Version classiqueVersion mobile

Vernadsky

 | 
Guennady Aksenov
, 
Maryse Dennes

Deuxième partie. Vernadsky dans l'histoire culturelle et la science russes

La biosphère dans l’écologie globale : Viktor Kovda et l’héritage scientifique de Vernadsky lors du « tournant écologique » des années 1970 en URSS

Биосфера и гᴧобаᴧьная экоᴧогия: роᴧь Виктора Ковды и научного насᴧедия Вернадского в «экоᴧогическом повороте» 1970-х годов

Biosphere in global ecology: Viktor Kovda’s leading role and Vernadsky’s scientific legacy in the 1970 “ecological turn”.

Marc Élie

Résumé

Dans les années 1960 des scientifiques s’engagèrent dans un « tournant écologique » dont les répercussions sur l’agenda des organisations internationales s’intensifièrent dans la décennie qui suivit (conférences de Paris, Stockholm et Nairobi en 1968, 1972 et 1977). En URSS, des chercheurs diffusaient « l’approche écologique » globale dans les sciences de la terre. Le nom de Vernadsky et sa conception de la biosphère étaient alors, en URSS comme ailleurs, des marqueurs avérés de ce souci nouveau pour les conséquences à l’échelle globale des activités humaines. Mais au-delà du large emploi de « biosphère », comment les scientifiques ont-ils exploité l’héritage intellectuel de Vernadsky ? Ce papier étudie la lecture de Vernadsky, proposée par des scientifiques soviétiques. Il se focalise sur les travaux du chercheur soviétique Viktor Kovda, figure centrale de la science des sols et consultant pour les organisations internationales environnementales (Unesco, UNEP). Kovda a fait une lecture originale des travaux de Vernadsky sur la biosphère en les réinterprétant et élargissant à la lumière des recherches récentes en sciences des sols. De plus, « l’approche biosphérique » devait permettre d’inscrire les problèmes environnementaux à l’ordre du jour politique en URSS.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le sol est la noble rouillure de la Terre.
– Vladimir Vernadsky1
La pédosphère est la composante la plus importante des systèmes écologiques et de la biosphère de la planète dans son ensemble.
– Viktor Kovda2

La décennie 1970 est en URSS comme ailleurs marquée par plusieurs processus anciens qui dans leur agencement ont créé une situation nouvelle qu’on peut qualifier de « tournant écologique ». Premièrement, les sciences du système terre et les sciences biologiques diffusent des connaissances précises et chiffrées sur l’état déplorable de la planète sous l’effet de l’activité économique humaine. Une nouvelle génération de scientifiques se fait, hors des cercles établis de la protection de la nature, le vecteur de l’alarme écologique3 : géographes, écologues, pédologues, biologistes, climatologues et d’autres adoptent dans leurs recherches des questionnements écologiques sur les relations humains-milieu. En URSS, on parle alors « d’approche écologique » ou « biosphérique ». Deuxièmement...

Auteur

Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC CNRS-EHESS).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search