Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Troisième partie. Du point de vue de la France

Deux visions de l’onomatologie au début du xxe siècle : Albert de Rochetal et Pavel Florenski

Florence Corrado-Kazanski

Résumé

Le début du XXe siècle voit apparaître en Russie comme en France ce qui est présenté comme une science nouvelle : l’onomatologie. En effet, le graphologue Albert de Rochetal publie en 1908 Une Science nouvelle : l’onomatologie. Le caractère par le prénom, tandis qu’en Russie, tout au long des années 1910, Pavel Florenski approfondit l’étude philosophique et théologique de la question du nom. Toute cette réflexion aboutira dans les années 1920 à la rédaction de son ouvrage Les Noms. L’objet de cette étude sera de comparer les définitions de l’onomatologie et du nom que proposent les deux auteurs, en montrant l’horizon intellectuel auxquels ils se rattachent. Nous comparerons également la méthode et la composition des articles de leurs dictionnaires réciproques des prénoms, à partir de l’exemple du prénom Paul, Pavel, présent chez les deux auteurs. En reprenant une opposition-clé du début du vingtième siècle en Russie, nous pouvons dire que ces deux visions de l’onomatologie se présentent comme une manifestation de la lutte du Logos et du ratio : l’onomatologie de Rochetal s’inscrit dans l’idéologie scientiste et se présente comme un outil de perfectionnement humain ; l’onomatologie de Florenski, elle, contribue à fonder l’anthropologie chrétienne, pour laquelle le nom révèle le lien ontologique qui relie la personne à Dieu.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le début du XXe siècle voit apparaître en Russie comme en France ce qui est présenté comme une science nouvelle : l’onomatologie. En effet, le graphologue Albert de Rochetal1 publie en 1908 Une Science nouvelle : l’onomatologie. Le caractère par le prénom (Rochetal, 1908), tandis qu’en Russie Pavel Florenski travaille dès les années 1906-1907 à la question du nom, tout d’abord du point de vue du changement de nom dans le contexte du sacrement2, puis à partir de 1912-1913, en lien avec la dispute athonite concernant la nature du Nom de Dieu, approfondit l’étude philosophique et théologique de la question du nom, jusqu’à devenir l’un des théoriciens de l’onomatodoxie (imjaslavie)3 (Florenskij [Florenski], 2000). Toute cette réflexion aboutira dans les années 1920 à la rédaction de l’ouvrage Les Noms4 (ibid., p. 171-333). Les sous-titres des ouvrages de Rochetal et de Florenski permettent d’emblée de mettre en évidence la différence fondamentale d’approche qui distingue les deux auteur...

Auteur

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud, agrégée de russe, Docteur en littérature russe, elle est maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne où elle enseigne la traduction et la littérature russe. Ses travaux de recherche actuels se situent dans le prolongement de sa thèse consacrée au statut du verbe dans la poésie et la philosophie de l’âge d’argent. Elle s’intéresse ainsi à la question de la parole poétique, du nom, de la voix, du silence, chez les poètes symbolistes et post-symbolistes, et met en perspective poésie, philosophie et théologie à l’âge d’argent autour de la question de la langue et du nom. Elle a publié (dir.), Pavel Florenski et l’Europe à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine en 2013.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search