Version classiqueVersion mobile

Interdépendance et influences réciproques des sciences humaines en Russie et en France

 | 
Maryse Dennes
, 
Tatiana Martsinkovskaïa

Première partie. Du point de vue de la Russie

L’interaction des sociétés savantes dans le contexte du développement des sciences humaines

Tatiana Martsinkovskaïa
Traduction de Nadia Chtchetkina-Rocher

Résumé

Dans cet article, nous mettrons en évidence les liens méthodologiques et scientifiques existants entre diverses disciplines dans le domaine des sciences humaines en Europe (en particulier en ce qui concerne la philosophie, la psychologie, la linguistique et l’histoire culturelle). Nous insisterons sur la communauté des points de vue, considérée comme une communauté culturelle européenne basée sur le sentiment des changements importants se produisant dans l’Europe du début du XXe siècle, et sur une logique du développement des sciences humaines, reconnue par tous. Dans cette optique, nous mettrons en valeur l’importance, pour le développement des sciences, des sociétés savantes et des débats scientifiques entre chercheurs de différentes disciplines et de différents pays. Mais, à côté de cela, nous relèverons aussi certaines différences relatives au contenu des conceptions scientifiques, en montrant qu’elles dépendent autant de la spécificité des conditions sociales du développement des sciences, en France et en Russie, que des langues et des mentalités.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question du développement du savoir propre aux sciences humaines a toujours été un problème méthodologique central. Au début du XXe siècle, les orientations prises ont avant tout été liées au développement et aux transformations du positivisme, ainsi qu’à l’apparition du rationalisme critique qui avait pour objectif le changement de regard sur les critères permettant de distinguer les méthodes scientifiques de leurs pendants subjectifs et non scientifiques. Le développement ultérieur du positivisme (néo-positivisme et post-positivisme) fut lié, quant à lui, à l’élargissement des conceptions relatives au rôle des facteurs socioculturels dans la constitution du savoir scientifique et à l’assouplissement des positions de départ sur la rationalité et l’objectivité des méthodes d’investigation. Ce processus renvoie, en particulier, aux travaux de Karl Popper, d’Imre Lakatos et de Paul Feyerabend (Marcinkovskaja [Martsinkovskaïa], 2009).

Dans son ouvrage intitulé Logique de la découvert...

Auteur

Docteur et professeur habilitée en psychologie. Elle travaille à l’Institut de psychologie de l’Académie de l’Éducation de Russie, où elle dirige le Laboratoire de psychologie historique de la personne ; elle est professeur à la Faculté de psychologie de l’Université d’État de Moscou ; elle dirige le département de psychologie de l’Université régionale de Moscou ainsi que les programmes sur l’étude de la psychologie et de la philosophie de la culture, l’espace social et de l’information de l’Université pédagogique d’État de Moscou. Parmi ses nombreuses publications (205), nous pouvons citer, en rapport avec la problématique du colloque, la publication de matériau d’archives de Gustav Chpet (souvenirs, articles), l’édition des œuvres de Gustav Chpet se rapportant à la psychologie, et, parmi ses monographies : Mental’nost’ i ee otraženie v naukah o čeloveke [La Mentalité et son écho dans les sciences de l’homme], en collaboration : Kategorija pereživanija v psihologii i filosofii [La Catégorie du vécu en psychologie et en philosophie]. Elle a aussi publié les recueils suivants : Filosofia psyhologii – vozvraščenie k istokam [La Philosophie de la psychologie, Retour aux sources] ; Metodologičeskie problemy sovremennoj psihologii – paradigmal’nyj i meždisciplinarnyj aspekt [Problèmes méthodologiques de la psychologie contemporaine, aspect paradigmatique et interdisciplinaire], Identičnost’ rossijskoj intelligencii [L’identité des intellectuels de Russie]

Nadia Chtchetkina-Rocher (Traducteur)

Docteur en slavistique. Elle a enseigné à l’Université d’Odessa et est actuellement attachée à l’enseignement et à la recherche dans l’UFR Langues et civilisations de l’Université Bordeaux Montaigne, membre du laboratoire EEE (Europe, Européanité, Européanisation, UMR CNRS 3392), membre associé du Groupe « Civilisations de la Chine, du Japon et du Tibet » (UMR CNRS 8155, Programme « Orientalisme russe », EPHE, Paris). Sa thèse portait sur les images de l’Orient dans la culture intellectuelle russe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Récentes publications : « Prizrak kitča kak estetičeskoe basso ostinato v tvorčestve Nikolaja Reriha » dans Andreev A.A. (dir.), Rerihi. Mify I fakty, SPb, Nestor-Istorija, 2011 ; « Le Japon dans l’imaginaire russe des XVIIe et XVIIe siècles », Slavica Occitania, 2011, 33, Toulouse ; « Orientalizm v muzyke : ot citirovanija k izmeneniju jazyka », Aziatskie Issledovanija, RUDN, Moscou, 2010 ; « Anamorphoses de la raison divinatoire : l’ostéomancie dans l’espace eurasiatique », Journal Asiatique, 297-2, 2009.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search