Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Travaux et publications des années 1920 et 1930

Chapitre 1. La sociologie durkheimienne sans Durkheim

La réalité négligeable du jeu

Texte intégral

1Dans la partie précédente, nous avons mis en évidence la relative discrétion du groupe des Durkheimiens pour évoquer le jeu, réduit à une comparaison défavorable avec l’art, alors même qu’ils connaissent la plupart des publications sérieuses livrées sur le thème. Cette attitude va-t-elle se retrouver dans les deux décennies qui couvrent l’entre-deux-guerres alors que plusieurs de ses représentants occupent une position avantageuse au sein de l’Université ? L’essor spectaculaire des sports et la banalisation de l’enseignement de l’éducation physique vont-ils permettre d’établir enfin un lien pertinent entre les jeux d’engagement physique et ces domaines d’expression ?

2Une opportunité formidable marque le début de la période considérée. En effet, une initiation à la sociologie est introduite en deuxième année des Écoles normales de formation des maîtres de l’enseignement primaire. Il s’agit de « Notions de Sociologie appliquée à la Morale et à l’Éducation » (programme officiel du 18 septembre 1920). Cette initiative est portée par un Durkheimien, Paul Lapie, qui occupe les fonctions de Directeur de l’Enseignement primaire. Paul Lapie (1869-1927) est incontestablement un des bâtisseurs de l’École laïque. Dès 1911 il s’est orienté vers une carrière administrative qui le conduit à apporter des améliorations au système éducatif français. Cet enseignement introduit en 1920, à raison d’une heure par semaine, couvre quatre grandes rubriques : « Sociologie économique », « Sociologie domestique », « Sociologie politique » et la dernière s’intitule « La Religion, l’Art et la Science au point de vue sociologique ». Quelle place vont y tenir les exercices du corps et les jeux, au titre de l’éducation de la jeunesse scolarisée et pour la formation générale des futurs maîtres et maîtresses des classes de l’enseignement primaire ?

3Célestin Bouglé joue un rôle déterminant dans la promotion de la sociologie auprès des maîtres et des futurs maîtres des écoles, et de façon à asseoir définitivement les changements impulsés par Paul Lapie mais d’autres noms pourraient être ajoutés : ceux de Paul Fauconnet, de René Hubert par exemple.

L’introduction de la sociologie dans les Écoles normales primaires (septembre 1920)

4Les acquis de la sociologie française demeurent tandis que la progression de la discipline au sein des universités se fait plus discrète. Cependant, une innovation est susceptible de redynamiser la diffusion de la discipline au sein des filières de formation. Il s’agit de l’introduction de la sociologie dans le programme de formation des futurs maîtres des écoles primaires que nous venons d’évoquer.

La place infime accordée aux jeux dans le Manuel de Sociologie de 1922

5Au tout début des années 1920, la sociologie est introduite dans le programme des Écoles normales d’instituteurs grâce aux efforts de Paul Lapie, Directeur de l’Enseignement primaire, et de Célestin Bouglé, Professeur à la Sorbonne. Qu’en est-il cependant de l’importance accordée à l’éducation physique et aux sports dans les écrits de sociologie ? Grâce à un travail de patience, on mettrait probablement au jour une articulation entre d’une part l’enseignement des Lettres et des sciences sociales et la formation acquise au titre de l’enseignement supérieur et, d’autre part, la place reconnue désormais à l’éducation physique, aux jeux et aux activités de plein air dans l’enseignement primaire, durant les années de l’entre-deux-guerres. Toutefois, ce n’est pas au niveau de la sociologie qu’on pourra repérer cette « synthèse ». La pédagogie et son enseignement y sont mieux préparés. Il est vrai cependant que le « programme » d’ensemble pour l’enseignement de la sociologie reste encore à bâtir.

  • 1 Hesse A. et Gleyze A., Notions de Sociologie appliquée à la Morale et à l’Éducation (« Préface » de (...)

6Nous retiendrons deux indices significatifs de l’attitude quelque peu ambivalente à propos des jeux et des sports entretenue par les deux promoteurs de la sociologie. Le premier indice concerne la publication en 1922 du Manuel de Sociologie de A. Hesse, Licencié en Philosophie, Docteur en Droit, Professeur d’histoire économique dans les Écoles d’Arts et Métiers, et A. Gleyze, Directeur de l’École normale d’Aix-en-Provence1, destiné à l’enseignement de cette discipline dans les Écoles normales d’instituteurs. Les auteurs et ouvrages mentionnés tout au long des chapitres du manuel attestent du rayonnement de l’école durkheimienne. Néanmoins, dans sa préface (p. IX-XI), Paul Fauconnet ne s’y trompe pas. « Les auteurs de ce Manuel n’avaient, pour ainsi dire, pas de modèle à suivre. […] Les auteurs de ce livre ont dû travailler sur les sources, ici abondantes, là très pauvres. […] Ce n’est pas ici un manuel à apprendre. C’est le guide du voyageur dans un pays nouveau » (p. XI).

7De manière anecdotique, notons qu’il faut attendre le dernier chapitre, consacré à « L’art – ses origines, ses conditions d’existence – sa fonction » (p. 272 et suiv.), pour que soient évoqués, dans les ultimes développements du chapitre, le lien et la comparaison entre le jeu et l’art, respectivement aux pages 279 et 286. Mais il est vrai que l’architecture du Manuel reproduit fidèlement le programme officiel détaillé.

8Que peut-on lire à propos du jeu ? Il peut advenir que l’être individuel éprouve « le sentiment d’un surcroît de puissance, d’activité et de vie » (p. 278). « Observons l’animal ou l’enfant, quand ils sont, pour des causes d’ailleurs différentes, en un pareil état, quand de toutes parts en eux l’activité vitale se renforce et s’accumule » (p. 279). On retrouve là, l’essentiel de la thèse formulée par Spencer et la suite de l’exposition confirme cet emprunt. « Il faut qu’elle [l’activité vitale] se manifeste au-dehors, qu’elle déborde et se répande en cris de joie, en geste accompli pour rien, pour le plaisir » (ibid.). « C’est l’instant du jeu, de l’activité désintéressée. De là à la manifestation esthétique, du jeu à l’art il n’y a qu’un pas » (ibid.). Le propos est intéressant car il paraît insister ici sur la potentialité du jeu, qui ouvre sur un vaste domaine créatif.

9Toutefois, quelques pages plus loin, en se plaçant du point de vue de l’art, et en renversant la perspective, les auteurs du Manuel relèguent le jeu aux marges de l’activité humaine. « L’art a pu être considéré comme « une dérivation d’un surcroît d’activité et de vie, un jeu. » Certes, soulignent les auteurs du Manuel, « entre le jeu et l’art, il y a quelque ressemblance, mais celui-ci pourtant est quelque chose de plus que celui-là ». L’auteur de référence, mentionné dans les orientations bibliographiques (p. 287), est Ernst Grosse pour son livre Die Anfänge der Kunst (1894) traduit en français sous le titre : Les débuts de l’art. Pour marquer le contraste entre ces deux domaines d’expression, le jeu est comme appauvri dans sa substance même. « Le jeu délasse, il est fait sans but »… En revanche l’art est présenté pour ses multiples atouts. « [...] il nous charme, il surexcite nos passions, mais il les soumet à une discipline, à un ordre, à un rythme où notre intelligence trouve à se satisfaire » (p. 286). On pourrait aisément retrouver les éléments constitutifs des sentiments esthétiques identifiés par Charles Lalo dans l’ouvrage publié en 1910 : illusion, discipline, luxe… L’art, poursuivent les auteurs du Manuel, « nous soustrait pour un moment à nos soucis, à notre vie dure et monotone, à nos préoccupations intéressées » (p. 286). « Le monde où il nous transporte est tissé de nos rêves, issu de notre imagination, obéissant à notre fantaisie » (p. 287). À l’évidence ce qui est reconnu à l’art pourrait fort bien s’appliquer au jeu (aux jeux d’exercice, d’adresse ou de force), ainsi qu’a pu le développer Charles Lalo, et cette asymétrie, qui relève d’une certaine cécité, est caractéristique d’une approche sélective des activités de libre expression. Nous verrons un peu plus loin que les deux auteurs empruntent directement cette approche – limitative – du jeu aux considérations développées par Bouglé dans un livre contemporain de la conception de leur propre Manuel : les Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs (1922).

10Un autre passage du même chapitre évoque l’influence exercée par le travail en commun, en conjuguant les efforts et la respiration, qui peut être à l’origine du rythme (par exemple ramer en cadence) et de la musique. Les deux auteurs font référence à l’ouvrage de Bouglé qui emprunte lui-même aux travaux de Karl Bücher. Pour cet auteur, le travail a été l’une des sources directes d’un élément indispensable aux arts du mouvement, à la poésie et à la musique : le rythme. Dans le cadre scolaire, les enfants peuvent faire une expérience analogue : « les enfants qui s’exercent ensemble à la gymnastique, chantent d’une commune voix, et la chanson rythme leurs gestes » (p. 280). À cette époque, la gymnastique est plutôt une discipline enseignée qu’une activité récréative. Ce qui explique que dans l’esprit des auteurs du Manuel elle soit totalement dissociée du jeu. Mais ce n’est pas directement à ce modèle d’activité que font référence les deux auteurs. Il s’agit plutôt des « danses gymniques » et des « danses mimétiques » primitives telles que celles-ci sont étudiées par Ernst Grosse dans le chapitre VIII du livre mentionné.

  • 2 Callède J.-P., « La sociologie du « sport » en France : des intuitions initiales aux premières appr (...)

11Ajoutons une remarque d’ordre pratique (qui permet aussi de disculper les deux auteurs du Manuel). C’est le second indice annoncé. L’éditeur Alcan présente l’ouvrage avec une « quatrième page de couverture » qui propose un choix détaillé de livres composant la rubrique « Pédagogie – Exercices physiques ». On y retrouve des noms et des ouvrages connus : P. de Coubertin, J. Delvaille (Professeur au lycée du Mans), G. Demeny, J.-M. Guyau, celui du colonel Lefébure (sur la gymnastique en Suède), Jules Payot, Georges Rozet… On trouve également mentionnés les livres de Michel Dupré : La gymnastique sportive, de Frédéric Queyrat (Professeur de philosophie au collège de Mauriac, lauréat de l’Institut) : Les jeux des enfants, d’Édouard Rœhrich : Philosophie de l’éducation. Se dessine ainsi un cadre d’enseignement de l’éducation physique et sportive, qui rappelle l’éclectisme méthodologique des années 1890-1914, bien présent au sein de l’Université, dont on a pu analyser ailleurs la structuration initiale2. Hesse et Gleyze ont peut-être fait délibérément l’impasse sur les jeux d’exercice physique et sur le sport scolaire, sachant que le domaine était envisagé par ailleurs et couvert chez le même éditeur par plusieurs livres.

12L’examen de la « 3ème édition revue » de l’ouvrage (il s’agit en fait d’un simple fac simile), publiée en 1927, montre une quatrième de couverture dont la bibliographie a été remaniée et actualisée. Certains auteurs ne sont plus mentionnés : Delvaille, Rœhrich… tandis qu’apparaissent d’autres noms et ouvrages : G.-L. Duprat (pour Le lien familial et pour La responsabilité personnelle et l’éducation), Paul Lapie (pour trois ouvrages), le docteur Philippe Tissié, « président de la ligue française de l’Éducation physique, membre du Comité consultatif de l’Éducation physique » pour son livre : L’Éducation physique rationnelle. En outre, le rappel des ouvrages indispensables en sociologie (voir la page qui fait face à la couverture intérieure), et publiés également à la librairie Félix Alcan, témoigne de l’activité éditoriale et du rayonnement de l’école durkheimienne.

  • 3 Hesse A. et Gleyze A., Notions de sociologie appliquée à la morale et à l’éducation. Dixième éditio (...)

13En 1939 est publiée la dixième édition des Notions de sociologie suivie d’un appendice rédigé par l’un des co-auteurs3. L’« avant-propos » de la première édition (p. XIII-XV) est précédé des deux préfaces de Paul Fauconnet : la « préface à la 1ère édition » (p. V-VII) et la nouvelle « préface » rédigée pour la 7e édition du volume (p. IX-XI). L’appendice (p. 289-322) suivi d’un « complément de lectures recommandées » (p. 323-329) a « surtout pour but de tenir compte, dans la mesure du possible, des événements qui ont bouleversé la vie économique et politique depuis qu’a paru notre première édition », souligne A. Hesse. Pour notre thème d’étude, on retiendra la rubrique intitulée : « Le milieu social et l’éducation » (p. 292-293) dans laquelle l’auteur fait référence aux conceptions de l’éducation de la jeunesse dans « l’Italie fasciste et l’Allemagne hitlérienne, d’une part, l’Union des Républiques soviétiques socialistes de l’autre » (p. 239). Dans les deux cas, indique l’auteur, l’influence du milieu politique et de l’État s’exerce sans restriction et sans pouvoir être corrigée « par l’action de milieux plus restreints ou différents : famille, groupement confessionnel ou professionnel, etc. » (ibid.).

14Cette édition « actualisée » des Notions de sociologie a pour objectif, nous semble-t-il, de fournir un manuel susceptible de soutenir la comparaison avec le Manuel élémentaire de sociologie de René Hubert, initialement publié en 1925 et plusieurs fois réédité dans des versions actualisées.

Un complément indispensable : les Éléments de sociologie (1926)

  • 4 C. Bouglé, Professeur à la Sorbonne, et J. Raffault, Directeur de l’École Normale d’Instituteurs de (...)

15Le Manuel est complété par un autre volume : les Éléments de sociologie. Il s’agit d’un recueil de textes sélectionnés par Célestin Bouglé et J. Raffault4. Dans l’avant-propos, les auteurs justifient leur choix de textes qui emprunte des pages « aux sociologues proprement dit, aux historiens du droit, aux historiens des religions, aux économistes » (p. VII). Ce recueil de textes « permet de comprendre, et par quel mouvement spontané la sociologie est préparée, et ce qu’elle y ajoute » (p. VIII). Les deux auteurs ont fait preuve d’une grande ouverture et indépendance d’esprit dans leur choix de textes répartis par thèmes. Durkheim, Mauss et Fauconnet, y côtoient Marx, Le Play, de Bonald, Tarde, Espinas, Richard, etc.

  • 5 Grosse E., Die Anfänge der Kunst, Freiburg, 1894. Traduction française : Les débuts de l’art, Paris (...)

16Dans l’ultime partie : « Sociologie idéologique », la troisième et dernière section a pour thème : « Des origines et des fonctions sociales de l’art » (p. 476 et suivantes). Dans le choix raisonné des textes sélectionnés (huit au total), seul l’extrait emprunté au livre de Ernst Grosse (p. 491-495) dans sa traduction française5, qui correspond aux dernières pages de la conclusion de l’ouvrage, peut être rapproché du thème de notre étude par le point suivant. « L’art n’est donc pas un jeu, souligne Grosse, mais une fonction sociale indispensable, c’est l’une des meilleures armes de lutte pour la vie, il doit donc se développer de plus en plus richement. » « Valeur esthétique immédiate », dans les sociétés les plus anciennes, l’histoire (des sociétés de plus en plus complexes, peut-on ajouter) « la conserve et la développe avant tout pour sa valeur sociale médiate » (p. 493). Grosse considère que « l’art civilisé », par exemple les danses collectives, enrichit la vie collective et la « vie émotionnelle » de l’individu, contrairement au jeu réduit à n’être qu’un épiphénomène élémentaire. Toute « une longue série de philosophes, d’artistes et d’hommes politiques » ont pu montrer « clairement que l’art servait ou devait servir à l’éducation des peuples » (ibid.). « On a, en effet, le droit d’exiger de l’art qu’il se manifeste dans le sens de la finalité sociale, (Zweckmässigkeit), c’est-à-dire dans un sens moral ». Et l’auteur de conclure sur cet aspect : « C’est en servant les intérêts artistiques que l’art sert le mieux les intérêts sociaux » (ibid.). Deux points nous semblent particulièrement importants. Voilà un auteur qui ne se préoccupe pas de trouver un fondement de l’art, y compris de ses formes primitives, dans le jeu. Il coupe court avec cette mauvaise habitude. C’est le premier point. Et dans sa façon de souligner combien l’art sert les intérêts sociaux et l’éducation d’un peuple, il met l’accent sur l’articulation entre l’inscription sociale (religieuse, guerrière, etc.) et initiale de l’art, qui finit par favoriser l’expression d’une valeur autotélique de l’art (étant à lui-même sa propre fin) dont, par la suite, la réalité polytélique (associant valeurs esthétiques, valeurs morales, valeurs collectives…) permet de renouer avec le social, ainsi que Célestin Bouglé l’a magistralement développé dans ses Leçons sur l’évolution des valeurs. C’est le second point.

17L’analyse – sociologique – de l’art proposée par Grosse est particulièrement éclairante et pertinente dans sa façon de traiter de l’art du point de vue de son intérêt social, de l’éducation et du rapport aux valeurs. Dans la fin de l’extrait proposé pour ces Éléments de sociologie, Grosse note que si « l’art n’est pas un passe-temps agréable, mais l’une des tâches les plus hautes de la vie » (p. 484), il n’en est pas moins vrai qu’on distingue désormais deux orientations ; il existe une différence profonde entre la fonction sociale et la fonction individuelle de l’art ». « Tandis que l’art social unit de plus en plus étroitement les hommes en un tout, l’art individuel détache l’homme des liens sociaux en développant son individualité » (ibid.).

18Certes, l’analyse que propose le philosophe allemand des débuts de l’art, publiée en 1894, ne peut être mécaniquement appliquée aux sports et aux jeux sportifs (de la jeunesse scolarisée). Rappelons que le savant allemand prend en considération les sociétés les plus archaïques et, mis à part les danses mimétiques ou les danses gymniques caractéristiques de ces peuples, on ne saurait trouver là des exercices de confrontation athlétique ou des expressions ludiques et personnalisées de ce type d’exercice. Le niveau d’organisation et de morphologie sociale atteint par ces sociétés ne s’y prête pas. Cependant, en ouvrant la perspective, dans les ultimes pages de la conclusion de son livre, et en particulier dans sa manière de distinguer et d’articuler « l’art social » et « l’art individuel », l’auteur permet de rendre compte du processus d’autonomisation de l’art, qui se dissocie peu à peu de l’organisation sociale et collective. Bouglé et Raffault insistent sur ce processus. « Les fonctions sociales de l’art iraient-elles en diminuant d’importance ? » C’est, leur semble-t-il, l’orientation que prend Grosse : « après avoir noté toutes les communions que l’art facilite dans les société primitives, [il] lui assigne de préférence pour l’avenir une fonction individuelle » (p. 491).

19Indiquons ici que le cadre d’analyse, ou plus exactement les considérations formulées par Grosse à propos de l’art, et que nous venons de rapporter, pourraient l’être à propos des jeux athlétiques et du sport (quand bien même ce domaine ne concerne pas son propos). On peut reprendre sa perspective historique de l’évolution des danses et des chants collectifs, à partir des danses gymniques et des danses mimétiques, qui prennent forme dans les sociétés archaïques, vers des techniques et des activités corporelles, puis vers des jeux récréatifs codifiés, se distinguant des jeux rituels, pour déboucher sur les jeux récréatifs des sociétés traditionnelles et les sports des sociétés modernes. Il est possible d’appliquer au jeu (appréhendé dans ses expressions élaborées, voire sophistiquées) la forme générale d’analyse que Grosse définit à propos de l’art. Au cours des années 1920, ce type de tâche n’apparaît-il pas, déjà, comme une sorte d’évidence aveuglante ? La gymnastique collective, propice aux vastes communions patriotiques, le cède déjà au culte du héros sportif, individuel et à des activités sportives affranchies des obligations collectives. Transposer cette forme d’analyse à un domaine nouveau de l’actualité culturelle que constitue le fait sportif, en tant que pratique associative ou collective ou bien pratique plus individuelle, voire simplement hygiénique, ne présenterait aucune difficulté majeure.

Le Manuel élémentaire de sociologie (1925), de René Hubert

  • 6 Hubert R., Manuel élémentaire de sociologie, Paris, Delalain, 1925 (XIV-440 p.).

20L’impulsion donnée à l’enseignement de la sociologie s’accompagne de la parution d’autres Manuels. René Hubert (1885-1954) est un ancien élève de l’École Normale Supérieure. Reçu premier à l’agrégation de philosophie, il enseigne d’abord dans différents lycées de province (Chartres, Marseille). Nommé maître de conférences à la Faculté des Lettres de Lille en 1919, Docteur ès Lettres, il accède au grade de Professeur dans cette même Université, titulaire de la chaire de morale, sociologie et philosophie des sciences en 1923. Deux ans plus tard, il fait paraître un Manuel de sociologie dont le sous-titre de couverture intérieure indique bien quels sont les publics visés : « Programme des Écoles normales primaires, Baccalauréat, Certificat de morale et sociologie pour la licence ès Lettres6 ». Dès le chapitre I, l’auteur marque sa préférence pour « la principale école française, fondée par Espinas, Durkheim et M. Lévy-Brühl, [qui] tient une place exceptionnellement importante » (« 11. Les Sciences sociales en France », p. 11). Dans le chapitre suivant, il rappelle son rayonnement, tout en présentant les autres courants : l’école naturaliste française qui s’exprime dans les publications de l’Institut international de sociologie fondé par René Worms, l’école anthropologique qui dispose d’un organisme attitré, la Revue d’Anthropologie, l’école de la Réforme sociale issue des travaux monographiques de Le Play, l’école psychologique, « qui groupe des esprits fort différents, comme Gabriel Tarde et le docteur Gustave Le Bon » (p. 12-13).

21De fait, Hubert évoque le jeu dans le chapitre XVIII : « Les Beaux-Arts » (p. 160). Même dépréciation du jeu par rapport à l’art et même silence sur les sports que ce qu’on peut lire sous la plume de Bouglé, de Hesse et de Gleyze. L’auteur indique que « les esthéticiens n’ont pas tort de mettre en lumière l’étroite parenté de l’art et du jeu : la création artistique, comme le jeu, apparaît comme une dépense désintéressée d’énergie superflue, comme une activité de luxe ». On reconnaît sans peine un aspect développé par Lalo, d’ailleurs cité par Hubert, mais nous savons par ailleurs que dès 1910 Lalo envisageait de façon spécifique la sociologie des jeux athlétiques. À signaler aussi une remarque tirée de l’ouvrage de Jean-Marie Guyau, qui aurait pu ouvrir une perspective plus générale. « Le jeu lui-même est encore une imitation de la vie sociale, ou un exercice préparatoire à la vie sociale (jeu de guerre, jeu de chasse, etc.) » (ibid.). Enfin, indiquons un signe de la « désarticulation » fort discutable entre le jeu et les sports. Une note de la page 186, dans le chapitre XIX : « La Nation », indique que « la race se transforme par la vie sociale elle-même, et par exemple par la pratique des sports ». Pourquoi dissocier ainsi le jeu des jeux d’exercice physique et des activités sportives ? Dans ce Manuel au demeurant très instructif, il faut se contenter de ces quelques lignes sur le jeu qui s’en tiennent aux généralités habituellement véhiculées au sein de l’école durkheimienne.

Une lacune dans l’initiation à la sociologie destinée aux futurs maîtres du Primaire

22Avec le recul, placée au contact direct de l’institution scolaire, la sociologie universitaire (ce qu’il est convenu d’appeler l’École française de sociologie, le groupe des Durkheimiens) disposait de sérieux atouts pour s’ouvrir à la sociologie du jeu.

23L’analyse de l’historien et sociologue de l’art Ernst Grosse est susceptible de constituer une matrice cohérente pour étudier les jeux récréatifs et le fait sportif, à condition d’opérer la transposition nécessaire. L’affirmation d’une fonction individuelle de l’art, qui s’écarte désormais d’une fonction sociale de l’art, identifiée par Grosse, sert d’ailleurs de présentation du texte rédigée par Bouglé et Raffault. Ernst Grosse semble indiquer que « les fonctions socialisantes de l’art » vont en diminuant d’importance, note-t-il (p. 491), ou que c’est par le détour de l’expérience d’une fonction individuelle de l’art que les individus peuvent « retrouver » le social. L’évolution des sports se prête à un examen similaire (surtout dans le courant des années 1920). Ajoutons que Maurice Halbwachs, dans sa thèse de Lettres (1913), a clairement posé des jalons en ce sens, dans sa manière d’aborder le loisir et l’exercice physique, et les besoins sociaux qu’ils expriment.

24Transposé aujourd’hui dans le domaine qui nous intéresse, on peut utiliser un raisonnement analogue pour éclairer des « ruptures » successives : des jeux traditionnels aux sports athlétiques des clubs, de ce sport associatif impliquant des obligations sociales précises à l’individualisme sportif et récréatif qui s’impose massivement depuis une vingtaine d’années. Il ne manque, dans l’extrait de Grosse, qu’un commentaire sur la spéculation économique qui caractérise le marché de l’art, qui aurait comme écho la montée en puissance du sport spectacle lucratif et médiatisé et des marchés de biens d’équipements sportifs… Nous détaillons volontairement cette comparaison pour formuler le point de vue suivant : en France, l’ignorance totale en matière de lecture critique des « auteurs classiques » par les représentants de la sociologie du sport, qui prend son élan dans les années 1960 et 1970, s’est traduite par une production scientifique qui aurait pu être d’une facture quelque peu différente si ces représentants avaient pu se référer à certains travaux antérieurs, non pas pour appliquer mécaniquement leur raisonnement mais pour s’en approprier les « formes » générales, en discuter les avantages (une vision d’ensemble, une perspective comparative) et les inconvénients (l’ignorance du fait sportif), par exemple.

25Dans cette sociologie destinée aux élèves des écoles normales d’instituteurs, mais aussi « à ceux de la classe de philosophie, dans les Lycées, et même aux étudiants des Facultés », comme l’indiquent les auteurs des Éléments de sociologie, on peut déplorer, nous semble-t-il, le « vide » sociologique instauré, non intentionnellement bien sûr, autour de l’appréhension des jeux d’exercice physique et des sports. C’est d’autant plus regrettable que, dans le cadre de l’enseignement primaire, ce sont les instituteurs et institutrices qui sont en charge de l’éducation physique (sous la forme de séances de cours ou de récréations), du déroulement des jeux dirigés, et qui animent les associations péri-scolaires (sportives ou autres) hébergées par l’école. Certains d’entre eux sont également à l’origine de la création de sociétés sportives post-scolaires et de patronages laïques qu’ils animent avec dévouement.

  • 7 Congrès national d’Éducation physique, Bordeaux, 23, 25, 26 septembre 1923. Tome I. Informations et (...)

26La responsabilité n’en incombe pas simplement aux promoteurs et vulgarisateurs de la sociologie mais aux nouveaux rapports de force qui caractérisent les contenus de formation pour l’éducation physique à l’Université. Rappelons à ce propos que l’Université de Bordeaux accueille à la fin du mois de septembre 1923 un Congrès national d’Éducation physique, organisé par la Ligue girondine d’Éducation physique présidée à ce moment-là par le docteur Gilbert Lasserre. Le nom du docteur Tissié figure dans la liste des personnalités qui ont soutenu cette initiative. Le Bureau du Congrès, qui se compose de dix personnalités, ne rassemble pas moins de neuf médecins7. Aucun orateur ne fait référence au rôle important tenu jadis par le doyen Alfred Espinas et à la place accordée à la section de Pédagogie dans le cadre du Congrès du mois d’octobre 1893. La médecine l’emporte désormais sur la sociologie. Cette dernière a disparu des approches disciplinaires et scientifiques.

27Ainsi, on ne peut que regretter le faible intérêt porté à l’étude des jeux et des sports, et à leur valeur sociale et éducative, par les représentants de l’École française de sociologie, au contact direct des futurs maîtres de l’enseignement primaire : Hesse et Gleyze pour leur Manuel de sociologie qui est disponible à partir de 1923 mais également Bouglé et Raffault pour le volume des Éléments de sociologie qui le complète en 1926 ou encore René Hubert pour son Manuel publié en 1925.

La faible valeur du jeu, au sein des valeurs esthétiques (1922), par Célestin Bouglé

  • 8 Bouglé C., Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs, Paris, Librairie Armand Colin, 1922 (X (...)

28Un livre de Célestin Bouglé : Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs8 permet d’apporter un éclairage supplémentaire à mettre au crédit de l’École française de sociologie, compte tenu de l’intérêt ponctuel porté par l’auteur aux activités physiques (en particulier aux jeux d’exercice physique (p. 256-258)). Indiquons cependant que ce passage prend place dans le chapitre traitant des valeurs esthétiques (p. 243-267), et qu’il réduit ainsi le périmètre potentiel de l’analyse pour les raisons qui ont été déjà identifiées.

29Comment l’auteur qualifie-t-il son propre livre ? Il s’agit de la publication « des cours élémentaires de sociologie générale, pour un public où se mêlaient les futurs maîtres de l’enseignement secondaire et les futurs maîtres de l’enseignement primaire ». Ils ont été donnés à la Sorbonne (« Avant-propos », p. VII).

Une problématique sociologique des valeurs

  • 9 Bouglé cite par exemple « les fameux “revivals” du Pays de Galles », de 1904 (voir p. 30). On pourr (...)

30Envisager la sociologie des valeurs n’est pas une tâche aisée. Les « diverses tentatives pour spécifier le sens des valeurs nous inclinent d’elles-mêmes à une généralisation » (p. 5), souligne Bouglé. Et d’ajouter aussitôt : « La valeur trouve sa place dans la sphère de l’économie politique, dans celle de la morale, de l’art, de la religion » (ibid.), sans pour autant être prisonnière d’aucune de ces sphères. Par-delà le plan des préférences personnelles, les valeurs et les jugements de valeur s’imposent aux individus composant un groupe. Bouglé parle à ce propos de société et rappelle qu’on retrouve ici « la pensée maîtresse de l’œuvre sociologique d’Émile Durkheim ». « La société est essentiellement créatrice d’idéal » (p. 15). Cette force originale, chacun d’entre nous peut la saisir à l’état naissant dans des regroupements de personnes auxquels il a pu nous être donné de participer9. En dehors de ces moments d’effervescence collective, la société reste le ferment de cette transfiguration mentale qu’est la création de valeurs. Dès qu’une vie commune s’organise, des forces de nature spirituelle prennent forme, débordant les énergies individuelles. « Les valeurs qui se constituent en faisant converger les regards des hommes ordonnent leurs désirs, hiérarchisent leurs tendances » (p. 35), nous dit encore l’auteur. Le chapitre III (« Valeurs et réalités ») se conclut sur l’esquisse d’une « théorie sociologique de la projection des valeurs » (p. 37-38) : des valeurs qui sont comme autant d’« instruments de communion », des « principes d’incessante régénération » pour la vie de l’esprit et « des aimants qui attirent et méritent d’attirer nos efforts convergents ».

31Bouglé rend compte de la différenciation des valeurs, c’est-à-dire du processus par lequel les diverses valeurs tendent à se constituer en des systèmes relativement autonomes (p. 59) : valeurs religieuses, valeurs économiques, valeurs éducatives, valeurs morales, valeurs esthétiques. Pareille spécification des valeurs peut s’expliquer par l’évolution des sociétés. Elle accompagne la division du travail et la complexité croissante de la collectivité sociale, « à la fois produit et condition de la vie civilisée » (p. 64-65). Pour autant, prend soin de préciser Bouglé, « en dépit de l’indépendance relative qu’ils acquièrent », « les systèmes de valeurs » « ne cessent pas de se conjuguer » (p. 61).

32Bouglé insiste également sur le phénomène de « complication sociale » qui vient limiter les effets de la différenciation sociale (p. 69-73), en rappelant ici le rôle positif des multiples groupements – les groupes intermédiaires – dans lesquels s’impliquent les hommes et qui ne revendiquent « qu’un côté de la vie individuelle ». L’auteur cite, parmi plusieurs illustrations, les « clubs d’amis des arts », les « clubs », les « groupements sportifs »… En suivant son analyse, on peut considérer, nous semble-t-il, que les valeurs esthétiques, qui font l’objet d’un des chapitres suivants, par l’accomplissement d’une phase supplémentaire de la différenciation sociale, ont donné naissance à des sous-systèmes bien individualisés : valeurs artistiques, valeurs culturelles, valeurs sportives, entre autres. En outre, selon Bouglé, la différenciation sociale des valeurs qui peut s’appuyer sur cette complication sociale (dont l’associationnisme sportif ou culturel n’est qu’une composante concrète) conduit à considérer « comme une valeur supérieure l’autonomie de la personne humaine » (p. 74).

33Au processus de différenciation et de spécification des valeurs fait écho un processus de conjonction de valeurs, poursuit Bouglé. Certes les valeurs se différencient. « Économique ou esthétique, religieuse ou morale, chaque espèce de valeurs tend à se constituer un domaine propre où elle règne en maîtresse » (p. 75). Cependant, indique-t-il, l’examen des valeurs, et plus précisément celui de « la différenciation des valeurs », montre la nécessité de « faire une place à un processus de sens inverse, mais non d’importance moindre, la conjonction des valeurs » (p. 92). D’un jugement de valeur, dit encore Bouglé, « peuvent rayonner des influences variées » (ibid.). La satisfaction – relative – qu’il est permis d’en tirer s’accorde sans doute avec la conquête de l’autonomie de la personne. Ainsi est-il laissé plus de jeu à la conduite des hommes.

34Par ailleurs, rappelle l’auteur, il n’est pas toujours aisé de distinguer entre « valeurs-fins » et « valeurs-moyens » (p. 76), et une valeur peut être référée successivement, voire simultanément à différentes fins. Revenons sur ces propriétés relatives à certaines valeurs. De telles propriétés entrent dans la définition d’une théorie sociologique de la projection des valeurs évoquée dans le chapitre III : 1) processus de conjonction et de réfraction d’une palette de valeurs sociales, 2) valeurs jadis fins et aujourd’hui moyens (des jeux d’exercice rituels aux jeux banalement récréatifs ; Bouglé parlant à ce propos de transfert, p. 82), 3) réalité « polytéliste » (Bouglé emploie ici le mot « polytélisme », p. 90) de certaines valeurs (valeur à la fois éducative, hygiénique, culturelle, esthétique : un registre qui nous est familier au niveau de la déclinaison habituelle des valeurs attribuées au sport… Bouglé utilise également le mot « multiplicité », p. 92).

35Aujourd’hui, dans le cadre du « monde » sportif, nous pouvons affirmer que toutes ces propriétés se donnent à déchiffrer aisément.

  1. Conjonction et réfraction stylisée d’une palette de valeurs sociales : avec la complication sociale qui se concrétise aussi dans l’organisation sociale du sport (clubs, fédérations, modèles idéologiques), plusieurs images sont repérables, qui renvoient à des logiques affinitaires.

    • 10 L’auteur suggère ainsi une évolution progressive des jeux rituels aux jeux récréatifs, alors que Du (...)

    Glissement des valeurs-fins de la danse sacrée, des exercices rituels et propiciatoires liés au culte, vers des valeurs-moyens (on peut dire des exercices physiques, corporels, ce que note Bouglé à propos de l’art : « Telle forme d’art n’a pu naître qu’à l’ombre des temples », p. 83)10.

  2. Réalité complexe du sport à propos duquel valeurs-fins et valeurs-moyens paraissent traduire des trajectoires qui se croisent et se redoublent : effort personnel du sportif, persévérance de l’équipe, apparentés à la vertu (fins) et nécessaire logique d’acquisition (moyens) ouvrant sur le succès, avec la réussite face à l’adversaire ; acquisition d’une maîtrise parfaite (moyens), faisant l’unanimité dans le public ou chez les supporters (fins) et réalité jubilatoire et communicative de la victoire sportive (fins également).

36La problématique sociologique des valeurs formulée par Bouglé peut être de la première importance pour aborder les valeurs du sport qui sont trop souvent soit utilisées comme de simples images, soit considérées comme autant d’idées reçues.

L’art est-il bien plus que le jeu ?

37L’interrogation est directement inspirée d’une phrase de l’auteur, qui jalonne le chapitre consacré aux valeurs esthétiques. « Chacun sent bien [...] que l’art est plus que le jeu. » La table analytique des matières (p. IX-XV) souligne déjà cette idée : « Ce que l’art ajoute au jeu. “Spontanéité” et “productivité” » (cit. p. XIV).

38Le monde de l’art, dont nous parle Célestin Bouglé, a ses propres ambitions. « L’art, en particulier, conserve ses prétentions et veut lui aussi constituer un centre, capable de faire converger les désirs des hommes et d’exercer une influence sur leur façon de prendre la vie » (chapitre XIII, « Les valeurs esthétiques », p. 243-267, cit. p. 244). Sur ce point également, on pourrait proposer un commentaire analogue concernant la gymnastique ou le sport. En effet, le sport a lui aussi ses prétentions car il participe de la manière de bien maîtriser le corps, de l’exhiber, de le mettre en situation dans un cadre caractérisé selon des règles et des normes précises. Le sport contribue également à la construction de l’identité et de l’altérité. Il favorise l’apprentissage d’une conduite d’adaptation à des situations difficiles, à l’issue incertaine. Il valorise la réussite face à un adversaire, dans le cadre d’une compétition loyale. Ce n’est pas rien.

  • 11 Nous reviendrons sur ce point en examinant les dernières leçons de L’éducation morale (1925, paruti (...)

39Examinons plus en détail le chapitre XIII (« Les valeurs esthétiques »), L’auteur y développe son analyse traitant de l’évolution des valeurs, anticipant même sur un programme éducatif qui nous est aujourd’hui familier. « On paraît admettre que le progrès de la démocratie demande que les jouissances esthétiques soient mises à la portée du plus grand nombre » (p. 244) : « elles auraient toujours à remplir des fonctions de “socialisation” supérieure » (ibid.). La valeur de l’art est une fin en soi. Bouglé rappelle que J.M. Baldwin propose de la nommer « autotélique » (p. 245). Cette attitude est un produit de la différenciation. L’art décoratif, la danse, la musique, la peinture, la sculpture sont des exemples de l’expression artistique qui a pu conquérir son autonomie. Pour l’auteur, « il n’y a pas d’art là où il n’y a pas loisir et luxe » (p. 254). On pourrait ajouter que les jeux d’exercice physique et les sports sont d’une nature analogue et qu’ils permettent une ouverture vers des valeurs tout à fait estimables. Cette façon asymétrique qu’a Bouglé d’aborder la question se trouve déjà exposée comme telle par Durkheim11. L’aptitude à jouer semble tout naturellement apparentée à l’art, insiste l’auteur. « Chacun sent bien toutefois que l’art est plus que le jeu », affirme nettement Bouglé (p. 257), se rangeant ici à ce que pense habituellement Durkheim. Cette filiation s’enracine, de toute évidence, dans des travaux plus anciens. Nous reviendrons sur ce point. Pour l’heure, Bouglé fait référence à Wilhelm Wundt (Völkerpsychologie, t. III, 1905). Souvent, le jeu cesse sans laisser de trace. Or « la fantaisie, comme dit Wundt, ne devient art que si à la “spontanéité” s’ajoute la “productivité” » (p. 258). En fait, ne faudrait-il pas mieux indiquer que le jeu ne saurait se réduire à l’art ou à l’esthétique ? Sa matérialité n’est pas de même nature que la « marque sur une matière » qui caractérise la plupart des arts et les beaux-arts. Pour certaines de ses expressions, le jeu est d’une autre nature, d’une tout autre matérialité, surtout quand il se fonde sur l’engagement physique, la compétition et la désignation d’un vainqueur (individu ou équipe).

40D’ailleurs, et de façon quelque peu paradoxale, Bouglé fait plus qu’entrevoir clairement ce qui fait l’une des spécificités importantes des jeux d’exercice : « ils rendent toutes sortes de services. Ils éveillent l’attention de l’enfant [...]. Ils lui imposent des adaptations variées, qui le préparent à celles que lui demandera demain la vie sérieuse » (p. 257). L’auteur rejoint ici les vues d’Alfred Espinas. La « valeur-moyen » y est magistralement exprimée alors que l’expérience non pratique de l’art éclipse une possible référence à la valeur-moyen et ne fait qu’éclairer la valeur-fin en soi. En outre, avec les jeux d’exercice, le vrai et le juste paraissent pouvoir compléter le beau qui est propre à l’esthétique, en particulier dans les jeux collectifs. Écoutons Bouglé : « le jeu, lorsqu’il est collectif, est une incomparable école où l’on apprend spontanément les coordinations de mouvements indispensables à toute société » (ibid.). Valeurs-moyens à n’en pas douter, dévoilées par les jeux collectifs. Mais l’auteur ne va pas jusqu’au bout de son raisonnement à propos du jeu. Plus exactement, il s’interdit de le faire en affirmant que le jeu « peut cesser sans laisser de trace » tandis que l’art ajoute la “productivité” » (p. 258). À notre avis, le jeu est intéressant à analyser en ce qu’il éclaire la signification de l’agir. Là encore le traitement méthodologique de ces deux types de pratique(s) est inégal, pour ne pas dire carrément asymétrique. Si le jeu peut cesser sans laisser de trace, il peut également naître de manière spontanée, réactivant pour la circonstance un ensemble de règles admises et transmises. Il possède une armature symbolique et normative cohérente, condition indispensable pour sa propre (re)productivité.

41Ce que Bouglé développe à propos de l’art (p. 258 et suivantes) peut s’appliquer sans problème aux jeux d’exercice physique et au sport : « [...] la société est l’atmosphère indispensable. [...] Le besoin de communication, ou pour mieux dire le besoin de communion est la racine de tous les arts » (Que dire du sport-spectacle, sinon la même chose ?). Dans l’art, « il arrive que la nouveauté comme telle, à certaines heures de l’évolution sociale, devienne à son tour une valeur en soi ». On pourrait sans peine établir le même constat pour les sports athlétiques importés d’Outre-Manche. « L’art, même et surtout une fois son autonomie conquise, se trouve capable de seconder la moralité de plus d’une façon » (p. 263). Ne retrouve-t-on pas ici la filiation sociologique et logique par laquelle la pratique sportive à laquelle s’adonne un jeune individu est souvent présentée comme s’apparentant à l’exigence morale, contribuant ainsi à l’autonomie morale de la personne ? Bien évidemment. Dernière illustration parmi d’autres encore : « l’art baigne dans le milieu social ». Il y puise certaines de ses références (tout comme le sport épouse la société, le milieu social). « Celui-ci lui fournit toutes sortes de sentiments à exprimer : enthousiasmes religieux, amours-propres de familles, de tribus, de nations, dédains des races les unes pour les autres, animosités de classes, désirs de domination ou volontés d’indépendance, toutes les qualités d’amours ou de haines qui rapprochent et opposent les hommes » (p. 261). Dans son développement tout au long du xxe siècle, le sport n’a-t-il pas donné matière à illustrer à son tour, et de manière saisissante, le propos finement nuancé de Célestin Bouglé ? C’est également évident.

42Il manque également à ce chapitre une caractérisation de l’esthétique propre aux jeux d’affrontement physique et à la compétition sportive. Ceci supposerait de reconnaître à ce type d’activités une dimension supplémentaire – une esthétique – dont les critères d’appréciation et de lisibilité restent à définir. À ce propos, peut-être faudrait-il expliciter aussi une relation avec la sphère des valeurs économiques : loyauté dans les échanges commerciaux (le sport lui a emprunté la notion de fair play), compétitivité liée à la concurrence, etc. De façon plus immédiate, les jeux physiques et les sports possèdent des caractéristiques qui l’apparentent à d’autres activités d’expression corporelle. Ils se définissent par une expression cinétique (et non une expression matérielle). Sous cet angle, on peut les apprécier d’un point de vue esthétique. Les jeux physiques et les sports permettent d’enchaîner des phases maîtrisées de création d’une suite de mouvements combinés (la prestation d’un gymnaste) ou de déstabilisation de l’adversaire (mener une contre-attaque, monopoliser le ballon), tantôt dans des situations momentanées de maîtrise du geste, articulant réalisation et anticipation : des valeurs d’excellence, résumées sous l’expression d’un style de jeu, et spécifiques d’une esthétique du « jeu ».

43Le « jeu », dont nous parle Bouglé (p. 257), est réduit à sa plus simple expression. Sans doute faut-il considérer que ce manque de recul (en ce début des années 1920) pourrait s’expliquer par l’imprégnation de « certitudes » entretenues de longue date au contact de la lecture de certains auteurs ; une lecture trop parcellaire et qui paraît remonter… à plusieurs années. On peut mentionner les auteurs que Bouglé met en avant dans ses propres choix. Il y a également telle ou telle recension de leurs écrits publiée dans L’Année sociologique.

  • 12 Op. cit., p. 39. Bouglé cite le livre de John Dewey, Democraty and Education. An introduction to th (...)

44Aux auteurs déjà mentionnés, s’agissant de Bouglé, il est possible d’ajouter un nom supplémentaire : John Dewey, le psychologue et philosophe pragmatique nord-américain. Dewey est cité par Bouglé dans la bibliographie indicative du chapitre III « Valeurs et Éducation12 ». En effet, dans un autre de ses livres, L’École et l’Enfant, disponible dès 1913 dans une traduction française, un paragraphe aborde la question du jeu chez l’enfant. L’évocation par laquelle le pédagogue américain définit le jeu s’accorde-t-elle avec le jugement de Bouglé ? Le jeu « ne réclame rien d’autre que l’activité où il est engagé et qui le satisfait. Le but est l’activité présente, et entre les moyens et la fin, il n’y a pour le moi aucune séparation, ni dans le temps ni dans l’espace » (op. cit., p. 57). Ce type d’approche n’est pas sans rappeler la façon dont Wundt qualifie le jeu comme expression de la « spontanéité ». Nous aurons l’occasion de revenir sur la façon dont John Dewey envisage le jeu.

45Une autre interrogation se précise. Il faudrait comprendre, également, comment un éminent universitaire tel que Bouglé, qui connaît bien la philosophie allemande, peut se retrouver, sur ce thème, à l’opposé de la caractérisation du jeu fournie par Emmanuel Kant, et telle qu’elle est reprise ensuite par Friedrich Schiller et développée par ce dernier, par-delà le criticisme kantien. En effet, les textes des classiques de la philosophie, dont ceux d’Emmanuel Kant, auxquels les étudiants que furent Durkheim ou Bouglé ont sans nul doute consacré une partie de leur temps de lectures, sont là, en arrière-plan, même si pour ces universitaires engagés désormais dans une carrière professionnelle la sociologie doit se développer indépendamment de cette discipline qu’est la philosophie, en l’occurrence la philosophie critique. Nous reviendrons bientôt sur ces aspects quand le moment sera venu de tâcher de démêler plusieurs fils, afin de mieux repérer les sources d’inspiration et les héritages dans la façon dont des sociologues « classiques » français ont été conduis à évoquer le jeu. Ils l’ont réduit à son expression la plus élémentaire, dans son rapport à l’art. Or le jeu n’est pas une forme inférieure de l’art, de même que l’art n’est pas une forme supérieure du jeu. Le jeu se suffit à lui-même et c’est en tant que tel qu’il convient de l’envisager. Ceux qui incarnent l’École française constituée autour de Durkheim et de son rayonnement procèdent à l’opposé de ces principes d’analyse, tandis que d’autres auteurs lui accordent une importance décisive dans le processus de socialisation, fondée sur l’observation et sans nécessairement chercher à adosser leur propos à des écrits canoniques.

Quelques perspectives complémentaires

46Le dernier chapitre de l’ouvrage (« La Nation et l’Enseignement moral », p. 269-286) est conjointement une forme de conclusion. Au sein de la société, les valeurs se différencient et se conjuguent tout à la fois. L’évolution des sociétés va dans le sens d’une laïcisation des institutions. Aux lois confessionnelles se substitue peu à peu « le principe des lois civiles » (p. 272). La conjonction des valeurs permet de caractériser la société dans son ensemble tout autant que la multitude des « sociétés partielles » dans lesquelles « le polytélisme trouve sa place et joue son rôle, un rôle de mainteneur et de conciliateur » (p. 277). Parmi ces « sociétés de plus en plus nombreuses en vue de fins déterminées », Bouglé cite en particulier les « groupements sportifs, [les] ligues pour l’éducation populaire ou pour l’hygiène publique » (p. 277-278). Ajoutons que l’expression idéologique propre à tel ou tel de ces groupements introduit des raccourcis entre fins et moyens (le sport comme “école de morale”, la “citoyenneté sportive”…). De même, si le sport peut être présenté par ces mêmes groupements comme une réponse positive aux maux de la société, c’est sans doute en fonction d’un polytélisme implicite qui rend plausible ce type de raisonnement. La tendance à la différenciation des valeurs et la tendance à la conjonction des valeurs sont, en définitive, complémentaires.

47Le cadre de référence théorique édifié par Bouglé pour rendre compte des valeurs permet d’expliciter, avec la distance critique nécessaire, ce que sont les idéaux sportifs produits par la société. Cette élaboration n’est pas sans rappeler la problématique développée par Espinas dans l’article « Les origines de la technologie » (1890). Ce dernier montrait comment le plan des arts utiles (au nombre desquels figurent l’éducation, la gymnastique, l’équitation…), comme Technologie, se double d’un plan idéologique, celui des Doctrines, dont l’ensemble constitue la Praxéologie ou science de l’action. Ce que Espinas désigne sous l’appellation de doctrine se rapporte à la fois à un modèle de pensée et au système de valeurs propres à un groupe social. Dans les orientations bibliographiques proposées en tête de chacun des chapitres, notons que Bouglé mentionne le livre d’Espinas : Les origines de la technologie (1897) dans sa réédition de 1917, pour le chapitre « Science et Industrie (p. 215). Il est fort dommage que ne soit pas mentionné l’article paru en 1890, sous le même titre, qui ne déparerait pas pour éclairer un ou deux autres chapitres du livre. D’autant que Bouglé cite la thèse – déjà ancienne – d’Espinas sur les Sociétés animales (p. 149), publiée en 1877. De manière plus nette, l’analyse sociologique de l’évolution des valeurs ne doit pas faire perdre de vue que la réalité des valeurs, leur objectivation sociale, au niveau des institutions par exemple, n’existent qu’au travers des jugements de valeur auxquels souscrivent les sujets sociaux.

***

  • 13 On peut proposer quelques illustrations qui mettraient dans l’embarras Bouglé. Certes l’écrivain a (...)
  • 14 Hesse A. et Gleyze A., op. cit., p. 231, p. 251, p. 268, p. 271 et pour le chapitre sur « L’art », (...)

48Les volumes examinés dans ce chapitre sont des ouvrages d’initiation à la sociologie qui s’adressent d’abord à des non spécialistes. Célestin Bouglé présente son ouvrage Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs comme étant sans prétention excessive : « Ces sortes de cours ne peuvent guère être que des revues un peu rapides. On vole de sommet en sommet sans avoir le temps de descendre au détail. On suggère plutôt qu’on ne démontre » (« Avant-propos », p. VII). Certes, en traitant des valeurs esthétiques, il consacre un passage intéressant au thème du jeu mais c’est surtout pour insister sur le fait, qu’à ses yeux, seul l’art fournit une occasion privilégiée d’aborder sous un angle spécifique l’évolution des valeurs13. Ceci n’est pas sans conséquence. En effet, dans leur Manuel de Sociologie destiné aux écoles normales d’instituteurs, Hesse et Gleyze, qui ont été probablement des auditeurs attentifs du cours dispensé par Bouglé ou qui en ont eu connaissance, s’en tiennent de façon condensée au verdict prononcé par ce dernier14. Même constat, il est vrai, pour le bref passage que René Hubert accorde au jeu, à propos de l’art, dans son Manuel édité en 1925. Nous savons que Bouglé s’abrite derrière les conceptions de Grosse (1894) ou de Wundt (1905), ou plutôt derrière une lecture restrictive de leurs travaux, ouvrant à discussion pour qui s’interroge sur la caractérisation sociologique des valeurs mises en avant dans le cadre des jeux et du sport.

  • 15 Gurvitch G., Morale théorique et science des mœurs, Paris, Librairie Félix Alcan, 1937. Voir p. 96- (...)

49Néanmoins, si l’on considère l’ouvrage dans son entier, il est certain que la contribution de Bouglé compte parmi les plus complètes, au sein des productions de l’École française de sociologie. Avec la théorie générale des valeurs qu’il ébauche ici, Bouglé apparaît comme un auteur de premier plan, bref un « classique » de la discipline, en tenant compte des réserves minimes et concrètes que nous avons formulées, marginales au niveau de l’architecture d’ensemble du livre. Cette évolution des valeurs porte l’empreinte d’un double processus : différenciation et, de sens inverse, polytélisme. Dans son livre Morale théorique et science des mœurs, Georges Gurvitch15 rappelle l’apport spécifique de Bouglé. « La théorie sociologique des valeurs a été développée par Émile Durkheim et complétée par M. C. Bouglé » (p. 96). La pensée de Durkheim a évolué d’une caractérisation de la conscience plus ou moins rigide, sous l’aspect des représentations sociales, à celle qui est présentée dans sa communication « Jugements de valeur et jugements de réalité » (1911), et mise en pratique dans Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912). Dans le fait moral, par exemple, deux caractères s’interpénètrent, de l’ordre de l’obligation et du désirable, et d’une objectivité dont la démonstration incombe à la sociologie. Or, comme le note Gurvitch, « c’est donc l’objectivité des valeurs qui est le véritable problème » (p. 98) ; des valeurs à la fois soustraites aux appréciations subjectives et variables de l’individu, et non réductibles à la seule collectivité. À notre avis, la démarche suppose de faire un saut permettant de dépasser le plan de la logique « représentationnelle » et amenant au plan d’une logique spécifiquement symbolique, dotée d’une force singulière. C’est d’ailleurs cette force, cette énergie que décrit Bouglé en utilisant des formules imagées et analogiques (force, énergie, effervescence…). La démonstration argumentée supposerait de concevoir une relation entre le domaine des objets, de la réalité matérielle, et la logique en acte de l’expressivité des signes et des symboles. De ce point de vue, accorder de l’attention aux langages codifiés du geste – danses sacrées, jeux rituels, jeux récréatifs… – et des pratiques corporelles aurait permis peut-être de consolider l’analyse sociologique à partir d’un domaine particulier.

  • 16 Boudon R., Le sens des valeurs, Paris, PUF (coll. Quadrige), 1999.

50Les travaux que Raymond Boudon a conduits sur le sens des valeurs16 constituent à la fois le prolongement – au sens d’un dépassement – et une formalisation plus complète des vues esquissées par Bouglé. « Comme les croyances factuelles, les croyances axiologiques sont fondées sur des réseaux complexes de systèmes argumentatifs », indique R. Boudon. (p. 64). Et pour le domaine que nous étudions : les modèles éducatifs d’exercice physique, le processus de « rationalisation » à l’œuvre contribue à l’évolution des pratiques, des conceptions et des valeurs qui s’y rapportent. L’évolution des valeurs, abordée du point de vue de la sociologie, est rarement exposée aux risques de régression et de réversibilité, sinon de façon provisoire. Elle exprime un processus de « rationalisation » progressive. Certitudes positives (dans l’efficacité croissante des programmes d’activités physiques) et certitudes normatives (quant à la socialisation par l’activité physique et sportive, dont l’histoire nous montre qu’elle bénéficie tardivement aux jeunes filles mais de façon définitive) se construisent de façon semblable. Et la méthode comparative en apporte les illustrations les plus diverses. Déjà, dans son article sur la praxéologie (1890), liant techniques et doctrines, Espinas avait tracé un cheminement sociologique allant dans la même orientation.

Notes

1 Hesse A. et Gleyze A., Notions de Sociologie appliquée à la Morale et à l’Éducation (« Préface » de Paul Fauconnet, p. IX-XI), Paris, Librairie Félix Alcan, 1922 (XI-292 p.). Une troisième édition de ce manuel est livrée en 1927.

2 Callède J.-P., « La sociologie du « sport » en France : des intuitions initiales aux premières approches spécialisées (1860-1914) », op. cit., p. 35-119.

3 Hesse A. et Gleyze A., Notions de sociologie appliquée à la morale et à l’éducation. Dixième édition suivie d’un appendice par A. Hesse, Paris, Alcan, PUF, 1929 (XV-334 p.). La page de couverture intérieure indique que A. Hesse est « Ancien Professeur à la Faculté de Droit de Théhéran, Ancien Conseiller juridique du Gouvernement Iranien, Inspecteur départemental de l’Enseignement Technique ». A. Gleyze est « Ancien Directeur de l’École Normale d’Aix-en-provence, Inspecteur primaire ».

4 C. Bouglé, Professeur à la Sorbonne, et J. Raffault, Directeur de l’École Normale d’Instituteurs de Melun, Éléments de sociologie. Textes choisis et ordonnés, Paris, Librairie Félix Alcan, 1930 (nouvelle édition) (VIII-510 p.). « Le Centre de Documentation sociale de l’École normale supérieure nous a été, pour la préparation de ce recueil, d’un grand secours », notent les deux auteurs (p. VIII). Ce Centre, fondé en 1923, est à l’origine de la première édition du volume. La première édition date de 1926. Celle de 1930 est la deuxième. Une quatrième édition des Éléments est publiée en 1939.

5 Grosse E., Die Anfänge der Kunst, Freiburg, 1894. Traduction française : Les débuts de l’art, Paris, Félix Alcan (coll. Bibliothèque Scientifique Internationale), 1902, p. 234 à 236. Nous n’avons pu consulter que l’édition anglaise. Grosse E., The Beginnings of Art, New York, D. Appleton and Company (Coll. The Anthropological Series), 1897 (XIV-327 p.).

6 Hubert R., Manuel élémentaire de sociologie, Paris, Delalain, 1925 (XIV-440 p.).

7 Congrès national d’Éducation physique, Bordeaux, 23, 25, 26 septembre 1923. Tome I. Informations et Rapports (167 p.) ; Tome II. Discussion des Rapports et Communications individuelles (228 p.), Bordeaux, Impr. Gounouilhou, 1923.

8 Bouglé C., Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs, Paris, Librairie Armand Colin, 1922 (XV-287 p.).

9 Bouglé cite par exemple « les fameux “revivals” du Pays de Galles », de 1904 (voir p. 30). On pourrait prendre pour illustration similaire la foule des spectateurs réunie à l’occasion d’un match de sport et venus pour encourager leur propre équipe.

10 L’auteur suggère ainsi une évolution progressive des jeux rituels aux jeux récréatifs, alors que Durkheim (dans Les formes élémentaires…) élude quelque peu la question. C’est également cette tendance historique qu’Alfred Espinas retrace minutieusement dans son article : « Les Origines de la technologie », publié en 1890.

11 Nous reviendrons sur ce point en examinant les dernières leçons de L’éducation morale (1925, parution posthume). L’art n’y est pas envisagé dans une logique d’acquisition technique, uniquement dans une familiarisation érudite aux productions artistiques. À l’inverse, l’exercice sportif y est considéré uniquement comme le lieu d’expression quelque peu arbitraire de la force physique, et écarté pour cette raison par Durkheim, alors qu’il pourrait fournir un prétexte analogue dans l’éducation de l’enfant, susceptible de surcroît d’être complété par une érudition esthétique, avec la compréhension historique de la place qu’occupent les jeux dans les différentes civilisations (dessins, statuaire, etc.).

12 Op. cit., p. 39. Bouglé cite le livre de John Dewey, Democraty and Education. An introduction to the Philosophy of Education (New York, 1917). Indiquons, pour notre part, qu’en 1913 paraît la première traduction en français d’un autre livre de John Dewey, que Bouglé a peut-être eu l’occasion de consulter : L’école et l’enfant (introduction par Éd. Claparède, « La pédagogie de M. John Dewey »), Neuchâtel, Paris, Delachaux & Niestlé s.a., 1913 (rééd. 1922) (175 p.). L’édition originale : The School and Society (Chicago) date de 1899. En France, les universitaires qui enseignent la pédagogie et la science de l’éducation ne sauraient ignorer ce petit livre.

13 On peut proposer quelques illustrations qui mettraient dans l’embarras Bouglé. Certes l’écrivain a pu créer une pièce qui est publiée (productivité) et jouée ensuite par des acteurs. Mais une représentation théâtrale (a fortiori une improvisation théâtrale), un concert de jazz, un spectacle de danse (a fortiori une improvisation dans ces domaines) peuvent ne laisser de trace précise ailleurs que dans la mémoire du public… Ces manifestations appartiennent néanmoins à un certain ordre de la productivité : c’est le cas du « spectacle vivant », pour employer la terminologie d’aujourd’hui. Poursuivons. En quoi une compétition de patinage artistique est-elle alors si différente de la danse classique ou moderne ? Dans chacune de ces deux activités, il y a « productivité ». En outre, l’enregistrement cinématographique – ou audiovisuel – qui peut fixer la mémoire d’un événement artistique ne rajoute-t-il pas par une double accession à la productivité artistique : au titre du talent (interprétatif) propre à l’art cinématographique, au titre d’un événement artistique (autrement interprétatif) dont la mémoire est fixée à jamais sur la pellicule ? Et une fois admis ces différents niveaux de « productivité », – pour reprendre l’expression utilisée par Bouglé – en quoi une compétition de patinage artistique serait-elle si différente d’une prestation de danse classique ou moderne ? Et en quoi l’une et l’autre ne seraient-elles pas de l’art ?

14 Hesse A. et Gleyze A., op. cit., p. 231, p. 251, p. 268, p. 271 et pour le chapitre sur « L’art », p. 279 et p. 287.

15 Gurvitch G., Morale théorique et science des mœurs, Paris, Librairie Félix Alcan, 1937. Voir p. 96-103.

16 Boudon R., Le sens des valeurs, Paris, PUF (coll. Quadrige), 1999.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search