Version classiqueVersion mobile

Handicaps, Sport, Intégration

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 1. « Des outils indispensables pour appréhender la spécificité des handicaps »

Eric Firoud

Texte intégral

Présentation, par Éric FIROUD
Président du SUN Ominisports, administrateur de l’UNCU

1Dans cette première séquence de travail et d’échanges, nous allons voir quels sont les outils indispensables pour appréhender la spécificité des handicaps. Comment peuvent-ils nous permettre d’être plus précis dans notre action quaotidienne ?

2Pour les dirigeants et éducateurs des clubs, la question peut se résumer de la façon suivante. Les clubs sont-ils capables d’accueillir des handicapés ? Sont-ils en mesure de pérenniser ce type d’action ? Nous avons envie d’intervenir dans ce domaine. Mais, dans ce cas, nous sommes, nous devenons également des responsables. Jusqu’où notre responsabilité peut-elle être engagée ? Ceci suppose d’être en mesure de répondre aux interrogations suivantes. Quel(s) projet(s) de club ? Quels éducateurs sportifs ? Quelles formations (et quels diplômes) ? Quels aménagements indispensables au sein du club et de ses installations ? Le cas échéant, quels services complémentaires (ex. : moyens de transport) ? Quels APS ? Quels contenus d’activités ?

3Voici comment nous allons organiser la séquence de cet après-midi.

4Dans un premier temps, Michel Lenguin va nous proposer une synthèse des acquis de la matinée.

5Ensuite, je donnerai la parole au Docteur Bernard Allemandou.

6Je le présente tout de suite.

  • 1 Allemandou B., Histoire du handicap. Enjeux scientifiques, enjeux politiques, Bordeaux, Les Études (...)

7Le docteur Bernard Allemandou est pédopsychiatre, ex-professeur associé en sociologie de la santé à l’Université Victor Segalen Bordeaux 2. Il intervient en institutions spécialisées qui accueillent des adolescents présentant des troubles du comportement et du caractère. Bernard Allemandou est également le directeur scientifique de la revue Sociologie Santé, que certains d’entre vous connaissent, car elle publie des numéros thématiques qui font référence, depuis plusieurs années déjà. Nous l’avons également invité en qualité d’expert scientifique car il a publié en 2001 une Histoire du handicap. Enjeux scientifiques, enjeux politiques, qui fait autorité1. Il nous permettra d’éclairer notre propre action. Son avis nous sera précieux car il fut aussi un excellent rugbyman. Ses contacts avec le monde du sport lui ont permis d’engager quelques expériences intéressantes dont il pourra nous parler.

Synthèse des travaux de la matinée, par Michel LENGUIN
Administrateur de l’UNCU

8« Tout organiser autour de nos faiblesses », disait Levinas. Cela résume une bonne partie de nos discours et réflexions, insistant sur le fait que rien ne sera possible sans la mobilisation de réseaux multiples concourant à pallier tous nos déficits.

9Car la société éprouve des difficultés à s’extraire de l’iniquité surtout lorsqu’il s’agit de situations originelles et provenant d’un vice naturel. Cet héritage lointain persiste dans notre matrice culturelle et nous fait supporter des doses d’injustice.

10Croiser nos concepts s’il s’agit de théoriser et d’instituer le droit qui répond à la notion d’égalité, mais qui se doit d’aller plus loin, là où la morale l’autorise et l’y invite : c’est-à-dire se saisir de la notion d’équité qui implique l’aménagement de la loi générale à des conditions particulières.

11La démocratie nous y aide en élargissant le cercle – au sens de repousser les limites – de l’intolérable et en y insinuant la morale qui propage bien au-delà d’une justice codifiée.

12C’est en fait se ressaisir ! En saisissant un pouvoir laissé à quelques autres. Le conférencier de la matinée nous a parlé d’une nécessaire désinsularisation du handicap.

13S’abandonner comme on s’abandonne aux sentiments amoureux, c’est s’ouvrir à toutes les possibilités, à toutes les potentialités, et aussi à tous les dangers.

14Nous avons bien compris ce matin que seule une société acceptant le risque répond à la volonté d’évolution que tout un chacun, droits et devoirs acceptés, et selon sa force et ses vertus, réclame de tous ses vœux. On accède alors à cette fonction jubilatoire de la réussite souhaitée, voulue. Car, si la technique rend possible cette accessibilité au mieux ou au meilleur de soi-même, rien même pas la morale, n’empêchera, ne bridera cette volonté de chacun d’y parvenir… C’est la loi de Gabor.

15Devant l’abondance, c’est-à-dire l’ouverture à toutes les possibilités, se pose bien entendu la notion d’équité, la notion d’éthique préférentiellement identifiée esthétique… !

16L’esthétique qui magnifie le héros, s’il est plus grand mais non surhumain. Pas l’esthétique du flamboiement solaire qui éblouit en même temps qu’il aveugle, mais un héroïsme qui est le fait de tous, de chacun selon sa trajectoire personnelle.

17Et le handicap ne nous démarque pas de cette norme commune car il existe une multitude d’espaces personnels avec pour chacun sa propre peccabilité. Ces difficultés, ces incantations, ces vœux ne trouvent leur chœur qu’en des entités spécifiques se méfiant les unes des autres si elles n’épousent pas absolument la plainte individuelle porteuse d’un message particulier comme s’il y avait des handicaps « désignés » et minutieusement référenciés. Ce ne serait pas le fait du hasard, mais le fait de la main dans le chapeau et, là aussi, se poserait le mérite d’une hiérarchie.

18C’est sans doute parce que la société qui n’avait jusqu’ici que des infirmes et des invalides s’est chargée, désormais, de les considérer comme victimes de handicap que ces derniers se sont inscrits dans des catégories ou des lobbies n’échappant pas aux travers et dérives de ladite société.

19Mais c’est aussi le droit de chaque personne qui appelle son prochain et en appelle aux devoirs de la collectivité. Sous cet angle, que peut apporter la vie associative ?

Conférence introductive, par le Docteur Bernard ALLEMANDOU
Pédopsychiatre

De la notion globale de handicap à ses multiples spécificités. La diversité des formes individuelles et sociales du handicap

De la notion globale de handicap au handicap de situation

20Lorsqu’il y a déjà bien longtemps, avant 1975, j’ai commencé à travailler en tant que pédopsychiatre dans un Institut médico-pédagogique de déficients intellectuels profonds, on disait à l’époque de débiles profonds, on ne parlait pas de handicap. Est-ce pour autant que les handicapés n’existaient pas ? Bien sûr que non. Mais on ne les appelait pas handicapés. Ils étaient dénommés différemment.

21Alors la question que tout chercheur en sciences humaines est amené à se poser : pourquoi avoir inventé ce terme pour qualifier les enfants présentant des déficiences ? C’est à partir de cette question apparemment anodine que j’ai été amené à écrire une Histoire du handicap. Comment au cours de l’histoire a-t-on appelé ces enfants qui existaient bien avant que la loi de 1975 ou ne les dénomme handicapés ? Et surtout pourquoi ? De façon très schématique voici comment les choses se sont passées.

Évolution chronologique des notions

Catégories

Époque

sourds-muets, aveugles, estropiés, déments, idiots, imbéciles

Ancien Régime

la prise de conscience Perreire, Sicard, Saint-Sernin, Hauy

I. Observation

anormaux arriérés

IIIe République

repérage de l’écart à la norme repérage des normes distinction des champs d’intervention

II. Description d’un état

infirmes invalides

entre-deux-guerres

détermination de l’invalidité reclassement professionnel

III. Compensation du désavantage

inadaptés

1945-1956

processus d’adaptation champ médico-social cumul d’inadaptations les filières

IV. Inter-relation dynamique à l’environnement

handicapés

Après 1975

reconnaissance des droits devoirs de la société

V. Statut social accordé à la déficience

L’écart à la norme : distinction des champs d’intervention

norme familiale

norme juridique

norme scolaire

norme santé mentale

Inadaptation familiale

Inadaptation sociale

Inadaptation scolaire

Inadaptation psychique

défaillance

délinquance

Psychométrie

Séméiologie

santé

criminalité

QI, Binet

nosographie

éducation

éducation

idiot

Régis

moralité

moralité

imbécile

intelligence

débile

activité

déficience

moralité

acquisition

caractère

comportement

Les filières de l’enfance en marge

Les filières de l’enfance en marge

22Avec le terme de handicap, on quitte le domaine des représentations scientifiques liées à la notion d’inadaptation pour entrer dans celui des représentations sociales.

23Le handicap est une invention de juriste qui qualifie un groupe de citoyens porteurs de déficiences diverses en mal de faire valoir leurs droits et pour lequel le législateur a dû et doit rappeler les devoirs de la société.

24Mais elle ne leur confère pas pour autant un statut.

25Une telle définition est réductrice d’une réalité beaucoup plus complexe qui ne saurait se résumer à un rappel des droits des personnes handicapées en tant que citoyennes.

26Les relations entre déficience, incapacité et désavantage social sont interactives soumises à l’influence de contraintes environnementales.

27Le handicap ne réside pas dans l’individu mais se situe dans l’interaction individu Aujourd’hui l’OMS définit ainsi le handicap :

Le handicap est le résultat de l’interaction dynamique entre un problème personnel de santé et des facteurs environnementaux,

28Dans une telle perspective, une personne avec une déficience ou une incapacité n’est pas nécessairement handicapée « dans la mesure où l’organisation sociale est adaptée et les besoins spéciaux de soutien sont satisfaits » La notion de handicap de situation privilégie une approche dynamique et sociale au détriment d’une approche statique, normative ou uniquement médicale. Le handicap n’est pas une constante mais une variable, expression d’un équilibre interne et externe entre trois éléments : individuel, situationnel et environnemental. Elle répond à la multiplicité des aspects du handicap et suppose une multidisciplinarité

29Mais en France ce n’est pas cette définition que le législateur retiendra dans la loi du 11.02.2005 :

Art. L. 114. - Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne...

30Il retient la notion de situation subie et non pas celle d’interaction dynamique.

La diversité des formes individuelles et sociales du handicap

31Plutôt que de vous faire un catalogue au regard de chaque catégorie de déficience et d’incapacité, je préfère ouvrir le débat en relatant concrètement le contenu des expériences que j’ai faite

  • 2 Allemandou B. « La pratique de l’équitation chez les enfants psychotiques à expression déficitaire (...)

32Lorsqu’en 1976, il y a trente ans, avec l’équipe éducative de l’Institut Médico-Éducatif nous avons décidé de recourir à la pratique de l’équitation pour une vingtaine d’enfants psychotiques à expression déficitaire dont nous nous occupions, il est difficile de s’imaginer aujourd’hui les résistances auxquelles nous nous sommes confrontés et la ténacité dont il a fallu faire preuve pour mener à bien cette expérience. Je ne vous raconterai pas ici les détails de cette expérience que nous avons publiée en mars 1978 dans la revue Cinésiologie2 mais j’aimerais faire les réflexions suivantes.

À propos de l’intégration

331. L’expérience est née de la question suivante : ces enfants confinés dans l’IME au milieu des vignes seraient-ils capables de faire autre chose si nous les placions dans un autre milieu ? Par exemple faire de l’équitation dans un manège à l’extérieur de l’IME. Cela pour dire que l’idée de la socialisation et de l’intégration a toujours été présente chez la plupart des professionnels. Et il faut savoir que c’est l’association d’enfants handicapés qui nous a obligés de mettre fin à cette expérience. 25 ans plus tard, cette même association de parents prêche l’intégration sous toutes ses formes.

  • 3 Falcoz M. et Koebel M. (slnd), Intégration par le sport. Représentations et réalités. Paris, L’Har (...)

34Les choses deviennent plus compliquées lorsqu’on parle d’intégration par le sport. Et là je ne vais pas reprendre le débat ouvert en particulier par les travaux de Marc Falcoz et Michel Koebel qui, dans leur ouvrage sur l’intégration par le sport3, remettent en cause le discours dominant des acteurs du monde politique et associatif : le sport aurait des vertus intégratrices par nature. Même si les effets de la pratique sportive sont loin d’être négligeables, ils dépendent du contexte de leur organisation, des caractéristiques et des compétences de ceux qui les mettent en œuvre. Ils soulignent également que pour tenter d’évaluer les effets à plus ou moins long terme des pratiques sportives « intégratives », des études longitudinales doivent être réalisées et plusieurs variables doivent être considérées, notamment celles reliées à la pratique, à son encadrement et aux sportifs eux-mêmes.

35L’Association Sportive de l’IME de Rosendaël a été créée en 1989, agréée et affiliée à la Fédération Française du Sport Adapté agréée Jeunesse et Sports le 13 novembre 1991. Son but est de permettre aux enfants, fréquentant l’Institut Médico-Éducatif de Rosendaël et présentant des déficiences mentales et troubles du comportement, de pratiquer, comme tous les enfants, des activités physiques et sportives,

36Les activités physiques et sportives sont, à la fois, un moyen : d’éducation, de socialisation, de reconnaissance de la différence et donc, d’insertion sociale des personnes handicapées mentales. Cette année, en automne, nous avons participé à la randonnée pédestre des Monts de Flandre à St Jans Cappel, à la ronde des six heures en Rosalies de Bray Dunes et au parcours aquatique de Croix. Au printemps, nous allons organiser la rencontre régionale de natation, qualificative pour le championnat de France et une rencontre sportive innovante, randonnée et rollers au parc du Fort Valiéres de Coudekerque Branche.

37Pour l’enfant, l’adolescent, l’adulte handicapé, sa participation et son engagement sont synonymes d’effort, de préparation, de courage, de dépassement de soi pour atteindre l’objectif fixé. Ils découvrent et font l’apprentissage de la joie d’agir, de la confiance en soi, du respect de l’autre et des règles. Bonheur, peine, rires, larmes se manifestent au gré des performances mais la convivialité, la reconnaissance de l’autre sont toujours présentes et permettent de minimiser les résultats inattendus.

38C’est une victoire du sportif sur lui-même. Il pourra la partager avec sa famille, ses proches et son encadrement qui apprendront à croire en ses capacités.

39Le Sport Adapté est un complément précieux aux soins médicaux, à l’éducation et au travail.

40Pour les compétiteurs, leurs entraîneurs leurs accompagnateurs, le Sport Adapté, c’est un état d’esprit. Quelles que soient ses potentialités, chacun y trouve une place et s’anime, se mobilise pour devenir acteur mais aussi le supporter de l’athlète ou de l’équipe.

Le thérapeutique

412. Nous nous étions vivement opposés à ceux qui considéraient comme thérapeutique tout objet touché par un enfant psychotique : le piano, la peinture et… le cheval. L’équitation n’est pas thérapeutique en elle-même, de même que n’importe quelle pratique sportive. Ce qui peut être thérapeutique c’est l’inscription d’une activité ici sportive dans un projet de psychothérapie institutionnelle où l’activité n’est qu’un support, une médiation parmi d’autre dont le sens est donné par le projet thérapeutique. Il faut oser dire que l’idée d’un cheval thérapeutique a ouvert un marché non négligeable…

42Il est apparu clairement que si nous voulions adopter une démarche scientifique, c’est-à-dire être en capacité d’évaluer les résultats de la pratique d’une activité physique par une catégorie particulière d’enfants déficients nous devions adopter la démarche suivante :

  • commencer par décrire avec précision la nature des déficiences et des incapacités des jeunes concernés par l’activité ;
  • pour les handicapés physiques et sensoriels que cette pratique soit soumise à la supervision par des médecins spécialistes de rééducation fonctionnelle ;
  • pour les handicapés mentaux que cette pratique soit l’objet d’un travail particulier de l’équipe médico-psychologique pluridisciplinaire (éducateur spécialisé, moniteur d’équitation, psychomotricien, psychiatre) avec supervision conjointe par un médecin spécialiste de rééducation fonctionnelle et par un pédopsychiatre ;
  • que des études similaires soient faites chez des sujets normaux par les mêmes équipes pluridisciplinaires ;
  • que ces études fassent l’objet de publication.

43Sans ce travail, il ne peut s’agir que de la pratique d’une activité sportive par une catégorie particulière de jeunes.

Ne pas faire n’importe quoi

44Mais puisque nous parlons d’adolescents, j’évoquerai la pratique d’activités physiques à risque, toujours avec ces jeunes difficiles. Avec un groupe de 10 jeunes nous sommes allés descendre les canyons de la sierra de Guara avec un accompagnement de deux éducateurs sportifs semi-pro, deux éducateurs spécialisés et le psychiatre.

45Les « semi-pro » ont foncé, entraînant les six plus performants, pendant que les quatre autres, ceux qui étaient en grande difficulté, étaient à la dérive avec éducateurs et psy totalement néophytes en la matière. Eh bien, les jeunes ont beau être classés dans un même vocable trouble du caractère et du comportement, en fait, ils présentent des pathologies diverses. Ceux qui ont bien réagi à la pédagogie du « marche ou crève » sont les caractériels. « Ils sont jeunes, vivent en marge de la société. Encadrés par un éducateur sportif et un animateur d’éducation populaire, ils vont s’adonner à un sport à risques. Escalade, VTT, toutes les conditions seront réunies pour qu’ils soient obligés de se serrer les coudes, de se surpasser, pour au final prendre conscience de ce qui les paralyse dans leur vie quotidienne ».

46Mais ceux qui ont été mis dans des états d’angoisse indescriptible étaient des psychotiques. Avec ces derniers, on peut faire le Rio Vero, un canyon qui ne présente pas de difficulté particulière mais qui est considéré par les semi-pro comme du pipi de chat, mais certainement pas le Mascun.

47Pour suivre le fil de notre raisonnement, il est clair que ces enfants psychotiques à expression déficitaire étaient dans l’incapacité de pratiquer un sport quelconque dans un milieu de pleine nature ordinaire.

L’essor du sport adapté

48Parce qu’il avait constaté que rien n’existait pour accueillir et encadrer la pratique sportive de son enfant, un parent a créé en juin 1971 la Fédération d’Éducation par le Sport des Personnes Handicapées Mentales qui deviendra la Fédération Française du Sport Adapté. Sa première mission est de veiller à ce que tous les pratiquants actuels ou potentiels disposent au quotidien de l’organisation et de l’encadrement nécessaire pour un meilleur épanouissement personnel et une meilleure intégration par le sport. Ses objectifs sont de

  • permettre à ses licenciés de pratiquer dans les meilleures conditions (structures, encadrement, programmes, informations) ;
  • favoriser la pratique du sport adapté (licenciés, formateurs, disciplines, rencontres) ;
  • développer le soutien du sport adapté (familles, établissements, associations, administrations, élus, entreprises) ;
  • développer le soutien du sport adapté (familles, établissements, associations, administrations, élus, entreprises). 29 ans plus tard, la FFSA représente 24 000 licenciés, 5 000 bénévoles, 550 associations.

49Il existe d’autres types d’enfants dits handicapés mentaux dans la classification internationale du handicap qui ne sont pas déficients intellectuels mais qui présentent des troubles du caractère et de la personnalité. Avec eux j’ai réalisé entre autres deux types d’expérience :

50• celle d’une intégration collective

51Étant responsable d’une école de rugby, il y a une quinzaine d’année, nous avons pratiqué dans mon club de rugby l’accueil d’un groupe de jeunes minimes venant d’un Institut thérapeutique éducatif et pédagogique qui faisait faire du rugby à des jeunes présentant des troubles du caractère et du comportement, et organisé des rencontres. Cela était possible à condition qu’il y ait un encadrement compétent à la fois au niveau du club et au niveau des éducateurs de l’ITEP.

52Sans doute savez-vous que les 19, 20 et 21 mai 2006 a été organisé le premier challenge national de rugby des instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (Itep). Vingt-quatre institutions, qui accueillent des jeunes présentant des troubles de la conduite et du comportement, ont engagé une équipe, constituée de garçons et filles âgés de onze à treize ans, dans cette compétition co-organisée par l’Itep de l’Ancrage de Morlaix et le club de rugby local. « Les enfants jouent selon des règles aménagées », précise Pascal Fabre, le président du Rugby-Club du pays de Morlaix, qui accueille au sein de ses équipes de jeunes depuis plusieurs années des adolescents de l’Itep de l’Ancrage.

53• celle d’une intégration individuelle au sein d’un club de rugby de nationale, c’est-à-dire une intégration en milieu ordinaire. Dans l’ITEP où je travaille, depuis une vingtaine d’année nous inscrivons régulièrement dans les équipes cadets ou juniors un ou deux adolescents. Ce que nous pouvons dire aujourd’hui c’est qu’aucun de ces jeunes n’a poursuivi la pratique du rugby, le plus souvent à cause des contraintes dues à leur insertion dans le monde professionnel où la pratique du sport n’est considérée que comme un loisir. Certains jeunes se sont bien intégrés, d’autre non, mais non pas à cause de leurs incapacités physiques mais à cause des problèmes relationnels qu’ils présentaient avec des comportements qui finissaient par rendre ingérable leur présence au sein de l’équipe.

54Développer l’intégration implique d’identifier les facteurs susceptibles d’en favoriser la réussite. À cet effet, il convient de s’interroger sur ce qu’il en est aujourd’hui, en France, de la pratique de ces activités par des personnes présentant un handicap. En octobre 2003, la commission médicale de la Fédération française de sport adapté (FFSA) lançait une étude nationale auprès de l’ensemble de ses licenciés, le médecin traitant de chaque sportif étant invité à remplir un questionnaire médical confidentiel. Objectifs : améliorer le suivi des 25 000 sportifs en examinant leurs multiples profils (handicaps, traitements, capacités) et dresser le portrait-robot du sportif FFSA. Les premières conclusions sont présentées par Christine Lemoigne, médecin fédéral de la FFSA. Ici il faut rendre un hommage tout particulier aux entraîneurs et encadrants bénévoles des clubs qui font preuve à la fois d’une grande compétence pédagogique et d’une extrême tolérance à l’égard de jeunes en difficulté.

La formation nécessaire et indispensable

55Il tombe sous le sens qu’il faut tenir compte de la nature de la déficience, du degré d’incapacité qu’elle entraîne et de la façon dont la personne vit sa situation. Pour faire de la course, un aveugle n’a pas besoin d’un fauteuil roulant, un unijambiste n’a pas besoin de l’accompagnant de l’aveugle, un sourd n’entend pas le signal de départ, etc.

56La pratique des activités physiques et sportives constitue un droit pour chacun et cela, quels que soient son sexe, son âge, ses capacités ou sa condition sociale.

57Dans les établissements relevant du ministre chargé de l’Éducation nationale et dans les établissements spécialisés, l’organisation et les programmes de cet enseignement devaient tenir compte des spécificités liées aux différentes formes de handicap (article 312-4 du Code de l’éducation). Il paraît ainsi nécessaire aujourd’hui d’adapter l’enseignement aux difficultés concrètes que peuvent connaître les personnes handicapées en prenant garde de bien examiner et analyser chaque particularité.

58Les éducateurs et les enseignants doivent « faciliter par une pédagogie adaptée l’accès des jeunes handicapés à la pratique régulière d’activités physiques et sportives » et, pour favoriser cet enseignement, une « formation spécifique aux différentes formes de handicap » est dispensée « aux enseignants et aux éducateurs sportifs, pendant leurs formations initiale et continue ».

59Considérons que chacun d’entre vous est bien persuadé que la pratique des activités physiques et sportives chez les jeunes déficients a des limites et réclame des moyens particuliers en fonction de chaque catégorie ; et c’est pourquoi j’avais accepté de participer à l’enseignement concernant le sport adapté aux STAPS à la faculté des Sciences du Sport de Bordeaux 2, pour faire part de mon expérience de psychiatre avec ces jeunes dits handicapés.

60Je ne peux que regretter que cet enseignement dispensé à Bordeaux ait été ajourné du niveau ministériel.

Tous les jeunes des quartiers ne sont pas des handicapés

61Ici je citerai un autre type d’initiative : celui du rugby club de Mérignac

62C’est initialement au sein du club de rugby de Mérignac que s’est développée une activité faite d’interventions en direction des jeunes des quartiers de la ville. Des éducateurs se déplacent dans les cités, initient à la pratique du jeu mais aussi à son éthique. Le cadre réglementé du rugby, sa rigueur, mais aussi son caractère ludique et convivial, se sont rapidement avéré des facteurs de participation plus spontanée que la venue à l’école de rugby. Les résultats furent vite mesurés de manière positive, tant par les parents, que les enfants et les responsables de maisons de quartiers. En trois ans, plus de 2 000 enfants ont été concernés par les diverses actions. Un développement plus important nécessitait la recherche de partenariats plus importants et une plus grande indépendance. L’association « Drop de Béton » est donc née en 1997. L’arrivée de partenaires multiples a accru de manière significative les moyens. Créatrice d’emplois (deux emplois-jeunes sont accordés par les pouvoirs publics), l’association « Drop de Béton » entend profiter de son image et de sa crédibilité pour utiliser d’autres formes que le rugby pour favoriser l’intérêt des jeunes, notamment pour la culture : dessin, musique, écriture, théâtre, danse, gastronomie… Si les potentiels le permettent, l’association pourrait engager à moyen terme des partenariats avec d’autres villes de la Communauté Urbaine de Bordeaux, tout en développant des formes de jumelages avec d’autres associations, et pourquoi pas dans d’autres régions.

63Je parle du rugby, vous avez compris pourquoi. Parce que vous savez bien qu’avec les jeunes, c’est plus facile de partager ce qui nous passionne, qu’ils aient ou non des problèmes d’intégration.

Rappel de quelques données chiffrées
1 419 centres d’aide par le travail (CAT) mettent près de 98 600 places à disposition des travailleurs handicapés.
1 294 foyers d’hébergement permettent par ailleurs l’accueil de plus de 40 600 personnes.
1 083 foyers occupationnels proposent près de 34 800 places pour les personnes handicapées qui ne peuvent pas exercer d’activité professionnelle,
638 Maisons d’accueil spécialisé (MAS) et Foyers d’accueil médicalisé (FAM) ont une capacité totale de près de 23 700 places.
Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES), no 419, août 2005.

Débats

Éric FIROUD

64Nous remercions le Docteur Bernard Allemandou pour son exposé, engageons sans plus attendre le débat.

Agnès LYLEIRE, Faculté des Sciences du Sport de Lille 2

65J’ai deux réflexions à faire, à propos de votre démonstration qui m’a fortement intéressée car je travaille beaucoup sur le handicap mental. Par contre, j’ai été un peu interpellée quand vous avez parlé de la disparition de l’aspect clinique dans l’approche du handicap. Il apparaît quand même que de nombreux instituts concernés par le handicap mental ou la déficience intellectuelle, quels que soient son stade ou son importance, ou sa gravité, peuvent avoir un rôle thérapeutique à jouer. Par contre, bien entendu, ce qu’il semble malencontreux, c’est de multiplier les notions du genre équithérapie et autres que font pratiquer parfois des thérapeutes reconnus par la médecine, comme les kinésithérapeutes, compétents en équitation mais pas forcément dans l’activité physique adaptée « éducation » pour le type de handicap. Je pense que seuls peuvent être compétents, les étudiants issus d’une formation APA à l’université, travaillant en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire dans des établissements spécialisés.

66Je voudrais ajouter ensuite que le fait de considérer que l’activité physique adaptée n’est pas quelque chose de thérapeutique en soi, comme l’EPS à l’école n’est pas une activité éducative en soi. Elle le devient par le traitement que font les professeurs d’EPS des activités physiques et sportives. À mon avis, le sport n’est pas éducatif en soi.

Dr Bernard ALLEMANDOU

67Je suis d’accord avec vous à propos des instituts spécialisés. Des projets y sont faits, des méthodes et des modes d’interventions y sont définis. Mais quand vous parlez de l’enfant, faites attention sur le plan diagnostic médical, etc., parce que ce n’est pas toujours aussi évident. Pour le cas d’un enfant caractériel, cela peut passer assez simplement, mais pour un enfant psychotique ou qui a des déficiences « x », il faut être prudent.

68Quant à l’autre question, encore faut-il que toutes les universités prodiguent une information pour un sport adapté. Surtout, n’abandonnez pas et faites intervenir dans ces formations des professionnels, des gens qui connaissent les handicapés mentaux surtout, parce que pour les handicapés physiques c’est moins compliqué. La rééducation par l’équitation pour les handicapés physiques ayant des troubles soit hémiplégiques, soit quadriplégiques ne mobilise pas les groupes musculaires. Dans certaines familles, c’est beau de voir un enfant faire du cheval. C’est très valorisant, le regard est différent ; l’ajustement du tonus postural est discuté par les neurologues mais ils doivent faire des efforts d’appliquer une pensée scientifique à ce que l’on fait. C’est le message que je voulais faire passer.

69Alors bien sûr, ce n’est pas au club qui reçoit un enfant de proposer un diagnostic, parce qu’il n’en a pas les moyens, mais il doit s’en préoccuper et peut-être envoyer quelqu’un vers les secteurs qui réalisent des diagnostics pour les handicapés, notamment physiques. Pourquoi pas les handicapés mentaux ?

Éric FIROUD, SUN

70Au sein des CLSH, de jeunes handicapés mentaux sont accueillis. Avez-vous des réflexions à faire par rapport à ces difficultés, et comment cela s’est passé, parce qu’en fin de compte la mise en garde que nous fait Bernard Allemandou, c’est de nous dire attention il ne faut pas faire n’importe quoi. Il a lourdement insisté, il a bien mis en avant le risque lié au fait que quelquefois le médical n’est pas porté au présent et on prend des risques et pourtant chez nous on a reçu des enfants en difficultés. Pouvez-vous nous donner des informations sur la manière dont ça s’est passé à Grenoble ?

Philippe PRIGENT, Grenoble UC

71Le point de vue est un peu différent, nous sommes partis du principe que la structure était suffisamment adaptée pour accueillir n’importe quel enfant. On y accueille des enfants psychotiques, autistes, en commençant principalement avec des enfants trisomiques. En fait, je n’ai pas forcément eu un lien préalable avec l’équipe médicale qui s’en occupe, qui n’a pas forcément souhaité nous rencontrer. Mais quoi qu’il en soit, je rencontre la famille et l’enfant avant pour leur présenter ce que propose le centre et la structure et en disant on va voir si on est capable de s’adapter et que l’enfant puisse trouver son bien-être pendant le séjour au centre de loisirs.

72Donc, en peu de temps nous en discutons, nous faisons un essai, ce n’est pas forcément une réussite d’entrée de jeu, mais l’objectif effectivement c’est sur du long terme. Sur une semaine, on ne voit pas forcément l’enfant psychotique ou autiste s’intégrer ou jouer avec les autres, non ce n’est pas le cas. Simplement, on se rend compte pour certains, au bout de trois ou quatre ans, qu’ils sont un peu plus avec les autres, qu’il existe plus de relations au moment du repas ou des activités sportives. C’est le seul moment dans l’année où ils sont dans un environnement « normal », où l’on essaie de faire en sorte qu’ils soient avec les autres, à côté des autres. De même que pour le sport, qui est une pratique régulière dans le cadre du centre de loisirs de Grenoble. Certains enfants ne vont pas forcément pratiquer une activité sportive comme les autres, comme on l’entend. Ils vont se tenir un peu à côté, regarder, puis petit à petit, vont s’intégrer. Ils ne vont pas être dans le groupe, certains même ne seront jamais dans un groupe mais toujours à côté. Mais leur comportement montrera de temps en temps la volonté d’intégrer le groupe et c’est ce qui nous intéresse. Nous sommes donc partis sur le principe que tous les enfants pouvaient venir. En ce qui concerne l’encadrement, nous avons des étudiants titulaires d’une licence et d’une maîtrise APA de Grenoble ; notre encadrement comprend 30 personnes. Nous savons que l’enfant aussi va s’adapter un peu aux règles qu’on essaie de lui inculquer et de lui expliquer, notamment en ce qui concerne le déroulement des différentes activités.

Ana THEIAS, Benfica Club de Football

73J’ai une expérience dans le club sportif à Lisbonne. Je m’occupe d’un enfant handicapé mental. Dans notre groupe, nous travaillons sur des éléments de cohésion ; il y a par exemple plus de cohésion dans le groupe quand il pleut. Cet enfant handicapé est nettement plus proche des autres, ne s’allonge pas par terre, les autres enfants le regardent plus, le touchent plus, etc. Nous travaillons également sur des activités sportives en rapport avec le football, car elles peuvent aider au niveau du comportement. Quand cet enfant ne désire plus pratiquer d’activité, nous le faisons asseoir par exemple sur une balle, en lui faisant travailler son équilibre, etc. Nous avons pu constater qu’il réagissait nettement plus vite que tous les autres enfants. C’est un enfant de 5 ans, dans un cours destiné aux 3 à 6 ans. On commence très tôt, en les entraînant sur l’équilibre, la posture, la notion du temps, de l’espace.

74Notre projet a seulement quelques mois de fonctionnement.

Dr Bernard ALLEMANDOU

75Permettez-moi de faire une remarque :

76Vous venez de parler d’un centre de loisirs mais je parlais d’activités sportives structurées dans un club. À l’école de rugby, dont je m’occupais, nous n’avons jamais réussi à intégrer un enfant handicapé. Par contre, nous organisions des rencontres. Quand il s’agit de jeunes enfants âgés entre 3 et 5 ans, il est facile d’intégrer un trisomique de 3, 4 ou 5 ans. Mais pour des jeunes de 14 ans, il est impossible de les faire participer à l’activité de l’équipe. Les enfants dont je m’occupe ont 13, 14 et 15 ans ; nous en avons inscrits régulièrement au SBUC, tout simplement car le SBUC était le centre le plus proche et que nous en connaissions les dirigeants. Ils ont participé au rugby dans un club d’un certain niveau, avec des objectifs d’entraînement, etc. Ces enfants-là ont réussi, de par leurs capacités physiques, à entrer dans l’équipe. Mais, bien souvent, cela ne fonctionnait pas car ce sont des enfants caractériels qui quittent le terrain pour un oui, pour un non, se moquant complètement du fait que l’équipe avait besoin d’eux. Ce sont des enfants très difficiles à « gérer », notamment au niveau collectif.

Colette ANDRUSYSZYN, Lille Université Club

77Nous avons relaté des actions en CLSH. Nous sommes quelques clubs à les mener. Puisque le propos porte essentiellement en ce moment sur les trisomiques, je crois que dans ce domaine, nous avons besoin de démonstrations et d’interventions complémentaires. Le club n’est pas un espace médicalisé. Par contre effectivement il y a une commission santé ; des médecins ou des « APA » nous accompagnent et figurent dans l’encadrement. Il nous semble que notre démarche avec le sport et les clubs, est de se dire, que peut-on leur apporter ? Nous avons ce dialogue avec les parents ; ce sont eux qui viennent vers nous car ils ont reconnu qu’à travers ces structures, comme disait Philippe Prigent, nous leur apportions un mieux-être. Et ce mieux-être est déjà, nous semble-t-il, la première marche certainement du secteur où l’on peut intervenir. Les familles constituent notre interlocuteur principal.

78Des trisomiques sont arrivés dans les structures CLSH, que des médecins nous envoyaient sans nous prévenir ; c’était de la découverte. Il existait une relation médicale par le biais des parents. Ces enfants sont devenus adultes (nous ne pouvions plus les prendre dans notre CLSH) et les parents sont revenus vers le club en disant « nous souhaiterions qu’ils puissent encore venir 1 ou 2 jours par semaine pour continuer à bénéficier de ce mieux-être, de cet équilibre de vie ». La spécialité sportive, au travers effectivement des démonstrations et d’un accompagnement médical, peut apporter des spécificités sur le handicap. D’autres démarches se font à travers le mieux-être ; on apporte à ce moment-là d’autres choses et certainement le support qui permet au secteur médical de continuer son travail sur d’autres aspects.

Michel LENGUIN, Bordeaux Étudiants Club

79Nous avons mis au point une solution assez simple, assez rigoureuse semble– t-il : nous avons deux types de clientèle, des jeunes enfants ou jeunes adolescents qui arrivent accompagnés par leurs parents et ceux qui sont accompagnés par les associations spécialisées. Dans le premier cas, nous faisons appel au Comité Départemental ou Régional Handisport, qui nous amène des personnels qualifiés pour s’occuper de ces enfants. Dans le deuxième cas, c’est le personnel des associations qui suit les enfants que nous accueillons. Cette situation me semble harmonieuse.

Dr Bernard ALLEMANDOU

80Il est important de préciser ce que vous faites, au BEC, avec les enfants que vous recevez le mercredi après-midi. Mon fils y est allé, donc je suis au courant, et il existe une pédagogie et une philosophie de l’éducation bien particulière pour encadrer les enfants, qui portent leurs fruits.

Michel LENGUIN

81Effectivement, et avec des moments de mixité ensuite avec les valides et invalides une fois sur trois ou quatre. Chacun y trouve son compte.

Agnès LYLEIRE

82Je voudrais simplement témoigner d’une expérience qui dure depuis des années et qui concerne les IME et IMPro, donc des gens qui sont accueillis dans ces établissements et qui ne sont pas des jeunes enfants, lors des vacances d’été. C’est une cohabitation à l’envers, puisque c’est le centre qui s’ouvre aux enfants de la ville et qui fait un énorme travail d’accueil en collaboration avec les parents, la municipalité, et le secteur médical bien sûr ; ce qui permet d’avoir, non pas cette notion d’intégration mais cette notion d’un autre regard de pratique en collectif entre handicapés mentaux et personnes valides.

Dr Bernard ALLEMANDOU

83Je voudrais insister sur l’extraordinaire essor qui a eu lieu pendant ces dix dernières années concernant les problèmes de lutte contre l’exclusion par le sport. Cela a été à la fois une révolution culturelle et, d’autre part, cela met en exergue le fait que le sport est un facteur d’intégration, c’est ce qui est dit dans les discours officiels, mais effectivement c’est un lieu où sont accueillies de nombreuses initiatives. Trop mal connues cependant.

Walfried KÖNIG

84Si vous croyez qu’une activité physique peut être plus utile au développement d’un enfant, d’un jeune, qu’un médicament, croyez-vous que les médecins, les thérapeutes et tous leurs collègues soient obligés d’envoyer ces enfants dans les clubs, de recommander aux parents d’envoyer leurs enfants dans les clubs ou même de nouer un contact direct avec un club ? Est-ce donc une obligation de la profession ? Ensuite, existe-t-il des programmes ? J’ai bien compris qu’il fallait s’orienter et qu’il fallait respecter les caractéristiques de l’individu. Mais tout le monde sait que quelques traits caractéristiques se répètent donc, si cela n’existait pas, il n’y aurait pas de possibilité de regrouper les personnes selon tel ou tel handicap. Y a-t-il des programmes adaptés aux différents handicaps ?

Dr Bernard ALLEMANDOU

85Première question : y a-t-il une obligation chez les professionnels du secteur médico-social, du secteur handicapés, c’est-à-dire ceux qui dépendent de la loi de 1975 ? Il y a obligation dans les textes, elle est explicitée dans la loi. Le seul problème est qu’il y a obligation, mais pas forcément toujours les moyens. Madame parlait de la promotion mais il faut savoir que ces services sont aussi la tutelle des institutions et lorsque l’on demande un animateur sportif, on vous répond « non », c’est la même institution. Par contre chez les professionnels, chez les éducateurs spécialisés d’une façon générale, ils sont tous convaincus à 85 % que l’activité sportive est quelque chose de nécessaire adapté à l’âge et au sexe.

86Deuxième question : y a-t-il des programmes adaptés ?

87Toutes les institutions médico-sociales recevant ces enfants mettent en place des programmes adaptés, des projets individualisés pour chaque enfant, ainsi que des stratégies d’interventions autant que possible, partagées avec les parents lorsque l’on peut travailler avec eux.

88Selon la loi de 2005, il est vrai que le Conseil Général a comme nouvelle tâche aujourd’hui celle de s’occuper de l’orientation des enfants handicapés dans les maisons départementales du handicap. Il est donc nécessaire de former les nouvelles personnes déléguées à ce projet. Elles devront apprendre ce qu’est le handicap, ce qu’est l’institution qui s’en occupe et les programmes existant. Cela fait 50 ans que nous travaillons avec ces enfants. Nous essayons de mettre en place des programmes adaptés et en particulier pour essayer de les faire sortir des murs de l’institution.

Sylvain Paillette, du Lille UC

89Concernant l’accueil des jeunes handicapés mentaux, existe-t-il un questionnaire, ou une référence de questionnaire type, que l’on peut soumettre aux enfants, aux parents, à l’éducateur ? Au niveau médical, y a-t-il des textes validés par des scientifiques ?

Dr Bernard ALLEMANDOU

90Il existe une spécialité médicale qui s’occupe de handicap mental : c’est la psychiatrie. En psychiatrie, il existe une grille de diagnostics. Vous avez vu la grille de Régis que je vous ai montrée tout à l’heure et qui date de 1907.

Sylvain PAILLETTE

91Je ne parlais pas forcément d’un dictionnaire médical mais d’un questionnaire qui permet ou permettrait d’accueillir l’enfant avec une « validation » médicale ou autre que le travail mené dans les clubs.

Dr Bernard ALLEMANDOU

92Madame vous a répondu tout à l’heure que pour l’accueil, c’est une question de climat, de philosophie personnelle et collective. Si quelqu’un a besoin d’un service, nous en discuterons avec lui et nous verrons ensemble. Certains clubs acceptent de faire cela mais d’autres non. Si vous acceptez de discuter avec ces personnes, elles vous diront ce dont elles ont besoin, mais dans le club il n’existe pas forcément un équipement médical adéquat pour pouvoir répondre à la question que vous vous posez. Les clubs ne disposent pas d’un médecin spécialiste du handicap pour leur dire s’ils peuvent ou non accueillir les handicapés. Les questions se posent dans un deuxième temps et, à ce moment-là, les dirigeants se tournent vers une équipe de médecins compétents, spécialisés en rééducation fonctionnelle et autre. Mais au niveau de l’accueil, cela n’appartient qu’à la bonne volonté et au désir d’amener ces enfants-là au bien-être.

Éric FIROUD

93Le handicap est un mot majeur de notre université sportive d’été, dans la mesure où aujourd’hui vous avez parlé de handicaps lourds, de normes scolaires, familiales, juridiques, physiques et psychiatriques. On comprend bien que les clubs ne sont pas forcément armés et n’ont pas l’envie de rentrer dans des secteurs pour lesquels ils ne sont pas faits. Par contre, notre activité qui est le sport peut répondre à des besoins, mais le handicap c’est aussi autre chose. Je pense que l’on aura l’occasion de parler du handicap santé, de diabète, d’obésité. Ce matin était présent le Président de l’Association diabétique de France. Là aussi, nous ne sommes pas là pour remplacer le domaine médical, pointu au niveau du diabète, mais pour apporter notre pierre à l’édifice ; car il n’est pas normal qu’un petit obèse, un petit diabétique ne puissent pas pratiquer le sport avec leurs camarades. C’est donc important.

94Le vieillissement est encore un point sur lequel il va falloir travailler et trouver des solutions adéquates.

95Nous avons créé une association à Nîmes qui s’appelle le SUN AVENIR, adaptation sociale, scolaire où nous accueillons des enfants de l’ASE avec qui nous effectuons un travail de médiation par le sport. Ce n’est pas le sport comme outil mais le sport central, c’est lui qui organise et qui conduit le projet pédagogique et éducatif. Pour aviser ce projet de club, cette volonté de club, il a fallu passer par les payeurs. Vous les avez évoqués et je voudrais que vous puissiez nous aider à aller plus loin dans la réflexion. Nous sommes motivés par notre rôle social, notre rôle de citoyen, mais on ne peut pas faire abstraction des aides financières. Dans ce cadre, nous travaillons avec tous les Conseils Généraux de France et nous recevons des enfants de tous les départements de France en nombre limité. Conséquences importantes : 7 enfants, 10 créations de postes. Nous ne sommes pas en dehors de nos prérogatives. Nous avons été reconnus, nous sommes un club sportif, mais le sport n’est pas une spécialité ; nous ne voulons pas faire du rugby pour qu’ils jouent au rugby ; nous utilisons le sport comme moyen. Par contre, notre souci, aujourd’hui par rapport à ce club s’est résolu car maintenant il existe des conventions et des contrats avec les Conseils Généraux pour pérenniser ce type d’opération.

96Avez-vous des exemples d’implications de partenaires institutionnels ou privés qui ont permis à un club de pérenniser ce type d’expérience ?

Dr Bernard ALLEMANDOU

97Dans votre département, il existe 24 IMP qui s’occupent d’enfants déficients mentaux, soit 1 200 enfants. Il y a à peu près autant d’instituts de rééducation qui s’occupent des troubles du caractère et du comportement, soit 2 400 enfants. Il y en a autant qui sont à l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) dans des foyers, etc., à quoi s’ajoutent la justice, la psychiatrie, c’est énorme.

98Le Conseil Général aujourd’hui s’occupe des enfants handicapés, et vous avez la chance d’avoir un Conseil Général qui est intéressé, sans oublier Jeunesse et Sports qui vous a apporté un soutien très efficace.

99Dans notre département, nous avons un gros lobby associatif avec des directeurs généraux d’associations de 700 salariés qui s’occupent de plus de mille enfants. Nous en avons 7 dans le département.

100De nombreuses institutions aimeraient promouvoir cette action, pouvoir bénéficier d’éducateurs sportifs, de façon à pouvoir travailler en amont pour commencer quelque chose qui pourrait se poursuivre vers l’extérieur. Il est plus facile d’intégrer des jeunes collectivement.

Éric FIROUD, Sports Université Nîmes

101Le problème de la pérennisation, c’est le problème des moyens. Lorsque nous sollicitons la Jeunesse et Sports et le CNDS, les subventions accordées dans cette nouvelle ligne qu’est le sport handicap sont dérisoires. Malheureusement, nous sommes dans le défi des clubs sportifs. Nous allons nous retrouver démunis si nous ne mettons pas en place un rapport de force. Et on ne pourra le mettre en place qu’à partir du moment où on reconnaîtra nos compétences. À mon sens, il faut faire très attention en allant sur des opérations pour lesquelles nous ne sommes pas sûrs et pas performants parce qu’il faut un suivi médical et que nous en avons bien conscience. Mais nous avons aussi conscience de notre rôle social. Par exemple, dans l’Essonne, 6 000 enfants dépendent de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) et sont sous la responsabilité du Conseil Général. L’Essonne, 6 000, peut-être en Gironde 2 ou 3 000 ? Dans le Gard 2 000 ? Est-ce que vous réalisez le nombre d’enfants qui sont dans l’inadaptation sociale ou scolaire ? Je pense qu’ils n’ont pas besoin, dans le cas de notre intervention, d’avoir un suivi médical. Par contre, nous avons besoin d’être soutenus par des professionnels. C’est cela la difficulté de ces actions, parce que nous percevons quelque part, que nous sommes dans le vrai.

Dr Bernard ALLEMANDOU

102Vous avez changé de filière au milieu de votre discours. Je veux dire par là que nous parlions du handicap et que, soudainement, vous avez évoqué le problème des enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance. Il est nécessaire de distinguer les catégories. En ce qui concerne les enfants de l’ASE, il y a une inadaptation familiale. Ils sont placés chez des gardiennes ou dans des maisons à caractère social. Les lieux de vie représentent un élément infime, vous avez pour un lieu de vie, mille gardiennes qui reçoivent les enfants. C’est en fonction de l’âge. Les enfants qui sont chez les gardiennes peuvent aller dans les clubs environnants. Au lieu d’être chez les parents, si la gardienne est persuadée que l’enfant doit aller faire du sport, il peut le faire. Dans les maisons à caractère social (pour les plus grands), ce sont des foyers de vie. Je travaille dans un foyer de jeunes filles qui sont emmenées à la piscine, à la danse, en intégration individuelle et non médicalisée. Puisqu’on est hors champ médical, c’est possible. Comment persuader le Conseil Général qu’il doit financer des clubs pour accueillir ces enfants ? Je pense que le Conseil Général ne vous donnera pas d’aide pour accueillir les enfants de l’aide sociale, parce qu’il souhaite qu’ils vivent en milieu ordinaire.

Éric FIROUD

103Cela ne se passe pas comme ça chez nous.

104C’est pour cela que cette discussion est fondamentale. On est en terrain expérimental. Et cette expérimentation sort de nos clubs. C’est un club sportif qui a créé ce lieu de vie expérimental reconnu par les Conseils Généraux de France. Cela montre bien qu’on est dans l’exception, c’est un club qui a fait cette opération-là. Est-ce que c’est quelque chose d’intéressant, qui va être pérennisé ? Si tel est le cas, comment le dupliquer ? Lorsqu’on reçoit les enfants dans nos centres de loisirs sans hébergement à Grenoble, on est vraiment dans le cadre de l’expérimentation. Mais nous avons besoin de savoir comment le valoriser.

Dr Bernard ALLEMANDOU

105La seule solution est de justifier la demande sur le plan politique, parce que, sur le plan politique, tout le monde est pour l’intégration, vous l’avez bien compris.

106Vous devez mettre le Conseil Général face à ses responsabilités. Dans mon département, le Président du Conseil Général est maintenant responsable de la Maison départementale des handicapés. La loi préconisant la pratique du sport pour ce type de public, quelles mesures concrètes prend-il ? Les clubs sportifs sont prêts, effectivement, à entendre ce message, à condition qu’il y ait au moins des négociations possibles, ouvertes, etc.

107À Nîmes, vous avez pu ouvrir des négociations à partir d’un certain nombre de données locales qui ne sont pas forcément faciles ou toujours possibles dans d’autres départements. Donc, ce que vous faites ici, il faudrait le faire appuyer, le généraliser, de façon à ce que cette avancée puisse devenir un soutien pour l’ensemble des clubs.

108Cela ne veut pas dire que du côté des enfants de l’aide sociale à l’enfance, il ne faudrait sans doute pas faire des choses : ce sera sans doute plus difficile. Pour exemple, les gens de Mérignac, avec « Drop de Béton », sont allés présenter au Conseil Général leur projet de faire faire du sport aux enfants des cités qui avaient mis le feu partout. Le ministre de l’Intérieur était énervé par cette situation. Le Conseil Général a subventionné le projet. J’ignore par contre comment ils s’y sont pris pour le pérenniser. Des éducateurs spécialisés travaillent dans la rue et, au moment des vacances, ils mettent en place des projets pour la pratique du football, etc. Mais le financement est valable pour deux mois et les enfants retournent ensuite dans leurs cités. Et on reste avec les problèmes de fond impossibles à gérer.

109Nous avons effectué tout un travail avec la FSGT, mais ce n’est pas le Conseil Général qui a payé, c’est la Mairie de Pessac, parce qu’il y a localement une « politique de la ville dynamique ». Nous sommes allés chercher, par ce biais, une aide qui provient de l’État, ce qui est assez compliqué. On a réussi à payer un temps d’animateur : les jeunes ont de la boxe, de la natation, et plein d’autres sports et également, ce qui est tout à fait passionnant, ils forment des jeunes de la cité à devenir à leur tour animateurs sportifs. J’ai participé également à une ou deux sessions pour la formation de ces jeunes qui n’ont aucun diplôme scolaire, et c’est un club sportif – la « communauté » FSGT – qui s’en occupe. Le Conseil Général n’a pas participé au soutien de cette initiative.

110Votre association doit prendre position, c’est très important. La mobilisation des partenariats peut varier d’un lien à un autre.

Éric FIROUD

111Je vous remercie de cette intervention. À l’évidence, il y a encore du chemin à faire pour initier des partenariats stables.

Notes

1 Allemandou B., Histoire du handicap. Enjeux scientifiques, enjeux politiques, Bordeaux, Les Études Hospitalières, 2001, 362 p., bibliogr.

2 Allemandou B. « La pratique de l’équitation chez les enfants psychotiques à expression déficitaires » in Cinésiologie, no 67, mars 1978, p. 57-71.
Allemandou B. « Le cheval, l’enfant et le psychiatre ». Journée d’étude sur le sport hippique. CHU de Marseille, 19 mai 1978.

3 Falcoz M. et Koebel M. (slnd), Intégration par le sport. Représentations et réalités. Paris, L’Harmattan, 2005.

Table des illustrations

Titre Les filières de l’enfance en marge
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/8503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search