Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Première partie. Du point de vue de la Russie

La personne et la société comme problème des sciences humaines : analyse interdisciplinaire

Elena Belinskaïa
Traduction de Maryse Dennes, Mariya Shumava, Agniezska Kostrubiec, Oxana Fominykh, Nataliya Kokhanevych, Svetlana Tronina, Dominique Valat, Kristina Poliakova, Olga Soldatkina, Olga Konkka, Marina Boukaïdi, Alissa Lugovskaia et Iulia Sherenkova

Résumé

Dans cet article, nous présenterons les sources de l’apparition et du développement des problèmes relatifs à la personne et à la société dans la pensée sociale russe et française de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Nous analyserons les ressemblances et les différences des contextes socioculturels et intellectuels relativement à cette problématique, ainsi que leur rôle dans le développement des sciences humaines en France et en Russie. Nous utiliserons pour cela la méthode d’analyse comparative et interdisciplinaire élaborée et développée dans une série de théories et de conceptions de l’époque envisagée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’époque contemporaine, un des vecteurs fondamentaux et déjà universellement reconnus du développement des sciences humaines est la critique de leur variante positiviste. Ce mouvement qui est souvent présenté comme pouvant permettre la création d’un « nouveau paradigme », l’émergence d’une « science post-non-classique » etc., et qui reflète, à l’époque postmoderne, la tendance générale à « humaniser » les sciences sociales, est aujourd’hui tout à fait caractéristique des sciences psychologiques, en particulier, de la psychologie sociale. Parallèlement, il est intéressant de remarquer que, d’un point de vue méthodologique, l’état actuel de la psychologie sociale conduit souvent les chercheurs à constater la présence en elle d’un certain nombre de tendances spécifiques qui sont le plus souvent interprétées pour la psychologie sociale comme la perte de son propre objet d’études, comme sa « dissolution » dans d’autres domaines de la psychologie et des sciences sociales en général, ou ...

Auteur

Docteur et Professeur habilitée en psychologie. Elle travaille dans le cadre du département de psychologie sociale de la Faculté de psychologie de l’Université d’État de Moscou. Parmi ses publications (96), nous pouvons citer : les articles « Problema licnosti i obchestva v russkoi sociologii nacala 20 veka : sociokul’turnij i intellectual’nij context [Le Problème de la personne et de société dans la sociologie russe du début du XXe siècle : contexte socio-culturel et intellectuel] » ; « Teoria “geroiev i tolpy” N.K. Mihailovskogo i “psihologia mass” G. Lebona : pereklicka idei [La théorie des “heros et masses” de N.K. Mihailovskij et “la psychologie des masses” de G. Lebon : l’appel des idées] » ; « Sub’ektivniy metod N.K. Mihailovskogo kak predposylka novoi metodologii gumanitarnogo znania [La méthode subjective de N.K. Mihailovskij comme prémisse de la nouvelle méthodologie des sciences humaines] » ; la monographie (en collaboration) Social’naja psihologia licnosti [La psychologie sociale de la personne].

Maryse Dennes (Traducteur)

Docteur en Philosophie et habilitée à diriger des recherches, Professeur des Universités, elle a dirigé le Département d’études slaves de l’Université Bordeaux Montaigne et le CERCS (Centre d’Études et de Recherches sur les Civilisations Slaves) (www.msha/cercs.fr). Actuellement, elle co-dirige un programme quinquennal de la MSHA : « Identités européennes et espaces mondialisés », au sein duquel elle a créé la collection « Russie Traditions Perspectives » des éditions de la MSHA. Jusqu’en 2011, elle a coordonné, un programme international de coopération scientifique (PICS, CNRS/RGNF) avec l’Institut de psychologie de l’Académie de l’Éducation de Russie, en collaboration avec Tatiana Martsinkovskaïa. Ses intérêts scientifiques et domaines de recherche sont la philosophie russe et occidentale, l’histoire des idées et l’histoire culturelle en Russie. Elle est l’auteur de nombreuses publications (www.msha/cercs.fr/DENNES). Suite aux colloques internationaux qu’elle a organisés à Bordeaux (MSHA) sur la philosophie russe, elle a aussi publié des ouvrages collectifs sur Gustave Chpet et Alekseï Losev. En collaboration avec Françoise Teppe, elle a traduit en français Le Phénomène et le sens de Gustave Chpet (MSHA, coll. « Russie Traditions et Perspectives », 2013).

Mariya Shumava (Traducteur)
Agniezska Kostrubiec (Traducteur)
Oxana Fominykh (Traducteur)
Nataliya Kokhanevych (Traducteur)
Svetlana Tronina (Traducteur)
Dominique Valat (Traducteur)
Kristina Poliakova (Traducteur)
Olga Soldatkina (Traducteur)
Marina Boukaïdi (Traducteur)
Alissa Lugovskaia (Traducteur)
Iulia Sherenkova (Traducteur)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search