Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture de l’université sportive d’été

Danièle Nicaise, Christian Peltier, Roger Pureur, Tao Douay, Marie Verdier, Julie Taulan, Dorothée Didier, Mathieu Laurent, Ernest Gibert et Jean-Paul Callède

Texte intégral

Présentation par Danièle NICAISE,
Administratrice de l’UNCU

1Nous voilà réunis pour la séance de clôture de notre USE. Je remercie tous les présents et les présentes qui ont eu le courage de ne pas déserter cet « amphi » de l’Institut d’administration des entreprises en ce dimanche matin.

2D’ores et déjà, il me faut remercier, au nom des co-organisateurs de l’USE de Toulouse, toutes les personnes du Toulouse Université Club, dirigeants et simples sociétaires, jeunes et moins jeunes, qui n’ont pas ménagé leur peine pour nous rendre agréable le séjour dans la « ville rose », la « cité des violettes », et pour que nous puissions travailler dans d’excellentes conditions. Sans oublier Éric Cuvelier qui a toujours su résoudre les petites difficultés, matérielles ou autres, lorsqu’elles se présentaient. Merci à lui. Son aide a permis également au secrétariat « itinérant » de nos USE d’être efficace dans la saisie et la remise des textes aux participants, au fur et à mesure du déroulement des sessions. Je précise « itinérant » car les forces vives du secrétariat de l’USE, en la personne de Gladys, viennent toujours, chaque année, de Lille et du LUC.

3Il nous faut conclure cette Université Sportive d’Été. Dans un premier temps, nous allons assister à la remise des diplômes, comme il se doit à l’issue du stage communication. Roger Pureur et Christian Peltier se sont partagés les rôles puisque Yann Hildwein a dû regagner les bureaux de L’Équipe, une fois le stage terminé. C’est le Président de l’Union, Ernest Gibert, qui remettra ces diplômes, en présence de Jean-Robert Hait, du TUC. Ensuite, Jean-Paul Callède nous proposera une synthèse sur les travaux de l’Université d’été.

« […] Pourquoi, ai-je eu, très jeune, le sentiment d’abord confus, puis très précis, que le club omnisports était un plus ?
Parce que sans frontières sportives, il s’efforce, selon les moyens matériels et techniques de l’environnement mis à disposition par une municipalité et les collectivités locales, de faire pratiquer un maximum de disciplines.
Parce que sans frontières sociales, il est, comme il se doit, un agent de citoyenneté.
Parce que sans frontières d’âges, il doit permettre aux grands-parents qui n’ont pas renoncé à une activité physique d’entretien de porter les mêmes couleurs que les petits enfants qui s’initient et s’adonnent à la compétition.
Parce que sans frontières de sexes, les femmes y ont leur place et sont à leur place, tant pour exprimer les valeurs sportives qui leur sont propres que pour assumer des responsabilités dans les instances dirigeantes où elles sont indispensables pour représenter un courant de l’activité sportive en progression constante. Historiquement, elles ont joué un rôle dans l’éducation des activités physiques et sportives, depuis longtemps.
Il est certain que la notion même du club omnisports a renforcé le développement du sport féminin.
Tous les clubs sportifs ne sont pas de même nature et ne sont pas au service des mêmes causes.
Il y a ceux qui ont cédé aux dérives de la commercialisation du sport, pour en tirer des bénéfices et défendre des intérêts particuliers
Les clubs du grand commerce et du spectacle sportif, ne les citons pas, ils s’illustrent et se dénoncent d’eux-mêmes.
Il y a, enfin, les clubs qui résistent, les clubs dont les dirigeants ont plus encore une conscience éducative, que mercantile. Ceux de l’ombre qui n’intéressent pas les sponsors et les médias.
[…]
Devant cette débâcle du concept et de la réalité du sport, on éprouve un certain réconfort à se réfugier dans quelques places restées fortes des convictions de ceux et celles qui les défendent. […] »
Jacques Marchand, Président honoraire de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France, dans : Regards omnisports. 30 témoignages proposés par la Fédération Française des Clubs Omnisports, éd. FFCO, 2008, voir p. 83-85.

Présentation des travaux du stage communication et remise des diplômes

Christian PELTIER, administrateur de l’UNCU

4Ce stage communication, journalisme, sensibilisation et découverte, a été animé par Yann Hildwein, du journal L’Équipe.

5Nous souhaitons valoriser et promouvoir les travaux des six stagiaires, réalisés en six jours dans des conditions techniques et matérielles extrêmement difficiles.

6Vous savez qu’ils avaient à s’acquitter de trois tâches : tout d’abord comme mission et objectif de réaliser un reportage télévisé. Vous en avez vu un sur l’aviron handisport du Toulouse UC.

7Ils ont réalisé également une présentation de journal télévisé ; c’est-à-dire qu’à partir des titres des journaux qu’ils ont eus à leur disposition tous les matins, ils ont été amenés à écrire trois ou quatre brèves qu’ils ont présentées en situation de journal télévisé.

8Le troisième volet consistait en l’écriture d’un article, avec un thème au choix. Les trois ou quatre brèves duraient environ 20 secondes et l’écriture d’article pouvait aller jusqu’à 2 000 ou 3 000 signes.

9Tao a pris comme thème le chanvre, Dorothée celui de « The Kooples » (une ligne de vêtements mixtes créée par des Toulousains), Julie a traité celui du Parlement du Sport, Mathieu a pris le thème de Jaurès – puisque vous savez que Jaurès est né à Toulouse et qu’il y a la célébration de son 150e anniversaire –, Mathieu, de Reims, a réalisé un article sur le Toulouse 13 et enfin Marie avait un prénom tout à fait désigné pour un article sur la croix occitane. Ce sont des travaux écrits, visuels.

Roger PUREUR, Faculté des Sciences du Sport de l’Université de Lille 2

10Le rédacteur en chef de La Dépêche du Midi a proposé aux stagiaires de faire paraître leurs articles en page centrale du journal, probablement pendant l’été. Nous serons bien sûr informés de la date de parution.

11Nous avons travaillé effectivement sur trois thèmes : la presse écrite, la presse télévisée et la présentation du journal.

12Par tradition, nous présentons le document audiovisuel en fin de stage, mais il n’est pas tout à fait fini. Nous n’avons pas eu assez de temps.

13L’ambiance du stage a été très bonne. Cette année encore, nous avons eu la chance d’avoir parmi nous des personnalités extrêmement fortes et des caractères un peu en opposition, mais ce qui fait aussi la richesse d’un groupe.

14Dorothée vient de Strasbourg ; Julie est d’Aix-en-Provence ; Marie est de Toulouse ; Tao a donné une température moyenne en calmant les ardeurs de chacun.

15Je vais leur céder la parole afin qu’ils donnent leur impression générale sur le stage communication.

Tao DOUAY

16Je vis à Toulouse et fais partie du Toulouse Université Club. Je pratique le tai-chi-chuan et la lutte. J’ai été très heureux de participer à ce stage, très instructif tant sur le plan de l’enseignement que sur le plan humain, des échanges que l’on a pu avoir entre stagiaires et professeurs, et entre stagiaires.

Marie VERDIER

17Je suis au Toulouse Université Club, licencié dans la section Ultimate Frisbee. Ce stage a été très riche effectivement sur tous les plans. C’est une partie du travail de la communication que je ne connaissais pas du tout.

Julie TAULAN

18Je suis au Aix Université Club, où je pratique le taekwondo. Ce stage m’a permis de découvrir le journalisme, une voie que je n’avais pas du tout envisagée et choisie puisque je fais un BTS Communication des entreprises. Cela m’a permis de découvrir, d’apprendre beaucoup de choses et de m’ouvrir peut-être la porte du journalisme. J’en suis très contente et remercie les formateurs Roger, Yann et Christian qui nous ont accompagnés toute cette semaine.

Dorothée DIDIER

19Je fais partie du Strasbourg Université Club où je pratique le basket. Ce stage a également été très enrichissant pour moi ; j’ai découvert la communication et le journalisme, plus particulièrement le journalisme que je ne connaissais pas du tout. Je suis plus orientée en fait vers l’événementiel sportif et cela m’a permis d’élargir mes connaissances, de découvrir comment on monte un reportage. J’ai passé une semaine exceptionnelle.

Mathieu LAURENT

20Je viens de Châteauroux et je me suis inscrit à ce stage parce que j’ai découvert l’année dernière que le journalisme était ma passion, j’essaie donc de faire le maximum pour acquérir de l’expérience et j’enchaîne des stages. J’ai passé une très bonne semaine et j’ai appris beaucoup de choses.

Projection du film

Christian PELTIER

21Cela a été une performance d’organiser ce reportage sur le groupe Zebda parce que la « matière première » était assez exceptionnelle : l’occasion de rencontrer ces stars qui étaient juste de passage à Toulouse. Elles ont accordé 27 minutes d’entretien et après il a fallu travailler, extraire en séquences, illustrer et aller chercher toute cette information.

22Voilà donc le fruit du travail d’une semaine. Maintenant il convient de reconnaître ce travail et de leur apporter les certificats de validation pour lesquels nous appelons Jean-Robert Hait et Ernest Gibert pour leur remettre ces diplômes.

23Auparavant, je voudrais vous informer qu’il y a eu une visite à une société d’édition, qui publie chaque trimestre Sport Région, animée par un journaliste, d’ailleurs un ancien du PUC, auquel nous avons fait écho de ce que nous faisions à l’UNCU et nous lui avons demandé de prendre contact avec le TUC pour insérer l’UNCU dans sa revue. À ce sujet, nous pouvons vous dire que Tao, dans le cadre de sa professionnalisation photographe reportage, va sans doute être retenu par cette société d’édition pour accompagner cette revue dans la prise de photos et de reportages.

24Marie va certainement aussi faire l’objet de quelques sollicitations pour bénéficier d’un stage d’application, d’autant plus qu’elle est en relation avec le service de presse du Conseil régional Midi-Pyrénées.

25Mathieu a fait l’objet d’une attention particulière de Jacques Marchand qui a l’intention de le suivre très personnellement.

26Quant à Julie, elle nous a fait état de son envie d’organiser l’USE et un stage communication à Aix-en-Provence.

Ernest GIBERT

27Avant de remettre ces diplômes et parce que nous sommes devant une assemblée nombreuse, je voudrais dire trois choses brèves qui sont trois messages un peu différents.

28Le premier pour dire que pendant près d’un quart de siècle, j’ai eu le plaisir de participer à cette cérémonie avec Jacques Marchand qui, pour nous, est un homme, à tous les sens du mot, dont le soutien indéfectible nous est précieux. La plupart d’entre vous ne le connaissent pas, ce n’est pas à moi d’en parler, mais simplement je voulais vous dire que si dans votre existence professionnelle, dans votre vie, vous avez des moments de doute et vous vous demandez ce que sont les valeurs, alors renseignez-vous sur qui est Jacques Marchand, ce qu’il a fait et comment il l’a fait.

29Le deuxième est un message de remerciements. Il est sûr que pour organiser un stage comme celui-là et obtenir des résultats, il faut un engagement de tous les instants, comme nous l’a prouvé Yann Hildwein et des qualités pédagogiques incontestables. Il nous a accompagnés nuit et jour et nous a aidés à surmonter les difficultés. Vous avez été très heureux, vous l’avez exprimé, vous êtes sincères, vous êtes jeunes, attendez un peu avant de pratiquer la langue de bois.

30Le troisième message est qu’à la rentrée, dans quelques semaines, mes collègues de l’Université des Sciences sociales de Toulouse réuniront, dans une séance analogue de remise de diplômes, les étudiants de Master. Mes collègues revêtiront leur robe académique, s’installeront sur une estrade, les parents viendront, émus, et n’auront pas manqué de dire à leurs enfants, en dépit de leur âge, lesquels enfants se seront d’ailleurs habillés très proprement, de rectifier leur nœud de cravate, de faire en sorte que le pli du pantalon soit bien comme il faut ou que le décolleté ne soit pas trop profond. Et puis, le président de l’université, habillé en tenue académique comme les autres, fera un discours. Et l’on délivrera les diplômes.

31Je voudrais vous dire le discours que je ferais dans une telle occasion, et qui s’adresse à vous. Ce diplôme est le témoignage d’un effort, on peut lui donner la signification que l’on veut mais, pour nous, ce diplôme a surtout la signification d’une reconnaissance auprès de ceux qui ont essayé de vous former, auprès de vous pour avoir participé à cette USE.

32Remise des diplômes sous les applaudissements de la salle.

Synthèse des travaux par Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, CNRS

33L’Université Sportive qui s’achève aujourd’hui portait sur un thème qui nous est, à nous tous réunis pour l’occasion, relativement familier. Pour autant, en fonction de la position de chacun (conférencier, intervenant dans les tables rondes, intervenant de la salle, simple auditeur…), mais aussi de ses compétences et de ses engagements (militant sportif de club et du Mouvement sportif, élu politique, expert et chercheur de l’université, directeur administratif…), nous avons fait preuve d’une écoute réciproque, d’une attention permettant de comprendre que les solutions susceptibles d’optimiser les rapports entre « cultures de clubs » et « politiques sportives territoriales » ne vont pas toujours de soi. Elles supposent le dialogue, une volonté de réfléchir ensemble, de façon constructive et sans a priori, afin d’améliorer ou d’inventer des formes d’action concertée, et ceci pour le bien de tous.

34Il me semble que cette USE est déjà, de ce point de vue, une réussite, au moins dans la forme si ce n’est sur le fond. Accueillis pour la circonstance par le Toulouse Université Club qui fête cette année ses 80 ans, il aurait été malvenu de ne pas nous montrer à la hauteur de l’événement.

35Sur le fond, que peut-on retenir de cette USE, au titre d’une synthèse provisoire, dans un exercice qui se veut relativement spontané, c’est-à-dire sans avoir eu le temps de bien se pénétrer des contributions proposées à la tribune et des échanges ?

36Je proposerai une ébauche de synthèse en quatre volets :

  1. Le rappel des objectifs initiaux de l’USE
  2. Quelques acquis de notre Université d’Été
  3. Des interrogations fécondes sur plusieurs aspects
  4. Un espoir : trouver ou retrouver une réelle capacité d’action au niveau local

Le rappel des objectifs initiaux de l’USE

37Le thème retenu pour cette 23e USE était « Cultures de clubs et politiques sportives territoriales ». Dans sa formulation générale, la question n’est pas nouvelle, et Ernest Gibert n’a pas manqué d’insister sur ce point dans la séance d’ouverture. Il existe à ce jour de nombreux documents : actes de journées d’études, de colloques, ouvrages, mémentos, etc. qui traitent de semblable question, peut-être en sous-estimant ce qu’est la diversité et la richesse des cultures de clubs. En outre, certains thèmes abordés à l’occasion d’Université d’Été antérieures ont pu recouper tel ou tel aspect de la problématique envisagée cette année.

38À l’échelle de la localité, les cultures de clubs ont pu et peuvent s’enrichir, se renouveler au gré du déploiement des politiques sportives territoriales. Cependant, l’actualité des questions sportives interroge très directement la réalité sociale, culturelle, politique et économique du sport local. Une réorganisation se précise au niveau de l’État, de la réalité ministérielle du sport et de ses services déconcentrés. La restructuration des collectivités territoriales fait l’objet de réflexions et de préconisations qui remettent en question l’échelon du Département. Les subventions publiques aux clubs vont en diminuant alors que la puissance publique demande à ceux-ci de s’ouvrir à tous les publics, d’être présents pour les jeunes en difficulté, de promouvoir des actions en faveur de la santé par l’exercice, etc. L’intercommunalité peut-elle apporter des solutions intéressantes ? Certains « messages » que délivre le sport spectacle par la mise en scène de ses vedettes sont comme déconnectés des attentes des clubs qui opèrent dans les championnats locaux. Par ailleurs, la montée de l’individualisme sportif paraît pouvoir se dispenser d’une culture de club… À moins que ces sportifs et sportives ne soient, au moins pour une part d’entre eux, des « déçus » des clubs.

39Des questions aussi importantes que celle du « service public du sport », de la défense de « l’intérêt général », de « l’accès à la culture sportive pour tous », du « soutien à la vie associative et au bénévolat », de « l’éducation par le sport » sont-elles sur le point de s’imposer bientôt comme des enjeux et des défis de société, inclus dans ce qu’il est convenu de nommer le « local » ? L’interrogation vaut également pour le sport scolaire quand on sait les efforts consentis par la Commune pour faciliter l’activité physique et sportive dans les écoles primaires, par le Département pour l’équipement sportif des collèges et par la Région pour celui des lycées. Dans ses déclinaisons locales, le Mouvement olympique et sportif ne risque-t-il pas de se trouver dans une situation relativement inconfortable, tout en s’efforçant de concilier la promotion de la culture sportive dans les clubs et les conditions « hors club » indispensables pour le haut niveau de pratique, au moins dans la plupart des disciplines ?

40Pour autant, à côté des satisfactions réciproques que l’on peut observer entre un club et une collectivité territoriale, et on en trouve maints exemples, le consensus général, à l’échelle de la localité, n’est pas forcément de mise. Mettre en avant des « priorités » ne signifie pas toujours mobilisation de l’ensemble des forces vives du sport. On peut constater alors des lignes de tension, des renoncements, des malentendus, voire des contradictions. Les principaux facteurs explicatifs d’une certaine désarticulation entre cultures de clubs et politiques sportives territoriales doivent être recherchés dans la façon dont les « décisions » sont prises, au plan local. Comment peut-on sortir des situations momentanément conflictuelles ? Existe-t-il aujourd’hui des espaces de médiation, de concertation et d’arbitrage qui puissent permettre de prévenir de telles situations, de les anticiper ou de les éviter tout en dégageant de solides marges d’action et des changements bénéfiques ?

41L’ambition de l’USE 2009 était d’explorer l’articulation essentielle entre cultures de clubs et politiques sportives territoriales, en termes d’enjeux actuels et de défis plutôt inédits, si l’on tient compte des changements institutionnels, médiatiques et/ou culturels qui viennent d’être brièvement rappelés. Envisager d’abord les situations et préoccupations actuelles, dans l’idéal les répertorier, les hiérarchiser, faire la part d’un fond commun de préoccupations et de questions spécifiques (les localités rurales, par rapport aux espaces urbains, par exemple) pour ensuite débattre et ébaucher si possible des solutions nouvelles, tel était l’esprit de l’USE.

Quelques acquis : les méthodologies d’approche et l’analyse de terrain

Une exigence méthodologique et conceptuelle

42Au niveau des acquis, il faut retenir tout d’abord les méthodologies d’approche c’est-à-dire les grilles de lecture pertinentes qui nous ont été proposées. L’outillage méthodologique, qui peut être théorique et déboucher sur des modélisations ou obéir tout simplement à un principe de mise en ordre, de classement, est indispensable.

43Le propos introductif du Président de l’UNCU a donné des éléments importants de méthode de travail. Je retiendrai pour ma part : dégager tous les éléments de réflexion indispensables à l’action, clarifier les notions (et les réalités correspondantes) de culture, d’identité, de valeurs, d’espace (au sens de territoires), tout en considérant que les clubs – chaque club, en fait – élaborent un registre qui ne se superpose pas exactement à celui de telle ou telle collectivité territoriale, et inversement.

44Autre élément important, autre niveau de réflexion également : la mise en perspective et en articulation de cet outillage conceptuel maîtrisé, soit la typologie élémentaire – le méthodologue Merton parlerait ici de typologie élémentaire et opératoire – qui permet d’identifier quatre cas de figure, selon que la culture de club est forte ou faible, face à une politique sportive forte ou faible. Est-ce à dire qu’il n’existe pas de configuration « moyenne », dans laquelle la culture de club ne serait ni forte ni faible face à une politique sportive territoriale elle aussi ni forte, ni faible ? Ou faut-il réserver ce cas de figure à une situation concrète plus complexe, au niveau d’une commune, d’une ville, dans laquelle la somme des différentes cultures de clubs s’équilibrerait a minima avec la somme des soutiens et des actions relevant des politiques sportives territoriales ? Ces aspects nous amènent à considérer un troisième niveau important, également indiqué par Ernest Gibert : celui des modélisations dynamiques qui permettent de caractériser le « système » sportif local : « théorie des jeux de stratégie », interactionnisme, modèle de la rationalité relative, par exemple. Concevoir de façon unilatérale une « innovation » dans le domaine de la vie sportive organisée, qui peut être le fait d’un club qui occupe localement une position hégémonique, soit le fait d’une municipalité interventionniste, n’est-ce pas risquer de compromettre l’équilibre toujours fragile du système sportif local ? Je me limite à souligner ces aspects, essentiels, pour ne pas tomber la paraphrase.

L’analyse de terrain

45Indiquons maintenant les acquis qui procèdent directement de la connaissance du « terrain ».

46Les conférences et interventions dans les tables rondes ont permis d’apporter des éléments supplémentaires d’analyse et de méthodologie sur l’action sportive territoriale. Patrick Bayeux a insisté sur le fait que « le périmètre de l’intervention du club », dans sa relation aux politiques sportives territoriales, devait être étudié, voire revisité par de nouvelles approches (« une vraie réflexion à avoir »…). Ce sont les élus qui définissent les politiques et qui fixent du sens. Ils ne peuvent que soutenir l’action d’un club, dès lors que celui-ci va « développer des missions d’intérêt général ». Il n’a pas manqué de nous rappeler qu’en France, un sportif sur trois appartient à un club et donc que deux sportifs déclarés sur trois pratiquent en dehors de toute structure associative. Faire le pari qu’il s’agit là d’adhérents potentiels des clubs et autres associations, en l’état actuel des données disponibles, reste un pari hasardeux. En revanche, Patrick Bayeux a bien précisé que le « boom » des salles privées de fitness, qui avait été annoncé à grand renfort de vocabulaire emprunté au marché (économique), il y a une quinzaine d’années, non seulement ne s’est pas réalisé mais que la demande sociale a profité ici aux associations.

47Dernier élément que je retiendrai, l’attention portée par Patrick Bayeux aux critères d’aide aux clubs par les collectivités territoriales : « proposer aux collectivités de réfléchir à un système de soutien à trois pistes » (voir son intervention).

48Pour autant, la question de la « culture de club » soulève une question importante, relative aux « valeurs » et à la notion d’« intérêt général ». J’y reviendrai bientôt.

49Avec l’intervention de M. Marc Sanchez, au titre de l’ANDES, il faut prendre conscience que la capacité d’expertise des universitaires compétents s’accorde avec la propre capacité d’expertise des élus du sport. Ce qui ne signifie pas a priori qu’il y a un accord sur tout, mais que les échanges, en termes de méthode, de traitement des questions relatives au « développement pour tous » des sports et des activités physiques conduisent à formuler des points de vue qui s’accordent. Les clubs, les équipements de sports (à contruire ou à rénover), les animations sportives sont des indicateurs de développement local. Dans les zones économiquement sinistrées, il importe de préserver ces atouts pour le maintien d’une qualité de vie (« le développement de nos activités sportives à tous les niveaux : l’éducation, l’insertion, la santé, le handicap, le maintien du lien social »), sans renoncer au soutien à la compétition, tout en sachant qu’il faut faire preuve de prudence dès lors que le sport « professionnel » tente de s’imposer sur un territoire, a fortiori s’il s’agit d’une ville moyenne ou d’une petite ville ouverte sur un espace rural de proximité.

50Avec la contribution de Loïc Cuvelier, nous retrouvons la question telle qu’elle se pose au niveau d’une métropole régionale. Certes la vitalité de Toulouse, son image également s’expliquent par des réussites au plus haut niveau. Pour autant, trois orientations viennent d’être jugées indispensables pour qualifier une « ville sportive » : soutien au sport de masse, au handisport et à la pratique féminine dans les clubs. Deux initiatives supplémentaires peuvent être considérées comme des facteurs de modernisation de l’action sportive concertée : la création d’un Parlement du sport, « structure consultative et participative » permettant le débat d’idées et la formulation de propositions d’action, et l’instauration de réunions disciplinaires (football, aviron, etc.) afin de définir une logique d’ensemble cohérente.

51L’éclairage fourni par Nadine Haschar-Noë a permis de compléter le tableau de la relation actuelle entre cultures de clubs et politiques sportives territoriales. Au niveau des clubs, l’exigence quant au « renforcement de la qualité des services rendus » pose cependant deux types de problèmes au moins : d’une part, l’obtention de moyens et de subventions supplémentaires, dès lors qu’il y a une diversification de services, et, d’autre part, en interne, concevoir une articulation harmonieuse entre agents rémunérés et bénévoles des clubs. Au niveau des territoires de référence, Nadine Haschar-Noë a insisté sur les opportunités que favorise l’intercommunalité.

Des interrogations fécondes sur quelques aspects complexes

52Ne pensez pas que, selon mon avis, les autres intervenants n’ont pas permis d’améliorer notre information personnelle et de contribuer aux acquis de cette USE. Simplement, il m’a paru plus important, dans les limites de cet essai de synthèse, de mettre en avant leurs interrogations fécondes sur des aspects relativement complexes. À vrai dire, cette façon de procéder reflète le souci des co-organisateurs de l’USE d’inscrire une progression logique dans l’enchaînement des sessions. Après ce qu’on pourrait appeler de manière presque académique « l’état de la question », les participants de l’USE ont été confrontés à deux contributions que je qualifierai d’offensives.

La ville en action : construire l’espace public

53La première de ces contributions offensives a été livrée par Gérard Perreau-Bezouille, dont le point de départ était le principe suivant : « Le sport local, l’action sportive locale, c’est beaucoup plus que le sport. » À partir de sa double expérience de militant sportif et d’élu local, enracinée dans sa ville de Nanterre, en région parisienne, il a mis l’accent sur « la construction de l’espace public ».

54De son point de vue, c’est là un défi de la modernité. Aujourd’hui il y a une sorte de multiplication des mondes individuels du sport, des cultures sportives qui sont juxtaposées, et quelquefois ceux qui se rallient à telle ou telle de ces conceptions sont relativement « autistes » les uns par rapport aux autres. D’ailleurs, « cette multiplication des mondes individuels n’est pas pour autant une production de l’espace public ». On s’est habitué à l’idée que les clubs sportifs, omnisports ou autres, contribuaient à l’animation de l’espace public, dans leur façon d’interpeller la municipalité pour des aides, pour l’accès aux installations sportives. De même, la municipalité, en reconnaissant aux clubs une mission de service public ou d’intérêt général, contribue-t-elle à la dynamique de cet espace public. Pour autant, si j’ai bien compris le sens de son propos, cette réalité, de nos jours, c’est-à-dire à l’heure de la globalisation, de la mobilité des personnes et d’une « ville » traversée quotidiennement par des flux (déplacement des personnes, polarisation des activités, circulation de l’information…), n’est jamais qu’une des dimensions de l’espace public. On ne saurait se cantonner à la célébration de « la République au village », pour emprunter la formule au titre d’un ouvrage de l’historien Maurice Agulhon, lorsque le village, le bourg, la petite ville se dotaient des attributs de la République.

55En s’appuyant sur un cas précis, Gérard Perreau-Bezouille nous a montré que la « production de l’espace public » supposait désormais une prise de risque. Il nous a présenté le nouveau projet de stade privé : le projet du Racing Métro 92, « un projet entièrement privé », qui doit en principe avoir un effet structurant sur l’espace de la ville de Nanterre et permettre de requalifier une partie de l’espace urbain qui était simplement en friche. « Le choc des sensibles transforme le non-lieu en en-commun. »

56Certes, les cultures sportives se déploient à partir du niveau le plus élémentaire mais elles peuvent être « impactées », comme diraient certains aujourd’hui, à partir de projets plus ambitieux. Le tout est de savoir quel contrôle la puissance publique locale peut avoir sur ce genre d’initiative.

57En termes de stratégie d’action, il ne s’agit pas de renvoyer dos à dos le sport associatif et sa défense d’un côté, et de l’autre la promotion privée et marchande du sport-spectacle. À condition d’être correctement pensé dans ses conditions d’implantation et d’activité sportive ou connexes, un projet privé peut être structurant pour une collectivité territoriale et autoriser des mécanismes de transfert et des retombées positives. C’est une piste d’action à ne pas négliger, surtout dans un contexte actuel de raréfaction des aides publiques au sport et de contraintes éprouvées par les collectivités territoriales à soutenir le sport local. L’espace public du sport relève désormais de la prise en considération de nouveaux paramètres.

58Resterait, au-delà de l’exemple de Nanterre, à voir dans quelle mesure les collectivités qui n’appartiennent pas à de grandes métropoles (villes moyennes, secteur rural…) sont susceptibles de jouer une carte analogue. Par ailleurs, a-t-on aujourd’hui assez de recul, par rapport à ce type d’expérimentation urbaine, pour considérer qu’il s’agit d’un levier important en faveur du développement local ? Pour Gérard Perreau-Bezouille, le dialogue, la négociation, la stricte définition du plan d’action et de sa réalisation sont indispensables pour que la collectivité locale reste maîtresse de ses intentions, tout en jouant la carte de l’ouverture. D’ailleurs le débat a permis, me semble-t-il, de pointer des aspects relatifs à ce type de question.

Le rapport aux valeurs

59Un autre débat s’est imposé de façon récurrente tout au long de nos travaux, posés en principes cardinaux par Monsieur le Recteur dans son allocution et par Ernest Gibert dans sa présentation générale. Monsieur le Recteur a réaffirmé, par exemple : « les pratiques sportives sont des composantes ou une des composantes essentielles de la vie sociale », « le sport est un élément de formation, la formation nécessite un effort et en même temps l’effort par définition donne des résultats ». Il s’agit d’une présentation générale. On voit bien quelles sont les valeurs qui sous-tendent en fait ce qu’est l’éducation sportive ou l’éducation par le sport. Ce sont des fondamentaux qui nous renvoient, par exemple, à des aspects qui sont traités dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie, sous la direction de Ferdinand Buisson, publié en 1911.

60J’en viens maintenant à la conférence de Pierre Chifflet, l’autre contribution offensive annoncée, qui n’a pas manqué d’indiquer : « Il y a beaucoup de supercherie derrière les valeurs sportives. » On comprend bien ce qu’il entend par « supercherie », et je vous invite à lire ou à relire son ouvrage – critique mais constructif – sur le « service public du sport en France », qui, note l’auteur, n’est pas exempt d’idéologie, avec une réalité de l’activité physique et sportive d’aujourd’hui qui déborde largement ce qu’il appelle le « Mythe d’un système unifié ».

61À quoi tiennent lesdites supercheries ? Selon Pierre Chifflet, ce qui est habituellement présenté par le Mouvement sportif comme « une apparente antinomie entre “égalité” et “compétition” » est une réalité effective. Lorsque le club privilégie la compétition, la performance, il hiérarchise les compétences des individus, les classe et se sépare parfois des moins bons pour ne s’intéresser qu’aux meilleurs. Autre exemple, on peut parler de « fraternité » sur les terrains de sport, mais nous savons que dans le football, par exemple, aux niveaux les plus élémentaires des championnats, les incidents, les agressions sont une réalité qui préoccupe les comités et les ligues. Elles font appel aux sociologues, à des études, etc. Dans ce cas, on a beau jeu de sanctifier la règle sportive, le rapport à la règle, etc. Et que dire de cette mise en avant – et en valeur – des champions d’athlétisme, des meilleurs du Tour de France, jusqu’au moment où l’on s’aperçoit de la supercherie des performances ? Faut-il en faire des exemples pour la jeunesse ? Quels rôles joue tour à tour – et Tour après Tour – la presse sportive ?

62Ramenée à l’échelle du thème de l’USE, il me semble que la question des valeurs, de l’échelle des valeurs et de la table des valeurs du sport est une question complexe, ou plus exactement technique. Je m’explique.

63Il s’agit d’un chapitre important de la sociologie que celui du rapport du sport aux valeurs. Les sciences de l’éducation, la psychologie, la philosophie et d’autres disciplines pourraient également construire leur propre argumentation. Je me limite à la sociologie qui m’est familière, tout en m’appuyant sur les contributions de Pierre Chifflet mais également celles d’Éric Tournier, Jean-Michel Sautreau et Gérard Auneau.

64Le « monde sportif » a pour habitude d’énumérer ainsi les valeurs du sport : respect de la règle, respect d’autrui (partenaire, adversaire, arbitre…), respect du lieu, apprentissage de la citoyenneté, etc. Du point de vue d’une table des valeurs, il importe de définir des valeurs-mères qui sont comme les matrices de valeurs « concrètes ». Cela oblige à un effort de généralisation, d’abstraction. Mais après tout, cette USE de Toulouse a été placée par plusieurs intervenants sous le signe de la clarification des notions et des concepts indispensables au dialogue argumenté.

65On peut affirmer, en s’appuyant sur le point de vue défendu par plusieurs orateurs (« promouvoir un sport pour tous », « favoriser toutes les expressions du sport », ne pas oublier les « personnes handicapées », etc.), que la diversité de ces engagements correspond au « couple » de valeurs Accomplissement personnel + Universalisme. C’est fondamental dans un contexte de société démocratique moderne.

66En effet, dans les sociétés dites « traditionnelles » et moins démocratiques, ou a-démocratiques (avec un a privatif), les valeurs de référence identifiées par les sociologues en matière de jeux, d’activités d’expression corporelle ou de sport, procèdent du couple Assignation statutaire + Particularisme. Assignation statutaire signifie que la tradition distingue par exemple le statut des jeunes garçons ou des hommes de celui des jeunes filles ou des femmes. Particularisme désigne ici ce qui fait la spécificité d’une collectivité, ce qui la distingue d’une autre et la qualifie.

67Or la pratique sportive moderne ne peut pas ne pas tendre vers le couple Accomplissement personnel + Universalisme. Donnons quelques exemples qui permettront de vérifier l’importance de ces deux couples (soit quatre références), en insistant sur les limites du couple Assignation statutaire + particularisme.

68Premier exemple : un entraîneur sportif ne peut pas exiger de l’athlète qu’il entraîne ce qu’il n’exigera jamais pour lui-même ou pour ses propres enfants. De fait, le recours au dopage, le sur-entraînement font apparaître de la « dépendance statutaire » et un régime « particulariste » qui sont aux antipodes du couple « épanouissement personnel » et « universalisme ».

69Deuxième exemple : la pelote basque est restée longtemps un « sport » traditionnel, réservé aux jeunes hommes (assignation statutaire) et particulariste (propre à la communauté basque). En se modernisant et en entrant dans le giron olympique, la pelote basque est devenue acquise aux compétitions féminines et s’est diffusée en dehors de son périmètre géographique initial. Les préjugés tombent, comme pour l’exclusion patielle des femmes de l’athlétisme (je vous renvoie à des phrases malheureuses du baron de Coubertin à ce sujet !), ou pour l’interdiction encore récente pour les femmes de participer à des compétitions de marathon, de pratiquer le saut à la perche, le lancer de marteau, etc.

70Troisième exemple, beaucoup moins anodin que le précédent : à l’occasion de l’une de leurs rencontres, les membres de l’ANDES – l’Association nationale des élus du sports – ont été amenés à débattre de la conduite à tenir lorsque certaines revendications « communautaristes » portent sur la demande d’horaires séparés entre hommes et femmes, jeunes gens et jeunes filles, pour l’accès à une piscine municipale, par exemple. Quelques professeurs d’EPS se trouvent confrontés à une demande analogue formulée par des parents d’élèves... Or cet espace public qu’est le sport local ainsi que la fréquentation des équipements – publics – de la commune ont vocation à favoriser des valeurs de type Accomplissement personnel + Universalisme et non à se faire les complices, si tel est le cas, d’une régression vers des « valeurs » de type assignation statutaire (et infériorisation des jeunes femmes) + particularisme (un particularisme contraire à la mixité et à la devise de la République).

71Pour autant, les valeurs cardinales qui éclairent la culture sportive, posées en finalité, en idéal également, sont à « retravailler », à réaliser, à diffuser, à généraliser. Vous le savez bien, rien n’est jamais définitivement acquis et il reste toujours des résistances absurdes, des obscurantismes, des terrains en friche ou de nouveaux espaces à conquérir. Les cultures de clubs ne se réduisent pas à la transmission d’un héritage.

72D’où mon quatrième et dernier exemple, à propos d’un aspect du sport qui nous a fâcheusement distingués de certains de nos voisins européens. Longtemps les jeunes handicapés ont été exclus du sport organisé. Ils étaient soumis, par la « société », au couple Assignation statutaire + Particularisme, c’est-à-dire qu’on les traitait quasiment comme des exclus du fait d’un stigmate perçu comme irréductible. Or l’accueil des handicapés, jeunes et moins jeunes, qui existe aujourd’hui dans bon nombre de clubs, de sections de clubs ou d’associations sportives, illustre bien le dépassement du handicap et d’une assignation statutaire négative au bénéfice d’une ouverture vers une logique d’accomplissement personnel et d’universalisme. Encore a-t-il fallu accorder aux personnes handicapées une « protection statutaire » et accepter leur « différence » afin de leur permettre d’exister pleinement, en qualité de personnes, au sein de la société, y compris dans le domaine du sport.

73De ce point de vue, le sport est bien plus que du sport, et l’effort des acteurs du sport – bénévoles des associations, élus politiques et agents administratifs – ne saurait aller à l’encontre de cette modernisation des rapports sociaux et d’une égalité des chances offertes à tous.

74Il me semble que la question des valeurs du sport, et celle de la façon dont on les incarne dans l’action sportive locale sont un aspect majeur, un enjeu qu’on peut situer à l’articulation des cultures de clubs et des politiques sportives territoriales.

75Les médias ont aussi un rôle à jouer. Il ne faudrait pas l’oublier, à l’avenir, dans la mesure où Jacques Marchand et ses collaborateurs ou successeurs nous ont toujours dit qu’il y avait une place pour des médias de proximité qui soient capables de bien restituer la dynamique des clubs dans leur relation avec les collectivités territoriales.

76Je me limiterai volontairement à ces deux aspects pour envisager immédiatement le dernier point annoncé.

Un espoir : trouver ou retrouver une capacité d’action au niveau local

77Parler d’espoir n’est pas nécessairement utopique. Il s’agit ici de préciser ce que peuvent être de bonnes raisons d’espérer, sans sous-estimer les difficultés qui se profilent à l’horizon : stagnation des aides publiques, multiplication des contraintes réglementaires, incertitudes quant à ce que seront les interlocuteurs départementaux et régionaux relevant du ministère des Sports, etc. En outre, cet espoir peut être partagé et se convertir en optimisme, à certaines conditions, en fonction de certaines exigences.

Une exigence de rigueur dans l’usage des mots

78Cette exigence de rigueur dans l’usage des mots, on peut l’illustrer en cherchant à cerner ce qu’est l’excellence sportive, par exemple.

79Souvent, à propos du sport, l’excellence sportive est perçue comme synonyme de compétition, de victoire sportive et de performance. La notoriété, le prestige relayés par les grands médias orientent cette vue et l’imposent. Or, aujourd’hui plus que jamais, la performance suppose des moyens, des ressources qui doivent être revus à la hausse d’une saison sportive à l’autre. L’argumentation repose sur des traits objectifs en soi mais sa focalisation (appuyée par la logique fédérale unisport, la ligue ou le comité) interdit souvent de formuler les exigences requises (subvention, amélioration d’un équipement sportif, élargissement du temps d’utilisation de cet équipement…) tenant compte du pluralisme qui caractérise la vie sportive locale. À la logique fédérale « verticale » tend à se distinguer une logique « horizontale » du sport, qui épouse le territoire communal. Sans parler des arguments quasi invérifiables évoquant tel ou tel scénario catastrophe (par exemple : « Si l’équipe est rétrogradée, on ne va plus parler de notre ville ! »).

80Deux aspects méritent une explicitation plus poussée. La première question sous-jacente est la suivante : comment articuler un « régime » d’exception du « haut niveau » (le fort soutien à un club, à une équipe, à un athlète), soit un régime particulier, avec le « principe » de l’intérêt général dont la puissance publique qu’est la municipalité est la garante devant la population ? D’autant que cet intérêt général se décline aujourd’hui en fonction d’un large spectre de disciplines sportives, de modalités de pratique et de classes d’âge intéressées !

81Seconde question à examiner, celle de la nature de l’excellence sportive. Cette excellence doit-elle être étalonnée uniquement sur la réussite en championnat, la performance, le « podium », la première marche du podium ? N’est-ce pas réducteur ? Ne faut-il pas envisager un référentiel plus complexe, intégrant d’autres échelles de référence ? Je m’explique : nous connaissons tous la célèbre formule latine « Citius, Altius, Fortius », qui signifie « Plus vite, plus haut, plus fort ». Empruntée au Père Didon par P. de Coubertin, cette formule est devenue la devise olympique dont différents exégètes ont essayé de dégager les fondements et autres fondations pédagogiques. En réfléchissant ou plus simplement en faisant le pèlerinage à Olympie… Si l’on se réfère à un dictionnaire de la langue latine, les sens quasi premiers de chacun de ces superlatifs, en termes d’excellence, renvoient respectivement à la rapidité de raisonnement, à l’élévation de l’esprit et à la grandeur d’âme, à la force de caractère et au courage. C’est dire que la prouesse physique n’est jamais qu’une application parmi d’autres d’une telle formule, et qu’on peut fort bien identifier d’autres aspects de l’excellence au niveau de la persévérance d’un dirigeant ou d’une équipe dirigeante de club, d’un éducateur ou encore d’un jeune sportif, d’une jeune sportive qui doivent surmonter des difficultés (vaincre l’obésité, réussir sa rééducation physique…). Ainsi l’excellence, ce peut être aussi le rôle éducatif d’un club œuvrant au contact de jeunes en difficulté, ou encore le travail que fait un club dit « formateur » qui doit se résoudre à voir partir ses meilleurs juniors vers d’autres clubs. Peut-on appliquer à ces deux clubs les seuls critères de la compétition fédérale ? Ce serait injuste.

82Même remarque à propos du sport scolaire. Le sport scolaire, dans le cadre de l’USEP ou celui de l’UNSS, dans ces lieux d’éducation des jeunes (l’école primaire, le collège et le lycée) qui constituent le passage obligé de la jeunesse du pays, peut légitimement soutenir que la « mission d’intérêt général » qui lui est confiée est plus crédible que celle dont se réclament les clubs civils. Et la culture de club qu’il propose est directement adossée à l’institution scolaire, dans le cadre des associations sportives d’établissements, les « A. S. », en particulier et comme prolongement récréatif – re-créatif – des leçons d’éducation physique et sportive.

83De fait, dans l’excellence sportive, le régime d’exception que représente la réussite compétitive – un intérêt particulier – ne peut, en toute légitimité, que s’inscrire dans le cadre élargi de l’intérêt général, garanti par la puissance publique. Un intérêt général entendu comme intérêt du plus grand nombre s’accommodant de la diversité des sports et des façons de les pratiquer. Pas exactement la somme arithmétique des intérêts particuliers qu’une conception synthétique de l’intérêt général définie au niveau de la municipalité. C’est aussi une manière de favoriser une cohérence d’ensemble entre plusieurs façons possibles de viser l’excellence, et en s’appuyant sur plusieurs échelles de référence pour l’apprécier. On retrouve ici la question des critères d’attribution des subventions ou celle de la « reconnaissance sociale » de l’action éducative sportive.

84Il me semble que plusieurs échanges, au niveau des débats, rendaient compte de cette nécessité de clarifier les termes du dialogue. Et c’est également cette exigence qui perçait dans le propos de Pierre Chifflet. Pendant la durée, nécessairement brève d’une Université d’Été, collectivement nous avons essayé de parler un langage commun. Le sport local ne saurait être une sorte de « tour de Babel », où la cacophonie apparente ne sert souvent que la logique du plus fort. Nous avons essayé de mettre au point les rudiments d’une terminologie commune, précise sans être pédante. Une sorte d’espéranto rationalisé, ce qui est sans doute un comble en Terre d’Occitanie…

Concevoir l’action sportive locale (territorialisée) comme un « système ouvert »

85Sur ce point, je serai bref. Il n’est pas question d’établir un catalogue des bonnes intentions. Mais il me semble qu’on peut revenir une dernière fois sur l’action sportive locale telle qu’elle est produite et réinventée dans et par la mise en relation des cultures de clubs et des politiques territoriales. Elle peut être figurée sous la forme d’un schéma qui correspond à un « système ouvert » et dynamique, qui reste un lieu d’expression de l’espace public.

86Ce système ne peut rester clos sur lui-même. Il doit pouvoir s’enrichir par de nouvelles propositions, légitimées par la concertation, sans préjudice à l’existant et favoriser l’accueil de nouveaux entrants dans le dispositif. Il peut y avoir ainsi des points communs entre les cultures de clubs et les politiques territoriales, ce que l’on pourrait appeler une tension positive entre la culture « héritage » et la culture « innovation » en reprenant des notions employées par Gérard Perreau-Bezouille.

87On peut compléter cette image en jouant sur les termes initiaux de l’USE qui s’achève aujourd’hui en rappelant que les collectivités territoriales ont elles aussi des « cultures administratives » spécifiques tandis que les clubs sont capable de conduire de véritables « politiques de développement ». La culture sportive n’est pas le monopole des clubs et l’activité des collectivités territoriales, liée à l’expression du suffrage universel, ne se réduit pas à la chose administrative. Mais c’est là, sans doute, un programme complémentaire de celui que nous nous étions fixé avec nos amis toulousains, et que nous nous donnerons comme devoir de grandes vacances.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540