Version classiqueVersion mobile

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 2. « Les droits et les devoirs de chacun. Concordances et contradictions »

Robert Denel

Texte intégral

Présentation par Robert DENEL,
Administrateur général du Lille LC, Secrétaire général de l’UNCU

1Gérard Perreau-Bezouille est actuellement Premier adjoint de la Ville de Nanterre et Co-président de la Fédération française des clubs omnisports. Nous le connaissons bien car il nous a fait le plaisir de venir à plusieurs de nos USE. C’est également un acteur majeur du mouvement des ANS, les Assises nationales du sport.

2La fédération qu’il co-préside avec le Bordelais Patrick Baqué, la FFCO, est très proche, sur de nombreux aspects, de ce que nous, UNCU, envisageons à la fois sur l’analyse du sport d’aujourd’hui, le diagnostic, et sur les solutions qu’il convient de construire, dans le dialogue et la concertation, pour la mise en œuvre d’une adaptation et d’une innovation au sein des clubs, et pour que chacun accède à la culture sportive et puisse faire l’expérience de la vie associative. D’ailleurs la revue FFCO Infos se fait régulièrement l’écho de nos USE, comme c’est le cas pour cette 27e édition qui bénéficie d’une pleine page dans le numéro 99 (p. 34).

3Et cette revue fête actuellement son 100e numéro, qui est aussi l’occasion de faire un récapitulatif des ouvrages publiés à l’initiative de la FFCO, parmi lesquels : Le Club omnisports : frein ou tremplin (2006), La Professionnalisation du club sportif (2007, le Mémento du club omnisports (2008), Omnisports, territoires et événementiels (2008)…

4Je n’oublierai pas de mentionner Regards omnisports, 30 témoignages, un volume qui vient d’être publié pour les trente ans de la FFCO. Ces témoignages se répartissent en quatre « ensembles » : regards historiques, regards politiques, regards sportifs, regards partagés (dans les clubs ou avec les fédérations amies). Jacques Marchand, en qualité de président honoraire de l’USJSF, et Ernest Gibert, président de l’UNCU, ont été invités à témoigner.

5Je vais immédiatement donner la parole à Gérard pour cette première conférence de l’USE qui permettra de nous éclairer sur les « droits » et les « devoirs » de chacun des agents ou groupes d’agents engagés dans le développement du sport. Ensuite, nous ouvrirons un débat.

Conférence de Gérard PERREAU-BEZOUILLE,
Premier adjoint de la Ville de Nanterre et
Co-Président de la Fédération française des clubs omnisports

6Je voudrais remercier l’UNCU, le TUC de m’avoir invité à intervenir lors de cette 27e Université Sportive d’été au double titre :

  • de militant du sport, du sport associatif, de ce que nous avons résumé à la FFCO par la dénomination de « sport vivant », qui porte à la fois de l’activité et de la conviction, conviction que toute construction n’est possible que par la participation active de ceux qui en sont, à un titre ou à un autre, les acteurs. Nos préoccupations sont exprimées dans leur diversité/pluralité dans le dernier ouvrage édité par la FFCO – que je vous conseille bien sûr, non seulement d’acheter mais aussi de diffuser –, Regards Omnisports ;
  • d’élu d’un exécutif municipal, élu d’une « démocratie représentative » dont plus personne ne conteste la crise dans cette fonction de « représentation » des citoyens ; un élu qui s’interroge, qui veut vous interroger et que nous nous interrogions ensemble. Premier adjoint, mes domaines de délégations aujourd’hui sont les finances, la vie urbaine et ville-monde.

7L’occasion m’est donnée ainsi de confronter, sans aucun risque de dédoublement de personnalité, je l’espère, cette double expérience.

D’où je parle ? De Nanterre. La ville productive : place du sport et du club au carrefour de ville à produire/ville à vivre

81) Le sport, comme activité humaine autonome, est, à l’échelle de l’histoire, une activité jeune, liée directement à l’urbanisation. Les villes sont porteuses de nouvelles fonctions productives qui sont essentielles au fonctionnement de la mondialisation au sein de la société postindustrielle. Elles sont le territoire du club qui y participe à une nouvelle productivité sociale construite à partir d’une multitude d’innovations sociopolitiques, économiques et urbaines des habitants.

92) Il y a une place déterminante de l’image de son industrie, mais aussi de l’image de soi, de l’image de l’autre, de sa propre mise en scène, une place nouvelle de la représentation du corps, de son corps. Une place déterminante des médias : en pleine crise de la presse quotidienne, le quotidien le plus vendu est... L’Équipe. Quand Orange décide de sauter le pas pour devenir éditeur de contenu, il choisit d’acheter les droits de la Ligue 1 de football.

Le club dans l’offre et dans le faire, le club autocentré

10La détermination de l’offre globale du club se fait rarement en fonction des attitudes et de la motivation du public (pratiquant et non pratiquant) ou de la société en général, mais plus en fonction d’une « connaissance », d’une « répétition » porteuse certes de tradition, mais aussi d’immobilisme. Le secteur du sport, comme celui de l’art et de la culture, semble incompatible avec cette « mercatique citoyenne » dont la démarche et les outils sont indispensables pour lancer des projets, nouer des partenariats, attirer et fidéliser un public…

11Ces spécificités sont liées aux caractéristiques du sport lui-même, à son « produit » qui peut être défini comme :

  • identifié par un cycle de production intégrant, plus ou moins, un véritable travail de création (« sport de création ») et par un processus de diffusion spécifique (modèle associatif majoritaire, place des collectivités locales),
  • construit à partir de propriétés caractéristiques qui font sa spécificité : il est complexe et s’inscrit dans une temporalité particulière, à la fois durable, éphémère et chronophage,
  • porteur de fortes valeurs symboliques (lien social, rapport au politique),
  • vecteur d’hédonisme et d’esthétisme, impliquant davantage les sensations de ceux qui le pratiquent comme de ceux qui le regardent.

12On observe l’existence d’un « nouveau » pratiquant, qui veut « tout connaître », qui zappe en quête d’expériences émotionnelles, d’authenticité et d’immédiateté. Les clubs sont donc confrontés à des gens plus affectifs, dont les prises de décision se font plus en fonction des circonstances et dont les motivations mêlent individualisme et recherche du renforcement d’un lien social au sein de groupes ou de communautés. Il y a un grand éclectisme des goûts et des pratiques. À l’heure actuelle, le clivage social entre les natures des pratiques tend à disparaître. Entrons-nous dans le « sport liquide », pour reprendre le concept développé par le sociologue Zygmunt Bauman pour caractériser notre société ?

13Les expériences sportives, plus globalement culturelles, vécues par les gens sont de plus en plus diversifiées et « décloisonnées ». Comme il se produit un éclatement des frontières entre culture légitime (élitiste, savante) et culture de masse (populaire, divertissante), il me semble plus que jamais complexe de définir les frontières hermétiques entre des formes de sport ou des facettes du sport qui seraient opposées (sport amateur/professionnel, sport qu’on pratique/sport qu’on regarde, sport encadré/sport libre…). Ce constat remet en cause le modèle de légitimité sportive.

14Cette tendance à l’omnivore peut-elle être captée par l’omnisports ? À quelles conditions ?

15Si je caricature, on peut dire que bon nombre de clubs aujourd’hui – globalement le club, ses dirigeants, ses professionnels, « le mouvement sportif » –, pensent « savoir ». Le club connaît les besoins. Animé par des bénévoles, à qui, de ce fait, quelque chose est dû, il connaît et met en œuvre les bonnes solutions. Tout cela n’amène pas à se remettre en question.

16Lors de l’audit effectué au sein de l’entente sportive de Nanterre, à la question : quels devraient être les objectifs du club omnisports ?, les deux objectifs qui arrivent en priorité sont : « répondre aux attentes de l’ensemble des adhérents » (68 % des réponses) et « créer du lien entre les sections ». Voilà pourquoi j’ajoute que le club est autocentré, tourné sur lui-même.

17Pendant longtemps, dans leur majorité, les acteurs du champ sportif ont revendiqué, dans leur rapport aux pratiquants (ou aux spectateurs), une logique du faire selon laquelle l’activité (ou le spectacle) proposée et le processus de sa production, très codifiés, normés, ne pouvaient dépendre de celui auquel on s’adresse, de ses désirs/plaisirs. Et trop souvent d’ailleurs, cette nécessaire évolution du regard et du traitement, ce besoin de plus le réorienter vers celui auquel on s’adresse, ont été trop simplement assimilés à une logique économique, de marché, se résumant à la vente, c’est-à-dire à la recherche de débouchés pour un produit sportif donné, en s’appuyant généralement sur la communication et les relations publiques, pour réaliser un profit.

18Ne nous y trompons pas : laisser l’adaptabilité, l’écoute, aux tenants des réponses par le marché, c’est leur offrir un formidable espace de développement et de conquête.

19Alors, j’ai envie de vous inviter à deux ou trois débats.

20« La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration » (article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

21De plus en plus de collectivités vont travailler, comme le fait déjà l’État, sur des budgets construits, exécutés par politiques publiques et non plus seulement par direction, par structure, évalués sur la base d’objectifs et des indicateurs qui s’y rapportent afin de :

  • renforcer la fonction d’arbitrage politique en amont grâce à une construction budgétaire directement liée aux objectifs poursuivis,
  • permettre à l’usager-citoyen d’avoir une meilleure lisibilité des politiques publiques municipales et répondre à sa demande de transparence, de co-élaboration,
  • décloisonner les processus de préparation et de suivi budgétaire avec des ambitions de mutualisation, d’optimisation et de lisibilité.

22Il s’agit pour elles, souvent dans un cadre plus vaste de « modernisation du service public », d’adapter sa fonction financière en s’appuyant sur une arborescence (politique publique – objectif – activité) des activités et politiques publiques. Le Contrat municipal est ainsi décliné.

23Dans le même mouvement, on procède à un travail sur les prestations et les bénéficiaires :

  • recenser auprès de chaque secteur les services rendus à la population, la nature des prestations, les mettre en perspective en fonction des publics cibles avec une attention particulière à certaines population (à Nanterre par exemple la jeunesse),
  • identifier les bénéficiaires au moyen d’indicateurs quantitatifs,
  • caractériser ces bénéficiaires au moyen d’indicateurs qualitatifs relatifs aux tranches d’âge, au genre, au quartier d’habitation, au quotient familial.

24Il s’agit ainsi de répondre plus précisément à des questions récurrentes comme : déterminer la valeur du service public, connaître la satisfaction des usagers, rendre des comptes, optimiser les allocations budgétaires, valider une expérimentation…

25L’évaluation se développe car la complexité est croissante, les acteurs et les partenaires – où on retrouve le club par exemple – sont plus nombreux, les ressources plus rares, des choix sont à faire.

26Pertinence, efficacité, cohérence, utilité, efficience sont ainsi interrogées à partir d’indicateurs construits et vérifiés par des instances pluralistes, ouvertes.

27Parmi les onze politiques retenues à Nanterre, ce qui a trait au sport figure dans le thème « Épanouissement de tous ».

28Avec trois objectifs :

  • accueillir les publics et les pratiquants dans des équipements sportifs, culturels et de loisirs dans les meilleures conditions de sécurité et de qualité,
  • développer les activités physiques pour tous,
  • soutenir le sport de haut niveau.

29Ne sommes-nous pas ici au cœur des interrogations proposées comme grille de réflexion pour cet après-midi de travail ?

  • La culture de club, l’éducation par le sport et les politiques sportives territoriale,
  • La culture de club, la santé à tous les âges de la vie et les politiques sportives territoriales,
  • La culture de club, la réussite vers le haut niveau (athlètes, équipes) et les politiques sportives territoriales.

30Ou en phase avec d’autres préoccupations :

31– celles de la FNOMS et son « projet sportif local » : les collectivités locales, premier financeur du sport aujourd’hui, interviennent encore souvent « dans le désordre », sans « projet sportif territorial » partagé, co-élaboré, sans prérogative minimum inscrite dans la décentralisation.

32– ou celles de la FSGT qui dans un tract indique, en direction des collectivités, ses attentes :

  1. Les collectivités locales donnent priorité, encouragent et soutiennent la pratique des activités sportives en associations fédérées,
  2. les collectivités locales mettent en place une politique d’équipements sportifs adaptée à la diversité des publics et des besoins,
  3. les collectivités locales animent des dispositifs de concertation permanente, pour mobiliser et impulser un développement des pratiques sportives éducatives de toute la population.

33Tout cela interroge directement les clubs, leur culture, le rapport à l’originalité du modèle sportif français. Il y a nécessité de rendre des comptes. Trop souvent n’avons-nous pas hésité entre une réelle « mission de service public », qui donne des droits certes mais aussi des obligations, et une indépendance associative (sanctionnée par les seuls adhérents) ?

34La place de l’espace public comme nouveau lieu d’urbanité :

  • interfère avec le modèle classique (les pouvoirs publics investissent dans les équipements, les clubs font l’animation),
  • génère la nécessaire construction de nouvelles transversalités,
  • pose et repose la question de l’identité, des identités, de leurs rapports.

35Appréhender le rapport au local : la revendication d’identité(s) locales – le sport en est –, de « racines », etc., le développement local devient un thème politique majeur. À l’heure de la globalisation, le monde est aussi local. Dimanche 13 mai 2007, Bercy : Nanterre est en finale de la Coupe de France de basket. Mais qu’est-ce qui construit ce soutien, cette présence bigarrée et métissée de 4 000 Nanterriennes et Nanterriens ? Nombre de théoriciens s’efforcent de définir des entités aux périmètres clairs, durables ou immuables, fortement justifiées par la nature, des grands traits culturels ou ethniques, une forte légitimité historique. Mais dans ce monde marqué par la mobilité, la diversité et le polymorphisme des territoires et des liens sociaux, le métissage des cultures, des identités variables à partager émergent, un local pluriel, instable et partiel... Comment le comprendre ? Comment s’organise-t-il ? Quel sens lui donner ? Un beau challenge pour le club du xxie siècle, pour sa culture, perpétuelle évolution ! Les implications politiques et sociales de ces processus par lesquels s’opère la relation entre l’action et le lieu sont considérables.

« La Ville commence lorsque l’on s’arrête »

36Aujourd’hui plus que jamais, l’espace urbain se définit avant tout par les flux, incessants, qui le traversent. Ce mouvement perpétuel empêche souvent les villes de se construire en tant que telles, l’espace public n’étant considéré que comme un « tuyau » dans lequel on ne fait que passer.

37Paradoxalement, et en voulant être provocateur, notre extrême mobilité contemporaine déconstruit nos villes !

38L’urbanisme qui prédomine en Europe en général et en France en particulier donne naissance à des périphéries urbaines considérées uniquement comme les « coulisses » des centres, des « variables d’ajustement », renforçant encore ce phénomène.

39Les villes « de banlieue » devaient, dans une répartition fonctionnaliste de l’espace, accueillir les fonctions ingrates : des lieux où on ne fait que passer entre son domicile, son travail et ses loisirs.

40Cela explique qu’on ait ignoré pendant cinquante ans l’espace public de périphérie : un espace libre où on pose par-delà les gares de triages, les nœuds autoroutiers, les cimetières des autres, immeubles, lotissements, usines, centres commerciaux, lieux sportifs sans s’occuper des espaces interstitiels.

41En même temps, les strates de mémoires/identités ont été gommées ou, lorsqu’elles affleurent quand même – malgré tout –, niées ou détournées.

42On a, durant toute cette période, effacé des lieux de vie, de continuité urbaine (par le biais notamment des infrastructures venues déchirer le paysage), des solidarités qui s’étaient progressivement constituées avec une ambiance de diversité sociale.

43Les enjeux de la fabrique de la ville doivent impérativement être en lien avec les modes de vie des divers usagers.

44Évoluer d’un statut de simple espace urbain au statut de ville à part entière passe donc nécessairement par la constitution de ces espaces publics qui structurent le paysage urbain (matériel et immatériel) et fixent les flux. On pourrait même résumer ce processus en une phrase : « La Ville commence lorsque l’on s’arrête. »

« le choc des sensibles transforme le non-lieu en en-commun »

45« L’espace public » n’est pas synonyme d’espace vert ou d’espace libre. Un espace très esthétique, beau, central, peut tout à fait devenir un de ces « non-lieux » anonymes dont parle l’anthropologue Marc Augé.

46Même si « ce qui n’existe pas insiste », il n’est pas si facile de convertir un espace libre en lieu commun qui « fasse ville », de passer du « non-lieu » à la place publique, à l’agora, au forum, peut être tout simplement à la rue, au stade, de créer du lien affectif entre les gens et leur lieu de vie et entre les gens eux-mêmes, de mettre en scène l’identité en commun d’un territoire, de laisser la place à l’imaginaire.

47L’espace public ne va pas de soi, il ne se décrète pas et ne peut s’imposer au(x) territoire(s). Il faut travailler les échelles, laisser du temps au temps.

48Ce n’est pas une lapalissade que d’affirmer haut et fort que, dans l’expression « espace public », il y a bien le mot « public ». Ce sont les hommes, leur fréquentation active, qui génèrent de l’espace public.

49L’espace public apparaît d’ailleurs parfois là où on l’attend le moins, pour peu que se forme ce lien particulier entre une communauté urbaine et un espace physique.

50C’est bien pour cela que toute intervention publique doit être à la fois contextualisée (précédée d’un diagnostic social et économique débouchant sur un « cahier des charges ») et participative (partir des demandes des populations, des usages du territoire, de son rythme propre, se nourrir de l’histoire et des histoires…). Celle-ci ne doit plus s’imposer au territoire et à ses « gens » (au sens le plus large : ceux qui y vivent, qui y habitent, qui y travaillent, qui y étudient, qui y passent, qui s’y arrêtent, acteurs, citoyens, usagers, électeurs, contribuables, administrés, visiteurs, clients, spectateurs…) mais partir de leurs demandes, besoins et surtout « aspirations », désirs, imaginaires.

51Comment capter cette demande invisible ? Comment la formaliser et structurer le dialogue créatif entre artistes, techniciens de l’espace public et usagers de cet espace ?

52Autant de questions qui nécessitent une nouvelle approche de l’intervention publique.

53La ville n’est jamais un cadre vide mais, au contraire, ce work in progress dans lequel doit s’inscrire tout travail.

54Questions d’autant plus cruciales aujourd’hui, alors que les pratiques sportives et culturelles comme les formes de créativités sortent des « lieux » traditionnels pour éclore et se propager dans l’espace urbain lui-même.

55Comment les pouvoirs publics, habitués à une politique de soutien institutionnel et d’équipement, peuvent-ils réinventer leur philosophie et leurs outils d’intervention face à cette « créativité dans la ville » ?

56Comment appréhender ces nouvelles pratiques qui s’émancipent de toute structure ou organisation ?

57Comment construire un espace urbain qui puisse laisser libre cours à ces nouvelles formes d’appropriation spontanées et sans exclusives des populations ?

58Pour que le choc des sensibles transforme le non-lieu en en-commun.

« L’espace public est fabrique urbaine »

59Lieu de rencontre entre le collectif et l’intime, lieu de passage vers un ailleurs, l’espace public se définit donc à la fois par :

  • ses activités : on va toujours là où il y a quelque chose à voir ou à faire !
  • son esthétisme, qui donne une identité propre, un/des repère(s).
  • son accessibilité : il est ouvert à tous.

60Trois conditions qui représentent aussi les trois chantiers du politique.

61Premier écueil à éviter : un espace public ne se décrète jamais d’en haut. Il faut tout d’abord partir des individus dans leur(s) rencontre(s), des pratiques, des habitudes, des populations afin de rien imposer au territoire mais, au contraire, de se fondre dans la vie des individus qui vont le fréquenter.

62Second écueil à éviter : la privatisation de l’espace par la multiplication des revendications individuelles. Il s’agit de proposer des projets collectifs, un avenir commun qui transcende les énergies locales plutôt que de les opposer.

63Troisième écueil : se satisfaire d’un cadre vide, aussi beau soit-il : la tentation du « jardin », parfait esthétiquement mais tétanisant, est toujours présente.

64Quatrième écueil : les facilités de la « fête permanente » ou imaginer qu’une politique d’animation seule suffit à faire vivre un espace… C’est sa fréquentation spontanée et régulière qui fonde l’espace public et non son utilisation ponctuelle, même majestueuse.

65Dernier écueil : se figer dans l’espace et le temps. Un espace public doit être polymorphe, s’adapter aux usages et aux heures. C’est lui qui fait vivre sa ville.

66L’intervention dans l’espace public est un acte politique fort, a fortiori dans les territoires de périphérie, où on a souvent oublié, après l’avoir découverte, la grande et noble tradition de l’accès au beau comme véritable combat social.

67C’est aussi un acte politique dans l’intelligence des moyens de médiation et d’accès des multitudes aux sports, à la culture, tout simplement, aux services urbains.

68Il faut éviter à tout prix que les espaces publics deviennent des vecteurs d’identité imposée, « franchisée », standardisée, aseptisée, « karchérisée » mais, au contraire, qu’ils jouent réellement leur rôle de fabrique d’urbanité. Beaucoup d’espaces publics ont aujourd’hui, au final, la force et le poids d’un équipement structurant majeur avec une dimension transversale d’une nature nouvelle. Il faut prévoir des espaces qui puissent évoluer dans le temps et ne pas enfermer l’espace public dans des pratiques précises mais au contraire en faire un espace d’expression, à terme un lieu de vie.

la « rencontre » sportive construit de l’espace public :

  • le sport, sa forme institutionnelle l’association, a joué, joue, un rôle pour le statut, l’identité des territoires : Badalone et le basket, Getafe et le football, Ivry et le hand, etc., on peut mentionner de nombreux exemples.
  • le sport produit de la re-liaison, des relations.
  • Dans cette perspective, comment caractériser l’exemple de l’arena du Racing Métro 92 ?
  • L’opération est estimée à 200 millions d’euros : 100 investisseurs, 50 bureaux, 50 naming…
  • Le foncier représente à lui seul 30 millions d’euros. Faudra-t-il opter pour un bail emphytéotique ?
  • Et quels enjeux représente pour Nanterre ce type d’opération ?
    • prendre la parole, donner la parole
    • ne pas subir le projet
    • capitaliser les atouts
    • anticiper les inconvénients

69Comment résumer en quelques mots la situation telle qu’elle se précise actuellement ?

  • stade objet sportif (14 à 20 matchs par an mais aussi ses écoles de rugby, le passé prestigieux de deux clubs emblématique), objet fusionnel, objet « magique » dans son rapport à l’espace public,
  • situé à la charnière de trois territoires où l’enjeu d’espace public est fort : la Défense, non-lieu depuis 50 ans, les terrasses, territoire d’aujourd’hui, de mixité, les Groues, lieu des projets de demain…
  • Et notre basket ? Et le club qui l’héberge ? Lui aussi va profiter de cette aubaine.

70De toute façon, avec toute la polysémie incluse dans le mot « rencontre », la « rencontre » sportive construit de l’espace public.

Plaidoyer pour un club extraverti

71Je voudrais donc inviter tous les clubs à participer aux « rencontres », à inventer, à proposer leur « fabrique urbaine », à la taille de leur territoire dans le cadre de politiques publiques co-élaborées et évaluées démocratiquement.

72Comment favoriser la diffusion de ses activités et de son savoir-faire sans mettre en œuvre des méthodes et des moyens qui permettent à l’organisation de s’adapter aux publics auxquels elle s’adresse, leur offrir des satisfactions si possible répétitives et durables, les fidéliser ? Ces aspects sont créatifs, source d’innovations et donc de croissance d’activité. Une connaissance précise des « publics cibles » – pour prendre volontairement le langage de la mercatique – est indispensable pour comprendre leurs besoins, leurs aspirations, leurs comportements et donc construire ensemble les buts du club – revisiter sa culture – et les actions à mettre en œuvre, les fidéliser.

73Tout doit être pris en compte, analysé comme il est exprimé : recherche de simple prestation de service (les logiques de consommation peuvent aussi comporter des attentes éducatives, esthétiques, sanitaires, sociales…) ; volonté au contraire d’être acteur de son expérience ; dimensions propres à l’environnement (lieu, ambiance, services périphériques…).

74Les questions de programmation d’actions ou d’équipements ne peuvent qu’intégrer cette nouvelle dimension. Il s’agit de politiques publiques, elles doivent maîtriser la tension entre la légitimité dont elles sont porteuses (en matière sociale, sportive…), et l’initiative des groupes ou individus, pratiquants, qui aujourd’hui revendiquent une liberté d’intervention hors des cadres imposés, comme dans les cadres institutionnels. Le couple polyvalence/spécialisation est souvent interrogé. Souvent, à partir de vraies aspirations, de vrais problèmes, sans vision dialectique, une bataille idéologique est menée contre toute organisation (sous prétexte de « pratique libre »), contre toute compétition (qui, par-delà tout ce qui est dit sur l’émulation, est, pour beaucoup, prétexte à « sortir », à des échanges, à prendre confiance en soi, à se situer dans un groupe). Nous, clubs, devons l’entendre.

75Assumons la complexification de la demande, des goûts, des besoins et donc la complexification des réponses, et assumons ainsi la nécessité de faire des choix collectifs ; assumons la nécessaire association aux décideurs publics, responsables des politiques publiques qu’ils ont à mettre en œuvre. Mesurons aussi que des choix sont à faire : à partir du caractère dominant d’un club, dans la relation à son identité/à son histoire, il faut définir ses missions (par exemple : primauté accordée au projet sportif « qualitatif » ou aux attentes d’un type de public en matière d’Activités Physiques et Sportives mises en œuvre). Il ne s’agit pas, comme pourrait le craindre le dirigeant ou le professionnel du sport, de faire en sorte que de nobles « missions sportives » s’effacent peu à peu derrière une simple logique de séduction (des publics, des collectivités locales, des médias), propre aux objectifs de nature sociale et financière, mais de travailler à la confrontation, à l’explicitation, à la co-élaboration de ces missions.

76Les allers et retours entre dirigeants/adhérents/élus/fonctionnaires du secteur/habitants du territoire, autant de confrontations citoyennes, permettent au club d’atteindre ses objectifs, de mesurer la traduction opérationnelle des missions, mais aussi de participer à leur définition, de les évaluer et de « nourrir en retour » le processus, de travailler le projet commun.

77Nous pourrons alors contribuer à répondre, de façon complémentaire, aux trois enjeux du sport proposés par P. Bayeux et G. Baslé :

  • un enjeu identitaire et affinitaire voire communautaire
  • un enjeu d’aménagement et de développement local
  • un enjeu national de société, d’éducation et de santé

S’il met au cœur de son projet le respect des droits, leur mise en œuvre et leur élargissement, s’il porte une attention particulière au genre, s’il apporte un soin particulier, de la conception à la réalisation et à l’évaluation, à la participation de ceux qui sont concernés par les projets, s’il conçoit ses structures pour assurer la pérennisation de cette participation, s’il est extraverti, c’est-à-dire s’il travaille à l’intégration de son projet dans son environnement, dans la ville, le Club omnisports peut être le bon outil pour dépasser les murs réels et virtuels de la ville avant tout exclusive, car construite dans la division et pour travailler à une ville inclusive : une ville de la rencontre de l’autre, de l’échange, de l’affranchissement des féodalités.
(Gérard Perreau-Bezouille, Regards omnisports, éd. FFCO, 2008, p. 141)

Débat

Robert DENEL

78Merci à Gérard pour cet exposé très complet. Je vous propose d’engager le débat. Il nous reste peu de temps. Nous nous limiterons à deux ou trois interventions.

Alain BRAUN, Paris UC

79J’aurais souhaité quelques éléments d’information supplémentaires à propos de la présentation du projet de stade. En général, quand de tels monuments sportifs sont édifiés, les financements ne concernent pas uniquement la ville, la collectivité locale.

80Comment situez-vous ce type d’opération dans le contexte francilien, au sein duquel nous avons aujourd’hui deux grands projets rugbystiques (celui du Racing Métro 92 et celui du stade Jean Bouin), qui viennent s’ajouter aux deux stades de 20 000 places existant en Île-de-France (dont le Stade Charléty) qui sont totalement délaissés ? Alors que des investissements très lourds ont été faits pour que ces réalisations sortent de terre, ces deux stades sont aujourd’hui qualifiés par certains de « stades de l’inutile ».

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

81D’abord, la particularité du projet du Racing Métro 92 est d’être un projet complètement privé, c’est-à-dire qu’aucune collectivité locale ne participe financièrement. Le montage financier du stade est de type projet autofinancé.

82Une question reste à poser aux promoteurs de l’opération : celle du foncier. Ils demandent que le terrain leur soit donné. Mais ce terrain, qui s’étend sur trois hectares, et dont le mètre carré vaut 1 000 euros, ne peut donner lieu à des décisions hâtives. Il s’agit de sommes relativement importantes. Mais justement, tout ce qui fait l’originalité de ce projet, et sa complexité lorsqu’il faut le prendre en compte dans la réflexion, c’est qu’il s’agit d’un projet privé. Ce n’est même pas un partenariat public/privé.

83Pour le terrain d’ailleurs, les porteurs de l’opération proposent une solution intelligente : le bail emphytéotique, c’est-à-dire qu’ils sont disposés à rendre dans 70 ans l’équipement avec le terrain à la collectivité qui leur a donné ce dernier.

84Le projet Jean Bouin est quant à lui un projet de stade couvert qui fait concurrence à Bercy. Ce projet fait du stade, dont l’intérêt premier est de servir le sport, un objet plus universel : il propose ainsi une vingtaine de grands événements sportifs (avec une jauge de 30 000 places maximum) mais aussi une cinquantaine d’autres événements plus petits, comme des concerts. Le montage du projet est donc fait à partir du sport, mais ce type de réalisation produit quelque chose de beaucoup plus social avec, évidemment, la volonté de proposer toutes les gammes de tarifs. Les promoteurs s’engagent par exemple sur des spectacles de valeur internationale, mais avec des tarifs plus bas que tout ce qui se fait actuellement au Stade de France ou à Bercy.

85Le responsable est Pascal Simonin, l’ancien directeur du Stade de France. C’est lui qui porte ce projet. Je suis passé tout à l’heure à côté du Stade Toulousain Rugby, qui appartient au Stade Toulousain. Le promoteur est l’ancien PDG de Foncia, qui investit dans l’immobilier. D’ailleurs, un article sur ce sujet est paru dans L’Équipe. Sa motivation première est d’assurer au club la pérennité de son existence, son autofinancement grâce au stade. Il dit qu’il va réinvestir dans le club les éventuels bénéfices de ce projet. C’est donc un projet global qui part du club, qui revient au club et qui, en même temps, solutionne de nombreuses questions locales d’animation et d’appropriation de l’espace public, pour l’instant, dans un endroit qui, il faut se rendre à l’évidence, n’est pas aisé à mettre en valeur au point de vue urbain. Il y a un réel enjeu et un intérêt urbain. Et en même temps, cela ne coûte rien à la collectivité.

86La question du modèle économique que l’on peut se poser aujourd’hui, c’est la capacité à réaliser ce qui est sur le papier, c’est-à-dire réaliser les 200 journées d’occupation du site, les 30 journées de grosses manifestations, etc. Je vais prendre une illustration comparable. Au monde, il n’y a plus que deux sociétés qui gèrent les intérêts des Rolling Stones, de Deep Purple, de Céline Dion, etc., et ces deux sociétés ont tendance à intégrer toute l’activité qui est autour de ces artistes, c’est-à-dire qu’elles rachètent les maisons de disques, elles s’occupent de tout ce qui est marchandising (vente de tee-shirts, etc.), elles ont leur propre réseau de salles. Une des études de marché explique qu’elles sont maintenant en capacité de dicter aux salles leur bon vouloir, y compris de ne pas aller forcément dans un endroit où elles ne vont pas tirer les intérêts souhaités au regard de ce qu’est leur logique d’action. Là, le modèle économique repose énormément non sur le sport mais sur le spectacle.

Jean-Louis MICHEL, Stade Marseillais UC

87Je reviens à un problème plus général. On parlait de culture de club. Comment pouvez-vous à Nanterre choisir le Racing Métro, même si c’est un club omnisports, comme représentant d’une culture de club, si ce n’est celle de Monsieur Jacky Lorenzetti dont vous avez affirmé tout à l’heure à juste titre qu’il était l’ancien Président de Foncia et qu’il n’avait que des buts de bâtiments immobiliers et de capitalisation de son immobilier ? C’est donc ce choix que ferait la collectivité locale d’une culture de club à la mesure du Racing Métro qui me paraît curieuse.

88D’autre part, vous avez commencé à parler des équipements scolaires et des conventions qui permettent au public de les intégrer. Là encore, quel est le choix des clubs et de quelle culture de club s’agit-il pour permettre l’utilisation de ces équipements scolaires ?

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

89À Nanterre, nous ne sommes pas en mesure de choisir de la façon dont vous formulez vos remarques. Nous ne sommes pas propriétaires du terrain, nous avons un enjeu urbain considérable, qui s’exprime à cet endroit-là, et nous sommes sollicités par une offre qui nous vient du secteur privé. Faut-il négliger ce type de proposition ? Je ne le crois pas, et ceci au nom de l’intérêt public. J’ai été Président du club omnisports de Nanterre, qui rassemble 7 500 adhérents. Je n’ignore pas ce qu’est la culture de club, et je reste sur les valeurs de ce club.

90Pour autant, je pense qu’il existe aujourd’hui des questions de relations entre l’espace public en général et le sport en général, mais aussi la culture, l’art en général. De même, je pense par exemple que les musées trop souvent fermés vont devoir revoir leur stratégie, leur politique. Nous aurons bientôt des musées éclatés et je suis persuadé que la relation musée-public s’en trouvera profondément changée. Les changements nous influencent. Il y a plusieurs choses à prendre en considération. Il y a ce qui bouge dans la société, et l’on ne peut l’ignorer. Je veux bien que l’on soit arc-boutés sur des prétendues certitudes en disant et répétant : « on ne peut pas, on ne fera pas, etc. », et il y a les valeurs dont nous sommes porteurs, qui ne nous inclinent pas à porter attention au sport professionnel, au sport marchand. Mais les deux ne sont pas contradictoires. Alors, comment cela peut-il interférer ? Et puis, il y a aussi ce que l’on peut faire. Que va-t-on faire ? Se mobiliser pour que cela tourne à une guerre de tranchées autour de la construction du stade ? Ou bien va-t-on plutôt essayer de bonifier cette idée-là, en se disant que sa matérialisation peut contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes ? Pour les habitants, c’est un lieu magique, qui incarne certaines évolutions actuelles. Sommes-nous capables, nous aussi, de faire bouger les choses ?

91J’en viens maintenant au second volet de votre question. En ce qui concerne le rapport avec les équipements du lycée, de l’université, nous avons à Nanterre l’école de danse de l’Opéra de Paris. Elle intègre une salle de spectacle avec une scène où les petits rats répètent pour pouvoir passer ensuite à l’Opéra de Paris. Cette école de danse a été conçue au départ avec une billetterie et des accès séparés pour la salle, avec toutes les possibilités d’exploiter cette salle. Cette salle n’est ouverte que deux fois par an au public, pour le spectacle d’entrée et pour le spectacle de sortie des petits rats. Pendant un temps, on voulait nous faire construire un nouvel équipement culturel à cet endroit-là. C’est du gâchis puisque la sous-utilisation de l’équipement est manifeste. On peut faire un constat analogue à partir de l’équipement sportif du lycée où je suis enseignant. C’est scandaleux parce que l’on a une salle omnisports, trois salles de pratique, un terrain extérieur. Tout cela fonctionne pendant l’année scolaire de 8 h à 17 h, et c’est tout. Or c’est de l’argent public. Il faut envisager une politique d’ouverture et de meilleure utilisation. Comment peut-on mutualiser cela ? On est prêt à l’individualiser. Qui en bénéficiera ? La pratique non organisée, la pratique de club ? Ce n’est pas gênant. Le protocole que l’on a passé sur le collège, par exemple, est un bon protocole car cela nous évite de construire une treizième salle et dans les limites de l’offre actuelle d’équipement sportif, on répond aux besoins des uns et des autres.

92C’est pour cela que lorsqu’on parle de culture, j’ai tendance à opposer aujourd’hui à culture envisagée dans le sens héritage la culture évolutive. Ce ne sont pas des dérapages. Il y a des solutions à trouver, et elles ne sont pas dans le sillage des solutions de jadis. Elles sont à inventer. On ne peut pas nier par exemple que le Stade de France à Saint-Denis a beaucoup apporté à cette zone qui était un véritable désert urbain. Il l’a revivifiée. Autour du stade, à chaque fois qu’il y a des compétitions, sont organisées d’autres choses comme des assises du sport, très intéressantes pour discuter, pour continuer de travailler sur les valeurs, pour faire avancer les choses, etc. C’est un gouffre d’argent public car il n’a même pas de club résident. Il vit grâce à des manifestations, sur la base d’études de marché. Les experts savent que le Stade de Saint-Denis comporte 80 000 places mais que son problème réside dans le fait qu’il peut pleuvoir. La jauge est trop grande, et en même temps il peut pleuvoir… Donc les concepteurs ont produit quelque chose qui actuellement n’existe pas ailleurs, en France.

93C’est pour cela que la comparaison avec Jean Bouin et Charléty n’a pas lieu d’être.

94Le projet qui m’intéresse, je le présente en même temps comme interférant avec d’autres projets sur lesquels on travaille, et comme nécessitant de ce fait un véritable débat avec tous les acteurs locaux, du sport, des quartiers, etc. Si j’en avais le pouvoir, aurais-je le droit de ne pas donner le permis de construire à ce type de projet, par exemple, parce qu’il n’est pas conforme à nos valeurs ? De quel droit pourrais-je me permettre cela ?

Robert DENEL

95Lorsque s’est créé une Université à Nanterre, la politique d’installations sportives a suivi : toutes les universités ont été dotées d’équipements sportifs. C’était la politique Herzog, du nom du Haut Commissaire à la Jeunesse et aux Sports de l’époque.

96Il y a donc à Nanterre des équipements sportifs universitaires assez importants et je me souviens de cette époque où l’on montrait à la télévision que ces équipements étaient utilisés en certaines périodes seulement. Est-ce que la situation s’est améliorée ?

97Tout à l’heure, vous nous avez dit qu’à Nanterre il y avait des installations sportives à l’Université, mais que vous n’aviez pas vraiment de relation avec cette université. J’aurais voulu savoir s’il y avait eu un rapprochement Université/Commune autour de la question locale du développement du sport. Est-ce que la démarche a été tentée, répétée, réussie peut-être à un moment donné ? Je pense que ces questions sont importantes parce que l’une des caractéristiques des clubs universitaires est d’être ouverts à toutes les catégories de la population, tout en se référant aux valeurs portées par l’Université, et afin d’organiser le meilleur emploi des équipements sportifs pendant les vacances, à toutes périodes de l’année, etc.

98Quelles ont été les difficultés, puisque rien ne s’est constitué à Nanterre malgré quelques pressions que l’on avait exercées à l’époque ? Est-ce dû à l’Université, à la Municipalité ? Qu’est-ce qui a créé un obstacle ? Parce que, là, il y a véritablement quelque chose qui n’a pas été fait, mais qui pourrait, qui devrait être fait, et on s’y emploiera, nous, si besoin au niveau de l’Union nationale des clubs universitaires.

Gérard PERREAU-BEZOUILLE

99La ville de Nanterre, malgré son université importante, n’est pas une ville universitaire, en dépit de tous nos efforts. Il faut se rendre à l’évidence.

100J’ajouterai cependant qu’un des espaces le plus achevé, dans le travail commun, se trouve dans le sport. Par exemple, l’équipe de rugby de Nanterre est composée des étudiants de l’UFR STAPS qui sont en 1re Division B Nationale. La plupart des animateurs du club de l’ESN viennent de l’Université. On peut dire que cette expérience montre que des choses seraient sans doute à réaliser. Toutefois, il ne faut pas s’y tromper. L’université est enclavée dans un lieu qui n’a rien à voir avec la ville. Les étudiants arrivent par flots entiers par le train, le matin, et ils repartent par le train, en fin de journée. Il y a d’ailleurs deux stations : Nanterre Université et Nanterre Ville.

101Au point de vue organisationnel, je rappellerai qu’à un moment donné, un Nanterre-Université-Club, un « NUC », avait essayé de se créer mais le projet n’a pas pu aboutir. Cela aurait peut-être été une solution, et un lien indispensable entre la Cité et l’Université. Je ne vous cacherai pas, cependant, que la question que se posent la plupart des élus locaux est celle-ci : comment mutualise-t-on l’espace public de l’Université ? Et quelle est l’ouverture sur le local dont elle peut faire preuve ? À Nanterre, nous avons un projet de tramway est-ouest. Très logiquement, on a proposé que le tracé traverse l’Université ; celle-ci a refusé. Donc, à l’avenir, la ligne passera entre l’Université et la Cité.

L’USEP : 70 ans et toujours jeune
L’USEP vient de fêter son anniversaire, 70 ans, après que le 1er février 1939, le Ministre de l’Éducation Nationale et des Beaux-Arts d’alors, Jean ZAY, ait signé l’acte de naissance officielle. 70 années au cours desquelles des millions d’enfants des Écoles Publiques de notre pays ont pu grandir par tant et tant d’activités physiques, sportives et associatives, accompagnés par des centaines de milliers d’adultes, instituteurs, parents, sportifs, tous éducateurs.
Le vendredi 30 janvier, ce sont d’abord 300 élèves usépiens du Loiret qui ont rendu hommage à Jean ZAY sur ses terres d’Orléans. Activités sportives et activités culturelles, puis connaissance des différentes institutions dans la ville (Conseil Régional, Conseil Général, Mairie, Préfecture, Inspection Académique) ont marqué cette journée.
Le colloque historico-prospectif, organisé à la Maison du Sport Français à Paris, a réuni le samedi 31 janvier 150 personnes. Trois temps forts ont marqué cette journée :
– Les témoignages de nombreux militants, documents à l’appui, montrant combien les activités de l’USEP ont été riches au fil du temps et combien elles se sont diversifiées et transformées, tant en métropole qu’au-delà des mers
– Des exposés de chercheurs, Patrick Clastres, Michel Brousse et Jean Durry, plongeant au plus profond dans les racines de notre histoire, tant par le chemin du sport scolaire et universitaire que par celui de la Ligue de l’Enseignement
– Et enfin un regard novateur par l’exposé d’Alain Loret, suivi d’une table ronde au cours de laquelle tant Madame Avisse (Ministre des sports) que Messieurs Nizri (CNDS) et Masséglia (CNOSF) ont pu exprimer leurs vues sur l’organisation du sport en France, avec en son sein un sport scolaire y ayant toute sa place.
Le 1er février, jour anniversaire, ce sont 2000 enfants et animateurs usépiens qui se sont retrouvés à l’Espace Jean Zay (14ème Art) et qui se sont déplacés, via le parc Montsouris, jusqu’au stade Charléty, après un parcours sportif et culturel. Là, les attendaient la chanson USEP et le puzzle géant conçus spécialement pour ponctuer les 70 ans USEP.
Que retenir de ce week-end ? Tout d’abord le sourire de tous ces enfants, porteurs dans ces rues de Paris de toute la force de cette USEP qui veut vivre, malgré les difficultés du moment. Allier sport et culture relève bien de la définition de cette USEP qui, si elle a su se diversifier, n’a jamais perdu le sens des valeurs humanistes qui l’animent.
Une des conclusions qui a marqué la fin du colloque peut être présentée comme un signe fort pour la suite du chemin : le meilleur gage pour assurer l’avenir se nomme tout simplement « militantisme ».
Jean-Michel SAUTREAU
Président de l’USEP
Site Internet de l’USEP. Texte disponible sur : http://usep.org/​index.php?option=com_content&task=view&id=822&Itemid=785

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search