Version classiqueVersion mobile

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 4. « Quels changements dans les relations entre clubs et collectivités territoriales ? »

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Présentation par Jean-Paul CALLÈDE,
Sociologue à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, CNRS

1C’est un plaisir d’accueillir parmi nous Pierre Chifflet. Aujourd’hui, il vient d’achever un mandat de président d’une Communauté de Communes. Cette expérience l’a impliqué comme acteur majeur placé au cœur des questions dont nous débattons ici dans le cadre de l’Université d’été toulousaine. Il a été professeur à l’Université Joseph Fourier – Grenoble 1. Pendant une dizaine d’années, il a exercé les fonctions de Directeur de l’UFR des activités physiques et sportives. Il a parallèlement créé l’équipe de recherche « Sport et environnement social » et dirigé la revue scientifique internationale STAPS.

2Le pôle de recherche universitaire grenoblois a fait école, puisque de nombreuses thèses relatives à la sociologie des organisations sportives et des politiques publiques du sport ont vu le jour grâce aux qualités d’animation scientifique de Pierre Chifflet.

3Ses recherches portent sur la sociologie et la politique des organisations sportives, depuis « le système de la haute performance » (1983) jusqu’au récent ouvrage intitulé : Idéologie sportive et service public en France. Mythe d’un système unifié, aux Presses Universitaires de Grenoble (2005). Le livre est à la fois très bien informé sur la réalité socio-historique des politiques du sport en France et assez décapant quant au fil conducteur privilégié. Selon Pierre Chifflet, la plupart des travaux sociologiques et historiques du sport s’intéressent aux fonctions socioculturelles des pratiques sportives. Son ouvrage retourne la perspective en s’appuyant sur une analyse stratégique du versant organisationnel du sport. Il montre comment les acteurs du système liant l’État aux fédérations tendent à « contrôler » l’ensemble des pratiques sportives des Français. Comment s’est mis en place ce mode d’organisation ? Sur quelles références s’appuie-t-il ? Cet ordre sportif est-il adapté aux évolutions du xxie siècle ? Autant dire que nous tâcherons de voir avec lui, et à la suite de sa conférence, si le local, lieu d’articulation des cultures de clubs et des politiques sportives territoriales, est en mesure d’apporter, dans la proximité, des solutions novatrices.

4Enfin, pour les anciens et habitués de nos Universités d’été, je rappellerai que Pierre Chifflet et ses collègues enseignants chercheurs de Grenoble avaient activement participé à l’USE de l’année 1993, qui portait sur le thème « Sport et Environnement ».

Conférence de Pierre CHIFFLET,
Professeur honoraire de l’Université de Grenoble 1

5Confronter les cultures de clubs aux politiques sportives territoriales oblige à s’interroger sur la différence de nature entre deux types d’instances : d’un côté, l’ordre du privé qui concerne l’engagement associatif, même si le club est devenu en France un acteur parapublic ; de l’autre, la « chose publique » qui concerne l’administration du territoire par des choix politiques locaux. Autrement dit, les deux instances mentionnées, les clubs et les collectivités territoriales, ne « jouent pas dans la même catégorie » et n’ont pas forcément les mêmes objectifs. Les Collectivités territoriales sont contraintes par des données légales et administratives et les orientations étatiques. Les clubs expliquent leur existence et définissent leurs objectifs en s’appuyant sur des idéaux du sport. Ce n’est qu’après un état des lieux de ces références qu’il sera possible d’analyser, au vu d’évolutions majeures, pourquoi les clubs doivent choisir des objectifs clairs, avant d’envisager les conditions nécessaires pour que leurs relations avec les Collectivités territoriales deviennent stables.

Des politiques sportives territoriales traditionalistes

Le rôle important de l’État (spécifique à la France)

6Depuis les années 1960, les politiques sportives territoriales sont fortement dépendantes de la politique nationale. Rappelons donc rapidement le rôle de l’État dans l’administration et la gestion du sport. C’est le choix fait par le Gouvernement de la Ve République française en 1960 qui est la clé de voûte. Depuis, le sport de compétition est le centre des politiques sportives publiques. Une loi, sans cesse modifiée, et des textes réglementaires précisent le rôle des pouvoirs publics, attribuent une « mission de service public » aux fédérations sportives et un monopole sur leur sport respectif, fixent les critères d’encadrement et de sécurité pour la pratique sportive.

7Le cas de la France est extrême puisqu’il présente une double exception : assimiler le sport de compétition à un bien public et donner à l’État le rôle de pilote de l’organisation du sport. L’État considère que le sport défini et encadré par les fédérations et les clubs répond aux besoins de tous les citoyens, et rejette en quelque sorte la voie du sport loisir comme élément de politique publique. Les fédérations sportives proposent donc leur modèle, le sport de compétition, comme produit répondant à un besoin général.

8Lorsque l’organisation administrative et politique de la France se modifie, au début des années 1980, les lois de décentralisation transfèrent aux Collectivités territoriales le pouvoir de décision dans de nombreux domaines. Ce changement institutionnel met côte à côte quatre niveaux de responsabilités : l’État, la Région, le Département, la Commune, qui, au titre de « la close générale des compétences », puisque la compétence sport n’est pas réglementée, peuvent mettre en place leurs propres politiques sportives. Les modifications apportées en 2000 (loi du 6 juillet), puis en 2003 (loi du 1er août), prévoient toujours une « contribution » des collectivités territoriales sans augmenter leur degré de responsabilité. Le texte minimise, plutôt, leur rôle en fixant des restrictions relatives à leurs aides, conventions, garanties d’emprunts…

L’absence de politique sportive originale au plan local

9La prédominance du rôle de l’État et des fédérations conduit à un constat simple : aucune collectivité territoriale – Région, Département, Commune – ne s’est vu attribuer la compétence sport. Seule, la notion de compétence générale autorise, sans même l’encourager, les Collectivités territoriales à s’occuper du sport. La conclusion de ce constat est elle aussi très simple : une Collectivité territoriale s’occupe du sport uniquement par choix politique.

10Les Régions soutiennent le sport de haut niveau, en grande partie sur des lignes budgétaires « communication », avec comme objectif principal leur notoriété, et subventionnent quelques installations de prestige. Les Départements privilégient plutôt l’aide aux investissements envers le loisir sportif, et subventionnent des projets locaux d’équipements. Quant aux Communes, peu ont franchi le cap de la définition d’une politique sportive. Elles possèdent pourtant, à elles seules, plus des trois quarts du parc français des équipements sportifs. Elles sont les espaces territoriaux où s’expriment des besoins d’entraînement (clubs), de formation (associations sportives scolaires, écoles de sport), de loisir (associations locales, comités d’entreprises) ou d’accueil (stations de ski, bases de plein air…). Elles ont de multiples raisons de s’intéresser au sport : raison économique pour développer le tourisme (ce qui concerne peu les clubs en tant que tels) ; raison politique qui les incite à soutenir un ou plusieurs clubs en haut de la hiérarchie fédérale ; raison sociale pour rendre un service aux citoyens (en s’appuyant par exemple sur les clubs).

11En règle générale, on observe cependant que ces raisons « objectives » ne sont pas souvent exprimées en tant que telles pour officialiser des choix. Très souvent, les décisions prises sont la conséquence de facteurs liés à des données conjoncturelles de type électoral ou passionnel. Décisions qui ont longtemps favorisé les clubs tournés vers le sport de compétition et qui deviennent plus difficiles à prendre en raison de la segmentation de la demande sportive.

12En conclusion de cette rapide analyse, il suffit de souligner que les Collectivités territoriales se laissent guider par la tradition nationale en faveur du sport fédéral, et se réfèrent à des présupposés induits par les idéaux du sport.

Les idéaux du sport, une référence mythique liée à la compétition

13Les discours traditionnels, souvent enthousiastes, attribuent au sport une quantité impressionnante de « vertus » : accomplissement de soi, santé, éthique, humanisme, dévouement, bénévolat, apprentissage de la vie, fraternité, etc. Ce sont ces vertus qui constituent les idéaux du sport, véritable socle de la pensée sportive, auxquels se réfèrent, consciemment ou non, la plupart des acteurs du sport pour expliquer leur engagement.

14On peut les regrouper en trois composantes.

15L’esprit sportif est la première composante de ces idéaux. Il englobe deux des principes fondateurs du sport : l’accomplissement de soi et l’éthique. L’accomplissement de soi recouvre l’idée que les efforts accomplis pour maîtriser son corps participent à l’amélioration du bien-être, de la santé et de la personnalité du sportif. Il implique nécessairement la confrontation avec les autres, pour se tester et se comparer dans une épreuve où les efforts maximaux sont accomplis pour réaliser une performance, témoignage du progrès personnel. L’éthique sportive est une philosophie comportementale propre au sport, qui crée une contre-société égalitaire et parfaite, permettant à chacun de s’exprimer librement et totalement. L’esprit sportif englobe ainsi un ensemble de valeurs, originales et universelles, permettant à l’homme, grâce à son mérite personnel, de maîtriser son corps, de s’accomplir pleinement et d’être un modèle social.

16La rencontre sportive est la deuxième composante des idéaux traditionnels du sport. Elle est conçue comme une activité publique non réservée aux seuls pratiquants. C’est un spectacle exemplaire qui donne à voir l’efficacité, la virtuosité et l’esthétique des gestes et des comportements. Ceci dans une situation idyllique au sein de laquelle les contraintes quotidiennes sont effacées et les catégories sociales sont invisibles. La rencontre sportive est également une occasion de convivialité parce qu’elle rapproche les peuples autour d’épreuves compréhensibles par tous.

17La gouvernance associative est la troisième composante des idéaux du sport, ceci pour répondre à ses objectifs de neutralité, d’autonomie et de spécificité. Le principe de neutralité recouvre l’idée que le sport ne sert ni des visées politiques, ni des intérêts économiques, ni des passions sectorielles (religieuses, ethniques, territoriales, sociales…). Le principe d’autonomie est le corollaire de celui de neutralité : seuls des organismes spécifiques, les fédérations et les clubs peuvent garantir l’esprit du sport. Le principe de spécificité en découle, il autorise les dirigeants à détenir la légalité sportive et définir ainsi les modalités de la pratique sportive.

18Que doit-on retenir de ce qui constituent les idéaux du sport ? D’abord, l’idée qu’il s’agit d’une représentation généralisée faisant du sport une activité humaine pure et belle, permettant à chacun de se confronter aux autres dans des épreuves publiques et dans un esprit particulier. Ensuite, que le principe de la compétition est ancré dans cette représentation. Enfin, le fait que pour assumer cet idéal, les sportifs doivent être libre vis-à-vis des autres enjeux sociétaux.

19Ce sont ces idéaux sportifs qu’il faut confronter à la réalité du xxie siècle, autrement dit, ne pas accepter qu’une évocation rapide des valeurs du sport, sans les préciser ou en citant des vertus positives (solidarité, exemplarité…), serve de couverture à l’absence de choix clairs parmi les différentes options sportives possibles.

Pour un club, le choix d’une option sportive

20Traditionnellement, les clubs déclarent agir au nom de l’intérêt général en proposant une ou plusieurs activités sportives définies par leur fédération de tutelle. Ils ambitionnent donc d’être à la fois des succursales de leur fédération et des organismes au service d’une Collectivité territoriale. L’ambiguïté des relations entre clubs et collectivités territoriales est ainsi la conséquence de ce double objectif. Le changement ne peut venir qu’avec le choix d’une option claire qui tienne compte du décalage entre les idéaux proclamés du sport et les réalités sportives du xxie siècle. Des transformations fondamentales agissent directement sur les pratiques sportives actuelles. Parmi celles-ci, nous en retenons trois qui intéressent directement la vie des clubs amateurs : la prégnance des championnats fédéraux, la généralisation de la notion de sport éducatif, le développement du sport loisir. Elles créent des cultures sportives divergentes, parmi lesquelles il faut choisir.

L’option du championnat fédéral

21Le sport de compétition fédéral est le plus proche, dans sa philosophie, des idéaux du sport évoqués ci-avant. Mais avec la standardisation des épreuves et la priorité donnée aux résultats, la finalité est devenue extérieure au comportement du sportif lui-même : il faut gagner en championnat. Le sport de compétition fonctionne ainsi comme une machine à classer, dans laquelle la réussite sociale (titre, notoriété, vedettariat) se substitue fortement à l’objectif d’accomplissement de soi. La victoire est à usage externe (public, média, positionnement social, enjeu politique et économique) et non à visée interne (satisfaction quant à ses capacités). L’option du championnat fédéral privilégie ainsi quelques dimensions dont il faut avoir conscience.

Normalisation publique de la pratique sportive

22Le sportif n’est pas tout à fait libre lorsqu’il intègre un club organisé autour du sport de compétition. Celui-ci est moins un espace d’autonomie qu’un espace d’apprentissage de savoir-faire pour vaincre en compétition. Le club accueille ou recrute pour une activité organisée, gérée et réglementée. Calendriers, horaires et lieux structurent les comportements. L’autonomie et la responsabilité ne sont pas aussi développées que le prévoyaient les idéaux sportifs. La normalisation des comportements est accompagnée d’une normalisation des objectifs : se rapprocher le plus possible de la production de l’élite sportive. Ceci provoque une confusion entre « action sportive locale » et « action sportive d’exception ». Pour la plupart des sportifs, l’objectif est d’exprimer ses capacités en présence d’adversaires dans le cadre d’une activité corporelle insérée dans la vie sociale. Pour l’élite, il s’agit de s’impliquer dans un engagement particulier pour accomplir un exploit exceptionnel ou original. La confusion est de même nature que celle qui existe entre la « culture populaire », reproduisant des formes connues de musique, de danse, de peinture, de théâtre, de jeu, etc. dans une ambiance de fête, et la « culture artistique », recherchant l’exception et le dépassement des références habituelles. La valeur de la pratique sportive de masse ne peut être l’imitation d’une activité d’exception.

Mise en valeur de la domination

23La mise en valeur de la domination (la hiérarchie est officialisée par le classement) développe des valeurs de réussite qui se font au détriment des plus faibles. Le dépassement de soi, conséquence du besoin de réussite sociale, remplace l’accomplissement de soi. Il faut en avoir conscience lorsqu’un club « vit pour son classement », car des aspects négatifs se substituent aux aspects positifs, avancés dans les idéaux du sport en termes de convivialité, de coopération, d’apprentissage des règles, de lutte contre la délinquance, etc.

24Le dépassement de soi entraîne des risques de santé (usure biologique, traumatisme, dopage) qui interdisent d’accepter comme postulat généralisable que la pratique sportive est un facteur de santé (la recherche d’une performance est-elle réellement une panacée pour le bien-être corporel ?). La recherche du résultat entraîne aussi des déviances comportementales (tricherie, violence), qui sont largement présentes dans les épreuves sportives (les compétiteurs et les dirigeants, comme les supporteurs et les médias, condamnent l’arbitre ou le juge pour leurs erreurs, mais pas leurs idoles pour leurs fautes intentionnelles).

Piège de la notoriété

25La sophistication de la préparation de l’élite sportive débouche sur une perte de fonction des clubs amateurs comme lieu de production de l’élite sportive. Dans certains sports, des sections professionnelles fonctionnent sur le modèle des entreprises et ont des objectifs financiers très éloignés du modèle associatif. Dans d’autres sports, ce sont les circuits d’accès à l’élite, propulsés et contrôlés par les services ministériels chargés du sport qui assurent la préparation de l’élite (INSEP, CREPS, CPEF, Sports études, Pôles, listes de sportifs de haut niveau…). Du coup, les clubs organisés autour de la réussite en championnat se trouvent réduits à un rôle subalterne, orphelins de l’ambition d’aller au bout de leur projet. Les réussites sportives sont assez souvent des « trompe-l’œil » (multiplication des niveaux de championnat, fausse élite…). Au plan politique, l’idée de promouvoir une Collectivité par des victoires sportives bute sur la banalité des titres. Le risque est de confondre la satisfaction d’une communauté locale avec la notoriété. Le titre est un résultat sportif et non, automatiquement, une preuve de valeur sociale.

Le risque du clanisme

26Chaque club se présente comme un espace de vie particulier. En conséquence, une forme de prosélytisme est mise en place pour capter les sportifs potentiels qu’il n’y a pas lieu de laisser aller à la concurrence (les autres clubs, les autres sports, les autres activités sociales ou culturelles). Mais surtout une tendance clanique est développée par le regroupement de supporters qui n’apprécient que la victoire de leurs idoles. Ainsi, les formes d’engagement et de lien social, qui sont censées s’élargir de l’espace du terrain à l’espace de la cité, sont contredites par la rivalité, qui peut aller jusqu’à des comportements xénophobes ou racistes, non abordés ici, mais fréquents.

27En conclusion, le club qui choisit l’option du championnat fédéral propose une formation humaine basée sur la réussite par la domination. C’est un choix possible, mais qui ne peut être assimilé à la notion de sport éducatif, hors d’une réflexion approfondie sur le sens de l’éducation proposée.

L’option du sport éducatif

28Dans les idéaux sportifs, la philosophie sous-jacente est celle qui conçoit que « l’individu fait la société » en dépassant les normes traditionnelles et les usages coutumiers (conception du libéralisme social). Le sport est éducatif parce qu’il permet l’expérience personnelle et valorise celui qui, en développant ses potentialités, sait surpasser les autres.

29Avec la notion de sport éducatif, on se réfère à un autre type de formation. Le sport est conçu comme un processus qui assure une éducation à travers l’apprentissage méthodique de normes et de techniques. Le sportif y intériorise des valeurs sociales : effort, coopération, respect des règles. La philosophie sous-jacente est celle qui conçoit que « la société fait l’individu » en lui proposant des comportements à acquérir (conception du contrôle social).

30Se placer dans une perspective de sport éducatif, par action des éducateurs sur les pratiquants, induit ainsi une modification des buts du sport de compétition. Le pari est difficile, car deux logiques doivent cohabiter, celle de la culture du résultat, construite sur l’idée que le meilleur gagne, et celle de la coopération sociale, construite sur l’idée de l’acquisition de comportements partageables par tous. Le projet de réalisation de soi par l’effort et la vaillance, débouchant sur l’acquisition de capacités capables d’assurer à celui qui les possède un ascendant sur les autres, est enfoui sous un projet égalitariste, c’est-à-dire cherchant à donner, à tous, la même culture corporelle

31Avec la perspective de « service public du sport », propre à la France, l’objectif est encore plus complexe, puisque c’est la création d’une conscience citoyenne qui est mise en avant. Le postulat est que les normes du sport fédéral sont conformes à celles de la démocratie républicaine (organisation, réglementation, ordre, savoir-faire, persévérance, rendement, sens du devoir) et que la réussite sportive préfigure la réussite sociale. Elle présuppose que les objectifs de la société sont de même nature que ceux du sport de compétition. Or, le but de « gagner » n’est pas une règle sociale universelle. Tout au contraire, les sociétés démocratiques assurent la redistribution partielle des gains (impôts, taxes), la protection des faibles (sécurité sociale, aide familiale, retraite, revenu minimum), la création de services égalitaristes (école, transport, communication, justice). En quelque sorte, la conception d’utilité publique du sport normalisé et enseigné consiste à minimiser l’importance de sa dimension sélective et à maximiser sa portée intégrative. Les discours naviguent entre deux positions contradictoires : d’un côté, adopter le sport de compétition comme un produit d’intérêt général, de l’autre côté, rejeter sa philosophie élitiste.

32Pour résoudre cette contradiction entre deux options éducatives, les clubs tendent à les amalgamer dans ce qu’ils dénomment leur action éducative. De la philosophie du sport de compétition, ils retiennent que la tentative de gagner est formatrice. Avec l’encadrement pédagogique, ils veulent former par l’apprentissage de la coopération et la normalisation des comportements. Avec la notion de service public, c’est la formation de citoyens intégrés à la vie sociale qui est visée. Cet amalgame d’objectifs est la source des difficultés rencontrées pour transmettre un message clair. On touche là le problème majeur du devenir des clubs en France. Une très grande majorité d’entre eux revendique une qualification d’intérêt général pour leurs actions, sans accepter d’autres critères d’évaluation de leurs actions que leur résultat sportif d’une part, le nombre d’adhérents, dont beaucoup d’enfants, d’autre part.

33Mais, quelle que soit la philosophie éducative retenue, des questions concrètes restent présentes. D’abord, celle de la stratégie de recruter le plus tôt possible et le plus largement possible qui n’est un gage ni d’efficacité, ni de garantie de réussite. Répondre positivement à toutes les sollicitations, y compris de parents motivés par des effets médiatiques locaux ou nationaux, n’est pas une stratégie responsable.

34De même, l’encadrement, confié à des cadres en vue d’une mission dite éducative, doit être contrôlé. La connaissance technique d’un côté, le bénévolat de l’autre sont souvent les seuls critères pris en compte. La formation d’adultes, et plus particulièrement d’enfants, n’est pas réductible au simple encadrement ; on ne peut se contenter de faire l’impasse sur un minimum de qualification pédagogique et d’exemplarité morale pour les « éducateurs ».

35Enfin, la valeur formatrice d’un sport est affirmée sans références objectives. Si chaque sport a son mérite pour celui qui vise l’accomplissement personnel, cela ne signifie pas que chaque sport présente le même intérêt pour une action locale d’éducation. C’est un acte, presque sacrilège, de se questionner au sujet d’un sport pour apprécier son apport à la formation personnelle et sociale des pratiquants : type d’efforts, agressivité nécessaire, impact sur l’environnement, coût de la pratique…

36On peut écrire, en conclusion de cette réflexion, que la notion de sport éducatif est très ambiguë. Un club ne peut se contenter de déclarer qu’il existe (statut reconnu, adhésion à une fédération…), qu’il agit (bureau directeur, participation à des manifestations…), qu’il rend service (accueil d’adhérents, animation locale…) pour se prévaloir d’une action éducative correspondant aux attentes d’une Collectivité publique.

L’option du loisir sportif

37Alors que l’offre fédérale met en avant la communauté, le rassemblement et le partage de buts communs, le loisir sportif s’appuie sur des pratiques diversifiées. Chacun est l’inventeur de sa propre formule d’activité ludo-sportive, qu’il est possible de simplifier en quelques grandes orientations. La « mise en forme » (musculation, expression corporelle, gymnastique…) vise à maintenir les capacités dynamique, expressive ou fonctionnelle. La « mise à l’épreuve corporelle » (randonnée, course sur route, nage…) teste le corps comme lieu d’expression d’une vitalité sociale démontrant l’aptitude à surmonter les contraintes de la vie. La « recherche de sensations sensori-motrices » vise à mettre le corps dans des situations d’équilibre instable (eau, neige, glace, air, vent, rocher, édifice public…) pour le maintenir en état d’agir. La « mise en scène du risque corporel » recherche l’exploit avec risque maîtrisé dans une situation vécue comme dangereuse (canyoning, spéléologie, escalade, plongée sous-marine, vol libre…).

38Quel que soit le projet sportif, l’individualisation des comportements se caractérise cependant par des valeurs en décalage avec celles du sport de compétition : la centration sur soi, la satisfaction à court terme, l’ajustement des contraintes, l’usage d’une technique bricolée. La centration sur soi signifie qu’on ne se réfère plus à l’excellence sportive. L’objectif est intériorisé et centré sur ses propres comportements. Il est proprioceptif, bioénergétique, psychologique, sensitif, sentimental, esthétique, etc. mais il reste personnel. La satisfaction à court terme correspond à l’objectif de pratiquer immédiatement, ou au maximum de passer par un apprentissage facile et rapide. La durée de l’activité n’est jamais programmée à l’avance, quel que soit le type de sociabilité adopté (seul, famille, amis, groupe). L’ajustement des contraintes est nécessaire. Le pratiquant décide seul des conditions de son activité au plan de son environnement humain (groupe ou association souple), de son engagement temporel (durée, rythme, horaire), des espaces (installations aménagées), et des matériels (personnalisés et renouvelables). L’usage d’une technique bricolée permet de pratiquer de façon utilitaire sans rechercher l’efficacité à longue échéance (ce que proposerait un formateur), sans directives extérieures (qui sépareraient les experts des débutants, les hommes des femmes), sans présence de juges ou d’arbitres (qui limiteraient les initiatives).

39A priori, il semble difficile de coordonner le fonctionnement d’un club avec une forme d’individualisme des pratiquants. Mais, en se tournant vers l’univers du loisir sportif, le club répond à une demande locale importante. Cette option correspond au désir de la majorité des pratiquants, puisque sur 30 millions de sportifs français (estimation des enquêtes), environ 20 millions ne sont pas affiliés à une fédération, et s’ils expriment des besoins d’autonomie, ils ne sont pas contre la formule associative, si celle-ci s’adapte à leurs besoins autocentrés.

40Plusieurs possibilités existent au niveau d’un club pour répondre à l’option du loisir sportif.

41La première est celle du fonctionnement en « communauté associative ». Dans cette hypothèse, le club s’auto-organise autour d’un projet partagé par les pratiquants concernés : choix des activités, calendrier, fréquence, responsabilité… Ce n’est pas une utopie, puisque des clubs multisports proposent ce type de fonctionnement, comme le proposent aussi des clubs de tennis, de pétanque, de canoë-kayak, de tourisme équestre ou autres.

42Une deuxième possibilité est celle d’une « structure associative » proposant des activités « à la carte » en fonction des demandes, de l’encadrement potentiel, des coûts, des lieux disponibles… Le club organise la participation des adhérents. Ce n’est pas une utopie, puisque des clubs citadins de ski, par exemple, fonctionnent sur un modèle proche : les responsables organisent les sorties du dimanche pour des pratiquants qui ne participent pas à des compétitions.

43Une troisième possibilité fait du club une « association de services » qui organise des activités sportives sous forme de séances, de sorties hebdomadaires ou de stages, en variant les offres en fonction de ses capacités. Ce n’est pas non plus une utopie, puisque des clubs de gymnastique volontaire ou de sport de pleine nature, par exemple, proposent ce type de services. Les utilisateurs ne sont plus des adhérents, mais des usagers comparables à des clients intéressés par une offre non commerciale.

44Retenir le loisir sportif comme projet d’un club n’est pas la solution miracle pour s’adapter aux évolutions sportives. L’inflation des demandes est une réalité qu’il faut dominer. La simple satisfaction individuelle d’adhérents n’est pas l’objectif du monde associatif. Le sport pour soi est très souvent utilitaire et peu ouvert sur la rencontre des autres. Mais le loisir sportif correspond à une modalité de pratique quantitativement plus importante que celle du sport de compétition.

Clubs et Collectivités : des principes à respecter

45Quelle que soit l’option sportive retenue par un club, des changements sont à opérer dans les relations entre clubs et collectivités territoriales. Nous les regroupons ici en trois catégories, d’abord ceux qui concernent en priorité les clubs, ensuite ceux qui sont liés à l’utilisation des aides publiques, enfin ceux qui concernent les politiques sportives publiques.

Définir et partager une culture de club

Assurer un fonctionnement associatif

46Le fonctionnement du club est très souvent de l’ordre de l’informel, ce qui rend presque impossible la connaissance des instances de décision. Il est nécessaire de choisir clairement entre une communauté associative (les adhérents participent à la vie du club), une structure associative (une instance dirigeante, en principe le Bureau, gouverne et offre des activités aux adhérents) et une association de services (les usagers payent les services rendus).

Respecter la culture du club

47Annoncer clairement le mode de fonctionnement du club n’est pas suffisant. La culture du club, celle qui est proclamée à l’extérieur, doit être respectée par tous. Or, lorsqu’on observe attentivement les comportements de certains responsables, on s’aperçoit que les intérêts personnels ou les habitudes comportementales dominent assez souvent. Nous ne citerons, ici, que deux exemples provocateurs : dans l’option du sport éducatif, la moralité d’un animateur qui jure, fume ou boit, n’est pas compatible avec l’objectif d’éducation de jeunes sportifs ; dans l’option du sport fédéral de compétition, l’esprit partisan, tourné vers le seul résultat sportif, est incompatible avec le discours vantant le partage de valeurs. Il est nécessaire que les dirigeants élus du club vérifient en interne les comportements de chacun.

Accepter les contraintes de la vie publique

Clarifier le rôle du club sur un territoire

48L’existence, au plan national, de plus de cent sports codifiés et d’une multitude de sports non codifiés crée un espace de concurrence sur un territoire local. La tradition ne peut servir d’argument pour maintenir des acquis et restreindre l’émergence de nouveautés. Des « non-dits » de la stratégie actuelle des clubs sont à prendre en compte pour penser les changements nécessaires.

49La gratuité, ou la faible cotisation, est considérée comme un argument de service public. Cette option, caractéristique du cas français, n’est pas retenue dans d’autres pays, ni dans le loisir sportif. Chaque club doit comprendre que si la compétition sportive est une activité formatrice, il n’est pas obligatoire qu’elle soit totalement prise en charge par la collectivité publique. Un des changements envisageables est de basculer une partie du financement assuré par les Collectivités territoriales vers les adhérents ou les usagers.

50La mise à disposition gratuite d’installations adaptées n’est pas extensible à toutes les associations. Une association qui veut se créer est libre de le faire, mais l’exigence d’une aide communale (locaux ou subventions) n’est pas généralisable. En particulier, il est financièrement anormal qu’une fédération définisse des normes d’équipements, parfois accessoires, dont les Communes doivent assumer ensuite le coût.

51La stratégie qui consiste à avoir le plus d’adhérents ou à recruter le plus d’usagers potentiels pour apparaître comme un club supérieur aux autres, faire admettre que le sport proposé est le plus important, ou montrer que le club est attractif, est une pratique anormale si ensuite le club demande à la Collectivité territoriale de faire face à ses nouveaux besoins, notamment en installations.

Clarifier les relations avec les Collectivités

52La répartition territoriale des sports doit devenir un critère important pour décider de l’aide à apporter aux clubs. L’intercommunalité est une solution potentielle. Des réalisations existent : syndicats intercommunaux pour la gestion d’équipements sportifs, fusions associatives pour rationaliser les aides publiques… Des difficultés gestionnaires surgissent pour gérer des équipements : localisation, répartition des charges financières, sécurité des manifestations (le Maire est officier d’état civil, pas le Président d’une communauté). Mais, ce sont les résistances idéologiques qui sont les plus tenaces : les clubs sont perçus comme une vitrine de l’action municipale (et dans le cas des clubs universitaires de l’action universitaire). Des changements de référence territoriale doivent s’opérer parallèlement à l’évolution des responsabilités territoriales.

53In fine, après la clarification des objectifs et du mode de fonctionnement d’un club, celui-ci devrait signer une convention de coopération avec une Collectivité territoriale, prévoyant une forme de « délégation de service public » officialisant les droits et devoirs de chacun. La collectivité fournit des aides en subventions, installations, et services techniques. Le club s’engage à remplir une mission définie au plan des objectifs, des activités proposées, du nombre d’adhérents, de leur participation financière, du type d’encadrement, de l’utilisation et de l’entretien des installations, des critères d’évaluation de ses actions… Actuellement, les débats au sein des Offices municipaux des sports (OMS) souffrent de deux handicaps, celui de rassembler des représentants d’organismes associatifs ou scolaires et donc d’exclure les « autonomes », celui d’être voué à s’occuper essentiellement de la répartition de moyens.

Définir une politique sportive liée à la politique globale de la Collectivité

54Il n’existe pas de débat politique sur l’utilité sociale du sport en France. Ni le Parlement (députés et sénateurs), ni les Conseils régionaux, généraux, municipaux ne sont des instances de débat sur les orientations sportives de la société (à ce niveau-là, les partis politiques sont étonnamment unanimes dans leur absence de position). Rappelons que la politique sportive, définie en 1960, consistait à améliorer la représentation nationale (seul, le sport de compétition était présent dans l’espace social) et que le Parlement avait voté des lois-programmes pour faire construire des installations sportives par les Communes. La loi de 1984 (remplaçant la première loi de 1975), plusieurs fois amendée, attribue aux fédérations sportives un rôle majeur, sans que la priorité donnée au sport de performance n’ait fait l’objet d’un débat public. Au plan local, la décision d’un Conseil municipal de créer, par exemple, une installation sportive dépend de la pression d’un club local qui joue de l’argument électoraliste pour obtenir l’équipement qui lui convient. Plus récemment, en 2009, la création de stades adaptés au spectacle du football professionnel a fait l’objet de tractations, à l’occasion du vote d’une loi relative à la « relance économique », pour utiliser des fonds publics si les « grands stades » étaient qualifiés d’intérêt général. La place du sport professionnel dans la société n’a pas été abordée.

55Le rôle de l’État et des Collectivités territoriales est discuté pour des secteurs de la vie publique comme la culture, le cinéma, la télévision, l’éducation, les transports, le code du travail, l’environnement, non seulement pour les aspects financiers, mais aussi pour les aspects politiques et sociaux. Ce n’est jamais le cas pour le sport, en France, ce qui ne semble pas déranger les dirigeants sportifs qui préfèrent agir par des relations personnalisées.

Bilan

56Le bilan de cette réflexion ne peut être que provisoire et incomplet. Quelques idées majeures sont toutefois à rappeler. Une Commune, qui favorise les clubs engagés dans un championnat fédéral en croyant répondre à un besoin global, est influencée par la politique sportive nationale. Un club ne peut se prévaloir d’un idéal sportif basé sur la valorisation personnelle par la domination des autres, en déclarant assumer un service d’intérêt général. L’espace communal est traditionnellement la référence pour les clubs, alors que les adhérents sont intercommunaux (les enquêtes montrent que la moitié des adhérents d’un club réside dans les communes avoisinantes). La Commune ne peut être le seul horizon du sport.

57On peut en conclure que les politiques sportives locales sont tributaires de références vieillottes, auxquelles tiennent les dirigeants traditionnels des clubs tournés vers le sport de compétition. On doit aussi signaler que dans cette réflexion sur les changements dans les relations entre clubs et collectivités territoriales, quelques aspects n’ont pas été abordés. Le sport professionnel fonctionne sur le modèle du marché du spectacle et ne peut servir de repère pour les clubs amateurs. Les territoires urbains (agglomération) et ruraux (communauté de communes) imposent des réponses différentes à la question des relations entre clubs et collectivités. Les clubs universitaires ne sont peut-être pas différents des autres clubs (aujourd’hui, l’enseignement supérieur accueille plus de la moitié d’une classe d’âge, contre 5 % quand les clubs universitaires ont été « inventés »).

58Pour terminer ce questionnement sur les relations difficiles entre clubs et collectivités territoriales, il est tentant d’écrire que les élus sont trop souvent influencés par les discours des médias, qui réduisent le sport à l’apparence des performances, et que les dirigeants sportifs ne veulent pas croire ce qu’ils savent, c’est-à-dire prendre en compte des évolutions dont ils ont conscience qu’elles détruisent leurs références traditionnelles.

Débat

Jean-Paul CALLÈDE

59Un grand merci à Pierre Chifflet pour la qualité de son intervention. Je vous propose d’ouvrir immédiatement le débat.

Alain BRAUN, Paris UC

60Je vais aborder trois points mais rassurez-vous je serai bref.

61Le premier point nous ramène plusieurs décennies en arrière. Je veux parler du débat qui s’est précisé dans les années 1960. Il avait eu lieu, de façon restreinte peut-être car les pratiquants sportifs étaient bien moins nombreux qu’aujourd’hui, mais la commission Borotra avait envisagé plutôt un « sport pour tous » alors qu’en définitive, c’est le sport de compétition qui l’a emporté.

62Deuxièmement, on a parlé à plusieurs reprises des valeurs dans le domaine sportif et on a cité, par comparaison, la musique, la culture, etc. Je me demande si ce n’est pas un peu par méconnaissance parce que si on analyse les comportements de l’individu qui participe à un orchestre symphonique, à un groupe culturel, il y a peut-être aussi des richesses dans ce domaine-là. Et je me demande parfois ce que le sport peut revendiquer comme exclusivité, en termes de valeurs, de socialisation, par rapport à d’autres domaines d’activité volontaire.

63Enfin, le troisième point concerne un aspect qui n’a pas été évoqué. Les clubs, les collectivités sont exposés à des choix, etc., mais nous n’avons pas mentionné l’influence des médias qui ont tendance, certainement pour des raisons économiques, à idéaliser toutes les notions d’éthique, de réussite, etc.

64Deux exemples : le titre de L’Équipe Magazine de ce matin est « Loeb le chouchou ». Or je ne vous apprendrai rien en précisant que le champion paye ses impôts à l’étranger !

65Deuxième exemple que tout le monde connaît également : le modèle Zidane invoqué comme un modèle de sportif. Il est aussi devenu le modèle « coup de boule », tout comme le modèle Armstrong est le modèle du dopage. Il y a dans tout cela comme un masque, y compris celui de l’engagement caritatif de ces personnes, par rapport à ce qui nous est donné de savoir.

Pierre CHIFFLET

66Je vais esquisser quelques réflexions, peut-être en guise de réponses.

67Le sport, dès lors qu’il est envisagé par rapport aux autres activités culturelles, ouvre sur un débat complexe. On cite le sport comme valeur culturelle mais ceux qui ne s’y intéressent pas peineront à lui reconnaître le statut d’activité culturelle. Et ne l’aborder que comme une activité culturelle fait perdre de vue la performance, la compétition, le record, les classements, etc., autant de catégories qui sont partie prenante du sport.

68Cette difficulté s’explique en partie par le fait que, dans d’autres domaines culturels, on n’a pas de fédérations nationales omniprésentes, pas d’organisme qui coordonne l’activité. Les gens qui font de la musique, de la peinture, du théâtre, du cinéma, de la littérature, etc., peuvent aller et opérer dans les domaines qu’ils souhaitent, il n’y a pas une référence susceptible de réglementer ce type d’activité à l’exemple d’un Comité International Olympique pour les sports. On pourrait dire la même chose à propos du CNOSF, des fédérations, des ligues, etc. Cela positionne la vision du sport différemment. L’offre y est déjà pré-réglementée, pré-organisée. Pourquoi joue-t-on au football à 11 et pas à 13, pourquoi joue-t-on au basket à 5 et pas à 4 ou à 7 ? Cette discussion existe parce qu’il y a une prégnance de la réglementation dans la tête des gens et le sport loisir a tendance justement à rejoindre ce genre d’activités.

69Deuxième réflexion, sur les médias : il est vrai que, non pas les dirigeants sportifs parce qu’ils ont connaissance du concret, mais les élus sont très fortement influencés par les médias.

70Je viens de finir un mandat de président de communauté de communes, et j’ai donc une vision d’élu territorial. Je suis complètement effaré par le niveau de réflexion des élus communaux. Sur le sport, cela dépasse tout entendement. Le maire d’un village dit, en s’adressant à la communauté de communes : « On a eu des bris de vitres, on a failli cambrioler l’école, nous devons créer nos terrains de basket sinon on aura des problèmes. » Autrement dit, faire du sport est censé résoudre tous les problèmes de société. Le discours en est à ce niveau-là. Mais en même temps il est aussi très identitaire : le sport se doit d’appartenir à la commune. Je demande à la communauté de communes de m’aider à construire, mais je construis pour moi seul, pour ma commune. La compétence sport, si elle commence à être prise en compte dans les agglomérations, où les problèmes sont à peu près semblables, elle est encore très difficilement prise en compte dans les communautés de communes, sauf pour parfois gérer une piscine ou un gymnase. Mais pour un club dit intercommunal, on butte sur le discours des médias, c’est-à-dire sur la vision que cela renvoie toujours, ou à une entité privée – les courses automobiles, les équipes de cyclistes – ou une entité publique – les communes pour tous les sports collectifs. Les sports individuels échappent un peu à cette vision-là, mais on ne sait jamais d’où vient le champion. Personne ne sait d’où vient le champion olympique sur 100 mètres nage libre, ni à quel club il est affilié.

71Les médias, effectivement, ne travaillent que sur le haut niveau, que sur le professionnalisme et c’est un des problèmes auquel se heurtent les clubs lorsqu’ils veulent passer par ce canal d’information. Si on raccroche le sport de masse, qu’il soit fédéral ou de loisir, à cette vision du sport professionnel, on est dans une difficulté très forte pour trouver des solutions.

72Finalement, le modèle américain hypercapitaliste, hyperlibéral, hyperéconomique, reposant sur les ligues professionnelles, n’est-il pas plus sain du point de vue social ? C’est une entreprise avec des franchises, on fait de l’argent, les sportifs se dopent ou pas, on admire le spectacle, il y a peu de supporters, il y a beaucoup d’images véhiculées avec des frites, des chips, du coca-cola, etc. Dans les stades, c’est une ambiance un peu particulière. On va vers ce modèle-là, en France, et ailleurs qu’aux États-Unis, dans certains sports au moins, mais on ne veut pas y aller complètement puisque dans l’organisation actuelle des championnats l’on continue à prévoir les montées des meilleures équipes et les relégations des moins bonnes. C’est un problème sur lequel, à mon avis, il faut insister, les médias nous parlent du sport professionnel avec des pages et des pages qui sont consacrées au sport spectacle. On déplore le silence qui accompagne l’activité des clubs de proximité qui opère à des niveaux non spectaculaires, et donc non médiatiques. N’est-on pas en train de vivre les derniers moments d’une activité sportive qui était celle de l’essentiel du xxe siècle et qui disparaîtra au xxie ?

73Je suis effaré par un autre aspect : le nombre d’enfants qui font du sport virtuel, devant leur ordinateur. Les indices chiffrés de ce nouveau public commencent à dépasser le nombre de ceux qui en font sur le terrain. On est aussi dans un tout autre monde. Mes deux petits-fils sont des managers du Tour de France. Ils entraînent Clermont-Ferrand et essayent de faire en sorte que Clermont batte Biarritz de plus de 100 points, c’est-à-dire qu’ils interviennent sur l’action des joueurs qui sont marqués avec leur numéro, leur nom, leur visage, qui sont numérisés dans l’appareil. C’est valable pour le cyclisme, pour le football, etc. Ils sont ou des joueurs ou des managers ; ils investissent leur esprit compétitif, leur esprit d’initiative et leur dynamisme dans quelque chose qui est complètement virtuel. C’est aussi un aspect à prendre en compte, sur lequel nos valeurs anciennes d’humanisme sont très fortement remises en cause.

Patrick CHEVALLIER

74Par rapport à ce que l’on disait sur le sport professionnel, la question que l’on pourrait se poser aujourd’hui est de savoir s’il ne faut pas envisager un choix radical, entre le sport professionnel qui est du spectacle, du business, et le sport tel que vous le connaissez, avec ses valeurs, ses idéaux… Mais est-ce que cela ne remet pas en cause les Jeux olympiques ?

75Dans le sport olympique aujourd’hui, on fait rentrer des professionnels puisqu’on voit les meilleurs joueurs NBA de basket aux Jeux olympiques. N’est-on pas, quelque part, déjà un peu en dehors du respect des valeurs et de l’éthique du sport, avec des pratiques qui finissent par justifier les moyens mobilisés, quand bien même ils sont illicites ou discutables ?

Pierre CHIFFLET

76Je crois sincèrement que tant que l’on n’aura pas différencié les ligues professionnelles des fédérations, on sera « dans la panade ».

77Il y a d’autres moyens de trouver des financements si c’est nécessaire, si les pouvoirs publics le veulent, mais il faut complètement autonomiser les deux domaines, ils n’ont plus rien à voir ensemble. C’est la loi du marché, l’économie du spectacle marchand. Effectivement, ce modèle de sport rentre dans le CIO. Le CIO est incontestablement la multinationale la plus forte. Coca-Cola ou McDonald’s, ou d’autres, vous vendent au moins quelque chose. Le CIO a réussi à vendre rien extraordinairement cher. Il ne vend rien, il vend l’idée des Jeux olympiques. L’organisateur le paye pour pouvoir organiser les Jeux olympiques, il ramasse les droits de télévision. Il vend du vent, il vend les anneaux, il vend la possibilité d’utiliser les anneaux et l’ambiance. Le CIO s’est donc transformé en multinationale économique très forte. Il accepte encore les amateurs mais il finira par les abandonner. Y aura-il deux Jeux olympiques ? Peut-être. Le sport ne peut pas échapper aux évolutions sociales. La crise économique, crise financière d’abord, crise de démence de certains financiers qui provoquent des remises en cause économiques, qui met en cause l’unique idée du marché, va-t-elle modifier nos perceptions ? Jusqu’à maintenant, nous sommes dans une vision d’un monde qui fonctionnait sur « je suis grand, je suis bien et je suis beau parce que je gagne beaucoup ». On ne peut pas imaginer que le sport puisse échapper à cela ; des dirigeants inspirés peuvent essayer de freiner le processus, de poser des valeurs humanistes, mais peu à peu le sport se fait manger.

Matthieu TRENIT, Toulouse Olympique Aviation Club

78Je voudrais rebondir d’abord sur ce que vous venez de dire sur les Championnats du monde ou les Jeux olympiques. Il y a déjà des Championnats du monde qui existent aujourd’hui pour les SDF. On a l’impression que tout fait sport et que le sport est une clé indispensable à notre société. Je trouve cela un peu bizarre de s’attaquer aux catégories sociales.

79Deuxièmement, en ce qui concerne le virtuel, aujourd’hui si de nombreux jeunes s’intéressent beaucoup plus au virtuel qu’au réel, c’est parce que le virtuel est disponible immédiatement. Pour le réel, on doit attendre qu’un créneau se libère, on a une contrainte majeure, on doit se déplacer, etc., et le jeune est quelque peu paresseux aujourd’hui. Le virtuel est donc disponible et il suscite beaucoup moins de frustrations. On peut recommencer, on peut battre son copain, on n’a pas de contraintes derrière. Quant au réel, les infrastructures ne sont pas toujours disponibles quand on veut. Leur accès coûte cher et les gens n’ont pas forcément les moyens de s’y rendre régulièrement. Derrière, il existe une énorme frustration : quand on perd contre quelqu’un, on doit laisser le terrain parce que l’on ne peut pas forcément rester. La frustration reste et continue, on se met à jouer contre des personnes parce que l’on est dans des clubs sectorisés, on ne peut pas jouer contre toutes les personnes de la région. Dans un club donné, il y a dix, quinze ou vingt personnes dans un sport individuel, qui sont meilleures que vous, vous allez systématiquement perdre, vous allez rentrer chez vous, dégoûté.

Pierre CHIFFLET

80Ne faut-il pas lutter contre cette individualisation des comportements sociaux ? Un des objectifs des clubs n’est-il pas de renvoyer vers du réel, du concret ? Car si on laisse croire à un enfant ou à un adolescent qu’il peut supprimer tous les problèmes, toutes les contraintes sociales, politiques, religieuses, il risque de rester enfermé dans son monde. C’est peut-être là qu’il faut lutter. Ramener les gens sur terre, c’est un des projets que peuvent avoir les clubs. Il n’est pas facile de faire du sport. Être champion olympique, même en étant professionnel, c’est quand même un sacré pari individuel. Je n’ai pas d’admiration sociale particulière pour des champions. Nous avons fait allusion à Zidane ou à Armstrong, je les admire en tant que techniciens du spectacle, mais individuellement, en tant que personnes, je ne les connais pas et ils ne m’apportent rien. Mais ils se sont confrontés tout de même à leurs compatriotes, à leurs adversaires, aux entraîneurs, au terrain, au ballon, à la pluie, etc., et ils sont rentrés dans le monde du concret. Le sport, tel que l’on en discute là, d’ailleurs, a encore quand même ce rattachement au concret et c’est peut-être une dimension qui mérite d’être développée par rapport à la virtualité des jeux qui peut être dangereuse. Il n’est pas question de tout dénigrer. Dans les jeux virtuels, il y a un certain nombre d’aspects positifs – le réflexe, la réflexion, la mémoire, etc., – mais il y a aussi le danger de s’isoler dans le cyber-espace, qui n’est sûrement pas un espace public au sens où la question a été introduite et débattue hier.

Robert DENEL

81À vous écouter, si j’étais un élu, je ne ferais pas faire de sport dans ma commune... Ceci étant, j’ai bien compris que vous avez mis l’accent sur un certain nombre d’excès ou de dangers.

82Revenons au sujet qui nous préoccupe, à savoir l’échelle des collectivités locales. Je pense très sincèrement que c’est à ce niveau-là que l’on peut réinventer un sport qui va convenir au plus grand nombre, à la condition que les élus ne copient pas le modèle fédéral classique. Il existe et il a porté des résultats ; on ne va tout de même pas nier ce qu’a fait le mouvement sportif en France. Il y a quand même de belles choses qui se passent tous les dimanches sur les terrains, de belles choses entre les jeunes et les anciens, entre des pratiquants qui appartiennent à des quartiers, à des communes, à des milieux différents. Ne noircissons pas le tableau.

83On parle de sport virtuel. Il ne s’agit pas de lutter contre le sport virtuel, mais de proposer quelque chose qui sera plus crédible. Or, nous n’abordons pas le sujet, nous dénonçons, nous observons toute une série de déviances, mais nous ne proposons rien. Il nous faut être sur ce terrain-là, sur celui de la proposition, en avançant les bonnes raisons.

84Il y a une chose majeure qu’on ne saurait nier, ce sont les clubs omnisports et la concertation à l’échelle communale. C’est en mettant des citoyens qui ne font pas de sport dans un club avec ceux qui en font de manière traditionnelle, que l’on trouvera des solutions innovantes et nouvelles qui permettront de lutter contre un certain nombre de tendances. La commune a une responsabilité majeure.

85J’ai été secrétaire général d’un OMS et vice-président de la FNOMS. Je les ai quittés parce que je pense qu’ils n’ont pas compris que l’Office municipal des sports n’avait plus de sens. Il a eu un sens après la seconde guerre mondiale puisque Jean Sarrailh l’a mis en œuvre parce qu’il n’y avait pas de service des sports. L’idée de l’Office municipal des sports est de rassembler tous les acteurs d’une commune, y compris les acteurs non institutionnels, pour essayer de mettre en place une politique municipale, un projet du sport. Vous avez dit qu’il n’existait pas de lieu. Cela existe dans certaines communes, qui mettent les choses à plat et qui arrivent à des choses absolument remarquables. Malheureusement, cet office municipal est devenu un bureau qui se confond avec le service. On a l’impression qu’il donne des informations descendantes, et non pas qu’il contribue à favoriser une réelle concertation. Il y a tout un travail à faire à ce niveau-là.

86Je parlais des clubs omnisports. Effectivement, il faut tout relativiser. C’est en mettant les gens en rapport les uns avec les autres, avec des habitudes qui ne sont apparemment pas compatibles, que finalement on arrive à trouver des solutions innovantes, intéressantes.

87Mon fils est champion du monde de planche à voile. Cet après-midi il s’occupe de jeunes du club. Il va voir ce qui se passe sur le terrain de temps en temps, il communique ce qu’il ressent en faisant du sport de haut niveau, et il écoute les jeunes qui, eux, le font autrement. C’est cela qu’il faut mettre en œuvre, c’est-à-dire mettre en rapport des gens qui ont des approches différentes, et non pas les séparer, les cloisonner. Si on veut changer le sport en France, si on veut donner des réponses, il faut proposer des choses qui vont le faire évoluer. C’est plus difficile. Mettons-nous ensemble pour travailler, pour mettre les choses à plat à l’échelle de la commune. C’est un préalable indispensable.

Christian PELTIER, Administrateur de l’UNCU

88Une suggestion dans cette réflexion de Robert Denel : ne pourrait-on pas proposer de créer des jardins publics sportifs ouverts à tous, en utilisant des espaces communaux qui pourraient être aménagés, reconditionnés, et peut-être permettre d’engendrer des évolutions dans le sport, le sport nature par exemple ?

Pierre CHIFFLET

89Le local est le lieu de pratique depuis toujours. C’est effectivement l’État, avec les fédérations au sens d’organismes nationaux, qui ont défini la manière de faire du sport pendant de nombreuses années.

90Pourquoi ne pas rassembler les gens, faire des jardins sportifs, des parcs, etc. ? Mais quel est l’objectif d’un club ? L’une de ses missions peut être de faire du titre, du championnat. Le sportif qui nage 7 ou 8 heures par jour peut y trouver son plaisir, son propre développement. Il peut s’engager comme un violoniste, un chercheur, etc. Il peut se réaliser. C’est une voie possible, mais cette voie est relativement minime rapportée aux effectifs de la population en général. Il est à craindre que, rapidement, on constate que les catégories de sportifs et de sportives engagés dans des modèles de pratiques bien spécifiques (le haut niveau, la compétition de masse, le loisir récréatif, l’entretien individuel) n’aient pas grand-chose à échanger.

Robert DENEL

91Donnons les moyens aux clubs de ne pas être ce que vous dénoncez. Je m’adresse ici aux élus des collectivités territoriales pour qu’ils prennent cela en considération car ils ne le font pas. Dans ma commune, on ne donne de l’argent qu’à ceux qui ont des résultats sportifs, pas aux clubs qui s’occupent du plus grand nombre. La Maire de Lille, Martine Aubry, est venue nous voir en disant que ce que nous faisions était remarquable mais qu’il fallait le faire pour tout le monde. Je lui ai donc répondu qu’il était indispensable de nous donner de l’argent pour que tout le monde puisse faire du sport et bénéficier de l’accueil du club. Or elle n’en donne pas. Est-ce que c’est le sport qui doit financer le sport du plus grand nombre, ou est-ce que ce sont aussi le secteur social, le secteur jeunesse, le secteur du handicap, etc., qui doivent y contribuer ? Le sport doit-il tout financer ? Il faut peut-être envisager des co-financements. À l’échelle d’une commune, est-ce à sept adjoints de mettre en place une politique sportive ou est-ce seulement du domaine de l’adjoint aux sports ?

Michel LEVY, Syndicat d’agglomération Nouvelle Ouest Provence

92Je ne suis pas élu, mais directeur général adjoint du secteur des sports et de la culture à Istres, et je travaille au quotidien sur l’ensemble du domaine sportif et culturel au niveau de l’agglomération.

93Quand vous évoquez l’absence de débat au niveau d’une véritable politique sportive locale, cela montre malheureusement qu’il y a encore beaucoup d’efforts à faire. Il est vrai qu’au niveau des élus, il est absolument nécessaire aujourd’hui de ne pas considérer que les collectivités soient uniquement liées à la gestion d’installations, mais qu’elles doivent aussi s’occuper de l’animation, ce qui est primordial.

94Quand vous disiez tout à l’heure qu’il n’y avait pas de compétence forte au plan du sport sur les communes ou sur les formes d’intercommunalité, il faut, me semble-t-il nuancer le propos. Les comités d’agglomérations par exemple sont liés au principe de spécialité, de faire le choix de telle compétence en matière de sport, si c’est pris en tant que compétence optionnelle, etc. Cela amène le débat et oblige au débat. Je crois que c’est quelque chose qui commence à se réaliser dans certaines communautés d’agglomération où des commissions sport réfléchissent sur le sujet. Il ne faut pas dire non plus que chez les élus, dans les collectivités locales, il n’y a aucune réflexion là-dessus, ce n’est pas vrai. Cela évolue à l’heure actuelle, dans le bon sens tout de même.

95Par rapport à cette intercommunalité, il est vrai que l’on ne peut pas avancer, ou qu’on avance très difficilement, sur des clubs intercommunaux, parce que les règles fédérales permettent difficilement que des clubs, dans un sport donné, puissent se rassembler. Il y a donc là un travail à faire sur le plan fédéral qui n’existe pas encore aujourd’hui, ou qui existe très peu.

96J’ai eu l’impression qu’il y avait souvent confusion entre ce qui est lié au service public et à l’intérêt général. Vous parliez d’usagers en parlant de clubs, et vous parliez aussi d’adhérents. Je fais la séparation entre les deux. Au niveau des choix de solutions qui sont à faire, peut-être que les collectivités ont aussi un rôle à jouer dans ce rôle d’animation du sport sur la cité, sur le lieu de vie. Une des solutions que nous avons choisie sur Istres au niveau de l’équitation – un sport souvent considéré comme étant du domaine du privé – a été la création d’une régie personnalisée à caractère commercial, et la séparation entre d’une part la vie associative – où l’association existe et s’occupe du loisir –, et d’autre part la compétition. C’est peut-être à ce type d’exemple ou d’illustration qu’un intervenant faisait allusion à l’instant.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search