Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Deuxième partie. Points de vue croisés en sociolinguistique

La problématique du social dans la linguistique soviétique des années 1920-1930 : au sujet de la méthodologie « marxiste » et de l’« édification linguistique »

Svetlana Moskvitcheva

Résumé

Dans cette contribution, nous étudions l’apparition et le développement des paradigmes sociaux dans la linguistique soviétique, nous montrons aussi ses prémisses épistémologiques et méthodologiques, ainsi que le rôle et l’apport dans ce domaine de chercheurs comme I.A. Baudoin de Courtenay, E.D. Polivanov, N.F. Yakovlev et d’autres. Afin de comprendre les tentatives de construction d’une linguistique basée sur la méthodologie marxiste à travers l’analyse de la nature sociale du langage, nous avons recouru au large paysage socioculturel de cette époque, en prenant comme exemple et comme champ de l’application des idées marxistes théoriques le phénomène de l’édification linguistique en URSS dans les années 1920-1930.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La sociolinguistique russe est apparue, d’abord en tant que soviétique, dans les années 1920. C’est à cette époque-là que tous les problèmes principaux de la sociologie du langage (Chor ; Peterson) et de la linguistique sociologique (Polivanov) ont été posés. Les années 1920 étaient d’autant plus fructueuses et riches en nouvelles idées qu’elles ont connu une certaine liberté de pensée scientifique, une remise en perspective de l’héritage des générations précédentes de linguistes, une quête de nouvelles méthodes et problématiques dans le développement de la linguistique ainsi que de nombreux contacts avec des chercheurs étrangers. Le climat des années 1930 a été complètement différent : la linguistique soviétique était dominée par La « Nouvelle théorie du langage » qui était sans doute sociale dans son essence, mais plutôt dans l’esprit de la sociologie vulgaire. Les débats ont été remplacés par des discours idéologiques et des mises en cause tandis que les liens avec les chercheurs...

Auteur

Linguiste, Docteur ès Lettres, Svetlana Moskvitcheva est maître de conférences HDR à l’Université russe de l’amitié des peuples (RUDN, Moscou) où elle enseigne la théorie du langage, l’histoire de la linguistique, la méthodologie des recherches en sciences humaines, et la linguistique sociale. Elle est aussi rattachée au Laboratoire de Psychologie de l’adolescence de l’Institut de Psychologie de l’Académie de l’Éducation de Russie. Ses intérêts scientifiques sont orientés vers le phénomène du social dans l’histoire des sciences du langage en URSS, et aussi vers le champ de la sociolinguistique des langues minoritaires en Russie et en Europe. Parmi ses publications, nous pouvons citer A. Viaut et S. Moskvitcheva (dir.) (2014), Catégorisation des langues minoritaires en Russie et dans l’espace post-soviétique, Pessac, MSHA, et d’autres consacrées pour la plupart aux problèmes de la variation du signe linguistique, ainsi que sa collaboration à É. Enderlein (dir. avec la coll. de G. Dimova-Sarwari, S. Moskvitcheva et L. Nesterskaïa) (2009), Le Russe contemporain. Des mots à l’expression. Lexique thématique, Paris, L’Asiathèque.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search