Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Jean-Robert Hait, Ernest Gibert, Jean-Marc Michel, Olivier Dugrip, Hervé Penan et Yann Hildwein

Texte intégral

Accueil de Jean-Robert HAIT,
Président délégué du Toulouse Université Club

1Bonjour à tous, jeunes sportifs universitaires, l’Université Sportive d’Été va commencer. Nous allons donc, avant de travailler en table ronde, en conférence, faire la session d’ouverture et je donne la parole à Monsieur Ernest Gibert, Président de l’Union nationale des clubs universitaires, qui est notre Fédération.

Intervention d’Ernest GIBERT,
Président de l’Union nationale des clubs universitaires

2D’abord merci à Monsieur le Directeur, cher collègue, de nous accueillir ici dans un Institut d’Administration des Entreprises qui est toujours un fleuron de l’Université et qui, dans cette Université prestigieuse dans laquelle les Présidents successifs ont laissé une marque, tient une place tout à fait exemplaire.

3Cette 27e édition de l’Université Sportive d’Été abordera un sujet qui n’est pas neuf, mais on peut parfois faire du neuf avec du vieux. Vous savez que nous la conduisons en collaboration, depuis donc un peu plus d’un quart de siècle, avec l’Union des Journalistes de Sport en France.

4L’USE est un lieu de réflexion et de propositions. Elle se veut aussi un outil d’action même si, sur ce dernier point, elle faillit parfois à sa tâche. Rêvons un peu, surtout au pays des troubadours.

5On peut rêver et penser que le Comité national olympique et sportif français, dans sa nouvelle composition, saura mieux prendre en compte nos propositions. Elles sont émises par un ensemble de participants dont la première caractéristique, qui est une richesse, est de ne pas être tous universitaires. Ce sont des idées que nous mettons au service de l’ensemble de tous ceux qui considèrent que le sport vaut plus que le sport.

6Je veux vivement remercier le Toulouse Université Club qui, en dépit de son jeune âge – 80 ans pour un Club Universitaire, c’est encore figurer parmi les jeunes – a acquis une expérience, bien plus que suffisante, pour organiser cette 27e édition. Nous ferons ensemble tout ce qui sera possible pour qu’elle soit couronnée de réussite.

Intervention de Jean-Marc MICHEL,
Vice-Président de l’Union des journalistes de sport en France

7Initié par Jacques Marchand, notre partenariat avec l’Union nationale des clubs universitaires nous a semblé toujours, non seulement profitable, mais indispensable. D’abord parce cette Université d’Été se tourne régulièrement vers la jeunesse ; ensuite parce que, parallèlement aux travaux de l’Université Sportive d’Été, il y a un stage pour de futurs jeunes journalistes ou des jeunes gens qui veulent s’initier aux professions de la communication.

8Cette année, le stage réunit six étudiants dans un groupe de qualité, comme les précédentes années, et nous avons plaisir à retrouver, tout au long de notre année professionnelle, des garçons et des filles qui sont passés par les stages que nous avons initiés ici, depuis de nombreuses années. C’est donc une réelle satisfaction pour nous.

9Notre organisation vient de dépasser le demi-siècle, avec ses 51 ans, et notre mission est d’essayer de favoriser, le plus possible, l’accès aux espaces presse qui nous sont donnés en gestion par le mouvement sportif.

10Nous essayons également d’être au plus près du mouvement sportif mais ce n’est pas toujours facile et, lorsque l’intérêt du sport prime, nous sommes toujours aux côtés des dirigeants qui œuvrent dans ce sens. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, notamment ces derniers temps où certains d’entre vous ont pu mesurer les tensions qui existaient entre le Comité national olympique et le ministère des Sports.

11J’espère que la nouvelle équipe du CNOSF, à laquelle faisait allusion tout à l’heure Ernest Gibert, sera tout aussi pugnace que la précédente et peut-être même un peu plus, pour que sorte gagnant des prochaines échéances, le sport, et uniquement le sport.

Entre plaisir et compétition
Le Toulouse Université Club sait, depuis 80 ans, allier avec bonheur sport et convivialité.
Ses dix-sept sections, qui réunissent 3 500 adhérents, concilient l’excellence sportive au développement et à l’épanouissement des jeunes au travers du sport.
Le TUC est bien impliqué dans la ville, dans les quartiers et bien sûr dans le monde universitaire. Ses 10 écoles de sports permettent à 700 jeunes de s’initier aux joies du volley, de l’escrime, du tennis ou de bien d’autres activités sportives. Les personnes handicapées ont toute leur place dans les sections athlétisme, aviron ou badminton, y compris en compétition. Les sections hand et rugby organisent des actions dans les quartiers sensibles. Son centre de loisirs, le TUC Vacances, accueille 1 000 enfants le mercredi et pendant les vacances scolaires…
Le TUC multiplie les initiatives et les occasions de rencontres avec les Toulousains.
Un tel dynamisme est dû à des entraîneurs et des éducateurs qualifiés et passionnés, qui savent transmettre leur amour du sport aux jeunes ; à des bénévoles qui contribuent à l’épanouissement de la vie collective du club ; à des dirigeants qui mettent tout en œuvre pour que le TUC ait les moyens de ses ambitions.
L’on ne peut que se réjouir d’une telle vitalité, car la pratique sportive, si elle peut conduire à la compétition, a aussi et surtout pour rôle d’offrir au plus grand nombre de vrais moments d’efforts, d’enthousiasme et de partage.
C’est ainsi que qui nous concevons le sport à Toulouse. Nous soutenons bien sûr les sportifs de haut niveau. Mais nous favorisons aussi l’accès au sport dans tous les quartiers, pour tous, afin que chacun, quel que soit son sexe, son âge ou sa condition physique, puisse pratiquer une activité et y trouver équilibre et bien-être.
Pour renforcer le dialogue avec le monde sportif toulousain, nous avons créé le Parlement du sport. Ouvert à tous ceux qui le souhaitent, il est un véritable lieu d’échanges, d’expressions, de propositions.
En participant ainsi à la vie de la Cité, les clubs, les dirigeants, les bénévoles, les fédérations, les sportifs eux-mêmes, ont enfin les moyens de se faire entendre, de se faire comprendre, de se fédérer, pour que le sport prenne toute sa place dans les activités de chacun.
La pratique sportive est un indice fort de la vitalité d’une ville. ses sportifs et grâce à des clubs comme le TUC, Toulouse est une ville bien vivante…
Pierre Cohen
Député-Maire de Toulouse
Plaquette : TUC 80 ans (1929-2009), éd. TUC, juin 2009

Intervention d’Olivier DUGRIP,
Recteur de l’Académie de Toulouse,
Président du Toulouse Université Club

12Messieurs les Présidents, Monsieur le Directeur, Mesdames et Messieurs, chers collègues.

13Le Recteur de l’Académie de Toulouse, Chancelier des Universités, est doublement heureux d’être parmi vous ce matin pour l’ouverture de cette 27e Université Sportive d’Été.

14D’abord, bien évidemment, en sa qualité de Chancelier des Universités et donc directement intéressé par l’ensemble des activités universitaires mais surtout, ici, à Toulouse, par sa qualité de Président de droit du Toulouse Université Club. Je me réjouis que vous ayez choisi Toulouse, plus particulièrement en cette année du 80e anniversaire de notre club.

15Je voudrais saluer, pour commencer bien évidemment, le dynamisme du TUC, de son Président délégué sur lequel repose toute la charge effective de la présidence du club, de son bureau et de ses membres.

16Je me félicite du magnifique essor que connaît le TUC, comme l’attestent les chiffres de la dernière saison, au cours de laquelle il a rassemblé 3 800 adhérents répartis en 16 sections sportives dont la moitié propose une école pour 700 élèves et une section « vacances » fréquentée par 1 000 jeunes.

17C’est donc bien, comme le disait le Président de l’Union nationale des clubs universitaires, un club jeune, très largement ouvert sur la jeunesse toulousaine qui offre aux étudiants et aux plus jeunes la possibilité de pratiquer de très nombreuses activités sportives.

18Les pratiques sportives sont des composantes essentielles de la vie sociale, source d’engagement et d’épanouissement personnel. Elles constituent, à ce titre, un support éducatif à part entière. C’est la raison pour laquelle le ministère de l’Éducation nationale est particulièrement attentif à ce que tous les élèves puissent pratiquer une activité sportive. Celle-ci est d’ailleurs partie intégrante du socle commun de connaissances et de compétences que chaque élève doit maîtriser à l’issue de sa scolarité obligatoire. Ancrer le sport à l’école constitue donc une des priorités de la politique nationale. Les activités sportives ont d’ailleurs été intégrées par le Ministre dans les activités proposées à nos élèves au titre de l’accompagnement éducatif, c’est-à-dire l’école après l’école, qui a accueilli cette année plusieurs dizaines de milliers de jeunes dans nos collèges.

19Nos élèves font, grâce à tout cela, beaucoup plus de sport qu’il y a 20 ans. La pratique hors éducation physique et sportive s’est largement développée grâce à l’intervention de très nombreux partenaires (les associations sportives scolaires, l’UNSS). La fréquentation du sport scolaire par nos élèves est ainsi passée de 13 % à plus de 20 %. La pratique en club a progressé de 30 % à 52 %. Cela explique, sans doute, petit revers de la médaille, la légère diminution de la pratique libre qui est passée dans le même temps chez nos élèves de 73 % à 68 %. Cependant cela ne traduit pas une diminution de la pratique sportive globale mais, tout simplement, une autre répartition de la pratique sportive de nos élèves.

20Force est de constater malheureusement qu’à l’Université, malgré l’investissement et le dynamisme des responsables sportifs, se manifeste un inversement de tendance caractérisé par une certaine désaffection de la pratique sportive chez les jeunes qui entrent dans les études supérieures.

21En effet, la pratique du sport à l’Université dans notre pays, apparaît comme étant moins développée que chez la plupart de nos voisins et partenaires européens. Moins de 20 % des étudiants pratiquent régulièrement du sport dans leurs universités alors que 70 % d’entre eux expriment le désir de le faire.

22Il s’agit là bien évidemment d’une situation qui ne peut être acceptée et qui nécessite de notre part une attention et un effort particuliers. Afin de répondre à ces attentes exprimées par deux étudiants sur trois, les Ministres en charge du dossier, Madame Valérie Pécresse, Madame Roselyne Bachelot-Narquin et Monsieur Bernard Laporte ont pris récemment une initiative très importante en confiant à Stéphane Diagana, Président de la Ligue professionnelle d’athlétisme, et au Professeur Gérard Auneau une mission de réflexion visant à donner une place centrale au sport. L’ambition recherchée est triple : proposer plus de sport aux étudiants, le valider dans le cursus et encourager la pratique sportive dans un souci de santé publique. Les politiques publiques d’éducation et de santé se rejoignent donc en la matière.

23Je voudrais, en quelques mots, rappeler les propositions des rapporteurs qui s’articulent autour de cinq axes principaux.

24Le premier axe consiste à rendre le sport obligatoire pour tous les étudiants de Licence afin de revaloriser la pratique physique et sportive à l’Université et de répondre aux souhaits que les étudiants expriment très majoritairement. Il s’agit donc, pour les responsables universitaires, pour ceux qui ont en charge l’administration de nos Universités, de redonner au sport une véritable place au sein de la formation universitaire.

25Le Directeur de l’IAE a rappelé d’ailleurs à quel point l’Université Toulouse 1 s’inscrit dans cette politique.

26Deuxième axe : instaurer un droit « sport » obligatoire au même titre que les droits de bibliothèque ou les droits de médecine préventive acquittés en même temps que les droits d’inscription universitaire afin de contribuer au financement de l’entretien des installations sportives. On sait que c’est un poste budgétaire très important et si l’on veut pouvoir développer le sport universitaire de haut niveau il faut naturellement que nous ayons les installations sportives adéquates.

27Je salue d’ailleurs l’important volet sportif intégré par le Pôle de Recherche et d’Enseignement supérieur dans le projet du plan Campus de l’Université de Toulouse.

28Troisième axe : mobiliser toutes les installations sportives existantes pour améliorer les conditions de pratique, par exemple en mutualisant l’utilisation des équipements scolaires publics ou privés de proximité, mais aussi, bien évidemment, plus largement les équipements dépendant des collectivités territoriales.

29Quatrième axe : créer les conditions de l’accueil privilégié des sportifs de haut niveau à l’Université afin de leur offrir des conditions d’études adaptées leur permettant d’exercer leurs activités et, le cas échéant, de reprendre aussi leurs études à l’issue d’une carrière sportive notamment grâce à un contrat type du sportif de haut niveau et de la mise en place d’une Charte du sport de haut niveau. C’est là une proposition à laquelle le TUC est particulièrement sensible, puisque le club a accueilli – et accueille – en son sein de nombreux champions de haut niveau (champions olympiques, champions nationaux et internationaux) ; c’est une préoccupation, un souci auquel nous devons avoir la capacité de répondre.

30Enfin, cinquième proposition de cet important rapport : créer un département « sport » dans chaque Université, sorte de guichet unique qui permettra de simplifier les démarches de l’étudiant en lui donnant un accès immédiat à la variété de l’offre et de faire travailler ensemble les différents acteurs de sport à l’Université : les SUAPS, les fédérations des associations qui organisent les compétitions universitaires, les clubs universitaires et les fédérations sportives.

31Ce sont là cinq axes relativement simples, facilement accessibles dès lors qu’ils sont portés par une volonté publique et par une volonté universitaire, et qui seront de nature à donner un nouvel essor au développement du sport à l’Université.

32Ces propositions seront, sans doute, examinées, évoquées au cours des débats, des interventions, des discussions, des tables rondes qui vous réuniront tout au long de cette 27e Université Sportive d’Été.

33Le sport est une composante essentielle de la vie, de notre vie, de la vie des étudiantes et des étudiants. C’est aussi un élément essentiel de la formation. Le sport est une école de la vie et il a appris à tous ceux qui l’ont pratiqué – et qui le pratiquent – que rien ne s’obtient sans effort.

34Mais le sport apprend aussi que tout effort donne des résultats, même des résultats modestes en mettant chacun devant ses limites physiques mais aussi devant ses potentialités, devant ses capacités ; le sport permet de révéler les capacités profondes de chaque être : le courage, la volonté, le goût du risque, le dépassement de soi et ce sont là, tout autant, des qualités qui sont attendues de nos sportifs mais aussi bien évidemment de nos étudiants. Ce sont là autant de valeurs que l’Université a vocation à développer chez tous les étudiants. C’est dire à quel point le sport a toute sa place à l’Université et c’est pour le Recteur-Chancelier, bien évidemment, une occasion supplémentaire de vous remercier pour l’action que chacun de vous conduit au quotidien en faveur du développement du sport à l’Université.

35Bon colloque et bonne Université Sportive d’Été.

Intervention d’Hervé PENAN,
Directeur de l’Institut d’administration des entreprises,
Université Toulouse 1

36Monsieur le Recteur, Messieurs les Présidents, Messieurs les Secrétaires généraux, chers amis, je suis effectivement très heureux d’accueillir cette 27e Université Sportive d’Été au sein de notre Université et plus particulièrement au sein de l’Institut d’administration des entreprises qui est une composante de l’Université de Toulouse 1.

37Je suis très heureux à titre institutionnel parce que vous savez que l’Université de Toulouse 1 a un rapport au sport extrêmement profond, qui remonte presque à des temps immémoriaux, notamment dans l’activité « rugby ».

38Plus récemment, nous sommes plusieurs à accompagner différents clubs toulousains dans leurs activités, notamment au niveau du conseil que l’on peut donner aux équipes dirigeantes de ces clubs, qu’il s’agisse de droit social, d’ingénierie financière, d’ingénierie juridique. Évidemment, nous avons une proximité avec les activités sportives de notre ville, de notre région réelle.

39À titre institutionnel également, je dois dire que nous avons la chance depuis maintenant quelques années d’avoir obtenu une habilitation sur un Master de Management du sport, une habilitation que nous gérons conjointement avec nos collègues de l’Université Paul Sabatier. C’était un diplôme difficile à mettre en œuvre parce que le sport est une très belle activité mais une activité probablement difficile à approcher en termes de formation initiale. La première année a donc été difficile mais depuis quatre ans, grâce aux efforts des équipes pédagogiques qui sont présentes dans ces deux Universités, c’est un succès, de nombreux candidats souhaitent intégrer ce Master de Management du sport en première année. Nous avons donc une promotion de première année et une promotion de deuxième année de Master en Management du sport. Ces étudiants développent des projets extrêmement novateurs avec des fédérations, avec des clubs et c’est pour nous toujours une joie de voir la réussite de ces projets. Il y en a eu plusieurs dans l’année.

40C’est vraiment un très beau diplôme porté par une équipe très dynamique d’enseignants-chercheurs ; je me félicite d’avoir fait cet investissement et ce pari parce qu’il y a cinq ans, il n’était pas évident de parier sur ce type de formation. Aujourd’hui, elle est parfaitement installée et nous sommes extrêmement heureux de pouvoir la porter comme cela.

41D’un point de vue plus personnel, j’ai très facilement accepté la demande faite par Jean-Robert Hait, Vice-Président du TUC, il y a quelques mois, parce que le Toulouse Université Club est un club qui est aussi très près de l’Université et puis que je connais un peu parce que mes enfants y sont inscrits. C’était plus facile pour moi d’accéder à cette demande.

42Je suis très heureux de vous accueillir ; je suis sûr que les débats seront passionnants et amicaux comme toujours parmi les personnes qui ont l’esprit du sport.

43Merci beaucoup et bonne journée.

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales : nouveaux enjeux, nouveaux défis

Présentation du thème par Ernest GIBERT,
Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires

44Merci Monsieur le Recteur, vos propos dans la forme et surtout sur le fond marquent effectivement l’ouverture de cette 27e édition.

45Comme il est de tradition sans qu’il s’agisse d’un discours d’usage, il est nécessaire que quelqu’un se dévoue, se désigne d’office pour dire quelles sont les raisons pour lesquelles nous avons choisi ce sujet. Comme d’habitude, si l’intitulé du sujet est en apparence simple, il recouvre des réalités qui sont beaucoup plus complexes.

46Les deux parties du sujet touchent deux mondes : celui du sport et celui de la politique dont les comportements sont toujours passionnés, quelquefois déroutants, et dont il s’agit d’articuler les ambitions, les intérêts au bénéfice à la fois du développement du mouvement sportif et d’une politique d’aménagement du territoire qui soit raisonnée et raisonnable.

47Le sujet n’est pas nouveau ; certains de ces aspects ont été évoqués lors de certaines des Universités Sportives d’Été précédentes. Cependant, son actualité demeure, en raison des réalités multiples et changeantes des configurations que l’on retrouve sur le terrain, parce que les transformations du sport sont profondes et remettent en cause son rapport à la société. Elle est encore nécessaire parce que les politiques d’aménagement du territoire sont de plus en plus prenantes. Aux enjeux habituels, traditionnels, auxquels les sportifs et les « politiques » étaient habitués s’ajoutent aujourd’hui des défis nouveaux (économiques, sociaux, de diverses natures) qui justifient que soit réexaminée la problématique de leur association. Un nouvel éclairage s’impose, qui permette de mettre en évidence plus clairement les droits et les devoirs de tous les acteurs en cause.

48Chacun des termes du sujet, toujours utilisé au pluriel, porte sa part de complexité. Il n’est donc pas surprenant que leur association, au-delà d’éléments de concordance évidente, fasse apparaître des foyers de contradictions. Sur ce sujet, comme sur bien d’autres, on a trop souvent tenté de donner des réponses avant d’avoir clairement posé toutes les questions, d’en avoir dégagé tous les éléments de réflexion pour l’action, apprécié toutes les conséquences.

49À privilégier une approche faussement simple, on risque d’entretenir les ambiguïtés qui ne manquent pas dans la relation coopérative que nous avons entre sportif et politique, de surligner de fausses évidences et de préconiser de fausses panacées. Sans dénier l’intérêt de ce qui a été dit et écrit depuis de nombreuses années sur ce thème, il nous a donc semblé utile de revisiter la relation entre clubs sportifs et politiques sportives territoriales afin que les effets de désarticulation ne l’emportent sur les bienfaits d’une articulation qui devient de plus en plus nécessaire.

50Nouveaux enjeux, nouveaux défis, sans aucun doute. Mais ils ne font que s’ajouter à des enjeux et à des défis déjà existants qui, pour la plupart, n’ont pas encore été entièrement relevés. Chacun des termes du sujet porte sa part d’imprécision de sorte que leur association rend le sujet plus ambigu encore. C’est la raison pour laquelle, succombant à un travers universitaire, je vais reprendre la plupart des mots qui constituent l’intitulé du sujet. C’est une condition nécessaire si l’on veut, concrètement, parvenir à un équilibre – ou plutôt à une harmonie – entre les deux parties du sujet, « cultures de clubs » et « politiques sportives territoriales ».

51Qu’entend-on par culture de clubs ? Quelle est son influence ? Constitue-t-elle un atout ou un frein pour les collectivités territoriales ?

52Sans chercher à jouer abusivement sur les mots, au-delà du double pluriel de « cultures de clubs », on peut aussi parler de « culture de club », au singulier. On peut également parler de « culture de clubs » ou encore de « cultures de club ». Toutes ces combinaisons correspondent à des réalités diverses qu’il faut éviter de mélanger. Même si aucun club n’est strictement identique à un autre, pas plus d’ailleurs que chacun des membres qui le composent, la culture d’un club ou d’un ensemble de clubs, comme les clubs universitaires par exemple, réunit des traits propres qui se réfèrent pour l’essentiel à un système de valeurs. Appliquée à l’entité club, comme elle peut l’être à d’autres formes d’institutions ou d’organisations, la culture exprime des tendances de fond d’un jeu social interne. Lorsqu’elle existe dans le club, elle influence largement le comportement de ses membres de la même manière que le poids de l’environnement social. La culture dans le club détermine en partie les conduites collectives, au sein du club mais aussi en dehors – des conduites qui sont à la fois « conditionnées » et « conditionnantes ». La culture de club modèle, pour l’intérieur et vis-à-vis de l’extérieur, un ensemble de valeurs, de normes de comportements, voire de rites, qui sont la première marque de l’identité d’un club. C’est le ciment d’une identité sociale sportive, parfois même d’une identité sociale tout court.

53Comme pour d’autres formes d’organisation, la culture du club auquel un individu adhère lui fournit des modes de perception, un système de pensée, des modèles de comportement qui témoignent des efforts passés du club pour influencer son environnement. Cette culture évidemment n’est pas innée mais acquise. Même lorsqu’elle est affichée pour l’extérieur, elle est transmise par apprentissage au sein du club lui-même. Pour reprendre la belle formule de Ralph Linton : « La culture est l’héritage social des individus. » Elle est la garantie d’une certaine homogénéité des comportements ; elle est bâtie sur des valeurs identifiées, reconnues, partagées. Elle ne peut se transmettre et s’enrichir que si elle est acceptée plus que subie. Cela suppose que le sentiment d’appartenance au club l’emporte sur le sentiment de dépendance.

54Le club n’est pas un concept abstrait mais une entité vivante. En réalité, cohabitent en son sein plusieurs particularismes culturels qui sont les reflets des cultures portées par chacun de ses membres. Lorsque le club est entièrement ouvert, il peut se présenter comme un kaléidoscope de cultures ; il en devient le catalyseur pour former une plate-forme de valeurs consensuelles à partir desquelles s’établit son identité. La culture de club est alors le résultat, la résultante de la combinaison de cultures différentes (générationnelles, sociales, professionnelles, voire ethniques ou religieuses). C’est un mélange culturel enrichi, un creuset de mixité et de métissage, qui ne peut pas laisser insensibles les collectivités territoriales.

55Tous les clubs ne se réfèrent pas à une identité culturelle unique ; peut-être même certains d’entre eux n’en ont-ils aucune. Peut-on au moins espérer que tous se rallient, entre autres lorsqu’il s’agit de politique sportive universitaire, à quelques valeurs fortes, à quelques valeurs repérées, qui constituent la raison d’être du sport et auxquelles pourraient se raccrocher les politiques territoriales ? Hélas, l’évolution actuelle du sport ne plaide pas forcément en ce sens. C’est donc moins par conviction que par précaution ou par sagesse que nous avons choisi de parler de cultures de clubs (deux fois au pluriel). La tâche des collectivités territoriales ne s’en trouve pas simplifiée. Il est heureux que ne s’impose pas, ou que ne soit pas imposé, un modèle culturel uniforme ou universel. En revanche, cette extrême diversité peut devenir un facteur de complication parce qu’elle met trop en apparence les contradictions et qu’elle conduit les collectivités à être souvent dubitatives dans leur relation avec les clubs.

56Sur le terrain coexistent des variétés diverses de clubs, aux formes de cultures différentes, dont les particularismes doivent être pris en compte par les collectivités dans leurs politiques sportives territoriales. Le temps manque, ici, pour en établir une typologie. Mais sans évoquer tous les cas de figure, quelques exemples sont plus illustratifs que d’autres. Tout à fait à part se trouvent les clubs qui sont délibérément porteurs d’une culture unique, à cohérence interne forte, tout en s’inscrivant dans le champ de la pratique avec les autres : c’est le cas, par exemple, des clubs sportifs dans lesquels l’adhésion est fondée sur l’appartenance religieuse ou ethnique. Ils ont leurs valeurs mais, compte tenu de leur nature, il est sans doute plus difficile pour eux comme pour leurs partenaires d’établir des relations, sauf si celles-ci sont établies sur la base de la clarté.

57D’autres clubs choisissent de se distinguer sur la base de caractéristiques (professionnelles, sociales, d’éducation) sur lesquelles vient se greffer leur nature sportive. Ce sont des clubs où on s’associe par affinité. L’évolution des clubs omnisports mériterait à elle seule une analyse particulière, dans la mesure où l’autonomisation de leurs sections, qui tendent à se transformer en filiales, risque de les éloigner des valeurs portées par la structure centrale c’est-à-dire la maison mère.

58Si l’on ajoute à tout cela la variété des espaces territoriaux où les relations entre les clubs sportifs sont plus souvent concurrentielles, voire conflictuelles, que coopératives, on comprend les difficultés auxquelles les collectivités territoriales sont confrontées pour trancher entre des options souvent différentes, parfois contradictoires, lorsqu’il s’agit de définir les orientations de leurs politiques sportives.

59Du côté des collectivités, le panorama n’est pas moins compliqué. D’abord parce que, dans leurs politiques sportives, les collectivités territoriales ne bénéficient pas d’une entière liberté d’action. Leurs interventions locales ne sauraient être entièrement déconnectées d’orientations générales qui sont définies dans un cadre plus large, national, voire international. Il en est ainsi, par exemple, des grandes orientations qui ont été définies dans le cadre des schémas collectifs de service touchant le sport, ou des préconisations qui ont été avancées dans l’Agenda 21.

60D’autre part, la politique sportive d’une collectivité territoriale n’est pas une politique autonome. Elle ne peut pas être conçue indépendamment des autres éléments de sa politique générale. Et d’ailleurs, en matière de politique sportive, l’espace qui est touché va au-delà de considérations sportives stricto sensu, donc au-delà de la légitimité de l’intervention d’un club sur un espace territorial donné. Tout cela n’empêche pas que les choses se fassent.

61Depuis longtemps, les collectivités territoriales interviennent dans le domaine sportif. Leur importance est de plus en plus forte, de plus en plus prenante, leur volontarisme souvent incitatif. Néanmoins, la multiplicité de leurs niveaux et de leurs empilages (communes, établissements de coopération intercommunale, communautés d’agglomération, départements, régions) ne va pas dans le sens de politiques sportives homogènes, cohérentes, rassembleuses. D’autant plus que le désir est finalement assez fort pour une collectivité territoriale de mettre en œuvre une politique indifférenciée qui pourrait s’appliquer à peu près à tous les clubs de la même façon – des clubs dont on a vu qu’ils avaient des caractéristiques, des cultures différentes. Ou alors à l’inverse, les collectivités territoriales risquent de se lancer dans des politiques de niche, qui ne sont pas exactement des politiques au coup par coup, qui tiennent compte de l’amplitude d’ouverture des cultures de clubs, mais qui rendent plus délicate la construction d’une politique générale homogène.

62Sur la complexité des aspects politiques, économiques, juridiques, des relations qu’entretiennent les collectivités territoriales et le sport, la littérature est abondante et ce ne sont pas les contributions intéressantes qui manquent ; mais la sagesse, ici, me conduit à vous y renvoyer. Il reste qu’à la question centrale : quel est le niveau territorial pertinent d’intervention en matière de politique sportive ?, il n’existe hélas pas de réponse automatique. L’éventail des situations rencontrées sur le terrain est très large. Il va de la politique désarticulée du chacun pour soi, dont jouent les clubs sportifs lorsqu’ils sont en position forte et porteurs d’une culture identifiée, reconnue, attractive, à une politique réellement concertée. Dans le premier cas, les clubs jouent de leur effet de domination pour faire monter les enchères dans leur discussion avec les collectivités territoriales et parfois ils n’hésitent pas à les mettre en concurrence entre elles.

63Ni le monde du sport, ni celui des collectivités ne constituent des ensembles homogènes. Du côté des clubs et de leurs cultures, comme du côté des collectivités territoriales, la complexité est la règle : les réalités sont multiples, concordances et contradictions se combinent. Au fond, l’objectif de cette 27e USE est de trouver un point d’équilibre entre les préoccupations de deux mondes entre lesquels et à l’intérieur desquels les relations sont souvent asymétriques. D’ailleurs, il n’est pas étonnant de constater que les incompréhensions réciproques du type « je t’aime, moi non plus » perturbent le jeu de la coopération.

64Chocs de cultures, querelles de territoires ? Ce sont deux interrogations qui pourraient s’adresser aux deux parties. Cependant, à considérer l’état de leurs relations sur le terrain, il ne faut pas brosser un tableau excessivement pessimiste sur leurs modalités de coopération. Mais si on veut être efficace, une analyse lucide et complète des formes que ces coopérations peuvent prendre est absolument indispensable et, pour qu’elles réussissent, il ne faut pas hésiter à tomber dans la banalité. Il faut mieux se comprendre, mieux se connaître, pour dialoguer sans a priori, sans préalable et sans intention cachée. Il y encore de part et d’autre des progrès à faire. Dès lors, pourquoi ne pas admettre définitivement l’idée que les clubs sportifs et les collectivités territoriales n’ont pas forcément au même moment le même horizon de réflexion, les mêmes critères de référence, les mêmes approches de la pratique de la démocratie, les mêmes méthodes de construction et de pilotage des projets ?

65Pour avancer utilement sur le sujet qui nous réunit aujourd’hui, on ne peut se dispenser de se poser trois questions :

  • Clubs sportifs et collectivités territoriales obéissent-ils aux mêmes valeurs ?
  • Clubs sportifs et collectivités territoriales poursuivent-ils les mêmes intérêts ?
  • Clubs sportifs et collectivités territoriales sont-ils gouvernés par les mêmes principes et sont-ils assujettis aux mêmes mécanismes de fonctionnement ?

66À chacune de ces questions, on serait tenté de répondre oui et non.

67* Sur la première, la recherche de l’altruisme, celle du bien commun, le progrès, pour ne citer que quelques exemples, constituent assurément des valeurs de références communes aux deux mondes. Mais il en existe d’autres qui sont plus spécifiques à chacun d’entre eux, comme la recherche de la performance pour le club sportif – je ne dis pas que cela ne peut pas l’être du côté des collectivités mais la formule prend alors un autre sens. Même remarque pour l’égalité des chances : cela concerne bien sûr les clubs mais pour les collectivités territoriales cela prend une signification beaucoup plus large. L’intérêt général concerne les deux. Au niveau du club, l’intérêt général est plutôt considéré au plan du microcosme de l’association, à celui de la collectivité davantage situé au plan de la société.

68* La deuxième question, qui concerne les intérêts, est sans doute la plus délicate. La poser avec quelque utilité suppose un affichage des intentions et l’examen des diverses situations de terrain montre que ce n’est pas toujours le cas. On n’aurait pas beaucoup d’efforts à faire pour trouver des exemples de situation où les intérêts sont contradictoires, notamment parce qu’ils ne se situent pas dans un horizon temporel de même durée. L’horizon temporel d’un élu c’est la prochaine élection. L’horizon temporel d’un dirigeant de club, cela est différent. Les clubs pensent qu’ils ont l’éternité pour eux. Pourtant, leurs dirigeants sont à la fois très précis et très pressés : très précis quand ils sont très pressés, moins précis et considérant que les choses vont de soi lorsqu’il s’agit de juger sur l’avenir.

69* Enfin c’est peut-être sur la troisième question que les différences entre les clubs et les collectivités sont les plus fortes. Certes, chez les uns comme chez les autres, la désignation des instances dirigeantes s’effectue sur la base d’une démarche démocratique. Il n’y a pas, à priori, de raison de penser que ces principes soient moins bien respectés d’un côté que de l’autre. Néanmoins, le rapport respectif des rites aux règles paraît plus prégnant dans le fonctionnement de la démocratie d’un club qu’il ne l’est dans le fonctionnement de celle des collectivités territoriales. En outre, les mécanismes de contrôle sont beaucoup plus développés du côté des collectivités que dans le champ des clubs sportifs.

70Bien sûr, chacune de ces trois questions mériterait d’être approfondie. Il est évident que leurs réponses se prêtent mal à la théorisation car elles sont plus locales que générales. Les questions doivent donc être posées au cas par cas pour avoir les réponses adaptées à la réalité de l’espace sur lequel on travaille. L’enjeu est de taille, c’est celui de la confiance et de la crédibilité réciproque dans ce jeu de la coopération. Mais il est difficile à atteindre. Entre les clubs, entre les collectivités territoriales, entre les clubs et les collectivités territoriales les relations sont souvent dissymétriques et entraînent une dissymétrie des influences. Puisque nous sommes dans les locaux d’un Institut d’administration des entreprises, on pourrait en fonction du caractère fort ou faible de la culture de club d’une part, des politiques sportives territoriales d’autre part, être tenté de présenter de manière simpliste les différents cas de figure possible.

71Pour commencer, il faudrait se demander quelles caractéristiques permettent de dire qu’une culture de club est forte ou faible. Même chose pour la politique sportive des collectivités territoriales.

72Sans pour autant dresser une liste exhaustive et hiérarchisée de ces caractéristiques, on peut dire qu’une culture de club forte c’est une culture de club qui est lisible en interne et par les partenaires. C’est une culture qui suppose une continuité des performances et un niveau considéré comme satisfaisant. Une culture forte dans un club est liée souvent, mais pas exclusivement, à la présence d’une équipe dirigeante, voire d’un dirigeant dont la personnalité est affirmée et qui la porte. Elle dépend de la présence au sein du club de leaders d’opinion idéalisé, comme il y en a au TUC ou ailleurs. Pour être forte, la culture de club exige aussi qu’en son sein, dirigeant ou pratiquant, il y ait des leaders d’opinion banalisée qui permettent une identification de proximité, dont on suit ce qu’ils disent parce que l’on pense qu’ils ont raison.

73Les collectivités considéreront, sans doute, que la culture d’un club est forte si ses équipements et leurs localisations sont importants en taille et judicieusement situés. Elle n’est pas forcément liée à la taille même si le nombre des pratiquants dans un club détermine en partie celui des électeurs d’une collectivité. À l’inverse, il ne suffit pas de reprendre les critères précédents pour considérer qu’on arrive à définir une culture faible. Même exercice simpliste du côté des collectivités territoriales : une politique sportive spatiale est forte ou faible en fonction de l’emboîtement territorial et politique et de son homogénéité, en fonction du degré d’intérêt que la collectivité lui accorde dans sa politique générale. Si la politique sportive n’est qu’un appendice, l’impact sera nécessairement limité en fonction aussi de l’importance et de la solidité de ses ressources financières.

74À partir de ces deux axes (culture de club, politique sportive territoriale) et de leurs deux niveaux d’appréciation (fort ou faible), il est possible d’identifier au sein de ce que l’on appelle pompeusement une matrice « 2 par 2 », quatre quadrants ou si l’on préfère quatre grands cas de figure.

  • Une culture de club faible et une politique sportive forte : dans ce cas, ce sont les collectivités territoriales qui élaborent et qui appliquent leur politique sans trop se préoccuper des clubs. Le dialogue entre les deux est limité et se développe surtout en période pré-électorale ou électorale. La politique des collectivités est plutôt prescriptive et les clubs s’efforcent, dans la mesure où cela leur est possible, de bénéficier d’effets d’aubaine et puis ils se présentent au guichet selon la formule consacrée.
  • Une culture de club et une politique sportive faibles : il n’y a pas grand-chose à dire là-dessus. Les demandes des clubs sont disparates. Les actions publiques sont peu, ou mal, coordonnées, au coup par coup, sans vision d’ensemble du territoire et sans planification dans le temps.
  • Une culture de club forte, mais des politiques sportives faibles : le dialogue est limité ; cette fois, l’effet de domination joue en faveur du club. Le club n’est pas en mesure d’imposer la mise en œuvre des projets qu’il souhaite, il ne suffit pas pour un président de club de dire : « je veux un grand stade » pour que cela fonctionne, mais il peut amener la collectivité à se poser la question et ce sont les interventions personnelles ou le lobbying qui fonctionnent bien davantage qu’un dialogue véritable.
  • Reste le dernier cas : culture de club(s) et politique(s) sportive(s) sont fortes : ce cadre-là réunit des cas de figure différents dans un éventail qui va de la codétermination de la politique sportive entre club et collectivité, voire de la cogestion jusqu’à la conspiration des égos parce que vous avez des dirigeants sportifs forts qui personnalisent, des décideurs politiques qui ont aussi une légitimité démocratique, et qui ont les mêmes caractéristiques individuelles ; alors ceux-là s’entendent ou ne s’entendent pas mais puisqu’il y a une politique sportive forte, c’est qu’ils ont fini par s’entendre. Avec le temps, chacun peut être tenté de tenir le rôle de l’autre, ce qui peut l’amener un jour ou l’autre à prendre sa place. Bien sûr, cette représentation est trop simpliste, trop caricaturale, elle ne vise qu’à illustrer une réalité qui justifie que nous ayons repris le sujet parce qu’il est effectivement très complexe.

75Il y a d’autres voies d’approches au plan de réflexion qui sont possibles, par exemple, celle de la théorie des jeux de stratégie. Dans ce cas, on ferait une distinction entre les jeux à somme nulle (ce que l’un gagne, l’autre le perd). Mais ce n’est pas ainsi que nous souhaitons considérer les choses, et les jeux à somme non nulle (tout le monde gagne). Mais il peut arriver aussi que lorsqu’on s’empoigne, tout le monde perd. Là aussi, il y a quelques rudiments dans la littérature ; rassurez-vous je vous en ferai grâce aujourd’hui. Mais la réflexion est un exercice indispensable si on veut identifier la manière dont club et collectivité peuvent répondre aux défis, aux enjeux auxquels ils sont confrontés.

76Ces enjeux ne sont pas nouveaux, il ne suffit pas de faire du neuf avec du vieux. D’ailleurs leur prise de conscience est relativement récente et lorsqu’ils sont pris en compte, ils le sont de façon fragmentaire. Fréquemment, les enjeux dépassent la nature et le champ d’intervention des clubs et des collectivités. Une politique sportive territoriale va forcément au-delà du sport considéré stricto sensu. De façon directe ou de manière dérivée, cela touche aussi l’éducation, la santé publique, l’aménagement du territoire ou encore l’économie par le biais de l’emploi ou de l’investissement.

77Sans viser l’exhaustivité, ce ne sont pas ces enjeux-là qui sont cependant les enjeux majeurs que je vais évoquer brièvement. J’insisterai simplement sur trois enjeux dont l’émergence est nouvelle et dont le poids devient croissant. Il s’agit de la mixité, de la citoyenneté et du développement durable.

78– Évoquer l’enjeu de la mixité peut sembler paradoxale, alors que je me suis efforcé de montrer tout à l’heure que la culture entre les clubs pouvait être différente, qu’à l’intérieur d’un club elle était une plate-forme consensuelle de valeurs diverses. De toute façon, pour reprendre la formule de Jean-Jacques Rousseau : « Il vaut mieux être homme à paradoxes, qu’homme à préjugés. » Préjugés parce que pour certains, l’enjeu de la mixité n’a pas concerné le club, préjugés pour d’autres au sein du club parce qu’ils considèrent l’enjeu de la mixité n’étant pas notre affaire.

79La culture de club permet de rassembler sur des valeurs communes parce que ce sont des valeurs échangées des personnes qui, à priori, n’avaient aucune raison de se rencontrer en raison de leurs différences. Les collectivités territoriales l’ont bien compris, et même mieux que les dirigeants du sport me semble-t-il. Elles ont saisi que le club sportif, après l’école, est un espace social privilégié pour déployer dans la totalité de son éventail le bénéfice de la mixité. J’ai bien dit la mixité dans tous ses aspects : hommes/femmes, jeunes et moins jeunes, locaux et horsains, appartenance à des catégories sociales différentes, professions de toutes natures, origines ethniques, convictions religieuses diverses. Et ce ne sont pas les clubs universitaires qui ont fait de l’ouverture l’un des axes majeurs. Ce n’est pas au sein des clubs universitaires qu’on a à essayer de défendre l’idée de la mixité. Mais naturellement, nous n’en avons pas le monopole, elle se trouve ailleurs. Les collectivités territoriales l’ont vu, reste à savoir comment faire dans l’élaboration du contenu des politiques.

80– De même, l’enjeu de la citoyenneté ne pouvait pas échapper aux collectivités territoriales. Même sur ce plan, elles ne sont pas toujours innocentes ou désintéressées. Elles savent que les clubs sportifs sont là encore, après l’école, c’est un espace d’initiation à la responsabilité.

81Dans de trop nombreux cas, il y a encore beaucoup d’efforts à faire dans nos clubs sur la transmission des responsabilités, l’initiation au savoir-faire, mais il n’en demeure pas moins que c’est un terrain privilégié. C’est quand même dans un club qu’on peut, alors que l’on a une vingtaine d’années, prendre des responsabilités qui peuvent concerner plusieurs milliers de personnes ; il faudra bien longtemps dans la vie individuelle de chacun avant de pouvoir toucher dans d’autres domaines autant de monde.

82Le dernier exemple est celui de l’enjeu du développement durable. Je vais prendre mon exemple à Marseille, cela n’a rien à voir avec l’actualité du club local. Au mois de mars, se sont réunies à Marseille plusieurs centaines de personnes à un colloque organisé par le conseil général sur l’impact du sport sur le développement durable. Tout cela était fondé sur une enquête préalable, qui montrait que sur le terrain on pouvait s’appuyer sur le sport et sur ses acteurs pour faire avancer des principes du développement durable qui ne se limitent pas à l’écologie, au plan d’un territoire. 86 % des personnes interrogées étaient convaincues que le développement durable devait s’appliquer au sport, 63 % seulement l’intégraient dans leurs projets, et 57 % étaient en mesure de donner des explications et des illustrations complètes. Il faudra, comme toujours, beaucoup de temps avant de passer du discours à la pratique mais cet enjeu-là qui ne se limite pas aux préconisations de l’Agenda 21, est un défi auquel nos clubs seront de plus en plus confrontés. Et je crois que comme les deux précédents, les collectivités territoriales ont compris que pour elles, les clubs sportifs pourraient être un atout. On ne peut agir avec efficacité que si l’on a des principes et chacun a ses principes à sa manière. Il n’y a pas de règle d’or pour assurer une harmonie entre politique territoriale et culture de club. Mais il y a, pour conclure, quelques principes simples qu’il faudrait essayer de respecter. Ce sont des principes de bon sens.

83Le premier est d’éviter la confusion des genres. Que chacun, dirigeant de club ou responsable politique, reste dans le rôle qui est le sien. Le mélange des genres est facteur d’ambiguïté et conduit à la suspicion. Que chacun ne cherche donc pas à se prendre pour l’autre. Lorsque le politique cherche à exercer une pression excessive en s’ingérant sans légitimité dans les affaires du club, ou à l’inverse lorsque le dirigeant du club se sert de son club comme marchepied politique et uniquement pour cela, il est clair que les conditions de départ pour trouver un équilibre sont faibles. Et il n’y a évidemment rien à pire que la double casquette, qui ne fait que brouiller les messages, renforcer les incompréhensions. Le respect de ce principe devrait aller de soi, la réalité n’est pas telle.

84Le deuxième principe est forcément lié au premier et touche à la clarification préalable des intentions et des objectifs. Si l’on veut arriver à un projet construit en commun, il faut qu’avant les uns et les autres expriment ouvertement ce qu’ils veulent et ce qu’ils visent. Sommes-nous bien les uns et les autres engagés dans cette forme de dialogue ? Je ne le crois pas.

85Enfin, le troisième principe est qu’un partenariat réussi débouche sur un contrat, accepté puis assumé par chacune des parties en cause. C’est pour cela qu’il faut être au clair sur les droits et sur les devoirs de chacun. On sait aussi que sur le terrain les choses ne sont pas aussi simples parce que très souvent les protagonistes sont très sensibles à leurs droits, un peu moins à leurs devoirs. En revanche, ils sont plus attentifs aux devoirs de l’autre qu’au respect de ses droits.

86Ces trois principes peuvent servir de fondement pour construire un trépied des « 3 C » :

87C comme crédibilité,

88C comme confiance,

89C comme continuité.

90Crédibilité, parce qu’il n’est pas de partenariat viable s’il n’est pas établi sur un affichage sincère des intentions, des objectifs et des moyens que l’on mettra dans le projet.

91Confiance, parce que la coopération entre clubs et collectivités doit se développer à partir d’un contrat clair qui définisse avec rigueur dans la durée les droits et devoirs de chacun.

92Continuité, enfin, parce que la conception et la mise en œuvre des projets demandent du temps et courent péril à être remises en cause au gré des états d’âmes des uns, plutôt du côté du sport ou des avatars des échéances électorales, du côté des politiques.

93Voilà pourquoi il était utile, nous a-t-il semblé à l’UJSF et à l’UNCU, de revisiter le sujet. Aujourd’hui, si l’on devait développer les scénarios autrement que de la manière dont je les ai présentés, on pourrait dire qu’il en existe trois : celui de la main tendue, celui de la main imposée, celui de la main invisible.

94La main tendue l’est trop souvent par les clubs qui, armés de la force de leurs cultures, se présentent devant les collectivités territoriales, une sébile à la main mais sans cocktail Molotov dans l’autre. Ils s’adressent à elles comme bailleur de fonds, les priant de financer des projets sans se demander s’ils sont dans le fil de l’intérêt général, s’ils s’inscrivent dans les grandes orientations de la collectivité. C’est une pratique qui se déroule facilement si les collectivités territoriales n’ont pas de politique sportive affichée et si elles laissent les guichets ouverts. La main pourrait être tendue par les collectivités territoriales vers les clubs.

95Deuxième scénario, la main imposée : lorsque les collectivités territoriales sont dominantes, elles obligent les clubs à entrer dans un système où ils ne bénéficieront pas de support. Le club n’a d’autre choix que de s’inscrire dans les déclinaisons de la politique de la collectivité. C’est une politique du à prendre ou à laisser.

96Et puis il y a le scénario de la main invisible, qui par nature même est rarement affiché. Ici, j’y fais allusion sans référence à des présentations qui sont souvent assez fausses lorsqu’elles prétendent rendre compte de ce que serait le libéralisme et qui sont fondées sur l’idée que finalement tout cela va s’équilibrer gentiment. Il faut laisser faire, que les clubs fassent des projets, que les collectivités les choisissent dans un mécanisme de sélection naturelle qui fera émerger les meilleurs projets. Et bien évidemment si chacun pour sa part était parfait, ce scénario fonctionnerait.

97Aucun de ces trois scénarios ne nous paraît véritablement satisfaisant et l’enjeu de cette 27e Université Sportive d’Été est peut-être de fournir des éléments de réflexion et surtout des propositions pour que la main tendue soit vue autrement, que la main tendue par les collectivités le soit certes en fonction des grandes orientations de leurs politiques générales mais dans le cadre d’un dialogue avec des clubs qui mettrait enfin au clair leurs volontés, et montrerait leurs capacités à dépasser leur propre champ pour dialoguer avec les collectivités et construire ensemble des projets nouveaux. Cela s’appelle la coopération. Ce sont les règles de la coopération qu’il faut essayer d’établir, notamment en précisant davantage les droits et les devoirs de chacun, dans les deux journées qui nous restent.

98Ne perdons pas de temps, parce que sinon la main passe. J’ai d’ailleurs perdu beaucoup de temps et le moment est venu de passer la main.

Présentation du stage communication par Yann HILDWEIN,
Journaliste à L’Équipe

99Bonjour à tous et bienvenue à Toulouse où nous sommes en train de travailler depuis le début de la semaine. Il y a six stagiaires :

100Mathieu Jahan, de Reims

101Mathieu Laurent, de Châteauroux

102Dorothée Didier, de Strasbourg

103Julie Taulan, d’Aix-en-Provence

104Marie Verdier, de Toulouse

105Tao Douay, de Toulouse également.

106Ils travaillent, comme chaque année, sur trois exercices : un petit documentaire télévisé, un article pour une gazette et de petites présentations devant la télévision.

107Un groupe composé de Tao, Dorothée et Julie, a réalisé un sujet sur l’action Handicap de la section Aviron du Toulouse Université Club.

108L’autre groupe a travaillé sur le groupe de musique Zebda qui est une des « institutions » locales.

109Jean-Marc Michel, Président de l’UJSF, va nous emmener visiter la chaîne de télévision France 3, où l’on va assister au tournage du journal. Ces visites de médias font partie intégrante du déroulement du stage.

110Nous reviendrons ici, au sein de l’USE, pour vous présenter les travaux quand ils seront plus avancés.

STAGE COMMUNICATION 2009
Sensibilisation et Découverte du Jouranlisme du 14 au 21 juin 2009 à Toulouse
L’Université Sportive d’Été propose, à l’occasion de sa 27e session, un stage d’initiation aux techniques de la communication et du journalisme, destiné à des jeunes de 18 à 26 ans (étudiants et/ou membres de clubs sportifs) pratiquant couramment le français.
Le stage est ouvert à un groupe limité de participants (12) : les candidatures seront reçues sur dossier (Curriculum Vitae et lettre de motivation).
Objectifs
Initier les stagiaires :
- à la réalisation d’un sujet journalistique (conception, collecte d'information,
écriture)
- au maniement de la caméra
- au travail de l'image
- au fonctionnement des médias
afin que les stagiaires puissent se confronter aux réalités de ces métiers et tester leurs
propres capacités pour s’orienter éventuellement vers une carrière dans la presse ou la communication.
Enjeux du stage
Chaque groupe de stagiaires doit être capable de fournir aux participants
de l’Université Sportive d’Été :
- des articles destinés à une gazette accompagnant les travaux de l’USE
- un documentaire TV sur le thème de l’USE (« Cultures de clubs et politiques
sportives territoriales ») ou un sujet local
Exercices
- cours sur l’écriture journalistique / l’article
- cours sur l’image
- cours sur le maniement de la caméra
- rédaction d’articles de presse
- réalisation de documentaires TV
- essais de présentations de flash TV devant la caméra
- visite de journaux, stations de radio ou chaînes de télévision
Encadrement
Jean-Marc MICHEL, Président de l'Union des Journalistes de Sport en France
Yann HILDWEIN, Journaliste à L'Équipe
Roger PUREUR, Enseignant à la Faculté des Sciences du Sport de l’Université de Lille 2
Plaquette de présentation pour le stage de communication de l’USE 2009.

Auteurs

Président délégué du Toulouse Université Club

Recteur de l’Académie de Toulouse,
Président du Toulouse Université Club

Directeur de l’Institut d’administration des entreprises, Université Toulouse 1

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540