Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Troisième partie. Du point de vue de la France

Lois naturelles et lois culturelles

Nicolas Zavialoff

Résumé

Dans les années 1920 en pleine effervescence politique, la fonction de la culture dans l’organisation de la société russe est définie par rapport aux idéologies, dans un contexte politique où les sciences de la nature occidentales comme la biologie et la génétique sont critiquées et reconsidérées. Pour étudier l’interdépendance des lois naturelles (qui se dégagent de la biologie) et des lois culturelles (envisagées comme forme interne dans les domaines de l’art, de l’archéologie, de l’histoire, du langage), on s’interroge ici, à la suite de G.G. Chpet, sur l’origine et la fonctionnalité des langues et de la faculté de langage. On prend en compte l’analyse des indices comportementaux (travail, transmission des connaissances, créativité, reconnaissance sociale...) mais aussi biologiques. Sont discutées les notions de pensée, de représentation, d’arbitraire du signe, de mémoire.
Chpet, dans son approche des phénomènes culturels comme « réalité détachée », privilégie le mot (le langage, la parole) comme archétype de la culture. En approfondissant l’étude de la notion quelque peu oubliée de forme interne du mot, on y révèle des processus cognitifs qui, présentés comme des lois à signifiance sociale, peuvent, selon nous et à rebours du vitalisme ou du structuralisme, être apparentées aux lois à signifiance biologique dont parle Darwin dans L’Origine des espèces, en particulier à la loi de reproduction, de réplication : le propos de cet article, faisant référence aux apports actuels de la paléoanthropologie, de l’éthologie animale, de la génétique et de la neurobiologie, concerne l’inscription de la trace du corps du sujet parlant, individuel ou collectif, dans les systèmes de signes culturels, concrets, matériels que constituent l’espace et le temps historiques comme champ de survivance.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1920, la fonction de la culture, comme arts et sciences, est définie, dans l’organisation de la société russe, par rapport aux idéologies ; le contexte politique en vient parfois à reprendre le contenu, la finalité des sciences de la nature telles qu’elles se développent en d’autres lieux et circonstances ; la biologie ou la génétique sont, généralement et officiellement, interprétées sur la base des principes de la science historique, pour laquelle le déterminisme social (lui-même reflet approximativement exact de la matière, de la nature, des lois du monde objectif, via le cerveau – produit supérieur de cette même nature) l’emporte sur le déterminisme biologique ; car celui-ci est supposé, et parfois à juste titre, dominant dans les théories rejetées par le nouveau pouvoir, qu’il s’agisse, d’une part, des théories qui accordent, par exemple, la prééminence aux sensations et fusionnent le physique (objectif) et le psychique (subjectif), mais en privilégiant ce derni...

Auteur

Agrégé de russe, Docteur ès Lettres et Professeur des Universités, spécialiste de langue et de linguistique russes. Il est actuellement Professeur honoraire à l’Université Bordeaux Montaigne, et Professeur associé à l’ENSC de l’Université de Bordeaux. Il se consacre à l’expérimentation clinique (Service de neurologie CHU) de sa théorie du langage et travaille sur des articles et des traductions en neuropsychologie, psychologie et linguistique. Ses recherches portent essentiellement sur la latéralisation cérébrale du langage et la réhabilitation du langage chez les aphasiques. Il a traduit Le Traité des émotions de L.S. Vygotski (Paris, L’Harmattan, 1998) et, plus récemment, l’ouvrage de Gustave Chpet, Vnutrennjaja Forma slova. Etjudy i varjacii na temy Gumbol’ta, paru, dans sa traduction française, aux éditions Kimé (Paris, 2007) sous le titre La Forme interne du mot. Études et variations sur des thèmes de Humboldt. Il a publié à Moscou, dans la Revue du psychologue clinicien (2006, 3), un article sur l’approche neuropsychologique de l’étude de la latéralisation de langage. Cette approche est aussi présentée dans l’introduction et la postface à sa traduction de La Forme interne du mot de Gustave Chpet, ainsi que dans l’article qu’il a écrit pour ce recueil.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search