Version classiqueVersion mobile

Vernadsky

 | 
Guennady Aksenov
, 
Maryse Dennes

Deuxième partie. Vernadsky dans l'histoire culturelle et la science russes

V.I. Vernadsky et le phénomène de la conscience

В.И. Вернадский и пробᴧема сознания

Vernadsky and the phenomenon of consciousness

Inar Mochalov
Traduction de Olia Babiy, Maryse Dennes et Florence Corrado-Kazanski

Résumé

Le phénomène de la Conscience joua toujours un rôle déterminant chez Vernadsky, dans ses activités scientifiques autant que dans sa vie personnelle. La Conscience est envisagée chez lui, à côté de l’énergie et de la matière, comme un troisième élément composant le Cosmos, élément qui, loin d’être réduit aux processus de l’énergie ou de la matière, est en fait une force inséparable du Cosmos, en interaction constante avec lui. Grâce à cette force et, avant tout, grâce à la science, le cosmos terrestre se transforme et passe de l’état de la biosphère à celui de la noosphère. Le phénomène de la conscience est aussi insaisissable et infini que la nature elle-même et que le Cosmos, comme l’est également la nature humaine. Après avoir tenté de pénétrer la pensée profonde de Vernadsky, il nous apparaît évident qu’à l’époque de la Russie impériale autant qu’à l’époque soviétique, il a toujours été loin d’être un simple scientifique. Au fil de sa vie, Vernadsky ne reconnaît qu’un seul culte, celui de la Conscience. À travers son œuvre, il s’est de tout temps attaché à démontrer que la Conscience constituait en fait une « substance » naturelle et indestructible, au même titre que la matière, l’énergie, le temps, l’espace et la vie. C’est à cette question en particulier, mais aussi à d’autres questions connexes, qu’est consacré ce chapitre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les termes « conscience », « raison », dans les œuvres de V.I. Vernadsky, sont généralement employés comme synonymes, et sont souvent juxtaposés, séparés par une virgule. Toutefois, lorsque Vernadsky a besoin de développer (surtout dans ses journaux intimes et dans ses lettres) pour lui-même ou pour un lecteur, un large éventail de ses émotions et réflexions (ce qui arrive assez fréquemment), Vernadsky préfère largement le terme de « conscience » au terme de « raison ». La raison en est sans aucun doute dans le fait que, « la conscience » joue un rôle très important, et même déterminant, dans sa vie et dans son œuvre. Bien évidemment, « la raison » n’en disparaît pas pour autant, mais à côté de la conscience, qui, dans une chorale, aurait la place de la première soliste, la raison quant à elle n’aurait que celle de la « deuxième voix ».

Si, en s’adressant à « la raison », Vernadsky avait besoin de parler, sous un prétexte ou un autre, de la « froide raison », il le faisait sans hésit...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search