hui – est une population jeune.

124Pour ce faire, les discours sont sans doute utiles, plus utile est, me semble-t-il, l’échange d’expériences, la mutualisation des savoirs et la nécessité de trouver un espace, pas une institution de plus, qui favorise ces rencontres.

125Troisième point sur lequel je voudrais insister, que j’avais vu apparaître ailleurs, mais que l’on a vu apparaître de nouveau – au moins de manière implicite – pendant ces journées : il serait inconvenant, pour ne pas dire stupide, de croire, par conséquent de dire, au moins de manière cachée, que si l’on travaille en faveur du handicap, on fait une bonne action. Plutôt, travailler pour le handicap, c’est la meilleure forme d’égoïsme que nous pouvons exprimer, parce que c’est au moins autant travailler pour nous que travailler pour les personnes handicapées. D’abord, parce que cela a été dit hier et rappelé ce matin, l’évolution de la démographie, mais pas seulement, celle heureusement infléchie aujourd’hui des accidents de la route, font que nous serons touchés un jour ou l’autre par le handicap physique ou par ce que l’on appelle le handicap mental, sous des formes plus ou moins atténuées.

126Si on réfléchit par exemple à l’accessibilité, aux problèmes de transport, cela permet aux handicapés d’entrer pleinement dans la société et cela permettra à tous les autres de continuer à le faire.

127Mais, plus que cela, ce qui s’est fait en faveur de la personne handicapé est en notre faveur parce que nous accueillons une richesse, une expérience et une connaissance de l’autre. Nous avons l’habitude d’évoluer, plutôt dans la facilité.

128Si nous avons un matin une petite difficulté, un petit mal à la tête, c’est une justification pour arriver en retard. Non seulement on est en retard, mais on se plaint d’avoir eu cette difficulté.

129Vivre, si on continue, du moins épisodiquement avec celles et ceux qui, dès le petit matin, doivent penser à respecter tout un ensemble de procédures, à un moment donné, et beaucoup plus tard, pour entrer en contact avec les autres, c’est pour nous, me semble-t-il, qui avons le privilège de vivre normalement, au sens statistique du terme, non seulement un enseignement, mais une source d’enrichissement. On apprend beaucoup, je crois, de la fréquentation de ceux qui sont soumis à la difficulté, qui savent la surmonter. Mais après tout, le sport n’est-il pas un des lieux où l’on recherche la difficulté de façon masochiste, et notre ambition affichée ou cachée n’est-elle pas de surmonter la difficulté ?

130Il n’est pas démagogique de dire que toute action en direction du handicap est une action qui nous enrichit, non pas à cause de ce que nous apportons pour nous dédouaner, mais en raison de ce que nous apportent celles et ceux que nous pouvons accueillir.

131Il y aurait beaucoup de choses à dire mais ce par quoi je voudrais terminer, c’est « et après ? ». Pour être franc, d’abord nous n’avons pas décidé à l’avance de ce que nous ferions après, parce que l’Université Sportive d’Été n’est pas un de ces lieux où l’on fait semblant pendant quelques jours, pour faire passer des idées dont on sait a posteriori comment on ne les fera pas vivre. Mais, pas à cause principalement de la nature du sujet, mais parce que des premiers liens ont été créés par ces journées, il faut, non pas qu’il y ait une suite, mais qu’il y ait une continuité, ou comment s’apercevoir, par le biais de l’idée de partenariat, comment peuvent commencer à se nouer les choses. Il va falloir aller plus loin, sans doute ne pas faire la prochaine édition sur la continuité du sujet, ce n’est pas un problème qui se traite par épisodes. Mais il va falloir que dans les semaines et les prochains mois qui viennent, l’Union Nationale des Clubs Universitaires et l’USJSF prennent les contacts avec les institutionnels, les principaux acteurs partenaires que nous allons recenser, sous une forme qui ne serait pas celle d’une grand-messe, afin que nous puissions ensemble éditer quelques principes et quelques règles pratiques pour que se construise, sur le domaine qui nous intéresse, celui de la pratique sportive, en s’appuyant, pas exclusivement, sur une politique pour la non-exclusion, qui serve de base à nos responsables. À mon sens, ce ne sont pas les sujets de réflexion qui devraient leur manquer. C’est moins porteur pour la presse people, c’est plus utile pour la société. Nous verrons comment nous allons faire.

Non ! Le débat n’est pas clos avec l’adoption de la loi sur le handicap
Charles GARDOU1
« Si chacun peut se féliciter des avancées que représente la loi sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap », elle est loin d’être la grande réforme attendue, l’étendard de la modernité espéré !
Les débats âpres et chaotiques, qui ont accompagné son adoption ont constitué des révélateurs, au sens photographique du terme, ont mis au jour les frilosités, les enkystements culturels, les freins de toutes natures et, au-delà, les incompréhensions qui séparent le monde des « préservés du destin » et celui des autres.
(…)
Non ! Le débat n’est pas clos avec l’adoption de la loi ! Un texte, fût-il gravé dans le marbre, ne garantit pas sa mise en actes, qui, elle seule, constitue l’épreuve de vérité. Ce débat à poursuivre nous concerne tous, pas seulement les militants de la cause. Nul ne saurait ni l’entraver, ni le corseter, ni en décréter le terme ! Car le chemin est encore à parcourir pour révolutionner la manière de considérer nos concitoyens affectés par un handicap et pour replacer cette forme de vulnérabilité dans l’ordinaire de notre existence humaine. » (Revue Pour L’éducation, l’enseignement, la recherche, la culture, no 103, avril 205, p. 30).
Note
1. Charles Gardou, Professeur des Universités, copréside avec Julia Kristeva le Conseil national « Handicap : sensibiliser, informer, former ».

Mot de la fin, par Ernest GIBERT

Ernest GIBERT

132La tradition est qu’à la fin d’une manifestation on remercie les organisateurs. Faut-il remercier Éric Firoud ? Je n’en suis pas persuadé, lui non plus d’ailleurs. Néanmoins, s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer. Pour les clubs universitaires, où il est très précieux, il ne faudrait pas trop en inventer parce que nous ne pourrions pas faire face.

133Dans un milieu universitaire, conventionnel, qui ne bouge pas beaucoup, qui se répète, Éric a la particularité d’avoir beaucoup d’idées, en général successivement.

134Il y a dix ans, Éric est venu nous voir. Nous connaissions surtout son père ; nous avions beaucoup d’estime et de considération pour ce qu’avait été à la fois la carrière de son père et pour la manière dont il était un entraîneur. Nous avons écouté Éric, il nous avait expliqué qu’il y aurait à Nîmes, un jour ou l’autre, une université. Il fallait un club universitaire et Éric était capable de construire ce club qui aurait, dès le début, environ 2 000 membres.

135Nous, qui avions besoin de nous vivifier, nous avions écouté attentivement Éric, nous lui avons fait confiance, nous l’avons cru ; nous avions envie de voir et nous avons vu. Je ne vais pas passer sur les différents épisodes.

136Avant la fin de l’année, il avait envie d’organiser l’Université Sportive d’Été. C’est une époque où il y avait beaucoup de volontaires. Nous avons réfléchi et il a organisé l’USE.

137Je voudrais insister sur ce qui a été évoqué hier : les six appartements en centre ville, avec une mixité véritable, où il n’a pas eu besoin du concours des clubs universitaires, mais où il a eu la gentillesse de nous inviter pour que nous voyions concrètement que l’on pouvait très vite réaliser quelque chose et que l’on pouvait ouvrir le club universitaire bien au-delà de ce que nous faisions jusque-là, que nous pouvions réaliser cette gageure de mettre ensemble, sur un sujet qui le méritait, des politiques qui, en règle générale, se chamaillaient. Cela aussi nous avait impressionnés alors nous nous demandions, à chaque fois que nous le voyions, jusqu’où il irait. Je ne sais pas jusqu’où il ira.

138Éric, merci quand même, continue comme cela, ce n’est pas que tu nous épuises, mais méfie-toi quand même, c’est peut-être nous qui finirons par t’épuiser.

139Il y a Éric, il y a le SUN ; et le SUN est un club universitaire qui existe. Il aurait fallu être un magicien pour réaliser tout cela, y compris pour rattraper les défaillances d’un voyagiste, s’il n’y avait pas eu derrière une structure qui fonctionne. Donc, le SUN est, dans la quarantaine de clubs universitaires, probablement le plus jeune, mais pas le moins efficace.

140Je voudrais remercier chacune et chacun, isolément, de ce qu’ils ont fait. Comme on ne peut pas le faire, il faut privilégier une victime et la victime, qui n’a pas été autodésignée, c’est Fabienne Lauzent.

141Fabienne, nous l’avons découverte plus tard qu’Eric. Je sais qu’il y a un équilibre entre celui qui agite et qui va vite, et Fabienne qui est le chef d’orchestre. Le témoignage de remerciement et d’amitié que je vais remettre à Fabienne vaut pour tout le monde.

142Fabienne, c’est le sourire du SUN. C’est pourquoi tous les clubs universitaires souhaiteraient avoir son oreille.

Fabienne LAUZENT

143Je vous dis merci à tous. Le SUN sans Éric, ce n’est pas le SUN, mais Éric sans le SUN et son équipe, je ne pense pas qu’il en ferait autant. Je remercie également la participation du MUC qui, dans cette organisation, a été importante également.

Ernest GIBERT

144En attendant les personnes du Stage Communication, nous avons eu tout à l’heure Jacques Marchand au téléphone, non pas pour le rassurer parce que les gens qui travaillent aujourd’hui ont été formés par lui. Et à distance, il sait déjà que ce qu’il avait entrepris était une réussite parce que cela a continué en dehors de son absence. Il vous transmet ses amitiés.

Christian PELTIER

145Je ne m’engagerai pas dans une comparaison parce que, chaque année, les Universités Sportives d’Été ont leur dimension.

146Je voudrais dire quelques mots de remerciements et de félicitations pour cette organisation parce qu’au-delà de la structure lilloise, que nous connaissons et pratiquons tous, il est vrai que réaliser une manifestation nationale de l’UNCU décentralisée est aujourd’hui une première orientation sur le devenir et l’avenir des clubs universitaires, avec la territorialisation qui s’engage, la mise en place des comités départementaux et comités régionaux, et tous nos travaux, font que ce thème du sport et handicap sera certainement une traduction à avoir dans la proximité auprès des départements et régions de nos clubs respectifs.

147Je transmets le témoin sans doute à un club qui, dans l’avenir, doit pouvoir réaliser dans ce développement de la déconcentration, la prochaine Université Sportive d’Été.

Éric FIROUD

148Nous terminons cette USE avec le Stage Communication qui va nous présenter ses travaux et réalisations.

Notes

1 Espinas A., (1844-1922), Les origines de la technologie, Paris, Alcan, 1897, 295 p. L’ouvrage reprend l’essentiel d’un double article publié par l’auteur en 1890 dans La Revue Philosophique.

2 Durkheim E., (1858-1917), La division du travail social (1893) - Règles de la méthode sociologique (1895).

3 Praxéologie : science de l’action

4 Héphaïstos : Fils de Zeus et d’Héra, selon une version, mais aussi d’Héra qui le conçut seule, sans le concours de son époux. Héphaïstos avait un aspect gnomique et boitait des deux jambes. Il est le dieu du feu et de la métallurgie, il fait partie des douze Olympiens. Il fut assimilé à Vulcain chez les Romains

5 Artémis : Fille de Zeus et de Léto, sœur aînée et jumelle d’Apollon, née dans l’île de Délos. Déesse de la chasse, protectrice des accouchements et des naissances

6 Cyclopes : ces êtres fabuleux, pourvus d’un œil unique au centre du front, apparaissent dans de nombreuses légendes gréco-latines.

7 Sophie Neupert, La championne de France handisports s’entraîne aux écuries de Rouillac. Un tandem de battants, Sud Ouest, 31 octobre 2005, p. 2-7. Suzanne Galy, L’handiscole’sport, premier centre multisports en Aquitaine dédié aux handicapés, ouvre ses portes tous les mercredis au BEC à Pessac, Sud Ouest, 13 mars 2006, p. 2-23 ; Agnès Claverie, L’association Tom Plouf propose aux personnes handicapées physiques de pratiquer la plongée sous-marine. Dans l’eau pour sentir à nouveau son corps, Sud Ouest, 18 mars 2006.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540