Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes du savoir médical à la Renaissance

 | 
Violaine Giacomotto-Charra
, 
Jacqueline Vons

Première partie. Les formes du savoir médical en question

Transmission du savoir et enjeux linguistiques dans les traités sur la médecine des femmes en France (1530 à 1630)

Valérie Worth-Stylianou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours du xvie et du premier xviie siècle, les textes médicaux en langue française qui traitaient de la génération, de la grossesse et de l’accouchement connurent un essor remarquable1. Ceci nous amène à nous poser une question : dans quelle mesure, et pourquoi, la langue française remplaça-t-elle le latin dans ce domaine de la médecine ? Et, à l’inverse, dans quelles circonstances le latin résista-t-il néanmoins à la concurrence de la langue vernaculaire, notamment grâce à de nouvelles traductions du français vers le latin ? C’est en nous penchant sur plusieurs éléments de l’histoire de l’édition – tels le rôle de l’imprimeur, le format du livre, le rôle éventuel des illustrations – que nous découvrirons ce public en évolution, qui comprenait hommes de l’art, chirurgiens, apothicaires, sages-femmes, et hommes (ou femmes) de lettres. Signalons, d’autre part, qu’à cette époque, tout écrit rédigé en langue française présuppose, pour son auteur, une relation étroite avec la question ...

Auteur

Trinity College, Université d’Oxford.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540