Version classiqueVersion mobile

Vernadsky

 | 
Guennady Aksenov
, 
Maryse Dennes

Introduction. Paris, rue des Belles Feuilles. Retour de Vernadsky dans sa deuxième patrie scientifique

Guennady Aksenov
Traduction de Marion de Luzan et Maryse Dennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1.

Vladimir Vernadsky est arrivé en France comme y arrivait autrefois un étudiant du Moyen Âge

En juillet-août 1888, après son stage à l’Université de Munich, il entreprit un voyage afin d’étudier les régions montagneuses et les villes européennes en compagnie de son ami, le géographe et botaniste Andreï Krasnov. Tout d’abord ils empruntèrent à pied la route des Alpes – Salzbourg, Innsbruck, Zurich, Bâle, Genève –, puis ils passèrent la frontière. Vernadsky écrivit à sa femme, Natacha :

La France me plaît, bien que de la France je n’aie vu pour l’instant que Lyon, une grande ville qui s’étend en largeur et montre un dynamisme et des éléments d’architecture rappelant l’Italie. À Lyon, nous avons visité les jardins, le musée d’archéologie et le musée des arts1.

En Auvergne, ils firent beaucoup d’excursions à pied. Ils partirent de Clermont-Ferrand et réalisèrent l’ascension du Puy de Dôme où, 230 ans plus tôt, Blaise Pascal avait organisé son expérience célèbre sur la mesure de la pressio...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search