Version classiqueVersion mobile

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Sport et éducation table ronde »

Christian Reina

Texte intégral

Animée par Christian REINA,
Attaché principal d’administration de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur

1avec la participation de :

2Éric TOURNIER, représentant Jean-Louis BAGLAN, Inspecteur d’Académie de la Haute-Garonne

3Jean-Michel SAUTREAU, Président de l’USEP

4Louis CASTEX, Président du Pôle de Recherche et d’Enseignement supérieur « Université de Toulouse »

5Gérard AUNEAU, Professeur d’Université, UFR STAPS de Toulouse

6Jean-Michel MARTIN, Secrétaire général adjoint de l’UNCU

Christian REINA

7Voici venu le moment d’ouvrir une nouvelle table ronde qui abordera cette fois-ci le sport et l’éducation. Je vais donner tout de suite la parole à M. Éric Tournier pour qu’il nous expose sa façon d’envisager le thème.

Éric TOURNIER,
Représentant Jean-Louis BAGLAN, Inspecteur d’Académie de la Haute-Garonne

8Poser la question du sport et de l’éducation, pour moi, va revenir à me demander avec vous quelle est la contribution du sport à l’éducation. J’aurais pu faire le raisonnement inverse et me demander quelle est la contribution de l’éducation au sport. Sachez que c’est une question qui ne nous est pas du tout étrangère et j’en veux pour preuve le travail que nous menons autour de la scolarisation des sportifs de haut niveau. C’est une revendication de plus en plus importante aujourd’hui, non seulement des fédérations sportives, des clubs sportifs mais aussi des parents, que d’avoir une véritable éducation pour venir non seulement en appui de la pratique sportive, mais aussi en appui de la préparation de la vie future.

9Pour introduire ce point-là, je crois qu’il est important d’identifier les problématiques essentielles de l’éducation pour savoir comment le sport peut donc y contribuer.

10Aujourd’hui, en France, il y a deux problématiques essentielles autour de l’éducation.

11La première problématique est d’élever les niveaux d’éducation et de formation. Nous connaissons tous le contexte de la mondialisation et les avantages que peuvent en tirer les économies développées. Ces avantages sont la formation et le niveau d’éducation de leur population. Clairement, la loi fixe les objectifs suivants à l’école en termes de formation de la jeunesse :

  • 100 % d’une classe d’âge doit atteindre ce que nous appelons « le socle commun de compétences et de connaissances », autrement dit ce que doit savoir un jeune en termes, non seulement de connaissances, mais de savoir-faire, de savoir être, quand il quitte la scolarité obligatoire à 16 ans ;
  • 100 % des jeunes doivent sortir de l’école avec un diplôme : on en est loin puisque aujourd’hui 10 à 15 % d’une classe d’âge quitte l’école sans avoir pu certifier le moindre diplôme ;
  • 80 % d’une classe d’âge au Baccalauréat. Non seulement on est loin de cet objectif, mais on en est de plus en plus loin puisque, dans les années 90, 67 % d’une classe d’âge allait jusqu’au Baccalauréat, contre 63 % aujourd’hui. Par conséquent, la performance de l’école a reculé ;
  • 50 % d’une classe d’âge doit obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur. Là aussi, nous en sommes loin puisque nous sommes aux environs de 34-35 %.

12Deuxième grande problématique de l’école et deuxième grande attente de la société par rapport à l’école, c’est que la société contribue à créer plus de cohésion sociale. Nous savons que notre société connaît des tensions, que l’ascenseur social et l’intégration fonctionnent moins bien, que des institutions intégratives ne fonctionnent plus – je pense à la conscription qui pendant des dizaines d’années a joué ce rôle d’intégrateur. On attend donc de l’école, d’autant que la famille peut parfois être défaillante sur ce plan-là, qu’elle transmette des valeurs, qu’elle apprenne aux jeunes ce qu’est la vie collective, quels en sont les ressorts, comment apprendre à vivre avec l’autre, comment accepter l’altérité.

13Donc, pour résumer, la société attend de l’école deux grandes missions : la transmission des connaissances et des compétences, et la formation de futurs citoyens. C’est ce qui est écrit à l’article 2 de la Loi d’Orientation d’avril 2005.

14Par conséquent, je vais essayer de voir avec vous comment le sport peut contribuer à cette double mission que l’éducation doit remplir.

La transmission de connaissances

15L’Éducation physique et sportive, aujourd’hui, est une réalité de l’enseignement qui commence très tôt et qui se poursuit jusqu’à la fin du lycée. L’EPS accompagne l’élève durant toute sa scolarité, de la petite section de maternelle jusqu’au Baccalauréat.

16De la petite section jusqu’au CM2, les enfants ont 3 heures d’EPS par semaine.

17Au collège, ils ont 4 heures en 6e puis 3 heures en classes de 5e, 4e et 3e.

18Au lycée général et technologique, ils en ont 2 heures par semaine. Et dans le cadre de la réforme du lycée professionnel – puisqu’il va former désormais tous les jeunes en trois ans au Baccalauréat comme le lycée général et technologique – il y aura suivant les années soit 3 heures, soit 2 heures d’enseignement d’EPS.

19L’EPS est une matière obligatoire au Baccalauréat, en même temps qu’une option facultative. Tous les élèves ont un coefficient 2 au Baccalauréat et certains élèves peuvent avoir un coefficient 4, voire 5, en fonction du cumul de l’option et de la spécialité.

20À ce sport scolaire faisant partie des programmes, il faut bien sûr rajouter deux autres composantes du sport scolaire :

21– l’USEP dans le premier degré. Au niveau national, un peu moins d’un million d’élèves fréquentent l’activité sportive à travers l’USEP, sur le hors temps scolaire.

22En Haute-Garonne, 2 500 élèves pratiquent ainsi le sport et environ 500 adultes les encadrent.

23– l’UNSS dans le second degré, avec le fonctionnement de l’association sportive. Chaque chef d’établissement est président de l’association sportive de son établissement. Au niveau national, on compte un million de pratiquants. C’est un effort budgétaire important puisque l’État finance 3 heures du temps de service des enseignants d’EPS pour faire vivre l’association sportive. En Haute-Garonne, 560 enseignants participent à l’association sportive pour 14 000 licenciés et 1 250 jeunes officiels – parce que le sport scolaire, ce n’est pas simplement former des sportifs, amener à la compétition, amener à la pratique corporelle, mais c’est aussi former de jeunes officiels, autrement dit former des jeunes qui vont permettre la pratique du sport dans le respect des règles et dans le respect de l’autre.

24Nouveauté depuis maintenant deux ans pour le sport scolaire et sa contribution à la formation des jeunes et à leur réussite, c’est l’Accompagnement Éducatif, le sport après l’école ou l’école après l’école plus généralement, dans tous les collèges ainsi que dans les écoles élémentaires qui font partie de ce que nous appelons les Réseaux Ambition Réussite, et que vous connaissez peut-être mieux sous l’ancienne appellation de ZEP. Sachez ainsi que, d’après nos comptes, suivant les écoles et les collèges, c’est 8 à 10 % de la population scolaire qui pratique deux fois, trois fois, quatre fois par semaine, gratuitement, une activité sportive au sein de l’établissement.

25À noter ici que le financement de l’accompagnement éducatif est double, bien évidemment l’Éducation nationale pour ses enseignants, mais aussi le CNDS (Centre national pour le développement du sport) qui permet à des clubs sportifs d’intervenir aux côtés de nos enseignants.

26Donc, l’EPS est une discipline ; à ce titre-là c’est un vecteur de réussite. C’est un vecteur aussi d’estime de soi pour des élèves qui parfois n’ont pas forcément tous les talents dans toutes les disciplines, c’est une évidence. C’est un moteur aussi dans les établissements pour faire réfléchir l’ensemble des enseignants aux pratiques d’évaluation. Les enseignants d’Éducation Physique et Sportive sont en avance sur l’évaluation, ils ont fait progresser déjà de façon importante l’évaluation par compétences, ils ont progressé dans la façon de prendre en compte les différents niveaux des élèves. Et il y a peut-être ici une façon de faire réfléchir les professeurs qui ne raisonnent que par termes de notes et de moyennes, et pas forcément par la construction progressive de savoirs faire et la prise en compte de niveaux différents de départ, pour savoir là où l’on arrive et pour mesurer donc les progressions.

27Je vous disais que l’école est face à une autre problématique qui est celle de savoir vivre ensemble. Bien évidemment, il n’y a pas de sport sans valeurs, et je voudrais vous dire que la transmission des valeurs par le sport s’opère à l’école, et au collège en particulier, à travers le socle commun de compétences et de connaissances.

28C’est une nouveauté qui va prendre de plus en plus d’importance. À la rentrée prochaine, nous aurons d’ailleurs la mise en place, au collège et à l’école, des livrets de compétences pour essayer d’attester progressivement de la construction de ces compétences par les élèves. Des compétences qui ne seront plus présentées de façon disciplinaire, et c’est en cela une révolution culturelle que de, progressivement, ne plus raisonner en français, mathématiques, histoire, anglais, etc. Parmi les sept compétences que les élèves doivent acquérir, il y en a trois dans lesquelles l’Éducation physique et sportive joue un rôle, et en particulier dans cette formation de citoyens éclairés, connaissant et acceptant l’altérité.

29Ces trois compétences sont :

  • la culture humaniste, à savoir les valeurs de notre société, de notre pays, mais aussi les valeurs du sport comme le respect d’autrui par exemple ;
  • les compétences sociales et civiques, c’est-à-dire vivre avec l’autre, vivre en respectant les règles. Quand je dis « vivre avec l’autre », c’est vivre avec tous les autres, à savoir tous ceux qui peuvent être différents : ceux qui n’ont pas tout à fait le même niveau de pratique que soi, et ceux qui peuvent présenter quelques différences, par exemple de genre. Les garçons et les filles sont tout à fait capables de faire du sport ensemble, et c’est aussi une bonne façon d’intégrer les élèves porteurs de handicap. Dans de nombreux établissements qui accueillent des élèves handicapés, les professeurs d’EPS et beaucoup de leurs collègues trouvent les moyens de les faire participer à toutes les activités pour montrer que chacun a sa place dans notre société ;
  • la compétence de l’autonomie et de l’initiative : travailler soi-même, travailler avec les autres, être capable de conduire un projet, de progresser dans l’acquisition d’une compétence, d’une connaissance.

30Ce sont donc ici les domaines sur lesquels l’Éducation Physique et Sportive contribue à former nos élèves.

31Nous savons bien, dans l’Éducation nationale, à quel point le sport est un facteur d’éducation. Je reviens au point de départ pour vous dire que nous avons aussi, dans le sens inverse, de plus en plus de demandes pour que l’éducation contribue à une pratique sportive raisonnée et sur le long terme.

Jean-Michel SAUTREAU,
Président de l’USEP

32Plaçons-nous dans un contexte pour essayer de dire qui nous sommes. L’Éducation nationale vient de parler en la personne de Monsieur l’Inspecteur d’Académie adjoint, qui a les deux pieds dans l’Éducation nationale.

33Nous, nous avons un pied dans l’Éducation nationale et un pied à l’extérieur. Pour autant, il nous faut avancer un pied après l’autre, mais toujours bien plantés sur nos deux jambes. C’est comme cela que je vais me permettre de vous inviter à un tout petit voyage, que je pourrais presque présenter comme allant du local au planétaire, et je vais m’en expliquer.

34Nous avons un pied dans l’Éducation nationale parce que nous sommes de l’Éducation nationale, et ce depuis 70 ans car, quand l’USEP est née en 1939, le Toulouse UC avait 10 ans. C’est un double anniversaire en quelque sorte puisque nous avons fêté nos 70 ans cette année. Il est important de le dire parce que ce type d’événement se produit dans des circonstances particulières, les choses ne sont pas arrivées par hasard et c’est toujours pour faire référence à un certain nombre de valeurs qu’il est utile de le rappeler.

35Deux pieds qui nous permettent d’avancer et de dire qu’associer systématiquement et d’emblée sport et éducation ne doit pas nous empêcher de poser un certain nombre de questions, au niveau local comme au niveau planétaire.

36Le sport est-il éducatif ? La réponse ne peut pas être donnée, me semble-t-il. Mais on pourrait entendre une autre question : y a-t-il besoin d’éducation dans le sport ?

37Qu’est-ce que le local pour nous ? C’est l’école. Mais quand on dit école, il faut entendre à la fois le lieu d’enseignement, au travers de l’Éducation physique et sportive, et toute sa périphérie. Le terme de périphérie va nous amener justement à aller un peu au-delà de l’enseignement de l’Éducation physique et sportive, en essayant de dire tout simplement que dans « EPS », il y a aussi le « S » de sport, de sportif, et que ces termes-là méritent d’être regardés d’un peu plus près.

38Nous sommes de l’école publique et ce terme est tout à fait important dans la définition que nous donnons de notre fédération sportive scolaire. L’école publique, c’est d’abord l’école de tous, et c’est aussi l’école pour tous, en tout cas pour tous ceux qui veulent y être accueillis ; c’est la République qui dit cela. Entendre dans « école de tous » et « école pour tous » déjà des principes forts ancrés dans notre société, des principes éducatifs, peut-être d’ailleurs le premier principe éducatif, le premier point d’ancrage de l’éducation.

39École de tous, école pour tous, c’est mettre en évidence ce que nous appellerons, et que le texte nous donne, « mission de service public » également, donc « au service de tous ». Nous nous mettons au service de tous.

40Quand je disais « un pied dans l’Éducation nationale », c’est de par notre fonctionnement ; « un pied en dehors », c’est parce que nous agissons volontairement, en plus, dans le cadre des activités hors temps scolaire. Cet acte volontaire de l’enseignant du premier degré est évidemment notre spécificité. Prendre la parole dans un lieu universitaire nous honore tout en rappelant, que, nous, nous sommes en charge de jeunes qui ont entre 3 et 11 ans. Par définition, on parle d’éducation à ces âges-là, mais l’explicité relève aussi d’un certain nombre de devoirs qu’il nous faut mettre en évidence.

41École de tous, école pour tous, école publique, c’est cette mission qui nous est à la fois donnée, et que nous nous donnons.

42Cette éducation, comment la définir dans le travail qui est le nôtre ?

43Le premier point d’ancrage pourrait être tout simplement le fait de parler de culture sportive, car nous sommes bien dans le « S » de EPS, que ce soit dans le temps scolaire ou dans le temps périscolaire, et nous pouvons parler de sport. Il y a bien une culture sportive, y compris en termes d’enseignement, sur tout ce que je ramènerai, non pas simplement mais directement, à une technicité en terme d’apprentissage – on ne lance pas le poids n’importe comment par exemple. Cette culture sportive n’est absolument pas rejetée, bien au contraire. Ce lieu, entre 3 et 11 ans, qu’est l’école, et sa périphérie, permet l’acquisition d’un certain nombre d’éléments qui relèvent directement de la culture sportive.

44Mais je crois qu’il faut aller plus loin que la seule culture sportive, sans la dévaloriser bien entendu, et parler de culture générale qui prend appui sur le sport et tout ce que le sport peut véhiculer, aussi bien dans des sens positifs que négatifs bien entendu. Cette culture générale, par l’apprentissage des choses, mais aussi et surtout l’apprentissage de soi, c’est d’abord pour nous, éducateurs, la prise en compte de chacun et de chacune. Je dis bien chacun et chacune puisque ce matin le terme de mixité a été mis en avant en disant simplement qu’à l’USEP et à l’école la question ne se pose pas. Le principe de la mixité est déjà donné de fait. Il n’y a pas un sport pour les garçons et un sport pour les filles ; il y a des activités qui peuvent être normées, connotées, mais qui se vivent ensemble puisque c’est la prise en compte de chacune et chacun. On ne se demandera pas si les filles doivent être sur le terrain de rugby pour parler de rugby, on ne se pose pas la question.

45Quand le Ministère, en termes de contrat d’objectifs, nous demande le nombre de garçons et de filles présents dans notre fédération, nous avons la plus grande difficulté à répondre parce que, a priori, nous ne nous posons pas cette question. L’activité physique et sportive est à destination des enfants tout simplement.

46Ce qui nous importe, c’est la prise en compte de chacune et chacun, mais dans la notion essentielle, sur un plan d’éducation, de rôle.

47Le premier rôle du sportif est de vivre le sport à plein, par l’activité, de lui-même, mais c’est aller plus loin, la notion de rôle au travers du sport en général. Nous avons parlé d’arbitrage, on peut parler de chronométreur pour aussi faire la relation avec d’autres champs disciplinaires dans le cadre des enseignements de l’école. Prenons le rôle de supporter, par exemple. N’y a-t-il pas là, dès lors qu’on fait référence à ce terme de supporter, un besoin urgent d’éducation dans le sport et aujourd’hui, en particulier, ne serait-ce qu’au titre du comportement qu’il suppose ? « Supporter » renvoie dans l’esprit de chacun ici à des images très négatives, violentes en quelque sorte. À nos âges, par ce travail d’éducation sur la notion de rôle, il nous semble que nous pouvons associer, sans difficultés mais avec beaucoup de devoirs et de contraintes, les termes d’éducation et de sport.

48C’est l’intégration de chacun, qui ne peut se faire que par la prise en compte de la diversité. Nous ne travaillons pas par hasard avec la Fédération Handisport et avec la Fédération de sport adapté mais parce que nous faisons partie de l’Éducation nationale, que nous sommes des républicains, qu’il y a une loi, la loi de 2005, et que pour nous, en termes d’éducation, il est un principe fondamental, c’est que tous les enfants doivent être respectés et doivent être partie intégrante de ce qu’est notre cœur de métier qui s’appelle, non pas la compétition, mais la rencontre sportive. Et dans cette rencontre, aucun enfant n’est mis de côté, tous les enfants sont pris en compte, l’important étant justement de mettre en évidence la diversité et de l’accepter, de s’accepter, d’accepter l’autre tel qu’il est. En termes d’éducation comme de sport, cela nous semble absolument essentiel et fait référence très rapidement à de nombreux thèmes transversaux qui sont cités tout à fait habituellement, et qui sont présents chez nous aussi parce que nous nous voulons vecteur d’éducation par le sport. Parlons de la santé, du développement durable, on trouvera d’autres thèmes au fil du temps, mais l’intérêt est bien la prise en compte de chacun dans le respect.

49Pour faire vivre ces rôles, dans notre structure, nous n’avons pas de clubs, mais des associations d’écoles. Le terme « association » est fort riche et ne dévalorise en rien le terme « club ». Ne les opposons pas. Mais dans « association », par rapport à tout ce qui est éducation et sport, éducation par le sport et sport pour l’éducation, la notion d’association permet de mettre en évidence les forces et les qualités de chacun.

50Et c’est là que le voyage prend peut-être un peu plus d’ampleur et s’accélère un peu, car si le seul sujet qui nous intéresse est bien l’enfant, par « association », il faut entendre que l’adulte est de plus en plus présent. L’adulte accompagne, il travaille, il est éducateur. Dans l’association d’école USEP, cet adulte n’est pas qu’enseignant, il est aussi parent. Une école sans parents n’est pas l’école pour laquelle nous nous battons depuis 70 ans. Mais cet adulte est aussi éducateur au sens large, et il arrive d’horizons divers. Et l’on ne peut pas revendiquer, comme nous le faisons, le statut de fédération sportive, scolaire, dans le mouvement sportif français, sans reconnaître les compétences, les qualités, les qualifications d’acteurs sportifs issus des fédérations sportives, dans un espace structuré.

51Nous devons reconnaître la collectivité territoriale au travers, en particulier, non seulement de sa politique mais de ses acteurs, et de toutes les qualifications, toutes les compétences entrant dans sa ligne politique.

52C’est bien par association qu’il faut entendre la mise en commun des compétences, mais aussi des forces pour un projet éducatif sportif. Et nous agrandissons le cercle, toujours autour d’un même sujet qu’est l’enfant, essentiellement l’enfant. Et cet ensemble, qui se veut éducatif tout en étant sportif, se doit d’être harmonieux, ce qui nous amène sur un dossier, celui de l’accompagnement éducatif, qui a été évoqué précédemment.

53Dans sa définition, l’accompagnement éducatif est censé mettre en évidence la place de différents acteurs, mais travaillant ensemble pour un même projet. L’USEP s’est positionnée très vite sur les propositions qui avaient été faites, pour dire qu’elle se reconnaissait dans ce temps de l’accompagnement éducatif parce que, justement, il permet de mettre ensemble différents acteurs pour un projet partagé, mais il faut poser des conditions.

54La première de ces conditions est que ce temps ne doit pas supplanter le temps d’éducation physique et sportive à l’école. C’est toujours la première condition que nous avons mise en avant.

55La deuxième condition est que cela ne peut se vivre effectivement qu’ensemble, que ce soit un projet nécessairement partagé, autrement dit que ce temps ne soit pas le temps du club – où on fait exactement la même activité que dans le club – ou alors la même chose que l’éducation physique et sportive, où là ce ne serait que pour quelques élèves volontaires et donc au détriment de ceux qui n’y seraient pas. Il faut donc inventer cet espace et, si le contour est défini, lui donner du contenu. C’est pour cela que nous travaillons avec un certain nombre de fédérations à l’écriture de ce temps-là parce qu’il nous semble important et intéressant, à la condition que ce soit un temps partagé, construit, accepté par les uns et les autres, sans occulter personne.

56Tout cela donne l’obligation de pousser les murs de l’école. On ne peut pas prôner une école ouverte sur la vie et rester enfermé entre ses quatre murs. Il est difficile de prendre en compte tous ces nouveaux acteurs qui gravitent autour de l’école ou qui sont susceptibles d’y entrer. C’est peut-être à l’école d’aller un peu au-delà de ses murs et de vivre ce projet avec d’autres acteurs.

57Mais quand on est enseignant, dès que l’on sort de la classe on est dans un espace beaucoup moins protégé. Et c’est là que la notion de planétaire entre en compte.

58Dès que l’on sort de ces murs, l’aspect planétaire entre en compte parce que l’on reçoit énormément de choses, et pas toujours avec des filtres. Et c’est là que se pose le problème de la relation directe entre éducation et sport. Nous avons fait le choix de travailler avec la Société du Tour de France par exemple, où il y a énormément de dérives, de dopage, etc. L’enfant, s’il n’est effectivement pas protégé, va recevoir l’information sans le filtre nécessaire de l’éducation en quelque sorte. Tout est reçu, il nous faut donc mettre en évidence un certain nombre d’éléments, de facteurs facilitants pour aller vers un regard critique du monde du sport. Être en capacité de travailler de manière critique, en terme de culture générale, c’est se servir du sport, se servir soi-même, servir le sport, mais effectivement, au travers de ces filtres, associer sport et éducation car cette association n’est pas si évidente que cela.

59Pour terminer, je dirai simplement qu’il y a bien un sport scolaire dans le premier degré, même si on pense que « sport = compétition », et parce que l’on ne ferait pas de compétition il n’y aurait pas de sport, et bien si. Il peut y avoir un sport, il y a un sport éducatif dans ce premier degré à l’école, son objet est l’éducation par le sport. Une défense en terme de revendication, que nous ne cachons pas, c’est la défense de l’école physique et sportive à l’école et, d’une manière plus large, c’est défendre l’accès aux pratiques, défendre ce droit indéfectible pour chaque enfant à l’activité physique et sportive, simplement pour l’aider à grandir.

Louis CASTEX,
Président du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur « Université de Toulouse »

60Je vais vous présenter ce qu’est un Pôle de Recherche et d’Enseignement supérieur puisqu’il y en a douze en France. Ce sont de nouvelles entités créées par une loi de 2006 qui permet aux universités de se regrouper au sein d’établissements publics de coopération scientifique (EPCS).

61Il faudrait voir ces EPCS comme des lieux où l’on essaie de faire des choses positives entre nous, que l’on ne ferait pas indépendamment ou que l’on ferait moins bien indépendamment des uns des autres. Ce peut être des services numériques par exemple. À Toulouse, nous avons un service interuniversitaire de coopération documentaire, une université numérique en région, autant de choses que nous développons et qui n’auraient pas été développées par chacun des établissements, aussi grands soient-ils puisque l’université qui a le plus d’étudiants ici comporte 28 000 étudiants, mais l’EPCS lui-même que je précise représente 90 000 étudiants. C’est donc une autre dimension qui s’impose dans le système. Nous devons être le deuxième ou troisième pôle universitaire de France, bien évidemment après Paris, et à peu près au même niveau que l’université de Lyon.

62Venons-en au sport qui existe déjà, soit sous forme de composante interne aux universités. Il y a des services universitaires pour les activités physiques et sportives. Il existe également un service interuniversitaire d’activités physiques et sportives qui a un mal fou à exister d’ailleurs parce qu’il y a des problèmes sur la manière de financer ces structures, de doter ces structures d’équipements sportifs, sur la manière de les faire fonctionner aussi parce que l’on trouve assez peu de volontaires. Pour autant les enseignants qui sont affectés dans les établissements s’identifient assez bien aux établissements et à leurs pratiques éducatives au sein des universités auxquelles ils sont affectés, et aux grandes écoles. Sur Toulouse, nous représentons 16 établissements, 6 fondateurs, il y a trois universités principales et une dizaine d’établissements de nature grandes écoles, école vétérinaire, école d’architecture, etc., qui complètent le panel. Tout cela fait 90 000 étudiants et un ensemble de soucis collectifs qui sont assez larges. Chacun de ces éléments dispose de ses propres structures en général d’activités physiques et sportives, parfois avec le sport obligatoire d’ailleurs. Certains de ces établissements impose le sport comme une pratique obligatoire, ce qui est assez intéressant en soi, parce qu’ils reconnaissent par là que le sport est une nécessité absolue qui fait partie d’un cursus universitaire et qui, pendant les cinq ans de formation, du niveau post-Bac au niveau Master ou d’École d’ingénieur, va permettre à quelqu’un de garder la pratique sportive et de rester au contact de cette pratique, tout en ayant d’autres occupations par ailleurs. Il y a également des pratiques musicales par exemple qui sont possibles, qui permettent de développer également des talents que les gens ont en eux, qu’ils soient sportifs ou musicaux, mais aussi d’avoir des pratiques basiques, n’ayant rien de talentueux, mais qui sont un mode d’épanouissement, un mode d’ouverture sur le monde et un mode d’appréhension de ce qui nous entoure.

63Notre prétention est de réussir à monter d’un cran tout cela ; nous supportons également le Toulouse UC et ses 80 ans. Sur la plate-forme de Toulouse, nous allons essayer de faire en sorte que le Service interuniversitaire d’activités physiques et sportives – puisque nous sommes en phase de contractualisation sur Toulouse – soit au niveau d’interétablissements, parce que c’est le niveau qui nous semble le plus pertinent en fait pour offrir une palette de capacités sportives et d’équipements suffisants puisque les étudiants pourraient être plus nombreux à pratiquer du sport avec une proximité plus grande, une accessibilité plus grande et des équipements mieux adaptés.

64Nous sommes en train de faire un schéma immobilier dans le cadre de l’opération Campus, vous avez certainement entendu parler de cette opération au niveau national, qui permet, sur un certain nombre de sites, de réaliser une rénovation des systèmes universitaires, comme on le fait régulièrement parce que les établissements négligent la phase de maintenance de leurs équipements et qu’il faut régulièrement refaire les travaux. Et là, nous sommes partis d’un autre point de vue : nous faisons un schéma directeur pour l’ensemble du système, qu’il soit éducatif ou de recherche, qu’il concerne les équipements autres – logements étudiants par exemple – ou les équipements sportifs. Ce que l’on a pu constater sur Toulouse par exemple, c’est que les équipements sportifs sont situés dans une île où aucun transport en commun ne va. C’est particulièrement astucieux d’isoler les gens à ce point-là. Mais depuis qu’il existe un casino, peut-être que les transports en commun vont se développer.

65On envisage donc de revoir un peu toute la maquette de distribution des équipements avec les collectivités territoriales et les porteurs de l’opération Campus au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de façon à redistribuer les cartes en termes d’équipements. Par exemple, l’Université de Toulouse 1 a envie de créer des équipements sportifs en plein centre-ville, ce qui donne lieu à de gros conflits avec le Préfet de Région. Avoir des équipements de qualité en plein centre-ville nous paraît quelque chose de pertinent, sachant que l’on constate un mouvement démographique actuellement, c’est que presque tous les étudiants veulent habiter en ville où ils trouvent un lieu d’épanouissement et de vie.

66C’est vraiment un souci d’aménagement pour nous, c’est-à-dire essayer de faire en sorte que l’on s’adapte au mode de vie actuel, aux besoins actuels et à la vie actuelle de nos étudiants.

67En dehors des filières APS classiques, dont c’est le métier, la valorisation du sport en monde universitaire est assez compliquée. On parle beaucoup de l’engagement citoyen des étudiants, mais je crois qu’il faut introduire également la notion d’engagement sportif. La citoyenneté peut passer par l’engagement sportif et il faudrait certainement le valoriser au travers du système européen de crédit ECTS qui est maintenant bien implanté un peu partout.

68Concernant le droit des étudiants, on constate que de nombreux étudiants ne veulent plus payer de droits complémentaires, car ils considèrent la plupart du temps que tout leur est dû. Nous avons un mal fou à équilibrer des budgets, nous voyons des différences et disparités dans les équilibres de budgets qui sont tout à fait ahurissantes. Quand on compare les dotations du SUAPS de Bordeaux et du SUAPS de Toulouse, il y a quatre fois plus pour Bordeaux que pour Toulouse. Nous avons donc des surprises sur les inégalités en nombre d’étudiants. Bordeaux a beaucoup plus d’argent que Toulouse.

69Je participe au Conseil d’administration du SUAPS de Toulouse et quand on voit cela, on a l’impression de ne servir à rien.

70Ensuite, nous avons des difficultés avec les sportifs de haut niveau par exemple. Pour ma part, j’ai eu affaire à de nombreux sportifs de haut niveau qui sont finalement des professionnels gagnant à peu près dix fois ce que gagnait le professeur de sport, et avec des difficultés de gestion parfois assez grandes avec les clubs professionnels auxquels ils appartiennent sur le statut juridique qu’ils ont ; et on redoutait à tout instant qu’ils se cassent la figure dans un de nos escaliers parce que l’on craignait le procès avec le club qui allait nous en vouloir parce qu’ils seraient indisponibles pour le reste de la saison.

71Il y a là aussi des difficultés juridiques qui ne sont pas très claires pour nous. Certaines universités les ont réglées en considérant les sportifs de haut niveau comme des étudiants en formation continue, mais ce n’est pas un biais très satisfaisant.

72Enfin, vous avez évoqué le handisport. Nous avons à Toulouse un centre pour les étudiants handicapés. Auparavant, ces derniers n’avaient aucune possibilité après le Baccalauréat de faire des études à Toulouse, ils devaient aller à Grenoble ou à Paris. Nous essayons donc de résoudre ces problèmes-là en améliorant l’accessibilité grâce à des résidences, des équipements sportifs et des équipements éducatifs adaptés. Il y a donc une prise en considération importante. Quand on parlait de mixité, il n’y a pas seulement la mixité filles et garçons, mais également la mixité de toutes origines, et surtout avec les étudiants handicapés qui méritent notre plus grand respect parce que les études ne sont pas simples pour eux.

73L’Université de Toulouse a été créée en mars 2007 par un décret, avec la volonté de mutualiser positivement les choses et d’essayer de faire en sorte qu’ensemble on fasse un peu mieux que ce chacun faisait. J’espère que nous pourrons le faire dans d’autres sites universitaires. Hier, nous avions une réunion à Paris de l’ensemble des établissements de notre nature avec la Conférence des Présidents d’Université, ainsi que la Caisse des dépôts et consignations, pour justement aller vers cela. La Caisse des dépôts et consignations peut être, pour vous, un biais intéressant à voir, car elle cherche à s’investir dans le monde universitaire actuellement. Ils disposent d’une petite fortune, de l’ordre de 150 milliards d’euros, et ont aussi une mission de service public. Je crois que le fait de les sensibiliser à ces problèmes-là n’est pas inintéressant parce que, dans leur mission de service public, ils veulent aider au développement des territorialités et des différentes activités qui sont formatrices au niveau citoyen.

Gérard AUNEAU,
Professeur d’Université, UFR STAPS de Toulouse

74En préambule, je souhaiterais axer mes propos sur la notion d’éducation à la santé. Je sais que l’Université Sportive d’Été de l’an dernier a abordé cette question, mais je voudrais peut-être la resituer dans une démarche un peu plus globale et par rapport, en particulier, au constat que nous avons pu faire, avec Stéphane Diagana, dans le cadre d’une mission qui nous a été confiée par Valérie Pécresse, Roselyne Bachelot et Bernard Laporte, sur le développement du sport à l’université.

75Je crois que cette question d’éducation à la santé est fondamentale parce qu’elle pose le problème de santé publique à travers une autre perspective : celle de la sédentarité. Et quand on connaît les dégâts provoqués par la sédentarité, il est bien évident que l’on constate, même s’il y a eu des évolutions ces deux ou trois dernières années en France, que les principaux acteurs qui sont interpellés par ce problème de santé publique ont beaucoup de mal à mettre en musique une démarche concertée et une politique volontariste.

76Il y a eu quelques initiatives fort heureusement, mais personnellement, en tant que président d’une fédération sportive non compétitive, qui est la FFEPGV que j’ai présidée pendant douze ans, j’ai eu beaucoup de mal à faire passer ce message puisque la politique que nous avons menée sous ma présidence était essentiellement liée à l’activité physique et à la santé. Nous avons pratiquement doublé nos effectifs à cette période-là, uniquement sur ce programme.

77Aujourd’hui, on constate qu’il existe encore un certain nombre de réticences, y compris de la part du public lui-même, qui est de plus en plus sensibilisé, mais particulièrement de la part du jeune public qui, compte tenu de son âge, a du mal à vraiment intégrer les effets dévastateurs de la sédentarité. Il faut sans doute avoir un langage positif, mais je souhaiterais, dans un premier temps, avoir un discours interrogatif. Car le rapport de l’OMS sur la santé dans le monde, qui date de 2002, indique clairement que 60 % des 56 millions de décès par an, dans le monde, et 47 % de la morbidité de l’incapacité sont dus aux maladies non transmissibles. Que représentent les maladies non transmissibles, quelles en sont les causes ? Il y en a six qui sont bien répertoriées : l’hypertension, le cholestérol un peu élevé, une faible consommation de fruits et légumes, la surcharge pondérale et l’obésité, la sédentarité et le tabagisme. Cinq de ces causes sur six sont liées à l’activité physique et à l’alimentation.

78On parle de l’environnement, qui est un problème majeur, mais j’aurais tendance à vraiment comparer le problème de la sédentarité à celui de l’environnement. Le cri d’alarme est aussi grand car, si on ne fait rien, les prévisionnistes indiquent que d’ici 2020, c’est 73 % de la mortalité dans le monde qui sera due aux maladies non transmissibles. Et quand on connaît les dégâts qui sont déjà occasionnés dans les pays sous-développés par tout ce qui est viral, ce chiffre prend encore beaucoup plus d’importance.

79Comment définit-on la sédentarité ? Essentiellement lors de quatre moments vécus par chaque individu au quotidien :

  • lors de ses déplacements, s’il se rend au travail, à pied avec les transports en commun, ou en bicyclette. Et là, il faut reconnaître que les Parisiens sont avantagés par rapport aux provinciaux parce qu’ils ont un réseau de transports en commun très dense qui permet de s’accorder avec des déplacements piétons,
  • au travail, avec une activité professionnelle qui immobilise sur le plan physique,
  • dans l’accomplissement des tâches familiales et familières,
  • à l’occasion des loisirs, s’il participe à des activités récréatives ou sportives.

80Cette sédentarité provoque donc 1,9 million de décès dans le monde par an, sans compter effectivement tous les jours de travail perdus sous forme d’arrêts de travail ; les chiffres sont assez impressionnants.

81Devant cette vérité, comment développer une approche préventive par l’activité physique sportive et de loisir ? Car il faut effectivement essayer de bien lier ces trois notions.

82Le problème, c’est de convaincre. Comment convaincre les acteurs institutionnels, ceux qui font de la communication – et en ce moment il faut bien reconnaître que des efforts sont réellement mobilisés sur les grands médias pour sensibiliser le grand public à ces problèmes de santé publique, mais comment passer à l’acte concrètement ? On peut se poser toute une série de questions.

83Comment concevoir et mettre en œuvre un réel plan d’éducation à la santé par l’activité physique ? Les pouvoirs publics, la société civile, les organisations non gouvernementales comme les fédérations sportives, peuvent avoir une influence sur le comportement individuel. On voit que, malgré tout, les intérêts sont un peu divergents, les objectifs aussi et, pour avoir une approche plus globale, il faudrait effectivement une structure susceptible de coordonner l’ensemble.

84Alors se pose la notion de prévention, primaire, secondaire et tertiaire. On peut considérer que la prévention primaire peut être confiée au corps médical parce que cette notion constitue une sorte d’interface entre le milieu médical et le monde sportif, lorsqu’on parle d’activité physique. Il faut effectivement que cette double démarche et cette double compétence puissent réellement se mettre en œuvre, ce qui n’est pas toujours simple. Dans la région Midi-Pyrénées, une initiative a été prise en ce sens mais elle a du mal à s’étendre parce qu’il existe une certaine résistance.

85La prévention secondaire et tertiaire va permettre aux auxiliaires de santé publique que nous sommes tous, sportifs convaincus, que nous avons un rôle à jouer par notre expérience et que nous pouvons la faire partager au plus grand nombre. Ainsi, dans notre entourage, il est possible de s’adresser aux jeunes pour leur faire comprendre qu’au-delà de la pratique compétitive, qui permet d’acquérir un certain nombre de notions essentielles et de qualités quasi inhérentes. Il y a aussi ceux qui ne pratiquent pas la compétition et qui peuvent prendre le goût de l’activité physique et comment.

86Voilà donc cette problématique de sédentarité, avec pour antidote l’activité physique et sportive. Mais comment mettre en œuvre cette dernière ?

87Les collectivités locales peuvent bien entendu jouer un rôle important, car il me semble que cette mise en œuvre ne peut véritablement se matérialiser que s’il y a une volonté politique. Et cette volonté politique passe par un certain nombre de réalités scientifiques. Cette réalité scientifique a eu du mal à se mettre en œuvre et à se diffuser en France ; elle n’est véritablement intégrée aujourd’hui que depuis deux ou trois ans, et c’est le corps médical qui se l’est appropriée et la diffuse, mais il a fallu attendre que le corps médical décide de le faire, alors que l’on avait déjà de nombreux résultats émanant du continent nord-américain en particulier, où la liaison activité physique et santé n’était plus à démontrer sur toute une série d’affections, qu’elles soient liées aux risques cardiaques, au diabète, au cancer aussi. Mais il a fallu très longtemps pour démontrer une certaine relation – même s’il faut la prendre avec beaucoup de précautions – entre activité physique et risque de cancer du sein ou de l’intestin.

88Voilà aussi des moyens d’information extrêmement utiles et efficaces pour interpeller la population.

89Je souhaitais aborder cette question, même si elle avait été traitée l’an dernier, et la resituer par rapport à la notion d’éducation à la santé car, aujourd’hui, il n’y a pas de réponse très concrète qui puisse véritablement permettre de développer cette notion d’éducation à la santé. Des réflexions sont menées, des études sont diligentées et financées par l’INPES, mais nous n’avons pas les réponses concrètes aujourd’hui. Je pense que cela passe aussi par une prise de conscience collective et politique.

90Je voudrais faire le lien avec le rapport établi sur le développement du sport à l’université, qui nous a été commandé par les trois ministres en décembre 2007, et que nous avons rendu le 11 juillet 2008. Pendant cette période, nous avons très largement consulté les acteurs qui interviennent, de près ou de loin, dans le cadre du sport à l’université.

91Nous avons eu des contacts individuels, puis collectifs, nous avons organisé des tables rondes avec différentes thématiques, avec une volonté politique à l’époque, très affirmée, de vraiment mettre en œuvre, ou au moins d’approcher les problèmes, et ensuite de mise en œuvre en fonction des résultats obtenus.

92Nous avons fait sept propositions qui interpellent aussi cette notion d’éducation à la santé.

93Une unité d’enseignement (UE) obligatoire, au moins et au minimum lors de la licence. À Lyon par exemple, tout au long du cursus de licence, le sport est obligatoire, mais dans de nombreuses autres universités ce n’est pas le cas, où effectivement la pratique physique et sportive est facultative. Il y a aussi des universités qui ne peuvent pas non plus répondre à la demande parce qu’il n’y a pas suffisamment d’enseignants ni d’installations sportives pour recevoir l’ensemble des étudiants.

94Ceci était la clé d’entrée. Nous avons convaincu, avec Stéphane Diagana, la Conférence des Présidents d’Université, qui nous avait invités fin mai 2008 et qui avait trouvé intéressantes nos propositions. Et, quelque temps après que le rapport a été déposé, elle a un peu « tiqué » sur cette UE obligatoire par rapport à sa mise en œuvre.

95Une UE obligatoire, sans la prise en compte du sport de compétition, en particulier dans le cadre des clubs universitaires, coûte 108 000 heures par an, divisées par 88 universités, ce qui représente environ seulement 1 200 heures par an et par université, pour un semestre obligatoire en licence.

96Si on intègre la pratique compétitive, avec la prise en compte d’une note qui valoriserait la pratique compétitive, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui – aujourd’hui, 1 % des SUAPS prennent en compte, dans la note à donner aux étudiants, la pratique compétitive –, c’est 58 000 heures de plus par an. Ce n’est rien par rapport au volume d’heures supplémentaires que l’université française est obligée d’assumer.

97C’est, semble-t-il, ce qui achoppe aujourd’hui en particulier vis-à-vis de la CPU.

98Un droit sport obligatoire, vous l’avez évoqué tout à l’heure, effectivement on préconise entre 10 et 20 €, c’est un minimum que l’on peut demander aux étudiants pour, en particulier, entretenir les installations sportives, mais les fédérations étudiantes, les syndicats ne sont pas trop favorables pour accepter ce genre de proposition.

99Conforter la santé des étudiants : on a constaté effectivement un grand désert au niveau des étudiants en terme de connaissances de base, en terme d’hygiène corporelle, de pratique physique, etc.

100Même s’ils sont jeunes, des études ont montré que, finalement, les étudiants n’étaient pas en aussi bonne santé que cela. Un certain nombre arrivait à l’université avec certaines difficultés, avec aussi des conduites addictives, en particulier par rapport à l’alcool, qui étaient inquiétantes.

101Là aussi, nous avons essayé de mobiliser en particulier la médecine préventive, que nous avons rencontrée, pour qu’il y ait une action concertée par rapport à cette démarche. Et nous avons aussi proposé une vulgarisation de la notion de compétition. Cette notion est encore trop sélective dans l’esprit des étudiants et, à partir de là, on constate que si elle n’est pas valorisée dans leurs études, il est fort dommage de constater une certaine déperdition d’énergie. Toute une série d’étudiants pourrait effectivement faire de la compétition dans un autre cadre que celui qui est proposé aujourd’hui, ou avec une prise en compte réelle de leur engagement, une reconnaissance effective au niveau de leur scolarité.

102Là, je pense que les clubs universitaires, qui sont très proches des établissements de l’enseignement supérieur, pourraient participer à ce guichet unique, que nous proposons, derrière lequel se trouveraient la FNSU, les clubs universitaires et tous les acteurs. Dans la région parisienne pour des raisons de nécessité, la Sorbonne a une convention avec le PUC pour la prise en compte d’un certain nombre de notes qui sont attribuées dans le cadre de la pratique compétitive. Toute une série de solutions sont possibles, mais faut-il encore que les acteurs se mettent en commun pour agir. Il existe une multiplicité d’acteurs sur le terrain, chacun dans son secteur, dans son monde, quelquefois également de manière un peu fermée, et il suffit qu’il y ait quelques conflits personnels entre les individus pour que ce soit terminé pour des décennies. Ce sont des habitudes qui sont prises et on ne réussit plus à établir de liaisons.

103Aujourd’hui, quelles sont les suites de ce rapport ? Sur les installations sportives, il semblerait que le président de la République ait pris en compte une partie des propositions qui ont été faites, puisqu’il a préconisé le doublement des projets – de 7 au départ, il y en aurait 15 –, à la fois de construction mais aussi de rénovation. Mais pour le reste, en particulier sur l’UE sport obligatoire et sur le droit sport, Madame Pécresse s’est montrée extrêmement réservée et prudente. Autant elle était volontariste lorsque nous avons déposé le rapport, prête même à la rentrée à sortir un arrêté, autant ce n’est plus sa priorité aujourd’hui.

104Ces constats sur cette notion d’éducation à la santé sont malheureusement conformes à ceux que l’on peut faire dans d’autres domaines.

Jean-Michel MARTIN,
Secrétaire général adjoint de l’UNCU

105Les questions de fond ont été abordées par les uns et les autres.

106Je vais simplement vous tracer les péripéties des difficultés à surmonter pour mettre en œuvre un essai de reconnaissance du caractère éducatif du sport.

107La première image du sport pour l’enfant aujourd’hui, c’est bien la télévision, et les Jeux olympiques en tant que tels en sont une démonstration extraordinaire, également avec le football, où l’argent est présent d’abord.

108Voici un petit exemple au niveau de l’UNCU : nous avons souhaité partager avec la communauté éducative un essai de prise de conscience du caractère éducatif du sport, mais au-delà du simple accès à la règle, à la reconnaissance de l’autre. Nous avons souhaité mettre en place une opération qui signifie simplement, puisque c’est la terminologie qu’on lui a donnée, « je veux vivre avec dignité et je me bats pour celle des autres ». C’est l’opération que nous avons appelée « Le message de Colette Besson » et qui est partagée, puisque chaque président du sport scolaire et universitaire présent au CNOSF a accepté de s’engager sur cette problématique. Même les Offices municipaux des sports s’y sont associés et nous avons souhaité que chacun, librement, puisse à partir d’un support de communication actuel – Internet – s’approprier le sujet en essayant de faire en sorte que chaque enfant puisse comprendre quels sont les enjeux futurs de la pratique sportive en matière éducative.

109Pourquoi faire du sport ? Est-ce utile ou pas ? Qu’est-ce que cela peut apporter aux autres et à soi ?

110Ce message de citoyenneté a rencontré, il faut le dire, d’énormes difficultés de mise en place, et aujourd’hui nous sommes toujours en action. En effet, on pense que Monsieur Rogge a mis en place les Jeux olympiques de la Jeunesse en 2010 pour remédier à cette inflation financière des Jeux olympiques, en essayant de faire en sorte que les valeurs de l’olympisme soient remises au goût du jour pour les jeunes. Nous pensions que l’ensemble des éducateurs aurait très rapidement compris quelle était la teneur du message. Nous avons developpé « Le message de Colette Besson ».

111Quelles sont les difficultés que nous avons rencontrées ?

112Tout d’abord, celle de la formalisation. Formaliser pourquoi le sport est éducatif auprès des éducateurs.

113Ensuite, qu’est-ce que partager ? Tout à l’heure, mon voisin a fait un petit lapsus. Quand il a parlé d’accompagnement éducatif, il a bien dit « à côté des enseignants ». C’est révélateur d’une situation où le monde des fonctionnaires de l’éducation est un monde qui fait son travail mais l’investissement est difficile pour eux, dans le sens où ils ont des programmes, toute une organisation qui fait que, aller au-delà n’est pas évident.

114Cette difficulté, nous l’avons également rencontrée auprès du ministère de l’Éducation nationale. Nous avons eu, et nous avons toujours, d’énormes difficultés à faire intégrer au sein du Ministère ce type de message. Je ne pense pas que le Ministère, en tant que tel, ait aujourd’hui cette préoccupation principale de faire le lien entre le sport et le travail réalisé par ces enseignants.

115L’économie aujourd’hui n’est pas intéressée par ce type de message. L’économie est essentiellement concernée par les opérations médiatiques, mais pour ce qui n’est pas médiatique d’une certaine manière, il est évident qu’elle ne suit pas ce type d’opération.

116Au bout du compte, quand on dit que le sport est éducatif en tant que tel, ou peut participer à l’éducation des jeunes, il semblerait que d’abord l’ensemble des cadres, qu’ils soient ministres, enseignants, ceux qui proposent des réformes, soient conscients du fait qu’il faille s’approprier cette notion pour faire en sorte que la jeunesse de demain puisse, non pas être cooptée par l’économie du sport, mais surtout pour des valeurs qui sont des valeurs humaines. Pourtant, ce type de considérations n’est pas suivi d’une écoute en faveur des initiatives qui permettent de les concrétiser. Or, l’université a son rôle à jouer.

Débat

Michel LENGUIN, Vice-Président de l’UNCU

117Dans la préparation de l’opération Campus telle qu’elle est conduite sur Toulouse, vous avez bien sûr pensé à une organisation à travers le sport. Puisque nous fêtons son 80e anniversaire, comment situez-vous le TUC dans cette animation Campus ?

Louis CASTEX

118Le TUC est une association qui mène sa vie et qui a ses propres règles de gestion. Il ne s’agit donc pas pour nous d’interférer avec le TUC qui est une entité légale, qui existe comme elle le souhaite, et que nous soutenons parce que nous partageons ses vues et ses objectifs dans l’animation du sport universitaire.

119Bien évidemment, les entreprises que nous avons missionnées pour mener le schéma d’aménagement vont bientôt commencer leur travail et consulteront l’ensemble des acteurs locaux du monde socio-éducatif, au travers du logement étudiant, de la vie et de l’animation étudiante, et également du sport pour les étudiants. Le TUC sera donc consulté comme d’autres organisations, telles que le SUAPS, qui contribuent à l’activité physique et sportive de nos étudiants. Il n’y a pas de lien particulier.

Intervention

120On constate que les équipes dirigeantes du TUC font un travail tout à fait intéressant et remarquable depuis 80 ans. Quand des systèmes comme cela fonctionnent bien, il faut savoir s’appuyer les uns sur les autres. Nous sommes à leur disposition pour contribuer à leur vision du sport et nous les consulterons évidemment pour les équipements sportifs, les partages sportifs, etc.

121Nous avons actuellement des équipements en synthétique qui servent à tout le monde, ils sont partagés très largement et nous en sommes très satisfaits.

Intervention

122Pour compléter, le TUC a une convention avec les établissements membres du SIUAPS, dont font partie l’INSA, les trois universités, l’INP et à l’époque l’IUFM quand il était autonome. Cela nous permet d’une part d’accéder aux installations sportives universitaires, et d’autre part de recevoir une subvention de ces établissements. En contrepartie, nous payons une quote-part pour l’utilisation des installations sportives universitaires et nous sommes ouverts aux suggestions. Par exemple, des sections du TUC ont été créées à la demande, par exemple, de l’université Paul Sabatier. Il y avait un enseignement de l’ultimate, c’est-à-dire du frisbee : les étudiants voulaient faire de la compétition hors enseignement, et on nous a demandé de créer cette section.

123Par ailleurs, nous avons des conventions aussi pour l’aviron. Le TUC Aviron est en convention avec l’INP et l’aviron de l’INP s’est délégué au TUC Aviron. Nous connaissons donc une coopération à tous les niveaux.

124Pour faire ce que dit Gérard Auneau, cela ne va pas être simple mais on peut travailler dessus. Vu le nombre d’éducateurs et les créneaux dont nous pourrions disposer au point de vue installations sportives, on pourra prendre effectivement des étudiants, mais pas les 80 000 étudiants de Toulouse.

Intervention

125J’ai une question à poser sur le lien entre l’université et le sportif de haut niveau. Il s’avère qu’à l’Université de Toulouse Sciences Sociales où je travaille, les sportifs de haut niveau n’ont aucun aménagement d’horaires du tout.

126Ma fille a été nageuse et nager 20 heures par semaine sans négliger les études est très compliqué. Pourquoi ce phénomène-là, alors qu’à l’INSA, les sportifs de haut niveau font leurs études sur cinq ans au lieu de trois ? Je pense que le même système pourrait être mis en place à l’université Paul Sabatier ou à l’université du Mirail.

Louis CASTEX

127Les problèmes de sportifs de haut niveau, c’est toujours assez compliqué en fonction de la nature des sports.

128C’est un esprit à mettre en place au niveau des enseignants, parce qu’accompagner ces étudiants sportifs de haut niveau est extrêmement complexe. Il faut un tuteur qui les accompagne, qui observe leurs difficultés, leurs problèmes, et qui sache adapter les enseignements.

129En Conseil d’Administration, j’ai rencontré un problème idiot. Nous avons acheté des ordinateurs portables pour un certain nombre d’étudiants qui préparaient les JO de Pékin et qui étaient amenés à des séances de regroupement n’importe où en France sur la nature des sports. Les étudiants ont voté contre l’achat d’ordinateurs portables pour ces étudiants-là, considérant qu’ils étaient privilégiés et qu’il ne fallait pas les accompagner. Même les étudiants, entre eux, ne se font pas de cadeaux et il y a une approche qui est parfois très dure, très complexe.

130Sur le nombre d’enseignants, on en trouve heureusement quelques-uns qui sont assez intéressés par le sport, qui eux-mêmes l’ont pratiqué, et qui accompagnent donc un certain nombre d’étudiants, mais ce n’est pas une règle générale. C’est un travail de tous les jours dans les établissements pour arriver à convaincre, à instaurer un environnement propice, à faire en sorte que les étudiants soient pris en charge.

131Les traitements sont différents suivant les sports, suivant l’environnement que l’on trouve, suivant la bonne volonté des enseignants aussi, parce que, au-delà du paiement des heures complémentaires des enseignants, il y a aussi la volonté d’accompagner quelque part, une attitude humaniste qui n’est pas toujours partagée.

Gérard AUNEAU

132Dans le cadre du rapport qui nous a été demandé, on a abordé cette question. Nous l’avons traitée autour d’une table ronde à laquelle nous avions invité tous les acteurs du sport de haut niveau et en particulier les représentants des fédérations sportives, ainsi que des représentants de l’université.

133Nous avons recensé tous les textes qui pouvaient exister ; nous avons tout un arsenal législatif et réglementaire qui devrait permettre aux étudiants sportifs de haut niveau de bénéficier d’un traitement spécifique, et leur donner la possibilité de vivre un double voire un triple projet : faire des études, préparer une reconversion professionnelle et assumer leur vie d’athlète.

134Tout est donc en place : il y a des circulaires interministérielles, etc. Comme vous le disiez justement, tout dépend de l’état d’esprit des acteurs.

135Les INSA seront les premières écoles en France à mettre en place ce dispositif.

136Nous souhaiterions adopter la même démarche, et convaincre les présidents d’université de mettre en place cette logique, d’abord à travers une UE sport obligatoire, puis d’essayer de la généraliser, pour véritablement faire du sport un moyen éducatif. Aujourd’hui, pour un certain nombre de présidents d’universités, le sport – en termes de représentation – est du même ordre que le théâtre ou la musique. Il est considéré comme une activité annexe, connexe, qui n’est pas véritablement intégrée.

137Alors, pourquoi avons-nous donné comme clé d’entrée l’UE obligatoire ? Parce que, symboliquement, nous voulons institutionnaliser la pratique sportive et faire en sorte qu’elle soit prise comme matière de formation, comme une discipline de formation. Nous connaissons une forte résistance de la part des présidents d’université. C’est donc un problème d’état d’esprit.

138Pour le sport de haut niveau, bien entendu, tout est en place, il suffit que les acteurs veuillent le faire, y compris les étudiants sportifs de haut niveau qui, souvent, ne connaissent pas les dispositifs qui sont en place, et ne peuvent donc rien revendiquer.

139Il y a même le paradoxe suivant : les étudiants sportifs de haut niveau sont moins bien traités que les étudiants qui travaillent et qui revendiquent une trajectoire spécifique dans le cadre de la formation continue.

François NOVELLON, Section Lutte au Toulouse UC

140Vous parliez du rôle éducatif du sport. J’ai été très attentif à ce que vous développiez par rapport au sport et à la santé.

141Effectivement, au niveau de notre démarche, nous développons surtout le côté éducatif et aussi le rôle santé, parce que notre pratique, et notamment la lutte éducative, a pour vertu d’être une activité avant tout de santé, de développement. C’est une activité transversale que l’on peut proposer dans d’autres activités. Nous intervenons par exemple dans le cadre du rugby.

142Je voulais attirer votre attention sur les problèmes que nous rencontrons depuis huit ans. Avec la lutte éducative, nous avons mis en place un projet de vie, de société, et apparemment nous n’avons pas été entendus dans ce sens-là, puisqu’à Toulouse, nous n’avons pas de salle digne de ce nom pour pratiquer la lutte. Nous sommes hébergés par le SUAPS et nous travaillons dans des bâtiments préfabriqués. L’an dernier, une forte grêle a détérioré le toit et il s’avère que maintenant nous ne pouvons plus travailler dans des conditions saines. La pratique de la lutte nécessite de travailler sur un tapis, avec des conditions d’hygiène qui soient correctes. Aujourd’hui, les personnes qui ont des problèmes respiratoires ne peuvent plus pratiquer.

Michel LEVY, Syndicat d’agglomération Nouvelle Ouest Provence

143Je fais donc partie du monde des collectivités territoriales. Il est vrai que j’ai eu, bien que je ne fasse pas partie du monde éducatif, la chance de vivre, au début de ma carrière et jusqu’à maintenant, une expérience qui touche directement l’éducation, au sein du centre éducatif culturel qui se trouve sur Istres et qui est un équipement intégré. J’ai entendu tout à l’heure Monsieur Sautreau parler d’ouverture de l’école sur la vie. Je vous ai entendu parler des difficultés de faire travailler ensemble des structures différentes, de la difficulté qu’il y avait d’ouvrir certaines installations de façon polyvalente, de la difficulté d’avoir des aménagements d’emplois du temps.

144L’expérience que j’ai vécue dès 1970 concernait un collège situé au cœur d’un complexe qui comprenait – et qui comprend toujours – une agence pour l’emploi, un centre de santé, un centre sportif, une salle de spectacle, un centre aéré, un conservatoire de musique, soit 21 établissements en tout. La volonté était de faire travailler tous ces gens ensemble, d’aller vers la polyvalence des locaux, d’aller sur le décloisonnement, de permettre à des enseignants de vivre avec d’autres travailleurs sociaux, d’autres travailleurs éducatifs. Cela avait très bien démarré, il y avait une commission interministérielle, des équipements intégrés qui existaient, une commission de contrôle présidée par le préfet de région, avec le recteur comme vice-président, et des gens qui travaillaient ensemble. Il y avait des élèves qui côtoyaient, au sein de la bibliothèque, des adultes, des adultes du centre de formation. Cela a été progressivement abandonné, même délaissé. La commission interministérielle a disparu. Aucune étude n’a été réalisée sur ce qui était bien et ce qui était mal. Dans une expérience, tout ne réussit pas mais il y a toujours quelque chose à en tirer.

145Aujourd’hui, qu’en reste-t-il ? Il est vrai que les élèves côtoient toujours les adultes, il n’y a pas de fermeture au niveau du collège. Au moment des permanences, ils vont sur les terrains de sport. Cela est rentré dans la vie courante. Les structures se sont pourtant refermées sur elles-mêmes : on est aujourd’hui un des seuls collèges qui soit encore à gestion intercommunale – je crois qu’il en reste deux en France – et il y a une indemnité de non-nationalisation de 100 000 euros. Cela veut donc dire que c’est la collectivité qui s’est retrouvée à prendre en charge cela. Dans un an ou deux, cela passera sur le département et l’expérience va encore se réduire.

146Tout ce qui a été dit montre la difficulté juridique que nous avons en France à faire travailler les gens ensemble. Si progressivement, les structures se sont refermées sur elles-mêmes, alors que les personnes qui y travaillaient voulaient travailler ensemble, c’est pour des raisons financières, budgétaires, juridiques. La Chambre Régionale des Comptes nous a dit, quand elle est venue chez nous, que nous n’étions pas du tout « dans les clous ». Non, effectivement, nous n’étions peut-être pas dans les clous, mais nous travaillions pour la vie sociale de la cité, pour le lien social, et progressivement nous nous sommes refermés sur nous-mêmes. Il en reste des choses parce que c’est un collège qui vit bien finalement, qui est ouvert, qui vit avec des installations sportives qui font que cela a donné une dynamique à la ville d’Istres qui est une ville plus que sportive – elle est connue à ce niveau-là – mais nous nous sommes malheureusement limités, pour des raisons exclusivement juridiques. Tant qu’au niveau de l’État nous ne travaillerons pas sur des commissions interministérielles, nous ne pourrons pas le faire.

Intervention

147Il est évident qu’actuellement nous sommes dans des sociétés qui privilégient des formes d’égoïsme extrêmement fortes dont l’interministériel n’est certainement pas bien conscient. On observe également parfois un isolement chez les jeunes durant les premières années universitaires, où la dépression est un cas très fréquent, surtout chez les jeunes filles. Je crois que le sport peut être aussi un bon moyen pour lutter contre l’isolement, contre la solitude des jeunes qui se retrouvent dans un nouveau contexte, quand ils viennent de quitter leur famille, la campagne ou des milieux divers et variés. Le fait de les inciter à des pratiques sportives, individuelles ou collectives, mais où ils se retrouvent en groupes quelque part pour faire quelque chose ensemble, peut être un excellent moyen de lutte. On se rend compte qu’avec les logements étudiants par exemple, on a de plus en plus de chambres individuelles, de lieux dispersés, où les jeunes se retrouvent seuls hors du contexte habituel. Le sport, à mon avis, est un excellent moyen d’éviter ces phénomènes d’isolement et ces cas de dépression qui sont très nombreux, typiquement chez les jeunes filles. Je ne crois pas qu’elles soient plus exposées, mais je crois que les garçons ont moins de facilités à exprimer ce sentiment de solitude auprès des médecins scolaires et de leurs environnements. Je crois que cela pourrait être un excellent vecteur de cette rupture d’isolement.

Gérard AUNEAU

148Par ailleurs, la mise en commun est aussi source d’économies d’échelle. Vous citiez la Cour des comptes, mais je pense qu’elle serait ravie au contraire de constater un travail en commun. Il y a une déperdition de moyens quand on travaille chacun dans son secteur en ignorant l’autre. Sur Toulouse, depuis de nombreuses années fort heureusement, les installations sportives ont été mutualisées, mais nous avons constaté aussi que dans certaines universités, quand ce n’était pas fait, il existait une forte déperdition de moyens.

149Les installations sportives des établissements scolaires, des collèges, en particulier dans les petites villes, sont fermées à partir de 17 h ou 18 h. Nous avons donc préconisé que les étudiants les utilisent, en soirée par exemple – s’il y a bien évidemment un centre universitaire proche, mais cela pourrait être particulièrement intéressant pour toutes les antennes universitaires excentrées. Il est indispensable de bousculer les habitudes pour engager des changements et ouvrir de nouvelles opportunités.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search