Version classiqueVersion mobile

Handicaps, Sport, Intégration

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Ernest Gibert, Jacques Blociszewski, Eric Firoud, Patrice Prat, Yvan Lachaud, Dominique Virie, Denis Poizat, Agnès Lyleire, Walfried König, Mariem Abassi, Bernard Allemandou, Jean-Paul Schneider, Serge Vittecoq, Cyril Moré, Patrice Garcin, Sébastien Pilot, Colette Andrusyszyn et Alain Braun

Texte intégral

Intervention de Ernest GIBERT
Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires (UNCU)

1Monsieur le Maire,

2Monsieur le représentant du Conseil Général,

3Monsieur le représentant du Conseil Régional,

4Monsieur le Député,

5Monsieur le représentant du Ministère de la Jeunesse et des Sports,

6Mes chers amis,

7Pour l’Université Sportive d’Été, il n’est pas de sujet facile, même si le libellé qui le porte est exprimé avec clarté :

8Handicaps, Sport, Intégration – Le défi des clubs sportifs

9• Pourquoi avoir choisi de parler de handicaps au pluriel ? Évidemment, parce que la multiplicité des formes en est indiscutable et qu’il paraît difficile et peu opérationnel, compte tenu de la diversité de leur nature et de leurs effets, de considérer les questions qu’ils posent sous une forme unique. Parler du handicap, en général, a-t-il vraiment un intérêt ; même si parler de handicap a assurément une signification. Parce qu’il s’exprime au travers des réalités les plus concrètes de la vie, le handicap ne peut être regardé comme un concept abstrait et globalisant, ni comme une notion fourre-tout qui rassemblerait tout ce qui n’est pas conforme à une norme dont l’existence et la pertinence restent à démontrer.

10Reconnaître, et admettre, la diversité de ses formes, c’est peut-être déjà arriver à la conclusion qu’il n’existe pas une politique de handicap mais une multiplicité de réponses et par conséquent des politiques de handicap.

11• La difficulté s’accroît encore lorsque l’on considère les deux autres éléments du sujet : sport et intégration.

12D’abord parce que, contrairement à une idée qui tend à se répandre au nom de la facilité, intégrer n’est pas tout résoudre. Dans le champ de l’intégration, bien des modalités sont possibles. Elles vont de la non exclusion jusqu’à la recherche d’une interaction construite, raisonnée, pilotée, partagée. L’intégration ne se décrète pas ; elle se construit en partenariat : avec quels acteurs, selon quelles modalités, dans quel(s) but(s), avec quelles conséquences ? Ni le handicap, ni le sport ne peuvent échapper à ces interrogations.

13Associer sport et intégration ne va pas de soi. Le poser en principe, c’est oublier que le sport peut être – est trop souvent parfois – facteur de désintégration. Désintégration de l’éthique, ce ne sont pas les exemples passés ou présents qui manquent. Volonté de s’affirmer en dehors, quand ce n’est pas au-dessus, des règles de la société ; c’est le cas, me semble-t-il, d’une conception du droit du sport qui prétendrait échapper aux principes généraux du droit. Formes de repliement dans un univers borné, comme l’illustre tristement le comportement de certains groupes de supporters, qui ne sont pas autre chose que l’expression dévoyée d’une certaine forme de communautarisme. Bien sûr, le sport peut être un vecteur puissant d’intégration, mais il ne suffit pas, là encore, de le décréter. C’est dans la voie de l’associativité, plus que dans le sport lui-même, que se trouve la clé de l’intégration.

14Sur le thème Handicap et Intégration, ce ne sont pas les discours qui manquent, ni même les déclarations de bonnes intentions. Il serait malhonnête, indécent vis-à-vis de celles et de ceux qui sont engagés sur le terrain, d’affirmer que l’action ne suit jamais le discours. La volonté d’agir existe, concrétisée par des acteurs qui ne sont pas tous politiques ; du terrain a été conquis. Cependant, beaucoup reste encore à faire, dans le champ de l’éducation, dans l’accès au marché de l’emploi, pour n’évoquer que deux sujets de préoccupation.

15Le club sportif peut être un acteur majeur. Mais il doit faire davantage et il ne peut le faire seul car la vie d’une personne handicapée, quelle que soit la nature de son handicap, ne se range pas dans une série de tiroirs séparés. Pour ne citer qu’un exemple, régler le problème de l’accessibilité à un équipement sportif n’a de sens que si la même question a été traitée dans tous les éléments de la périphérie qui permettent de l’atteindre.

16• Mettre en relation Sport et Handicap dans une perspective d’intégration est un exercice naturel, au moins au plan de la réflexion philosophique. L’exercice est plus difficile lorsqu’il s’agit de passer de l’expression des idées à leur mise en œuvre pratique dans le cadre d’une action concrète, continue et efficace. Reconnaître solennellement le bien-fondé et la noblesse d’une cause permet encore trop souvent, si l’on ne dépasse pas le stade du discours, d’en faire porter le fardeau par d’autres. Le club sportif peut-il, doit-il être l’un de ces « autres » ? Sans doute doit-il tenir toute sa place si l’on fait – comme l’indique le document de présentation de cette USE – « le pari qu’une conception novatrice de la pratique des APS, organisée au sein du cadre associatif des clubs, est de nature à ouvrir la voie d’une intégration réussie ». Encore faut-il que cette conception, dans son contenu et dans ses modalités de mise en pratique, soit clairement et efficacement définie.

17• Comme toujours, au moment de l’ouverture d’une Université Sportive d’Été qui se veut être un espace de réflexion, de propositions et d’action, on mesure – sans pour autant la découvrir au dernier moment – l’ampleur de la tâche.

18Ce n’est donc pas un hasard si cette 24ème USE a lieu en cet endroit, à cette date et sous cette forme. À Nîmes, où nous revenons à près de dix ans de distance, parce que nous savons la force de l’engagement du SUN sur le sujet qui nous préoccupe aujourd’hui. À une période inhabituelle pour l’USE, celle des derniers feux de l’été, mais des couleurs adoucies de l’automne, parce qu’elle nous a semblé plus propice pour réunir celles et ceux dont la parole est utile pour faire avancer ce sujet. Sur une durée plus ramassée, pour que soient mieux concentrés nos échanges et ciblées nos propositions.

19Plus vite, plus court, plus fort ? Commençons par nous rassurer. Associer les trois dimensions du sujet (handicap, sport, intégration) en les faisant porter par le club est situer l’enjeu à un niveau élevé ; surtout si l’on se demande, en oubliant le paradoxe de Condorcet, lequel est supérieur aux deux autres. Soyons ici sans ambiguïté. Dans nos échanges, c’est – me semble-t-il – la vision du côté du handicap qui doit l’emporter sur l’entrée par le sport ou par l’intégration. Quant au club, il n’est ici qu’un moyen et non pas une finalité.

20Sur le terrain des initiatives, on ne part pas de zéro. De nombreuses actions existent déjà. En ce domaine, comme dans bien d’autres, l’invisible l’emporte souvent sur le visible. C’est pourquoi la mutualisation des savoir-faire et des expériences est une absolue nécessité.

21Sans préjuger de ce que seront nos réflexions, on peut d’ores et déjà, et sans souci d’exhaustivité, souligner l’importance de quelques principes susceptibles d’aider le club sportif à mieux concourir à l’intégration du handicap.

  • D’abord, considérer globalement la question du handicap, en prenant simultanément en compte toutes ses dimensions. Dans ses aspects les plus courants, la vie du sportif handicapé, ou du handicapé accédant au sport, n’est pas séparable de sa vie tout court. Cela concerne par exemple la question de l’accessibilité ou celle du transport.
  • Préparer et personnaliser l’accueil des handicapés, afin de mieux tenir compte des particularités de leur handicap, de s’y préparer mieux et de faciliter une intégration qui doit, si possible, s’exprimer au travers de tous les aspects de la vie au sein de l’association.
  • Solliciter davantage les richesses de la solidarité entre les membres du club sans pour autant que cela puisse servir de prétexte aux institutions pour se décharger de leurs missions.
  • Se souvenir enfin qu’une action en faveur du handicap bénéficie à tous. Il en est ainsi, notamment, de l’accueil, de la signalétique ou de l’accessibilité. Au demeurant, à considérer les tendances de la démographie, nous serons tous, un jour ou l’autre, sous une forme directe ou indirecte, touchés par le handicap

22Il existe bien d’autres principes simples à mettre en œuvre pour aider le club sportif, et plus largement la société, à relever le défi qui leur est proposé. Pour y contribuer modestement au cours de cette 24ème USE, la démarche que nous vous avons proposée est simple : d’abord identifier les instruments intellectuels et opérationnels, sur lesquels peut s’appuyer l’action ; voir ensuite, à partir de l’expérience, comment pourrait s’élaborer une philosophie concrète de l’intégration ; enfin, identifier et construire les partenariats indispensables à la mise en œuvre d’une politique associant intelligemment sport, handicap et intégration.

23Tous ces échanges permettront-ils de porter, sur le handicap, un autre regard ? Je ne suis pas sûr que là soit la véritable question. Il est, sur la question du handicap, plus important aujourd’hui, de savoir et de pouvoir soutenir le regard ; il n’est de meilleur moyen pour le faire que celui qui consiste, enfin, à échanger les regards.

24La portée et l’intérêt de cette nouvelle USE vont plus loin que le sujet lui-même. Le choix de l’égalité porte en lui le droit à la différence, mais ce dernier est inséparable du droit de vivre avec.

25Assurément, le sujet qui va nous occuper est intimement lié à des questions de fond qui touchent à l’ensemble de la vie en société et à notre conception de la dignité humaine.

Allocution de Jacques BLOCISZEWSKI
Chercheur en sciences de l’information et de la communication
Membre du bureau de l’Association des Journalistes Sportifs

26Merci Ernest. Effectivement, Jacques Marchand n’a pas pu venir, mais il a tellement marqué ce stage de communication et cette USE, depuis si longtemps, que, bien sûr, son nom est le premier qu’il faut évoquer.

27Je citerai aussi celui de Jean-Marc Michel, le Président de l’USJSF. Jacques Marchand n’est pas là cette année mais cela m’a donné l’occasion de le suppléer (bien modestement…) et de découvrir ce stage de communication que je ne connaissais pas. J’y étais encore hier, et je peux témoigner à quel point ce stage est un concentré de passion. On utilise le mot passion un peu à toutes les sauces aujourd’hui, mais je vous assure que cette dizaine de jeunes qui est en stage depuis dimanche s’est mise à la tâche avec beaucoup d’enthousiasme. Il leur est proposé de travailler sur l’ensemble des activités d’un journaliste, c’est-à-dire les aspects rédactionnels, la présentation en télévision, le reportage sur le terrain, la prise de contacts et de rendez-vous, les interviewes, la prise de vues, et même un aperçu du « dérushage » et du montage audiovisuel. C’est donc un vaste ensemble de compétences qu’ils acquièrent, ou tout au moins avec lesquelles ils se familiarisent. Ces jeunes viennent principalement de Nîmes et de Montpellier, mais aussi de Lyon et de Provence. Ils apprennent beaucoup de choses (moi aussi d’ailleurs, puisqu’il y a certaines de ces pratiques que je ne connais pas bien !).

28Je voudrais saluer le travail de Yann Hildwein, le jeune journaliste de L’Équipe qui anime remarquablement ce stage. Yann est la parfaite démonstration d’à quel point un journaliste de 29 ans peut être mûr, ouvert, à l’écoute et excellent formateur. Vous le rencontrerez tout à l’heure, avec les stagiaires qui vont venir se présenter et vous montrer un film. En tout, trois petits films de 5 minutes sont prévus, et vous verrez donc le premier.

29Jacques Marchand, mais aussi Roger Pureur et Gérard Ejnès ont été les grands animateurs de ce stage pendant de longues années (Gérard est d’ailleurs venu deux jours cette semaine). C’est donc en partie une année de transition pour ce stage de communication, puisqu’il y a – provisoirement… – de grands absents. Nous essayons d’assurer la relève et il me semble que c’est dans ces moments-là que l’on peut voir la vitalité d’une entreprise et d’une initiative, et comment le renouvellement se fait au sein d’un groupe et d’un stage. Je dirai aussi que l’intérêt de ce stage a encore été renforcé par le fait que nous sommes accueillis par une télévision de Nîmes, Télé Miroir, et son responsable Philippe Reig. Il s’est dévoué corps et âme à cette télévision, et c’est une action tout à fait passionnante.

30Nous avons également été très activement aidés par les jeunes de SUN Omnisports, charmants et très utiles pour la bonne tenue de ce stage.

31À tous, donc, un grand merci.

Allocution de Éric FIROUD
Président du CDCU et du SUN Omnisports

32Je suis chargé de vous souhaiter la bienvenue. Bienvenue à nos élus :

33M. Patrice Prat, Conseiller général

34M. Jean-Paul Boré, Conseiller régional

35M. Yvan Lachaud, Député du Gard

36Le représentant de l’État, M. Dominique Virie, qui représente M. Bourrienne, Directeur Départemental Je salue les présidents d’associations, M. Paul Kramier, représentant de l’Association des Diabétiques de France Aux personnes que je connais très bien, avec qui je travaille depuis des années au Conseil Général, je dis bonjour de cette université sportive d’été.

37Je ne vais pas me gêner pour remercier, et pour une fois qu’on me donne le micro, toutes les personnes avec qui je travaille depuis des années et je vais commencer par remercier l’Union Nationale des Clubs Universitaires, pour avoir confié au SUN cette responsabilité d’organiser la 24ème université d’été. C’est la deuxième fois que vous nous confiez cette responsabilité ; la première fois était en 1997, avec pour thème « Quel club pour le 21ème siècle ? ». Ca y est, on est dans le 21ème siècle et les clubs ont changé et ont évolué.

38Merci également parce que cette année le club fête ses dix ans, et organiser l’USE, c’est prestigieux pour nous et nous en profitons.

39Je veux remercier mes partenaires institutionnels, à commencer par le Conseil Général avec qui je travaille depuis le début, dix ans, notamment au travers – M. Prat peut vous en parler – d’une convention qui nous lie, notamment en ce qui concerne notre thème, sur le handicap et c’est une expérience unique en France, qui fait que des sportifs assistent des invalides, des handicapés, pour montrer que l’esprit sportif ne s’arrête pas à la sortie d’un stade ou d’un match, mais qu’il existe au quotidien. Cette expérience, qui dure depuis de nombreuses années grâce au Conseil Général, est donc en train de développer des idées chez d’autres.

40Le Conseil Régional est partenaire du SUN depuis le début, il nous a aidé à construire, à investir et je remercie Jean-Paul Boré aussi d’avoir convié le SUN aux réflexions des différentes commissions que mettent en place les chargés de missions mais je pense que Jean-Paul Boré en parlera par la suite.

41Je remercie Yvan Lachaud pour l’aide qu’il nous a apportée pour l’équipement d’un bus pour personnes handicapées, bus que nous mettons à disposition de tous les sportifs handicapés du Gard à leur demande pour leurs déplacements et qui peut transporter quatre fauteuils.

42Je remercie la Jeunesse et les Sports - il faut bien que j’en profite – et notamment son Directeur, M. Bourienne, pour avoir tout de suite répondu positivement aux aides que je lui demandais pour l’organisation de cette Université sportive d’été. Nous avons décidé ensemble que l’aide de la Jeunesse et Sports était orientée vers le stage communication pour permettre à de jeunes étudiants de bénéficier de ce stage et Jacques Blociszewski vous donnera tout à l’heure des précisions complémentaires.

43Merci d’avoir accepté le sujet, qui a posé quelques petits problèmes à nos amis du conseil d’administration de l’UNCU en proposant un sujet aussi vaste et difficile, et j’espère que nous arriverons à creuser, débroussailler ce thème.

44On vous reçoit en Languedoc-Roussillon, dans le Gard, au Pont du Gard. Jean-Paul Boré est en train de dire que c’est le monument historique le plus visité en France ; ce n’est pas le pont de Millau, c’est le pont du Gard, c’est un pont Romain phénoménal qui servait à l’époque à amener de l’eau à Nîmes. On amène l’eau, on amène la vie. Toute une symbolique est rattachée à ce pont, et on peut constater malheureusement récemment que dès qu’il y a des conflits ou des guerres, la première chose que font les assaillants c’est de détruire les ponts. Ils détruisent les ponts et la liberté de circulation, et nous, à cette université sportive d’été, nous allons jeter des ponts, c’est l’inverse.

45Nous allons jeter des ponts pour que la liberté d’expression, la liberté d’idées et la pensée circulent et nous allons essayer de rapprocher ce qui ne l’est pas, nous allons essayer de nous rapprocher pour mieux nous comprendre les uns et les autres, pour essayer ensemble de trouver, de chercher, d’avoir des idées, nous allons voir ce que cela va donner, nous ferons le bilan dimanche. Alors je ne vous promets pas le soleil, la météo n’est pas forcément favorable à l’extérieur mais le SUN, lui, est là, il est à votre disposition et vous souhaite de passer une très bonne Université Sportive d’Été. Je vous remercie.

46Je passe la parole à Monsieur Prat, représentant le Président du Conseil Général du Gard.

Allocution de Patrice PRAT
Conseiller Général du Gard

47Merci, cher ami, de ces mots de bienvenue.

48Monsieur le Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires,

49Monsieur le Président de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France,

50Monsieur le Député, rapporteur auprès de la commission interministérielle sur le handicap,

51Mon Cher Jean-Paul Boré, Conseiller Régional,

52Chers collègues,

53Monsieur le Président de l’Union Départementale des Clubs Universitaires,

54Monsieur le Directeur Départemental de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative,

55Mesdames et Messieurs les Présidents des Comités Sportifs Départementaux,

56Mesdames et Messieurs les Présidents des Associations Sportives,

57Mesdames, Messieurs, chers amis sportifs,

58Tout d’abord, permettez moi de vous dire tout le plaisir qui est le mien d’être parmi vous aujourd’hui pour introduire cette journée studieuse, je vous remercie également de votre présence ici pour ces journées de la 24ème USE organisée sur ce magnifique site du Pont du Gard.

59Je veux aussi présenter les excuses de Damien Alary, Président du Conseil Général, qui m’a chargé ici de le représenter et de vous dire qu’il vous assurait de tout son soutien pour la cause qui est la vôtre et qui est la nôtre au sens de la collectivité.

60Le thème de ces journées « Handicap, Sport, Intégration - le défi des clubs sportifs » est tout à fait d’actualité et j’ose espérer que les débats seront riches de propositions, fructueuses pour l’avenir. La présence aujourd’hui d’un public nombreux, divers, avec des représentants des différentes fédérations sportives, de fédérations dites ordinaires, des représentants des collectivités locales, élus, fonctionnaires territoriaux des sports et autres services et de l’État ainsi que de nombreuses personnes inscrites à titre individuel prouve bien que la problématique de l’intégration constitue un défi partagé. Ce défi de l’intégration consiste avant tout à s’interroger sur les moyens de permettre l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées dans de bonnes conditions. Cela vous invitera à réfléchir sur plusieurs thématiques abordées durant ces deux journées et Dieu sait qu’elles sont vastes.

61Le Conseil Général du Gard se félicite d’être le partenaire de cette manifestation et c’est avec un réel plaisir qu’il voit également la Région Languedoc-Roussillon s’associer à cet événement. Le département du Gard a inscrit dans les priorités de sa politique sportive l’aide au public en situation de handicap au travers notamment de deux Comités sportifs du sport adapté et du handisport.

62Notre département est l’un des plus actif dans la région en ce domaine ; de plus, nombre de projets présentés par les clubs et associations sportives qui souhaitent favoriser l’accès aux personnes handicapées par une pratique mixte, bénéficient de notre aide. Notre souhait reste celui de favoriser l’accessibilité au sport pour tous au sein même des associations sportives et dans tous les territoires du département.

63Le Président Alary, lors de ses rencontres avec les Gardois durant le premier semestre, a félicité l’ensemble des responsables d’associations, bénévoles ou salariés qui œuvrent à mettre en place de véritables projets de territoires en partenariat avec notre institution départementale. Le sport n’est certes pas une compétence obligatoire, mais la nouvelle loi sur l’égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a impliqué la création de la Maison départementale des personnes handicapées dont le Président du Conseil Général assure la présidence.

64La Direction de la Culture et des Sports, ici représentée par Mme Corinne Dezan, que je salue, a consacré en 2006, un budget total de 130 000 euros à la pratique sportive handicapée alors que notre budget était de 80 000 euros en 2005. Soit une augmentation de plus de 60 % pour faire face aux premières demandes de nos partenaires. Je veux ici également préciser et souligner, qu’à l’avenir, ce budget connaîtra très certainement une augmentation. Le Conseil Général soutient donc activement la pratique sportive handicapée dans de nombreuses disciplines : football, natation, équitation, handball, rugby, canoë-kayak, cyclisme, raids, courses à pied, athlétisme, tir à l’arc, tir à cible, escrime, basket-ball.

65Je tenais à remercier également Éric Firoud, Président de l’Union Départementale des Clubs Universitaires et son équipe du Sports Université de Nîmes, bien connu sous le nom de SUN, pour cette initiative d’organisation de ces rencontres. Je n’oublierai pas non plus tout ce qu’il a fait et fait encore aujourd’hui pour le mouvement associatif sportif et plus particulièrement pour les sportifs handicapés. Je sais qu’il est signataire d’une convention avec notre Département, il l’a rappelé il y a un instant, qui l’aide pour l’ensemble de ses activités et de ses démarches.

66Les réalités d’aujourd’hui ne sont plus celles d’hier : les clubs sportifs doivent relever le défi, ce défi de l’intégration et du handicap, et le Département du Gard entend être un partenaire et un acteur majeur dans cette quête. Je ne doute pas du sérieux de vos réflexions, la richesse de vos expériences et de la nature de vos ambitions, comme je ne doute pas d’ailleurs de la convivialité et de la bonne humeur qui vont régner durant ces journées, alors à toutes et à tous, je souhaite d’excellents travaux durant ces journées, merci.

L’accessibilité des équipements sportifs
La loi no 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, prévoit que les dispositions architecturales des établissements recevant du public doivent être telles que ces locaux soient accessibles à tous, quel que soit le type de handicap notamment physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique.
Les équipements sportifs étant des établissements recevant du public (ERP), ils sont concernés par ces dispositions. L’accessibilité est donc une règle générale de construction au même titre que la sécurité contre les risques d’incendie et l’hygiène. A ce titre, tout établissement recevant du public, c’est-à-dire tout équipement sportif, doit être accessible aux personnes handicapées dès sa construction. En cas de modification ou d’extension, seules les parties correspondant à une création de surface sont soumises à la réglementation (Art. R111-19-2 du code de la construction et de l’habitation).
En ce qui concerne les équipements sportifs existant, la loi no 2005-102 prévoit deux échéances :
• la première : au 1er janvier 2001, tous les établissements déjà ouverts au public devront avoir fait l’objet d’un diagnostic analysant leurs conditions d’accessibilité et évaluant les travaux à réaliser ;
• la seconde : au 1er janvier 2015, tous les travaux nécessaires au regard des obligations définies par la loi devront être réalisés.
Le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative contribue, grâce au CNDS, à la mise en œuvre de cette politique nationale en faisant de la mise en accessibilité un des critères d’éligibilité aux subventions d’ équipement.
Afin de faciliter la tâche des services instructeurs et des maîtres d’ouvrage, des fiches techniques relatives à la réglementation applicable en matière d’accessibilité et à la nature et aux types de travaux ou d’aménagements qui peuvent être réalisés pour la prise en compte des handicaps dans les équipements sportifs, sont proposées en annexe de l’instruction. (Voir l’encadré de la p. 30.
Est réputé accessible aux personnes handicapées tout établissement ou installation offrant à ces personnes, notamment à celles qui se déplacent en fauteuil roulant, la possibilité, dans des conditions normales de fonctionnement, de :
• entrer dans l’établissement ou l’installation ;
• circuler ;
• sortir ;
• et de bénéficier de toutes les prestations offertes au public, dans les mêmes conditions. (Art. R. 111-19-1 Code de la construction et de l’habitation).
Source :
http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/​sports_1/​les-equipements-sportifs_39/​reglementationmatiere-equipements-sportifs_40/​02.l-accessibilite-equipements-sportifs_601.html?var_recherche=handicaps

Intervention de Yvan LACHAUD
Député du Gard
Rapporteur de la Commission interministérielle sur le Handicap

67Monsieur le Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires,

68Monsieur le Président de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France,

69Mon cher Éric,

70Mesdames, Messieurs, à vos grades et qualités, ça me fait très plaisir d’être ici en tant que parlementaire, pour plusieurs raisons : la première, je voudrais la réserver à l’amitié que je porte à Éric, ayant travaillé avec lui depuis un grand nombre d’années et si je suis ici, c’est peut-être un peu grâce à son père parce que, n’ayant pas eu mon père, celui d’Éric m’a souvent ramené dans le droit chemin par des choses très simples, mais qu’il ne manquait pas de me rappeler souvent.

71Donc, je voulais le dire, mon cher Éric, devant toi, car je sais le drame que tu as connu au décès de ton papa. Éric nous a tous remerciés tout à l’heure, je crois qu’il pouvait le faire mais je vous assure qu’il ne se passe pas une semaine, un mois sans qu’il vienne nous voir en disant : il faut ça, il faut ça… C’est, je peux le dire devant vous, un homme engagé au service de celles et ceux qui sont en difficulté pour une cause noble qu’est le sport puisqu’il a toujours trempé dans ce milieu. Et avec un souci aujourd’hui pour lequel je voudrais le féliciter particulièrement, c’est, je vais l’employer mais je vais y revenir après, l’intégration des personnes handicapées dans le milieu sportif. Alors, mon cher Éric, rien que pour ce premier point, ça me fait très plaisir d’être ici aujourd’hui.

72Deuxième point, c’est le sujet que vous avez choisi d’aborder puisque j’avais décidé, avant d’être élu, de m’engager, m’investir dans ce domaine-là pour des raisons particulières, mais aussi parce que je pense que notre société est trop en retard dans le domaine de la cohabitation et du travail commun avec les personnes en situation de handicap.

73Alors c’est vrai que j’ai, pour beaucoup, participé en tant que rapporteur sur la loi du 11 février 2005. Jean Paul Boré disait, on a des avis divergents parfois, mais il est vrai que la loi de 1975 sur le handicap, on l’appelait comme ça à l’époque, était déjà une belle loi, il fallait avancer.

74Je ne dis pas que la loi de 2005 a tout réglé, il y a longtemps que ça se saurait si c’était facile. Mais au moins, je crois qu’elle a redéfini la notion de handicap dans notre société. C’est quand même fondamental, parce que jusqu’alors, nous étions handicapés par rapport au travail. Et les personnes qui arrivaient à l’âge de la retraite, même si elles étaient peu nombreuses à l’époque, n’étaient plus reconnues comme handicapées dans notre société parce qu’elles n’avaient pas travaillé. Aujourd’hui, la loi a au moins permis de redéfinir de façon intrinsèque la notion de handicap par rapport à l’incapacité d’une personne à faire ou ne pas faire telle ou telle chose. Alors, et c’est ce qui me tenait à cœur, cette loi a bien sûr permis la scolarisation des enfants handicapés. C’est-à-dire qu’aujourd’hui les parents d’un enfant handicapé n’ont plus à faire le parcours du combattant. Ils ont la possibilité de l’inscrire dans l’école du secteur et c’est à l’Éducation nationale de trouver une solution. Peut-être qu’elle ne la trouvera pas en son sein, peut-être que ce sera en milieu médicalisé ou autre, mais en tout état de cause, l’État doit trouver cette solution-là et sur ce point, je crois que la loi a bien fait avancer les choses.

75Alors il faut aller beaucoup plus loin. Je viens de remettre un rapport sur l’insertion professionnelle des personnes handicapées, il est certain que si l’on donne de l’espoir à des jeunes d’être scolarisés normalement, il faut qu’à la sortie du dispositif scolaire universitaire, on puisse proposer une insertion professionnelle. Nous savons pertinemment que s’il y a une rupture entre la fin de la formation et l’accès au milieu du travail, on va stocker des dossiers à CAP EMPLOI, qui est l’organisme qui est chargé de ça, et nous aurons beaucoup de difficultés à proposer des emplois. Donc, il doit y avoir ce lien fondamental dans notre société, à mon avis, entre la formation et l’insertion professionnelle, que ce soit pour les jeunes universitaires, qui rencontrent moins de difficultés parce qu’il est vrai qu’aujourd’hui des personnes handicapées titulaires d’un BAC + 3 ou BAC + 4 ont peut-être plus de chances de trouver un emploi. En tout état de cause, il n’y a pas beaucoup de dossiers en demande. Par contre, pour des jeunes ayant des handicaps psychiques ou autres en milieu scolaire, il sera plus difficile de trouver une insertion professionnelle. Alors voilà un point sur lequel on est en train de travailler et sur lequel on pourrait pas mal avancer, en tout cas, je m’y emploie beaucoup.

76Vous allez travailler sur le transport, vous allez travailler sur les équipements, sur la formation des éducateurs sportifs, vous avez parfaitement raison. Il y a quelques semaines, j’ai dit très clairement, en tant que Vice-président de Nîmes Métropole (communauté d’agglomération de Nîmes), que si l’on mettait quatorze millions d’euros dans le transport sur Nîmes Métropole pour les personnes ordinaires, on était en revanche incapables pour l’instant de trouver trois cent mille euros pour permettre aux personnes handicapées d’aller pratiquer la culture, le sport et autre. Donc, nous y voici, mais je me dis quel retard nous avons et quel travail notre société a à faire pour que ceci rentre dans la tête des gens.

77Vous allez travailler sur la formation et vous avez parfaitement raison parce que je crois que si aujourd’hui on veut permettre à des jeunes handicapés de pratiquer dans le milieu sportif, les éducateurs doivent avoir une formation.

78On vient de gagner récemment dans l’Éducation nationale, on est en train de permettre à des jeunes ordinaires d’apprendre la langue des signes. Mais comment peut-on demain accueillir des jeunes handicapés en milieu ordinaire, si l’on n’a pas de professeurs ? Il faudra bien que les éducateurs soient formés aussi.

79Vous allez travailler sur les installations sportives et vous avez raison. La loi a dit clairement dans le texte alors que le Sénat n’était pas d’accord mais le Parlement est revenu là-dessus, que les collectivités ont dix ans, c’est peu. On dit que c’est long, mais c’est peu pour rendre accessible tous les équipements municipaux et autres. Pensons tout simplement au métro parisien et regardons le montant colossal que ça va représenter pour le rendre accessible.

80Voilà, je ne veux pas être plus long, mais quand vous vous réunirez dans une dizaine d’années, je souhaite que l’un des trois termes suivants ait disparu. Dans « Handicap, Sport et Intégration », le mot « Intégration » pose problème à mon sens. En effet, si l’on est obligé d’utiliser ce mot, et vous avez eu raison de le faire, c’est parce que l’on a bien conscience aujourd’hui que des hommes et des femmes handicapés ne sont pas intégrés dans le milieu ordinaire. Est-il normal aujourd’hui qu’ils aient besoin d’être intégrés ? Non parce qu’ils appartiennent à la communauté. Je crois que le travail que nous avons à faire ne se décrète pas. Je crois que c’est grâce à des hommes et des femmes comme vous, engagés dans le milieu associatif, que cette loi a été promulguée, de par les pressions, les demandes multiples et variées. Nous devons donc travailler pour que ce terme d’Intégration ne soit plus pratiqué, ni utilisé. Et l’objectif sera atteint, des personnes valides cohabiteront avec des personnes en situation de handicap, ce qui nous permettra d’avoir une autre vision sur la différence dans notre société. C’est en tout cas un point sur lequel je souhaite que l’on avance et je vous souhaite de bons travaux ici au Pont du Gard. Merci.

L’amélioration de l’accessibilité des équipements sportifs
L’amélioration de l’accessibilité contribue à :
• Un meilleur confort d’usage pour tous,
• La prévention des situations de handicap auxquelles les personnes valides se trouvent souvent confrontées,
• L’insertion des personnes handicapées.
Doivent être prises en compte les personnes en situation de handicap au sens large du terme : les utilisateurs de fauteuil roulant, de béquilles, de cannes, les personnes âgées, les enfants et personnes de petite taille, les déficients visuels, les déficients auditifs, les personnes désorientées. Ces personnes peuvent être handicapées de façon temporaire ou définitive.
Repères législatifs et réglementaires1
• Loi no 2005-102 du 11 février 2005 pur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté de personnes handicapées
• Décret no 2006-555 du 17 mai 2006 relatif à l’accessibilité des établissements recevant du public, des installations ouvertes au public et des bâtiments d’habitation et modifiant le code de la construction et de l’ habitation
• Arrêté du 1er août 2006 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-19 à R. 111-19-3 et R. 11-19-6 du code de la construction et de l’habitation relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public et des installations ouvertes au public lors de leur construction ou de leur création
• Arrêté du 1er août 2006 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-18 à R. 111-18-7 du code de la construction et de l’habitation relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d’habitation collectifs et de maisons individuelles lors de leur construction
• Arrêté du 22 mars 2007 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-19-21 et R. 111-19-24 du code de la construction et de l’habitation, relatives à l’attestation constatant que les travaux sur certains bâtiments respectent les règles d’accessibilité aux personnes handicapées
• Arrêté du 21 mars 2007 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-19-8 et R. 111-19-11 du code de la construction et de l’habitation, relatives à l’accessibilité pour les personnes handicapées des établissements existants recevant du public et des installations existantes ouvertes au public
• Arrêté du 26 février 2007 fixant les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-18-8 et R. 111-18-9 du code de la construction et de l’habitation, relatives à l’accessibilité pour les personnes handicapées des bâtiments d’habitation collectifs lorsqu’ils font l’objet de travaux et des bâtiments existants où sont créés des logements par changement de destination
• Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret no 2006-1658 du 21 décembre 2006 relatif aux prescriptions techniques pour l’accessibilité de la voirie et des espaces publics
Décret no 2006-1089 du 30 août 2006 modifiant le décret no 95-260 du 8 mars 1995 relatif à la commission consultative départementale de sécurité et d’ accessibilité
Ces textes seront complétés prochainement par un arrêté spécifique aux équipements sportifs.
Source :
http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/​sports_1/​les-equipements-sportifs_39/​reglementation-matiereequipements-sportifs_40/​02.l-accessibilite-equipements-sportifs_601.html?var_recherche=handicaps
1. Les organisateurs de l’USE sont redevables à Hélène Fortin, architecte en poste au Bureau des équipements sportifs, Direction des sports, Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports, de cette note actualisée au mois de juin 2007.

Intervention de Dominique VIRIE
Inspecteur de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports

81Monsieur le Président,

82Monsieur le Délégué Départemental de l’Union Nationale des Clubs Universitaires,

83Messieurs les élus du Conseil Général, Parlementaires et Conseil Régional,

84Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs, je voudrais tout de suite vous présenter l’amical soutien du Préfet du Gard, Dominique Bellion et du Directeur Départemental de la Jeunesse et des Sports du Gard, André Bourrienne, qui sont tous les deux empêchés et qui n’ont pu de ce fait être parmi nous aujourd’hui.

85Ils m’ont demandé de les représenter, ce que je fais avec plaisir, sur un sujet qui me tient à cœur depuis longtemps et pour lequel j’ai eu beaucoup de satisfactions personnelles, d’ailleurs partagées avec certains élus qui sont intervenus ici à l’instant.

86Vous avez choisi pour thème de ce colloque : Handicap, Sport et Intégration. Lorsque j’ai su que j’allais venir partager quelques moments avec vous dans cette journée, j’ai immédiatement pensé à quelqu’un avec qui j’ai beaucoup navigué dans ce département et qui nous a quittés il y a quelques semaines, il s’agit de Claude Emmanueli, l’ancien Président du Comité Départemental Handisport qui nous a quittés courant juillet après trente ans de présidence et le seul souvenir de Claude Emmanueli pourrait illustrer à lui tout seul ce que vous avez choisi d’étudier à l’occasion de ces deux journées. Claude Emmanueli, en effet, était Président du Comité Départemental Handisport, donc bénévole de la cause du handicap, il avait été avant pratiquant du sport avec le vélo, la montagne, le ski comme activité, et avant de devenir handicapé à l’âge de 25 ans, ayant perdu la vue à cet âge-là, il avait eu une vie tout à fait normale. Donc, cette chronologie a contrario de Claude nous permet de voir comment quelqu’un qui est passé de l’état de valide à l’état de handicapé, nous permet donc d’illustrer tout ce que nous allons pouvoir dire dans ce colloque. C’est à son contact que j’ai appris à poser un regard sur la cause des handicapés. Un regard qui n’est pas juste du premier coup et qui peut alterner entre divers extrêmes. On peut avoir une attitude surprotectrice ou au contraire une attitude de rejet et trouver la distance avec le public est une question primordiale et qui nous convient de bien cibler.

87Alors, c’est à son contact que j’ai appris, et je reprendrais le terme d’Yvan Lachaud, à comprendre que la question des handicapés relevait, devait relever en tout cas, de notre quotidien, et ne devait pas constituer une question exceptionnelle. C’est-à-dire que lorsque nous abordons des problématiques d’équipement, de formation, toutes les problématiques qui ont trait au sport en général, il ne faut pas, je pense, parler d’intégration mais au contraire aborder cette question de manière tout à fait ordinaire en réservant une place dans son esprit, pas simplement dans les parkings, mais en réservant une place de manière automatique, naturelle, à ce public qui mérite un traitement normal.

88Le souvenir de Claude me le rappelle encore, on le recevait exactement comme tout le monde, les problèmes d’inaccessibilité étaient traités avec lui de la manière la plus naturelle qui soit, et c’est ça que j’ai retenu de cette relation. Merci Claude, encore une fois.

89Je voudrais maintenant, sans empiéter sur les débats qui vont avoir lieu à l’occasion de cette Université d’Été, évoquer avec vous la politique du Ministère de la Jeunesse et des Sports en matière de sport pour les handicapés. Sans remonter trop loin dans le temps, l’acte fondateur de ces dernières années de la politique du Ministère en matière de handicap, se situe au moment des États Généraux du Sport qui ont eu lieu en 2002, et dans ces États Généraux, figurait un atelier intitulé « Sport et Vie Sociale », qui a traité de la question des handicapés et qui a souligné dans ses conclusions l’impérieuse nécessité de donner aux sports pour les handicapés une place pleine et entière dans la société. Ce que le Ministre, Jean-François Lamour, a largement réaffirmé durant l’année 2003, qui était l’année du handicap, vous vous en souvenez tous ; cette année-là, nous avons eu l’affirmation d’une politique de notre maison en direction des handicapés. Je vais rappeler brièvement quelles ont été les mesures qui ont été prises. Nous avons créé un pôle national du handicap au CREPS de Bourges. Dans ce pôle, les personnes sont exclusivement chargées de traiter de cette question et je vais y revenir dans un instant. Nous avons créé un poste national de Coordonnateur Sport et Handicap, chargé d’appliquer la politique du Ministre sur cette question. Nous avons, dans toutes les directions départementales et dans tous les établissements du Ministère de la Jeunesse et des Sports, instauré des référents locaux du handicap. Toutes ces personnes doivent avoir suivi un stage de formation professionnelle spécialisé au CREPS de Bourges, pour être en mesure de traiter valablement cette question.

90Nous avons également doublé l’enveloppe des crédits, c’est vrai qu’elle n’était pas très importante aussi en ce qui concerne l’accessibilité aux équipements sportifs, mais je vais y revenir dans un instant, et puis plus anecdotique, nous avons doublé aussi la prime pour les athlètes médaillés aux Jeux Paralympiques. Le Gard est concerné puisque nous avons un brillant athlète qui a été médaillé à Athènes. Pour ce qui concerne la première de ces mesures, qui constitue le pilier de cette politique, à savoir la création de ce pôle national Handicap et Sport au CREPS de Bourges, le Ministre a fixé quatre axes essentiels de travail.

91Tout d’abord, les problèmes d’accessibilité, qui s’avèrent être une question vitale en matière de pratique sportive, ensuite les problèmes d’accueil, les problèmes de formation d’éducateurs et enfin ceux des équipements individuels liés aux différentes pratiques sportives.

92Pour mettre en œuvre ces quatre axes, nous avons essentiellement défini quelques actions. Des actions tout d’abord de formation. Sans formation, on ne peut pas agir, et ce n’est pas dans une assemblée de Clubs Universitaires que je pourrai dire le contraire. Nous avons donc des actions d’animation de réseaux. Tous ces référents locaux dont je parlais à l’instant, sont réunis régulièrement et on leur prêche la bonne parole en direction de ce sujet. Une information générale de décideur, une constitution de base de données, l’accompagnement dans les actions spécifiques, l’animation de groupes de travail, des éditions de documents, bref, tout ce qui fait que les quatre axes que j’ai indiqués peuvent normalement se dérouler.

93Lorsque j’ai pris l’autre jour contact avec le CREPS de Bourges, pour savoir si on avait pris contact avec eux j’étais désolé, vraiment désolé, d’apprendre qu’on n’avait pas pris contact avec vous, ni vous, ni nous. Donc à l’avenir, voilà la chose même qu’il conviendrait de faire. La pierre angulaire de la politique du Ministre en direction des handicapés se trouve à Bourges.

94Je voudrais dire un petit mot sur la loi évoquée par Yvan Lachaud et par Jean-Paul Boré tout à l’heure, celle du 11 février 2005, en ce qui concerne l’accessibilité parce que cette loi va avoir un impact très important dans notre travail de Direction Départementale et pour nous tous dans notre vie dans ce département.

95Cette Loi prévoit deux choses essentielles en matière de pratique sportive. Premièrement, elle érige le principe que l’accessibilité est une règle de construction. Cela veut dire que dans le permis de construire, les règles de sécurité à incendie et les règles d’hygiène, et les règles d’accessibilité sont traitées au même niveau. Cela devient ordinaire et n’est plus un problème d’intégration. On dépose, pour un équipement sportif quel qu’il soit, un projet avec les règles d’accessibilité. Pour les équipements existant, la Loi pose deux échéances. Première échéance, le 1er janvier 2010, où tous les établissements sportifs qui existent devront avoir réalisé des diagnostics d’accessibilité. Deuxième échéance, le 1er janvier 2015, tous les diagnostics d’accessibilité devront avoir été réalisés. C’est-à-dire que dans un avenir très proche, comme le disait tout à l’heure Monsieur Lachaud, on va se trouver en face d’un parc d’équipements sportifs totalement accessible aux handicapés. Je ne sais pas si on mesure bien le chemin parcouru, il est immense et cela nous promet, dans les commissions d’accessibilité auxquelles je participe, des ordres du jour chargés et un travail intense. Parfois, il faut le savoir, la mise en accessibilité de certains équipements sportifs existant pose d’énormes problèmes. Mais l’accessibilité a un coût et il faut le payer. À ce sujet, je voudrais juste dire un petit mot du travail que nous avons effectué l’an passé avec le recensement des équipements sportifs sur l’ensemble du territoire. Ce recensement nous a permis de connaître avec précision le nombre d’installations sportives accessibles du point de vue des aires de jeu, des vestiaires, et de quelques autres paramètres. Dans le département du Gard, environ 60 % des aires de jeu sont accessibles aux handicapés. C’est un chiffre qu’il faut manipuler avec précaution parce que certaines choses ne seront quand même jamais rendues accessibles. Le recensement des équipements sportifs regroupe également des espaces naturels de pratique, comme des falaises et des cavités souterraines, pour lesquels il y a peu de chances qu’il y ait un aménagement.

96Je voudrais, pour terminer, évoquer brièvement la situation du Comité Départemental Handisport du Gard. 190 adhérents, 9 clubs, une politique d’accueil mise en place en liaison avec le Conseil Général et la ville de Nîmes pour un poste de permanent, une aide aux soutiens constante depuis toujours, je dois le dire, un soutien important à l’encadrement des activités. Nous avons un encadrement diplômé mais qui n’est pas encore suffisant et il faut sans doute travailler les actions de formation. Je voudrais souligner aussi à ce sujet l’énorme soutien bénévole que nous rencontrons, quelquefois silencieux et étonnant, je pense particulièrement à la Légion Étrangère qui, sans faire de bruit, délègue sur Nîmes quelques-uns de ses hommes pour assister la pratique sportive. Peu de gens le savent, la presse n’en fait jamais état, mais silencieusement et tranquillement, tout se fait au quotidien pour le plus grand bénéfice des personnes qui en ont besoin.

97Je voudrais aussi souligner que nous avons eu des athlètes médaillés aux Jeux Paralympiques d’Athènes, je pense à Dominique Andre, médaillé en relais 4x100 mètres ; à Vincent Turchi qui a également un palmarès important au tir à l’arc ; là aussi il y a une pratique de masse mais aussi une pratique de haut niveau chez les handicapés.

98Tout ce que je viens de vous dire vous paraîtra un peu technocratique, un peu administratif. Une autre dimension a été soulignée par les intervenants précédents, c’est celle de l’accueil, du sourire, du regard qu’il importe de mettre en avant avec les handicapés. Sur le thème du sourire, on pourrait discourir longtemps, nous devons le mettre en tête de nos préoccupations. Il ne se vote pas à l’Assemblée Nationale mais se pratique au quotidien ; c’est l’un des principes généraux de notre conduite et de notre action avec ce public.

99Je vous souhaite deux bonnes journées de travail et vous remercie de votre attention.

  • * Rédacteur en chef de la revue Reliance, revue des situations de handicap, de l’éducation et des so (...)

Conférence de Denis POIZAT*
Rédacteur en chef de la revue Reliance,
Maître de conférences à l’Université Lumière-Lyon 2

HANDICAP, SPORT, INTÉGRATION LES ENJEUX DE LEURS RELATIONS DYNAMIQUES

Introduction

100Les enjeux des relations entre le sport et l’intégration des personnes en situation de handicap obligent à beaucoup de modestie. Le sujet est si complexe, les interrelations si nombreuses et si opaques qu’il y a une certaine impudence à vouloir en desserrer les nœuds. Sport pour tous, sport de haut niveau, pratique du loisir, tels sont en outre les différentes approches qui complexifient la réflexion.

101Pour autant, efforçons-nous d’identifier quelques pistes à travers plusieurs enjeux. Le premier d’entre eux est un enjeu de justice.

102Le second me semble être celui de l’abandon et de l’abondance. Le troisième enjeu est celui de l’esthétique. Examinons-les.

  • 1 Kant E., [1785], Doctrine du droit (premiers principes métaphysiques de la), Introduction, § C, Par (...)
  • 2 Texte à paraître en 2007 chez Erès dans l’ouvrage tiré du colloque du Collectif Reliance qui s’est (...)

103Le premier enjeu est celui de la justice. Il est le premier car je le tiens dans mon échelle de valeur comme supérieur à d’autres enjeux. « Est juste, dit Kant, à peu près dans ces termes, toute action ou toute maxime qui permet à la libre volonté de chacun de coexister avec la liberté de tout autre suivant une loi universelle »1. Par ce principe établissant une égalité de droit, nous pourrions placer la question du sport de façon presque indépendante, au point qu’elle pourrait ne paraître qu’une égalité vainement théorique, de l’inégalité de fait. Or, il semble bien, rappelle André Comte Sponville2, que dans le domaine du handicap plus encore que dans d’autres domaines, les inégalités de fait des individus soient innombrables, puissantes et difficilement corrigées par le droit. Car pour corriger ces inégalités de fait, la justice mobilise un second principe, le principe d’équité.

  • 3 Voir Reliance no 15, « Sport de haut niveau et situations de handicap », Toulouse, Erès, 2005, not (...)

104L’équité, la plus grande des justices, dit encore André Comte-Sponville, car « justice en situation » lorsque la loi trop générale ne peut être adaptée aux cas particuliers des personnes en situation de handicap, paraît si difficile à mettre en œuvre que certains hésitent encore à l’envisager sérieusement. L’on place parfois les médias au premier rang de ce manquement puisqu’ils ne rendraient pas suffisamment compte des pratiques sportives des personnes en situation de handicap3. Ils pourraient pourtant être ceux par qui évoluerait le regard. Mais les médias sont souvent l’écho d’une société qui comprend mal d’une façon générale le rapport qu’entretient le handicap avec le sport. L’on comprend ou l’on imagine le manque, la souffrance générée par cette inégalité de fait parfois radicale, surtout lorsqu’elle semble si éloignée de la puissance de l’entendement humain. Pensons aux personnes dont on dit que leur esprit s’égare, dont on entend même parfois qu’elles en sont dépourvues.

105La recherche de l’équité, en France, a vécu plusieurs moments. L’histoire hexagonale du handicap est marquée par trois éléments centraux qui ont été des leviers d’action pour la recherche de l’équité : la réparation, la compensation et l’accessibilité.

106Réparer les corps et les réadapter. Compenser le handicap puis rendre accessible l’environnement social et matériel aujourd’hui tenu responsable de situations inéquitables, tels seraient, à grands traits, les articulations de l’histoire sociale du handicap.

  • 4 Reportage Un homme singulier, Commentaire de Véronique Macon dans le supplément Télé Obs du samedi (...)

107L’on peut supposer alors qu’une fois le corps réparé, le handicap compensé et l’environnement accessible, on aurait la justice en situation par la mise en œuvre d’un principe d’équité. Cela s’observe parfois dans des clubs sportifs. Mais avant que le principe n’ait pu devenir un principe pour tous, avant que la société ait pu « goûter » à ce nouveau projet d’égalité des chances, déjà le principe lasse, comme s’il laissait sourdre un sentiment d’impuissance ou de défaite précoce. Récemment, je lisais dans un supplément télévision d’un grand hebdomadaire national un commentaire qui disait ceci à propos d’un reportage sur Alexandre Jollien4 : cela n’est pas le « énième documentaire sur l’intégration des handicapés ».

108Y aurait-il trop de ces documentaires ?

109Le principe d’équité ne devrait exister, selon ce commentaire, qu’autant qu’il nous paraisse ordinaire. Car nous tenons comme extraordinaire que le principe d’équité dans le sport puisse être ici ou là appliqué, mis en œuvre et en quelque sorte, et qu’il puisse s’attester dans les faits. À lire la presse nationale et surtout la presse locale, qui ne constate que tel club, sans fortune ni talent particuliers, a pourtant accompli le pari inhabituel d’accompagner des jeunes dans la pratique sportive ? Le signalement médiatique est symptomatique du caractère exceptionnel de la pratique sportive des personnes en situation de handicap.

110Si la relation entre sport et handicap peut être envisagée selon l’angle de la justice, nous voyons cependant que la justice des hommes, celle qui est codifiée, écrite, celle qui s’incarne dans des institutions et des textes, à elle seule ne réfracte pas tous les enjeux de justice. En effet, il ne suffit pas qu’une personne soit traitée selon les critères de cette justice formelle pour que cela réponde à une injonction qui peut être très proche du commandement de justice, je veux parler de l’injonction morale.

  • 5 Pas la même périphérie, et pas le même centre non plus. La justice peut être parfois immorale.

111Jeremy Bentham affirmait que droit et morale ont le même centre, mais pas la même périphérie5. La justice formelle ne codifie pas tous les domaines embrassés par la morale. Je peux traiter en justice un individu sans nécessairement prendre en compte ce que la morale, par ailleurs, m’impose. Si le droit positif ne me contraint pas à accepter dans un club de voile une personne en fauteuil, la morale, quant à elle, peut m’y inviter. Ainsi, la personne en fauteuil qui souhaiterait pratiquer le dériveur sur le lac de Paladru pourrait éprouver un sentiment de justice si se met en œuvre le principe d’équité. Elle pourrait au contraire éprouver un sentiment d’injustice, c’est-à-dire d’avoir été injustement traitée, si on l’empêchait de pratiquer la voile. L’on voit que la morale est un cercle souvent plus large que la justice formelle et positive. Le défaitisme dans ce domaine tient sans doute à des considérations morales davantage qu’à des considérations de justice formelle.

112Mais on oppose souvent le scandale du faible accès au sport des personnes en situation de handicap à une considération politique : comment dans une démocratie, peut-on supporter cela ?

  • 6 Voir l’entretien avec Pascal Bruckner publié dans Reliance numéro 18, 2006 « On ne peut pas toujou (...)

113Alors, rapprochons la question de la justice de l’enjeu de la démocratie. La démocratie élargit toujours le cercle de l’intolérable6. S’agissant du sport et du handicap, rares sont ceux qui ne tolèrent pas que tous les sports ne soient accessibles à tous. Il s’en trouve même qui trouvent la pratique sportive, comme l’acte amoureux par exemple, des personnes en situation de handicap intolérable, gênant, obscène, objet de rire et de sarcasme ; et les rieurs indignés ne voient pas ou feignent d’ignorer les immenses progrès accomplis dans ce sens depuis quelques décennies. Il est vrai que ces progrès sont, en nombre, encore exception.

  • 7 Riche de force native, écrit en 1863 Charles Baudelaire dans Le peintre de la vie moderne, « Le da (...)

114Le coût consenti par les individus pour pratiquer un sport est en effet un obstacle : les personnes en situation de handicap ont généralement de très faibles revenus. Le combat collectif pour démocratiser le sport a porté ses fruits pour la majorité des personnes, peut être pas encore pour les personnes vivant avec un handicap. Mais il subsiste aussi un obstacle plus radical que le problème financier, lié au handicap en tant que tel, qui n’a pas encore repoussé plus loin les limites de l’intolérable. En réalité, la société supporte collectivement assez bien que les personnes en situation de handicap ne soient pas admises dans les clubs sportifs. Dans toute société, on se demande sans le formuler très clairement quelles inégalités sont tolérables. Nous supportons par exemple très bien l’héritage de nos parents qui comporte une grande part d’iniquité puisqu’il est dû au hasard de la naissance7.

115On constate donc que la tolérance de situations inéquitables est assez peu verbalisée et qu’en cela, les principes de justice et d’équité, élargis à une question morale, ne solderont jamais le problème car ils s’adossent nécessairement à d’autres enjeux enracinés dans une matrice culturelle. Cette matrice culturelle conduit notre société à ne pas toujours percevoir l’abondance que peut révéler le sport dans sa relation avec le handicap. J’en viens donc à un deuxième enjeu

L’enjeu de l’abandon et de l’abondance

116Expliquons l’abandon. Le premier sens d’abandon, c’est de renoncer à une chose en la laissant au pouvoir de quelqu’un d’autre. C’est ainsi qu’on a laissé à d’autres le soin, au sens propre, des personnes handicapées dans les différentes sphères de leur existence. Qu’on relise Chez les fous, d’Albert Londres, nous voyons comment la société française jusqu’à très tard a abandonné ses « fous » à l’asile.

117Le handicap fut longtemps du registre des spécialistes. Charles Gardou parle à ce propos d’insularisation du handicap. Un avocat qui défend les intérêts de personnes en situation de handicap m’indiquait, effrayé, qu’on supposait qu’il était lui-même parent d’un enfant vivant avec un handicap. Effrayé en effet de penser que seule cette proximité pouvait expliquer son engagement car il ne s’agissait pas pour l’interlocuteur de cet avocat d’un problème de droit, mais d’un enjeu personnel. Le handicap serait donc une question à traiter dans l’entre-soi des personnes, des associations et des institutions concernées. Mais l’expression de l’abandon s’atteste dans un autre sens, qui me paraît très heuristique pour la réflexion autour du sport : c’est sa proximité avec l’abondance.

118S’abandonner à quelque chose signifie aussi s’abandonner à tous les possibles. Qui aurait pensé que Michel Petrucciani serait, avant que d’être virtuose, simplement un pianiste ? L’expression « s’abandonner à » est souvent entendue comme un abandon à tous les dangers, mais elle signifie aussi s’abandonner à toutes les potentialités. C’est pour cette raison que le handicap renvoie toujours à l’abondance des différentes formes et expressions de l’existence dans toutes ses sphères : vie scolaire, professionnelle, amoureuse, sexuelle, créatrice : la vie comme une abondance.

  • 8 Bouet M., Signification du sport, Paris, Éditions universitaires, 1969.
  • 9 Caillois R. [1958], Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1992.

119Alors, si l’on constate le nombre considérable des clubs sportifs dans le monde, dans ce qu’on appelle aussi l’éducation non formelle dont la structuration la mieux établie se rencontre dans le monde sportif, l’on peut considérer une abondance, dont on sait bien qu’elle n’est pas financière, qui se déploie dans ses diverses potentialités. On est souvent surpris des apparentes antinomies entre déficience et pratique sportive. Or, dans ce registre, presque tous les buts semblent techniquement possibles : le loisir, la socialisation, le dépassement de soi… On trouve l’illustration de ce large spectre dans les analyses de Michel Bouet8 lorsqu’il explore le sens à donner au sport, dans la réflexion sur le jeu de Roger Caillois9 ou la fonction jubilatoire du sport décrite par David Le Breton. Toutes les doctrines, y compris les plus dangereuses comme le rappelle depuis longtemps Jean-Marie Brohm, illustrent cette abondance.

120C’est la métamorphose d’un abandon en une abondance qui peut s’opérer dans la vie des personnes en situation de handicap. Elle s’incarne dans la rencontre de deux abondances, celle du sport et celle de la vie des personnes vivant avec un handicap.

121On peut considérer ainsi que l’expression « situation de handicap » donne une piste intéressante à cette conjonction. Il y a dans cette tournure de l’esprit comme un levier d’abondance, une multitude de combinaisons et d’inédits.

122Ces inédits peuvent paraître invraisemblables ou impossibles à certains. Dans le refus de cette abondance, les contempteurs du sport pour tous oublient qu’une loi, la loi de Gabor, veut que « ce qui est possible sera fait ». Ce que le scientifique, le technicien, le sportif peuvent faire, cela sera fait. La loi de Gabor est simplement l’illustration de l’adage bien connu « on n’arrête pas le progrès ». Yves le Bissonnais, Béatrice Hess, Cyril Moré et combien d’autres sportifs ont techniquement et humainement validé les progrès dans ce sens.

123Mais percevons-nous le lien entre abondance et justice ? Est-il juste que cette abondance soit accessible à tous ?

124Pour répondre, je voudrais en venir au troisième enjeu.

Troisième enjeu : l’esthétique

125Reprenons la question : est-il juste que cette abondance soit accessible à tous ?

  • 10 Voir Sellier P., Le mythe du héros, Paris, Bordas, 1970.
  • 11 Dans l’Oraison funèbre du prince de Condé.

126Je vais répondre par le biais d’une tradition esthétique. Pas par l’esthétique qui traiterait de la plastique des corps, mais par la tradition littéraire du héros. La tradition épique exalte le héros dominant ses rivaux. Il faut pour être un héros dépasser des centaines voire des milliers d’autres adversaires que la tradition épique aime voir réunis en foule. Le héros se distingue ainsi toujours d’une multitude10. Outre ce principe de distinction, le héros doit être plus grand, mais pas un colosse, plus fort, mais jamais invulnérable. Grandi, il ne doit pas être surhumain, « Loin de nous les héros sans humanité ! » s’écrie Bossuet11.

  • 12 Gardou C., « Helen Adams Keller : de la fillette sourde, aveugle et muette à l’écrivain, la confére (...)
  • 13 Nancy J.-L., Corpus, Paris, Métaillié, 2000, p. 43.

127Ainsi existent des figures héroïques vivant avec un handicap. Helen Keller, sourde, muette et aveugle dépassera toutes les espérances. Dans un texte qu’il lui a consacré, Charles Gardou12 rappelle que pour Mark Twain, Helen Keller était avec Napoléon l’un des deux personnages les plus fascinants du 19ème siècle. Le héros est aussi, par ses victoires, un être solaire. Sa trajectoire, comme celle du sportif, est faite de l’aurore puis du zénith tandis que le crépuscule est sa fin. « Nous n’avons pas encore pratiqué le monde de la clarté, indique Jean-Luc Nancy13. Nous en sommes encore à l’ordre solaire, dont le flamboiement souverain n’est pas plus la clarté que ne l’est son vis-à-vis, le gel lunaire ».

128Mais le héros n’est pas seulement solaire, il est aussi souverain. Son exploit inaugure une nouvelle étape dans l’histoire des hommes, qui fait de lui un possible messager pour autrui, voire un leader de l’opinion capable d’incarner des desseins nouveaux. Notre culture charrie ainsi des figures de l’accomplissement dans une esthétique du récit, de la prouesse ou de l’exploit. La presse, dans ses titres, comme les commentateurs sportifs haletants et fébriles que l’on entend sur les ondes jouent leur part de théâtralité dans une esthétique qu’à leur tour ils colportent.

129Comment alors cet héroïsme pourrait-il être le fait de tous ?

130Nous assistons peut-être dans le champ du handicap à une modification qui s’observe par ailleurs dans la totalité des sociétés marquées par la pensée des Modernes. L’esthétique du héros comme héritage culturel n’a pas abandonné les rives de nos sociétés, mais elle s’est rabattue dans un autre type d’opposition. Alors que le héros se distinguait de la foule innombrable, la foule quant à elle, s’est métamorphosée en une multitude d’individus voulant incarner pour eux et pour eux seuls l’accomplissement héroïque de leur existence.

131En ce sens, la société compacte n’est plus totalement opposable à l’individu. Elle est faite de ces multitudes d’individualités qui incarnent, chacun dans sa trajectoire privée, une forme jamais aboutie de dépassement.

132Il y a comme une esthétique de la trajectoire qui ne s’oppose plus à la foule nombreuse et immobile. Chacun, en son mouvement et en son progrès, combine l’héritage de la forme esthétique du héros et une nouvelle forme de socialité marquée par des stratégies individuelles, un « corpus ego » dirait encore Jean-Luc Nancy. Elles valent pour tous, personnes vivant ou ne vivant pas avec un handicap.

En conclusion

133Ces quelques pistes peuvent nous apprendre en quoi le handicap ne s’extrait pas de la norme commune. La question de l’intégration vaut pour les individus au milieu d’autres individus, chacun étant potentiellement, abondamment et légitimement maître de ses allées et venues dans l’existence. L’inclusion ou l’intégration peuvent alors se penser dans ces multitudes d’espaces, si nous savons en reconnaître l’existence.

Débats

Ernest GIBERT

134Au-delà du sujet considéré stricto sensu, c’est une contribution qui peut appeler des réactions immédiates et spontanées et qui appellera aussi une réflexion plus posée, plus argumentée et dans le temps où nous sommes, c’est une première forme, peut-être pas la plus intéressante, mais à celle-là, si vous le voulez bien, que je vous propose de nous livrer. Et par conséquent, c’est à vous que revient la parole.

Agnès LYLEIRE, Faculté des Sciences du Sport de Lille 2

135Vous dites que la tradition esthétique littéraire exalte nos héros dans le domaine du sport et du handicap. Ne pensez-vous pas qu’il peut y avoir des dérives également dans le sens où vous entendez héros, c’est-à-dire « plus fort », et que ça peut aboutir évidemment à des dérives concernant le sport de haut niveau handisport ou sport adapté ?

Denis POIZAT

  • 14 Sur l’artiste Frida Kahlo (1907-1954), voir par exemple le site : http://tierra.free-people.net/ar (...)

136Vous savez, j’avais été très frappé en travaillant avec Frédéric Meynaud qui a coordonné ce numéro thématique, sur le fait que certaines personnes qui pratiquaient le handisport se donnaient des coups de canifs dans la cuisse avant de courir. Et c’était un dopage, ça faisait venir je ne sais pas quoi dans le corps, je n’y connais rien, en tout cas c’est une pratique avérée. Et après tout, pourquoi pas ? Alors, comment cette question du sport dans le handicap arrive dans le sport, dont on pourrait penser a priori qu’il y aurait une forme d’incompatibilité du fait du héros. Mais je crois que non, tout est possible chez tous les individus, vous savez, je reviens encore à Jacques Hubovitch qui disait « un escroc handicapé est un escroc ». Toute la morale subsiste chez tout le monde. Avec tous ces côtés : toute la psychologie subsiste, toute la tentation, etc., donc il y a une peccabilité ordinaire chez chacun, et la transgression ou la fascination pour le héros, on la trouve partout. Frida Kahlo14, par exemple, dans le domaine artistique de la peinture, a beaucoup joué de son corps comme outil de séduction et de rejet des autres. Elle avait été traversée par une barre d’acier dans un accident, je ne sais pas si vous connaissez son histoire, elle a beaucoup joué de son corps, comme tout un chacun un jour. Ni plus, ni moins.

Walfried KÖNIG

137Vous m’avez bien impressionné par tout ce que vous avez dit. Vous avez mentionné la nécessité que chaque individu puisse développer son héroïsme personnel. De l’autre côté, vous avez mentionné le problème que des personnes en situation de handicap ne seraient pas entendues (si c’est le mot en français). J’ai vécu moi-même le fait que les personnes aveugles ne veulent pas coopérer avec celles qui sont presque aveugles et, de même, celles qui sont complètement sourdes ne veulent pas coopérer avec celles qui sont presque sourdes. Je crois que c’est une des raisons qui explique qu’on « n’entend » pas les personnes handicapées. Il y a certainement la situation individuelle d’un côté, mais de l’autre côté il faut combiner toutes les forces, devenir une force politique qui a le pouvoir de mettre à jour ce point. Est-ce que vous voyez là aussi un problème ?

Denis POIZAT

138Je crois que vous touchez là un point très subtil – et félicitations pour votre maîtrise du français – vous touchez un point très précis dans ce que vous dites. Il y a d’abord, effectivement, la revendication de certaines personnes ou groupes de personnes qui parlent, je pense aux populations sourdes qui parlent de cultures sourdes, on parle de « surditude ». Il existe aussi des questions relatives à la reconnaissance, les textes ne parlent pas de personnes en situation de handicap en France. Il existe effectivement des tensions internes. Alors maintenant faut-il raisonner en termes de « bénéfice/risque » ? Doit-on rassembler la plainte, le mouvement, le lobby comme le faisaient les Anglais à la Chambre des Lords au xviiie siècle ? ou doit-on accepter aussi par exemple, comme c’est également possible aux États-Unis, ce que l’on appelle les « class actions », ? ; les plaintes collectives en France, ce n’est pas possible. En France, c’est la plainte d’un individu. Ce n’est pas à moi de répondre à la question que vous posez mais aux mouvements constitués. C’est une donnée de poids, une donnée stratégique s’il y avait une stratégie à adopter, effectivement.

Mariem ABASSI, Lille Université Club

139En préambule, vous parliez du rôle du journaliste dans la discrimination, entre autres, du sport et du handicap. Est-ce effectivement le fait des journalistes ou le fait de l’opinion publique entendue comme expression d’une mentalité ? C’est un peu comme l’œuf et la poule, on ne sait pas qui est à l’origine du processus d’exclusion. Il est certain qu’il faut changer le regard des personnes dans un premier lieu. Je pense ainsi à l’homosexualité, il y a de cela une quinzaine d’années. Lorsqu’on voit aujourd’hui que l’opinion publique a changé – et c’est d’autant mieux – pourquoi, dans le cadre du handicap, cela ne pourrait-il pas changer ?

Denis POIZAT

140À l’université de Toronto, une collègue était très convaincue que l’on organise des jeux Olympiques pour gays et lesbiennes. J’y étais plutôt défavorable. Ma collègue m’a dit que finalement, la reconnaissance des gays et lesbiennes dans la Province de Toronto s’était faite de haute lutte par cette revendication-là. La législation doit valoir pour toutes les personnes en situation de handicap, au principe de discrimination, de parité, etc. … S’agissant de la poule et l’œuf, je suis bien incapable de vous répondre, je ne sais pas si les journalistes sont responsables. Je crois qu’il est très difficile de parler des journalistes de façon très générique. Quand on voit la littérature, à propos d’une réflexion sur le journalisme, sur la vulgarisation scientifique, vous avez mille sortes de supports papier, de supports média et je pense également à des chaînes de télévision de différentes qualités, TF1, voyez. Que certains médias ignorent volontairement cette question, j’en suis sûr, que d’autres la valorisent, j’en suis sûr aussi. C’est pour cela que je suis très partagé pour donner une réponse tranchée. Je ne sais pas. Je me souviens d’un travail sur cette question de la place du sport et du handisport à la télévision. Cette étude avait été aussitôt contrecarrée par l’avis du Ministère de la Jeunesse et des Sports ; « nous avons augmenté de tant de pour cent notre audience à la télévision », selon la FF Handisport, donc il semblerait que cela progresse mais je n’en sais pas plus à ce sujet.

Mariem ABASSI

141Mais sans parler uniquement du sport, quand je regarde la télévision, la publicité, les photos, je ne vois pas de place pour la mention d’une situation de handicap. Si l’on veut changer les mentalités, il faut aussi changer le regard des autres parce que, bien souvent, des personnes détournent le regard ou n’ont pas la moindre attention pour cet autre qui est handicapé.

Denis POIZAT

  • 15 Syndrôme de Down, plus communément apprelé trisomie 21 ou mongolisme.

142Il faut soutenir le regard, votre expression est tout à fait juste. Une pub de Benetton (Benetton a toujours fait des pubs un peu « comme ça ») d’un enfant porteur d’un tricot coloré porteur du syndrôme de Down15 ; la pub a été interdite, c’était il y a dix, quinze ans environ. Je ne suis pas sûr qu’elle le serait aujourd’hui, mais il n’y a pas eu de nouvelles tentatives, c’est assez symptomatique. Je connais cette pub. J’ai ramassé une fois cette pub devant une boutique Benetton dans la rue. Je l’ai gardée et je ne l’ai jamais retrouvée. Elle est assez troublante et quand je la montre à des étudiants, elle suscite des réactions contrastées. C’est encore compliqué.

Dr Bernard ALLEMANDOU (Bordeaux)

143Juste une remarque par rapport à l’exemple que vous citiez des gays et des lesbiennes ; cela fait longtemps qu’ils sont intégrés dans les clubs sportifs normaux.

Jean-Paul SCHNEIDER

144C’est au spécialiste que je m’adresse, d’autant plus que ce spécialiste nous a dit qu’il était féru de littérature peut-être aussi de linguistique. Ma question est double : avez-vous une idée de l’origine du mot « handicap » ? Je sais bien qu’il vient de l’anglais « hand », « la main dans le chapeau », mais j’avoue n’avoir pas trouvé la raison pour laquelle on est passé de « la main dans le chapeau » à « handicap ». Deuxièmement, toujours dans le même esprit, le mot « handicap » a été utilisé dans le « turf », comme le mot performance qui revient dans notre langue par le biais de l’utilisation par les Anglais dans les courses de chevaux. Alors, ce mot « handicap », dans un premier temps et encore dans le sport d’ailleurs, désignait la charge supplémentaire que l’on imposait au plus fort et pas au plus faible et, de là, le mot s’est tout à coup retourné et a fini par désigner ce que l’on considère, à tort ou à raison, comme une faiblesse par rapport à la norme. Je ne suis pas sûr que ce soit simplement le passage de l’abondance à l’abandon – ce serait trop facile – mais peut-être avez-vous une explication possible sur ce qui été à l’origine de ce retournement du sens du mot ?

Denis POIZAT

145J’ai peur de vous dire des bêtises, j’ai en mémoire les textes d’Henri-Jacques Sticker (directeur de recherche laboratoire, histoire et civilisation des sociétés occidentales – Université Denis Diderot – Paris VII) et de Charles Gardou sur cette histoire. Le basculement dans l’histoire du mot, vous savez, était lié aussi à la question du hasard, « la main dans le chapeau » c’était une question de hasard. Pour l’autre aspect de votre question, comment la charge affectée au plus fort à la faveur du plus faible, pour rétablir en principe l’équité, l’égalité des chances, comment ce mot a-t-il brusquement été chargé d’une charge défectologique ? C’est ça votre question. Je ne peux pas vous répondre, ce serait trop technique… C’est très important, mais je sais qu’il existe des références très précises – je ne les ai pas en tête – mais il faut regarder dans Sticker, dans Gardou, ou encore dans le livre qu’a réalisé notre collègue. Peut-être pourriez-vous nous répondre ?

Dr Bernard ALLEMANDOU

146Non, il faudrait certainement passer en revue toute la littérature anglo-saxonne, mais nous savons deux choses : la première utilisation en France, c’est un texte de loi en 1957 concernant la relation des personnes inadaptées au travail d’où l’intégration dans les Centres d’Aide par le Travail (CAT), etc. C’est donc par rapport au travail que le législateur a pris ce mot qui était complètement ignoré. La deuxième chose – ce sont les discussions à propos de ce mot au moment de la définition de Wood sur la politique, l’OMS définissant la description du « handicap » – en France, on désigne par handicapé trois situations : la situation de la déficience d’origine, l’incapacité et la répercussion de l’incapacité sur le plan social. Or, les Anglo-saxons appellent handicap uniquement la répercussion sur le plan social, alors qu’en France, on dit « handicapé » dans les trois cas. Je n’en sais pas plus.

Denis POIZAT

147Pour aller dans votre sens, je me demande si ce n’est pas le problème d’importation des classiques. Nous avons commencé à parler des personnes handicapées à la fin des années 1970-75 et l’importation du terme handicap revenant dans la nomenclature internationale ; la CIH d’abord dans les années quatre-vingt et puis même maintenant avec la Classification Internationale des Fonctionnements Humains (CIFH) n’a pas permis de réintégrer cette deuxième acception, qui était tout de même sous-jacente, parce que « la main dans le chapeau » et la compensation sur le cheval, personne ne le savait, on s’est rappelé que cela avait existé quand on travaillé sur l’histoire du mot handicap. On l’avait oublié, il n’y avait que les turfistes qui le savaient, c’est-à-dire des millions de personnes…

Un intervenant

148J’ai peur de rentrer dans un domaine qui n’est pas celui-là, mais il me semble aussi qu’à la suite de la Première Guerre mondiale, avec la masse immense des blessés et invalides de guerre, il s’était créé dans toutes les communes, en parallèle avec l’Éducation nationale et les écoles pratiques, puisque c’était de l’enseignement technique, des ateliers qui s’appelaient « essor », mot magnifique par rapport à l’intégration, même plus joli que « intégration ». « L’essor », c’est de là que l’appellation de ces blessés est devenue handicap par rapport à infirme, terme qui aurait obligé peut-être le monde politique et l’État à indemniser ces personnes sans les réhabiliter dans une réalisation d’eux-mêmes par le travail. Parce que c’est ça aussi, l’intégration. C’est revenir à la réalisation de soi-même par le travail et par le sport.

Denis POIZAT

149L’hôtel des Invalides !

Le précédent intervenant

150Absolument, mais vous remontez encore plus loin que moi, puisque vous arrivez à Napoléon 1er. Excusez-moi, parce que je ne suis pas un universitaire.

151Je voudrais rajouter aussi une chose par rapport au handicap, que je connais malheureusement depuis environ une dizaine d’année. Je considère que, par rapport à ce cheminement que tout le monde veut faire, il est très important, avant de revendiquer ses droits, d’assumer ses devoirs. C’est valable pour les valides, mais aussi pour les infirmes. Et là, je dis bien : « infirme ».

Denis POIZAT

  • 16 Otto Dix (1891-1969), voir en autres le site : http://arts.fluctuat.net/otto-dix.html

152La question de la guerre a beaucoup marqué les politiques. Par rapport aux mots « handicap » et « essor », il existe une littérature et une peinture qui ont beaucoup marqué nos imaginaires, mais ça s’est arrêté. En Allemagne, on a beaucoup regardé les peintures d’Otto Dix16 par exemple, qui montraient toutes ces gueules cassées tout simplement ; et puis j’ai fait un test dans les amphithéâtres à l’université en lisant aux étudiants la carte G.I.G., « G.I.G., ça vous dit quoi ? », les étudiants m’ont dit « grande incapacité à se garer », Grand Invalide de Guerre, nous n’en n’avons plus en Europe – j’en ai parlé à des collègues allemands, ils sentent à peu près la même chose, nous n’avons plus cette mémoire du corps qui a été fauché par le combat, par la guerre tout simplement, on n’a plus l’oncle qui boîte ou qui a eu la main coupée à la guerre. Alors, tant mieux, si on a eu la paix aussi longtemps, mais on aussi oublié dans notre mémoire collective que, la guerre, c’est aussi une des sources très importantes du handicap. Alors ça dépend aussi des cultures, j’ai travaillé sur le monde arabe par exemple. Une des grandes causes du handicap dans le monde arabe, c’est la consanguinité, les éléments historiques, culturels, collectifs très larges. Alors on peut quelquefois les oublier, eh bien, nous, en Europe, on oublie plutôt que la guerre fabrique du handicap. Vous savez, après la Première Guerre mondiale, c’est Boris Sibrovznik qui raconte ça, nos monuments aux morts, au départ, n’ont pas du tout été créés à l’initiative de l’État français, c’était au contraire aller de l’avant, soyons oublieux des choses négatives et voyons l’avenir. C’est à l’initiative de tout petits villages qu’il fallait rendre hommage à tous ceux qu’on avait perdus. On a construit des monuments, des stèles qui, petit à petit, sont devenus quelque chose de national. Mais au départ, on a tendance à plutôt ranger, à classer les choses.

Serge VITTECOQ, chargé de mission sur le handicap à l’université du Havre

153Sur la question du regard : comment réussir à faire changer les regards, à la fois des collègues universitaires et des étudiants sur le handicap ? Je suis confronté à ces difficultés au quotidien. Comment accepter des modifications d’emploi du temps, des aménagements, comment faire en sorte que les étudiants puissent accepter d’être tuteurs d’étudiants handicapés ? Souvent les étudiants handicapés sont seuls, dans les cafétérias ou dans les lieux publics.

Denis POIZAT

154Il existe des cours d’anthropologie du handicap dans l’institut où je travaille, et souvent les universitaires confondent la mission handicap de l’université avec les enseignements. La loi oblige l’université à se donner les moyens de réaliser des aménagements, de proposer des textes en braille, etc., mais c’est difficile. Pour la première fois, nous avons enfin des locaux accessibles ; j’ai travaillé pendant cinq ans en montant des étudiants au 4ème étage… Maintenant, nous avons de nouveaux bâtiments !

Intervention de Cyril MORÉ
Chargé de communication et de gestion des ressources humaines à EDF,
Double champion olympique Handisport à Athènes

Ernest GIBERT

155La première qualité de Cyril Moré est d’être Havrais, ce qui limite le nombre des imperfections. Il a un inconvénient qui est celui de l’affiche : il suffit simplement de lire ce que nous avons écrit, donc je partage la coresponsabilité. Vous êtes ici, mais cela ne vous a pas intimidé, en qualité de grand témoin, au surplus affublé de guillemets, je ne sais exactement comment on peut l’interpréter. Et puis s’il me le permet, malgré lui, mais il y est habitué, malgré nous, il est significatif que nous n’y ayions pas pensé à l’avance, il a vécu une fois de plus une bonne illustration de ce qu’est le handicap. En effet, cet espace n’a jamais été conçu pour l’accueillir et en matière d’accessibilité, il y a des choses extrêmement simples et peu coûteuses. Si Cyril Moré est ici – mais vous comprendrez mieux les choses après le petit film que nous allons vous projeter – c’est parce qu’il est une illustration remarquable que la volonté et le talent permettent d’atteindre une réussite exceptionnelle quelle que soit la configuration ou la situation dans laquelle on se trouve.

156Cyril Moré a été multi médaillé olympique, c’est très volontairement d’ailleurs que j’utilise ce dernier terme. Il a participé en dix ans, à trois jeux Olympiques, d’Atlanta à Athènes, en escrime, puis en ski, aux derniers jeux Olympiques de Turin. Je crois que plutôt que d’allonger une présentation, le mieux est sans doute que nous regardions les images pour ouvrir s’il le veut bien avec lui, un dialogue franc et honnête sur un certain nombre de choses que nous comprendrons mieux après les avoir vues.

157Projection du film sur Cyril MORÉ

158Cyril MORÉ

159Cela fait deux ans que je suis sur le site de Cruas, j’ai été embauché en tant que cadre ressources humaines, puis chef de section « études » au service ressources humaines. Depuis un mois, j’ai intégré le service communication du site de Cruas.

160Le commentateur (qui appartient à l’entreprise)

161Cyril c’est du bonheur en barre, c’est un grand sourire tous les matins, c’est de l’énergie à revendre. Son handicap est complètement lissé au niveau du fonctionnement. Ici on a des personnes plutôt ouvertes d’esprits et cela fonctionne bien. En un mois, il a réussi à prendre sa place. Il a réussi a devenir acteur complètement au niveau de l’équipe. Il a apporté son dynamisme, sa bonne humeur tout en étant sérieux sur ses dossiers.

162Cyril MORÉ

163En fait j’ai découvert l’escrime en centre de rééducation un an après mon accident et je cherchais à ce moment-là un sport un peu technique avec un aspect travail sur soi, concentration qui est assez intéressant. Cela a été le premier déclic. Et derrière c’est un sport qui m’a permis de faire de bons résultats. Maintenant cela fait près de dix ans que je fais de l’escrime.

164Mon sport phare c’est l’escrime et j’ai besoin de tout ce que je peux trouver à droite ou à gauche qui va m’aider à être meilleur parce qu’à un moment donné la différence parmi le top se fait sur des petits détails mais il faut pouvoir agrémenter d’autre chose donc moi c’est quelques autres sports : le ski et le vélo. Pour moi le ski m’apporte d’être en compétition le plus souvent, de me retrouver dans des endroits rigoureux où la préparation mentale et technique est très importante, l’un et l’autre apportent à l’un et l’autre mais c’est vrai que dans la mesure où c’est l’escrime qui est mon sport majeur, c’est plus le ski qui m’apporte.

165Au niveau du ski, je suis aux portes de l’Équipe de France. J’irai aussi loin que ma progression me le permettra et j’espère que ce sera le plus loin possible.

166J’ai commencé en 1993. En 1994 j’ai participé à mes premiers championnats d’Europe avec une médaille de bronze au sabre individuel et une médaille d’or en équipe. Ensuite les temps forts, ce sont les jeux Olympiques d’Atlanta, 4èmeen individuel au sabre et médaille d’or par équipe ; les jeux Olympiques de Sydney, deux médailles d’or au sabre et à l’épée par équipe ; et ma petite préférée qui est le sabre individuel contre un chinois que je vais retrouver prochainement pour les jeux Olympiques d’Athènes. Pour les jeux Olympiques d’Athènes, je mise de faire mieux il y a du travail.

167Ce que j’aime c’est le partage. Je suis quand même assez satisfait d’arriver à pouvoir de temps en temps le faire grâce au sport. J’essaye de ramener toujours mes compétitions quand je reviens au travail. Tout ce dont je peux profiter j’ai envie que les autres le connaisse et que l’on puisse l’évoquer et le partager. C’est vrai que de voir dans les yeux de nos collègues un peu cette lueur qui nous a fait vibrer tant et tant en compétition cela fait toujours du bien d’avoir ce retour-là. C’est peut-être lié à l’accident mais je pense que déjà au fond je l’avais un peu, c’est l’idée de toujours positiver les situations qui peuvent arriver, en tout cas de ne pas être négatif pour pas se miner le moral et puis de mettre de l’énergie là où cela en vaut la peine. Donc l’idée de positiver c’est un peu un fil rouge que je peux retrouver sur tous mes parcours et qui forcément aide beaucoup en compétition c’est la maîtrise de soi qui est un élément important de l’escrime.

Ernest GIBERT

168Il était convenu que je devais vous poser trois questions.

169La première question : je me demande si elle est toujours pertinente parce que vous avez, me semble-t-il, en grande partie donné la réponse. Elle consiste à vous demander ce qui a pu vous motiver pour tenter de devenir, et vous l’êtes devenu, un sportif de haut niveau. Je m’aperçois en vous écoutant je n’avais pas pu voir le film avant – que vous avez donné une réponse qui, non seulement, est pertinente mais qui laisse beaucoup à réfléchir. Ce que vous recherchez en premier, avez-vous dit, c’est l’échange. C’est-à-dire que vous recherchez ce que, dans un club sportif, les autres devraient chercher aussi. Alors, ma question demeure : quelle est votre motivation, et cet échange, qui n’est pas spécifique au handisport, peut-il vraiment être un échange partagé ?

Cyril MORÉ

170Effectivement, j’ai évoqué quelques-unes de mes motivations et il y en a peut-être d’autres ensuite.

171Parmi celles qui m’intéressent, que j’ai envie de porter, il y a notamment celle qui concerne l’évolution de l’homme, c’est presque le sens de la vie, et c’est ce que j’ai cherché à développer après avoir fait un bout de chemin.

172Quand je regardais dans le rétroviseur, je me disais « eh bien voilà, pourquoi continuer, pourquoi aller plus loin, pourquoi en vouloir plus ? Et, sans doute, c’était ce souhait d’être témoin, d’être un participant, voir jusqu’où l’homme peut aller, jusqu’où il peut évoluer.

173On parle souvent de grandes histoires et pourquoi chacun de nous ne peut-il avoir « sa » grande histoire ? J’ai bien aimé et je continue toujours à vouloir sentir ça, c’est au travers de la compétition, au travers de cet avancement vers l’excellence, se frotter aux meilleurs, avoir une préparation, voir jusqu’où on va et comment on peut tenir finalement.

174Le sport de haut niveau reste quand même quelque chose d’assez masochiste et où trouver les motivations pour continuer ? Je dirais que l’aspect héroïque peut donner un peu de motivation, mais il a besoin d’être étayé par d’autres choses. Par rapport à ce que vous disiez pendant l’échange, le sport en soi peut ne pas avoir de beaucoup de base, mais doit avoir une vie et une utilité sociale. Je suis, je pense, encore en train de chercher quelle est l’utilité sociale du sport et notamment du sportif et pourquoi pas du sportif handisport, est ce qu’il a une particularité dans cette utilité-là ?

175Ce qui m’a fait vibrer, c’est l’écho que j’ai pu avoir lors de mes compétitions : c’est-à-dire que si j’avais été seul à avancer ou avec mes concurrents directs, le « goût d’y aller » n’aurait pas duré alors que l’écho, même s’il est faible, dans la mesure de notre piètre médiatisation, il existe et c’est peut-être finalement celui qui est le plus touchant, le plus vibrant et qui donne envie de continuer. Diverses motivations passent un peu à travers tout ça, le goût de positiver, de partager, de vivre quelque chose d’exceptionnel. Cela permet d’être dans une vraie démarche de performance et bien souvent d’oublier le handicap ; en ce qui me concerne, quand je suis en recherche de performance, je ne pense pas au handicap.

Ernest GIBERT

176Mais tout cela n’a pas pu se faire tout seul, vous avez forcément rencontré des difficultés, comment peut-on les surmonter et y en a-t-il qui restent insurmontables ?

Cyril MORÉ

177La première démarche de bon sens c’est de positiver et ce serait presque un déni de difficulté mais qui permet sans doute de ne pas se miner le moral et d’avoir une démarche positive pour construire les choses.

178Et après bien sûr, toutes les aides sont les bienvenues, surtout quand elles sont saines, naturelles et de bon aloi et cela passe par de multiples choses qui vous tiennent, qui vous touchent de près : c’est en particulier les clubs. Après avoir constaté que différents sports étaient possibles d’être pratiqués en fauteuil roulant, cette découverte qui a lieu principalement dans les centres de rééducation, même si maintenant les choses changent, le moment où l’activité devient tangible, c’est en club et mon goût de toucher à tous les sports, je l’avais avant mon accident et je l’ai gardé par la suite.

179J’ai pu, à travers différents clubs, goûter au tir à l’arc, la natation, au basket, au ski, à l’escrime. Et c’est notamment dans ces endroits-là que j’ai pu rencontrer des gens, des structures et du matériel, parce que bien souvent le handicap nécessite un surcroît de matériel non négligeable dont le coût est à prendre en considération très rapidement ; c’est aussi ce qui peut devenir un frein. Lorsqu’un club prête le matériel - un fauteuil pour le basket ou pour l’escrime – cela permet de se roder à différentes activités et finalement de trouver sa voix comme d’autres peuvent le faire, puisqu’il s’agit d’un droit a priori, autant qu’il puisse se réaliser. Les clubs constituent un moment fort.

180Ensuite, je dirais que toutes les bonnes volontés qui savent à la fois mélanger le bon sens et l’ouverture d’esprit permettent d’aller au-delà de ce qui est imaginable dans un premier temps et qui pourrait devenir presque banal.

181Quand l’extraordinaire devient ordinaire, on ressent quelque chose de magnifique quand ça se réalise.

182Ces bonnes volontés qui se manifestent, de temps à autre, alors qu’il n’y a pas un endroit où on les retrouve, ont pour pires ennemis des gens similaires et ce sont parfois malheureusement les mêmes. À un moment donné, ils peuvent bloquer complètement un système.

183Très concrètement, j’ai eu mon accident en 1992, ça fait 14 ans que je suis en fauteuil et dans les dix premières années, je voyais régulièrement une petite amélioration de cette prise de conscience partagée. Je me disais « ça avance, pas très vite mais ça avance ».

184En fait, cette avancée est très fragile et peut exploser à tout moment. Il suffit tout simplement de se retrouver confronté à un blocage. Alors, il est rarement structurel, c’est-à-dire qu’ici, on arrive à trouver une parade pour monter sur une estrade inaccessible, on trouve des moyens. Quand il s’agit des locaux, quand il s’agit du matériel on peut trouver des parades.

185Là où je suis le plus choqué, c’est quand j’obtiens une fin de non recevoir pour quelque chose qui me paraît légitime, possible, et on me dit « non », alors que je peux me retrouver face à des entités ou à des personnes les représentant qui sont dans une démarche où l’intégration doit être prise en compte.

186Ce peut être à la faculté, à l’université où, par exemple, on peut me dire « vous ne pouvez pas faire de sport parce que vous êtes handicapé » ou quasiment c’est ce qui pourrait ressortir, alors que ce n’est pas l’exemple que j’ai vécu. Cela se rapproche de ce que vous pourriez concevoir, et c’est vrai que ce genre de blocage est effroyable pour moi.

187En fait, la première fois où j’ai été confronté à ce genre de situation, j’ai fait un bon de dix ans en arrière ; je veux souligner par là que c’est très fragile. Nous devons tous être vigilants pour avancer et, en tout cas, pour ne jamais reculer.

188Je trouve qu’il est dommage de se retrouver bloqué par une société qui, malgré tout, cherche à ne pas prendre de risque, à assurer « ses ceintures/bretelles » à tous les niveaux, sous peine de se retrouver responsable d’un hypothétique problème, elle préfère refuser.

189Donc finalement, le message que je cherche à faire passer, c’est que chacun de nous doit assurer dans son domaine, à l’université, dans les clubs aussi. Gardons à l’esprit cette idée d’aller de l’avant, de savoir oser parfois, et peut-être contourner certaines limites pour que la vie devienne et soit intéressante et qu’on ne se retrouve pas juste à être dans un cadre hyper strict où rien ne peut arriver. Je pense que l’émotion existe et l’intérêt de vivre n’existe que si on peut aller au-delà et partager. L’idée, c’est d’oser. Avec les personnes handicapées : c’est de les écouter et essayer d’aller de l’avant.

Ernest GIBERT

190Les Normands ne sont pas des adeptes des positions manichéennes puisqu’on les caricature par la formule « peut-être bien que oui, peut-être bien que non ». Il existe effectivement des difficultés quand on les surmonte, mais il peut y avoir d’autres raisons. Tout cela peut être source d’enrichissement. Est-ce que mon interrogation sur l’enrichissement est déplacée, naïve ou peut-elle être source d’espérance ?

Cyril MORÉ

191Je suis, par rapport à ce que j’ai dit, très riche de la situation que j’ai pu vivre. Je ne sais pas si je suis hors sujet, vous le direz. Il y a déjà très longtemps que j’ai déserté les bancs de la faculté, je ne voudrais pas avoir une mauvaise note à la fin. Je trouve ça assez, je dirais, amusant presque « poil à gratter » de dire qu’effectivement mon accident m’a permis d’avoir une vie extraordinaire.

192Si je n’avais pas eu mon accident, je serais peut-être encore – plus maintenant, sans doute, mais il y a cinq ou six ans – j’aurais peut-être été chez mes parents à ne pas faire grand-chose. Alors que sitôt après mon accident, j’ai volé de mes propres ailes, à 800 km, puisque je suis à Grenoble.

193Aujourd’hui, je suis riche de ce parcours, à la fois du jeune handicapé qui se prend en main et qui va vivre sa vie – mais comme d’autres le font – mais après viennent s’ajouter ces différents parcours sportifs, universitaires où j’ai rencontré quelques difficultés qui m’ont permis d’aller peut-être plus loin, puisque vraisemblablement en tant que bon cancre, du temps où j’en côtoyais d’autres, sur les bancs du lycée, avec Sylvain Paillette, je pouvais imaginer la fin de mon cursus presque après le bac. Je crois que mon accident m’a déjà aidé à avoir le diplôme. Cela m’a peut-être permis d’aller un peu plus loin, de me poser et d’envisager d’autres possibilités et je suis allé jusqu’au DESS en gestion des ressources humaines, ce qui était pour moi, par rapport à une certaine vision des choses à un moment donné, une certaine richesse.

194Et puis, quand vous avez l’occasion d’être sur un stade avec 120 000 personnes, et que vous avez l’impression qu’elles sont là uniquement pour vous, c’est un phénomène très égocentrique, mais quel plaisir ! Il est éphémère, il faut donc en profiter. La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques à Sydney était quelque chose de formidable. Ce sont des choses comme ça qui permettent de balayer certaines difficultés, c’est aussi une source de motivation.

195Je crois qu’aujourd’hui, je suis plutôt content d’avoir eu l’occasion de les vivre, même si à côté de ça, finalement, j’ai à souffrir, il faut quand même le dire, de ce fauteuil. Et même si aujourd’hui, les choses peuvent paraître faciles et aller de soi, je ne sais pas – en prenant cet exemple d’ici – si je suis en mesure d’aller me balader près du Pont du Gard, parce que je ne sais pas si je pourrai en profiter de la même façon que vous, dans la mesure où je n’ai pas mes deux jambes. Tout est fragile et je préfère voir la richesse que j’ai eue plutôt que celle que j’ai perdue.

Patrice GARCIN, Aix Université Club

196Je voudrais simplement vous poser une question par rapport aux médias, plutôt à la non médiatisation de cette forme de handicap. Est-ce que le fait qu’on ne parle pas suffisamment de tous ces exploits peut-être cependant une source de motivation ?

Cyril MORÉ

197Je ne sais pas, la seule motivation que je verrais ce serait de faire ma propre médiatisation pour justement compenser cette lacune. Je n’en vois pas d’autres : il ne faut pas être « maso » ; aujourd’hui, je prépare des championnats du monde et je serai dans dix jours à Turin. C’est un boulot énorme, alors je serais gêné, de faire le sportif blasé face à vous, mais cela me permet d’expliquer mon propos. Le fait de faire tout cela juste pour soi n’a vraiment aucun intérêt, tout au moins en ce qui me concerne. Par contre, chercher à partager davantage, à faire connaître davantage, pourrait être une motivation qui, à moi, me permettrait de durer. C’est forcément dommage que la médiatisation soit si faible. Par contre, le peu que je suis en mesure de faire, me permet de voir des retours qui sont assez fabuleux parfois même étonnants, d’une personne qui ne me connaissant pas, à une réception, est en larmes parce que je lui tends ma médaille olympique. À un moment donné, on peut revenir à ce que le sportif peut assurer, quelle est sa place dans la société ? On a certainement quelque chose à apporter. Il y a le plaisir de pouvoir de l’apporter et de voir qu’on se sent utile ; d’où l’intérêt finalement de développer la médiatisation. Mais ce n’est pas une source de motivation que d’avoir peu de médiatisation.

Sébastien PILOT, Toulouse UC

198Ma question s’adresse à vous quatre. Cyril Moré est un grand champion, un athlète de haut niveau et, quand il parle, on reconnaît l’athlète de haut niveau. Par rapport à notre question « sport intégration », ne vaudrait-il pas mieux traiter la question au niveau de la masse, c’est-à-dire travailler sur les personnes qui ne vont pas forcément faire de la compétition, qui ne vont pas avoir forcément cette reconnaissance, ce regard que recherche tout sportif de haut niveau de toute façon ? Pour réellement parler du mot que vous n’aimez pas « intégration », les personnes vont vouloir simplement faire du sport de loisir et donc ne pas avoir de reconnaissance, ni médiatique, ni de compétition.

199Si on parle « d’intégration », avec des athlètes de haut niveau, il n’y aura pas ce souci-là. Effectivement Cyril Moré, avec son palmarès, peut aller dans n’importe quel club d’escrime, il va pouvoir pratiquer, il va être intégré, il aura fait tout le travail sur le regard, etc. Maintenant, l’enfant qui va vouloir faire simplement de l’escrime, arriver dans un club, sans connaissance, sans palmarès, sans rien du tout, c’est par rapport à cette masse-là que je me pose des questions. La démarche n’est pas simple.

Denis POIZAT

200Il y a des gens qui peuvent dépasser le sentiment d’injustice individuelle par le combat, je ne sais pas si c’est votre expérience, Cyril Moré, mais chacun dans sa vie peut en faire l’expérience. Et puis on peut avoir un sentiment de justice « est-ce que j’ai bien été traité ? » La loi, normalement, encadre ça pour la masse, le dispositif législatif existe. Or, est-ce que les clubs sportifs, dans les villages en France, ont l’obligation légale d’accueillir les enfants en situation de handicap ?

Sébastien PILOT, Toulouse UC

201Légalement, on ne sait pas. Légalement, juridictionnellement parlant, je ne sais pas si c’est une obligation, chaque club peut définir un nombre de licenciés maximum, trouver n’importe quelle excuse. Où est l’obligation ?

Ernest GIBERT

202Je n’ai pas la prétention de répondre à cette question, alors je vais donner une réponse que je qualifierai de jésuite. Les clubs ont l’obligation de ne pas pratiquer de discrimination. Il ne faut pas toujours saluer la franchise : il suffit simplement qu’ils ne disent pas « on ne vous veut pas à cause du handicap dont vous souffrez ». La manière jésuite, qui est très condamnable, est la manière qui consiste à faire le sourd, à ne pas mettre dans les conditions d’accueil. Et puis, il ne faut pas demander au sport davantage que ce que l’on demande aux autres et la question n’est pas de faire en sorte que tous les handicaps puissent entrer dans le champ du sport. C’est pour cela que j’estime que, plus que le sport, c’est la vie associative ou l’associativité qui peut faciliter l’entrée en la préparant. Cela ne répond pas à votre question, mais si votre question est : est ce qu’il faut obliger les clubs à accueillir de façon séparée très condamnable, ou à l’intérieur toute personne quelles que soient les difficultés qu’elle rencontre ? Au nom des principes, on peut dire oui. En pratique, on sait que ce n’est pas le cas. Alors, l’une des raisons d’être des manifestations comme celle-ci est qu’on puisse, en effet, continuer à avancer. Votre remarque est tout à fait pertinente car elle montre bien l’ampleur du chemin qu’il y a à parcourir pour qu’on puisse se regarder et soutenir le regard des uns et des autres. Effectivement, cela demandera du temps.

Colette ANDRUSYSZYN, Lille Université Club

203Cette question est certainement le débat que nous allons avoir pendant nos cinq séances. Parce que la situation d’exception qu’est le sport de haut niveau donne envie à tous de donner des réponses, mais la situation du quotidien, celle-là nous la vivons – et justement si nos clubs sont ici et un certain nombre se sont déjà posé cette question – quand ils veulent s’ouvrir, ouvrir la structure associative au handicap au quotidien, c’est là où ils se heurtent à l’absence de moyens. Nous nous réunissons donc tous là en nous disant que nous devons jouer sur les décideurs qui ont des moyens et qui pourront nous aider. Je pense que le Département du Gard en a fait une démonstration ce matin. Si nous sommes dans cette région également, c’est parce qu’ils ont abordé cette question, peut-être plus que d’autres départements ou d’autres régions actuellement. Le propos de Cyril Moré, son enthousiasme, sa sur-motivation montrent combien le fait d’accueillir dans un club, n’est pas un défi mais une richesse. Nous le vivons dans notre club et d’autres clubs le vivent aussi. Je pense que nous, à travers Sylvain Paillette, nous savons la richesse qu’il apporte par justement cette vision positive qu’il a appris à avoir, qu’ils ont appris à avoir en permanence pour vivre à leur manière. Le club le reçoit en direct, donc ça, c’est quelque chose à noter, c’est au-delà d’un défi, c’est une richesse pour un club sportif, non pas de se préoccuper, mais d’être en permanence à l’écoute et à l’accueil de toutes les personnes, handicapées ou non.

Mariem ABASSI, Lille Université Club

204À partir de quel moment, après votre accident, vous vous êtes vraiment senti « non exclu » de la société, à partir du moment où vous avez réussi sur le plan universitaire ? Dans le cadre du travail ? Dans votre vie personnelle et affective ? Ou dans le monde du sport ? Et a contrario parmi les différents domaines que je vous ai cités, quel est celui qui a été le plus difficile à intégrer ?

Cyril MORÉ

205Là où j’ai été le mieux, finalement, après mon accident, c’était à l’hôpital, où j’étais choyé, bichonné, j’appréciais presque l’état dans lequel j’étais, c’est une boutade, bien sûr. En fait, je crois qu’il n’y a pas véritablement d’endroit où j’ai rencontré des difficultés particulières, je ne peux pas dire à quoi c’est dû, si, malgré tout, j’ai peut-être eu de la chance. Je ne sais pas si c’est ce côté dont parlait Colette Andrusyszyn de positiver qui fait qu’à un moment donné on passe sur certaines difficultés et même on les oublie. C’est pour cela que je rejoins l’interrogation de Sébastien Pilot, je ne suis pas forcément un bon exemple puisque par certains aspects, je peux être trop dans un moule, trop facile et je ne soulève pas assez de problèmes. Même moi personnellement, je les oublie, quand je suis arrivé au SUAPS de Grenoble, il n’y avait pas que la marche de l’entrée qui bloquait, mais aussi le fait que je venais demander quelque chose d’inhabituel et non prévu ; il fallait mettre en œuvre une tournure d’esprit, des démarches, des actions et si j’avais frappé à la porte aujourd’hui, bien des choses seraient différentes. Maintenant, je préférerais chercher à savoir où j’ai eu le plus de bonheur. Dans le sport, j’en ai eu beaucoup, mais c’est peut-être plus lié au fait qu’aujourd’hui c’est presque mon actualité majeure. Mes études, à un moment donné, mon boulot – j’en profite parce que je n’ai pas mon employeur ici – mais est ce que ce n’est pas ma béquille à moi qui me permet d’avoir un équilibre dans ma vie quotidienne et qui me permet d’être plus libre dans mon activité sportive, qui je dirais, par certains aspects, est celle qui est la plus motivante, même si je vous ai expliqué que je commençais à aspirer à autre chose. Peut-être que bientôt ma béquille va être la sphère sportive qui va m’aider à être plus performant dans le travail, puisque j’ai aussi le droit d’être un bon agent EDF comme les autres, chose que je peux vivre forcément aujourd’hui parce que je suis à mi-temps, et malgré tout il me manque du temps pour être efficace. Je ne suis pas sûr d’avoir répondu à votre question, mais peut-être en avez-vous une autre pour m’aider à préciser.

Alain BRAUN

206Je voudrais revenir sur la question précédente pour dire qu’il n’y avait pas forcement opposition entre la préoccupation haut niveau et la préoccupation masse, mais peut-être des complémentarités. Je ne pense pas non plus qu’il y ait obligation des clubs, mais une prise de conscience. C’est vrai que pour les clubs qui ont totalement intégré, comme le LUC, la volonté d’aménagements pour les personnes en situation de handicap, une étape pourrait être franchie avec des moyens supplémentaires. Je pense que pour une fois au niveau national, il y a quand même des incitations, notamment par l’ex-FNDS ou le CNDS, dans le cadre duquel, depuis un certain nombre d’années, figure l’aide aux aménagements et à l’accueil. Trois ou quatre thèmes sont mis en avant et finançables, et l’accueil des personnes en situation de handicap en est un. Il y a donc peut-être un travail à réaliser sur la culpabilisation des clubs qui ne font rien.

Autre intervention

207Ma question est toute simple, êtes-vous dans votre entreprise dans un statut de sportif de haut niveau ou avez-vous été embauché en tant que sportif de haut niveau handicapé ? Nous savons que l’entreprise à laquelle vous venez de faire allusion effectue une importante démarche dans l’intégration du handicap, j’en suis personnellement l’anti-exemple puisque, devenant handicapé, j’ai été plus ou moins écarté de l’entreprise.

Cyril MORÉ

208Cela ne m’est pas facile de répondre tout simplement parce que cela tient à peu de choses. En l’occurrence, EDF cherchait d’abord des compétences, ce qui m’allait bien puisque c’est ce que je voulais « vendre » en premier, sachant que je possédais des casquettes qui allaient pouvoir m’aider, notamment celle du handicap dans la mesure où, là ou j’allais, un protocole d’insertion pour les personnes handicapées venait d’être signé. L’aspect sportif de haut niveau ne les intéressait pas trop, c’est-à-dire que mon arrivée a permis à quelqu’un de partir et cette personne avait en charge le management d’une petite équipe. Au départ, ils auraient même préféré que je n’ai pas un mi-temps. Je crois que c’est ce qui me permet de dire qu’on ne m’a pas embauché en tant que sportif et je le suis devenu, avec des difficultés de fait puisqu’à un moment donné, on m’a reproché de ne pas pouvoir tenir mon poste, on m’a fait comprendre que je devais évoluer, ce que j’ai fait au départ à regret. Je ne sais pas comment les remercier puisque finalement je me retrouve avec des missions complètement adaptées. En effet, je préfère nettement m’occuper de la communication plutôt que des ressources humaines. Je pense que j’ai enfin trouvé l’équilibre. Effectivement, ce n’est pas le statut de sportif de haut niveau qui m’a aidé à ce niveau-là.

Ernest GIBERT

209Avant de nous quitter, permettez-moi de détailler quelques points le palmarés de notre grand témoin. Cyril Moré double champion olympique Handisport à Athènes à l’épée en individuel et en équipe, vainqueur du circuit de Coupes du Monde de sabre 2001, 2002, 2003, 2004, 2005. Merci Cyril Moré.

210(…)

211Nous allons passer à la présentation du travail du stage communication.

Le cheval, surprenant médiateur, par Gonzague Rambaud
Bottes aux pieds et bombe sous le bras, Bertrand, Marion et Jérémie, trois patients psychotiques hospitalisés à Sainte-Anne à Paris s’engouffrent dans un mini van. Direction le Bois de Vincennes, comme tous les lundis. « J’attends ce jour toute la semaine, car on peut enfin voir du monde et l’effervescence de la rue », s’enthousiasme Jérémie. Lui et ses compagnons, comme plus de 5 000 handicapés mentaux et moteurs en France, fréquentent régulièrement des clubs ou des centres équestres pour des raisons médicales. Ils pratiquent l’équithérapie.
(…) Ce jeune schizophrène confie « être habité par un monde parallèle » qu’il essaie non sans mal de dissocier de la réalité. Avant de lâcher avec une petite moue attachante : « j’aime bien sortir de l’hôpital, ça fait une sortie et je vois le vrai monde comme ça ! »
(…) Durant les séances, des rééducateurs spécialisés entourent les patients. Les exercices varient selon leur pathologie et leur niveau de cavalier. Sur un manège ou en balade, ils progressent tenus par un accompagnateur ou de manière autonome. Une équipe médicale les observe et note l’évolution de leur comportement. « L’équithérapie est un travail d’équipe entre psychiatres et l’équipe de rééducation. Le suivi régulier de la thérapie est primordial. Il faut souvent de longs mois, voire des années, pour que des efforts soient visibles », prévient Clarisse Boyer, équithérapeute1 à l’hôpital Sainte-Anne. Après chaque séance, elle et deux autres psychosomaticiennes font un point avec les psychiatres. « L’équithérapie est un bon moyen de découvrir le patient dans un cadre inhabituel. C’est un élément supplémentaire pour notre diagnostic. Certains comportements relevés durant les séances d’équithérapie peuvent par exemple nous servir de piste pour les entretiens individuels » ajoute le Docteur Bertrand Garnier, chef du service Pierre-Janet (soins psychiatriques) à l’hôpital Sainte-Anne. Souvent certains se libèrent. Ils se mettent à communiquer avec autrui, alors qu’habituellement ils ne parlent pas.
(…) Le cheval étant un animal très vif, il répond aux émotions du cavalier. Les autistes, par leur spontanéité incontrôlée, peuvent donc se sentir parfois plus à l’aise avec cet animal qu’avec un être humain. Le cheval constitue en quelque sorte un médiateur entre leur monde et le monde réel. Si le cheval et la personne autiste se rapprochent, il est toutefois essentiel pour le bon déroulement de la thérapie que le patient se distingue et affirme sa différence. Montrer, par exemple, sa détermination à aller là ou il veut. Désigner une direction, c’est faire un choix et donc se sentir exister. (Valeurs mutualistes, no 243, mai/juin 2006, p. 26-27).
1. La formation d’équithérapeute complète une formation médicale (infirmier, kinésithérapeute, psychomotricien, etc.). En fonction de la formation initiale, l’équithérapeute choisit d’encadrer des personnes handicapées physiques ou mentales.

Notes

1 Kant E., [1785], Doctrine du droit (premiers principes métaphysiques de la), Introduction, § C, Paris, GF-Flammarion, 1994.

2 Texte à paraître en 2007 chez Erès dans l’ouvrage tiré du colloque du Collectif Reliance qui s’est tenu à l’École normale supérieure de Lyon, sous la direction de Charles Gardou et Denis Poizat.

3 Voir Reliance no 15, « Sport de haut niveau et situations de handicap », Toulouse, Erès, 2005, notamment les articles de Sylvain Paillette et all. et d’Alexandra Angelot. En préparation également un numéro de Reliance consacré au sport pour tous, à paraître en 2007.

4 Reportage Un homme singulier, Commentaire de Véronique Macon dans le supplément Télé Obs du samedi 9 au vendredi 15 septembre 2007.

5 Pas la même périphérie, et pas le même centre non plus. La justice peut être parfois immorale.

6 Voir l’entretien avec Pascal Bruckner publié dans Reliance numéro 18, 2006 « On ne peut pas toujours traiter la société sur le mode de l’affect », entretien avec Denis Poizat.

7 Riche de force native, écrit en 1863 Charles Baudelaire dans Le peintre de la vie moderne, « Le dandy », IX.

8 Bouet M., Signification du sport, Paris, Éditions universitaires, 1969.

9 Caillois R. [1958], Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1992.

10 Voir Sellier P., Le mythe du héros, Paris, Bordas, 1970.

11 Dans l’Oraison funèbre du prince de Condé.

12 Gardou C., « Helen Adams Keller : de la fillette sourde, aveugle et muette à l’écrivain, la conférencière et l’éducatrice », Reliance no 16, Toulouse, Erès, 2005.

13 Nancy J.-L., Corpus, Paris, Métaillié, 2000, p. 43.

14 Sur l’artiste Frida Kahlo (1907-1954), voir par exemple le site : http://tierra.free-people.net/artes/pintura-frida-kahlo.php

15 Syndrôme de Down, plus communément apprelé trisomie 21 ou mongolisme.

16 Otto Dix (1891-1969), voir en autres le site : http://arts.fluctuat.net/otto-dix.html

Notes de fin

* Rédacteur en chef de la revue Reliance, revue des situations de handicap, de l’éducation et des sociétés, Maître de conférences à l’Institut des Sciences et Pratiques d’Éducation et de Formation (ISPEF), chargé de cours à la faculté de droit et sciences politiques de l’Université Lumière Lyon 2.

Auteurs

Conseiller Général du Gard

Député du Gard
Rapporteur de la Commission interministérielle sur le Handicap

Inspecteur de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports

Rédacteur en chef de la revue Reliance
Maître de conférences à l’Université Lumière-Lyon 2

Lille Université Club

Chargé de mission sur le handicap à l’université du Havre

Chargé de communication et de gestion des ressources humaines à EDF,
Double champion olympique Handisport à Athènes

Aix Université Club

Toulouse UC

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search