Version classiqueVersion mobile

Handicaps, Sport, Intégration

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Définir des partenariats indispensables afin de conduire durablement cette action d’intégration par le sport »

Christian Peltier

Texte intégral

Présentation, par Christian PELTIER
Secrétaire Général du Nantes Étudiants Club (NEC)
Administrateur de l’UNCU

1Dans la présente session nous devons définir des partenariats indispensables afin de conduire durablement cette action d’intégration par le sport.

2Trois témoins nous ont rejoints. Sylvain Paillette, secrétaire général du LUC et doctorant à l’Université de Lille 3 ; André Thévenon, homme de club, dans lequel il a pu effectivement développer une commission « Sport Santé », médecin hospitalier, professeur à la faculté de médecine ; et Walfried König, ancien conseiller auprès du Ministère allemand des sports, conseiller auprès de l’Union Nationale des Clubs Universitaires, qui abordera une réflexion de partenariat avec les mutuelles en approche comparée avec l’Allemagne.

3Auparavant, Danièle Nicaise va nous rapporter sa synthèse de l’axe qui a été développé en matinée autour de la vocation intégratrice du club pour les personnes handicapées.

4Ensuite, je donnerai la parole à Sylvain Paillette qui traitera du thème suivant : Un club intégrateur des différences. Avec qui et comment ? Des partenariats croisés qui sont indispensables pour aider les clubs dans la réalisation de leur(s) projet(s).

5Le professeur André Thévenon apportera ensuite les compléments d’informations qu’il jugera utiles.

6Faisant suite à ces éclairages, plusieurs types de partenaires – effectifs ou potentiels – seront amenés à s’exprimer pour leur action propre dans ce domaine mais plus encore quant à leur soutien au(x) projet(s) du club : partenaires politiques (ministères et services déconcentrés de l’État – DDJS, DRJS, interministérialité ; collectivités territoriales…), partenaires du Mouvement sportif (fédérations, CROS, CDOS…), Mutuelles, partenaires économiques (fabricants de matériels, d’appareils, équipementiers…), Fondation diverses, etc.

7Sous l’angle de l’information, sous celui de la communication (les deux termes ne sont pas synonymes), quel peut être le rôle de certains médias ? (bulletins spécialisés, presse quotidienne régionale et locale, télévisions locales, la Lettre de l’Économie du Sport, etc.). Sans oublier, ici même, la contribution du stage Com.

Synthèse des travaux de la matinée par Danièle NICAISE
Administratrice de l’UNCU

8Anne Marcellini, maître de conférences à l’Université de Montpellier, débute son exposé en précisant que cette interrogation posée aujourd’hui n’est pas le fruit du hasard.

9En effet, le projet politique de l’intégration sportive des personnes présentant des déficiences n’est pas nouveau. Il y a plus de trente ans maintenant, en 1975, la loi d’orientation en faveur des personnes handicapées affirmait que « l’intégration sociale et l’accès aux sports et aux loisirs du mineur et de l’adulte handicapés physiques sensoriels ou mentaux constitue une obligation nationale ». C’est ainsi que la société civile est tenue d’assurer l’accueil des déficients dans tous les espaces de la vie collective sauf si…… les moyens ne le permettent pas.

10Cette loi a néanmoins permis une évolution considérable en faveur de l’insertion de la personne handicapée dans notre société.

11La loi de 2005, dite « loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », nous oblige à réfléchir et à modifier nos comportements, ce qui signifie aussi changer nos mentalités pour repousser ce qui paraissait jusque-là impossible.

12Madame Marcellini rappelle qu’entre les années 1960-70, ce sont les handicapés moteurs et sensoriels eux-mêmes, qui en se regroupant, ont conduit le Ministère à valider cette organisation sociale, en 1970 d’ailleurs, alors qu’il a fallu attendre une dizaine d’années encore pour que la Fédération du sport adapté soit reconnue.

13À partir de 1990, les athlètes handicapés réalisant des performances de bon niveau, revendiquent leur place dans des clubs où se trouvent les entraîneurs capables de les préparer à participer à la compétition de haut niveau. En effet, une enquête réalisée en 1995, montre qu’un tiers des clubs classiques déclarent avoir accueilli des sportifs déficients.

14Comment s’y prennent-ils ?

15Il semble que deux modèles se dégagent de cette enquête :

16Le club peut accueillir le sportif sans modifier son fonctionnement puisque celui ne nécessite aucune adaptation particulière, tant humaine que matérielle.

17Le second modèle : les clubs sportifs sollicités s’intéressent progressivement à cette population spécifique de sportifs et créent des conditions d’accueil adaptées (aménagements matériels et recherche de cadres spécialisés). Il est à souligner que ces structures sont vigilantes sur leur volonté de rester des structures mixtes.

18On est en droit de se poser la question du rôle et de la pérennité des fédérations sportives spécialisés actuelles dans leur conception autoségrégatives. Leur rôle a pourtant permis de dynamiser et médiatiser les pratiques sportives des personnes handicapées. Elles ont été le moteur d’une forme d’intégration.

19À la fin de l’exposé de Madame Marcellini, une intervention de la salle illustre bien la question posée par la pérennité des fédérations spécialisées. En effet, un groupe de personnes, initialement affilié à Handisport, a créé une association de football pour la pratique des valides, démontrant ainsi sa volonté et sa capacité à créer la mixité.

20La question s’était d’ailleurs posée au moment de la création de la Fédération du Sport Adapté puisque son but ultime était de disparaître un jour… Cependant, faisons remarquer que les fédérations spécialisées actuelles restent un lieu d’accueil des incapacités les plus lourdes.

21Différentes interventions permettent d’évoquer l’aspect institutionnel et l’impact réel de la dissémination des fédérations spécialisées dans le handicap. L’exemple allemand du regroupement des handicaps sensoriels, moteurs et mentaux au sein d’une même fédération, qui présente de réels avantages d’un point de vue économique, semble difficile à transposer dans notre pays. En effet, le handicap mental mal défini dans l’inconscient collectif génère des freins qui semblent ne pas permettre de tels rapprochements.

22Un intervenant pose la question de l’adhésion concrète du ministère de la Jeunesse et des Sports à la loi 2005. Or le ministère agit.

23Il est rappelé que ce ministère a créé plusieurs dizaines de postes d’agents de développement dans le droit fil de la Loi. Ces postes sont d’ailleurs pourvus, le plus souvent, par des étudiants issus de la filière APA. Anne Marcellini regrette cependant que tous les étudiants de 1ère année en STAPS ne bénéficient pas d’un module obligatoire dans cette discipline. En effet, actuellement, on peut constater une résistance sensible à l’accueil dans les clubs sportifs de certaines catégories de populations (personnes handicapées, personnes âgées, post-opérés, etc.), inquiétude essentiellement générée par un manque de formation sur ces problèmes spécifiques.

24Il est cependant à remarquer que la formation des étudiants en STAPS qui se destinent, soit à l’enseignement, soit au secteur associatif, ne suffira pas à elle seule à accueillir et à intégrer dans des conditions optimales toutes les formes de handicap. Plusieurs réactions de la salle montrent à quel point la notion de constitution de réseaux décloisonnés d’échanges et de partage est importante et incontournable. En effet, les clubs sportifs donnent des réponses très hétérogènes quant à leur capacité à accueillir des personnes handicapées, leurs appréhensions se situant le plus souvent au niveau de la sécurité, des moyens humains et matériels.

25Se pose donc cette question : « Le club a-t-il la possibilité d’innover ? L’initiative lui revient-elle en bousculant les institutions ? Nous sommes bien dans le sujet de notre Université d’Été qui aborde ainsi le défi de la mixité sociale dans l’association sportive.

26On peut remarquer que le projet associatif du club unisport se résume à un seul projet sportif.

27Ceci étant le plus souvent dû à l’appartenance à telle ou telle fédération qui prône exclusivement une offre, sous l’angle de la compétition.

28Le projet associatif d’une structure omnisports semble permettre d’aborder la question du projet associatif sous un autre angle. Un projet subtilement équilibré entre la préoccupation centrée sur l’institution et celle centrée sur les sujets répondrait mieux aux prérogatives de la loi de 2005.

29Le club omnisports face au handicap, comme aux autres catégories de pratiquants, ne doit-il pas s’interroger d’abord sur ces demandes multiples et sur les moyens d’y répondre ?

30L’image du projet associatif des clubs universitaires pourrait presque résumer l’ensemble des axes qui ont conduit notre réflexion. Les clubs universitaires ont pris conscience depuis une dizaine d’années de la nécessité de répondre à des demandes diversifiées. Des rapprochements personnalisés avec le monde de l’Université ont permis de produire des réponses adaptées à des demandes particulières dont celle du handicap. Cependant, ces initiatives personnelles ne suffiront pas à elles seules à mobiliser et associer toutes les compétences (Université, club et bien d’autres partenaires) pour répondre de la meilleure façon possible à la demande.

31Et si, pour commencer, le club Universitaire devenait le Club de l’Université !

Sport, Jeunes et handicap, par Roy Compte
Les 21 et 22 janvier 2005, la FFSA a organisé à Bourges un colloque sur le thème Sport, jeunes et handicap. Il s’agissait surtout de saisir l’importance et l’enjeu dans ce rapport, du phénomène handicap, notamment du handicap mental.
De ce point de vue, le colloque a permis de préciser le rôle des ministères concernés et de faire le point des actions menées par nos partenaires institutionnels (les fédérations omnisports). Les actes, disponibles à la FFSA, transcrivent fidèlement la teneur des propos et en soulignent la philosophie.
Le fil rouge qui émerge des différentes interventions est sous-tendu par les thèmes récurrents, mais toujours actuels, de l’intégration et de l’accessibilité. Il apparaît qu’il ne peut y avoir de sport, au sens le plus large du terme, chez les jeunes en situation de handicap mental, sans faire référence immanquablement à une visée intégrative, avec, pour corollaire, les moyens d’y parvenir. Cette conception idéologique peut conduire à ne privilégier qu’une forme d’intégration, celle ouvrant à un partage des rôles sociaux et à une reconnaissance mutuelle, mais elle a pour conséquence de considérer comme mineures des modalités de pratique moins signifiantes d’une logique intégrative, au premier abord. À l’évidence, la complexité des rapports sociaux, qui repose sur une connaissance réelle ou supposée de l’autre, ainsi que l’extrême hétérogénéité des niveaux de déficience, ajoutent à la difficulté de créer les conditions favorables à une intégration pour tous, non seulement au modèle sportif mais aussi à un environnement social et culturel ouvert au plus grand nombre. Les pratiques mixtes prônées, par nombre de responsables éducatifs ne peuvent être qu’une forme parmi d’autres qui ouvrent au processus intégratif. Des pratiques entre pairs handicapés aux pratiques indifférenciées entre pairs sportifs, où chacun est reconnu à travers l’acte sportif et non à travers sa situation de handicap, le chemin de l’intégration se dessine pas à pas.
Si le colloque a montré une préoccupation identique des différentes fédérations affinitaires (FFSA, UNSS, USEP, UFOLEP, UGSEL) sur la place des jeunes handicapés dans le mouvement sportif, il a révélé également un manque de concertation et d’échanges, un déficit de vision commune sur les moyens à mettre en œuvre pour favoriser l’intégration de ce public. C’est un chantier qui s’ouvre, un challenge qui nous est offert. Il s’agit, pour demain, de rendre visible à travers des actions communes cette volonté trop souvent discursive qui nous anime tous.
Par ailleurs, si le sport des jeunes peut se finaliser dans un club, « Le sport, c’est bien mieux dans un club », selon le slogan du CNOSF, ne doutons pas, comme le montre l’enquête du ministère de la Jeunesse et des Sports, qu’il se construit essentiellement à l’école. Le secteur spécialisé, malgré des progrès indéniables dans la prise en compte des activités physiques et sportives, reste très réservé pour en faire un élément constitutif des projets d’établissements avec, pour résultat, une culture sportive insignifiante des jeunes concernés. Dans les établissements, l’éducation physique et le sport dans leurs composantes spécifiques sont en recherche d’une reconnaissance institutionnelle qui, seule, peut œuvrer à un dispositif interactif (projet éducatif, personnels qualifiés, partenariats associatifs...) à même de répondre aux besoins des jeunes scolarisés. La FFSA, par sa connaissance du public et de l’activité sportive, entend jouer un rôle de propositions pour favoriser l’émergence de ce dispositif. (Sport Adapté Magazine, no 43, sept. 2005).

Exposé introductif de Sylvain PAILLETTE
Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication
Secrétaire Général du Lille UC

32Le thème qui m’a été proposé est : « Un club intégrateur des différences. Avec qui et comment ? Des partenariats croisés qui sont indispensables pour aider les clubs dans la réalisation de leur(s) projet(s) ».

33Je vous propose donc de réfléchir, discuter et échanger par la suite sur l’intégration de ces différences en vous livrant, en premier lieu, mes point de vue et analyse par rapport à cette question large si l’on considère le handicap sous toutes ses formes ce qui est l’une de nos prétentions.

34Afin de pouvoir répondre à cette question, il me semble nécessaire de partir de la structure « club », cellule de vie, de mise en commun, de partages de valeurs, d’intégration, au travers du projet de vie de la personne. Lorsque l’on parle d’intégration, c’est le plus souvent pour évoquer qu’elle existe et fonctionne, même avec des difficultés. Dans ce cas, la personne aux besoins spécifiques, handicapée ou pas d’ailleurs, y a trouvé sa place et les autres l’ont, au pire, tolérée, ou mieux, en ont fait un membre de leur famille qu’est le club. Dans le thème de la question qui m’a été proposée, je pourrais y répondre en vous énonçant un catalogue des actions menées dans les clubs, de ce qui fonctionne, des difficultés rencontrées. Il vous resterait alors à faire un « copier-coller » informatique des dossiers de demandes pour en avoir les mêmes bénéfices, mais cela n’est pas si simple et vous le savez.

35De plus, me limiter à cet exercice ne saurait être exhaustif et serait frustrant. J’ai donc choisi de vous évoquer les concepts et principes mobilisés pour ma réflexion, afin de mener à terme et développer les actions envers les publics à besoins spécifiques que peuvent être les personnes handicapées.

36Selon moi, ce qui prédomine à la mise en place de tout projet d’action, c’est l’objectif et l’esprit qui le guident, en tenant compte de l’individu qui évolue dans une structure qu’est le club, afin de mettre en place un contexte facilitateur. Ces éléments conditionnent bien évidemment la recherche et la mise en place de partenariats.

37Pour introduire les différents types de partenariats et répondre aux deux questions « avec qui ? » et « comment ? », je mobilise deux concepts qu’a développés Robert Denel, lors d’une session de travail du Conseil National du Sport Universitaire :

  • la notion d’homme debout,
  • la notion d’homme couché.

38L’homme debout : il s’agit de personnes dont la prise en charge est minimale, au regard de leurs déficiences, ayant pour incidence une intégration, que je qualifierais de plus facile. Facile ne voulant pas dire qu’il ne faut rien faire (encadrement APA adapté ou pas, matériel adapté ou pas…)

39L’homme couché : prise en charge médicale (référence à l’intervention du Dr Allemandou).

40Équipe médicale, mais appel aussi au savoir-faire des clubs et empirisme sur la construction des questionnaires d’accueil.

41« L’intégration ne se décrète pas, elle se construit avec des partenaires » (référence à l’intervention d’un participant) ; évocation des types de partenariats qui s’est voulu être le plus exhaustif, mais que, j’en suis sûr, vous ne manquerez pas de compléter à travers vos questions et remarques.

Facteurs structurants pour élaborer des partenariats efficaces et innovants

42- Formation des bénévoles, mais aussi formation des encadrants

43La tendance actuelle, pour ces partenaires, est de se centrer sur quelques projets avec des exigences similaires à leur fonctionnement entrepreneurial, posant de grosses difficultés à un bénévole pour construire, soutenir et suivre ces projets. Le bénévole doit alors devenir un vrai professionnel de la bureaucratie, se basant sur le système de la LOLF : l’âge certain des bénévoles du monde du handicap, surtout en Handisport, contraint par exemple la Fédération française Handisport à organiser des sessions de formation pour ses dirigeants bénévoles.

44- Pôle de compétences et ressources, maillage des compétences : relations avec les composantes des universités (STAPS) (débats de ce matin, des réflexes sont à mettre en place), compétences d’équipes médicales dans le cadre de l’homme couché, débouchant sur la création d’équipes pluridisciplinaires pouvant être regroupées dans les commissions santé des clubs.

45Maillage des compétences à travers l’intégration dans le monde sportif valide pour l’homme debout avec une mixité dans la pratique (réf. Anne Marcellini, le club n’a rien à faire de particulier), mais également pour l’homme couché avec des créneaux identifiés de façon à bénéficier de la structure mise ne place et non pas inclure au forceps la personne (personne alibi et vitrine)

46- non exclusivité des institutionnels

47Les partenaires institutionnels sont-ils les seuls à pouvoir accompagner les projets ? Assurément non, il nous faut maintenant faire appel à d’autres formes de partenariat en les provoquant. De plus, l’un des éléments conditionnant ces partenariats est dorénavant le cofinancement. Peu de partenaires se veulent exclusifs sur des projets d’intégration, à partir du moment où l’on ne fait pas entrer en jeu des concurrents. Ce cofinancement est pour eux à la fois le gage d’une autre reconnaissance, mais aussi le moyen de réduire leur participation.

48Les partenaires institutionnels sont pour majorité largement identifiés :

49- Notre ministère de tutelle, le MJSVA et ses différentes composantes descendantes (j’en profite pour vous dire que le ministère a une enveloppe annuelle sur la mise en accessibilité des installations sportives, à condition que les clubs en soient propriétaires et non pas les universités, pour notamment les clubs affiliés à la FFH) ; il y a également la volonté d’un maillage de compétences, sous la responsabilité du pôle national du handicap (qui a largement déjà été évoqué), avec l’instauration d’un réseau national de référents du handicap dans les DRDJS, la mise en place de l’animation de commissions uniquement de réflexion, et non pas de répartition de subventions. Mobiliser les acteurs du champ du handicap autour de problématiques communes afin d’être plus efficace et ne pas multiplier les études… Cela ne fonctionne peut-être pas encore de façon optimale mais les volontés y sont.

50- Les conseils régionaux et généraux à travers leurs politiques sportives mais aussi leur délégation (ou autres appellations selon les endroits) aux personnes handicapées,

51- Un nouveau type de partenaire institutionnel sont les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) mises en place en janvier 2006, avec des états d’avancement très différents mais auprès desquelles il faudra se faire identifier si l’on veut intégrer des personnes dans nos clubs et également pour faire appel à leur compétence en matière de financements.

52- Mobilisation des partenaires de santé :

53Partenaires médicaux (CHRU avec la mise à disposition de personnel vacataire pour la mise en place d’activités selon les pathologies (précisions du Dr Thévenon) CPAM et mutuelles sur du matériel, laboratoires…) et paramédicaux (Allemagne).

54Partenaires institutionnels : commission santé régionale : PRS, le professeur André Thévenon pourra répondre aux questions sur les montages des projets ; nous avons eu au LUC une action concernant les obèses.

55- Non exclusivité des établissements spécialisés, car les demandes individuelles sont plus importantes du fait des dispositions d’aides surtout pour les personnes avec des déficiences motrices. Il faut alors trouver des solutions en dehors de, par exemple, l’accueil dans le club d’un groupe d’un centre spécialisé, et les créneaux loisirs, sont selon moi une solution, créneaux soit mixtes selon l’atteinte de la personne, selon que l’on se place dans le concept de l’homme couché ou debout avec les incidences que cela entraîne.

56- Mobilisation des fondations des entreprises, assimilés à du partenariat privé

57La volonté est alors de communiquer sur les valeurs de l’entreprise à travers deux tendances : celles qui sont attachées à leurs salariés, celles qui sont attachées à leur propre activité.

58En plaçant l’individu au cœur du projet : fondation, réseau,…

59- Mobilisation des clubs services de bénévoles (Lion’s Club, Rotary)

60Deux niveaux : participation des bénévoles (plutôt adapté sur l’animation d’événements sportifs compétitifs ou non, compte tenu des besoins en encadrement des APS).

61- La contribution financière à travers l’achat de matériel (minibus, fauteuil…).

62Ces partenariats ne se font pas tous seuls et nécessitent la mise en place d’actions et de dispositifs pour les initier et les pérenniser.

63- La communication des bonnes pratiques dans les clubs, en remontant via les CDCU et CRCU, à travers les fiches actions de la LOLF.

64- L’annonce de la mise en place d’une base de données des actions menées, initiée à Lille.

65- La mise en place d’une cellule de veille des appels à projets émis par des fondations,

66- La création d’une structure administrative de référence : section Handisport transversale au sein du club omnisports.

Conclusion

67Les clubs universitaires, forts de leurs spécificité omnisports, se doivent d’être au carrefour de ces partenariats en créant les passerelles nécessaires à la construction de projets appréhendant la personne dans sa globalité, en tenant compte de ses spécificités. Proposer une réponse aux demandes du monde du handicap qu’il soit mental, moteur, visuel, social, à travers l’aménagement du fonctionnement classique des structures sportives orientées sur la compétition, en innovant, en créant un contexte facilitateur avec des équipes pluridisciplinaires, conbinant les compétences.

68Nous ne sommes plus à l’ère où le monde du handicap s’occupe du monde du handicap de façon communautaire, mais le handicap s’est ouvert au monde du valide en l’investissant ; à nous d’être à la hauteur en relevant ce défi.

69Enfin je terminerai en vous disant que l’intégration des différences, quelles qu’elles soient, est réussie lorsque l’on crée des richesses ; a contrario lorsqu’elle est un échec, elle les accentue.

Intervention du Docteur André THÉVENON
Vice-Président du Lille UC,
Médecin fédéral de l’UNCU
Professeur d’Université et Médecin hospitalier

70En première année de médecine, j’ai choisi l’option rugby dans le cadre du sport obligatoire en PCEM1. J’ai joué dans un petit club dans le village de mes parents pendant un ou deux ans. Par la suite, comme je rentrais moins souvent, je me suis inscrit au Lille Université Club, où j’ai pratiqué le rugby et la boxe française. J’ai joué au rugby jusqu’à l’âge de 36 ans, ensuite je suis devenu dirigeant, puis Président de la section. À la fin de mes fonctions de Président de section, je suis resté au LUC pour y faire ce que, en tant que médecin, je savais faire de mieux.

71Nous avons mis en place une Commission santé, regroupant des activités qui relèvent clairement du domaine de la santé et d’autres qui n’en font pas vraiment partie.

72Tout d’abord le LUC dispose d’un Centre Médico-Sportif qui, par ailleurs, est le seul de la ville de Lille. L’activité du CMS est en croissance mais se heurte à une difficulté que doivent connaître tous les clubs omnisports, l’aspect « service central » qui a du mal à s’imposer aux sections qui ont une vie plus ou moins autonome.

73La réussite du CMS, qui est encore fragile, a été conditionnée justement par le fait que j’ai pu m’appuyer sur ma section d’origine pour assurer « un fond de roulement, et que les autres sections aient envie de bénéficier de la même prestation. Il est très utile que les personnes responsables des activités d’un service central du club sortent directement des sections et gardent de bons rapports avec elles.

74Le deuxième champ d’activité est le développement du sport adapté. Non pas du sport adapté pour déficients intellectuels, qui existe par ailleurs dans le cadre de l’animation avec le HANDILUC, mais du sport adapté à des situations pathologiques. Je suis médecin de rééducation au Centre Hospitalier Universitaire, et dans ce cadre je propose un reconditionnement à l’effort à des personnes artéritiques, aux lombalgiques, aux obèses ou d’une manière générale à celles présentant une maladie limitant leur activité physique. J’insiste sur les lombalgiques dont la rééducation a complètement changé. On ne leur épargne plus le dos mais au contraire, on les remuscle pour leur redonner une capacité de travail, c’est une technique américaine.

75Le facteur commun à tous ces malades est la sédentarité. Pendant leur hospitalisation, il leur a été prouvé qu’ils étaient capables de se remettre en forme, mais lorsqu’ils sortent du centre de rééducation la tentation est forte de reprendre leurs habitudes de vie antérieures. De plus ils ne sont pas volontiers acceptés par les clubs qui ont peur des accidents chez ces personnes « à risque » ; il existe un vrai problème d’accès à l’activité physique pour ces personnes.

76Nous avons d’abord proposé des séances d’activités physiques à des lombalgiques, des obèses et des cardiaques. 3 séances sont proposées dans la semaine, plus une activité natation le dimanche matin. Notre projet a été soutenu dans le cadre du PRS et l’année dernière, nous comptions 70 inscrits à ces séances.

77Il ne doit pas y avoir de discontinuité entre la prise en charge hospitalière et l’activité en club. Le fait que le responsable des Activités Physiques Adaptés du LUC est l’enseignant d’éducation physique de mon service favorise largement les choses. Il faut aussi que les personnes ne se considèrent pas comme étant en train de se soigner quand elles sont dans le club. Nous leur demandons une cotisation, comme à tout autre membre du club. Ceci passe plus ou moins bien en fonction des pathologies, mais cela me paraît être la clé de la pérennité.

78Dans ces sports adaptés, l’idée de départ était de créer une sorte de sas, c’est-à-dire que nous remettions en activité des personnes pour faire en sorte qu’à un moment donné, elles décident de devenir indépendantes et s’inscrivent dans une section. En fait nos adhérents apprécient ce milieu semi-protégé et restent fidèles au groupe dont l’activité est adaptée à leur pathologie. Beaucoup nous sont donc fidèles depuis l’ouverture de l’activité, c’est-à-dire trois ou quatre ans. Nous n’avons pas réussi l’intégration complète en milieu ordinaire, mais l’essentiel est bien d’obtenir le maintien d’une activité physique.

79Les victimes de la sédentarité sont nombreuses. Parmi elles, les sujets présentant un handicap moteur ; c’est pourquoi nous développons actuellement une activité physique en fauteuil roulant. Enfin, nous essayons de développer un volet gériatrique, dans le cadre de la prévention des chutes.

80Nous ne pouvons pas répondre à toutes les sollicitations dans les installations sportives mises à la disposition du LUC. Nous avons ainsi passé une convention avec l’hôpital : nous mettons à leur disposition un enseignant APA pour la réalisation d’activités en piscine. C’est ainsi qu’un groupe d’aquagym pour une douzaine d’obèses s’est créé, et qu’une prise en charge pour patientes fibromyalgiques est en plein essor, puisqu’en un an nous sommes passés de 1 à trois séances (soit une trentaine d’inscrites). La psychiatrie du CHU nous loue également les services d’un éducateur sportif 2 demi-journées par semaine. La profession d’enseignant d’EPS n’est pas prévue dans la liste des professions des hôpitaux publics. Donc, quand ils ont un projet d’éducation sportive, ces établissements préfèrent s’adresser au club, avec lequel ils signent un contrat, pour la mise à disposition d’une personne qualifiée.

81Cette activité « Sport Adapté » nous a valu de faire figurer le LUC dans la Commission Santé du Quartier, d’avoir un projet inclus dans le cadre d’un programme régional de santé sur les maladies cardiovasculaires, et d’être inclus dans le réseau « obésité » du Nord-Pas de Calais.

82Je pense que nous avons obtenu cette reconnaissance parce que nous avons fait la preuve que nous étions intégrés dans un système, c’est-à-dire que le médecin nutritionniste et le cardiologue de l’hôpital partageaient nos projets et qu’une filière de maintien en activité physique était clairement établie. Pour obtenir des subventions dans ce domaine il faut respecter la représentation du problème que se font les décideurs et trouver les partenaires nécessaires.

83Le troisième champ d’activité de la commission Santé est l’Handisport. Personnellement, j’étais un peu contre cette inclusion, considérant que ces sportifs ne correspondent pas à des personnes malades, et doivent plutôt relever du secteur compétition du club. Mais comme j’ai quelques responsabilités à la fois en médecine du sport et en médecine de rééducation, et que Sylvain Paillette, président de la section Handisport, est aussi à la Commission Santé nous traitons du handisport à la Commission Santé pour éviter de multiplier les réunions.

84Voilà une présentation brève et improvisée de notre commission Santé.

Débats

Christian PELTIER

85Merci Sylvain, de ces observations et de ces expériences extraites des actions des clubs universitaires. Merci aussi au docteur Thévenon. Peut-être que des partenaires qui ont été cités par Sylvain Paillette, seraient prêts à témoigner ou à apporter effectivement leurs observations, voire leurs questions.

André RAUFAST, PRAG à l’UFR STAPS de Montpellier

86Nous avons parlé de la formation continue, puisqu’il faut donner aux clubs les moyens du savoir-faire quand on accueille différents types de handicaps, je rappelle que la loi de 1984 sur la promotion des activités physiques et sportives prévoit, dans l’article 1 et l’article 10, que toutes les formations au brevet d’État d’éducateur sportif doivent contenir une unité d’enseignement et de sensibilisation au problème du handicap. Depuis 1984, c’est rarement fait, pourquoi ?

87À l’UFR STAPS de Montpellier, nous travaillons avec le CREPS de Montpellier, par exemple, sur l’activité Judo où l’on donne des informations aux « brevets d’État » sur tous les types de handicap et notamment par exemple sur le plein emploi de leurs installations. C’est-à-dire qu’ils peuvent passer des contrats d’associations avec des établissements spécialisés pour faire venir d’abord des enfants ou adolescents handicapés et leur permettre de fréquenter un club, au moment où il n’est pas utilisé. Une fois que la préparation technique et comportementale est faite par ce biais, on peut en attirer quelques-uns le soir, avec des autres. C’est un modèle qui peut se mettre en place.

88Ce que je veux dire, c’est que l’intégration ne se décrète pas, elle se conquiert, comme la liberté d’ailleurs, et le problème est que l’on ne peut pas envoyer des personnes handicapées dans un club ordinaire sans préparation préalable, c’est-à-dire une préparation technique et comportementale. Autrement dit il faut que les gens pratiquent du sport avant. Nous ne pouvons pas les initier en même temps que les autres. Ce qui veut dire qu’une intégration peut se réussir parfois quand des enfants ou des adolescents ont de l’éducation physique et sportive adaptée dans leurs établissements. Je pense particulièrement aux déficiences comportementales et psychiques.

89Je sais, pour avoir eu des expériences sur Marseille il y a quelques années, que des intégrations n’étaient pas réussies parce que des éducateurs spécialisés arrivaient directement, et sous prétexte de valeurs humanistes, ils disaient « intégrez nos enfants »… si bien que le club devenait le service de soins et de suites de l’établissement. Il faut donc être prudent.

90A contrario, certains parents ne préviennent pas, en intégrant leurs enfants ou adolescents dans les clubs, qu’ils ont tel type de déficience métabolique, tel type de déficience comportementale, etc. C’est aussi un autre problème. Une intégration doit être pensée, doit être harmonisée, sinon on peut avoir l’effet contraire que celui qui était visé.

91Peut-être faut-il aussi préciser aux différents partenaires la légitimité de l’intégration par le sport, parce que vont être opposés tout de suite des surcoûts en accessibilité, en déplacement, en accompagnement, en encadrement supplémentaire, etc. Mais il faut faire valoir aussi l’abaissement des coûts d’un autre côté. S’il y avait par exemple des sportifs de haut niveau dans la salle, adaptés ou handisports, on pourrait les comparer à une personne handicapée sédentaire et on s’apercevrait que le sportif de haut niveau est souvent inséré professionnellement, qu’il consomme moins de médicaments et moins de soins paramédicaux.

92Autre problème à légitimer également, c’est que le sport constitue un moyen privilégié d’intégration parce que le déterminant commun de toutes les formes de handicap c’est le corps dysfonctionnant. Et le corps dysfonctionnant est aussi un corps communiquant. Les principaux obstacles dont toutes les personnes – que ce soit à l’Éducation nationale ou ailleurs – ne veulent pas parler, ce sont les barrières psychosociologiques et le problème des dysfonctionnements dans les relations qui passent par le corps. Le sport, en apprenant à chacun les mêmes codes corporels de communication, les mêmes techniques corporelles, facilite une véritable intégration. Le problème de toutes ces techniques paramédicales, c’est bien pour les soins, mais ce n’est pas bon pour l’intégration, parce que les techniques psychomotrices ou autres n’existent pas ; tandis que le sport existe partout. Il y a des relais, il y a plus de 160 000 clubs en France.

93La problématique de l’homme couché et de l’homme debout : il y a des hommes debout qui sont couchés mentalement. Par contre, certains paraplégiques sont cardiologues, insérés professionnellement.

Robert DENEL

94La réflexion est partie d’une discussion sur la santé des étudiants, et ce qui nous avait choqué c’est que les personnes handicapés physiques étaient considérées comme des étudiants en mauvaise santé. Une personne handicapé n’est pas toujours quelqu’un en mauvaise santé. Il y a une façon d’aborder l’intégration par rapport à des gens en bonne santé mais qui ont un handicap, de toute nature, et puis il y a ceux qui relèvent effectivement d’une approche en préalable médicale, c’est-à-dire que le club sportif ne peut pas, à lui seul, régler le problème ; il doit nécessairement y avoir un diagnostic, un rapport avec le corps médical ou le corps spécialisé. Je prends un exemple : est-ce que Sylvain Paillette est en mauvaise santé ? Relève-t-il des gens en mauvaise santé ? On ne peut pas classer les gens de cette manière.

Sylvain PAILLETTE

95Par rapport à la formation du brevet d’État, j’ai été intervenant sur un module en natation. Les années précédentes, il n’existait pas de formation parce que les formateurs des différents CREPS ne trouvaient pas forcément la personne ressource pour pouvoir faire une information pertinente sur le sujet. C’est de moins en moins vrai puisqu’ils font appel maintenant à certaines personnes qui sont titulaires d’un Master APA, etc., et qui peuvent, au regard de leur spécificité en APA, décliner les différentes pathologies que l’on peut rencontrer dans tel ou tel sport.

96Sur l’initiation, vous avez dit que l’on ne pouvait pas initier ensemble des personnes handicapées et des personnes valides. J’ai appris à nager avec les enfants de mon école communale. Pour certains handicaps, c’est beaucoup plus difficile à mettre en œuvre, mais il faut laisser la porte ouverte à la personne handicapée qui ne nécessite pas forcément d’adaptation majeure dans le cadre de sa pratique.

97Sur le statut du sportif de haut niveau, je pense qu’il a au moins autant de soins, notamment dans le Handisport. Si vous pouviez voir la pharmacie de certains athlètes en Handisport, sur la prévention pour éviter tel ou tel rhume, pour éviter une aggravation de leur pathologie dans le cadre de leur pratique sportive. Je pense qu’il faut également nuancer votre affirmation.

Christian PELTIER

98Je souhaiterais avoir une communication de Philippe Prigent sur les relations parents-éducateurs spécialisés dans le cadre de ce qui a été développé. Peut-être pas de la petite enfance comme elle a été développée hier, mais sur l’évolution de ces enfants de 13 à 15 ans. Ce sera un complément d’information pour illustrer le propos de ces enfants qui présentent certaines déficiences afin de voir comment cette relation parents-enfants est développée, pas nécessairement par un éducateur spécialisé.

Philippe PRIGENT, Grenoble UC

99Pour les adolescents, on part du principe que c’est assez difficile sur l’image du corps, sur beaucoup de choses. Nous avons accueilli beaucoup d’enfants trisomiques et il est vrai que l’on ne peut pas, dès le départ, insérer un enfant trisomique dans un club et lui faire faire une activité avec tout le monde parce qu’il aura des problèmes caractériels, etc. Par contre, effectivement, si on travaille dans la continuité – et là le travail se rapproche de ce que l’on peut faire avec les parents – et en dehors d’un milieu « médicalisé », cela porte ses fruits. Les parents nous confient leurs enfants et ne veulent pas forcément que des professionnels interviennent avec eux avec des grilles d’évaluation, etc. Cela doit se faire dans un cadre de loisirs, de vacances, en coupant avec le milieu qu’ils fréquentent toute l’année. Par rapport à la famille, ce qui est important est de travailler sur le long terme. La trentaine d’adolescents intégrés actuellement au GUC, ne sont pas là depuis un an mais depuis l’âge de 7-8 ans. Ils sont devenus adolescents, ils ont vu comment on fonctionnait, même si l’encadrement change et que ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui interviennent, ils connaissent la manière d’être encadrés, d’être pris en charge et ont une certaine autonomie à l’intérieur du GUC. Ils connaissent les différents repères, le fonctionnement, etc., et c’est ce qui apporte un certain réconfort à l’enfant, mais également à l’environnement familial.

100Dans les partenaires qu’a cités Sylvain, je rajouterai la famille. C’est important, il y a le bien-être, mais l’enfant est dans un environnement et, pour nous, le contact avec la famille est très important. Je ne peux pas accueillir un enfant déficient ou handicapé envoyé par une structure médicalisée, qui est amené le matin et récupéré le soir par un éducateur. Ce n’est pas possible, je dois voir les parents, discuter avec la famille, pour savoir si l’enfant dort bien, mange bien, comment il vit le séjour au GUC, surtout pour les enfants qui ne s’expriment pas verbalement.

101Pour les cas un peu plus lourds, on peut se rapprocher du secteur médical, mais nous préférons essayer de découvrir l’enfant plutôt que d’avoir une fiche remplie par un professionnel, qui nous donne un certain nombre de caractéristiques que nous avons parfois du mal à prendre en compte, et de voir comment il est intégré dans l’environnement du GUC, sachant que cela peut être très différent de l’environnement familial et de celui dans lequel il vit toute l’année, avec d’autres enfants ayant les mêmes caractéristiques.

Éric WATELAIN, Maître de conférences à l’UFR STAPS de Valenciennes

102J’interviens dans la continuité de M. André Raufast, sur l’obligation de formation aux activités physiques adaptées qui était faite également dans les textes de loi au niveau des formations en STAPS, même si, à ma connaissance, très peu de STAPS l’ont réellement mise en place.

103À Valenciennes par exemple, nous avons réussi à mettre en place un cycle de découverte des activités physiques adaptées obligatoires pour tous les étudiants, quelle que soit leur spécialité, qu’ils se destinent au professorat d’EPS, ou à la filière management, ou à la filière APA, cycle pendant lequel ils ont à la fois de la pratique physique – ils font du basket en fauteuil, ils font le tour du campus pour voir les difficultés d’accessibilité aux installations, de la natation, etc. – et un certain nombre de cours magistraux. Mais il est vrai que c’est assez difficile à mettre en place et au sein même de l’Université, nous rencontrons un certain nombre de réticences. Les instructions dans les textes législatifs existent également pour l’Université.

Sylvain PAILLETTE

104La question de la formation universitaire et l’obligation d’avoir un module dans les formations universitaires est fondamentale. Par exemple, sur les écoles d’architectes, il y a obligation d’avoir suivi un module de formation sur la construction d’équipements et leur mise en accessibilité. Ce module était au départ facultatif et il a été rendu obligatoire il y a deux ou trois ans. Nous avons, par exemple, au sein du club, une personne qui va sûrement intervenir pour essayer d’apporter une information aux sections sur la nécessaire mise en accessibilité des installations.

Christian PELTIER

105J’en profite pour vous donner une communication faite par Fabienne Bourdais, chef du Bureau de l’Animation Territoriale au ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative. Il y a effectivement au niveau du ministère une aide-conseil au montage et observations sur les projets d’accessibilité des équipements sportifs. L’architecte interlocutrice est Madame Hélène Fortin qui travaille au sein du bureau de l’équipement du Ministère sur toutes les questions d’accessibilité, auprès de laquelle vous pouvez obtenir conseils et informations pour le montage de vos dossiers. C’est un aspect fondamental.

Agnès LYLEIRE, Faculté des Sciences du Sport et de l’Éducation Physique de Lille 2

106Je voudrais renchérir sur les propos de mon collègue de Valenciennes pour dire que nous fonctionnons, maintenant, par recommandation et obligation du Ministère, non plus par petites divisions, mais sur une plus grande unité qui s’appelle « Le Master Grand Nord » pour lequel nous avons intégré dans les nouvelles maquettes de cette année universitaire 2006-2007 des informations et des pratiques en Activités Physiques Adaptées dès la première année de licence, et ce jusqu’à la décision d’orientation en troisième année.

107De plus, dans la même structure qu’est cette faculté, et pour la formation DEUST effectuée en deux ans, qui aboutit éventuellement vers une licence professionnelle, il y a également une sensibilisation et une pratique d’activités physiques adaptées. De la même façon, cela se fait dans la formation DEUST Métiers de la Cité qui se réalise par l’intermédiaire du centre de formation permanente.

108Donc, pour l’instant, nous avons réussi à inclure dans moult formations cette sensibilisation et ces pratiques d’activités physiques adaptées pour répondre également aux besoins des professionnels de terrain qui ne sont pas toujours sensibilisés.

Alain BRAUN, Paris UC

109Si les obligations, suite à la loi de 2005, risquent de mettre un certain temps à entrer dans les mœurs pour les clubs sportifs par exemple, concernant les architectes, je crois qu’un grand palier a été franchi. Aujourd’hui, pour avoir un permis de construire ou pour des travaux de forte rénovation, il y a obligatoirement la composante « accessibilité » incluse, sinon la Commission de Sécurité n’accepte pas, tout simplement, d’ouvrir l’établissement. Pour avoir achevé des travaux récemment et avoir eu la visite de la Commission de Sécurité la semaine dernière, pour une salle d’escrime, sachez qu’il y avait les pompiers, la préfecture de police et une personne handicapée spécialisée dans ces agréments. Donc, je pense que dans ce domaine, les architectes qui ne s’y sont pas encore mis ont intérêt à le faire rapidement, sinon ils auront des problèmes d’emploi.

Éric FIROUD

110Je reviens sur la partie des moyens financiers, c’est-à-dire la multiplicité des partenariats. Cela commence déjà à exister, on s’aperçoit notamment que tout ce qui concerne les problèmes d’adaptation sociale dans les quartiers, on a les programmes VVV. On retrouve le Conseil Général, la Ville et la Préfecture qui co-financent des actions. On s’aperçoit malgré tout que les orientations sont davantage politiques que sportives.

111Deuxième exemple : à Nîmes, une opération s’est montée « Nîmes, ville pilote sur la lutte contre l’obésité », tout au moins une analyse des pourcentages d’enfants atteints d’obésité. Nous avons constaté que 12 % des enfants des écoles primaires étaient concernés, ce qui représente des chiffres considérables au niveau de la métropole. Financement de l’action à 80 % par la CPAM et 20 % par la Ville. Il n’y a pas de concertation avec les associations.

112Donc, deux actions dans lesquelles le club se trouve écarté de la réflexion. Cela pose un problème et nous avons pu le voir au niveau du Conseil d’Administration de l’UNCU : nous avons des difficultés à solliciter d’autres subventions que celle du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative. Pourtant, nous avons des actions, dans le cadre de notre politique, qui pourraient intéresser les ministères de la Ville, de la Santé, de l’Intérieur, etc. Comment pouvons-nous, nous les clubs de base, relever un défi si nous avons des difficultés pour nous faire reconnaître par l’ensemble des partenaires qui, pourtant, sont des partenaires dont nous avons besoin. C’est vrai qu’il est beaucoup plus simple de s’adresser aux partenaires habituels. Comment peut-on, sur des sujets aussi sensibles et aussi transversaux, s’organiser seuls en allant chercher des financements multiples ? Si au SUN, nous avons envie de développer une action et que l’analyse nous amène à démarcher un ensemble de partenaires différents, comment peut-on être en adéquation avec la politique de l’UNCU au niveau national, par exemple ? Est-ce qu’une fédération peut soutenir ce type d’action ?

113C’est cette question qui devient d’actualité parce que, localement, on s’aperçoit qu’il existe déjà des opérations de ce type-là.

Christian PELTIER

114Il serait utile d’identifier un représentant qui serait partenaire ministériel ou interministériel ou service déconcentré de l’État. Peut-être une observation : s’agissant effectivement de ce type de programme, plan de cohésion sociale, plan de politique de la Ville, peut-être aurions-nous intérêt à nous faire connaître notamment auprès des Préfets et des Sous-préfets chargés de la politique de la ville et de son application, et notamment dans le cadre des appels à projets qui sont développés au même titre que les autres associations. Nous sommes associations sportives et il y a les autres associations – associations sociales, socioculturelles, etc. – qui se font connaître et sont amenées à répondre à ces projets. Il nous faudra effectivement faire appel en relation à ce que disait Sylvain Paillette, à savoir qu’il y a aujourd’hui certainement à rechercher des compétences, à avoir un maillage de ressources et de compétences sur un certain nombre de sujets et de domaines. Comme certains l’ont évoqué, au niveau de la LOLF, il existe un certain nombre d’objectifs qui nous permettent peut-être d’aller auprès d’autres ministères en fonction des actions que nous serions amenés à développer. Bien sûr, nous pouvons évoquer le ministère de la Santé, le ministère de l’Éducation Nationale et d’autres. Donc voilà autant de champs que nous pourrions investiguer.

Geoffrey LONGUEPEZ, Lille UC

115Concernant les moyens de financement, il faut savoir qu’au niveau de la Commission Européenne, même si officiellement le sport n’est pas reconnu en tant que tel, il existe un certain nombre de bureaux de lobbying, notamment celui du CNOSF qui a deux missions, une au niveau de la Commission Européenne et également un rôle de financement de projets qui peuvent être faits par les clubs sportifs français. Donc, j’encourage vivement tout le monde à les contacter et si certains sont intéressés, je leur fournirai les coordonnées du bureau.

Ernest GIBERT

116Sans perturber cette discussion très importante et sans chercher à faire le point, je voudrais en quelques secondes exprimer, non pas une satisfaction mais un réconfort, une perplexité nuancée d’un peu d’agacement et une véritable question.

117Pour le réconfort, je serai bref. Nous n’en avons jamais douté mais nous savons maintenant que l’avenir de l’UNCU est assuré. Il suffisait d’écouter la prestation de Sylvain Paillette et ce que je dis n’a rien à voir avec le sujet, mais avec la manière dont il a été abordé.

118Ma perplexité est liée au sujet qui nous réunit en cette fin d’après-midi, la recherche des partenariats vient, et nous sommes tous responsables, de malentendus, nous attendons trop de l’autre ; c’est parfois un frein à l’action, quand ce n’est pas un prétexte à l’action. J’ai cru comprendre, à la fois ce matin et cet après-midi, que certains s’interrogeaient sur la capacité ou la volonté du ministère de la Jeunesse et des Sports d’appliquer la loi de 2005. C’est vraiment l’exemple type d’une fausse question. Jusqu’à preuve du contraire, une loi n’est pas ratifiée par un ministère, la loi de 2005 s’applique à tous. Si des fonctionnaires décident de ne pas le faire, c’est à nous d’intervenir pour que les choses se fassent normalement.

119Sur un autre sujet, ce ne sont pas les bonnes volontés qui manquent. Lorsque l’on s’interroge sur le fait qu’il n’y a pas de formations, sous forme de module ou autre, liées au handicap dans une maquette d’enseignement, cela traduit une méconnaissance profonde du système tel qu’il est devenu depuis déjà plusieurs années. S’il n’y en a pas dans une UFR, quelle que soit sa nature, ce n’est pas la faute du ministère, mais la faute de ceux qui conçoivent les maquettes. Je voudrais rappeler que le principe du LMD, c’est que l’on propose à l’habilitation ce que l’on souhaite y mettre. Je n’ai encore jamais vu de refus d’habilitation parce qu’il y avait des enseignements, sous une forme ou sous une autre, qui étaient consacrés au handicap. Donc, pour être très clair, si les UFR STAPS souhaitent en mettre là où il n’y en a pas, cela ne dépend pas d’une entité lointaine que l’on appellerait le ministère, cela dépend d’elles-mêmes.

120Perplexité aussi, que sur un sujet comme celui-là, lorsque Christian Peltier a demandé si les partenaires souhaitaient s’exprimer, personne n’ait levé la main et, pour cause, il n’y en avait pas. Ce n’est pas une critique, ce n’est qu’un constat, c’est aussi parce que nous n’avons pas su les réunir. Cela montre bien le travail de communication, de lien qui consiste à établir entre nous – et là encore ce ne sont pas les bonnes volontés qui manquent – mais nous recherchons les uns et les autres quels sont les partenaires et quelle est la manière de pouvoir travailler ensemble. C’est indispensable. Vous avez évoqué tout à l’heure l’exemple de l’accessibilité dans les nouvelles constructions, c’est une obligation et on ne peut pas s’y soustraire. Mais il est vrai que, pour que cette obligation soit menée à bien au-delà du seul respect des textes, il faut que, dès la conception du projet, l’on puisse faire entrer dans le jeu de la réflexion les usagers ou les futurs usagers eux-mêmes. Parce que tous ceux qui ne sont pas touchés par le handicap, quelle que soit sa nature, ont souvent du mal à comprendre les obstacles qu’il conviendra de lever. Puis, à mesure que le projet se déroule, il me semble indispensable qu’il y ait, non pas un représentant institutionnel du handicap, mais que pendant toute la durée de la procédure, il soit partie prenante pour attirer l’attention là où cela ne fonctionne pas comme cela devrait.

121Quant à mon interrogation, qui est une vraie question que je me pose, et que je prends de manière très positive, nous avons eu un lieu de rencontre pendant deux jours et demi. Comment pourrait-on faire pour que celles et ceux qui sont concernés par les questions du handicap, en liaison avec le club sportif, puissent se rencontrer lorsque cela s’avère nécessaire, travailler ensemble pour que nous tissions enfin les liens indispensables, parce qu’en effet, sur ce sujet, c’est une approche pluridisciplinaire qui s’impose et c’est par des contacts démultipliés que nous pourrons faire en sorte que les hommes debout ne se conduisent pas comme s’ils étaient couchés, et que les hommes couchés puissent se conduire comme des hommes debout.

Sylvain PAILLETTE

122L’une des réponses à votre question a été la réflexion qu’a faite un inspecteur Jeunesse et Sports de la région Nord-Pas-de-Calais, en disant à la fin d’un colloque sur le handicap : « En conclusion, nous allons lancer dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines une commission régionale du handicap ». Ceci a mis quelque temps. Cette commission est enfin mise en place et va réunir une quarantaine de personnes. J’ai demandé à ce que l’on n’ait pas les prérogatives de distribuer des subventions mais que l’on réfléchisse à la manière de créer des passerelles, créer des liens, mailler des compétences, pour que l’on puisse travailler ensemble sans avoir forcément l’enjeu économique au cœur des discussions. Je pense que, localement, initier des Commissions Régionales sous l’égide par exemple de la DRDJS, où il existe maintenant un référent régional du handicap, cela lui permettra de justifier sa fonction et de faire avancer la réflexion au niveau régional.

Christian PELTIER

123Je retiendrai déjà deux points.

124Le premier est une réponse à la question posée ce matin par Éric Firoud sur le thème de la crédibilité. La crédibilité passe par le respect de la représentation des décideurs sur l’objet.

125Quant au deuxième point, c’est une notion nouvelle qui, peut-être aujourd’hui, va nous agiter, c’est la co-production, avec les partenariats, pour la réalisation de projets.

126Je mettrai un troisième point entre parenthèses, c’est l’image du secrétaire général du club qui accompagne l’expansion des structures, des activités, mais également l’expansion des licences des fédérations, puisque c’est à la fois la fédération Handisport, la fédération universitaire et autres qui sont concernées.

127Sylvain Paillette, initialement nageur, mais je l’ai vu skieur aussi performant, et maintenant l’équitation est sa nouvelle passion. Il contribue à accroître les effectifs de licenciés et il est porteur d’innovation.

Sylvain PAILLETTE

128Par rapport à ce qu’a dit André Thévenon, je voudrais préciser la place du Handisport au sein de la Commission Santé. Au départ, les activités Handisports du club étaient très peu développées et ne comptaient que quelques athlètes intégrés dans les différentes sections. Le secteur Handisport s’est surtout développé à travers le lancement de l’activité handibasket. Ce qui est intéressant, c’est que sur l’activité loisir fauteuil, la place du Handisport au sein de la Commission Santé, c’est simplement un trait d’union vers la pratique organisée en compétition, la pratique fédérale. J’ai juste cette prétention-là en étant à la Commission Santé, et en tant que président de la section Handisport, ce n’est pas imposer des choses à la section Handisport, mais simplement essayer d’attirer les gens sur la pratique compétitive fédérale, s’ils sont intéressés.

129Par rapport à la représentation de l’objet de la part du financeur, en montant quelques dossiers sur les appels à projets, notamment un dernier dossier sur la fondation Decathlon, quand on discute avec les dirigeants ou les présidents de ces différentes fondations, on s’aperçoit bien que la présentation de l’action est réellement prépondérante pour l’obtention d’une subvention. Elle est plus importante que le projet en lui-même. Si vous ne présentez pas votre projet, vous aurez un peu moins de subvention. Certains financeurs sont relativement hermétiques ou obtus par rapport au dossier de présentation, il faut donc parfois faire preuve, non pas de tricherie, mais simplement d’opportunisme en présentant les choses différemment. C’est important car nous avons eu plusieurs refus sur des dossiers.

Christian PELTIER

130Parmi les autres partenaires, il y a eu une observation pertinente de Geoffrey Longuepez, c’est précisément le cadre européen. Nous avons ici l’avantage d’avoir Walfried König avec nous, peut-être nous parlera-t-il d’abord de ce partenariat des mutuelles et également pour nous d’avoir une réponse sur l’aspect du partenariat avec le bureau européen, par rapport à ce qu’évoquait Geoffrey Longuepez.

Walfried KÖNIG

131Vous m’avez demandé de décrire à grands traits une particularité qui exerce, en Allemagne, une grande influence sur l’évolution du sport pour les personnes en situation de handicap : il s’agit de la contribution financière donnée par les assurances, les caisses et mutuelles (« Kranken, Renten und Unfallversicherungen »).

132Ce système, faisant partie de la politique sociale, est caractérisé par une concurrence entre environ 300 institutions différentes. La législation de la dernière décennie a énormément élargi les droits de la population qui peut choisir individuellement l’institution qui correspond le mieux à ses besoins personnels.

133Le parlement et le gouvernement fédéral permettent aux assurances, caisses et mutuelles de définir leurs prestations en faveur de leurs « clients » en toute liberté. En effet, l’État ne s’occupe pas des relations entre l’institution et l’individu. Cependant, les représentants de l’État connaissant les bienfaits de l’activité physique sur la santé, se sont réservés le droit de mettre en place des règlements au cas où les caisses ne pourraient pas faire le nécessaire. Nous attendons donc que les institutions concernées concluent des accords avec les organisations sportives offrant des activités adaptées.

134Il est nécessaire de différencier les accords qui ont été adaptés à partir des années soixante-dix :

  • ceux en faveur de la réhabilitation ;
  • ceux qui concernent plutôt le sport pour tous en mettant l’accent sur les aspects préventifs.

135a) Les contributions des caisses au financement des activités physiques sont allouées en faveur de personnes qui souffrent d’une maladie chronique ou menacées par tel ou tel handicap. C’est toujours le médecin qui fait le diagnostic, qui souligne la nécessité médicale, qui définit les objectifs, la fréquence et la durée des activités de réadaptation et de l’entraînement fonctionnel. En général, il s’agit de deux ou trois heures par semaine pendant 6 à 18 mois. Une prolongation est possible dans certains cas (parésie cérébrale, paralysie, amputation, traumatisme du cerveau, etc.), sans aucune limite. Le médecin peut signer une telle ordonnance également pour de nombreuses souffrances différentes (paraplégie, tétraplégie, tumeurs, maladies cérébro-vasculaires, scléroses multiples, maladie de Parkinson, dystrophie musculaire, maladies chroniques des poumons, etc.). C’est également possible pour les épileptiques, les personnes devenues aveugles (par exemple par accident), ainsi que pour celles et ceux qui ont subi un infarctus.

136Pour cette dernière catégorie de personnes, il existe en Allemagne au moins 5 000 groupes sportifs. Le sport pratiqué ne doit pas être de compétition. Sont également exclus des sports comme la boxe, la lutte, le judo, le karaté, le taekwondo, ainsi que d’autres disciplines considérées comme dangereuses. Sont préférés la gymnastique, la natation, la course, les jeux simples…

137Le financement n’a pas lieu entre la caisse et le patient, mais entre l’institution « financeur » et le club sportif qui propose l’activité. Il faut compter entre 5 et 6 euros par personne et par heure. L’offre du club doit être reconnue officiellement par l’une des organisations sportives ou médicales qui ont signé un contrat (par exemple les CROS ou les Ligues et les fédérations du sport handicapé).

138Les clubs répartissent les personnes en groupes, selon leur pathologie, soumis à la surveillance d’un médecin, qui s’exerce de manière différente, uniquement pour les patients pouvant présenter un danger immédiat (par exemple victimes d’un infarctus). Le médecin doit être présent pendant les heures d’activités physiques et les entraîneurs doivent avoir suivi une formation spécifique et adaptée, normalement offerte par le CROS ou une ligue spécialisée.

139Quelques gouvernements des « Länder » (régions) et quelques communes attribuent d’autres subventions aux clubs sportifs pour l’achat d’appareils et de matériels spécifiques comme, par exemple, un défibrillateur.

140b) De nombreux clubs proposent des activités à caractère préventif. En situation de concurrence, les assurances, caisses et mutuelles étaient prêtes à subventionner de tels clubs mais, en raison d’un trop grand nombre d’abus au cours des années 1990, le budget des caisses est devenu déficitaire et la politique a dû intervenir ces dernières années en mettant en place le « Sozialgesetzbuch », une législation précisant que les caisses, etc., ne doivent prélever qu’un tout petit pourcentage de leur budget pour les activités sportives.

141Un club qui souhaite en profiter doit fournir un certificat garantissant un certain niveau de qualité pour l’aspect spécifique de la santé. L’une des conditions à remplir par le club concerne la formation spécialisée des entraîneurs responsables des activités pour lesquelles la subvention a été demandée.

142Il n’y a aucun doute : ces accords ont joué un rôle important dans le développement du sport en Allemagne au cours des trois dernières décennies, et tous les protagonistes en bénéficient : les malades ou handicapés, les clubs, les caisses, assurances et mutuelles, l’État et la société en général.

Agnès LYLEIRE

143Pour les activités physiques dont vous parlez, qui relèvent donc d’une prescription médicale, est-ce que les entraîneurs ou les encadrants sont considérés comme des thérapeutes, comme exerçant une profession paramédicale ?

Walfried KÖNIG

144Non, ils ne sont pas reconnus en tant que tels et ne sont rien d’autre que des entraîneurs, mais ils reçoivent une formation spécifique au sein de la fédération ou de la confédération, qui coopère avec des médecins qui jouent un certain rôle dans cette formation adaptée.

145Une formation simple d’entraîneur nécessite entre 120 et 150 heures, et pour se spécialiser, il faut compter le double. Ces entraîneurs suivent donc une formation de 250 à 300 heures ; ce qui suffit pour les rendre capables de diriger les activités dans ces groupes.

146En Rhénanie Westphalie, où j’étais responsable, nous avons commencé à travailler avec les cardiaques en 1977. Jusqu’à aujourd’hui, personne n’est décédé pendant les exercices.

Sylvain PAILLETTE

147Au niveau de la Commission Santé du LUC, nous essayons de développer des actions de prévention, en relation avec des entreprises, en partant d’expériences réalisées dans le domaine du rugby. Je voudrais savoir si les mutuelles allemandes mènent aussi des actions de prévention et les subventionnent. Si oui, à quelle hauteur et est-ce le même système que celui que vous venez de décrire ?

Walfried KÖNIG

148C’est possible. Comme il y a presque 300 assurances, mutuelles et caisses différentes en Allemagne, il existe une situation concurrentielle entre elles avec des actions diversifiées. Donc, elles ont commencé, au cours des années quatre-vingt, à financer le sport de nombreux clubs. C’est devenu très cher, trop cher, et plusieurs assurances ou caisses se sont retrouvées endettées. C’est pourquoi l’État s’est occupé de ce problème et a dit que les caisses avaient la possibilité de subventionner des clubs sportifs, mais aussi des institutions culturelles et sociales de types différents, à hauteur d’un certain pourcentage de leur budget. C’est donc une partie qui appartient à leurs activités publicitaires. Elles ne pouvaient plus continuer comme elles agissaient auparavant et elles ont dû choisir le club à qui elles donnaient de l’argent.

149C’est pourquoi nous avons développé des critères, c’est de nouveau une action faite en commun par la confédération du sport et l’ensemble des caisses et assurances. Ces critères doivent être remplis pour obtenir un certificat, une qualification. Un club qui remplit ces critères a la chance d’avoir une subvention du partenaire en question, aussi pour des activités de prévention. Mais c’est tout à fait différent de ce que j’ai d’abord présenté.

Christian PELTIER

150Nous souhaitons effectivement que ces partenariats qui ont été évoqués puissent se développer, et peut-être que parmi des partenaires absents, outre les mutuelles et les fabriquants de matériel, on peut regretter l’absence des médias. Gageons que ceux-ci sauront diffuser nos travaux, nos propositions et la problématique posée par les clubs universitaires, lors de leur 24ème Université Sportive d’Été.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search