Version classiqueVersion mobile

Chasse, chasseurs et normes

 | 
Anthony Goreau-Ponceau
, 
Nicolas Lemoigne

Partie I. Chasse et représentations de la nature

Mort (et résurrection ?) du chasseur

Sergio Dalla Bernardina

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mercredi 12 octobre 2011. Bonne nouvelle : Ardennes : un chasseur meurt empalé par un cerf.
« Comme quoi, parfois, c’est le bon côté qui gagne »
Ighouati : « Je n’aime d’ordinaire pas me réjouir de la mort d’un homme, mais c’est quand même un beau symbole ».
Félinette : « Trop contente quand je lis des articles dans ce genre.
Un tueur dégénéré en moins. Si seulement cela pouvait arriver plus souvent... »1.

L’évocation de la mort, comme celle du sexe, peut avoir des aspects édifiants. Il y a des morts redoutées, qui nous dévitalisent, et qu’il faut gérer, exorciser, cicatriser. Il y en a d’autres… je ne dirais pas qu’elles nous remplissent de joie, ce serait faux. La mort d’un être humain, même la plus méritée, a toujours un arrière-goût indécent. Mais il est vrai que, pour chacun d’entre nous, il y a des morts plus tolérables que d’autres. Nous souhaitons la « bonne mort » aux justes. Nous en réservons une autre, dans les romans, dans les films ou dans nos fantaisies de justicier, à ceux...

Auteur

Professeur d’ethnologie à l’Université de Brest (UBO), où il assure ses enseignements et dirige le séminaire permanent d’anthropologie de la nature : « Ordre naturel et bricolages humains ». Il est membre du IIAC (Centre Edgar Morin) et responsable à l’EHESS du séminaire « L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi ». Ses recherches portent sur les rapports homme /environnement, sur la question animale, sur l’esthétique vernaculaire, sur les conditions de production du discours anthropologique. Il a écrit, entre autres, L’Utopie de la nature. Chasseurs, écologistes, touristes, Imago, 1996 ; L’Éloquence des bêtes. Quand l’homme parle des animaux, Métailié, 2006 ; Le Retour du prédateur. Mises en scène du sauvage dans la société postrurale, PUR, 2011. Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs (le plus récent : Manger moral, manger sauvage, éditions du CTHS, 2016). Il anime un blog consacré à l’utilisation des animaux en tant que supports rhétoriques : http://lanimalcommepretexte.blogspot.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search