Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Deuxième partie. Points de vue croisés en sociolinguistique

Regard sur la prise en compte des langues minoritaires de France par les linguistes français (fin xixe - début xxe siècle) au miroir de l’« édification linguistique » en Union soviétique

Alain Viaut

Résumé

Après les débats en France sur le statut des dialectes (G. Paris, Ch. de Tourtoulon) et leur appréhension comme réalités linguistiques héritées, le début du XXe siècle voit se dégager une conception qui tend à les figer dans un passé révolu. Les deux propositions pré-sociolinguistiques que nous estimons déceler dans les approches des linguistes français du moment sont les suivantes : ou ces dialectes se laissent absorber par les « langues littéraires » dont ils sont les soubassements historiques, ou leur maintien en tant que tels les cantonne à la catégorie de « patois ». Ces derniers sont coiffés par une variété standardisée fonctionnelle qui les relient à la catégorie des langues, ou bien ce lien n’existe pas car le standard est absent ou jugé peu significatif et, donc, le maintient à l’échelon sociolinguistique de « patois » (A. Dauzat) est justifié.
Or, dans un cadre apparemment moins dirigiste et non encadré par le sceau obligé du primat social à l’origine de l’« édification linguistique » soviétique, il s’agit pourtant, aussi, d’un choix idéogiquement marqué, ici, par la justification de rôles socio-politiques et culturels attribués à telles ou telles langues, celles qui possèdent une variété « littéraire » et celles qui n’en ont pas ou plus (occitan) ou n’auraient pas vocation à en avoir (A. Meillet, A. Brun).
Dans les deux situations, française ou soviétique, de cette époque, le dialecte est ainsi voué à se diluer en tant qu’expression linguistique héritée autonome. Dans la conception soviétique, comme unité linguistique cohérente, il est réutilisé et subsumé dans le cadre du volontarisme de l’« édification linguistique ». De fait, plus largement, en France aussi bien, il se reconnaît éventuellement dans la langue littéraire (le « français ») qui le recouvre déjà. Dans le cas de l’« édification linguistique » toutefois, sur le fond, il peut être à la base d’un nouveau standard (codification de langues minoritaires) tandis que la légitimité de cette fonction ne lui serait pas accordée dans le cas français d’alors.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La période à laquelle nous nous référons ici pour procéder à une observation des tendances qui se sont manifestées dans la prise en compte des langues minoritaires – appellation commune – ou en situation minoritaire, afin d’en envisager un plus large éventail de configurations, s’étend de la fin du XIXe siècle au début du XXe. Ces bornes s’appuieront sur une période de référence pour la France métropolitaine essentiellement, qui va de 1870 à la Deuxième Guerre mondiale. Nous y plaçons deux jalons : le discours de Gaston Paris (1839-1903) sur Les Parlers de France (Paris, 1888), accompagnant le développement de la romanistique en France, et la publication, en 1946, de l’ouvrage de vulgarisation d’Auguste Brun, titulaire de la chaire de langues romanes à l’Université d’Aix-en-Provence, sur les Parlers régionaux (Brun, 1946). Cela laisse envisager les inévitables données contextuelles ainsi que des prémices et des suites dont nous sommes encore comptables. La présente contribution est ...

Auteur

Linguiste, directeur de recherche au CNRS (UMR 5478 IKER, CNRS/Université Bordeaux Montaigne – Université de Pau et des Pays de l’Adour). Ses recherches au cours des dernières années ont principalement porté sur la thématique des langues en situation minoritaire en Europe, leur lien à l’espace et les catégorisations dont elles font l’objet. Une partie de ses travaux concerne par ailleurs l’occitan en tant que tel et comme illustration d’un cas de diglossie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search