Version classiqueVersion mobile

Sur les traces du passé de l’éducation…

 | 
Jean-François Condette
, 
Marguerite Figeac-Monthus

Troisième partie. Nouveaux territoires de la recherche en éducation

Chapitre 23. Le genre et les femmes en histoire de l’éducation

Rebecca Rogers

Texte intégral

  • 1 Gréard Octave, L’Enseignement secondaire des filles. Mémoire présenté au conseil académique de Par (...)
  • 2 Rogers Rebecca et Thébaud Françoise, La Fabrique des filles. L’éducation des filles de Jules Ferry (...)

1Si l’histoire de l’éducation des filles reste encore un champ de recherche sous exploité en France, ce n’est pas par manque de sources. Dès le début de la IIIe République, pédagogues et historiens ont montré la voie. Octave Gréard, vice-recteur de Paris entre 1879 et 1902 par exemple, exploite les archives du conseil académique de Paris dès 1882 lorsqu’il publie un mémoire sur l’éducation secondaire des filles ; plus classiquement, Paul Rousselot puise dans les écrits imprimés des grands hommes et femmes pour argumenter son Histoire de l’éducation des femmes en France1. Ces exemples montrent que la question de l’éducation des filles n’est pas un nouveau sujet à la mode et ils attirent l’attention sur l’existence d’un corpus archivistique qui est loin d’être rare. C’est ce postulat qui a guidé l’ouvrage grand public que j’ai réalisé avec Françoise Thébaud aux éditions Textuel2. Nous avons voulu montrer l’omniprésence d’un patrimoine éducatif sexué qui contribue à la « fabrique des filles » : manuels scolaires dédiés, revues pour demoiselles, commentaires d’enseignantes religieuses dans les cahiers d’école, choix de dictées dans les écoles de filles… L’univers longtemps non mixte de l’enseignement scolaire en France a laissé d’innombrables traces dans les archives, les bibliothèques et les greniers des familles qui font l’objet depuis quelques décennies d’une exploitation sous l’angle du genre.

2Le genre, comme catégorie d’analyse, nous incite à penser l’articulation du masculin et du féminin et à penser la manière dont les institutions, les enseignantes, les programmes d’études et les outils pédagogiques contribuent à leur façon à définir l’élève ou l’enseignant comme individu sexué. L’éducation est une expérience de socialisation qui comporte, inévitablement, une dimension sexuée, plus ou moins forte selon les contextes et les périodes. Dans l’histoire de l’éducation, cette grille d’analyse ne s’est imposée que progressivement. Dans un premier temps, des travaux centrés sur l’éducation des filles exploitent des archives qui leur sont spécifiques, ce n’est que dans un deuxième temps, qu’une interrogation plus sexuée des sources dans une démarche explicitement comparative (avec les garçons). Dans les pages qui suivent, il sera d’abord question des archives exploitées pour écrire l’histoire de l’éducation des filles, notamment à l’époque contemporaine, puis de travaux davantage centrés sur les sources imprimées et enfin de l’élargissement de perspectives qui viennent avec les questionnements de l’histoire du genre autour de l’histoire de la mixité en particulier.

Quelles sources pour trouver écolières et enseignantes dans l’histoire ?

  • 3 Mayeur Françoise, L’Enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, (...)
  • 4 Cité dans Luc Jean-Noël, « Les territoires d’une historienne », Histoire de l’éducation, no 115/11 (...)

3Lorsque Françoise Mayeur publie sa thèse d’État en 1977, elle fait découvrir les spécificités de l’enseignement destiné aux filles de la bourgeoisie dans les collèges et lycées de jeunes filles3. En traçant les débats qui ont nourri la préparation de la loi Camille Sée du 21 décembre 1880 et en dessinant les contours des nouvelles institutions qui voient le jour, Françoise Mayeur puise dans des sources bien identifiées par les historiens de l’éducation : la série F17 des Archives nationales, et notamment les dossiers de personnel, les archives de l’École de Sèvres, les textes législatifs et réglementaires, les programmes d’enseignement, les revues d’éducation à la fois généralistes et spécialisées, ainsi que des publications de caractère corporatif. La quantité des sources exploitées révèle à quel point la société française – hommes politiques et hommes d’Église, féministes, pédagogues et enseignants – s’est intéressée à partir des années 1860 à l’éducation des filles. Sans nier l’indéniable inventivité de la démarche de Françoise Mayeur, elle n’a pas souffert dans sa démarche d’absence de sources, bien au contraire. Son exposé de soutenance précisera d’ailleurs des pistes pour de futures recherches : sur des collèges et lycées d’une ville ou d’une région, sur le profil des élèves et sur le « monde inexploré » des institutions congréganistes et laïques privées4. Son dépouillement de quelques fonds d’Archives départementales (Gironde, Isère, Nord, Savoie, Seine-Maritime) l’a confortée dans sa conviction que les sources existaient bel et bien, il suffisait de s’y intéresser.

  • 5 Sonnet Martine, L’Éducation des filles à Paris au xviiie siècle, thèse de 3e cycle, EHESS, publié (...)

4Dans la décennie suivante, un certain nombre de chercheurs ont poursuivi ces lignes directrices en exploitant archives publiques et privées. Délaissant comme Françoise Mayeur la tradition ancienne d’une histoire des idées pédagogiques, Martine Sonnet s’intéresse elle à l’enseignement des filles à Paris au xviiie siècle sous l’angle de l’histoire sociale qui donne à voir écolières et enseignantes au sein d’établissements nombreux et variés5. Le livre issu de la thèse propose une cartographie fine des établissements parisiens pour filles – écoles charitables comme pensionnats pour les élites – et leur clientèle, sans négliger pour autant le contenu de l’enseignement dispensé, ces « petites sciences qui peuvent convenir à des filles » pour reprendre un projet de lettre patente pour les Orphelines de l’Enfant-Jésus en 1721. La bibliographie très fournie de la thèse révèle l’importance d’un patrimoine documentaire dans les fonds publics (par exemple, Archives nationales, Bibliothèque nationale, Archives de l’Hôpital des Quinze-vingts) ainsi que l’existence de très nombreux règlements et guides de conduites concernant les congrégations enseignantes.

  • 6 Langlois Claude, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au(...)
  • 7 Mayeur Françoise, L’Éducation des filles en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1979 (2e éd. P (...)
  • 8 Rogers Rebecca, L’Éducation des filles. Les maisons d’éducation de la Légion d’honneur (1810-1881) (...)
  • 9 Rogers Rebecca, Les Demoiselles de la Légion d’honneur : Les maisons d’éducation de la Légion d’ho (...)

5La thèse magistrale de Claude Langlois sur les congrégations féminines au xixe siècle publiée en 1984 a, pour sa part, dynamisé les études sur le secteur privé et religieux prédominant dans l’enseignement des filles avant les lois républicaines6. Certes la synthèse de Françoise Mayeur sur le long xixe siècle avait déjà souligné l’importance des initiatives congréganistes mais ses recherches se sont limitées aux sources imprimées, laissant aux autres le soin d’ouvrir la porte des archives des congrégations enseignantes7. Je fus de ceux-là puisque mon travail de thèse a commencé dans les archives de la congrégation de la Mère de Dieu à qui Napoléon Bonaparte avait confié le soin de diriger les maisons orphelines de la Légion d’Honneur. Ces archives permettaient d’établir une prosopographie des sœurs enseignantes (en puisant dans les registres de profession et les nécrologies), de saisir les stratégies de nominations aux fonctions de responsabilité au sein des divers pensionnats dirigés par la congrégation, d’étudier l’évolution des programmes d’enseignement et les justifications de celles-ci, et de plonger dans l’intimité d’une jeune pensionnaire, grâce au journal privé qui avait été légué aux sœurs8. Notons au passage que j’ai peu exploité le riche fonds iconographique de la congrégation – photographies d’élèves, d’enseignantes et bâtiments scolaires – faute d’avoir saisi leur intérêt à ce moment-là de mon itinéraire de chercheuse. L’exploitation des archives de cette congrégation enseignante a montré la progressive professionnalisation des sœurs par une formation à la fois théorique et pratique ainsi que la « modernité » de leur réflexion pédagogique lorsqu’elle propose des programmes à caractère professionnel dans les années 1860. Pour ce qui est de l’histoire des élèves, le journal intime m’a permis de mieux saisir les pratiques pédagogiques à l’œuvre et la manière dont les élèves intériorisaient les messages intellectuels, moraux et religieux transmis par l’institution, des messages que j’ai tenté d’analyser dans une perspective de genre encore balbutiante. Le journal ouvrait la voie également à une analyse des usages de l’espace du pensionnat faisant écho à des travaux similaires sur les établissements britanniques9. L’essentiel des sources concernant les élèves de la congrégation se trouvait cependant dans un autre fonds d’archives géré par les maisons d’éducation de la Légion d’honneur. En effet, les dossiers d’élèves précisant leur origine sociale, les caractéristiques de leur scolarité, leurs maladies, les demandes de soutien de la part des familles, etc. sont depuis plusieurs décennies regroupés à l’établissement de la Légion d’honneur à Saint-Denis.

  • 10 Nobécourt Marie-Dominique, Un Exemple de l’éducation des filles au 19e siècle par les congrégation (...)

6Les archives privées de la Légion d’honneur constituent indéniablement un fonds privilégié pour étudier les élèves d’une institution féminine. Je n’en connais pas d’autres qui gardent depuis le début du xixe siècle des dossiers pour chaque élève. Ailleurs, l’information concernant les élèves est bien parcellaire : registres d’élève, plus ou moins bien remplis, correspondance scolaire, journal d’établissement, parfois informations émanant d’associations d’anciennes élèves (qui voient le jour à la fin du siècle). Ainsi les historiens se contentent la plupart du temps de recouper des sources diverses sans pouvoir proposer une sociologie fine des élèves et de leurs parcours scolaires. C’est le cas, par exemple, de travaux sur les élèves des Dames du Sacré-Cœur, des établissements privés de Toulouse ou des écoles tenues par les congréganistes dans le diocèse de Lyon10. Comme pour les garçons, les monographies d’établissement, de ville ou de région dessinent avec bien plus de précision le portrait des enseignantes car les traces de leur travail au sein d’écoles ou de pensionnats sont nombreuses.

  • 11 De Bellaigue Christina, Educating Women : Schooling and Identity in England and France, 1800-1867,(...)

7La trace des élèves dans les institutions privées laïques est encore plus ténue même si on trouve, par exemple, dans les délibérations du conseil général de la Seine au milieu du xixe siècle, des statistiques concernant les pensionnats de demoiselles qui note le nombre d’élèves, leur nationalité et leur religion. Lorsque ce genre d’établissement fait l’objet d’inspections (c’est le cas seulement dans les grandes villes), les Archives départementales permettent parfois de dessiner le profil social des élèves par établissement. Christina de Bellaigue et moi-même avons montré ainsi à quel point les directrices de pensionnats ciblent une clientèle scolaire précise, en fonction du réseau scolaire existant, ce que Françoise Mayeur a pu montrer également pour la clientèle des cours secondaires fondés par Victor Duruy en 186711.

  • 12 Parmi les travaux récents qui s’appuient sur des archives publiques d’établissements, signalons : (...)
  • 13 Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, Les Collèges du peuple. L’enseignement primaire supér (...)

8Les archives concernant les écoles publiques ne sont guère plus prolixes concernant les élèves, même si la richesse de la documentation, au-delà des statistiques, augmente pour les institutions du xxe siècle12. La préparation d’élèves à des diplômes, le développement de journaux d’établissements et la possibilité de faire de l’histoire orale permet de mieux cerner les caractéristiques des jeunes filles qui prolongent leur scolarité avec des ambitions professionnelles relativement limitées, comme le montrent en particulier les travaux sur les écoles primaires supérieures13. En effet, les élèves des EPS en particulier se destinent bien plus que leurs frères à l’enseignement, poursuivant ainsi des trajectoires scolaires conformes aux stéréotypes de sexe.

  • 14 Margadant Jo Burr, Madame le Professeur : Women Educators in the Third Republic, Princeton, Prince (...)

9Les archives des écoles normales, y compris celles de l’École normale supérieure de Sèvres, permettent de mieux cerner les caractéristiques des jeunes filles qui visent l’enseignement et donnent à voir des profils de femmes peu féministes par rapport aux enseignantes britanniques ou américaines qui se sont mobilisées dès le milieu du xixe siècle pour promouvoir une formation rigoureuse pour les enseignantes (souvent au sein de l’université). En France, dans le secondaire, les femmes se sont engagées dans la carrière d’enseignante comme en religion sans exprimer de critiques par rapport à une idéologie républicaine qui a forgé un système d’établissements féminins différent et moins ambitieux professionnellement que celui mis en place pour les garçons puisque les études étaient moins longues et ne menaient pas au baccalauréat. Puisant dans les dossiers du personnel et les archives de l’École de Sèvres les livres de Françoise Mayeur puis de Jo Burr Margadant ont montré la construction d’un esprit sévrien, exigeant pour les individus mais bien marqué par les valeurs féminines d’abnégation de soi et de sacrifice14. Certes, l’esprit de cette éducation a évolué, comme le montre J. B. Margadant, mais la génération de Sévriennes qui est confrontée aux changements de l’après Première Guerre mondiale s’est montrée très modérée dans ses revendications.

  • 15 Gemie Sharif, Women and Schooling in France, 1815-1914 : Gender, Authority and Identity in the Fem (...)
  • 16 Gemie Sharif, Women and Schooling, op. cit., p. 181-196 ; Vicinus Martha, Independent Women. Work (...)
  • 17 Gavoille Jacques, Du maître d’école à l’instituteur. La formation d’un corps enseignant du primair (...)

10Pour le primaire, la formation des futures institutrices est également marquée par les messages de genre. Les travaux de Sharif Gemie et d’Anne Quartararo sur les normaliennes mettent en avant le cadre très strict des internats qui forge, à quelques exceptions près, des futures professionnelles relativement peu contestataires de l’ordre sexué15. Le journal d’une élève de l’École normale du Mans en 1883 exploité par le premier révèle un univers où les désirs affectifs sont brimés ; le contraste est alors saisissant avec les analyses travaux de Martha Vicinus et Elizabeth Edwards pour l’Angleterre16. Plus récemment, le livre de Jacques Gavoille met à jour les logiques institutionnelles et sociales qui contribuent à sexuer le métier d’instituteur. En comparant rigoureusement les instituteurs et les institutrices il montre comment la différence de salaire, de répartition des tâches pédagogiques (avec l’institutrice vouée à s’occuper des plus petits) et la limitation des possibilités pour les institutrices mères de famille de prendre des responsabilités dans le champ post-scolaire ont contribué à la construction de métiers différents pour les hommes et les femmes malgré l’apparence d’un traitement similaire17.

  • 18 Thomazeau Anne, La Rééducation des jeunes filles délinquantes et inadaptées. Pratiques et représen (...)
  • 19 Voir les travaux de Régis Revenin sur cette question et notamment sa thèse : Les garçons, l’amour, (...)

11Ainsi, l’histoire des élèves et des enseignants en France est devenue relativement sexuée avec néanmoins bien plus de travaux sur le féminin que le masculin. Signalons, par exemple, le développement récent de recherches à partir des archives très riches de l’Éducation surveillée ou de l’Assistance publique mise en valeur par la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière. Faisons l’hypothèse, à partir des travaux existants, que dans les institutions dédiées aux enfants des marges – délinquants, orphelins, ou enfants moralement abandonnés – l’expérience d’éducation est particulièrement marquée par les normes de genre. La thèse d’Anne Thomazeau et les travaux de Véronique Blanchard le montrent bien pour les filles délinquantes dans la période après 194518. Il est temps d’examiner les dossiers des élèves garçons avec cette même grille analytique afin de mieux comprendre ce que les historiens ont nettement moins étudié : la fabrique des garçons19.

Manuels, presse et littérature de jeunesse pour étudier le « devenir femme »

12Les sources imprimées qui dictent les savoirs à enseigner, les livres à lire ou les comportements à acquérir ouvrent une fenêtre sur la manière dont une société envisage les rôles masculins ou féminins selon les catégories sociales. Certes, ils apprennent peu sur l’intériorisation des modèles proposés mais leur analyse est néanmoins incontournable pour comprendre le poids des messages sexués dans l’éducation.

  • 20 Havelange Isabelle, La Littérature à l’usage des demoiselles, 1750-1830, thèse de 3e cycle, EHESS, (...)
  • 21 Lévy Marie-Françoise, De Mères en filles : l’éducation des Françaises, 1850-1880, Paris, Calmann-L (...)
  • 22 Clark Linda, Schooling the Daughters of Marianne, Albany, Suny Press, 1984.

13Des travaux sur ces questions existent depuis des décennies inaugurées par les thèses de Marie-Françoise Lévy et Isabelle Havelange qui s’appuyaient sur les ouvrages à destination des jeunes filles. Cette dernière s’est penchée sur la littérature à l’usage des demoiselles entre 1780 et 183020. En révélant l’importante production éditoriale à ce sujet, I. Havelange montre les évolutions aussi bien dans le genre littéraire que dans la formation proposée ; celle-ci s’éloigne progressivement de modèles mondains pour promouvoir une formation plus « maternelle ». Elle note aussi l’élaboration de « bibliothèques idéales » qui montre le désir de contrôler la lecture des jeunes filles même si peu d’ouvrages s’adressent seulement aux jeunes filles. Les savoirs sont certes sexués, mais on y accède par des livres destinés à la jeunesse en général. Marie-Françoise Lévy, de son côté, a concentré son analyse sur les années du Second Empire pour lequel elle a recensé 256 ouvrages, livres, contes, romans et nouvelles de femmes-auteurs à l’usage spécifique des jeunes filles21. Les écrits de vingt-sept de ces femmes ont été retenus et étudiés ainsi que des écrits religieux, la presse d’éducation et quelques journaux intimes dans un effort de saisir aussi bien les valeurs normatives que les pratiques de lectures des jeunes bourgeoises. Dans cette même décennie les manuels scolaires on fait l’objet d’analyse sous l’angle du genre ; ainsi Linda Clark s’intéresse aux différences dans les écrits destinés aux garçons et aux filles dans les écoles primaires de la IIIe République22.

  • 23 Un catalogue raisonné de ces écrits pour la période moderne jusque dans les années 1830 se trouve (...)
  • 24 Monicat Bénédicte, Devoirs d’écriture. Modèles d’histoire pour filles et littérature féminine au x (...)

14Le Service d’histoire d’éducation a beaucoup contribué à la mise en valeur du patrimoine éducatif représenté par la littérature de jeunesse, les manuels scolaires ou la presse pédagogique, en publiant des répertoires de sources23. Malgré tout, les analyses se référant au genre sont restées relativement discrètes à l’exception du livre récent de l’américaine Bénédicte Monicat24. Celle-ci plonge dans l’univers pédagogique des auteurs du xixe siècle pour souligner les contradictions d’une littérature conservatrice à l’égard des modèles proposés aux femmes qui en même temps offre un espace de créativité et d’imagination à des quantités de femmes. Chemin faisant, elle confirme l’intérêt pour l’histoire de l’éducation de ce matériel pédagogique qui permet d’étudier les représentations sexuées des hommes et des femmes dans la société.

  • 25 Pignot Manon, « Suzette contre Fillette : La grande guerre de 2 illustrés français » dans Crépin T (...)
  • 26 Heywood Sophie, Catholicism and Children’s Literature in France. The Comtesse de Ségur (1799-1875) (...)
  • 27 Voir Heywood Sophie, Catholicism and Children’s Literature, op. cit., p. 152-188.

15Reste la difficulté de savoir comment la jeunesse, garçons et filles, s’approprie les messages sexués plus ou moins subtils des écrivains, des pédagogues et des auteurs de la presse de jeunesse, d’autant plus que ces messages varient en fonction du milieu social visé25. Le croisement d’approches littéraire et historique se révèle particulièrement fécond dans ce champ d’investigation marqué par l’histoire du livre et de la lecture. Deux livres récents centrés sur la Comtesse de Ségur poursuivent une interrogation sur la portée de ses travaux et de son impact sur la société de son temps26. Sophie Heywood, en particulier, pose la question de la manière dont les jeunes filles s’approprient la littérature des auteurs catholiques comme la comtesse de Ségur, Zénaïde Fleuriot ou Julie Gouraud. En s’appuyant sur des correspondances, des journaux intimes et des mémoires, elle montre les écueils d’une lecture aussi bien littérale que féministe de cette littérature. Son analyse nuancée montre que les modèles de féminité proposés sont certes cantonnés à la sphère privée mais, pour les auteurs elles-mêmes, cette « littérature de gouvernante » les situe avec les dames charitables et les sœurs religieuses parmi les femmes actives du xixe siècle qui ont participé au réveil religieux, brouillant par leurs vies et leurs écrits les frontières de genre27.

Féminisme et mixité dans l’éducation : des questionnements pour penser le genre

  • 28 Voir les pages à ce sujet dans Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes et du genre, op. ci (...)
  • 29 Rogers Rebecca, « L’éducation des filles… », art. cit., pp. 62-73.

16Chez les historiens des femmes, le « temps du genre » représente un effort de théorisation où il est question de voir comment les rapports de genre dans une société donnée se traduisent dans l’éducation familiale, dans l’école, dans les programmes scolaires et leurs effets en retour sur les identités des élèves comme des enseignantes28. De tels questionnements sont présents depuis les premiers travaux de Françoise Mayeur dans les années 1970 mais ils sont plus systématiquement au cœur de la démarche des chercheurs depuis une vingtaine d’années29. Sans chercher à résumer les acquis de cette recherche, il sera question ici des sources et des approches mobilisées dans les travaux sur l’engagement militant et la mixité.

  • 30 Charmasson Thérèse (dir.), Histoire de l’enseignement, xixe-xxe siècles. Guide du chercheur, 2e éd (...)

17Précisons d’emblée qu’aucun inventaire ni guide de chercheurs n’ouvrent facilement les portes à de tels questionnements. L’imposant guide dirigé par Thérèse Charmasson, bible pour la recherche en histoire de l’éducation, offre peu de pistes explicites pour croiser le masculin et le féminin à partir des sources ou des fonds d’archives disponibles. L’index contient une entrée « enseignement féminin » qui renvoie vers trois pages de références bibliographiques et le recueil de sources publiés au moment de la création des collèges et des lycées de jeunes filles ; il n’y a pas d’entrée « enseignement masculin30 ». C’est donc au chercheur de flairer les sources susceptibles d’éclairer la manière dont l’éducation œuvre pour fabriquer des êtres sexués.

  • 31 Bard Christine, Metz Annie, et Neveu Valérie (dir.), Guide des sources de l’histoire du féminisme (...)

18Le Guide des sources de l’histoire du féminisme31 présente un panorama des outils et des fonds concernant les personnes et les associations qui ont milité pour changer le statut des femmes dans la société. Comme l’éducation a souvent été le premier combat des féministes, les fonds documentaires signalés dans ce Guide, et en particulier, la Bibliothèque Marguerite Durand (BMD) et les archives du féminisme, font découvrir des sources relativement peu exploitées par les historiens de l’éducation, notamment la presse militante, des archives d’associations. Catalogues et inventaires répertorient des femmes et des hommes qui ont, par leur action dans l’éducation, cherché à modifier les rapports de sexe.

  • 32 Sohn Anne-Marie, Féminismes et syndicalismes. Les institutrices de la Fédération Unitaire de l’Ens (...)
  • 33 Offen Karen, « The Second Sex and the Baccalauréat in Republican France, 1880-1924 », French Histo (...)

19L’engagement militant de féministes, de pédagogues ou d’enseignantes intéresse depuis longtemps les historiennes des femmes mais les travaux sur le sujet ont trouvé peu d’écho chez les historiens de l’éducation jusqu’à récemment. La thèse de troisième cycle d’Anne-Marie Sohn, comme l’article très documenté de Karen Offen, ont pourtant révélé la richesse des débats portés par des femmes sur l’éducation des filles et sur le statut des enseignantes primaires et secondaires dans la profession. Et elles ont toutes les deux exploité des sources imprimées foisonnantes : presse syndicale, féministe et éducative, rapports de congrès… Anne-Marie Sohn souligne, dès les années 1970, les tensions au croisement du sexe et de la classe qui conditionnent l’action militante des institutrices de la Fédération unitaire de l’Enseignement et analyse les actions concrètes des Groupes féministes des enseignantes laïques autour de questions de statut et de pédagogie, puisque ces groupes ont milité pour la coéducation et l’éducation sexuelle dans l’entre-deux-guerres. La thèse se conclut par le portrait de la militante unitaire faisant découvrir les caractéristiques de ces institutrices (12 000 à l’apogée du mouvement en 1920) qui restent dans l’ensemble encore peu étudiées32. Quant à Karen Offen, son analyse de la réforme du baccalauréat en 1924 prolonge l’étude de Françoise Mayeur et montre comment les féministes ont combattu les privilèges de sexe au sein de l’élite concerné par l’enseignement secondaire sans pour autant remettre en cause le caractère dual du système scolaire français33.

  • 34 Verneuil Yves, « La société des agrégées, entre féminisme et esprit de catégorie », Histoire de l’ (...)
  • 35 Verneuil Yves, « Les pratiques professionnelles sont-elles sexuées ? Les professeurs de l’enseigne (...)
  • 36 Voir à ce sujet Gutierrez Laurent, L’Éducation nouvelle et l’enseignement catholique en France : 1 (...)
  • 37 Voir le numéro « Coéducation et mixité », Thébaud Françoise et Zancarini-Fournel Michelle, Clio : (...)
  • 38 Voir Albisetti « Catholics and Coeducation in Europe before ‘Divini Illius Magistri’ », Paedagogic (...)

20Depuis ces travaux pionniers, Yves Verneuil, en particulier, a étudié les aspects sexués du syndicalisme dans le secondaire, tirant de l’ombre la Société des Agrégées, tiraillée dans ces combats entre sa volonté de défendre les femmes au sein de l’enseignement secondaire et celle de préserver ses privilèges corporatifs34. En s’intéressant à la manière dont les enseignantes du secondaire réagissent face à la question de la coéducation, il poursuit une interrogation sur le caractère sexué des pratiques professionnelles qui mérite d’être signalée35. En effet, la revendication de la coéducation qui apparaît à la fin du xixe siècle chez certaines féministes et au sein du mouvement de l’éducation nouvelle permet de voir plus clairement à quel point des questions de genre traversent le monde scolaire des premières décennies du xxe siècle36. Qu’il s’agisse des institutrices qui prennent progressivement la place des instituteurs dans les écoles de garçons, d’établissements mixtes où garçons et filles reçoivent les mêmes leçons, de débats sur l’opportunité d’étendre la mixité, ou encore des concours ou des diplômes qui s’ouvrent aux filles, la mixité offre un terrain d’étude où le genre constitue une catégorie d’analyse essentielle37. On voit dans les travaux sur ces questions comment l’enseignant et l’élève sont dotés de caractéristiques sexuées, notamment dans leurs rapports aux savoirs, eux-mêmes fortement sexués. Les défenseurs de la mixité, comme ceux qui la récusent, ne cessent d’argumenter leur position par rapport à une compréhension du monde social et scolaire qui est tout sauf neutre ; l’élève comme l’enseignante sont bien des êtres sexués et l’institution scolaire compose avec cette réalité dans l’organisation de l’espace scolaire, dans les programmes et dans les pratiques pédagogiques38.

  • 39 Stewart Mary Lynn, For Health and Beauty, Physical Culture for French women, 1880s-1930s, Baltimor (...)
  • 40 Rauch André, Le Premier sexe. Mutations et crise de l’identité masculine, Paris, Hachette, 2000, p (...)

21Indéniablement certains sujets de recherche se prêtent davantage à des analyses en termes de genre, comme nous venons de le montrer pour la mixité. Tous les enseignements qui touchent au corps – hygiène, gymnastique et sport, éducation sexuelle, et travaux manuels – génèrent des discours explicitement sexués qui ont fait l’objet d’études multiples39. Reste cependant que l’antériorité de l’histoire de l’éducation des filles marque encore les acquis de la recherche. Si nous percevons bien maintenant comment l’école a participé à la « fabrique » des filles, son rôle dans le façonnement des masculinités est nettement moins connu. De fait, le changement de perspective qu’apporte le genre n’a pas encore pleinement porté ses fruits du côté du premier sexe40. Un chantier qui reste à ouvrir.

Notes

1 Gréard Octave, L’Enseignement secondaire des filles. Mémoire présenté au conseil académique de Paris dans la séance du 27 juin 1882, Paris, Delalain, 1882 ; Rousselot Paul, Histoire de l’éducation des femmes en France, 2 volumes, Paris, Didier, 1883. Pour une analyse de cette historiographie, voir Rogers Rebecca, « L’éducation des filles : un siècle et demi d’historiographie », Histoire de l’éducation, no 115/116, 2007, pp. 37-79.

2 Rogers Rebecca et Thébaud Françoise, La Fabrique des filles. L’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule, Paris, Textuel, 2010.

3 Mayeur Françoise, L’Enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1977. À l’occasion des anniversaires d’établissements, on trouve de nombreuses publications commémoratives qui donnent à voir les richesses patrimoniales de certains lycées ou écoles normales. Voir Rogers Rebecca, « L’éducation des filles », art cit., p. 45-46, 49.

4 Cité dans Luc Jean-Noël, « Les territoires d’une historienne », Histoire de l’éducation, no 115/116, 2007, p. 19-20.

5 Sonnet Martine, L’Éducation des filles à Paris au xviiie siècle, thèse de 3e cycle, EHESS, publié sous le titre L’Éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf, 1983 (2e éd. en 2011). Notons le travail précurseur de Marie-Madeleine Compère sur l’éducation des filles du xvie aux xviiie siècles à partir d’archives d’établissements dans Chartier Roger, Compère Marie-Madeleine et Julia Dominique, L’Éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, Sedes, 1976.

6 Langlois Claude, Le Catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Paris, Éditions du Cerf, 1984.

7 Mayeur Françoise, L’Éducation des filles en France au xixe siècle, Paris, Hachette, 1979 (2e éd. Perrin, 2010).

8 Rogers Rebecca, L’Éducation des filles. Les maisons d’éducation de la Légion d’honneur (1810-1881). De la sociologie scolaire à la construction des identités, thèse de doctorat, EHESS, 1987. J’ai repris l’analyse des sœurs enseignantes dans Rogers Rebecca, « Retrograde or Modern ? Unveiling the Teaching Nun in Nineteenth-Century France », Social History, 23, 1998, pp. 146-164.

9 Rogers Rebecca, Les Demoiselles de la Légion d’honneur : Les maisons d’éducation de la Légion d’honneur au xixe siècle, Paris Perrin, 2006 [1ère éd. 1992]. Les pages 239-283 exploitent plus particulièrement le journal intime et analysent son rôle dans la construction d’une identité adolescente. Pour une étude plus centrée sur la dimension sexuée de cette écriture, voir Rogers Rebecca, « Schools, Discipline and Community : Diary-Writing and Schoolgirl Culture in Late xixth-Century France », Women’s History Review, 4, 1995, pp. 525-554.

10 Nobécourt Marie-Dominique, Un Exemple de l’éducation des filles au 19e siècle par les congrégations religieuses : le Sacré-Coeur de Paris (1816-1874), thèse de l’École des Chartes, 1981 ; Bourgade Germaine, Contribution à l’étude de l’éducation féminine de 1830 à 1914, Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1979 ; Curtis Sarah, L’Enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, PUL, 2003 (éd. américaine de 2000).

11 De Bellaigue Christina, Educating Women : Schooling and Identity in England and France, 1800-1867, Oxford, Oxford UP, 2007 ; Rogers Rebecca, Les Bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au xixe siècle, Rennes, PUR, 2007 ; Mayeur Françoise, « Les Évêques français et Victor Duruy : les cours secondaires de jeunes filles », Revue d’histoire de l’Église de France, no 62, 1971, pp. 267-304.

12 Parmi les travaux récents qui s’appuient sur des archives publiques d’établissements, signalons : Duvignac-Croisé Cécile, L’École de la banlieue. L’enseignement féminin dans l’est parisien, 1880-1960, Rennes, PUR, 2013 ; Ettwiller Éric, « L’essor de l’enseignement secondaire des filles en Alsace (1871-1918), Revue d’Alsace, no 138, 2012, pp. 191-223. Ce dernier inclut des sources iconographiques intéressantes.

13 Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, Les Collèges du peuple. L’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République, Paris, INRP, 1992 ; Visse Nicole, Des filles de la République (1901-1964). De l’École Primaire Supérieure au Collège Moderne et Technique de jeunes filles de Poitiers (86), Chauvigny, Association des publications chauvinoises, 2009.

14 Margadant Jo Burr, Madame le Professeur : Women Educators in the Third Republic, Princeton, Princeton UP, 1990.

15 Gemie Sharif, Women and Schooling in France, 1815-1914 : Gender, Authority and Identity in the Female Schooling Sector, Keele, Keele UP, 1995 ; Gemie Sharif, « Docility, Zeal and Rebellion : Culture and Sub-Cultures in French Women’s Teacher Training Colleges, c. 1860-c. 1910 » ; Quartararo Anne T., Women Teachers and Popular Education in Nineteenth-Century France : Social Values and Corporate Identity at the Normal School Institution, Newark, University of Delaware Press, 1995.

16 Gemie Sharif, Women and Schooling, op. cit., p. 181-196 ; Vicinus Martha, Independent Women. Work and Community for Single Women, 1850-1920, Chicago, University of Chicago Press, 1985 ; Edwards Elizabeth, Women in Teacher Training Colleges, 1900-1960. A Culture of Femininity, Londres, Routledge, 2001.

17 Gavoille Jacques, Du maître d’école à l’instituteur. La formation d’un corps enseignant du primaire : instituteurs, institutrices et inspecteurs primaires du département du Doubs, 1870-1914, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2010. Voir, en particulier, p. 392-393 qui résume la démonstration.

18 Thomazeau Anne, La Rééducation des jeunes filles délinquantes et inadaptées. Pratiques et représentations, de la Libération aux années 1970, thèse, ENS de lettres et sciences humaines sous la codirection d’Anne-Marie Sohn et de Jean-Noël Luc, Université de Paris 4 ; Blanchard Véronique, « De la protection à l’enfermement, vagabondage féminin juvénile dans la France des années 50 », dans Stora Lamarre Annie, Caron Jean-Claude, Yvorel Jean-Jacques (dir.), Les Âmes mal nées, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2009, pp. 125-139.

19 Voir les travaux de Régis Revenin sur cette question et notamment sa thèse : Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1975), thèse d’histoire, Université de Paris 1, 2012.

20 Havelange Isabelle, La Littérature à l’usage des demoiselles, 1750-1830, thèse de 3e cycle, EHESS, 1984. Le corpus qu’elle a exploité est en ligne : http://www.inrp.fr/she/femmes/livres_demoiselles.htm (consulté en janvier 2014). Voir aussi, Constant Paule, Un Monde à l’usage des demoiselles, Paris, Gallimard, 1987.

21 Lévy Marie-Françoise, De Mères en filles : l’éducation des Françaises, 1850-1880, Paris, Calmann-Lévy, 1984.

22 Clark Linda, Schooling the Daughters of Marianne, Albany, Suny Press, 1984.

23 Un catalogue raisonné de ces écrits pour la période moderne jusque dans les années 1830 se trouve dans Huguet Françoise, avec la participation d’Isabelle Havelange, Les Livres pour l’enfance et la jeunesse de Gutenberg à Guizot, Paris, INRP, 1997. Avec un index et la présence de 105 notices concernant des « livres pour les filles ». Isabelle Havelange, en particulier, a publié sur les spécificités de la littérature destinée aux filles.

24 Monicat Bénédicte, Devoirs d’écriture. Modèles d’histoire pour filles et littérature féminine au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2006.

25 Pignot Manon, « Suzette contre Fillette : La grande guerre de 2 illustrés français » dans Crépin Thierry et Hache-Bissette Françoise (dir.), Les Presses enfantines chrétiennes au xxe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2008, pp. 211-224.

26 Heywood Sophie, Catholicism and Children’s Literature in France. The Comtesse de Ségur (1799-1875), Manchester, Manchester UP, 2011 ; Berastegui Maialen, La Comtesse de Ségur. De l’art discret de la subversion, Rennes, PUR, 2011.

27 Voir Heywood Sophie, Catholicism and Children’s Literature, op. cit., p. 152-188.

28 Voir les pages à ce sujet dans Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes et du genre, op. cit., p. 185-239.

29 Rogers Rebecca, « L’éducation des filles… », art. cit., pp. 62-73.

30 Charmasson Thérèse (dir.), Histoire de l’enseignement, xixe-xxe siècles. Guide du chercheur, 2e édition revue et augmentée, Paris, INRP, 2006 ; Charmasson Thérèse (textes présentés par), Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, Paris, CTHS, 2005.

31 Bard Christine, Metz Annie, et Neveu Valérie (dir.), Guide des sources de l’histoire du féminisme de la Révolution française à nos jours, Rennes, PUR, 2006.

32 Sohn Anne-Marie, Féminismes et syndicalismes. Les institutrices de la Fédération Unitaire de l’Enseignement de 1919 à 1935, thèse de 3e cycle, Université Paris X-Nanterre, 1971 ; Id., « Exemplarité et limites de la participation féminine à la vie syndicale : les institutrices de la CGTU », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-sept. 1977, pp. 391-414. Deux institutrices militantes ont fait l’objet de travaux : Liszek Slava, Marie Guillot. De l’émancipation des femmes à celles du syndicalisme, Paris, L’Harmattan, 1994 ; Karnaouch Denise, « Préface » de Marguerite Bodin, L’Institutrice. Une féministe militante de la Belle Époque [1922], Paris, L’Harmattan, 2012, p. 9 et suivantes.

33 Offen Karen, « The Second Sex and the Baccalauréat in Republican France, 1880-1924 », French Historical Studies, 3, 1983, pp. 252-288.

34 Verneuil Yves, « La société des agrégées, entre féminisme et esprit de catégorie », Histoire de l’éducation, no 115-116, 2007, pp. 195-224.

35 Verneuil Yves, « Les pratiques professionnelles sont-elles sexuées ? Les professeurs de l’enseignement secondaire, la coéducation et l’interchangeabilité des personnels entre les deux guerres », dans Verneuil Yves (dir.), Enseignement secondaire féminin et identité féminine enseignante, Reims, CRDP de Champagne-Ardenne, 2009, pp. 117-131.

36 Voir à ce sujet Gutierrez Laurent, L’Éducation nouvelle et l’enseignement catholique en France : 1899-1939, thèse en sciences de l’éducation, Université de Paris VIII, 2008.

37 Voir le numéro « Coéducation et mixité », Thébaud Françoise et Zancarini-Fournel Michelle, Clio : Histoire, femmes et sociétés, 18, 2003 ; Chanet Jean-François, « Des institutrices pour les garçons. La féminisation de l’enseignement primaire en France des années 1880 aux années 1920 », Histoire de l’éducation, no 115-116, 2007, pp. 171-193.

38 Voir Albisetti « Catholics and Coeducation in Europe before ‘Divini Illius Magistri’ », Paedagogica Historica, 35 : 3, 1999, pp. 667-696 et Rogers Rebecca, « La mixité » dans Jacquet-Francillon François, d’Enfert Renaud et Loeffel Laurence (dir.), Une Histoire de l’école. Anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France, xviiie-xxe siècle, Paris, Retz, 2010, pp. 165-179. Ce dernier donne un aperçu des sources à partir desquelles une histoire de la mixité pourrait s’appuyer.

39 Stewart Mary Lynn, For Health and Beauty, Physical Culture for French women, 1880s-1930s, Baltimore/London, Johns Hopkins, Press, 2001 ; Bohuon Anaïs et Quin Grégory, « Des scoliotiques aux hystériques : une histoire de l’éducation corporelle des fillettes et des jeunes filles (années 1830-années 1900) », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, no 12, 2010, pp. 181-194 ; De Luca Barrusse Virginie, « Le genre de l’éducation à la sexualité des jeunes gens (1900-1940) », Cahiers du genre, 49, 2010, pp. 155-182 ; Roll Sandrine, « Ni bas-bleu, ni pot-au-feu » : la conception de “la” femme selon Augusta Moll-Weiss (France, tournant des xixe-xxe siècles), Genre & Histoire, 5, 2009, http://genrehistoire.revues.org/819 (consulté le 9 mars 2013).

40 Rauch André, Le Premier sexe. Mutations et crise de l’identité masculine, Paris, Hachette, 2000, p. 177-210. Les volumes 2 et 3 de Histoire de la virilité ne consacre que peu de pages à l’école. Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques, Vigarello Georges (dir.), Histoire de la Virilité, tome 2, Le Triomphe de la virilité. Le xixe siècle, Paris, Le Seuil, 2011 ; tome 3, Virilité en crise ? xxe-xxie siècle, Paris, Le Seuil, 2011.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search