Version classiqueVersion mobile

Handicaps, Sport, Intégration

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 2. « Concevoir une philosophie concrète de l’intégration par l’expérience de la vie sportive associative »

Jacques Blociszewski

Texte intégral

Présentation, par Jacques BLOCISZEWSKI
Chercheur en sciences de l’information et de la communication

1Nous voici réunis pour la seconde séquence de l’Université Sportive d’Été. Il s’agit de concevoir une philosophie concrète de l’intégration par l’expérience de la vie sportive associative. L’idée défendue ici est que l’expérience associative, par-delà l’acquisition d’une technique sportive, ouvre la personne handicapée à une vie sociale et collective. Il n’est pas question de se limiter a priori aux sportifs et sportives engagés dans la compétition. S’il s’agit de favoriser l’accueil, l’animation et l’éducation sportive de tous – les handicapés d’une façon générale –, cette ouverture n’est pas, ou ne sera pas sans incidence sur le fonctionnement du club, de ses sections et des groupes (et classes d’âge) constitués autour des spécialités sportives.

2Je vais relire les quelques interrogations qui accompagnent la présentation du thème dans le programme de l’USE.

3Sachant que la compétition et la performance sont des critères majeurs pris en considération (avec leurs corollaires que sont la sélection des meilleurs, la hiérarchisation des priorités, l’efficacité), comment concevoir – ou réaffirmer – une philosophie sportive qui ne soit pas source de tensions, de déséquilibres ou de rejets ? Quelle conception de la cohésion sociale et de la solidarité faut-il privilégier ? Comment maîtriser la complexité qui accompagne cette innovation (ex : l’agencement des temps et des espaces d’activités) ? Quelles possibilités de mixité dans les pratiques sportives, APSA et/ou pratique compétitive ? Quelle qualité de vie collective au sein du club ? Quels sont les atouts du club omnisports ? Quelle place accorder à la formation des bénévoles et à leur accompagnement dans la prise de responsabilité ? Quelle latitude d’innovation en fonction des caractéristiques propres à chaque club ? Quel recours possible, dans la proximité, à des institutions-ressources (ex. implication de stagiaires étudiants en APA Licence, Masters formés dans les Facultés des sciences du sport, relation avec un CHU, lien avec un Conseil communal de prévention, etc.) ?

4Espérons qu’à la fin de la matinée nous serons mieux armés pour aborder l’étape suivante qui sera consacrée aux partenariats à mettre en place.

5Dans l’immédiat, comment vont s’organiser nos travaux ?

6Dans un premier temps, je donnerai la parole à Jean-Paul Schneider qui doit nous proposer une synthèse de la session d’hier après-midi.

7Ensuite nous entendrons Anne Marcellini, maître de conférences à l’Université de Montpellier, qui est une spécialiste des publics qui relèvent, dans les départements des STAPS, de la filière Activités Physiques et Sportives Adaptées (APSA). Elle a beaucoup publié dans ce domaine et je crois savoir que la Faculté des Sports de Montpellier a été pionnière dans le secteur du handicap et de l’intégration sociale des personnes handicapées par les activités physiques et sportives.

Synthèse des travaux de la veille (après-midi), par Jean-Paul SCHNEIDER
Administrateur de l’UNCU

8La séance d’hier matin avait été consacrée à une analyse philosophique des réponses apportées au handicap par la collectivité d’une part, par l’individu handicapé d’autre part. La réflexion, aussi bien à travers les propos de Denis Poizat qu’à travers le témoignage de Cyril Moré, y avait tourné, pour l’essentiel, autour des questions de morale. L’approche du docteur Allemandou, l’après-midi, fut plus diachronique mais aussi plus technique et susceptible de soulever plus directement les questions concrètes de l’accueil des handicapés par les clubs sportifs.

Rappels historiques

9Le conférencier a commencé son exposé par des remarques sur l’histoire du traitement du handicap. Il a distingué six périodes principales.

10- la première, qui va jusqu’à la fin du 18ème siècle, voit l’intérêt se porter sur les sourds-muets et les aveugles, de Péreire à Haüy en passant par l’abbé de l’Epée ou l’abbé Sicard.

[Il convient de rappeler qu’à cette époque, sous l’influence de Locke et de Condillac, se développe la théorie du sensualisme qui subordonne la pensée aux sensations, l’idée majeure étant qu’un sens en plus ou en moins serait susceptible de modifier notre intelligence du monde. Or, pour la théologie traditionnelle, l’une des principales preuves de l’existence de Dieu résidait dans les beautés de la nature. On comprend dès lors que sourds et aveugles représentaient un enjeu de taille dans le débat qui opposait théologiens et philosophes, entre par exemple Le Spectacle de la nature de l’abbé Pluche et la Lettre sur les aveugles de Diderot. On comprend aussi pourquoi les méthodes de « rééducation » mises au point à ce moment-là, cherchaient en priorité à compenser la déficience d’un sens par l’utilisation d’un autre, l’ouïe par la vue dans le langage des signes ou la vue par le toucher dans l’écriture avec des caractères en relief.]

11- la seconde période (1790-1880) reste marquée, en ce qui concerne les mentalités, par quelques-uns des changements amorcés lors de la période précédente.

[On assiste en effet, dans les deux derniers tiers du 18ème siècle, à une évolution lente mais nette dans l’attitude face à l’enfant, mieux accueilli, mieux soigné, et mieux compris dans son originalité. L’une des grandes nouveautés de l’Emile de Rousseau (1761), consiste par exemple dans le fait de demander que l’éducation de l’enfant soit adaptée aux étapes de son développement. Parallèlement la médecine commence à bouger. On note, par exemple la violente polémique qui oppose vers le milieu du siècle tenants et opposants de l’« inoculation », notre vaccination moderne, ou les progrès sensibles accomplis dans les domaines de l’hygiène ou de l’obstétrique]

12L’enfant reste donc, dans cette seconde période, au centre des préoccupations sur le handicap. Mais les actions d’un Itard ou d’un Seguin prennent une dimension médico-pédagogique tout à fait nouvelle par rapport à l’« éducation spéciale » qui avait marqué la période précédente.

13- la troisième période correspond en gros aux débuts de la 3ème République (1880-1918).

14L’événement le plus important pour la question qui nous occupe est évidemment l’institution de l’école publique obligatoire qui très vite pose le problème de l’éducabilité de certains enfants inadaptés, de leur repérage dans les écoles, de leur suivi dans des classes de perfectionnement, opérations auxquelles restent attachés les noms de Binet, de Simon, de Régis.

15- la quatrième période (1918-1939) marque un tournant important dans le traitement du handicap par la collectivité. A partir de 1914-1918 en effet le traumatisme d’une guerre particulièrement meurtrière s’inscrit dans les mentalités. Des dizaines de milliers de jeunes adultes rentrent du front, estropiés, malades, ou rendus fous par des mois voire des années passées dans des conditions épouvantables face à une mort omniprésente. Au contact de cette multitude d’infirmes se développe dans la société le sentiment d’une dette de la nation à leur égard. On cherche donc à déterminer pour chacun la nature et le degré de l’invalidité et à réparer le préjudice subi par l’offre d’un reclassement professionnel approprié. C’est la première fois qu’apparaît l’idée d’un devoir de réinsertion qui incombe à la collectivité.

16- la cinquième période (1945-1975) couvre les années de reconstruction puis de vive expansion qui suivirent la fin de la seconde guerre mondiale. L’individu y est naturellement classé en fonction de sa faculté ou de son incapacité à s’adapter à une société en plein essor. Et du coup s’impose, notamment à la suite des travaux de Lagache, le terme d’« inadapté » pour désigner le handicapé, défini dorénavant en prenant en compte l’interrelation dynamique du sujet à son environnement.

17- la sixième et dernière période s’ouvre à partir de 1975 avec la loi de la même année : les difficultés grandissantes nées de l’exclusion sociale imposent au législateur la nécessité de reconnaître et de circonscrire dans les textes droits et devoirs de la société à l’égard des jeunes. On quitte désormais nettement le plan médical pour le plan social et politique.

18Quelles conclusions dégager de cette fresque historique ?

19Jusqu’au 18ème siècle l’appréhension du handicap a une dimension ontologique et un enjeu théologique. Au 19ème siècle on passe à une approche médico-pédagogique. Ce n’est que depuis le traumatisme de la première guerre mondiale que prend de plus en plus d’importance, sur différents modes, l’inscription du handicap dans un contexte social, voire politique. La définition de la déficience, la réflexion sur ses conséquences et sur les réponses à apporter par la collectivité sont étroitement tributaires de l’histoire des sociétés et de l’évolution des mentalités. Il sera important de se souvenir dans la suite des débats que les actions en faveur du handicap répondent toujours à des exigences de l’environnement culturel, social, économique, politique…, et qu’elles prennent les formes aptes à y répondre. Il faudra tenir compte de cette correspondance dans notre analyse et dans nos propositions d’actions.

Situation actuelle

20Evoquant ensuite le contexte contemporain, le docteur Allemandou a rappelé qu’à son sens l’inadaptation de l’enfant ou de l’adolescent peut être considérée aujourd’hui comme l’écart par rapport à quatre normes principales, écart que cherchent à réduire quatre institutions spécialisées :

  • l’écart par rapport à la norme familiale étant pris en charge par les Services d’aide sociale à l’enfance ;
  • l’écart par rapport à la norme juridique par la Justice pour enfants ;
  • l’écart par rapport à la norme scolaire ou psychique par la Filière médico-sociale ;
  • l’écart par rapport à la norme psychiatrique par la Psychiatrie juvénile.

21Le handicapé aujourd’hui se définit comme le porteur d’une déficience, en mal de faire valoir ses droits, laquelle déficience est considérée comme le résultat d’une interaction entre un problème personnel et l’environnement.

22Or c’est là qu’on se rend compte que si les pouvoirs publics font actuellement beaucoup pour les déficients moteurs, les déficients mentaux, pourtant sensiblement plus nombreux, sont l’objet de beaucoup moins de sollicitude. Effet de l’état actuel des mentalités ? Résultat d’un héritage de l’histoire ? En tout cas le phénomène peut apparaître comme l’effet d’un cloisonnement de l’institution et d’une parcellisation des actions aux conséquences parfois dramatiques.

Conclusions

23Le docteur Allemandou a terminé son exposé par l’évocation de deux expériences sportives qui ont manqué leur objectif (expérience d’équitation avec une jeune fille autiste, de canyoning avec un groupe de déficients mentaux) et par l’énoncé de quatre conclusions qu’il propose d’en tirer :

  • Une tentative d’améliorer un état de déficience peut se solder par un échec mais avoir en revanche un effet très positif sur l’environnement (le regard de la jeune autiste n’a pas été changé, mais, chez tous ceux qui l’ont accompagnée, le regard sur elle a été profondément modifié). L’action sur le handicap est toujours, par récurrence, aussi une action sur son environnement.
  • Chaque cas de déficience est unique par sa nature, son histoire et ses résonances. Chaque action d’accompagnement doit donc être soigneusement individualisée, ce que le club sportif ne semble pas en mesure de faire avec les moyens qui lui sont propres.
  • Le sport n’est pas une thérapeutique. Il peut être, le cas échéant, une activité parmi d’autres qui s’inscrivent toutes dans un même projet médico-psychologique adapté à l’individu. Dans le cas d’un handicapé, l’activité sportive ne peut être conçue que comme la suite du travail d’une équipe pluridisciplinaire médico-pédagogique.
  • L’exclusion ne peut pas être considérée comme un handicap, ou alors, à la rigueur comme un handicap social. Il s’agit là en fait d’un problème tout à fait distinct de ceux qu’on vient d’aborder. Aussi requiert-il des solutions tout à fait différentes.

Discussion

24Les interventions qui ont suivi l’exposé du docteur Allemandou ont porté sur l’action concrète des clubs. On a rappelé ainsi que l’accueil de l’enfant handicapé dans les CLSH pouvait se concevoir au service de deux objectifs distincts. Comme élément d’une thérapeutique, il devait nécessairement se faire selon les modalités arrêtées par une équipe médico-pédagogique. Mais il pouvait se concevoir aussi comme une simple initiation à un mieux-être et, comme tel, requérir moins de compétences diverses.

25Ont été soulignées aussi les formes très variées que pouvait prendre le handicap concernant la santé (diabète, obésité, voire vieillissement). Le club sportif, s’il possède un Centre médico-sportif, peut très bien répondre aux besoins de ces catégories de personnes.

26Une fois de plus a été souligné l’effet néfaste du cloisonnement de l’institution, et la difficulté de faire entrer la transversalité dans les mœurs politiques.

27Enfin a été posé le problème de la nature des différentes actions en faveur des handicapés. Il s’agit presque toujours d’actions ponctuelles aidées au coup par coup par des subventions éphémères. Mais comment réussir à les pérenniser ? A été proposé l’envoi d’une pétition de l’Université Sportive d’Eté de Nîmes aux pouvoirs publics : constatant qu’ils reconnaissent unanimement le rôle éminent des clubs sportifs au service de la cohésion sociale et de l’adhésion de tous à une collectivité solidaire, elle pourrait leur demander en conséquence de prendre un engagement d’aide durable afin que l’action de ces clubs ne soit pas condamnée à une fragilité toujours menacée.

28La richesse de l’exposé initial et des débats qui ont suivi ont clairement montré la passion qui sous-tend l’engagement des clubs représentés. Elle a permis aussi d’esquisser des pistes que l’Université Sportive d’Eté aura la charge maintenant d’explorer et peut-être d’exploiter.

Conférence de Anne MARCELLINI
Maître de conférences à l’Université Montpellier 1 (Jeune Equipe 2416)

Éléments d’analyse sur l’accueil des personnes présentant des déficiences dans les clubs sportifs en france

L’intégration des personnes présentant des déficiences dans les clubs sportifs : un projet déjà ancien, mais quels résultats ?

29Le seul fait que cette question ait été retenue, en 2006, comme thème de l’Université d’Été de l’Union Nationale des Clubs Universitaires peut être considéré, en soi, comme un indicateur très intéressant du processus dont je dois vous parler aujourd’hui : le processus d’intégration des personnes présentant des déficiences dans le monde sportif, et plus précisément dans les clubs sportifs.

  • 1 Loi no 75-534 du 30 juin 1975

30En effet, le projet politique et les discours sur l’intégration sportive des personnes présentant des déficiences ne sont pas nouveaux. En France, c’est il y a plus de 30 ans maintenant, que le pays s’est doté d’une loi d’orientation en faveur des personnes handicapées1, législation affirmant que « l’intégration sociale et l’accès aux sports et aux loisirs du mineur et de l’adulte handicapés physiques, sensoriels ou mentaux constituent une obligation nationale ».

  • 2 Loi no 2005-102 du 11 février 2005

31La promulgation en 2005 de la nouvelle loi dite « Loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées »2, rénovant celle de 1975, marque un nouveau temps dans les réflexions et les choix politiques relatifs à la place des personnes handicapées dans notre société.

32De ce fait, tenter de répondre aujourd’hui à la question qui m’a été posée : « Dans quelle mesure le club est-il un support privilégié d’intégration sociale par le sport ? », nécessite de rendre compte, même si c’est à grands traits, de ce qui s’est passé, pendant ces 30 années, à propos des relations entre monde sportif et handicap. En effet, il convient de rappeler que, d’une manière générale, l’accès à la pratique sportive des personnes présentant des déficiences s’est fait dans un premier temps essentiellement par le biais de l’éducation physique et sportive adaptée développée au sein des institutions médicales, médico-sociales et médico-éducatives, et dans des clubs spécialisés pour les personnes présentant des déficiences, regroupés dans des fédérations sportives spécifiques, qui se sont créées au cours du 20ème siècle et avant la loi de 1975.

33On le comprend donc aisément, l’accès à la pratique sportive pour les personnes présentant des déficiences, s’est fait, dans un premier temps, de façon séparée, dans une forme de ségrégation par rapport aux autres pratiquants sportifs, et dans une quasi-invisibilité pour la population. Leur pratique sportive, et a fortiori leur accueil dans des clubs sportifs ordinaires n’était pas envisageable, ni même d’ailleurs envisagé.

34Ce dont il faut alors prendre la mesure aujourd’hui, c’est de l’immensité du chemin qui a été parcouru en 30 ans, à la fois dans les institutions, les organisations sociales, dans les représentations individuelles et collectives et dans le monde sportif en particulier. Et ce que je voudrais montrer ici, c’est les dynamiques au travers desquelles on peut comprendre le passage de cette invisibilité/absence du handicap dans le monde sportif à la situation actuelle, dont le thème retenu pour cette USE est symptomatique.

  • 3 Initialement créée en 1963 sous l’appellation Fédération Française des Sports pour Handicapés Phys (...)
  • 4 Initialement créée en 1971 sous l’appellation Fédération Française des Sports pour Handicapés Ment (...)
  • 5 Initialement créée en 1910 sous l’appellation France Sportive des Sourds Muets.

35Les fédérations sportives actuellement agréées pour l’organisation et le développement des pratiques sportives pour les personnes présentant des déficiences, en France, sont au nombre de trois : la Fédération Française Handisport3, la Fédération Française du Sport Adapté4, la Fédération Sportive de Sourds de France5. Leur reconnaissance institutionnelle (Ministère des Sports, CNOSF) est le repère historique de la première acceptation, par le monde sportif, de la possibilité et de l’existence d’une pratique sportive pour des personnes présentant des déficiences. Elle signe en quelque sorte le premier niveau d’intégration des personnes handicapées dans le monde sportif : l’intégration institutionnelle dans un espace délimité.

  • 6 On utilise ce terme « ordinaire » en opposition à l’adjectif « spécialisé », qui dans le monde du (...)

36Progressivement, et en particulier depuis les années 1980, un mouvement d’exploration de l’association sportive dite « ordinaire »6, comme espace possible d’intégration sociale des personnes présentant des déficiences, s’est mis en place, mouvement dans lequel les fédérations sportives spécialisées ont pris une place importante.

37Différents travaux scientifiques ont porté sur cette question de l’intégration des personnes présentant des déficiences dans les clubs sportifs ordinaires, en particulier à partir des années 1990 (Commission « Études et Recherches » de la FFSA – Programme de recherche 2004-2005, Marcellini A., 1991 ; Génolini J.P., 1995). Nous disposons donc déjà de certaines données sur les 25 dernières années qui nous donnent des repères.

38Une enquête par questionnaires développée par la FFSA en 2004-2005, et dont l’exploitation approfondie est actuellement en cours permettra de montrer et d’expliquer comment fonctionne aujourd’hui l’intégration dans les clubs sportifs des personnes avec déficience. Est-elle plus importante qu’auparavant ? Peut-on dire qu’elle fonctionne et peut durer dans le temps ? Est-ce que l’intégration en club sportif est plus ou moins facile selon le type de déficience ? Et si l’intégration dans les clubs ordinaires marche bien, cela signifie-t-il que les fédérations sportives spécialisées n’auront bientôt plus de licenciés, ce qui est un espoir pour certains, une crainte pour d’autres ?

39Je présenterai ici quelques résultats de cette enquête, et en particulier de l’enquête qualitative par étude de cas, menée de façon complémentaire avec l’enquête nationale par questionnaire.

Quelques repères sur la pratique sportive des personnes handicapées

40En ce qui concerne la pratique sportive des personnes présentant des déficiences, on sait que cette population a aujourd’hui un accès effectif à cette pratique sociale qu’est le sport, puisque environ un tiers des personnes de 5 à 74 ans déclarant une déficience, a une pratique sportive régulière (32,8 % pour ceux qui vivent en institution spécialisée, 36,2 % pour ceux qui vivent à domicile, contre 47 % pour la population française du même âge ; cf. Marcellini A., Banens M. et al., 2003).

  • 7 Il convient de rappeler ici que dans l’enquête HID de l’Insee à laquelle nous faisons ici référenc (...)

41Parmi ces personnes déficientes et sportives, et qui vivent à domicile, presque la moitié (46 %) pratiquent leur sport dans une association sportive ordinaire, ce qui correspond à un effectif d’environ 3 millions de personnes de 5 à 74 ans7. Pour ceux qui vivent en institution spécialisée, c’est seulement 14,3 % des sportifs qui pratiquent dans un club sportif ordinaire (op. cit.).

42On le voit donc, le phénomène de la pratique sportive des personnes présentant des déficiences dans les clubs sportifs ordinaires est une réalité effective en 2005, et le résultat d’un long processus de mise en relation progressive du monde du handicap avec le monde sportif.

L’enquête nationale « clubs » par questionnaires du programme de recherche de la ffsa – 2004-2005

43Cette enquête est la première enquête nationale et de grande envergure qui s’intéresse aux clubs sportifs ordinaires dans leurs rapports avec les personnes handicapées. Elle touche 1 062 clubs sportifs regroupant 204 466 adhérents. Ce qui nous importe ici, dans un premier temps, c’est que 30 % des clubs répondant accueillent au moment de l’enquête des personnes présentant des déficiences et que parmi ceux-ci, plus de 90 % se déclarent plutôt satisfaits ou très satisfaits de l’intégration de personnes déficientes en leur sein. Ces données quantitatives confirment la massification de la pratique sportive associative intégrée des personnes handicapées, en soulignant la réussite au moins subjective (satisfaction des clubs) de celle-ci.

44On peut relier ce premier résultat avec ceux d’une étude locale, réalisée en 1995 sur l’agglomération de Lille et qui a touché environ 70 clubs sportifs sur cette zone géographique (Génolini J. P., 1995). L’enquête faisait apparaître que sur 66 clubs, 35 déclaraient avoir fait des démarches pour accueillir des personnes handicapées ou avoir été sollicités pour réaliser une intégration. En 1995 donc, déjà plus de 50 % des clubs ayant répondu à cette enquête locale étaient directement sensibilisés à la question de l’accueil de personnes handicapées en leur sein.

45Face à ces résultats quantitatifs, une enquête qualitative permet de s’approcher au plus près des clubs pour pouvoir rendre compte, grâce à des études de cas, des réalités contemporaines de l’accueil des personnes handicapées en club sportif ordinaire dans toute leur complexité et leur diversité.

L’enquête qualitative : 11 études de cas de clubs sportifs

46Pour mener ce travail qualitatif, nous avons choisi d’analyser le plus précisément possible la relation existant entre chaque club sportif étudié et le « monde du handicap ». Pour cela nous avons retenu différents indicateurs permettant de qualifier cette relation : l’origine de la relation (d’où vient la première demande ?), l’ancienneté de cette relation, sa fréquence, sa forme, les acteurs clés qui l’on mise en place et ceux qui en assurent la pérennité, les ajustements mis en place à l’occasion de cette relation, et le niveau de réciprocité de ceux-ci (de la part de la personne handicapée, de la part du club), la formalisation et l’officialisation de cette relation, puis enfin la satisfaction à l’égard de cette relation.

47Nous avons pu étudier 11 clubs sportifs, accueillant des personnes présentant des déficiences soit intellectuelle, soit motrice, soit sensorielle, et spécialisés dans 5 sports différents : la voile, le rugby, le tennis de table, le judo et le basket-ball.

Le « demandeur » et la demande

48Les résultats montrent que les situations d’accueil de personnes handicapées s’originent toujours dans une première demande qui vient du « monde du handicap » (la personne déficiente elle-même, une institution spécialisée, les parents d’un jeune déficient, etc.), et que ces demandes semblent s’être particulièrement multipliées depuis les années 1990. En effet, la plupart des clubs anciens ne mentionnent pas de sollicitations avant cette période.

Fréquence et forme de la relation

49Dans les différents clubs étudiés, la pratique sportive proposée aux personnes handicapées est très majoritairement « mixte », c’est-à-dire pratiquée dans des groupes comprenant des personnes valides et une ou plusieurs personnes handicapées. Cette pratique peut être régulière ou ponctuelle (comme par exemple sous la forme de stages, particulièrement en voile), et celle-ci peut être une pratique de loisir ou compétitive.

Les acteurs clés

50Dans les situations singulières étudiées, on doit souligner l’importance des réseaux familiaux dans la mise en place et l’engagement du club à l’accueil de personnes handicapées : que la personne déficiente soit l’enfant ou encore le frère ou la sœur d’un adhérent du club mobilise souvent l’association à donner une réponse positive à la demande et à trouver les moyens de le faire. Par ailleurs, les professionnels des institutions spécialisées (professeurs en APA, éducateurs sportifs, éducateurs spécialisés) sont dans certains clubs très présents, en particulier lorsqu’un projet d’intégration préalable a été construit et discuté avec le club, et qu’ils jouent alors le rôle d’accompagnateur à l’intégration. Une dernière catégorie d’acteurs clés émerge de nos données de terrain : c’est celle des acteurs des associations et fédérations sportives de personnes handicapées (FFSA et Handisport). Leur place est variable selon les situations étudiées, mais que ce soit par le biais du montage de « sections Handisport » dans des clubs pour valides, ou de créations de clubs volontairement « mixtes » dès le départ, ou par l’attribution de « labels », leur présence récurrente souligne leur fonction clé dans le développement et la pérennisation de la pratique sportive des personnes handicapées dans les clubs ordinaires.

Les ajustements dans la relation entre le club et la (les) personne(s) handicapée(s)

51On peut distinguer dans les situations observées et analysées deux grands types de fonctionnement de la relation entre le club et la (les) personne(s) handicapée(s) : l’un dénommé ici « la relation bienveillante », et l’autre que nous appellerons « la relation de spécialisation »

521) La « relation bienveillante » est une relation sans ajustement « majeur » de la part du club. Certes on y trouve toujours des ajustements humains de la part des intervenants et des autres adhérents (aide spontanée, adaptations des tâches, etc.), mais ceux-ci se font de façon informelle, ils ne sont pas calculés, ni anticipés, ni programmés a priori. Ce type de lien a été observé en particulier lorsque les situations de handicap sont très faibles dans la tâche sportive considérée (par exemple un amputé d’un bras dans un club de tennis de table), lorsque le club et la personne sont animés par une forte volonté d’assimilation (logique d’identité avec les autres, « comme tout le monde »), et lorsqu’un lien familial existe entre un ou des adhérents du club et la personne présentant une déficience.

532) La « relation de spécialisation » se caractérise, elle a contrario par la mise en place d’ajustements majeurs de la part des clubs, qui vont alors valoriser la présence de personnes handicapées en leur sein, jusqu’à considérer cet accueil comme une dimension de l’identité de leur club. On trouve alors dans ces clubs la réalisation d’adaptations matérielles correspondant aux besoins des personnes accueillies, adaptations qui représentent un investissement financier spécifique. Le plus souvent, ces clubs vont formaliser des liens avec le monde du handicap en signant des conventions, des protocoles d’accord, etc. (avec les fédérations sportives spécialisées, avec les institutions spécialisées, ou encore en s’engageant dans des actions officielles comme des programmes ou des concours, etc.). Ce sont des clubs qui s’investissent dans les réseaux « handicap » et les projets des institutions spécialisées locales. Ils ont des intervenants sportifs spécialisés pour l’intervention auprès de personnes handicapées (BEES Sport Adapté ou Handisport, ou Certificat de Qualification Handicap), ou bien envisagent de les former dans ce sens. Ils n’hésitent pas à afficher dans leurs supports de communication (plaquettes, tracts, sites internet, etc.) leur capacité d’accueil des personnes avec déficiences, et mettent en avant « leurs » athlètes handicapés compétiteurs et leurs palmarès, qu’il soit réalisé dans le système compétitif réservé aux personnes handicapées, ou non.

Un mouvement d’ouverture des clubs sportifs ordinaires qui produit des réalités de pratique sportive diversifiées

54Les premières analyses de cette étude montrent donc qu’au-delà d’un mouvement global d’ouverture des clubs sportifs ordinaires aux personnes handicapées, différentes façons de faire sont observables, chacune créant une réalité singulière de l’intégration, une forme de lien particulière entre la personne handicapée et les autres. Sans pouvoir conclure ici sur la plus ou moins grande « qualité » de l’intégration dans les différentes façons de faire observées, il faut souligner que ce mouvement d’ouverture des clubs à ce public particulier n’est peut-être qu’un prolongement naturel d’une ouverture progressive des clubs sportifs à différents publics qui en étaient préalablement exclus (les femmes, les jeunes enfants, les seniors, les non-compétiteurs, etc.). Cet élargissement du public des clubs sportifs, qui s’est accéléré pendant la seconde moitié du xxe siècle, renvoie bien sûr à l’appropriation par les clubs sportifs des idées d’un « sport pour tous » dans lequel les personnes présentant des déficiences trouvent plus facilement leur place. Il convient également de souligner la dimension économique du développement de ce « sport pour tous » pour les clubs sportifs, qui « gagnent » à cette occasion de nouveaux adhérents. Et l’on devra se pencher, en collaboration avec des spécialistes sur l’étude de la dimension économique de cette relation entre club sportif et personne handicapées. Y a-t-il des apports financiers directs pour le club, générés par la présence de personnes présentant des déficiences ? Dans le contexte de professionnalisation de l’emploi sportif, le public des personnes handicapées permet-il de créer ou de soutenir des emplois ? Quels sont les effets indirects du positionnement symbolique d’un club comme « accueillant des personnes handicapées » ? Cela lui permet-il d’attirer vers lui d’autres publics qui se sentent « en situation de handicap » dans les clubs (comme les personnes obèses par exemple), ou au contraire cela peut-il éloigner d’autres types d’adhérents ?

55Pour conclure, on peut dire qu’une dynamique effective de transformation des clubs sportifs ordinaires à l’égard de l’accueil des personnes handicapées est aujourd’hui observable. La présence des personnes handicapées dans ces clubs est générée par une demande initiale venant du monde du handicap, mais cette présence ensuite produit toujours des adaptations, des ajustements matériels et humains, des innovations pédagogiques. Ce que l’on comprend aussi, par ces études de cas, c’est que chaque expérience, chaque accueil satisfaisant d’une personne handicapée dans un club produit en ricochet une plus grande participation ultérieure de personnes handicapées dans ces clubs-là, par réduction des obstacles environnementaux. On pourrait dire que chaque accueil d’une personne handicapée dans un club sportif augmente « l’accessibilité » de ce club (accessibilité humaine ou administrative ou matérielle ou architecturale), ce qui produit alors une attraction vers le club d’autres personnes handicapées.

56Le terrain nous montre aujourd’hui qu’il ne faut plus opposer ou hiérarchiser intégration individuelle et collective, ni penser comme exclusives l’une de l’autre ou opposer la pratique en club ordinaire ou spécialisé, les deux coexistant souvent, les compétiteurs ayant souvent deux affiliations fédérales. Peut-être voyons-nous naître en ce moment, avec ces clubs qui entrent dans une relation de spécialisation avec le monde du handicap, de nouveaux espaces associatifs, dans lesquels la reconnaissance et la prise en compte des différences de capacités peuvent se conjuguer avec la diversité, le mélange et la rencontre.

57Les clubs sportifs universitaires ont aujourd’hui un rôle très important à jouer en direction des jeunes en situation de handicap, qui de plus en plus souvent seront scolarisés en milieu ordinaire de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur, et devraient pouvoir pratiquer des activités sportives et s’entraîner avec les autres au quotidien. La réflexion qu’ils engagent aujourd’hui, dans cette USE de 2006, est le signe indéniable d’une volonté d’ouverture et d’action qu’il convient de souligner.

Débats

Jacques BLOCISZEWSKI

58Remercions Anne Marcellini pour son exposé. Le thème abordé dans cette session est à la fois complexe et d’une importance incontournable. Qui souhaite intervenir ?

Steve MASSELIN, Président du club de football AS VAUBAN

59Je suis Président d’un club de football dirigé par des personnes handicapées et les joueurs sont tous valides. Nous jouons tous les dimanches au niveau départemental. Je ne suis plus au Handisport parce que c’est de la ségrégation. Les clubs Handisports sont tous avec des personnes handicapées et aucun valide. J’ai souhaité une autre ouverture sur le monde du sport, parce que je considère que la personne handicapée a le droit et le devoir de s’impliquer dans une structure normale. C’est pourquoi nous avons décidé de monter ce club pour montrer que nous étions capables de nous débrouiller par nous-mêmes et pour que les uns et les autres aient un autre regard sur nous et sur la façon dont on peut gérer notre club.

60(…) Parce que le monde handisport, aujourd’hui, met des structures à disposition mais pas de moyens de transport. Quand nous devons nous déplacer pour une compétition à Angers, Rouen ou Montpellier, nous sommes obligés d’utiliser nos propres véhicules. En payant une licence, nous avons le droit de bénéficier des transports aménagés. C’est pour cette raison que j’ai quitté le monde Handisport, et je suis très content d’avoir monté ce club de foot. Je prouve tous les dimanches qu’une personne handicapée peut pratiquer son sport honorablement et nous représentons bien le département du Gard.

Alain BRAUN, Paris Université Club

61Est-ce que vous avez une notion du niveau de conscience des fédérations Handisport sport adapté dans leur évolution actuelle, c’est-à-dire leur succès devant entraîner leur disparition ? Je m’adresse à Anne Marcellini.

Anne MARCELLINI

62Il y a plusieurs réponses.

63La première, c’est que la fédération du sport adapté, qui a en charge les personnes présentant des déficiences intellectuelles ou des troubles psychiques, est une fédération totalement différente de Handisport dans le sens où c’est une structure qui est une « organisation pour autrui », comme disent les sociologues ; c’est dire que les gens qui dirigent cette structure ne sont pas les bénéficiaires de l’activité. Tandis qu’à Handisport, la grande majorité des gestionnaires et élus organisent des activités pour des personnes qui ont les mêmes difficultés qu’eux.

64Donc, dans un cas, la fédération française du Sport Adapté, structure qui est une organisation pour autrui ; et dans l’autre cas une auto-organisation.

65La Fédération Française du Sport Adapté, montée historiquement par des professeurs d’éducation physique et par des parents d’enfants handicapés mentaux, est une structure qui, dès le début, avait un discours idéologique très fort, dans lequel il était dit explicitement que « l’enjeu ou l’objectif de la fédération était son propre suicide ». C’est-à-dire que dans les années soixante-dix, un des éminents fondateurs de la fédération, qui vient d’arriver dans la salle, André Raufast, cette fédération avait pour ambition de disparaître. L’enjeu du projet était de rendre accessible le monde sportif aux personnes qui présentaient des déficiences intellectuelles, et dès lors que cette accessibilité aurait été construite socialement et serait avérée effective, la fédération devait disparaître.

66Entre les années soixante-dix et aujourd’hui, il s’est produit un processus d’institutionnalisation de cette fédération comme les autres, qui fait qu’aujourd’hui, cette position ne soit pas maintenue.

67Mais ce que l’on voit apparaître par contre, parce que c’est aussi un effet bien sûr de l’institutionnalisation, c’est que les gens qui ont monté ces structures, qui travaillent dans l’organisation, trouvent au fur et à mesure du temps de nouvelles missions pour ne pas disparaître. C’est un effet classique dans les organisations.

68En l’occurrence, ce qu’il faut savoir, c’est que deux phénomènes justifient la permanence de ces structures : c’est, d’une part, que, encore aujourd’hui, les gens qui ont les déficiences les plus lourdes et qui ont des incapacités relativement importantes sont encore en grande difficulté d’accès au monde sportif ordinaire. C’est-à-dire que « le sauf si les capacités de la personne ne le permettaient pas… » joue encore. Ces fédérations sont encore des lieux de pratique sportive qui ouvrent la pratique à des gens qui, par ailleurs, ne pourraient pas pratiquer. C’est le premier point qui est très important et qui concerne les personnes ayant les déficiences et les incapacités les plus lourdes, non accueillies dans le milieu ordinaire.

69D’autre part, c’est la dimension d’une organisation à structure compétitive, avec des règles, des règlements spécifiques, des catégories spécifiques, des divisions, un système compétitif singulier dans lequel sont mises en place des classifications extrêmement précises pour organiser la pratique compétitive c’est-à-dire la comparaison dans une organisation que l’on veut équitable entre des athlètes engagés dans une épreuve sportive. Chaque système compétitif est géré, validé, etc., par chaque fédération ; c’est un élément très important du maintien de la structure, qui fait qu’aujourd’hui on ne parle plus de disparition de ces deux fédérations-là, dans la mesure où les athlètes de haut niveau dont je parlais tout à l’heure, sont la plupart du temps en double affiliation. C’est-à-dire qu’ils possèdent à la fois, pour les nageurs par exemple, une licence à la Fédération Française de Natation et à la Fédération Française Handisport. Ils concourent d’ailleurs, pour un certain nombre d’entre eux, dans les deux fédérations à des niveaux, bien sûr, très différents. L’enjeu étant maintenant, et cela devient intéressant de le savoir, si ces systèmes d’organisations compétitives vont pouvoir être intégrés dans le système compétitif commun. En 2003, la Fédération Française de Natation a organisé les championnats de France de Natation avec des épreuves en fonction de l’âge, du sexe, etc., ainsi que des épreuves Handisport d’un certain nombre de catégories et des épreuves de la Fédération du Sport Adapté. Sur le même événement, il y avait donc des épreuves parallèles avec des catégories spécifiques. Pour moi, c’est un événement innovant dans le sens où la compétition sportive est en visibilité de l’ensemble du monde sportif. Ce sont les championnats de France de Natation ; la discipline sportive prend donc le dessus sur les catégories de sportifs.

Agnès LYLEIRE, Faculté des Sciences du Sport et de l’Éducation Physique de Lille 2

70N’existe-t-il pas des contradictions entre les performances, le sport de haut niveau pour les cas lourds de déficiences intellectuelles ou déficiences mentales ? Le fait de parler de haut niveau, de performance, d’entraînement etc., n’est-il pas en contradiction avec la déficience ou la pathologie ?

Anne MARCELLINI

71C’est une question qui taraude les gens de la fédération du sport adapté, à tel point, qu’ils ont pendant très longtemps résisté à la pression du système qui voulait – qui veut toujours d’ailleurs – qu’une fédération sportive soit une fédération qui organise des compétitions. Il y a une tension entre l’histoire d’une fédération, très marquée par la logique éducative – j’ai parlé tout à l’heure de professeurs d’éducation physique, des parents, etc. – par l’éducation par le sport, et puis un système sportif par lequel ils veulent être reconnus tout de même mais qui, d’une certaine manière, impose sa norme, en l’occurrence sa norme de logique compétitive qui fait l’essence de la pratique sportive. Par rapport à cela, ils ont tourné en rond depuis 30 ans en organisant des rencontres sportives, une façon d’organiser des déplacements et des événements sportifs sans que l’on soit dans une logique sportive au sens classique du terme. Finalement dans les années quatre-vingt, affirmé dans les années quatre-vingt-dix, ils ont mis en place un système compétitif dans lequel toutes les organisations internationales étaient impliquées et avec la proposition – à partir de 1988-1990 – du comité international paralympique de faire participer les personnes handicapées mentales aux Jeux Paralympiques.

72Il y a donc là une sorte d’enjeu, de représentation, finalement d’intégration définitive du point de vue symbolique dans la logique sportive. Nous allons donc envoyer des athlètes handicapés mentaux aux Jeux Paralympiques, qui seront les représentants des handicapés mentaux français. Les éducateurs, évidemment, sont toujours un peu gênés en s’interrogeant : quel est le sens de tout ça ? Et pour qui ? Etc.

73En 2004, une étude a été faite avec la Fédération Française du Sport Adapté sur les significations et le sens du sport de haut niveau, du sport de compétition. On nous a demandé de faire une étude sur les athlètes d’élite, parce qu’ils n’ont pas, contrairement à Handisport, le statut d’athlète de haut niveau du point de vue du système administratif.

74Il y a 90 athlètes d’élite à la Fédération Française du Sport Adapté. Cela résout le problème et, en même temps, cela ne répond pas à la question. Ces 90 athlètes sont des jeunes, une grande majorité de garçons qui pratiquent en club ordinaire et en sport adapté, qui ont des déficiences intellectuelles légères, un accès au langage tout à fait clair, que l’on a pu interviewer, avec qui on a pu discuter, qui sont des travailleurs handicapés pour certains ou des travailleurs en atelier protégé pour d’autres. Donc des gens qui ont des déficiences relatives, des incapacités dans le monde sportif relativement faibles dans leurs activités sportives, et pour qui le sens des activités physiques est bien précis, la compétition aussi. Ils ne mélangent pas les choses. On a pu le vérifier parce qu’il y avait beaucoup d’interrogations et de questionnements sur le fait que des personnes déficientes intellectuelles amenées à participer au Championnat de France, etc. gagneraient leur championnat de France et penseraient être Champions de France.

75À la suite de cette étude sur l’ensemble des jeunes que nous avons rencontrés, nous constatons qu’il ne faut pas les prendre pour plus idiots qu’ils ne sont et qu’ils ont une représentation assez précise du sport adapté et du sport ordinaire. Ils font bien la nuance, d’autant plus qu’ils s’entraînent dans des clubs ordinaires et en sport adapté. Ils saisissent physiquement et visuellement la différence. Ce sont des jeunes qui ont la capacité de dire, non pas qu’ils sont handicapés mentaux parce que c’est une appellation pour eux extrêmement stigmatisante, donc ils la refusent, mais ils sont capables de dire quel est le type de public accueilli à sport adapté : « ce sont des gens qui ont des difficultés, qui ont des problèmes plutôt dans la tête » et s’ils savent très bien ce que veut dire Handisport, on a affaire à des gens qui, quand on leur demande pourquoi ils veulent faire de la compétition dans cette fédération, ils en font parfois ailleurs, mais pourquoi ils veulent continuer à en faire là, précisément, ils ont un discours très dur sur le monde sportif. Le monde sportif ordinaire est un monde dans lequel les sportifs se font mal, sont agressés physiquement, peuvent être blessés, les entraîneurs sont durs, ils crient et expulsent les sportifs quand ils ne comprennent pas et ne font pas suffisamment d’efforts ; donc c’est un monde de violence.

76Le sport adapté est un espace protégé. C’est moins dur, les règles sont mieux respectées. En fait, les sportifs sont défendus par le système. Le terme « espace protégé » est intéressant. Dans le monde du travail, on parle de travail protégé, d’atelier protégé pour les gens qui ont des difficultés intellectuelles relatives. Ce sont des espaces intermédiaires, non spécialisés, protégés parce que ce sont des gens qui n’ont pas de ressources d’autodéfense. Ils sont toujours en situation de ceux qui subissent la domination et se font toujours « marcher dessus » au sens – là en l’occurrence sur le plan sportif – au sens physique du terme et aussi au sens symbolique

Agnès LYLEIRE

77N’y a-t-il pas incompatibilité entre le sport lui-même, dans sa pratique fédérative, le sport de compétition et la caractéristique de ces personnes en situation de déficience intellectuelle ?

Anne MARCELLINI

78Incompatibilité, je ne dirais pas ça. Je crois que le système des classifications qui a été mis en place dans ces fédérations est un système catégoriel et un mode d’organisation de la compétition qui, justement, efface cette apparente incompatibilité. Par exemple, en sport adapté, l’organisation des compétitions fonctionne sur la structure des divisions, comme dans le sport ordinaire ; ce sont des catégories fonctionnelles, une classification fonctionnelle. On rentre dans une classe parce qu’on a la capacité à jouer selon ses règles, par exemple, en division 1, on joue avec le règlement ordinaire. Donc vont jouer là, les jeunes qui ont capacité à comprendre, à appréhender et à jouer avec les règles ordinaires. Ils vont donc « jouer » entre eux. Ils n’ont pas le même niveau de pratique mais ils ont un rapport « équivalent » en termes de capacité à la complexité ou aux règles du jeu.

79Tout le monde a accès à un jeu qui a du sens pour lui, à ce moment-là. C’est donc une façon de rendre accessible le jeu et le sens de la compétition. Ensuite, il y a des gens qui ne rentrent pas dans cette division compétitive. Ce sont des gens en plus grande difficulté qui n’ont pas la possibilité d’envisager ou d’appréhender la notion d’opposition. Dans ce que l’on appelle le secteur des activités motrices, où l’on fait travailler les gens sur des activités qui sont des activités de coopération, développement moteur, de développement des habilités et des capacités physiques, etc., ils ne rentrent pas dans la logique de la compétitivité sportive car cette logique n’a pas de sens pour eux. Ce sont des classifications dans lesquelles on propose des activités dont on essaie de construire une tâche qui soit accessible à la personne avec ses difficultés particulières, là en l’occurrence ses difficultés cognitives.

Jean-Michel MARTIN, Administrateur UNCU

80Dans le prolongement de cet échange, mais un peu à l’opposé quand même, je note que le continent nord-américain est quand même très sensibilisé à la compétition en tant que telle. J’ai cru comprendre que, par exemple au Canada, la fédération de tennis de table avait établi un classement hommes, femmes, handicapés, tout confondu. Avez-vous peut-être des informations sur l’évolution de cette opération ? Y a-t-il eu des essais réalisés en France dans ce sens ?

Anne MARCELLINI

81Je ne sais pas, mais c’est possible. Si c’est au Québec, c’est tout à fait dans la logique des choses car les Québécois sont aujourd’hui les penseurs du modèle social du handicap. Ce sont des gens qui, du point sociopolitique et du point de vue des organisations, ont un certain nombre de « miles » d’avance sur nous. Ce sont eux qui ont beaucoup poussé par exemple pour que l’International Paralympic Committee devienne une structure qui ouvre les jeux paralympiques à tous les types de déficiences par exemple. Avant, évidemment, ce n’était que des déficients moteurs, puis progressivement les déficients visuels se sont intégrés dans cette organisation.

82Quand il y a eu une refonte avec la mise en place du comité international paralympique, avec cette idée qu’on allait faire de ces jeux un événement international de grande ampleur, une vitrine du développement des activités physiques et de la valeur des athlètes handicapés en général, et qu’il fallait le faire toutes déficiences confondues, ce sont eux aussi qui en étaient à l’origine. Donc, du point de vue de la logique de la mixité, peut être que cela existe en France mais je ne le sais pas.

Grégory NINOT, Maître de conférences à l’UFR STAPS Montpellier

83Anne, je voulais te poser une question qui relève de l’intégration à l’université. Et en particulier si on élargit la notion du handicap au vieillissement, on peut considérer que, dans une dizaine d’années, il y aura sensiblement autant de personnes âgées de plus de soixante ans que de personnes âgées de 18 à 60 ans. Toi, qui es une spécialiste de l’intégration dans le secteur universitaire, il est bien clair que tous les spécialistes vont devoir clairement se former aux notions de handicap et de vieillissement pour probablement accueillir ces personnes qui vont vouloir participer également à des activités physiques dans le sport universitaire. Elles vont avoir des demandes tellement spécifiques tandis que la notion de formation, elle, est relativement peu développée. Que penses-tu de la formation, évidemment, de ces personnels universitaires ?

Anne MARCELLINI

84Tu veux parler de la formation des cadres sportifs en général. Nous faisons partie du même département, de même qu’André Thévenon, présent ici, fait partie des gens qui ont monté ce département « Activités physiques adaptées » dans les années quatre-vingt. Un département dans lequel on forme des spécialistes, en quelque sorte. La question que pose Grégory : c’est à partir d’un corps de spécialistes que sont les professeurs en activités sportives adaptées ou les gens qui ont passé des spécialisations, que nous allons être en situation de proposer à tous les éducateurs sportifs, à tous les cadres sportifs, à tous les entraîneurs sportifs une formation ou une spécialisation pour l’accueil de publics spécifiques ou de publics âgés, nécessitant des adaptations dans la pratique des activités physiques.

85Auquel cas, ça nous ferait beaucoup de travail en tant que formateurs par exemple, c’est une question importante à laquelle on peut répondre théoriquement « oui ». Aujourd’hui, ce à quoi nous aspirons en tant que formateurs, par exemple à la faculté des sports de Montpellier, c’est que la formation sur l’accueil des personnes ayant des besoins spécifiques en activités physiques ou d’adaptation des activités physiques soit divulguée, proposée et faite, etc., de façon obligatoire, aux futurs éducateurs sportifs ou professeurs de sports. À un moment donné, en première année, par exemple. Après, il peut y avoir des spécialistes, qui deviendront peut-être des formateurs. En termes de perspective, je ne sais pas trop comment cela peut se développer. Il est clair qu’au regard du développement de la loi et des évolutions démographiques, le monde sportif, comme le reste de la société, va devoir prendre en compte les différences de fait des populations, non plus cloîtrées, comme cela l’a été pendant longtemps. Aujourd’hui, on parle des « seniors », or il y en a depuis longtemps des seniors, mais les personnes âgées dépendantes ou qui perdent leurs capacités, pendant des générations, ont été confinées soit à la maison dans un fauteuil, soit dans des institutions, les maisons de retraite, etc. On ne se posait pas la question de leur participation sociale ! On peut dire que c’est peut-être un projet de société riche, mais nous avons d’autres préoccupations sociales qui font que les gens qui sont en charge de la société civile et de son développement, que ce soit à l’école dans le travail, dans le sport, dans les loisirs, dans la culture, etc., vont devoir s’en préoccuper.

Serge VITTECOQ, chargé de mission pour l’accueil des handicapés à l’Université du Havre

86Quand les lycéens qui sont tout simplement dispensés d’éducation physique parce qu’ils sont handicapés, arrivent à l’université, je les incite à s’intégrer, à s’adonner à des activités culturelles, à des activités sportives. Ils me répondent en général que c’est impossible pour eux, les enseignants d’EPS ne pouvant leur faire faire du sport. Alors, est-ce que l’Éducation nationale a prévu de former aussi nos collègues enseignants d’EPS ? On peut comprendre qu’ils ne soient pas forcément à l’aise pour accueillir des étudiants handicapés. Est-ce que les inspecteurs ont réfléchi à la question ?

Anne MARCELLINI

87Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que la loi s’impose à nous, en quelque sorte, dans le sens où les gens qui désirent maintenant faire de l’éducation physique ou mettre leur enfant dans telle école, en ont le droit. Les jeunes ont le droit à l’éducation physique d’une manière non discutable. Avant aussi, sauf si les professeurs disaient « ce n’est pas possible ». La formation se met un peu en place dans les Inspections d’académie qui commencent à organiser des stages sous la pression des collègues.

88J’en profite pour associer ceci à une autre question, que ce soit l’éducation physique dans l’école ou dans le monde associatif, une des résistances majeures que l’on a pour accueillir ces élèves ou des sportifs dans le monde associatif, c’est une certaine inquiétude des encadrants, pour qui le problème est de ne pas être formés pour faire pratiquer du sport aux handicapés. Ils se disent désarmés. Pour nos collègues d’EPS, quelque chose s’ajoute par rapport aux éducateurs sportifs et animateurs sportifs, c’est l’évaluation. C’est intéressant, là aussi. Je reviens sur Handisport : par exemple, de telles structures sont des ressources. Les spécialistes des départements APA sont des ressources pour l’évaluation, pour la formation des professeurs de gym, pour les barèmes, montrant comment on pourrait faire aujourd’hui. C’est pour cela que cette histoire des 30 dernières années d’expérience des fédérations sportives est importante. Comment pourrait-on aujourd’hui faire un barème des évaluations des étudiants handicapés à la faculté des sports, puisque nous avons effectivement des étudiants handicapés ? Comment noter un jeune paraplégique en natation si nous n’avons pas l’équivalent au niveau de la note régionale ? Quand les étudiants font le temps chronométré qui correspond au niveau régional, ils ont telle note. Et donc l’équivalent c’est le barême Handisport du niveau régional de la performance. Comment pourrait-on faire si nous n’avions pas ces références régionales ? Il y a une expérience, je dirais, depuis 30 ans, de l’organisation, du développement, etc., des personnes handicapées qui est acquise, à la fois, dans les fédérations, dans les départements activités physiques adaptées, etc. Le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative a créé un pôle ressources « sports et handicaps » il y a un an ou deux. Il projette que de nombreuses personnes vont avoir besoin d’informations, de ressources, de compétences et de conseils pour faire face à la situation. Il est situé au CREPS de Bourges.

Fabien TARARE, Comité Directeur de la FF d’Aéromodélisme

89La FF d’Aéromodélisme intègre un certain nombre de personnes handicapées au niveau de la formation, de la pratique journalière de l’aéromodélisme.

90Je m’occupe de la Commission Handicap et de l’intégration à la Fédération française d’aéromodélisme. En février 2005, est apparue la loi qui justement permettait l’intégration et l’obligation d’intégration. J’en ai parlé à mon président de fédération qui m’a répondu que le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative n’avait pas signé cette loi, alors que 11 autres ministères l’avaient signée. J’aimerais donc comprendre comment faire une approche au niveau des clubs en parlant d’obligation d’intégration si le seul ministère qui nous chapeaute n’est pas concerné.

Anne MARCELLINI

91Je suis très mal placée pour répondre à la question puisque, évidemment, je ne le savais pas. En outre, un ministère doit-il être signataire d’une loi ? Je pense que votre point de vue n’est pas dans la logique des institutions.

92De mon point de vue, par rapport à ce que j’essayais de dire tout à l’heure, je crois que c’est un mouvement de société, au-delà d’une signature. Des signatures engagent sûrement sur des temporalités, mais la loi ayant été promulguée, le mouvement est en route. Il n’y a cependant pas d’obligation. Le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, depuis que la loi a été promulguée, est en agitation constante autour de cette question. Des postes ont été débloqués et distribués par notre ministre, destinés en particulier aux fédérations du sport adapté et Handisport, pour développer, organiser et faciliter l’intégration des sportifs handicapés dans les clubs sportifs ordinaires.

93Il est assez intéressant, du point de vue du système, de voir que les Directions Régionales et Départementales de la Jeunesse et des Sports financent des postes, à part plus ou moins égale avec la FF du Sport Adapté, pour créer des postes de chargés de mission pour le développement des activités physiques et l’intégration des personnes handicapées dans le monde sportif. Le ministère est donc engagé financièrement et ces fédérations spécialisées, que l’on a pu juger comme ségrégatives, sont aujourd’hui actrices de ce que la loi impose à tous les autres.

Fabien TARARE

94Je me permets de rappeler que si ma fédération sportive n’était pas aussi chapeautée par le ministère des Transports, nous n’aurions rien au niveau des demandes de subvention. C’est ce qui a permis à ma fédération de pousser sur le thème du handicap et de l’intégration. Mais on ne peut pas forcer beaucoup d’autres fédérations sportives, puisque rien ne les y contraint.

Walfried KÖNIG

95L’accueil a été obligatoire sauf si, et c’est là le problème, on attend que tous les clubs s’ouvrent. Mais pour s’ouvrir, il faut s’adapter aux déficiences spécifiques de ceux qui veulent et devraient venir. Pour cela, il faut souvent du matériel très spécifique qui coûte de l’argent. Donc, ne serait-il pas utile d’avoir une institution qui dirige un peu, qui oriente cette nouvelle ouverture obligatoire ? Parce que si un handicapé s’adresse à un club qui ne peut pas lui offrir ce dont il a besoin, il restera passif. Un autre s’adresse à un autre club qui ne peut pas l’accueillir non plus. Et l’un ne sait rien de l’autre. Donc, seulement au moment où l’on regroupe un certain nombre d’athlètes ou de personnes intéressées au sport, il devient intéressant pour un club de créer ce qui est nécessaire. Mais, en plus, il faut l’aider à acheter le matériel. Est-ce la Ville, l’État, le Département, etc. qui donne les subventions nécessaires ?

96Je souhaite vous décrire une petite expérience allemande. En 1980, une organisation responsable d’enfants avec des déficiences intellectuelles est venue au Gouvernement où je travaillais pour demander une subvention. Ces personnes ne connaissaient pas la fédération Handisport. C’est la seule fois, dans toute ma carrière professionnelle, où je me suis servi de ce que l’on appelle en allemand « le fouet d’or ». C’est-à-dire que je leur ai dit que j’étais prêt à les subventionner, mais à la condition qu’ils entrent en contact avec la fédération Handisport. Toutes ces personnes se sont connues autour de ma table. Après un congrès que l’on a organisé en commun, cette institution qui ne s’occupait que d’enfants avec des déficits, a été cooptée par la fédération Handisport. Les deux organismes avaient maintenant des avantages : l’institution des enfants qui avaient besoin de pratiquer plus d’activités physiques, avaient des avantages parce qu’il était beaucoup plus facile d’avoir une subvention de la part de la Ville, de la part de la Confédération Sportive. Tous ceux qui pratiquent le sport dans ce groupe avaient l’assurance automatique. La fédération Handisport avait soudain beaucoup plus d’adhérents, elle touchait donc plus d’argent de la part du Gouvernement. L’exemple a donc bien fonctionné et il en est résulté que la fédération Handisport s’est occupée d’autres organismes qui existaient déjà, et dans lesquels des personnes s’étaient réunies, qui souffraient de la même maladie chronique ou qui avaient la même déficience. Donc la fédération a coopté plusieurs groupes différents.

97Cela s’est passé en Rhénanie Westphalie. Aujourd’hui, cela existe dans l’Allemagne entière et ce système de cooptation a été accepté par la fédération nationale.

98Aujourd’hui, la fédération compte 360 000 adhérents et environ 3 500 clubs. Ne croyez-vous pas que ce pourrait être un exemple pour vos clubs Handisport ?

Anne MARCELLINI

99Vous êtes plutôt un militant du regroupement. Vous avez le sentiment que nous ne sommes pas très coordonnés. La fédération Handisport en France regroupe environ 30 000 adhérents ainsi que la Fédération du Sport adapté, et les sourds comptent 3 000 adhérents. Donc, nous sommes sur des effectifs très faibles par rapport à ceux que vous nous annoncez.

100Les tentatives de regroupement qui ont été envisagées : la fédération Handisport en fait déjà un peu parce qu’au départ, elle ne regroupait que les handicaps moteurs. Ensuite ont été intégrés les déficients visuels, et tout récemment les personnes de petite taille, qui ont leur propre structure « France Nanosport » affiliée à la fédération Handisport.

101En France, l’idée de rencontre ou de regroupement entre la fédération qui s’occupe des personnes handicapées mentales et la fédération Handisport est une idée qui, en termes de représentation, n’est pas très bien vue par les gens de l’Handisport. En France, les représentations du handicap mental sont très négatives et, autant les gens qui gèrent la Fédération Française du Sport Adapté voient bien le bénéfice symbolique qu’il y aurait pour eux de s’associer avec la fédération Handisport dans une grande fédération sportive des personnes handicapées, autant dans le monde de Handisport, il existe des résistances. De nombreuses personnes pensent que cette association institutionnelle pourrait créer une sorte de confusion dans les représentations du handicap. En France, on a l’impression aujourd’hui que les gens qui présentent des handicaps moteur ont eu un gain d’image extrêmement important, alors que les personnes handicapées mentales sont toujours très fortement stigmatisées. Il y a donc une certaine inquiétude de la part des gens qui ont des déficiences motrices, sensorielles, etc. à l’idée qu’une association des deux organisations pourrait créer une confusion ou une fusion dans l’idée que les personnes handicapées sont une seule catégorie. Or ils travaillent depuis longtemps, au niveau symbolique, à justement s’extraire des représentations les plus négatives du handicap et à mettre en avant leurs capacités.

102Même encore maintenant, il existe beaucoup de personnes dans la population pour qui quelqu’un souffrant d’un handicap moteur ou de surdité est forcément un peu déficient intellectuel. Dans les représentations collectives, c’est quelque chose qui n’a pas totalement disparu.

103C’est visible dans l’image même, dans les représentations, les photographies, la mise en scène du corps, etc. des athlètes handicapés, les gens qui font du sport travaillent à une extraction de ces représentations négatives, à la mise en avant des capacités, de la performance. Ils sont dans la logique sportive, dans la logique de la compétitivité, de l’excellence, etc. Ils veulent se montrer sous cette image-là et leur travail porte ses fruits du point de vue des représentations, qui a également un impact au niveau social en général, par rapport à l’école, au travail, etc.

104Tandis que le handicap mental reste dans une sorte de marge assez obscure, de laquelle personne n’a envie de trop s’approcher. Il faut savoir que le Comité International Paralympique, dernièrement, vient de renvoyer la Fédération internationale des sportifs déficients intellectuels des Jeux Paralympiques, pour des questions liées aux problèmes de mesures, de catégorisation, etc. Toujours est-il que cette population des personnes handicapées mentales est quand même la figure vraiment fondamentale du handicap, de l’exclusion, du négatif. Il y a beaucoup de résistance liée à cela et qui a à voir, non pas avec la volonté de ne pas fréquenter ces gens ou de faire des choses avec eux, mais il y a des enjeux d’image, de représentation collective dans les pratiques sportives, qui à mon avis sont assez importants.

105Le fait que le regroupement soit au niveau économique, organisationnel très efficient, j’en suis tout à fait convaincue comme vous.

Jean-Paul SCHNEIDER, Strasbourg UC

106D’abord un constat : on revient ici à l’idée qui a été évoquée hier, à la fois celle de la dissymétrie des actions entreprises en faveur des déficients moteurs et celles entreprises en faveur des déficients mentaux. C’est sur l’idée du cloisonnement que je voudrais insister.

107Walfried König nous a évoqué une expérience de décloisonnement mais qui est partie de la base. Walfried, pourrais-tu nous dire si, par rapport à cette expérience partie de la base, et remontée à partir d’un cas particulier à l’ensemble de la fédération allemande, y a-t-il inversement des partis pris, des décisions, une organisation, au niveau cette fois-ci du Gouvernement fédéral, redescendant vers les Länder, et imposant une politique du sport vis-à-vis du handicapé ? Y a-t-il là une organisation qui serait peut-être différente de l’organisation française ?

Walfried KÖNIG

108C’est un développement qui s’est répandu à travers toute l’Allemagne. Au moment où je mentionnais les avantages d’un certain regroupement, je n’ai pas voulu exclure qu’un tel regroupement se passe au milieu d’un club. Par exemple, si c’est un grand club, on y fonde un département qui se spécialise sur certaines déficiences. Je ne veux pas mettre les handicapés à l’écart.

109Pour répondre à la question de Jean-Paul Schneider, il n’y a pas de réglementation allemande comparable à la réglementation française, mais pour cela, il y a d’autres raisons. La raison essentielle est que nous ne connaissons pas autant de lois réglementant le sport. Le Gouvernement fédéral n’a absolument rien à faire avec le sport, sauf peut-être le sport d’élite qui est subventionné. Le sport des athlètes handicapés est aussi bien subventionné que le sport des athlètes valides. C’est l’affaire des « Länder », et eux aussi renoncent à une législation spécifique concernant le sport. Il semble être tout à fait naturel que les clubs sportifs soient ouverts à tout le monde. C’est régi par une loi qui concerne l’utilité publique. Le club qui n’est pas ouvert à tout le monde n’est pas considéré comme d’utilité publique et ne reçoit donc pas de subvention. Il n’y a donc aucune réglementation spécifique à ce sujet. Apparemment, le Gouvernement a su qu’il fallait faire quelque chose, c’est pourquoi il a demandé aux assurances, aux caisses, aux mutuelles de régler ce problème. Si aucune réglementation n’est faite, il est capable de promulguer une loi, bien que cela ne corresponde pas à ses habitudes. C’est pourquoi il existe une réglementation en faveur de tous ceux qui souffrent d’une déficience ou de maladies chroniques. Cette réglementation a été faite entre les assurances d’un côté et les organisations offrant le sport de l’autre côté. Avant tout, il s’agit d’une question de financement bien entendu, parce que c’est un aspect à ne jamais oublier.

Robert BARTHÉLÉMY, SMUC et CRCU PACA

110Si je reviens à la définition du thème de cette 24ème Université Sportive d’Été, il est certain que les exposés et les questions d’hier portaient essentiellement sur « handicap, intégration et défis ». Nous avons eu des analyses très performantes, des solutions proposées.

111Il semble qu’aujourd’hui, les discussions tournent autour de la question « sport et club sportif ». Suivant la conception que l’on donne à « sport » et à « club sportif », il semble que la question handicap et sport puisse être traitée ou non. Est-ce que ce phénomène n’est pas une expression de la relation du sport, et des clubs en général ? Je m’explique. Les clubs universitaires qui sont omnisports se détachent, peut-être pas par conviction mais par obligation, de plus en plus du sport de très haut niveau, que vous avez défini comme hyper médiatisé et placé sous le signe de l’argent. Vous avez évoqué que ce modèle était adopté par les fédérations spécialisées.

112Est-ce que des solutions ne seraient pas à chercher en distinguant deux aspects : « que faire de ce sport hyper médiatisé et sous l’emprise de l’argent ? » et « à quoi pourraient se consacrer les clubs sportifs omnisports ou universitaires pour justement réaliser l’intégration et le handicap, avec les réserves de termes et de significations que l’on a données hier ? ». Ne serait-il pas temps que le monde sportif admette que le sport de haut niveau relève du spectacle et du commerce, ce qui n’est pas infâmant ?

Robert DENEL, Administrateur général du Lille UC

113Je relisais l’objectif de la journée : « Concevoir une philosophie concrète de l’intégration par l’expérience de la vie associative ». Je crois que nous avons fait des constats, nous avons des renseignements, des expériences, etc.

114Les fédérations sont tournées vers quelque chose qui les tire vers le haut, y compris les fédérations Handisport. Par contre, le club, dans la mesure où des partenaires vont l’aider non pas à faire ce que veulent les fédérations, mais à faire ce que veulent tous les gens, y compris les handicapés, il y a probablement à concevoir une approche particulière, une philosophie particulière, une démarche particulière, des conseils à recevoir à la fois de ceux qui cherchent, mais aussi de ceux qui exécutent. J’aurais souhaité, pour ma part, qu’il y ait un rapprochement plus efficace, plus sincère, plus étroit du monde de ceux qui cherchent, du monde de l’université qui a une richesse humaine extraordinaire, et de ceux qui sont sur le terrain et qui tentent de répondre modestement, avec des moyens souvent délicats et difficiles, à tous les besoins de la population, et non pas uniquement aux besoins du sport de compétition, dont on vient de faire un peu le procès. Est-ce que le monde du club, tel qu’il est conçu actuellement, est capable, sans effort, sans moyens supplémentaires, sans une réflexion profonde ? Pas lui tout seul, mais avec d’autres. Est-ce que les équipes pluridisciplinaires ne sont pas plus la solution que faire en sorte que chacun soit formé à tout, et finalement à rien ? Ne sont-ce pas plutôt des équipes qu’il faut constituer ? Ne faut-il pas trouver dans la philosophie la capacité des dirigeants à manager des équipes pluridisciplinaires pour répondre à des besoins extraordinairement différents de la population ?

115C’est toute une série de questions que je me pose et je souhaiterais que l’on aille un peu dans ce sens, de telle sorte à dessiner quelques pistes.

Sébastien PILOT, du Toulouse UC

116Par rapport aux outils philosophiques, j’ai une expérience de six ans sur la boxe française et la canne de combat.

117Quand j’ai commencé la boxe, j’étais tout seul, handicapé, et je suis allé dans un club pour valides où je n’ai rencontré aucun problème. Le défi ensuite était d’ouvrir à tous types de handicaps, avec effectivement des problèmes de subvention, etc. Notre démarche a été d’aller dans des IUM, dans les centres de rééducation et proposer dans un premier temps une prestation pour ces centres en échange de remboursement des frais de déplacement.

118Ceci nous a permis par la suite d’initier, dans un premier temps, les jeunes à une activité qu’ils ne connaissent pas, n’existant pas dans le monde handisport. Donc, après leur sortie des centres de rééducation, ils avaient déjà une référence de club où aller.

119Nous avions donc aussi une expérience sur la prise en charge, du fait que nous avions travaillé avec ces centres de rééducation. Les jeunes étaient donc totalement sécurisés à l’idée de venir dans notre club car nous avions une expérience avec les médecins, les kinésithérapeutes, etc. ; en plus, ils nous connaissaient. « L’intégration » se faisait donc tout naturellement car ils avaient une référence dans un club.

120Tout cela pour dire que l’on peut aller voir des centres de rééducation, des IUM, etc., pour proposer un projet à long terme et pérenniser en fait la codification de l’activité ; peut-être pas un salaire, de suite, mais une activité qui peut se pérenniser dans le temps.

Hervé GOUDONNET, Président du Dijon UC

121Dans le cadre du défi des clubs sportifs, je suis, depuis quelques mois, sans cesse sollicité par les responsables des fédérations Handisport qui m’invitent à des réunions, qui m’invitent à déposer des projets, en mettant en avant des conditions financières tout à fait intéressantes, pour que le club universitaire puisse ouvrir des sections handisport.

122Ce sont des sollicitations permanentes par les responsables des fédérations Handisports, mais également par des « handi-sportifs ».

123Pourquoi le club universitaire est-il sollicité plus que d’autres ? Je me disais que c’est parce qu’il représente certainement une éthique et que c’est quelque chose qui se sait au niveau local ; mais aussi parce que nous disposons d’installations sportives universitaires de très belle qualité et qui sont accessibles, ce qui n’est peut-être pas le cas d’autres clubs de la région et du département. Nous sommes donc sollicités davantage. Je réponds à cette sollicitation mais j’avoue être un peu dubitatif quant à la suite à donner à tout cela.

124Un sportif me relance également sans arrêt pour essayer de s’inscrire dans une section handisport athlétisme. Il vient d’acheter un fauteuil de compétition ; il souhaite faire de la compétition et s’inscrire dans une section qui n’existe pas pour l’instant…

125Je me pose donc la question de savoir si je dois ouvrir une section handisport à côté de la section valide, sachant que je n’ai pas les moyens, pas les entraîneurs, pas d’encadrement spécifique.

Anne MARCELLINI

126À propos de la question de la dissociation entre le sport de haut niveau, le sport spectacle et une pratique sportive à laquelle tout le monde considère aujourd’hui avoir droit, le fait que les clubs universitaires soient omnisports est évidemment un élément important parce que les clubs des fédérations spécialisées sont aussi des structures omnisports. Ce sont des fédérations affinitaires au départ, c’est-à-dire, justement, qui se regroupent non pas autour d’une discipline sportive, mais d’autre chose : un esprit, une idéologique, une éthique, une philosophie particulière. En l’occurrence, en ce qui concerne les fédérations qui ont la charge de personnes handicapées, on peut parler de mission.

127Je suis d’accord sur le fait que le processus d’institutionnalisation des fédérations en fait des objets très lourds à manipuler, donc indépendamment de la structure fédérale, que peut-il se passer dans les clubs à l’échelle microsociologique, c’est-à-dire au niveau des individus ? Comment peut-on fonctionner ?

128Il y a des enjeux financiers, des enjeux de positionnement et on ne se pose pas la question de la philosophie : « dois-je ouvrir une section ou pas ? ». Ce jeune qui veut s’inscrire dans ce club, que veut-il exactement ? Est-ce qu’il veut que vous ouvriez une section parce que cela va lui permettre d’avoir une licence handisport en même temps ?… L’autre question qui vous est posée est : voulez-vous rentrer dans une collaboration institutionnelle avec Handisport du point de vue du système compétitif, pour préparer des gens qui vont faire des compétitions ? À l’échelle du club, avec la liberté qu’a chaque club, les choix politiques sont différents. Nous sommes à un moment où effectivement les personnes handicapées qui sollicitent un accueil dans un club deviennent des interlocuteurs face auxquels nous devons nous positionner, par rapport à des choix qui sont philosophiques. Par exemple, un club peut décider qu’il est ouvert à toute personne désirant développer par exemple des activités physiques de loisir, mais qu’il ne financera pas les compétitions, les déplacements, etc., parce que cet argent ira ailleurs.

129À Montpellier, par exemple, des débats invraisemblables ont eu lieu dans le club handisport à un moment donné parce qu’ils ont décidé subitement de ne plus financer les déplacements en compétition parce qu’ils avaient choisi, politiquement, de valoriser la pratique sportive de loisir. C’est un choix qui leur a fait perdre des adhérents, bien sûr, tous ceux qui voulaient faire de la compétition. Ces adhérents ont demandé à des clubs sportifs ordinaires très compétitifs de leur ouvrir des sections.

130Indépendamment de ces choix, on peut avoir besoin d’argent ou d’aménagements. C’est dans un deuxième temps.

131Les personnes handicapées en général, hormis les personnes déficientes intellectuelles qui, là encore, acquièrent une place tout à fait singulière dans ce débat, sont acteurs de leur positionnement dans l’organisation, dans le système. Ils ont, eux aussi, des enjeux d’image. C’est un travail militant de leur part. Des gens jouent la carte de la compétition à très haut niveau par rapport à ce genre d’enjeux. Les clubs sportifs ordinaires peuvent décider qu’ils ne veulent pas accueillir ce projet sportif-là.

André RAUFAST, PRAG à l’UFR STAPS de Montpellier

132Je voudrais distinguer les problèmes de la problématique générale du colloque « Handicaps, Sport, Intégration ». Je tiens à féliciter le comité d’organisation parce que, habituellement, ce sont plutôt les institutions ou les fédérations spécialisées qui organisent ce type de séminaire et le fait que l’organisateur soit un club, c’est nouveau.

133Le thème n’est pas nouveau en soi ; ce qui est nouveau, c’est que ce soit un ensemble de clubs qui s’en occupe. C’est une démarche pratiquement historique.

134Ensuite, la problématique du colloque est effectivement « mixité sociale », c’est-à-dire que le défi des clubs sportifs est de résoudre un problème de mixité sociale. De la même façon que l’école ordinaire se trouve confrontée actuellement au problème de mixité sociale, de par le plan handiscole qui vise à intégrer des élèves handicapés à l’école. Ce sont des gens qui ont une formation non spécialisée dans les clubs, de manière globale, qui vont s’en occuper, et ce sont des professeurs d’école, pas toujours spécialisés, qui vont s’occuper de cette mixité sociale.

135J’aime bien le terme « défi » parce que l’école républicaine n’arrive pas à intégrer la plupart de ses enfants et de ses élèves ; alors elle va essayer d’intégrer également les personnes handicapées. C’est vraiment de l’ordre du défi. Je ne pense pas que l’on puisse avoir des réponses à tous les problèmes identifiés mais, en tous cas, il faut poser la problématique.

136Cette problématique générale est incontournable actuellement. Elle est dans le sens de l’histoire et je vais faire un rappel rapide, un détour historique. Cette position de l’école ordinaire et du club sportif est liée à la démocratisation scolaire et à la démocratisation sportive depuis le début du siècle. Au début du siècle, aux jeux Olympiques en 1900, à Paris, il y avait 2 000 spectateurs. Aucun pouvoir public n’était représenté. D’autre part, seules les personnes qui appartenaient à la bourgeoisie et à l’aristocratie avaient le droit de faire du sport. On a attendu le début du siècle pour désenclaver le sport par rapport aux classes sociales. Le paysan et l’ouvrier ne faisaient pas de sport. Des patronages catholiques s’en sont occupés et les classes sociales ont été intégrées dans le mouvement sportif. Il faut préciser ensuite que les femmes n’ont pas eu le droit d’accès aux jeux Olympiques avant 1928. Pour cet accès, elles ont dû créer des fédérations, comme la fédération Handisport ou sport adapté pour faire pression sur les grandes fédérations. Je vous rappelle que Pierre de Coubertin, au début du siècle, disait « le héros olympique est un héros mâle et blanc ». Ce problème d’intégration, comme vous voyez, concernait les femmes et sans doute l’ensemble des pays anciennement colonisés avant de concerner les personnes handicapées.

137Ensuite, nous sommes arrivés, par le détour historique, à faire que les enfants, à partir d’un certain âge, puissent faire du sport. Avant, il était interdit de faire des compétitions sportives avant 14 ans ; le sport était le couronnement d’une éducation physique de base. Il y avait donc une ségrégation pour les enfants qui n’avaient pas le droit à la compétition. Puis, il y a eu le concept du sport pour tous, dans les années 1975, avec des personnes âgées, et progressivement des handicapés.

138On arrive maintenant au fait que l’on va se trouver confronté, qu’on le veuille ou non, à cette problématique de la complexité.

139La deuxième étape est de dire : « que fait-on ? », c’est-à-dire « comment donner aux clubs et à l’école les moyens de faire et les moyens de savoir faire ? ». C’est un autre problème, il faut que, derrière, il y ait des pistes et des volontés politiques.

Grégory NINOT

140Je voudrais revenir sur la question centrale de la journée. Foncièrement, le handicap, c’est l’hétérogénéité, de telle sorte qu’une réponse unique au handicap n’existera jamais.

141À Montpellier, le laboratoire l’a démontré, et Anne Marcellini en particulier sur des questions de stigmatisation et de déstigmatisation, il faut arriver à considérer qu’un club sportif sait ce qu’il va perdre en accueillant ou pas une personne handicapée, mais il ne sait pas clairement ce qu’il pourrait ou ce qu’il va gagner. Or, les universités sont à votre disposition. Pour notre part, nous avons écrit un certain nombre de publications qui montrent les effets bénéfiques de ces pratiques d’intégration.

142Un mot n’a pas été beaucoup cité depuis ce matin et qui, je crois, est essentiel. Dans mon expérience qui commence à devenir un peu longue dans le domaine du handicap, un point est déterminant : c’est la notion de réseau. Ce n’est plus la peine d’imaginer des solutions monolithiques avec un club. Une équipe disciplinaire ne suffit pas, il faut un réseau. Et il faut que le club puisse s’appuyer sur un réseau.

143Premier exemple : le ministère de la Santé met des moyens, aux environs de 100 000 ou 200 000 euros par région, pour créer des réseaux de santé pour des malades chroniques, des malades respiratoires, des problématiques sur l’obésité. Ces moyens sont mis à disposition, le ministère a fait des appels d’offres, il n’y a plus qu’à répondre. Mais le problème est qu’un club donné ne pourra pas répondre puisque le but est le réseau, le partage d’informations, etc.

144Deuxième exemple : le SUN est venu nous voir à l’UFR pour nous exposer ses problématiques sur le secteur violence. Éric Firoud nous a dit : « d’accord, mais créons un réseau, essayons d’échanger, de partager quelque chose qui ne relève plus du SUN spécifiquement, mais qui est de l’ordre du partage ». C’est une bonne manière de concevoir l’action.

145Arrêtons d’attendre quelque chose qui pourrait tomber, ouvrons les portes, parce que le handicap nécessite un décloisonnement, il faut aller rencontrer les uns et les autres et partager, de manière extrêmement modeste mais très pratique. C’est, à mon avis, la seule solution qui existe parce que, encore une fois, toutes les personnes en situation de handicap sont différentes et ont des mobiles et des volontés radicalement différents.

Christian PELTIER, Secrétaire Général du Nantes EC

146Dans le développement qui vient d’être proposé, je vais me situer car, effectivement, ces différentes questions, au-delà de l’aspect sportif, des enjeux d’image de compétition et de sportifs compétitifs, cela interpelle notre projet associatif aujourd’hui. Les clubs ne parlent que du projet sportif, nous sommes toujours dans une logique, une démarche de projet sportif. Or, là, dans le cadre de cette USE, c’est effectivement notre vie collective, notre projet associatif de club qui est interpellé et qui doit donc être remis en cause. Je souhaiterais avoir quelques échos sur ce qu’apportent ces nouveaux publics. Aux questions « qu’est-ce que cela va permettre ? », « qu’est-ce que cela va nous faire perdre ou nous faire gagner, en termes sportif, en termes de résultats, de licenciés ? ». Ce n’est pas cela qu’il faut examiner. Il faut avoir une réflexion sur ce que cela va nous permettre de gagner, d’engranger en richesse, en ouverture, en réseau, en développement, mais cela interpelle véritablement le projet associatif du club. Est-ce que nous y sommes prêts, voire préparés ? Est-ce que, dans le monde sportif, la notion de projet associatif est effectivement présente ? Est-elle développée ?

147Si vous aviez des observations relatives à l’intégration précisément, dans la vie collective, dans la vie associative des clubs, il serait intéressant de les connaître.

Anne MARCELLINI

148Il y a un problème par rapport à la question de Monsieur Raufast. Il parlait du sport pour tous en disant que la participation des personnes handicapées dans les clubs sportifs n’est qu’un élément supplémentaire d’une politique du sport pour tous qui a été développée depuis de nombreuses années et qui a à voir avec la démocratisation de l’accès à la pratique sportive. Je suis d’accord avec lui. Mais, en même temps, on sait très bien, surtout dans les facultés des sports, comment cette démocratisation du sport s’accompagne également d’une certaine spécialisation des espaces d’accueil. En particulier certains clubs sportifs, pour tout un chacun, ne sont pas accessibles. Il existe des espaces sportifs dans lesquels on travaille en fonction d’une certaine uniformité, d’une certaine logique, d’un certain projet, etc., dans lesquels le rapport à la différence en général n’est pas pris en compte. Cela veut dire que le projet sportif s’est spécialisé d’une certaine manière.

149Il y a aussi des projets entrepreneuriaux autour de cela, c’est-à-dire que l’on vend maintenant de la pratique sportive. Les gens qui vendent de la pratique sportive sont très préoccupés par ce que cherchent les pratiquants sportifs, parce que plus ils en accueillent, plus ils gagnent d’argent. Donc, ils font les études sur les attentes des pratiquants sportifs, ce sont les gens qui font commerce de cette pratique, de ce type de service.

150Le monde associatif, par rapport à cela, est dans une situation un peu particulière parce qu’il a une tendance aussi à vendre sa pratique sportive. Un certain nombre de clubs sportifs vendent leur pratique sportive de plus en plus, aussi parce qu’ils professionnalisent. C’est un élément que l’on ne peut pas occulter dans la réalité du monde sportif. Quand un éducateur sportif est embauché, il s’agit pour le club d’arriver à maintenir le nombre de licenciés qu’il a pour continuer à payer cet éducateur qu’il a recruté.

151Le projet associatif, par rapport à l’UNCU, qui est une structure qui se réunit ici par rapport à une logique propre, à une charte, à une philosophie qui lui est propre, ce projet essentiel est réel. Je pense que très peu de clubs sportifs se posent la question aujourd’hui de leur projet associatif. Il y a une uniformisation des formes de pratique, des logiques, etc., qui font que très peu d’espaces sportifs existent, dans lesquels la dimension associative est une préoccupation. Il y a beaucoup d’endroits où, quand on prend sa carte d’adhérent au club, on devient un consommateur du club. Nous le savons tous, on ne nous propose pas forcément de participer à la vie du club. Il suffit d’aller aux Assemblées Générales des clubs sportifs pour s’en rendre compte. Donc cette uniformisation du type de comportement que l’on a dans notre société, qui est un comportement de consommation, est une réalité aussi, et qui ne facilite pas les discussions, les échanges, les développements, les réflexions sur la différence, les attentes des uns et des autres, les projets, les choix, le type de pratiques que l’on a envie de faire, etc.

152Peut-être suis-je loin du terrain, mais je participe à quelques associations sportives, dans lesquelles je suis soit consommatrice, soit dans un bureau déserté par les autres consommateurs.

153Par rapport à la question de la différence, de la mixité sociale, vous êtes dans une union nationale qui souhaite mettre en avant une spécificité de vie associative. C’est par rapport à la différence en général que vous vous positionnerez.

154Jusqu’à maintenant, c’est le monde du handicap qui pose ce genre de question en disant : « que doit-on faire pour faciliter l’ouverture du monde sportif ? ». Aujourd’hui, le monde sportif, vous en l’occurrence, votre union, pose cette question par rapport au handicap. Pour moi, c’est un indicateur, ce n’est pas hasardeux, mais c’est assez original dans un environnement où le monde sportif n’est plus très préoccupé par ce que vous venez de dire.

Éric FIROUD, Président du SUN

155Ma réaction est celle d’un homme de terrain, de Président d’association, porteur d’un projet. Et ce projet ne peut être porteur qu’à partir du moment où j’y crois, j’y suis investi, et dans lequel je me retrouve philosophiquement.

156Je crois que l’un des défis des clubs sportifs est celui de la crédibilité. De nos jours, ce qui est crédible est ce qui existe. On m’a parlé des fédérations Handisports, des institutions, de l’université, de l’école, ce qui existe à partir d’une histoire. Je pense qu’aujourd’hui on ne peut plus réfléchir sur le problème du handicap, du sport, de l’intégration comme on y réfléchissait il y a trente ans. Et pourtant, les institutions sont porteuses d’une histoire de plus de trente ans. Et les gens qui y sont défendent leur institution et défendent une histoire qui a plus de trente ans. C’est pour cela que l’on vient solliciter des clubs comme le DUC en tant que prestataire de service, mais pas comme un club innovant. On ne le considère pas comme innovant parce que l’on est porteur d’histoire, on sait que la fédération Handisport a certaines conceptions. Soit on y répond, soit on n’y répond pas. Si on n’y répond pas, on ne les intéresse pas.

157Pour étayer ce que je viens de vous dire, deux exemples concrets de ce que le SUN a mis en place sur Nîmes.

158La première expérience est de dire : philosophiquement, l’esprit sportif se conjugue au quotidien et ne s’arrête pas à la porte du stade, ni à la fin d’un match. L’esprit sportif, c’est considérer l’autre, le respecter, avec toutes les valeurs que l’on peut y accoler. Au sein du club, on a décidé que dans les appartements que nous avons achetés, nous en laissions trois pour des personnes handicapées qui avaient besoin de recherche d’autonomie. Les autres locataires, tous membres du club, acceptaient d’assurer des permanences de nuit pour permettre à ces handicapés d’être autonomes. Réticences de la part de qui ? L’association des paralysés de France, le Conseil Général. « Mais que vient faire un club sportif dans une vie au quotidien ? De quoi se mêle-t-il ? De quoi est-il porteur ? Est-il crédible ? Cela a failli faire « capoter » le club !

159La deuxième expérience est ce que l’on a créé au niveau du SUN AVENIR. L’idée est que le sport est support de médiation(s). Nous avons pris des jeunes inadaptés sociaux, venant de toute la France. Nous nous sommes heurtés une fois de plus à une suspicion de la part des payeurs, du Conseil Général qui se demandait à nouveau ce que venait faire le sport au milieu de tout cela ; bref, si nous étions crédibles. Il a fallu batailler, travailler dans l’expérimental. Nous sommes un lieu de vie expérimental. Le sport, dans un club universitaire, un club sportif, est utilisé différemment que peut l’imaginer une fédération Handisport, voire même comme des fonctionnaires du Conseil Général, et même l’Université qui a toujours des réticences, en nous disant « faites vos preuves, nous viendrons, nous enverrons des stagiaires ».

160Nous sommes allés à l’IFME à Nîmes et nous les avons invités à venir dans le club sportif, vivre une expérience, car nous pensons que le sport est un outil important dans la médiation. Nous avons eu la même réponse : « c’est bien ce que vous faites, mais on va voir ».

161Je crois donc que l’un des défis que nous avons est le suivant : nous sommes porteurs, les uns et les autres, de projets, et on ne peut être porteur de projets qu’à partir du moment où on y croit, dans lesquels nous sommes investis. C’est la partie philosophique, humaniste. Les clubs universitaires sont très à l’aise dans ce comportement-là.

162Premièrement, ce défi du club qui va créer de l’innovation.

163Vous avez parlé de la loi de 1975, c’est la loi du « si possible », sinon on ne prend pas d’enfant dans le club parce qu’il est handicapé.

164La loi de 2005, sur le handicap, c’est la loi du « tout doit être possible ».

165Je me pose donc deux questions.

166Pensez-vous qu’à l’avenir des vérités peuvent venir de la base des clubs, et non plus des vérités venant des fédérations ? Ensuite, dans trente ans, Anne Marcellini, cette loi « à l’impossible, tout le monde est tenu » risque de modifier quoi dans le paysage au niveau des clubs sportifs ? Qu’espérez-vous ? Et a contrario quelles sont les inquiétudes que vous percevez qui feraient que, justement, les clubs ne soient pas capables de répondre à cette loi ?

Anne MARCELLINI

167Ce que je vois par exemple, par rapport au projet, à l’innovation, etc., ce sont des gens qui peuvent quitter Handisport pour monter des projets. Il y a beaucoup de sportifs Handisport qui, à un moment donné, sont fatigués de la pesanteur, de l’inertie de l’institution – mais c’est aussi la fonction de l’institution que d’avoir une certaine inertie pour pérenniser un certain nombre de structures. C’est sa mission, sa fonction, c’est pour cela qu’il y a une fiabilité des systèmes – donc, évidemment, quand on veut changer les choses, il faut bousculer les institutions.

168Que font les gens qui bougent ? Ils sortent des structures et veulent monter un club, par exemple, un club de voile, pour que les gens qui sont déficients visuels ou déficients moteurs puissent faire du bateau. Pour monter ce club, ils décident qu’il faut 50 % de gens valides et 50 % de déficients, sinon il est impossible d’aller en bateau, du point de vue de la sécurité. Nous sommes donc là dans la problématique de la coopération, de la complémentarité, c’est un vrai projet qui se met en place. Les questions sont : « nous sommes dans quel genre de philosophie ? Y a-t-il des gens valides qui vont venir ? Pour faire quoi ? Où va-t-on les chercher ? », etc. J’y crois beaucoup parce que c’est ce qui sort du système institué et qui se met en place sur des initiatives personnelles pour tenter de survivre. Mais c’est en dehors des systèmes de financement, dont notre collègue allemand, Walfried, nous a parlé tout à l’heure, puisque ce sont des initiatives isolées, hors des structures de regroupement, presque hors des fédérations.

169Je crois à ce qui vient du bas, bien sûr, et je sais aussi que ce qui vient du bas a une chance de se pérenniser en tant qu’innovation et de fonctionner dans le temps si elle arrive à bouger l’institution jusqu’à se faire reconnaître, sinon elle va mourir. Ces expériences-là doivent pousser l’institution, par exemple la Fédération de voile, jusqu’à ce qu’elle décide de monter une commission « voile et handicap », d’y mettre de l’argent, éventuellement de demander de l’argent à l’action sociale ou au système de financement du handicap, pour l’utiliser et financer les bateaux adaptés, des pontons adaptés, du matériel pour hisser les gens dans les bateaux, etc.

170Je pense que dans trente ans, du point de vue du monde sportif, ce sera devenu une évidence que les gens présentant des déficiences puissent aller dans n’importe quel club pour faire du sport. Le système compétitif du Handisport et du sport adapté va se pérenniser parce que ce sont des institutions fortes, qui ont leur propre logique, qui sont soutenues par la logique du sport de haut niveau et par la logique du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative qui ont une fonction dans le système sportif. Pour eux aussi, cela a aussi une importance. La pratique au quotidien dans les clubs aura tendance à se simplifier énormément. On le sait déjà, entre 1970 et maintenant, la transformation de l’accueil de quelqu’un qui a une déficience quelconque dans un club, et qui souhaite faire du sport, c’est une révolution. En 1970, il n’était pas possible de penser qu’un déficient intellectuel puisse faire du sport. Les actions étaient tenues, montées par des gens à la base, des parents en particulier qui étaient des militants, complètement investis, qui faisaient ces choses-là. Trente ans plus tard, nous arrivons à la situation que nous avons décrite. Je ne pense pas que ces structures auront disparu dans trente ans ; peut-être se seront-elles regroupées, nous pouvons l’espérer ; parce que si elles ne se regroupent pas, ce que l’on peut projeter c’est que la focalisation et la stigmatisation fondamentale du handicap mental resteront dans l’état où elles sont. Dans notre société, cette chose-là ne sera pas soluble facilement.

171Ces structures vont se maintenir, mais si elles ne se regroupent pas, il y a de fortes chances que les gens qui présentent des déficiences autres qu’intellectuelles soient parfaitement intégrés, et que ceux-là restent en marge. La valeur de l’intelligence, dans notre culture et dans notre société, il est difficile d’y déroger.

Alain BRAUN

172La question que je me pose, c’est : « est-ce que le défi à relever n’est pas un positionnement des clubs vis-à-vis de la recherche d’un subtil équilibre entre ce qui est centré sur l’institution et ce qui est centré sur le sujet ? ».

173Toutes les fédérations ont besoin d’expansion, le démarchage sur Dijon de la fédération Handisport, c’est certes pour trouver des solutions vis-à-vis d’un certain nombre de personnes handicapées, mais c’est aussi pour « faire des licenciés ». Il y a souvent des dérives. Ce qui a été qualifié à un moment donné de « bassin d’expansion » des fédérations. On a élargi ou défini des bassins, non pas pour améliorer la santé des seniors ou pour les benjamins, on est passé de l’accueil à 14 ans, à 12 ans, à 6 ans et au baby volley où le ballon est plus gros que l’enfant… Je conçois tout à fait les préoccupations des pérennisations, les notions d’adaptation ; à un moment donné, l’institution tourne pour elle-même ; c’est très fréquent. Le PUC est un assez gros club omnisports, et souvent je dis aux dirigeants que cette tendance « c’est un peu iconoclaste » par rapport à l’identité du club, mais ils me disent que c’est la fédération qui demande cela.

174Il faut avoir des structures de réflexion permettant de voir où placer le curseur et avoir la vigilance requise quand cela commence à dériver.

Robert DENEL

175Je pense que le vrai problème vient d’être abordé. Fait-on le choix de réaliser ce que les autres décident pour vous ou de faire ce que l’on a envie de faire soi-même, ou a-t-on le choix dans le projet de répondre à la demande ?

176Tout à l’heure, vous avez assorti la demande au marchand, je ne suis pas d’accord. Je pense que le défi des clubs est de regarder la demande, pas pour faire du profit, mais pour créer des réponses adaptées à cette demande. C’est un véritable défi par rapport à l’histoire parce que, comme l’a dit Éric Firoud, tout va a contrario de cela. Le bénévole fait ce qu’il aime faire et entre dans un dispositif où on l’engage, non pas à regarder la demande, mais à faire ce qu’on lui demande de faire.

177Le véritable enjeu nouveau, du point de vue philosophique, pour moi, c’est de dire « est-ce que le secteur associatif est capable de regarder autour de lui et de voir quelle est la demande par rapport à non pas une pratique dirigée par un système, mais par la demande des personnes, et je reviens à ce que vient de dire Alain Braun. Pour moi, c’est essentiel.

178Est-on capable ? Veut-on ? Et avec qui peut-on le faire ? Nous sommes des clubs universitaires, nous ne pouvons pas faire cela tous seuls. Et je suis étonné de voir qu’à l’Université, qui dispose de ressources humaines considérables, nous avons énormément de mal à faire en sorte que, dans un club universitaire, nous soyons capables de répondre ensemble aux besoins exprimés par la population, et à des besoins extrêmement délicats.

179Ce n’est pas un club qui peut répondre à cela, ce n’est même pas l’argent, ni le Conseil Général, mais des compétences, et l’Université dispose de moyens considérables.

180Un club universitaire digne de ce nom, c’est-à-dire qui soit effectivement universitaire, non pas parce qu’il a des étudiants dans ses rangs, mais parce qu’il est universitaire. Il est vrai que les clubs omnisports ont été construits le plus souvent, non pas autour des pratiques, mais autour d’une certaine conception. En ce qui nous concerne, c’est l’Université, c’est un système de références. Mais cette Université tourne le dos à la Cité, elle fait du travail, elle étudie, fait des analyses, des recherches. À Lille, nous travaillons avec un représentant éminent de l’Université, André Thévenon, Professeur à l’Université, qui fait un travail considérable dans le domaine de la santé. Sans lui, nous sommes incapables de répondre à ce fameux défi. Il a de nombreux collègues, dans d’autres domaines, qui travaillent dans leur laboratoire et que nous avons du mal à faire venir avec nous sur le terrain.

181Ce qui est remarquable dans le projet qu’a réalisé André, c’est que l’on a sorti les diabétiques, les cardiaques récemment opérés, du système hospitalier pour les faire venir dans le club. Hier, Colette Andrusyszyn est intervenue sur ce qu’est un club, la plus-value du club, du partage, du regard de l’autre. Mais les sportifs ne doivent pas aller dans leur laboratoire, ils doivent venir dans le club avec tout ce qu’il apporte comme richesse. C’est ce que je tire comme conception philosophique d’un débat que l’on a eu depuis deux jours. Il est essentiel pour moi d’aller plus loin encore car ce que je viens de dire n’est pas suffisant. Nous devons travailler avec l’Université car nous avons la chance inouïe d’avoir cette richesse à nos côtés, avec laquelle malheureusement nous ne travaillons pas suffisamment, ou même pas du tout. Quand on le fait, c’est grâce à des personnes et pas à une volonté politique. Est-ce que l’Université souhaite, oui ou non, s’ouvrir à la cité, contribuer à répondre aux besoins de la population, ou veut-elle simplement faire un travail considérable dans son coin, et pas avec ceux qui sont sur le terrain ?

Sylvain PAILLETTE, Secrétaire Général du Lille UC

182Je voudrais nuancer le procès fait à la Fédération Handisport. Certains athlètes l’ont quittée, ou la quittent, ou créent des clubs ou des sections à l’intérieur de clubs valides, parce qu’ils vont chercher des compétences dans le domaine de l’encadrement des entraîneurs. Historiquement, le mouvement handisport s’est constitué pour proposer des activités sportives aux personnes handicapées, à travers la rééducation, etc. mais n’était pas forcément orienté sur la compétition et la haute performance. Il s’est donc retrouvé avec des encadrants faisant de l’animation, mais pas très orientés sur la compétition. Donc, certains athlètes qui veulent faire du haut niveau partent tout naturellement – et la Fédération les encourage à partir – sur des structures compétentes qui peuvent les encadrer. La Fédération réalise un travail important de relation avec le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative et différentes autres fédérations, à travers la création de commissions mixtes où l’on peut discuter l’élaboration de conventions qui permettent, par exemple dans le cadre de l’escrime, qu’un licencié à la fédération Handisport peut en même temps être licencié à la Fédération française d’escrime, et bénéficier des compétences d’une fédération qui répond à des besoins spécifiques, et de l’autre fédération qui a également des compétences, surtout sur l’encadrement et sur les fondements de l’activité.

Anne MARCELLINI

183Je ne fais aucun procès à cette Fédération. Au contraire, je pense que la FF Handisport et la FF du Sport Adapté sont des acteurs institutionnels majeurs de l’intégration. Ils font leur travail en tant qu’institutions, et si des personnes s’en vont et font des choses différentes à côté, c’est très bien. Il ne faut pas compter sur une institution inscrite dans le temps, le système, etc. pour bouger beaucoup de choses. Tout à l’heure, quelqu’un a dit que toutes les fédérations avaient besoin d’expansion. Effectivement, dans le système dans lequel nous sommes, elles ont toutes besoin d’expansion. C’est une détermination qui leur est imposée. La FF Handisport va chercher, non pas à se suicider comme on le disait tout à l’heure, mais au contraire à survivre. Et pour survivre, elle va essayer de maintenir les athlètes avec elle et non pas chercher à les envoyer ailleurs. En réalité, nous savons qu’elle travaille à la double affiliation, c’est-à-dire que de nombreux athlètes sont à la fois dans d’autres fédérations et dans celle-ci, dans une logique qui a du sens par rapport à son projet philosophique qui est aussi la transformation des représentations du handicap, etc.

184Pour revenir à la remarque de Robert Denel à propos de l’université. D’abord, l’université est aussi une institution dont l’inertie est remarquable, également, et dans laquelle les personnes sont soumises à un certain nombre de contraintes. Nous sommes tous acteurs d’organisations dans lesquelles nous avons à gérer des systèmes de contraintes qui sont lourds.

185En ce qui me concerne, je travaille depuis bientôt quinze ans à Montpellier sur la question du handicap et sur le monde associatif. Je n’ai jamais été sollicitée et je n’ai jamais été contactée ni rencontré des gens du MUC sur une question quelconque qui a à voir avec mon travail. J’ai travaillé pourtant avec de nombreuses associations. On ne se connaît pas.

186Nous sommes quand même dans un système dans lequel les acteurs qui mettent en place des projets ou qui veulent créer du changement, sont eux-mêmes moteurs de ce qui se passe.

187Tout à l’heure, quelqu’un parlait des diabétiques qui venaient au club, etc. Que se passe-t-il ailleurs à propos des diabétiques, des cardiaques, etc. ? Comment cela se passe-t-il quand il n’existe pas un club comme le vôtre ? Comment font les gens ? Ils montent des clubs ! Comment les rencontres ou les articulations des organisations et des institutions se font ou ne se font pas ? Ce sont des histoires locales, des enjeux de personnes, etc. Mais il faut quand même reconnaître que toutes ces institutions, le monde sportif, le monde universitaire, le monde médical, se trouvent à l’interface les unes des autres. Au milieu de tout cela, il y a un enjeu qui est la pratique sportive des gens qui ont des spécificités ou des besoins d’activités physiques adaptées.

188Comment peut-on travailler pour que cela se passe, dans le monde sportif, de la façon la plus en correspondance avec ce à quoi on aspire ? Il faut que les gens puissent se rencontrer, évoquer la question et savoir s’ils sont sur les mêmes bases philosophiques, s’ils peuvent avoir ensemble des projets associatifs cohérents, etc.

Agnès LYLEIRE

189Pour réagir aux paroles de Robert Denel, avec qui je suis d’accord, je veux préciser que c’est réellement un problème de personnes. Si André Thévenon n’avait pas été là, rien n’aurait été possible ; si les étudiants de l’université n’étaient pas présents au Lille Université Club, rien n’aurait été possible ; si je ne m’intéressais pas particulièrement à ce qui se passe au LUC et à la professionnalisation des étudiants en APA, rien n’aurait été possible. Si André Thévenon n’avait pas favorisé le fait de faire sortir les gens de l’hôpital pour leur permettre une pratique d’activité physique adaptée dans certains domaines, comme le diabète, l’obésité, les seniors, etc., et maintenant une ouverture vers une pratique de loisir – que j’aimerais qu’il développe d’ailleurs – rien n’aurait été possible si, dans les programmes de l’université, nous n’avions pas intégré des programmes de formation spécifiques permettant à des étudiants d’être compétents. Donc, je pense qu’il existe réellement des liens entre l’université, le Lille Université Club et le monde médical. Mais il est vrai qu’il faut avouer ensemble que certaines personnes du monde médical ont beaucoup de réticence à lâcher des prérogatives qu’elles ont depuis des années concernant la réadaptation et le monde associatif.

Éric FIROUD

190Ces quelques mots serviront de conclusion à nos échanges. En attendant la présentation du travail du Stage Communication, nous allons écouter le témoignage de Jean-Claude Souchard.

Exposé de Jean-Claude SOUCHARD
Comité Régional d’Aéromodélisme Languedoc-Roussillon

L’aéromodélisme. Un « monde » de solidarité… en miniatures

191Mesdames, Messieurs,

192Vouloir expliquer l’aéromodélisme sous toutes ses formes en un exposé court, simple et complet est un exercice réalisable, si le chemin de l’écrit est une chose acquise.

193Il est beaucoup moins simple de décrire le réel moyen d’intégration des handicapés par l’aéromodélisme même si, comme c’est mon cas, vous êtes handicapé et aéromodéliste passionné.

194Paraplégique, il m’est facile de dire que l’aéromodélisme est un formidable moteur, pour se prouver que vous êtes encore capable de construire, de penser de créer, de réaliser de vos doigts des objets aboutis tant en structure qu’en équipement aussi complexe que peut l’être un modèle réduit pouvant évoluer dans les trois dimensions.

195Il est possible de séparer les enfants des adultes, mais il m’est apparu que les points positifs qu’apporte cette activité, qui doit rester ludique, sont communs générationnellement.

196Vouloir seul construire et piloter un modèle réduit conduit inévitablement à d’amères désillusions ! Et parfois Molière vous revient en mémoire : « mais que diable suis-je venu faire dans cette galère ? ».

197Ce qui oblige très vite à se rapprocher d’autres passionnés et la structure associative est un refuge pour répondre à vos questions.

198Les souhaits et les réflexions sur sa présence avec les « valides », l’engagement et l’acceptation dans son statut d’handicapé et aussi le fait d’être capable d’apporter aux autres son savoir, c’est se repositionner dans le monde des « vivants », riche de son histoire présente et passée et tout au partage de celle-ci.

199S’engager dans cette voie, débutant ou brillant technicien, adolescent ou déjà membre du « club vermeil », tout sera possible, plus même, aujourd’hui découvreur d’une nouvelle activité, vous serez demain celui qui transmettra sa passion et son savoir.

200L’handicapé hier caché, cloîtré, écarté, devient aujourd’hui celui qui peut, lui aussi, apporter sa pierre dans la vie de tous.

201Le petit adolescent boutonneux expliquant à celui qui est tout aussi vieux que son grand-père, le petit détail qui va permettre à l’avion de ce dernier, de voler, de bien voler ! C’est une image courante dans nos clubs et une formidable occasion pour cette jeune génération, qui a (dit-on) tant de mal à se fixer et à se prendre en charge, à s’ouvrir à l’autre. S’il est aidé pour prendre des fonctions dans la vie associative de son club, l’engagement d’aujourd’hui lui ouvrira pour son futur proche la perspective du gain de sa propre place dans la société.

202Le « papy » (j’en suis un), tout à la joie de faire partager sa passion, de donner aux autres le plaisir de réaliser un objet complexe aux multiples facettes techniques, va garder avec le monde extérieur un lien où il va se sentir utile, attendu, écouté, respecté.

203Mais surtout, pour l’un comme pour l’autre, c’est se prouver qu’il existe et qu’il fait partie d’une société où sa place est imbriquée à celle des autres, nécessaire pour les autres et surtout pour lui-même.

204Il est évident que pour celui qui se trouve en marge, sa participation, son engagement à la société est un formidable moteur pour sa propre image pour sa propre acceptation de sa différence, mais aussi pour l’acceptation de sa différence par celui qui est le reflet du moule « normal ».

205Comme toute autre activité sociale, sportive, ludique, l’aéromodélisme est un moteur social ; c’est aussi accepter qu’il soit possible de revendiquer des droits que lorsque l’on a assumé ses devoirs.

206Techniquement parlant, l’aéromodélisme a des atouts sérieux dans la démarche vers l’accueil et l’intégration des handicapés de tous âges. Certes l’utilisation d’outils cerne un peu la population à partir de la pré-adolescence, chaque cas étant particulier, il me serait bien hasardeux de vouloir décrire le candidat lambda !

207Par contre, les multiples facettes qu’offre l’aéromodélisme, du modèle ultra léger volant en salle (indoor) à l’avion de grande taille de plusieurs dizaines de kilos (VGM), de l’hélicoptère au dirigeable, du planeur au réacteur, ce panel est si vaste que chacun trouvera son « auberge espagnole » ; les matériaux et équipements sont aussi variés que complexes et ouvrent, si tant est que l’on soit un tantinet curieux, à des hautes technologies. En évoluant et en se perfectionnant, l’aéromodéliste va avoir le besoin d’aller plus loin, devenant plus curieux. Il va se découvrir un intérêt pour la météorologie, l’aérodynamique, la chimie, l’électronique, etc. Cela peut, dans le cas de l’adolescent, devenir une passion qui sera une vocation devenant une profession (du trancheur de balsa au chercheur en composites complexes, par exemple !).

208L’intérêt rééducatif dans certain cas de handicap n’est pas négligeable, cela peut aller de la « simple » latéralisation dans l’espace à la possibilité de récupération de la dextérité manuelle par des travaux de construction mais aussi de réglage, dans le but final de réaliser un aérodyne pouvant évoluer dans l’espace pour lequel il a été conçu.

209L’arrivée dans un club d’une personne à mobilité restreinte ou ayant un problème physique, si complexe qu’elle soit, va offrir à tous la possibilité de mieux connaître ce monde du handicap qui est si mystérieux, comme celle de permettre aux handicapés d’avoir une vie active et associative en prenant part à la vie du club.

210La bonne volonté venant des deux horizons sera la réelle réussite de la démarche que la Fédération Française d’Aéromodélisme est en train de mettre en place.

211Mon ami Fabien Tarare, qui appartient au Comité Directeur de la FF d’Aéromodélisme – il est déjà intervenu dans le débat –, et moi-même sommes prêts à répondre à vos questions.

212Mesdames et Messieurs je vous remercie de votre attention.

Bibliographie

Bibliographie

Commission recherche de la FFSA, Rapport de recherche « Enquête nationale : Sport Handicap Intégration », 2005, 170 pages.

Génolini J.-P., L’insertion des personnes handicapées dans les clubs et associations sportives de la communauté urbaine de Lille, Rapport de recherche du Contrat d’Agglomération réalisé par le laboratoire Sport Intégration Culture, Faculté des sciences du sport et de l’éducation physique, Université de Lille 2, et par l’Association pour le Développement des Activités Physiques Adaptées, 1995.

Marcellini A., Sport, Stigmate et intégration sociale des personnes handicapées. Contribution à l’étude des stratégies de déstigmatisation, Thèse de Doctorat STAPS, Université Montpellier I, 1991.

Marcellini A., Banens M., Turpint J. P. et Raufastr L. (2003). Pratiques sportives et personnes handicapées en France. Exploitation de l’enquête HID Handicap – Incapacités – Désavantages - Institution 1998 et Domicile 1999-2000, Rapport final de recherche sur la convention de recherche no 01-14-00-25, DREES-Université Montpellier 1, 2003.

Mormiche P., « Le handicap se conjugue au pluriel », Insee Première no 742, octobre 2000.

Notes

1 Loi no 75-534 du 30 juin 1975

2 Loi no 2005-102 du 11 février 2005

3 Initialement créée en 1963 sous l’appellation Fédération Française des Sports pour Handicapés Physiques, puis renommée FF Handisport en 1977.

4 Initialement créée en 1971 sous l’appellation Fédération Française des Sports pour Handicapés Mentaux, mais à laquelle le Ministère des Sports refuse son agrément officiel, reconnu en 1977 sous l’appellation Fédération Française d’Éducation par le Sport des Personnes Handicapées Mentales, puis renommée en 1983 FF Sport Adapté.

5 Initialement créée en 1910 sous l’appellation France Sportive des Sourds Muets.

6 On utilise ce terme « ordinaire » en opposition à l’adjectif « spécialisé », qui dans le monde du handicap signifie spécialisé pour les personnes présentant des déficiences.

7 Il convient de rappeler ici que dans l’enquête HID de l’Insee à laquelle nous faisons ici référence, la population qui déclare une déficience ou plus (celle-ci pouvant être très légère) est très importante puisqu’elle représente 40,4 % de la population française (Mormiche P., 2000).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search