Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Travaux et publications des années 1920 et 1930

Conclusion

Texte intégral

1Au bilan de la seconde partie de l’étude, et s’agissant de la prise en considération du jeu, du sport (associatif ou individuel, spectacle sportif…) et de l’éducation physique, peut-on conclure à une certaine cécité de l’École française de sociologie, qui perpétue durant l’entre-deux-guerres l’œuvre et le programme de recherche conçu par Émile Durkheim ? À dire vrai, ce ne serait pas justifié mais il convient de préciser ce point de vue. D’une façon générale, les références aux jeux, au sport ou à l’éducation physique restent relativement ponctuelles et il est compréhensible que cette thématique ait pu passer totalement inaperçue aux yeux des historiens de la sociologie. Par ailleurs, durant l’entre-deux-guerres, les autres courants sociologiques se sont taris. Le durkheimisme occupe quasiment seul le domaine universitaire.

  • 1 Wilbois J., La nouvelle Éducation française, Paris, Payot, 1922 (404 p.).
  • 2 Pickering William S.F., « Gaston Richard : collaborateur et adversaire », Revue française de socio (...)

2Certes, Joseph Wilbois, qu’on peut rattacher encore au courant néo-leplaysien, s’intéresse à l’éducation physique et au scoutisme dans un livre publié en 19221. De même, on trouverait sans doute quelques considérations ponctuelles dans d’autres publications aujourd’hui oubliées de Gaston Richard ou de Guillaume-L. Duprat… Mais c’est peu, au regard de l’importance croissante que prend le sport dans la société au cours des années 1920 et 1930. Contentons-nous de rappeler une allusion au phénomène sportif qui est rapportée par William S.F. Pickering2. Gaston Richard refuse l’identification que fait Durkheim du sentiment religieux au sentiment social. « À cela s’ajoute chez Durkheim un concept discutable, source pour lui du sentiment religieux : l’effervescence qui naît du rassemblement. Richard se demande alors ce qui constitue le trait distinctif entre les rassemblements religieux et les rencontres sportives ou les spectacles de music-hall » (op. cit., p. 177). Pas grand chose, si l’on adopte ce type de raisonnement. D’ailleurs, une description de ce type de manifestation proposée par René Maunier en 1929, que nous avons relatée, est fort éclairante. L’effervescence qui gagne les foules sportives dépend à la fois des enjeux symboliques et de l’effet du nombre tout en restant d’inspiration profane, sociale. Mais la question envisagée est complexe. Elle mériterait un examen approfondi. Il faut se souvenir que Marcel Mauss en personne, dans ses comptes-rendus des travaux de W.E. Roth (1904) et de S. Culin (1910), insistait, à juste titre dans ces cas précis, sur l’articulation possible entre jeu et caractère religieux. Henri Hubert également, à l’occasion d’autres recensions publiées dans L’Année sociologique. On sait aussi que certains sociologues ou anthropologues qui s’intéressent aujourd’hui au sport-spectacle, se rangent facilement à cette idée qui est peut-être, au moins en partie, une sorte de « facilité intellectuelle ». Malheureusement, W. Pickering ne mentionne pas la source (et la date) de la remarque critique formulée par Richard.

3Il faut accorder une mention particulière à Guillaume-L. Duprat qui a fait preuve d’une attention particulière au jeu, aux activités récréatives, au sport et à l’associativité tout au long de sa carrière professionnelle. Son implication au sein de l’IIS et l’ouverture internationale de l’Institut, le fait d’enseigner la sociologie ailleurs qu’en France sont peut-être des facteurs qui lui ont permis d’entretenir une curiosité à l’égard de ces aspects de la vie sociale, au contact de collègues étrangers. Chez Duprat, le traitement sociologique de ces thématiques traduit bien, nous semble-t-il, un effort de synthèse opéré entre ce qu’il retient des acquis du durkheimisme et de ceux qui doivent être reconnus à des auteurs comme Espinas ou Tarde, sans oublier le lointain « classique » qu’est Spencer.

  • 3 Piaget J., Le jugement moral chez l’enfant (1932), Paris, PUF (Bibliothèque de philosophie contemp (...)

4Dans la période considérée ici, la plus sérieuse critique de la conception du jeu chez Durkheim viendra de Jean Piaget3, le futur successeur de Duprat pour l’enseignement de la sociologie à l’Université de Genève. La critique porte essentiellement sur les leçons qui composent L’Éducation morale (1925) mais il faut ajouter que certaines des lignes de faiblesse identifiées par Piaget mériteraient d’être nuancées. Il serait excessif de penser que l’approche qu’il propose est radicalement nouvelle et novatrice. Piaget fait référence à des auteurs et à des publications que Durkheim lui-même connaissait fort bien.

  • 4 Davy G., « L’explication sociologique et le facteur individuel », séance du 15 janvier 1949, Bulle (...)

5Il serait mal venu de considérer que des universitaires comme Bouglé ou Davy se sont rangés pour le thème qui nous intéresse derrière l’avis du Maître. D’abord, le thème du jeu est quasi anecdotique, rapporté à l’essentiel de l’œuvre de Durkheim, et cette caractéristique vaut également pour les deux autres auteurs cités. Encore Bouglé se montre-t-il plus disert dans son livre de 1922, mais il reste enfermé dans le « piège esthétique ». Dans ce cas précis, une trop grande homogénéité de pensée, quasi collective, pour ce que les Durkheimiens disent habituellement du jeu, ne permet pas à l’auteur d’ouvrir une perspective sans a priori. Pourtant ses fines observations formulées dans l’article de 1897 étaient prometteuses. On se souvient du témoignage d’Oscar Auriac sur l’esprit relativement indépendant qui caractérise Bouglé. On pourrait ajouter celui de Georges Davy lui-même, exprimé à l’occasion d’une conférence donnée à Bordeaux le 15 janvier 1949. « Émile Durkheim fut pour moi un ami autant qu’un maître. Je suis très attaché à sa mémoire mais cet attachement même me libère de toute servitude à son égard4 ». En outre, l’axe central qui intéresse Durkheim est celui de l’éducation. Parmi les auteurs qu’on peut considérer comme étant assez proches de Durkheim, il n’y a guère que Charles Lalo qui, du vivant de Durkheim et plus tard, s’est intéressé avec pertinence aux jeux d’exercice et au sport, sous un angle d’approche sociologique. Toutefois, ses principaux centres de recherche sont ailleurs.

6Certes, on peut considérer que certaines faiblesses sont comme le reflet d’une certaine illusion collective, ou plutôt d’un effet de groupe entretenu parmi les collaborateurs réunis autour du Maître (pour le chantier de L’Année sociologique) et de sa mémoire. Pour autant, les travaux – et les lectures commentées – de Marcel Mauss, les remarques proposées par Célestin Bouglé dans l’une de ses leçons sur l’évolution des valeurs, en particulier, témoignent d’un intérêt certain pour la question du jeu, des jeux et du sport. Ceci doit être souligné. Ajoutons enfin que le premier livre de « sociologie du sport », en l’occurrence un ouvrage de taille modeste mais traitant exclusivement du sport sous un angle exclusivement sociologique, est à mettre à l’actif d’un sociologue amateur, médecin des Armées, qui a fréquenté la Sorbonne. Son auteur, le docteur Escalier, a eu la possibilité de se familiariser avec les acquis de l’École française de sociologie et de les appliquer à l’observation empirique. Là est la grande innovation. Il a bénéficié des encouragements de Paul Fauconnet et l’occasion lui a été donnée de présenter son travail de recherche devant les membres de Groupe d’études sociologiques de l’Université de Paris. Ce n’est pas rien. D’une façon générale, la sociologie française doit réorienter une partie de ses efforts vers les études de terrain et les enquêtes comparées. Maurice Halbwachs s’y emploie déjà avec réussite. L’autre rupture innovante, tardive à vrai dire, qui libère l’analyse du jeu et du sport, c’est le rappel formulé par Mauss de la réalité agonistique – et non directement esthétique – des activités physiques en question.

Notes

1 Wilbois J., La nouvelle Éducation française, Paris, Payot, 1922 (404 p.).

2 Pickering William S.F., « Gaston Richard : collaborateur et adversaire », Revue française de sociologie, vol. XX, 1978, p. 163-182.

3 Piaget J., Le jugement moral chez l’enfant (1932), Paris, PUF (Bibliothèque de philosophie contemporaine), 2000 (9e éd.).

4 Davy G., « L’explication sociologique et le facteur individuel », séance du 15 janvier 1949, Bulletin de la Société de Philosophie de Bordeaux, 4e année, no 16, février 1949 (12 p. multigr.). Cit. p. 2.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search