Version classiqueVersion mobile

Vernadsky

 | 
Guennady Aksenov
, 
Maryse Dennes

Première partie. Vernadsky et la France

L’élan vital d’Henri Bergson et l’éternité de la vie de Vladimir Vernadsky : une synthèse féconde

« Élan vital » Анри Бергсона и геоᴧогическая вечность жизни Вᴧадимира Вернадского : продуктивность синтеза

Henri Bergson’s concept of the life impulse (élan vital) and Vladimir Vernadsky’s concept geological eternity of life: complementarity of their synthesis

Guennady Aksenov
Traduction de Marc Élie et Nadia Chtchetkina-Rocher

Résumé

Dans ce chapitre, nous essayons de démontrer, que les conceptions d’élan vital chez Henri Bergson et d’éternité géologique de la vie chez Vladimir Vernadsky sont complémentaires. Le philosophe français considérait le phénomène de la vie comme un genre particulier de mouvement, qu’il est impossible de décrire dans la langue du mécanicisme et du vitalisme. C’est une durée réelle qui est inhérente à la vie, alors que le mouvement mécaniste, lui, est décrit à l’aide d’une durée abstraite. Vernadsky avait adopté une telle démarche, et il la compléta d’un contenu biogéochimique et biosphérique. Selon Vernadsky, la reproduction des organismes est une expression énergético-matérielle de l’élan vital. La reproduction et le métabolisme des organismes sont à l’origine, causale, de l’étendue et du temps biologique. Ces positions fondamentales ont permis à Vernadsky de créer une nouvelle science naturelle. Elle se fonde sur les principes de conservation : de la matière, de l’énergie et de la cosmicité de la vie. Nous avons ainsi la possibilité de réfléchir sur une nouvelle vision du monde, au sein de laquelle la vie sous l’aspect de la biosphère n’apparaît pas comme un accident, mais comme nécessaire dans la structure scientifique du cosmos.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir fondé la biogéochimie et la science de la biosphère, Vernadsky a modifié son attitude à l’égard de la philosophie bergsonienne. Il a vu dans L’Évolution créatrice un traité de biologie théorique définissant la vie comme un nouveau genre de mouvement irréductible à la fois au mécanisme et au vitalisme. La vie doit être appréhendée par la science à partir de ses lois spécifiques dont les plus importantes se traduisent dans des notions spatio-temporelles. Le principe de l’élan vital a trouvé chez Vernadsky une expression dans la reproduction des organismes, et la durée concrète dans la notion d’espace-temps biologique. Sur la base de cette philosophie, Vernadsky a fondé une nouvelle science naturelle qui pose une équivalence entre la vie, la matière et l’énergie dans la structure du cosmos.

Le contrepoint des idées

Avant l’élaboration de la théorie de la matière vivante et de la biogéochimie, Vernadsky considérait les textes d’Henri Bergson comme des ouvrages philosophiques. ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search