Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Travaux et publications des années 1890 à la veille de la Grande Guerre

Conclusion

Texte intégral

1La première partie de l’étude, qui prend en considération les jeux, l’éducation physique et les sports, abordés sous l’angle de la sociologie française dans des travaux antérieurs à la guerre de 1914-1918, confirme la pertinence d’un axe de comparaison. Celui-ci permet de distinguer Émile Durkheim et certains membres de son groupe (autour de L’Année sociologique) des philosophes et sociologues non durkheimiens affiliés à l’Institut international de sociologie fondé par Worms. Il s’agit de Bordelais d’un temps, pour plusieurs d’entre eux : enseignants universitaires, étudiants ou futurs enseignants du secondaire puis des Universités formés à Bordeaux.

2Tous ces auteurs partagent cependant une préoccupation commune et s’efforcent d’y apporter une explication d’ordre sociologique tout en proposant des solutions dans le domaine de l’éducation des enfants et des adolescents. Face à la complexité croissante de la société, à une différenciation des groupes socio-professionnels et à une certaine autonomisation de la jeunesse scolarisée, comment entretenir une solidarité sociale sinon par l’éducation qui doit permettre conjointement l’acquisition de savoirs et de savoir faire indispensables et un apprentissage des valeurs morales ? Cependant, ces mêmes auteurs se singularisent quelque peu dans la manière de concevoir l’articulation entre ces différents plans.

  • 1 Nous pouvons donner un autre exemple des centres d’intérêt partagés par ces « Bordelais » : l’atte (...)

3Une première « école » de pensée est inspirée par Espinas. Examinons les traits propres à cette première École bordelaise. Autour d’Alfred Espinas, secondé par Guillaume-L. Duprat, qui bénéficie du soutien bienveillant de Gaston Richard, et en droite ligne de la Ligue girondine de l’Éducation physique, se précise une manière sociographique et pratique d’aborder les jeux et les sports scolaires, en termes de socialisation des jeunes, d’apprentissage des rôles en relation avec des normes qui préfigurent les cadres normatifs de la vie en société. L’observation directe se combine avec un art de la présentation descriptive. La dynamique de l’imitation sociale, qui est un élément important de ces apprentissages, incline à rechercher quelques points d’appui dans les analyses de Tarde. Évidement, il convient de dégager des traits plus fondamentaux pour individualiser ce « groupe » de Bordelais. Quelles sont ces caractéristiques ? Un trait « institutionnel » s’impose : l’implication active des membres qui le composent dans les initiatives de Worms (sociétés savantes, revue…), dont ces Bordelais vont être d’abord des collaborateurs, ensuite les continuateurs. Un trait intellectuel est non moins important : l’indépendance d’esprit qui ne leur permet pas de se reconnaître dans la manière dont Durkheim conçoit l’organisation de la sociologie et son programme de travail jugé par trop « objectiviste ». En cela, ces Bordelais restent peut-être des philosophes : une attitude en lien avec une discipline qu’ils enseignent. À la veille de la Première Guerre mondiale, Gaston Richard, Guillaume-L. Duprat et Jules Delvaille sont des collaborateurs actifs de la Revue philosophique. Et leur manière relativiste de considérer la sociologie explique probablement leur propension à envisager le « dialogue » des disciplines (psychologie et sociologie, en particulier), ou à déployer des efforts en vue d’inventer de nouvelles disciplines : la praxéologie pour Espinas, la psychologie sociale pour Duprat, au risque de passer pour des universitaires éclectiques. On pourrait ajouter à cela un intérêt partagé pour les questions concrètes d’éducation de la jeunesse : l’éducation physique et sportive, un trait qui nous intéresse directement1.

  • 2 Ostrowski J.J., Alfred Espinas, précurseur de la praxéologie (ses antécédents et ses successeurs),(...)
  • 3 Bourgin H. De Jaurès à Léon Blum. L’École normale et la politique, Paris, Librairie Fayard, 1938 ( (...)

4Jean J. Ostrowski considère qu’Alfred Espinas a su élaborer une praxéologie ou technologie comprise comme une théorie de l’art utile et de l’action humaine2. Mais ce n’est pas tout, précise le biographe. « Alfred Espinas est également un des premiers représentants et fondateurs de l’École française de sociologie, dont le contenu scientifique avait pour base la nature biologique de son origine » (p. 55). Les textes que nous avons pu examiner, au titre des prémisses d’une sociologie du sport, échappent à l’évidence aux impasses du bio-organicisme. S’agissant de la praxéologie, J.J. Ostrowski, d’après ses propres recherches, indique que la première esquisse du système de la praxéologie se trouve exposée dans les trois séries de cours sur « les formes supérieures de la volonté » données à la Faculté des Lettres de Bordeaux en 1887-1888, 1891-1892 et 1892-1893. Le biographe et exégète montre aussi comment Espinas, appelé à enseigner à Paris, va poursuivre et approfondir ce « programme » de recherche conçu très tôt, alors qu’il enseignait à la Faculté de Douai (années 1878-1880). Pour autant, faute d’avoir examiné comment les arts utiles et les arts secondaires (arts esthétiques, techniques du corps…) s’articulaient précisément au sein de l’éducation, transmis grâce à des pédagogies adéquates, sa praxéologie n’est pas explicitement ouverte, à l’échelle des périodes prises en considération, sur l’éducation physique par les jeux et les sports. Un dernier point est à rappeler. Espinas « avait l’esprit farouchement indépendant », note J.J. Ostrowski, en rapportant un témoignage détaillé d’un des Durkheimiens, collaborateur à L’Année sociologique : Hubert Bourgin. Ce dernier indique : « Il restait surtout en méfiance à l’égard de Durkheim et des durkheimiens [...]. Il les considérait comme un petit bataillon discipliné pour l’investissement et l’enlèvement des positions universitaires. [...]. Je n’ai connu Espinas qu’après être entré en relation et en collaboration avec Durkheim à L’Année Sociologique ; plus tôt, il m’aurait peut-être mis en garde contre ce que les prétentions de l’Ecole avaient d’excessif, la doctrine d’insuffisant, l’œuvre de précaire3. »

5Comment définir maintenant la seconde École bordelaise ? Autour d’Émile Durkheim, qui sera nommé à Paris après avoir enseigné à Bordeaux de 1888 à 1902, il s’agit d’élaborer une sociologie théorique dominée par le souci de dégager des propositions générales sur la morphologie sociale ou encore sur les pratiques sociales, en fonction de règles de méthode strictement définies, et dans le cadre d’un ensemble raisonné des domaines d’action constitutifs de la société. Si l’on en croit Hubert Bourgin, Durkheim et les siens, tout en respectant en Espinas « la force de caractère », méprisaient « ses idées » et la conception que l’inventeur de la praxéologie se faisait de la sociologie.

6Pourtant, des choix et des alliances indéfectibles vont se nouer à Bordeaux. Autant de rejets également, à certains égards. Gaston Richard collabore à l’entreprise de L’Année sociologique avant de prendre rapidement ses distances avec l’ancien Maître de Bordeaux sitôt ce dernier appelé à la Sorbonne. Des tensions intellectuelles et bientôt des divergences se précisent dès 1902-1904, qui incitent à penser que la position de ce collaborateur de L’Année devient à la fois inconfortable et paradoxale. Richard va se détacher définitivement du « groupe » en 1906-1907 et désormais combattre vigoureusement Durkheim. En sa qualité de professeur à la Faculté des Lettres de Bordeaux, il va publier quelques ouvrages importants, en sociologie et en ethnologie. Richard, Espinas et Duprat resteront très liés et impliqués au sein de l’Institut international de sociologie fondé par René Worms : ils incarnent, à nos yeux, cette École sociologique différente, aux racines bordelaises incontestables.

7La prise en considération des jeux et des sports apporte-t-elle confirmation de la réalité tangible de ces deux « écoles » ? Sans nul doute. Reprenons quelques points essentiels.

8Chez les Durkheimiens, le domaine des jeux d’exercice est connu principalement au travers de plusieurs travaux d’ethnologie publiés à l’étranger. De l’avis de Marcel Mauss, qui fut un temps bordelais d’adoption, et d’après un témoignage datant de 1904, à l’époque le groupe de L’Année sociologique estime ne pas être encore prêt pour définir un cadre de référence univoque permettant de traiter adéquatement des jeux et des sports. Inversement, sans doute dans le prolongement des intuitions d’Espinas considérant que les modèles d’exercice physique sont un indicateur utile pour appréhender la praxéologie d’une période historique (1890, 1897), Duprat étudie les jeux dirigés et les sports au sein du système éducatif contemporain (1893, 1894, 1900). Par la suite, Gaston Richard notera l’effort de Duprat (1907) pour ne pas trancher entre Durkheim et Tarde. Espinas et le jeune Duprat sont sensibles à l’importance éducative et sociale des jeux d’enfants, qui favorisent à la fois la construction de l’identité personnelle et l’appropriation des rôles, dans le respect des règles admises. L’éducation physique est un domaine particulièrement favorable pour que se fassent ces acquisitions, et il convient de préserver la part de liberté sans laquelle le jeu, l’activité récréative s’effacent derrière une obligation imposée par l’adulte. La réalité psychologique du jeu et la dimension pédagogique, y compris dans le domaine de l’éducation physique, sont étroitement liées.

9Bref, il n’apparaît pas inexact de parler de deux « Écoles sociologiques » bordelaises, dont on retrouvera, au fil des décennies, des signes manifestes. Retenons deux faits, à titre d’illustrations. Lorsque Dominique Parodi fait paraître dans L’Année sociologique (1899) un commentaire sur le livre d’Espinas : Les Origines de la Technologie (1897), la fin du propos ne saurait tromper. Cet auteur considère que l’évolution dégagée par Espinas renvoie à des lois qui « semblent d’une nécessité moins hypothétique et relative qu’ailleurs ». Il s’agit d’une information approfondie dont peut se nourrir la sociologie plus qu’un exercice sociologique proprement dit : « des études comme celles-ci appartiennent à l’histoire encore plus qu’à la sociologie, elles en sont comme la préparation immédiate, et constituent comme le fonds où elle doit directement puiser » (ibid., p. 183). On entrevoit la potentialité polémique de ce type de considération opposant l’archive et le concept mais encore le récit et le modèle.

10Durkheim se considère comme le fondateur d’une discipline nouvelle qui doit s’armer d’une méthode d’analyse spécifique, reposant sur des règles précises, et propre à s’inscrire dans un travail d’équipe. Peut-être Espinas pressent-il également la nécessité d’une science nouvelle appelée à se différencier de la science sociale du moment. Toutefois, sa praxéologie ne permet pas d’engager cette rupture épistémologique. Aux tableaux descriptifs et logiques d’Espinas, il faut opposer les principes qui gouvernent l’intelligibilité du monde social selon Durkheim. Ces principes de travail attestent d’une intelligibilité cognitive tout autre. Il s’agit d’élaborer une méthode explicative appliquée au fait social. Seule cette « École bordelaise » est appelée à devenir l’École française de sociologie.

  • 4 Sur les apports de ce livre en matière d’éducation et de pédagogie, nous renvoyons à notre étude p (...)
  • 5 La perspective ethnologique ouverte par ce livre est envisagée dans la seconde partie de notre étu (...)
  • 6 Il conviendrait de procéder à une recherche à la fois biographique et bibliographique sur Jules De (...)

11Nous n’avons pas examiné les publications de cet autre auteur « bordelais » qu’est Gaston Richard pour quelques brefs passages de textes, sans doute, et mis à part les éléments qui figurent dans sa Pédagogie expérimentale (1911)4 et pour la trame élaborée dans un autre de ses ouvrages : La Femme dans l’histoire (1909)5. Jules Delvaille, qui se considère probablement comme étant d’abord un philosophe, semble échapper au clivage qui distingue globalement Durkheim et les siens des autres sociologues bordelais. Mais nous perdons ensuite sa trace, au-delà de l’année 19106. De même, Frédéric Queyrat, qui enseigne la philosophie au collège de Mauriac (Cantal) publie un petit livre fort intéressant sur Les Jeux des enfants (1908) tout en revisitant dans un premier temps, sans idées préconçues et de façon originale, la littérature disponible sur le sujet.

12Le double ancrage disciplinaire des universitaires, à la fois philosophes et sociologues, formés pour la philosophie au contact du criticisme kantien et engagés pour l’essentiel dans le courant d’inspiration néo-criticiste, nous obligera à revenir sur la dette dont ils sont probablement redevables au philosophe allemand. L’étude sur les sentiments esthétiques formalisée par Charles Lalo nous y invite. La tâche s’annonce plus compliquée pour d’autres textes et auteurs.

  • 7 Durkheim É., Leçons de sociologie. Physique des mœurs et du droit (« Avant-propos » de Hüseyin Nai (...)

13La façon de concevoir la sociologie a une incidence directe sur la prise en considération des activités physiques. La définition que propose Durkheim de l’éducation (physique, morale et intellectuelle) dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie (1911) dirigé par F. Buisson est intéressante. En revanche, ses analyses sur la réalité française de l’associativité nous paraissent pessimistes, plutôt restrictives, voire inexactes. Cependant, l’examen des fonctions que l’auteur assigne aux groupements intermédiaires, aux « groupes secondaires », mérite d’être souligné. L’enfant peut en faire un apprentissage fécond (comme on le verra avec L’Éducation morale, 1925). Par ailleurs, au niveau du monde des adultes, il s’agit d’un espace indispensable dans une société marquée par le processus de la division du travail (Préface de 1902), composé de groupements dans lesquels s’enrichit la solidarité organique. Dans l’un de ses cours professé à Bordeaux de novembre 1898 à juin 1900, dont les notes ne seront publiées qu’en 1950, Durkheim indique explicitement que cette forme d’organisation de la société s’apparente aux thèses de Montesquieu. « Ils [les « groupes secondaires »] ne sont pas seulement nécessaires à l’administration des intérêts particuliers, domestiques, professionnels, qu’ils enveloppent et qui sont leur raison d’être. Ils sont aussi la condition fondamentale de toute organisation plus élevée7. » Toutefois, Durkheim se montre exagérément pessimiste quant à la prétendue faible capacité des Français, scolaires ou étudiants par exemple, à développer des formes d’associativité.

  • 8 Fournier M., Émile Durkheim, op. cit., p. 80-83.
  • 9 Fouillée A., Les éléments sociologiques de la morale, Paris, Félix Alcan, 1905 (XII-379).

14L’ouvrage récent de Marcel Fournier indique une piste à explorer. Il s’agit de l’attention soutenue que Durkheim, en particulier au début de sa carrière professionnelle, porte aux publications d’Alfred Fouillée. Marcel Fournier rappelle qu’Alfred Fouillée (1836-1912) est « avec Alfred Espinas » l’un de « ceux qui s’intéressent à la sociologie »8. D’ailleurs, la confrontation aux analyses développées par Fouillée est, de l’avis de l’auteur, un type d’exercice qui permet à Durkheim « d’élaborer ce qu’on peut appeler sa “problématique initiale” » (ibid., p. 82). Reçu premier à l’agrégation de philosophie, A. Fouillée enseigne dans différents établissements secondaires, dont le lycée de Bordeaux, de 1868 à 1872, avant d’être nommé à Maître de conférences à l’École Normale Supérieure. Lorsque Durkheim s’installe à Bordeaux, pour la rentrée universitaire de l’année 1887-1888, « l’on garde toujours vivant le souvenir d’Alfred Fouillée », indique M. Fournier (op. cit., p. 116). Quelques années plus tard, en 1895, dans un bilan sur « L’état actuel de la sociologie en France » publié dans la revue italienne La Riforma sociale, Durkheim considère que Fouillée appartient au « groupe universitaire » auquel lui-même s’identifie. Fouillée est membre de l’Institut international de sociologie. Il en a assuré un temps la présidence, et il fait partie du comité d’organisation des premiers congrès de l’IIS. Quelques années plus tard, Fouillée fait paraître un nouvel ouvrage : Les éléments sociologiques de la morale9, qui ne peut qu’aiguiser la curiosité de Durkheim car l’auteur prend longuement en considération ses propres analyses et d’autres comme celles de Simmel, Tarde, Espinas, Lévy-Bruhl, Bourgeois, etc.

  • 10 Fournier M., op. cit., p. 133-135, p. 634.

15Il en va de même pour l’intérêt porté par Durkheim aux publications de Jean-Marie Guyau (1854-1888)10, décédé prématurément de la tuberculose, qui n’est autre que le fils adoptif d’Alfred Fouillée. À partir de l’année 1988-1889, ce dernier assure la publication posthume de nouveaux livres de Guyau et plusieurs rééditions des autres. On considère que l’Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction (1885) est un livre dans lequel Guyau trace une voie originale par rapport aux deux tendances opposées de la morale que sont l’utilitarisme anglo-saxon et le kantisme continental. D’une certaine façon, Guyau a l’intuition de la puissance de la vie, fondée chez l’homme sur l’action. Ses graves problèmes de santé n’entameront jamais cette forte conviction. Mais c’est un autre aspect de son œuvre qui intéresse les sociologues. Trois des ouvrages de J.-M. Guyau mentionnent dans leur titre (ou sous-titre) la référence à la sociologie. Il s’agit d’un « programme » original, qui renouvelle l’inspiration néo-kantienne tout en intégrant les acquis de la psychologie scientifique du moment et l’évolution des sensibilités culturelles. Charles Lalo, qui n’accorde pas l’importance nécessaire à ses aspects, relègue à tort, de notre point de vue, l’esthétique de Guyau dans l’expression d’un vitalisme aux limites du mysticisme esthétique. Or pour Guyau, l’analyse et la connaissance de la société, à savoir l’exercice de la sociologie et ses sujets d’étude : la conduite morale, l’art, ou encore l’éducation physique, l’hygiène et les sports – replacés dans le cadre d’une politique urbaine renouvelée et de la modernisation du système éducatif – forment un ensemble cohérent.

16On comprend tout l’intérêt que Durkheim porte à ces deux auteurs, à la fois philosophes et sociologues, lorsqu’il s’agit pour lui d’affirmer son propre « programme »… et sa différence. Nous aurons l’occasion de revenir dans la seconde partie sur quelques publications de Guyau et de Fouillée en rapport avec le jeu, l’art et les exercices physiques.

  • 11 Maurice de Fleury est né à Bordeaux où il avait commencé ses études médicales, après avoir effectu (...)
  • 12 Dr de Fleury M. (première éd. vers 1897), Le Corps et l’Âme de l’Enfant, Paris, Librairie Armand C (...)

17Parmi les Bordelais d’un temps, susceptibles d’apporter un éclairage complémentaire pour notre étude, il conviendrait de citer également le docteur Maurice de Fleury11 (1860-1931) pour son livre : Le corps et l’âme de l’enfant12, dans lequel l’auteur mentionne très souvent le livre d’Herbert Spencer sur l’Éducation. Le chapitre initial porte sur le thème : « Exercices physiques » (p. 17-31). L’auteur cite le savant anglais et ses « belles indignations », qui peuvent s’appliquer d’ailleurs à la situation en France, quant aux jeunes filles, pour lesquelles « l’éducation physique est à peu près nulle aujourd’hui » (p. 30). Il cite également les néo-leplaysiens qui animent la revue de la Science sociale, l’abbé H. de Tourville, et plus encore Edmond Demolins (pour L’Éducation nouvelle) (voir en particulier p. 287 et suivantes). Notons cependant que le jeune Fleury, alors étudiant en Médecine, quitte la capitale bordelaise au moment même où Alfred Espinas est nommé à la Faculté des Lettres de Bordeaux.

18Les jeux et les sports, l’éducation physique de la jeunesse tiennent une place croissante au sein de la société, surtout dans la période qui s’étend de la fin des années 1880 jusqu’à la veille de la Grande Guerre. Espinas ne s’y est pas trompé en s’intéressant personnellement à la question. Faut-il conclure, à propos de Durkheim, à une cécité durablement marquée pour ce type d’activité récréative ? Effectivement, Durkheim n’accorde pas vraiment de crédit à ce domaine d’activités d’une jeunesse scolarisée (de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur en passant par le secondaire), contrairement à l’intérêt – de terrain – qu’il suscite, en termes de signification sociale de l’agir, chez Espinas ou chez de jeunes universitaires comme Duprat ou Lalo. Si la « vie esthétique » correspond à toute une gamme d’activités récréatives jugées indispensables par Durkheim, la part faite aux activités physiques est quasi inexistante. Pour autant, parmi le groupe des Durkheimiens, Marcel Mauss a déjà ébauché un programme de travail sur la prise en considération des jeux (et des sports). En revanche, en termes de morphologie et de dynamique sociales, et par rapport aux sociologues non durkheimiens, c’est sans doute Durkheim qui propose l’analyse – formelle – la plus ambitieuse, mais en l’illustrant uniquement, au besoin, et dans les limites de notre thème d’étude, par une référence à des groupes intermédiaires mobilisés autour des activités artistiques.

  • 13 Compayré G. (1843-1913) ne professe pas la sociologie. Cet universitaire est un éminent spécialist (...)

19Au niveau national, pour désigner par cette formule le champ universitaire d’ensemble (qui ne saurait se limiter, bien sûr, au contexte « bordelais »), on observe une répartition analogue. Henri Marion, Jean Izoulet, Gabriel Compayré13, feu Jean-Marie Guyau (dont Alfred Fouillée assure la postérité intellectuelle), Joseph Wilbois, un néo-leplaysien, par exemple, envisagent concrètement la place des activités d’éducation physique et/ou sportives. Ils n’appartiennent pas à la sphère d’influence de Durkheim et de son groupe de collaborateurs ou de disciples rassemblés dans le cadre de la réalisation des volumes de L’Année sociologique.

Notes

1 Nous pouvons donner un autre exemple des centres d’intérêt partagés par ces « Bordelais » : l’attention portée à la compréhension des enfants dits « anormaux » et à leur éducation (entre autres dans des « classes spécialisées »). On connaît déjà le sujet de thèse de doctorat de Duprat, portant sur L’Instabilité mentale. Il faut indiquer la place que Gaston Richard accorde à cette thématique (voir par exemple son livre : Pédagogie expérimentale, 1910). Il est très au fait des études scientifiques portant sur cette thématique. À Bordeaux, il est en relation avec le docteur Emmanuel Régis (Les anormaux psychiques des écoles, 1907), Professeur à la Faculté de Médecine, qu’il invite comme conférencier à la Faculté des Lettres. Ce dernier va même introduire des éléments de gymnastique suédoise, pour ces enfants, dont le propagandiste n’est autre que le docteur Tissié. Voilà bien un exemple de réseau de personnalités dont les liens s’expliquent à partir d’une interdisciplinarité cohérente.

2 Ostrowski J.J., Alfred Espinas, précurseur de la praxéologie (ses antécédents et ses successeurs), Paris, éd. LGDJ, 1973.

3 Bourgin H. De Jaurès à Léon Blum. L’École normale et la politique, Paris, Librairie Fayard, 1938 (519 p.). Voir p. 90-91.

4 Sur les apports de ce livre en matière d’éducation et de pédagogie, nous renvoyons à notre étude précédente : La sociologie française et la pratique sportive (1875-2005)…, op. cit. Voir p. 109-113.

5 La perspective ethnologique ouverte par ce livre est envisagée dans la seconde partie de notre étude. Voir chapitre VIII.

6 Il conviendrait de procéder à une recherche à la fois biographique et bibliographique sur Jules Delvaille afin de mieux cerner sa trajectoire professionnelle postérieure aux années 1908-1910.

7 Durkheim É., Leçons de sociologie. Physique des mœurs et du droit (« Avant-propos » de Hüseyin Nai Kubali, p. I-IV ; introduction de Georges Davy, p. XIII-XLVII), Paris, PUF, 1950. Voir p. 55-56.

8 Fournier M., Émile Durkheim, op. cit., p. 80-83.

9 Fouillée A., Les éléments sociologiques de la morale, Paris, Félix Alcan, 1905 (XII-379).

10 Fournier M., op. cit., p. 133-135, p. 634.

11 Maurice de Fleury est né à Bordeaux où il avait commencé ses études médicales, après avoir effectué des études secondaires au collège des Jésuites. Il est le fils d’un professeur de médecine de cette ville qui avait occupé la chaire de Thérapeutique en 1878. Élève de Charcot, élu à l’Académie de médecine en 1909, outre ses ouvrages de pédagogie qui s’adressent à un large public, son œuvre scientifique porte à la fois sur l’hygiène, la neurologie, la criminologie et la psychiatrie.

12 Dr de Fleury M. (première éd. vers 1897), Le Corps et l’Âme de l’Enfant, Paris, Librairie Armand Colin, 1905 (rééd.) (341 p.).

13 Compayré G. (1843-1913) ne professe pas la sociologie. Cet universitaire est un éminent spécialiste de pédagogie, Recteur d’académie puis Inspecteur général de l’Instruction publique et membre de l’Institut. Il est l’auteur d’un remarquable manuel de Psychologie appliquée à l’éducation dont la deuxième partie est une Application à l’Éducation physique, intellectuelle et morale, Paris, Librairie classique Paul Delaplane, s.d. (vers 1890) (neuvième édition) (216 p.).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search