Version classiqueVersion mobile

Cultures de clubs et politiques sportives territoriales

 | 
Jean-Paul Callède

Hommage à Pierre Rostini

Ernest Gibert

Texte intégral

Photo 1 – Ouverture de la 27e Université Sportive d’Été.
De g. à d. : MM. Hervé Penan (Directeur de l’Institut d’administration des entreprises, Université Toulouse 1), Olivier Dugrip (Recteur de l’Académie de Toulouse et Président du TUC), Ernest Gibert (Président de l’UNCU), Louis Castex (Président du PRES « Université de Toulouse »), Jean-Marc Michel (Vice-Président de l’UJSF). Cliché : Daniel Bonzoms.

Photo 2 – Quelques participants de l’USE. Cliché : Daniel Bonzoms.

Ernest GIBERT
Président de l’UNCU

Pierre Rostini : l’homme des convictions et de peu de mots

1Les clubs universitaires sont éternels, Pierre avait coutume de le dire. Malgré notre peine, qui rejoint celle de sa famille, nous savons que celui qui les a réunis et qui a inspiré pendant plus d’un demi-siècle leur action ne nous a pas quittés vraiment. Par sa vie et par son exemple, il continuera à nous aider à trouver le chemin. Il est peu d’hommes dont le terme de la vie ne tire pas un trait sur leur existence. Pierre Rostini aura été de ceux dont la trace se prolonge au-delà de leur action. Tout simplement par ce que Pierre représentait pour nous, sans que nous ayons ressenti le besoin de le lui dire en raison de l’affection respectueuse que nous lui portions, ce qui fait à la fois la dignité et l’espoir de la condition humaine.

2Pierre n’assenait jamais de vérité et n’imposait jamais rien. Il suggérait à peine, mais avait le don de vous amener à vous engager dans ce qui paraissait être la bonne orientation. Lorsqu’on lui demandait conseil, il répondait de sa voix douce et inimitable : « Fais ce que tu veux. » Ce n’était ni une marque de désintérêt ni une forme de manipulation, mais une manière d’exprimer sa confiance et de vous amener à réfléchir à ce qu’il convenait de faire. Il suffisait, alors, de se demander ce qu’il aurait fait, lui.

3Pierre ne se mettait jamais en avant mais il était toujours là quand on avait besoin de lui. Sans jamais évoquer ce qu’avait été son histoire, il savait vous faire bénéficier de son expérience et vous aider du concours de ses multiples amitiés. Elles disaient à sa place et permettaient de comprendre quelle avait été son action dans la Résistance, son rôle déterminant dans la renaissance – ou plutôt, la véritable naissance – du mouvement étudiant, l’estime dont il bénéficiait dans les milieux du journalisme et de l’édition, sa position influente dans le champ de la francophonie, sans avoir pour autant épuisé ses espaces d’influence et ses centres d’intérêt. Dans le monde du sport, souvent artificiel, arriviste ou cruel, il occupait une position de sage et était unanimement respecté. Sans doute parce que Pierre pensait que les valeurs qui les animent sont plus importantes que les hommes qui les portent.

4Assurément humaniste, à toutes les richesses du sens que peut prendre ce mot, Pierre était pour nous un exemple même s’il n’aurait pas aimé que nous le lui disions. Tous, chacun pour sa part et à sa manière, savons ce que nous lui devons. Notre responsabilité est de savoir le transmettre à notre tour. Sans doute peut-il nous y aider encore, puisque nous savons bien que, dans nos réunions ou dans nos échanges, sa présence et son sourire allaient bien au-delà de ses mots.

Jacques MARCHAND
Président honoraire de l’Union des journalistes de sport en France

Pierre Rostini : un humaniste à la bonne franquette

5Pierre Rostini, l’homme qui connaissait tout le monde et que tout le monde connaissait, m’a fait découvrir une autre facette du sport universitaire. Je fréquentais par mon métier les sportifs universitaires, il m’a amené à fréquenter et à apprécier les universitaires sportifs de l’UNCU, les vrais, ceux qui pratiquent et ceux qui construisent, pas ceux qui pérorent.

6Pierre Rostini n’a pas, à mes yeux, été qu’un dirigeant sympathique et digne de notre estime. Il a vécu, il a marqué, il a influencé, dans l’après-guerre, une époque de construction et d’émancipation du sport français.

7Il était un homme d’union et de réunion. Souvent autour d’une bonne table, situation qu’il ne dédaignait pas et, à l’occasion parfois renouvelée, qu’il savourait en gourmet.

8Il disposait d’un puissant réseau de relations qui se croisaient et s’épaulaient. Il était, pour beaucoup d’entre nous, l’ami providentiel qui suggérait où trouver la solution qui allait vous dépanner. Il n’était pas un dirigeant comme les autres. Incomparable dans son genre. Il créait, il conseillait, il suggérait, toujours disposé à rendre service à une cause ou à une personne. Il n’affichait pas son humanisme naturel et permanent, il le distribuait à la bonne franquette, souligné par son sourire malicieux.

9Il était venu à Paris pour mener à bien son œuvre, diriger ses affaires et remplir ses fonctions, mais son cœur battait toujours dans sa Corse natale, où il se réfugiait, de son vivant, pour se reposer et se remettre ; aujourd’hui, il y retourne et y repose pour l’éternité.

10Il va nous manquer, car il emporte avec lui, tout un pan de l’histoire sportive française et francophone du xxe siècle.

Jean-Paul SCHNEIDER
Ancien vice-président de l’UNCU

« Tu es Pierre, et sur cette pierre… »

11Dans une bâtisse sans âme, une petite pièce sans caractère, encombrée de trophées sportifs, de toutes tailles et de tous styles : en son centre trône une immense table en bois nu, aux cicatrices encrassées. Installés autour, sur des chaises dépareillées, quinze ou vingt personnages sont en train de discourir, de se couper la parole les uns aux autres, d’étaler avec passion leurs désaccords ou leur ego…

12Seul dans ce tumulte, un homme, silencieux, écoute. Ses yeux noirs pétillent, sur ses lèvres s’ébauche l’esquisse d’un sourire. Tranquille, il laisse la véhémence s’épuiser. Et tout à coup, le voilà qui prend la parole. En quelques mots simples, dits d’une voix douce, il indique la direction à suivre pour sortir du fouillis inextricable des antagonismes, des contradictions, des impasses. Et tous se taisent, soudain réconciliés, prêts à aller, ensemble, de l’avant.

13Telle fut l’image que Pierre Rostini, présidant l’UNCU, m’offrit la première fois que je le rencontrai, il y a quelque trente ans, à l’ancien siège du PUC. Telle est celle de l’homme indulgent mais sans faiblesse, efficace mais sans brutalité, rassembleur mais sans impatience, que nous sommes sans doute nombreux à garder gravée dans notre mémoire.

14Puisse à notre action durablement servir de guide l’exemple de sa générosité souriante, de son persévérant engagement en faveur d’une vie qui soit pour tous une fête du corps et de l’esprit, dans le respect serein de nos différences.

Michel LENGUIN
Vice-Président de l’UNCU

15Discret, presque timide, il entre dans la salle où bruissent les conversations. De petite taille, silencieux, nul besoin de héraut ou d’aboyeur pour que sa présence s’impose.

16Chacun prononce son nom, son prénom, avec le secret espoir que son choix le mènera vers nous.

17Une main glissée dans la poche de son ample veston, il tourne et retourne son stylo dans ses longs doigts agiles, tout comme par ailleurs il le fera, officiant les réunions qu’il anime : nulle serviette, nul dossier, une page blanche orpheline et ce fameux stylo sont ses seuls bagages. Mieux qu’un hochet, il semble en user comme un diapason qui donnera le ton des échanges qu’il saura maîtriser.

18Personnage pittoresque… délicieusement pittoresque… Un léger sourire flotte sur son visage, un sourire quasi permanent, parfois énigmatique que lui confèrent des pommettes hautes bien dessinées.

19Silencieuse, sa voix, toute en inflexions avec cette retenue dans le masque qui lui prête parfois des accents de supplique insistante, déstabilisante pour son interlocuteur.

20Tête rentrée dans ses épaules, il n’est pas homme à se hausser du col. Il émanait de lui le paradoxe d’un personnage tout en rondeur, sans aspérités, animé d’une pugnacité, d’une détermination au service de convictions fortes.

21Il disait la bonne parole, peut-être pourrions-nous dire qu’il édictait ses mots en référence à sa passion d’éditeur. Il les édictait, les étirait avec lenteur comme pour en essorer totalement le sens. « Tu comprends », concluait-il alors de sa voix inimitable…

22Panurge ne faisait pas partie de ses héros.

23Il se méfiait de la foule et portait quelques réticences envers les grands rassemblements coupables de contagions malignes.

24Homme de cénacle, il réunissait ses disciples, discutait des idées et les mettait en mouvement.

25Tout, dans sa vie, participait d’un même état d’esprit, d’un même hédonisme délicat.

26Il savourait les grands et les petits bonheurs et voulait les faire partager. Anecdote : il nous vantait les charmes des déplacements parisiens en autobus, de leurs itinéraires, ménageant les rencontres architecturales, historiques, humaines, réveillant des souvenirs comme pour mieux les apprivoiser.

27Il refusait les déplacements aveugles et rectilignes du métro. Il ne se laissait rien imposer, et sa vie était choisie.

28Il faisait bon le rencontrer, le côtoyer, passer du temps avec lui, il nous rassurait, nous régénérait, nous l’aimions.

29Parlant des clubs universitaires, il répétait : « Nous sommes immortels. » Il nous a convaincus dans la mesure où, comme lui, nous ne baisserions pas la garde et tout en conservant notre joie de vivre communicative !

Michel SAMPER
Président du PUC

Pierre Rostini et le PUC

30Quel redoutable exercice que d’avoir à parler de Pierre Rostini : un nom connu certes, mais tellement mystérieux…

31Pierre Rostini, beaucoup le connaissent de réputation, mais peu savent qui il est.

32Au Paris Université Club on le voyait peu, mais il était toujours là quand il le fallait… quand il fallait aider un puciste… quand il fallait sauver le club.

33C’est vrai que Pierre n’aimait pas les honneurs. Au PUC comme ailleurs il acceptait par force les titres honorifiques qu’on lui imposait car c’était toujours la personne idoine, la plus efficace pour servir avec succès les institutions. Peut-être avait-il trouvé en leur sein le terrain idéal pour exprimer sa nature généreuse, au service d’une cause profondément humaine ?

34Pourquoi et comment s’est-il passionné pour le combat des étudiants sportifs et leurs organisations ? Comment est-il arrivé au PUC ? Par hasard ou volontairement ? Nul ne le sait exactement…

35Je sais seulement que, débarqué de son île natale, il découvre le milieu étudiant/sportif à l’Université d’Aix-en-Provence et qu’il prend une part active dans la résistance nationale, tant et si bien qu’il entre, à la fin de la guerre, dans la gouvernance de l’UNEF, pour en prendre très rapidement la tête.

36Grâce à sa connaissance (et à sa passion) du sport universitaire, et à la rencontre de deux grands spécialistes pucistes, Jean Petitjean et Jacques Flouret, il a l’opportunité de s’investir pour la première fois dans le développement et l’organisation du sport universitaire international qui cherchait sa voie, tiraillé par des forces politiques antagonistes issues de la guerre et de la guerre froide.

37Pierre en sera le réconciliateur et le « relanceur ». En prenant la présidence du Congrès mondial des étudiants à Prague en 1946, il participe à la création de l’Union internationale des étudiants (UIE), puis, dans la foulée, il propose – associé à l’UNEF et à l’OSSU – la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux universitaire en 1947. Pierre, en tant que commissaire général, sera un artisan du succès mondial de ces jeux qui redonnent de l’espoir à la jeunesse étudiante et sportive du monde entier.

38Mais, hélas, le mouvement mondial se divise à nouveau en 1949, la FISU d’un côté et l’UIE de l’autre reprenant leurs organisations séparées.

39Le PUC et l’UNEF, qui fêtent simultanément leur 50e anniversaire, l’OSSU et Pierre Rostini bien entendu, repartent au combat, et, après plusieurs années d’âpres négociations, proposent et obtiennent l’organisation des Jeux de la réconciliation. Ils se feront à Paris, en 1957, dans un stade Charléty flambant neuf. Merci Pierre ! Le PUC – particulièrement attaché à la tradition des Jeux universitaires mondiaux créés par Jean Petitjean en 1923 – et Pierre Rostini, encore ! sont très fortement impliqués dans leur organisation et dans leur succès… Les Jeux de Paris marquent la transition entre un passé dominé par la dualité de deux fédérations internationales, et un avenir riche de promesses. Deux ans plus tard, en effet, toutes les fédérations internationales du sport universitaire se rassemblent autour de la FISU, pour participer aux premières Universiades organisées à Turin (1959). Depuis, l’unité retrouvée, vous connaissez la suite heureuse de l’histoire des Universiades…

40L’organisation du sport universitaire mondial stabilisée, c’est la problématique de l’organisation nationale du sport scolaire et universitaire français qui va donner, encore une fois à Pierre, l’occasion de démontrer, avec toujours autant de discrétion, son efficacité. Il défend, bien entendu, les nombreux dirigeants pucistes fortement impliqués dans le combat politique qui va finalement déboucher sur la création de l’ASSU, organisme destiné à rapprocher le sport scolaire et le sport universitaire. Il n’est certainement pas étranger à la nomination du président du PUC au poste de secrétaire général. Allez donc savoir ! ! !

41Parallèlement il crée l’Union des clubs universitaire qui deviendra plus tard l’UNCU à l’heure où les clubs universitaires français – le PUC, le BEC, le SMUC, l’ASUL et d’autres – brillent encore au plus haut niveau du sport national.

42On s’est souvent posé la question de savoir pourquoi il s’était engagé avec autant de passion et de pugnacité dans ce combat en faveur de la reconnaissance du sport étudiant. Il avait, en fait, une profonde conviction dans la capacité des étudiants à moderniser le monde, et dans celle du sport comme un formidable moyen d’éducation des hommes. Mais, il était aussi convaincu que ses idées ne pourraient triompher sans le rassemblement des forces étudiantes sportives, notamment au travers de clubs universitaires forts. Pierre était un homme de dialogue, un réconciliateur né, doublé d’un militant, fervent promoteur des clubs universitaires.

43Le PUC a profité de ses combats et de ses succès, associé qu’il était à toutes ses campagnes. Ambassadeur international du club, il a contribué à le faire connaître, à faire apprécier son esprit, à faire mesurer ses résultats. Au PUC c’était aussi un homme discret, même s’il a accepté en son temps – de 1956 à 1982 – la vice-présidence du club et la présidence de la commission du Sport universitaire, et finalement sa nomination éternelle à la présidence d’honneur… Il n’assistait pas souvent aux réunions officielles mais il était toujours disponible quand il fallait régler un problème compliqué. Il savait faire ouvrir la porte de celui qui serait notre sauveur. Combien de fois les présidents Gallien, Krotoff et moi-même, encore récemment, avons eu recours à ses conseils stratégiques et à son aide…, heureux de le rencontrer dans son indescriptible bureau ou mieux encore autour d’une table de bistrot qui lui était jalousement réservée… ?

44Même plus âgé il nous a encore étonnés par la justesse de son jugement, la perspicacité de ses manœuvres, la générosité et la passion dans l’action qui se traduisaient toujours par une efficacité reconnue.

45Cette efficacité qu’il doit d’abord à ses qualités personnelles, il l’obtient aussi par la mobilisation de tous ceux qui composent son réseau, car Pierre n’a pas d’ennemis, ou si peu, il n’a que des amis prêts à le servir.

46Vous, vous avez perdu un ami,

47Le PUC a perdu un compagnon, le PUC a perdu son guide, le PUC a perdu son arbre…

48Mais, Pierre, sois rassuré, d’en haut n’interviens pas encore, car le PUC n’est toujours pas mort !

Jean-Paul CALLÈDE
Sociologue à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, CNRS

Pierre Rostini (1920-2010), un engagement exemplaire

49Pierre Rostini est né le 2 mars 1920 à Paris. Il est le fils d’un agent de la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Après des études secondaires accomplies au collège Fesch, à Ajaccio, il poursuit sa formation à la faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, finançant ses études en étant instituteur une année, à Bastia, puis maître d’internat dans divers établissements d’enseignement secondaire. En 1943, il devient président de l’Association générale des étudiants d’Aix-en-Provence, puis commissaire aux comptes de l’UNEF. Il s’engage dans la Résistance, insérant notamment des tracts dans les livres de la bibliothèque universitaire. À la Libération, il intègre le Centre d’enseignement par correspondance (Paris) en qualité de professeur.

50Dans le droit fil de son implication militante au sein de l’« AG » et de ses activités de Résistant, Pierre Rostini est nommé président de la commission d’épuration lors du congrès extraordinaire de l’UNEF, qui se tient en novembre 1944. Le Puciste et vice-président de l’UNEF, responsable des relations internationales et du sport universitaire au sein du syndicat étudiant, siège également dans la commission d’épuration du sport universitaire, aux côtés du professeur Michel Machebœuf, président du PUC – ce dernier avait accédé à la présidence du club lorsque son prédécesseur, le Pr Paul Chailley-Bert, avait rejoint à Londres les Français libres du général de Gaulle – et de René Ricard, handballeur du PUC, puis président de section dans le club parisien, professeur à l’ENI d’Auteuil et plus tard à l’INSEP.

51Son objectif est de restaurer le sport associatif scolaire et universitaire dans ses fondements d’avant les années noires de Vichy, parfaitement conscient des rapports de force qui avaient caractérisé cette triste période. À la Libération, « j’ai eu connaissance d’un rapport anonyme, je l’ai eu entre les mains, qui avait été adressé à Vichy et qui indiquait qu’un franc-maçon, Jean Petitjean, et un juif, Alfred Rosier, ancien chef de cabinet de Jean Zay, ne pouvaient pas être en charge du sport universitaire », nous avait-il confié lors d’un entretien réalisé en 2000. Pour l’heure, en ces années de renouveau démocratique, Pierre Rostini va, selon ses propres termes, « réintégrer l’OSSU à l’UNEF », conformément à ce qui avait été reprécisé au congrès du 30 mai 1939. Rappelons que l’Office du sport scolaire et universitaire a vu le jour en avril 1938, sous l’impulsion de la réforme souhaitée par Jean Zay. Évidemment, en ces premières années d’après-guerre, certains ne voient pas d’un très bon œil une telle opération, en particulier ceux qui se sont habitués à « un certain fonctionnarisme », se souvient Pierre Rostini. En 1948 l’UNEF en fait son président d’honneur.

52À la même époque, les relations internationales sont rétablies. Pierre Rostini est secrétaire général de l’Union patriotique des organisations étudiantes (UPOE), qui regroupe l’UNEF et les organisations politiques et confessionnelles issues de la Résistance. Dès lors, ses activités prennent une dimension internationale : il représente l’UNEF au Congrès mondial de la jeunesse à Londres, en 1945, et prend la tête de la délégation française au rassemblement international des étudiants qui se tient à Prague le 17 novembre 1945 ; il va présider le « comité préparatoire international » au congrès mondial qui, dans la même ville, le 17 novembre 1946, fonda l’Union internationale des étudiants, l’International Union of Students (UIE). Roch Campana insiste sur ce moment important : « After the end of the war, in 1946, a new organisation was formed : the international Union of Student. The post-war games of 1947 were organised in Paris, gathering 17 delegations and nearly 800 athletes. » En sa qualité de commissaire général des IXe Jeux universitaires mondiaux, Rostini contribue à la pleine réussite de cette grandiose manifestation que sont ces Jeux, dits de la réconciliation, qui se déroulent du 24 au 31 août 1947 au stade Charléty.

53Pour le juriste Paul Bouchet, le rédacteur de la « charte de Grenoble » produite à l’occasion du congrès de l’UNEF tenu dans cette ville en 1946, qui refonda le syndicalisme étudiant d’après-guerre, Pierre Rostini fut à la fois « l’homme de la transition et de la reconstruction ».

54En 1960, l’OSSU, qui regroupe le sport des scolaires et des étudiants, est menacé de disparaître. On lui reproche d’être trop lié à l’UNEF (rassemblant près de 100 000 étudiants en 1961), qui dénonce avec virulence la guerre d’Algérie et la colonisation. Dès 1959, quelques dirigeants des clubs universitaires décident de se regrouper en une Union des clubs universitaires (UCU), qui deviendra, deux ans plus tard, en 1961, l’Union nationale des clubs universitaires (UNCU). Pierre Rostini en devient le premier président. Entre-temps, il a accepté la charge de vice-président du Paris Université Club, qu’il occupe de 1956 à 1982. Il va rester à la tête de l’Union pendant plus de trente ans.

55Pierre Rostini n’a jamais ménagé son énergie en faveur du rayonnement du sport universitaire, et plus largement des valeurs humanistes du sport et de l’esprit associatif qu’il perpétue. Il est l’un des instigateurs de la création, le 3 août 1950, du comité Pierre de Coubertin. Alfred Rosier, alors directeur de la main-d’œuvre au ministère du Travail, et Jean-François Brisson, ancien champion et recordman de France en athlétisme avant de devenir journaliste et d’entrer au Figaro en 1950, le secondent dans cette création associative qui a pour vocation de contribuer au développement de la pratique du sport et de réfléchir à de nouvelles propositions selon les idéaux définis par Pierre de Coubertin. La brochure inaugurale précise que « le Comité Pierre de Coubertin est une association indépendante qui s’est fixée pour but de réunir tous les sportifs véritables (pratiquants, dirigeants, journalistes), et même les spectateurs avertis »… Suite au décès du président Pierre Comte-Offenbach, au mois de novembre 1990, l’unanimité se fait autour de Pierre Rostini, membre fondateur, qui accède à la présidence du comité l’année suivante.

56Au lendemain de la guerre, après une courte expérience de professeur dans l’enseignement par correspondance suivie de deux années pendant lesquelles il occupe des fonctions de cadre administratif, Pierre Rostini s’oriente vers le journalisme et l’édition. Ainsi, dès 1950, il se fait journaliste et dirige bientôt la revue Esope, à partir de 1953. Il s’implique ensuite dans la francophonie, développant des relations, notamment comme éditeur, avec plusieurs pays africains. Il publie le périodique Kouakou (dès 1968), un autre intitulé Calao (depuis 1975) et L’Écho de l’Afrique à partir de 1986.

57Kouakou est un magazine distribué gratuitement dans les écoles d’Afrique. Il s’adresse aux jeunes de 8 à 12 ans et est conçu de manière à concilier divertissement et pédagogie. « Imprimé à 50 000 exemplaires à sa naissance, en 1966, le tirage a progressé rapidement jusqu’à dépasser les 400 000 exemplaires au début des années 1990. » L’une des clefs du succès tient dans les pages de bande dessinée mettant en scène un enfant d’Afrique nommé Kouakou. « Pour la première fois dans l’histoire de la bande dessinée, une série avait comme héros un jeune africain sympathique et ingénieux, sans aucun manichéisme ou misérabilisme. » Calao est créé en 1974. Il s’adresse aux 12-16 ans, avec une formule quasi similaire à Kouakou même si aucun héros de bande dessinée ne porte le nom de Calao. Ces deux magazines disparaissent quelque temps avant le ministère de la coopération, lui-même intégré au ministère des Affaires étrangères. De l’avis de Christophe Cassiau-Haurie, « avec la fin de l’aventure Kouakou, en 1998, prend fin une certaine époque, celle de la coop mais aussi tout un savoir faire, des réseaux et une connaissance du terrain qui a laissé beaucoup de nostalgie et de regrets ».

58Afin que la mémoire du syndicalisme étudiant ne soit pas dispersée et perdue, Pierre Rostini n’a de cesse que les archives du Mouvement puissent être regroupées, conservées, classées et mises à disposition des chercheurs et des militants. Il travailla un temps avec Boris Souvarine et l’Institut d’histoire sociale, développant des liens avec de nombreux syndicalistes, notamment ceux de Force ouvrière, comme ne manque pas de le rappeler le journaliste Xavier Ternisien. « Sans être un homme de l’ombre, il était d’une grande discrétion et, sans mettre en avant ses nombreux titres et décorations, ses grandes connaissances dans plusieurs réseaux lui permettaient de se faire le passeur entre générations, entre mondes différents », témoigne Robi Morder, président du Groupe d’études et de recherches sur les mouvements étudiants (Germe).

59En 1982, Pierre Rostini applaudit l’initiative portée à la fois par l’UNCU et l’USJSF (l’Union syndicale des journalistes sportifs de France) d’organiser chaque année une Université Sportive d’Été, « centre de réflexions, de propositions et d’actions ». L’accord de publication des actes est donné deux ans plus tard par le directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pierre Guillaume, Professeur d’histoire contemporaine à l’IEP de Bordeaux. Cette marque de confiance réciproque a permis de publier, à ce jour, une série de 23 volumes d’actes dont les premiers sont épuisés depuis longtemps.

60En 1990, Pierre Rostini manifeste le souhait de quitter la présidence de l’Union nationale des clubs universitaires afin de « passer la main » dans de bonnes conditions. Ses proches, membres du Bureau, entendent son souhait mais leur intention est de gagner du temps, tant l’intéressé est, selon l’expression de l’un d’entre eux, une « autorité morale active ». Le temps passe. Le temps que l’ensemble du stade Charléty soit édifié et que le siège du PUC, dans lequel se réunissent les dirigeants de l’UNCU, déménage du Centre sportif universitaire Jean Sarrailh, au no 31 de l’avenue Georges Bernanos, pour prendre possession de ses nouveaux locaux. Jean-Paul Schneider décrit parfaitement la salle dite de réunions, au siège du PUC à « Sarrailh », située tout au bout d’un long couloir encombré de cartons et de piles de classeurs. Ainsi Ernest Gibert, Professeur à l’Université de Rouen et sociétaire du RUC, va-t-il occuper successivement les fonctions de « premier vice-président », puis de « président délégué », de « président en exercice », etc., et ce n’est qu’en 1995, ayant sans doute épuisé toutes les solutions de transition avec la garde rapprochée du « Bureau », qu’il succède vraiment à Pierre Rostini. Deux ans plus tard, pourtant, en 1997, le président historique est de retour, proclamé président d’honneur de l’UNCU dans les nouveaux locaux du secrétariat général du PUC, à « Charléty ».

61Jusqu’à ces dernières années, Pierre Rostini est resté l’apôtre infatigable de la noble cause du sport, de la vie sportive étudiante, de la francophonie et de la culture francophone. Ainsi, de décembre 2001 à janvier 2004, il siège toujours au sein de la Section française de l’Union internationale de la presse francophone (UPF), en qualité de membre élu, et comme directeur de la revue Esope. Les 28 et 29 septembre 2007, en tant que président du comité français Pierre de Coubertin, il permet la réunion d’un important colloque, au Palais du Luxembourg (Paris) dont l’objectif est de replacer la francophonie au cœur du sport et de l’olympisme. Pour la circonstance, il anime même l’une des tables rondes réunissant « les grands témoins de la Francophonie sportive ». Le 11 juin 2009, en présence du président sortant Pierre Rostini, la passation des pouvoirs au comité Pierre de Coubertin se fait au CNOSF dans la salle du Conseil, à l’occasion de l’AG annuelle. La présidence échoit à Alain Calmat, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports. Son premier geste est immédiatement de proposer à l’assemblée la nomination de Pierre Rostini en qualité de président d’honneur. La décision est prise à l’unanimité et par acclamation.

62Michel Samper, président du PUC, a raison de rappeler qu’« on s’est souvent posé la question de savoir pourquoi Pierre Rostini s’était engagé avec autant de passion et de pugnacité dans le combat en faveur du sport étudiant ». Le dirigeant puciste avance lui-même deux raisons majeures : « Il avait, en fait, une profonde conviction dans la capacité des étudiants à moderniser le monde, et dans celle du sport comme un formidable moyen d’éducation des hommes. » En outre, le sport étudiant et scolaire, plus que tout autre sans doute, est porteur de respect pour l’adversaire mais aussi de loyauté et de pacifisme. D’où sa ferme intransigeance au moment de l’épuration, au titre de l’UNEF ou à celui du sport universitaire, lorsqu’il s’était agi d’exclure les mauvais éléments. En portant aussi l’attention sur son activité professionnelle de publiciste, largement engagée dans la francophonie, et par exemple au message des magazines Kouakou et Calao, la perspective s’élargit encore. « Les thèmes les plus divers y étaient abordés : histoire, géographie, sciences, techniques, sport, conseil d’hygiène et de santé, grammaire, découverte des mots, jeux, etc. », rappelle Christophe Cassiau-Haurie. D’autres traits s’imposent, qui nourrissent les convictions de l’homme et se complètent : le rôle de l’éducation de la jeunesse, l’inscription du sport dans une culture plus générale que la seule compétition, l’usage de la langue française comme moyen de communication, de solidarité et d’émancipation, entre autres, à l’échelle du vaste espace francophone de l’Afrique. Au passage, on peut s’interroger de savoir comment il a pu recevoir une « sentence » délivrée récemment en terre africaine : « Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire… » Certes, certains pays africains sont aujourd’hui en mal de démocratie mais on ne saurait les rejeter dans la préhistoire, a sûrement conclu Pierre Rostini, sauf à devoir renier ses propres engagements de plusieurs décennies au service de l’éducation de la jeunesse d’Afrique, et « dans pas moins de 41 pays africains », comme se plaît à le rappeler C. Cassiau-Haurie. Enfin, un dernier trait est à souligner. Pour se porter garant des valeurs cardinales et humanistes du sport, multiplier les lieux d’échange, de débats et d’analyse critique des manquements à la règle sportive, à l’exemple de la vocation du comité Pierre de Coubertin ou même de l’UNCU, était pour Pierre Rostini une nécessité. D’une façon générale, l’engagement associatif, aux liens multiples, aura fait de lui un incomparable artisan d’énergie sportive.

63Pierre Rostini nous a quittés le 8 avril dernier, à Paris, à l’âge de 90 ans. Mais pour les membres des clubs universitaires, il n’est pas certain que celui qui fut un « passeur entre les générations », selon la bonne formule du journaliste Xavier Ternisien, ait définitivement « passé la main ». Il veille encore.

Pierre Rostini, devant la plaque indiquant l’emplacement de la Maison des Étudiants (Paris), où fut fondée l’UNEF, le 4 mai 1907. (Archives UNEF)

Bibliographie

Documentation utilisée

Cahiers du GERME, spécial no 1 (« témoignage de Pierre Rostini et Paul Bouchet, acteurs du Congrès de 1946 »), 1997.

Cahiers du GERME, spécial no 2, « Témoignages de quatre “générations” de responsables internationaux de l’UNEF : Pierre Rostini, Paul Bouchet (participant à la fondation de l’UIE), Pierre-Yves Cossé (années 50), Jean-Louis Péninou (années 60)) », 1998.

Callède Jean-Paul, « Des premiers clubs étudiants à l’Union Nationale des Clubs Universitaires. Rayonnement d’une sociabilité singulière », dans Lebecq Pierre-Alban (dir.), Sport, éducation physique et mouvements affinitaires au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 291-309.

Callède Jean-Paul, « L’implication sportive dans les clubs universitaires et l’accès aux élites sociales », dans Bouneau Christine et Le Mao Caroline (dir.), Jeunesse(s) et élites. Des rapports paradoxaux en Europe de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 173-186.

Campana Roch, « The History of the International University Sports Federation », Forum 92, Nicosia (Chypre), septembre 1992 (doc. dactylogr.).

Cassiau-Haurie Christophe, « Kouakou orphelin », Africacultures, 5 juillet 2007 (à l’occasion du décès du scénariste Serge Saint-Michel, créateur des magazines Kouakou, Calao et d’autres albums de BD). Article en ligne sur le site Africacultures. Disponible sur : http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=6661. Consulté le 20 mai 2010.

Gallien Claude-Louis, Charléty. La mémoire d’un stade, Paris, éd. EP. S et PUC, 1994.

Gallien Claude-Louis et al., 100 ans de PUC. Paris Université Club 1906-2006, Biarritz, Atlantica, 2006.

Comité Pierre de Coubertin, « Le sport source de perfectionnement humain », s.d. (1950) (4 p.).

Paris Université Club (Bulletin officiel du), Le Sport à l’Université, numéro du Cinquantenaire, Paris, 1958.

Ternisien Xavier, « Pierre Rostini », Le Monde, 20 avril 2010.

UNEF, le syndicat étudiant, « Du congrès de Strasbourg à la Libération, l’UNEF et le corporatisme (1919-1945) ». En ligne sur le site de l’UNEF. Disponible sur : http://www.unef100ans.fr/spip/spip.php?article3

Union Nationale des Clubs Universitaires, Plaquette, 1991 (doc. multigr., carte).

Who’s who in France. Dictionnaire biographique. Qui est qui en France, 1984-1985, Paris, éd. Jacques Lafitte, 1984 et éditions suivantes.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search