Version classiqueVersion mobile

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 5. « Sport et mouvement sportif table ronde »

Christian Reina

Texte intégral

Animée par Christian REINA,
Attaché principal d’administration de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur

1avec la participation de :

2Jean-Paul LOUBEYRES, représentant Frédéric RAME, Directeur régional et départemental de la Jeunesse et des Sports de Toulouse

3Serge ROBERT, représentant Guy SORIANO, Président du Comité Midi-Pyrénées Handisport

4Jean-Bernard PAILLISSER, Directeur du CREPS de Toulouse

5Claudine PERLOT, Conseillère pédagogique du Comité Midi-Pyrénées de la FFEPGV

Christian REINA

6Nous voici réunis pour la troisième et dernière table ronde de l’Université d’Été. Il s’agit de mettre en perspective le sport, les cultures de clubs au regard des exigences du Mouvement sportif. Je vais tout d’abord donner la parole à M. Serge Robert.

Serge ROBERT, Comité Midi-Pyrénées Handisport

7Le Comité régional Handisport s’occupe du mouvement des personnes en situation de handicap, principalement moteur et sensoriel.

8En Midi-Pyrénées, il y a environ une cinquantaine d’associations, un millier de licenciés, six Comités départementaux. La problématique du Comité, dans son fonctionnement, est surtout de gérer plusieurs handicaps et plusieurs sports, sachant que nous avons en plus la Fédération des Sourds qui a des sports similaires aux nôtres, mais également ses propres sports qui viennent donc se rajouter à la liste. Donc, en tant qu’organisateur et administrateur, cela demande un travail relativement important, et sur l’organisation de manifestations officielles, nous avons quelques difficultés pour structurer des disciplines que nous ne connaissons pas et que nous n’avons pas l’habitude de gérer. C’est donc une difficulté d’organisation.

9Le mouvement s’est organisé de par la politique mise en place sur le plan national, avec des référents dans les départements, la mise en place de financements pour créer des postes avec des STAPS qui ont intégré le mouvement, donc qui permettent de structurer, de gérer administrativement, principalement à la fois certains comités et certains clubs. Cela a donc été une grosse bouffée d’oxygène pour nous.

10Ensuite, un gros souci d’organisation dès que l’on parle de haut niveau. Le handisport est quelque chose dont on commence à parler de plus en plus, on commence à en avoir l’habitude, mais il est vrai qu’à l’interne, sur le plan des structures, de l’encadrement, sur le plan technique, dès que l’on veut parler de haut niveau en Midi-Pyrénées, on « coince » un peu. Bien sûr, ce sont en majorité des bénévoles qui s’investissent dans l’encadrement, même si nous sommes ouverts, par le biais de formations, de conventions, avec les structures valides qui nous permettent bien sûr de nous préparer sous forme de stages, de bénéficier de structures techniques. C’est énorme, pour un athlète de haut niveau, de bénéficier de ces avantages-là.

11En revanche, il y a encore un gros travail à réaliser. Il faut savoir que si nous avons eu beaucoup d’athlètes de haut niveau pour les Jeux de Turin, sur dix médailles françaises, il y en avait six qui venaient de Midi-Pyrénées. C’est vrai que pour Pékin, aucun athlète de Midi-Pyrénées n’a été médaillé, donc nous nous sommes posé quelques questions, à savoir comment restructurer tout ce paramètre du haut niveau.

12En ce moment, la Fédération française Handisport est en train de se restructurer et de revoir un peu sa politique à tous niveaux, surtout sur l’encadrement des commissions de disciplines. D’ici les mois à venir, sachant que nous allons avoir un nouveau DTN très prochainement, il va y avoir un gros travail réalisé sur les commissions, avec une restructuration qui va engendrer une bonne amélioration de l’organisation.

Christian REINA

13Hier, Patrick Bayeux nous disait qu’il y avait beaucoup d’associations sportives hors des clubs, qui pratiquaient du sport en Midi-Pyrénées, et j’aimerais savoir quelle est l’action de la DRDJS vis-à-vis de ces associations et notamment pour l’organisation de manifestations sportives.

Jean-Paul LOUBEYRES, Inspecteur à la DRDJS de Toulouse

14Vous faites allusion à la pratique sportive non encadrée qui, dans certaines disciplines, est particulièrement importante. Sur les sports de nature en particulier, on observe une pratique non licenciée qui est énorme. Il existe des comités départementaux, régionaux, des fédérations qui développent des démarches pour réussir à capter et à licencier tout ce public qui pratique en dehors de tout cadre organisé, et qui le fait avec un certain succès, et d’autres qui essayent de le faire mais qui sont un peu plus en difficultés.

15Il faut voir aussi que certaines disciplines sont directement accessibles au plus grand nombre, comme la randonnée pédestre. Vous êtes un randonneur à partir du moment où vous marchez pour le plaisir et pour vous détendre. Dans cette activité, on ne pourra pas capter globalement la totalité des pratiquants, mais dans d’autres disciplines il y a vraiment des choses à faire, comme pour le vélo tout terrain, la pratique de l’escalade, en montagne, en milieu dit sensible.

16Ensuite, il y a des entrées par public. Il y a des publics qui sont plus ou moins ouverts à la pratique sportive, ce qui est lié à des paramètres très diversifiés. Il appartient donc à l’administration d’essayer de faire en sorte que les paramètres pénalisants soient au maximum écartés pour que le maximum de pratiquants potentiels prennent leur licence ou adhèrent à ces mouvements organisés. Il y a un certain nombre de verrous, y compris l’autocensure, qui font que certaines populations n’y vont pas ; il n’y a pas que des verrous objectifs. Je pense par exemple au sport féminin. J’ai participé à une manifestation organisée par une association locale, qui s’appelle « Rebond ». Elle a pour vocation de faire découvrir la pratique du rugby en particulier dans les quartiers sensibles, et de développer des échanges entre les écoles de ces quartiers sensibles et d’autres établissements du département. Cette manifestation a accueilli un nombre considérable de classes, environ 600, et la première chose qui m’a sauté aux yeux était la mixité. Il y avait autant de garçons que de filles, et les filles s’amusaient autant que les garçons à jouer au rugby.

17Trois ou quatre ans plus tard, en regardant l’effectif des clubs de rugby qui sont inscrits au championnat, le nombre de filles est très minime. Il y a donc manifestement un décalage entre le potentiel de pratique et la réalité. Je ne dis pas que les filles ont intégré que le rugby n’était pas fait pour elles parce que si cela leur a plu à 9 ans, il n’y a aucune raison pour que cela ne leur plaise pas à 14 ou 17 ans. Mais il y a eu des mécanismes sociaux, culturels, des idées reçues, etc., qui ont entraîné un effet de dissuasion, voire un refus.

18Notre mission, en l’occurrence sur le sport féminin, est de faire sauter ces verrous-là.

19Toujours concernant les pratiques en dehors de celles qui sont fédérées, il existe des pratiques atypiques dans les quartiers dits sensibles. Nous avons des territoires qui développent des pratiques un peu codifiées en fonction de la réalité sociologique du milieu.

20Notre attention se porte sur la nécessité de faire en sorte qu’il n’existe pas deux types de sport : le sport des quartiers et le sport standard, codifié, fédéré.

21On l’a vu avec le basket de rue, le futsall, etc. En liaison avec la Ligue de Football, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait essayer de capter ce public et de lui faire découvrir à travers ses préoccupations et ses envies la possibilité de pratiquer dans un cadre organisé, communautaire, de mixité sociale – pratique distincte de celle qu’il a actuellement mais qui peut lui apporter beaucoup. Ce n’est pas évident parce qu’il faut accepter la différence et aussi quitter le cocon un peu rassurant du quartier et de ses codes. Nous avons effectué un gros travail depuis un an, à la Mairie de Toulouse en particulier, sur l’identification des clubs prioritaires, pour essayer de faire en sorte qu’ils essaiment et captent cette population non active dans leur discipline codifiée.

22Il existe des moyens divers, comme l’accessibilité, un moindre coût de la licence, la création d’antennes de clubs qui ne sont pas dans les quartiers, la formation d’éducateurs et de dirigeants pour avoir une pédagogie adaptée aux publics rencontrés. Nous sommes, là aussi, dans une logique de rassemblement autour de pratiques codifiées, communément acceptées et une tentative aussi d’adhésion de l’ensemble des pratiquants à une grande famille, une grande communauté avec ses propres valeurs qu’est le club, le district ou la ligue.

23Il existe un public très particulier, c’est celui en situation de handicap. Nous sommes aussi dans des questions sociales, mais surtout dans des questions techniques. Là, se posent des problèmes de formation, de moyens et également d’information.

24Pour que cette pratique un peu inorganisée, sous-organisée, parfois sauvage, de public en situation de handicap puisse être mieux structurée et pleinement intégrée à une pratique valide, nous nous sommes rendu compte que les clubs sportifs, qui n’étaient pas dans la tradition d’accueil de ce type de public, devaient avoir une meilleure connaissance des outils à leur disposition. Beaucoup ne se rendaient pas compte que des initiatives peu compliquées pouvaient favoriser l’accès à leur pratique d’un public qu’ils n’auraient jamais pensé pouvoir intégrer dans leur club ou dans leur collectif. Cela passe par une réflexion sur les équipements utilisés, des discussions avec le maire et l’installation de rampes d’accès pour les personnes en fauteuil. Cela passe aussi par l’aménagement des règlements quand il y a des impossibilités physiologiques pour effectuer certains gestes, et par la formation et la connaissance par les éducateurs des clubs des problématiques spécifiques à ce public en situation de handicap.

25L’outil le plus performant, qui a le mérite d’exister et pour lequel on essaie de faire en sorte qu’il soit utilisé, connu, c’est un site Internet, « www.handiguide.gouv.fr », créé par les services de Jeunesse et Sports au niveau de la région Midi-Pyrénées, qui a été repris par le Ministère et élargi à l’ensemble du territoire national. Il s’agit en fait d’un site Internet qui a pour vocation de donner aux dirigeants de clubs dits valides des contacts et des lieux ressources pour pouvoir accueillir des personnes en situation de handicap, en fonction de leur propre environnement, de rendre moins insurmontable le fait de pouvoir les accueillir. Mais il a aussi pour vocation de permettre à ce public d’avoir connaissance de l’ensemble des clubs qui ont pris ces initiatives-là et dans lesquels il peut évoluer. C’est un site exhaustif, mis à jour régulièrement, et la personne en situation de handicap peut se rendre compte des conditions dans lesquelles elle peut pratiquer un sport et de la manière dont elle va être accueillie.

26Voilà un peu comment nous essayons de faire en sorte que ceux qui pratiquent un peu en dehors des fédérations, ou ne pratiquent pas du tout mais pourraient le faire, viennent rejoindre la grande famille du mouvement sportif.

Christian REINA

27Je passe la parole à Jean-Bernard Paillisser, Directeur du CREPS de Toulouse, pour qu’il nous parle de cette structure où l’on accueille un certain nombre de pôles sportifs pour les athlètes de haut niveau, avec un entourage médical et d’entraîneurs de très haut niveau.

Jean-Bernard PAILLISSER, Directeur du CREPS

28Le CREPS est le second établissement de France en termes de haut niveau, auquel on doit cette année 3 médaillés olympiques, 10 sélectionnés olympiques, 7 champions du monde, 5 champions d’Europe, 40 champions de France.

29Le CREPS n’est pas une structure ordinaire, c’est un établissement public national, parce qu’il ne recrute pas des sportifs de haut niveau qu’en Midi-Pyrénées, mais dans l’ensemble du pays.

30Je vais vous parler de la politique de resserrement de ces établissements, qui a été souhaitée par Monsieur Laporte. Effectivement nous serons, à compter du 1er janvier 2010, adossés, arrimés à l’INSEP, et nous serons à peu près 15 CREPS répartis dans toute la France pour mener la politique gouvernementale du sport de haut niveau.

31Il faut savoir que 6 CREPS seront supprimés à compter du 1er septembre, et sans doute 3 l’an prochain.

32Le CREPS est d’abord un établissement public, ce n’est pas un hôtel, ni un sport études.

33Nous avons trois grandes missions en vertu d’un décret de 1986 modifié.

34La première est le développement, l’accompagnement du sport de haut niveau. Nous avons chez nous des « pôles France » ou des « pôles Espoir » et au CREPS nous accueillons 340 athlètes répartis dans 22 pôles.

35Évidemment, quand je dis « accompagnement », c’est la réussite au triple projet :

  • réussite scolaire, universitaire : nous sommes conventionnés avec l’Université Paul Sabatier entre autres, ainsi qu’avec des lycées, des collèges,
  • réussite au pari sportif : c’est un investissement que font les familles, l’État, la personne qui se lance dans ce dispositif,
  • vie citoyenne du jeune.

36L’an dernier, nous avons eu 94 % de réussite scolaire à tous les examens présentés par nos sportifs émérites. Certains d’ailleurs sont devenus professionnels, en base-ball notamment où plusieurs d’entre eux accomplissent leur carrière sportive aux États-Unis depuis l’an dernier. Et l’on parle souvent d’insertion sociale : quand un jeune des banlieues arrive chez nous et se retrouve deux ans après à Orlando en Floride avec les meilleurs professionnels du moment dans la spécialité, c’est bien. C’est pour cela aussi que j’insiste sur la communication. Nous sortirons une revue en septembre pour évoquer tous ces résultats parce que ces jeunes-là méritent considération du public, des médias et du mouvement sportif entier.

37Comment est organisé un emploi du temps ? Ce sont des journées complètement folles : 25 heures d’entraînement sportif et 25 heures de cours.

38Nous avons un suivi médical, un suivi scolaire et notre troisième mission est d’accueillir des associations sportives des clubs, des associations de jeunesse, d’éducation populaire, dans le cadre du perfectionnement et de la formation de leurs dirigeants, de leurs responsables. Nous formons les arbitres, etc.

39C’est la partie visible de l’iceberg. À côté de cela, il y a un plan d’action qui est validé par le Ministère et par le Conseil d’administration, dans lequel nous avons souhaité jouer une politique d’ouverture vis-à-vis des chercheurs, vis-à-vis de l’entraîneur. Nous proposons une formation continue qui s’appelle « Coaching sportif » et, au-delà, nous avons essayé de voir si, à l’étranger, il y avait des réponses aux questions que se pose l’entraîneur au plan universel. Contrairement à ce qui se passait jadis, les plans d’entraînement s’échangent maintenant grâce à la communication, à Internet. Le bonheur que j’ai, c’est d’ouvrir ce CREPS de Toulouse – dont on ne parle pas suffisamment à mon gré – au plan européen et au plan de la future Union pour la Méditerranée. Nous avons d’ailleurs des conventions notamment avec l’Algérie, la Tunisie, Israël et le Maroc.

40Nous essayons donc de nous demander, entre entraîneurs, comment nous pouvons exercer notre métier, quelles méthodes et quels outils nous avons à notre disposition. Nous travaillons notamment avec Jean-Paul Callède, que je remercie de son concours.

41Nous entreprenons une démarche qualité : nous souhaitons que les gens qui viennent chez nous sortent enrichis d’une expérience et réussissent avec nous, et nous souhaitons aussi que ce CREPS soit ouvert effectivement aux bénévoles, aux sportifs de haut niveau, à toute la grande famille du sport, au-delà des vicissitudes ministérielles, et nous souhaitons effectivement armer l’entraîneur pour son métier. En effet, nous formons des entraîneurs, mais nous souhaitons aussi aider, par la formation, les sportifs de haut niveau qui ont un parcours scolaire parfois difficile, par l’acquisition de connaissances techniques.

Christian REINA

42La parole est maintenant à Madame Claudine Perlot, Conseillère pédagogique du Comité Midi-Pyrénées de la FFEPGV. Vous ne faites pas de compétition. Expliquez-nous votre fonctionnement et peut-être vos relations avec les collectivités territoriales.

Claudine PERLOT, Conseillère pédagogique du Comité Midi-Pyrénées de la FFEPGV

43Nous sommes une structure un peu particulière parce que le Comité régional, n’ayant pas à gérer de compétition, a surtout une mission de formation. Cela nous amène donc à entrer en contact avec de nombreux partenaires dont le CREPS, l’UFR STAPS et la DRDJS dans des projets spécifiques.

44L’objectif de la FFEPGV est de développer la prévention santé, à partir des activités physiques. Nous sommes très attentifs aussi au développement du lien social : un grand réseau est organisé en particulier sur Midi-Pyrénées, ce qui fait qu’il existe des associations affiliées dans tous les départements et dans de nombreux petits villages. Ce qui est important pour nous, c’est que le sport santé passe aussi par la communication entre les personnes.

45Nous sommes ainsi une fédération un peu particulière comparativement aux autres fédérations. Nous avons essentiellement des femmes qui viennent pratiquer, mais également se former en tant que dirigeantes. Les femmes trouvent une place au niveau du mouvement sportif.

46Première raison : les femmes ont peut-être plus envie de développer localement le contact social, cet aspect de l’activité physique.

47Deuxième raison : nous n’avons pas de compétition, mais plusieurs activités utilisées pour développer tout l’aspect prévention santé. Nous n’avons pas d’activité spécifique, mais de la gymnastique d’entretien.

48Notre fédération, qui a plus de 120 ans, a été formée par un médecin, ce qui nous donne notre passé de sport santé. À ce titre, nous avons de nombreux partenariats, en particulier avec la DRDJS, nous avons un plan de développement et de formation avec les brevets professionnels qui sont formés au CREPS, et également sur l’UFR STAPS.

49Enfin, nous avons des contacts avec la mutuelle, la CRAM, puisque nous avons des actions de prévention de la santé à tous les âges de la vie. Nous commençons à proposer des animations pour les très jeunes enfants, de 9 mois jusqu’à 3 ans, pour renforcer le lien avec les parents, et ensuite nous développons des activités et des capacités psychomotrices. Pour les adultes, c’est surtout un maintien, un développement, un entraînement adapté aux dames, et aux messieurs quand il y en a ; et enfin pour les seniors. C’est une fédération connue par ses actions auprès des seniors, en particulier pour la prévention des chutes, le travail sur la mémoire, etc. Mais il faut savoir que ce n’est pas la grosse majorité de nos licenciés.

50Midi-Pyrénées est une région un peu particulière ; nous avons quand même 11 % d’enfants qui sont licenciés mais nous ne sommes pas très connus pour cela. Actuellement, nous avons 34 500 licenciés. Nous sommes assez nombreux mais il n’y a pas de grosses structures. En tout cas, nous ne sommes peut-être pas toujours bien représentés, en particulier lorsqu’il s’agit de se faire entendre au niveau de la vie sportive locale.

Jean-Bernard PAILLISSER

51Je vous invite tous le 1er septembre prochain parce que les sportifs de haut niveau feront leur rentrée, mais en raison également de trois grands événements : cage de frappe de base-ball, co-financement franco-américain avec la présence du Consul des États-Unis, du Président de la Major Ligue, Monsieur Jean Gachassin, ancien président du Conseil d’administration, fera le déplacement. Enfin, nous avons une structure qui s’appelle « Complexe multisports » qui sera dédié à René Lavergne qui a été l’inspirateur du basket-ball moderne.

52Le problème qui se pose, c’est que les établissements publics se doivent aussi de communiquer. Le temps n’est plus où l’on gérait cela en bon père de famille. On a des résultats et on se doit de le dire. Si ce n’est pas assez fort, on doit entreprendre nous-mêmes ce que nous faisons, par Internet, par une revue, pour les jeunes qui sont chez nous et qui obtiennent des résultats.

Intervention

53La scolarité de ces athlètes de haut niveau est-elle assurée dans les bâtiments du CREPS ?

Jean-Bernard PAILLISSER

54Non, c’est par conventionnement avec les établissements scolaires, lycées, collèges, universités. La journée est divisée entre les entraînements et les études.

55Je vous parlais d’un taux de réussite assez plaisant, mais on peut faire mieux. Peut-être obtiendra-t-on bientôt un taux de réussite de 93 ou 94 % au Baccalauréat. Mais il y a des aménagements d’études particuliers. Ils sont indispensables.

Matthieu TRENIT, Toulouse Olympique Aviation Club

56Quels sont les critères d’entrée au CREPS ?

Jean-Bernard PAILLISSER

57Il y a une commission d’admission, composée des fédérations, de la DRDJS, de notre département de sport de haut niveau et des établissements scolaires.

58Une première sélection est faite par la fédération au plan sportif. Nous regardons également le parcours scolaire.

59Nous souhaitons qu’il y ait la réussite la plus totale, tant au niveau scolaire qu’au niveau sportif ; il faut un équilibre entre les deux.

60Des cours de soutien sont également donnés, le cas échéant.

61Nous allons changer d’appellation : nous serons les « campus territoriaux de l’excellence sportive », ce qui est un peu contradictoire avec notre réservoir qui est national.

62Voilà comment s’opère cette sélection.

Intervention

63Est-ce que Jean-Paul Loubeyres pourrait nous donner un résumé sur la réforme qui est en cours sur les directions régionales Jeunesse et Sport et sur les directions départementales ?

Jean-Paul LOUBEYRES

64Il est en effet utile que vous sachiez quelle est l’évolution institutionnelle de notre administration, puisque vous en êtes des interlocuteurs.

65Vous savez probablement que le gouvernement actuel a engagé une relecture générale des politiques publiques, la « RGPP ». De ce travail, est notamment mise en évidence la nécessité de revoir l’organisation de l’administration territoriale de l’État. Il a été tranché qu’au niveau des administrations territoriales régionales on aurait un nombre plus réduit de directions régionales, c’est-à-dire qu’il y aurait des fusions entre un certain nombre d’entre elles. On l’a vu au niveau de l’économie des finances et on le voit, en ce qui nous concerne, sur le plan de la Jeunesse et des Sports, puisque nous allons être « mariés » à un certain nombre de services qui évoluent dans la cohésion sociale, notamment des services liés aux affaires sanitaires et sociales mais aussi d’autres, le tout devant accoucher d’une Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale. Ces services déconcentrés régionaux de l’État, en nombre plus réduit, seront les correspondants d’un ou plusieurs ministères au niveau local.

66Ensuite, au niveau départemental, cela se complique un peu. Il faut sortir du schéma vertical jacobin habituel où il y avait le Ministère, son entité régionale et son entité départementale. Aujourd’hui, au niveau départemental, les services de l’État sont interministériels. C’est-à-dire que, selon la taille des départements, il y aura une préfecture et deux, voire trois, grosses directions.

67Dans les petits départements, il y aura deux directions : une Direction de la Protection de la population et de la Cohésion sociale et une Direction des Territoires.

68Dans les départements importants, il y aura une Direction de la Protection de la population, une Direction du Territoire et une Direction de la Cohésion sociale.

69Les services Jeunesse et Sports seront affectés à la Direction de la Cohésion sociale.

70Ne vous mettez surtout pas en tête que, au niveau départemental, il n’y a plus d’interlocuteur Jeunesse et Sports. La différence réside dans le fait que ce n’est plus une direction, mais un pôle « Jeunesse, Sports et Vie Associative » de la Direction départementale de la Cohésion sociale.

71En temps et en heure, dans vos départements respectifs, vous recevrez toutes les informations de façon à ce que vous puissiez retrouver vos interlocuteurs habituels et suivre vos dispositifs habituels.

72Mais pour l’instant, les missions et les moyens persistent, et l’entité Jeunesse, Sports et Vie associative existe toujours, mais dans un « emballage » plus global.

73Comment va se faire le mariage dans ces trois grandes entités interministérielles au niveau départemental ? Je ne peux pas trop vous dire aujourd’hui quelle sera la situation, mais il est vrai que des cultures complètement distinctes vont se rencontrer.

74Dernière information : les directions interministérielles ne sont pas rattachées à des directions régionales mais au préfet. C’est lui qui gère les services dans leur transversalité, l’idée étant d’avoir une action de territoire par rapport à la problématique globale d’un environnement.

Robert DENEL

75Pour rester un peu dans le sujet de l’Université Sportive d’Été, et en regard des interventions en tribune, notamment la dernière, le mouvement associatif a connu une époque où la Jeunesse et Sports, à l’échelle régionale et départementale, était vraiment une structure qui était aux côtés des responsables associatifs, qui les conseillait, qui les assistait et qui, finalement, entrait dans le jeu associatif.

76Je suis responsable associatif depuis l’âge de vingt ans et je comprends que, désormais, les jeunes ne veuillent plus s’occuper de l’associatif. Trop de règles sont imposées. Je crains qu’avec la nouvelle structure que vous venez de décrire, avec à sa tête maintenant les préfets, ce phénomène ne s’accentue encore. Ce pouvoir régalien qui consiste à dire « vous ne pouvez pas sauf si » ou « c’est interdit parce que » est de plus en plus constaté.

77Si on ajoute toutes les règles de sécurité, plus rien n’est possible sans bureau d’étude, architecte, service de sécurité, etc., services qui coûtent énormément cher. Le responsable associatif ne peut plus rien faire sans être confronté à des règles. Le centre de loisirs sportifs pendant les vacances que j’ai créé, est actuellement dénaturé par les nombreuses règles qui nous sont imposées.

78Nous avons l’impression, dans cette vie sportive et sociale que nous voulons développer, que l’on nous met des bâtons dans les roues.

79Un autre exemple : l’accueil des jeunes des quartiers sur des installations sportives. Vous savez que si on leur impose une pratique sportive, ils ne viendront pas. C’est donc pour cela qu’il faut essayer plutôt de les accepter avec leurs envies. Nous avons donc créé un espace sportif dans lequel les jeunes des quartiers entrent et pratiquent. Mais, immédiatement, il faut vérifier s’ils ont une autorisation des parents, leur âge, leur adresse, etc. À partir du moment où on leur demande tout cela, ils ne viennent pas. J’ai donc dû inventer le concept de « jardin public sportif ».

80Si je viens de m’exprimer longuement, à partir d’exemples vécus, c’est pour dire qu’actuellement nous ne sommes pas ensemble en train d’essayer de régler des problèmes auxquels nous sommes confrontés, déjà à l’échelle des élus et des clubs. Beaucoup est fait, mais il reste beaucoup à faire. Je n’ai pas l’impression que les structures nouvelles de Jeunesse et Sports avec un préfet à la tête aillent dans notre sens.

81Je crains que ce secteur associatif souffre de toutes ces évolutions ; il faut des règles certes mais avant on les étudiait, on les adaptait, on les appréciait ensemble. Maintenant, ce n’est plus le cas.

Jean-Paul LOUBEYRES

82On peut ajouter à vos observations les règles et les compétences que sont obligés d’acquérir les bénévoles, qui sont dues aux exigences des parents, des impératifs de sécurité, de qualité aussi, à l’emploi.

83Plus on sera ambitieux sur le projet associatif, sur le développement associatif, et plus on sera confronté à la problématique des règles.

84Cependant, il ne faut pas sous-estimer la conscience qu’ont les pouvoirs publics de cette solitude du bénévole face à un environnement juridique très complexe.

85Un certain nombre d’initiatives ont été prises pour aider les bénévoles, qui sont trop souvent méconnues. L’État, au niveau départemental, a quand même développé un réseau de personnes ressources, chacune dans sa compétence, très diverses : cela peut être une administration d’État avec un agent public dévolu aux affaires associatives, un service d’association d’une collectivité locale, une association dont la vocation est d’aider au développement associatif, etc., que l’on suit, que l’on aide et que l’on forme, ce qui permet d’avoir une information de proximité assez rapide. Si l’information n’est pas disponible auprès d’une ressource, le phénomène de réseau fait que l’on peut orienter le bénévole vers l’individu qui pourra répondre à sa question. Ces réseaux-là sont méconnus ; pourtant ils existent bel et bien, ce qui est dommage. Nous avons essayé de les rendre visibles à travers un site Internet (www.maia31.gouv.fr) et on aimerait que le nombre d’internautes qui se connectent à ce site soit encore plus important. Il y a encore beaucoup à faire et croyez bien que l’on s’y attache. Nous sommes conscients de ce problème.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search