Version classiqueVersion mobile

Handicaps, Sport, Intégration

 | 
Jean-Paul Callède

Avant-propos

Texte intégral

1Dans notre société s’expriment de façon mêlée autant la revendication d’un droit à la différence que celle d’un droit à l’égalité, source d’inévitables ambiguïtés. Le sport n’échappe pas à ce constat. En effet point n’est besoin d’être un observateur averti pour repérer sans peine tantôt une tendance du « monde sportif » à proclamer le principe des différences (classements, hiérarchies, niveaux…) et à consacrer ce qui fait – justement – la différence, tantôt une tendance quasi contraire à revendiquer le principe de l’égalité pour tous dans l’accès aux activités physiques et sportives. Comment doit-on comprendre cette affirmation paradoxale ? Comme un jeu sur le sens des mots ? Comme un discours convenu et variable au gré des circonstances ? Comme l’expression de l’ambivalence de la réalité sociale du sport ? Les diverses manières de définir la performance, d’aborder le(s) handicap(s), de concevoir l’intégration sont sans aucun doute de nature à embrouiller plus encore la lisibilité des repères, pourtant indispensable pour qui souhaite y voir plus clair afin d’agir plus efficacement.

2C’est pourquoi les co-organisateurs de la 24ème Université Sportive d’Été (l’Union Nationale des Clubs Universitaires et l’Union Syndicales des Journalistes Sportifs de France), accueillie à Nîmes par le SUN du 22 au 24 septembre 2006, ont jugé opportun d’engager une réflexion sur les possibilités d’une mise en relation de la réalité de départ qu’est le handicap, de l’activité qu’est le sport, de l’objectif qu’est l’intégration. Ils font le pari qu’une conception novatrice de la pratique des activités physiques et sportives, organisée au sein du cadre associatif des clubs, est de nature à ouvrir la voie à une intégration réussie.

3Le verbe intégrer (du latin integrare) avait à l’origine trois sens, voisins mais différents : il signifiait « délasser », « réparer » et « recommencer ». La prise en considération conjointe du type de handicap et de ce triple objectif d’une re-création par le sport ne conduit l’association à rien d’autre qu’à remplir le rôle social qui est par nature inscrit dans la pratique sportive.

4À elle de voir comment utiliser au mieux ses ressources pour que ceux qu’affecte une différence, source de discrimination, puissent trouver au club :

  • le divertissement qui les détourne momentanément de leur handicap ;
  • la reconstruction qui leur permette de vaincre le sentiment d’être rejetés ;
  • le recommencement d’une vie nouvelle, harmonieuse et équilibrée, au sein de la société.

5Et les effets de cet engagement pourront être multiples aussi sur les pratiquants valides qui apprendront à jeter un autre regard sur le handicap, à envisager autrement leurs comportements et leurs actions quotidiennes face aux personnes handicapées.

6Pour relever ce défi, le club sportif doit nécessairement :

  • définir une philosophie concrète de l’intégration par la vie associative ;
  • se doter des outils indispensables pour appréhender la spécificité des handicaps et apprendre à les assumer ;
  • partir à la recherche de partenariats choisis, indispensables pour lui permettre de mener cette action de façon durable.

7Tels sont naturellement les trois axes selon lesquels se développera aussi l’Université Sportive d’Été de Nîmes.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search