Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Quatrième partie. À la croisée des langues et des mentalités. L'enseignement des langues française et russe en Russie et en France

Le regard réciproque de la Russie et de la France à travers les manuels de langues de la première moitié du xxe siècle : un tableau culturel, linguistique et didactique

Svetlana Séville

Résumé

Il est connu que la nature sociale de la langue trouve sa réalisation dans plusieurs fonctions, dont la fonction communicative, culturelle (ou cumulative) et directrice. Dans les années 1970, ce phénomène, bien repéré par les didacticiens du russe-langue étrangère et, par la suite, exploité pleinement à des fins pédagogiques, engendre « lingvostranovedenie », défini par V.G. Kostomarov comme un des aspects fondamentaux de l’enseignement de la langue. Cependant, bien avant que ce terme apparaisse, dans la Russie de la première moitié du XXe siècle, comme en France, en règle générale, l’apprentissage d’une langue étrangère commence par (et se base sur) des manuels qui servent incidemment, outre leur destination didactique, de conducteurs idéologiques et/ou culturels. Une analyse comparative des manuels de français, publiés en Russie, à cette époque, et des ouvrages pédagogiques parus au même moment en France, destinés à l’enseignement du russe, permettent non seulement de suivre une évolution des méthodes de l’apprentissage des langues et le développement de la base linguistique, mais aussi de dresser un tableau reflétant la vision réciproque des deux pays, et de relater leur histoire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est connu que la nature sociale de la langue trouve sa réalisation dans plusieurs fonctions, dont la fonction communicative, la fonction pragmatique (ou directive) et la fonction cognitive (qui comprend la fonction cumulative et (ethno) culturelle) (Kulikova, Salmina, 2004, p. 24 ; Kasatkin et al., 2005, p. 100). Autrement dit, outre la destination première de la langue qui est une transmission de l’information entre les participants à l’acte de communication, la langue est, d’une part, capable de diriger et d’influencer la formation de la personnalité d’un être humain et, d’autre part, elle fixe, cumule et reflète l’information sur le monde habité et subi par l’homme, devenant ainsi une gardienne de l’expérience humaine et servant de lien entre les générations (Gumbol’dt [Humboldt], 1859).

Les premières tentatives pour profiter consciemment des deux dernières fonctions à des fins didactiques, pour l’enseignement d’une langue étrangère, sont déjà attestées en Europe dès la fin du ...

Auteur

Diplômée de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg et de l’Université Paris IV-Sorbonne, Docteur en linguistique, elle est actuellement Maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, où elle enseigne la grammaire russe, la linguistique synchronique et diachronique, le vieux russe et la traduction. Ses intérêts scientifiques et ses activités de recherches sont tournés vers l’exploration de la langue moderne, ayant des applications directes dans la didactique de l’enseignement du russe (phonétique, grammaire, sémantique). Sa thèse soutenue en 2006 à la Sorbonne sous la direction du professeur J.-P. Sémon, ainsi que ses dernières publications sont consacrées aux questions de l’aspect du verbe en russe (« K voprosu o ketegorii glagol’nogo vida v russkom jazyke » [De la catégorie de l’aspect verbal en russe], Grammataika (russko-slavjanskij cykl) : Materialy sekcii XXXVIII Meždunarodnoj filologičeskoj konferencii, red. Akimova G.N., SPb., 2009, p. 35-43 ; « Verbes atéliques en russe contemporain : facteurs du choix de l’aspect à l’infinitif régime », Dialogues interlinguistiques : recueil de travaux des jeunes chercheurs du Centre de Linguistique théorique et appliquée de l’Université Paris-Sorbonne, 2008 (http://www.celta.paris-sorbonne.fr/jeuneschercheurs/dialogues1/Seville.pdf, etc.). Soucieuse de la promotion de la langue et de la culture russe en France, Svetlana Séville a cofondé en 2011 et préside actuellement l’Association PRELUDIA, destinée, en premier lieu, aux enfants bilingues, afin de leur permettre d’appliquer et d’approfondir leur connaissance du russe.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search