Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La biosphère dans l’écologie globale : Viktor Kovda et l’héritage scientifique de Vernadsky lors du « tournant écologique » des années 1970 en URSS

Биосфера и гᴧобаᴧьная экоᴧогия: роᴧь Виктора Ковды и научного насᴧедия Вернадского в «экоᴧогическом повороте» 1970-х годов

Biosphere in global ecology: Viktor Kovda’s leading role and Vernadsky’s scientific legacy in the 1970 “ecological turn”.

p. 161-180

Résumés

Français
русский язык
English

Dans les années 1960 des scientifiques s’engagèrent dans un « tournant écologique » dont les répercussions sur l’agenda des organisations internationales s’intensifièrent dans la décennie qui suivit (conférences de Paris, Stockholm et Nairobi en 1968, 1972 et 1977). En URSS, des chercheurs diffusaient « l’approche écologique » globale dans les sciences de la terre. Le nom de Vernadsky et sa conception de la biosphère étaient alors, en URSS comme ailleurs, des marqueurs avérés de ce souci nouveau pour les conséquences à l’échelle globale des activités humaines. Mais au-delà du large emploi de « biosphère », comment les scientifiques ont-ils exploité l’héritage intellectuel de Vernadsky ? Ce papier étudie la lecture de Vernadsky, proposée par des scientifiques soviétiques. Il se focalise sur les travaux du chercheur soviétique Viktor Kovda, figure centrale de la science des sols et consultant pour les organisations internationales environnementales (Unesco, UNEP). Kovda a fait une lecture originale des travaux de Vernadsky sur la biosphère en les réinterprétant et élargissant à la lumière des recherches récentes en sciences des sols. De plus, « l’approche biosphérique » devait permettre d’inscrire les problèmes environnementaux à l’ordre du jour politique en URSS.

В шестидесятые годы XX века ученые провозгᴧасиᴧи «экоᴧогический поворот». Именно с ним связана обширная деятеᴧьность международных организаций, ознаменовавшая посᴧедующее десятиᴧетие (конɸеренции в Париже, Стокгоᴧьме и Найроби в 1968, 1972 и 1977 годах). В своюредь, советские ученые выступаᴧи за гᴧобаᴧьный «экоᴧогический подход» в науках о Земᴧе. В связи с этим, как в СССР, так и за рубежом, имя Вернадского и его учение о биосɸере стаᴧи ᴧозунгом в этой новой борьбе за осознание воздействия чеᴧовека на окружающую среду в мировомштабе. Каким образом интеᴧᴧектуаᴧьное насᴧедие Вернадскоговаᴧось учеными, помимо широко употребᴧяемого понятия «биосɸеры»? Данная статья посвящена взгᴧяду советских ученых на мысᴧь Вернадского, и в первую очередь, работам Виктора Ковды, ведущего почвоведа и советника при международных экоᴧогических организациях (UNESCO, UNEP). Ковда предᴧагает оригинаᴧьное прочтение работ Вернадского о биосɸере, по-новому истоᴧковывая их в свете недавних открытий всти почвоведения. Его « биосɸерный подход » быᴧ призван привᴧечьмание советского правитеᴧьства к экоᴧогическим пробᴧемам.

In the 1960s scientists took the “ecological turn”. The ecologization of scientific research exerted a deep impact on the agenda of international organizations in the 1970s (conferences in Paris, Stockholm and Nairobi in 1968, 1972 and 1977). In the Soviet Union, scholars disseminated a global “ecological approach” in the earth sciences. The name of Vernadsky and his conception of the biosphere were then, in the USSR as elsewhere, were watchwords for this new preoccupation for the consequences on a global scale of human activities. But how did savants made use of Vernadsky’s intellectual legacy beyond the broadly accepted usage of the word “biosphere”? This paper handles the work of Viktor Kovda, a leading Soviet soil scientist and consultant with environmental international organizations (UNESCO, UNEP). Kovda offered an original reading of Vernadsky’s work on the biosphere. He offered a renewed interpretation of the concept and enlarged it to include recent advances in soil sciences. Moreover he understood the “biospheric approach” as a powerful means to promote environmental issues to the Soviet political agenda.


Extrait

Le sol est la noble rouillure de la Terre.
– Vladimir Vernadsky1
La pédosphère est la composante la plus importante des systèmes écologiques et de la biosphère de la planète dans son ensemble.
– Viktor Kovda2

1La décennie 1970 est en URSS comme ailleurs marquée par plusieurs processus anciens qui dans leur agencement ont créé une situation nouvelle qu’on peut qualifier de « tournant écologique ». Premièrement, les sciences du système terre et les sciences biologiques diffusent des connaissances précises et chiffrées sur l’état déplorable de la planète sous l’effet de l’activité économique humaine. Une nouvelle génération de scientifiques se fait, hors des cercles établis de la protection de la nature, le vecteur de l’alarme écologique3 : géographes, écologues, pédologues, biologistes, climatologues et d’autres adoptent dans leurs recherches des questionnements écologiques sur les relations humains-milieu. En URSS, on parle alors « d’approche écologique » ou « biosphérique ». Deuxiè

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.