Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Travaux et publications des années 1920 et 1930

Chapitre 6. La sociologie française à la croisée des chemins ?

Un certain retard accumulé dans l’étude des sports et des loisirs

Texte intégral

  • 1 Marcel J.-Ch., « Bouglé Célestin (1870-1940) », dans Borlandi M. et al., Dictionnaire de la pensée (...)

1Si le petit livre du docteur J. Escalier atteste de la fécondité des cadres conceptuels élaborés par Émile Durkheim et ses proches, qui ont collaboré à L’Année sociologique, on ne peut que constater aussi une sorte d’essoufflement de ce courant à rendre compte des transformations récentes de la société. Le sport en fournit d’ailleurs une bonne illustration, bien qu’anecdotique, quand on note le manque d’attention qui caractérise les représentants de ce qu’il est convenu d’appeler désormais l’École française de sociologie. Par ailleurs, la visibilité universitaire de l’autre veine de la sociologie (avec Gaston Richard, Guillaume-L. Duprat et quelques autres) ne semble pas acquise… C’est sans doute Célestin Bouglé, « esprit libre et indépendant », ainsi que le qualifie Jean-Christophe Marcel1, qui propose sur la sociologie française un diagnostic approprié, à la veille de la Seconde Guerre en profitant de la septième édition de son livre : Qu’est-ce que la sociologie ? En effet, il nous a semblé utile de prendre en considération un autre texte de l’auteur, ajouté pour la circonstance, et tourné en forme de bilan scientifique, bien qu’il ne traite ni du sport ni de l’éducation physique. Nous avons joint d’autres éléments d’analyse, à titre complémentaire, qui confirment ce point de vue. En toute logique, ce sont les recherches publiées par Maurice Halbwachs dans les années 1930 qui permettent de vérifier le bien-fondé du bilan établi par Bouglé et les perspectives que ce dernier envisage pour l’avenir de la sociologie française. Cependant, en France, un aspect important de la société : la « situation coloniale », n’est étudié comme tel et de façon systématique que par René Maunier. Or, l’importance que cet auteur accorde aux tensions qui traversent le rapport des « colonisateurs » aux « colonisés », autour du corps, de la nudité, des danses, des jeux et des sports mérite l’attention.

« La sociologie française et l’Éducation nationale » (1939), par Bouglé

  • 2 Bouglé C., Qu’est-ce que la sociologie ? (1907), Paris, Librairie Félix Alcan (Bibliothèque de phil (...)

2À vrai dire, les publications qui viennent d’être examinées (dont le petit livre du docteur Escalier, dans le chapitre VII) et certains des éléments évoqués à propos du devenir de l’autre « École bordelaise » (la préface et les notes d’inspection d’Oscar Auriac, quelques-unes des analyses développées par Duprat, dans le chapitre VIII) peuvent être rapprochés d’un texte composé par Célestin Bouglé, joint en appendice de la septième édition (1939) de l’ouvrage Qu’est-ce que la sociologie2 ? Quelques-unes des considérations qui suivent préparent également la conclusion générale de notre étude.

  • 3 Il s’agit d’un « article écrit à l’occasion des Mélanges offerts à M. Dimitrie Gusti, directeur de (...)

3À la question formulée par Bouglé : « qu’est-ce que la sociologie ? », nous pouvons affirmer que le petit livre du médecin capitaine Escalier, préfacé par Fauconnet, apporte une réponse concrète, en forme d’illustration à la fois cohérente et détaillée. Dans l’ensemble, pour le sport, les analyses et les publications font défaut. Reste en suspens, par ailleurs, un rendez-vous totalement manqué, à notre avis, avec ce terrain d’observation incomparable qu’est l’École (au sens large) par les représentants de la sociologie française concernés par ce domaine. Il n’est pas fortuit, peut-être que cette nouvelle édition du fameux « titre » de Bouglé, inauguré avec l’article emblématique : « Qu’est-ce que la sociologie ?, publié initialement dans la Revue de Paris du 1er août 1897, soit l’occasion d’insérer un article proposé ailleurs, en forme de bilan, portant sur « La sociologie française et l’Éducation nationale3 ». Examinons ce texte.

La sociologie dans les Écoles normales : une opportunité mal exploitée ?

  • 4 Rétrospectivement, on mesure tout l’intérêt des approches pionnières d’Alfred Espinas (1893, 1894 e (...)

4Bouglé insiste avec force détails sur l’introduction des « notions de sociologie appliquées à la morale et à l’éducation » dans le programme des Écoles normales d’instituteurs, rendue possible grâce à Paul Lapie, alors Directeur de l’Enseignement primaire. Cette initiative s’est heurtée à bien des résistances. Nous avons eu l’occasion d’évoquer plus haut le contexte dans lequel s’est mis en place cet enseignement, tout en remarquant sa désarticulation, pourrait-on dire, par rapport à une possible et même souhaitable prise en considération des jeux et de l’éducation physique. Cette opportunité, que présente l’initiation à la sociologie, dans le cadre des Écoles normales a-t-elle été bien mise à profit ? Bouglé rappelle la difficulté à s’imposer qui est le propre des études sociologiques. Elles se définissent par leur « caractère synthétique » qui peut dérouter bien des lecteurs. Dans ce cas, « l’ambition est grande » et « il faut des années de labeur » avant qu’elle puisse prendre pour matière principale de ses inductions des savoirs constitués sur les sociétés (p. 165-166). « Il y a heureusement d’autres formes de sociologie plus accessibles. » C’est le cas de la « sociologie descriptive » qui se consacre, par exemple, à l’étude d’un groupe, d’une institution »… (p. 166). M. Gusti a déjà présenté des recherches de ce genre, rappelle l’orateur. Bouglé s’interroge : en France, « le moment serait-il venu de marier la tradition de l’École de Le Play avec celle de l’École de Durkheim » ? (p. 167). Il indique aussi que Paul Lapie « a été un des premiers à exhorter les instituteurs à regarder autour d’eux » et il détaille à ce propos tout un ensemble de thèmes d’observation et d’étude comme, par exemple, porter son attention « sur les sociétés circum et post-scolaires » (p. 167-169). Bouglé fait référence, entre autres, aux questions thématiques que soumettait à ses élèves la directrice de l’École normale de Bordeaux (p. 167-168). Les notes d’inspection d’Oscar Auriac s’inscrivent dans le droit fil de cette recommandation4.

Réhabiliter la sociologie descriptive et les études de terrain

5La sociologie synthétique durkheimienne, qui « suppose des études comparatives préalables », « faisant reposer sur une base de faits des inductions de plus en plus larges » (ibid., p. 168) a quasiment ignoré les jeux et les sports. Il ne s’agit pas tant d’une omission que d’une mauvaise élucidation de ces domaines d’expression, d’une part en fonction des critères d’une sociologie esthétique, comme on a pu le vérifier à maintes reprises, et d’autre part faute d’un intérêt sociologique fondé sur l’observation directe… À l’évidence, une « forme modeste de la sociologie descriptive » (p. 169) aurait rapidement surmonté et effacé cette illusion de perspective entretenue par l’École française de sociologie pendant près de trois décennies. Certes, l’on pourra nous objecter que les jeux ou les sports, l’éducation physique ne constituent pas nécessairement un ensemble de domaines indispensables pour traiter de la plupart des thèmes sociologiques majeurs. Pourtant, toujours en prenant appui sur le texte de Bouglé, et en considérant l’utilité de la sociologie concrète et descriptive dans la formation des instituteurs, examinons un dernier point.

6L’auteur remarque qu’à s’en tenir à une sociologie élémentaire et descriptive, les ambitions initiales paraissent perdues de vue : « [nous] voici bien loin des espérances morales que l’introduction de la sociologie dans les écoles normales d’instituteurs avait éveillées » (p. 169). Bouglé dresse le tableau synthétique d’un tel programme pour en venir à une relecture qui s’impose : celle du « beau livre posthume de Durkheim sur L’Éducation morale » (p. 172). L’ouvrage a été examiné dans notre étude. Bouglé rappelle le propos de Durkheim. « Toute règle morale, selon lui, suppose une discipline qui elle-même travaille pour l’attachement à un groupe ; toutes les règles morales ont finalement pour conséquence d’aider à la cohésion du groupe – même et surtout celles qui commandent la division du travail. La division du travail augmentant l’interdépendance maintient une forme nouvelle de cohésion ; même en différenciant nos activités personnelles, nous continuons à servir la vie des groupes qui nous dépassent » (p. 172). La division des tâches renforce tout à la fois l’autonomie de l’individu et son intégration à l’ensemble. Or s’agissant de sociologie descriptive appliquée à l’éducation morale et aux rapports entre solidarité et responsabilité individuelle, les jeux et les sports collectifs peuvent être un excellent terrain de travaux pratiques en sociologie. Durant les années 1920 et 1930, ce qui n’a jamais été entrepris dans le cadre des établissements de l’enseignement primaire, a pu l’être dans… l’armée avec le livre de sociologie descriptive du docteur Escalier. Qu’est-ce que la sociologie du sport ? Le médecin capitaine a su fournir à cette question une réponse cohérente et instruite. Cependant, l’initiative est restée isolée et sans lendemain.

Qu’est-ce que la sociologie française, en 1939 ?

  • 5 Bouglé C., op. cit., p. 3-32.

7« Qu’est-ce que la sociologie en 1939 ? », entend suggérer la reprise d’un intitulé fameux, par Célestin Bouglé lui-même, parvenu au soir de son activité scientifique. Avec le texte que nous venons de commenter brièvement, Bouglé saisit l’occasion d’évoquer cet élan supplémentaire favorable à la discipline qu’aurait pu être, à partir de 1920, l’introduction de la sociologie dans le programme de formation des maîtres et des maîtresses de l’enseignement primaire. L’article de 18975 avait su faire sa place à la sociologie monographique et descriptive, et su rendre compréhensible la démarche propre à la sociologie, au-delà des sphères de l’Université. Il s’agissait d’un excellent article de vulgarisation scientifique. Rappelons que l’auteur notait – en référence à notre thème d’étude – la fonction de structuration du lien social que peut tenir l’implication culturelle et associative des individus habitant la ville de Saint-Pol, le sport, qui en était alors à ses débuts (« Orphéonistes, bicyclistes », « communautés [...] « d’exercices ou de plaisirs, de pratiques ou de goûts », p. 4, « cercles immenses ou minuscules », p. 5) ; Bouglé se montrait alors attentif aux effets de cette associativité foisonnante : « l’accroissement du nombre de sociétés dont l’individu fait partie », et « qui le libère en quelque sorte de chacune d’elles » (p. 17). C’est plutôt dans la sociologie développée par G.-L. Duprat qu’on trouve le prolongement de cette sociologie descriptive.

Les « facilités » du marché de l’édition durant les années 1930

8Les rééditions répétées de plusieurs ouvrages sont un aspect à prendre en compte dans le constat d’un certain déphasage entre les productions sociologiques disponibles et l’évolution de la société, des mœurs et des pratiques de loisirs. On peut parler à ce propos des « pesanteurs » ou plutôt des « facilités » de l’édition. À la reproduction de textes déjà anciens (les retirages des livres de Hesse et Gleyze, de Bouglé et Raffault, par exemple) s’ajoute la simple répétition de certaines démarches alors que la division du travail sociologique devrait pouvoir donner matière à un renouvellement des objets d’étude. De ce point de vue, Charles Lalo, qui remanie ses Notions d’esthétique à chaque réédition, fait presque figure d’exception.

  • 6 Maunier R., Introduction à la sociologie (1929), Paris, Librairie Félix Alcan, 1938 (VIII-112 p.). (...)
  • 7 D’après Marc Malherbe, op. cit., p. 380. Maunier fut également directeur de l’Institut de sociologi (...)

9De rares ouvrages de sociologie peuvent mentionner le jeu ou le sport sans ajouter des précisions complémentaires qu’on serait en droit d’attendre. Ainsi René Maunier, dont nous avons déjà examiné un excellent chapitre tiré de ses Essais sur les groupements sociaux (1929), aborde ces domaines et les fait même figurer dans un index des matières dans son Introduction à la sociologie, publiée la même année, et à nouveau dix ans plus tard6. Il s’agit des leçons d’introduction à la discipline, que l’auteur a professées à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, de 1926 à 1929, après avoir enseigné comme professeur à la Faculté de Droit d’Alger, de 1920 à 19267. Dans le livre, il met l’accent sur deux démarches qui ont préparé et permis l’affirmation de la sociologie : d’une part la démarche comparative, d’autre part la démarche explicative. Cependant, dans les limites de ce manuel élémentaire que l’auteur qualifie lui-même de « livret de poche… ou de chevet, pour l’usage des studieux et des curieux » (avant-propos, p. VII), la description du fait sportif est concise.

  • 8 L’auteur indique avoir présenté ces groupements de façon plus détaillée dans son autre livre, publi (...)

10Examinons les pages qui peuvent nous intéresser. Un « principe actif de multiplication des groupements » tient à la « fonction en soi » recherchée par les individus. « Autant de rôles, de buts, d’intérêts, autant de groupements particuliers qui se distinguent et souvent s’opposent » (ibid.)8. Les groupements qui ont « pour objet la distraction ou la récréation » sont envisagés par Maunier. Il les définit comme ayant en commun « l’action inutile ou la curiosité sans profit matériel » (p. 37). L’individu veut s’attacher « à des sociétés de son choix » où « il entrera pour ses idées, ses profits, ou ses plaisirs ». Les groupes centrés sur la récréation appartiennent surtout au troisième genre : sociétés de danse et de jeu, orphéons, harmonies, groupements de tireurs à l’arc, sociétés de chasseurs, etc., « “cercles” et “clubs” de toutes dénominations, et toute la série des sociétés de sport, d’amusement ou d’excursion ». L’efflorescence de ces groupements est spectaculaire. « Plus on va, plus se multiplient et s’entre-croisent ces associations » (p. 37). La libre volonté est un puissant facteur d’association. Et Maunier de conclure le chapitre consacré aux groupements humains en ces termes : « Si les hommes sont liés par la nécessité, ils se lient par la volonté » (ibid.). L’auteur renvoie à son autre livre, publié en 1929 (mais non réédité), qui détaille la réalité des groupements sociaux.

  • 9 Toutefois, il ne faut pas minimiser l’importance des études ethnographiques publiées par l’auteur, (...)
  • 10 Maunier publiera en 1943 un opuscule intitulé Précis d’un traité de sociologie, à vrai dire sans gr (...)

11Dans ce livre réédité à l’identique en 1938, pour le thème que nous envisageons, on en reste somme toute au cadre descriptif proposé par Bouglé… en 1897. En effet, ce regard – un inventaire analytique – porté par Maunier sur le « jeu » et les loisirs n’est pas sans rappeler celui de Bouglé (1897,) dont le texte va bénéficier de sept éditions à la librairie Félix Alcan (de 1907 à 1939), ou celui, plus contemporain et assez stimulant, de Duprat (1936). Cependant, cette esquisse sociographique de la vie associative ne sera pas suivie d’enquêtes de terrain complémentaires9. Initialement proche de René Worms et collaborateur de la Revue internationale de sociologie, membre de la Société de sociologie de Paris dès 1907, René Maunier a également suivi les cours de Marcel Mauss à l’École pratique, de 1907 à 1911. Il a publié dans la nouvelle série de L’Année sociologique (1927), dans les Annales sociologiques (1937) et dans le cadre des Travaux de l’Institut d’Ethnologie de Paris. Contrairement à ce que nous avons noté pour ses Essais, dans ses Leçons, Maunier cite occasionnellement Mauss, Durkheim, Bouglé ou même Espinas, et il conclut son livre sur une forme d’hommage appuyé à l’œuvre de Durkheim (p. 98-99). On comprend toutefois que les propres lectures et préoccupations sociologiques de l’auteur, spécialiste des sociétés de l’Afrique du Nord, et en particulier des aspects contractuels du lien social au Maghreb, ne se limitent pas à ces lectures. En revanche, nous ne savons rien de ses relations avec Gaston Richard et Guillaume-L. Duprat qui sont eux aussi très impliqués dans les institutions fondées par R. Worms10.

  • 11 Hubert R., Manuel élémentaire de sociologie, Paris, Delalain, 1925 (XIV-440 p.).

12Donnons une illustration supplémentaire qui concerne un autre éditeur parisien. En 1925, René Hubert (1885-1954) publie la première édition de son Manuel élémentaire de sociologie qui couvre le programme des écoles normales primaires, la préparation du baccalauréat et s’adresse également aux étudiants qui préparent le certificat de licence en morale et sociologie11. Plusieurs éditions supplémentaires vont se suivre. L’introduction à la quatrième édition, datée du 20 mai 1929 est intéressante car elle évoque les changements survenus en quatre ou cinq ans dans l’offre pédagogique. Bouglé et Raffault ont publié leur recueil intitulé Éléments de sociologie (1926). L’Année sociologique vient d’inaugurer une deuxième série. La Revue de l’Institut de sociologie de Bruxelles, le Bulletin de l’Institut français de sociologie, l’excellent Guide de l’étudiant en sociologie de Bouglé et Déat, l’Introduction à la sociologie de Maunier et l’ouvrage Psychologie et sociologie de Essertier, en particulier, fournissent de remarquables appuis aux étudiants (voir p. XI-XII).

  • 12 Hubert R., op. cit., 1935 (XIV-533 p.). Il existe même une « 5ème édition entièrement refondue » pa (...)

13Le volume publié en 1935 est profondément remanié et complété par rapport à la première édition12. René Hubert se refuse donc à adopter la solution de facilité dont semblent se contenter d’autres auteurs. La bibliographie récapitulative mentionne des publications récentes. Le nouvel ouvrage tient compte de l’évolution sociale, économique et politique des nations (voir la septième partie du Manuel, « Le monde contemporain »). L’auteur est chargé de dispenser également des cours de psychosociologie du travail à l’Université de Lille. Il est nommé doyen, jusqu’en juillet 1936, avant de prendre le poste de recteur de l’académie de Poitiers. La question du travail, celle de l’évolution juridique et morale de l’individu, par exemple, sont méthodiquement abordées dans le Manuel. Indiquons par exemple la section « 289. Les effets de la crise » (p. 469-472). Le métier pourrait bien cesser de plus en plus « d’être comme jadis l’occasion et l’instrument de la culture humaine » ; « c’est au contraire dans le loisir et par le loisir que [pourrait] se faire le développement de la personnalité (p. 472). Pour autant, et il importe de le souligner, le jeu et le sport n’y occupent toujours qu’une place infime : exactement dans les mêmes termes que ceux de l’édition de 1925.

  • 13 Joussain A., Petit traité de sociologie économique. Essai sur l’organisation des sociétés humaines (...)

14André Joussain (1880-1969), dont la figure a déjà été évoquée, fait paraître en 1931 un manuel intitulé : Petit traité de sociologie économique13. L’avertissement au lecteur (p. V-XI) fournit le point de vue de l’auteur quant à l’état de la sociologie en France. La discipline n’a cessé d’acquérir de l’importance depuis l’élan que lui ont donné ses fondateurs Auguste Comte et Herbert Spencer. « Un tel progrès ne pouvait s’accomplir sans avoir sa répercussion dans l’ordre pédagogique, et sans qu’un public de plus en plus étendu n’y prît intérêt » (p. V) : création de chaires de sociologie au Collège de France et dans les Facultés des Lettres, enseignement de la discipline dans les Écoles normales primaires ou pour la préparation au brevet supérieur, au baccalauréat de philosophie, au certificat de licence. L’objectif de l’auteur est de « répondre aux vœux d’un grand nombre de directeurs d’écoles normales qui se plaignent de manquer d’un manuel clair et substantiel » (p. VII, note 2). L’auteur dit avoir pris lui-même « connaissance de quelques-uns de ces manuels ». Ils ont « le défaut d’être trop abstraits […], parfois aussi de s’avérer tendancieux et de faire trop de place aux pures discussions d’écoles » (ibid.). Il explicite plus encore son point de vue. « Deux écoles de sociologie existent actuellement en France : l’une, celle de Durkheim, procède surtout d’Auguste Comte et reste fidèle à sa conception d’une humanité se développant dans un sens unique. L’autre qui par son souci de la psychologie s’apparenterait plutôt à Spencer est représentée par Paul Lacombe, Gaston Richard, François Mentré, Duprat, etc. » (p. VII). Il esquisse également un état contrasté de ces deux écoles. « La première […] suscite des critiques de plus en plus vives et a déjà cessé, à vrai dire, de faire des disciples » (p. VII). « À l’encontre de ce “sociologisme” dogmatique, qui commence à paraître aujourd’hui périmé, nous avons suivi les traditions de l’école psychologique et historique […] plus respectueuse des faits et plus soucieuse de se conformer aux exigences d’une saine logique » (p. IX). La préoccupation de la première est « d’aller du plus simple au complexe en commençant par les types de sociétés réputés les plus primitifs » (p. VIII). La seconde « s’efforce d’aller toujours de ce qu’elle connaît le mieux à ce qu’elle connaît le moins et procède par conséquence du complexe au simple » (p. IX). Considérons que ce témoignage livré par André Joussain, qui ne cache pas sa préférence pour la sociologie non durkheimienne, permet de compléter le tableau de la situation de l’édition des Manuels de sociologie durant les années 1930.

15Entre les retirages à l’identique de textes déjà anciens ou plus récents, mais d’un modeste investissement intellectuel (les deux livres de Maunier qui nous intéressent ont l’un et l’autre à peine 120 pages…), on peut considérer que les publications sociologiques susceptibles d’aiguiser la curiosité et de renouveler les perspectives d’études et d’analyses en fonction des récentes transformations de la société sont rares. C’est encore plus évident pour les Manuels de sociologie disponibles, à l’exception sans doute de celui de René Hubert (1929, 1935) et du Traité de Duprat (1936).

Un risque évident de déphasage pour toute une branche de la sociologie

16Dans le prolongement des constats qui précèdent, l’activité éditoriale de René Hubert nous permet de mesurer le déphasage de la sociologie par rapport au domaine de la pédagogie, à propos de l’éducation physique et pour rendre compte d’un domaine culturel en pleine expansion comme le sport. Éducation physique, jeux et sports ne donnent pas matière à produire ce qui pourrait rapidement prendre l’aspect d’une branche de la sociologie. Et dans la sociologie d’inspiration durkheimienne en particulier. Au contraire, la pédagogie a su prendre toute la mesure de ces activités physiques.

  • 14 Hubert R., Gouhier H., Manuel élémentaire de pédagogie générale, Paris, Delalain, 1930 (322 p.). La (...)

17En 1930, René Hubert publie avec Henri Gouhier un Manuel élémentaire de pédagogie générale14. Ce volume est souvent mentionné comme étant complémentaire du Manuel de sociologie publié chez le même éditeur. La sociologie compte parmi les bases scientifiques indispensables à un programme détaillé d’études pédagogiques (sociologie générale, sociologie éducationnelle comparée, sociologie scolaire, en particulier). Or le Manuel fait une très large place à l’éducation physique, aux jeux et aux sports, contrairement au constat fait à propos du Manuel de sociologie.

18L’ouvrage comporte quatre parties : I. « Histoire des institutions, des doctrines et des méthodes pédagogiques en France », II. « Principes généraux de la technique éducative » (avec une section consacrée à « L’éducation physique et manuelle », p. 104-105), III. « Les méthodes éducatives », IV. « L’esprit de divers enseignements à l’école primaire ». Dans la quatrième et dernière partie, « L’éducation physique » fait l’objet d’un chapitre complet (chap. XVII, p. 233-242). Il s’agit d’une assez remarquable synthèse qui aborde successivement les aspects suivants : « 119. Raisons de cet enseignement », « 120. Éducation physique, sport et gymnastique », « 121. Les méthodes de l’éducation physique. Premier problème : la meilleure gymnastique » (parmi les différentes méthodes offertes), « 122. Deuxième problème : rôle du sport », « 123. L’éducation physique à l’école primaire », « 124. L’éducation physique et les enseignements voisins », « 125. Conclusion, éducation physique et hygiène scolaire ».

19Les auteurs du Manuel insistent sur « la triple forme revêtue par l’éducation qui doit être concurremment physique, intellectuelle et pratique » (p. 104). De nombreuses références bibliographiques sont fournies dans le texte, ainsi que les principaux textes officiels (règlements, Instructions ministérielles, arrêtés) et les réformes qu’ils impulsent au niveau des programmes. Dans le cadre de l’école primaire, les auteurs insistent sur l’importance de cette dimension physique et corporelle de l’éducation de l’enfant (apprentissage des techniques, des habiletés, de la natation, etc.) et des jeux : « les jeux sont donc la partie fondamentale de l’éducation physique à l’école » (p. 241). Cependant, l’éducation physique qui concerne tous les enfants ne doit pas être confondue avec le sport, qui est l’affaire de quelques-uns seulement. Suit une description détaillée du sport qui mérite d’être rapportée ici. « En mettant au-dessus de tout le record à battre, le match à gagner, la performance à atteindre, le sport inspire des manifestations dont la valeur éducative est médiocre : exhibition de champions, réclame tapageuse, apparition d’une classe de professionnels dont les exploits passionnent le public et dont les mêmes propos sont pieusement rapportés par la grande presse ; apparition aussi d’abondantes publications sportives qui ne sont certes pas faites pour élever la culture intellectuelle de la jeunesse » (p. 239). Le tableau que brosse le manuel est sans complaisance. Avec le sport, la culture penche vers le divertissement collectif, et les moyens de communication de masse qui rendent compte du sport abusent du registre des émotions superficielles.

  • 15 Henri Gouhier quitte Lille pour enseigner la philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux au co (...)

20Dans la bibliographie générale, des publications posthumes de Durkheim sont mentionnées (1922, 1925) mais également celles de Gaston Richard : Pédagogie expérimentale (1911), L’enseignement en France (s.d.) et plusieurs études d’Henri Wallon, etc. Dans de nombreuses sections, l’apport de la sociologie est incontestable. Cependant, comment expliquer un tel contraste entre les deux manuels dans le traitement de l’éducation physique, des jeux et des sports, alors même que la réédition du Manuel de sociologie de René Hubert est identique à la première sur ces aspects ? Sociologie et pédagogie sont-elles à ce point deux disciplines si différentes, si l’on considère les thématiques et les domaines de la société à prendre en considération ? La réponse est ailleurs, et on la trouve dans le Traité de pédagogie générale, entièrement refondue, que publiera ultérieurement René Hubert aux Presses Universitaires de France en 1946 (avec plusieurs rééditions successives, dont une 7e éd. en 1970). Tout ce qui relève de la gymnastique, de l’éducation physique, des jeux et des sports, dont certains passages sont entièrement repris à plusieurs décennies d’intervalle, est de la plume d’Henri Gouhier, ainsi que le mentionne explicitement René Hubert, notes de bas de page à l’appui. Dans l’avant-propos du Manuel élémentaire de pédagogie (1930, p. 7 et 8), Hubert indiquait déjà qu’Henri Gouhier (1898-1994) l’avait rejoint dans l’élaboration de l’ouvrage, après de décès de Georges Lefèvre, doyen de la Faculté. L’ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie, chargé de cours à la Faculté des Lettres de Lille en 1929, a donc rédigé l’excellent chapitre XVII sur « L’éducation physique ». Il est professeur en titre, exerçant au sein de cette même université, au moment de la réédition du Manuel, en 193515.

21À l’évidence, les publications posthumes de Durkheim, qui sont légitimement mises en avant par les membres du groupe (Paul Fauconnet, Maurice Halbwachs, Célestin Bouglé), servent de façon incomplète l’évolution pédagogique observable dans les années de l’entre-deux-guerres. La réflexion pédagogique se cantonne dans des limites anciennes. Notons en particulier, à titre de comparaison, le bon chapitre VIII, exploratoire à certains égards : « La classe et les groupes d’enfants » (p. 158-166). Hubert et Gouhier montrent que la socialisation de l’enfant s’appuie aussi sur des relations intra-générationnelles et libres, extra-scolaires et complémentaires en un sens des apports respectifs de la famille et de l’école. Si « la rue » fait à l’école « une concurrence redoutable », elle offre aussi à l’enfant « de multiples occasions où il doit faire preuve d’initiative, de courage, de prudence ». L’enfant construit progressivement son identité. « Il n’est déjà pas le même à l’école que dans sa famille. Il n’est pas davantage dans la rue ce qu’il est à l’école. Aucune de ces personnalités n’est ni vraiment naturelle ni totalement artificielle. Chacune d’elle résulte d’un certain mode de pression sociale ». Pour que la socialisation puisse se faire du mieux possible, l’enfant doit se comporter « en sorte que les mêmes règles qui prévalent dans la classe soient également suivies hors de la classe, dans les jeux et les diverses entreprises de la bande d’enfants ». Si l’analyse peut être considérée comme étant de facture durkheimienne, il est non moins évident que Durkheim n’a jamais accordé autant d’importance à tous ces aspects. De même, la section « 166. Remarques sur les arts d’agrément à l’école primaire » (édition de 1935, p. 313-314) est-elle fort pertinente. L’école ne saurait rester insensible à l’essor de la « civilisation mécanique » : « des inventions nouvelles multiplient les divertissements et les mettent à la portée du plus grand nombre. Magazines, journaux, périodiques illustrés, photographies, cinéma, phonographe, T.S.F. », amélioration des moyens de transport, etc. Autant de progrès scientifiques et matériels qui peuvent être des sources d’enrichissement individuel autant que des occasions de s’en écarter. Or, l’école permet d’acquérir progressivement une maîtrise critique du progrès technique. Cette « formidable civilisation mécanique » restera-t-elle une civilisation à mesure qu’elle deviendra plus mécanique ? », s’interrogent les auteurs du Manuel en des termes qui anticipent sur les interrogations d’aujourd’hui à propos de la « révolution numérique ». C’est dire la modernité du propos.

22La sociologie durkheimienne n’est pas – ou n’est plus – en mesure de relever ce défi du « terrain » et d’impulser de nouvelles orientations de recherche. Et Bouglé en est le premier convaincu. Conjointement, la sociologie descriptive développée par Duprat, par exemple, est plus en phase avec les perspectives qui viennent d’être présentées mais son audience, au travers des cours dispensés dans les universités françaises, est des plus limitées.

L’impact de la morphologie sociale sur les « besoins nouveaux », selon Maurice Halbwachs

23Dans deux ou trois ouvrages de Maurice Halbwachs, qui appartient à l’École française de sociologie, c’est-à-dire au groupe des Durkheimiens et des débuts de L’Année sociologique, on trouve des éléments pertinents qui mettent en relation le souci du corps, l’hygiène, le sport avec la stratification sociale, ou plus précisément avec les appartenances de classe. Le point mérite d’être souligné car il n’a pas d’équivalent chez d’autres auteurs français de cette époque. Et il n’est pas difficile de comprendre que la problématique développée par l’auteur s’accorde avec les remarques méthodologiques formulées par Bouglé dans son analyse de 1936, qui est reprise en appendice de la dernière réédition de Qu’est-ce que la sociologie ? (1939).

  • 16 Halbwachs M., La Classe ouvrière et les Niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins da (...)

24Déjà, dans l’ouvrage tiré de sa thèse et publié en 1913, Maurice Halbwachs16 notait avec précision le changement de mentalité et de mode de vie qui caractérise les classes aisées, tandis que les personnes sans grande ressource financière sont soumises à la nécessité et quelque peu écartées de la vie sociale générale. Dans le cas des exercices physiques et de l’intérêt apporté au corps, il insistait sur ce que ce prétendu retour à la « nature » et aux besoins dits naturels a d’éminemment culturel et social. Cependant, il montrait aussi comment les besoins les plus élémentaires (à l’exemple de la nourriture, du vêtement ou du logement) peuvent inclure une dimension plus raffinée lorsque le goût est à même de s’exprimer. Certes, le contenu « primitif » de ces besoins s’estompe lorsqu’il s’agit « des groupes où la vie sociale est plus intense, mieux organisée, plus compliquée », notait-il (op. cit., p. 413). Toutefois, Halbwachs affiche un certain optimisme et indique qu’un processus similaire est déjà perceptible dans le comportement des groupes sociaux disposant de ressources bien plus modestes.

25Professeur de sociologie et de pédagogie à la Faculté des Lettres de Strasbourg de 1919 à 1935, Halbwachs entre ensuite à la Sorbonne, où il n’est titularisé qu’en 1937, avant d’être accueilli au Collège de France le 10 mai 1944.

Diversité croissante des produits et services, nouvelles dépenses (1933)

  • 17 Halbwachs M., L’évolution des besoins dans la classe ouvrière, Paris, Félix Alcan, 1933 (XII-163 p. (...)

26Dans un autre livre, édité en 1933, M. Halbwachs17 exploite diverses sources statistiques, dont une « enquête allemande par budget de ménages » qu’il considère comme étant « l’application la plus remarquable faite jusqu’à ce jour de la méthode d’observation “intensive” en ce domaine » (Avant-propos, p. VI-VII). Des enquêtes américaines (comme la célèbre enquête Ford, à Detroit), belges (et d’autres enquêtes plus anciennes) complètent le corpus de références. Tous ces travaux sont répertoriés dans la bibliographie (p. 153-159). L’objectif du livre est non pas tant de revenir sur les conditions de travail des classes ouvrières mais surtout d’envisager « les variations des salaires et des prix, la diversité croissante des produits et services et, en tous ces facteurs et à travers eux, les conditions nouvelles de la vie sociale » (p. XII). Ainsi, une étude détaillée des types de dépenses permet de caractériser ce que « M. Simiand a proposé d’appeler : train de vie » (p. 13). Dans les enquêtes, on distingue habituellement quatre catégories de dépenses : les dépenses pour la nourriture, pour le vêtement, pour le logement et d’autres dépenses encore, comme celles qui regroupent « santé, distractions, culture » (ibid.).

27On regrettera que l’auteur ne commente pas de façon détaillée ce poste de dépenses, mais certains constats établis méritent d’être rappelés. En faisant référence à l’enquête allemande de 1927-1928, qui compare les pratiques des ouvriers et des employés, Maurice Halbwachs note : « Les employés dépensent un peu plus pour le coiffeur, l’école, les voyages et les sports, les distractions » (p. 45). Il s’agit d’ailleurs d’un point sur lequel les historiens qui étudient cette période s’accordent avec les sociologues lorsqu’il s’agit d’examiner la façon dont les employés conçoivent le « temps libre » et les façons de l’occuper, en opposition aux ouvriers. À vingt ans de distance, certains changements sont significatifs : au niveau de la nourriture, « il est fait une part plus grande […] à telles consommations plus dispendieuses, qui sans doute, flattent le goût, donnent quelque jeu à la fantaisie, et répondent en somme à des besoins nouveaux » (p. 69). Pour la catégorie des « autres dépenses », Halbwachs indique que celle qui porte sur « les soins du corps » a augmenté, de même que pour « les plaisirs et distractions » (p. 70). Dans la page de synthèse qu’il consacre aux « dépenses diverses » (p. 104), cette fois à propos des ménages américains, Halbwachs identifie les mécanismes à l’œuvre dans l’accroissement considérable des « autres besoins », à commencer par « l’évangile de la consommation » tel qu’il est prêché dans « le pays des hauts salaires »…

28Les résultats enregistrés dans les différentes enquêtes confirment les principales conclusions de la thèse de 1913. Les groupes sociaux qui occupent une position analogue dans les grandes nations industrialisées présentent des similitudes en matière de dépenses et d’expression des besoins. Les tendances auxquelles obéissent ces comportements témoignent d’une certaine plasticité dans le jeu des déterminations. De telles tendances, qui expriment des besoins, sont « nées de la vie sociale et évoluent avec elle, extensibles presque indéfiniment » (p. 152).

  • 18 Bientôt quelques travaux de facture universitaire en apporteront la démonstration. C’est le cas de (...)

29Dans les pages de conclusion du livre, l’auteur revient sur l’évolution des besoins, qui se développe « à travers des phases alternées d’extension et de consolidation » (P. 148), et en particulier sur la situation dans laquelle se trouve placé l’ouvrier. Chaque fois que la condition ouvrière a été en voie de s’améliorer, on a pu craindre que la vie de l’ouvrier ne soit « remplie d’occupations factices, et que [s’éveillent] en lui que des désirs dont la satisfaction signifie, surtout, gaspillage inutile de temps et d’activité » (p. 152). Selon Maurice Halbwachs, il faut avoir « une idée moins étroite de la nature humaine et de toutes les extensions dont elle est capable dans et par la société » (ibid.). Cet optimisme anticipe sur des problématiques – et celles de leurs détracteurs – que suscitera la prise en considération des activités récréatives par le gouvernement de Front populaire (dès l’été 1936) et sur la « civilisation du loisir » (à partir des années 1960). L’occupation du temps libre est susceptible d’élever l’homme dans sa dignité sociale et ne le rabaisse pas au niveau de la satisfaction de besoins primaires18.

Morphologie sociale et renouvellement des besoins « sportifs » (1938)

  • 19 Halbwachs M., Morphologie sociale, Paris, Librairie Armand Colin, 1938 (208 p.).

30En 1938, Maurice Halbwachs publie un livre intitulé Morphologie sociale19 dont l’objectif, conformément aux vues d’Émile Durkheim, est d’étudier « la forme matérielle des sociétés », dans un souci d’ordre et d’unité (Avant-propos, p. 5). Après avoir abordé « la morphologie sociale au sens large » (les trois premiers chapitres), l’auteur envisage « la morphologie sociale stricto sensu » qui se subdivise en deux sections : « Les conditions spatiales » (trois chapitres), et « Le mouvement naturel de la population » (quatre chapitres). Dans l’ultime chapitre intitulé « La population et les subsistances » (p. 156-179), Halbwachs indique rejoindre ici « une des thèses les plus profondes de Durkheim » (p. 169). « En réalité, la division du travail résulte de l’extension des groupes humains et de l’accroissement de leur densité. » Dans « nos société modernes », on réclame des « produits » et des « services » (« obtenus d’entreprises privées ou d’organisations publiques »), relativement nouveaux, qui ne se réduisent pas au strict nécessaire et qui se distinguent « des subsistances au sens étroit » (p. 171). Halbwachs insiste sur le renouvellement des besoins, dont la dynamique ne saurait être ramenée à la seule offre industrielle. « L’évolution des besoins, condition du développement industriel, s’est accomplie dans les milieux urbains, sous l’influence de leur structure et du genre de vie qui en résulte » (p. 175). Il y a tout un ensemble d’habitudes, d’exigences, d’aspirations nouvelles à considérer. « Des groupes toujours plus nombreux, une partie croissante de la population a pris le goût des beaux horizons, des séjours en des cités pittoresques […], des sports » (p. 173).

31Et Halbwachs de s’interroger sur les motivations susceptibles d’éclairer de tels comportements. « Curiosité, amour des arts et de la nature, des exercices et performances physiques, “plaisir d’arriver tard en un sauvage lieu”, goût des voyages ? » (ibid.). Il est vrai que les nouvelles conquêtes industrielles ont stimulé de nouveaux besoins : l’industrie touristique, l’industrie des transports (chemins de fer, automobile…), la presse, la publicité, les « fabricants de canoës, de kayaks, de skis, de tout le matériel et des costumes sportifs », etc. Halbwachs insiste sur la tendance des hommes, en particulier dans la société urbaine contemporaine, « à profiter en commun des résultats de la technique matérielle et sociale la plus avancée » (p. 178). Il laisse cependant sous une forme interrogative la possible « uniformisation croissante » qui résulterait de l’élimination des différences locales, régionales, et aussi sociales… De fait, il existe encore, dans les zones urbaines et en dehors des villes, des « catégories sociales qui n’ont que des revenus insuffisants pour affronter de telles dépenses » (p. 179). Par-delà les « faits et caractères morphologiques relevés dans le cadre des sociologies particulières » (p. 6), l’intention de l’auteur indiquée dès l’avant-propos était d’envisager un « ensemble homogène ».

32En se plaçant du point de vue sociologique, Halbwachs a réussi dans son entreprise. Il a atteint l’objectif annoncé, sachant mettre en lumière, « derrière les faits de population, des facteurs sociaux, qui sont en réalité des facteurs de psychologie collective, mal aperçus jusqu’ici, et sans lesquels, cependant, la plupart de ces faits demeureraient pour nous inexpliqués » (ibid.). La dynamique des besoins est un processus complexe de structuration, de restructuration et d’élargissement des registres du comportement social. Tout en étant liées les unes aux autres, contraintes et préférences opèrent par comparaison intersubjective ou par comparaison de groupe à groupe. Rappelons enfin l’année de parution du livre : 1938, soit une rédaction et une livraison qui ont été faites durant la pleine période d’exercice du gouvernement de Front populaire. Or nous savons que la politique sociale mise en place contribue activement à la popularisation des loisirs, des sports, du tourisme et des vacances, après avoir institué le principe des congés payés. La description que fait l’auteur de l’évolution des goûts et des comportements de loisirs est l’illustration même d’une sociologie en phase avec la réalité sociale du moment.

  • 20 Halbwachs M., Esquisse d’une psychologie des classes sociales (1938), Paris, M. Rivière et Cie, 195 (...)

33Une dernière étude d’Halbwachs mérite d’être mentionnée. Il s’agit d’une Analyse des mobiles dominants qui orientent l’activité des individus dans la vie sociale qui prendra un tout autre titre dans l’édition suivante posthume. Initialement publiée en 1938 dans une revue universitaire belge20, elle s’inscrit dans le droit fil de la démarche mise en œuvre dans les publications déjà examinées. Halbwachs rend compte des forces qui règlent la conduite des individus dans la vie sociale. Il prend en considération différents milieux : « la civilisation traditionnelle et les classes paysannes », « les milieux urbains et la civilisation industrielle » (entrepreneurs, bourgeoisie, ouvriers de la grande industrie, classes moyennes). Les faits morphologiques ne sont pas dissociables de la structure économique et des liens internes qu’entretiennent les différents milieux qui composent la société. Ces milieux, ces catégories sociales tendent à constituer de véritables classes sociales. Allons droit à la conclusion (p. 208 et suiv.). Halbwachs souligne deux aspects. « Ainsi les motifs des hommes et leurs tendances nous paraissent être, dans la plus grande quantité des cas, entièrement relatifs aux conditions qu’ils occupent dans la société » (p. 210). Sous cet angle explicatif, l’auteur est proche des thèses de la sociologie marxiste, ainsi que l’indique Georges Friedmann dans sa « Notice sur l’auteur » (p. 17). Pour Halbwachs, le constat établi est indissociable d’un autre processus par lequel chaque « classe » permet l’émergence d’agents qui en sont « ses meilleurs interprètes ». « En même temps elle les stimule et les oblige à se dépasser » (p. 213). On peut penser par exemple à l’élite de la solidarité ouvrière qui milite dans le syndicalisme et a permis le développement des organismes de protection de l’ouvrier et de sa famille ou encore aux « conquêtes », récentes à l’époque, qui s’observent dans le domaine des dépenses dites « autres », incluant les loisirs. Ainsi, la détermination morpho-structurelle des besoins et des tendances n’empêche pas que se glisse du relatif et du subjectif dans les comportements. Des effets de comparaison et la stimulation du marché, en particulier, contribuent au changement. Chez Halbwachs, cette réalité dynamique s’accorde sans doute avec une conception « optimiste » de la croissance économique au sein des sociétés occidentales.

34La sociologie développée par Maurice Halbwachs améliore considérablement l’approche sociologique de la morphologie sociale initiée par Émile Durkheim. Il l’articule avec les aspects essentiels de ce que pourrait être une sociologie des modes de vie et de leur évolution, abordée à partir des logiques de consommation et sur fond de classes sociales. Cette sociologie des modes de vie intègre le domaine d’expression de l’activité physique, de l’entretien de la santé, du sport et des vacances. C’était déjà le cas dans son livre publié en 1913. En ces années 1930, en France, il est encore trop tôt pour que ces aspects soient repris et systématisés sous la forme d’un programme sociologique de recherche empirique. Pour autant, il s’agit là d’une orientation décisive dans laquelle doit s’engager résolument la sociologie française. Au mois de mai 1944, Halbwachs est nommé professeur au Collège de France, sur une chaire de psychologie collective. Au mois de juillet, il est arrêté par la gestapo, puis déporté. Il meurt en février 1945 au camp de Buchenwald.

La problématique du « contact » en situation coloniale et l’enjeu du corps, selon René Maunier

35L’ouvrage Sociologie coloniale sur lequel s’appuie notre examen n’est qu’un aspect de l’abondante production intellectuelle de René Maunier. Composé pour l’essentiel durant les années 1930, il permet de voir comment l’auteur analyse le « contact » en situation coloniale, l’altérité, la perception de l’« autre ». Pareille situation engendre un renouvellement des comportements culturels : promotion de l’individu, défense de l’intégrité corporelle, condamnation de la nudité et des danses, place des jeux et des sports... C’est aussi l’occasion de constater comment le modèle culturel du sport télescope les anciens jeux. Bien des inculcations sociales et culturelles opérées par le colonisateur prennent la forme de véritables incorporations culturelles. L’enjeu du corps est fondamental. L’auteur montre comment une tension s’instaure, en ce point de « contact », entre l’assignation statutaire produite par la coutume et l’invention de l’individu garantie par le droit moderne.

Une Sociologie coloniale en trois volumes

  • 21 Maunier R., Sociologie coloniale. Introduction à l’étude du contact des races (I), Paris, Domat-Mon (...)

36René Maunier a élaboré une Sociologie coloniale en trois volumes, tirée de cours donnés à la Faculté de Droit de Paris, dont la publication s’est échelonnée de 1932 à 194221. Maunier est alors un universitaire de renom, docteur ès sciences juridiques, économiques et politiques, agrégé de droit, et considéré aussi comme un élève de Marcel Mauss pour certains de ses travaux scientifiques. En outre, nous l’avons déjà constaté, l’auteur est un analyste perspicace des jeux et des sports, en tant que faits sociaux, abordés sous l’angle de la sociologie ou de l’ethnologie.

  • 22 Mahé A., « Un disciple méconnu de Marcel Mauss : René Maunier », Revue européenne des sciences soci (...)
  • 23 Maunier R., La construction collective de la maison en Kabylie, Paris, Travaux et mémoires de l’Ins (...)
  • 24 Maunier R., Essais sur les groupements sociaux, Paris, Alcan, 1929. Maunier R., Introduction à la s (...)
  • 25 Maunier R., Sociologie coloniale, op. cit. Maunier R. (dir.), Éléments d’économie coloniale, Paris, (...)

37Son itinéraire professionnel lui a permis de bâtir progressivement une œuvre importante, composite mais cohérente. Plusieurs « ensembles » sont individualisables : le premier regroupe la thèse de « morphologie sociale », répertoriée dans la liste récapitulative des Mémoires de l’IIS, et les premiers articles publiés dans la Revue internationale de sociologie, organe de l’IIS. Si l’on fait exception des travaux réalisés en Égypte (1911-1919), un deuxième « ensemble » rassemble les études d’ethnographie ou d’ethnologie, qui procèdent initialement de la formation acquise dans le suivi des cours de Marcel Mauss et de la relation scientifique entretenue avec ce dernier. Il s’agit des deux ou trois mémoires examinés par Alain Mahé22, auxquels on peut en rajouter au moins deux autres23. Dans les deux dernières études citées, Maunier entend rendre compte du « contact », selon ses propres termes, entre deux types de civilisation et des effets qui en résultent. Quelques études relevant du folklore appartiennent à ce même ensemble. La « théorisation » du contact entre les peuples ne peut être réalisée correctement, dans l’esprit de l’auteur, sans un double ancrage disciplinaire : d’une part l’ethnologie et l’ethnographie de terrain, pour appréhender correctement les sociétés traditionnelles, dans un contexte extra-européen, d’autre part la sociologie, qui dispose d’une bon outillage conceptuel pour caractériser la société en général et ses transformations. D’où la publication de deux ouvrages, tirés eux aussi de cours donnés à Paris, qui permettent de poser les fondements élémentaires d’une sociologie générale et des groupements sociaux24. Il s’agit d’un « ensemble » spécifique. Enfin, la sociologie du monde colonial constitue un quatrième « ensemble » avec une Sociologie coloniale élaborée en trois temps (1932, 1936 et 1942). Notons que Maunier est membre de l’Académie des sciences coloniales. On peut adjoindre à cet « ensemble » un autre ouvrage : les Éléments d’économie coloniale publiés sous la direction de René Maunier en 194325.

38Le fait que Maunier ne tienne pas grand compte des affinités collectives, des lignes de tensions et d’opposition entre groupes d’universitaires, qui marquent le champ des sciences humaines et sociales en France, durant l’entre-deux-guerres, est sans doute la preuve d’une grande indépendance et liberté d’esprit. Cette attitude est pour partie la raison de l’ignorance dans laquelle il est tenu par les sociologues durkheimiens, ce qui va précipiter l’oubli de son œuvre.

39On peut considérer que les trois tomes, publiés respectivement en 1932, 1936 et 1942 composent un ensemble cohérent, même si certaines redites permettent une lecture séparée de chacun des volumes. L’essentiel de l’analyse est déjà formulé dans les deux premiers volumes. Cet ensemble est destiné aux « étudiants en sciences coloniales » (avant-propos, t. 1, 1932, p. 9) et aux agents en poste ou destinés à occuper un emploi aux colonies. L’auteur conçoit son entreprise savante comme « un itinéraire, ou un panorama ». « On y dépeint, vue de très haut ou de très loin, une contrée mal explorée, surtout chez nous, et qui touche aux confins de la sociologie » (introd., p. 11). Le premier volume a pour objectif de rendre compte des situations dans lesquelles des agrégats humains, qui ne sont pas nécessairement « au même échelon dans l’échelle des types sociaux » (p. 12), sont susceptibles de s’agréger à leur tour. Sous cet angle de vue, sociologie historique et sociologie comparatiste s’articulent avec profit.

40Trois grandes séquences (domination, association, émancipation), qui se traduisent concrètement par un enchaînement, sont comme « les étapes, non toujours franchies, du chemin qu’accomplissent les peuples qui vont l’un vers l’autre » (t. 1, p. 193). Dans ce premier volume, Maunier ne semble pas préoccupé de porter l’accent sur l’asymétrie radicale qui met en présence la puissance colonisatrice et le colonisé. Son objectif est d’esquisser les linéaments d’un tableau du fait social dans les colonies (idem), une simple « introduction à l’étude du contact des races », ainsi que l’indique le sous-titre du premier volume. S’agit-il d’ajouter un niveau de complexité supplémentaire, dans l’étude des sociétés, à ce que d’autres auteurs français (on pense ici à Durkheim ou à Mauss) ont pu aborder en termes de « fait social » ou de « faits sociaux » ? C’est évident.

41La figure du « colonisé » résulte souvent d’une situation critique instaurée par l’expansion coloniale elle-même. En pays colonial, « les conceptions et traditions des habitants sont abrogées ou altérées » (t. 2, 1936, p. 362). Il s’agit là de deux effets de l’installation du colonisateur. Ce qui apparaît d’abord comme une révolution, « apportant un changement profond et radical » s’accompagne de l’abolition ou de l’altération de certaines traditions (t. 2, p. 362-363), avant que l’éducation ou la logique de l’imitation ne l’emportent. Les qualités d’ethnologue – et d’ethnographe – de l’auteur ne peuvent que l’orienter vers ce constat. En apportant des cadres de pensée qui sont ceux des sociétés modernes, les colonisateurs déstabilisent les anciens équilibres culturels. Que deviennent alors les colonisés ? La réponse de Maunier est précise, formulée en des termes sociologiques : « nous les faisons passer de la tribu à la nation et du groupement à l’individu » (p. 364). C’est sans doute en abordant la perspective sous l’angle du droit, que des transitions utiles et décisives peuvent être ménagées.

42Il y a aussi, à l’insu du colonisateur, limitation, voire dissolution d’un ordre ancien qui peut prendre des formes très diverses. C’est tout un mode de vie nouveau qui s’impose. L’introduction du droit joue un rôle déterminant mais il n’y a pas que la législation qui soit le seul levier du changement. Maunier indique deux autres facteurs émancipateurs. Ces deux autres leviers, en effet, « c’est l’émigration, qui rompt les vieux liens : tous ces “navetanes”, travailleurs loués pour un délai bref, qui vont du Soudan jusqu’au Sénégal, sont des libérés. – C’est l’éducation, française et sportive, qui agit très fort sur les jeunes gens, pour les détacher de la soumission » (t. 3, 1942, p. 255). L’une et l’autre apportent un desserrement des obligations traditionnelles.

43Les notions d’innovation, d’émancipation, de libération, telles qu’elles sont forgées par Maunier, peuvent parfois ne se rapporter qu’à cette opportunité qui s’offre à des colonisés. Mais dans certaines circonstances, l’effacement d’un ordre ancien sans véritable substitution positive peut tourner à la tragédie, à la perte d’identité. D’autant que, dans certains contextes, l’éducation des natifs se limite à un niveau élémentaire. L’auteur n’ignore pas que l’accès à l’instruction supérieure, à l’Université, tend à constituer un groupe des « évolués », des élites dirions-nous aujourd’hui, qui aspirent au changement et peuvent être porteurs de griefs et de revendications. Parmi les agents du contact, « les étudiants issus des gouvernés » vont fonder des dogmes et des partis, en s’inspirant de ce qu’ils ont pu observer dans les nations occidentales. En des « moments » ou des « degrés » constitutifs de la colonisation, les opportunités peuvent engendrer de véritables tragédies humaines.

Le progrès du droit : l’avènement de l’individu comme tel

44Dans l’avant-propos de Sociologie coloniale, Maunier expose clairement son intention, dans un style très choisi : « C’est donc un programme, non une synthèse, que j’offre au lecteur : la liste des questions que pose le “contact des races” aux colonies, entendu ainsi qu’un contact social, qu’un contact légal, entre des civilisations qui sont, souvente fois, à l’extrême opposite, dans la longue lignée des créations sociales de l’humanité » (t. 1, 1932, p. 13). Incontestablement, l’auteur examine là un problème capital. Le point de « contact » correspond à une sorte de lieu géométrique où se jouent tout à la fois des rapports de sens et des rapports de force.

45Des tensions apparaissent lorsque les usages et principes relatifs aux mœurs des colonisés risquent de mettre en porte-à-faux « l’idée de l’ordre public » dont se réclame le colonisateur. « Certaines des coutumes indigènes n’ont pas paru pouvoir se concilier avec l’ordre public colonial » (t. 1, p. 145). Et Maunier de s’interroger. « Faut-il donc accepter le mariage forcé, par les parents, de tout petits enfants ; ce droit de djebr qu’admit l’Islam ? » (ibid.). « Faut-il défendre aux indigènes la polygamie ou même simplement la bigamie, punie chez nous comme un fait criminel ? » (p. 146).

46Quand l’évolution va dans le sens de l’agrégation, elle peut prendre l’aspect du mélange racial, du métissage, qui n’est pas une question banale et qui a donné lieu à des opinions contrastées, ajoute l’auteur (t. 1, p. 187 et suiv.). Des différences significatives, quant à la couleur de peau et au degré de métissage, s’ajoutent bientôt aux autres différences. L’histoire nous apprend que l’agrégation des peuples est un mélange, au sens social, et l’assimilation qui gagne les états anciens des sociétés déplace les lignes de tension et de discrimination vers des situations nouvelles.

47C’est « le progrès du droit » (une formule reprise pour le sous-titre du t. 3, 1942), indique Maunier, qui est la clé d’une compréhension objective de la colonisation. Parmi les aspects du contact social des peuples, il faut insister sur l’innovation. « Nous ouvrons ainsi des besoins nouveaux, auxquels il faut des règlements tout inédits, que les habitants ne soupçonnaient point » (t. 3, p. 61).

48La substitution de la règle du droit français à la règle établie par statut coutumier transforme le rapport que les personnes entretiennent avec l’environnement social et culturel. Le droit coutumier des anciens habitants, qui est plutôt un droit « patriarcal » et un droit religieux, est remplacé par un autre droit, celui du colonisateur. Le droit français, par exemple, est un droit régnant sur l’ensemble d’un vaste territoire, universel, valant pour tous, qu’il s’agisse des hommes ou des femmes, et laïcisé.

49Or ce droit moderne favorise la défense de l’intégrité de la personne, marquant ainsi l’avènement de l’individu, femme ou homme, nouveau né, enfant ou adulte. La « sécurité du corps » (t. 3, 1942, p. 128), c’est le premier bien qu’apporte la colonisation, avec l’abolition de l’anthropophagie, du cannibalisme, des sacrifices masculins et féminins, des infanticides, du meurtre de la veuve vouée jadis à accompagner le défunt dans l’au-delà, etc. Cela requiert une « abrogation des traditions invétérées » (t. 3, p. 128). Maunier cite l’exemple de l’instauration d’un âge minimum légal pour le mariage, qui se généralise à travers l’empire colonial français. Il fait état d’autres exemples qui illustrent le recul que le droit impose à certains rites anciens. « Des rites dégoûtants, et d’ailleurs dangereux : la défloration… par la main d’un tiers ! » (t. 3, p. 255), mais également des « rites offensants » (comme le mariage à l’essai) ou des « rites dispendieux », comme dans la débauche de cadeaux et de frairies de la taoussa, étudiée par lui-même en Kabylie (ibid.).

50Le droit occidental institue la personne, en particulier dans le cas de la femme ou des enfants, comme individualité(s) obligeant à l’usage du nom, à la déclaration de naissance à l’état civil. « Ayant créé l’individu, on en [vient] à le compter, en organisant le recensement », c’est-à-dire « le compte par têtes et non plus par feux, ou bien par foyers, tentes et maisons » (t. 2, p. 364). « Tout cela fait passer de l’oral à l’écrit, du transmis à l’inscrit » (t. 3, 1942, p. 268). Le droit, garanti pas l’État, « ouvre carrière à l’individu, possesseur de biens et sujet de droits » (p. 269). Dénombrer des individus, c’est déjà définir chacun d’eux dans sa singularité et par distinction, au sein du groupe familial.

51Dans ce cas, dit encore Maunier, les effets positifs du contact colonial peuvent être résumés dans le triptyque abolition, transformation, innovation. Cette « innovation » peut se faire soit par imitation, soit par imposition.

Les enjeux du corps : entre interdictions sans nécessité et emprunts volontaires

52Le contact des races, dans le contexte colonial, peut donner lieu à de multiples formes d’interdiction édictées parfois sans discernement par le colonisateur : par exemple celles qui visent à condamner – au nom des valeurs du colonisateur – des mœurs ou des coutumes ordinaires : interdire la nudité, certaines danses, etc. Des observateurs avisés ont noté combien le Blanc, avec la paix, apporte aussi l’ennui, que les missions religieuses cultivent… « On interdit danses et fêtes ; on prohibe la nudité ; on veut que l’indigène soit plié à l’ascétisme » (t. 1, p. 126). Maunier insiste à plusieurs reprises sur ce type d’interdiction qu’il qualifie de « défenses dont on ne voit pas la nécessité : l’interdiction de se tatouer ; l’interdiction aussi de chanter, de danser » (t. 3, 1942, p. 126).

53Or de telles interdictions peuvent avoir un effet désorganisateur quant à la cohésion du groupe. Et n’est-ce pas là, pour le colonisateur, une façon d’imposer sa propre marque ? En outre, les colonisés ne cherchent-ils pas à contourner de tels interdits ? Un jour où l’autre, cet oubli des danses, des chants, des jeux susciteront peut-être un mouvement de retour aux origines, aux racines, indispensables à la reconstruction d’une identité collective en quête d’authenticité...

54À l’opposé des interdictions et de la réprobation manifeste exprimées par le colonisateur, Maunier identifie des situations dans lesquelles les populations locales empruntent volontiers au colonisateur des pratiques. Lorsque les naturels, sans pression et sans contrainte, prennent les besoins et suivent les façons des colonisateurs, on constate une innovation, « par adoption, acceptation ou adhésion », indique Maunier : « c’est un élan, qui va parfois jusqu’au transport trop déchaîné ; snobisme déjà pour nous ressembler ; mode qui se déploie, et sport qui vient s’ouvrir, pour gagner la course à l’imitation » (t. 3, 1942, p. 61). Les comportements se transforment. Maunier en propose un inventaire détaillé incluant l’amusement, la distraction, et jusqu’à ce changement de l’ordre matériel qui « touche aux sports et aux jeux » (t. 3, p. 144).

La transmission des jeux, leur adaptation et l’affirmation des sports

55Les jeux ont une longue histoire qui résulte des contacts entre les peuples, ou a tout le moins de la circulation des individus (des « agents », dirait l’auteur), qui transmettent des savoir-faire et font connaître des techniques. Pour étudier les jeux et les sports, il est utile de replacer ceux-ci dans un cadre comparatif. Pour qui s’intéresse aux jeux, en particulier, le contact colonial peut être résumé comme suit : infiltration, pénétration, association. Dès l’Antiquité, on voit chez les Romains, les amuseurs, jongleurs, chanteurs, danseurs… mondains, requis par contrat, et qui sont déjà porteurs de leur culture en nos pays » (t. 3, 1949, p. 44).

56Maunier cite en exemple les « formes de jeu : les agréments et les amusements, les divertissements [qui] nous sont venus, on le sait bien, souvent de loin » (t. 3, 1942, p. 184). Maunier mentionne les danses, les chants, les sports. « Les sports aussi, ces jeux, ont payé leur tribut, déjà anciennement. Les Anglais aujourd’hui disent que le polo leur viendrait des Hindous. Cela ne leur plaît pas, comme on peut le penser ; ils ont pourtant écrit plusieurs gros livres afin de démontrer que le polo, ce jeu de distinction du gentleman saxon, leur a été donné par leurs sujets hindous » (t. 3, p. 185). Voilà une excellente illustration de cette imitation qui correspond à un emprunt des colonisateurs à une population plus ou moins assujettie. Même si les sports, dans leur forme la plus institutionnalisée, sont principalement une invention de l’Angleterre, la description localisée de différents jeux anciens témoigne d’échanges culturels complexes, opérant dans les deux sens.

57Dans un autre ouvrage qui a été examiné (Essais sur les groupements…, 1929), Maunier aborde à la fois la réalité contemporaine du sport moderne, mais également certains jeux en vigueur dans notre Moyen Âge ou encore sur des terres extra-métropolitaines. Servie par une vaste érudition, la méthode comparative permet de comprendre comment ces activités en forme de défis, de compétitions, jadis associées au fait religieux et/ou au maintien de l’organisation sociale, sont devenues des pratiques de simple distraction, occupant une classe d’âge précise. Il mentionne « le jeu de la kura chez les Arabes d’Algérie, où deux équipes luttent à la crosse […] croient ainsi… faire tomber la pluie » (op. cit., p. 100). Les réunions de sport « ont eu leur forme archaïque ». « Aux îles Canaries, les Guanches avaient eux-mêmes leurs combats d’athlètes, dans un stade empli d’un public » (p. 102). « Les confréries arabes de chasseurs, les troupes d’escrimeurs et de tireurs à l’arc et de gymnastes, dans toute l’Afrique du Nord, opèrent toujours en plein air. » Maunier s’appuie sur les études de spécialistes de la civilisation arabe et des sociétés maghrébines comme Edmond Doutté et Louis Mercier.

58Les jeux et les sports constituent sans nul doute un point de « contact », à l’articulation de deux plans : diachronique et synchronique, qui est d’une grande fécondité culturelle. La manière dont l’auteur ébauche la façon dont opère la diffusion des jeux d’exercice physique, les influences et les emprunts dont ils témoignent, éventuellement leur transformation en sports, mérite quelque attention. À l’époque, rares sont les auteurs qui s’intéressent aux phénomènes récréatifs de ce type. Or la prise en compte du processus de colonisation introduit une double échelle de référence, à la fois temporelle et spatiale, qui ouvre des perspectives d’analyse novatrices.

59En termes de construction de l’altérité et d’incorporation des comportements culturels, trois plans d’expression peuvent être identifiés dans Sociologie coloniale. Le plan fondamental concerne l’avènement de l’individu en tant que tel, surtout la reconnaissance de la jeune fille dans son individualité propre, son émancipation, et la garantie qu’apporte le droit, en particulier en termes de « sécurité du corps ». Un autre plan, pour lequel Maunier note surtout l’arbitraire du colonisateur, se rapporte aux interdictions relatives à la nudité, aux fêtes, aux danses, et à l’obligation de se vêtir, etc. À l’évidence, la puissance érotique ou permissive que le colonisateur associe à certaines pratiques tient à sa propre façon de se représenter les colonisés et colonisées… Quant au plan qui a trait aux prouesses physiques et à l’émulation par les jeux et les sports, c’est sans doute à ce niveau que l’échange et la coopération, tôt ou tard, apparaissent comme moins empreints de préjugés négatifs.

60Exception faite de Marcel Mauss, plusieurs membres liés aux activités de L’Année sociologique, et à ce titre appartenant à l’École française de sociologie, ont minimisé (c’est le cas de Célestin Bouglé) ou critiqué les travaux et publications de René Maunier (de Maurice Halbwachs à Jean Ray), y compris sa Sociologie coloniale (en particulier Maxime Rodinson). Pour autant, les deux derniers cités ignorent l’essentiel de l’apport original de l’auteur avec cet ouvrage et d’autres de ses études. Sauf rares exceptions, les publications recensées par Maunier ne mentionnent pas les travaux français relevant de l’ethnologie ou de la sociologie. En revanche, lorsque les auteurs anglo-saxons et leurs publications sont cités, c’est aussi parce que certains d’entre eux ont su envisager les formes de « contact » – acculturation, tensions, conflits – dans des contextes coloniaux non francophones. À l’époque, en France, la sociologie coloniale correspond à une spécialisation universitaire des Facultés de Droit et d’Économie. Elle n’a pas d’existence véritable au niveau de l’École française de sociologie bien installée dans les Facultés des Lettres. Les Durkheimiens semblent ignorer cette réalité sociale. Or ce qui intéresse Maunier, c’est le « contact » des races, au sens où les Anglo-Américains parlent du clash of people, de clash of cultures. L’acquis majeur tient donc à une ouverture de perspective, avec la problématique du « contact » – contacts entre individus, « contact des groupes », des « peuples », qui deviennent « contact de civilisations » –, telle que Maunier entend la traiter, à la fois dans des travaux d’ethnologie scientifique peu contestables et dans son manuel de sociologie coloniale.

***

  • 26 Peut-être faudrait-il engager des investigations autour de l’action de Paul Lapie. Ce « Durkheimien (...)

61Les préoccupations dont nous nous faisons ici l’écho dans les limites du dernier chapitre, sont au demeurant bien résumées par Célestin Bouglé, mises à l’œuvre par Maurice Halbwachs, et l’on en trouverait sans doute d’autres signes dans des travaux de Paul Lapie26. Elles préfigurent l’éclatement de la sociologie française en différentes branches et formes d’analyse. C’est en référence à l’année de parution de cette édition nouvelle du livre de Célestin Bouglé : l’année 1939, que nous avons fixé le bornage supérieur de notre étude envisageant les écrits des sociologues français « classiques » pour certains de leurs travaux qui intéressent notre thématique. Et n’est-il pas significatif qu’il y ait là matière à établir un lien de similitude avec des textes plus anciens tandis que l’associativité sportive, le sport de compétition, le simple loisir sportif et même le sport spectacle sont largement diffusés et étendus à la société dans son ensemble ? De ce point de vue, sur un certain type d’approche de la réalité sociale, la sociologie classique accuse un réel déphasage, tandis que Maurice Halbwachs semble bien seul pour proposer, preuves à l’appui, une ouverture de la discipline indispensable et féconde.

  • 27 Document aimablement communiqué par la famille de G.-L. Duprat.
  • 28 Jean-Robert Henry, « René Maunier (1887-1951) juriste et sociologue », dans Jean Ferreux, François (...)

62L’heure n’est plus à la revendication des appartenances et aux stratégies d’évitement, faute de places à conquérir mais aussi faute d’effectifs. Et Célestin Bouglé, qui a toujours été libre de ses mouvements et attentif aux différentes expressions de la sociologie, nous fournit un ultime témoignage de son esprit d’ouverture. Suite à sa participation au XIe Congrès de l’IIS (octobre 1933), il adresse à Duprat un exemplaire de son livre : Bilan de la sociologie française contemporaine (1935), dès sa parution, avec la dédicace suivante : « À monsieur Duprat avec mon meilleur souvenir pour son accueil à Genève et mes remerciements pour ses “préliminaires” » (une allusion directe à l’apport de Bouglé dans le cadre du congrès, tel qu’il est restitué par Duprat dans son rapport de synthèse publié)27. Est-ce à dire que Bouglé considère avec regret qu’un autre cheminement pour développer la sociologie française a été négligé par les tenants de l’École durkheimienne ? Le ton polémique de ses opposants (on pense à certains textes de Gaston Richard, d’André Joussain, par exemple) a-t-il nui à l’instauration d’un véritable débat ? Le cas de René Maunier doit être rappelé. Titulaire d’un doctorat et d’une agrégation de droit, habile chercheur de terrain, il a développé ses travaux et recherches de qualité sans tenir compte des logiques affinitaires ou d’exclusion pas plus que des formes d’indifférence affectée qui marquent à l’époque le domaine universitaire des sciences sociales. Ce souci d’indépendance et sa liberté d’esprit n’ont pas contribué à la valorisation étendue et durable de ses publications. « Institutionnel atypique, touche-à-tout perspicace, il a arpenté à grands pas de nouveaux champs de recherche », souligne Jean-Robert Henry dans une excellente notice biographique28. Ajoutons que son analyse des jeux et des sports, des techniques du corps en liesse, avec les danses et les fêtes, confrontée dans certains contextes au « défi colonial » confirme bien ces traits de caractère propres à Maunier.

63Autant de questions et de pistes, parmi d’autres, à reprendre dans le cadre de nouvelles recherches sur l’institutionnalisation et l’essor de la discipline en France. Pour notre part, constatons qu’au cours des années 1930 un certain retard s’accumule dans l’étude sociologique des sports et des loisirs.

Notes

1 Marcel J.-Ch., « Bouglé Célestin (1870-1940) », dans Borlandi M. et al., Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 71.

2 Bouglé C., Qu’est-ce que la sociologie ? (1907), Paris, Librairie Félix Alcan (Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1939 (septième édition « augmentée d’une conclusion sur la sociologie française et l’Éducation nationale ») (XXIII-175 p.). L’ouvrage a été publié initialement en 1907. Pour l’édition de 1925, l’auteur l’a fait précédé d’une préface intitulée « La philosophie et la pédagogie », p. VII-XXIII.

3 Il s’agit d’un « article écrit à l’occasion des Mélanges offerts à M. Dimitrie Gusti, directeur de l’Institut social roumain », dont le titre exact est : Mélanges D. Gusti. XXV ans d’enseignement universitaire (1910-1935), Paris, Félix Alcan, 1936 (VII-510 p.). Voir Qu’est-ce que la sociologie ?, 1939, op. cit., p. 163-174.

4 Rétrospectivement, on mesure tout l’intérêt des approches pionnières d’Alfred Espinas (1893, 1894 et 1900) et de Guillaume-L. Duprat (1893, 1895 et 1900). Nous avons connaissance d’une seule expérience pédagogique ponctuelle, s’appuyant sur le fait sportif, attestée grâce à la publication des notes d’inspection d’Oscar Auriac. À propos de ces mêmes notes, il faut rappeler aussi le soin avec lequel Auriac décrit l’importance et la diversité des terrains pédagogiques relatives à l’animation des œuvres péri ou post-scolaires.

5 Bouglé C., op. cit., p. 3-32.

6 Maunier R., Introduction à la sociologie (1929), Paris, Librairie Félix Alcan, 1938 (VIII-112 p.). Cette réédition est mieux diffusée que l’édition initiale restée confidentielle.

7 D’après Marc Malherbe, op. cit., p. 380. Maunier fut également directeur de l’Institut de sociologie de l’Afrique du Nord.

8 L’auteur indique avoir présenté ces groupements de façon plus détaillée dans son autre livre, publié initialement la même année (1929). Maunier R., Essais sur les groupements sociaux, op. cit.

9 Toutefois, il ne faut pas minimiser l’importance des études ethnographiques publiées par l’auteur, dont certaines pages pourraient apporter des éléments nouveaux à notre thématique. Outre les titres déjà mentionnés, indiquons les textes suivants. Maunier R., La littérature populaire à la côte des esclaves. Contes, proverbes, devinettes, Paris, Institut d’Ethnologie, 1927 (104 p.). Maunier R., Mélanges de sociologie nord-africaine, Paris, Librairie Félix Alcan, 1930 (220 p.). Maunier R., Coutumes algériennes, Paris, Dromat-Montchrestien, 1935 (202 p.).

10 Maunier publiera en 1943 un opuscule intitulé Précis d’un traité de sociologie, à vrai dire sans grand intérêt. Parmi ses fonctions du moment, l’auteur indique qu’il est « Président de l’Institut International de Sociologie ».

11 Hubert R., Manuel élémentaire de sociologie, Paris, Delalain, 1925 (XIV-440 p.).

12 Hubert R., op. cit., 1935 (XIV-533 p.). Il existe même une « 5ème édition entièrement refondue » parue en 1949 (XIII-530 p.).

13 Joussain A., Petit traité de sociologie économique. Essai sur l’organisation des sociétés humaines et leur évolution de l’antiquité à nos jours, Paris, J. Lamarre, 1931 (XI-351 p.).

14 Hubert R., Gouhier H., Manuel élémentaire de pédagogie générale, Paris, Delalain, 1930 (322 p.). La page de couverture intérieure porte en sous-titre : « Programme des écoles normales primaires. Certificat libre de pédagogie ». Une deuxième édition, revue et mise à jour, est publiée en 1935 (328 p.).

15 Henri Gouhier quitte Lille pour enseigner la philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux au cours de l’année 1940-1941 avant d’être appelé à la Sorbonne.

16 Halbwachs M., La Classe ouvrière et les Niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, Paris, Félix Alcan, 1913.

17 Halbwachs M., L’évolution des besoins dans la classe ouvrière, Paris, Félix Alcan, 1933 (XII-163 p.).

18 Bientôt quelques travaux de facture universitaire en apporteront la démonstration. C’est le cas de la thèse soutenue par François Bloch-Lainé. Elle s’appuie sur une comparaison internationale et l’auteur souligne l’absence en France d’une véritable politique en ce domaine. Bloch-Lainé F., L’emploi des loisirs ouvriers et l’éducation populaire, Préface de Roger Picard, professeur à la Faculté de Droit de Paris et à l’Institut d’Urbanisme, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1936 (300 p.).

19 Halbwachs M., Morphologie sociale, Paris, Librairie Armand Colin, 1938 (208 p.).

20 Halbwachs M., Esquisse d’une psychologie des classes sociales (1938), Paris, M. Rivière et Cie, 1955 (239 p.). Une présentation de « Maurice Halbwachs » par Georges Friedmann est insérée p. 9-23. L’étude d’Halbwachs a d’abord paru sous le titre : « Analyse des mobiles dominants qui orientent l’activité des individus dans la vie sociale » dans les « Enquêtes sociologiques » de l’Université libre de Bruxelles (Institut de sociologie Solvay), en 1938.

21 Maunier R., Sociologie coloniale. Introduction à l’étude du contact des races (I), Paris, Domat-Montchrestien, 1932 (217 p.). Psychologie des expansions (II), idem, 1936 (442 p.). Le progrès du droit (III), idem, 1942 (479 p.). Le dernier volume fait l’objet d’une réédition en 1949 et, la même année, l’ouvrage bénéficie d’une traduction anglaise. Maunier R., The Sociology of Colonies, Routledge and Kegan Paul, 1949 (2 vol.).

22 Mahé A., « Un disciple méconnu de Marcel Mauss : René Maunier », Revue européenne des sciences sociales, Tome XXXIV, 1996, no 105, p. 237-264.

23 Maunier R., La construction collective de la maison en Kabylie, Paris, Travaux et mémoires de l’Institut d’ethnologie, 1926 (80 p., pl. h. t.). Maunier R., Recherches sur les échanges rituels en Afrique du Nord, l’Année sociologique, (1924-1925), Paris, Alcan, 1927, p. 11-97. Maunier R., Les groupes d’intérêt et l’idée de contrat en Afrique du Nord, Annales sociologiques, série C, 2, 1937, p. 35-61. Maunier R., Loi française et Coutume indigène en Algérie, Paris, éd. Domat-Montchrestien, 1932 (173 p.). Maunier R., « L’ordre social nord-africain : tribu, Cité, État », in Mélanges offerts à Ernest Mahaim, décembre 1934, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1935 (2 tomes), t. 1, p. 339-349.

24 Maunier R., Essais sur les groupements sociaux, Paris, Alcan, 1929. Maunier R., Introduction à la sociologie, Paris, Alcan, 1929 (rééd. 1938).

25 Maunier R., Sociologie coloniale, op. cit. Maunier R. (dir.), Éléments d’économie coloniale, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1943.

26 Peut-être faudrait-il engager des investigations autour de l’action de Paul Lapie. Ce « Durkheimien peu orthodoxe », qui « affectionnait particulièrement l’enquête empirique », ainsi que le qualifie Mohamed Cherkaoui, a enseigné à la Faculté des Lettres de Bordeaux de 1903 à 1911. Mohamed Cherkaoui, « Lapie Paul, 1869-1927 », Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 385-386.

27 Document aimablement communiqué par la famille de G.-L. Duprat.

28 Jean-Robert Henry, « René Maunier (1887-1951) juriste et sociologue », dans Jean Ferreux, François Pouillon et Lucette Valensi (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala, 2008, p. 665-666.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search