Version classiqueVersion mobile

Sociologie des jeux, des sports et de l’éducation physique

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Travaux et publications des années 1890 à la veille de la Grande Guerre

Chapitre 3. Quelques sociologues « bordelais » : Guillaume-Léonce Duprat, Jules Delvaille et Charles Lalo

Envisager l’éducation physique, les jeux et les sports

Texte intégral

1Pour la période envisagée ici, antérieure à la Grande Guerre de 1914-1918, la prise en considération des jeux et du sport sous l’angle de la sociologie impose d’examiner d’autres publications peu connues pour certaines d’entre elles. Il s’agit des analyses produites par quelques « Bordelais » : Guillaume-Léonce Duprat, Jules Delvaille et Charles Lalo. Le premier a été l’élève d’Espinas et de Durkheim, et il deviendra un proche de Gaston Richard. Son nom a été déjà évoqué dans le chapitre 1, tant l’activité qu’il déploie au sein de la Faculté des Lettres de Bordeaux est reconnue par ses pairs. L’autre est sans nul doute son aîné de quelques années, bien que ses travaux universitaires et ses publications paraissent à la fois moins précoces et plus ramassés dans le temps que les abondantes publications produites par Duprat. Le troisième est Charles Lalo, qui a accompli une partie de ses études secondaires et, après deux années parisiennes en classes préparatoires, la fin de ses études supérieures à Bordeaux, où il fut l’élève de Durkheim.

2Ces auteurs ont en commun d’une part de considérer avec beaucoup d’attention les domaines de l’éducation physique, des jeux et des sports. D’autre part, une fois entrés dans la vie active, ils ne sont pas liés au groupe des Durkheimiens constitué autour de L’Année sociologique même si Lalo s’est engagé très ponctuellement à y participer. Totalement perdus de vue aujourd’hui, voilà des textes qui méritent d’être tirés de l’oubli car ils permettent de combler une lacune relative à l’éclairage des sciences humaines et sociales fourni sur ces domaines d’activités sociales.

Guillaume-Léonce Duprat. Une certaine indépendance de pensée

3On présente généralement le sociologue Guillaume-L. Duprat (1872-1956) comme étant proche des organicistes. C’est un collaborateur actif de la Revue Internationale de Sociologie, impliqué dans la plupart des entreprises de René Worms. À la lumière des textes examinés, il est possible de s’interroger sur la pertinence de ce « classement » rapidement décrété, surtout à propos d’un universitaire dont les publications se répartissent sur… une bonne cinquantaine d’années. D’ailleurs, c’est probablement la volonté de ne pas adhérer exclusivement à une « école sociologique » – l’École durkheimienne en l’occurrence – qui est un trait caractéristique de son attitude intellectuelle. Les textes qui nous intéressent dans ce chapitre concernent la jeunesse de l’auteur et ses premières années d’enseignant de philosophie dans divers lycées.

L’étudiant en philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux

  • 1 IIe Congrès national de l’Éducation physique, Actes, op. cit., p. 6 et 7.

4Sous cet intitulé, il est indispensable de revenir sur l’implication du jeune Duprat, étudiant en philosophie, dans les activités de la Ligue girondine de l’Éducation physique et pour sa participation au congrès national de l’éducation physique tenu à Bordeaux, du 25 au 28 octobre 1893. La Ligue girondine soutient les initiatives visant à favoriser la formation de sociétés de jeux dans les collèges et les lycées ainsi que dans les écoles primaires du département. « Deux lendits ont été organisés par M. Duprat, directeur de l’école primaire de Podensac [en Gironde], secondé par son fils, étudiant et licencié en philosophie à la Faculté des Lettres de Bordeaux, que le congrès a chargé de rédiger le compte rendu analytique de ses séances1. » Rappelons brièvement le parcours scolaire et universitaire du jeune Duprat. Il est entré au lycée de Bordeaux en octobre 1887 et ses études secondaires sont couronnées de réussite dans deux filières du baccalauréat : le baccalauréat ès lettres et, en octobre 1890, le baccalauréat ès sciences. Étudiant en philosophie, il s’inscrit également à la Faculté de médecine. Pour être arrivé en deuxième position au total des notes, parmi les candidats à la licence, à l’issue de l’année 1892-1893, il reçoit le second Prix de la Société des Amis de l’Université de Bordeaux. Et c’est auréolé de ce titre qu’il participe au congrès de Bordeaux.

  • 2 Duprat G.-L., « L’Éducation physique à l’école primaire. Essai de pédagogie expérimentale fondée su (...)
  • 3 Duprat G.-L., L’Éducation physique à l’École, Bordeaux, Gounouilhou, 1894 (brochure in-8, 13 p.).

5La communication proposée par G.-L. Duprat à l’occasion du congrès national de l’Éducation physique de 1893, dans la section de Pédagogie, s’intitule : « L’Éducation physique à l’école primaire. Essai de pédagogie expérimentale fondée sur l’organisation des jeux et exercices physiques à l’école publique de Podensac (Gironde)2 ». L’exposé s’articule en trois points. Il vise à démontrer d’abord « que l’éducation primaire peut seule transformer le goût encore aristocratique des sports en goût national, grâce à l’influence légitime des instituteurs sur les populations ». Ensuite, Duprat montre que « l’éducation physique, partie intégrante de l’éducation nationale, forme des volontés, développe les qualités d’endurance, d’application, de respect pour la discipline ». Enfin, le jeune orateur souligne que l’éducation physique et sportive « peut, en restant une fin pour elle-même, devenir un moyen pour des fins plus hautes, servir au développement de l’intelligence, des connaissances pratiques, du sens esthétique, des sentiments sociaux, grâce d’une part à la promenade instructive, d’autre part aux jeux scolaires et interscolaires, ceux-ci entraînant la constitution de Fédérations » (Actes, p. 24-25). Duprat définit le rôle du maître dans les jeux : non pas régenter mais suggérer, non pas corriger ouvertement mais modifier discrètement et ne pas craindre que ce contact familier porte atteinte à son autorité : « la crainte qu’inspirait l’ancien pédagogue se changera en estime et en affection » (p. 25). Dans le cadre du Congrès, le doyen Espinas lui-même souligne ce climat de respect réciproque et de confiance dans l’aîné ou dans l’adulte que font naître les jeux sportifs bien compris. Ce premier travail de recherche réalisé par le jeune Duprat est fondé sur l’observation. Il est approfondi dans une brochure : L’Éducation physique à l’École3 que le jeune homme, docteur ès Lettres en 1899, juge utile de mentionner parmi ses publications dans les récapitulatifs joints à deux ouvrages ultérieurs, publiés respectivement en 1900 et 1903.

Un compte rendu publié dans la Revue pédagogique (1894)

  • 4 [Sans nom d’auteur], « L’éducation physique à l’école primaire », Revue pédagogique, nouvelle série (...)
  • 5 On sait par Jean J. Ostrowski qu’Espinas a donné à l’époque deux séries de cours (années 1891-1892 (...)

6Dans la première livraison de la Revue pédagogique de l’année 1894 paraît un compte rendu assez détaillé du deuxième Congrès national de l’Éducation physique qui s’est tenu l’année précédente. Il est de la plume de Guillaume-L. Duprat4. À l’occasion de cette manifestation scientifique composée de trois séances (26, 27 et 28 octobre 1893), « nombre de questions pédagogiques » ont été examinées, indique l’auteur, « dont quelques-unes intéressent particulièrement l’enseignement primaire » (p. 126). Les vues émises par les congressistes peuvent être lues comme « un appel à l’attention du public et à l’initiative des maîtres en faveur des exercices corporels jusqu’à ce jour négligés en France » (ibid.). Souvent, bien des maîtres pensent que le surmenage ne concerne par les enfants de l’école primaire et que les élèves de cet âge ne passent déjà que trop de temps à courir les champs ou les rues… Or les maîtres ont le devoir d’organiser « des jeux réglés », qui permettent de substituer « une activité définie et régulière à l’activité vague et désordonnée » qu’on peut observer chez les enfants, tant dans la cour de l’école qu’en dehors. Par ce type de jeux, « on fait l’éducation de la volonté »5. D’ailleurs « beaucoup d’universitaires estiment, avec M. le recteur Couat et M. le professeur Espinas, que l’éducation physique contribue beaucoup à ce résultat si désirable : la formation des “hommes d’action” » (p. 127).

7On notera cependant que Duprat opte pour une conception des jeux qui s’accommode d’une attitude plus interventionniste du maître d’école que ne le laisse entendre Alfred Espinas lui-même. Il est vrai qu’il s’intéresse précisément aux jeunes en âge de fréquenter l’école primaire. L’importance accordée au maître tend à le rapprocher ici du point de vue défendu par Durkheim en matière d’éducation. Espinas s’en tient plutôt à évoquer soit les jeux libres des enfants, soit les jeux sportifs des collégiens et lycéens. Dans ses jeux, l’enfant est « aux prises avec les mêmes difficultés que l’homme mûr dans ses affaires », constate Espinas (p. 128). Par imitation, par la prise des rôles et l’identification des statuts, dans ces situations de jeu, « tel est déjà ingénieur, tel autre marchand : tous sont plus ou moins diplomates » (ibid.). Le jeu favorise des micro-situations d’interaction sociale qui contribuent à la socialisation des enfants. Le compte rendu de Duprat intègre les principales notions sociologiques qui permettent de rendre compte de ce processus essentiel. Ce type de jeu procède d’une « action concertée » dans laquelle « on ne peut s’empêcher de reconnaître le fait social si important de la coopération ». De ce point de vue, grâce à de telle situation de jeu, « l’enfant de bonne heure applique la loi de la division du travail ». Cette division du travail bien comprise, c’est-à-dire ouvrant sur l’échange social et la concertation, est indissociable d’un apprentissage concret des valeurs : « les jeux réglés fortifient en lui les sentiments de sympathie, d’estime réciproque, de justice, de charité. L’égoïsme, la cupidité ont bientôt honte de paraître ; la camaraderie devient un pressent besoin » (ibid.).

8Duprat prolonge cette analyse par quelques considérations personnelles. Lorsque ce type d’activité désintéressée que sont ces « jeux réglés », qui sont des « divertissements », n’est pas organisé, des tensions dommageables apparaissent entre groupes de jeunes gens : « l’égoïsme collectif isole les unes des autres des localités voisines ». L’auteur évoque brièvement cette socialisation en creux, tournant à la violence. « Les enfants de P… considèrent ceux de C… comme “étrangers” ; plus âgés, ils en parleront avec mépris, les provoqueront au besoin. » Nous savons déjà que le terrain d’observation privilégié par Duprat est la localité de Podensac et sa jeunesse. Il est donc aisé d’identifier la seconde localité comme étant celle, toute proche, de Cadillac, située sur l’autre rive de la Garonne. Que peuvent apporter les jeux sportifs ? De par leurs règles, ils sont susceptibles d’opérer comme une médiation culturelle efficace. « Cette rivalité brutale et odieuse, on peut la changer en émulation. » Le « terrain des jeux » est susceptible de modifier radicalement de fâcheux comportements et les transformer en estime, camaraderie, entr’aide… L’auteur rappelle que le Congrès s’est prononcé en faveur d’une véritable « Fédération scolaire » qui organisera des luttes sportives « pacifiques et bienfaisantes ». Les jeunes gens en sortiront grandis et l’on en verra peut-être « se disputer l’honneur d’une victoire athlétique agréable à leur amour-propre et flatteuse pour l’orgueil local » (p. 129). De tels commentaires anticipent avec une lucidité exceptionnelle sur ce que seront bientôt les ressorts psychologiques des sports athlétiques pratiqués en équipes.

9Ces quelques considérations personnelles, fidèles aux analyses proposées lors du congrès tenu l’année précédente, sont de facture sociologique. Elles vont nous donner l’occasion d’illustrer un point évoqué dès l’introduction. Duprat possède un sens aigu de l’observation, il a consacré du temps à étudier les jeux des jeunes et son compte rendu s’appuie sur les acquis du congrès de Bordeaux auxquels il joint le fruit de ses propres réflexions. S’il fallait expliciter en une terminologie plus actuelle le propos de l’auteur, il conviendrait, nous semble-t-il, de le formuler ainsi. Les jeux sportifs et les sports sont en mesure de remplir une fonction de socialisation des jeunes et d’intégration sociale. Cette fonction se définit comme une correspondance entre un processus temporel et historique (l’évolution des modes de vie, les innovations apportées au système éducatif…) et les besoins de la société appréhendée comme organisation sociale (devant réduire les risques d’indétermination statutaire liée à la division du travail social…). Dans ce contexte, les jeux de compétition et les sports fournissent un cadre éducatif adéquat pour l’apprentissage des règles et le respect de l’autre. Ils contribuent à la construction des identités individuelles et collectives, ils permettent de réguler les tensions psychologiques et émotionnelles. À la provocation et aux oppositions stériles, tournant souvent à des attitudes agressives, se substituent la communication, la confrontation ludique, le besoin d’échanger et l’élargissement de l’horizon social.

10L’ultime développement proposé dans le compte rendu insiste sur l’importance des sorties-découvertes organisées sous la responsabilité du maître. Elles permettent d’aiguiser la curiosité des enfants, de les instruire et de leur faire prendre conscience de la diversité de la nature mais également des activités humaines. D’ailleurs, indique le compte rendu, le congrès réuni à Bordeaux a émis le vœu que l’administration académique puisse encourager « l’institution de ces “classes ambulantes” » qui favorisent aussi le « bain d’air » pour les enfants qui en sont souvent privés.

11Certes, conclut G.-L. Duprat, « il ne faut pas exagérer le rôle de l’éducation physique ». Pour autant, « il appartient à l’instituteur de “démocratiser” le goût encore trop peu répandu des sports et des jeux de plein air » (p. 120). Par sa concision et par la façon de rapporter les contributions proposées à l’occasion du Congrès national de 1893, le jeune Guillaume-L. Duprat propose ici un texte de facture sociologique.

Une incursion dans la psycho-pathologie

  • 6 Les informations qui suivent figurent dans un vibrant hommage publié dans la presse régionale (sans (...)
  • 7 Duprat G.-L., « De la théorie de l’âme chez Aristote comparée à celle d’Empédocle, d’Hippocrate et (...)

12Il nous paraît indispensable d’introduire quelques éléments biographiques complémentaires6. À la fin de l’année 1893, Guillaume-L. Duprat est appelé par les obligations militaires. Ce devoir étant accompli, il se remet aux études. « Boursier d’agrégation jusqu’en 1896, […] l’étudiant est reconnu admissible à l’agrégation de philosophie mais se classe à l’oral après le dernier admis » (art. cit.). Durant ces années studieuses, sans doute a-t-il pu connaître et côtoyer Marcel Mauss, né comme lui en 1872. On sait que l’oncle du jeune Mauss, Émile Durkheim, avait appelé son neveu auprès de lui afin de pouvoir l’accompagner dans ses études supérieures et pour la préparation du concours de l’agrégation de philosophie réussi en 1895. Quant à Duprat, probablement affecté par cet échec si près du but, il renonce à présenter à nouveau ce concours. « Il se consacre dès lors à la préparation d’une thèse en Sorbonne sur un sujet psychopathologique : l’instabilité mentale. » (ibid.). Cette stratégie personnelle est mûrement réfléchie. À Bordeaux, il a suivi un double cursus universitaire et certains philosophes en poste à l’Université préconisent une ouverture au domaine des sciences médicales destinée à compléter la formation philosophique, à l’exemple du parcours universitaire de Pierre Janet (1859-1947) sur le conseil de son maître Théodule Ribot. Et « en mars 1899, à 27 ans, Duprat obtient le titre de docteur ès Lettres », avec une thèse de philosophie classique soutenue en Sorbonne7.

  • 8 Revue de métaphysique et de morale, Supplément du numéro de mai 1899, voir p. 17-24.

13La Revue de métaphysique et de morale rend compte de l’épreuve de soutenance8. Pour la « thèse latine », c’est Victor Brochard, éminent spécialiste de la philosophie antique, qui se montre le plus incisif dans ses remarques. Pour la « thèse française », faisant suite au résumé oral proposé par le candidat, c’est Alfred Espinas qui ouvre la discussion. « M. Espinas, qui a lu la thèse en manuscrit, évoque le bon souvenir qu’il a gardé du candidat, lorsqu’il était son élève à la Faculté de Bordeaux. Mais depuis, dit-il, vous avez tellement évolué que nous regardons maintenant dans des directions opposées. Les grands courants sont toujours les plus forts ; vous êtes devenu renouviériste. Cela n’a rien d’étonnant : vous êtes professeur, et le renouviérisme, qui est un éclectisme, est une excellente philosophie d’enseignement » (p. 20-21). Pierre Janet, figure majeure de la psychologie clinique, prend la parole en dernier. Après avoir formulé des commentaires et des critiques, il souligne : « J’aurais voulu un peu moins de nouveauté dans les termes et un peu plus dans les choses. » Mais d’ajouter aussitôt, en forme d’encouragement : « Du reste, je ne puis que vous engager à poursuivre les études que vous avez commencées ; vous me semblez avoir tout ce qui faut pour réussir » (p. 24).

  • 9 Duprat G.-L., L’instabilité mentale. Essai sur les données de la psycho-pathologie, Paris, Librairi (...)
  • 10 Revue de métaphysique et de morale, Supplément du numéro de juillet 1899, voir p. 3.
  • 11 Duprat G.-L., Les causes sociales de la Folie, Paris, Félix Alcan éd. (Bibliothèque de philosophie (...)
  • 12 Revue de métaphysique et de morale, Supplément du numéro de septembre 1900, voir p. 5-6.

14Quelques mois plus tard, G.-L. Duprat publie sa thèse, sous le même titre : L’instabilité mentale9. La Revue de métaphysique et de morale en propose un compte-rendu10. À l’évidence, le jeune Docteur ès Lettres entend développer ses compétences dans le domaine de la psychopathologie, ainsi qu’en témoigne la publication des deux ouvrages qui vont suivre. Il s’agit d’abord du livre : Les causes sociales de la folie, qui paraît en 190011, dans lequel Duprat évoque, entre autres, les effets néfastes du surmenage intellectuel (p. 82-84). Pour autant, ce livre et le suivant annoncent, nous semble-t-il, un changement de cap vers la sociologie. L’auteur considère que « le facteur sociologique » peut avoir une importance souvent négligée en ce qui concerne l’aliéné autant que le criminel. C’est un essai suggestif plutôt qu’un ouvrage abouti, qui fait la transition entre la thèse et les recherches nouvelles que l’auteur est sur le point d’entreprendre. Le compte rendu qui est publié dans la Revue de métaphysique et de morale doit être lu dans cette perspective12. Les conditions sociales peuvent être de véritables causes du trouble mental. L’équilibre général de la société, plus précisément son instabilité, est susceptible de se répercuter dans l’instabilité mentale. En cela, on peut considérer que Duprat n’est pas insensible à la sociologie de Durkheim. Le livre définit également les éléments d’une thérapeutique sociale basée sur une éducation rationnelle. Pour autant, l’auteur conclut son compte rendu avec un ton quelque peu malicieux : « Tel est le cadre de l’étude ; un écrivain judicieux et agréable ne pouvait se flatter de le remplir de sa plume, au hasard des souvenirs ou des lectures ; et c’est pourquoi le livre rêvé par M. Duprat reste à faire » (p. 6). Duprat cherche sa voie, et cette quête se traduit par un intérêt renouvelé pour les sciences sociales.

  • 13 Duprat G.-L., Le mensonge. Étude de psycho-sociologie pathologique et normale, Paris, Félix Alcan é (...)

15L’autre livre est plus en rapport avec notre thématique : Le mensonge. Étude de psycho-sociologie pathologique et normale, publié en 190313, car l’auteur consacre quelques pages au jeu. Deux principaux passages permettent à l’auteur de préciser la part entre le sérieux du jeu et le rapport à la vérité tel qu’il s’exprime dans le jeu. La fiction ajoute au plaisir du jeu. Parfois elle ouvre sur l’imaginaire alors que dans d’autres circonstances, par exemple comme invention – mensongère – d’une réalité qui n’existe pas, l’enfant cherche à maîtriser le jeu par des réajustements successifs du discours auquel l’oblige l’exigence de précision formulée par l’adulte. « Le jeu est en effet pour l’enfant, en général, chose très sérieuse ; surtout lorsqu’il peut entraîner des gains ou des pertes (de billes, de boutons, ou autres menus objets qui sont la “petite monnaie” de la plupart des élèves) tandis que la vérité pour la vérité lui apparaît plutôt comme un “sport” », souligne l’auteur (p. 70). Dans le jeu, la transaction sociale qu’est l’échange ou le don (comme échange à terme), supposant une équivalence entre les biens échangés, en toute équité, est maîtrisée grâce à l’apprentissage de règles implicites qui obligent les contractants. Dans les deux cas de figure identifiés par Duprat, l’enfant imite l’adulte, et la prise de risque que représente le recours au mensonge introduit à un certain art de rester cohérent dans la fiction, qui s’apparente à un art de la comédie d’improvisation, à un jeu de rôles. « Bientôt d’ailleurs, le plaisir du jeu vient renforcer la tendance à remplacer la réalité par des choses imaginaires, la vérité par des fictions […] l’enfant joue […] comme pour s’exercer à la vie réelle et tous ses jeux sont d’abord à l’instar des occupations ou des modes d’activité réservés aux adultes » (p. 141). Or dans ce cas, mentir ne peut pas être considéré hâtivement comme l’expression du mal. En agissant ainsi, l’enfant expérimente plutôt sa propre identité. Si Duprat rappelle que le jeu existe aussi chez l’animal, en citant en note la traduction française de l’ouvrage de Karl Groos : Les jeux chez les animaux (1902), on ne peut s’empêcher de penser que l’influence exercée quelques années auparavant par l’enseignement du professeur Espinas sur l’étudiant en philosophie est toujours opérante. C’est à la fois un retour aux sources et la marque d’une attention qui se focalise désormais sur les sciences sociales. C’est aussi un réajustement d’ordre professionnel. L’incursion dans la psycho-pathologie engagée par Duprat quelques années plus tôt risquait par trop de l’éloigner de ses principaux centres d’intérêt antérieurs. Pour autant, le livre tiré de la thèse, qui va bientôt être traduit en allemand, et l’étude sur le mensonge sont des contributions à la psycho-pathologie considérées comme étant de qualité universitaire.

  • 14 L’Année sociologique (1902-1903), tome VII, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 512-513.

16Notons également qu’Émile Durkheim n’ignore rien des publications de celui qui fut l’un de ses étudiants à Bordeaux. D’ailleurs Durkheim propose un compte rendu de son livre Le mensonge (1903) dans L’Année sociologique qui paraît un an plus tard14. La façon dont Duprat rapporte tout un ensemble de contextes et de situations sociales dans lesquels naît et prospère le mensonge témoigne du sens de l’observation propre à l’auteur. Il reproche cependant à celui-ci, qui a « le sens des sujets intéressants », le recenseur en faisait « déjà la remarque, ici même, à propos de son travail sur Les causes sociales de la folie », publié en 1900, de conduire des études « d’une manière un peu hâtive et sommaire » (p. 512). Selon Durkheim, la question fondamentale serait de « rechercher d’où vient la tendance à la véracité dont le mensonge est la négation » (p. 513) et d’étudier « l’importance très inégale […] attribuée à la véracité suivant les sociétés et les milieux » (ibid.). Un jugement somme toute positif.

17Durant ces mêmes années Duprat s’intéresse également aux rapports entre la psychologie et la sociologique, ainsi qu’à la définition de ce que pourrait constituer l’objet propre de la « psycho-sociologie ».

Les rapports de la psychologie et de la sociologie

  • 15 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Congrès des Sociétés savantes de 1898, Bulle (...)

18Est-ce à dire qu’il s’agit pour G.-L. Duprat, en proposant cette perspective, d’opter encore pour une nouvelle orientation disciplinaire ? Pas le moins du monde. Son objectif est plutôt de trouver une solution adéquate au traitement d’une certaine information sociale que le sociologie n’est pas en mesure de traiter de façon satisfaisante. Deux événements scientifiques permettent de comprendre l’importance que l’auteur accorde à la question du rapport entre les deux sciences que sont la sociologie et la psychologie. Dans le cadre du Congrès des sociétés savantes (Paris, 12-16 avril 1898), l’un des deux thèmes mis au programme de la séance du mercredi 13 avril est le suivant : « Des rapports de la psychologie et de la sociologie15 ». Trois orateurs vont se succéder : « Monsieur Tarde, de la Société de sociologie de Paris », qui présente quelques observations (voir p. 47-49), « M. Duprat, professeur au collège de Saint-Jean-d’Angely », qui lit un assez long rapport (voir p. 49-66) et « M. René Worms, de la Société de sociologie de Paris », pour quelques observations en guise de conclusion (voir p. 67-68).

19Dans son rapport, Duprat considère que les fonctions sociales et les fonctions mentales coexistent (dans l’esprit) et qu’elles exercent leur influence les unes sur les autres : « le tout est “mentalisé” aussi bien que “socialisé” » (op. cit., p. 54). Non seulement la psychologie et la sociologie doivent être étudiées pour leurs rapports mais il conviendrait « de se demander quelle est leur nature, de savoir si l’une pourrait être une science sans que l’autre le fût, ou enfin si l’une et l’autre ont le même caractère soit scientifique, soit anti scientifique » (p. 50). Dans ses mots de conclusion, René Worms insiste sur ces points. Des voies nouvelles s’ouvrent pour la psychologie, conduisant « à des champs aussi fertiles qu’inexplorés ». « La psychologie n’aura pris conscience de cette mission qui lui incombe, qu’en entrant en contact avec la sociologie. […] Toutes deux, en somme, y trouveront y avoir gagné singulièrement » (p. 68). La psychologie (« aujourd’hui abandonnée aux romanciers »…), en s’inspirant de la méthode rigoureuse établie pour la sociologie, et la sociologie en respectant la parti d’initiative qui revient à l’individu dans son comportement social.

20Cet exposé témoigne de l’attrait qu’exerce l’éclectisme de Worms sur le jeune Duprat. La recherche d’une compatibilité réciproque des sciences sociales en est un trait significatif. Il semble que cet exposé présenté au congrès de 1898 soit la version la plus précise de l’articulation dynamique entre deux sciences possibles : psychologie et sociologie. Ultérieurement, ce thème de réflexion ne sera jamais perdu de vue par le sociologue, conduisant même celui-ci à tenter d’individualiser un domaine propre, un programme pour ce type d’investigation.

  • 16 Baldwin J.M., Social and Ethical Interpretation in mental development, New York, Macmillan, 1897. B (...)

21À la veille du nouveau siècle, l’intérêt que Duprat porte aux rapports entre la psychologie et la sociologie, qui est une façon de penser dépasser l’opposition entre Tarde et Durkheim, voire de concilier les deux approches, et son intérêt pour ce qu’on nomme aujourd’hui le processus de socialisation de l’enfant expliquent l’attention portée aux travaux de James Mark Baldwin, le philosophe et pédagogue américain dont Duprat va traduire le second ouvrage : Social and Ethical Interpretation in mental development (1897) et assurer sa publication en 189916.

  • 17 Ve Congrès international de sociologie de Paris, Les rapports de la psychologie et de la sociologie (...)
  • 18 Essertier D., Psychologie et sociologie. Essai de bibliographie critique, Paris, Félix Alcan, 1927 (...)

22Un autre événement scientifique atteste de l’actualité de la question. Réuni à Paris en 1903, le Ve Congrès international de sociologie, organisé à l’initiative de l’Institut international de sociologie a pour unique thème : « Les rapports de la psychologie et de la sociologie17 ». Gabriel Tarde y assiste. Il est d’ailleurs en charge du Rapport inaugural. Plus tard, Daniel Essertier notera : « On peut dire que ce Congrès marque l’apogée du “psychologisme” et en particulier du système de Tarde, qui y fut à l’honneur18. » Plusieurs personnalités scientifiques proposent des contributions et prennent part aux échanges. « Espinas fait observer que c’est seulement par des travaux de détail qu’on pourra se rendre un compte exact des relations de la psychologie et de la sociologie » (op. cit., p. 76-77). Les préoccupations du jeune Duprat sont au cœur de cette question débattue au sein de l’IIS. En 1904, il est admis comme membre au sein de cette association internationale.

23Pour autant, l’entreprise visant à concilier les deux disciplines s’annonce autant ambitieuse que vouée à rester à l’état de projet impossible à réaliser. Selon Tarde, le monde des relations psychiques – objet de la psychologie sociale ou interpsychologie – est caractérisée par deux processus structurants : l’imitation et l’invention, dont les interférences varient à l’infini. Selon Durkheim et sa sociologie, un phénomène n’est pas social parce qu’il est imité et répété mais il est imité et répété parce qu’il est social.

« L’Éducation physique au point de vue sociologique » (1900)

  • 19 Dr. Tissié Ph., L’Éducation physique, Paris, Librairie Larousse, s.d. (1900). Le titre de couvertur (...)
  • 20 Duprat G.-L., « L’Éducation physique au point de vue sociologique », dans Tissié Ph., L’Éducation p (...)
  • 21 Duprat G.-L., L’instabilité mentale. Essai sur les données de la psycho-pathologie, op. cit. Si l’o (...)
  • 22 La Société de sociologie de Paris a été fondée en 1895 par René Worms. Deux ans auparavant, René Wo (...)

24En 1900, le docteur Philippe Tissié publie un ouvrage majeur dont il a dirigé la préparation : L’Éducation physique19. Dans la première partie (dite « scientifique »), plusieurs éclairages disciplinaires sont proposés. La section « Sociologie » est confiée au Professeur G.-L. Duprat. Sa contribution s’intitule : « L’Éducation physique au point de vue sociologique20 ». L’auteur la signe ainsi « G.-L Duprat (de Bordeaux), Docteur ès Lettres avec sa « thèse française publiée en 189921, Professeur de philosophie au collège de Cognac, membre de la Société de sociologie de Paris »22. Pour ces deux raisons : aborder explicitement l’éducation physique sous l’angle sociologique, afficher une appartenance à la Société de sociologie de la capitale, l’analyse proposée par Duprat mérite toute notre attention. On peut ajouter une raison supplémentaire qui tient aux travaux de l’auteur. Un large extrait du petit livre : L’éducation physique à l’école primaire, publié en 1894, est reproduit en note. En outre Duprat informe le lecteur qu’il a également proposé deux analyses sur les jeux de plein air et les exercices physiques publiées « sans signature » respectivement dans la Revue pédagogique (1894) et dans le Bulletin départemental de l’instruction primaire (Gironde). Ce n’est pas rien (même s’il s’agit d’un seul et unique texte) et cela vient conforter la dissymétrie entre l’intérêt porté au jeu – et aux jeux de plein air – par ce disciple d’Espinas et le quasi-silence de l’autre maître du jeune Duprat qu’est Durkheim à propos de ce modèle d’activité récréative.

– Les jeux et les mœurs

25La première section envisage « L’Éducation physique et les mœurs ». L’auteur développe quatre points. Le premier envisage l’éducation comme « fait sociologique » (p. 30). Il insiste sur cette exigence qui transcende les individus, y compris les éducateurs. Certes ces derniers agissent comme les « délégués de la collectivité » qui les a chargés d’« une mission à remplir ». Pourtant, l’éducation dispensée dépend moins de la volonté qu’il n’y paraît. « La force éducative est une force sociale » et le genre d’éducation adopté dépend beaucoup plus que ne le croient les maîtres ou les parents « de la pression qu’exerce sur eux la conscience collective ». Dans l’introduction de son article sur « Les Origines de la technologie » (1890), Espinas utilisait déjà ces formules. De l’avis de Duprat, la question de l’éducation physique reste trop faiblement posée. « Si donc “l’éducation physique” est négligée dans un pays, c’est que la grande majorité des esprits n’en a pas conçu l’utilité, n’en a pas senti le désir. » Un courant d’idées favorables à une innovation n’est pas suffisant pour l’imposer. C’est « la démonstration de sa légitimité » qui permettra de la placer au centre des préoccupations sociales. Dans le point suivant, l’auteur rappelle que l’éducation physique est depuis longtemps « entrée dans les mœurs » en Angleterre. Il rappelle la formule de Spencer : « Il faut être un bon animal, c’est la première condition du succès ; et être une nation de bons animaux est la première condition de la prospérité nationale. » L’éducation intellecte ne joue pas au détriment de l’éducation physique, ni cette dernière au détriment de la première. Le point suivant permet à l’auteur de brosser un tableau sociologique de l’attitude des groupes constitués face aux exercices physiques. « L’aristocratie française n’aime guère que les sports de parade » ; « la bourgeoisie est prudente à l’excès ». « Le peuple enfin semble ignorer la beauté des jeux réglés. » Les guides indispensables ont manqué. « Les enfants des classes dites inférieures aiment surtout prouver leur force musculaire par des actes de brutalité. » Les sociétés de gymnastique n’ont apporté qu’une éducation physique « incomplète et trop rigide ». Il conviendrait qu’elles abandonnent ces « lointaines parodies du régiment » en devenant des sociétés de jeux et de sports populaires. Ici, Duprat se range à l’avis du docteur Tissié. Quelle est alors la meilleure des solutions ? « Le goût des exercices corporels et des jeux réglés de plein air sera surtout répandu dans les classes ouvrières et agricoles par les maîtres de écoles primaires. » C’est à ces mêmes maîtres qu’incombera « la tâche de préparer les groupements d’éducation physique post-scolaires ». Dans une longue note infrapaginale (p. 30), Duprat rapporte un extrait de sa brochure publiée en 1894. Il y montre que les jeux sont très diversifiés, variant selon les régions et parfois les localités. Divers facteurs explicatifs peuvent être énumérés. Certains « jeux traditionnels » sont « adaptés au génie propre de la population, à la conformation du terrain, à la richesse publique, à l’influence de certains personnages, au voisinage des grands centres ». Dans d’autres cas, il est des « jeux traditionnels » qui sont « adaptés au caractère des habitants, des habitudes qui imposent leur ancienne tyrannie aux générations successives. Ce type d’approche sociologique est des plus pertinents. Les jeux traditionnels doivent être placés « au rang des usages locaux » et il est très difficile d’en modifier les règles, ajoute l’auteur. Toutefois, l’espace le plus propice à ce type d’innovation culturelle est, de son point de vue, la cour de l’école. Il s’agit d’un lieu protégé, affranchi des pesanteurs culturelles qui peuvent nuire à l’épanouissement des enfants. D’ailleurs, rompre avec la routine, c’est stimuler la créativité des enfants, et l’instituteur peut être ici un guide indispensable. Cette façon d’agir sera de nature à « exciter leur aptitude à l’innovation » tandis que l’enseignant, dans ce type d’activité récréative, pourra « avoir [lui-même] droit d’innovation ». Ces espèces nouvelles de jeux, ces nouvelles façons de jouer renvoient à une méthode d’éducation qui ouvre sur l’engagement volontaire et l’émancipation culturelle. Enfin, Duprat déplore les effets néfaste d’un dualisme marqué par le « mépris mystique, platonicien, chrétien, spiritualiste du corps » conduisant à « l’éloignement des plaisirs que procure l’activité physique dans son plein épanouissement » (p. 31). En France, la bourgeoisie entretient ce déséquilibre en élevant la jeunesse dans l’éloignement des activités physiques. Le préjugé est tenace et nombre d’élèves « en concluent qu’il ne faut point se livrer aux jeux et exercices corporels si l’on veut être un bon élève, et qu’il est déshonorant de mériter entre autres récompenses un prix de gymnastique » (p. 31).

– L’expérience des jeux de plein air au service de la solidarité sociale

  • 23 À ce propos, l’auteur mentionne en note le compte-rendu non signé qu’il a fait paraître dans la Rev (...)

26Dans la deuxième section, G.-L. Duprat aborde l’éducation physique sous l’angle du « Développement des sentiments sociaux ». L’accroissement de la force musculaire s’accompagne souvent d’un « orgueil égoïste » et peut déboucher sur « une sorte d’insocialité ». L’éducation physique est le moyen qui permet de prévenir ces inconvénients. « En effet, elle oppose à l’égoïsme la tendance à l’action solidaire, sans laquelle il n’est pas de jeux, pas d’exercices attrayants. » Les jeux et exercices physiques offrent l’avantage de faire naître « ce qu’on peut appeler la “joie sociale” ». Cette dernière contribue au développement de « l’énergie sociale ». Duprat fait ici référence à la formule des moralistes anglais selon laquelle « la production du plaisir du plus grand nombre amène à son maximum le plaisir individuel ». Par le jeu peut se réaliser « la solidarité des êtres moraux » qui est « la plus haute des fins sociales ». La camaraderie nouée dans les jeux est précieuse. L’auteur évoque les antagonismes qui caractérisent les jeunes gens de localités voisines : « ils se considèrent réciproquement comme “étrangers” ». Cette juxtaposition de communautés juvéniles fait que celles-ci se définissent en partie par une sorte d’incompatibilité les unes avec les autres23. À cet « orgueil local » mal placé, poursuit Duprat, il conviendrait de susciter des rencontres entre tous ces groupes de jeunes, leur permettant de rivaliser « d’adresse et d’intelligence, sur les terrains des jeux de plein air et des exercices physiques ». Le ton et la précision du propos résonnent d’une manière étonnamment actuelle. De ce point de vue, selon Duprat, les « jeux scolaires », avec le concours des maîtres, seront en bonne place. Évidemment, Duprat se réfère ici aux lendits scolaires du Sud-Ouest dont l’initiative mériterait d’être généralisée à l’ensemble du système éducatif.

27Pour les deux sections suivantes, il est possible de s’en tenir à quelques points sur lesquels insiste l’auteur. Le thème « L’Éducation physique et le service militaire » permet de rappeler que les jeunes gens appelés sous les drapeaux n’ont malheureusement pas reçu auparavant une véritable éducation physique. Cependant, les vertus militaires qui reposent entre autres sur l’altruisme, la camaraderie, la confiance acquise au sein des groupes élémentaires s’apparentent aux valeurs et au sentiment de solidarité sociale que font naître les jeux de plein air (p. 32). Dans la quatrième partie de son analyse, l’auteur examine deux aspects : « le « Développement de l’esprit pratique. L’Expansion coloniale ». Tout oppose le Français à l’Anglais. Notre éducation française, affirme Duprat, est « plutôt intellectuelle que générale, plutôt théorique que technique » (p. 32). En revanche, l’éducation physique reçue outre-Manche fait que l’Anglais « est entreprenant et prudent à la fois, commerçant et colonisateur ». Une façon pour nous Français de mieux s’adapter aux situations qui se présentent est de pratiquer les jeux d’exercice dès les plus jeune âge. L’imitation, le respect de la règle permettent l’apprentissage de la discipline. L’exercice physique et les jeux préparent « l’homme inventif et discipliné », souligne Duprat. Et d’ajouter : « on prépare “l’union du progrès et de l’ordre”, selon la vieille formule sociologique » (p. 32). L’allusion à Auguste Comte n’est sans doute pas fortuite dans une analyse qui entend se situer sur le plan de la sociologie. « L’innovation, qui dans les jeux est de tous les instants, est la première manifestation de l’esprit inventif dans les questions sérieuses » (p. 32). À l’évidence, l’auteur fait ici référence à l’analyse développée par Espinas dans le cadre du Congrès de Bordeaux (1893). D’ailleurs il cite de larges extraits du propos exposé par le doyen de la Faculté des Lettres de Bordeaux à l’occasion du rassemblement scientifique de 1893. Beaucoup de situations de jeu sont comme des anticipations relatives aux situations de la vie sociale. L’éducation physique favorise la mobilisation de l’énergie et la volonté. « Le jeu est l’école du caractère. » Autant de traits de personnalité indispensables pour la préparation à la vie coloniale et aux entreprises hardies.

– La pertinence d’un éclairage sociologique

  • 24 Duprat G.-L., « Cf. notre communication au Congrès des sociétés savantes de 1898 : “Rapport de la p (...)
  • 25 La question de la « psycho-sociologie » va constituer désormais un thème récurrent dans l’œuvre de (...)

28Dans sa conclusion générale, Duprat insiste tout d’abord sur l’intérêt de fournir un éclairage sociologique portant sur l’Éducation physique. Proposer ce type de démarche scientifique est à l’époque peu fréquent. « Comment l’éducation physique, dont les résultats semblent tout physiologiques, peut-elle intéresser la sociologie ? » Il note qu’il y a de lointains rapports entre la biologie et la psychologie mais que l’articulation qui est de loin la plus importante concerne « les rapports entre la psychologie et la sociologie ». L’auteur indique qu’il a été amené à aborder ailleurs cette question24, y compris dans ses formes pathologiques (L’instabilité mentale, 1899), et il cite l’ouvrage de Durkheim sur Le suicide (1897) : un fait de société qui associe déstructuration psychologique et décomposition sociale. L’éducation physique est un moyen efficace de remédier à ces risques tout en évitant de tomber dans l’excès : nous ne voulons ni des acrobates, ni des “strugglers for life” […], ni des conquérants violents, ni des aventuriers » (p. 33). La « forme psychologique » prépare la « forme sociologique ». Duprat est convaincu de l’utilité conjointe des deux orientations : « Ne faut-il pas que l’éducation physique s’adapte à des fins psycho-sociologiques25 ? » Pour s’en tenir à la discipline dont il se réclame, Duprat considère que les sociologues – notons l’usage du pluriel – ont le devoir de s’intéresser à l’éducation physique car cette dernière « est un moyen pour des fins sociales et morales » (ibid.). Duprat énumère enfin ce qu’un sociologue français ne peut que donner pour but à l’éducation physique française. À savoir les éléments préalablement dégagés, de façon progressive, dans sa propre analyse (esprit pratique, solidarité croissante, idéal de fraternité…).

29Tout comme le compte rendu publié dans la Revue pédagogique en 1894, le texte qui vient d’être examiné peut figurer parmi les premières analyses sociologiques, de facture universitaire, consacrée à l’éducation physique, aux jeux et aux sports. Il s’inscrit dans le droit fil des quelques contributions que cette « École bordelaise » (Espinas, Duprat…), distincte du groupe des Durkheimiens, a déjà proposées. Duprat, à l’exemple d’Espinas, maîtrise bien les panoramas sociographiques et les descriptions explicatives. Il ne cherche pas toujours à en tirer une proposition explicative générale, à la façon de la démarche que préconise Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique (1895). De même, alors que Durkheim s’emploie à spécifier un programme de travail propre à la sociologie, Duprat est soucieux de préciser certaines articulations interdisciplinaires qui lui paraissent pertinentes. Nous venons de le noter à l’instant avec sa façon de concevoir la complémentarité de la psychologie et de la sociologie. Par ailleurs, sur les questions d’éducation de la jeunesse et de pédagogie, Duprat nous semble plus au fait de leur réalité concrète, surtout lorsqu’il s’agit d’aborder les jeux scolaires, même si l’on note chez Durkheim un intérêt constant pour les problèmes d’éducation. Cependant, on mesure la différence de démarche entre la façon dont Duprat traite de l’éducation et celle que met en œuvre Durkheim dans les textes de 1903 et 1911 déjà examinés.

30Dans la présente étude, nous retiendrons aussi que le sociologue « bordelais » fait des jeux d’exercice ayant pour cadre l’institution scolaire un puissant outil d’innovation culturelle qui le rapproche, nous semble-t-il, des vues d’un Jean-Marie Guyau (décédé en 1888) ou plus encore d’un Henri Marion (décédé en 1896). Sans doute est-il dommage que les personnalités qui, dans l’enseignement supérieur, sont en charge de l’enseignement de la sociologie et de celui de la pédagogie ne soient pas prêtes à relayer les idées de G.-L. Duprat.

Solidarité sociale et associativité

  • 26 Duprat G.-L., La solidarité sociale, Paris, Librairie Octave Doin éd., 1907 (Encyclopédie scientifi (...)
  • 27 L’Encyclopédie scientifique est une vaste entreprise éditoriale placée sous la direction du Docteur (...)

31Guillaume-L. Duprat est professeur de philosophie au lycée de Rochefort lorsqu’il publie en 1907 : La Solidarité sociale26. Il a déjà à son actif une dizaine d’ouvrages traitant de sujets assez divers. Si l’on en croit le préfacier, en même temps directeur de la « Bibliothèque de Sociologie », l’une des collections de l’Encyclopédie scientifique, qui n’est autre que le professeur Gaston Richard (1860-1945), le successeur d’Émile Durkheim à l’Université de Bordeaux, le livre de Duprat, formé dans cette même Faculté des Lettres, inaugure la nouvelle collection27.

32L’ouverture concrète de cette collection, dont la direction est confiée à G. Richard, se fait donc en 1907. Or cette année est également celle d’une prise de distance avec Durkheim et son groupe. Richard vient de quitter L’Année sociologique. Les deux pages qui figurent en tête du volume (et des autres qui suivront) ne sauraient tromper : « La bibliothèque de Sociologie, ou des sciences sociales, de l’Encyclopédie scientifique, ne sera pas l’exposition d’un système sociologique aspirant à faire tenir l’explication de la réalité sociale dans un petit nombre de formules dogmatiques » (p. I). Et quelque réserve qu’ait dû faire l’auteur « sur la validité actuelle de la sociologie générale », il considère que la « notion de la sociologie » développée par de nombreux auteurs, par-delà la diversité des modes d’expression, est « entièrement légitime ». En ce domaine, pour Richard, un certain pluralisme est de mise.

33L’analyse proposée par Duprat, de l’avis même du préfacier, est importante car l’auteur de l’ouvrage s’efforce d’aborder la question de la solidarité sociale sous un angle original. Henri Marion a examiné le problème dans la perspective du criticisme philosophique, préoccupé par l’influence que peut exercer sur la formation du caractère personnel la dépendance de l’individu envers le milieu social. Quant aux écoles positivistes et naturalistes, elles « ont eu pour souci d’expliquer la solidarité sociale par la causalité naturelle » en la rattachant soit à la solidarité organique (avec Alfred Espinas), soit à la suggestibilité humaine (avec Gabriel Tarde), « soit à un fait sui generis, irréductible à une autre fait biologique ou psychologique, la division du travail social » (avec Émile Durkheim) (préface, p. X). Et, anticipant sur les conclusions de l’auteur, le préfacier souligne combien Duprat, tout en renonçant « à trancher la question qui divise les criticistes et les positivistes », « estime cependant qu’au fond, les choses se passent comme si l’hypothèse personnaliste des premiers était fondée » (p. XII). L’émancipation de l’individu n’affaiblit qu’en apparence la cohésion sociale. À l’« association primitive [qui] est omnifonctionnelle » font place « des associations unifonctionnelles, hétérogènes et reliées les unes aux autres seulement par les dispositions de leurs membres communs » (ibid.). Et c’est la variabilité du caractère collectif, qui tient au fait que les individus ne sont jamais ni absorbés totalement par le groupe, ni solidaires d’un seul groupe. Et cette hétérogénéité résulte pour une large part des formes diversifiées d’engagement et d’implication des individus : « une solidarité (que l’on définit imparfaitement d’ailleurs en la qualifiant d’organique). Cette solidarité supérieure a pour loi de se concilier peu à peu avec la responsabilité de l’individu et sa liberté » (p. XI).

34L’analyse proposée par Duprat est la forme synthétique la plus achevée des vues que l’auteur a été amené à préciser dans des publications antérieures. Contentons-nous évoquer quelques points développés par Duprat. La première partie du livre envisage les « Fondements de la Solidarité sociale ». Un des facteurs de la solidarité sociale est la confiance (p. 57 et suivantes). Alors que la confiance est spontanée dans les agrégats les moins différenciés, elle suppose une expérience prolongée de la loyauté et exige des manifestations fréquentes lorsque les agrégats ont atteint un processus de différenciation interne (ou qu’ils sont spatialement distendus, pourrait-on ajouter). La confiance ne peut qu’être recherchée et elle s’installe au sein d’une société marquée par la différenciation. Elle est une réponse à l’incertitude, à la distance aux autres, à la multiplication des contacts ponctuels et à la mobilité des individus. Le propos n’est pas sans rappeler certaines considérations de Georg Simmel qui, à la même époque, fait de la confiance « l’une des forces de synthèse les plus importantes au sein de la société ». La coopération entre les individus est d’autant plus efficace et nécessaire « que les aptitudes et les services rendus à la communauté diffèrent davantage d’individu à individu » (p. 59). Duprat se range ici à l’avis de Durkheim. La véritable solidarité est bien la solidarité organique qui fait de la société « un système de fonctions différentes et spéciales qu’unissent des rapports définis », rapportés par Duprat (ibid., et p. 226).

35Dans le chapitre V de la deuxième partie qui aborde l’« Évolution de la Solidarité sociale », Duprat envisage certains des « Effets de la solidarité sociale », dont ceux qui ont trait aux croyances et à l’opinion publique, ou encore ceux qui ont « donné naissance à la science et à la puissance de la raison », il aborde également l’exemple de l’art. La solidarité sociale – entendons ainsi la solidarité organique – peut favoriser d’une façon efficace le développement artistique. Il cite à ce propos un long extrait emprunté à Jean-Marie Guyau : « le Beau est bien un phénomène social, mais en ce sens que le plaisir esthétique naît du sentiment de solidarité. L’agréable devient beau à mesure qu’il enveloppe plus de solidarité et de sociabilité… » (note, p. 152).

36Et Duprat de préciser ses propres considérations sur l’art. « L’art doit à l’interdépendance des hommes, au point de vue de la recherche du sentiment et de la recherche d’une joie supérieure, ses premières manifestations : fêtes, cérémonies, danses, chants, qui font oublier la lutte pour l’existence, la souffrance, et l’effort productif ou le labeur stérile » (p. 152-153). Et ce plaisir « n’a rien d’égoïste ». Il ne suscite « aucun antagonisme, si ce n’est l’émulation qu’entraîne le désir de charmer davantage les spectateurs » (ibid.). Insistons particulièrement sur l’analyse proposée par Duprat. À plusieurs reprises, au cours de nos pérégrinations parmi différents textes, nous avons montré l’arbitraire par lequel certains auteurs opposaient l’art et le jeu. Ici, au contraire, voilà un passage qui suggère ce que l’art et le jeu peuvent avoir en commun. Le jeu, tout comme l’art, ne peut s’épanouir dans la plénitude sociale des aptitudes requises qu’au sein d’une société reposant sur une solidarité organique, au point de révéler de nouveaux aspects de la solidarité sociale elle-même. Ce que Spencer appelait la « causation fructifiante » se nomme, selon Duprat, la « civilisation » (p. 155).

  • 28 Voir chap. IV. « Les effets de la solidarité sociale » (Cf. Le droit contractuel et le droit d’asso (...)
  • 29 En cette circonstance, l’auteur notait que l’État contractuel n’est même pas l’idéal vers lequel te (...)

37La troisième et dernière partie du livre s’intitule : « Solidarité sociale et vie normale ». L’amitié, la camaraderie également ne sont pas négligées par Duprat (p. 260 et suivantes), envisagées par l’auteur dans le cadre du chapitre IV intitulé : « Solidarité sociale et aspiration libre ». Il peut arriver que des amis forment une association prenant un aspect social bien déterminé. « Les associations purement amicales ont surtout pour effet une mutuelle dépendance au point de vue des idées, des sentiments et des mœurs. Leur valeur morale dépend de la liberté laissée à chaque membre de penser et d’agir à sa guise ». L’auteur aborde également l’évolution de la solidarité sociale au cours des siècles. Aujourd’hui, la multiplication des engagements contractuels, au sein de la vie en société, « qui fixent les limites de la mutuelle dépendance des hommes » et de leurs responsabilités respectives s’accompagne d’une transformation du droit28. Cependant, Duprat n’est pas pour autant un contractualiste. Il a déjà eu l’occasion de préciser et de justifier cette prise de position dans sa communication au Congrès des sociétés savantes de 189829.

  • 30 Duprat se range ainsi à l’avis critique exprimé par Émile Durkheim, dès sa « Leçon d’ouverture » du(...)

38Parmi bien des formes possibles de solidarité sociale, et tout en tenant compte de l’évolution des sociétés, l’une de ces formes répond mieux que d’autres à un idéal moral (p. 213). Elle est « une idée directrice du devenir normal des collectivités », nous dit Duprat. Ainsi, la cohésion de la société n’est pas un vain mot. S’il n’est pas souhaitable de permettre aux meilleurs d’exprimer leurs compétences au détriment des autres, par exemple, il est hors de question d’accepter que les moins fortunés échappent à la solidarité sociale. D’où une certaine ambivalence à rendre compte des thèses de Spencer. « En vain Spencer a fait le procès de “tous ces agents qui, entreprenant de protéger tous les incapables pris en masse, font un mal incontestable, car ils arrêtent le travail d’élimination naturelle par lequel la société s’épure continuellement elle-même” » (p. 249)30. Pour Duprat, ce qui n’est que sympathie ponctuelle chez certains animaux se transforme en « sociabilité » chez l’homme, et la protection des faibles est devenue « un devoir proposé à l’homme par sa sensibilité et sanctionné par sa raison » (ibid.). Rappelons au passage que Duprat a déjà consacré une partie de ses travaux à l’instabilité mentale et à la folie. Selon lui, une moindre capacité sociale n’est pas une simple vue spéculative. Pour autant, les compétences de l’individu doivent être mises en valeur. « Loin d’être brutalement égalitaire et niveleuse, la morale sociale admet des différences de toutes sortes […] » (p. 253). Cependant, un principe s’impose : « Plus tu as d’aptitudes, de biens, de puissance, plus tu dois contribuer à l’organisation sociale, au bonheur et à la dignité de tous ceux qui avec toi forment une même société » (p. 254). Il est possible de rendre ainsi efficace la solidarité sociale au plus haut degré, pour le bien commun.

  • 31 L’auteur garde le souvenir précis de son engagement ponctuel et volontaire, aux côtés du professeur (...)

39Duprat traite de l’éducation de l’individu dans l’avant-dernier chapitre du livre (chap. VI. « « L’éducation de la solidarité sociale ») qui peut être lue comme un chapitre de conclusion générale. Selon Duprat, l’éducation « en vue de l’interdépendance morale des êtres raisonnables » ne peut être donnée que par des groupements respectueux de la dignité individuelle. On retrouve ici le rôle fondamental de l’éducation de la jeunesse, qui repose principalement sur l’école et sur les activités péri-scolaires. « Dans l’école, le maître doit encourager la coopération aussi bien dans le travail que dans les jeux : on a dit avec raison que les enfants dans leurs récréations agissent déjà d’une façon analogue à celle des hommes dans les occupations sérieuses » (p. 307-308). En note de bas de page, Duprat apporte la précision suivante : « Notamment M. Espinas »31. Cet « esprit d’association, de camaraderie, de mutuelle assistance » peut être développé par les maîtres (p. 308). Telles sont les qualités à encourager : coopération, interdépendance et aide mutuelle dans l’action collective, plus que la solidarité sociale en général, car elles seules ou ensemble sont « susceptibles d’accroître sans cesse l’étendue du champ d’action individuelle » (p. 317). Guillaume-L. Duprat développe une problématique de la solidarité sociale nuancée. Certes la solidarité est avant tout inscrite dans l’interdépendance des phénomènes sociaux. Mais cette dernière implique l’association des hommes et ne peut faire abstraction de l’activité propre à l’homme considéré dans sa personne singulière. Responsabilité et liberté trouvent alors leur pleine justification.

40Et c’est peut-être, comme ne manque pas de le noter Gaston Richard dans sa préface, parce que Duprat possède « une connaissance approfondie des rapports de la sociologie et de la psychologie » (p. XI) que sa démonstration est convaincante. Ne peut-on pas ajouter que Duprat tente avec cet ouvrage aux objectifs nettement plus ambitieux que les précédents une sorte de synthèse de Tarde et de Durkheim, tenus pour inconciliables ? L’idée selon laquelle Duprat s’efforce de tracer une voie intermédiaire entre celles tracées par les deux auteurs est peut-être plus juste. On sait que Duprat est lié aux entreprises de René Worms, qu’il restera proche de Gaston Richard et que, plus tard, en 1922, il se verra nommé à la chaire de sociologie et d’économie sociale à l’Université de Genève. Dans l’ouvrage de 1907, qui vient d’être examiné, l’auteur fait preuve d’une réelle qualité d’analyse critique mais il se refuse à adhérer – exclusivement ! – à un modèle d’analyse et, d’une certaine façon, à une « école » universitaire, en particulier celle qui est constituée autour d’Émile Durkheim, qui occupe désormais une position scientifique dominante. Il n’est pas impossible que cette attitude ne lui ait pas permis d’envisager d’accomplir sa carrière professionnelle au sein de l’Université française. À moins qu’il ne se soit jamais senti entièrement à l’aise dans le cadre d’une unique discipline universitaire, telle la sociologie, lui qui est un des rares – sociologues – a avoir pu bénéficier en qualité d’étudiant – peut-être aux côtés de Marcel Mauss – des enseignements d’Espinas, Durkheim, Hamelin, ainsi que de leurs conseils.

41Pour autant, ne nous y trompons pas. Les liens qui unissent un certain nombre de personnes évoquées dans les pages qui précèdent tendent à délimiter un « groupe » constitué à partir d’une estime réciproque et d’activités communes. Le doyen Espinas est affilié à l’Institut international de sociologie depuis 1895. C’est sous sa direction que le jeune Duprat, son ancien étudiant à Bordeaux, va soutenir sa thèse en Sorbonne, au mois de mars 1899. Après sa brouille définitive avec Durkheim, en 1907, Gaston Richard, qui dirige l’enseignement de la sociologie à Bordeaux depuis la rentrée 1902-1903, s’investit dans la revue de l’Institut international de sociologie et il apporte son soutien au jeune Duprat. Ce dernier enseigne la philosophie dans différents lycées.

42Il s’intéresse toujours aux travaux de feu Gabriel Tarde. Après avoir occupé un poste au lycée d’Alençon, il est nommé à celui de Rennes et à la veille du déclanchement des hostilités, en août 1914, il se trouve en poste au lycée d’Aix-en-Provence lorsqu’il est mobilisé. Duprat conserve des liens dans la région bordelaise, précisément dans le Langonnais, où se trouve la propriété familiale héritée de son épouse. Les séjours réguliers qu’il y fait sont sans nul doute l’occasion de garder le contact avec Gaston Richard. Tel est le noyau initial autour duquel se structure sinon une « autre école bordelaise » de sociologie tout au moins un groupe de sociologues désormais bien distinct des Durkheimiens.

Jules Delvaille : un philosophe ouvert aux sciences sociales

  • 32 Delvaille J., Essai sur l’histoire de l’idée de progrès jusqu’à la fin du xviiie siècle, thèse prés (...)

43En 1907, Jules Delvaille, agrégé de philosophie, fait paraître chez l’éditeur Félix Alcan un ouvrage intitulé : La vie sociale et l’éducation, qui sera examiné plus loin. La lecture de ce livre nous a permis d’apprendre qu’il est un collaborateur régulier de La Nouvelle Revue, avec des articles qui apportent un éclairage utile pour notre problématique. S’il n’est pas possible d’établir avec certitude que l’auteur ait accompli tout ou partie de ses études supérieures à la Faculté des Lettres de Bordeaux, à l’évidence il connaît fort bien la capitale girondine. Nous en donnerons bientôt quelques indices probants et c’est pour cette raison que nous l’avons qualifié de Bordelais. Toutefois, les éléments biographiques relatifs à cet auteur sont minces. Postérieurement à la sortie du livre que nous allons examiner, il soutient ses deux thèses à la Sorbonne, en 1910, et la reproduction ultérieure de sa thèse principale (en 1969) mentionne une date de naissance (1862)32 qui en fait un « aîné » de Mauss ou de Duprat.

Éducation, liberté et solidarité associative

44Jules Delvaille est un collaborateur régulier à La Nouvelle Revue dans laquelle il publie plusieurs articles. Ceux retenus ici fournissent d’utiles éléments d’appréciation pour connaître les prises de position de leur auteur. Elles s’inscrivent dans les préoccupations que partagent la plupart des représentants de l’Université dans les années 1890-1900.

– « L’Université de demain » (1902)

  • 33 Delvaille J., « L’Université de demain », La Nouvelle Revue, tome XI, juillet-août 1901, p. 388-401 (...)

45Dans cet article publié dans La Nouvelle Revue33, Delvaille aborde une question d’actualité : l’organisation de l’enseignement secondaire et la place que celui-ci occupe dans le cadre des trois ordres de l’Université. Ce dernier a connu trop de réformes qui nuisent à son efficacité. C’est tout à fait regrettable. « C’est par l’enseignement secondaire que nous élevons les jeunes gens qui auront un jour en main les destinées du pays ; il forme les cadres de la démocratie, distribue la culture à ceux que l’on convient d’appeler les classes dirigeantes ; et, si la direction des affaires publiques est accessible à tous, il faut qu’elle soit confiée uniquement à ceux qui présentent des garanties de cohérence et de moralité » (p. 390-391). Pour l’auteur, les maîtres de l’enseignement secondaire doivent former des esprits et préparer des citoyens. L’éducation civique et morale est jugée indispensable. Delvaille se prononce contre l’enseignement privé confessionnel et, bien évidemment, contre l’introduction de la politique dans les classes du lycée. « Mais, nous pensons que l’Université doit pénétrer de philosophie, de morale et de sociologie tout son enseignement » (p. 393). Il insiste sur le « rôle social de plus en plus important » que les maîtres sont appelés à jouer (p. 395). Tels sont les points qui doivent être résolus par l’Université, et particulièrement au niveau de l’enseignement secondaire, « à l’aurore du vingtième siècle » (p. 401).

46La philosophie de Kant semble parfaitement adaptée à l’idéal de liberté intellectuelle et morale, de justice, et de respect absolu de la personne humaine (p. 394-395). Jules Delvaille convient que cette philosophie rencontre des adversaires. Il aura bientôt l’occasion de faire le point sur la situation. Pour l’heure, il note que « M. Fouillée, qui n’est certainement pas un disciple de Kant, dit-il, a montré ce que cette doctrine à de généreux, de démocratique et de républicain » (ibid., p. 395).

– L’héritage kantien et la philosophie néo-criticiste

  • 34 Delvaille J., « La philosophie de Renouvier », La Nouvelle Revue, tome XXXIX, mars-avril 1906, p. 4 (...)

47Au printemps, Jules Delvaille fait paraître un article sur la philosophie de Charles Renouvier, qui est décédé en 190334. L’article mérite attention car il fournit un aperçu assez précis sur la façon dont s’organise le domaine de la philosophie universitaire, abordée du point de vue de l’auteur, de même que son ouvrage de 1907, examiné plus loin, donne une idée concrète de la manière dont bien des philosophes, au seuil du xxe siècle, combinent les références en philosophie, en sciences sociales et en sociologie.

48Comme on le sait, les idées développées par Renouvier (1815-1903) empruntent à des auteurs comme Auguste Comte, Émile Littré, Alexander Bain, Stuart Mill et à d’autres qui s’opposent eux aussi à la métaphysique. Toutefois, Renouvier n’adhère pas à la doctrine positiviste à laquelle il reproche de ne tenir aucun compte des acquis de la pensée de Kant. Jusqu’à sa mort Renouvier reste un fidèle défenseur de la laïcité dans l’éducation, et c’est là une des raisons majeures de l’hommage appuyé que lui rend Delvaille. Sans oublier que le savant philosophe s’est engagé dans l’explicitation de préoccupations fondamentales qu’on retrouve abordées également par Delvaille : les conditions d’expression de la liberté individuelle, la « question sociale » qui doit trouver sa résolution dans la solidarité, et l’affirmation nécessaire d’une république démocratique.

49Pour l’occasion, dans cet article en forme d’hommage à Renouvier, Delvaille rappelle les luttes d’influence qui ont accompagné le renouvellement des sensibilités philosophiques, le criticisme néo-kantien finissant par s’imposer face au spiritualisme prôné par Victor Cousin. Nul n’est besoin de rappeler tout le bien que pense Delvaille de Kant dans son article de l’année précédente intitulée : « L’Université de demain ». La philosophie néo-criticiste, qui est un phénoménisme, s’est très vite répandue dans les milieux savants français. « Se débarrassant de l’autoritarisme cousinien, les professeurs de l’Université adoptèrent peu à peu la nouvelle philosophie et la font connaître dans leurs ouvrages », commente Delvaille à propos de ce renouvellement des idées philosophiques (p. 448). Il cite, entre autres, des noms qui nous sont connus : Louis Liard, Henri Marion ainsi que les collaborateurs de L’Année philosophique, parmi lesquels on retrouve Brochard, Dauriac, et les Bordelais Hamelin et Rodier. Ces deux derniers sont, comme on le sait, des collègues très proches de Durkheim à la Faculté des Lettres de Bordeaux. La philosophie de Renouvier s’est imposée finalement contre la philosophie officielle de Victor Cousin et contre les « endormeurs philosophiques », expression par laquelle Renouvier désignait les tenants de l’éclectisme (p. 437).

50Nous verrons plus tard pour quelles raisons il est important de planter ce paysage de la philosophie universitaire française, qui prend en grande considération le rayonnement du criticisme kantien dans des formes renouvelées.

– Créer les conditions de « L’éducation sociale » (1905)

  • 35 Delvaille J., « La crise morale », La Nouvelle Revue, tome XXXIII, mars-avril 1905, p. 3-23.

51L’éducation est une préoccupation centrale pour bon nombre d’universitaires. Sans affirmer que Jules Delvaille s’abandonne au découragement et au pessimisme, il lui arrive de faire porter l’attention sur la situation du moment : « les conquêtes scientifiques de notre siècle n’empêchent pas de constater une certaine dépression au point de vue moral »35. Il confie au lecteur l’indication suivante : « Le directeur de la plus grande revue philosophique de France me disait ainsi que jamais il n’avait vu affluer dans son cabinet de rédaction un aussi grand nombre d’articles portant sur des sujets de morale, de sociologie ou d’éducation » (p. 8). Il s’agit visiblement de la Revue philosophique.

  • 36 Delvaille J., « Esquisse d’une philosophie de la vie », La Nouvelle Revue, tome XXXVI, septembre-oc (...)

52Dans un article qui paraît moins d’un an plus tard, Jules Delvaille souligne qu’on ne saurait s’en tenir à des constats objectifs. Il faut agir36. « Il n’est peut-être pas d’étude qui ait pris aujourd’hui un développement plus considérable que la science sociale avec l’infinie variété de ses ramifications » (p. 433). Pour autant, de l’avis de l’auteur, on ne peut se limiter à « constater ce qui est ». Il faut aussi se demander « quels sont les moyens de guider, transformer, améliorer l’activité individuelle ou collective. » Sur le point de conclure, Delvaille dit avoir pour objectif de définir « une philosophie de la vie » (p. 450). Or, selon lui, ces considérations sur la vie individuelle conduisent logiquement « à une philosophie de la vie sociale ». Et d’ajouter : « C’est un problème que nous poserons un jour » (ibid.), faisant allusion à une étude en préparation.

  • 37 Delvaille J., « La mutualité à l’école », La Nouvelle Revue, tome XXXV, juillet-août 1905, p. 79-84

53Au niveau de l’enseignement primaire, de belles réalisations permettent de concrétiser cette philosophie sociale. L’auteur s’en explique dans une analyse consacrée à « La mutualité à l’école37 ». « Tout le monde connaît aujourd’hui l’admirable développement qu’ont pris, dans ces dix dernières années, les œuvres post-scolaires ». Tous ce groupements bénéficient du « concours désintéressé d’éducateurs volontaires » (p. 79). La Ligue française de l’Enseignement soutient activement ce type d’initiative associative. « Fêter l’école et ses œuvres complémentaires, c’est fêter la nation de demain » (p. 84).

  • 38 Delvaille J., « L’éducation sociale », La Nouvelle Revue, tome XXXVIII, janvier-février 1906, p. 43 (...)

54Quelque temps plus tard, Delvaille fait paraître une étude intitulée « L’éducation sociale » qui annonce l’ouvrage de 1907. Nous ne détaillerons pas l’article38 dans la mesure où il est repris sous la forme d’un chapitre dans le livre publié en 1907. Delvaille s’appuie sur des faits concrets. La philosophie sociale qu’il entend valoriser se vérifie en particulier dans la multiplication des associations de toutes sortes, observables depuis un demi-siècle. Il prend soin de rappeler la place tenue par le Palais de l’Économie sociale au sein des festivités de l’Exposition universelle de 1900. En prenant pour guide « l’excellent livre de M. Gide », Delvaille détaille les données statistiques rassemblées sur les associations de gymnastique, de tir et divers cercles de jeux d’exercice. « En terminant cette étude sur les idées d’associations, de solidarité, et les applications dont elles sont susceptibles », Jules Delvaille fait remarquer que ses propres conclusions « restent dans la véritable tradition française et républicaine » (p. 60).

55Ce « programme » relatif à l’éducation, livré en plusieurs articles, va bientôt être refondu dans un ouvrage qui précisera pour l’occasion la place importante tenue par l’éducation physique.

La vie sociale et l’éducation (1907)

  • 39 Delvaille J., La vie sociale et l’éducation, Paris, Félix Alcan, 1907 (Bibliothèque de philosophie (...)

56Cet ouvrage, publié par l’éditeur Félix Alcan dans la Bibliothèque de philosophie contemporaine39, rassemble des idées et des études que l’auteur a déjà exposées dans divers articles parus dans La Nouvelle Revue. Son originalité tient cependant à une analyse du rôle de l’éducation de la jeunesse qui s’appuie en partie sur plusieurs ouvrages publiés en sociologie. En outre, le livre consacre un long chapitre inédit à l’éducation physique et aux jeux.

– Le rôle des multiples groupements intermédiaires

  • 40 Bouglé C., « Qu’est-ce que la sociologie ? », Revue de Paris, 1er août 1897.

57Dans la société, les individus, « se livrant aux occupations les plus variées » […] « se rendent continuellement des services et se prêtent appui sans interruption » (p. 4). Par ailleurs, on ne saurait s’en tenir à cette seule généralité pour traiter « des rapports qui résultent de la vie en société » (p. 5). Dans la réalité, on constate que l’homme fait partie « d’une multitude de groupes, différents par leur étendue, leur durée, leur importance, dont les obligations, les prescriptions s’enchevêtrent, et nous prennent souvent comme dans un réseau aux mailles innombrables » (ibid.). L’auteur cite à ce propos l’article de Célestin Bouglé : « Qu’est-ce que la sociologie ? », paru en 189740. Delvaille appréhende ces groupes comme étant intercalés entre la famille et l’État, et qui se déploient d’une certaine façon dans cet espace intermédiaire de la société. « Quel est celui qui, outre la famille, l’État dont il fait partie, n’est pas, en même temps, membre d’une société d’Éducation populaire, affilié à une Église, à un syndicat industriel, membre d’un club vélocipédique, etc. ? », s’interroge l’auteur (ibid.). La plupart des individus sont impliqués dans ce type de groupe.

58Delvaille appuie sa propre analyse sur les publications de divers auteurs, dont des sociologues, tout en indiquant les limites de certaines productions intellectuelles, en particulier celles d’H. Spencer ou, à sa suite, de René Worms pour l’ouvrage Organisme et Société. « Si l’on peut faire entre la vie organique et la vie sociale des comparaisons ingénieuses, amusantes, il y aurait de l’imprudence à prendre des métaphores pour des explications et des identités » (p. 10). Ou encore : « Nous ne partageons pas les craintes de Spencer redoutant l’intervention de l’État comme devant nous conduire au socialisme qui serait, selon lui, un type inférieur de société » (p. 47-48).

59Quelle est la perspective générale privilégiée par Delvaille ? « Ce livre, affirmation de l’Idéal social de notre pays, est né au contact des groupements éducateurs de notre époque, qui, résolus à organiser pour la vie sérieuse notre démocratie, fortifient, prolongent et fécondent notre École laïque » (« Avant-propos », p. VIII). C’est peut-être là un prolongement logique à « la thèse soutenue, avec un grand luxe de développement, par M. Izoulet dans La Cité moderne » (note de la p. 18, et p. 48). « Il nous faut étudier les deux facteurs de l’organisation sociale : l’instruction et l’éducation » (p. 49). C’est « en vue d’une action rationnelle que doit être conçue l’éducation ; elle sera une discipline, c’est-à-dire un ensemble de règles qui nous fait échapper à la fois au pur mécanisme et au hasard ; ce sera une loi de notre liberté » (p. 81). Pour autant, l’auteur note que l’éducation renvoie à « un ensemble de manières d’agir et de penser que nous trouvons tout fait, tout organisé autour de nous » (p. 83) quand bien même on ne saurait nier « la part de notre initiative propre » (ibid.). Delvaille souscrit au propos de Durkheim soulignant que l’éducation a le caractère d’un fait social. Elle a « une certaine objectivité » et exerce « un ascendant sur les individus » (p. 85). Plus encore, l’éducation n’est pas seulement un fait social, elle est une condition d’existence de la société. Le chapitre qui aborde ainsi « L’éducation et sa valeur sociale » se conclut sur une ouverture qui annonce la suite de l’analyse. L’éducation, qui forme l’individu en vue de la vie complète, se compose de l’éducation physique, de l’éducation intellectuelle et de l’éducation morale. En dernier lieu, elle trouve son complet épanouissement dans l’éducation sociale (p. 99).

– L’importance des jeux dans l’éducation physique

  • 41 Il s’agit du Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’Instruction publique, pré (...)

60La décomposition analytique de l’éducation que retient Delvaille est directement inspirée des objectifs que Condorcet fixait à l’instruction dans son fameux Rapport. L’auteur mentionne cette source. Il se propose simplement de remplacer le mot instruction par celui d’éducation plus adéquate pour désigner cette « œuvre complexe, portant sur l’homme tout entier » (p. 100). Rappelons le début de la brève formule empruntée à Condorcet, fournie pour l’occasion par Delvaille. « L’objet de l’instruction est de cultiver dans chaque génération les facultés physiques, intellectuelle et morales41. »

  • 42 Il cite à ce propos un article de Pierre de Coubertin, « Nos Lycéens », paru dans la Revue Bleue, j (...)

61L’éducation physique, à laquelle Delvaille consacre un chapitre entier (p. 169-192), est l’occasion de proposer une analyse détaillée. L’exercice physique est indispensable. C’est le meilleur dérivatif de l’étude. Encore faut-il qu’on l’applique avec méthode et qu’il puisse bousculer la routine ou les préjugés. « La tâche de l’éducateur consiste à régler cet exercice avec autant de précision qu’il règlera plus tard les travaux intellectuels de son élève » (p. 102). Delvaille insiste sur les autres traits indispensables à l’exercice corporel bien compris : « il faut que l’enfant l’accomplisse avec plaisir ». Rien à voir avec ces sorties, « deux par deux, en silence » qui « n’avaient guère d’attrait pour eux ». Rien à voir non plus avec la gymnastique. « Tout y est trop calculé, déterminé » et elle ne permet guère à l’enfant « d’exercer sa spontanéité » (p. 103). Pour l’auteur, seul le jeu permet à l’enfant de jouir de sa liberté, d’inventer, de créer avec les siens des jeux à sa convenance. Un peu plus loin Delvaille rappelle l’heureuse introduction des « concours annuels entre les lycées de Paris », dans les sports, qui viennent d’être instaurés42. Le passage qui décrit la réalité du jeu et ses fonctions récréatives chez les jeunes scolarisés ne manque pas d’indiquer le rôle que peut jouer le maître. « Encourageons donc les jeux de nos enfants […]. Le maître lui-même doit donner l’exemple ; il ne perdra rien de sa dignité, ni de son autorité […], si, non content d’être pour ses élèves, un guide et un conseil dans la salle d’étude, il devient leur camarade, pour leur apprendre à s’amuser » (p. 104). À l’évidence, ces considérations recoupent directement le propos tenu par le doyen Espinas dans le Supplément du Journal de la Jeunesse, en 1902, ou même des constats déjà formulés par ce dernier et par Guillaume‑L. Duprat lors du Congrès de Bordeaux tenu au mois d’octobre 1893.

  • 43 Jules Delvaille est sinon Bordelais, au moment où paraît son livre, tout au moins originaire de Bor (...)

62Dans ce chapitre consacré à l’éducation physique, l’auteur décrit et commente les progrès accomplis récemment. L’Université a développé des initiatives apparues d’abord au sein de quelques établissements privés. Le surmenage scolaire n’est pas un vain mot, et si l’on juge secondaire la question de l’éducation physique, de l’avis de Jules Delvaille « on se fait illusion » (p. 119). Toutefois, depuis 1890, cette « œuvre de régénération physique » se concrétise et s’accomplit dans de multiples initiatives : la Ligue girondine de l’Éducation physique (« œuvre de rénovation et de décentralisation »), les Colonies scolaires de vacances dont le dernier Congrès s’est tenu à Bordeaux au mois d’avril 190643… L’auteur mentionne les analyses de Pierre de Coubertin, d’Edmond Demolins, du docteur Philippe Tissié. L’exercice physique est indispensable à l’équilibre désirable. Pour la jeunesse, la santé physique est fondamentale : « disons-nous bien qu’il y a un “devoir physique” » (p. 115). Il y a « du sérieux dans la vie » et c’est l’idée morale qui éclaire la vie de chacun, note l’auteur (p. 162-163). Il ne faut pas confondre éducation physique et excès sportifs. Delvaille ne manque pas de rappeler l’inconséquence de « la vie artificielle et futile de certains hommes de notre époque » et des « gens du monde » (p. 164). Il la critique, en identifiant différents groupes, dans un long paragraphe, avec un mode d’argumentation qui rappelle, à certains égards, le Thorstein Veblen fustigeant « la classe de loisir » (Theory of the Leisure class, 1899). « Elle ne songe guère non plus à la vie sérieuse l’aristocratie qui n’est préoccupée que des jeux athlétiques, et y emploie toutes ses journées » (p. 164).

– Valoriser l’implication dans la vie associative

  • 44 Ce chapitre est la reprise de l’article : « L’éducation sociale » que l’auteur a fait paraître l’an (...)

63Le chapitre traitant de « L’éducation sociale » (p. 169-192)44 est intéressant parce qu’on y cerne mieux les préférences de l’auteur qui vont à l’idée de Solidarité, tout en déplorant les erreurs des thèses individualistes autant que des thèses socialistes. Plus haut, l’auteur avait déjà affiché son opposition à des considérations produites par Spencer. L’intervention de l’État peut fort bien susciter une coopération plus libre et plus féconde des individus. L’homme est enclin à s’associer, à « se grouper en vue de fins déterminées », sous l’impulsion d’un idéal dans lequel se concilient « et les conditions de la vie individuelle et celles de la vie collective » (p. 171). Selon Delvaille, la « démocratie moderne » a fécondé cette idée associative » pour la faire épanouir en fleurs variées ». Il fait référence au Palais de l’Économie sociale installé sur les bords de la Seine à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900 (p. 177 et suivante). S’appuyant sur le livre-rapport de Charles Gide : Économie sociale, il fournit quelques données sur « le développement qu’a pris l’esprit d’association ». En 1900, « on compte en France, 7 246 associations professionnelles, 11 232 associations de secours mutuels et de prévoyance, 7 252 associations scolaires et post-scolaires, 7 480 associations de sports et de jeux, etc., etc. » (p. 178).

64Au-delà des chiffres et des divers secteurs concernés (le sport, la gymnastique, les sociétés coopératives, les organisations syndicales…), il faut souligner que l’esprit d’association suppose une solidarité réfléchie. Sans penser rendre compte de façon exhaustive du propos de l’auteur, indiquons trois éléments. Premier point, l’esprit d’association doit être renforcé par une éducation méthodique. « […] l’école est le terrain où doit germer et se développer le sentiment de la solidarité : c’est ce que démontre l’expérience de tous les amis de l’école et des œuvres qui la protègent ou la prolongent » (p. 181). L’enseignement supérieur n’est pas étranger à ce mouvement. À l’occasion du Congrès de l’Éducation sociale de 1900, Émile Durkheim a montré que « la sociologie est la science la plus propre à faire comprendre ces vérités » (p. 183). On sait également que dans son exposé Durkheim considère que la création des associations, les groupements étudiants doivent être encouragés. Second point : l’explicitation du rôle de l’État, tour à tour législateur, interventionniste, encourageant les associations qui tendent « à se transformer en service public ». Le propos, qui s’inspire directement du Rapport de Charles Gide, anticipe sur une réalité qui nous est aujourd’hui familière… Dernier point enfin, l’association a, entre autres facteurs d’influence, subi la loi de la division du travail. « Chacune prend une partie de l’individu qui est, simultanément, un rouage de nombreux systèmes » (p. 177). L’homme solidaire est aussi un homme d’action s’impliquant dans différents types d’engagements et c’est dans la multiplication de ses engagements que se définit sa véritable identité, tout à la fois personnelle et sociale, et qu’il construit sa propre autonomie.

  • 45 La Nouvelle Revue, tome XLIV, janvier-février 1907, « Les livres », p. 573.

65La Nouvelle Revue consacre un assez long compte rendu de l’ouvrage publié par Delvaille45. Le recenseur souligne combien l’école laïque et républicaine est placée au centre d’un enjeu majeur. L’éducation, telle qu’elle est analysée par l’auteur du livre, est éducation à la démocratie. Elle se traduit par un triple objectif : « elle sera physique, intellectuelle et morale et elle trouvera son complet épanouissement dans l’éducation sociale » (op. cit., p. 573).

  • 46 Rappelons à ce propos la remarque du doyen Espinas, lors de la soutenance de thèse de Duprat. Il so (...)

66Jules Delvaille est loin d’être un auteur négligeable pour notre problématique. Nous n’en savons pas beaucoup plus sur son activité professionnelle. En 1904, il enseigne la philosophie au lycée d’Angoulême. Dans les mois qui suivent la publication de son livre, il ne fait paraître aucun article dans La Nouvelle Revue. Pourtant, celle-ci s’est montrée favorable au livre : « le livre de notre collaborateur Jules Delvaille est un ouvrage d’une haute portée morale et civilisatrice », pouvait-on lire dans le compte rendu (op. cit.). Par la suite, sans doute va-t-il concentrer ses efforts sur l’avancement de ses deux thèses. Delvaille est originaire de Bordeaux et fait état d’informations précises de l’animation sociale propre à la capitale girondine, même si, par exemple, il semble ignorer que les Lendits ont été supprimés par décision ministérielle depuis 1903. Il est bien informé sur l’action conduite localement par les milieux solidaristes (publications, rassemblements divers…). Par les sources bibliographiques mentionnées, Jules Delvaille peut être considéré comme largement inspiré par le courant solidariste. Léon Bourgeois, en particulier, a eu le mérite « de donner de l’impulsion à une philosophie morale et sociale » qui insiste sur la nécessité d’une « incessante coopération » entre les personnalités, harmonisant ainsi l’individualisme et le socialisme (p. 174-175). Ce solidarisme républicain, qui emprunte également au contractualisme d’Alfred Fouillée, s’accorde avec les vues des philanthropes et des hygiénistes. Il est marqué aussi par une certaine conception de l’engagement social qui s’appuie sur l’initiative associative, conformément aux vues défendues par Charles Gide pour l’économie sociale. D’un point de vue sociologique, Jules Delvaille est proche, nous semble-t-il, de certaines vues de Durkheim, en particulier de l’auteur de la préface de 1902 à De la division du travail social. Cependant, Delvaille est d’abord un philosophe et, sous cet angle, il appartient au courant néo-criticiste, ce qui explique son hommage appuyé à la philosophie de Charles Renouvier, peu après le décès de ce dernier. La sociologie n’est pas au cœur de ses préoccupations. S’il se trouve en adéquation avec les vues de Renouvier ou de Marion, il n’ignore pas que ces deux auteurs avaient tenu à marquer une réaction contre l’objectivisme sociologique. Au moment de la publication de son livre, en 1907, on a pu lui faire le reproche de se montrer trop éclectique, en juxtaposant au solidarisme d’autres emprunts nuisant quelque peu à l’unité de l’étude envisagée46.

Les « sentiments techniques » et le jeu, selon Charles Lalo (1910)

67Natif de Périgueux (Dordogne), Charles Lalo (1877-1953) a accompli ses études au lycée de Bordeaux, de 1886 à 1894, puis au lycée Louis-le-Grand, à Paris, de 1894 à 1896. Il revient à Bordeaux pour sa licence ès Lettres, qu’il obtient en 1898, avant de préparer l’agrégation de philosophie et d’être reçu en 1901. C’est au lycée de Bayonne qu’il débutera sa carrière dans l’enseignement, en 1903. Après avoir soutenu sa thèse, en 1908, il est nommé professeur de philosophie au lycée de Limoges.

  • 47 Lalo Ch., Esquisse d’une esthétique musicale scientifique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1908. Lalo(...)
  • 48 En 1914, Charles Lalo publie un article intitulé : « Programme d’une Esthétique sociologique », Rev (...)

68Cet ancien élève d’Émile Durkheim à la Faculté des Lettres de Bordeaux collabore à la quatrième livraison de L’Année sociologique (1904). Il seconde Henri Hubert et Marcel Mauss pour la rubrique « Sociologie esthétique ». Quelques années plus tard, en 1908, il soutient son doctorat ès Lettres : Esquisse d’une esthétique musicale scientifique qui est publiée la même année chez l’éditeur Félix Alcan. Il fait paraître également un autre ouvrage sur L’esthétique expérimentale contemporaine47. Nous pouvons noter l’influence de la pensée de Durkheim dans ses premiers travaux sur l’esthétique, appréhendée de façon scientifique, mais il paraît excessif de classer cet auteur parmi les Durkheimiens. Par ailleurs, l’attention qu’il porte très tôt aux sports athlétiques, dans quelques pages passées inaperçues, tend aussi à le rapprocher d’autres « Bordelais », dont nous venons d’examiner l’intérêt marqué pour les jeux et le sport : Espinas, Duprat ou Delvaille. Pour autant, ce qui en fait un auteur proche du groupe durkheimien, c’est bien la capacité de formalisation théorique et de construction méthodique d’un objet sociologique : l’esthétique48. Mais ce qui tend aussi à le rapprocher des autres auteurs cités, c’est son sens de l’observation directe et soutenue des jeux d’exercice physique. Il est probablement un témoin direct des activités de la Ligue girondine de l’Éducation physique. Alors qu’il était élève au lycée de Bordeaux, le jeune Charles Lalo n’a pas pu rester insensible aux prouesses sportives de l’équipe des Muguets dans le cadre des Lendits de la Ligue girondine qui rayonnent sur l’ensemble de l’Académie de Bordeaux. Par la suite, il a pu être le témoin de la diffusion du rugby, très prisé parmi les étudiants bordelais. Enfin, comme professeur de philosophie au lycée de Bayonne, qui a constitué une équipe de la Ligue girondine : Les Montagnards, il ne peut ignorer l’intérêt grandissant que connaît cette activité sportive au bord de l’Adour.

Élaborer une « esthétique scientifique »

  • 49 Lalo Ch., Les sentiments esthétiques, Paris, Félix Alcan éditeur, 1910 (Bibliothèque de philosophie (...)

69Charles Lalo aborde la question des « sentiments techniques » dans son ouvrage : Les sentiments esthétiques, publié en 191049. Dans l’introduction, il défend l’idée d’une « esthétique scientifique ». Lalo précise que dans sa thèse, il a parcouru « la série ascendante des sciences, allant successivement des plus abstraites aux plus concrètes » (p. 10). Seul le facteur social, contient tous les autres dans sa complexité. L’erreur de la plupart des grands systèmes d’esthétique a été de privilégier tel ou tel type de facteurs (mathématiques, physiologiques, psychologiques…) en négligeant tous les autres. La conception sociologique de l’art marque « l’aboutissement des procédés les plus modernes de la critique d’art » : « cette étude dont les méthodes impersonnelles et les critères relativistes sont encore tout récents » (p. 13). Il indique également que cette conception avait été « pressentie » par des esthéticiens modernes, à l’exemple de Kant qui compte pourtant parmi « les plus individualistes » (ibid.). « Mais seule la sociologie contemporaine pouvait en concevoir une juste idée, en lui fournissant ses méthodes objectives » (ibid.).

  • 50 Licencié ès Lettres à dix-huit ans, bientôt traducteur de plusieurs textes classiques de la philoso (...)

70Selon Lalo, la critique d’art s’est libérée progressivement de tout dogme. Son livre est « un essai de réaction » contre les principales « superstitions » sur lesquelles reposent bien des discours sur l’esthétique : le sentimentalisme esthétique, le mysticisme esthétique, l’intellectualisme dont les « théories » font l’objet d’un examen critique dans la première partie de l’ouvrage. Lalo indique cependant certaines avancées, en particulier parmi les tenants du « nouveau sentimentalisme esthétique » (voir p. 54-76). Dans le chapitre suivant, l’auteur envisage la tendance au « mysticisme esthétique » qui, de son peint de vue, ambitionne de détenir « la clef de toutes les énigmes de l’esthétique » (p. 101). Lalo considère que Jean-Marie Guyau50 est « le représentant le plus complet de l’école qui croit expliquer tous les faits esthétiques en les ramenant à une manifestation de la vie » (p. 102). Son « vitalisme esthétique » n’aurait fait que « frayer la voie au mysticisme proprement dit » (ibid.). C’est vrai que le jeune homme, décédé prématurément, était autant passionné de poésie que de philosophie et qu’on a pu le considérer comme le « Nietzsche français ». Pourtant, cette part de l’œuvre de Guyau qui est susceptible de nous intéresser : l’art, le jeu, les exercices physiques, relève-t-elle d’une simple « œuvre d’art sur l’art », pour reprendre une image utilisée par Lalo (p. 102) ? Nous verrons plus tard que l’affirmation est discutable. Les formules du philosophe et poète que Lalo rapporte : « le principe de l’art est dans la vie même », « l’art c’est de la vie concentrée », par exemple, ne peuvent pas être ramenées à des formules procédant du sentimentalisme ou d’une fusion réelle de tous les éléments que l’analyse croit discerner dans l’activité mentale » (ibid.). Guyau est de ceux qui ont renouvelé l’esthétique, en l’abordant sous l’angle de l’art au point de vue sociologique, en l’étendant au-delà des limites dans lesquelles l’enfermait un certain type d’approche et en prenant appui, par exemple, sur les terrains explorés par la psychologie. Il est plus juste de dire que la pensée génératrice de son système conçoit la vie dans une dynamique d’expansion qui lie intensité individuelle et enrichissement de la sociabilité. La religion, la morale, l’art, les jeux participent de cette dynamique et la sociologie est la mieux à même d’en rendre compte. D’ailleurs, quelques concessions faites par Lalo (p. 106 et p. 107) rendent Guyau plus proche de ses propres vues sur l’esthétique qu’il n’est disposé à l’admettre de prime abord. Nous aurons l’occasion de revenir sur les analyses développées par J.-M. Guyau.

71Dans une deuxième partie, Charles Lalo aborde successivement les effets de la pensée esthétique (les sentiments de plaisir esthétique), puis les accompagnements de la pensée esthétique (ou sentiments accessoires) et enfin, au niveau de la pensée esthétique proprement dite, « les sentiments techniques » (p. 185 et suivantes). Intéressons-nous à ce troisième niveau. Comment l’auteur caractérise-t-il ces « sentiments techniques » ? Il les désigne comme tels parce que ces sentiments « supposent toute l’intuition immédiate de cet ensemble de moyens d’action, acceptés par une collectivité, évoluant dans le temps et dans l’espace […], bref cette forme organisé qui s’impose à la conscience esthétique de chacun comme un impératif social, et que l’on peut nommer, en élargissant le sens usuel de ce mot, – la technique » (p. 185). Le propos de l’auteur paraît s’accorder avec celui d’Espinas développé sur la « technologie ». Lalo précise que ce qu’il est convenu d’appeler « sentiments esthétiques », « proprement dit [ils] sont donc à peine des sentiments » (on verra par la suite l’importance de cette remarque passée inaperçue chez certains lecteurs de l’ouvrage !) et ce type d’expression possède essentiellement un « caractère intuitif » et « acquis ». S’il est complexe, c’est par ses origines et sa composition qu’il s’agit de clarifier dans le détail. Déjà le contraste avec la façon dont Guyau aborde lui aussi ce type de question s’estompe.

– Les « sentiments de jeu esthétique »…

72Pour aborder cette question, Charles Lalo adopte un point de vue qui diffère de ce que des auteurs comme Grosse ou Hirn semblent affirmer, le premier en opposant l’art (et sa fonction sociale indispensable) au jeu (comme simple activité agréable), le second en faisant du jeu (reposant sur l’impulsion physique) une forme très inférieure de l’art. Lalo revient aux sources, pourrait-on dire, en considérant ce que sont les « sentiments esthétiques ». « Cette notion, depuis Kant, Schiller et Spencer, est devenue classique. Mais encore faut-il bien l’entendre » (p. 187). Nous serons amené ultérieurement à proposer un récapitulatif des sources et des influences qui marquent l’analyse de Durkheim et celle de Bouglé, en intégrant des publications posthumes du premier et des ouvrages publiés par le second dans l’entre-deux-guerres. Nous en profiterons pour rappeler les vues de Kant et de Schiller. Voyons pour le moment ce qu’en dit Lalo. « Les sentiments esthétiques nés des rapports entre l’œuvre et l’esprit qui la contemple peuvent être désignés par le nom de jeu » (ibid.). La proposition de Lalo s’accorde sur ce point avec l’analyse développée par Kant dans la Critique de la Faculté de juger (1790). Elle écarte l’ancrage bio-physiologique du jeu que l’animal et l’homme ont (ou auraient) en commun, comme tend à l’affirmer Spencer. C’est encore dans le droit fil de l’analyse kantienne que Charles Lalo indique deux erreurs manifestes. Certains « métaphysiciens », et autres « romantiques » tendent à interpréter le jeu dans le sens d’une liberté absolue », d’une « fiction créatrice » « en dehors et au-dessus des lois de ce monde-ci » (p. 187). À l’opposé, des « observateurs empiristes » n’ont vu dans le jeu que la dépense d’un excès de force ; ou, en sens inverse, une acquisition de force » (p. 188). S’agissant du second type d’approche, Lalo fait l’inventaire des raisons habituellement fournies pour expliquer ce type d’activité : « un apprentissage très nécessaire […] des futurs instincts de l’adulte », « une répétition utile », « un fonctionnement à vide des activités sérieuses de l’adulte »… Il convient d’ouvrir une autre voie d’analyse. Pour étayer sa démonstration, l’auteur va s’appuyer sur un jeu d’exercice et sur une spécialité sportive. Cet aspect mérite d’être souligné car il s’agit là encore d’un des premiers textes de facture sociologique traitant du sport.

Le foot-ball : une combinaison de trois éléments essentiels

73Si les théories qui viennent d’être rapidement évoquées ont sans doute leur part de vérité, elles présentent cependant, pour Charles Lalo, un inconvénient majeur : « toutes négligent à l’excès une des parties essentielles du jeu humain : la convention d’une règle, d’une discipline » (p. 188). L’auteur identifie les trois éléments essentiels, constitutifs du jeu esthétique, à savoir que, dans le jeu, il est indispensable d’y discerner « un luxe, une discipline, une illusion » (ibid.). Il prend pour exemple un jeu de force et d’adresse comme « le foot-ball » ou encore « les luttes des enfants qui “font” aux gendarmes et aux voleurs », de façon à expliciter les trois éléments identifiés (p. 188-190). Le football dont il est question, à cette époque, désigne le football-rugby, l’art du ballon ovale. Reprenons ces éléments.

74« Ce jeu est un luxe. » En effet, « il est en dehors de l’activité sérieuse » et il importe que les joueurs en aient le sentiment et le partagent. Faute de quoi, ils perdraient le sentiment de jouer.

75Ce jeu « est encore une discipline ». De prime abord, jeu et discipline semble être antinomiques puisqu’un divertissement qui devient une obligation n’en est plus un ; « Cependant, il est certain que tout jeu suppose une convention établie et respectée volontairement ». Chacun des joueurs impliqués se doit de la respecter. Sinon, le jeu est suspendu, voire compromis dans son déroulement. « Le joueur se trace artificiellement une règle de conduite ; et il met d’autant plus son point d’honneur à ne pas la violer en “trichant”, que rien ne la lui impose, sinon lui-même et la solidarité volontaire qu’il a pour un temps créée avec ses partenaires » (p. 189). Déjà, on entrevoit aussi que le « luxe » qui caractérise le sport s’accorde avec un principe d’obligation partagée, d’impératif qui s’impose à chacun. Les non-initiés au sport peinent à se représenter la puissance d’un tel sentiment d’obligation, conduisant certains d’entre eux à « dire quelquefois, avec raillerie, que les joueurs ont une conscience spéciale ». Or c’est bel et bien cette conscience qui permet au jeu de se développer pleinement. « Le jeu est à la fois libre, désintéressé, et d’autre part discipliné, réglementé. »

76« Le jeu est enfin une illusion. » « Le ballon de cuir des “matcheurs” n’a évidemment par lui-même aucun intérêt pour eux ; mais ils agissent, pensent et sentent comme si sa possession était pour un moment le but unique de leur vie » (ibid.). Lalo ajoute qu’il s’agit d’une illusion voulue, consentie collectivement. En s’inspirant des observations de Pierre Janet, il précise que cette illusion comporte le mécanisme ordinaire de la suggestion mentale. Nous dirions aujourd’hui que le joueur « se prend au jeu », d’une suggestion qui se renforce d’elle-même si d’autres impressions ne parviennent pas à contenir son progrès spontané : « dans une partie trop disputée, le joueur surexcité finit par donner un “mauvais coup” contre toutes les règles », rappelle Lalo (p. 190). Le jeu s’en trouve alors contrarié. Il s’interrompt.

77L’auteur insiste ensuite sur les éléments de comparaison qu’on peut noter entre une partie de football et une partie de gendarmes et de voleurs. En outre, il indique que la mimique d’une arrestation de bandit, « qui n’est qu’un jeu d’enfant, ressemble fort à un drame théâtral, qui est un art » (ibid.). Cependant, la performance (la maîtrise technique du jeu, la capture des voleurs) prime sur le répertoire théâtral (simulations, mimiques) qui reste subordonné au résultat final. Dans le cas du jeu et plus encore du sport, la présence de spectateurs elle-même « rehausse singulièrement l’émulation des joueurs ». Et Lalo de conclure ce passage relatif à un jeu et à un sport collectifs. « Le jeu ressemble donc à l’art, ou à certaines formes de l’art ; il se fond insensiblement en elles ; et nous y retrouverons, avec des nuances caractéristiques, les mêmes éléments constitutifs » (ibid.).

L’art : « les mêmes éléments constitutifs » que le jeu

78Charles Lalo développe les points de ressemblance entre le jeu et l’art. Ainsi l’art suppose un sentiment positif d’illusion et l’influence de la technique renforce l’illusion esthétique. L’art s’accorde aussi avec un sentiment de luxe. Il soustrait à la vie sérieuse et aux fonctions matérielles indispensables. Enfin, l’art est discipline : discipline du luxe mais aussi discipline dans la maîtrise des règles techniques propres à tout art. Les arts, d’une façon générale, peuvent être assimilés à des « sciences » de luxe. Dans ce cas, luxe s’entend comme « une dépense de surcroît », « de force physique, d’activité mentale », par exemple. Dans cet ensemble de surcroît, précise Lalo, trois nuances principales se distinguent : le luxe proprement dit, le jeu et l’art » (p. 197). Tandis que le luxe relève surtout de la dépense somptuaire, le jeu se propose d’autres buts dont l’auteur souligne la diversité : « car il y a plusieurs sortes de jeux », dont « la ligne de moindre résistance, comme dans la promenade » ou « le besoin de se sentir agir, dans les exercices de force ou d’adresse », ou encore « la joie du triomphe, dans les divertissements si nombreux qui supposent essentiellement une rivalité, une victoire et une défaite » (p. 198). Quant à l’art, il est, selon Lalo, un luxe supérieur « plus voisin de l’activité morale que de l’activité physique » (ibid.). L’art est plus complexe que le jeu, moins arbitraire dans ses conventions et il fait une part belle à l’individualité autant qu’à la tradition. Soit, mais l’on sait aussi que, vu sous cet angle, le sport, dans ses formes d’expression les plus élaborées, possède des caractéristiques analogues à l’art. Lalo rappelle enfin que plusieurs auteurs ont envisagé « les premières formes de l’art », qui n’ignorent ni le luxe, ni le jeu tout en détournant certains apprentissages « des fonctions religieuses, politiques, guerrières ou économiques » (p. 198-199). Selon ces « historiens » et autres « anthropologistes récents » (Lalo mentionne K. Bücher, E. Grosse, R. Wallaschek et Y. Hirn), la forme la plus primitive de l’art serait la danse dont la forme collective, à l’unisson, contribue à l’ordre de la société.

79À partir de ces trois éléments : illusion, discipline, luxe, l’auteur s’interroge sur la situation du professionnel, dans le domaine des arts ou bien dans celui du sport. Leur « art » est partie intégrante de la vie sérieuse et du nécessaire. « Certes il est des professionnels de l’art, comme du jeu. Mais le professionnel lui-même n’a le sentiment de l’art ou du jeu que dans les moments plus ou moins espacés où il peut se procurer, au milieu de son travail forcé, le sentiment d’une activité de luxe » (p. 199). On retrouve là une intuition déjà formulée par Kant.

80Tout un ensemble complexe de sentiments résultent de la combinaison entre ces éléments que sont l’illusion, la discipline et le luxe, dans les rapports que l’œuvre (ou la production du jeu sportif) entretient avec son producteur (ou ses producteurs que sont les joueurs en action) ou son contemplateur (ou les spectateurs de la partie sportive). C’est nous-même qui complétons entre parenthèses pour le sport ce que dit Lalo à propos de l’art. Cette synthèse en apparence impossible, du moins paradoxale, est « assez bien représentée, faute d’un mot plus juste, par le nom traditionnel de jeu » (p. 210). Le propos tenu est important, pour la suite de notre étude. D’une part, il montre l’adéquation relative du terme à la dynamique dont il est censé rendre compte, qui va bien au-delà de la référence à un simple jeu récréatif. D’autre part, la réalité créatrice du jeu suppose le relativisme. Lalo vient de noter que « la valeur d’art » est inscrite dans le relativisme historique (p. 209). Il mentionne plusieurs exemples, dont le « style moderne » qui, à ses débuts, paru laid. Un idéalisme bien compris, « c’est-à-dire rationaliste et relativiste », renvoie à la collectivité « dont nous sommes solidaires dans l’ensemble social où notre individu entre, et qui réagit en nous » (p. 208). Et cette réalité créatrice du jeu peut être étendue à la réalité des sports athlétiques qui est caractéristique d’une société donnée. Ces sports engendrent des sentiments combinant illusion, discipline et luxe.

  • 51 Charles Lalo approfondira cette question dans un ouvrage postérieur : L’art et la morale, Paris, Li (...)

81L’appréhension de cette réalité du sport n’est pas sans soulever une question supplémentaire. Dans un passage consacré aux « caractères spécifiques des trois grandes formes normatives de la conscience » (voir p. 244 et suivantes), si « art, morale et science peuvent et doivent, dans la culture de notre moi, collaborer à la même œuvre », souligne Charles Lalo, ces trois formes ne sont pas identiques, pas plus qu’elles ne sauraient donner lieu à une réduction mutuelle. Son approche est, à bien des égards, la transposition condensée du criticisme kantien (et des trois Critiques). Quelques pages plus loin (p. 254), l’auteur indique ce qui distingue le plaisir esthétique de l’obligation morale. Dans l’intuition esthétique, le plaisir nous paraît à la fois être fin et moyen et l’espèce d’obligation qui en résulte relève d’une tout autre sorte de valeur51. Cependant, le sport est discipline, et même d’une discipline complexe dans le cas d’une partie de football, accordant le joueur à ses partenaires, ensemble opposés à une équipe adverse qui s’efforce elle aussi de gagner la partie engagée, dans le respect de « la convention d’une règle », pour utiliser une formule de Lalo. Et dans ce cas, le respect ou le non-respect de la règle s’apparente à une conduite morale ou à une conduite répréhensible. Qu’avait précisé plus haut l’auteur à propos du jeu au ballon ovale ? « Les infractions à sa règle comportent même dans l’opinion publique des sanctions bien établies et extrêmement sévères : l’indélicatesse au jeu est autrement mal reçue dans le monde que les pires défaillances morales, lesquelles recueillent parfois toutes les indulgences, voire toutes les sympathies. » Derrière le simple prétexte d’une partie de rugby, se précise la réalité tangible d’un « monde » du sport pour lequel l’esprit du jeu se double d’une sorte de morale du jeu. Sous cet angle de vue, le plaisir du jeu s’accorde avec la raison pratique de la règle. Mais par la règle que chacun doit respecter, l’illusion créatrice du jeu ramène nécessairement à la collectivité sociale. De même, en s’appuyant sur les arguments que l’auteur présente à propos des « sentiments de supériorité technique » (p. 210 et suivantes), il nous paraît possible de prolonger le raisonnement. La maîtrise d’un sport collectif comme le foot-ball (rugby) suppose une science du jeu et une maîtrise des principes d’entraînement (physique, technique, tactique) qui appartient au domaine de la connaissance objective. Le goût de la compétition et de la victoire suppose une recherche d’efficacité qui s’appuie sur la rationalisation des tâches, des rôles et des fonctions au sein de l’équipe.

82Sans rien ôter à l’originalité de l’explication fournie par Lalo, on peut déjà noter que les propositions de Guyau qu’il rapportait quelques pages plus haut, transposées de l’art aux jeux collectifs d’affrontement, ne sont jamais que des formules concises mais parfaitement recevables : « le principe du jeu est dans la vie – sociale – même » ou encore « le jeu, le sport, c’est de la vie – sociale – concentrée ».

  • 52 Alors qu’il était élève de terminale au lycée de Bordeaux (1893-1894), il n’est pas impossible que (...)

83Pour conclure, mettons l’accent sur quelques éléments relatifs à l’itinéraire biographique de l’auteur. Avec ces quelques pages publiées en 1910 par Charles Lalo, « Bordelais » d’un temps, nous disposons pour aborder le « sport » d’un cadre d’analyse sociologique précis et original. Mais le grand mérite de l’ouvrage : Les sentiments esthétiques, tient au fait que l’auteur met en garde contre les risques de glissement de sens (de Kant ou de Schiller à Spencer, mais également de Spencer à ceux qui s’en réclament) ou de limitation de sens tels qu’on pourra malheureusement les observer plus tard au sein de l’École durkheimienne dans des publications des années 1920. En outre, la précision avec laquelle Lalo conçoit les rapports entre « sentiments esthétiques », « jeu », « art » et « sentiments techniques » fournit des solutions à bien des difficultés que nous serons amené à repérer au cours de nos lectures. Par ailleurs, nous reviendrons sur ce livre qui fait également la part aux arguments avancés par des auteurs comme K. Groos, W. Wundt, E. Grosse, Y. Hirn… Enfin, l’importance que Charles Lalo accorde explicitement au système kantien (les trois Critiques) pourrait en faire indirectement un « Durkheimien », sans doute, mais d’un type quelque peu singulier. Disons qu’il appartient à l’« École bordelaise », pour avoir été également l’élève d’Hamelin et de Rodier lorsqu’il accomplissait ses études de philosophie52. De plus, son sens de l’observation et son intérêt pour l’activité sportive invitent à le distinguer des tenants de l’École durkheimienne.

***

84Bordeaux est considéré comme l’un des principaux centres universitaires du pays. La sociologie y tient une place singulière, compte tenu des ambitions scientifiques affichées par Émile Durkheim et de sa capacité à mobiliser autour de L’Année sociologique des enseignants et chercheurs de grandes valeurs. Cette émulation suscite d’autres travaux, et d’autres trajectoires professionnelles. En tenant compte des analyses qui viennent d’être proposées dans le présent chapitre, de celles qui ont fait l’objet du précédent, et sans oublier non plus la façon dont Alfred Espinas a pu aborder l’étude des sociétés humaines, deux constats semblent s’imposer. D’une part, il existe un « foyer » bordelais de sociologie, à l’Université, qui s’est montrée préoccupé par la prise en considération des jeux et des sports, et leur appréhension sous l’angle de la sociologie. Ce n’est pas de Durkheim dont il s’agit. D’autre part, on entrevoit sans peine des affinités électives qui tendent à tracer une ligne de partage entre deux façons de concevoir la sociologie. Ajoutons que la problématique des jeux d’exercice et la pratique des sports réfracte à sa façon une bipartition de la « sociologie bordelaise » et de ses ramifications du moment ou ultérieures, tant il est vrai que les universitaires en présence autour de 1890-1895 vont se disperser, quelques années plus tard, du fait de la brouille définitive de Gaston Richard avec Durkheim (Richard quitte L’Année sociologique en 1907) et sous l’effet de la mobilité liée au déroulement des carrières professionnelles des uns et des autres, en particulier celle de Guillaume-L. Duprat qui occupe successivement de nombreux postes en lycées. Pour autant, Charles Lalo semble bien disposé à tracer seul un itinéraire lui permettant d’élaborer progressivement une sociologie de l’esthétique. Dans le même mouvement, initialement, il est amené à préciser ce qui fait la spécificité d’une approche sociologique du jeu et du sport dans une contribution fort intéressante.

Notes

1 IIe Congrès national de l’Éducation physique, Actes, op. cit., p. 6 et 7.

2 Duprat G.-L., « L’Éducation physique à l’école primaire. Essai de pédagogie expérimentale fondée sur l’organisation des jeux et exercices physiques à l’école publique de Podensac (Gironde) ». Nous ne disposons malheureusement que de la courte synthèse qui figure dans les actes du congrès, op. cit., p. 24 et 25. Par la suite, le jeune homme fera paraître chez un imprimeur-éditeur bordelais un compte rendu détaillé de cette étude empirique sous la forme d’une brochure de 13 pages, dont le seul exemplaire consultable se trouve à la BNF (Paris).

3 Duprat G.-L., L’Éducation physique à l’École, Bordeaux, Gounouilhou, 1894 (brochure in-8, 13 p.).

4 [Sans nom d’auteur], « L’éducation physique à l’école primaire », Revue pédagogique, nouvelle série, tome XXIV, janvier-juin 1894, p. 126-129. Une note de bas de page indique que ce texte est un « extrait du Bulletin départemental de l’instruction primaire de la Gironde ». Duprat en revendique la paternité dans sa contribution à l’ouvrage L’Éducation physique, publié en 1900, que nous examinons plus loin.

5 On sait par Jean J. Ostrowski qu’Espinas a donné à l’époque deux séries de cours (années 1891-1892 et 1892-1893) sur « Les formes supérieures de la volonté ».

6 Les informations qui suivent figurent dans un vibrant hommage publié dans la presse régionale (sans doute le journal Sud Ouest) : « Il y a cent ans naissait le professeur G.-L. Duprat », non signé, paru le mardi 24 octobre 1972. Document aimablement communiqué par les descendants de Duprat.

7 Duprat G.-L., « De la théorie de l’âme chez Aristote comparée à celle d’Empédocle, d’Hippocrate et Platon ». Article de presse déjà cité.

8 Revue de métaphysique et de morale, Supplément du numéro de mai 1899, voir p. 17-24.

9 Duprat G.-L., L’instabilité mentale. Essai sur les données de la psycho-pathologie, Paris, Librairie Félix Alcan, 1899. L’auteur ouvre une piste intéressante dans le domaine de la psychiatrie, voir de la pédo-psychiatrie.

10 Revue de métaphysique et de morale, Supplément du numéro de juillet 1899, voir p. 3.

11 Duprat G.-L., Les causes sociales de la Folie, Paris, Félix Alcan éd. (Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1900 (203 p.). L’ouvrage est dédié « À Monsieur Th. Ribot, membre de l’Institut, Professeur au Collège de France ». À l’époque, Duprat enseigne la philosophie au lycée d’Alençon.

12 Revue de métaphysique et de morale, Supplément du numéro de septembre 1900, voir p. 5-6.

13 Duprat G.-L., Le mensonge. Étude de psycho-sociologie pathologique et normale, Paris, Félix Alcan éd. (Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1903 (190 p.). L’auteur enseigne alors la philosophie au lycée de Rochefort. Il est « correspondant du ministère de l’Instruction publique ». Nous avons consulté ce livre et le précédent (avec un envoi de l’auteur à G. Tarde) qui figurent dans le « fonds Gabriel Tarde », accueilli et conservé à l’École Nationale d’Administration Pénitentiaire (Agen, Lot-et-Garonne) grâce à l’intervention du professeur Massimo Borlandi (Université de Turin). Le Mensonge bénéficie d’une 2e édition en 1909 (212 p.).

14 L’Année sociologique (1902-1903), tome VII, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 512-513.

15 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Congrès des Sociétés savantes de 1898, Bulletin du Comité des Travaux historiques et scientifiques, op. cit., « Des rapports de la psychologie et de la sociologie », p. 47-68. Pour l’exposé du mémoire de G.-L. Duprat, voir p. 49-66.

16 Baldwin J.M., Social and Ethical Interpretation in mental development, New York, Macmillan, 1897. Baldwin J.M., Interprétation sociale et morale des principes de développement mental, Paris, éd. Giard et Brière, 1899 (VI-576 p.). Traduction française par G.-L. Duprat.

17 Ve Congrès international de sociologie de Paris, Les rapports de la psychologie et de la sociologie, Annales de l’Institut international de sociologie, tome X, 1904, 1 vol. (420 p.).

18 Essertier D., Psychologie et sociologie. Essai de bibliographie critique, Paris, Félix Alcan, 1927 (234 p.). Cit. p. 76.

19 Dr. Tissié Ph., L’Éducation physique, Paris, Librairie Larousse, s.d. (1900). Le titre de couverture intérieure précise : L’Éducation physique au point de vue historique, scientifique, technique, critique, pratique & esthétique. L’entreprise scientifique est ambitieuse et cette page mentionne la liste des 33 collaborateurs.

20 Duprat G.-L., « L’Éducation physique au point de vue sociologique », dans Tissié Ph., L’Éducation physique, Paris, Librairie Larousse, s.d. (1900), p. 30-33. La section Sociologie est précédée par la section Pédagogie, avec une analyse sur « L’Éducation physique à l’école », proposée par Ferdinand Buisson, Professeur à la Sorbonne, Directeur honoraire de l’enseignement primaire au ministère de l’Instruction publique. Voir p. 27-30.

21 Duprat G.-L., L’instabilité mentale. Essai sur les données de la psycho-pathologie, op. cit. Si l’on peut traiter certains malades par le bonheur, ainsi que l’a indiqué le docteur Pierre Janet (dans son ouvrage Névroses et idées fixes, 1898), « en leur procurant des plaisirs appropriés à leur état, on ne saurait choisir de meilleure source d’agrément que les jeux de plein air » (voir « L’éducation physique... », p. 31).

22 La Société de sociologie de Paris a été fondée en 1895 par René Worms. Deux ans auparavant, René Worms (1869-1926) a créé, au mois de juillet 1893, l’Institut international de sociologie, dans le prolongement de la Revue Internationale de Sociologie fondée depuis déjà quelques mois (janvier 1893). En 1895, Espinas devient membre de l’IIS. Il accède à la vice-présidence de l’Institut en 1899. À la mort de Worms, en 1926, c’est l’universitaire bordelais Gaston Richard qui prendra en charge le secrétariat de l’IIS. Duprat est admis comme membre de la Société de sociologie de Paris à partir de l’année 1900.

23 À ce propos, l’auteur mentionne en note le compte-rendu non signé qu’il a fait paraître dans la Revue pédagogique en 1894 et initialement dans le Bulletin départemental de l’instruction primaire de la Gironde.

24 Duprat G.-L., « Cf. notre communication au Congrès des sociétés savantes de 1898 : “Rapport de la psychologie et de la sociologie” » (p. 32). Donnons l’intitulé exact de volume. Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Congrès des Sociétés savantes de 1898, Bulletin du Comité des Travaux historiques et scientifiques, section des sciences économiques et sociales, Paris, Imprimerie nationale, 1898 (301 p.).

25 La question de la « psycho-sociologie » va constituer désormais un thème récurrent dans l’œuvre de G.-L. Duprat. Il y reviendra à plusieurs reprises, publications à l’appui, dans la suite de sa carrière professionnelle.

26 Duprat G.-L., La solidarité sociale, Paris, Librairie Octave Doin éd., 1907 (Encyclopédie scientifique. Bibliothèque de Sociologie. Directeur : Gaston Richard). Préface de Gaston Richard (II-XIV-354 p. + XII). Ouvrage récompensé par l’Académie des sciences morales et politiques. Prix Saintour, 1906.

27 L’Encyclopédie scientifique est une vaste entreprise éditoriale placée sous la direction du Docteur Toulouse, directeur de laboratoire à l’École des hautes Études (Paris) et médecin en chef de l’Asile de Villejuif. Elle est divisée en 40 sections ou « Bibliothèques ». À son terme, elle comprendra environ 1 000 volumes. Cinq de ces Bibliothèques méritent d’être mentionnées : Anthropologie et Ethnographie (directeur G. Papillault, professeur à l’École d’Anthropologie, Paris), Psychologie (dr. E. Toulouse) qui sera subdivisée par la suite en Psychologie expérimentale et en Psychologie appliquée, Sociologie (dr. Gaston Richard, professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux), Psychologie appliquée (dr. E. Toulouse), Sociologie appliquée (dr. Th. Ruyssen, professeur adjoint à la Faculté des Lettres de l’Université d’Aix-en-Provence). Le docteur Toulouse va également ouvrir une Bibliothèque biologique et sociologique de la Femme dans laquelle Paul Lapie publie : La Femme dans la famille (1908), et Gaston Richard : La Femme dans l’histoire (1909).

28 Voir chap. IV. « Les effets de la solidarité sociale » (Cf. Le droit contractuel et le droit d’association, p. 138 et suiv.).

29 En cette circonstance, l’auteur notait que l’État contractuel n’est même pas l’idéal vers lequel tendent toutes les sociétés. Tout lien social n’est pas fondé sur l’idée de contrat. Plusieurs personnes peuvent s’associer de fait sans avoir jamais contracté, même implicitement. Duprat cite en exemple l’unité de croyances qui caractérise les fidèles d’une religion ou encore l’art qui tend à l’unité de sentiments esthétiques sans qu’aucun contrat n’intervienne (Congrès..., op. cit., p. 55-56).

30 Duprat se range ainsi à l’avis critique exprimé par Émile Durkheim, dès sa « Leçon d’ouverture » du Cours de science sociale, à la Faculté des Lettres de Bordeaux. « [...] l’idéal des sociétés serait-il cet individualisme féroce dont Rousseau faisait leur point de départ et la politique positive ne serait-elle que celle du Contrat social retournée ? ». Durkheim É., « Leçon d’ouverture », op. cit. Voir p. 19.

31 L’auteur garde le souvenir précis de son engagement ponctuel et volontaire, aux côtés du professeur A. Espinas, dans le cadre des activités de la Ligue girondine de l’Éducation physique animée par le docteur Ph. Tissié, dans les années 1892 et 1893.

32 Delvaille J., Essai sur l’histoire de l’idée de progrès jusqu’à la fin du xviiie siècle, thèse présentée à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, Paris, Librairie Félix Alcan, 1910 (XII-761 p.). L’ouvrage a été repris dans les Slatkine Reprints, en 1969. Delvaille J., La Chalotais éducateur, thèse complémentaire présentée à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, Paris, Librairie Félix Alcan, 1910 (XI-225 p.). En 1911, le supplément de la Revue de métaphysique et de morale se fait l’écho de sa soutenance de thèse et de la publication des deux ouvrages.

33 Delvaille J., « L’Université de demain », La Nouvelle Revue, tome XI, juillet-août 1901, p. 388-401. Ce texte est repris sous la forme d’une plaquette : Delvaille J., L’Université de demain, « préface de M. Henri Brisson, député », Paris, Cornély, 1902 (XV-34 p.). Henri Brisson, ancien Président du Conseil, fut député et chef des Radicaux, apportant son soutien au lois sur les ordres religieux et la séparation de l’Église et de l’État.

34 Delvaille J., « La philosophie de Renouvier », La Nouvelle Revue, tome XXXIX, mars-avril 1906, p. 433-450.

35 Delvaille J., « La crise morale », La Nouvelle Revue, tome XXXIII, mars-avril 1905, p. 3-23.

36 Delvaille J., « Esquisse d’une philosophie de la vie », La Nouvelle Revue, tome XXXVI, septembre-octobre 1905, p. 433-450.

37 Delvaille J., « La mutualité à l’école », La Nouvelle Revue, tome XXXV, juillet-août 1905, p. 79-84.

38 Delvaille J., « L’éducation sociale », La Nouvelle Revue, tome XXXVIII, janvier-février 1906, p. 43-60.

39 Delvaille J., La vie sociale et l’éducation, Paris, Félix Alcan, 1907 (Bibliothèque de philosophie contemporaine). Ouvrage récompensé par l’Institut (VIII-199 p.). Un compte-rendu du livre est publié dans le supplément du numéro de la Revue de métaphysique et de morale de septembre 1908, p. 7-8.

40 Bouglé C., « Qu’est-ce que la sociologie ? », Revue de Paris, 1er août 1897.

41 Il s’agit du Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’Instruction publique, présentés à l’Assemblée nationale les 20 et 21 avril 1792.

42 Il cite à ce propos un article de Pierre de Coubertin, « Nos Lycéens », paru dans la Revue Bleue, juin et juillet 1898. Voir p. 104.

43 Jules Delvaille est sinon Bordelais, au moment où paraît son livre, tout au moins originaire de Bordeaux. S’il connaît bien l’action de Charles Gide dans le domaine de l’économie sociale, il cite aussi diverses initiatives ou réalisations des milieux solidaristes locaux et de la mutualité bordelaise (voir en particulier la note de la p. 182). Sans doute est-il apparenté à Géo Delvaille (1840-1928) : « Très actif et grand philanthrope, il adhérait à plus de 90 associations (on l’avait appelé le “recordman vénéré des œuvres”). » Voir la notice : « Delvaille (Géo, Isaac) », dans Guérin B. et J., Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, éditions B.E.B., 1957 (p. 222).

44 Ce chapitre est la reprise de l’article : « L’éducation sociale » que l’auteur a fait paraître l’année précédente dans La Nouvelle Revue.

45 La Nouvelle Revue, tome XLIV, janvier-février 1907, « Les livres », p. 573.

46 Rappelons à ce propos la remarque du doyen Espinas, lors de la soutenance de thèse de Duprat. Il souligne que le candidat est devenu « renouviériste », en d’autres termes qu’il a adopté cet « éclectisme », qui est « une excellente philosophie d’enseignement » pour les classes de terminales. Delvaille est dans la même situation professionnelle.

47 Lalo Ch., Esquisse d’une esthétique musicale scientifique, Paris, Librairie Félix Alcan, 1908. Lalo Ch., L’esthétique expérimentale contemporaine, Paris, Librairie Félix Alcan, 1908.

48 En 1914, Charles Lalo publie un article intitulé : « Programme d’une Esthétique sociologique », Revue philosophique, vol. LXXVIII, juillet-décembre 1914, p. 40-51.

49 Lalo Ch., Les sentiments esthétiques, Paris, Félix Alcan éditeur, 1910 (Bibliothèque de philosophie contemporaine) (270 p.).

50 Licencié ès Lettres à dix-huit ans, bientôt traducteur de plusieurs textes classiques de la philosophie antique, Jean-Marie Guyau (1854-1888) enseigne la philosophie au lycée Condorcet (Paris) avant de devoir s’installer dans le Midi pour affronter la terrible phtisie (tuberculose) dont il est atteint. La première année, il séjourne à Pau et à Biarritz avant d’opter pour Nice et Menton. Lorsque la maladie l’emporte à l’âge de trente-trois ans, il laisse un ensemble de publications et de travaux assez impressionnant.

51 Charles Lalo approfondira cette question dans un ouvrage postérieur : L’art et la morale, Paris, Librairie Félix Alcan (coll. Bibliothèque de philosophie contemporaine), 1922 (184 p.).

52 Alors qu’il était élève de terminale au lycée de Bordeaux (1893-1894), il n’est pas impossible que le jeune Lalo ait pu assister au Congrès national de l’Éducation physique qui s’était tenu du 25 au 28 octobre 1893, en particulier pour y entendre Alfred Espinas.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search