Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Troisième partie. Du point de vue de la France

Promesses et impasses de la théorie des transferts culturels

Nadejda Chtchetkina-Rocher

Résumé

À partir d’un travail comparatif initialement engagé entre l’Orient et la Russie, d’une part, entre les orientalismes européen et russe de l’autre, il s’agira d’esquisser ici quelques pistes théoriques concernant le problème des transferts culturels, et d’insister sur la nécessité de trouver des outils méthodologiques plus adaptés à l’approche comparative des cultures. Des théories alternatives seront proposées sur la base d’hypothèses formulées au seuil du XXe siècle en Russie, dans des domaines aussi différents que la grammaire comparée, l’anthropologie ou la philosophie, et aptes à répondre aujourd’hui aux insuffisances de la théorie actuelle des transferts culturels. La notion d’« influence » sera particulièrement soumise à la critique, principalement du fait qu’elle présuppose une relation d’inégalité entre un sujet agissant et un récepteur passif, et qu’elle semble ignorer l’importance de la résistance des paradigmes culturels du pays emprunteur. En revanche, selon la voie déjà ouverte par Espagne et Werner, une place plus importante sera faite aux problématiques de la « constitution » ou de la « construction », qui apparaîtront ici comme plus productives dans la mesure où elles seront sollicitées par des approches portant sur des aires culturelles fortement distinctes, marquées par une totale hybridité (le monde russe, le monde de l’Asie centrale, l’Asie de l’est etc.), et ne se réduisant pas à un rapport binaire. Dans cette perspective, nous mettrons en lumière la nécessité de développer une herméneutique à plusieurs dimensions et de construire une théorie des systèmes mixtes. Nous montrerons que les sujets et les rôles culturels ne naissent que sur la toile de fond de complexes relations constituantes, et nous verrons comment les grands linguistes et orientalistes russes de la charnière des XIXe et XXe siècles, pour avoir jeté les bases d’une macro-théorie des systèmes mixtes, peuvent nous aider à réaliser ce travail (Troubetzkoy, Polivanov, Chtcherbatskoj).

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis une vingtaine d’années, le discours des transferts culturels (comme slogan, comme programme ou comme appareil notionnel) a acquis une visibilité incontestable en s’installant dans le champ des sciences humaines avec son cortège de variations-applications. Sa grande faculté adaptative lui a permis d’inspirer, à des degrés de sophistication théorique variables, les approches en critique littéraire, en littérature comparée, en histoire des idées, en histoire de l’art, etc. En outre, cette méthode a progressivement débordé le cadre de ses premières élaborations (les relations culturelles entre l’Allemagne et la France au XIXe siècle) pour essaimer dans les traditions d’autres pays européens (Italie, Angleterre, etc.) ou américains (Canada, Brésil, etc.). Cette double extension (géographique et disciplinaire) a permis au discours des transferts culturels, au contact de nouvelles configurations historiques, de s’enrichir de nouveaux exemples et de nouveaux problèmes. La Russie elle...

Auteur

Docteur en slavistique. Elle a enseigné à l’Université d’Odessa et est actuellement attachée à l’enseignement et à la recherche dans l’UFR Langues et civilisations de l’Université Bordeaux Montaigne, membre du laboratoire EEE (Europe, Européanité, Européanisation, UMR CNRS 3392), membre associé du Groupe « Civilisations de la Chine, du Japon et du Tibet » (UMR CNRS 8155, Programme « Orientalisme russe », EPHE, Paris). Sa thèse portait sur les images de l’Orient dans la culture intellectuelle russe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Récentes publications : « Prizrak kitča kak estetičeskoe basso ostinato v tvorčestve Nikolaja Reriha » dans Andreev A.A. (dir.), Rerihi. Mify I fakty, SPb, Nestor-Istorija, 2011 ; « Le Japon dans l’imaginaire russe des XVIIe et XVIIe siècles », Slavica Occitania, 2011, 33, Toulouse ; « Orientalizm v muzyke : ot citirovanija k izmeneniju jazyka », Aziatskie Issledovanija, RUDN, Moscou, 2010 ; « Anamorphoses de la raison divinatoire : l’ostéomancie dans l’espace eurasiatique », Journal Asiatique, 297-2, 2009.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search