Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Travaux et publications des années 1920 et 1930

Chapitre 5. Le devenir de l’autre « École bordelaise » de sociologie

Des analyses de qualité sur l’éducation physique, les jeux et les sports

Texte intégral

  • 1 Nous avons réalisé récemment une étude traitant en partie de cette question. Callède J.-P., « L’aut (...)

1Ce chapitre prend en considération d’autres textes publiés dans les années 1920 et 1930 qui abordent de manière plus ou moins détaillée le sport, le jeu ou l’éducation physique. Si le petit livre du docteur J. Escalier atteste de la fécondité des cadres conceptuels élaborés par Émile Durkheim et ses proches, qui ont collaboré à L’Année sociologique, on constate aussi une sorte d’essoufflement de l’École française de sociologie et un intérêt limité pour rendre compte des transformations récentes de la société. Seul Maurice Halbwachs nous semble très attentif à cette réalité. Cependant, l’entre-deux-guerres se caractérise par le rayonnement de l’École durkheimienne au sein de l’Université française. Cette École avait eu pour foyer originel la Faculté des Lettres de Bordeaux, où Durkheim enseigna jusqu’en 1902. Par la suite, et pendant les deux décennies qui nous occupent, qu’en est-il de « l’autre École bordelaise » qui, pour l’analyse du jeu et des activités sportives, avait fourni des éclairages fort intéressants, sous la plume du doyen Espinas et de Guillaume-L. Duprat ? Alfred Espinas, membre de l’Institut de France, professeur honoraire à la Sorbonne et docteur honoris causa de l’Université de Manchester, s’est éteint en 1922 dans sa ville natale de Saint-Florentin, dans l’Yonne. Successeur de Durkheim à la Faculté des Lettres de Bordeaux, Gaston Richard y accomplit sa carrière universitaire, tout en restant en étroite relation avec Guillaume-L. Duprat, qui conserve lui-même des attaches familiales dans la région bordelaise. Oscar Auriac, qui avait été reçu à l’agrégation de philosophie alors qu’il était étudiant à la Faculté des Lettres de Bordeaux, se montre intéressé par l’éducation physique de la jeunesse scolarisée. Lui aussi a gardé des attaches à Bordeaux. Ces trois noms permettent de suivre le devenir de l’autre « École bordelaise » de sociologie1. Ils ont à leur actif quelques analyses de qualité qui méritent d’être tirées de l’oubli.

Oscar Auriac : l’étudiant bordelais devenu directeur de l’ENS de Saint-Cloud

2Examinons tout d’abord une figure du monde universitaire qui n’a pas encore été évoquée dans notre étude. L’action d’Oscar Auriac (1878-1949) nous fournit une illustration supplémentaire de l’intérêt porté par l’Université à l’éducation physique et sportive. L’évocation de cette personnalité universitaire, à partir d’un témoignage publié en 1946, nous ramène également vers la cité bordelaise et sa Faculté des Lettres, au tout début du xxe siècle.

Gaston Richard plutôt qu’Émile Durkheim…

  • 2 Société amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure de Saint-Cloud (publié par la), Ho (...)
  • 3 Hubert Bourgin indique que le doyen Espinas considérait le groupe constitué autour de Durkheim comm (...)

3Jeune étudiant, Auriac s’est d’abord inscrit à la Faculté des Lettres de Toulouse, où il suit les enseignements de Frédéric Rauh et de Célestin Bouglé, puis à celle de Bordeaux (probablement à la rentrée universitaire de l’année 1902-1903), avant d’être reçu à l’agrégation de philosophie en 1903. Son témoignage est d’autant plus précieux qu’il met en scène des enseignants de l’Université dont les écrits nous intéressent2. « L’orientation de l’enseignement philosophique vers les problèmes sociaux et politiques » est, à ses yeux, ce qui caractérisait, au moins partiellement, l’enseignement de la philosophie à Toulouse. « À Bordeaux au contraire, j’ai eu le sentiment de philosopher, au sens propre du mot, avec mes trois maîtres : Hamelin, Rodier et Gaston Richard » (p. 43). Le témoignage se fait plus précis lorsque Auriac se souvient de certains de ses maîtres. Il évoque ainsi « Bouglé, dont la mémoire m’est très chère et qui fut un sociologue si brillant et si solide ». « Bouglé n’a pas fait école comme Durkheim, bien qu’il eût les qualités d’un maître et d’un novateur, car il fut un disciple très indépendant de Durkheim » (p. 44). Et « il n’avait pas dans ses conceptions cette nouveauté tranchante qui entraîne hors des sentiers battus et qui est tout à fait propre à engendrer des sectes » (ibid.). Son témoignage s’accorde avec le point de vue exprimé par Hubert Bourgin, dont nous avons fait état dans la première partie3.

4Par la suite, Auriac enseigne dans différents lycées avant d’être nommé en 1913 inspecteurs d’académie et d’occuper divers postes, l’un d’eux lui permettant de retrouver la ville de Bordeaux. En 1930, il devient l’un des quatre premiers inspecteurs généraux des Écoles primaires, des postes qui viennent d’être créés au ministère de l’Instruction publique, jusqu’à sa nomination, en 1935, à la direction de l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Il dirige cette institution jusqu’à son départ à la retraite, en décembre 1942. Par un autre témoignage de ses anciens élèves, on sait qu’au moment de la Libération, il vient de rédiger une étude critique du livre Sociologie et théodicée, publié par Gaston Richard. Il s’intéresse toujours à la sociologie, à la psychologie et il approfondit la doctrine des post-kantiens allemands (op. cit., p. 96).

Inscrire l’éducation physique dans la formation universitaire

  • 4 Despaux M., Éducation physique, Paris, G. Doin et Cie éd. (imprimerie Bière, Bordeaux), 1935 (XII-1 (...)

5Oscar Auriac est inspecteur général au ministère de l’Éducation nationale lorsqu’il préface le livre de Marguerite Despaux : Éducation physique, publié en 19354. Cette personne est chargée de cours à l’Institut d’éducation physique de l’Université de Bordeaux et elle possède un doctorat en Éducation physique de l’Université royale de Gand (Belgique). Le propos développé par le préfacier confirme une filiation intellectuelle et universitaire qui s’enracine dans les années fastes du début du xxe siècle. L’auteur de la préface prend soin de rappeler que l’idée que se fait Mademoiselle Despaux de l’éducation physique « rentre exactement dans la définition classique de cette discipline scolaire, laquelle n’est qu’un des aspects de la formation de l’enfant en vue de son adaptation au milieu » (p. V). Ses fins ne sont pas le développement de qualités spéciales qui intéressent la performance sportive d’exception, ni la beauté (« c’est-à-dire la réalisation d’une forme corporelle conforme à un certain idéal, qui peut varier suivant les peuples, les classes sociales, la mode même »), ni « une espèce de taylorisme » (« la culture d’aptitudes physiques à tel ou tel métier… »). Dans le cadre de l’institution scolaire, l’éducation physique doit être « conçue en quelque sorte comme un aspect de la culture générale » (p. VI) et « elle doit rester en relation avec les autres formes d’éducation » (p. VII). Auriac déplore le faible intérêt accordé à l’éducation physique. « Chez nous, à l’école primaire et peut-être ailleurs, les leçons d’éducation physique comptent avec les leçons de chant et de dessin au nombre de celles qu’on sacrifie volontiers à des exercices intellectuels jugés plus utiles » (p. IX). Par ailleurs, le public qui conçoit que l’acquisition de connaissances exige chez l’élève « une application méthodique et des efforts plus ou moins pénibles » (ibid.) ne raisonne pas de même pour l’éducation physique. Or cette discipline requiert « attention », « constance », « contrainte nécessaire à l’apprentissage des autres disciplines » (p. X). On invoque parfois l’incompatibilité de cette discipline physique avec le « tempérament français » et « notre esprit incoërcible de liberté ». Mais, conclut sur ce point Auriac : « il n’y a pas de vie ni d’action commune sans une soumission à la règle, et c’est précisément par cette soumission consentie dans l’intérêt de la communauté que s’affirme la liberté du citoyen » (p. X).

6Oscar Auriac délimite magistralement ce qui fait la spécificité de l’éducation physique et des jeux d’exercice, tandis que l’esthétique est distinguée de ce qui constitue la pertinence pédagogique de ce domaine d’activités.

7Le préfacier évoque, pour finir, deux aspects non moins importants. Le premier se rapporte à la « création des Instituts supérieurs d’Éducation physique annexés aux Facultés de Médecine », le second met l’accent sur le fait que l’éducation physique n’est pas « une discipline pré-militaire » mais une discipline proprement scolaire, ce qui lui permet de rappeler que l’approche de Mlle Despaux s’inscrit dans la continuité des travaux du docteur Philippe Tissié, (la maîtrise des gestes physiques n’est pas « sans conséquence dans le domaine intellectuel et dans le domaine moral ») y compris dans sa façon de mettre « l’accent sur la portée psychique et même intellectuelle des exercices destinés à l’éducation du système nerveux » (p. XII). Rappelons que Marguerite Despaux est « Chargée des Cours techniques et des Travaux pratiques à l’Institut d’E.P. de l’Université de Bordeaux » (rattaché à la Faculté de Médecine) lorsqu’elle fait paraître son livre. Il existe une filiation entre la mobilisation universitaire des années 1890-1900 et celle qui s’observe une trentaine d’années plus tard pour la formation des enseignants d’éducation physique. Toutefois, ce sont désormais les Facultés de médecine qui exercent une tutelle sur les Instituts d’éducation physique. Le lien avec les Facultés des Lettres est devenu quasi inexistant. Ceci n’en rend que plus intéressante la préface rédigée par Auriac.

Un intérêt jamais démenti pour l’éducation physique scolaire et péri-scolaire

  • 5 Auriac O., L’École exemplaire. Initiatives et suggestions. Documents classés et précédés d’un avant (...)

8Pendant plusieurs années, de 1913 à 1930, Oscar Auriac va se consacrer à ses tâches d’inspection dans les écoles primaires publiques de France, puis d’inspecteur général, de 1930 à 1935, dont un choix de notes et de rapports sera publié bien plus tard, en 1948. À la lecture de ces documents, on constate que Oscar Auriac accorde toute son attention aux œuvres péri-scolaires, à l’éducation physique, aux sports, aux excursions, aux colonies de vacances et à leur dimension pédagogique5. Animateur infatigable de la Fondation Paul Lapie et de l’Œuvre des Pupilles de l’École publique, il s’emploie dès le début de la seconde guerre avec un inlassable dévouement à la tête du Comité supérieur des œuvres sociales en faveur des étudiants, dont il a accepté la présidence, ouvert sous les auspices de l’UNEF. On doit également à Oscar Auriac la création en Gironde de l’école de plein air de Tenet, installée sur la commune de Mérignac, et celle d’Andernos pour les enfants déficients (cette structure accueille aujourd’hui encore des classes de mer). La prise en considération de l’éducation sportive a changé et la compétition sportive attire la jeunesse. Certes l’Université ne joue plus le même rôle central qui était le sien avant la guerre. C’est vrai pour la philosophie, la pédagogie et la sociologie. Pour la formation des futurs enseignant d’éducation physique, du sport et des jeux, on constate surtout que le centre de gravité s’est déplacé vers les médecins universitaires. Désormais, ce sont les Instituts universitaires d’éducation physique, mis en place à partir de 1927, rattachés aux Facultés de médecine qui forment les futurs enseignants.

9Examinons rapidement une note détaillée qui porte sur « les œuvres laïques » (p. 233-235). L’inventaire ordonné que fournit Oscar Auriac témoigne de la richesse des initiatives des œuvres laïques d’assistance « qui gravitent autour de l’école publique ». Elles illustrent un chapitre important de l’économie sociale, avec un éventail allant des secours d’urgence (l’assistance de l’écolier par l’école) aux activités culturelles et sportives, en passant par l’hygiène, la santé, les colonies de vacances. Ce qui fait l’unité de toutes ces œuvres et forme leur inspiration commune, souligne Oscar Auriac, c’est leur but éducatif : « favoriser la fréquentation scolaire, c’est-à-dire la formation intellectuelle, morale et physique de l’enfant, en levant tous les obstacles qui s’y opposent, comme la mauvaise santé et le manque de ressources » (p. 235). On retrouve ici les trois composantes de l’Éducation. Les associations d’anciens élèves et d’élèves sont animées du principe de « solidarité active ». Il s’agit de faire en sorte d’initier les écoliers « à la pratique de la bonté active et de la coopération ». Pour leur part, les sociétés des amis de l’école publique ont pour objectif d’assurer pour l’enfant, de façon désintéressée, « le plein développement de sa nature originale ». Les principes ainsi mis en action « trouvent leur synthèse dans l’idée démocratique de la valeur infinie de l’être humain en tant que doué de raison » (ibid.).

10On entrevoit ici tout un terrain scolaire et péri-scolaire de réalisations pédagogiques qui montre ce qu’aurait pu être durant les décennies de l’entre-deux-guerres une action mieux coordonnée entre l’enseignement de la sociologie dans les Écoles normales de formation des futurs maîtres du Primaire, l’observation des « sociétés circum et post-scolaires » (pour employer une expression de Bouglé) et la prise en considération sociologique du vaste domaine de l’éducation physique, des jeux et des sports qui s’y rattache.

  • 6 Aron R., Mémoires, Paris, Julliard, 1983 (778 p.). Voir p. 87 et 88.

11Dans ses Mémoires, Raymond Aron évoque de façon précise la personnalité d’Oscar Auriac6. Sur la recommandation de Bouglé, Raymond Aron est chargé du cours de philosophie à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. « Auriac m’accueillit avec générosité », note-t-il, tout en soulignant les autres qualités du directeur de l’École : « bonté, modestie, humanité, honnêteté ». Par la suite, les deux hommes ne perdront jamais le contact, alors qu’Auriac s’installe à Bordeaux lorsqu’il prend sa retraite. « Ceux qui n’ont pas connu les Pécaut, les Auriac, les Lévy-Bruhl ignorent à quel point ce genre d’hommes firent honneur à l’Université dont ils furent les bâtisseurs » (ibid.).

  • 7 Le propos tenu par Paul Nizan dans Les chiens de garde (1932) mériterait d’être réexaminé en toute (...)
  • 8 L’obtention de l’agrégation reste sans nul doute le sésame indispensable. La remarque vaut pour Dup (...)

12Par ailleurs, peut-être a-t-on exagéré le prétendu impérialisme intellectuel de certains chefs de file, parmi les Maîtres de l’Université, comme a pu l’affirmer Paul Nizan7. La formation universitaire et la carrière d’Oscar Auriac en fournissent un exemple qui n’est pas nécessairement un cas isolé, mais il est vrai qu’il s’est éloigné assez tôt des fonctions d’enseignement. En revanche, la carrière universitaire de Guillaume-L. Duprat, accomplie à l’étranger, entretient l’incertitude. Il ne fut pas toujours aisé d’intégrer l’Université française8.

Gaston Richard, directeur de la Revue internationale de sociologie

  • 9 Revue internationale de sociologie, Numéro exceptionnel consacré à Gaston Richard, Paris, Librairie (...)

13Un « numéro exceptionnel consacré à M. Gaston Richard », par la Revue internationale de sociologie fondée jadis par René Worms, va nous fournir l’occasion de faire un premier point sur l’aspect organisationnel de cette École9.

Le successeur de Durkheim à la Faculté des Lettres de Bordeaux

  • 10 Lasbax É., La Cité humaine. Esquisse d’une Sociologie dialectique. Tome premier : Histoire des syst (...)

14Dans ce numéro de la RIS, Gaston Richard (1860-1945) propose un long avant-propos qui récapitule sa carrière universitaire (p. 11-33). Son texte est signé accompagné de la mention « Bordeaux, mai 1935 ». Comme on le sait, Richard a succédé en 1902 à Durkheim. Il avait été titularisé dans sa chaire après l’avoir été dans celle d’Espinas (voir p. 20). Son précieux témoignage nous permet de cerner des traits qui, à notre avis, caractérisent cette autre École bordelaise de sociologie. Après avoir souligné les divergences et les incertitudes qui avaient accompagné l’instauration de la sociologie comme science (p. 14-17), l’auteur insiste sur les trois conclusions qu’il en avait tirées : faire preuve d’une indispensable « prudence scientifique », « nécessité de [s’]affranchir de l’esprit d’école, fut-ce au prix de l’éclectisme », et, enfin, « qu’en raison de la nature des preuves dont elle dispose la sociologie ne devra jamais présumer de ses explications au point de nier ce qu’elle ne peut expliquer, de se transformer en une théorie intégrale de la destinée humaine » (p. 17). Nous connaissons le motif, habituellement invoqué, qui est à l’origine de la rupture de Richard avec Durkheim, après une amitié de plus de vingt ans : la dérive athée de la sociologie religieuse de Durkheim lui était insupportable. La raison est sans doute bien plus complexe à saisir. L’affirmation de la figure du sociologue positif, face au philosophe critique, a fait naître une rivalité aiguë. La situation est fort bien rendue par Émile Lasbax dans son ouvrage La Cité humaine10. Richard quitte le groupe de L’Année sociologique en 1907. Dans son témoignage autobiographique, l’auteur rappelle également comment ses relations avec René Worms se resserrèrent encore lorsque le Conseil d’État, dont Worms était membre, se replia à Bordeaux avec le gouvernement, à la fin de l’année 1914. Il relate son accès à la direction de la revue, en 1926, et au poste de Secrétaire général de l’Institut. Il rend hommage au précieux concours de Guillaume-L. Duprat « à qui la glorieuse université de Genève venait de confier la chaire de sociologie et d’économie sociale » (p. 32) et à des collaborateurs au dévouement sans limite comme Gaston Bouthoul. En 1930, Duprat transportera le siège de l’Institut, dont il assure désormais la direction, de Paris à Genève.

15Voilà ce qu’est devenue cette autre école de sociologie. À Bordeaux, Gaston Richard en est sans doute le dernier représentant « historique ». Après avoir publié L’Évolution des mœurs, en 1925, l’auteur estime avoir rempli son devoir universitaire. Pour achever ce travail, il est parvenu à surmonter l’accablement engendré par la mort de son propre fils, qui devait succomber de ses blessures au lendemain de l’armistice. « Je pensais dès lors n’avoir plus qu’à attendre l’heure de la retraite, entouré des vives sympathies de mes étudiants des deux sexes, où se coudoyaient fraternellement les nationalités et les races » (p. 31).

Un des maîtres de l’ethnologie française ?

  • 11 Richard G., La Femme dans l’histoire. Étude de la constitution sociale de la femme, Paris, Paris, L (...)
  • 12 Lapie P., La Femme dans la famille, Paris, Librairie Octave Doin, 1908 (4 + 334 p.).

16Dans son avant-propos, Gaston Richard récapitule l’essentiel de sa production scientifique et les conditions de parution de chacune de ses principales publications. Attardons-nous sur l’une d’entre elles, qui résulte d’un ensemble de leçons sur « les rapports entre la condition de la femme et la diversité des coutumes » (ibid., p. 25). Sollicité par le docteur Toulouse, directeur de collection, Richard publie en 1909 un ouvrage majeur : La Femme dans l’histoire11 qu’il mentionne sous l’intitulé suivant : « la Femme dans l’histoire et chez les différents peuples » dans son itinéraire universitaire livré en mai 1935 (p. 26). Cette collection comprend plusieurs volumes (une quinzaine) dont certains sont déjà publiés. Le domaine de la sociologie est déjà couvert par le livre de Paul Lapie12 et quatre autres, qui sont annoncés, viendront compléter l’éclairage de la sociologie. Seul celui de Gaston Richard relève de l’ethnographie. De l’avis d’Émile Lasbax, formulé en 1935, il s’agit de « l’ouvrage le plus complet sur la question de la famille » ; « celui où l’auteur a dû développer un effort de création presque absolue » (RIS, 1935, p. 42).

17Rappelons brièvement l’architecture d’ensemble du livre. L’objectif est de « définir la place de la femme dans l’histoire » (préface, p. 1), en d’autres termes les variations de son assujettissement et l’influence qu’elle exerce sur les différents facteurs de la civilisation. La première partie (trois chapitres) est un bilan critique des méthodes d’analyses complété par une explicitation de l’induction ethnologique et de ses conditions d’application. Enfin, Richard expose son propre cadre d’analyse. La division de l’histoire de la femme peut être ramenée à la succession de cinq stades. Dans la deuxième partie, l’auteur traite de chacun de ces stades (en huit chapitres) : le stade du droit maternel (ou matriarcat), le premier stade de transition (avec l’effacement du droit maternel et l’importance prise par le culte des morts), le stade patriarcal (en prêtant une attention particulière à la fiancée et l’épouse, au stade patriarcal, à la veuve également), le second stade de transition (avec l’effacement du droit patriarcal), enfin le stade individualiste contemporain. Une troisième partie (trois chapitres) envisage la condition de la femme dans ses relations avec la culture, la création économique et les transformations de la culture esthétique.

18Seule une science plus générale que l’histoire, ou encore l’archéologie, la philologie comparée, le droit, par exemple, à savoir l’ethnologie, est à même d’ouvrir des perspectives fécondes, à condition de s’entourer des précautions indispensables. « Nulle part la continuité sociale n’est plus réelle et plus visible que dans ce domaine » qui appréhende « les transformations de la condition sociale de la femme » (p. 77). « On peut induire les causes qui ont fait se succéder une phase à l’autre » (ibid.). S’il n’est pas possible de résumer ici les principes méthodologiques, les apports théoriques et la fécondité du cadre de référence élaboré par l’auteur, rappelons l’idée directrice établie par Richard : « la loi du développement régulier et continu de la culture est l’assimilation des sexes » (p. 427). Cette « loi » explique les réactions « contre les tendances inférieures qui en d’autres temps ont porté à la différenciation sociale des hommes et des femmes », qui est la condition même de la conservation et du développement de la culture (ibid.).

19Dès lors, la démonstration magistrale de l’auteur nous permet, indirectement, de mettre de l’ordre dans les diverses allusions « agonistiques » relevées à l’occasion de l’examen des textes déjà opérés, sans perdre de vue que ces « faits » sont empruntés à des mythologies ou des légendes. Soit, en se référant au livre, par rapport à la périodisation exposée dans la deuxième partie, soit sous l’angle des transformations de la culture esthétique. Ainsi, dans le chapitre précédent, nous avons pu noter que Mauss et Maunier replaçaient certaines confrontations agonistiques (défi à la course, duel) rapportées par des mythes ou des légendes dans leur relation avec la question du mariage, ou à tout le moins d’une union nuptiale. D’après le résumé de la communication présentée à la Société d’histoire du droit, le 10 mai 1928, il est précisé que « M. Mauss rapproche ces derniers faits d’un certain nombre d’usages indo-européens, etc. Il suppose qu’ils se rattachent à l’ancienne institution des prestations totales de type agonistique, du potlatch, comme l’appellent les Indiens du NW de l’Amérique, des rivalités entre contractants. Ce système a certainement existé chez les Indo-Européens » (p. 246). Quel éclairage fournit Gaston Richard à ce propos ? « Fiancer une fille, c’est rompre le lien religieux et juridique qui l’unit aux siens et comme cette rupture n’est pas consentie sans un dédommagement, il en résulte que le contrat de fiançailles transforme la femme en chose possédée » (p. 183). L’« institution du prix de l’épouse » explique la polysémie de la racine du mot « mariage » développée par Mauss ou par Huizinga.

  • 13 Des spécialistes du folklore français ont pu relever bon nombre de rites – ou d’épisodes – semblabl (...)

20On se souvient qu’Alfred Espinas, dans son fameux article de 1890, faisait référence au héros civilisateur Pélops, éclatant vainqueur à la course de chars d’Oenomaos, qu’il tue et dont il épouse ainsi la fille, Hippodamie. En d’autres termes, c’est la toute puissance paternelle caractéristique du stade du patriarcat qui est contestée. Dans l’ouvrage publié en 1929 par René Maunier, figurent d’autres références, qui se rapportent également à des confrontations agonistiques. Il fait allusion à une longue série d’illustrations légendaires, « d’Atalante à Brunehilde ». L’auteur évoque également les jeux funèbres de la Grèce antique. On sait qu’Atalante, dans la version arcadienne de la mythologie grecque, fut abandonnée par son père Iasos, qui ne voulait pas de fille, et recueillie par une ourse dans la forêt du Pélion. Elle fut l’unique femme à faire partie des Argonautes, aux côtés de Jason, et qu’elle avait pris part aux jeux funéraires de Pélias, le père de Jason, où elle vainquit à la lutte Pelée, le père d’Achille. Victime dans un premier temps de l’exclusion des filles (« l’exposition des filles, à l’exception de la première née », en principe, p. 16), selon la logique du patriarcat ancien, elle se comporte ensuite à l’égal d’un homme, compte tenu de ce que Richard appellerait une logique « assimilatrice ». Dans la version béotienne, Atalante est la fille de Schoenée. Son père souhaitant la marier, elle décida de ne prendre pour époux que celui qui parviendrait à la battre à la course, dans laquelle elle excellait. Vaincus, plusieurs prétendants furent mis à mort jusqu’à ce que se présente le rapide Hippomène, assez malin pour distraire son adversaire féminin en laissant échapper trois pommes13. Dans cette version, on notera la capacité de la jeune femme à imposer elle-même une condition, une épreuve, pour valider son propre mariage. Richard évoque la situation de Pénélope, d’après l’Odyssée (p. 242). On sait quel est le défi, tout de force et d’adresse, lancé aux prétendants qui font le siège du Palais et dont seul Ulysse sortira vainqueur. Sans doute faut-il replacer cet épisode de la vie de Pénélope dans la phase de transition qui marque une évolution dans la condition faite à l’épouse, voire à la veuve. La femme tend aussi à prendre en charge « l’organisation de l’atelier domestique » et l’inlassable occupation de tissage à laquelle s’adonne Pénélope est peut-être à lire comme le germe de cette activité admirablement analysée par l’auteur dans le chapitre « La condition de la femme et la culture » (p. 350-355).

21L’évocation par Maunier de Brunehilde nous transporte dans la mythologie nordique et germanique. Les arguments développés par Gaston Richard permettraient également d’éclairer cette histoire légendaire dont il examine d’autres aspects (p. 393-399, p. 410). Attardons-nous plutôt sur la mention de la course disputée par les « filles perdues », « toutes nues », à Beaucaire, au Moyen âge. Certes l’hypothèse d’un renversement du scénario mythique connu est pertinente, mais la qualité d’analyse développée dans La femme dans l’histoire permet d’avancer une explication plus précise. À l’époque du Moyen âge, le droit domestique s’est transformé. Richard prend en considération « l’ensemble de la roture », et par exemple les « artisans des villes », « la bourgeoisie moyenne » : « ce fut de là que sortit, au profit des femmes, une société nouvelle » (p. 282). La société conjugale devient une communauté distincte, améliorant ainsi et progressivement la condition de la femme, garantie par « le droit coutumier de l’ancienne France »… Cette « démocratie médiévale », dont nous parle Richard, s’accommode le cas échéant d’usages qui rabaissent les femmes de mauvaise vie et les prostituées, comme dans la fameuse course de Beaucaire, disputée dans le plus simple appareil, évoquée par Maunier. Et le prix offert pour cette humiliation annuelle : « un paquet d’esguillettes », tourne en dérision celles-là mêmes qui ne sont pas en mesure d’assumer la vocation de la femme ou de l’épouse respectée, habile pour son « industrie domestique », dans la filature, le tissage et dans la confection de vêtements taillés et cousus (p. 354). Peut-être ne faut-il pas exclure, dans cette « coutume », la mise en évidence d’un double niveau de moralité caractérisant certains hommes de la localité. Pour autant, la culture des femmes, épouses et veuves honorables, engagées par exemple dans une activité familiale marchande, tend à s’affirmer. Le régime de la communauté des biens permet qu’une révolution invisible s’accomplisse dans le monde des roturiers, réalisant une harmonie des intérêts. Mais ce n’est pas encore l’émancipation de la femme qui correspond au stade individualiste contemporain, en grande partie grâce à l’assimilation par la voie de l’éducation. Selon Richard, c’est la « civilisation démocratique qui, « pour être d’accord avec elle-même doit le plus favoriser l’assimilation des sexes au triple point de vue du droit, de l’activité et de la culture » (p. 428). Cette logique « assimilatrice » se manifeste dans une tendance à l’égalité statutaire entre les deux sexes. Au fil des chapitres, la méthode mise au point par l’auteur croît en intérêt au fur et à mesure que le champ d’investigation s’étend et que les termes de comparaison gagnent en intelligibilité les uns par rapport aux autres. Pour reprendre un commentaire de l’auteur formulé en 1935, l’ouvrage traite d’une question majeure : « celle de la participation des femmes à la civilisation et à la constitution des sociétés », soit « une contribution capitale à l’explication des différences entre les milieux sociaux » et « un aspect défini de la relation entre l’individualité et la socialité » (op. cit., p. 31).

  • 14 Rappelons que Bouglé et Raffault proposent un extrait de l’ouvrage de Richard dans leur anthologie (...)

22Gaston Richard fut probablement l’un des maîtres de l’ethnologie française, recourant à l’approche comparative raisonnée, dès le début du xxe siècle, bien que cet aspect de son œuvre soit encore moins connu que le contenu de ses livres et articles de sociologie14. D’ailleurs, rapportée à notre thème d’étude, l’exploitation faite de son ouvrage : La Femme dans l’histoire, ne rend qu’imparfaitement la maîtrise de l’induction ethnologique dont fait preuve l’auteur. Richard articule perspective comparative et démarche explicative. Il s’appuie sur des disciplines scientifiques connexes pour étayer son raisonnement. Il apporte la démonstration qu’on peut dépasser la rivalité inféconde qui oppose science positive et philosophie critique. Et d’autres publications nous conforteraient dans ce jugement. Ce livre préfigure le « programme » de travail que se fixeront plus tard les ethnologues et sociologues spécialisés dans l’étude du genre entendu comme construction sociale et culturelle des identités sexuées. Plus encore, il aborde un aspect majeur des représentations collectives véhiculées par les mythes et les légendes.

L’Évolution des mœurs (1925), les jeux et les sports

  • 15 Richard G., L’Évolution des mœurs, Paris, Gaston Doin et Cie, 1925 (Encyclopédie scientifique. Bibl (...)
  • 16 La deuxième partie du livre s’intitule : « La diversité des mœurs et l’unité de la loi morale » (p. (...)

23Nous avons mentionné plus haut cet ouvrage que G. Richard considère comme un exercice – le livre résume « un long enseignement » – qui lui a permis de surmonter la mort de son fils, entouré des marques d’attention de ses étudiants15. Quel est l’objectif visé dans cet ouvrage ? « Notre tâche sera de dégager des faits historiques et ethnographiques une histoire générale des mœurs et de l’interpréter » (p. 17). Dans un premier temps, l’auteur examine ce que sont les sources et les méthodes indispensables à l’étude sociologique des mœurs : philosophie, archéologie, histoire comparée du droit, des religions, des sciences… Ensuite, il aborde la question de l’interprétation que le sociologue peut faire de la diversité des mœurs et de la moralité. En adoptant une perspective diachronique, il envisage « les origines de la puissance paternelle, la condition de la femme et de l’enfant, la condition du malade. Sur ce dernier point, l’érudition et le savoir-faire de l’ethnologue s’imposent avec nuance (le « conflit permanent de la médecine scientifique et de la démonologie », la conception magique de la maladie et le chamanisme, le rôle de l’homme-médecine, etc.). Il examine ensuite des aspects relatifs aux rapports interfamiliaux, à l’hostilité (le cannibalisme, la vengeance du sang), l’hospitalité privée et publique, avant d’aborder l’orientation générale de l’évolution des mœurs. C’est ce dernier volet qui nous intéresse directement pour l’un des chapitres (chap. X, p. 186 et suiv.) qui traite de « L’adoucissement des mœurs. – Les fêtes », avec la place qu’occupent jeux et sports16. Aux rapports d’exclusion qui sont ceux des cités antiques, par exemple, se substituent les rapports d’extension des cercles sociaux, dans les sociétés caractérisées par un adoucissement des mœurs qui se fait sentir dans la conduite des adultes ainsi que dans l’éducation des enfants. La méthode utilisée par l’auteur est semblable à celle qui a été appliquée dans le livre examiné précédemment. L’intuition de départ également : la « variation des mœurs » paraît donner l’impression de s’accorder plus ou moins facilement avec l’information ethnographique, historique et culturelle disponible, du point de vue de « leur valeur comparée à l’idéal de la morale universelle » (p. 184).

24Après avoir formulé quelques considérations générales sur le jeu (p. 186-187), qui reflètent des idées habituellement véhiculées sur le domaine, des idées en partie discutables, Richard entreprend son analyse. « La tendance des mœurs à varier dans le sens de l’affinement » est une « loi » qui a été formulée par plusieurs auteurs dont Montesquieu (Esprit des lois, livres XIX, XX, XXI) ou par David Hume (Essais de morale et de politique, IIe partie, t. 1, p. 301 et suiv.), sans oublier les considérations sur « la place que les exigences de la politesse tiennent dans les relations humaines, selon Herbert Spencer (dans ses Principes de sociologie) (p. 184-185).

25« Les jeux et les sports ont pris une grande place dans les sociétés contemporaines, plus grande encore dans la civilisation des Anglo-Saxons que dans celle des Latins » (p. 186), constate G. Richard. D’une manière générale, l’auteur considère que « dans les sociétés humaines le travail, en faisant une part toujours plus large, a relégué le jeu à l’arrière-plan » (p. 187) et pense qu’il en fut tout autrement dans les sociétés moins avancées. Cependant, à notre avis, cet aspect, qui tient en quelques lignes, est simplificateur. Il porte l’empreinte fugitive d’anciennes lectures. D’ailleurs, l’analyse qui suit obéit à un cheminement inverse. Les courses de chevaux, nous dit Richard, ont pris « dans la vie populaire des modernes » une importance incontestable. Or les Français, par exemple, « ont emprunté ce divertissement aux Anglais » (p. 187). Et ceux-ci le tiennent visiblement des Irlandais dont les Anglo-Saxons reçurent l’essentiel de leur civilisation à l’aube du Moyen Âge. Initialement, de telles courses avaient un sens particulier : « elles accompagnaient des fêtes religieuses en l’honneur des morts ». Des assemblées, connues sous le nom d’oenach, possédaient un quadruple caractère : « judiciaire, religieux, festival et commercial » (p. 187). Richard cite l’exemple de l’oenach de Carman, dans le Leinster. En cette occasion, pendant sept jours consécutifs, on disputait sept courses de chevaux. Un spécialiste de la culture irlandaise, l’éminent archiviste et celtologue Henri d’Arbois de Jubainville, donne une explication précise : « Carman était une métropole royale, un ancien cimetière et les courses y avaient été instituées en l’honneur des morts » (p. 188). Richard ne manque pas de rappeler que cette coutume irlandaise fait penser à un épisode fameux de l’Iliade (« Achille faisant célébrer des courses de chevaux à l’issue des funérailles de Patrocle qu’un sacrifice humain a précédées », ibid.). L’auteur développe ensuite l’idée selon laquelle ces jeux qui accompagnaient jadis des cérémonies, « et primitivement des cérémonies funèbres », pouvaient être suivis de luttes et même de combats violents.

26Peu à peu la violence s’efface, et l’homme apprend à associer les jeux de l’imagination aux jeux musculaires. Il n’est pas possible de comparer les jeux solennels des Grecs avec les combats de gladiateurs fort prisés par les Romains. Cependant, Richard indique que ces combats de la Rome antique s’inscrivent eux aussi dans une longue tradition. « L’origine en était aussi une cérémonie en l’honneur des morts » (p. 191). Il interprète ces combats comme « un adoucissement des sacrifices humains » dans la mesure où la victime est invitée à combattre. À la passivité de l’immolation « aux mannes des soldats morts à la guerre », p. 192) se substitue la possibilité d’exprimer des qualités de combattant. Par la suite, la carrière de gladiateur va devenir un véritable métier, dont les meilleurs connaissent une popularité et une notoriété comparables à celles « d’un boxeur chez les Parisiens du xxe siècle » (p. 193). Incontestablement, Richard propose là un modèle d’analyse pour le sport, introduisant une perspective diachronique allant des jeux primitifs aux sports modernes.

27Il est conscient qu’on pourrait lui objecter que les jeux des Romains furent plus brutaux que les jeux des Grecs. Selon lui, la transition civilisatrice qui a pu opérer chez les Grecs ne s’est pas vérifiée chez les Romains. Chez les Grecs, « à la phase postérieure, celle de la civilisation athénienne, l’agonisme recule sans disparaître » (p. 190), et la réputation acquise « dans les concours dramatiques, puis dans les joutes oratoires » l’emporte désormais. Il en va tout autrement pour les Romains, peu enclins au « goût du théâtre ». « Les jeux sanguinaires eurent toujours plus d’attrait pour eux que les plaisirs esthétiques et là fut pour le développement de leur littérature la cause de l’arrêt » (ibid.) au bénéfice des divertissements les plus populaires. Seuls quelques cercles, « une élite parsemée », appréciaient les divertissements littéraires. « Le Satyricon de Pétrone nous en fait le tableau très chargé », souligne Richard, et le théâtre s’abîma « dans le réalisme le plus brutal et le moins littéraire » (p. 191).

28L’auteur est conscient que la démonstration d’ensemble n’est pas facile à admettre, de prime abord. Les « rites funéraires » et « les plaisirs collectifs »… : « voilà des questions bien différentes et qui dilatent singulièrement notre sujet ! », admet Richard avant de produire son analyse (p. 185-86). Pourtant, ces questions se ramènent à une notion commune, « celle des fêtes » et à la place qu’elles occupent dans les sociétés.

  • 17 Dans ces fêtes que sont les rencontres sportives, les championnats nationaux ou internationaux, les (...)

29Une telle évolution peut s’appréhender à l’échelle des siècles. Les formes les plus violentes du jeu déclinent au profit de jouissances plus esthétiques. « C’est une tendance inséparable de la pacification des rapports sociaux » (p. 194). Le propos tenu par Gaston Richard, le titre de l’ouvrage et le vocabulaire utilisé nous font étrangement penser à un autre auteur, qui lui est largement postérieur : Norbert Elias (1897-1990). Ce dernier a bâti son analyse des jeux et des sports sur le « processus de civilisation » (« Civilizing Process »). Or Gaston Richard envisage les jeux et les sports à partir d’un cadre de référence similaire, mais bien antérieur dans son élaboration à celui fourni par Elias. Résumons la terminologie utilisée par Richard : « l’adoucissement des mœurs », « l’affinement des mœurs » (p. 183, p. 193, soit une « loi » formulée par David Hume), « le plaisir esthétique [qui] pénètre le plaisir collectif et relègue au second plan la violence et la cruauté sans toutefois réussir à les faire disparaître » (p. 188-189), la « politesse courante » comme abréviation du cérémonial (lui-même indispensable, dans son contexte propre, comme « remède empirique » à « une violence fondamentale ») (p. 194 et suiv.), la politesse de modernes comme « une simplification et une égalisation d’un cérémonial beaucoup plus ancien et dont elle ne donne qu’une faible idée » (p. 196, un constat formulé par Spencer dans ses Principes de sociologie), sans oublier la proximité qui se fait jour entre le traitement des jeux et des sports et celui de la politesse17.

30« Nous avons cru pouvoir induire les éléments d’une science des mœurs », souligne l’auteur au moment de conclure. Celle-ci s’appuie sur l’intelligence des lois de la coopération sociale. Une perspective civilisatrice qui ne peut que réconcilier davantage, au fur et à mesure de cette évolution, « la sociologie et l’éthique », « le fait et le devoir », pour emprunter une formule à Émile Lasbax (1935, ibid., p. 48). Dans cet ouvrage, Richard propose quelques belles pages d’une sociologie du jeu et du sport, à la fois historique et comparative, développée à partir de l’hypothèse conductrice de l’adoucissement des mœurs.

  • 18 Émile Lasbax, « qui a eu la bonne fortune » d’être jadis l’élève de G. Richard à la Faculté des Let (...)
  • 19 Supplément au no V-VIbis 1935 de la Revue internationale de sociologie (doc. dactylogr.).
  • 20 Voir par exemple l’annonce faite par G.-L. Duprat dans l’American Sociological Review, citée dans l (...)

31Pour l’heure, en 1935, la Revue internationale de sociologie est en pleine rénovation, afin qu’elle puisse avoir « un développement plus étendu encore et une plus vaste diffusion », souligne Émile Lasbax18, dans la préface du numéro. Le Supplément qui accompagne la diffusion du volume insiste lui aussi sur le fait que ce numéro « marque le début d’un projet d’expansion et d’élargissement »19. « Loin donc d’être le privilège d’une école particulière », la Revue, aussi bien que l’Institut, s’est efforcée de demeurer « ouverte à tous les chercheurs ». L’actuelle direction maintiendra ce principe. « La sociologie n’est le privilège d’aucun groupement ni d’aucune culture. [...] Elle ne peut exister et progresser comme science que par la multitude même et la diversité des collaborations » (ibid.). Cet « effort de rassemblement et de confrontation » se manifestera avec éclat à l’occasion du Congrès organisé par l’Institut, qui se réunira à Paris, à l’occasion de l’Exposition internationale de 193720. Cet événement scientifique est abordé en fin de chapitre.

Émile Lasbax : le primat du jeu et l’action créatrice dans le « rythme des civilisations »

32Examinons l’œuvre sociologique d’Émile Lasbax (1888-19 ?), cet ancien élève de G. Richard à la Faculté des Lettres de Bordeaux. Après son succès à l’agrégation de philosophie, il enseigne au lycée de Tarbes puis à celui de Roanne. Il soutient sa thèse en 1920 (Le problème du mal, 1920 ; La hiérarchie dans l’univers chez Spinoza, 1920). En 1925, il est recruté à la Faculté des Lettres de Clermont (Puy-de-Dôme), dont il sera plus tard le doyen. Il publie une sorte de trilogie « sociologique » réunie sous une même appellation : les Cahiers de synthèse dialectique. Sa position bien établie dans le cadre de l’Université lui permet de critiquer la sociologie de Durkheim. Totalement oublié de nos jours, son œuvre, qui présente bien des points communs avec celle d’Espinas, n’est pas sans intérêt pour notre thème d’étude.

Le « problème dialectique » et la part du jeu

  • 21 Émile Lasbax, La dialectique et le rythme de l’univers, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (col (...)

33En 1925, Émile Lasbax publie le premier volume d’une vaste synthèse dialectique21. Il présente sa démarche dans un substantiel avant-propos.

34Originairement, la dialectique consiste à penser le lien entre les « notions » et les « choses ». Aucun des deux termes n’est donné isolément et l’effort pour passer de l’un à l’autre est, selon l’auteur, « la relation première, source de toute recherche » (p. III). Cet effort liant préhension et compréhension se matérialise dans les diverses productions de l’homme, dans le triple domaine de l’activité, de la contemplation et du sentiment » (p. V). Pour Lasbax, divers « organismes dialectiques » (soit des domaines progressivement organisés de la vie sociale) permettent d’approfondir le lien entre d’une part les notions, les représentations et d’autre part les choses, le milieu : « beaux-arts, techniques et rites ; mythologies, sciences et philosophies ; mystiques, magies et humanitarismes » p. VIII).

35Seul l’homme détient le pouvoir dialectique, souligne Lasbax (p. 282). Dès lors, la tâche qui attend l’auteur du livre semble toute tracée. « Nous devons parcourir le cycle entier des productions humaines » qui n’est autre que « le développement de la dialectique intégrale de l’Humanité » (p. 282-283), assez semblable à l’énergie créatrice définie par Bergson. Tandis que l’activité primitive semble instinctive et irréfléchie, chez l’homme elle est renvoyée cependant, par réflexion, vers sa source, devenant ainsi une action réfléchie. L’auteur réfute l’idée selon laquelle l’homo faber aurait précédé l’homo sapiens. Il s’agit d’une idée fausse qui fait le fond d’un certain pragmatisme contemporain. En fait habileté technique et intelligence vont de pair. Il s’agit de « deux fonctions corrélatives, destinées, au cours des âges, à s’entremêler réciproquement » (p. 295). Ce lien dynamique n’est pas sans rappeler celui que Espinas indique entre « techniques » et « doctrines », dans sa praxéologie. « L’être humain diffère de l’animalité, non pas par ses “notions”, mais par l’extériorisation de ses produits » (ibid.).

36Lasbax s’interroge ensuite pour savoir comment ce qu’il désigne comme étant « l’expansion de l’activité humaine » a pu se manifester, à l’origine. Elle repose sur un ensemble d’élans, d’impulsions, de poussées probablement dispersés jusqu’à ce qu’une certaine stabilisation, un effort adaptatif engagent l’évolution dans une direction. Cette activité est comme « une sorte de jeu de la nature », souligne l’auteur (p. 298). La source du jeu tient sans doute au déploiement de l’énergie musculaire, exécutée sans le moindre but intéressé. Le jeu, dans ses expressions initiales, telles qu’elles sont observables chez l’enfant ou encore chez les Primitifs, occupe l’essentiel de la vie. On peut fort bien admettre cette approche à condition de considérer que le jeu, dans les deux cas relève du sérieux, et non du ludique. En considérant que l’amusement précède le labeur (voir p. 301), il nous semble que Lasbax s’en tient peut-être à une vue réductrice et arbitraire. Le mot est ambigu. En revanche, lorsqu’il note que l’enfance est comme « un immense réservoir de tendances et de virtualités, d’aptitudes indécises que les rêves de la jeunesse voudraient encore réaliser toutes », la formulation nous paraît bien plus adéquate. Par le jeu, l’enfant « essaie, en les ébauchant, ces aptitudes innombrables et ces possibilités d’action ». De même, le jeu est-il, « pour l’Humanité, une façon d’essayer, à l’origine, l’infinité de ses tendances possibles » (ibid.). À vrai dire, Lasbax détaille un processus qui permet de mieux comprendre le primum movere que constitue le jeu, à condition de ne pas le rabattre sur la distraction et le ludique. « Si l’on analyse le schème commun à tous les processus adaptateurs, on s’aperçoit que le jeu en constitue la première étape » (p. 301). Replacé dans une dynamique dialectique, à la composante première qu’est le jeu, vient s’ajouter l’intérêt, qui suppose un « choix » et s’accompagne donc de sacrifice, du renoncement à persévérer dans d’autres directions. Pour l’auteur, les produits respectifs de ces trois modes de l’activité, liant jeu et utilité, en une synthèse où se concilient ces deux contraires sont les « Beaux-Arts » (avec l’articulation du jeu et de l’art), les « Techniques » (l’auteur mentionne l’étude pionnière d’Espinas) et les « Rites » (avec une activité de jeu source de la religion).

37Il n’est pas indispensable d’examiner dans le détail la « filiation » qui lie le jeu et l’art (voir p. 305 et suiv.) mais la démarche proposée par l’auteur mériterait cependant une analyse commentée, d’autant qu’elle est totalement tombée dans l’oubli. Pour Lasbax, l’homo artifex, l’homme artiste, « a exprimé spontanément dans sa musique, et plus tard dans la poésie, la nature profonde du choix adaptateur, l’expulsion nécessaire de la plus grande partie des possibles, l’obéissance volontaire aux suggestions du Milieu et des Puissances supérieures » (p. 313). Laissons de côté les excellentes pages consacrées aux techniques (p. 314 et suiv.) pour dire quelques mots des rites (p. 332 et suiv.) qui témoignent de l’originalité de la pensée de l’auteur. Ce troisième groupe des arts humains procède à la fois de l’action désintéressée (comme dans le jeu initial) et de l’action intéressée (qui caractérise le travail, la recherche de l’utile). Ainsi, note l’auteur, dans ce domaine, c’est un « désintéressement intéressé » qui s’affirme (p. 333). « En échange d’une réalité, la vie ne donne qu’un espoir » (p. 335). Mais c’est une chance à tenter, un jeu sur lequel se greffe un calcul. Dans l’espérance d’un plus grand gain, l’attitude religieuse rejoint, d’une certain façon le jeu et le pari. « Religion et jeu, pari et sacrifice, les deux séries de termes demeurent étroitement associées » (p. 338). Pour Lasbax, le mystère de l’apparition de la religion dans l’humanité est comme une conséquence à la fois logique et naturelle du déroulement rythmique de l’existence humaine. Au passage, il marque son opposition à la thèse durkheimienne, sans la nommer comme telle. « La plupart des études dites “positives” des phénomènes de religion considèrent ceux-ci comme des faits psychologiques subjectifs […]. Il est vrai que les sociologues se flattent, en les regardant comme des faits sociaux, de leur reconnaître une objectivité réelle » (p. 339). Or, sous cet angle d’approche, le fait religieux se réduit à une illusion, à un mirage collectif. La démarche proposée par Lasbax est au contraire de démontrer que « le domaine que définit l’action religieuse constitue la plus solide des réalités » (p. 340). L’activité religieuse est de même nature que l’activité vitale de l’homme à un moment particulier du rythme des civilisations. La part du jeu dans le « problème dialectique » qui consiste à penser simultanément les « notions » et les « choses » permet tout à la fois d’élaborer et de renouveler « les ultimi termini de la pensée et de l’action humaines », pour emprunter une belle expression à Lasbax lui-même (avant-propos, p. III).

Les limites du « scientisme durkheimien »

  • 22 Lasbax É., La Cité humaine. Esquisse d’une Sociologie dialectique. Tome premier : Histoire des Syst (...)

38La dernière remarque doit nous permettre de prendre très au sérieux les critiques que Lasbax adresse à certains aspects de la sociologie élaborée par Durkheim. Dans l’avant-propos de La Cité humaine, l’ouvrage en deux tomes publié en 192722, Lasbax considère que d’une idée directrice Durkheim en a tiré « des résultats profondément inexacts » (p. VIII). « La déification de la Société, à laquelle il a abouti est, sans contredit, la plus grave des erreurs dialectiques » (ibid.). En fait, il s’agit plus d’une erreur chronologique que d’une erreur logique. C’est même une erreur classique, poursuit, Lasbax, qui consiste à prendre la partie pour le tout ou l’équivalent du tout. De ce point de vue, l’erreur commise par Durkheim aura été de « regarder comme la totalité de l’effort dialectique ce qui n’est en soi qu’un de ses moments » (ibid.).

39Selon Lasbax, la sociologie de Durkheim est limitée à plusieurs titres. Outre le procédé réducteur qui vient d’être indiqué (illustrant la figure qui consiste à prendre la partie pour le tout, pars pro totis), il indique que la sociologie élaborée par Durkheim est comme datée. Plusieurs approches sociologiques de la société sont en présence, et pourtant, dix ans après la mort de Durkheim, c’est la sienne qui prévaut largement : « il faut le reconnaître, c’est l’œuvre élaborée autour de L’Année sociologique et de son fondateur, qui l’a emporté sur toutes les autres » (t. 1, p. 269). La raison de ce succès tient au fait que cette « indéniable entreprise » répond aux attentes sociales du moment, contrairement aux autres démarches qui lui sont contemporaines. « Comme tous les systèmes dont nous avons déroulé la succession, elle doit réfléchir une étape précise, et effectivement réalisée quelque part, de l’histoire de l’Humanité » (ibid.).

  • 23 Lasbax cite la source de cet extrait : Leçon d’ouverture du Cours de 1894 (dans La Philosophie du x (...)

40En outre l’évolution de la société telle que Durkheim a pu la définir, reste dans les limites d’une conception mécanique (t. 2, p. 29). « Ni mouvement, ni temps : rien que de l’abstrait et du figé. Est-il possible de résoudre, sur ces bases, un problème de développement historique ? » (p. 26). Non, répond Lasbax, alors que la solution était déjà largement explorée par Espinas, et bien que cela puisse choquer notre intellectualisme notait encore ce dernier. « Le primum movens de la représentation est dans l’action, dans l’action spontanée et créatrice23. » L’on retrouve ici une idée sur laquelle est adossée l’« Esquisse d’une Sociologie dialectique » élaborée par Lasbax.

41Par ailleurs, la sociologie développée par Gaston Richard, dont Lasbax rappelle les principaux aspects (t. 2, p. 225-228 en particulier), s’est dressée contre le « scientisme durkheimien ». Bien qu’ancien collaborateur de L’Année, Richard n’a pas craint d’élever « les protestations de la conscience morale indignée » contre la sociologie de Durkheim. Dans une longue note, Lasbax rappelle ce que fut cette séparation et donne des informations sur le rôle que tient Richard au sein de la communauté universitaire et scientifique. « M. Richard occupe encore à l’Université de Bordeaux la chaire de Sociologie, créée jadis pour Durkheim. Ajoutons qu’il est actuellement directeur de la Revue internationale de sociologie, précédemment dirigée par René Worms, et dont l’importance dépasse, sans grande peine d’ailleurs, celle de L’Année sociologique » (p. 225).

42La perspective évolutionniste privilégiée par Lasbax se refuse de voir dans les phénomènes vitaux un simple mécanisme aveugle. Pour autant, la part de finalité, qui est inséparable de sa façon d’envisager le rythme des civilisations ne relève pas du tout du finalisme. La démarche proposée par l’auteur s’appuie sur une explicitation sociologique ambitieuse. Pour Lasbax, l’évolution est créatrice et transformatrice des finalités elles-mêmes, saisies au sein des « organismes dialectiques », ce qui tend à le rapprocher de Henri Bergson (1859-1941) concevant l’élan vital comme s’opposant tant au modèle mécaniste qu’au modèle finaliste de l’évolution. En arrière-plan, on retrouve aussi certains aspects de l’énergétisme organique de Spencer. Rappelons cependant qu’il insiste surtout sur les apports d’Espinas qui, malheureusement, n’ont pas inspiré d’autres auteurs. Le titre des ouvrages examinés, l’intitulé de la collection de référence, la terminologie et la conceptualisation formée par l’auteur (« synthèse dialectique », « rythme de l’univers », « organismes dialectiques », etc.) obligent le lecteur d’aujourd’hui à un effort de réajustement. Une fois surmonté l’obstacle du vocabulaire, il est évident que l’on ne peut qu’être intéressé par l’élaboration de cette œuvre qui a toute sa place dans une histoire des classiques de la sociologie française.

Guillaume-L. Duprat : confirmation d’un intérêt soutenu pour le « sport »

43Guillaume-Léonce Duprat est Professeur de philosophie au lycée d’Aix-en-Provence, un poste qu’il occupait déjà avant la guerre de 1914-1918, lorsqu’il est sollicité par l’Université de Genève pour y enseigner les sciences sociales. En 1922, il est nommé, par appel, Professeur de Sociologie et d’Économie sociale dans cette Université de la Suisse. Il est âgé de cinquante ans. À l’époque, il jouit d’une réputation scientifique incontestable. Lauréat de l’Institut de France (Académie des Sciences morales et politiques) en 1904, 1906, 1908, 1911 mais également en 1920 et 1921, ses publications sont fort nombreuses et il déploie rapidement une activité efficace au sein de l’Institut international de sociologie. En abordant trois aspects relativement liés, nous pensons restituer une vue assez précise des ambitions sociologiques de l’auteur, rapportées à la question du jeu et du sport.

Le jeu et le sport sous l’angle de la « psychologie sociale » (1920)

  • 24 Duprat G.-L., La psychologie sociale. Sa nature et ses principales lois, Paris, Librairie Octave Do (...)
  • 25 « La psycho-sociologie », Paris, Giard et Brière, 1914 (23 p.) ; « « La psycho-sociologie de la gue (...)

44Dans un nouvel ouvrage intitulé La psychologie sociale24, Duprat a pour objectif de livrer une analyse d’ensemble sur une thématique qu’il a eu l’occasion d’aborder à plusieurs reprises. L’expérience traumatisante de la guerre lui fournit l’occasion de renouer avec une préoccupation déjà manifestée : définir le « programme » d’une psycho-sociologie, d’une psychologie sociale. Son livre traitant de La psychologie sociale s’appuie sur quelques essais antérieurs25. Le premier chapitre expose la méthode envisagée.

45Quelle est la « thèse fondamentale » défendue par l’auteur ? L’être concret ne saurait être étudié ni par la psychologie, ni par la sociologie car l’une comme l’autre ont pour objet des entités abstraites : le psychisme, la société. Cependant, les thèses d’auteurs comme Auguste Comte et Stuart Mill, Tarde, Espinas et Durkheim « ne se sont opposées que pour préparer leur conciliation grâce à l’établissement d’une psycho-sociologie, qui mériterait une place d’honneur dans l’enseignement secondaire et supérieur » (préface, p. 2. Voir également l’index bibliographique, p. 357-361). Toutefois, dans les limites du livre, l’auteur n’envisage pas de faire l’analyse ni de discuter les théories déjà émises. En revanche, il ambitionne de fournir une introduction à cette approche disciplinaire. Pareille entreprise, au demeurant perfectible de son point de vue, est de préparer par l’analyse des faits l’énoncé des lois de la psychologie sociale, de façon à vérifier si l’application de ces différentes lois permet de formuler une prévision positive. De manière quelque peu inattendue, compte tenu des précautions formulées à propos d’une publication qui n’est qu’un bilan d’étape, Duprat n’hésite pas à livrer d’un bloc 108 « lois » nouvelles… En fait, il est plus approprié de parler de propositions.

46Dans les chapitres suivants (du chapitre II à VI), Duprat passe en revue les différentes dimensions et domaines d’activités dont l’objet est la psychologie sociale. L’auteur part de la description et de la classification des faits psycho-sociologiques dont certaines fonctions s’enracinent dans le biologique. Il s’agit aussi d’étudier les effets de l’organisation sociale sur les individus et d’observer les différents agrégats sociaux en tant que sources et/ou conséquences des modifications psychiques. L’attention doit se porter des deux côtés. Ensuite, il s’agit d’opérer « la synthèse psycho-sociologique », à savoir l’explication des faits et relations particulières en fonction de lois, avec l’application de formules générale à la compréhension des données fournies par l’observation (et livrées sous la forme de monographies, d’études comparatives). Par exemple, l’imitation, la sympathie décroissent à mesure que l’homogénéité sociale cède la place à l’individualisation des aptitudes individuelles et des caractères (p. 41). La concurrence et le concours social deviennent des ressorts importants. Certes l’intention de Duprat n’est pas de discuter les thèses savantes mobilisables, tout en citant quelques publications tenues pour utiles, mais c’est évident qu’il s’efforce d’intégrer les points de vue des auteurs mentionnés dans la préface. Le « concours social » tel que l’entend Duprat pour caractériser la dynamique de la société ne se réduit pas à des rivalités récurrentes inhérentes à la vie en société. Concours s’entend surtout du point de vue de la préservation de la collectivité qui peut s’illustrer, entre autres, par la capacité à communiquer qui est le propre de toute société (p. 45).

47Un point est entièrement consacré à la thématique : « 10. Langage et jeu » (p. 45-49). La communication avec l’autre est l’un des principaux facteurs de ce que Duprat nomme le « concours social ». Chez l’homme, cette tendance a pris des formes très élaborées qui le distinguent du niveau de la simple « communication inter-animale » (p. 45). La vie grégaire a imposé aux hommes d’élaborer un « lien psycho-sociologique » fort, défini par l’usage du langage qui est à la fois germe d’entente et de coopération mais aussi, du fait de la différence de langue, sources de défiance, de tensions et d’oppositions. Duprat aborde ensuite un « mode d’activité collective » qu’est le jeu. Ce type d’activité, nous rappelle l’auteur, « peut se passer du langage » et on le retrouve chez beaucoup d’animaux. S’il est fait allusion aux conceptions de Karl Groos, pour qui l’instinct du jeu se rapproche du « besoin d’action sympathique », « d’une dépense en commun, désintéressée, d’énergies individuelles mises en harmonie pour le plaisir collectif » (p. 47), l’approche du jeu proposée par Duprat n’est pas sans rappeler celle développée par Herbert Spencer. « La danse et le chant semblent avoir été les premiers jeux humains, liés au plaisir de l’activité biologique, notamment respiratoire et musculaire, selon un rythme facile ou rendu facile par l’exercice » (ibid.). D’autres jeux ont une finalité spécifique, « en stimulant à des exercices souvent utiles » comme pour la chasse, la lutte, le combat. La danse, la gymnastique, le chant permettent à l’individu « de faire apprécier son adresse, sa force, ses aptitudes physiques, sa grâce, sa beauté » (p. 47). Déjà dans un passage consacré aux « Instincts trophiques et sexuels » (p. 25 et suivantes), Duprat note que les appétitions qui aboutissent à la reproduction se traduisent à la fois par des actes et des démarches caractéristiques où le comportement des « mâles » montre bien l’action réciproque de la société sur l’individu et de l’individu sur la société, et du biologique sur le social et inversement. « La société fournit aux mâles, ainsi portés à l’orgueil, ou à la vanité et à la parade, des moyens d’obtenir la mise en valeur recherchée » (p. 27) : « les tournois chevaleresques n’avaient pas d’autres fins ; les réunions mondaines, les bals, les plus aristocratiques comme les plus populaires, les fêtes, les concours hippiques, sont en grande partie dérivés du besoin d’ostentation en vue de fins sexuelles » (p. 27-28). La nature féminine est marquée par plus de retenue naturelle, nous dit Duprat. Avec la civilisation, la femme est plus en retrait, par rapport à l’homme et cette forme de réserve est devenue la pudeur…

  • 26 Cette approche, qui met l’accent sur la libération de la sensibilité – esthétique – en relation ave (...)

48Tant que l’individu reste sous la dépendance de la « solidarité grégaire », la coutume et la contrainte sociale sont la clé explicative des comportements ludiques : « l’excitation gagne de proche en proche et les jeux naissent, durent, se compliquent, entretenant par un plaisir sans cesse renouvelé le désir de se dépenser en commun » (p. 48). Dans la dernière partie du développement, Duprat esquisse ce vaste mouvement qui mène des débuts de la civilisation humaine, où le jeu et l’art sont faiblement distants et souvent destinés à la sauvegarde ou à l’entretien des conduites indispensables dans la lutte pour la vie, aux formes plus complexes dans lesquelles « l’émotion esthétique » vient s’ajouter à « l’action désintéressée ». Pareille évolution du jeu et de l’art ne fait qu’augmenter la puissance du lien social. Et Duprat explique ainsi le fait que la civilisation a toujours développé « des moyens de socialiser les énergies individuelles aussi efficaces que les jeux publics, les fêtes, les spectacles » (p. 48-49). En quelques pages, Duprat résume fort bien un processus qui avait été abordé – et établi comme tel – par des auteurs anciens comme Spencer ou Groos, par exemple26.

49Examinons, à propos du jeu, la loi dite « loi d’interdépendance et d’individualisation » (p. 51). Alors que le jeu prend racine dans l’instinct spécifique, la complexité croissante de la socialisation, celle de l’organisation sociale elle-même, l’apport des innovations et les formes d’interdépendance qui en résultent, par exemple, conduisent l’homme à l’organisation de la vie collective dans ses composantes publiques, économiques, juridiques après être passé « par le stade si important de la communauté religieuse où le lien social a été senti si vivement qu’il a paru “sacré” », rappelle Duprat en mentionnant Durkheim. Et quelques lignes plus loin, ce qu’il dit du jeu permet de replacer dans une formulation synthétique intéressante ce que Groos, Durkheim et Richard ont pu dire de pertinent, chacun dans un registre limité. Tel est du moins notre point de vue. « L’instinct animal du jeu, de la dépense désintéressée d’énergie, aboutissant à des exercices utiles, a subi aussi dans l’espèce humaine les plus curieuses transformations, à travers les innovations collectives ou individuelles, les fêtes, les divertissements scéniques, etc. » (p. 53). Cette loi s’enracine dans la biologie tandis que la psychologie, en conséquence, se doit de considérer l’évolution de l’instinct comme étant subordonnée à des conditions sociales variables. C’est sans doute Célestin Bouglé, avec ses Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs (1922), qui permettrait de compléter l’analyse ou d’engager un débat fructueux – et en partie pluridisciplinaire – avec Duprat.

50On pourrait sans peine illustrer cette perspective tout en se limitant à la succession des modèles d’exercice physique, depuis le jeu inscrit dans l’hérédité première (et tel qu’il sera plus tard reformulé par Piaget ou Wallon), les jeux liés à l’administration du sacré (Durkheim), la diversification des formes d’éducation physique (envisagée par Espinas dans son double article sur l’origine de la technologie et par Durkheim dans l’entrée « Éducation » du Nouveau dictionnaire publié sous la direction de Ferdinand Buisson : une éducation physique qui dépend de la façon dont « l’état du milieu social incline la conscience collective », jusqu’aux jeux récréatifs encouragés par la réforme de l’Institution scolaire de la IIIe République et à l’essor des sports athlétiques. Et à propos des illustrations qui prennent place à l’articulation du xixe et du xxe siècles, on pourrait reprendre un constat que Duprat évoquant [ce] besoin de connaître, [cette] soif de science, [cette] impulsion de plus en plus rationnelle à organiser la représentation objective sous le contrôle social » (p. 53). Dans le chapitre suivant, Duprat examine les états affectifs, émotions et sentiments, inclinations et passions (p. 55 et suiv.), selon le même principe d’analyse, des impulsions héréditaires ou spécifiques jusqu’à la mobilisation des moyens sociaux les plus divers et sophistiqués, et leur répercussion sur le psychisme individuel. Une rencontre sportive, une victoire ou une défaite sont des illustrations qui pourraient être ajoutées aux exemples mentionnés par l’auteur qui insiste également sur l’importance du souvenir que laissent de tels événements dans la mémoire de chacun.

51Cet aspect du livre de Duprat, examiné pour les besoins de notre thème d’étude, propose une vue synthétique du Jeu qui permet déjà de relever les qualités d’analyse de l’auteur. Un autre point : « 18. Sentiment esthétique et art social » (p. 89 et suivantes), lui donne l’occasion de compléter son analyse. Le sentiment esthétique a pour point de départ « le plaisir du jeu ». Jouer avec des fictions, simulations, activités imaginatives, autant d’activités qui chez l’homme primitif ne sont pas caractérisées par une claire distinction avec le réel. Cependant, chez l’homme vivant en étroite communion avec ses semblables, ces activités avaient une même résonance imaginative et provoquaient les mêmes états affectifs. Duprat développe ensuite son propos en insistant sur la diversité des formes expressives de l’art (p. 91 et suivantes) : la musique, la danse, la poésie, le dessin, la peinture, l’architecture et la sculpture… La vie de l’art est sous l’influence des transformations collectives qui opèrent au sein de la société, et jusqu’au rire et aux jeux de l’esprit qui « sont eux aussi adaptés au caractère collectif » (p. 98), au point de permettre d’identifier des types nationaux.

52Cet autre aspect du livre de Duprat a le mérite de distinguer clairement les subdivisions que connaît le jeu quand il prend une forme socialement plus élaborée. D’autres remarques intéressantes sur le jeu sont exposées dans la conclusion du livre (p. 343-344). « Chez les gens pratiques, l’instinct du jeu fait naître le sport ». « Le développement de l’esprit pratique amène la transformation du jeu esthétique en simple sport. Le goût des sports est un succédané du goût artistique dans les collectivités qui manquent de tendances à la spéculation intellectuelle et à la contemplation esthétique, désintéressée. » Ce type de proposition, qui amène à distinguer explicitement le registre de l’engagement physique dans le sport et le registre de l’adhésion esthétique, est intéressant, au moins à titre d’hypothèse à explorer, et il esquisse une réponse pertinente à une « question » récurrente évoquée voire même simplement véhiculée par plusieurs membres de l’École française de sociologie. Duprat se montre plus précis qu’eux, un peu à la façon de Charles Lalo d’ailleurs, et il pose les conditions indispensables au traitement sociologique de la pratique sportive.

53Nous passons volontairement sur le chapitre IV, intitulé « Psycho-motricité et technique sociale » (p. 112-162). Pour l’occasion, Duprat formule un certain nombre de « lois psycho-sociologiques de la Technique sociale » (p. 156 et suiv.). Cette analyse méthodique donne l’impression de s’inscrire en droite ligne de la praxéologie – ou technologie – formalisée jadis par Alfred Espinas, qui fut un des professeurs de Duprat à la Faculté des Lettres de Bordeaux.

  • 27 « L’athlétisme y donne lieu souvent à des exagérations qui ont fait redouter à des penseurs tels qu (...)
  • 28 Nous avons noté une tendance analogue chez un autre auteur, professeur de philosophie dans l’enseig (...)

54Le chapitre VIII, intitulé « Ethologie individuelle et collective » (p. 260-326), s’apparente à ce qu’on pourrait appeler une sociologie des mentalités, là où Duprat parle aussi de la « caractéristique durable d’une nation ». Pour autant si les traits caractéristiques communs permettent de « concevoir des types abstraits » (p. 261), les caractères élémentaires (migrateurs ou sédentaires, guerriers et marchands, influence du climat, morphologie…) le cèdent assez vite, nous semble-t-il, à une définition des traits nationaux plutôt convenus (p. 276-292, p. 319-320). Certes les caractères individuels peuvent-ils être déterminés par des conditions naturelles, sociales et culturelles, selon une démarche qui emprunte à Montesquieu. Notons que Duprat considère que les jeux sont susceptibles de renforcer les traits de la collectivité qui les porte. « Les joies de la vie pastorale, les jeux et les fêtes qui s’y rattachent, les loisirs que laissent les travaux des champs, augmentent encore l’énergie des tendances caractéristiques » (p. 266). Dans les pages qui suivent, ce chapitre n’obéit pas aux mêmes exigences de rigueur que les précédents. Le propos renoue avec des stéréotypes convenus. Les Anglo-Saxons ont acquis certaines qualités « par leur goût croissant du sport », telles que le sang-froid, « un “flegme” utile », une maîtrise de soi. Plus loin, dans un passage qui envisage « Les mœurs des gens pratiques » (p. 314), Duprat insiste sur l’importance de l’exercice physique outre-Manche tout en soulignant certains excès27. « Le contraste avec les Allemands est saisissant : grands mangeurs, grands buveurs de bière prompts à céder à l’attrait de l’alcool ». Par manque d’un déploiement harmonieux de leurs énergies physiques, ces derniers « sont enclins à une brutalité autrement lourde et grossière que celle des Anglo-Américains passionnés pour la boxe ». Suit la présentation des tempéraments français, espagnol, italien, etc. À l’évidence, l’implication des nations dans la Seconde guerre mondiale trace une ligne de partage assez nette entre les Alliés, à l’éducation sportive affirmée, et les Allemands dépeints sans la moindre complaisance28. En traitant de « L’amalgame social », Duprat évoque les effets de composition, les mixtes que les migrations apportent quand elles mêlent différents héritages culturels. Autant la déconstruction analytique qui couvre les sept premiers chapitres correspond à l’ébauche d’un programme pour élaborer une certaine psychologie sociale, autant ce chapitre et les « conclusions éthologiques » qui suivent nous semble d’une inégale homogénéité. Duprat propose une caractérologie discutable au plan méthodologique même si sa classification psychologique (p. 350 et suiv.) est logique. Il eût été plus sociologique de les analyser pour ce qu’elles sont, à savoir des représentations sociales, des objets d’analyse, et non de les utiliser comme des catégories de l’analyse. Cette esquisse est comme la résurgence d’une « psychologie » des peuples européens dans laquelle s’étaient essayés quelques auteurs, à la charnière des années 1900, mais sans pour autant fournir un apport décisif…

  • 29 La question de la « psycho-sociologie » constitue un thème récurrent dans l’œuvre de G.-L. Duprat. (...)
  • 30 Duprat G.-L., « La Psycho-sociologie en France. Étude sur les rapports de la psychologie et de la s (...)

55Cependant, pour notre étude, l’intérêt du livre est ailleurs, ainsi que nous avons essayé de le montrer. Il y a tout d’abord l’effort déployé par l’auteur pour élaborer une discipline spécifique : la psychologie sociale29. Il va tenter bientôt une nouvelle synthèse qui est publiée cinq ans plus tard30. On retiendra ensuite le traitement du jeu et du sport proposé dans l’ouvrage. Duprat revient une dernière fois sur « l’instinct du jeu » propre à certaines sociétés (p. 343-344). « Le développement de l’esprit pratique amène la transformation du jeu esthétique en simple sport. Le goût des sports est un succédané du goût artistique dans les collectivités qui manquent de tendances à la spéculation intellectuelle et à la contemplation esthétique, désintéressée » (p. 344).

Structures sociales et aspirations collectives : la part des associations et du sport (1933)

  • 31 Duprat G.-L., Prévision sociologique et structures sociales, Rapport présenté au XIe congrès de l’I (...)

56Au XIe congrès de l’Institut international de sociologie, tenu en 1933 à Genève, G.-L. Duprat est l’auteur du rapport général. La question retenue pour ce congrès est : « Prévision sociologique et structures sociales ». Le rapport est publié dans les Archives de sociologie31.

57L’enjeu du congrès est de parvenir à légitimer la démarche sociologique en vue de proposer des prévisions fiables. Il s’agit d’une recherche « qui est loin d’être encore parvenue à l’état d’investigation scientifique », prend soin de rappeler l’auteur du volumineux compte rendu des exposés et discussions (p. 130). De ce point de vue, les passages qui mentionnent des thèmes d’exposés et leurs auteurs alternent avec d’autres passages qui permettent de présenter l’architecture d’ensemble du congrès. Structures, processus et tendances constituent les trois classes de faits sociaux sans lesquels il serait impossible de proposer des prévisions objectives. « La validité des structures, l’efficacité des processus et des aspirations ou tendances (directions) » permettent de fonder la prévision sociologique (p. 133-134). Dans l’introduction, il écarte les formes anciennes et asociologiques que sont les « Augures, prophéties et prédictions » (p. 135 et suiv.) pour montrer, dans le premier chapitre, que les auteurs qui ont contribué à définir la sociologie (Durkheim mais également Comte, Spencer, Espinas, Tarde) ont été convaincus de « la prévisibilité des phénomènes sociaux » (p. 154-155). Dans le chapitre 2, Duprat aborde la prévision d’après les structures sociales. Pour ce faire, dans un premier temps, il procède à une classification dont la synthèse est présentée p. 218, allant des « structures correspondant à des unités sociales complètes » (de la horde à la nation, par exemple) jusqu’aux « unités collectives constituées par libre association ». Entre ces deux ensembles, Duprat identifie « des structures correspondant à des organes spéciaux qui remplissent une fonction particulière au sein des unités collectives complètes », comme l’armée, l’église, l’université, etc. De même, il ne néglige pas de noter l’existence de groupements « de peu d’importance et de peu de durée » nés par exemple de la camaraderie ou d’une solidarité accidentelle (p. 217).

  • 32 Il n’est pas possible de nous attarder sur le propos de Duprat qui insiste sur des questions étonna (...)

58Ces structures, leur agencement et les interdépendances qu’elles font naître correspondent à des niveaux spécifiques de développement social et politique. L’intérêt de l’analyse produite par Duprat est de recenser la richesse du phénomène associatif. Les associations sont nées « par suite du régime libéral opposé à l’abus de poursuites pour “délit de coalition” ». Elles sont « de plus en plus nombreuses et étendues. Et si leur vocation peut être spécifique à un domaine, elles ont toutefois « pour caractéristique commune la liberté laissée à chaque adhérent » de se retirer si bon lui semble. Ainsi en va-t-il des « groupements artistiques, littéraires, scientifiques, sportifs, touristiques, etc. » (p. 216). « Les associations qui ont pour but l’art, le plaisir esthétique, le délassement, le sport, le tourisme, la “culture physique” (y compris le nudisme), la chasse, la pêche, ont moins que les groupements ayant à défendre des intérêts de plus grande portée sociale, besoin de fortes structures » (p. 217). Duprat fait preuve d’un sens aigu de l’observation de l’évolution des mœurs. La sociologie française ne nous a pas habitué à ce type d’approche descriptive des structures sociales. Peut-être faudrait-il remonter à l’article de Célestin Bouglé : « Qu’est-ce que la sociologie ? » (1897) ou à la « Préface de la seconde édition » (1902) de la thèse de Durkheim De la division du travail social pour trouver l’ébauche d’une démarche analogue. Il est d’ailleurs significatif que Duprat ne fasse pas référence à des participants au congrès lorsqu’il développe ces aspects. C’est sa propre façon de concevoir la tâche du sociologue qui est à l’œuvre. Dans la seconde partie du chapitre, l’auteur esquisse ce que peut être la prévision sociologique d’après l’interdépendance des structures sociales. Aujourd’hui, on utiliserait la notion de changement social. Tendances conservatrices et tendances rénovatrices sont à l’œuvre. Les traditions, les coutumes, les mœurs, les habitudes « perdent de leur empire dans la plupart des milieux » (p. 223). L’État impose sa prédominance (comme on peut le constater en matière d’éducation dans les établissements d’enseignement, y compris dans « les œuvres périscolaires »), tandis que certaines structures (les cités, les grandes villes, etc., voire des associations de toutes sortes) résistent à ce mouvement. Certains antagonismes, certaines lignes de tension (entre centre et périphérie, dirait-on aujourd’hui), telles que Duprat les décrit, renvoient à des asynchronies mais plus encore à des « systèmes politico-économiques qui entrent en compétition » (p. 225-226)32.

59Dans le chapitre 3, Duprat aborde « Le jeu des aspirations collectives », autrement dit le niveau de solidarité des énergies collectives résultant de différents plans d’expression, qui doit être prise en considération pour étayer la prévision sociologique. Duprat passe en revue les aspirations ethniques, les aspirations éthico-religieuses, les aspirations économiques, les aspirations politiques et juridiques, les aspirations intellectuelles, artistiques, éducatives et civilisatrices. On peut réitérer à propos de ce type de démarche, la remarque formulée pour l’ouvrage La psychologie sociale. Il s’agit d’une sociologie des mentalités, déconstruites dans leurs principales dimensions qu’aujourd’hui on aborderait principalement en termes de valeurs et de système de valeurs. L’abondance du commentaire sur les « aspirations juives » (p. 228-231) n’est pas sans ambiguïté. De même, certaines affirmations de l’auteur paraissent se contredire. Au plan des aspirations intellectuelles, on peut accepter l’idée – mais jusqu’à quel point tout de même ! – que dans le domaine de la sociologie, par exemple, « où la discipline commune n’est pas encore fixée » (p. 262), « les préférences germaniques pour la spéculation et la systématisation philosophique » contrastent avec « l’empirisme cher aux Anglais » ou encore avec « l’esprit alerte et compréhensif des Italiens (faisant) prédominer l’érudition unie aux vues ingénieuses ou originales » (ibid.). D’ailleurs, à propos des auteurs français, qui introduisent de la dispersion là où l’on devrait trouver une certaine unité, Duprat est obligé d’introduire un artifice supplémentaire (« la diversité des aspirations correspondant à la souplesse et à l’hétérogénéité des caractères »…) puisque « les Français se montrent soit dialecticiens à la suite de Durkheim et selon des procédés universitaires, soit observateurs à la suite de Tarde et généralisateurs comme Comte, plus naturalistes que spéculatifs à la façon d’Espinas, parfois idéologues et moralistes ou enclins à l’économie sociale comme Proudhon » (ibid.). Mieux vaudrait aborder ces aspects sous l’angle de la méthodologie, par la formalisation de modèles d’analyse et d’idéaux-types plutôt que de les traiter comme des « socio-styles » avant l’heure… Mais n’oublions pas que Duprat fait ici fonction de rapporteur et qu’il ne s’agit pas, dans ce genre d’exercice, d’exposer sa propre « théorie générale » de la société.

60En revanche, la façon dont Duprat aborde les aspirations artistiques et culturelles est plus pertinente. Ces aspirations jouent « un rôle secondaire » dans une société où les valeurs techniques l’emportent souvent sur les valeurs esthétiques. Cependant, le renouvellement des goûts esthétique, dans les différents arts (architecture et urbanisme, art, littérature, etc.), tend à dessiner des tendances qu’il convient de noter. Duprat mentionne ici, entre autres, les travaux de Norbert Elias. Les divertissements qu’offre le cinématographe ont en partie ruiné l’art théâtral populaire. En outre, les foules s’intéressent à des films, « surtout américains ou allemands – ou de même inspiration – qui vont d’un sentimentalisme puéril à une absence à peu près complète de portée intellectuelle » (p. 263). Les industries culturelles de masse vont au plus facile et renoncent à toute ambition esthétique. Cette évolution trouve son aboutissement dans le sport. « Le sport, sous ses formes de plus en plus variées, paraît l’emporter sur l’art, surtout aux yeux de la jeunesse, assidue aux matches et plus prompte à se passionner pour une partie de foot-ball que pour une création dramatique » (ibid.). De telles observations, précise l’auteur, ne prétendent pas être une information quantitativement mesurée. « Nous ne sommes encore qu’au premier stade : celui de l’analyse psycho-sociologique » (p. 265). Celle-ci a pour objectif, à notre avis, de dégager l’impact des forces en présence et de « montrer la voie dans laquelle peuvent s’engager des observateurs dotés de moyens d’investigation rigoureuse ». Les exposés et discussion du congrès débouchent ici sur une invitation à multiplier les études de terrain et d’observation, au regard d’hypothèses elles-mêmes nourries par la sociologie empirique.

61Dans le chapitre IV, Duprat formule des « Prévisions conditionnelles », « simples conséquences hypothétiques, tirées des données antérieures, que nous sommes les premiers à proclamer comme insuffisantes » (p. 266) dont la conclusion sur « L’avenir prévisible de nos civilisations » (p. 305-313) est le prolongement logique. Duprat entend souligner combien la prévision sociologique doit tenir compte de la complexité des transformations de la société et d’« une division du travail accrue par les besoins et désirs ». « On voit combien la thèse de Durkheim est simpliste faute de base vraiment sociologique : elle n’est qu’un aperçu philosophique, une spéculation sur l’abstrait et l’indéterminé » (p. 266). Ce qui n’empêche pas le rapporteur général qu’il est pour l’occasion de renvoyer dès la page suivante à la contribution de Bouglé (« in Compte rendu des Discussions sur Durkheim et les lois sociologiques les plus générales, la “circulation des élites”, la solidarité » (p. 267). Le fait sportif est à nouveau évoqué (p. 278) et surtout en tant que « loisir » destiné au plus grand nombre, alliant « plaisir » et « sociabilité » ou pouvant opérer comme un outil éducatif utile : « les sports sont des réducteurs antagonistes des entraînements de la jeunesse désœuvrée » (p. 307). Jadis, en 1894, dans son compte rendu publié dans la Revue pédagogique, il avait magistralement développé cette dimension du jeu collectif du point de vue de la socialisation des adolescents.

62Certes, le compte rendu détaillé du Congrès de 1933, qui est signé par Guillaume-L. Duprat, ne saurait être considéré comme une production strictement personnelle. Cependant, l’extrait d’un livre signé par l’auteur en 1936, dont l’étude suit, permet indirectement d’apprécier la part d’investissement personnel dans la « synthèse » du congrès qui vient d’être examinée.

Considérations complémentaires sur la sociabilité sportive (1936)

  • 33 Guillaume-L. Duprat, Esquisse d’un traité de sociologie, Paris, Librairie Générale de Droit et de J (...)

63Guillaume-L. Duprat fait paraître en 1936 un ouvrage de sociologie générale, un Manuel, qui comporte une approche de l’associativité. En effet, dans cette Esquisse d’un traité de sociologie33, Duprat accorde une grande importance à la description concrète et commentée de ce que sont les formes organisées de la vie sociale, soit des « unités collectives » de configurations diverses.

  • 34 Annoncé dès la publication de la synthèse du congrès précédent (décembre 1933), le programme détail (...)

64Le traité se compose d’une introduction (objet de la sociologie, obstacles, possibilités) et de quatre parties : I. « Méthodes » (5 chapitres), « Morphologie sociale » (6 chapitres), « Physique et physiologie sociales » (5 chapitres), « Sociologie appliquée » (3 chapitres). Le chapitre 4 de la deuxième partie s’intitule « Formes élémentaires de la vie sociale ». Une section est consacrée aux « Corps constitués et associations » (p. 62-70). Les éléments abordés : les associations, les pratiques culturelles ou sportives organisées, sont à mettre en relation avec le thème retenu pour le XIIe congrès de l’Institut international de sociologie qui se tient également en 1936. La question mise à l’ordre du jour est la suivante : « Formes élémentaires de la vie sociale », qui détaille en fait la thématique associative et les formes de la sociabilité34.

65L’Esquisse d’un traité de sociologie fournit un éclairage intéressant. Duprat présente une typologie des associations. Celle-ci s’appuie sur la division du travail social qui « se fait entre des groupes à fins ou fonctions spéciales » (p. 62). Certains des traits que l’auteur reconnaît aux corps constitués pourraient fort bien s’appliquer aux associations, mais de façon singulière : une « solidarité (qui) se manifeste par un “esprit” et des comportements particuliers » (p. 63), « une solidarité retreinte, aisément exclusive » (p. 64), par exemple. Les « associations libres », aux vocations diversifiées, sont indispensables à la société : « l’opposition des formes de la vie publique aux formes de la vie privée est d’autant moindre qu’il y a plus d’unités intermédiaires », souligne l’auteur (p. 65). Les fonctions publiques admettent parfois le concours des associations privées. Ce peut être le cas pour des associations d’éducation (confessionnelles ou laïques), d’hygiène, de sport, de culture ou d’arts, pour nous limiter au domaine qui nous intéresse tout en nous appuyant sur les énumérations fournies par l’auteur. Il peut y avoir des oppositions ou des tensions entre ces deux types d’unités collectives, corps constitués incarnant la puissance publique et associations.

  • 35 René Maunier a ébauché une typologie dans son Introduction à la soicologie (1929). Pour les travaux (...)

66Duprat indique qu’il y a « autant de principes d’association possibles que d’intérêts collectifs persistants, manifestes ou latents » (p. 66). Les associations sont une réalité particulière au titre du droit. Duprat propose une méthode permettant de les classer selon deux critères : a) « en tenant compte de la diversité des principales fonctions sociales » visées ; b) « en tenant compte du degré d’interdépendance de leurs éléments ». La méthode est d’autant plus intéressante qu’il n’existe pas à ce moment-là, dans la sociologie française, d’autre outillage disponible pour appréhender empiriquement le fait associatif35. Duprat distingue cinq grandes catégories d’associations : religieuses, politiques, à des fins d’éducation, de défense des intérêts professionnels et même les associations de personnes ayant des fins illicites ou immorales. Les associations d’éducation incluent les groupements constitués autour d’activités « pratiquées en commun », « de sport, de jeux, d’excursions, etc. » (p. 67). Leur recrutement peut être plus ou moins restrictif mais les associations sportives, note l’auteur, sont ouvertes. Elles « ne confèrent pas à ceux qui en font partie le prestige d’une admission dans des associations réputées ». On pourrait ajouter, cependant, qu’il existe des clubs sportifs qui pratiquent ce que l’auteur appelle un « recrutement sélectif » au point de pouvoir s’apparenter alors à « des cercles aristocratiques ou de haute bourgeoisie » (ibid.).

67À propos des associations qui s’emploient à la défense des intérêts professionnels, Duprat distingue plusieurs formes et niveaux d’engagement, des plus spécifiques (la défense des intérêts d’une catégorie d’individus, en lien avec le travail ou l’entreprise) aux plus élargis. Dans le dernier cas, il évoque l’assistance, la prévoyance, l’organisation en commun d’une partie de la vie sociale en dehors même de l’activité technique ; « éducation ouvrière, distraction, théâtre, sociétés de délassement, de sports, de vacances, etc. » (p. 70).

68Dans le chapitre qui traite des « Facteurs de la vie sociale élémentaire » (troisième partie), Duprat revient sur le développement des associations (philanthropiques, sportives, etc.). Les associations « se multiplient souvent pour d’autres raisons que la puissance des mobiles apparents » (p. 139). Ceci ajoute à la complexité de la vie sociale et le sociologue doit se montrer attentif à cette réalité. Deux aspects sont précisés, qui doivent permettre de faire la part des motifs explicités et des motifs implicites : « les passions politiques ou confessionnelles déterminent la création d’« œuvres » dépendant de groupements opposés les uns aux autres sur un terrain tout autre que celui de l’art, du sport, de la charité, etc. » (ibid.). Autre aspect, complémentaire du précédent, « les associations sportives, les sociétés musicales, les associations pour jeux, délassements, vacances en commun, rattachées à des modes d’organisation politique, religieuse ou économique, subissent incessamment les effets des fluctuations étrangères à leur objet apparent » (ibid.).

69Duprat s’est toujours montré attentif à la morphologie des modes d’organisation de la vie sociale, qui l’amène à combiner observation attentive et classifications formelles. L’Esquisse d’un traité de sociologie en atteste. Il est directement tiré de son « Cours de morphologie sociale ». C’est vrai également que sa prise en considération de l’importance des « unités intermédiaires » que sont les associations, ou encore le rôle des associations de défense des intérêts professionnels rendent inévitable le rapprochement avec des développements que Durkheim proposait dans sa « Préface » de 1902. Cependant, la grille de lecture et d’analyse proposée par Duprat est à la fois plus exhaustive et élaborée avec une exigence méthodologique de classement. En outre, pour le monde du travail, le fait d’inclure les oppositions et conflits qui peuvent naître à cause d’intérêts matériels ou symboliques divergents, le misonéisme et la résistance au changement, les tensions qui accompagnent parfois l’appartenance à un groupe (animosité, mépris, rixes…) introduit une dimension importante, inspirée peut-être par l’actualité sociale du moment mais on la retrouve dans des textes antérieurs signés par l’auteur. Ces quelques pages méritent d’être sélectionnées au titre d’une sociologie qui permet d’appréhender la réalité concrète du fait sportif associatif.

  • 36 L’erreur en question semble héritée d’une lecture ancienne de la science publiée en langue allemand (...)

70En outre, ce Traité de sociologie aborde, comme il se doit, la formalisation de l’explication sociologique et des propositions qui peuvent être dégagées dans ce domaine. Aux pages 137 et 138, au titre d’une présentation des « lois de variations concomitantes », il propose quelques formulations qui ne sauraient nous laisser indifférent. Plus les individus sont libres d’agir à leur guise, plus ils revendiquent le droit de libre association, par opposition à la solidarité forcée ou à la discipline du corps constitué ; ou encore : plus les recherches scientifiques sont indépendantes des corps officiels, plus les découvertes sont fréquentes et fécondes par suite de libres collaborations. En changeant d’échelle de référence, ces propositions ne peuvent-elles pas s’appliquer avec précision aux Durkheimiens ? Une sociologie qui s’impose avec la discipline d’un corps constitué risque, à certaines conditions sans doute, de s’enfermer dans des habitudes. Le « raccourci » persistant qu’opèrent certains membres de ce groupe à propos du jeu, vidé de sa substance (par comparaison à l’art), et enfermé néanmoins dans l’esthétique, n’en est-elle pas une illustration évidente ? L’idée mériterait d’être creusée36.

Quelques échos du Congrès international de l’IIS (Paris, septembre 1937)

71L’Institut international de sociologie tient son XIIIe Congrès à Paris, du 1er au 6 septembre 1937, au moment de la grande Exposition Internationale. Cette manifestation scientifique permet d’apprécier le rayonnement de l’IIS et de considérer le niveau d’implication des personnalités universitaires qui appartiennent, initialement, à l’autre « École bordelaise » de sociologie.

  • 37 Duprat G.-L., « The International Institute of Sociology » (Foreign Correspondence), American Socio (...)

72Donnons tout d’abord une illustration, de type institutionnel, qui marque clairement la distinction entre les deux foyers de la sociologie française. À l’approche du XIIIe Congrès qui doit se dérouler à Paris, du 2 au 5 avril 1937 (date provisoire), G.-L. Duprat fait paraître au mois de juin 1936 une annonce dans l’American Sociological Review37. Dans son rappel historique portant sur l’IIS, Duprat est amené à évoquer les personnalités françaises ou étrangères qui ont été ou sont adhérentes de l’association. Parmi les Français, sont citées plusieurs personnalités : Léon Bourgeois (qui fut un temps président de la Société de sociologie de Paris), Léonce Manouvrier, professeur d’anthropologie physiologique à l’École d’anthropologie de Paris, A. Espinas, G.-L. Duprat, Édouard Herriot ou encore G. Richard, etc. On ne dénombre aucun Durkheimien à côté des noms cités qui incluent des Bordelais ou d’anciens Bordelais.

  • 38 Pour le programme détaillé du Congrès, voir : Duprat G.-L., « Résumé des principaux thèmes de discu (...)

73Le Congrès se déroule sous la présidence de Pitirim Sorokin (1889-1968), Professeur – et fondateur du département de sociologie – à l’Université d’Harvard (États-Unis). Il réunit une centaine de participants invités à traiter du thème suivant : Les équilibres sociaux. Les trois conférences introductives sont données par P. Sorokin, É. Lasbax et G.-L. Duprat38. Parmi les douze membres qui composent le Comité d’honneur, notons la présence logique de Sébastien Charléty, Recteur de l’Université de Paris, membre de l’Institut, de Célestin Bouglé, Directeur de l’École normale supérieure, et celle de Paul Fauconnet, Professeur à la Sorbonne. Le programme du Congrès, tel qu’il est présenté et commenté par Duprat, atteste du rayonnement international de l’IIS et de la qualité des contributions proposées.

74Le rassemblement des sociétaires de l’IIS dans le cadre du Congrès est aussi l’occasion de renouveler le bureau de l’Institut. René Maunier (1887-1951), Professeur à la Faculté de Droit de l’Université de Paris est élu président. Il succède à P. Sorokin. Jusque-là, Maunier était vice-président de l’Institut.

  • 39 Parmi les participants, notons la présence d’un autre Girondin, le docteur en médecine Jean-Max Eyl (...)

75Au poste de secrétaire général sortant, occupé par Duprat, c’est Émile Lasbax qui prend le relais. Celui-ci est Professeur à l’Université de Clermont. Il est déjà directeur de la Revue internationale de sociologie. Peu après, il sera secondé pour la revue par Achille Ouy (1889-1959). Quelques membres actifs qui participent au Congrès, sont impliqués dans la réalisation de la revue bimensuelle. Leur nom mérite d’être mentionné. Outre Duprat et Lasbax, il convient d’indiquer le rôle prépondérant de Gaston Richard bien sûr, de Roger Bastide (1898-1974), qui est un ancien étudiant – boursier – de G. Richard à la Faculté des Lettres de Bordeaux, de Gaston Bouthoul (1896-1980), docteur ès Lettres (philosophie) et en droit, ou encore d’Émile Sicard (né en 1909). À l’époque, ce dernier est professeur à l’Institut d’études françaises de l’Université de Belgrade (Yougoslavie) et il enseigne également la sociologie à la Faculté de Droit de l’Université de Belgrade. Il développe des enquêtes sur les communautés domestico-économiques chez les Slaves du Sud39.

  • 40 Revue internationale de sociologie, nos IX-X, septembre-octobre 1937. Voir p. 438 et 439. « L’École (...)

76Le Congrès de Paris permet de fixer le lieu et le thème du prochain rassemblement international. Le Congrès à venir doit se tenir à Bucarest en 1939, sous la présidence de Dimitrie Gusti, fondateur de l’École roumaine de sociologie et ancien ministre. Le thème retenu, qualifié de « large et intéressant », est le suivant : Les différentes unités sociales40.

77Avec le recul, en cette année 1937, on peut identifier quelques indices qui laissent présager un effacement des représentants de cette autre « École bordelaise » de sociologie, au moins sur la scène universitaire et scientifique nationale. Cet effacement est lié pour partie au rayonnement de Marcel Mauss, à ce moment-là, et à la situation bien assise des Durkheimiens à l’Université. G. Richard, qui fut le successeur de Durkheim à la Faculté des Lettres de Bordeaux, est bientôt octogénaire (il est né en 1860). Il a pris sa retraite en 1930, et l’Université de Bordeaux lui a conféré l’honorariat. Dès lors, l’enseignement de la sociologie dans cette Université prend une tout autre physionomie.

  • 41 Paul Laumonier, Professeur à la Faculté des Lettres, Rapport présenté à M. le Ministre de l’Instruc (...)
  • 42 Théodore Ruyssen (1868-1967) est un ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosoph (...)
  • 43 Bonnafous est reçu au concours d’entrée de l’ENS en 1920. Peu après, il adhère aux Étudiants social (...)
  • 44 Max Bonnafous, Professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux, « Montaigne et l’éd (...)
  • 45 Aron R., Mémoires, op. cit., voir p. 152, 163, 196 et 338.

78Évoquons rapidement la situation de la sociologie à la Faculté des Lettres de Bordeaux. Le départ à la retraite de Gaston Richard, en 1930, met un terme à une situation relativement bien stabilisée pour l’enseignement de cette discipline. En effet, les années qui suivent se caractérisent par beaucoup de changements. Le témoignage du professeur Paul Laumonier41 fournit d’utiles renseignements sur cette même année 1930. « […] M. G. Richard, Professeur de Sociologie, atteint par la limite d’âge, a pris également sa retraite ; sa chaire a pour titulaire M. Ruyssen, qui a bien voulu l’échanger contre sa chaire d’Histoire de la philosophie ; mais celui-ci, restant encore chargé de mission à Bruxelles, est suppléé par M. Bonnafous, agrégé, qui vient d’arriver » (p. 7)42. Max Bonnafous (1900-1975) est nommé maître de conférences43. Natif de Bordeaux, cet ancien élève de l’École normale supérieure est agrégé de philosophie. Il s’est lié d’amitié avec le député-maire de Bordeaux Adrien Marquet qu’il suit en 1933 au Parti socialiste de France (PSF) et dont il devient le chef de cabinet lorsque ce dernier est nommé ministre du Travail de février à novembre 1934. C’est ainsi que Georges Gurvitch (1894-1965) assure une brève suppléance d’enseignement de la sociologie à Bordeaux avant de succéder à Maurice Halbwachs, en 1935, à l’Université de Strasbourg. C’est durant les années 1930-1933 que Bonnafous s’acquitte véritablement de ses charges d’enseignant universitaire tout en participant à la vie intellectuelle de la cité. Citons par exemple sa conférence publique sur : « Montaigne et l’éducation », le lundi 30 mars 1933, dans le cadre du IVe Centenaire de la naissance de Montaigne44. En 1936, Bonnafous se présente aux élections législatives (dans la 4e circonscription) et il est battu, de quelques dizaines de voix, par son adversaire de droite le député sortant Émile Henriot. Quelques années plus tard, c’est Raymond Aron qui est nommé en remplacement de Max Bonnafous, devenu entre-temps professeur de sociologie en titre. Dans ses Mémoires45, Aron rappelle comment, après l’achèvement de sa thèse, il fut sollicité par le nouveau doyen André Darbon (1874-1943). Darbon a accompli ses études supérieures à Bordeaux où il fut l’élève de Rodier, Durkheim et Hamelin. Aron est nommé « à l’Université de Bordeaux, en tant que remplaçant de Max Bonnafous (lui aussi, comme [Marcel] Déat, élève de Bouglé) » (op. cit., p. 152). Ainsi, pendant six mois, au début de l’année 1938, il occupe cette « chaire de sociologie » (p. 338). À l’époque, Bonnafous est directeur de cabinet du député-maire de Bordeaux, Adrien Marquet, avant d’assurer cette même fonction, toujours auprès de Marquet, lorsque celui-ci est promu ministre du Maréchal Pétain, et ce, dès juillet 1940.

  • 46 Fournier M., Marcel Mauss, op. cit., p. 650.
  • 47 Emilio Willems (et adaptation française par Armand Cuvillier), Dictionnaire de sociologie, Paris, L (...)
  • 48 Borlandi M., « Institut international de Sociologie », dans Borlandi M. et al., Dictionnaire de la (...)

79Revenons à l’année 1937 marquée par le Congrès de l’IIS qui se tient à Paris. Âgé de soixante-cinq ans, Duprat est sur le point de prendre sa retraite, et il n’enseigne pas en France mais à l’Université de Genève. Le nouveau président de l’IIS, René Maunier, s’était déjà largement impliqué dans les entreprises scientifiques de Marcel Mauss et il est considéré parfois comme l’un de ses principaux disciples. Ne nous y trompons pas. Cet universitaire éclectique et atypique, qui vient de publier « Les groupes d’intérêt et l’idée de contrat en Afrique du nord » dans les Annales sociologiques (1937), n’entretient pas de lien particulier avec les membres de la nouvelle équipe de la revue, si ce n’est avec Marcel Mauss lui-même. Roger Bastide a quitté Bordeaux pour préparer l’agrégation de philosophie en Sorbonne (année 1923-1924). Après son succès au concours (1924), il enseigne dans différents lycées avant de partir pour le Brésil comme professeur de sociologie à l’Université de São Paulo (de 1938 à 1953) et il « ne cache pas sa “grande admiration” à l’égard de Mauss », selon une formule empruntée à Marcel Fournier46. En 1935, il a publié chez Armand Colin un ouvrage important : Éléments de sociologie religieuse. Quant à Émile Lasbax, il nous paraît significatif qu’Armand Cuvillier (1887-1973) ne lui consacre pas la moindre notice bibliographique dans son Dictionnaire de sociologie47. C’est assez regrettable car ses travaux : La dialectique et le rythme de l’univers (pour l’analyse du jeu) (1925) et son ouvrage en deux volume : La Cité humaine. Esquisse d’une Sociologie dialectique (1927), par exemple, sont loin d’être négligeables. À cela s’ajoute un « déplacement » des activités scientifiques de l’Institut hors de l’Hexagone, avec la préparation du prochain Congrès (Bucarest, 1939). La coupure qu’instaurera la Seconde Guerre mondiale sera fatale à ses activités, et les efforts déployés par le professeur Corrado Gini, de l’Université de Rome (l’Italien est vice-président de l’IIS dès 1937), ne permettront pas d’enrayer le déclin de l’Institut48.

***

  • 49 Il s’en explique, par exemple, dans L’évolution des mœurs (1925). « Nous pourrions nous contenter à (...)

80Regroupons quelques points de conclusion. Pour les besoins de notre étude, retenons que certaines des publications produites par Gaston Richard gagnent à être examinées. En s’appuyant sur les mythes et les légendes, en examinant les mœurs, les croyances et l’expression des sensibilités, celui-ci apporte une contribution importante pour l’étude des représentations collectives. Les figures individuelles mises en scène par les mythes et les légendes prennent forme jusque dans des figures sociales : des figures qui obéissent à des impératifs symboliques exprimant normes, valeurs et intérêts en jeu. L’archéologie de ces figures individuelles, à laquelle s’emploie Richard, permet de reconstituer leur renouvellement, l’effacement de certaines au bénéfice d’autres, plus en phase avec ce qu’il nomme un « idéal de la morale universelle ». Défis guerriers, épreuves athlétiques, jeux sont partie intégrante des situations évoquées. Les mythes et les légendes dans lesquelles s’inscrivent les figures identifiées correspondent à la projection dans une « histoire » de ce qui est conflit premier, conflit de proximité : des conflits entre deux issues incompatibles. Cette approche s’accorde avec les considérations de Mauss sur les mythes appréhendés en tant que constructions qui aboutent des incompatibles. Et c’est la trans-individualité de ces conflits, à un moment donné du degré de développement de la civilisation, qui se retrouve dans leur répétition culturelle et sociale, articulant un certain type de représentations sociales avec des pratiques qui changent ou sont sur le point de changer. Sans doute faudrait-il revisiter de façon méthodique les nombreuses publications de Gaston Richard pour trouver d’autres textes ou des passages susceptibles d’entrer dans notre thème d’étude. Notons également, au passage, son intention d’ouvrir tout un autre champ d’investigation que Durkheim, en considérant d’autres cultures archaïques49.

81Les trois volumes publiés par Émile Lasbax dans la série des « Cahiers de synthèse dialectique » (1925 et 1927) méritent l’attention. Le jeu y est abordé comme une énergie vouée à être créatrice et, dans le registre de la culture, comme un moteur de l’action au sein du développement des sociétés. À ce second plan, la démarche n’est pas sans rappeler la praxéologie telle qu’Alfred Espinas l’avait conçue quelques décennies plus tôt.

82Il est une perspective que partagent, mais avec sans nul doute des modes de justification spécifiques, ces Bordelais d’un temps que sont Espinas, Richard, Duprat et Lasbax : à savoir une conception relativement continuiste du vivant, qui tend à les distinguer des Durkheimiens. Le monde du vivant et le monde social appartiennent, d’une certaine façon, à un même plan de réalité qui porte la marque de chaque espèce. L’animal supérieur et l’homme ont des points communs, y compris au niveau de l’instinct qui les pousse à ébaucher du lien collectif et social. L’éthologie animale, l’anthropologie préhistorique et l’ethnologie le confirment. Mais la composante psychologique de l’homme est d’un ordre bien plus élevé, et le domaine des valeurs appartient en propre à celui-ci.

  • 50 L’hommage que lui rend Émile Sicard, peu après son décès, comporte une bibliographie récapitulative (...)
  • 51 Cependant, une source documentaire complémentaire : le Répertoire numérique détaillé du Fonds Dupra (...)

83L’analyse sociologique du jeu, du sport et de l’associativité développée par Duprat pendant l’entre-deux-guerres mérite elle aussi d’être tirée de l’oubli. Elle est susceptible de s’inscrire dans un cadre général, propre à la conception que se fait Duprat de la sociologie. D’ailleurs, sa façon de concevoir la sociologie générale est tout à fait classique. L’auteur inscrit le fait « sportif » et associatif sur trois plans complémentaires : un plan relatif à la morphologie sociale, un plan qui envisage les aspirations collectives dans leur rapport aux structures sociales et un plan qui a trait à la sociabilité et aux relations inter-individuelles qui se nouent dans le cadre associatif. En outre, Duprat fait preuve d’un intérêt soutenu pour le « sport », dont il note, ici ou là, les transformations durant l’entre-deux-guerres. Ajoutons que si l’on considère le nombre de publications scientifiques de l’auteur50, il est possible que d’autres textes relatifs au jeu et/ou au sport aient pu échapper à notre attention51.

  • 52 La propre fille de Duprat, Jeanne, agrégée de philosophie, a soutenu une thèse de doctorat en socio (...)
  • 53 Citons par exemple André Joussain (1880-1969). Ce dernier est agrégé de philosophie, lauréat de l’I (...)

84En définitive, il reste peu de noms pour incarner cette « autre » école bordelaise de sociologie52, et quelques autres noms nécessiteraient un repérage plus précis53. D’un point de vue plus général, il conviendrait de vérifier dans quelle mesure la sociologie produite par les membres de cette « autre École bordelaise », liée à l’IIS et à sa revue internationale, a eu véritablement droit de cité au sein de l’Université française durant les années 1930. Il conviendrait aussi de mieux connaître ce que sont les charges d’enseignement de Gaston Bouthoul durant les années 1920-1930. Sachant que seuls Gaston Richard à Bordeaux (jusqu’en 1930) et Émile Lasbax à Clermont-Ferrand sont en mesure d’enseigner une sociologie plurielle dans une université française, sans oublier René Hubert, le champ des possibles est plutôt restreint. Ailleurs, au niveau des enseignements de la licence de philosophie, dans le cadre du certificat de morale et sociologie, et dans la préparation des maîtres et maîtresses d’écoles, l’exposition des acquis de la « sociologie durkheimienne » tient sans nul doute une place centrale…

Notes

1 Nous avons réalisé récemment une étude traitant en partie de cette question. Callède J.-P., « L’autre “École bordelaise” de sociologie (1880-1939). Essai d’explication des mécanismes et des facteurs de l’oubli », Célèbres ou obscurs, Congrès du CTHS, Bordeaux (20-24 avril 2009), 22 avril 2009.

2 Société amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure de Saint-Cloud (publié par la), Hommage à O. Auriac, Bordeaux, Imprimerie E. Taffard, novembre 1946 (158 p.). Le texte « De M. O. Auriac lui-même » (p. 41-47) fournit un précieux témoignage sur l’enseignement de la philosophie à Toulouse et sur la place de la sociologie dans l’enseignement universitaire à Bordeaux et à Toulouse (voir p. 43-45). Ce témoignage propose un éclairage quelque peu différent de ceux, plus laudatifs, proposés par G. Delprat en 1900 et par René Lacroze en 1960. Delprat G., « L’enseignement sociologique à l’Université de Bordeaux », Revue Philomatique de Bordeaux, 1900, p. 256-275. Lacroze R., « Émile Durkheim à Bordeaux (1887-1902) » (séance du 8 novembre 1960), Actes de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, 4e série, tome XVII, 1960-1961, p. 61-66. Nous avons déjà mentionné cette étude qui est simultanément reproduite dans la plaquette éditée par l’Université de Paris : Centenaire de la Naissance d’Émile Durkheim, extrait des Annales de l’Université de Paris, no 1, 1960 (Paris, Imprimerie administrative centrale), 54 p. Voir p. 24-30.

3 Hubert Bourgin indique que le doyen Espinas considérait le groupe constitué autour de Durkheim comme « un petit bataillon discipliné », conçu pour la conquête des postes universitaires mais fonctionnant « aussi comme une société secrète, une Sainte-Vehme, disait-il, ayant ses mystères pour couvrir ses ambitions, ses listes blanches et noire »… Bourgin H., De Jaurès à Léon Blum. L’École Normale et la Politique, Paris, Librairie Fayard, 1938, p. 90-91.

4 Despaux M., Éducation physique, Paris, G. Doin et Cie éd. (imprimerie Bière, Bordeaux), 1935 (XII-112 p.). « Préface » de M. Oscar Auriac, p. V-XII.

5 Auriac O., L’École exemplaire. Initiatives et suggestions. Documents classés et précédés d’un avant-propos par André Ferré, Paris, 1948 (330 p.). Le livre contient de nombreuses considérations, relatives à l’éducation physique et aux sports ou aux œuvres péri-scolaires et coopératives.

6 Aron R., Mémoires, Paris, Julliard, 1983 (778 p.). Voir p. 87 et 88.

7 Le propos tenu par Paul Nizan dans Les chiens de garde (1932) mériterait d’être réexaminé en toute objectivité, et fortement nuancé sur tel ou tel aspect. Paul Nizan, Les chiens de garde, Paris, Rieder, 1932. Réédition Petite collection Maspero, 1982 (155 p.). S’agissant du rôle des Durkheimiens en matière de sociologie, de pédagogie et de morale, si l’Université a pu être le levier spirituel de l’État, dans chacun des trois ordres de l’enseignement, l’itinéraire socioprofessionnel d’Oscar Auriac, faisant suite à des études universitaires achevées à Bordeaux, procède d’un engagement personnel et ne s’apparente sûrement pas à une « cléricature laïque » destinée à asseoir le triomphe de l’idéologie bourgeoise (voir Nizan, op. cit., p. 92, 93, 97, etc.). Son cas n’a probablement rien d’isolé. Un ouvrage récent permet de mieux faire la part des choses. Geneviève Poujol et Madeleine Romer, Dictionnaire biographique des militants. xixe-xxe siècles. De l’éducation populaire à l’action culturelle (préface de Maurice Agulhon), Paris, L’Harmattan, 1996 (411 p.). Léon Brunschvicg (pourfendu par Nizan) est mentionné dans une notice détaillée (p. 62) ainsi que son épouse, Cécile Brunschvicg, née Kahn (p. 62), de même qu’Émile Durkheim (p. 132), Charles Gide (p. 158), etc.

8 L’obtention de l’agrégation reste sans nul doute le sésame indispensable. La remarque vaut pour Duprat. Elle vaut également pour quelques autres comme Pierre-Joseph Mendousse, qui soutient sa thèse en décembre 1909, dont rend compte la Revue de métaphysique et de morale. Et malgré le retentissement de ses deux principaux ouvrages sur la psychologie de l’adolescence, plusieurs fois réédités dans la « Bibliothèque de philosophie contemporaine » (Félix Alcan), il accomplit toute sa carrière dans différents lycées, où il enseigne la philosophie.

9 Revue internationale de sociologie, Numéro exceptionnel consacré à Gaston Richard, Paris, Librairie Générale de Droit & de Jurisprudence, no V-VIbis, 1935.

10 Lasbax É., La Cité humaine. Esquisse d’une Sociologie dialectique. Tome premier : Histoire des systèmes sociologiques. Tome second : Cinématique, Statique et dynamique sociale, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (coll. Cahiers de Synthèse Dialectique), 1927 (XII-313 p. et 369 p.). Voir : « La sociologie de Durkheim », t. 1, p. 260-281, et voir surtout t. 2, p. 225-228.

11 Richard G., La Femme dans l’histoire. Étude de la constitution sociale de la femme, Paris, Paris, Librairie Octave Doin éd., 1909 (Bibliothèque biologique et sociologique de la Femme. Directeur : Dr. Toulouse) (6 + 465 p.). La page de titre intérieure précise que G. Richard est « Professeur de sociologie à l’Université de Bordeaux ».

12 Lapie P., La Femme dans la famille, Paris, Librairie Octave Doin, 1908 (4 + 334 p.).

13 Des spécialistes du folklore français ont pu relever bon nombre de rites – ou d’épisodes – semblables. André Varagnac cite plusieurs exemples dont celui de jeunes filles qui, au moment du mariage, s’attachent dans le dos un sac percé au fond, qui laisse échapper des noisettes (Sarthe, Perche). Ailleurs, c’est le marié qui se sauve avec ce sac rempli de noisettes (dans deux cantons d’Indre-et-Loire) : autant de lointaines répliques folklorisées du « mythe de la course d’Atalante, course également associée au mariage », et qui « procède d’un usage antique apparenté ». André Varagnac (1894-1983) avait commencé des études de philosophie à la Sorbonne, interrompues par son engagement volontaire en 1915. Par la suite, il entreprend une thèse sur le folklore, dont un premier plan fut soumis à C. Bouglé (1932) puis un second à M. Halbwachs (1938), jusqu’à la parution de son livre : Civilisation traditionnelle et genres de vie, Paris, Albin Michel, 1948 (402 p.). Ces informations sont rapportées dans l’introduction, p. 18 et 19, et p. 203 pour les anecdotes relatées. Dans les années 1920, Varagnac fut également l’élève de Mauss à l’École pratique des hautes études.

14 Rappelons que Bouglé et Raffault proposent un extrait de l’ouvrage de Richard dans leur anthologie (p. 97-101) et que René Hubert accorde à ce même ouvrage une grande importance dans son Manuel élémentaire de sociologie. Voir p. 69-70, 264-269, 271, 272.

15 Richard G., L’Évolution des mœurs, Paris, Gaston Doin et Cie, 1925 (Encyclopédie scientifique. Bibliothèque de sociologie) (VIII-371 p.). L’exemplaire de l’ouvrage, pieusement conservé à la bibliothèque de l’UFR de philosophie de l’Université de Bordeaux III, porte la dédicace suivante : « Aux étudiants de philosophie, affectueux souvenir. Gaston Richard ».

16 La deuxième partie du livre s’intitule : « La diversité des mœurs et l’unité de la loi morale » (p. 261 et suiv.).

17 Dans ces fêtes que sont les rencontres sportives, les championnats nationaux ou internationaux, les Jeux olympiques, on met volontiers en avant le fair play, le respect des règles de courtoisie et d’équité qui ne sont jamais que la transposition d’anciens usages en vigueur dans les relations de commerce.

18 Émile Lasbax, « qui a eu la bonne fortune » d’être jadis l’élève de G. Richard à la Faculté des Lettres de Bordeaux, succède à ce dernier à la direction de la revue. Il est professeur de philosophie à l’Université de Clermont-Ferrand.

19 Supplément au no V-VIbis 1935 de la Revue internationale de sociologie (doc. dactylogr.).

20 Voir par exemple l’annonce faite par G.-L. Duprat dans l’American Sociological Review, citée dans la dernière section du chapitre.

21 Émile Lasbax, La dialectique et le rythme de l’univers, Paris, Librairie philosophique J. Vrin (coll. Cahiers de synthèse dialectique), 1925 (VIII-427 p.).

22 Lasbax É., La Cité humaine. Esquisse d’une Sociologie dialectique. Tome premier : Histoire des Systèmes sociologiques. Tome second : Cinématique, Statique et dynamique sociale, op. cit.

23 Lasbax cite la source de cet extrait : Leçon d’ouverture du Cours de 1894 (dans La Philosophie du xviiie siècle et la Révolution, Paris, Alcan, 1898, p. 17). Cit. t. 2, p. 27.

24 Duprat G.-L., La psychologie sociale. Sa nature et ses principales lois, Paris, Librairie Octave Doin, 1920 (369 p.). Pour la page de couverture intérieure, l’auteur fait suivre son nom de la mention suivante : « Docteur ès Lettres, Lauréat de l’Institut, associé de l’Institut International de Sociologie ».

25 « La psycho-sociologie », Paris, Giard et Brière, 1914 (23 p.) ; « « La psycho-sociologie de la guerre », Paris, Giard et Brière, 1916 (24 p.) ; « Introduction historique à la psychologie sociale », Paris, Giard et Brière, 1919 (38 p.).

26 Cette approche, qui met l’accent sur la libération de la sensibilité – esthétique – en relation avec la complexité croissante de la société, liant de façon dynamique et interactive le « biologique » et le « social », mérite d’être rapprochée des belles pages que Maurice Halbwachs consacre aux « tendances consommatrices » : « Contribution à une théorie sociologique des besoins » dans son livre publié en 1913 (op. cit., p. 387-442) et dans le dernier chapitre de l’ouvrage : Morphologie sociale (1938) examiné plus loin.

27 « L’athlétisme y donne lieu souvent à des exagérations qui ont fait redouter à des penseurs tels que H. Spencer un développement excessif du goût pour les exercices physiques au profit de la violence et d’un “retour à la barbarie” par une brutalité croissante ». Cit. p. 314.

28 Nous avons noté une tendance analogue chez un autre auteur, professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire, au collège de Mauriac (Cantal), dans l’un de ses livres publié à la fin de l’année 1918. Jean-Paul Callède, « L’éducation physique, le jeu et le sport dans la Psychologie appliquée de Frédéric Queyrat (1858-1926) » (à paraître).

29 La question de la « psycho-sociologie » constitue un thème récurrent dans l’œuvre de G.-L. Duprat. Daniel Essertier le souligne dans son volume : Psychologie et sociologie. Essai de bibliographie critique, Paris, Félix Alcan, 1927 (Publications du Centre de documentation sociale, École normale supérieure). Cependant, il n’en fait pas grand cas. Voir sa notice no 172, p. 96-97. Essertier note que l’étude : La Psycho-sociologie en France (1925) ne propose qu’une « définition copieuse et vague de la “psychologie sociale” » (cit. p. 97). Ajoutons que Daniel Essertier (1889-1931) a accompli ses études supérieures à la Faculté des Lettres de Bordeaux, où il est admis de 1908 à 1911 en qualité de boursier, avant d’être reçu à l’agrégation de philosophie.

30 Duprat G.-L., « La Psycho-sociologie en France. Étude sur les rapports de la psychologie et de la sociologie en France depuis Auguste Comte », Archiv. für Geschichte der Philosophie und Sociologie, XXX, 1 et 2, 1925, p. 133-160.

31 Duprat G.-L., Prévision sociologique et structures sociales, Rapport présenté au XIe congrès de l’IIS tenu à Genève du 16 au 22 octobre 1936, Archives de sociologie, 3-4-5e fascicule, juillet-décembre 1933, p. 129-314.

32 Il n’est pas possible de nous attarder sur le propos de Duprat qui insiste sur des questions étonnamment contemporaines comme lorsqu’il note que « la tendance à la “décentralisation” politique et économique est très faible dans les mouvements “régionalistes” et “autonomistes” » tandis que les collectivités locales comme « les bourgs, les cités, les grandes villes, n’en conservent pas moins leur organisation propre » (p. 226). Dans ces pages, se trouve posé un cadre de référence sociologique permettant d’envisager à la fois des analyses empiriques fécondes et des prévisions argumentées sur l’évolution des sociétés complexes.

33 Guillaume-L. Duprat, Esquisse d’un traité de sociologie, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1936 (200 pages). Le nom de l’auteur est accompagné des titres universitaires : « Professeur de sociologie et d’économie sociale de l’Université de Genève, secrétaire général de l’Institut International de Sociologie, Vice-président de l’Institute of Sociology de Londres », etc.

34 Annoncé dès la publication de la synthèse du congrès précédent (décembre 1933), le programme détaillé du XIIe congrès : Les formes élémentaires de la vie sociale, est signé par le Secrétaire général, G.-L. Duprat. Il est prévu d’aborder 1) les structures fondamentales (dont les groupes d’amis, de camarades, les groupes sportifs ou artistiques, les associations régulières, etc.), 2) les relations sociales fondamentales, 3) les processus et comportements sociaux élémentaires (dont les comportements artistiques, sportifs, de fêtes, etc.), 4) les rapports entre structures, processus ou comportements et aspirations. On entrevoit sans peine l’intérêt porté par l’IIS et certains de leurs responsables, dont Duprat, au fait sportif et à son essor spectaculaire.

35 René Maunier a ébauché une typologie dans son Introduction à la soicologie (1929). Pour les travaux en langue française, il faudra attendre les deux ouvrages publiés par Albert Meister sur la sociologie des associations (1972, 1974) pour disposer d’une méthodologie plus précise.

36 L’erreur en question semble héritée d’une lecture ancienne de la science publiée en langue allemande, à partir des ouvrages de Grosse, de Wundt, entretenue par le groupe de L’Année sociologique et à partir du compte rendu de Claude Maître sur le livre de Hirn, en anglais : The Origins of Art). Nous la retrouvons en l’état, une vingtaine d’années plus tard, chez Bouglé (1922), y compris dans son recueil de textes sociologiques (avec un extrait du livre de Grosse) et, par voie de conséquence, dans le manuel de Hesse et Gleyze (1922), plusieurs fois réédité, jusqu’à la rectification tardive proposée par Mauss, au nom de l’agonistique…

37 Duprat G.-L., « The International Institute of Sociology » (Foreign Correspondence), American Sociological Review, vol. 1, no 3 (Jun., 1936), p. 449-454.

38 Pour le programme détaillé du Congrès, voir : Duprat G.-L., « Résumé des principaux thèmes de discussion, d’après les communications parvenues au 30 juin 1937 », Revue internationale de sociologie, nos VII-VIII, juillet-août 1937, p. 305-343.

39 Parmi les participants, notons la présence d’un autre Girondin, le docteur en médecine Jean-Max Eylaud (1896-1979), également docteur en sociologie de l’Université de Genève (1929), spécialiste des assurances sociales et de la politique de santé. Pour l’occasion, il présente une étude intitulée : « Déséquilibres sociaux et santé publique ».

40 Revue internationale de sociologie, nos IX-X, septembre-octobre 1937. Voir p. 438 et 439. « L’École roumaine de sociologie mérite une étude spéciale. Examiner sur place ses efforts, ses méthodes, ses réalisations, sous la conduite de son fondateur D. Gusti, assisté du Directeur de l’Institut social roumain, M. Vladesco Racoassa, c’est un programme bien fait pour tenter les membres et associés de l’IIS » (ibid., p. 439).

41 Paul Laumonier, Professeur à la Faculté des Lettres, Rapport présenté à M. le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts au nom du Conseil de l’Université de Bordeaux, Bordeaux, Imprimerie de l’Université, 1931 (25 p. Archives municipales de Bordeaux (cote BIB 10 A 553). L’auteur détaille également quelques distinctions. « Aux Lettres, M. G. Richard a été élu président et M. Pitrou [titulaire de la chaire de Langue et Littérature allemandes], membre de l’Institut international de Sociologie » (op. cit., p. 9).

42 Théodore Ruyssen (1868-1967) est un ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie. Après avoir enseigné cette discipline dans plusieurs lycées, dont celui de Bordeaux (en 1900), et soutenu sa thèse, il est nommé à la Faculté d’Aix-en-Provence puis à celle de Bordeaux en 1907. Outre ses publications et travaux de philosophie, Ruyssen est un infatigable militant de la paix entre les nations et un éminent théoricien de cette question, qui fait de lui un sociologue. Il exerce les fonctions de secrétaire général de l’Union internationale des Associations pour la Société des Nations de 1921 à 1939.

43 Bonnafous est reçu au concours d’entrée de l’ENS en 1920. Peu après, il adhère aux Étudiants socialistes révolutionnaires et à la 5e section socialiste de Paris qui est animée par Marcel Déat. Après son succès à l’agrégation de philosophie (1924), il s’intéresse à la sociologie politique et enseigne au lycée de Constantinople, de 1926 à 1929, avant d’intégrer la Faculté des Lettres de Bordeaux. En 1927, il fait paraître : Le suicide à Constantinople. Étude statistique et essai d’interprétation sociologique.

44 Max Bonnafous, Professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux, « Montaigne et l’éducation », IVe Centenaire de la naissance de Montaigne. 1533-1933, Conférences organisées par la Ville de Bordeaux, Bordeaux, Delmas, 1933 (388 p.). Voir p. 213-237. Rappelons la façon dont l’orateur introduit le thème envisagé. « Le xvie siècle est un de nos plus grands siècles pédagogiques. Cela n’a point de quoi surprendre. S’il est vrai, comme on l’a dit après Émile Durkheim, que, dans toute société, le but de l’éducation soit d’orienter ce petit animal qu’est l’enfant vers son métier d’homme, de “regreffer l’humanité sur la nature”, comment les transformations profondes de l’idéal humain déterminés par la Réforme et par la Renaissance auraient-elles été sans effet sur les systèmes et sur les réalités pédagogiques ? » (p. 213).

45 Aron R., Mémoires, op. cit., voir p. 152, 163, 196 et 338.

46 Fournier M., Marcel Mauss, op. cit., p. 650.

47 Emilio Willems (et adaptation française par Armand Cuvillier), Dictionnaire de sociologie, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1970 (2e éd.) (314 p.). En revanche, Gaston Bouthoul est gratifié d’une notice détaillée.

48 Borlandi M., « Institut international de Sociologie », dans Borlandi M. et al., Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 359-360. L’auteur prend soin de noter que l’Institut est actuellement toujours en activité. L’International Review of Sociology/Revue internationale de sociologie paraît régulièrement. Ajoutons que s’est tenu à Paris un Colloque du Centenaire de l’IIS, les 21-24 juin 1993, avec une large ouverture internationale, à l’initiative du Professeur Michel Maffesoli (Université de la Sorbonne Paris V-René Descartes), vice-président en exercice de l’IIS.

49 Il s’en explique, par exemple, dans L’évolution des mœurs (1925). « Nous pourrions nous contenter à vrai dire […] de la race dont Durkheim a cru pouvoir tirer le tableau de la société et de la religion primitive, la race australienne » (p. 104). Richard va opter pour les « Yakoutes de la Sibérie orientale » (ibid.), inspiré en cela par un texte de Tacite sur les Fenni et surtout pour la place que tient le chamanisme dans ce type (et cette vaste aire) de culture, « le plus propre à nous exhiber le lien entre les civilisations historiques et les témoins de la période glaciaire » (p. 105). Dans un autre ouvrage : Sociologie et théodicée, publié aux Presses Continentales (Paris, s.d.), la critique des Formes élémentaires de la vie religieuse est encore plus virulente ; « cet ouvrage que nous supposons connu puisque, à tort ou à raison, on en a tiré en France une sorte de catéchisme du laïcisme, pour ne pas dire un formulaire de l’athéisme dogmatique comme il m’est arrivé de le désigner » (p. 156), avant de proposer sa propre analyse qui s’appuie sur l’aire culturelle indiquée plus haut (voir p. 179-193).

50 L’hommage que lui rend Émile Sicard, peu après son décès, comporte une bibliographie récapitulative particulièrement fournie (89 titres sont mentionnés). Sicard É., « In Memoriam. Guillaume-Léonce Duprat », Actes du XVIIe Congrès international de Sociologie, Beyrouth, IIS, 1958, 2, p. 787-794.

51 Cependant, une source documentaire complémentaire : le Répertoire numérique détaillé du Fonds Duprat (11 p. multigr., cote 4 J 729-772), établi par Jean Cavignac, Conservateur aux Archives départementales de la Gironde, à partir des papiers donnés en novembre 1977 par Jeanne Duprat, la fille du sociologue, ne laisse pas beaucoup d’espoir à ce propos.

52 La propre fille de Duprat, Jeanne, agrégée de philosophie, a soutenu une thèse de doctorat en sociologie, à l’université de Genève, dont elle a tiré un ouvrage préfacé par Gaston Richard. Duprat J., Proudhon : socialiste et moraliste, Paris, Félix Alcan, 1929 (II-328 p.).

53 Citons par exemple André Joussain (1880-1969). Ce dernier est agrégé de philosophie, lauréat de l’Institut et Docteur ès Lettres. Ce professeur de philosophie au lycée de Périgueux (Dordogne) est un anti-durkheimien résolu. Il a présenté sa candidature au Collège de France en 1930, lorsque Marcel Mauss a été élu, et en 1939, lorsque Maurice Halbwachs est élu. Dans un livre qu’il a consacré à la sociologie, annoncé dès 1939, il mentionne à plusieurs reprises Gaston Richard (p. 16, 51-52, 139 et 182), et pas une seule fois Durkheim, y compris dans sa synthèse des pages 15 et 16. Des Durkheimiens, seul Paul Lapie est cité pour ses études sur les Civilisations tunisiennes. Joussain A., La sociologie, Paris, Flammarion, 1945 (XI-205 p.). La longue préface (p. V-XI), rédigée depuis Périgueux, et datée du 2 juin 1941, laisse paraître une sensibilité anti-démocratique et une opposition marquée au suffrage universel. Nous apporterons quelques informations complémentaires dans le chapitre suivant.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search