Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Perspectives : dialoguer avec les Classiques

Texte intégral

  • 1 Chazel Fr., Aux fondements de la sociologie, op. cit.

1Une fois accomplie, dans la mesure du possible, la tâche jugée prioritaire par Massimo Borlandi d’aborder les textes en fonction des intentions de chaque auteur, « de la visée qui a poussé son auteur à le rédiger », et du contexte dans lequel ce texte a vu le jour, il n’est pas interdit de dégager quelques perspectives par lesquelles on s’autorise à établir des rapprochements, des correspondances entre d’une part ces œuvres, ouvrages ou simples textes examinés et, d’autre part, des réalisations de la sociologie d’aujourd’hui ou des efforts qu’elle déploie. En d’autres termes, il s’agit de mettre en évidence une certaine continuité entre les auteurs classiques d’hier et des auteurs contemporains. Nous esquisserons quatre perspectives, sans que celles-ci puissent être considérées comme dessinant une sorte de table d’orientation, une rose des vents destinée à nommer les souffles de l’inspiration sociologique récente et les directions qu’elle emprunte. D’ailleurs, les perspectives proposées ci-après relèvent de plans différents, du plus général au plus spécifique, en termes de méthodologie et de construction d’un objet scien-tifique. Cependant, dans cette opération, l’éclairage décisif des « classiques » tel qu’il est défini par François Chazel, en référence à un certain « niveau d’exigence et d’ambition », peut être à nouveau mis à contribution1. Dès lors, certaines recherches actuelles des sociologues modernes renouent-elles assez directement avec l’inspiration des classiques, tout en tirant le meilleur parti des récents progrès de la connaissance réalisés dans divers domaines.

Des sociétés, des hommes, des jeux et des sports

  • 2 Baechler J., Nature et histoire, Paris, PUF, 2000.

2C’est sans doute dans un ouvrage de Jean Baechler : Nature et histoire2, qu’on pourrait déceler, nous semble-t-il, une inspiration et une théorisation qui intègrent magistralement, sans s’y réduire et loin s’en faut, les objectifs visés jadis par Espinas, par Durkheim et par Richard. Jean Baechler propose une analyse des plus stimulantes. L’objet du livre est de décoder le langage stratégique qui préside aux « actualisations » culturelles de la nature humaine, cette dernière prenant forme et sens dans la diversité des histoires des collectivités humaines. « Est préordonné tout phénomène humain dont l’existence précède la distribution des activités humaines selon les ordres. [...] L’agir, le faire, le connaître sont préordonnés en ce sens, comme le sont le psychisme humain et ses manifestations, ainsi que le corps et ses différents états – le sexe, l’âge, la taille, la latéralité… Ce sont des données qui sous-tendent les ordres » (op. cit., p. 19). Il s’agit d’une précédence non pas chronologique mais ontologique et la précédence de ces données ne les exempte pas des influences venues des ordres – l’agir, le faire, le connaître – qui peuvent se décliner, poursuit J. Baechler « directement par la pression microsociologique », « médiatement par la suggestion quasi microsociologique », « indirectement par la contrainte macrosociologique ». « C’est pourquoi il y a une histoire et une sociologie du corps et du psychisme. » Limitons-nous à cette présentation liminaire du « programme » détaillé par l’auteur pour souligner sa compatibilité avec l’ébauche d’armature méthodologique de l’article novateur publié par Alfred Espinas en 1890, ainsi que nous l’avons déjà indiqué. Voilà une entreprise ou plus exactement un programme fort et abouti. Il n’est pas en contradiction avec les esquisses livrées jadis par Espinas, un siècle plus tôt, autour d’une science de l’action articulant « techniques » et « doctrines », partiellement reconstituée, pour la société occidentale, par son biographe Jean J. Ostrowski dans son ouvrage de 1973. Jean Baechler parlera dans ce cas des « schèmes cognitifs fondateurs des grandes civilisations » (Baechler, 2000, p. 739).

3Rappelons ce que J. Baechler note à propos de l’ordre ludique. « Le ludique ne paraît pas avoir déjà bénéficié d’une problématisation assez systématique et cohérente, pour donner naissance à une science définie ; pourtant, les études ne manquent pas sur les loisirs, les jeux, les sports, mais elles n’apparaissent pas comme des départements dans un édifice commun » (p. 354). D’où un « état de dispersion », constate J. Baechler. Autre remarque importante, l’auteur de Nature et Histoire envisage une solution sociologique à la prise en considération de la contingence, et par exemple en examinant « le ludique et son autonomisation moderne dans les sports, dans les industries du spectacle, dans les loisirs, dans l’alpinisme et le nautisme d’aventure… » « À condition de construire les bonnes théories, on peut les expliquer rétrospectivement et montrer pourquoi est advenu ce qui pouvait ne pas advenir » (p. 683).

  • 3 Baechler J., Les morphologies sociales, Paris, PUF (Coll. Sociologies), 2005.

4Deux autres ouvrages de l’auteur permettent de saisir l’articulation entre la sociologie et l’anthropologie. Dans Les morphologies sociales3, J. Baechler envisage une problématique majeure de la sociologie, depuis les approches fondatrices d’Émile Durkheim, et enrichies ensuite par quelques autres auteurs. En partant du concept durkheimien de « solidarité sociale », l’auteur propose un examen des principes de cohésion et de cohérence des sociétés humaines. Il construit ainsi « un échantillon plausible d’une dizaine de morphologies », soit un aperçu de la diversité des solutions trouvées par l’espèce humaine pour rendre effective sa grégarité. Et rien ne nous empêche de considérer par exemple que les efforts de Guillaume-L. Duprat (dans sa Psychologie sociale, 1920), de René Maunier (dans son Essai sur les groupements sociaux, 1929) ou plus encore de Maurice Halbwachs (synthétisés par exemple dans sa Morphologie sociale, 1938) s’inscrivent dans cette même perspective et permettent en outre d’y inscrire la thématique des jeux et des sports.

  • 4 Baechler J., Les matrices culturelles. Au foyer des cultures et des civilisations, Paris, Hermann (...)

5Dans un tout récent ouvrage : Les matrices culturelles. Au foyer des cultures et des civilisations4, J. Baechler complète sa « somme » anthropologique par un nouveau volet. L’hypothèse de départ est la suivante : l’espèce humaine étant libre (par rapport à son programme génétique), sa nature est virtuelle et ses actualisations culturelles. J. Baechler en donne un exemple : le langage. L’humanité est apte au langage mais les humains doivent apprendre à parler dans des milieux culturellement définis. On pense ici par exemple, à l’importance que Duprat accorde à la « communication », l’un des principaux facteurs de ce qu’il désigne sous l’expression du « concours social » dans sa Psychologie sociale (ibid.). Matrice primitive, matrice traditionnelle, matrice moderne, tels sont les trois « milieux » « où quelque chose prend racine, se développe, “se produit” », selon le dictionnaire Trésor de la langue française, indique J. Baechler. En développant ce concept de « matrice culturelle », l’auteur élabore un essai majeur qui montre que l’humain s’accomplit par la médiation d’une culture qui actualise et réalise sa nature.

6Illustrations cohérentes de la contingence historique, les jeux et les sports sont aussi une composante originale au sein des matrices culturelles et des morphologies sociales.

Conditions de classe, genres de vie et aspirations sociales

  • 5 Halbwachs M., Classes sociales et morphologie (présentation de Victor Karady), Paris, Les Éditions (...)

7Envisageons la deuxième perspective annoncée. Elle nous ramène à la sociologie de Maurice Halbwachs. Dans les ouvrages examinés, l’auteur met en évidence des oppositions marquées entre les groupes socio-professionnels, voire entre les classes sociales : la morphologie sociale, la division sociale du travail ont une incidence directe sur la dynamique des besoins sociaux. On peut suivre également Victor Karady5 soulignant que « l’apport original d’Halbwachs […] réside dans la mise en valeur d’une catégorie privilégiée de sociabilité, intermédiaire entre la famille et la société globale » (p. 14). Son introduction a permis « l’ébauche d’une sociologie différentielle fondée sur la variabilité des genres de vie » (ibid.). Dans un article intitulé « Remarques sur la position du problème sociologique des classes » (Revue de métaphysique et de morale, 1905), retenu par V. Karady, Halbwachs note : « Les autres classes (moyennes et hautes), qui correspondent au fond à des niveaux de fortune différents, sont distinguées immédiatement par la conscience de la société d’après l’importance et surtout l’espèce des dépenses » (p. 49). Et de ce point de vue, « c’est par le peu de temps consacré au travail, par la quantité d’heures employées à ne rien faire d’utile, que les gens aisés ou riches vont être à la fois élevés au dessus des autres et classés les uns part rapport aux autres » (ibid.). L’auteur mentionne le livre de T. Veblen : The Theory of the Leisure class (1899). Suit une longue description reposant sur une fine observation des comportements de distinction (politesse, mode, loisirs…). Si le sentiment de l’écart des classes est manifeste, les représentations de classes peuvent varier d’une classe à une autre, et l’impression d’intelligibilité, en particulier chez ceux qui paraissent moins soumis à la nécessité, pourrait être interprétée comme une tendance « à perdre ce qui la constitue comme fait social, à se résorber en représentations individuelles » (p. 56). L’opinion, les jugements de valeurs collectifs, et non les salaires seulement, règlent les niveaux de vie. Pour autant, « l’association (dont « l’objet » « est un ensemble de rapports économiques déjà donnés », note Halbwachs), même lorsque l’individu en connaît bien des règles, lui reste extérieure, et se manifeste souvent à lui par des commandements impératifs dont il ne voit point la source en sa volonté initiale » (p. 57).

  • 6 Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.
  • 7 de Singly Fr., Martuccelli D., Les sociologies de l’individu. Sociologies contemporaines, Paris, A (...)

8Comment ne pas envisager de rapprocher les analyses de Maurice Halbwachs examinées dans notre étude (1913, 1933, 1938) et celles de Pierre Bourdieu qui ont abouti à la publication de La distinction, en 19796 ? Or ce livre ne contient pas la moindre référence à la sociologie de Maurice Halbwachs, tout au long des 670 pages. Ce n’est sans doute pas fortuit. Le rapprochement introduirait une certaine dissonance cognitive. Est-il possible de concevoir, en effet, qu’à la fin extrême des « Trente Glorieuses », si l’on tient compte de la date de parution du livre de Bourdieu, le « tableau des classes sociales et des styles de vie » – la formule est de Bourdieu – propre à la société française soit aussi sombre que le brosse l’auteur de La distinction ? Sans tomber dans l’excès inverse, il faut cependant tenir compte des acquis des sociologies d’aujourd’hui qui traitent de l’émancipation des individus faisant preuve de leurs qualités personnelles dont l’expression n’est cependant pas indépendante des conditions de vie. Soit « une famille large et plurielle de démarches ayant fait de l’individu le cœur du renouveau théorique des sciences sociales », et telle qu’elle est visitée par François de Singly et Danillo Martuccelli dans un livre récent7. Les nouvelles manières de pratiquer le « sport », le souci du corps, le culte de la performance ou de la forme physique, la quête de sensations et d’aventure, par exemple, peuvent être abordés sous l’angle de cette affirmation individuelle.

9Dans les quelques textes de Maurice Halbwachs que nous avons examinés, en privilégiant les notes et commentaires de l’auteur relatifs à l’activité physique, à l’hygiène, au sport et à la santé, on constate que cette variabilité des genres de vie s’explique d’abord par les conditions de travail et le niveau de revenus. Les conduites différentielles sont corrélatives des différences de condition. Pourtant, et c’est ce que nous avons appelé une marque d’optimisme de l’auteur qui ouvre ici une perspective intéressante, Halbwachs accorde aussi une certaine « plasticité sensible » au comportement des individus, à la satisfaction des besoins, à une recherche du mieux, opérée dans l’entre-soi, qui est comme un chapitre de sa psychologie collective. La transformation de la société, les variations de la mode, la stimulation du marché des biens, mais également les élites ouvrières (lorsqu’il s’agit de considérer les groupes plus démunis) permettent de satisfaire de nouveaux besoins sociaux, d’élever le niveau de vie et de renouveler les aspirations sociales.

10Aujourd’hui, il n’est pas question de pratiquer la dénégation autour de ce que Patrick Bruneteaux, spécialiste de sociologie politique, nomme dans ses travaux « le sous-prolétariat contemporain ». L’auteur considère que les dénégations « proviennent pour une large part du refus de penser l’arrière-cour des États dits providence fondés sur la promotion du capitalisme libéral ». Halbwachs lui-même n’aurait pas admis que l’on retourne la question des inégalités sociales en « problèmes sociaux ». Pas plus qu’il n’aurait admis qu’à la prise en considération de ceux et celles qui sont écartés de « la vie sociale générale » et ne peuvent « participer à l’activité sociale » (1913, 1938) on se contente de substituer un éventail de représentations et de catégories sociales, voire de catégories « administratives » désignant les exclus. En revanche, il aurait été attentif aux constats établis par les enquêtes de terrain qui envisagent les difficultés grandissantes auxquelles doivent faire face différents groupes. Dans un article récent, la journaliste du Monde Catherine Rollo rapporte ces faits. « Les associations saturent et les demandent d’aide explosent. La pauvreté montre de nouveaux visages. » « Désormais, aux populations précaires traditionnelles viennent s’ajouter de nouveaux publics. » Le propos tenu récemment par le directeur de l’action sociale de la Croix-Rouge s’appuie… sur les catégories de dépenses familières à Halbwachs : « La plupart de notre clientèle a un logement, mais pour pouvoir le maintenir, elle est obligée aujourd’hui de réduire les dépenses d’alimentation et d’habillement. » Pas de place ici pour la catégorie des « dépenses autres », jugée importante par Halbwachs, car, dans les cas indiqués, l’hygiène corporelle et la « santé » deviennent d’inaccessibles besoins de luxe. Quel est donc cette évolution de la morphologie sociale, et de la réalité économique, qui engendre autant d’écarts en matière de « plasticité sensible » des comportements sociaux dont fait état Halbwachs ? Actuellement, ne faut-il pas identifier aussi un processus inverse et risquer l’expression « réduction insensible » à propos de certains comportements sociaux et genres de vie ? Le processus de la division sociale du travail des individus a-t-il atteint un point où il se double d’une « soustraction sociale » pour nombre d’entre eux ?

Sociologie de l’éducation, sociologie de l’éducation physique et EPS

11Ouvrons une troisième perspective. Les exposés et leçons qu’Émile Durkheim a proposés sur le thème de l’éducation (1911, 1922, 1925) peuvent servir de point de départ pour une réflexion sociologique qui porte sur l’étude de la situation actuelle observable dans le domaine de l’éducation scolaire.

  • 8 Parodi D., Les bases psychologiques de la vie morale, Paris, Alcan, 1937 (nouvelle édition).

12Le philosophe Dominique Parodi (1870-1959), qui enseigna un temps en lycée à Bordeaux, va nous servir d’intermédiaire dans cette opération8. « Comme l’a établi fortement Durkheim dans son beau livre posthume sur l’Éducation morale, la fin de l’éducation a toujours été de faire prédominer dans l’être humain les exigences de l’intérêt collectif sur les impulsions de son individualité pure » (p. 126-127). La société a toujours tenté de corriger les manquements « soit par la pression de l’opinion ou des mœurs », « ou de la religion », « soit directement par l’institution d’un système public d’éducation » (p. 126).

13Les deux conceptions marquent deux pôles opposés qui sont à proscrire. L’une s’apparente au dressage. « Mais il est clair pourtant que le dressage en tant que tel est sans valeur comme sans efficacité proprement morale » (p. 128). « Pour d’autres au contraire, il ne faut rien faire faire aux enfants […], que ce à quoi ils consentent » (ibid.). L’effort leur est épargné « soit par l’appât de la récompense, soit par toutes sortes de ménagements, soit en les masquant en jeux et en plaisirs » (ibid.).

14On comprend l’exigence requise par Durkheim pour définir l’éducation des nouvelles générations : la mise en situation de deux générations différentes (l’éducateur et l’enfant), le principe d’un véritable effort à accomplir, l’identification d’un environnement spécifique indispensable (celui de l’institution scolaire). Sans doute Durkheim a-t-il sous-estimé d’autres situations favorables à la socialisation des jeunes : la relation intra-générationnelle, l’activité collective et associative des jeunes qui peut être bénéfique y compris sans la présence obligatoire d’un tiers adulte, l’importance des pratiques sportives, avec le respect des règles qui leur sont propres, dans la construction du moi social ou dans la relation à l’autre, par exemple. La fréquentation des établissements scolaires est indispensable. À ce propos, un auteur d’une sensibilité assez proche de Durkheim, le pédagogue René Hubert – avec la collaboration efficace de Henri Gouhier (1930, 1935) –, par exemple, réaffirme avec force les objectifs de l’éducation physique, la place des jeux et des sports, en relation avec les finalités du système scolaire, dans un contexte de société en pleine évolution technologique, où les messages de la séduction tendent à l’emporter parfois sur ceux de l’éducation. Or l’éducation peut et sait s’affranchir des nouveautés culturelles par trop illusoires, mais il est vrai que le domaine du « sport » tend à devenir à la fois plus dense et plus diversifié, incluant désormais les jeunes filles.

15L’analyse développée par Parodi, traitant des bases psychologiques de la morale, prolonge de manière convaincante les vues de Durkheim, et les dépasse. Chez l’enfant, l’éducation de la volonté ne saurait se réduire ni à la contrainte sociale, ni à la recherche du plaisir en tant que but visé. Ce sont là deux principes formulés par Durkheim. Parodi insiste : « c’est l’exercice seul qui peut développer la volonté » (p. 136). Il s’agit aussi de permettre à l’enfant de trouver du plaisir dans l’activité elle-même. La volonté est comme la discipline raisonnée des tendances mais elle n’est pas, en tant que telle, de la moralité en acte. Cependant, Parodi envisage favorablement le domaine de l’exercice physique et sportif que Durkheim ne mentionne que pour l’écarter. Selon Parodi, au contraire, un intérêt porté à ce type d’activité, stimulé par le mécanisme de l’habitude, contribue à l’expérience du sentiment moral. « La justification du corps, l’apologie des exercices physiques et du sport, et la parenté de l’énergie corporelle ou de tout ce qui l’exerce avec la force morale, la maîtrise de soi, l’esprit de décision et de ténacité, sont devenues des lieux communs de la morale comme de l’hygiène contemporaines » (p. 137). Dans cette opération mentale, poursuit l’auteur, « il y a certes là quelque chose de plus qu’une métaphore » (ibid.). Il ne s’agit pas pour autant de la surévaluer. La force morale qui anime le sportif n’est jamais qu’une forme d’expression parmi d’autres permettant d’approcher concrètement les qualités morales indispensables à l’individu vivant en société, au contact de ses semblables. Toutefois Durkheim, « entraîné par sa tendance à n’attribuer de prix qu’à ce qui vient du groupe en tant que tel ou s’adresse à lui, a beaucoup rabaissé la valeur des liens qui unissent simplement l’individu à l’individu » (p. 144). Déjà l’examen critique de certaines approches de Durkheim, auquel s’adonne Dominique Parodi, est payant. Il ouvre une perspective.

  • 9 Chamboredon J.-Cl., « La société française et sa jeunesse », dans Darras, Le partage des bénéfices (...)
  • 10 Dubet Fr., Les lycéens, Paris, Le Seuil, 1991 (313 p.). Rééd. Points Seuil, 1996.

16Au milieu des années 1960, Jean-Claude Chamboredon aborde des questions décisives, dans une étude connue9, qui peuvent se rapporter à l’univers de la scolarisation et à celui des loisirs sportifs de la jeunesse. À l’époque, l’impression des transformations qu’on se plaît à déceler chez les adolescents, est-elle de l’ordre des discours ou des comportements observables ? Cette « image que la société se fait de ces jeunes » a-t-elle une pertinence sociologique ? Ne néglige-t-elle pas, entre autres, les appartenances de classe ? « Y a-t-il eu, du côté des adultes, une reconnaissance réelle de la jeunesse […] ou faut-il parler seulement d’une extension des concessions faites à l’adolescence ? » « Peut-on parler d’un changement des modèles d’autorité […] ? » (p. 157). De fait, ces questions traversent le système scolaire, le sport des jeunes, et l’idée que s’en font les parents et les adultes impliqués auprès des jeunes. Quelques décennies plus tard, le quotidien des lycéens est devenu une expérience scolaire complexe qui intègre une part de sociabilité spécifique, parfois superficielle et intéressée, ainsi que des difficultés et des déceptions à surmonter, comme a pu le montrer François Dubet et son équipe10. En forme de constat, notons également que l’auteur déplore « l’absence ou la part infime des travaux consacrés aux élèves dans la production sociologique attachée à l’école » (ibid., p. 13). Y compris sur les adhérents des « A.S. » et pratiquants du sport scolaire, peut-on ajouter. Aujourd’hui, on ne saurait oublier non plus l’essor des biens d’équipements de la personne (culture, sport, médias et autres écrans…) qui occupent une place importante dans la vie quotidienne des jeunes, y compris dans leur construction identitaire. Pour autant, au sein de l’école, le refus de la facilité, l’attention portée aux apprentissages, la revendication des acquisitions fondamentales, la volonté de ne pas voir s’instaurer un flou, une porosité entre ce domaine protégé – qu’est l’école – et celui de la vie sociale environnante sont plus que jamais d’actualité. Certes les sociologues divergent parfois à propos de tel ou tel aspect et en fonction de l’angle d’approche de l’éducation qu’ils privilégient : l’institution éducative, la réussite scolaire, le comportement d’une classe d’âge, les différences d’attitudes entre garçons et filles, etc. Mais leurs débats sont constructifs et sans aucune comparaison possible avec le discours répétitif et faussement unitaire des essayistes qui fustigent « l’évolution laxiste » donnée au système éducatif national.

  • 11 Méard J., Bertone S., L’autonomie de l’élève et l’intégration des règles en éducation physique, Pa (...)

17À l’évidence, nombreux sont les enseignants dont les préoccupations exprimées recoupent celles développées par Durkheim (1911, 1922) quand bien même le collège et le lycée d’aujourd’hui diffèrent des établissements d’hier et d’avant-hier, ainsi que le profil des populations scolaires qui y sont accueillies. Et les enseignants d’éducation physique et sportive (EPS) eux-mêmes, dans le cadre d’un cours et dans celui de l’animation des associations sportives d’établissement (les « A.S. »), sont très proches, par les conceptions pédagogiques mises en œuvre, les objectifs et les moyens requis, de certaines des aspects exposés par Durkheim dans sa sociologie de l’éducation : exercice de la volonté, construction de l’autonomie, respect de la règle, association à l’œuvre commune par un effort personnel, plaisir des émotions partagées. L’EPS est une discipline. C’est un vecteur d’estime de soi pour des élèves qui parfois n’ont pas tous les talents requis pour réussir dans quelques autres disciplines. L’enseignant(e) d’EPS sait fournir une évaluation précise pour chacun(e) de ses élèves. Des enseignants-chercheurs envisagent la façon dont les élèves construisent progressivement leur autonomie et s’approprient les règles du cours d’EPS, qui relèvent de deux registres distincts : les règles à fonction opératoire et celles à fonction sociale. Sous cet angle d’analyse, en mettant en perspective références théoriques et discours de praticiens, Jacques Méard et Stefano Bertone proposent une analyse des plus stimulantes11 pour laquelle le lien avec des auteurs classiques n’est jamais négligé.

  • 12 Parlebas P., Éléments de sociologie du sport, Paris, PUF (coll. Sociologies), 1986 (276 p.). Préfa (...)

18De même, a été posée, de façon répétée, la question de la valeur éducative des jeux récréatifs à engagement physique, en particulier sous la forme de jeux collectifs susceptibles d’être introduits dans les séances d’EPS. De ce point de vue, il s’est agi de dépasser les conceptions anciennes – philosophiques, « génétiques » et/ou positivistes – évoquées plus haut, et inscrites dans une certaine tradition de pensée. L’apport de Pierre Parlebas n’est pas tant d’avoir démontré la valeur éducative et pédagogique de bon nombre de jeux, y compris par opposition à un certain type de sport(s). Son grand mérite, qui englobe d’ailleurs le trait précédent, est d’avoir élaboré une modélisation à la fois qualitative et quantifiable permettant de formuler une évaluation socio-motrice des jeux et des sports12. Ainsi, les professeurs en charge des jeunes scolarisés dans l’enseignement primaire ou dans le premier cycle de l’enseignement secondaire sont-ils en mesure d’adopter les jeux et de vérifier leur impact sur l’élève, le groupe, le rapport à l’environnement, etc., à partir de critères élaborés et univoques. Depuis les analyses fondatrices de la praxéologie (générale) livrées par Alfred Espinas jusqu’aux nombreux travaux empiriques sur les jeux et les sports réalisés par Pierre Parlebas et ceux des enseignants-chercheurs qui s’en sont inspirés, au titre de la praxéologie motrice, on mesure aisément le chemin parcouru. Désormais, l’enseignant dispose d’un tableau de bord précis pour caractériser les jeux, leurs « propriétés » sociomotrices et justifier leur prise en considération au sein d’une éducation physique et sportive raisonnée.

Une maîtrise sociologique du caractère intuitif et normatif de la « pensée sportive »

19La quatrième et dernière perspective proposée s’appuie sur les analyses de Charles Lalo et sur celles de Célestin Bouglé. C’est apparemment la plus modeste, mais non la plus facile à présenter. Au terme de son analyse sur Les sentiments esthétiques (1910), Charles Lalo conclut : « La pensée esthétique nous apparaît donc comme une combinaison très complexe d’éléments hétérogènes, dont la synthèse a revêtu à la longue l’aspect d’une intuition » (op. cit., p. 264). Or ce trait n’a rien d’absolu et ne règle pas la question puisque, et c’est le cas dans tous les arts, « l’analyse et la critique en font implicitement ou subconsciemment partie intégrante » (ibid.). Lalo complète sa caractérisation en notant que « cet ensemble revêt un caractère plus fondamental ». En effet, il comporte « la forme d’une obligation ». En d’autres termes, « ses effets relèvent d’un jugement de valeur collectif et sanctionné ». On peut sans nul doute transposer au domaine des sentiments sportifs partagés ce que Lalo dit des « sentiments esthétiques » et à l’étude de la pensée sportive ce qu’il dit de la « pensée esthétique » dans les ultimes lignes de conclusion de l’ouvrage. « Étudier méthodiquement » cette pensée peut se concevoir « en s’aidant tour à tour des données que chaque science peut lui apporter, sans en négliger aucune, depuis les mathématiques jusqu’à la sociologie, et de ces divers points de vue présenter enfin, si possible, une synthèse philosophique ». La dernière étape suggérée n’est probablement pas indispensable. Ou pour emprunter une formulation à François Chazel, il serait sans doute « excessif d’en conclure que les sociologues doivent se mettre en quête de ce fondement radical et absolu auquel aspirent les philosophes : leur histoire même tend à démontrer que les sciences sociales n’en n’ont pas besoin pour se développer » (op. cit., p. 2).

20En revanche, Lalo admettrait volontiers que la pensée sportive (qui va du jeu à l’éducation sportive en passant peut-être par de multiples formes d’expression de l’exercice physique et du sport) est elle aussi, parfois, « une combinaison très complexe d’éléments hétérogènes ». On retrouve par exemple ce « quelque chose de plus qu’une métaphore » dont parle Parodi à propos de la « santé morale » qui, dit-on, accompagne la bonne manière de se comporter dans une situation sportive. Mais pour éviter d’énoncer des platitudes « pseudo sociologiques » se bornant à valoriser ou à dévaloriser le sport et sa pensée, peut-être faut-il suivre ici les Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs (1922) de Célestin Bouglé. Directement influencées par l’évolution de la morphologie sociale, et résultant de la division du travail opérant au sein de la société, les valeurs tendent à se différencier (valeurs religieuses, économiques, esthétiques, morales, pédagogiques, sportives…). Selon Bouglé, ce mouvement de différenciation se double d’un processus de conjonction des valeurs, sans lequel la cohésion de l’ensemble social risquerait d’être affectée. Le tissu social est ainsi renforcé par cette trame qui le redouble. Dans un domaine singulier comme la pratique du sport émergent des valeurs dans lesquelles se condensent et se redéploient alors les attendus de la vie en société aux diverses étapes de son développement : dimensions éducative, morale (éthique), culturelle, hygiénique (et psychique), technique, économique, ou encore solidarité, accomplissement personnel, citoyenneté, protection de la nature, etc. La mise en évidence de ce « polytélisme » des valeurs, tel est le mot utilisé par Bouglé, est une entrée en matière adéquate pour aborder en sociologie les discours et les argumentaires qui structurent le sport et ses imaginaires, avec les conceptions, les représentations et les idéologies qui les sous-tendent. En tant qu’expression culturelle associant valeurs générales et valeurs singulières – autour de multiples constructions identitaires –, le sport et le sens des valeurs du sport, parce qu’ils s’expriment aussi sur un mode passionnel, n’obéissent pas entièrement à un processus de « rationalisation ».

21Lire, étudier et interroger les auteurs classiques du passé, sans se départir d’une nécessaire distance critique, établir des rapprochements et suggérer, au moins au niveau des préoccupations théoriques ou des traitements méthodologiques des « correspondances » ou des filiations avec des auteurs d’aujourd’hui, c’est aussi rappeler que le point de vue du « présentéisme » n’est pas moins légitime que celui de l’étude « historique ». L’un et l’autre peuvent se compléter, et l’examen des textes relatifs aux jeux, aux sports et à l’éducation physique publiés jadis par les sociologues classiques devient alors un exercice doublement fécond.

Notes

1 Chazel Fr., Aux fondements de la sociologie, op. cit.

2 Baechler J., Nature et histoire, Paris, PUF, 2000.

3 Baechler J., Les morphologies sociales, Paris, PUF (Coll. Sociologies), 2005.

4 Baechler J., Les matrices culturelles. Au foyer des cultures et des civilisations, Paris, Hermann Éditeurs, 2009.

5 Halbwachs M., Classes sociales et morphologie (présentation de Victor Karady), Paris, Les Éditions de Minuit, 1972.

6 Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

7 de Singly Fr., Martuccelli D., Les sociologies de l’individu. Sociologies contemporaines, Paris, Armand Colin, 2009.

8 Parodi D., Les bases psychologiques de la vie morale, Paris, Alcan, 1937 (nouvelle édition).

9 Chamboredon J.-Cl., « La société française et sa jeunesse », dans Darras, Le partage des bénéfices, Paris, Les Éditions de Minuit, 1966, p. 155-175.

10 Dubet Fr., Les lycéens, Paris, Le Seuil, 1991 (313 p.). Rééd. Points Seuil, 1996.

11 Méard J., Bertone S., L’autonomie de l’élève et l’intégration des règles en éducation physique, Paris, PUF (coll. Pratiques corporelles), 1998.

12 Parlebas P., Éléments de sociologie du sport, Paris, PUF (coll. Sociologies), 1986 (276 p.). Préface de Raymond Boudon, p. 11-19.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search