Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Travaux et publications des années 1920 et 1930

Introduction

Texte intégral

  • 1 Un livre d’Édouard Herriot fournit un bon aperçu des orientations à privilégier en vue d’une restr (...)

1La Grande Guerre de 1914-1918 introduit une rupture dans l’histoire sociale, économique, politique et culturelle du pays1. La redistribution de l’ordre des priorités du moment, à l’échelle de la nation, renouvelle considérablement le paysage social. Dans le domaine de la sociologie universitaire, on peut identifier des traits qui marquent eux aussi ce changement. Certes la discipline possède une légitimité institutionnelle bien identifiable, avec ses grands auteurs, ses théorisations et ses méthodes de travail spécifiques. Cependant Émile Durkheim est décédé en 1917 et plusieurs jeunes issus de l’Université et intéressés par la sociologie, parfois titulaires de l’agrégation de philosophie et au talent prometteur, sont morts au combat…

2Pour notre propre étude, il faut ajouter que l’Université de Bordeaux n’occupe plus, durant l’entre-deux-guerres, la place privilégiée qui fut la sienne durant les décennies antérieures. Néanmoins l’enseignement de la sociologie y est assuré par Gaston Richard. Cette Université accueille pour de courtes périodes de jeunes enseignants déjà engagés dans des carrières prometteuses. Il nous a paru utile, chemin faisant, d’indiquer leur passage.

3Un élément supplémentaire doit être noté. En effet, à partir de 1927, la formation des enseignants qui se destinent à l’éducation physique et sportive des collégiens et lycéens se fait désormais dans des Instituts rattachés aux Facultés de médecine. Le premier Institut régional d’éducation physique (ou IREP) voit le jour à Bordeaux, dépendant de la Faculté de médecine. Les approches « sociologiques » et « socio-pédagogiques » du jeu et du sport s’estompent tandis que l’anatomie, la physiologie ou la « bio-mécanique », par exemple, s’imposent comme des disciplines incontournables dans la formation des étudiants qui se destinent à l’enseignement de l’éducation physique et sportive.

4En outre, en examinant attentivement des écrits qui se rapportent au thème envisagé, nous allons voir se confirmer nettement un trait récurrent : chez certains Durkheimiens le jeu, les jeux de plein air et les activités d’exercice ou de sport sont souvent intégrés au vaste domaine de l’activité esthétique. Ceci introduit un double biais. D’une part, sous l’angle de l’expressivité esthétique, ces pratiques physiques sont comme éclipsées par toutes les activités artistiques proprement dites. D’autre part, les critères d’analyse qui sont appliqués ainsi aux jeux d’exercice physique sont inadéquats. La culture esthétique opère comme une « catégorie piège » lorsqu’il s’agit d’analyser les jeux d’exercice physique, surtout ceux qui mettent en avant la compétition entre des individus ou des équipes, dans le cadre de championnats. Ajoutons que l’absence véritable d’opposants théoriques à l’École française de sociologie – qui correspond au groupe des Durkheimiens – ou encore de candidats sérieux à l’analyse critique des publications de ce groupe, durant l’entre-deux-guerres, mis à part les efforts déployés par Gaston Richard dans sa critique de l’œuvre de Durkheim, ne permet pas de faire progresser la problématique des jeux récréatifs (dont les jeux d’exercice) et du sport.

5Alors que l’engouement social pour le sport croît tout au long des années 1920 et 1930, à la fois comme pratique et comme spectacle, lié au processus de professionnalisation, le regard sociologique porté sur le phénomène reste épisodique, à de rares exceptions près. Cependant, parmi les sociologues qui ne se réclament pas directement du durkheimisme, un auteur comme Guillaume-L. Duprat propose, avec une attention soutenue, une approche intéressante sur le jeu, le sport et l’activité associative, dans la lignée de ses travaux antérieurs. Si la plupart des travaux de Marcel Mauss sont connus, quelques autres publications méritent d’être tirées de l’oubli. Il s’agit par exemple de certaines pages produites par Célestin Bouglé et de l’entreprise d’édition ou de réédition de certains des cours professés jadis par Durkheim. Il s’agit également des analyses réalisées par Charles Lalo, Gaston Richard, René Maunier ou René Hubert.

Notes

1 Un livre d’Édouard Herriot fournit un bon aperçu des orientations à privilégier en vue d’une restructuration de la société française. Herriot É., Créer (2 tomes), édition définitive, Paris, Payot, 1920 (506 p. et 376 p.).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search