Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Travaux et publications des années 1920 et 1930

Chapitre 4. De l’analyse de la « théorie du jeu » selon Charles Lalo à l’affirmation de l’« agonistique » selon Marcel Mauss

Texte intégral

1Dans le chapitre précédent, nous avons examiné les points forts de la pensée sociologique de Durkheim ainsi qu’un aspect plus discutable qui tient à la façon dont la postérité durkheimienne, incluant Bouglé, envisage le jeu dans son rapport à l’art. L’ancrage initial de cette « association » est à rechercher dans la troisième « critique » de Kant.

2On ne saurait passer sous silence l’apport de Charles Lalo (1877-1953), qui fournit une déconstruction analytique assez magistrale de cette question, avant de proposer une clarification personnelle fort convaincante. Cette entreprise intellectuelle et sociologique de longue haleine, si l’on prend comme point de départ sa thèse (1908), se poursuit (en 1910) et se concrétise par la publication de deux autres livres importants (1921, 1926). En citant explicitement ses sources, Lalo montre la spécificité des questions relatives à la sociologie de l’art et il développe une analyse critique de la « théorie du jeu » qui n’a pas d’équivalent chez les Durkheimiens. C’est aussi une façon de se démarquer des considérations habituelles livrées sur ces questions et de construire une œuvre originale.

3Marcel Mauss (1872-1950), neveu d’Émile Durkheim, mérite une place de choix dans notre inventaire bibliographique. Dans la première partie du livre, nous avons relevé que Mauss se fait assez tôt une idée précise que ce que pourrait être l’importance des jeux et du sport dans le cadre d’un programme de recherche raisonné en sociologie. Il a pu constater également que certains ethnologues ont livré des travaux de qualité sur ces sujets. Pour mémoire, rappelons ici les recensions d’ouvrages et deux comptes-rendus majeurs publiés dans la première série de l’Année sociologique. On peut considérer que Marcel Mauss va jouer un rôle important pour formuler les contours adéquats d’une sociologie du sport en instaurant une rupture – définitive – avec la conception appauvrie du jeu dans laquelle se sont limités certains de ses aînés parmi le groupe des Durkheimiens.

4Ajoutons que deux autres auteurs méritent notre attention. L’un d’eux, René Maunier, est un universitaire de talent à l’activité pluridisciplinaire, l’autre, le médecin-capitaine Escalier, fait une brève incursion dans la sociologie appliquée au sport qui se concrétise par la publication d’un petit livre.

L’art et la vie sociale. Le jeu et la vie sociale selon Charles Lalo

5Deux ouvrages publiés par Charles Lalo permettent d’apporter un éclairage pertinent sur ce qui distingue l’art et les jeux athlétiques, tout en indiquant ce qui les rapproche, et sur la distance critique qu’il convient d’adopter vis-à-vis des conceptions d’auteurs déjà anciens considérés par d’autres comme étant d’un apport utile pour leur façon d’analyser et l’art et le jeu.

Une « flatteuse égalité entre l’art et le sport » (1921)

  • 1 Lalo Ch., L’Art et la Vie sociale, Paris, Gaston Doin et Cie éd., 1921 (Bibliothèque de Sociologie (...)

6En 1921, Charles Lalo publie L’Art et la Vie sociale, présentée comme une contribution à l’esthétique sociologique1. La tâche envisagée par l’auteur est ambitieuse. Le programme d’ensemble d’une esthétique sociologique comprend trois opérations : étudier « d’abord les conditions sociales anesthétiques de l’art ; ensuite ses conditions sociales esthétiques ; enfin les réactions réciproques des faits esthétiques sur les faits anesthétiques » (p. 8). L’ouvrage relève de la première des trois études indiquées. Il traite des thèmes suivants : « L’art et le métier », « L’art et les classes sociales », « L’art et la famille », « L’art et la vie politique », « L’art et la religion ».

7Dès l’introduction, Lalo esquisse un bilan critique des tentatives diverses par lesquelles des auteurs se sont efforcés de proposer une « forme sociologique » au « problème de l’art » (p. 2). Kant fournit un éclairage déjà décisif, tout en restant surtout d’inspiration psychologique : « foncièrement individualiste quand il s’agit du beau, il devient explicitement sociologue quand il traite de l’art ; car il n’en croit pas la création possible sans la société » (ibid.).

8Faisant suite à l’ébauche de la synthèse hâtive produite par Hippolyte Taine, on peut repérer « le point de vue du psychologue » qui domine encore dans « l’esthétique sociologique de Guyau, de Tarde, de Wundt » (p. 3). Quant aux « vrais sociologues contemporains » que sont Grosse, Hirn et bien d’autres, ils se restreignent malheureusement à des monographies partielles (ibid.). L’auteur s’est déjà exercé à ce type de lecture critique dans des publications antérieures dont Les sentiments esthétiques (1910).

  • 2 Menger P.-M., Demeulenaere P., « Sociologie de l’art et de la littérature », Dictionnaire de la pe (...)

9Il n’est pas dans notre intention d’examiner le livre dans son ensemble qui est considéré à juste titre comme l’un des premiers livres consacrés à la sociologie de l’art au sens actuel de l’expression2. En revanche, certaines remarques qui procèdent d’une comparaison – avec une certaine similitude sociologique – entre l’art et le sport, l’artiste et l’athlète, sont à mentionner. Aux meilleures époques grecques et romaines, « un joueur de flûte ou un poète pouvaient y gagner presqu’autant qu’un athlète ou un cocher » (p. 61). Cette évolution n’a pas été rectiligne et « il faut arriver à nos jours pour retrouver réalisée cette flatteuse égalité entre l’art et le sport » (ibid.). Pour autant, note-t-il plus loin, contrairement aux jeux des anciens Grecs, la situation actuelle est quelque peu différente : « les mœurs anglo-saxonnes ont remis en honneur les sports, ils sont devenus les concurrents beaucoup plus que les auxiliaires de nos arts » (p. 100). Si l’art est une forme de luxe qui demande le plus d’effort, aucune des formes sérieuses de l’art ne conviendra à l’homme qui cherche surtout à se divertir et à trouver un dérivatif, tandis que « le délassement du sport », le spectacle du music-hall, la lecture du journal suffisent à cette forme du loisir (p. 94).

10Avec les jeux et les sports, la valeur sociale du luxe est cependant manifeste. « Le jeu est, en même temps qu’une expansion de notre liberté, une discipline sévèrement sanctionnée dans notre conscience comme dans la conscience collective. En quoi il ne fait d’ailleurs que se soumettre à la condition commune de toute vraie liberté » (p. 98). Or le jeu est, poursuit Lalo, de si près apparenté à l’art que deux écoles modernes n’hésitent pas à définir l’art comme étant « la formation supérieure du jeu ». On reconnaît là le point de vue exprimé en Allemagne par Kant et Schiller, une doctrine reprise en Angleterre par Spencer et Grant Allen ou en Allemagne par Groos (p. 99). Selon Lalo, cette théorie du jeu, dans ses deux modalités d’expression, l’une formaliste, l’autre empirique, s’en tient au seul « caractère de liberté » et elles négligent « le caractère de discipline sanctionnée, et par conséquent le caractère social du jeu » (ibid.). Poser le jeu comme une forme première et encore élémentaire de l’art n’a aucune pertinence sociologique. En revanche, considérer que l’art introduit dans la vie esthétique « la socialisation du jeu » et/ou « la discipline du luxe » (p. 345) permet d’isoler la propriété majeure de l’art. Il n’en reste pas moins évident, pour l’auteur, que la doctrine du jeu exprime une vérité plus générale et permanente : la parenté en même temps que la concurrence « de toutes les formes sociales du luxe » (ibid.). L’art, le sport, mais également la danse, qui est à la fois un art corporel et un exercice physique maîtrisé, sont ainsi replacés dans leur diversité sociale – et sociologique – d’expression, et nullement dans des liens de subordination. Ils sont destinés à évoluer, en tant que jeu(x), « en un sens contraire de l’activité sérieuse » qu’ils n’ont pas pour fonction de redoubler inutilement, et comme activités de luxe et d’agrément (p. 346), soit en fonction d’une certaine indépendance dans la vie sociale. Sur ce point de conclusion à propos de ce qu’est l’art dans la vie sociale, auquel parvient l’auteur, sans doute faudrait-il réintroduire une distinction, relative à la problématique du sport et des jeux athlétiques envisagés dans leurs formes collective de pratique. Ou plutôt, ne faut-il distinguer, à la fois pour l’art et pour le sport, ce qui relève d’une part du savoir-faire de l’agent de ce qu’est, d’autre part, le plaisir de l’amateur d’art et celui du spectateur sportif ? De la sorte est retrouvée « cette flatteuse égalité entre l’art et le sport » soulignée par l’auteur (p. 61).

11L’ouvrage publié en 1921 par Charles Lalo est intéressant à plus d’un titre. Incontestablement il ouvre sur une perspective sociologique originale mais il fournit aussi un indice non négligeable sous l’angle de ce qu’on peut appeler la dynamique du champ de la sociologie universitaire en France. Il est publié dans la « Bibliothèque de Sociologie » que dirige Gaston Richard. Sur les onze volumes prévus, il est le septième livré, venant s’ajouter, pour la seule « sociologie », à ceux de G.-L. Duprat (La Solidarité sociale, 1907), de Gaston Richard lui-même (La Sociologie générale et les Lois sociologiques, 1912 ; L’Évolution des mœurs, à paraître en 1925) et celui de Paul Lapie (L’Assimilation des peuples, également indiqué comme à paraître). C’est dire l’indépendance de Charles Lalo vis-à-vis de ceux qui se réclament de l’École durkheimienne.

Élaborer une nouvelle « théorie du jeu » (1927)

  • 3 Lalo Ch., Esthétique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1927 (deuxième édition revue) (107 p.). Nous n (...)

12Toujours dans le droit fil de son analyse publiée en 1910 : Les sentiments esthétiques, Charles Lalo s’emploie dans un nouveau livre à commenter le modèle de la « théorie du jeu » afin de dissiper les équivoques qui accompagnent la considération du « jeu » dans sa relation avec l’esthétique. Examinons ce livre aux proportions modestes, intitulé Notions d’esthétique (1926), et Esthétique dans sa deuxième édition, parue l’année suivante3. L’intention visée dans ce livre, qui s’adresse à un public élargi, est d’en finir avec « les problèmes mal posés » (p. 1) et de remédier à « l’absence méthodique de méthode » (p. 11). Le ton adopté nous rappelle celui de Jean-Marie Guyau. Lalo est amené à passer en revue, dans une démarche critique, les méthodes et les théories qui se réclament de l’esthétique. Dans son propos, l’auteur articule les acquis de ses études antérieures, dont Les sentiments esthétiques, avec la reformulation synthétique de développements portant sur la « théorie du jeu ». Ces derniers sont fort utiles pour éclairer notre problématique.

– Faire « oublier la vie par le jeu »… pour y revenir

  • 4 Dans l’édition de 1948, qui maintient le titre initial : Notions d’esthétique, Lalo complètera la (...)
  • 5 Lalo Ch., « Programme d’une Esthétique sociologique », Revue philosophique, vol. LXXVIII, juillet- (...)

13L’activité qui est l’objet fondamental de l’esthétique, l’art, suppose l’idée de fabrication ou production. Lorsqu’elle s’éloigne d’un procédé mécanique, elle conquiert une certaine liberté. « Elle implique alors création imaginative, luxe, jeu, illusion volontaire et en un sens désintéressé […] et idéal intuitif » (p. 10). L’art remplit une fonction de diversion et d’évasion ; il nous fait « oublier la vie par le jeu » (p. 29). On retrouve également l’idée déjà exposée par Lalo selon laquelle des auteurs fameux ont envisagé ce type d’approche. « Kant a insisté sur ce désintéressement, et Spencer a voulu ramener l’art tout entier à une forme supérieure du jeu (p. 29)4. Pour sa part, Lalo montre que le jeu ramène à la vie sociale tout en donnant l’impression de s’en affranchir. Cette idée était déjà formulée par l’auteur dans un article : « Programme d’une Esthétique sociologique » publié dans la Revue philosophique quelques années plus tôt5. Sur le point de conclure, Lalo mettait l’accent sur la « fonction sociale commune à tous les arts ». Ce « qui constitue leur raison d’être nécessaire dans chaque société normalement constituée, c’est la discipline du luxe ». Et si l’art, indiquait l’auteur « est un jeu libre, il est surtout l’organisation sanctionnée de cette liberté ». Pour s’accomplir pleinement, il ne peut que retourner à la société. « Sa destination la plus positive c’est de réintégrer le luxe, en lui-même égoïste et anti-social, parmi les fonctions nécessaires de l’humanité : même sous ses formes les plus personnelles, l’art est la socialisation du luxe » (ibid., p. 51). Voici une façon de solutionner la réalité du jeu et de l’art, que Durkheim s’efforçait de poser en des termes sociologiques dans deux ou trois passages de sa thèse : De la division du travail social (1893). Nous avions parlé d’une réalité ambivalente du jeu, pour la façon dont Durkheim l’abordait dans sa double composante. En mettant l’accent sur deux opérations successives : évasion par le jeu puis retour à la société, la démarche de Lalo est plus convaincante. Toutefois, la transposition – ludique – qui s’opère dans le jeu n’est pas, à proprement parler, une négation de la société. Si le jeu est, en un certain sens, le contraire de l’activité sérieuse, il a la fonction de la compléter et non celle de la nier comme telle ou de la redoubler mécaniquement.

14Mais revenons aux Notions d’esthétique formalisées en 1926 et 1927. L’auteur considère qu’il « entre beaucoup d’éléments divers dans les fonctions complexes des jeux », à commencer par « la règle consentie et le divertissement » (p. 30). Aux fonctions de « diversion » (et de « divertissement ») s’ajoutent une fonction « de “purgation (ou purification) des passions” (katharsis) », une « fonction technique » (la technique relative à tel ou tel art et d’une autonomie relative « parmi les autres activités de la vie réelle ») et une « fonction de redoublement » (reproduire ou intensifier certaines réalités, et non viser à les transformer) (p. 29-33). Lalo considère que la plupart des principaux systèmes d’esthétique commettent l’erreur de privilégier l’une de ces fonctions au détriment des autres.

15La théorie du jeu lui semble la modélisation la plus féconde pour aborder l’art (p. 38-40). Le jeu n’a rien de gratuit. Il indique qu’un auteur comme Groos « a montré que le jeu n’est pas toujours inutile » (p. 39). Le jeu peut alors exercer « une fonction d’apprentissage, de répétition préalable ». De ce point de vue, le jeu ramène l’intéressé ou le petit groupe à la collectivité, à la société. On peut le vérifier, indique Lalo, en observant le petit garçon qui joue « au soldat, au cavalier, au gendarme et au voleur » ou la petite fille jouant « à la poupée, à la dame en visites ». « Ce sont déjà de vrais drames mimés et parlés » (p. 39). Ceux-ci contribuent à l’apprentissage ludique des rôles et des statuts, dont la répartition entre les deux sexes est manifeste. Leur appropriation suppose une intention librement consentie et partagée.

16Charles Lalo approfondit ensuite son analyse en clarifiant quelques points importants. « Les jeux guerriers, cynégétiques, religieux et artistiques des peuples primitifs présentent des fonctions et des transitions analogues » (p. 39). Sous cet angle également, les jeux puisent leur inspiration au plus profond des agissements majeurs qui fondent la collectivité sociale.

17L’autonomie relative du jeu et de la culture esthétique, à savoir des inventions qui dérivent en partie des activités sérieuses – on retrouverait ici une thèse défendue par Durkheim et mieux encore par Bouglé, dans le prolongement des travaux de Wallaschek ou de Bücher sur les activités rythmées – peut exercer en retour quelque influence « sur la partie nécessaire et sérieuse de la vie » (p. 79). Ce mécanisme est clairement décrit par Bouglé (1922) : le processus de différenciation des valeurs se double d’une conjonction des valeurs, au niveau de telle ou telle composante organisationnelle de la société, autour du jeu ou du sport, par exemple. On se souvient également que, dans Les formes élémentaires… (1912), Durkheim marque une nette distinction entre les jeux récréatifs et les rites représentatifs attachés au terrain communiel. Toutefois, il admet que ces deux répertoires sont parfois voisins l’un de l’autre. Le point de vue exprimé par Lalo est plus explicite encore. Il montre que « la culture esthétique a quelque influence sur les institutions anesthétiques » en s’appuyant sur de nombreux exemples : poésie, statuaire, etc., considérés à différentes périodes. L’adjectif « anestétique » désigne ici, selon Lalo, des institutions « neutres » ou « sans qualification esthétique ». C’est cette autonomie relative de l’art qui lui permet « d’entrer en rapports divers avec la vie collective » (p. 80).

18Les multiples formes de culture esthétique s’autonomisent et s’affranchissent des fondements et composantes constitutives de la société. En retour elles peuvent contribuer à modifier certains de leurs traits constitutifs. Lalo indique même le rôle déterminant que peuvent jouer, sous cet angle, « les directions d’esprit imprimées par l’enseignement public ou privé ». Elles « influent sur la culture esthétique d’une nation. » Et de fournir une illustration détaillée (nous sommes en 1927) de certaines querelles bien connues. « Par exemple la dispute pédagogique toujours actuelle des anciens et des modernes, des partisans du latin, du grec, des langues étrangères, des arts d’agrément, des sports ne peut manquer d’influer tôt ou tard sur la littérature des prochaines générations » (p. 79).

– Les rapports entre l’art et le jeu

19Lalo précise ensuite comment il faut appréhender les rapports entre l’art et le jeu. Il rappelle le double point de vue le plus répandu : « Les sentiments esthétiques seraient en principe une variété de l’espèce du jeu : un jeu supérieur et contemplatif » ; « les jeux proprement dits seraient des arts inférieurs, quasiment réduits à l’exercice de l’activité » (p. 39). Nous retrouvons là une idée reprise et entretenue dans plusieurs ouvrages déjà examinés (à commencer par le Manuel de sociologie de 1922).

20Selon Lalo, c’est à Kant que l’on doit la « théorie du jeu », une formulation qui lui semble la plus féconde pour rendre compte du beau. « Kant le premier avait montré que le beau est une satisfaction désintéressée, un jeu ou mieux un accord de nos facultés : une harmonie de notre intelligence sensible et de notre intelligence » (p. 38). À sa suite, deux autres auteurs se sont réappropriés ce type d’approche. Friedrich Schiller tout d’abord. « Son disciple, le poète Schiller assimila ce désintéressement à celui du jeu » (ibid.). On se souvient cependant que Kant, dans la Critique de la faculté de juger, considère que le jeu suppose une certaine obligation (ou discipline), voire une certaine contrainte. Le jeu se déploie toujours en fonction d’une orientation. L’autre auteur mentionné par Lalo est évidemment Spencer qui va développer « cette thèse » du désintéressement assimilé à la réalité du jeu. Selon Spencer, indique Lalo, « l’art est une sorte de luxe de la vie et de l’évolution, un déversoir pour les surcroîts de forces inemployées »… (p. 39).

21En privilégiant cette association entre l’art et le jeu, qui prend la forme d’un continuum, ou plutôt, à vrai dire, d’une opposition tranchée entre l’art (forme supérieure du jeu) et le jeu (forme inférieure de l’art), on s’interdit d’engager deux démarches : d’une part définir l’art pour ce qu’il est et, d’autre part, définir de la même façon le jeu pour ce qu’il est. Bref, souligne l’auteur, « les caractères spécifiques de l’art doivent être ajoutés au jeu, mais n’en peuvent être tirés ni par la logique abstraite, ni par l’évolution concrète » (p. 40). Sans renoncer au principe d’associer l’art et le jeu, qui peut contribuer à la compréhension de l’un ou de l’autre, Lalo précise que « ce qui caractérise le mieux l’art tient surtout à ce qui le rend supérieur au jeu, et non au jeu lui-même ». Telle est l’ouverture à envisager, indispensable pour définir la spécificité de l’art.

22Le propos s’accorde bien avec l’objectif du livre : proposer en des termes objectifs des « notions d’esthétique », ainsi que l’indique le titre intérieur du livre. Pour un spécialiste des jeux d’exercice physique et des pratiques sportives, la transposition logique du propos tenu par Charles Lalo pourrait se formuler comme suit. Ce qui caractérise le mieux les jeux d’affrontement ou les sports tient à ce qui les rend supérieurs à la considération des seuls effets artistiques. La maîtrise technique, la conception et la mise en œuvre d’une tactique ou d’une stratégie, l’efficacité, etc., définissent l’engagement physique. La valeur « artistique » ne peut être que seconde par rapport à la réussite ou à la victoire, et le « réalisme » du joueur ou de l’équipe, dans bien des cas, n’a que faire de « la beauté du geste » si cette dernière n’accompagne pas le succès…

– La particularité des jeux qui « impliquent une rivalité »

23Lalo envisage les rapports qu’entretiennent les sentiments esthétiques et le jeu. Ceux-ci peuvent être catalogués comme « une variété de l’espèce du jeu » (p. 39). La théorie du jeu, indique-t-il, a permis sans nul doute de dégager ce qu’il y a de spécifique dans l’esthétique. Lalo souligne cependant l’impossibilité de faire coïncider l’art (ou les sentiments esthétiques) avec le jeu. On retrouve à ce niveau toute la pertinence de l’analyse kantienne et, indirectement, le risque évident de simplification qu’introduisent les vues de Schiller ou de Spencer. Le développement des jeux et des sports, que Lalo a probablement présents à l’esprit, incite à la précision. En effet, « la plupart des jeux impliquent une rivalité, un effort et ne sont ordinairement pas désintéressés » (p. 40). L’auteur s’en tient à cette formulation concise mais le lecteur comprend sans difficulté que les jeux physiques d’opposition (et les sports) correspondent à cette « variété ». Les conditions de la rivalité sont définies dans le cadre d’une règle qui précise des obligations autour d’une convention établie et respectée volontairement, indiquait-il dans son livre de 1910.

24L’auteur complète ici son opération de décomposition des traits respectifs du jeu et des sentiments esthétiques. Ainsi, « la portion des jeux qui sert à l’apprentissage des instincts » – chez certains jeunes animaux, chez l’enfant – « ne coïncide pas avec la portion qui est réellement esthétique » (p. 40). On ne saurait être plus explicite. S’il s’agit d’envisager simultanément les sentiments esthétiques et le jeu, encore faut-il repenser avec précision leur articulation, éventuellement des chevauchements partiels en fonction de telle ou telle variété et non de chercher à les superposer.

  • 6 Lalo Ch., Notions d’esthétique, Paris, PUF, 1948 (troisième édition revue) (111 p.). Le livre béné (...)

25L’analyse proposée par Charles Lalo en 1921, 1926 et 1927 ne semble pas avoir retenu l’attention des sociologues universitaires de l’époque. Ou plus exactement, les quelques textes de référence (Bouglé, 1922 – un livre issu de conférences plus anciennes, 1926 ; Durkheim, 1925 – ouvrage posthume ; ou a fortiori Grosse, Hirn, Wundt, etc.) sont antérieurs et nous n’en connaissons pas de postérieurs aux années 1926-1927. Et c’est sans doute ces mêmes sources bibliographiques que Lalo entend dépasser, en particulier sur la façon adéquate d’appréhender la question du jeu, de l’art et des sentiments esthétiques. D’ailleurs, dans la nouvelle édition du livre qui paraîtra en 19486, ce n’est pas un hasard si l’auteur ajoute un paragraphe qui met l’accent sur le remplacement de « l’ancienne esthétique du jeu » par une nouvelle conception que l’auteur désigne comme étant « une féconde Esthétique structurale » (p. 42). Évidemment, on regrettera que ce petit livre publié en 1926, plusieurs fois remanié dans le détail, ne fasse pas plus de place aux jeux d’affrontement physique et aux sports. Mais tel n’était pas l’objectif visé par Charles Lalo en publiant ces Notions d’esthétique. Ce philosophe et esthéticien – on hésite aujourd’hui à lui accorder conjointement le titre de sociologue – prépare, d’une certaine façon, le terrain pour une sociologie du jeu dépouillée d’un passif philosophique et d’une érudition sans véritable fondement.

« La réunion de jeu et l’équipe de sport », par René Maunier (1929)

  • 7 Maunier R., Essais sur les groupements sociaux, Paris, Librairie Félix Alcan, 1929 (120 p.).
  • 8 Après sa réussite au concours de l’agrégation, Maunier est rattaché à la Faculté de Droit de Borde (...)
  • 9 Maunier R., « Recherches sur les échanges rituels en Afrique du Nord », L’Année sociologique, nouv (...)
  • 10 Maunier R., Introduction à la sociologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1929 (VIII-112 p.).

26Pour ces années de l’entre-deux-guerres, est-il possible de repérer des études (articles, chapitres d’ouvrages, etc.) qui prennent résolument le fait sportif comme objet d’étude ? De ce point de vue, un petit ouvrage mérite toute notre attention car il est assez exceptionnel. Il s’agit, pour son dernier chapitre, du livre publié en 1929 par René Maunier (1887-1951), qui s’intitule : Essais sur les groupements sociaux7. Le chapitre a pour titre : « La réunion de jeu et l’équipe de sport » (p. 98-106). L’auteur n’est pas un sociologue de formation. Licencié en droit (1908), Docteur ès sciences économiques l’année suivante, puis Docteur ès sciences juridiques (1910), il est reçu premier à l’agrégation de sciences économiques en 1919 et s’installe en mission au Caire (Égypte)8. Il est vivement intéressé par l’ethnologie et a suivi le cours que donne Marcel Mauss à l’École pratique pendant plusieurs années (1907-1911). Il s’investit également dans les activités de l’Institut international de sociologie (IIS) fondé par Worms, dont la revue publie ses premiers articles et travaux. Dès 1907, il devient membre de la Société de sociologie de Paris, également fondée par Worms. Il est impliqué dès le début de l’année 1923 dans la création de la société savante de sociologie qui prendra bientôt l’appellation d’Institut français de sociologie (IFS), lié au renouveau de L’Année sociologique. En 1929, il vient de publier dans L’Année sociologique un excellent mémoire, qui s’appuie sur une recherche documentaire majeure, lorsqu’il fait paraître le livre qui nous intéresse9. D’ailleurs celui-ci puise largement à ces mêmes sources (« documents de l’histoire », « enquêtes de l’ethnographie », p. 23) et dans d’autres, il est vrai, empruntant même à la littérature. Une seule fois simplement, l’auteur trouve l’occasion de citer Durkheim (p. 24), Bouglé (p. 66) tandis que Le Play est mentionné à deux reprises (p. 34, p. 103). Son livre est le recueil des cours que l’auteur a professés pendant l’année 1928-1929 à la Faculté des Lettres de Paris. À cet ouvrage vient s’ajouter un second, publié la même année : Introduction à la sociologie10, qui sera examiné plus loin, pour sa réédition.

27Voyons ce qu’apporte ces Essais sur les groupements sociaux. Chacun de nous, note Maunier, « est intégré à plusieurs groupes » (p. 5). « Dans tous ces groupes, il doit se conformer à des statuts, ou tout au moins à des coutumes ; il doit suivre des règles de droit et de mœurs » (ibid). Ces usages constituent la « sociabilité », qui est « l’aptitude à se conformer » (ibid.) Après avoir présenté ce qu’est la « notion de groupements sociaux » (introduction), l’auteur distingue trois types de groupements : les « groupements de parenté » (deux chapitres), les « groupements de localité » (deux chap.) et les groupements d’activités (cinq chap.). Ces chapitres permettent d’aborder successivement « La caste et la classe », « La corporation de métier et le syndicat professionnel », « La compagnie ou le cartel », « La confrérie et l’ordre monastique » et le dernier chapitre traite des groupements d’activités constitués autour de l’art, du jeu et du sport. Dans le dernier cas, il s’agit fréquemment de « groupements libres, formés par délibération, et régis par convention, où l’on n’entre et ne reste que par volonté, sans que rien ne contraigne à y prendre part » (p. 17). Dès le début du premier chapitre, Maunier indique qu’il va faire référence à certains « modèles » culturels empruntés « chez les Africains du Nord » et appuyer son analyse sur sa « connaissance des coutumes du Maghreb » : « mon désir est de ne tomber point dans la sociologie en chambre » (p. 23). Il convient de noter cette double originalité du livre.

Le sport

  • 11 L’illustration est tirée du livre d’Edmond Doutté, Merrâkech, 1905, p. 321 et suiv. E. Doutté (186 (...)

28Le jeu et le plaisir peuvent être un motif de groupement. Le but de ce type de rassemblement relève, de l’avis de Maunier, de l’épicurisme : « c’est la distraction, et la récréation, et la satisfaction » (p. 98). Les « clubs », les « cercles » ont eu une réalité sociale antérieure au sport mais il y régnait déjà une « égalité » de principe. Dans l’une de ses formes d’expression, comme la danse ou le patinage, il est une sorte d’extase du mouvement « qui, de loin, peut s’apparenter à ces “circumambulations” des cultes primitifs, à ces danses et à ces sauts de maintes sectes d’Orient » (p. 100). Le plaisir peut consister en une action, qui implique une réunion, en tant que moyen. Le sport correspond à ce cas d’espèce. Il a pour but le divertissement, à la fois pour les acteurs et les spectateurs. « Ceux-ci sont en principe, et au moins en fiction, des amateurs, qui aiment ce qu’ils font » (p. 100). Le sport est effort et plaisir. C’est aussi un combat, « une épreuve, une lutte » (ibid.). Fort de ses connaissances historiques (sur le Moyen âge) et de ses compétences ethnographiques, Maunier montre que ces affrontements peuvent être pour les uns « symboliques », pour les autres « véridiques ». Pour illustrer le premier cas, il mentionne par exemple « le jeu de la Koura chez les Arabes d’Algérie, où deux équipes luttent à la crosse et croient ainsi… faire tomber la pluie11 ». Pour le second, il rappelle ce qu’étaient les tournois, au Moyen âge.

29Un des traits majeurs qui caractérise le sport est l’âge. « Le groupement sportif est le dernier des groupes d’âge » (p. 100), souligne l’auteur. Le qualificatif de « dernier » est peut-être à comprendre comme le fait que la soudaine importance prise par le sport dans la société moderne s’est accompagnée de l’individualisation d’un groupe spécifique. En effet, les groupements sportifs sont essentiellement formés de « jeunes, de cadets, et non pas de vieillards, ni même d’hommes mûrs » (ibid.). On sait cependant que l’organisation sportive dans son ensemble et l’encadrement des plus jeunes reposent aussi sur l’engagement volontaire d’adultes. Mais par-delà sa diversité, l’équipe « est toujours un groupe de jeunes » (p. 105).

30Maunier insiste sur les multiples groupes et groupements auxquels le sport donne lieu : « cercles ou clubs et comités de sport », « camps intermittents » pour l’entraînement, « réunions et meetings, « troupes et équipes ». « Groupes qui ont leurs mœurs, et jusqu’à leur argot » (p. 101). Pas de sport sans opposition, sans confrontation à une adversaire. « Le combat est ainsi un fait social, et vraiment une institution » (p. 100). Maunier rappelle que tout jeu sportif est soumis à la loi du « fair play », « réglé et arbitré, « mesuré et rythmé ». Les sports d’aujourd’hui ont accentué ces aspects. « Le succès est ici de vaincre la durée ; cela est vrai du sport, et aussi du travail, depuis que celui-ci est, comme on dit, “taylorisé” » (p. 101). L’auteur détaille ensuite l’émergence de « la notion de valeur » liée au traitement de l’excellence sportive. « L’exploit est certifié, l’héroïsme est chiffré (ibid.). L’un et l’autre se déclinent en « prouesse », « exploit », « performance », record », et produisent les critères de « rang », de « qualité », de « classe ».

La réunion

  • 12 L’auteur emprunte cet exemple et quelques autres au livre de Louis Mercier (1879-1945), La chasse (...)

31L’activité sportive suppose une pratique en collectivité. « L’action du sport est préparée en groupe, et réalisée en groupe » (p. 101). Ce genre de réunion a eu ses formes archaïques. Chez certains peuples, « la maison des jeunes gens » a pu être le théâtre de confrontations athlétiques. « Les indigènes australiens ont eu leurs danses et leurs luttes solennelles et rituelles entre deux camps » (p. 102). Maunier indique les combats d’athlètes chez les Guanches des îles Canaries, les confréries arabes de chasseurs12, etc., avant de rappeler que des circonstances particulières présidaient à ces confrontations : « d’Atalante à Brunehilde, l’union nuptiale fut le prix d’un championnat », les jeux funèbres chez les Grecs, « les assemblées de printemps ou d’été » qu’on retrouve dans les sports, etc. Or ces moments ne sont jamais laissés au hasard. L’allusion au scénario hiérogamique et de conquête de l’épouse peut être rapprochée d’une note qui figure à la page 114. « À Beaucaire, au Moyen Âge, les “filles perdues” devaient faire, toutes nues, une course de vitesse. C’était pour elles, une humiliation annuelle et rituelle. Le prix symbolique était “un paquet d’esguillettes”. » Il s’agit, concrètement, d’un renversement du scénario mythique évoqué quelques pages plus haut dans le livre.

32Dans les formes de manifestation les plus récentes (« les grands matchs », « les grandes corridas »), tant au nord qu’au sud, des foules « animées, passionnées et enflammées » se pressent (p. 104). Pareille expression collective ne peut advenir que par « l’effet du nombre », focalisé sur un commun événement. Donnons à ce propos une idée plus précise des qualités d’analyse et d’écriture de l’auteur. « C’est, sous le ciel brumeux ou sous le soleil brillant, la même extase et le même délire ; “tous les cris de l’enfance poussés par la voix de l’homme” ; tous ces hurlements inhumains par où éclate l’âme de la foule, qui emporte et transporte tous les assistants dans un émoi, qui touche à l’émotion et à l’émeute ! » (ibid.).

L’équipe

  • 13 Sur « la vie de l’équipe », Maunier renvoie le lecteur au livre de Pierre de Coubertin, Pédagogie (...)

33En général, indique Maunier, « le sport n’est point un combat d’homme à homme, mais il est un combat de groupe à groupe » (p. 104). Le sport est social par ses spectateurs et par ses acteurs. Dans la boxe ou dans l’ancienne lutte villageoise, deux hommes s’affrontent mais ils représentent des groupes. La plupart des sports et des anciens jeux font appel à des équipes. Ici l’auteur fournit de nombreuses illustrations qui empruntent aux sociétés archaïques, traditionnelles ou modernes. L’équipe (le team, chez les Anglais) est l’instrument de la confrontation sportive13. Dans les sports modernes, on peut identifier des équipes plus ou moins nombreuses. « L’équipe n’est parfois que de deux membres ; ainsi dans le tennis, ou dans la course des six jours ; […] L’équipe est de quatre membres dans la cuadrilla des courses de taureaux […]. Mais elle atteint à onze dans l’équipe de football-association, et même à quinze dans l’équipe de football-rugby » (p. 105). Ainsi, l’équipe a sa diversité, « elle est locale, ou nationale, ou internationale ; elle est souvent aussi professionnelle, ou, comme on dit, corporative » (p. 106). Maunier insiste ensuite sur ce qui fait la cohésion de l’équipe, la fraternité qui lie ses membres entre eux. Plus importantes encore sont, nous semble-t-il, les remarques que l’auteur consacre à la règle sportive, tout en la limitant à l’équipe proprement dite, alors qu’elle est surtout ce qui sert de fondement à la confrontation pacifique entre deux équipes. Voyons ce qu’il en est au sein de l’équipe. « L’équipe, on l’a dit, a sa loi, sa loi écrite et aussi non écrite, à la fois technique et éthique. » Elle renforce la cohésion du groupe, « la fermeté et la sécurité dans le combat ; elle commande l’unité d’effort, et la loyauté d’action » (p. 106). Cette loyauté d’action, à l’égard des siens et vis-à-vis de l’équipe adverse, est indispensable au sport. L’équipe « a sa morale ». « Il s’y crée, en ce sens, du social ; elle a donc sa vertu d’éducation civique » (ibid.). Formulée par un juriste de formation, cette approche de la loi du sport, à la fois écrite et non écrite, garantie par des « arbitres » (« qui “pénalisent” les contrevenants aux règlements ») mais supposant une maîtrise individuelle chez chacun, ouvre une perspective sociologique qui manque incontestablement à l’ouvrage posthume de Durkheim : L’éducation morale, publié quatre ans plus tôt. Cependant, Maunier est bien conscient que le sport s’impose surtout, dans la société, comme « action de prestige, de gloire et d’orgueil » (p. 106).

34En envisageant d’explorer le passé et le présent, de saisir le renouvellement de tel ou tel type de groupement et des fonctions sociales qu’il sert, Maunier propose une analyse particulièrement nuancée qui rompt avec ce qu’on peut lire à l’époque dans le domaine de la sociologie de la culture et du sport. Il montre la pénétration de la langue anglaise dans la terminologie sportive dont il présente un inventaire complet.

35Dans la conclusion du livre (p. 109-117), Maunier récapitule les notions importantes sur lesquelles s’appuie son analyse. Dans un premier temps, il indique l’importance des critères morphologiques (« dimension », « composition », « constitution »). Ensuite, il rappelle que « conservation sociale » et « transformation sociale » sont deux processus qui caractérisent les groupements humains tout en s’opposant l’un à l’autre. Le livre s’achève sur l’évocation quelque peu romantique de la figure des « vagabonds ou fugitifs, toujours errants et jamais attachés », tel « Arthur Rimbaud, ce réfractaire et ce nomade » (p. 117). Et sans doute y a-t-il chez René Maunier, secrètement, comme une sorte d’admiration pour ce type de personnage.

Un Onze parmi les Onze, préface de Paul Fauconnet (1930), par le Dr J. Escalier

  • 14 Docteur Escalier J., Un Onze parmi les Onze (préface de Paul Fauconnet, Professeur de Sociologie à (...)

36Si l’on s’en tient à l’activité du groupe des Durkheimiens et à la faible attention qu’il porte au sport, une exception doit être faite à propos d’un petit livre qui mérite toute notre attention. En 1930, le médecin capitaine J. Escalier publie un petit ouvrage sous un titre qui pourrait être celui d’un roman populaire inspiré par le sport : Un Onze parmi les Onze. Ce livre, à notre connaissance jamais cité, ni au titre de la sociologie, ni même au titre d’une approche « théorique » du football, n’a pas échappé à l’attention de Massimo Borlandi, spécialiste de la sociologie d’Émile Durkheim et du groupe des Durkheimiens, car il est préfacé par Paul Fauconnet (p. 9-11), à l’époque professeur de sociologie à la Sorbonne14. Paul Fauconnet fournit quelques renseignements utiles sur l’auteur du livre. Ce dernier est « médecin capitaine au service de Santé des troupes du Levant » qui stationnent sur un vaste territoire incluant le Liban et la Syrie. Il est en poste à Beyrouth. « Pendant ses séjours en France, cet homme dont la carrière est faite, ce chef vient modestement s’asseoir sur les bancs de la Sorbonne. Il aime les études sociologiques d’un amour désintéressé » (p. 10). À en juger par les notes bibliographiques sur lesquelles l’auteur du livre appuie son analyse, force est de constater que celui-ci maîtrise une réelle information sociologique.

L’outillage conceptuel de la sociologie à l’épreuve du terrain sportif

37Voilà un petit livre qui constitue un jalon intéressant pour illustrer – par l’étude de la pratique sportive, celle du football en l’occurrence – ce que pourrait être le rayonnement de l’École durkheimienne, en ce milieu de l’entre-deux-guerres, et tout le parti que l’on peut tirer de l’outillage conceptuel forgé par Émile Durkheim et l’équipe de L’Année Sociologique pour analyser le fait sportif.

  • 15 L’Indépendance du « Grand Liban » a été proclamée par le général Gouraud le 1er septembre 1920. Da (...)

38Les deux premiers chapitres du livre fournissent à l’auteur l’occasion de décrire, à la façon d’une chronique, le glorieux parcours d’une équipe de football – composée de militaires en poste dans une garnison locale – dans un championnat regroupant différentes équipes de cette zone d’occupation du Moyen-Orient15. Les dernières équipes en lice sont les suivantes : celle du Q.G. de Beyrouth et les équipes du 39e R.A.C. de Rayak, du 4e bataillon du 1er R.T.M. d’Alep et de l’École militaire de Damas. À l’évidence, le docteur Escalier met l’accent sur la caractérisation « sociale » de l’équipe : « un Onze parmi les Onze », l’équipe du Q.G. de Beyrouth vainqueur du championnat, indiquant par là que le groupe élémentaire possède sa singularité propre, marquée par une division du travail qui permet d’expliquer son efficacité face à d’autres groupes semblables (les équipes qui lui sont opposées dans le cadre d’un championnat) – dont l’ensemble compose la société sportive. Ces groupes partagent les mêmes valeurs et le même sens du devoir (persévérance de chacun à l’entraînement, obligations librement assumées, sacrifices consentis, etc.) qui orientent l’effort collectif dans la voie du succès.

39La seconde partie du livre introduit un niveau plus élaboré d’analyse. « L’ère de l’observation directe » étant close, nous dit l’auteur, désormais « notre réflexion va pouvoir prendre son essor libre » (p. 75). Avec précision, l’auteur s’appuie sur plusieurs grands thèmes de la sociologie durkheimienne, prenant soin de citer les références bibliographiques et les auteurs qui lui sont utiles. Sa connaissance pratique du football, le fait qu’il ait été un témoin-acteur de l’ensemble du processus que constitue l’expérience collective acquise progressivement par l’équipe, grâce à une mobilisation adéquate des moyens requis, et l’éclairage théorique fourni par la sociologie lui permettent d’écrire quelques pages qui ne dépareraient pas dans une étude de psychologie sociale consacrée aux petits groupements humains. « Inutile d’insister sur tous ces principes qui président à l’évolution d’une équipe. Division du travail, coordination des efforts, échanges de services, objectivent en quelque sorte la solidarité qui doit régner au sein du groupe » (p. 92).

40D’autres passages mettent en avant des dimensions et/ou des notions qui nous intéressent grandement : l’association, l’échange réciproque des services, l’engagement contractuel, le contrat… Le groupe sportif n’est pas un quelconque agglomérat d’individus. Ce sont bien les liens que ceux-ci entretiennent les uns avec les autres qui fondent leur unité. « Non des exploits individuels, mais une entr’aide incessante qui unisse les joueurs dans un même élan. Entre eux, dans toute l’acception du terme : association » (p. 93). « Non pas une simple juxtaposition d’individus qui travailleraient pour leur propre compte, mais un très haut degré d’unification, fonction de l’échange réciproque des services » (ibid.). Le docteur Escalier indique à plusieurs reprises l’importance de cette solidarité organique qui s’observe dans le sport d’équipe. Pour atteindre ce stade d’organisation collective, à la fois fonctionnelle et consciente chez chacun des membres qui la compose, il faut qu’une dynamique contractuelle se structure. Cette réalité de la logique contractuelle se vérifie autant au niveau de l’équipe elle-même qu’à celui de l’équipe engagée face à d’autres, dans le cadre général d’un championnat.

41Sur un plan formel, les membres composant une équipe sont liés entre eux par un quasi-contrat. Ils sont constitués en association. Par ailleurs, la pratique du football obéit à des règles précises. Chaque élément de l’équipe se doit de respecter à la fois les principes selon lesquels est structuré le groupe, en fonction des objectifs affichés, et la technique du jeu – qu’est le football – est codifiée dans ses moindres détails. « L’équipe obéit encore à des règles strictes formulées par écrit. Elle a donc son statut. C’est un quasi-contrat qui constitue son armature interne et qui précise ce que doivent être la technique des joueurs et l’organisation intérieure du groupe » (p. 117).

42Cette cellule élémentaire qu’est l’équipe sportive s’inscrit dans un plus vaste ensemble incluant les autres équipes et les impliquant. Elle s’en trouve mieux définie encore, de par les liens institutionnalisés qu’elle entretient avec celles qui lui seront opposées dans tel ou tel championnat. « En maintes circonstances, l’équipe fait encore figure de personnalité juridique. Elle s’abouche avec d’autres équipes et conclut avec elles des accords. Elle s’engage et s’oblige, comme autrefois, quoique sous une forme moins rituelle, tribus ou cités s’engageaient par contrat avec d’autres tribus ou cités. En l’espèce, encore que chaque équipe agisse par l’intermédiaire d’un mandat, le contrat synallagmatique qui les lie est un bel exemple de contrat collectif » (p. 117-118).

Un exposé présenté aux membres du Groupe d’études sociologiques de la Sorbonne

  • 16 Huizinga J. [1938], Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard (traductio (...)

43Incontestablement ce petit livre produit par un sociologue amateur est à la fois intéressant et utile, sous l’angle de l’histoire de la sociologie du sport en France. Paul Fauconnet lui-même suggère ce jugement dans sa préface, en notant qu’il n’a rien à ajouter au propos de l’auteur, tant celui-ci s’est efforcé de tirer toutes les ressources possibles de la sociologie. Certes l’essai est sans doute perfectible, y compris dans l’esprit de son auteur. « Le présent travail ne saurait être qu’un simple canevas où sont seulement effleurés les rapports du jeu d’équipe avec le droit, la morale, la politique, l’économie, l’esthétique, etc. », indique-t-il dans une note de la page 111. Le propos appelle deux remarques. La première tient à la fécondité potentiellement évidente des acquis de l’École durkheimienne qu’on peut mobiliser pour analyser la pratique sportive, en particulier celle qui met en situation deux équipes d’un sport collectif. L’équipe constitue un microcosme social, de même qu’une rencontre opposant deux équipes introduit un plan de complexité supplémentaire dans ce qui n’est plus exactement un microcosme social mais plutôt un espace concret de mise en application de règles précises, voire une dimension propre de la société (dans le cas des championnats nationaux ou des matches internationaux, par exemple). Le seconde remarque vise à souligner l’intuition de l’auteur considérant que le « jeu d’équipe » entretient des rapports évidents avec « le droit, la morale, la politique, l’économie, l’esthétique, etc. », anticipant ici de façon magistrale sur l’Homo ludens (1938) de l’historien hollandais Johan Huizinga16. Cette perspective peut être mise en rapport avec le type de construction théorique privilégié par Célestin Bouglé dans son ouvrage sur l’évolution des valeurs publié en 1922. Tandis que l’historien hollandais a, pour sa part, inversé les filiations (le jeu serait à l’origine de la plupart des institutions et de leurs principes structurants), Escalier réitère la thèse magistralement soutenue par Bouglé. La différenciation des valeurs conduit à une autonomisation des valeurs ludiques (et sportives) qui, à leur tour, par leur polytélisme, réfractent un éventail des valeurs mises en avant dans la société.

44Cette publication résulte d’un effort intellectuel conséquent. On sait déjà que l’auteur a suivi de façon régulière, et pour autant que le permet son métier, les cours de sociologie de la Sorbonne. Une note de la page 76 indique également au lecteur que le docteur Escalier a présenté un exposé devant un auditoire spécialisé ayant pour titre : « Contribution à la sociologie par l’étude d’organisations sportives, conférence faite au Groupe d’études sociologiques de la Sorbonne » (la mention est malheureusement non datée). On sait aussi, par une note qui figure page 81, que l’auteur a publié un article d’inspiration sociologique, parmi d’autres, qu’il a fait paraître dans La Syrie, le « quotidien du Levant » : « La pratique du football : considérations sociologiques sur le jeu d’équipe », La Syrie, avril 1929. Il remercie M. Parisot, professeur de philosophie au lycée de Beyrouth, pour avoir relu attentivement son projet d’article de même que « le présent travail ».

45Ainsi, « ce modeste essai de contribution à la sociologie sportive », pour reprendre une formule du docteur Escalier utilisée dans la conclusion (p. 143), est-il une pièce non négligeable dans le corpus des travaux anciens qui peuvent être identifiés au titre d’une sociologie du sport. L’auteur propose un type d’approche sociologique qui est en parfaite adéquation avec l’objet d’étude. « Pour le sociologue, l’étude d’une équipe de football, pour peu que celle-ci soit envisagée sous ses différents aspects, morphologique, technique, social, moral, etc., est une excellente introduction à l’étude des faits sociaux » (conclusion, p. 143). De ce point de vue, on peut considérer que le livre marque un jalon dans l’histoire de la sociologie du sport en France. Il aurait pu avoir une postérité tout autre si cette expression avait pu figurer en sous-titre sur la couverture. L’analyse du petit livre du docteur J. Escalier, resté confidentiel en raison de son titre – qui fournit une explicitation quelque peu « décalée » par rapport à l’intention scientifique réellement visée –, permet nous semble-t-il de formuler deux ou trois remarques complémentaires dont seule la dernière tient à son contenu intrinsèque proprement dit.

  • 17 de Coubertin P., Pédagogie sportive, Paris, Les éditions G. Crès et Cie, 1922 (157 p.).

46Sous l’angle de la diffusion des idées intellectuelles, il apporte la « preuve » que l’importance accordée par Johan Huizinga dans son Homo ludens aux acquis de l’École durkheimienne est parfaitement justifiée. Escalier ne cite pas d’études sportives proprement dites comme, par exemple, le petit volume Pédagogie sportive, publié à Paris quelques années plus tôt, en 1922, par Pierre de Coubertin17. Certes l’appareil critique de notes savantes se limite essentiellement à la mention de travaux de sociologie mais il est fort probable que l’auteur connaît ce livre dont le thème recoupe en partie ses propres préoccupations empiriques. Ce faisant, il a pu se rendre compte que P. de Coubertin empruntait à tout un héritage de travaux universitaires connus, bénéficiant peut-être, à ce propos, de l’avis éclairé de Paul Fauconnet qui a fait paraître Éducation et sociologie par Émile Durkheim (1922) et L’Éducation morale par Émile Durkheim (1925). À moins que la mention de ce livre par René Maunier dans ses Essais sur les groupements sociaux (1929), que l’auteur cite (p. 142), l’ait conduit à ne pas faire état de cette possible source utile.

  • 18 Borlandi M., « Fauconnet Paul, 1874-1938 », Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 2 (...)

47En outre, ajoutons que ce « vaillant défenseur de l’enseignement de la sociologie dans les écoles normales primaires », ainsi que Massimo Borlandi qualifie Fauconnet18, a sans doute considéré d’un œil à la fois bienveillant et aiguisé par la curiosité la thématique sportive explorée par le docteur Escalier. « On m’eût bien surpris, si l’on m’avait prédit que je collaborerais un jour à un traité de football. Car, de ce jeu, que les Français de ma génération ne pratiquaient pas, j’ignore tout, jusqu’au vocabulaire » (préface, p. 11). L’ultime remarque permet de comprendre un aspect de ce qui fait la force des textes « classiques » sur lesquels J. Escalier appuie son étude. Ils sont une source majeure pour la sociologie en train de se faire et l’essai empirique du docteur Escalier en fournit une illustration peu contestable.

L’intuition de Marcel Mauss : concevoir une problématique de l’agonistique

48Abordons maintenant quelques études produites par Marcel Mauss, sensiblement dans les mêmes années et les suivantes, qui vont permettre de rompre définitivement avec les propos réducteurs tenus sur le jeu. Durant les années de l’entre-deux-guerres, Mauss va publier quelques travaux, fort connus aujourd’hui, et qui sont considérés comme des « classiques » de l’ethnologie française : l’Essai sur le don (1924) et diverses analyses, dont un texte datant de 1928 (« Wette, wedding »), Les techniques du corps (1936) ainsi que des éléments qui figurent dans le Manuel d’ethnographie (1947). Ce volume rassemble les cours dispensés par l’auteur de 1926 à 1939. C’est Marcel Mauss qui va permettre de rompre avec une prise en considération du jeu comme composante à la fois élémentaire et marginale de l’esthétique. Grâce à lui, les jeux de compétition, avec les techniques du corps qui s’y rapportent sont envisagés pour leur propre signification culturelle et sociale. L’agonistique désigne ce nouveau mode d’approche. En un sens, pourtant, l’intuition lumineuse peut sembler tardive.

L’Essai sur le don (1924)

  • 19 Mauss M., Essai sur le don. Forme et raison de l’Échange dans les Sociétés archaïques (extrait de (...)

49On sait que Marcel Mauss a exploré méthodiquement certains thèmes qui peuvent être considérés comme complémentaires de ceux traités par son oncle Émile Durkheim dans Les formes élémentaires de la vie religieuse. D’ailleurs, il a participé étroitement à l’exploitation méthodique de la documentation indispensable à la préparation de cet ouvrage. Mauss interroge aussi de très nombreuses sources documentaires afin de dégager une vue d’ensemble sur le don, l’échange et l’obligation d’échanger. Il n’est pas question d’examiner de façon détaillée l’Essai sur le don19 dont le propos déborde largement le plan de nos préoccupations. Nous souhaitons seulement insister sur trois points : rappeler ce que M. Mauss identifie comme son « Programme » de travail, évoquer le « système » de « prestations totales de type agonistique » (comme cadre de l’action collective), revenir sur la possibilité, évoquée par Mauss, « d’étendre ces observations à nos propres sociétés ».

50Pour le premier point, annonçant l’objectif visé dans son étude, l’auteur utilise le temps du futur, indiquant par là l’ampleur de la tâche. Retenons un des aspects du double but annoncé : « nous arriverons à des conclusions en quelque sorte archéologiques sur la nature des transactions humaines dans les sociétés qui nous entourent ou nous ont immédiatement précédés. Nous décrirons les phénomènes d’échange et de contrat […] » (p. 148).

  • 20 Davy G. (1883-1977) est un des membres éminents du groupe des Durkheimiens. À l’issue de l’année u (...)

51Pour le deuxième point, rappelons le propos de l’auteur résumant les travaux qu’il a entrepris avec Georges Davy20 : « ce sont des collectivités qui s’obligent mutuellement, échangent et contractent ; les personnes présentes au contrat sont des personnes morales : clans, tribus, familles, qui s’affrontent et s’opposent, soit en groupe se faisant face sur le terrain même, soit par l’intermédiaire de leurs chefs, soit de ces deux façons à la fois » (p. 150-151), mobilisant, le cas échéant, deux moitiés de la tribu, deux phratries. On observe des variantes, pour ce vaste ensemble de prestations totales, en fonction des sociétés étudiées. Il importe de décrire avec précision l’offre d’un objet, la transmission d’un bien, sa circulation générale, le cadre « topographique » et temporel de l’échange…

  • 21 Par exemple : Stumff F., Cozens F.W., « Some aspects of the role of games, sports and recreational (...)

52Retenons pour notre propre compte les variantes qui intègrent des jeux d’engagement physique ou d’affrontement « compétitif » pour exprimer ces usages. Le principe qui demeure, c’est l’obligation d’échanger. À ce propos, Mauss mentionne en note : « V. [voir] en particulier les remarquables règles du jeu de balle chez les Omaha : Alice Fletcher et La Flesche, “Omaha Tribe”, Annuel Report of the Bureau of American Anthropology, 1905-1906, XXVII, p. 197 et 366 » (note 2, p. 151). Il convient également de décrire précisément le contexte du jeu, la signification de la maîtrise de la balle ou du ballon (par exemple), l’issue du jeu et ses conséquences, etc. Aujourd’hui, nous pourrions ajouter d’autres études, également anciennes ou plus récentes, confirmant la relative stabilité culturelle de ce cadre organisé de l’action collective intégrant le prétexte des jeux21. Cependant, on ne peut écarter l’idée qu’il s’agit, le cas échéant, de formes d’organisations plus tardives, qui échappent quelque peu au cadre du potlach.

  • 22 Georges Davy (1883-1977) est un des membres éminents du groupe des Durkheimiens. À l’issue de l’an (...)
  • 23 Cazeneuve J., « L’esprit ludique dans les institutions », dans Caillois R. (dir.), Jeux et sports, (...)

53Troisième et dernier point, qui s’inscrit dans la suite logique du précédent : l’invitation faite par Mauss de chercher à identifier dans notre société contemporaine des moments, des contextes et des circonstances comparables. Dans la section intitulée « Survivance des principes », l’auteur évoque (p. 239) l’invention de la distinction qui permet de séparer la vente du don et de l’échange (la « distinction entre des droits personnels et des droits réels ») et surtout celle de « la différence qu’il y a entre des rites, des droits et des intérêts ». La distinction entre échanges marchands et échanges non marchands est explicite. On peut comprendre, en effet, que ce type d’échanges agonistiques, dispendieux et somptuaires (« ce mélange étroit de droits et de devoirs symétriques »…) soit quelque peu « incompatible avec un développement du marché, du commerce et de la production, et au fond, à l’époque, antiéconomique » (p. 239). Peut-être pourra-t-on regretter (tout en étant conscient du caractère quelque peu naïf de ce regret exprimé) que, dans sa « Conclusion » (p. 258 et suivantes), Marcel Mauss n’indique pas, par quelque indice supplémentaire, une perspective qui permettrait de revisiter les jeux d’exercice traditionnels et d’explorer les sports modernes (les Athletics). Il faudra attendre l’essai de Huizinga : Homo ludens (1938)22, lecteur attentif des publications des Durkheimiens, pour que ce rapprochement, entre autres à partir des travaux de Mauss et de Davy, soit esquissé clairement et avec brio. Plus tard encore, Jean Cazeneuve réexaminera la question dans une excellente analyse livrée en 196723.

  • 24 Testart A., « Échange marchand, échange non marchand », Revue française de sociologie, vol. 42-4, (...)

54Dans un article récent, Alain Testart24 se montre assez critique quant à l’utilisation faite par Marcel Mauss de la notion de don dans cet essai fameux.

  • 25 L’associationnisme sportif contemporain, en tant qu’économie – non marchande – des relations humai (...)

55Il tend à ramener la bonne façon de poser le problème à la distinction entre « échange marchand » et « échange non marchand », considérant que Mauss opère des regroupements de faits et d’exemples quelque peu arbitraires. Pour notre part, du « programme » proposé par Mauss, qui n’a rien d’un texte définitif, semble-t-il, mais qui a plutôt la portée d’un texte d’orientation, nous avons puisé les éléments d’information et d’analyse se référant à la dimension « agonistique » de l’échange, qui permettent d’établir un lien avec nos propres préoccupations. En d’autres termes, ce type de pratique sociale doublée d’une forte dimension symbolique nous intéresse d’autant plus qu’il est associé à des jeux physiques. Par ailleurs, nous avons suivi le cheminement de Marcel Mauss indiquant que ces faits appartiennent, au fond à l’époque « antiéconomique » (Mauss, op. cit., p. 239). Cette économie du don est « incompatible avec le développement du marché », précise Mauss (ibid.). On peut suivre sans doute Alain Testart s’il s’agit de contester certains regroupements d’exemples ou de cas, qui ne constituent pas une catégorie homogène, mais sa critique ne nous paraît pas pertinente s’il s’agit de considérer que Mauss a confondu échanges non marchands et échanges marchands25.

Les « contrats à épreuves », « la course à la fiancée » (1928)

  • 26 Mauss M., « Wette, wedding » (Un texte inconnu de Mauss, par Philippe Besnard), La sociologie fran (...)

56Une fois encore, on peut se référer à Marcel Mauss pour replacer cette question dans le cadre de la science sociale. Par les soins de Philippe Besnard, la Revue française de sociologie a publié en 1985 un bref texte de Mauss : « Wette, wedding » initialement paru dans la Revue historique de droit français et étranger, en 192826, et rédigé à la troisième personne sous la forme d’un compte rendu. Ph. Besnard note que cette question intéresse Mauss depuis plusieurs années. La sémantique comparée permet de ne pas s’en tenir aux sens actuels des mots, indique Mauss. Ainsi le mot allemand Wette « n’a plus que le sens de pari », l’allemand ancien avait gardé le sens d’« enjeu », de « gage » mais il avait perdu le sens de « mariage ». À l’inverse, le mot anglais wedding « n’a plus que le sens de mariage ». Le formule de « mariage par donation de gage » (« de wed, de wadium, de prix »…) a pu inclure assez longtemps la notion de gage, de prix. Mauss est encore plus explicite. « Enfin, le marché aux filles avec ses enchères (Wettseigerung), le Brautlauf des Souabes, la course à la fiancée, classent le mariage parmi les contrats à épreuves. Et tout cet ensemble : gages et paris et contrats, vient se classer parmi les épreuves. D’ailleurs les thèmes épiques et mythiques de l’épreuve du fiancé, du concours, du choix abondent » (texte cité, p. 245-246). On trouve de nombreuses formes populaires de ce type de contrat à épreuve.

  • 27 Mauss M., Œuvres, tome III (Textes réunis par Victor Karady), Paris, Éditions de Minuit, 1969.

57Fort justement, Philippe Besnard indique dans sa présentation que ce texte « peut être ajouté aux divers “textes à l’appui de l’Essai sur le don” regroupés par V. Karady dans le tome III des Œuvres de Mauss »27. On retrouve ainsi des aspects caractéristiques : l’échange, la prestation agonistique (pouvant se traduire par des jeux d’exercice physique de type compétitif), une jeune fille comme enjeu de la confrontation… D’ailleurs, dans son texte, Mauss suppose que ces usages se rattachent à « l’ancienne institution des prestations totales » et que « ce système a certainement existé chez les Indo-Européens » (ibid., p. 246).

58Le compte rendu précise que la communication donnée par Marcel Mauss a été suivie d’une discussion à laquelle ont participé, entre autres, Gustave Glotz, qui enseigne l’histoire grecque à la Sorbonne, Meynial, un éminent juriste, et René Maunier.

  • 28 Huizinga J., Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu (1938), réédition de 1977, voir p.  (...)

59Rappelons que l’historien hollandais Johan Huizinga, dans son essai Homo ludens (1938), décrit très précisément, et filiations étymologiques à l’appui, un fait analogue. Le mot néerlandais bruiloft (« qui évoque la course pour l’épouse, c’est-à-dire l’épreuve ou l’une des épreuves dont dépendait la conclusion de la convention ») possède « le même arrière-plan d’histoire du droit et de la civilisation » que le mot anglais wedding, qui désigne la conclusion du mariage28. Peut-être Huizinga a-t-il pu avoir connaissance de la note publiée de Mauss en 1928, à moins qu’il ne s’agisse là d’un fait déjà familier aux historiens du droit et aux sociolinguistes.

  • 29 On se souvient qu’Alfred Espinas, dans son étude sur « Les Origines de la technologie » (1890), me (...)

60Le sport – mais peut-on élargir le constat à n’importe quel sport ? Ce n’est pas certain – réactualise, réactive sur un plan symbolique des structures sociales et culturelles relativement stabilisées. À partir de cette matrice, il est possible de répertorier différentes configurations sociales caractéristiques29. La sociologie historique esquissée par Alfred Espinas (1890) et l’anthropologie comparative à laquelle s’intéresse Marcel Mauss durant les années 1920 et 1930, sans oublier la sociologie comparée ébauchée par René Maunier (1928-1929), par-delà leurs objectifs spécifiques, ne sont pas en désaccord.

Les techniques du corps (1936)

  • 30 Mauss M., Les techniques du corps (extrait du Journal de psychologie, XXXII, no 3-4, 15 mars-15 av (...)

61Marcel Mauss a publié en 1936 une autre étude d’intérêt majeur pour notre sujet : Les techniques du corps30. Cette fine analyse s’intéresse exclusivement aux techniques individuelles. De fait, les illustrations empruntées au domaine que l’on pourrait qualifier comme étant celui du « sport » se bornent à des pratiques individuelles : nage, course, lancer, gymnastique, yoga. Outre sa curiosité insatiable fondée sur une observation méthodique, Mauss avoue volontiers sa plus grande admiration pour l’athlétisme et ses gymnastes (p. 382) et, plus encore peut-être, pour l’alpinisme (p. 385). L’auteur envisage ces techniques du corps du point de vue de leur acquisition, en termes d’habiletés motrices. L’apprentissage, l’éducation formalisée ne sont pas les seuls moyens. « Chaque société a ses habitudes bien à elle » (p. 367). Tous ces facteurs tendent à modeler ce que Mauss désigne comme étant un « habitus » (p. 368), mot qui passera plus tard à la postérité. La notion (« Je vous prie de remarquer que je dis en bon latin, compris en France, “habitus” », ibid.) tend à désigner ces « habitudes » « qui varient surtout avec les sociétés, les éducations, les convenances et les modes, les prestiges » (p. 368-369). L’objectif poursuivi dans cette analyse livrée par Mauss nous entraînerait assez loin de notre thème de recherche. Toutefois, il nous a semblé indispensable de présenter brièvement ce document. Il fait figure de point de référence obligé, de texte « classique » pour les sociologues et les ethnologues qui s’intéressent aux techniques du corps telles qu’on peut les décrire dans le cadre des apprentissages d’habileté corporelle, de la transmission des techniques gestuelles, de la maîtrise des jeux physiques et des sports.

Le cours dispensé à l’Institut d’ethnologie de Paris (1926-1939)

  • 31 Mauss M., Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1971 (rééd.), Coll. Petite bibliothèque Payot (« Le (...)

62Le Manuel d’ethnographie de Marcel Mauss, dont la parution est assurée par Denise Paulme, en 1947 et reprise en 196731, comporte bon nombre d’informations utiles pour notre thème d’analyse. Les pages du Manuel sont la sténotypie des Instructions d’ethnographie descriptive données chaque année par l’auteur à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris, de 1926, date de l’ouverture de l’Institut (créé au mois de décembre 1925), à 1939. Selon l’Avertissement, les deux chapitres qui nous intéressent : « Technologie » et « Esthétique », auraient occupé plus particulièrement l’année 1935-1936.

63Dans le chapitre 4 : « Technologie » (p. 29 et suiv.), les « techniques du corps » sont exposées p. 30-32 et la bibliographie générale du chapitre (p. 83) mentionne l’ouvrage d’Alfred Espinas sur Les Origines de la technologie (1897). Le chapitre qui suit s’intitule : « Esthétique » (p. 85 et suiv.). Les jeux sont envisagés dans le cadre de ce chapitre qui prend en considération « les phénomènes esthétiques ». Dès l’introduction, l’auteur indique qu’il « est très difficile de distinguer les phénomènes esthétiques des phénomènes techniques » (p. 85). Le fait esthétique est toujours représenté « sous une forme de jeu, de surajouté, de luxe » (p. 86). À ce niveau, on entrevoit sans peine l’apport des analyses de Charles Lalo. La notion d’utilité caractérise « la notion de technique » (p. 85). Ces quelques repères nous montrent la difficulté à rendre compte, de ce point de vue, des jeux athlétiques (et des sports) puisqu’ils ne relèvent pas au premier chef du fait esthétique, qu’ils mobilisent des techniques du corps précises sans que l’utilité – autre que sociale et collective – soit avérée. Eux aussi procèdent du jeu, du luxe et du surajouté, par rapport au quotidien.

  • 32 Groos K., Die Spiele der Tiere, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1896. Le livre est traduit en fra (...)

64Dans ce chapitre, Mauss consacre une longue rubrique aux jeux (p. 90-94). Il évoque les jeux de balles dans les sociétés archaïques et anciennes (notes bibliographiques à l’appui), « pratiqués par les adultes » et « souvent collectifs » ; « ils correspondent à une expression sociale du prestige social en désignant le camp qui remportera la victoire ; il s’agit de gagner, d’être le plus fort, le champion » (p. 93). Le Manuel propose un ensemble de références bibliographiques dont certaines se rapportent à des jeux d’exercice (voir p. 90 et 91, 93, 94). En tête de la section sur « les jeux », dans le chapitre 5, on trouve la mention du fameux livre de Karl Groos32 et, parmi les autres mentions, celle de plusieurs auteurs ou travaux mentionnés jadis ou présentés dans L’Année sociologique : Yrjö Hirn, pour Les jeux d’enfants (un livre traduit du suédois en 1926), l’ouvrage fameux de Stewart Culin (Games of the North American Indians, 1907) (qui « divise les jeux en rituels et non rituels », p. 91), déjà cité par Émile Durkheim dans Les formes élémentaires de la vie religieuse. Deux études de l’africaniste Marcel Griaule figurent également dans les orientations bibliographiques proposées.

65La rubrique qui suit celle des jeux envisage « les arts » (p. 94 et suivantes). Mauss indique des points qui lèvent bien des ambiguïtés que nous avons relevées dans des publications antérieures. « Les arts se distinguent des jeux par la recherche exclusive du beau qu’ils inspirent. » C’est dire que les jeux sont plutôt caractérisés par une autre forme de plaisir, voire une certaine efficacité lorsque l’émulation ouvre sur la compétition. « Toutefois, ajoute Mauss, la distinction entre jeux et arts proprement dits ne doit pas être tenue pour absolument rigide. » On retrouve là une considération souvent avancée par des auteurs sur lesquels se sont appuyés nos sociologies « classiques ». Mauss propose de procéder comme pour les techniques, à savoir « à partir du corps ». Les arts peuvent se diviser de façon générale « en plastiques ou musicaux ». « Je partirais de l’un des arts musicaux, qui est la danse. La danse est toute proche des jeux, la progression serait insensible ; et la danse est à l’origine de tous les arts » (p. 95). Le premier ouvrage cité est celui de E. Grosse : Die Anfänge der Kunst (1894) et Mauss cite également plusieurs ouvrages de Charles Lalo, dont : Les sentiments esthétiques (1910) et Notions d’esthétique (1926) (p. 94).

Une mise au point plutôt tardive ?

  • 33 Mauss M., « Les préparatifs du jeu de balle chez les Indiens Cherokee s’étendent sur plusieurs sem (...)

66Le Manuel revient sur la question des jeux lorsque l’auteur évoque les avantages qui accompagnent telle ou telle méthode d’observation : enquête conduite de façon extensive ou compréhensive (p. 209) ou lorsque l’observation d’un rite suppose une attention soutenue (p. 238)33.

67Mauss inscrit l’analyse des jeux dans le chapitre élargi de l’Esthétique. Nous avons souligné à maintes reprises le risque de biais interprétatif introduit par ce procédé, qui conduit inévitablement à appauvrir la signification des jeux dans lesquels prime l’engagement physique, face à un adversaire. L’auteur est pleinement conscient de ces écueils potentiels. Selon lui, « les jeux sont des activités traditionnelles ayant pour but un plaisir sensoriel, à quelque degré esthétique » (p. 90), mais ils ne se limitent pas nécessairement à ces traits. L’auteur développe une approche qui s’apparente, nous semble-t-il, à celle de K. Groos (1899), et indirectement aux intuitions de H. Spencer dans le chapitre « Sentiments esthétiques » (traduits de l’anglais en 1875 par Ribot et Espinas), avant de mentionner plusieurs classifications possibles. S’agissant de la classification élaborée par S. Culin (1907), Mauss formule une critique majeure. « Il manque à cette classification la notion de l’agonistique […] les jeux sont agonistiques ou non, ils opposent ou non deux camps ou deux individus » (p. 91). Or Culin n’ignore pas que la rivalité, qui s’exprime dans des jeux fixés par un calendrier précis, pour lesquels l’affrontement physique est primordial, correspond à une dynamique agonistique.

  • 34 Alors même que le commentaire personnel qui complète la recension de l’enquête de Roth dans le vol (...)

68Retenons plutôt que Mauss apporte ici une solution argumentée à une question maladroitement envisagée par Durkheim et ses continuateurs (Bouglé en particulier), indispensable pour échapper au piège « esthétique »… Toutefois, cette solution argumentée et tardive – cette intuition – n’est pas sans ambiguïté si on la considère du point de vue du progrès de la connaissance. On se souviendra que Mauss en personne avait insisté pour considérer l’étude de W.E. Roth : Games, Sports and Amusements (1902) « surtout comme une contribution à l’esthétique » (dans l’Année sociologique, 1904, p. 666) : un jugement en contradiction avec le titre même de l’enquête publiée par le savant australien. De même, à propos de l’étude de Culin, Mauss avait noté précisément que « d’ordinaire, ils [les jeux collectifs] ont lieu entre groupes rivaux de la tribu, de la localité, du clan » (dans L’Année sociologique, 1910, p. 775). Le groupe des Durkheimiens, y compris Mauss34, a longtemps agrégé l’étude des jeux à la sociologie esthétique et à l’art, au risque de négliger la dynamique d’opposition et de compétition propre aux jeux d’affrontement : un thème d’étude central pour une sociologie de l’agonistique. Mais force est de reconnaître que, dans le Manuel d’ethnographie, toutes les difficultés anciennes sont levées. Les jeux y sont envisagés de façon adéquate, les transitions entre le jeu et l’art également, et la danse, qui peut en fournir une illustration pertinente, est replacée dans son contexte culturel. Il aura fallu quasiment un quart de siècle pour que les thèses de Roth (1902), les premiers travaux de Hirn (1900) et, par la suite, les analyses de Culin (1907), voire celles de Lalo sur le foot-ball-rugby (1910), par exemple, imposent une manière adéquate de considérer les jeux d’opposition physique et les sports…

  • 35 Fournier M., Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994 (844 p.).
  • 36 Le Fonds Hubert-Mauss (Archives du Collège de France) abrite un manuscrit de Marcel Mauss : « Fait (...)

69Il n’est pas exagéré de parler d’« une mise au point plutôt tardive », précédée par plusieurs moments qui marquent la maturation de l’idée. Rappelons d’abord un point de détail : le regret témoigné par Mauss, dès la première page de l’article « Les techniques du corps » (1935), d’avoir relégué ce type de sujet d’étude dans la rubrique « Divers » dans son propre cours d’Ethnographie descriptive. Mauss ne peut pas, non plus, ne pas penser au sort qu’ont connu les ouvrages traitant du jeu, du sport et de certaines techniques habilitées du corps dans L’Année sociologique. Comptes rendus et simples mentions groupées ont été comme autant d’occasions manquées d’esquisser une sociologie propre à tout un univers de mise en jeu du corps. Indiquons un second point. Certes, il est difficile de replacer les chapitres successifs du Manuel dans un ordre chronologique précis, en fonction du contenu thématique des cours dispensés de 1926 à 1939 (op. cit., p. 365-366). Cependant, grâce à la biographie que Marcel Fournier a consacrée à Marcel Mauss35, on sait que la question des jeux n’a été abordée que tardivement : à l’École pratique des hautes études, en 1938-1939 (« Les jeux dans les cosmogonies en Polynésie et en Amérique du Nord », « Le jeu de la balle et les notions de cosmogonie en Amérique », p. 474) ; au Collège de France en 1937-1938 (« Rapports entre certains jeux et la cosmogonie »), l’année suivante (« Les jeux indiens ») et en 1939-1940, la dernière année d’enseignement de l’auteur (« Cosmologie et jeux », p. 593). En ces années-là, Mauss revisite méthodiquement les travaux scientifiques réalisés sur la thématique des jeux, dont quelques « classiques » dont il a rendu compte pour L’Année sociologique, et Marcel Fournier souligne l’intérêt porté par Mauss aux techniques du corps et au sport36.

***

70Le moment est venu, en conclusion du chapitre, de proposer un schéma récapitulatif qui permettra de replacer l’ensemble des acquis indiqués au cours de notre analyse des textes examinés, et tout particulièrement grâce aux contributions décisives de Charles Lalo et de Marcel Mauss.

***

Figure 6 – La « topographie recomposée » des formes d’expression récréative. Proposition de synthèse

Figure 6 – La « topographie recomposée » des formes d’expression récréative. Proposition de synthèse

71Nous employons l’expression « topographie recomposée » pour indiquer l’espace des activités récréatives qu’on peut reconstituer en retournant le raisonnement employé par Émile Durkheim. En procédant de la sorte, on retrouve sans peine deux domaines spécifiques que des observateurs du jeu, du sport et de l’associativité comme Alfred Espinas, Guillaume-L. Duprat ou encore Charles Lalo, contemporains de Durkheim, ont bien balisé et étudié avec sans doute une exigence de formalisation variable. Marcel Mauss a permis lui aussi d’enrichir cette problématique, à plusieurs reprises, alors qu’il était absorbé par d’autres tâches de plus grande importance pour le développement de la sociologie et de l’ethnologie.

72Profitons de ces remarques pour risquer, à titre d’hypothèse, un élément supplémentaire d’explication concernant cette obstination tranquille à sous-estimer la valeur sociale du jeu (comptes rendus, références obligée à ces mêmes auteurs, extraits de leurs textes repris dans des manuels, point de vue réitéré…) (voir Fig. 3 : La « topographie » réductrice des formes d’expression récréative, et Fig. 5 : Une sociologie du « jeu » au carrefour de plusieurs influences). Chez les Durkheimiens, l’effet de « groupe » a pu jouer ici dans le sens d’un abaissement du seuil de vigilance critique, conduisant à réaffirmer et à répéter des idées pour le moins discutables – et par comptes rendus d’ouvrages interposés – sur une thématique à vrai dire quelque peu marginale : le jeu. Dans ce cas précis, le « groupe » tout entier engagé dans un travail collectif exigeant, dont l’efficacité scientifique tenait aussi à l’organisation de la division des tâches, ne serait pas totalement parvenu à supprimer les effets secondaires et dommageables (des effets émergents !) imputables à une solidarité intellectuelle caractérisée.

73Ces remarques, dont la pertinence reste en partie hypothétique, peuvent être prétexte à formuler un point de conclusion à propos des analyses produites par Charles Lalo, dans les limites de notre thème d’étude. Son approche de la « théorie du jeu », sa capacité à dépasser la conception restrictive du jeu à laquelle souscrivent certains Durkheimiens s’expliquent en partie par deux traits caractéristiques : d’une part sa volonté affichée d’approfondir l’étude critique des textes kantiens sur le jeu, d’autre part le fait que sa carrière professionnelle soit placée sous le signe de la philosophie, principalement l’esthétique, et, plus encore, poursuivie en dehors de l’influence des Durkheimiens. Le peu d’attention accordé par ceux-ci aux analyses de Charles Lalo (1910, 1921, 1927…) en est comme une preuve supplémentaire.

74La rupture significative, dans la façon d’aborder le sport sous un angle sociologique neuf, est à mettre à l’actif de René Maunier et du docteur J. Escalier. Le premier définit un cadre de référence opératoire permettant d’appréhender le sport dans sa complexité, tout en s’appuyant sur l’approche comparative. Le second propose un cadre d’analyse limité au traitement sociologique des activités d’une équipe de football engagée dans un tournoi, mais la démarche est non moins pertinente. À bien des égards les deux études peuvent être lues comme se complétant l’une par l’autre.

75L’œuvre de Marcel Mauss est également placée sous le signe de la rupture, qui s’impose à l’échelle d’une discipline universitaire. Mauss peut être considéré comme l’un des fondateurs de l’anthropologie sociale moderne. Il est incontestablement à l’origine de l’affirmation d’une ethnologie scientifique française. Sa curiosité s’étend à de nombreux domaines, servie également par une large érudition. Intellectuellement proche de son oncle, il s’impose comme objectif de travail de contribuer à établir une science traitant de phénomènes strictement sociologiques. Mauss cherche le sens du social en passant par la communication, l’échange, les représentations sociales et ses symboles, les valeurs : un social qui est à la fois signifiant et médiateur des intentions personnelles. Le social n’est réel qu’intégré en système et le psychisme individuel est essentiellement subordonné à la culture du groupe. Dans plusieurs de ses nombreuses études, il est conduit à aborder des thèmes qui contribuent à éclairer les fonctions sociales des jeux d’exercice tout en les replaçant, tardivement faut-il encore ajouter, dans un cadre – l’agonistique, le sacre du champion – où ils trouvent, dans une version moderne, leur pleine signification sociale.

Notes

1 Lalo Ch., L’Art et la Vie sociale, Paris, Gaston Doin et Cie éd., 1921 (Bibliothèque de Sociologie. Directeur : Gaston Richard) (6 + 378 p. + XII). La page de couverture intérieure indique que l’auteur est « professeur de philosophie au lycée Hoche ».

2 Menger P.-M., Demeulenaere P., « Sociologie de l’art et de la littérature », Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 33-37. Lalo est l’auteur « de la seule contribution systématique à la sociologie de l’art produite en France avant les années 1950 ». Cit. p. 33.

3 Lalo Ch., Esthétique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1927 (deuxième édition revue) (107 p.). Nous n’avons pas pu consulter l’édition initiale datant de 1926. À l’époque, l’auteur enseigne la philosophie au lycée Voltaire.

4 Dans l’édition de 1948, qui maintient le titre initial : Notions d’esthétique, Lalo complètera la phrase : « …, et Spencer, après Schiller, a voulu… (op. cit., voir p. 30-31). À ce moment-là, l’auteur est professeur à la Sorbonne.

5 Lalo Ch., « Programme d’une Esthétique sociologique », Revue philosophique, vol. LXXVIII, juillet-décembre 1914, p. 4051.

6 Lalo Ch., Notions d’esthétique, Paris, PUF, 1948 (troisième édition revue) (111 p.). Le livre bénéficie d’une quatrième édition en 1952.

7 Maunier R., Essais sur les groupements sociaux, Paris, Librairie Félix Alcan, 1929 (120 p.).

8 Après sa réussite au concours de l’agrégation, Maunier est rattaché à la Faculté de Droit de Bordeaux, alors qu’il est en mission au Caire. Il est nommé sur la chaire de François Sauvaire-Jourdan affecté à Aix-en-Provence. Malgré l’insistance du doyen Duguit, au bout de quelques mois, Maunier optera pour un poste à la Faculté de Droit d’Alger. Ces informations sont tirées du livre de Marc Malherbe, La Faculté de Droit de Bordeaux (1870-1970), Bordeaux, PUB, 1996 (489 p.). Voir : « Maunier René », p. 380.

9 Maunier R., « Recherches sur les échanges rituels en Afrique du Nord », L’Année sociologique, nouvelle série, tome II (1924-1925), Paris, Alcan, 1927 (p. 11-97). Un an auparavant, il a publié une autre étude intéressante. Maunier R., « La construction collective de la maison en Kabylie », Travaux et mémoires de l’Institut d’Ethnologie, III), Paris, 1926 (gr. In 8°, 80 p., pl. h. t.).

10 Maunier R., Introduction à la sociologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1929 (VIII-112 p.).

11 L’illustration est tirée du livre d’Edmond Doutté, Merrâkech, 1905, p. 321 et suiv. E. Doutté (1867-1926) a une vocation d’ethnographe et de journaliste. Il est administrateur en Algérie avant d’être chargé de cours puis professeur à l’École supérieure des Lettres d’Alger. Doutté maîtrise parfaitement la langue berbère et l’arabe.

12 L’auteur emprunte cet exemple et quelques autres au livre de Louis Mercier (1879-1945), La chasse et les sports chez les Arabes, Paris, Rivière, 1927 (256 p.). Excellent arabophone, l’auteur fait carrière dans la diplomatie. Il est consul de France.

13 Sur « la vie de l’équipe », Maunier renvoie le lecteur au livre de Pierre de Coubertin, Pédagogie sportive, Paris, 1922, p. 138 et suivantes.

14 Docteur Escalier J., Un Onze parmi les Onze (préface de Paul Fauconnet, Professeur de Sociologie à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, p. 9-11, datée du 31 décembre 1929), Paris, Éd. Albert Mechelinck (imprimerie Bière, Bordeaux), 1930, (145 p., ill.). Nos remerciements vont à Massimo Borlandi qui a attiré notre attention sur l’existence de ce livre.

15 L’Indépendance du « Grand Liban » a été proclamée par le général Gouraud le 1er septembre 1920. Dans les faits, le pays va demeurer jusqu’en 1926 sous l’administration des autorités mandataires françaises. Après la promulgation de la Constitution, le 23 mai 1926, Charles Debbas est élu président de la République libanaise. Sous ses deux premiers mandats, à partir de 1927, on observe une période marquée par une certaine détente. Ceci explique les conditions plutôt sereines dans lesquelles va se dérouler ce « championnat » de football mobilisant les troupes françaises en stationnement.

16 Huizinga J. [1938], Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard (traduction française : 1951), 1977. La version initiale de cet essai a été publiée en langue néerlandaise, en 1938. Une édition corrigée et complétée en langue allemande paraît l’année suivante, en décembre 1939.

17 de Coubertin P., Pédagogie sportive, Paris, Les éditions G. Crès et Cie, 1922 (157 p.).

18 Borlandi M., « Fauconnet Paul, 1874-1938 », Dictionnaire de la pensée sociologique, op. cit., p. 270.

19 Mauss M., Essai sur le don. Forme et raison de l’Échange dans les Sociétés archaïques (extrait de L’Année sociologique, nouvelle série, 1923-1924, t. I, p. 30-186), repris dans Mauss M., Sociologie et anthropologie (1950), Paris, PUF (coll. Sociologie d’aujourd’hui), 1973 (5e éd.), p. 141-279.

20 Davy G. (1883-1977) est un des membres éminents du groupe des Durkheimiens. À l’issue de l’année universitaire 1921-1922, l’auteur soutient sa thèse qui s’intitule : La foi jurée. Étude sociologique du problème du contrat : la formation du lien contractuel, Paris, Alcan, 1922 (379 p.). Avec Marcel Mauss, il a entrepris d’explorer méthodiquement cet ensemble de faits sociaux assez bien individualisés.

21 Par exemple : Stumff F., Cozens F.W., « Some aspects of the role of games, sports and recreational activities in the culture of modern primitive peoples : the Fijians », Research Quarterly of American Association of Health, Physical Education and Recreation, 20 (1), 1949, p. 2-30. Dunlap H.L., « Games, sports, dancing and other vigorous recreational activities and their function in Samoan culture », Research Quarterly of American Association of Health, Physical Education and Recreation, 22 (3), 1951, p. 298-311. Benneth H., « Games of the old time Maori », Te Ao Hou, 6 (22), 1958, p. 45-47 ; 6 (24), 1958, p. 52-53. Sutton-Smith B., « The meeting of Maori and European culture and its effect upon the unorganized games of Maori children », Journal of the Polynesian Society (Wellington, N. Z.), 60 (1), March 1951, p. 93-107.

22 Georges Davy (1883-1977) est un des membres éminents du groupe des Durkheimiens. À l’issue de l’année universitaire 1921-1922, l’auteur soutient sa thèse qui s’intitule : La foi jurée. Étude sociologique du problème du contrat : la formation du lien contractuel ? Paris, Alcan, 1922 (379 p.). Avec Marcel Mauss, il a entrepris d’explorer méthodiquement cet ensemble de faits sociaux assez bien individualisés.

23 Cazeneuve J., « L’esprit ludique dans les institutions », dans Caillois R. (dir.), Jeux et sports, op. cit.

24 Testart A., « Échange marchand, échange non marchand », Revue française de sociologie, vol. 42-4, 2001, p. 719-748.

25 L’associationnisme sportif contemporain, en tant qu’économie – non marchande – des relations humaines et de services liant coopération et bénévolat dans son expression et dans ses fondements, est à bien des égards anté-économique. Il appartient au domaine de l’économie sociale. Touché aujourd’hui par la professionnalisation du sport et par l’irruption massive de l’argent qui transforme un moyen culturel (le prétexte de la rencontre sportive, le partage d’une culture) en une fin (l’excellence sportive largement médiatisée et sa traduction économique et monétaire : le profit), le modèle associatif de l’amateurisme sportif le cède à l’organisation professionnalisée. Dès lors, on change de modèle de référence. La professionnalisation du sport est une évolution logique qui illustre le processus de la division du travail social. Ce modèle vient s’ajouter au précédent. Il ne le supprime pas.

26 Mauss M., « Wette, wedding » (Un texte inconnu de Mauss, par Philippe Besnard), La sociologie française dans l’entre-deux-guerres, études et documents réunis par Philippe Besnard, Revue française de sociologie, XXVI-2, avril-juin 1985, p. 245-246. Ce texte « inconnu » est cependant mentionné dans une importante contribution de Cl. Lévi-Strauss datant de l’année 1950. Lévi-Strauss Cl., « L’œuvre de Marcel Mauss », précédé d’une Note de la Rédaction, Cahiers internationaux de Sociologie, vol. VIII (cahier double), 1950, p. 72-112.

27 Mauss M., Œuvres, tome III (Textes réunis par Victor Karady), Paris, Éditions de Minuit, 1969.

28 Huizinga J., Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu (1938), réédition de 1977, voir p. 140 et 141.

29 On se souvient qu’Alfred Espinas, dans son étude sur « Les Origines de la technologie » (1890), mentionnait le rôle civilisateur de Pélops l’étranger, fondateur des jeux olympiques. Celui-ci avait épousé Hippodamie après être sorti vainqueur d’un défi à la course de chars dont la jeune fille était l’enjeu. À cette forme anté-sportive succèdent de multiples formes proto-sportives. Henri Hubert, par exemple, fait une fugitive allusion à ce type d’usage dans son ouvrage sur Les Celtes depuis l’époque de La Tène et la civilisation celtique (1932), Paris, Albin Michel, vol. 21bis, 1950 (édition revue et corrigée). « En fait, le don suppose une contre-partie. Le don est obligatoire, mais il oblige le solliciteur, et tout ce monde féerique qui tourne autour d’Arthur, des chevaliers de la Table Ronde, d’écuyers, de dames et même de démons, se trouve entraîné dans une ronde extraordinaire de cadeaux, de services où chacun lutte de générosité et de malice, souvent par les armes. Les tournois font certainement partie de ce vaste système de concurrence et de surenchères », commente l’auteur. Abordons enfin la forme sportive de ce type d’épreuve. Certains sports de compétition réfractent une complexité supplémentaire : le vainqueur d’une course cycliste ou d’une étape se voit récompensé d’un baiser et d’un bouquet de fleurs par la « miss » locale. Au plan international, cette fois, lors des cérémonies de clôture des épreuves de championnats du monde, d’Europe ou pour les Jeux olympiques, les dignitaires âgés qui remettent les médailles et bouquets de fleurs sont accompagnés de jeunes filles, en tenues traditionnelles locales. Ce sont elles qui portent médailles et fleurs jusqu’au pied du podium.

30 Mauss M., Les techniques du corps (extrait du Journal de psychologie, XXXII, no 3-4, 15 mars-15 avril 1936. Communication présentée à la Société de psychologie le 17 mars 1934), repris dans : Mauss M., Sociologie et anthropologie (1950), Paris, PUF (coll. Sociologie d’aujourd’hui), 1973 (5e éd.), p. 363-386.

31 Mauss M., Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1971 (rééd.), Coll. Petite bibliothèque Payot (« Les jeux », p. 90-94). 1re éd. 1947, 2e éd (avec un avertissement de Denise Paulme) 1967 (262 p.).

32 Groos K., Die Spiele der Tiere, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1896. Le livre est traduit en français par les soins de A. Dirr et de A. Van Gennep, et publié dans la Bibliothèque de philosophie contemporaine, chez F. Alcan éd., en 1902. Le livre suivant : Die Spiele der Menschen, Jena, Verlag von Gustav Fischer, 1899 (538 p.), est moins connu, tout au moins en France. Marcel Mauss mentionne cependant les deux ouvrages dans le Manuel d’ethnographie en tête de la rubrique consacrée aux Jeux, op. cit., p. 90, note 1.

33 Mauss M., « Les préparatifs du jeu de balle chez les Indiens Cherokee s’étendent sur plusieurs semaines » (ibid.). D’après Mooney J., The Cherokee ball play, Washington, 1890.

34 Alors même que le commentaire personnel qui complète la recension de l’enquête de Roth dans le volume de L’Année sociologique (1902-1903) et les rares indices relevés dans l’Essai sur le don (1924) semblaient indiquer la bonne piste à explorer.

35 Fournier M., Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994 (844 p.).

36 Le Fonds Hubert-Mauss (Archives du Collège de France) abrite un manuscrit de Marcel Mauss : « Fait social et formation du caractère » (Congrès international des sciences anthropologiques et ethnologiques, Copenhague, 1938), de neuf pages, dont la dernière « comporte un certain nombre de notes sténographiques : techniques du corps, sport, cheval, etc. », indique Marcel Fournier, op. cit., p. 705.

Table des illustrations

Titre Figure 6 – La « topographie recomposée » des formes d’expression récréative. Proposition de synthèse
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/7647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search